Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes."

Transcription

1 Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes. The multistage model use in the study of cancer precocity after an exposure to ionizing radiation. C De Brouwer (1), TB De Brouwer (1). (1) Unité de Santé au travail et de toxicologie du milieu. Ecole de Santé Publique, Université Libre de Bruxelles Adresse de correspondance : Unité de Santé au Travail et de Toxicologie du milieu, Ecole de Santé Publique cp593, 808 Route de Lennik, B-1070 Bruxelles Belgique. Résumé Position du problème. Les risques liés à l exposition aux radiations ionisantes dans le domaine professionnel est surtout un risque stochastique causé par de faibles radiations. Un des risques pourrait être une latence diminuée dans l apparition d un cancer. Méthode. L utilisation de la généralisation du modèle multistage (MKV) permet de proposer un modèle concernant la précocité d apparition du cancer. Resultat. La modélisation proposée est notamment proportionnelle à l excès du risque relatif causé par l irradiation. Elle est indépendante de la durée initiale d exposition et de la latence du cancer. Conclusion. Le modèle permet une estimation d un risque. Elle donne une relation linéaire entre l importance de l exposition et l importance de la précocité. Cette modélisation permet de compléter l analyse du risque professionnel, et le cas échéant peut être utile pour l évaluation d un dommage corporel. Summary Backgroud. The risks linked to ionizing radiation exposure in the occupational field is mostly a stochastic risk caused by low level ionizing radiation. One of them is a limited latency. Method. The use of the multistage model (MVK) generalization allow to propose a model for the cancer precocity. Results. Notably the proposed model is proportional to an excess of relative risk caused by irradiation. The model is independent to the exposure duration and the cancer latency. Conclusion. This model allows a risk assessment and gives a linear relation between the exposure magnitude and the precocity. It is a complementary method for risk analysis and maybe useful for a forensic examination. Mots-clé : Radiations ionisantes. Cancérogenèse. Modèles multistages. Précocité du cancer. Modèle de Moolgavkar, Venzon et Knudson. Kewords : Ionizing radiation. Cancerogenesis. Multistage models of cancerogenesis. Cancer precocity. Moolgavkar, Venzon, Knudson model. 1

2 Introduction Dans le domaine de l'expertise médicale, il y existe des cas où la latence entre l exposition aux radiations ionisantes et l apparition du cancer peut paraître trop courte pour qu une causalité directe puisse être défendue. Si l exposition n était pas la cause ou une des causes significatives de l apparition du cancer, la question qui peut se poser est de savoir si le décours du cancer aurait été modifié et si oui, dans quelle mesure. Nous avons construit un modèle pour approcher cette problématique, basé sur la généralisation des modèles multistages de la cancérogenèse. Le décours temporel des cancers après irradiation peut être abordé par les modèles multistages de cancérogenèse [1]. Le concept de progression multistage du cancer est apparu à la suite des travaux de Armitage et Doll [2]. Le modèle de Moolgavkar-Venzon-Knudson (MVK) [3] est un de ces modèles qui prévoient une variation de taux d apparition de cancer avec le temps selon l importance de l exposition au carcinogène. Ce modèle prévoit deux mutations successives à partir de cellules normales et donc l existence de cellules intermédiaires (compartiment intermédiaire). La deuxième mutation mène à l apparition de cellules cancéreuses. Ce modèle (two-mutation model) est considéré comme une généralisation des modèles multistages. Ce modèle permet d intégrer les concepts d initiation et de promotion du cancer. D autres modèles ont été proposés [4] mais celui-ci, par sa simplicité d'utilisation, permet d approcher l étude de la précocité d apparition d un cancer suite à une irradiation et la proportion supposée de celle-ci dans la genèse de celui-là. Il ne s'agit cependant que d'un modèle. La généralisation du modèle multistage Le modèle simplifié de MVK suppose un compartiment intermédiaire (cellules intermédiaires) ayant une expansion clonale «k» qui résulte de la différence entre le taux de mortalité des cellules intermédiaires et leur prolifération (figure 1). De même, il suppose deux fréquence de mutation, C 1 et C 2, respectivement entre les cellules normales et les cellules intermédiaire (C 1 ) et entre les cellules intermédiaires et les cellules cancéreuses (C 2 ). Figure 1 : Le modèle MVK La fréquence de mutation C 1 et C 2 d un compartiment cellulaire à l autre est très faible. C est une caractéristique qui dépend de chaque tissu considéré. Dans le modèle que nous proposons, les fréquences de mutation sont considérées comme constantes. Le modèle propose également une proportionnalité entre le risque d apparition du cancer et le risque d apparition de cellules dans le compartiment cellules cancéreuses, cette proportionnalité est dès lors maintenue au niveau du compartiment intermédiaire. «La forme de la courbe d incidence est donc 2

3 essentiellement fonction des caractéristiques de croissance du tissu normal et du tissu intermédiaire», commentaires de Moolgavkar et al [5]. Ce modèle permet aussi de considérer un état précancéreux chez une personne qui va déclarer un cancer. Dans notre exemple, cet état précancéreux est nécessairement existant, puisque le laps de temps entre le moment d exposition et l apparition du cancer est nettement plus petit que la latence «naturelle» attendue pour le type de cancer considéré. Dans ce cas, ce n est pas seulement un risque de cancer qui doit être considéré, mais aussi la précocité d apparition de celui-ci, causé par une expansion accrue des cellules intermédiaires temporaires, de la durée de l exposition. Méthode : Modélisation de la précocité : Pour caractériser le risque de précocité, nous établissons une courbe théorique de précocité dans le risque d apparition du cancer, qui suit une exposition aux radiations ionisantes. Notre modèle de précocité est calculé en fonction de l augmentation temporaire de l expansion cellulaire du compartiment intermédiaire durant l exposition. Nous établissons le nombre de cellules intermédiaires qui serait apparu à partir d une seule cellule, pendant la période considérée. Nous établissons la comparaison en calculant d autre part le nombre de cellules qui serait apparu sans exposition durant le même laps de temps. La précocité est calculée en égalisant le nombre de cellules du dispositif «exposé» par rapport au nombre théorique de cellules du dispositif «non exposées», en modifiant le laps de temps d apparition du cancer. La modification temporaire du taux d expansion est proportionnellement à l augmentation du risque relatif de cancer (RR ) causé par une exposition aux rayonnements ionisants : il est, pour notre exemple, arbitrairement fixé entre 1,001 et 1,01, soit une excès de risque relatif de 0,1% à 1%, compte tenu de l hypothèse de départ d une faible irradiation. Mode de calcul : N= nombre de cellule.. Sans irradiation, pendant la durée «x», l expansion clonale donne : N 1 =N 0 exp (k * x) (1) Avec irradiation, d une durée équivalente x : N 1 =N 0 exp (k * x) (2) Après la durée «x» : Après un temps «t» (suite à la durée «x») On a pour le cas sans irradiation : N t = N 1 exp (k * t) (3) Soit: N t = N 0. exp (k * x). exp ( k * t) (4) Pour le cas avec irradiation : Après la période d irradiation, les cellules continuent à se développer avec une expansion clonale =k. On cherche t tel que après ce temps on ait le même nombre de cellule que (3) (t'= le temps qu'il faut attendre pour avoir le même nombre de cellule atteinte dans le cas ou il n'y aurait pas eu d'irradiation pour une latence t, ce temps t' est plus petit que t). 3

4 N t' = N 1 exp (k * t ) (5) ce qui donne N t' = N 0. exp (k * x). exp (k * t ) (6) En égalisant (4) et (6) kx+kt=k x+kt (t-t )=x*(k -k)/k Nous posons a (x) =x*(k -k) Dès lors : (t-t ) = a (x) /k Si on prend a (x) = ln (RR ) (t-t ) = ln (RR ) /k On peut remarquer que (t-t ) est indépendant de la latence et pour un risque relatif donné, indépendant de la durée d exposition initiale. Résultats Le taux de précocité du cancer (en jours) est établi pour des expositions modérées dont les risques sont arbitrairement choisis entre 0,1% et 1% d excès de risque relatif (ERR') de cancer causé par l exposition. Le taux d expansion k choisi est de 0,107 6 La précocité varie linéairement entre 0,1% et 1% d excès de risque relatif ; elle est de 3,5 à 34 jours dans notre exemple (tableau 1). Tableau 1. Gain de précocité en fonction de l excès de risque. Précocité en jour ,002 0,004 0,006 0,008 0,01 0,012 Excès de risque relatif 4

5 Discussion L abord du risque lié aux radiations ionisantes en milieu professionnel est surtout lié à la probabilité de survenue d un cancer, d un risque tératogène ou génétique. Il s agit cependant d un domaine stochastique, où la lésion existe entièrement ou n existe pas : c est un phénomène de tout ou rien. Le domaine déterministe est avant tout le domaine de la radiothérapie. Notre problème se situe dans le domaine stochastique, bien qu il ne propose pas un phénomène de tout ou rien, mais l estimation d une précocité de cancer par rapport à la latence «naturelle». Les développements épidémiologiques du multistage 7, et notamment la généralisation proposée par Moolgavkar permet de proposer un modèle de précocité d apparition d un cancer lié à une irradiation, irradiation qui par ailleurs ne participe pas nécessairement à sa cause. Cette estimation est du domaine de la probabilité, et participe à l estimation moyenne d un dommage. L analyse des risques intègre l étude des dangers et facteurs de risque, ainsi que du risque lui-même qui est une probabilité d apparition d un ou de plusieurs effets. La précocité d un cancer est un effet de santé possible, lié aux dangers et risques des radiations ionisantes. On peut donc intégrer cette notion dans l analyse des risques. La méthode proposée est basée sur la généralisation du modèle multistage de Moolgavkar [3]. La première simplification est liée au fait de considérer le taux de mutation entre les compartiments comme une constante caractéristique d un tissu donné. Ceci est inhérent au modèle. Il est possible cependant que ce taux soit modifié pendant l exposition. Ce n est cependant pas certain et le calcul montre que, dans ce cas, c est un couple expansion (k) et mutations (c 1,c 2 ) qu il faut considérer : lorsque l un diminue, l autre à tendance à augmenter et vice-versa [8]. Compte tenu du fait que toutes les mutations ne sont pas cancérogènes, loin s en faut, mais que les mutations efficaces à la cancérogenèse sont très précises et probablement liées beaucoup plus à d autres facteurs que la mutation directe causée par un rayonnement ionisant [9], nous pensons que la simplification proposée ici est acceptable, compte tenu de l hypothèse notamment d une faible exposition. Une autre simplification, purement circonstancielle, est liée au taux d expansion clonale, «k». En effet, c est également une caractéristique tissulaire et chaque tissu a le sien propre. Nous avons choisi un taux d expansion tissulaire trouvé pour les cancers sporadiques du colon, taux qui apparaît moyen par rapport à d autres taux concernant des cancers sporadiques [6]. Cependant, idéalement les taux «k» devraient être ajustés aux types de cancer, modulés suivant l âge, l état hormonal, etc. [5], ou le cas échéant à des cancers de type familial (par exemple les cancers familiaux du colon, dans ce cas, k= 0,207 [6] ). La connaissance de ces taux d expansion est encore fragmentaire. Les limitations générales de la méthode sont celles liés au modèle linéaire sans seuil, et l incertitude inhérente au domaine des faibles doses. Une autre limitation possible est que le modèle «deux mutations» devra être un modèle compatible avec le type de cancer considéré, ce qui n'est peut-être pas le cas des cancers «hormonaux». L étude du facteur «a (x)», c est à dire de la quantité d augmentation qu il faut ajouter au taux d expansion du compartiment intermédiaire lors d une irradiation est au centre du modèle proposé. Sur base d un taux constant de mutation entre le compartiment cellules intermédiaires et le compartiment cellules cancéreuse (simplification proposée), l excès de risque relatif de cancer lié à l exposition, se retrouve proportionnellement dans l excès du taux d expansion du compartiment intermédiaire, c est à dire dans le facteur «a». Le résultat obtenu est de plus indépendant par rapport à deux grandeurs, d une part la durée de l exposition considérée et d autre part la latence du cancer. 5

6 Conclusion Le modèle de Moolgavkar, Knudson et Venzon proposant une généralisation du modèle multistage en deux étapes (deux mutations) est utilisable pour proposer un calcul théorique de diminution de la latence d apparition d un cancer, lors d une exposition professionnelle aux radiations ionisantes, que le cancer soit ou non causé par cette irradiation. Le modèle proposé, compte tenu notamment de l hypothèse d une faible irradiation est simplifié et prévoit uniquement une expansion du compartiment intermédiaire, et une stabilité des taux de mutation «utile» à la cancérogenèse. Des inconnues subsistent quant aux taux d expansion cellulaire du compartiment intermédiaire dont la connaissance est encore imparfaite. Il s agit avant tout d une estimation dans un domaine stockastique, c est donc c est une probabilité. L hypothèse linéaire sans seuil entre l exposition et l effet est sousjacente au modèle. Ce modèle propose donc un moyen complémentaire d analyse des risques, il pourrait de plus servir dans l estimation d un dommage, quoique les données soient du domaine stockastique et dès lors difficilement application au cas d un individu. Conflit d'intérêt : aucun. Références 1 De Brouwer C, Jonckheer P. Modèle multistage d apparition du cancer et analyse des risques dans le domaine de la radioprotection. Arch Mal Prof 2004 ; 65 : Armitage P, Doll R. The age distribution of cancer and a multistage theory of carcinogenesis. Br J Cancer 1954; 8: Moolgavkar SH, Venzon DJ, Knudson AG. Mutation and cancer : a model for human cancerogenesis. J Nat Cancer Inst 1981;66: Little MP. Are two mutations sufficient to cause cancer? Some generalizations of the two-mutation model of carcinogenesis of Moolgavkar, Venzon and Knudson, and of the multistage model of Armitage and Doll. Biometrics 1995; 51: Moolgavkar SH, Day NE, Stevens RG. Two-stage model for carcinogenesis: epidemiology of breast cancer in females. J Nat Cancer Inst 1980;65: Moolgavkar SH, Luebeck EG. Multistage carcinogenesis : population-based model for Colon Cancer. J Nat Cancer Inst 1992;84 : Breslow NE, Day NE. Modelling the relationship between risk, dose and time. In: Statistical methods in cancer research. IARC Scientific Publication n 82 (WHO), 1987, pp Moolgavkar S, Dewanji A, Luebeck G. Cigarette smoking and lung cancer: reanalysis of the british doctors data. J Natl Cancer Inst 1989; 81: De Brouwer C. Radioprotection : Le gène p53 et la sénescence cellulaire. Medecine Travail Ergonomie 1999 ; 36 :

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Mathieu Emily 27 Novembre 2007 Bioinformatics Research Center - Université d Aarhus Danemark Mathieu Emily Coalescence et cancer 1 Introduction

Plus en détail

Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines

Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines Une maladie génétique : Le Xeroderma pigmentosum A partir des informations tirées des documents 1 à 4, présentez les divers niveaux de phénotypes

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Trisomie 21. Informations concernant le dépistage de la trisomie 21 durant la grossesse

Trisomie 21. Informations concernant le dépistage de la trisomie 21 durant la grossesse Trisomie 21 Informations concernant le dépistage de la trisomie 21 durant la grossesse En début de grossesse, le professionnel de santé (gynécologue, sage-femme, généraliste) qui suit votre grossesse vous

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (1998) les Dioxines Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les dioxines sont principalement libérées par les activités humaines telles que l'incinération

Plus en détail

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Annals of the University of Craiova, Electrical Engineering series, No. 30, 006 MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Daniela POPESCU,

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet (Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet Contexte et représentation des diagrammes causaux Contexte Recherche de facteurs de risque d une maladie

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche Le but de cette expérience est de faire une recherche sur la relation entre la masse et le son produit dans

Plus en détail

Etat des connaissances des effets sur l homme

Etat des connaissances des effets sur l homme Etat des connaissances des effets sur l homme Marie-Odile Bernier PRP-HOM/ laboratoire d Epidémiologie Séminaire Environnement / Santé Quelle surveillance dans les territoires par les différents acteurs?

Plus en détail

Surveillance dosimétrique Note législative

Surveillance dosimétrique Note législative VL/NB Bruxelles, le 17 mars 2014 Surveillance dosimétrique Note législative 1 Un nouveau texte de loi vient de paraître. Il s agit de : Loi du 26 janvier modifiant la loi du 15 avril 1994 relative à la

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique Nguyen Ha- Phong Section génie civil 212, Prof. Dr A. Schleiss A) Analyse hydrologique 1. Estimation des débits moyens journaliers de la station

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque Chapitre 9 L analyse de risque 17/04/2006 Claude Saegerman 1 L analyse de risque L analyse de risque organiser les informations disponibles sur un sujet donné les traduire en probabilités en déduire logiquement

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040?

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Projections à l aide du modèle de microsimulation Destinie C. Marbot D. Roy INSEE et CREST Niort - 16 mai 2012 Le contexte : coût de la dépendance La dépendance

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Commentaire mensuel sur les marchés

Commentaire mensuel sur les marchés Commentaire mensuel sur les marchés Perturbations, inquiétude et confusion sur les marchés Une gestion méthodique est essentielle pour garder son calme et maintenir le cap L intérêt d une méthode de gestion

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Faculté des sciences de Tunis Laboratoire de génétique, immunologie et pathologie humaine Institut Salah Azaiez Le Cancer Du Sein Héréditaire En Tunisie Génétique & Éthique TROUDI Wafa C est Quoi Le Cancer?

Plus en détail

choisir H 1 quand H 0 est vraie - fausse alarme

choisir H 1 quand H 0 est vraie - fausse alarme étection et Estimation GEL-64943 Hiver 5 Tests Neyman-Pearson Règles de Bayes: coûts connus min π R ( ) + ( π ) R ( ) { } Règles Minimax: coûts connus min max R ( ), R ( ) Règles Neyman Pearson: coûts

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu

Le taux de retour au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu Le taux de au joueur, un des facteurs de risque du jeu problématique liés à l'offre de jeu 1 JEAN-MICHEL COSTES OBSERVATOIRE DES JEUX 5èmes Assises nationales de la FFA Paris 27 septembre 2012 Plan 2 duction

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests cytogénétiques : utilité en médecine du travail Difficulté

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Le système DOSICARD F. LACOSTE, M. LUCAS*

Le système DOSICARD F. LACOSTE, M. LUCAS* Radíoprotection 1993 Vol. 28, n 1, pages 77 à 81 Produits nouveaux Le système DOSICARD F. LACOSTE, M. LUCAS* (Manuscrit reçu le 7 décembre 1992) RÉSUMÉ DOSICARD est un dosimètre électronique de rayonnements

Plus en détail

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer évolution moléculaire ELEMENTS D UN ARBRE PHYLOGENETIQUE RECONSTRUCTION DE L HISTOIRE PAR COMPARAISON DE SEQUENCES (phylogénie

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p.

Avertissements. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et 2012. Partie 1 Tumeurs solides / p. Avertissements 1/ La lecture du chapitre Matériel et méthode est indispensable à la compréhension et à l interprétation des données présentées dans cet ouvrage La première partie de ce rapport concerne

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

Mathématiques pures 30. Projet à l intention des élèves : Applications des fonctions exponentielles

Mathématiques pures 30. Projet à l intention des élèves : Applications des fonctions exponentielles Mathématiques pures 30 Projet à l intention des élèves : Applications des fonctions exponentielles Septembre 2006 Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC

Plus en détail

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Petit déjeuner de l AFGAP Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Hélène Denis 7 avril 2005 Introduction Insuffisance de la provision mathématique à refléter les engagements de l assureur.

Plus en détail

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Laurent Beaugerie Pôle digestif Hôpital Saint-Antoine Paris Traitement de fond des MICI

Plus en détail

Radon et radiations ionisantes

Radon et radiations ionisantes 1 Radon et radiations ionisantes Boris Melloni Service de Pneumologie Limoges L homme est exposé à une irradiation X naturelle de cause cosmique, tellurique et alimentaire et une irradiation artificielle

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon VI. Tests non paramétriques sur un échantillon Le modèle n est pas un modèle paramétrique «TESTS du CHI-DEUX» : VI.1. Test d ajustement à une loi donnée VI.. Test d indépendance de deux facteurs 96 Différentes

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

RNV3P Recherche de pathologies émergentes

RNV3P Recherche de pathologies émergentes EPSP Ecole Doctorale Ingénierie Santé Cognition Environnement RNV3P Recherche de pathologies émergentes V Bonneterre, L Faisandier, DJ Bicout, R De Gaudemaris pour les membres du RNV3P Laboratoire Environnement

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

LA REDUCTION DES RISQUES LIES AU TABAGISME Mythe ou réalité? Diminution importante des ventes de cigarettes et de la prévalence du tabagisme Mais une diminution qui se ralentit en 2004 LA REDUCTION DES

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES AGENTS DE MAITRISE ET DES TECHNICIENS SUPERIEURS. COMITE REGIE D ENTREPRISE Séance du 27 novembre 2013

GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES AGENTS DE MAITRISE ET DES TECHNICIENS SUPERIEURS. COMITE REGIE D ENTREPRISE Séance du 27 novembre 2013 GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES CRE Déclaration CFE-CGC Groupe RATP Consultation sur le projet d avenant au protocole d accord en faveur de l insertion et de l alternance à la RATP La CFE-CGC est

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne.

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. MODUL 1 MODUL 1. ésistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. Performances-seuils. L élève sera capable 1. d expliquer l effet qu occasionne la résistance interne d une source

Plus en détail

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation Gaël RICHARD Février 2008 1 Reconnaissance de la parole Introduction Approches pour la reconnaissance vocale Paramétrisation Distances

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Data Mining: Activité hospitalière

Data Mining: Activité hospitalière Data Mining: Activité hospitalière DIAGNE Sénéba 1, Huai Yuan WAN 2 1. S2IFA 2. DRM Chapitre 1 Clustering : Activité hospitalière 1.1 Présentation des données Le périmètre des données représente ici un

Plus en détail

Modélisation de l effet du plomb et d autres matériaux pour protéger le fœtus lors de l angiographie pulmonaire CT.

Modélisation de l effet du plomb et d autres matériaux pour protéger le fœtus lors de l angiographie pulmonaire CT. Traduction Communication du British Journal of Radiology 81(2008), 499-503 Modelling the effect of lead and other materials for shielding of the fetus in CT pulmonary angiography G R IBALL, MSc, BSc, E

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Contraception orale et BRCA. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Contraception orale et BRCA M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis CO et cancer du sein: Métaanalyse (1) Collaborative group on hormonal factors in breast cancer 54 études reprises; 53

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

NOUVELLES MESURES DE DÉPENDANCE POUR

NOUVELLES MESURES DE DÉPENDANCE POUR NOUVELLES MESURES DE DÉPENDANCE POUR UNE MODÉLISATION ALPHA-STABLE. Bernard GAREL & Bernédy KODIA Institut de Mathématiques de Toulouse et INPT-ENSEEIHT Xèmmes Journées de Méthodologie Statistique de l

Plus en détail

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat Pierre Valentin Compagnie Parisienne de Réescompte, 4 rue Cité de Londres, 75009 Paris,

Plus en détail