Le DPC sans être dépassé!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le DPC sans être dépassé!"

Transcription

1 Le DPC sans être dépassé! Armelle Drexler Directrice des affaires médicales, CHU de Clermont-Ferrand Loïc mondoloni Directeur des ressources humaines, AP-HM Sandrine Brasselet Directrice adjointe des affaires médicales, HCL Brigitte Courtois Directrice de la qualité, CHU de Caen Devenu obligatoire et exigible pour chaque professionnel de santé, le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif nouveau, innovant, mis en place progressivement en Chaque établissement public de santé s est organisé pour appréhender cette réforme qui bouleverse le paysage de la formation continue et l organisation interne de l évaluation des pratiques professionnelles, faisant émerger des enjeux stratégiques majeurs pour les établissements. Néanmoins, la complexité du dispositif et la multiplicité des acteurs ne facilitent pas sa mise en œuvre opérationnelle. Comment s organiser institutionnellement et piloter le DPC? Comment concevoir des actions de DPC internes et valoriser les analyses des pratiques professionnelles existantes? Comment, enfin, valoriser financièrement les programmes de DPC portés par l établissement public de santé? En associant l analyse des pratiques professionnelles (app) et l approche cognitive traditionnelle d acquisition ou d approfondissement de connaissances et de compétences, le développement professionnel continu suscite des changements majeurs dans l organisation et la gestion de ce qu on appelait jusqu alors «formation médicale continue» (pour les professionnels médicaux), «formation tout au long de la vie» (pour les professionnels paramédicaux) et «évaluation des pratiques professionnelles». Face à l absence de recommandations nationales et parfois le manque d intérêt suscité par la réforme auprès des acteurs internes, chaque établissement public de santé s est efforcé de répondre aux questions stratégiques et opérationnelles soulevées par la mise en œuvre effective du DPC. Ce qui a conduit à des réponses plus ou moins précises et, dans tous les cas, à des pratiques divergentes. Encadré 1 Ce constat a amené la Conférence des directeurs généraux des CHU à créer un groupe de travail intercommissions 1. La réflexion menée à partir de l état des lieux des pratiques existantes entre CHU a abouti à un certain nombre de propositions et préconisations que présente cet article. L ensemble de ces travaux permet de bâtir un référentiel pour harmoniser les pratiques relatives à l organisation et à la gestion du DPC entre nos établissements 2. Organiser le DPC Assurer un pilotage stratégique Pensé comme un outil majeur de décloisonnement, le DPC invite à regrouper les acteurs de ce nouveau dispositif pluriprofessionnel au sein d une instance de pilotage commune aux personnels médical et non médical. Composition : l instance comprend des représentants de la commission médicale d établissement (CME), de la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques (CSIrmt) et de l instance qualité, ainsi que des principales directions fonctionnelles concernées : direction des affaires médicales, direction des ressources humaines, direction des soins et direction de la qualité. Dans les CHU, il est souhaitable d y associer le doyen ou son représentant. Encadré 2 Missions : définir les axes prioritaires du dpc, en lien avec les orientations nationales et régionales ainsi qu avec la politique et le programme qualité internes, et superviser le projet. La validation du plan de DPC relève des instances compétentes réglementairement # 560 Septembre - Octobre 2014 Revue hospitalière de France

2 Le DPC sans être dépassé! Prévoir une mise en œuvre opérationnelle La mise en œuvre opérationnelle s organiserait en plusieurs temps. En premier lieu, il apparaît utile de désigner une direction fonctionnelle qui coordonne la gestion du projet. Ensuite, il est indispensable de structurer l appui méthodologique nécessaire à la construction des programmes. Ceci via la création d un comité scientifique et pédagogique, la mission pouvant aussi être attribuée au comité de pilotage DPC. À ce niveau, il s agit de recenser et susciter les projets, d accompagner les équipes dans l élaboration des programmes dpc et d en valider la méthodologie. La validation des demandes de DPC et de l engagement financier qui en résulte est assurée au sein des sous-commissions des instances, voire au sein d une commission commune. Il semble également intéressant d engager une réflexion sur la mise en place d une structure de gestion dédiée pour assurer les fonctions qui incombent à un organisme DPC (odpc) : suivi des dossiers d ODPC et du plan de dpc, suivi et mise en œuvre des programmes, suivi budgétaire et des obligations individuelles, relations avec l Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH) 4, rapport d activité, délivrance des attestations (y compris pour un public extérieur). Cette structure pourrait être constituée à partir des services de formation continue et permettre une mutualisation des moyens humains comme des compétences. Elle serait aussi un atout pour répondre au cahier des charges d un odpc. Reste la question de l ancrage du dpc au sein des pôles d activité. Une approche par pôle faciliterait le recensement des analyses de pratiques existantes, sans occulter les problématiques transversales en matière de qualité et de sécurité des soins. Les référents qualité/epp, lorsqu ils existent, s imposent assez naturellement en relais privilégiés des professionnels. Les établissements peuvent développer une logique commerciale «en vendant» des programmes DPC à un public extérieur : professionnels salariés par d autres établissements, professionnels libéraux. organisation interne du DPC schéma 1 Concevoir des actions de DPC S enregistrer «organisme de développement professionnel continu» Que les établissements publics de santé puissent se constituer en organismes de développement professionnel continu (odpc) est primordial. Une fois enregistrés auprès de l organisme gestionnaire du DPC (OGdpc), transmission faite des nombreuses pièces justificatives (dont l extrait du casier judiciaire 1. Groupe de travail composé de directeurs des affaires médicales, directeurs de la qualité, directeurs des ressources humaines et des coordonnateurs généraux des soins, sous l égide d Hamid Siahmed, directeur général du CHU de Limoges, président de la commission des affaires médicales de la Conférence, et d Angel Piquemal, directeur général du CHU de Caen, président de la commission qualité de la Conférence. 2. Le rapport de synthèse est disponible sur le site 3. cme, comité technique d établissement (cte), csirmt Revue hospitalière de France # 560 Septembre - Octobre

3 du directeur) et après évaluation favorable des commissions scientifiques indépendantes, les établissements ont franchi le gué : ils sont habilités à concevoir des programmes DPC. Ces programmes seront qualifiés de dpc «internes» s ils s adressent exclusivement aux Valorisation financière des programmes DPC : le «juste dosage» est à trouver par l établissement public de santé porteur. professionnels de santé salariés des établissements concernés et s ils se décomposent en action cognitive et d app réalisées en interne. Constitués en odpc, les établissements sont également en mesure de porter des programmes «mixtes», la plupart du temps pour un public médical, pharmaceutique ou odontologique. Pourquoi s intéresser au DPC? encadré 1 Angel Piquemal Directeur général du CHU de Caen Hamid Siahmed Directeur général du CHU de Limoges En quoi le développement professionnel continu est-il stratégique, pour un établissement de santé? Le DPC n est pas une simple obligation réglementaire. C est un moyen réel d animer la stratégie des établissements car il décline les objectifs du projet d établissement en les articulant avec le parcours professionnel, individuel, de chaque professionnel de santé. Le DPC est aussi un levier d action sur les pratiques professionnelles qui valorisent leurs évaluations et l engagement des professionnels. Il incite à développer de nouvelles analyses des pratiques professionnelles. Mais pas seulement : en associant la formation théorique à l analyse des pratiques, le DPC conduit à parfaire l expertise des professionnels de santé. Et, partant, à améliorer la pratique médicale et soignante au profit du patient. Plus spécifiquement pour les CHU, ce dispositif représente une opportunité de positionnement sur le marché DPC. Et ce tant au niveau régional que national, notamment via le partenariat université/chu. En termes de gouvernance et de fonctionnement d un établissement de santé, quels changements le DPC introduit-il? La logique pluriprofessionnelle imprègne l hôpital bien plus qu ailleurs. Le DPC représente un outil de décloisonnement majeur. Il oblige à développer ou à renforcer les synergies entre les directions : qualité, affaires médicales, ressources humaines, direction des soins et commission médicale d établissement. Ces rapprochements nous invitent à repenser l organisation institutionnelle du DPC. Le dispositif que nous préconisons consiste à mettre en place une instance de pilotage qui s articule avec l instance qualité et une organisation opérationnelle, susceptible d aboutir à une structure de gestion unique DPC. Au-delà de ces instances, l enjeu est de structurer un plan DPC. Celui-ci doit se concevoir comme un plan commun au personnel non médical et médical doté d une zone d intersection importante et qui promeut les programmes impliquant la notion de travail en équipe. La structuration d un plan de DPC dynamique, cohérent et institutionnel dans chaque établissement constitue le fruit d un travail de fond qui résulte de la finalisation du projet d établissement. Cette transposition effective est complexe. Elle requiert la participation de nombreux acteurs et secteurs d activité. L ensemble de la démarche sera donc progressif et ne deviendra opérationnel qu après plusieurs années de mise en œuvre. Il est donc essentiel de donner aux hôpitaux le temps d appréhender le DPC. Les outils présentés dans cet article, et issus de la synthèse des travaux intercommissions de la Conférence des directeurs généraux de CHU, forment un socle de qualité pour comprendre et s approprier le DPC. Dans ce cas, le professionnel de santé réalise une partie de l action en externe (généralement l approche cognitive, tout particulièrement un congrès), l autre partie en interne (généralement la partie analyse des pratiques professionnelles). Enfin, les établissements qui le souhaitent peuvent développer une logique commerciale «en vendant» des programmes DPC à un public extérieur : professionnels salariés par d autres établissements, professionnels libéraux. Savoir utiliser les méthodes validées par la has Quelle que soit la typologie du programme porté, l établissement de santé enregistré en ODPC doit concevoir ses programmes de DPC en respectant les textes réglementaires. Et donc, en utilisant «une des méthodes et des modalités validées par la Haute Autorité de santé» (HAS) 5. Or, l appropriation de ces méthodes n est pas aisée car les exigences de la HAS doivent être mises en adéquation avec la réalité des pratiques au sein des pôles d activité et des équipes de soins. Il est donc apparu utile de procéder à une relecture des fiches-méthodes HAS de façon à présenter une fiche pratique par méthode. La démarche et l ensemble de ces fiches pratiques visent plusieurs objectifs : permettre bien sûr à chaque établissement de mieux préparer son plan de DPC institutionnel, mais aussi de gérer les demandes de formation dans une démarche DPC ; enfin, d intégrer les programmes d analyse des pratiques professionnelles tout en disposant de références qui facilitent l instruction des dossiers individuels. Deux catégories de fiches pratiques : fiches pour lesquelles les méthodes doivent être combinées : audit clinique ou revue de morbi-mortalité, par exemple, afin de constituer un programme de DPC complet ; fiches valant DPC à elles seules : accréditation des médecins ou publication d un article scientifique. Chaque fiche présente une synthèse de la définition puis apporte les précisions requises en termes d organisation et de justification de la formation réalisée. Ceci en en indiquant les étapes qui jalonnent la formation, mais aussi celles précises que la personne formée doit accomplir pour valider sa formation ou analyse des pratiques professionnelles. Une proposition de pièces justificatives à produire est formulée. 20 # 560 Septembre - Octobre 2014 Revue hospitalière de France

4 Le DPC sans être dépassé! Valoriser financièrement les actions dpc Comprendre les enjeux financiers Professionnels de santé non médicaux : le financement du dpc s opère à coûts constants au sein du budget formation continue du personnel non médical. L enjeu surveillé par les organisations syndicales est de ne pas privilégier sur le plan budgétaire les personnels soignants qui ont une obligation de DPC au détriment des personnels techniques et administratifs. Professionnels de santé médicaux : l enjeu financier diffère. La taxe sur l industrie pharmaceutique a augmenté le budget formation au sein des établissements pour les seuls médecins 6, à la condition d adhérer à l ANFH choix réalisé par 66 % des établissements en Chaque établissement adhérent souhaite être en mesure d utiliser intégralement son budget DPC 8. Notons que la perte d autonomie liée au transfert de gestion peut poser des difficultés : financement des abonnements électroniques aux revues médicales, de formations à l anglais ou encore de congrès. Ces derniers ne constituent pas, à eux seuls, des programmes DPC valides et donc finançables par l ANFH. Il convient de ne pas faire porter sur les budgets DPC l ensemble du coût relevant des analyses des pratiques professionnelles. Un coût auparavant identifié sur des budgets spécifiques (au mieux), noyé dans la masse des dépenses de l établissement (au pire). Il s agit surtout d en profiter pour valoriser davantage le coût des APP. Ces enjeux, somme toute complémentaires, invitent à trouver «le juste dosage» dans la valorisation financière des programmes portés par l établissement, préalablement enregistré en qualité d odpc. Utiliser le référentiel de décomposition des coûts Les travaux du groupe de travail intercommissions de la Conférences des DG de CHU se sont fondés sur la catégorisation de l ANFH utilisée pour le financement des programmes de DPC. Le coût d un programme de DPC est segmenté en coûts pédagogiques, de déplacement, d hébergement et de traitement. 5. Art. R du code de la santé publique. 6. Les pharmaciens et les odontologistes en sont pour l instant exclus. 7. Rapport d activité de l ANFH 2013, p Le budget dpc est issu à la fois du financement «employeur» transféré à l ANFH 0,5 % de la masse salariale en CHU, 0,75 % en centre hospitalier et des crédits «industrie pharmaceutique» dévolus à l établissement. CHU et université : des partenaires stratégiques encadré 2 Les CHU et les universités disposent de nombreux atouts pour développer ensemble une offre de DPC de qualité, adaptée aux besoins des professionnels, en profitant des spécificités et des complémentarités des deux structures : les CHU de par leur expertise en matière d analyse des pratiques professionnelles, de gestion de la pluriprofessionnalité, d approche de la qualité et de la gestion des risques ; les universités en raison de leur expérience en matière de pédagogie et d ingénierie de formation. Les activités d enseignement et de recherche des personnels hospitalo-universitaires, et des équipes au sein desquelles ils exercent, sont un atout commun aux deux partenaires. À terme, l idée est de faire reconnaître le CHU/université en tant qu organisme unique de développement professionnel continu (ODPC). À ce stade, la réglementation ne permet pas cette reconnaissance juridique «groupée». Ce qui n est pas «bloquant» dans un premier temps, chacune des structures pouvant être enregistrée ODPC séparément. Dans l attente d une nouvelle réglementation, les acteurs travaillent sur la base des initiatives de rapprochement locales (Lyon, Marseille, Caen, etc.). Ces initiatives sont à encourager, suivre et modéliser : l objectif est d initier une réflexion nationale des conférences (doyens de santé, présidents de CME et directeurs généraux de CHU). Une réflexion est à conduire sur le partenariat à instaurer pour, notamment, mettre des diplômes universitaires (DU) au format «DPC», valoriser et porter les congrès et enseignements postuniversitaires (EPU), ouvrir les staffs de service et les démarches APP aux acteurs extérieurs au CHU (libéraux et personnels salariés d autres structures hospitalières). chu et universités ont la volonté partagée de servir l excellence de la médecine française. Leur force d expertise et le savoir-faire de leurs équipes sont mis au service des professionnels de santé publics et libéraux. Ceci à travers le portage de programmes DPC innovants, adaptés à leurs besoins et aux avancées de la recherche. CHU et universités sont réunis et déterminés à promouvoir, ensemble, le DPC en France. modalités de calcul encadré 3 Le coût pédagogique global d une action ou d un programme de DPC se décompose de la façon suivante : le coût d animation de la session*, valorisé à hauteur du temps d intervention (fixé à 41 brut de l heure**, quel que soit le statut de l animateur) et le temps de préparation afférent (forfaitisé à hauteur d 1h 30 par demi-journée de formation ou d APP) ; les charges variables de «logistique de DPC», liées à une action précise : frais de reprographie, de location de salles, de prestation repas/café pour les participants, ou encore de formations techniques et autres frais préalables (formations informatiques sur un logiciel indispensable à l action d APP, formation de formateurs, formation à l anglais, frais de traduction ) ; les charges fixes de «logistique de DPC», quel que soit le volume d actions internes qu il revient au service du contrôle de gestion de déterminer. Il est recommandé que la part des charges fixes représente entre 15 % et 25 % du coût pédagogique global : - les charges fixes directes sont liées à l ODPC en tant que tel (charges des personnels de l ODPC, abonnements électroniques aux revues professionnelles, information/publicité ) et peuvent être identifiées au réel, si une unité fonctionnelle spécifique a été créée***, - les charges fixes indirectes sont liées à l établissement public de santé support et reposent sur des clés de répartition, utilisées notamment pour les budgets annexes. La somme de ces charges donne le coût pédagogique global. Il convient de le diviser par le nombre de participants**** au programme DPC pour obtenir le coût pédagogique individuel. * Arrêté du 18 novembre 2011 fixant la rémunération des agents publics des administrations en charge de la santé, de la jeunesse et de la vie associative, des solidarités et de la cohésion sociale, de la ville et des sports participant à titre d activité accessoire à des activités de formation et de recrutement. ** Les actions cognitives ou les actions d analyse des pratiques professionnelles réalisées en interne sont assimilées à des «conférences en présentiel», tout en présentant les caractéristiques de «formations d approfondissement ou d expertise». *** IGAS, Contrôle de l organisme gestionnaire du développement professionnel continu et évaluation du développement professionnel continu, avril Préconisation n 31 : «Imposer aux universités et établissements de santé de tenir une comptabilité analytique faisant apparaître de manière distincte les coûts et les bénéfices liés à l activité de formation valant DPC.» **** Si les participants sont des personnels médicaux, pharmaceutiques et odontologiques, il est nécessaire de veiller au statut des participants et d exclure les internes, qui sont en formation initiale et donc non concernés par un financement au titre du développement professionnel continu. Revue hospitalière de France # 560 Septembre - Octobre

5 > > Coûts de déplacement et d hébergement Ils sont calculés au regard des barèmes réglementaires de la fonction publique (maximum 60 la nuit, 15,25 le repas) et des règles locales (seconde classe SNCF). > > Coût de traitement À des fins d harmonisation, il est préconisé que le coût de traitement soit calculé à partir du coût moyen par grade (personnel non médical) et du jour de compte épargne-temps chargé (personnel médical). > > Il équivaut aux frais d inscription pour un programme de DPC «externe». Pour un programme de dpc «interne», il correspond à l ensemble des moyens mis à disposition pour permettre la réalisation de l action cognitive et/ou de l app. C est la raison pour laquelle il doit être systématiquement valorisé. Encadré 3 Le coût pédagogique se décompose de la même manière quelle que soit la méthode HAS utilisée. Que ressort-il de ces travaux? L utilisation de ce référentiel ne permet pas d obtenir un coût uniforme des actions internes dans l ensemble des établissements publics de santé, dans la mesure où les moyens mis à disposition pour la réalisation de ces actions diffèrent : dimensionnement de l équipe affectée à l odpc, charges fixes de l établissement, durée/fréquence des séances APP formalisées L application de ce référentiel montre qu au sein d un même établissement, chaque app a un coût pédagogique différent. Valoriser les coûts des programmes auprès de l anfh La valorisation des coûts auprès de l ANFH diffère en fonction de la typologie du programme de dpc suivi par les agents de l établissement. Dans le cadre d un programme de dpc «externe», les coûts de déplacement et d hébergement s ajoutent aux frais d inscription si le programme n est pas réalisé in situ. De plus, des coûts de traitement sont à identifier, Coûts à valoriser auprès de l ANFH en FONCTION de LA TYPOLOGIE du PROGRAMME suivi Tableau 1 Type de PROgramme suivi PAR l agent de l EPS Programme de DPC «interne» (I) Programme de DPC «externe» (E) Programme de DPC «mixte» Coûts à VALORISER auprès de l ANFH Coût de déplacement Coût d hébergement Coût de traitement (I) + (E) Coût de déplacement (E) Coût d hébergement (E) Coût de traitement (E) dans la mesure où les actions externes impliquent une absence du professionnel qui doit être compensée afin d assurer la continuité du service. Pour le personnel médical, ce coût de traitement s impose dans tous les cas. Pour le personnel non médical, si des mensualités de remplacement ont été prévues au plan de formation, le coût de traitement n est pas à retenir. Les coûts de déplacement et d hébergement sont sans objet concernant un programme DPC porté par l établissement et réalisé exclusivement en interne. Qu en est-il du coût de traitement? Une préconisation issue des travaux est que le temps passé en APP fait partie de l activité hospitalière et ne donne donc pas lieu à valorisation du coût du traitement. Dans le cadre d un programme de dpc «mixte», le coût pédagogique de l action externe s additionne à celui de l action interne. Les frais de déplacement, d hébergement et de traitement ne s appliquent que pour l action externe. Tableau 1 Le choix retenu par le groupe de travail consiste à privilégier le coût pédagogique pour les actions internes ou mixtes, plutôt que le coût de traitement. Ce choix valorise l investissement des équipes hospitalières dans la démarche tout en permettant, dans le cadre d un programme «mixte» pour lequel les deux approches se combinent, d augmenter le coût de référence à partir duquel est plafonné le coût de traitement. Il a le mérite de présenter une vision raisonnable et raisonnée de la valorisation financière des APP déjà existantes au sein des établissements. L approche est davantage acceptable par les syndicats de médecins très largement opposés à la moindre valorisation financière du coût de traitement des personnels médicaux exerçant en établissement public de santé. Les recommandations présentées succinctement dans ces pages ont été présentées en juillet 2014 devant le conseil du développement professionnel continu médical hospitalier de l ANFH, où elles ont reçu un accueil favorable et intéressé, notamment des représentants des syndicats médicaux. Ces préconisations visent à donner un cadre de référence, de nature à harmoniser les pratiques, à définir un schéma organisationnel cible et surtout une boîte à outils pour faciliter la mise en œuvre pratique du DPC au sein des établissements publics de santé. À l heure où s annoncent des «Assises du dpc» sur l initiative du ministère de la Santé, il ne saurait trop être recommandé aux établissements d utiliser ces outils sans attendre une remise en cause éventuelle du développement professionnel continu, dont les aménagements réglementaires ne semblent pas être de nature à en bouleverser la philosophie. n 22 # 560 Septembre - Octobre 2014 Revue hospitalière de France

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST Article 59 de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

PRESENTATION MODULE GESFORM DPC

PRESENTATION MODULE GESFORM DPC PRESENTATION MODULE GESFORM DPC DPC CADRE GENERAL DPC - REGLEMENTATION La règlementation s impose à l établissement qu il soit ou non cotisant à l ANFH Les principes suivants sont fixés : Le professionnel

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) HISTORIQUE, ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers CN FMCH SOMMAIRE Le lien entre formation médicale initiale

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Le Développement Professionnel Continu

Le Développement Professionnel Continu Le Développement Professionnel Continu des médecins, pharmaciens et odontologistes au CHRU de Montpellier De quoi s agit-il? Le Développement Professionnel Continu (DPC) réunit dans un concept commun la

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique

DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique P François Pôle Santé Publique, CHU de Grenoble Origines 1996 : Obligation de FMC Conseils nationaux de FMC Financement des

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Le DPC, les CHU et les professionnels

Le DPC, les CHU et les professionnels ONCOPACA Corse, 17 juin 2013, Aix en Provence. Le DPC, les CHU et les professionnels Dr Sylvia Benzaken Vice Présidente CME CHU Nice Chargée de la mission DPC conférence PCME CHU Membre consultatif de

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé»

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Réseau Hémovigilance 4 ème Aquitaine-Limousin ème Journée - 23 novembre 2006 «Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Dr

Plus en détail

Développement Professionnel Continu

Développement Professionnel Continu Développement Professionnel Continu 1 Formation professionnelle continue Loi du 4 mars 2002 (Kouchner) Obligation de formation professionnelle continue pour les pharmaciens Conseil national de la formation

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Développement Professionnel Continu (DPC)

Développement Professionnel Continu (DPC) Développement Professionnel Continu (DPC) Journée régionale de l ALIBODE Samedi 23 novembre 2013 Monique MONTAGNON Ancienne coordinatrice des soins de CHU Collaboratrice à la HAS Formatrice SOMMAIRE I

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Programme de DPC «RECONNAITRE ET DÉCLARER LES OAP DE SURCHARGE» Séance cognitive DPC - Jeudi 21 mai 2015. Journée régionale d hémovigilance - CHU Caen

Programme de DPC «RECONNAITRE ET DÉCLARER LES OAP DE SURCHARGE» Séance cognitive DPC - Jeudi 21 mai 2015. Journée régionale d hémovigilance - CHU Caen Programme de DPC «RECONNAITRE ET DÉCLARER LES OAP DE SURCHARGE» Séance cognitive DPC - Jeudi 21 mai 2015 Journée régionale d hémovigilance - CHU Caen Généralités Un programme de DPC est un ensemble d activités

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS PROFIL DE POSTE Cadre supérieur de santé formateur en IFCS. Informations sur le poste. Date de parution : - 28/04/2015. Lieu : - IFCS région Auvergne CHU Clermont-Ferrand. Type de contrat : - Fonction

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire formation management des pôles en milieu hospitalier session 2014-2015 en réponse au décret n 201-656 du 11 juin 2010 formation

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Fiche de poste. Corps : AENES ou ITRF Catégorie : A+ Grade : Attaché principal ou IGR Emploi fonctionnel AENSR

Fiche de poste. Corps : AENES ou ITRF Catégorie : A+ Grade : Attaché principal ou IGR Emploi fonctionnel AENSR Fiche de poste 1. Identification du poste Corps : AENES ou ITRF Catégorie : A+ Grade : Attaché principal ou IGR Emploi fonctionnel AENSR UFR, Direction, Service : Faculté de Médecine, 4, rue Kirchleger

Plus en détail

«INNOVATION PEDAGOGIQUE PAR LA MISE EN PLACE D UNE UNITE DE PHARMACIE EXPERIMENTALE POUR AMELIORER LA QUALITE DE LA FORMATION PROFESSIONNALISANTE»

«INNOVATION PEDAGOGIQUE PAR LA MISE EN PLACE D UNE UNITE DE PHARMACIE EXPERIMENTALE POUR AMELIORER LA QUALITE DE LA FORMATION PROFESSIONNALISANTE» REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Université de Monastir Faculté de pharmacie de Monastir «INNOVATION PEDAGOGIQUE PAR LA MISE EN PLACE D UNE UNITE

Plus en détail

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Spontanément des questions!!! De l Evaluation des Pratiques Professionnelles à l

Plus en détail

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Fiche de poste de Directeur Adjoint Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Centre hospitalier (ou direction commune) : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES DU TITRE

REFERENTIEL D ACTIVITES DU TITRE Code APE : 804CN SIREN : 183 109 073N déclaration d existence : 73 31 P00063 31 G:\COMMUN-DAVA\Doc-DAVA - En Vigueur\RESSOURCES DOCUMENTAIRES DU DAVA\FRP - Référentiel.doc MAJ12/11/2010 version 2007 adaptation

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille ATELIER DE RETOUR D EXPÉRIENCES La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences L expérience du CHRU de Lille La définition de la GPMC Prévisionnelle : Prévoir,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

3.1. Responsabilités et activités

3.1. Responsabilités et activités - 1 - République et Canton de Genève Département de l'instruction publique CAHIER DES CHARGES Services administratifs et financiers Division des ressources humaines Etabli par : Date de création : Modifié

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Invitation. Le jeudi 3 décembre 2015

Invitation. Le jeudi 3 décembre 2015 Invitation Le professeur Michel Walter et le docteur François L Hénaff co-présidents du Collège des Hautes Études en Médecine ont le plaisir de vous convier à l inauguration des bureaux et du centre de

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction interrégionale des services pénitentiaires Organigramme type Circulaire de la DAP 2007-SD2 du 19 décembre 2007 relative à l optimisation de l organigramme du siège des directions interrégionales

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes»

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» FORMA-CLLAJ formation 2012 / /Directeurs // Responsables // Élus // Cadres administratifs // Agents de collectivités territoriales

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 mars 2013 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de sage-femme NOR : ESRS1301419A

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat Favoriser l insertion des publics les plus fragilisés Expérience des centres de formation de l U.R.M.A Région Martinique Chambre de Métiers et de l Artisanat Le concept de l URMA des Chambres de Métiers

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

Développement des Individus, des Compétences et des Motivations. ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR «Une passion partagée»

Développement des Individus, des Compétences et des Motivations. ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR «Une passion partagée» Développement des Individus, des Compétences et des Motivations ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR «Une passion partagée» 1 UNE ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR POURQUOI? La complexité de notre environnement incite

Plus en détail

«Le DPC au CHU de Saint-Etienne : l opportunité d un décloisonnement!»

«Le DPC au CHU de Saint-Etienne : l opportunité d un décloisonnement!» «Le DPC au CHU de Saint-Etienne : l opportunité d un décloisonnement!» Philippe GIOUSE Directeur des Ressources Humaines et des Relations Sociales Marie-Christine GAREL Cadre Supérieur de Santé Responsable

Plus en détail

fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ

fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ 2011 Dossier de candidature Cycle d expertise «Security Manager» fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ L analyse de l environnement global de l activité des entreprises démontre

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées. MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

Plus en détail

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 0. Préambule THESAME centre de ressources de la région Rhône-Alpes,

Plus en détail

PRATIQUES DES ETABLISSEMENTS EN MATIERE DE DPC MEDICAL

PRATIQUES DES ETABLISSEMENTS EN MATIERE DE DPC MEDICAL 2 EME RENCONTRE NATIONALE DES CHR(U) PRATIQUES DES ETABLISSEMENTS EN MATIERE DE DPC MEDICAL SYNTHESE DES RESULTATS DU QUESTIONNAIRE NOVEMBRE 2014 METHODOLOGIE Questionnaire adressé par courrier à l ensemble

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger à mesdames et messieurs les chefs des postes diplomatiques et consulaires à l attention de mesdames et messieurs les conseillers de coopération

Plus en détail

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet Date de

Plus en détail

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel L IFccac

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs Note conceptuelle de la conférence PQIP/DCTP de Kigali sur «Encourager l investissement des pays dans l acquisition des compétences des formateurs et entrepreneurs» Introduction La conférence de Kigali

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Catalogue Formations 2015

Catalogue Formations 2015 Catalogue Formations 2015 Thème 1 La Comptabilité & Gestion des entreprises de l ESS Module 1 / session Les outils budgétaires appliqués aux associations Assurer le suivi et l analyse du budget Maîtriser

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Le Développement Professionnel Continu

Le Développement Professionnel Continu G U I D E P R A T I Q U E Le Développement Professionnel Continu Date arial 18 points Responsable : Viviane BAYAD 03.83.19.22.34 Assistant : Alexandre Laversin 03.83.19.22.09 Le Développement Professionnel

Plus en détail

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé OPHELIE Emilie Gonzales, Sous direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins à la DGOS Bureau

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail