PNV Travaux dirigés n 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PNV 2009. Travaux dirigés n 1"

Transcription

1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à des conditions environnementales sévères comme le froid, la sécheresse ou la salinité des sols qui mettent en danger ces équilibres primordiaux. Le rôle crucial que jouent les membranes cellulaires dans le maintien du statut hydrique des plantes a été mis en avant par la découverte des aquaporines. Ces protéines forment des canaux qui facilitent la diffusion de l eau ou de petits solutés neutres au travers des membranes. L enjeu des travaux est de développer de nouvelles approches qui permettront de comprendre la fonction intégrée des aquaporines dans la plante. Plus largement, il s agit de comprendre les mécanismes de contrôle des flux d eau dans la plante, au cours du développement ou en réponse à des contraintes environnementales. FIG 1 : L étude des aquaporines apporte une voie d entrée unique pour appréhender les bases moléculaires et cellulaires de l équilibre hydrique chez les plantes. On sait désormais que ces canaux membranaires contribuent de manière majeure à l absorption d eau par les racines et qu ils permettent une modulation de la perméabilité hydrique de la racine selon le contexte physiologique ou en réponse à des stimuli de l environnement. a- Effet de l apport de HgCl 2 dans le milieu au niveau racinaire chez des plantes de tomate sur le flux de sève brute. b- Effet de l apport de β-mercaptoethanol à 2-50 mm sur ces mêmes racines. Commentez les effets des deux composés chimiques. Proposer des hypothèses raisonnables sur le principe d action de ces composés. FIG 2 : Une micro-sonde de pression est utilisée afin de mesurer directement les pressions cellulaires de la zone corticale de cellule d oignon ; les différentes expériences sont générées par une première phase d injection de liquide dans ces cellules, suivit d une seconde phase de prélèvement de liquide dans ces cellules. Commentez les mesures cellulaires, la forme et le temps de relaxation des pressions cellulaires dans les différents cas de figures A à F (A : témoin de référence, B à F : action de différents composés). Proposez des hypothèses! Cette expérience confirme t elle la FIG1? FIG 3 : Un ensemble d approches a été développé permettant de caractériser la fonction des ces aquaporines de plantes, protéines membranaires de 29kDa. Ainsi, des aquaporines clonées peuvent être exprimées fonctionnellement en ovocytes de Xénope. Des mesures de transport d eau sont réalisées, la perméabilité hydrique de cellules entières ou de racines est mesurée à l aide d une micro-sonde de pression cellulaire. Commentez les effets sur les changements de volume relatif à l injection d eau ou de divers gènes codant des aquaporines putatives. FIG 4 : Afin de mieux appréhender le rôle de ces protéines dans les différents tissus végétaux, la construction de plante mutée pour l expression de certaines aquaporines a été entreprise. Vous pouvez observer, sur la figure 4, l absence d expression du gène pip2 chez deux plantes portant une mutation importante dans ce gène. Commentez la figure avec l enseignant?

2 FIG 5 : Les différents plantes (WT= sauvage ou pip2;x-y=mutant pip2) sont analysé de part leur caractéristique respective de conductance hydraulique (Lp = en % ou en m. s -1. Pa -1 ; pour A 1 et B) et l osmolarité de la sève prélevé dans un système de chambre à pression exerçant entre 0,16 et 0,32 MPa de pression jusqu à l obtention d un flux de sève régulier (A 2 ). En B, les valeurs du rapport entre le flux de sève et la force osmotique sont présentés. Commentez les graphiques. Qu en concluez vous? FIG 6 : L étude des gènes codant les protéines les différentes aquaporines ont permis d envisager des stratégies d études alternatives comme la surproduction des ces gènes dans des plantes modèles. Des extraits protéines enrichies en fraction membranaire sont déposés sur une gel de séparation par électrophorèse (Fig 6B) et l expression de la protéine PIP1b est analysé par la technique de Western blotting (Fig 6A). Analysez les résultats des figures et commentez? Quelles plantes transgéniques seront les plus adapté pour la poursuite de l étude? FIG 7 et 8: Les données des différents paramètres physiologiques des plantes sauvages (WT) et mutants de surexpression sont présentés sur ces différents graphiques dans des conditions de croissances idéales en serre, humidité constante et éclairement constant. Donnez votre analyse des différents graphiques et concluez quant à l utilité des aquaporines dans les plantes? A priori, ces résultats vous laissent t il à penser à une action bénéfique de la surproduction d aquaporine? FIG 9 : Ces mêmes plantes sont exposées à un arrêt brutal de l arrosage induisant ainsi de fait un stress hydrique intense. Commentez les résultats et comparez le comportement des plantes en absence d arrosage? Commentez le rôle des aquaporines dans le transport d eau chez les plantes? Bibliographie : Aharon et al., The Plant Cell (15), Javot et al., The Plant Cell (15) Javot et Maurel, Annals of Botany (90) Barrowclough et al., Journal of Experimental Botany (51)

3 Figure 1 : Flux de sève β-mercapto Temps (heures) Figure 2 : Mesure de la pression cellulaire (MPa) en fonction du temps (s). Non traité 25µM HgCl 2 50µM HgCl 2 50µM HgCl 2 puis 5mM β-mercapto 5mM β- mercapto 100µM HgCl 2

4 Figure 3 : 1,5 Volume relatif Ovocyte de Xénope 1 Structure protéique des Aquaporines Figure 4 : ADN génomique ADN codant Localisation de l expression de PIP2 Gène pip2 Gène Témoin Conductivité hydraulique relative (%) Figure 5 : A 1 A 2 Osmolarité de la sève B Rapport flux de sève et force osmotique relative (%)

5 Stabilité membranaire des cellules (ratio EC) D Stabilité membranaire des cellules (ratio EC) Fluorescence Chlorophylle (Fv/Fm) Taux de photosynthèse Temps de flétrissement (min) a. b. Taux de transpiration b. a. a. Figure 9 : Figure 8 : Coloration du gel de protéine Poids sec des feuilles (%) b. Western a. Ratio racine / tige Masse moléculaire (kd) Figure 6 : Figure 7 :

N Etudiant:: Place : Filière :

N Etudiant:: Place : Filière : UNIVERSITE DE BOURGOGNE UFR SCIENCES DE LA VIE, DE LA TERRE ET DE L ENVIRONNEMENT L2, PHYSIOLOGIE VEGETALE : Examen du 08 janvier 2013 (A) Professeur D. REDECKER, Professeur D. WIPF N Etudiant:: Place

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES 1. Contexte de l étude + Objectifs 2. Caractérisation des lixiviats 3. Performances du couplage de procédés 4. Conclusion générale Étude menée au STRI/LHC

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

physiologie Ludovic FAESSEL (K+S France), Jean-François MOROT-GAUDRY (INRA)

physiologie Ludovic FAESSEL (K+S France), Jean-François MOROT-GAUDRY (INRA) Avec la participation i de l Les stimulateurs de la nutrition et autres produits émergeants, à la lumière de la physiologie Ludovic FAESSEL (K+S France), Jean-François MOROT-GAUDRY (INRA) Plan Introduction

Plus en détail

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie ANALYSE DE PROTEINES DANS LA LEVURE. I. But : Le but de ce TP est l analyse quantitative d une protéine de levure, l hexokinase, qui joue un rôle essentiel dans le mécanisme de la glycolyse. Nous utiliserons

Plus en détail

La photoperception chez les plantes et son rôle dans le développement. Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction

La photoperception chez les plantes et son rôle dans le développement. Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction Anisotrope : Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction Tropisme : réaction d'orientation des organes d'une plante à une anisotropie de milieu. Exemples : la lumière, la gravité,

Plus en détail

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration Identifier les facteurs qui influencent la transpiration Etablir la relation entre l'absorption

Plus en détail

Documents de Travaux Dirigés

Documents de Travaux Dirigés Documents de Travaux Dirigés TD1 : TECHNIQUES UTILISEES EN BIOLOGIE DU DEVELOPPEMENT (1 ère partie) I) Techniques de microscopie 1) Analyse de la morphologique externe La figure ci-dessous représente des

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

Production des fruits, Irrigation et modélisation Pourquoi? Comment?

Production des fruits, Irrigation et modélisation Pourquoi? Comment? Production des fruits, Irrigation et modélisation Pourquoi? Comment? G. Vercambre, M. Rahmati, P. Valsésia, M. Génard, F. Lescourret Plantes et Systèmes de culture Horticoles Avignon, France.01 Diamètre

Plus en détail

De la molécule aux organismes: construction et fonctionnement des organismes. Sylvain Chaillou Professeur AgroParisTech Juillet 2008

De la molécule aux organismes: construction et fonctionnement des organismes. Sylvain Chaillou Professeur AgroParisTech Juillet 2008 De la molécule aux organismes: construction et fonctionnement des organismes Sylvain Chaillou Professeur AgroParisTech Juillet 2008 Pourquoi la nutrition azotée des plantes estelle un sujet de recherche

Plus en détail

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Analyse d article Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg M1 UE8b 21/3/2013 Pubmed http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Structure d un article original Titre Résumé structuré : Contexte scientifique, objectifs,

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

Examen de Génomique et Protéomique Fonctionnelle M2 BBSG (Mastères Recherche et Pro) 2 février 2006 Durée 3h. Partie1. Génomique fonctionnelle

Examen de Génomique et Protéomique Fonctionnelle M2 BBSG (Mastères Recherche et Pro) 2 février 2006 Durée 3h. Partie1. Génomique fonctionnelle Examen de Génomique et Protéomique Fonctionnelle M2 BBSG (Mastères Recherche et Pro) 2 février 2006 Durée 3h L examen comporte deux parties, l une axée sur la génomique fonctionnelle et l autre sur la

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Anatomie et fonctions des plantes III La racine (section 13.3) SBI3U

Anatomie et fonctions des plantes III La racine (section 13.3) SBI3U Anatomie et fonctions des plantes III La racine (section 13.3) SBI3U Les rôles de la racine Pour la plante: la racine sert à encrer la plante dans le sol et maintenir la tige en place. Pour les humains:

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 SOMMAIRE Tronc commun scientifique Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)....... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 Tronc Commun des Lettres et Sciences humaines Unité1 : L eau : Source

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

végétal et son milieu.

végétal et son milieu. B3 Les échanges hydrominéraux entre l organisme végétal et son milieu. Zone subéreuse Zone pilifère Zone méristématique Coiffe B3.1b - Rappel de l organisation de l appareil racinaire d un jeune plant

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES»

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» 76 IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» Avec l étude de l opéron lactose, François Jacob, Jacques Monod et André Lwoff ont été les premiers scientifiques à décrire

Plus en détail

BCPST-Véto 1 Mercredi 14 janvier- Devoir n 4 Durée 3h30. Sujet avec documents type ENS (partiel) - durée : 2h30

BCPST-Véto 1 Mercredi 14 janvier- Devoir n 4 Durée 3h30. Sujet avec documents type ENS (partiel) - durée : 2h30 BCPST-Véto 1 Mercredi 14 janvier- Devoir n 4 Durée 3h30 Sujet avec documents type ENS (partiel) - durée : 2h30 Exercice n 1 : La lignification : un marqueur de la différenciation cellulaire. La lignification

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

3.3. La dégénérescence cortico basale (DCB).19

3.3. La dégénérescence cortico basale (DCB).19 Table des matières I. Introduction 8 1.Aspects cliniques de la maladie d Alzheimer 9 1.1. Diagnostic clinique..9 1.2. Aspects épidémiologiques 9 1.3. Aspects génétiques..9 2. Lésions neuropathologiques

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

CARACTÉRISATION STRUCTURALE ET FONCTIONNELLE DE L AQUAGLYCÉROPORINE AQP3 EXPRIMÉE DANS DIVERS SYSTÈMES

CARACTÉRISATION STRUCTURALE ET FONCTIONNELLE DE L AQUAGLYCÉROPORINE AQP3 EXPRIMÉE DANS DIVERS SYSTÈMES CARACTÉRISATION STRUCTURALE ET FONCTIONNELLE DE L AQUAGLYCÉROPORINE AQP3 EXPRIMÉE DANS DIVERS SYSTÈMES CEA Saclay Département de Biologie Cellulaire et Moléculaire - Service de Biologie Cellulaire Perméabilité

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Fiche sujet candidat 1/2

Fiche sujet candidat 1/2 Fiche sujet candidat 1/2 Mise en situation et recherche à mener Dans le cytoplasme, la synthèse de protéine constitue l expression de l information génétique contenue dans l ADN. Pour aboutir à cette synthèse

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

! recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document !!! Que code un gène? Comment? Activité 1 :

! recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document !!! Que code un gène? Comment? Activité 1 : Que code un gène? Comment? C2 recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document C12 C26 C27 savoir exploiter un logiciel déduire interpréter Activité 1 : Le phénotype de la maladie héréditaire

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

Séquence pédagogique

Séquence pédagogique Séquence pédagogique Les matériaux de l espace L ensemble des questions concerne à la fois les sciences de la vie et de la Terre et la physique-chimie, dans le cadre des thèmes de convergence que sont

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 1 ère partie : Sciences physiques (15 points) I) En consultant les divers

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

I VOYAGE AU CENTRE DE L ARBRE

I VOYAGE AU CENTRE DE L ARBRE GENERALITES Motifs de la formation I VOYAGE AU CENTRE DE L ARBRE Un nouveau regard sur les arbres. Une connaissance directement applicable dans l expertise, la gestion et les soins aux arbres. Un partage

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

Appel à Propositions

Appel à Propositions Appel à Propositions CORAC Feuille de route Propulsion Thème : «Optimisation bleed» Référence de l Appel Titre de l appel Personne à contacter responsable de l appel à proposition (AàP) Date de début du

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Le soleil, source d énergie pour la biosphère

Le soleil, source d énergie pour la biosphère 3. ENTREE DE L ENERGIE DANS LE MONDE VIVANT. Le soleil, source d énergie pour la biosphère Activités pratiques Ex.A.O. De la lumière solaire à la matière organique Connaissances La lumière solaire permet,

Plus en détail

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module UE 2. l Eau et la Plante

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module UE 2. l Eau et la Plante Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module UE 2 l Eau et la Plante Organisation structurale d une plante Structure et propriétés de l eau d après Taiz

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

Transporteur d ADP/ATP mitochondrial et pathologies associées

Transporteur d ADP/ATP mitochondrial et pathologies associées Transporteur d ADP/ATP mitochondrial et pathologies associées Ludovic Pelosi MeetOchondrie AUSSOIS 9-12 mai 2010 Equipe Transporteurs Mitochondriaux Laboratoire de Biochimie et Biophysique des Systèmes

Plus en détail

EZRATY Benjamin Laboratoire Chimie Bactérienne, CNRS ezraty@ibsm.cnrs-mrs.fr. Cursus: 1994: Bac D. 1999: maîtrise microbiologie 2000: DEA

EZRATY Benjamin Laboratoire Chimie Bactérienne, CNRS ezraty@ibsm.cnrs-mrs.fr. Cursus: 1994: Bac D. 1999: maîtrise microbiologie 2000: DEA EZRATY Benjamin Laboratoire Chimie Bactérienne, CNRS ezraty@ibsm.cnrs-mrs.fr Cursus: 1994: Bac D 1999: maîtrise microbiologie 2000: DEA Mars 2004: thèse Avril 2004 Septembre 2005: Post-Doc Octobre 2005:

Plus en détail

Biologie Cellulaire & Biologie Moléculaire

Biologie Cellulaire & Biologie Moléculaire Biologie Cellulaire & Biologie Moléculaire Cours n 5 : Mercredi 17 septembre 14h- 16h Chap. II Chromosome, épigénéfque, réparafon, domaines régulateurs L3 UE 5.2 EP1 2014-2015 99 Variabilité de lecture

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

http://vre.upei.ca/mhl

http://vre.upei.ca/mhl La néoplasie de la mye commune (Mya y arenaria) ) http://vre.upei.ca/mhl Julie Pariseau *1,2, Ahmed Siah 2, Maryse Delaporte 2, Stephanie L. Synard 2, Patty McKenna 2, Réjean Tremblay 1, Franck C.J. Berthe

Plus en détail

EPREUVE E DU DEUXIEME GROUPE

EPREUVE E DU DEUXIEME GROUPE EPREUVE E DU DEUXIEME GROUPE (Coefficient : 4 - Durée : 3 heures) Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice Rappel : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée pour réaliser des opérations

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique Structures et propriétés des membranes biologiques I. Rappels II. Interactions entre les constituants membranaires III. Caractérisation des constituants membranaires IV. Structure et fonctions des protéines

Plus en détail

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire 69 ème Journées Scientifiques de l AFEF Mercredi 28 Septembre 2011 Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire Marion Maurel INSERM U1053 Bordeaux

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

BIOLOGIE Durée : 4 heures

BIOLOGIE Durée : 4 heures Concours B ENSA B - 17B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

WTNA105 Injection de gaz dans un matériau quasi-saturé de type argile décrit par des lois de Van-Genuchten/Mualem

WTNA105 Injection de gaz dans un matériau quasi-saturé de type argile décrit par des lois de Van-Genuchten/Mualem Titre : WTNA105 - Injection de gaz dans un matériau quasi-[...] Date : 08/08/2011 Page : 1/8 WTNA105 Injection de gaz dans un matériau quasi-saturé de type argile décrit par des lois de Van-Genuchten/Mualem

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

Épreuve B (durée 3h) 15 décembre 2010 L auxine dans le développement post-embryonnaire des Angiospermes

Épreuve B (durée 3h) 15 décembre 2010 L auxine dans le développement post-embryonnaire des Angiospermes Épreuve B (durée 3h) 15 décembre 2010 L auxine dans le développement post-embryonnaire des Angiospermes Les plantes produisent des substances considérées comme des hormones végétales car sécrétées en très

Plus en détail

Effets du chlorure de potassium sur le niveau de salinité des sols sableux et sur les plants de canneberges

Effets du chlorure de potassium sur le niveau de salinité des sols sableux et sur les plants de canneberges Effets du chlorure de potassium sur le niveau de salinité des sols sableux et sur les plants de canneberges Sébastien Marchand, agr. M.Sc Jean Caron, agr. PhD., Josée e Fortin, PhD. Université Laval Plan

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Durée : 3 heures Banque «Agro Véto» AT 0109 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Durée du TP : 3h30 1. RAPPELS. La densité d un corps, notée d, s'exprime suivant la relation suivante : corps. d ref

Durée du TP : 3h30 1. RAPPELS. La densité d un corps, notée d, s'exprime suivant la relation suivante : corps. d ref TP N 2 : MECANIQUE DES FLUIDES Durée du TP : 3h30 1. RAPPELS La densité d un corps, notée d, s'exprime suivant la relation suivante : corps d ref avec corps la masse volumique du corps considéré et ref

Plus en détail

Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader.

Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader. Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader. Nos solutions d ingénierie en PTFE : elles montrent la voie. Vaste et complète : notre gamme

Plus en détail

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale Tissus et Architecture de la Plante Grandes fonctions de la Plante Les tissus

Plus en détail

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg Adrien Paoli Aurore Strugala FRAP & FLIP Technique FRAP Technique FLIP Avantages & inconvénients Exemples d application Alternatives Adrien Paoli Aurore Strugala Introduction > Technique FRAP > Technique

Plus en détail

Activer la régénération tissulaire en agissant au cœur du derme

Activer la régénération tissulaire en agissant au cœur du derme Activer la régénération tissulaire en agissant au cœur du derme A c t i v e r l a r é g é n é r a t i o n t i s s u Mesotransduction technology La Mesothérapie, inventée en 1952 par le docteur Michel Pistor,

Plus en détail

Caractéristiques techniques. Recommandations d emploi

Caractéristiques techniques. Recommandations d emploi Caractéristiques techniques Recommandations d emploi L isolant vert de BASF, depuis 1964 Le Styrodur est l isolant vert en poly styrène extrudé (XPS), conçu par BASF en 1964. Avec plus de 25 millions de

Plus en détail

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 Exercice n 1 Les séquences nucléotidiques des gènes sont proches. 1 Production ATPase: On part de l'adnc de la levure pour savoir si la régulation se fait par la protéine

Plus en détail

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 Concours PACES 2012-2013 Séance préparée par les tuteurs stagiaires QCM n 1 : L'amphétamine (masse molaire égale à 135 g.mol -1

Plus en détail

TD1 : Epissage alternatif

TD1 : Epissage alternatif TD1 : Epissage alternatif Le gène de la tropomyosine α de xénope possède trois exons 3' terminaux, appelés exon 9A9', 9B et 9D, dont la sélection différentielle en fonction du contexte tissulaire produit

Plus en détail

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Catherine Chapel 1, Evelyne May 2, Monique Vacher 3 et D. Courant 1 1 DSV/DRR/SRBF, CEA, Fontenay aux Roses 2 CNRS UPR

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Journée «Serres modiques et tunnels»

Journée «Serres modiques et tunnels» Journée «Serres modiques et tunnels» Autres problèmes rencontrés dans les serres de tomates Par : ANDRÉ CARRIER, agr., M. Sc. Direction régionale r de la Chaudière re- Appalaches Novembre 2010 Pourriture

Plus en détail

ANC. Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles PETFOOD

ANC. Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles PETFOOD ANC PETFOOD Extrait Concentré de Luzerne Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles Une source de protéines équilibrée de haute qualité Un apport d acides gras oméga 3 Des pigments,

Plus en détail

Stratégie de reproduction humaine: In vitro

Stratégie de reproduction humaine: In vitro Stratégie de reproduction humaine: In vitro La fécondation in vitro (FIV), est une forme de procréation assisté. C'est à dire, une technologie reproductive offert aux couples incapable de concevoir un

Plus en détail

LA PREMIÈRE GAMME D ALOE VERA CONCENTRÉE LA NATURE 2X PLUS EFFICACE

LA PREMIÈRE GAMME D ALOE VERA CONCENTRÉE LA NATURE 2X PLUS EFFICACE LA PREMIÈRE GAMME D ALOE VERA CONCENTRÉE LA NATURE 2X PLUS EFFICACE L ALOE VERA UNE PLANTE CAPABLE DE RÉGULER SA PROPRE HYDRATATION L aloe vera, ou Aloe Barbadensis Miller est une plante succulente vivace

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

ED 1. Jacques Elion. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer. Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier. jacques.elion@inserm.

ED 1. Jacques Elion. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer. Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier. jacques.elion@inserm. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer Année universitaire 2013-2014 ED 1 Jacques Elion jacques.elion@inserm.fr Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier CONTEXTE Facteur de transcription Nucléaire

Plus en détail

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou CONCEPT DES TRAITS FONCTIONNELS Application pour l enherbement des cultures pérennes Elena Kazakou Dans cet exemple je vais vous présenter le concept des traits fonctionnels et vous illustrer comment on

Plus en détail

ENS de Lyon. Epreuve de Biologie-Biochimie

ENS de Lyon. Epreuve de Biologie-Biochimie Session 2014 Filière : 2 ème concours ENS de Lyon Epreuve de Biologie-Biochimie Durée : 3 heures Ce livret comprend 12 pages numérotées de 1 à 12 Cette épreuve comporte 2 parties dont les thématiques sont

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 2 : Le cycle cellulaire Professeur François BERGER Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Coordonnée: Activité de

Plus en détail

ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS. pôle science 4ème du collège Stockfeld

ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS. pôle science 4ème du collège Stockfeld ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS pôle science 4ème du collège Stockfeld Problématique : quelle est l action du soleil sur les végétaux verts? Nous avons tenté de mesurer l effet du soleil sur les

Plus en détail

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy.

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy. Amélioration de l Efficacité énergétique des centrales thermiques intégrant le captage de CO2 assisté par contacteurs AméliE_CO2 Denis Roizard Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail