CYCLE CELLULAIRE ET CANCER

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CYCLE CELLULAIRE ET CANCER"

Transcription

1 CYCLE CELLULAIRE ET CANCER Le cancer est une maladie génétique des cellules somatiques Le néoplasme est le terme utilisé en médecine pour désigner une tumeur ou un cancer.

2 Multiplication incontrôlée d une cellule somatique anormale, jusqu à la formation d une masse principale (tumeur) et de masses satellites (métastases)

3 classification des cancers suivant le type de cellule, de tissu ou l organe affecté au départ. Quatre grandes familles de cancer: -Les carcinomes sont les plus fréquents (plus de 85%): tissus épithéliaux (tissus minces formés d une ou plusieurs couches de cellules jointives). - Les Sarcomes sont très rares (moins de 1%): tissus conjonctifs de soutien de la structure de l organisme (osseux, cartilagineux, musculaires, adipeux, vasculaires ). - Les lymphomes: tissu hématopoïétique (moelle rouge des os où les cellules du sang se forment et tissu lymphoïde) ; se développent le plus souvent dans les ganglions lymphatiques. - Les Leucémies concernent les tissus de la moelle osseuse responsable de la production des globules blancs.

4

5 CELLULE CANCEREUSE 1 Indépendance vis à vis des signaux de prolifération provenant de l environnement 1 2 Insensibilité aux signaux antiprolifératifs 3 Résistance à l apoptose Prolifération illimitée (perte de la sénescence) 5 Capacité à induire l angiogénèse 6 Capacité d invasion tissulaire et diffusion métastatique 5 6 4

6 Il est nécessaire que plusieurs gènes soient conjointement déréglés pour que la cellule se cancérise. Le cancer est une pathologie multigénique.

7 The development and metastasis of human colorectal cancer and its genetic basis.

8 On appelle instabilité génétique la non-conformité des cellules filles par rapport à la cellule mère, en raison de mutations.

9 L'instabilité génétique Est une caractéristique des cellules cancéreuses. Les déterminants de l'instabilité génétique sont en majorité liés à des mécanismes cellulaires fondamentaux, comme le cycle cellulaire, la réplication ou la réparation de l'adn. Ces mécanismes sont normalement reliés entre eux par de multiples interconnexions, qui forment autant de points de contrôle dont les cellules tumorales s'affranchissent. A ces mécanismes s'ajoutent les modifications épigénétiques qui sont transmises de cellules mères à cellules filles. Celles-ci, sans affecter directement l'intégrité du génome, peuvent en changer le fonctionnement et la dynamique.

10 On appelle instabilité génétique la non-conformité des cellules filles par rapport à la cellule mère, en raison de mutations. 1. par l'altération de systèmes de réparation de l'adn qui favorise la survenue de lésions génétiques 2. par l'altération des gènes impliqués dans la surveillance du génome et la régulation de l'apoptose qui autorisent la survie de cellules anormales 3. par l'avantage de prolifération et de survie qui augmente le nombre de divisions cellulaires et la probabilité de mutations. 4. par l'instabilité caryotypique résultant de l'altération des mécanismes de recombinaison et de ségrégation des chromosomes lors de la mitose les mutations touchant les gènes qui contrôlent le checkpoint de l attachement du fuseau mitotique (Bub1, Mad2, kinases Aurora) ont les conséquences les plus dévastatrices. ex: ségrégation inégale des chromatides Au cours de la croissance tumorale l'accumulation d'altérations géniques successives, favorisées par l'instabilité génétique des cellules cancéreuses, conduit à la sélection de clones de plus en plus agressifs capables d'envahir les tissus adjacents et de métastaser.

11 L apparition d un cancer est le résultat d un processus qui s étend chez l homme sur de nombreuses années, voire des décennies. The growth of a typical human tumor such as a tumor of the breast.

12 Stages of Cancer Formation

13

14 Des carcinogènes chimiques, physiques et viraux peuvent collaborer à la transformation d'une cellule altérations de la structure ou de l'expression des gènes impliqués dans la carcinogenèse On estime que dans certains cancers, plus de 1000 gènes ont une expression altérée dans les cellules tumorales! Ces gènes qui ont un rôle crucial dans le processus de transformation maligne sont classés en oncogènes et gènes suppresseurs de tumeur.

15 les oncogènes sont des gènes qui, à l état normal, influent positivement sur la croissance et la division cellulaire; ils sont alors appelés proto-oncogènes. C est lorsqu ils sont mutés qu ils prennent la nomination d oncogène. C est la trop grande présence ou activité de leurs produits qui sont dangereuses pour la cellule. La mutation d un seul allèle est suffisante. Les suppresseurs de tumeurs sont des gènes qui, lorsque normaux dans la cellule, contribuent à l élimination des tumeurs puisqu ils agissent sur la répression du cycle cellulaire et sont impliqués dans l induction de l apoptose. Lorsque mutés, ils se comportent comme des allèles récessifs, ce qui implique que les deux allèles doivent être mutés pour que la cellule soit en danger, et c est la perte de fonctionnalité de ce gène qui est dommageable pour la cellule.

16 L origine des altérations qui modifient les oncogènes et les gènes suppresseurs est multiple. On les classe généralement en deux grandes catégories, exogène et endogène. L origine exogène correspond à toutes les expositions environnementales auxquelles un organisme est soumis. Les altérations d origine endogène sont provoquées en partie par des molécules issues de notre métabolisme comme les espèces réactives à l oxygène. Chaque jour notre ADN subit des millions d agressions de la part de ces molécules mais dans la très grande majorité des cas, celles-ci sont réparées de manière très efficace.

17

18

19 LES ONCOGENES Les oncogènes sont des gènes qui, à l état normal, influent positivement sur la croissance et la division cellulaire; ils sont alors appelés proto-oncogènes. La trop grande présence ou activité de leur produit transforme un protooncogène en oncogène par une altération structurale directe du gène et / ou une expression exagérée de son produit. La mutation d un seul allèle est suffisante pour amener le danger. Ils ne sont pas impliqués dans la prédisposition héréditaire au cancer.

20 What do oncogenes encode? Proteins that are involved in growth control and differentiation Growth factors Growth factor receptors Signal transduction proteins Transcription factors 20

21 - LA PLUPART DES ONCOGENES DECOUVERTS A CE JOUR INTERVIENNENT DANS L UNE DES GRANDES VOIES DE TRANSMISSION DES SIGNAUX MITOGENES OU DE DIFFERENCIATION

22 Les oncogènes cellulaires occupent des places importantes dans les voies de signalisation Les altérations, qui sont toutes de type dominant, correspondent : à des mutations activatrices, dont le prototype est ras à des dérèglements d expression (juxtaposition de promoteur activateur comme pour myc dans la translocation 8:14 ou amplification comme pour c-erbb2) à des gains de fonction dans les cas où une nouvelle protéine, dite de fusion, résulte d une translocation mettant bout à bout deux gènes (bcr/abl de la translocation 9:22)

23 Mécanismes moléculaires de l'activation des oncogènes. - des mutations (par substitution, insertion ou délétion) - des amplifications - des translocations - des mécanismes épigénétiques - l'apport de matériel génétique exogène d'origine virale

24 EXEMPLES 1) MUTATION PONCTUELLE Activation of ras Oncogenes by Point Mutations Normal RasH Met Thr Glu Tyr Lys Leu Val Val Val Gly Ala Gly Gly ATG ACG GAA TAT AAG CTG GTG GTG GTG GGC GCC GGC GGT... Activated EJRasH GTC Met Thr Glu Tyr Lys Leu Val Val Val Gly Ala Val Gly Ras mutations in tumors usually involve codons 12, 13, 59 and 61. Mutated ras is found in 50% of colorectal cancers and 95% of pancreatic cancers.

25

26 2) AMPLIFICATION Proto-oncogene amplification Multiple copies of proto-oncogenes have been found in various tumors. Homogeneous staining regions Double minute chromosomes

27 3) TRANSLOCATION Translocation of c-myc The c-myc proto-oncogene is translocated from chromosome 8 to the immunoglobulin heavychain locus (IgH) on chromosome 14 in Burkitt's lymphomas, resulting in abnormal c-myc expression.

28 Translocation of abl: The abl oncogene is translocated from chromosome 9 to chromosome 22, forming the Philadelphia chromosome in chronic myelogenous leukemias.

29 Mechanism of Tel/PDGFR oncogene activation

30 DETECTION DES ONCOGENES la possibilité de transformer les cellules grâce à des rétrovirus, ont poussé les auteurs à tester l'effet des Transfert de DNA : Technique de transfection pour l étude des oncogènes Trois éléments sont nécessaires pour réussir un transfert de DNA : -une cellule ne possédant pas le gène recherché, -une cellule possédant ce gène en abondance, -un moyen de sélectionner les cellules ayant reçu le gène.

31 DIVERS TESTS DE TRANSFORMATION Clonage des oncogènes Perte de l inhibition de contact

32

33

34 ming: morphologically alters rescue cells and make origenic rc, RTKs.

35 LES GÈNES SUPPRESSEURS DE TUMEUR ou anti-oncogènes

36 Ce sont des gènes dont l inactivation est impliquée dans le processus de transformation maligne. Concernent: Des fonctions de contrôle négatif du CYCLE CELLULAIRE ex: p16/ink4, p21, Rb, p53 MAINTIENT DE LA STABILITE DU GENOME ex: p53, ATM REPARATION DE L ADN ex: BRCA1, BRCA2 GENES PRO-APOPTOTIQUES ex: p53 Les altérations doivent nécessairement concerner les deux allèles, la première mutation étant récessive Les CKI, la protéine Rb et la protéine p53, qui ont un rôle important dans la régulation négative du déroulement du cycle cellulaire sont des gènes suppresseurs de tumeurs. Soit la protéine p53, soit un inhibiteur de cdk, soit Rb sont inactivés dans plus de 90% des tumeurs

37

38 Locus INK4a/ARF (région 9p21) P16/INK4a 13 Kb P14/ARF (Mouse P19/ARF)

39

40 Le Phénotype tumoral est récessif

41 Mécanismes de l'inactivation bi-allélique des gènes suppresseurs de tumeur. Hypothèse de Knudson

42 Six ways of losing the remaining good copy of a tumor suppressor gene + méthylation (p16ink4) La conversion Génique est un transfert non réciproque d information génétique.

43 Loss of heterozygosity (LOH) of tumor suppressor genes.

44 Il est maintenant évident que l action de certains gènes est extrêmement sensible à la quantité des produits qu ils engendrent certaines mutations (de TGFβ ou p27, par exemple) se font déjà ressentir à l état haploïde. On parle d haplo-insuffisance

45 Cellules souches

46

47

48 niche Cellules souches Cellule souche Division asymétrique Cellule différenciée

49 Durant la division symétrique, les déterminants cellulaires ségrégent de façon égale pour donner naissance à deux cellules filles de type cellule souche. Durant la division asymétrique, l orientation du fuseau mitotique et des déterminants cellulaires sont coordonnés, donnant ainsi naissance à une cellule fille qui retient la capacité de devenir une cellule souche, alors que la deuxième cellule va se différencier. Dans ce cas, la mitose est orientée de telle sorte que la cellule est proximale à la niche qui envoie les signaux nécessaires à l acquisition d un devenir de type cellule souche. Au contraire, la cellule qui va différencier se localise distalement à cette niche.

50 avant

51

52

53

54

55 Sur le plan fondamental, la découverte du phénomène de «plasticité» des cellules souches, représente un bouleversement de certains dogmes, et éventuellement une ouverture thérapeutique majeure. De nombreuses études in vitro et in vivo seront cependant nécessaires pour déterminer si ces observations pourront conduire à des approches de thérapie cellulaire chez l homme.

56 CELLULE SOUCHE TUMORALE Définition fonctionnelle: cellules capables de redonner naissance à la tumeur dans un modèle de xeno transplantation (NOD-SCID) Cellules initiatrices de la tumeur Présentes en faible nombre dans la tumeur initiale Partagent un certain nombre de propriétés avec les cellules souches non tumorales dont l autorenouvellement Décrites en 1994 (Dick et al) dans les leucémies aigues myéloïdes puis dans différentes tumeurs solides: cancer, sein, SNC, colorectal, pancréas, mélanome.

57

58 La progression Tumorale -Selon le modèle classique, la progression tumorale se fait par une série de sélections darwiniennes. Des cellules avec de nouvelles caractéristiques favorables dues à des mutations ou modifications épigénétiques apparaissent avec une faible probabilité et sont ensuite sélectionnées. Ce processus se répète successivement lors de la progression. -À chaque stade, toutes les cellules d'une tumeur sont plus ou moins équivalentes et peuvent être la cible de ces modifications. Pour une thérapie, il faut cibler la masse tumorale. -Selon le nouveau modèle, uniquement les cellules souches cancéreuses contribuent à la progression tumorale, alors que les cellules qui en dérivent en forme la masse. Le relativement petit nombre de cellules souches cancéreuses partage déjà beaucoup de caractéristiques de cellules tumorales et elles restent des cibles pour des modifications génétiques ou épigénétiques successives pendant beaucoup plus longtemps que d'autres types de cellules somatiques. Pour une thérapie, il faut principalement cibler les cellules souches.

59 Différenciation de l épithélium mammaire normal et tumoral. A. Le pool de cellules souches de l épithélium mammaire normal (CSN) est globalement dans un état quiescent. B. Lors de l oncogenèse, les cellules ciblées par la transformation maligne pourront être soit les cellules souches, soit les progéniteurs de l épithélium normal.

60 Deux modèles hypothétiques de la transformation maligne.

61 Afin d expliquer l hétérogénéité tumorale régnant au sein d une tumeur, deux hypothèses modélisant la transformation maligne ont été proposées. D une part, le modèle stochastique dans lequel chaque cellule de l épithélium mammaire peut être transformée et donner un clone tumoral composé de cellules qui ont toutes la capacité de proliférer de façon indéfinie et d évoluer en réponse à l accumulation de nouvelles altérations oncogéniques. D autre part, le modèle hiérarchique dans lequel seule une cellule souche ou progénitrice peut être la cible de l oncogenèse. Ainsi, seules les cellules souches cancéreuses vont proliférer de façon indéfinie et donneront naissance à l hétérogénéité tumorale en contrôlant la différenciation.

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Four checkpoints Components of the DNA Damage Checkpoint SIGNALS SENSORS TRANSDUCERS EFFECTORS TARGETS (UV, HU, replication errors) CDK2 Cyclin E/A ATR

Plus en détail

Mécanismes moléculaires de l'activation des oncogènes et de l'inactivation des gènes suppresseurs de tumeur.

Mécanismes moléculaires de l'activation des oncogènes et de l'inactivation des gènes suppresseurs de tumeur. Mécanismes moléculaires de l'activation des oncogènes et de l'inactivation des gènes suppresseurs de tumeur. - des mutations (par substitution, insertion ou délétion) - des amplifications - des translocations

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Partie 1 - Oncogènes dominants, - Oncogènes récessifs, suppresseurs de tumeur - Convergence et ciblage des fonctions Oncogènes physiologiquement

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Le dogme de la mutation somatique Les premières démonstrations que des agents extérieurs (chimiques ou physiques) pouvaient conduire au cancer

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Journées Nationales de Santé au Travail dans le BTP, Annales 28:9-13 Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Alain Botta Résumé La relation entre génotoxicité, mutagenèse et cancérogenèse

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement Les cancers du sein de type BRCA1 Incidence, particularités, traitement 1 LES LESIONS DE L ADN et L INSTABILITE GENETIQUE SONT DES CARACTERISTIQUES DU CANCER 2 Voies de reparation de l ADN et protéines

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur

Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur T. Molina, DES,2007 Oncogènes : allèle mutant entraînant un gain de fonction (mutation activatrice) Gènes suppresseurs de tumeur : les deux allèles ont des mutations

Plus en détail

Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës. Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis

Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës. Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis Leucémies aiguës : prolifération de progéniteurs immatures Leucémies aiguës lymphoblastiques

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

IV- L instabilité génétique : mécanisme essentiel dans la genèse et l évolution du processus tumoral

IV- L instabilité génétique : mécanisme essentiel dans la genèse et l évolution du processus tumoral ONCOGENESE : INTRODUCTION GENERALE OBJECTIFS - Citer les propriétés de la cellule cancéreuse, en comparant ces propriétés à celles d'une cellule normale. Citer l'importance du tissu péri-tumoral et des

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Génétique et cancer Cours DCEM1 Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Plan 1. Définitions 2. Exemples de proto-oncogènes 3. Exemples de gènes suppresseurs de tumeurs 4. Cancers familiaux 1. Exemple

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase site ressources sciences de la vie ENS-DESCO Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase L'existence de mécanismes de surveillance En plus des Cdk,

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale Définitions Historique Génomique dans le cancer du sein Utilité Problèmes Futur Chaque personne:

Plus en détail

Claire DEBOUT, MCU-PH Laboratoire d HISTOLOGIE EMBRYOLOGIE et de BIOLOGIE CELLULAIRE PAES SEMESTRE 1, CAEN 2010-11

Claire DEBOUT, MCU-PH Laboratoire d HISTOLOGIE EMBRYOLOGIE et de BIOLOGIE CELLULAIRE PAES SEMESTRE 1, CAEN 2010-11 11 MITOSE et CYCLE CELLULAIRE Claire DEBOUT, MCU-PH Laboratoire d HISTOLOGIE EMBRYOLOGIE et de BIOLOGIE CELLULAIRE PAES SEMESTRE 1, CAEN 2010-11 1 LA MITOSE PROPHASE 2 asters PRO-MÉTAPHASE (la + longue)

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

Cycle cellulaire Partie 2

Cycle cellulaire Partie 2 17/02/2015 THIERRY Guilhem L2 CR : BORG Manon BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 16 pages Cycle cellulaire Partie 2 Plan : A. Les protéines codées par des gènes dits "suppresseurs de tumeurs" I. La protéine p53

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

CANCEROGENESE 1 1. Problème «Comment les modifications des caractères génétiques entraînent-elles elles des pathologies?» 2 Q1 : Quelles sont les caractéristiques de ces pathologies? 3 2. Faits d observation

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Les organismes ne peuvent survivre que si leur ADN est soigneusement répliqué et protégé des altérations chimiques et physiques qui pourraient changer

Plus en détail

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT Centre Eugène Marquis - RENNES RELATIONS CANCERS-GENES (1) 1 - CANCER = MALADIE GENETIQUE SOMATIQUE = maladie de l'adn = altération de gènes ayant une

Plus en détail

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Année universitaire 2011-2012 MED-2 - Enseignements Thématiques Bases moléculaires et cellulaires des pathologies Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Planches pour le Campus Virtuel

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Etude de l implication des miarns. dans le cancer du sein basal-like. et la régulation de BRCA1

Etude de l implication des miarns. dans le cancer du sein basal-like. et la régulation de BRCA1 Etude de l implication des miarns dans le cancer du sein basal-like et la régulation de BRCA1 Insaf FKIH M HAMED fkihinsaf@yahoo.com Laboratoire d'oncologie Moléculaire Centre Jean Perrin Clermont-Ferrand

Plus en détail

Le cancer par le gène

Le cancer par le gène Le cancer par le gène Jacqueline Lehmann-Che Laboratoire d oncologie moléculaire Service de Biochimie Hôpital St Louis INSERMU944/CNRS UMR 7212 /Université Paris 7 Plan I/ Qu est ce que le cancer? II/

Plus en détail

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies :

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies : Mercredi 16 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Nguyen 12 pages Oncogénétique Plan A. Introduction B. Cancer C. Rétinoblastome I. Généralités II. Diagnostic clinique, traitement et suivi III. Génétique du

Plus en détail

Plasticité cellulaire. et progression tumorale

Plasticité cellulaire. et progression tumorale Plasticité cellulaire et progression tumorale TEM TME Académie Nationale de Médecine 2 Février 2011 A. Puisieux Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon Cancérogenèse: un processus multi-étapes Epithélium

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2)

Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) 31/03/15 BASTOS REINALDO Julia L2 BMCP Pr OUAFIK 6 pages CR : Borg Manon Cancérogenèse : transformation cellulaire (2) Plan: A. Gènes suppresseurs de tumeur I. Généralités / définition II. Découverte III.

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Le cancer, le grand envahisseur.

Le cancer, le grand envahisseur. Le cancer, le grand envahisseur. Jean-Paul Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques & Oncologie thoracique Institut Jules Bordet (ULB) www.pneumocancero.com Définition et histoire naturelle

Plus en détail

Modèle Cellulaire pour les Cancers de l Oropharynx VPH Induits

Modèle Cellulaire pour les Cancers de l Oropharynx VPH Induits Congrès de l AORLQ - Octobre 2012 Modèle Cellulaire pour les Cancers de l Oropharynx VPH Induits Monika Knapik MD Guillaume Cardin M.Sc Francis Rodier Ph.D Apostolos Christopoulos MD, FRCSC Division d

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

GENETIQUE. la division cellule. durant la division cellule. Ai Aristote Mendel. Platon. Information génétique. Chromosome

GENETIQUE. la division cellule. durant la division cellule. Ai Aristote Mendel. Platon. Information génétique. Chromosome Molécules ADN Division cellulaire Synthèse des protéines. En Lien: Campbell, Reece,2déd./Biologie./chap.13 1 En Lien: Campbell, Reece,2déd./Biologie./chap.13 2 1 Chromosome Phénotype: l'apparence : structures

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

Four checkpoints. Components of the DNA Damage Checkpoint. Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire EFFECTORS SIGNALS

Four checkpoints. Components of the DNA Damage Checkpoint. Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire EFFECTORS SIGNALS Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Four checkpoints Components of the DNA Damage Checkpoint SIGNALS SENSORS MEDIATORS TRANSDUCERS EFFECTORS TARGETS (UV, HU, replication errors) ATR DNA damage

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche 64 ème réunion du GERM Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche Tumeurs du sein triple négatif (TN) 12-17% des cancers du sein Contexte familial porteuses des mutations

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

La régulation de la prolifération cellulaire (2)

La régulation de la prolifération cellulaire (2) C 25, Pr BERGERAT Pauline BOIREAU Cours du 21.10.2011 15h à 16h Elodie CASTILLE Master Cancérologie La régulation de la prolifération cellulaire (2) F. Rôle de c-myc dans le contrôle de la prolifération

Plus en détail

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire 69 ème Journées Scientifiques de l AFEF Mercredi 28 Septembre 2011 Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire Marion Maurel INSERM U1053 Bordeaux

Plus en détail

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Quand des cellules normales sont endommagées et qu'elles ne peuvent pas être soignées, elles meurent : c'est l'apoptose. Les cellules cancéreuses ne meurent

Plus en détail

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Joseph ABECASSIS Laboratoire de Biologie Tumorale Centre Régional de Lutte contre le Cancer

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Les prédispositions génétiques aux cancers Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Fréquence des cancers, France, femmes Nombre de nouveaux cas (2000) Nombre de décès (2000) Source:

Plus en détail

Cellules souches et Médecine régénératrice

Cellules souches et Médecine régénératrice DIPLOME D'UNIVERSITE 2015 / 2016 Cellules souches et Médecine régénératrice Ce Diplôme Universitaire est ouvert aux étudiants des écoles doctorales des Universités Paris / Paris-Saclay, aux cliniciens

Plus en détail

Les tumeurs du sein triple négatives

Les tumeurs du sein triple négatives Les tumeurs du sein triple négatives Le point de vue du Pathologiste Gaëtan MacGrogan Institut Bergonié Bordeaux La classification intrinsèque en 2011 Luminal B Luminal A Normal breast-like Basal-like

Plus en détail

Ingénierie des protéines

Ingénierie des protéines Ingénierie des protéines Stéphane Delbecq EA 4558 Vaccination antiparasitaire Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire Faculté de Pharmacie - Montpellier Rappel: transcription et traduction Universalité

Plus en détail

DE LA MUTATION DE L ADN AU CANCER. Bernard DUTRILLAUX

DE LA MUTATION DE L ADN AU CANCER. Bernard DUTRILLAUX DE LA MUTATION DE L ADN AU CANCER Bernard DUTRILLAUX Il y a quelques décennies, les cancers radio-induits étaient principalement attribués à la perturbation des tissus, qui devenaient pathologiques, et

Plus en détail

Alexandre Florimond, Philippe Chouteau, Nicole Defer, Aurore Gaudin, Jacqueline Polyte, Hervé Lerat et Jean-Michel Pawlotsky

Alexandre Florimond, Philippe Chouteau, Nicole Defer, Aurore Gaudin, Jacqueline Polyte, Hervé Lerat et Jean-Michel Pawlotsky Dérégulation du cycle cellulaire et activation de la réponse aux dommages de l'adn par les protéines du VHC, déclencheurs potentiels de l'hépatocarcinogenèse Alexandre Florimond, Philippe Chouteau, Nicole

Plus en détail

DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE

DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE DIVERSITE DES CANCERS Dans les causes (génétiques, environnementales, comportementales) Dans le pronostic : certains sont presque toujours guéris

Plus en détail

TD 5 : Génétique humaine

TD 5 : Génétique humaine TD 5 : Génétique humaine Exercice 1 (pour se mettre en forme...). Une femme de vision normale dont le père est daltonien (maladie héréditaire récessive, caractérisée par un défaut de vision des couleurs,

Plus en détail

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE Définitions généralités Quelques chiffres 46 chromosomes 22 paires d autosomes (n=44) 1 paire de gonosomes (n=2) : XX/F et XY/H 300 bandes cytogénétiques =

Plus en détail

Génétique et Cancer. Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard. Rencontres 2009. Conférence du 16/11/2009

Génétique et Cancer. Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard. Rencontres 2009. Conférence du 16/11/2009 Génétique et Cancer Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard Rencontres 2009 Conférence du 16/11/2009 1 Plan Les gènes à l origine du cancer! Qu est-ce qu une prédisposition

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

IJsbrand Kramer INSERM U889 Institut Européen de Chimie et de Biologie Université Bordeaux 1. Medical Biology, Utrecht, Netherlands

IJsbrand Kramer INSERM U889 Institut Européen de Chimie et de Biologie Université Bordeaux 1. Medical Biology, Utrecht, Netherlands IJsbrand Kramer INSERM U889 Institut Européen de Chimie et de Biologie Université Bordeaux 1 Medical Biology, Utrecht, Netherlands Thesis, University of Amsterdam, Netherlands Post-doctoral fellow, University

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville Enseignement UE 2.9 Généralités en Cancérologie Dr Neuville Plan du cours Description anatomique/histologique/moléculaire Transformation cancéreuse d une cellule normale Différents types de cancer Progression

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Mitose Mitose Mitose Interphase Interphase Interphase Activité MPF Quantité de cycline B Corrélation

Plus en détail

Ch5 : Variation génétique et médecine

Ch5 : Variation génétique et médecine T3 : Corps humain et santé T3/U1 : Variation génétique et santé Ch5 : Variation génétique et médecine I. Les maladies génétiques germinales A. Rappel et définitions Une maladie est dite génétique germinale

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

L3 / UE Cancérologie

L3 / UE Cancérologie L3 / UE Cancérologie Enseignement transversal des bases de la cancérologie Adresse web du site de l enseignement https://sites.google.com/site/uecancerologiel3/ incluant: le programme lien vers l'ed d'anatomie

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

GÉNÉTIQUE MÉDICALE Oncogénétique. Oncogénétique

GÉNÉTIQUE MÉDICALE Oncogénétique. Oncogénétique 09/12/2015 CAMMILLERI Zacharie L2 Génétique médicale Pr Zattara 10 pages Oncogénétique Plan I. A. Oncogénétique I. Cancer II. Prédisposition génétique au cancer B. Rétinoblastome I. Généralités II. Diagnostic

Plus en détail

Génome et risque de cancer

Génome et risque de cancer Nouveautés en Oncologie thoracique 29 mars 2014 Génome et risque de cancer Nathalie PRIM Les propriétés de la cellule cancéreuse Indépendance vis à vis des signaux de proliféra1on Échappement à l apoptose

Plus en détail

Génétique des cancers

Génétique des cancers cancer de l endomètre. Aucun bénéfice du dépistage de routine n a été démontré. L échographie par voie transvaginale et le prélèvement d endomètre sont indiqués pour les saignements vaginaux chez les femmes

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

Cancer : les mécanismes biologiques

Cancer : les mécanismes biologiques 01/03/2012 - Par Grégory Ségala Cancer : les mécanismes biologiques Le cancer touche 350.000 personnes par an en France et il est la première cause de mortalité. Malgré les multiples visages de cette maladie,

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Cancérogenèse et histoire naturelle du cancer

Cancérogenèse et histoire naturelle du cancer Cancérogenèse et histoire naturelle du cancer DCEM1 Février 2012 R. de Crevoisier Centre Eugène Marquis HISTOIRE NATURELLE DU CANCER (épithélium) Modifications: - Moléculaires - Génétiques - Morphologiques

Plus en détail

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques.

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Introduction : L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Au sein du vivant, les espèces se différencient les unes des autres par l existence de gènes différents. Au sein d une espèce,

Plus en détail