LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale"

Transcription

1 LA MORT CÉRÉBRALE Présenté par : Dre Catherine Bégin Département clinique de médecine générale Octobre 2001

2 La mort cérébrale Définition légale : Perte irréversible de la capacité de conscience associée à la perte irréversible de toutes les fonctions cérébro-tronculaires, incluant la capacité de respirer. Déclaration de mort cérébrale : Doit être constatée et certifiée indépendamment par deux médecins n ayant aucune relation avec le receveur. Idéalement, l un de ces médecins devrait être spécialisé en sciences neurologiques mais il n est pas absolument nécessaire qu il en soit ainsi. Au CHRR, l évaluation de deux omnipraticiens est suffisante.

3 1) Avant de déclarer la mort cérébrale, le dx de la pathologie sous-jacente doit être posé 2) Coma profond Pas de réponse motrice à la stimulation douloureuse d aucune partie du corps; Pas de mouvements convulsifs; Pas de réflexe de décortication ou de décérébration; Pas de mouvement dyskinétique. 3) Absence de réflexes tronculaires Pupillaire à la lumière; Cornéen; Oculo-céphalique; Oculo-vestibulaire; Oro-pharyngé (gag); Tous doivent être vérifiés (exposés à la fin du texte) Critères : Par contre, certains réflexes spinaux peuvent persister après la mort cérébrale : Ostéotendineux; Abdominaux; Cutané-plantaire en flexion; Retraits des membres supérieurs/membres inférieurs; du cou (réponse abdominale ou flexion hanche ou bras à la flexion rapide du cou); 4) Apnée (démontrée par le test d apnée exposé à la fin du texte) 5) Conditions listées précédemment présentes lors de deux évaluations effectuées après un intervalle jugé souhaitable d entre 2 h et 24 h. Par exemple, lorsqu une cause traumatique facilement identifiable est mise en évidence, la deuxième évaluation peut être faite après seulement deux heures. Par contre, lorsque la mort cérébrale est suspectée suite à une réanimation prolongée ayant causé une hypoxie, la deuxième évaluation doit être faite 24 heures après la première. 6) Absences de facteurs confondants Un ensemble de causes réversibles peuvent mimer la mort cérébrale doit être éliminé : Sédation ou bloquants neuro-musculaires; intoxication; désordres métaboliques; hypothermie (T R 32 2 ); choc/hypoxie; pathologies du système nerveux périphérique; certaines maladies neuro-musculaires.

4 Circonstances spéciales : Il arrive que dans certaines situations, les critères cités précédemment ne puissent être démontrés. Dans ces circonstances, l absence de perfusion cérébrale démontrée par la cartographie cérébrale après administration I.V. de radio-isotopes (disponible au CHRR) ou l angiographie intracrânienne des quatre vaisseaux, joint à l'évaluation clinique de l arrêt de toutes les fonctions cérébrales pour une période d au moins 6 heures signe le diagnostic de mort cérébrale. Il est à noter que l EEG n évalue pas de façon suffisamment adéquate les fonctions cérébrales et ne devrait jamais être utilisé seul pour porter un diagnostic de mort cérébrale. L EEG n est jamais nécessaire à la démonstration de la mort cérébrale. Conduite : Après avoir posé le diagnostic de mort cérébrale : Annonce à la famille du décès du patient; Aborder la possibilité de don d organes (Québec Transplant (418) ) Si le don d organe n est pas une option envisagée, toute procédure servant à maintenir le patient en vie artificiellement devrait être cessée. Examen des réflexes du tronc cérébral Pupillaire : - pupilles non réactives à la lumière Cornéen : - toucher les cornées avec un brin de coton, tout mouvement des paupières ou des mâchoires excluent la mort cérébrale; Oculo-vestibulaire : - positionner la tête du malade à environ 30 du plan horizontal; - irriguer les conduits auditifs avec 120 ml d eau glacée tout mouvement des yeux exclut la mort cérébrale Oro-pharyngé (gag): - stimuler la paroi postérieure du pharynx, un réflexe de vomissement exclut la mort cérébrale - succionner le tube endo-trachéal, la présence d un réflexe de toux exclut la mort cérébrale. Oculo-céphalique : - observer les yeux pendant un mouvement de brusque rotation de la tête de l extrême droite vers l extrême gauche ou l inverse; le réflexe est présent si le globe oculaire se meut dans la direction opposée. La présence de ce réflexe exclut la mort cérébrale. Test d apnée Procédure : - pré-oxygénation avec oxygène à 100% pendant 10 minutes; - vérifier le gaz artériel et déconnecter le ventilateur lorsque PC et PH 7.40 ou moins - introduire un cathéter dans le tube endotrachéal et fournir oxygène à 100% à 6 L minute; Critères : - pendant 10 minutes, vérifier s il y a absence de mouvement respiratoire; - après ce délai, reprendre le gaz artériel si la PCO2 est à 60 mmhg ou plus, le PH 7.30 ou moins et si la respiration est toujours absente, on peut conclure que le réflexe respiratoire est absent; - reconnecter le ventilateur aux paramètres requis N.B. : Si MPOC et paramètres gazométriques non rencontrés évaluer selon circonstances spéciales citées é éd t

5 Bibliographie Québec Transplant. Guide pratique du don d organe. CMAJ. Bioethics for clinicians : Brain Death. Mar 20, 2001 ; 164 (6). Can. J. Neural. Sci. Guidelines for the Diagnosis of Brain Death. 1999; 26: Catherine Bégin, M.D. Service d urgence Avril 2001 Révisé par le Dr Louis Verret, neurologue (Hôpital Enfant-Jésus) septembre 2001

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus UN CHOIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus DEPLIANT-SCELTA-IN-COMUNE-FRANCESE.indd 1 27/04/15 15:49 INFORME TOI, DÉCIDE ET SIGNE À PARTIR D AUJOURD HUI, S EXPRIMER

Plus en détail

Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie!

Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie! Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie! Kathy Poulin Infirmière ressource au don d organes et de tissus 1 Taux et nombre de donneurs décédés

Plus en détail

LE RISQUE ASPHYXIQUE DU NOUVEAU NE

LE RISQUE ASPHYXIQUE DU NOUVEAU NE LE RISQUE ASPHYXIQUE DU NOUVEAU NE LE NOUVEAU NÉ À TERME Accidents obstétricaux aigus évidents Situations moins claires procidence du cordon, hémorragie massive, Hématome retro placentaire, arrêt cardiaque

Plus en détail

Une Situation mal connue. Un Processus mal compris

Une Situation mal connue. Un Processus mal compris Une Situation mal connue Un Processus mal compris Qu elle implication dans la recherche biomédicale? Dr Michel PINSARD Service de réanimation chirurgicale Unité de prélèvement d organes et de tissus CHU

Plus en détail

Évaluation des nerfs crâniens DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

Évaluation des nerfs crâniens DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Évaluation des nerfs DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, 2014 I II III IV V VI Olfactifs Optiques Oculomoteurs communs Trochléaires Trijumeaux Oculomoteurs

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE DÉFINITION L aspiration des sécrétions trachéales consiste à aspirer les sécrétions à l aide d un cathéter dans la canule trachéale. BUTS Dégager les voies

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement de l asystolie et de l'activité électrique sans pouls (toute activité électrique excluant la FV ou la TV) NUMÉRO: 12.02 DATE : Janvier 2005 RÉVISÉE : Février

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires SIWF ISFM Annexe 2 1. Généralités La formation approfondie selon le présent programme doit permettre au spécialiste en radiologie d approfondir ses connaissances en radiologie diagnostique du système nerveux

Plus en détail

Traumatismes Crâniens Recommandations générales

Traumatismes Crâniens Recommandations générales Traumatismes Crâniens Recommandations générales Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990). En Général 1 Tout traumatisme crânien doit être classé selon son risque évolutif d'après les groupes de Masters.

Plus en détail

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Gestes de secours Chapitre 5 Appel au secours Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Ce qu il ne faut pas faire Utiliser les signes conventionnels Choisir un endroit dégagé pour être repéré.

Plus en détail

Comprendre la mort cérébrale

Comprendre la mort cérébrale Comprendre la mort cérébrale Imprimeur de la Reine pour l Ontario, 2010. Adaptation et reproduction autorisées. 1 Comprendre la mort cérébrale Il est difficile d imaginer une expérience plus douloureuse

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un chauffard âgé de 21ans victime d un AVP a consulte aux urgences. L examen :victime en bon état de conscience. Pas d ATCD pathologique notable. Pas de prise médicamenteuse. Tension artérielle

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 PARTIE 8 L ARRÊT CARDIAQUE 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de prendre en charge, seul ou au côté d un équipier secouriste, avec ou sans matériel minimum de premiers secours, une

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LE DIAGNOSTIC DE LA MORT CÉRÉBRALE DANS LE CONTEXTE DE LA TRANSPLANTATION D'ORGANES

PROTOCOLE POUR LE DIAGNOSTIC DE LA MORT CÉRÉBRALE DANS LE CONTEXTE DE LA TRANSPLANTATION D'ORGANES Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Service de Médecine Intensive Adulte Service de Soins Intensifs PROTOCOLE POUR LE DIAGNOSTIC DE LA MORT CÉRÉBRALE DANS LE CONTEXTE DE LA TRANSPLANTATION

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP)

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Chacun peut être confronté à une personne en arrêt cardio-respiratoire (ACR). Cela peut survenir lors de la pratique d un sport mais également sur la voie publique ou

Plus en détail

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation L ARRÊT CARDIAQUE 2. LES SIGNES D UN ARRÊT CARDIAQUE La survenue d un arrêt cardiaque (AC) se traduit par : Une perte de connaissance de la victime, parfois accompagnée au tout début de convulsions ; L

Plus en détail

Forum canadien «De l atteinte cérébrale grave au diagnostic du décès neurologique» Compte rendu et

Forum canadien «De l atteinte cérébrale grave au diagnostic du décès neurologique» Compte rendu et Conseil canadien pour le don et la transplantation Forum canadien «De l atteinte cérébrale grave au diagnostic du décès neurologique» Du 9 au 11 avril 2003 Vancouver (Colombie-Britannique) Compte rendu

Plus en détail

faisons le point Les vertiges sont, Les vertiges Un défi intéressant Les vertiges sont, avec les céphalées, les maux avec les céphalées,

faisons le point Les vertiges sont, Les vertiges Un défi intéressant Les vertiges sont, avec les céphalées, les maux avec les céphalées, Les vertiges Un défi intéressant Pierre Laplante MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les 15 e Journées annuelles du Département de médecine, Université de Montréal, novembre 2006 Les vertiges

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31

26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31 26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31 DIRECTIVE 2009/113/CE DE LA COMMISSION du 25 août 2009 modifiant la directive 2006/126/CE du Parlement européen et du Conseil relative au permis

Plus en détail

Si mon cœur a moins de 70 ans

Si mon cœur a moins de 70 ans Si mon cœur a moins de 70 ans Deux infirmiers témoignent Sébastien Bodson IGSIU Jean-Noël Koch IGSIU, ECCP CHU de Liège 1 2 Organisation Ressources humaines Equipement Plateaux techniques Chirurgie cardio-vasculaire

Plus en détail

Les Commotions Cérébrales. Plan d attaque. Définition 2012-04-24. CDSG, 26 mars 2012

Les Commotions Cérébrales. Plan d attaque. Définition 2012-04-24. CDSG, 26 mars 2012 Les Commotions Cérébrales CDSG, 26 mars 2012 Marie-Josée Klett, MD, CFFP, Dip Sport Med Professeure adjointe, départment de médecine familiale, Université d Ottawa Marie-Claire Holland, Pht, diplôme en

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

LES EXAMENS MEDICAUX

LES EXAMENS MEDICAUX Association de personnes cérébrolésées, de leurs familles et des aidants Réunion du 9 septembre 1999 à La BRAISE LES EXAMENS MEDICAUX Par le Docteur A. Liard Neurologue Publié et distribué gratuitement

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque U.F.R Médecine 51, rue Cognacq-Jay 51100 Reims Tel. 03 26 78 70 30, aleon@chu-reims.fr clepouse@chu-reims.fr, pgallet@chu-reims.fr www.lssc-med-reims.fr Chapitre 1

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU)

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU) DATE : 20 mars 2014 EXPÉDITRICE : Docteure Colette D. Lachaîne Directrice médicale nationale des services préhospitaliers d urgence DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT Définition : Lésion cérébrale diffuse induite par forces biomécaniques entraînant une perturbation transitoire de la fonction neurologique. Caractérisée par: - Trouble

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

Management des voies aériennes/respiratoires

Management des voies aériennes/respiratoires Management des voies aériennes/respiratoires Guide de présentation DC = Énoncé de la compétence pour un domaine spécifique E = Éléments spécifiques à l énoncé de la compétence P = Critères de performance

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail

Est-ce que mon patient est un donneur potentiel?

Est-ce que mon patient est un donneur potentiel? Est-ce que mon patient est un donneur potentiel? Jean-François Lizé MD, FRCPC Pneumologue-Intensiviste, CHUM Directeur médical adjoint, 35 e congrès provincial Corporation des infirmières et infirmiers

Plus en détail

Diagnostic de la mort dans le contexte de la transplantation d organes

Diagnostic de la mort dans le contexte de la transplantation d organes Diagnostic de la mort dans le contexte de la transplantation d organes Directives médico-éthiques Approuvées par le Sénat de l ASSM le.. La version allemande est la version d origine I. Préambule II. Directives

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université Ecole thématique du CNRS sur la Science des Incendies et ses Applications Porticcio, 30/05 04/06

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

BESOINS MEDICAUX EN NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE

BESOINS MEDICAUX EN NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE BESOINS MEDICAUX EN NEUROPHYSIOLOGIE DR F. CHELIOUT-HERAUT (M.D. Ph.D) Université Versailles St Quentin (UVSQ) DATE 20/11/2012 Cluster and project funding partners BESOINS EN NEUROPHYSIOLOGIE ELECTROENCEPHALOGRAPHIE

Plus en détail

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007 Encéphalopathie ischémique anoxique Dodley Severe Juin 2007 Etiologie Quelque soit son étiologie, toute SFA résulte d une anoxie Celle-ci a plusieurs conséquences 1- fonctionnelles: vasoconstriction fœtale

Plus en détail

Consultations générales - Neurologie

Consultations générales - Neurologie Consultations générales - Neurologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Jean Rivest Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

Formation PLAN DE COURS

Formation PLAN DE COURS Formation PLAN DE COURS 2012 INTRODUCTION ET OBJECTIFS DU COURS PREMIERS SOINS GÉNÉRAL/DEA Le cours Premiers soins - Général prépare le candidat à assumer un rôle d intervenant pré hospitalier lors d une

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Liste composition dossier PMO

Liste composition dossier PMO Liste composition dossier PMO Dossier Donneur EFG Fiches spécifiques (4) Procès verbal mort encéphalique RNR Consentement personne mineur ou majeur incapable Prélèvement à des fins thérapeutiques (signature

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet Le corps à l école Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET Isabelle Legros, CP EPS Anglet SCHEMA CORPOREL Pas de définition qui fasse l unanimité, varie selon l angle d approche, De manière générale,

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière LA CAPNOGRAPHIE 1 Définition La capnographie permet de mesurer le contenu en CO 2 du mélange gazeux pendant tout le cycle respiratoire. La concentration de CO 2 dans les gaz inspirés et expirés est représentée

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

Questionnaire cours pédiatrique

Questionnaire cours pédiatrique Plusieurs réponses sont possibles. Questionnaire cours pédiatrique 1. Quelle est la principale conséquence d une cage thoracique : - composée de plus de cartilage que d os : - dont le volume est peu important

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central avec valve antireflux Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous explique comment

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Convulsions Fébriles du Nourrisson

Convulsions Fébriles du Nourrisson Convulsions Fébriles du Nourrisson Dr A. Haegel 1 Le degré d urgence Les crises convulsives fébriles (CCF) du nourrisson sont banales et généralement bénignes. Elles nécessitent une prise en charge hospitalière

Plus en détail

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS Préambule: rôle du secouriste niveau 2 Les détresses respiratoires 1-1- Rôle de la ventilation 1-2- Anatomie 1-3- Principales causes des détresses respiratoires

Plus en détail

Dossier. Question 1 Quel est le diagnostic le plus probable? Question 2 Quel bilan clinique effectuez-vous?

Dossier. Question 1 Quel est le diagnostic le plus probable? Question 2 Quel bilan clinique effectuez-vous? Dossier 1 Monsieur P, 40 ans, consulte pour une baisse d acuité visuelle bilatérale, prédominant à gauche. Dans les antécédents médicochirurgicaux du patient, on note une greffe bipulmonaire il y a 2 ans,

Plus en détail

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne généralités déficits de protéines enzymatiques communes à de nombreux organes - organelles

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015

Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015 Collège de Médecine d Urgence de Bretagne 18 novembre 2015 Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015 RCP en 2015 Résumé des modifications / recommandations 2010 RCP / ERC 2015 Pas de changement marquant

Plus en détail

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 introduction Risques liés au patient. Risques liés au transport. L anticipation des incidents est

Plus en détail

«PREMIERS RÉPONDANTS» GUIDE DE L ÉTUDIANT

«PREMIERS RÉPONDANTS» GUIDE DE L ÉTUDIANT «PREMIERS RÉPONDANTS» GUIDE DE L ÉTUDIANT Direction des services préhospitaliers d urgence Ministère de la Santé et des Services sociaux Janvier 2007 AVIS : Cette publication a été produite pour être utilisée

Plus en détail

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1 PARTIE 4 LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable : En présence d une personne qui présente un saignement abondant, de réaliser une compression directe de

Plus en détail

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Vous allez (Votre enfant va) être opéré(e) prochainement d'une appendicectomie par laparoscopie. Ce document est destiné à vous expliquer : ce que représente cette maladie;

Plus en détail

Technologie gymnique travail des abdominaux

Technologie gymnique travail des abdominaux 1 - Pourquoi renforcer Pour améliorer la respiration, avec une meilleure expiration Pour modifier la statique rachidienne, par rétroversion du bassin et limiter les appuis sur les arcs postérieurs, Pour

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

Liste de vérification des techniques

Liste de vérification des techniques Mesure de la tension artérielle Palpation 1 Mesure de la tension artérielle Auscultation 2 Adulte ou enfant conscient qui s étouffe 3 Bébé conscient qui s étouffe 4 Adulte, enfant ou bébé inconscient qui

Plus en détail

Intérêt du scanner thoraco-abdominal réalisé dans la foulée. de l angio-scanner cérébral afin d évaluer la prélevabilité

Intérêt du scanner thoraco-abdominal réalisé dans la foulée. de l angio-scanner cérébral afin d évaluer la prélevabilité Intérêt du scanner thoraco-abdominal réalisé dans la foulée de l angio-scanner cérébral afin d évaluer la prélevabilité d organes sur un patient en mort encéphalique. Présentateurs: Zoéna Munyana et Denis

Plus en détail

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM)

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) Dans le but d accélérer le traitement d une demande de consultation PNAVD, plusieurs informations doivent nous être acheminées. Pour connaître

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRES

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRES ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRES FONCTION PULMONAIRE Version apprenant Direction des soins infirmiers et des regroupements clientèles Tous droits réservés, CHUM, 2015 2 Structures anatomiques du système

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail