La virtualisation PAGE 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La virtualisation PAGE 8"

Transcription

1 LA RÉFÉRENCE TECHNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L'INFORMATIQUE La virtualisation PAGE 8 Vers une professionnalisation des tests au service de la rentabilité de l entreprise PAGE 16 SOA et la déverticalisation de l industrie du logiciel PAGE 29 Bimestriel - mars/avril e n 72 Sécuriser les environnements applicatifs sous Citrix PAGE 42 Cartographie des SI : Observez le présent et vivez l avenir PAGE 35

2 ZOOM OUTSOURCING L AVIS DES DIRECTIONS INFORMATIQUES Ministère des Finances Direction Générale des Impôts Nadine Chauvière Sous-Directrice des SI de la DGI «Les solutions d Application Intelligence CAST nous aident à obtenir une meilleure visibilité de notre parc applicatif au travers de tableaux de bord composés d indicateurs techniques objectifs afin de faciliter le dialogue avec les équipes et avec nos maîtrises d ouvrage.» Groupe SFR Cegetel Eric Eteve Directeur Informatique Centre Ingénierie Mobilité «La solution CAST de gestion de la soustraitance est un élément clé dans le système de pilotage mis en place par SFR-Cegetel sur ses TMA. Nous avons constaté une attention plus particulière apportée par les SSII à la qualité des livrables et à la fiabilité des chiffrages depuis qu ils savent que nous pouvons facilement les auditer» Framatome - Groupe AREVA Michel Fondeviole DSI de Framatome-ANP «CAST fournit des critères objectifs d appréciation dans le dialogue parfois difficile avec le sous-traitant ainsi que des indicateurs nécessaires au suivi de l évolution des applications et constitue au sein de Framatome un outil de progrès partagé.» EN SAVOIR PLUS Demandez le Livre Blanc rédigé par le Gartner Group et CAST sur ce thème : «Information Series on Application Management» : Découvrez l expérience de plusieurs sociétés utilisatrices de solutions d Application Intelligence :

3 La maîtrise des applications et des prestataires dans une opération d outsourcing De la valeur ajoutée de l Application Intelligence pour piloter efficacement un parc applicatif sous-traité Les entreprises, devenues plus mûres vis-à-vis de l outsourcing, sont désormais capables d opérer des externalisations plus stratégiques. On l a récemment observé dans l automobile avec Renault ou dans la grande distribution avec Carrefour. Dans l externalisation des applications métier, c est surtout la volonté d accroître l efficacité opérationnelle de l informatique qui est motrice : pouvoir fournir plus rapidement un service à valeur ajoutée aux utilisateurs et aux clients dans un contexte en perpétuelle évolution. Comme dans n importe quelle opération d outsourcing, le contrat liant le fournisseur est capital, en particulier les SLAs. Néanmoins, les applications métier étant par nature soumises à de fréquents changements en cours de contrat, les seuls SLAs se révèlent vite insuffisants pour garantir la qualité de service et éviter les dérives de coûts. C est là que le bât blesse : l externalisation des applications métier occasionne un risque de perte rapide de savoir-faire technologique et par conséquent critique. Vigilance et suivi sont de mise pour garder le contrôle de la qualité de service et éviter les dépendances par nature dangereuses. L externalisation réussie d applications métier est donc le fruit d une vision anticipatrice partagée avec le prestataire. Sont ainsi apparues des solutions dites d Application Intelligence, basées sur une technologie avancée d analyse de code source. En fournissant des indicateurs techniques aux donneurs d ordre, ces solutions permettent de piloter un parc applicatif sous-traité en temps réel, tant en terme de qualité, que de maintenabilité et de coût. Résultat : le donneur d ordre conserve la maîtrise intellectuelle de ses applications métier et le contrôle de la relation avec son sous-traitant. La valeur ajoutée de ce type de solutions d Application Intelligence est visible à chaque étape d une opération d outsourcing, comme décrit ci-après. Recette technique Fin de contrat Cycle de vie d'une opération d'outsourcing Contrôle des coûts Appels d'offres Suivi de projet Audit de l existant et préparation des appels d offres Déterminer les caractéristiques techniques du portefeuille applicatif existant avant de le sous-traiter Disposer d informations de référence pour évaluer les propositions des sous-traitants Obtenir une image à l instant t des applications pour permettre un suivi dans le temps Transfert de connaissances Transfert vers le prestataire Réduire la phase d acquisition de la connaissance pour entreprendre plus vite des tâches productives Diminuer le coût lié à la production d une documentation exploitable et maintenable par le prestataire Contrôle de la qualité et des coûts en cours de projet Suivre l évolution de la maintenabilité et de la qualité pour éviter toute dérive Etre capable de valider la quantité et la qualité du travail facturé Etre en mesure de challenger le sous-traitant lors des négociations d avenants Industrialiser les recettes techniques Renouvellement de contrat, transfert ou ré-internalisation Déterminer et qualifier les écarts entre la prestation prévue et les livrables recettés Disposer des informations techniques caractéristiques du portefeuille applicatif en fin de prestation Le leader mondial de ce type de solutions est d ailleurs un éditeur français, CAST. Reconnu par les analystes informatiques comme précurseur du marché, CAST compte plus 500 comptes utilisateurs de sa plate-forme d Application Intelligence dans le monde. Publi-Reportage

4

5 Edito édito Vers un monde informatique virtuel? Dans ce numéro, nous avons décidé d aborder la virtualisation. Certes, il semblerait - une fois encore? - que la presse fasse plus de bruit que le tiroir-caisse des éditeurs concernés. Toutefois, des entreprises commencent déjà à témoigner de projets de virtualisation générant un retour en investissement si rapide qu il fait blêmir certains vendeurs matériels Et pourtant, elle tourne! Réduction des coûts et des surfaces, sous-utilisation des ressources matérielles du parc informatique, explosion des volumes de données Bref, un terrain très fécond pour les technologies de virtualisation aujourd hui rôdées, efficaces pour les datacenters, et à portée de bourse pour les PME/PMI. Certains objecteront que les serveurs-blade apportent une partie de la réponse. Néanmoins, la limite est vite atteinte, et les constructeurs coopèrent fortement avec les éditeurs d outils de virtualisation, quand ils ne les rachètent pas! Des démarches qui confirment cette orientation inévitable. Et si le frein majeur des décideurs informatiques était surtout psychologique? De même que les responsables financiers à une époque, ou des ressources humaines à une autre, tenaient fortement à préserver leurs écritures sur du papier, certains DSI seraient-ils effrayés par la virtualisation? Seraient-ils finalement satisfaits de la règle «une application = un serveur»? Pourtant, la virtualisation n empêche nullement -bien au contraire- le stockage physique. Mieux encore, ces technologies permettent de déployer des infrastructures à très haute disponibilité (et même réplication en temps réel) à des coûts jusqu alors inégalés. Éditeurs : peut mieux faire Deux arguments devraient pourtant atteindre les éditeurs. En premier lieu, l incompatibilité entre les diverses solutions ne simplifie pas les échanges et la coopération étroite entre serveurs virtuels, et même physiques. Aujourd hui, les éditeurs publient de plus en plus leurs formats, et la collaboration devrait s accentuer puisque des acteurs comme Citrix, Microsoft et même Sun sont devenus «amis» Seconde pierre dans leur jardin, l administration et la supervision en temps réel des serveurs physiques et virtuels ne sont encore totalement possibles. Mais les choses seraient en cours de négociation entre éditeurs. À suivre. Pour les DSI et responsables d architecture, la virtualisation offre de si nombreuses possibilités, qu il serait totalement irresponsable de ne pas s essayer à ce type de technologies, que les plus importants hébergeurs d applications critiques déploient déjà en masse. N oublions pas qu elles incarnent depuis des décennies l un des arguments majeurs des mainframes qui assurent encore la plus grande part des transactions financières du globe. Editeur Press & Communication France Une filiale du groupe CAST 3, rue Marcel Allégot Meudon - FRANCE Tél. : Fax. : http ://www.it-expertise.com Rédacteur en chef José Diz Directeur de publication Aurélie Magniez Abonnements/Publicité Conception Graphique C. Grande Parution IT-expert - (ISSN ) est un journal édité 6 fois par an, par P & C France, sarl de presse au capital de ,61 e. Avertissement Tous droits réservés. Toute reproduction intégrale ou partielle des pages publiées dans la présente publication sans l autorisation écrite de l éditeur est interdite, sauf dans les cas prévus par les articles 40 et 41 de la loi du 11 mars P&C France. Toutes les marques citées sont des marques déposées. Les vues et opinions présentées dans cette publication sont exprimées par les auteurs à titre personnel et sont sous leur entière et unique responsabilité. Toute opinion, conseil, autre renseignement ou contenu exprimés n engagent pas la responsabilité de Press & Communication. Abonnement Prix pour 6 numéros téléchargeables sur le site : 70 TTC (TVA : 19,6%) Un bulletin d abonnement se trouve en pages 33/34 de ce numéro. Vous pouvez vous abonner sur Abonnements/Default.aspx ou nous écrire à José Diz Rédacteur en Chef IT-expert n 72 - mars/avril

6

7 IT-expert n 72 - mars/avril 2008 Sommaire 8 Dossier La virtualisation Clients légers, fermes de serveurs, stockage, serveurs et systèmes d exploitation, la virtualisation explose dans de multiples secteurs informatiques. Ce dossier montre les avantages et les bénéfices de ces technologies, issues des grands systèmes. L auteur souligne également le problème toujours posé de l administration des ressources virtuelles. 16 Technique Vers une professionnalisation des tests au service de la rentabilité de l entreprise Comment et pourquoi les tests deviennent-ils incontournables dans l alignement stratégique et la réduction des coûts? Outre les éléments de réponse à ces questions, l article explique l industrialisation du processus, détaille les principales familles de tests, et les normes les plus usitées. 24 Actualités Internationales Les informations marquantes d éditeurs, de marchés, d organisme de standardisation, de débats en cours et de tendances. 29 Quoi de Neuf Docteur? SOA et la déverticalisation de l industrie du logiciel Un regard intéressant sur une orientation du marché informatique : l émergence «d éditeurs-constructeurs» et de «développeurs-équipementiers». En reprenant l exemple de l automobile, l auteur explique pourquoi ce mouvement irréversible est essentiel pour les choix des DSI. 35 Comment ça marche? Cartographie des SI : Observez le présent et vivez l avenir La complexification de l informatique d entreprise amène les DSI ou urbanistes à utiliser des solutions de cartographie des systèmes d information. L auteur explique comment est organisé ce marché dynamique, et quelles seront les nouveautés des outils de seconde et troisième génération. 39 Livres Virtualization for Dummies par Bernard Golden, Visibilité sur le web par Shari Thurow 40 Fenêtre sur cour Interview de Philippe Ottin, responsable système et réseaux de la société Weishardt «Bien que ne disposant d aucun informaticien sur nos sites distants, nous avons besoin d une disponibilité maximale des applications du SI et d une grande réactivité en cas de problème.» Philippe Ottin rapporte comment la virtualisation a permis à Weishardt d obtenir une architecture IT fiable et disponible, avec un excellent taux de disponibilité du SI. La satisfaction des utilisateurs est au rendez-vous, et peut se mesurer par des indicateurs précis entrant dans la politique d Assurance Qualité du groupe. 42 Rubrique à brac Sécuriser les environnements applicatifs sous Citrix La virtualisation accélère le déploiement de la solution phare de Citrix. L auteur explique pourquoi de nouvelles failles sont à considérer, et explique comment les cloisonnements physique et logique peuvent apporter des réponses efficaces. IT-expert n 72 - mars/avril

8 Dossier & Interviews LA VIRTUALISATION La virtualisation existe depuis longtemps sur les grands systèmes IBM et consorts. À l époque, il est vrai, les systèmes propriétaires et le matériel propriétaire régnaient en maître sur des budgets considérables, liés aux coûts des Mainframes. Cet aspect «propriétaire» facilitait néanmoins l interaction entre le matériel et les systèmes d exploitation, et facilitait la démarche de virtualisation, également appelée partitionnement. Ce concept de virtualisation a été remis au goût du jour il y a quelques années par VMWare notamment, dans le monde des architectures matérielles de type X86 (Intel, AMD ). Alors, la règle était «un serveur par application», ce qui entrainait une inflation galopante du nombre de serveurs dans la salle informatique, avec tous ces corollaires : occupation de la salle machine, consommation électrique, charge de climatisation, charge d exploitation, volume de sauvegarde. Au début des années 2000, les machines n atteignaient pas le niveau de puissance actuel, et les coûts de la mémoire restaient prohibitifs. En outre, les capacités des machines étaient plus limitées en terme de taille mémoire, d espace disque et de performances des processeurs. VMWare était alors une startup, et ses produits surtout utilisés par les formateurs pour optimiser le temps de création des postes dans les salles de formation. Le succès n arrivera que plus tard, avec la fulgurance que l on sait La virtualisation s est aujourd hui aventurée au-delà des frontières du seul système d exploitation pour s immiscer dans de multiples parties du système d information. Il existe plusieurs types de virtualisation : virtualisation des machines, qui virtualise le système d exploitation ; virtualisation d application, aussi connue sous le nom de «streaming» ou encapsulation ; virtualisation par déport d affichage proposé par les solutions de client léger ; virtualisation réseau ; virtualisation stockage... 8 IT-expert n 72 - mars/avril 2008

9 Le client léger et ses fermes de serveur La virtualisation proposée par les solutions de type client léger permet d utiliser une application sans en disposer sur son poste de travail, ou sans disposer d un réel poste de travail, mais seulement d un terminal. ment une gestion physique simplifiée des postes utilisateurs déportés, le déploiement des applications uniquement sur les fermes de serveurs, l accès rapide à une nouvelle application, ou encore la continuité d activité en cas de panne ou d incident d un serveur. Les prérequis restent aussi contraignants qu avec des postes sous forme de PC, mais s amenuisent au fil du temps. Et il faut être en mode connecté pour accéder aux services et disposer d une application qui supporte le mode multi-utilisateur. Un inconvénient majeur demeure, malgré ce transfert des applications du poste client vers la ferme de serveur. En effet, l application est bel et bien installée physiquement sur le serveur ; et les incompatibilités en tout genre s y manifestent joyeusement, depuis l incompatibilité des librairies de fonctions (DLL) jusqu à l incapacité d une même application à être publiée en plusieurs langues sur le même serveur. Jusqu à présent, il n existait qu une seule parade réellement efficace à ces problèmes : multiplier le nombre de serveurs de publication avec le risque de revenir à la situation de départ «une application = un serveur». En ceci le fonctionnement est virtuel du côté poste de travail qui se comporte comme si l application et les actions de l utilisateur étaient traitées en local sur le terminal. De plus, il est possible d exécuter deux applications strictement incompatibles entre elles sur ce même poste. Cela présente plusieurs avantages, notam- Les applications dans leur bulle Également appelée streaming ou encapsulation, la virtualisation des applications permet à un logiciel de s exécuter dans une «bulle» sans impact sur le poste sur lequel elle s exécute. Ce IT-expert n 72 - mars/avril

10 poste pouvant être un simple PC ou une ferme de serveurs de publication type Citrix ou Terminal Server (TSE). La démarche d utilisation est la suivante : chaque application doit être encapsulée (packagée) au préalable par un administrateur, puis déposée sur un serveur de référence sur lequel le client d encapsulation viendra la chercher à la demande. Cette plateforme gère généralement aussi les licences disponibles et assure le suivi du nombre d instances applicatives exécutées simultanément sur le réseau. Bien utile au moment d établir ses besoins en nouvelles licences ou en période de renouvellement! Cette solution présente de nombreux atouts : Cohabitation d applications incompatibles entre elles. Déploiement facilité, car les «bulles» applicatives sont hébergées sur des serveurs, et le client d encapsulation installé sur chaque poste vérifie à chaque démarrage de l application le niveau de version dont il dispose. En cas de retard de version, la nouvelle est immédiatement téléchargée et exécutée sur le poste client. Gestion de la charge réseau. Et, ici le mot «streaming» prend tout son sens, car de la même façon qu un film téléchargé à partir d Internet peut être visionné dès qu un faible pourcentage du fichier est arrivé sur le poste, l application peut se lancer dès qu une partie du code est téléchargée, le reste du code arrivant ensuite au fil de l eau. Les nombreux avantages de cette solution n empêchent pas un inconvénient majeur : si les «bulles» isolent les applications, les communications entre les applications s en trouvent affectées (cas d une application métier qui envoie un mail par exemple ). Les avantages sont nombreux et les grands éditeurs ne s y trompent pas, car les rachats se multiplient. Microsoft a racheté Softricity, VMWare a repris Thinstall, Citrix a acquis Ardence et développé son propre outil d encapsulation pour Presentation Server 4.5. Si les différences techniques vont s estomper peu à peu, le mode de licences va évoluer et, dans un premier temps, différencier les acteurs. Chez Microsoft, cette solution n est disponible qu au travers du software assurance du système d exploitation Vista, ce qui malheureusement risque d en atténuer le déploiement. En effet, peu de sociétés acceptent ce surcoût lié au mode de licence avec mise à jour intégrée de Microsoft. Il faut de plus acquérir le Microsoft Desktop Optimization Package (MDOP) pour chaque utilisateur. Chez Citrix cet outil est lié à Presentation Server 4.5 Entreprise au minimum, ce qui nécessite un fonctionnement en mode publication d application. Là aussi, l investissement financier et technique risque d en effrayer plus d un. Reste à savoir ce que fera VMWare du rachat de Thinstall. Il est encore trop tôt pour le dire. Toutefois, Thinstall commercialisait jusque-là son offre sous la forme d un packager pour encapsuler les applications puis d une licence par client utilisateur. Virtualisation du système Gestion d un cache disque local sur le poste : l administrateur peut dédier une partie du disque dur du PC au stockage des lots applicatifs encapsulés pour accélérer les prochains démarrages et permettre - cerise sur le gâteau- le fonctionnement de l application en mode déconnecté. La gestion du cache est suffisamment fine pour que l administrateur puisse définir si une application «stratégique» peut ou non être éjectée du cache en fonction des besoins selon la règle «first in, first out». Les acteurs majeurs de l informatique consacrent actuellement beaucoup d énergie à la virtualisation du système d exploitation. Cette démarche intègre dans la machine virtuelle l ensemble des éléments constituant un ordinateur (entrées-sorties bios-, pilotes matériels, système d exploitation, applications). L architecture supportant ces machines virtuelles se décompose en trois typologies de solutions : l émulation, la traduction binaire directe et la paravirtualisation. Quelle que soit l architecture, l objectif commun consiste à transférer les appels systèmes de la machine vir- 10 IT-expert n 72 - mars/avril 2008

11 tuelle vers la machine hôte pour que ces appels soient exécutés et que le résultat soit remonté à la machine virtuelle. La couche d interprétation ajoutée impactera forcément les performances perçues. Le rôle des concepteurs de ces architectures est donc de minimiser cet impact et d apporter de nombreux avantages dans tous les autres domaines. L émulation est le système permettant le plus de souplesse puisque les machines virtuelles sont complètement émulées sur les machines hôtes. C est-à-dire que chaque appel système de la machine virtuelle est capturé, puis interprété par la machine hôte. C est l architecture choisie par VMWare pour construire sa solution. L inconvénient sur les performances est qu il ne devrait pas être nécessaire de capturé-interprété chaque instruction. En effet, un certain nombre d instructions devrait pouvoir être exécuté directement sans passer par la phase interprétation. L idée est prometteuse pour les performances, mais nécessite quelques aménagements sur l architecture des processeurs. La traduction binaire directe consiste à trier les instructions provenant du système virtuel pour n interpréter que celles qui pourraient rendre instable le système virtuel. La para-virtualisation privilégie la modification du système d exploitation virtuel pour que celui-ci utilise au minimum des instructions devant être traduites par le système hôte. Cette approche limite considérablement la souplesse de la solution puisqu il est nécessaire d avoir des versions spécifiques des systèmes d exploitation à virtualiser. conteste en arguant que la différence n est pas si sensible. La jeunesse de ces architectures et les performances déjà obtenues permettent de leur prédire un avenir profitable pour aborder de manière plus mature l approche de la virtualisation. Mémoire et pilotes : peut mieux faire La virtualisation de la mémoire et des entrées/sorties est bien avancée, mais n est pas encore en production chez ces constructeurs. Pour la mémoire, le but est d intégrer au niveau de la machine hôte pour chaque machine virtuelle une table de correspondance de la mémoire (entre l adressage du système d exploitation virtuelle et l adressage du système d exploitation hôte). Cette opération permettrait d adresser directement la mémoire sans faire intervenir l hyperviseur. Pour les périphériques, plutôt que d utiliser le pilote de périphérique générique pour toutes les machines virtuelles quelque soit le matériel réellement présent, il semble intéressant de pouvoir monter directement le pilote du véritable périphérique dans la machine virtuelle et ainsi améliorer les performances et la simplicité du système. Les évolutions des deux principaux constructeurs semblent fondamentales pour faire évoluer la virtualisation. Il se posera alors un problème : lequel choisir? En fonction du choix, il faudra vérifier l adhérence au constructeur de processeur pour pouvoir choisir ses évolutions. Les fondeurs de puces adaptent leurs technologies Le problème principal de la virtualisation provient du fait que le jeu d instruction des architectures de nos ordinateurs (x86) n est pas conçu pour supporter cette virtualisation à la base. En effet, les instructions doivent être toutes capturées et interprétées. Outre la problématique du jeu d instruction, les appels mémoire sur l ensemble du spectre d un ordinateur virtuel doivent aussi être interprétés pour pointer sur la bonne adresse physique de l ordinateur hôte. Enfin, les périphériques physiques générant des appels mémoire et des interruptions doivent aussi être pilotés par l hyperviseur. L ensemble de ces interprétations impacte non seulement la complexité des outils de virtualisation et donc leur fiabilité, mais aussi la performance globale de ces systèmes (même si l augmentation de performance des machines hôtes peut cacher ce point). L approche des constructeurs de processeurs (INTEL et AMD principalement) consiste à proposer un complément dans le jeu d instruction initial des architectures x86 pour tenir compte des nouveaux enjeux de la virtualisation. Avec Intel-VT et AMD-V (ex-pacifica), les deux constructeurs proposent d ajouter une structure de contrôle et de nouvelles instructions. Cet ensemble permet de basculer la machine virtuelle du mode virtuel au mode hôte pour exécuter les instructions sensibles. Intel et AMD prétendent ainsi augmenter considérablement la vitesse de fonctionnement des hyperviseurs, ce que VMWare Des avantages et atouts déjà reconnus L approche à long terme semble très prometteuse, alors que les avantages sur les architectures actuelles sont déjà connus et reconnus : Meilleure utilisation des serveurs. Sans virtualisation, la charge CPU moyenne est de 10 % environ, alors autant l employer à faire plus ; Reconstruction rapide d une nouvelle machine, par copie d une machine existante ; Capacité à faire tourner des systèmes d exploitation obsolètes sur du matériel récent. Microsoft supporte ainsi encore Windows NT4 dans des machines virtuelles ; Cohabitation de plusieurs serveurs sur une seule machine physique ; IT-expert n 72 - mars/avril

12 Augmentation simple et dynamique des ressources (mémoire, ressources processeurs) d une machine en cas de besoin ; En cas d application d un correctif, il est très simple de faire une copie (snapshot) de la machine virtuelle, d appliquer le correctif, puis si le correctif pose problème, de revenir à la version originale ; Idem avec une évolution applicative. À ces bénéfices, il convient d ajouter la facilité de transfert d une machine virtuelle d un système physique à un autre, sans contrainte matérielle identique puisque chaque machine virtuelle embarque son propre «hardware». Ainsi, les contraintes de maintenance et de reprise sur incident (PRA et PRI) sont fortement simplifiées. On le voit les avantages sont nombreux. Le revers de la médaille Un certain nombre de voix s élèvent pour mettre en garde les responsables de Systèmes d information sur les travers de la virtualisation dans certains domaines. La sécurité Que se passe-t-il si la machine hôte est corrompue, ou si un hacker peut en prendre le contrôle? Il peut alors verrouiller l accès aux machines virtuelles ou en détourner les données! La gestion des sauvegardes se complexifie elle aussi, car les schémas traditionnels sont difficiles à appliquer : l utilisation d un agent par machine virtuelle peut se révéler onéreuse et pénalisante pour les performances. Les snapshots de machines complètes (VCB de VMWare par exemple) sont certes rapides, mais peu souples et peu granulaires dans le cadre de la restauration. Deux pistes se développent actuellement : le snapshot interne à la machine virtuelle, qui permet une granularité de restauration intéressante, et la sauvegarde continue avec une éventuelle déduplication des données sauvegardées. L avenir semble être à mi-chemin de ces solutions selon la disponibilité demandée par les critères métiers. La disponibilité Si ma machine hôte a une faiblesse, c est l ensemble des machines virtuelles qui souffrent ou s écroulent. Pour pouvoir profiter du déplacement à chaud des machines virtuelles (Vmotion chez VMWare par exemple) il est indispensable de mettre en place un espace SAN. Et si le SAN trébuche, ce sont toutes les machines virtuelles qui tombent. L administration La simplicité de création de nouvelles machines virtuelles incite parfois les administrateurs à multiplier l exercice! Et on assiste encore au retour du concept «une application = un serveur»! Attention au coût des licences, car si une machine virtuelle n a pas d existence physique, elle existe logiquement et réclame donc une licence et pour le système d exploitation et pour les applications pour services déployés. D autre part, les outils de déplacement à chaud de machines virtuelles brouillent parfois les cartes : où se trouve mon serveur de production? Hier soir il était sur le serveur A, ce matin je le retrouve sur le serveur C, par la grâce du déplacement à chaud On le voit la plupart de ces limitations sont contournables grâce à du bon sens et un peu d organisation. La disponibilité, qualité tant vantée de la virtualisation, peut se retourner contre elle. Pourtant si l on prend soin d estimer sérieusement son besoin de disponibilité selon des critères métiers (Quelles applications sont indispensables à l entreprise? Quels délais de reprise sont tolérables? Quelle perte de données est acceptable sans entraîner de ressaisie fastidieuse?) plusieurs solutions s offrent à l administrateur : Sauvegarde à intervalles réguliers des machines virtuelles ou de leur contenu (si le délai de reprise se compte en heures ), Sauvegarde continue des données, Duplication permanente des machines virtuelles sur deux serveurs hôtes différents bénéficiant chacun de leur stockage, Mise en place de deux SAN redondants avec duplication en temps réel des volumes. Concernant le stockage, l idée maîtresse impliquait jusqu à présent la mise en place d un SAN, gage de «sérieux» et de gros budgets pour les intégrateurs. Si le SAN est indiscutablement une bonne solution pour des volumes importants (plusieurs Téraoctets) nécessitant des entrées-sorties élevées, elle n est pas toujours la panacée. Et le bon vieux DAS (Disk attached Storage) reprend du poil de la bête. Il permet en effet de bâtir des solutions efficaces à moindre coût tout en permettant la réplication sur une deuxième machine hôte des machines virtuelles, même si la distance est importante. Dans le cas de machines hôtes sous Windows, un produit comme Double Take peut rendre de grands services, en permettant la recopie des fichiers de machines virtuelles sur un serveur de secours. Un enjeu majeur : L administration des architectures virtuelles La question de l administration des architectures virtuelles est plus complexe et encore jeune. Si les principes de la virtualisation sont connus depuis longtemps, ils ne concernaient jusqu alors que quelques machines hôtes par client. Or aujourd hui, et plus encore demain, le nombre de machines hôtes va exploser. Il suffit de suivre les projets de PC virtuels qui fleurissent ici ou là pour imaginer un parc de PC embarquant chacun plusieurs machines virtuelles ou des fermes de serveurs faisant tourner de très nombreux PC virtuels. Et là le rêve virtuel pourrait bien tourner au cauchemar! 12 IT-expert n 72 - mars/avril 2008

13 N oublions pas que l une des contraintes majeures de la virtualisation sera d implémenter et maîtriser des environnements puissants, redondés et haut de gamme. La virtualisation supportera mal l économie. Il faut donc investir dans des serveurs puissants et des SAN que l on doublera et que l on supervisera. Les outils d administration L avenir de la virtualisation passera donc par son administration. Les outils d administration nécessaires au bon fonctionnement de ces multiples machines virtuelles restent à inventer. Ils devront répondre à plusieurs critères. Sécuriser le fonctionnement de «l édifice virtuel» Il est nécessaire de : Faciliter l application des correctifs sur les hôtes et les clients, Contrôler les accès à l hyperviseur pour éviter l utilisation des failles de sécurité, Alerter sur les accroissements importants de ressources (disques, réseau, mémoire) sans lien avec les règles métiers définies, Suivre au plus près les déplacements «à chaud» des machines virtuelles et tracer tous les mouvements, Former les équipes techniques, car gérer une architecture virtuelle est plus complexe qu une architecture traditionnelle, Améliorer l organisation surtout sur le centre de service et la gestion des changements lors de la mise en production. La démarche ITIL est plutôt un bon atout dans cette approche. Optimiser le fonctionnement de «l édifice virtuel» en : Affectant les bonnes ressources aux bonnes machines selon les règles métiers et l échelle temporelle (la paye a besoin de tel niveau de ressources en fin de mois et d une valeur plus faible le reste du temps par exemple), Gérant les ressources nécessaires au bon fonctionnement du système sous contrôle des règles métiers, Fournissant un relevé simple et clair du nombre de sessions virtuelles, de leur utilisation. Virtualisation du réseau La virtualisation du réseau, aussi connue sous l acronyme VLAN, consiste à créer sur un réseau physique plusieurs réseaux logiques dont on contrôlera les liens et interactions par des routeurs. Cette solution élégante permet de séparer différentes populations sur un même LAN. Appliquée aux machines virtuelles elle permet de séparer logiquement différents serveurs virtuels sur un même hôte. Virtualisation du stockage La virtualisation du stockage gomme la relation entre le matériel physique de stockage (les disques) et les volumes accessibles par les serveurs (physiques ou virtuels). Cette démarche est très intéressante, car elle coupe le lien entre le volume de stockage visible par l utilisateur et le stockage des données proprement dit. Elle libère donc l affectation des ressources et en simplifie grandement l exploitation au quotidien. Un exemple parlant est la solution DFS (Distributed File System) de Microsoft, qui permet à l administrateur de déplacer les partages de fichiers d un serveur à un autre sans modifier la connexion des utilisateurs. Mais cette démarche s intègre aussi au sein des SAN grâce aux solutions d IBM, d EMC, etc. Et demain, une organisation plus efficace? La virtualisation est partout! Elle permet fondamentalement de mieux utiliser le matériel en le partageant sur plusieurs usages en fonction du temps, des performances attendues, des pointes d utilisation Nous sommes au début de la maturité de ce genre d approche. Les évolutions des constructeurs de processeur promettent bien des avantages futurs. Ces avantages ne doivent pas nous faire oublier nos fondamentaux sur la sécurité des systèmes et sur l exploitabilité des solutions. L arrivée des systèmes virtuels dans notre système d information est aussi un accélérateur pour la mise en place d organisations basées sur ITIL. En effet les contraintes de ces systèmes, les enjeux mis en oeuvre ne souffriront ni d une solution technique basée sur l économie, ni d une organisation du SI chaotique. Olivier Thomas directeur de l'ingénierie chez TIBCO Serge Le Vaillant Responsable Avant Vente Privé-Public chez TIBCO À propos de TIBCO Créateur de services,tibco s engage sur l évolution et la disponibilité des systèmes d information. Banques, assurances, retail, organismes publics, sociétés privées: pour chacun, Tibco dispose des compétences pour apporter les services adaptés aux métiers, aux usages et aux utilisateurs. Basée sur un large spectre technologique, son offre de services est globale et positionne Tibco comme un acteur notable de l infogérance modulaire. Ses 1200 collaborateurs,son centre d appel et d assistance et ses 68 points techniques en France garantissent la réactivité nécessaire pour assurer les SLA, 24H/24, 7J/7. IT-expert n 72 - mars/avril

14 LA RÉFÉRENCE TECHNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L'INFORMATIQUE Pour compléter votre bibliothèque de référence technique, commandez vite les anciens numéros* d IT-expert à tarif préférentiel! IT-expert n 60 Mars/Avril 2006 DOSSIER : La qualité des applications développées en technologies objet L industrialisation des développements au secours des échecs projets Environnements de Développement Intégrés Urbanisme des Systèmes d Information versus Architecture d Entreprise Contrôle d accès au réseau IT-expert n 62 Juillet/Août 2006 IT-expert n 63 Septembre/Octobre 2006 IT-expert n 64 Novembre/Décembre 2006 IT-expert n 65 Janvier/Février 2007 DOSSIER : Panorama sur les techniques Agiles PHP5, une alternative à.net et J2EE? Eclipse : le Big Bang Callisto Test Driven Development Qui arrêtera Google? DOSSIER : La géolocalisation Géolocalisation, les techniques alternatives au GPS Le positionnement par GPS Géolocalisation, tout n est pas permis Recyclage des e-déchets DOSSIER : Capital Immateriel Windows Vista : le nouveau système d exploitation de Microsoft Les curseurs sous SQL Server Wimax DOSSIER : Web 2.0 entreprise, quelles réalités? ITIL et ISO20000 Logiciel libre Les wikis : définitions fonctionnelles et techniques Une approche structurée de la certification du réseau : l audit automatique du réseau et la validation des changements des configurations * Dans la limite des stocks disponibles IT-expert n 67 Mai/juin 2007 DOSSIER : SOA, l état de l art SOA :Architectures & outils Imprimez moins, maîtrisez vos coûts! Qualité interne de ses logiciels : mythes et réalités L univers étrange des unités d œuvre IT-expert n 68 Juillet/Août 2007 DOSSIER : Le décisionnel Du décisionnel à la gestion de la performance La visualisation de l information à des fins d aide à la décision Les grandes étapes d une chaîne d ETL ITIL : entre meilleures pratiques et référentiel holistique IT-expert n 69 Septembre/Octobre 2007 DOSSIER : Que peut-on offshorer dans une DSI? La qualité intrinsèque des applications dans les contrats de service Le «backsourcing» : lorsque l externalisation n est pas utilisée avec précaution Assurer le succès des projets avec la Tierce Recette Applicative Etat de l art de la convergence : lien entre informatique et téléphonie IT-expert n 70 Novembre/Décembre 2007 DOSSIER : Management de la sécurité Comment lutter efficacement contre les intrusions informatiques Microsoft Office SharePoint Serveur 2007 : les raisons-clés d un succès Les multiples facettes du contrôle d accès au réseau d entreprise Interview d Alain Bouillé, RSSI au sein du Groupe Caisse des Dépôts Sécurité de la téléphonie sur IP

15 Offre Spéciale Je souhaite acheter les numéros suivants Tarifs TTC (TVA : 5,5 %) 1 exemplaire : 8e 10 exemplaires : 60e 5 exemplaires : 35e Autre quantité : IT-expert n 61 Mai/Juin 2006 DOSSIER : Optimiser innovations et transformations en gérant le portefeuille de projets et d applications Subversion : le grand départ? L accessibilité numérique Wi-Fi Année 2006 N 60 N 61 N 62 N 63 N 64 Année 2007 N 65 N 66 N 67 N 68 N 69 N 70 Année 2008 N 71 Pour commander les anciens numéros d IT-expert, il vous suffit de nous renvoyer ce document à l adresse suivante : IT-Expert 3, rue Marcel Allégot Meudon - France Tel : +33 (0) Fax : +33 (0) Adresse d expédition & de facturation IT-expert n 66 Mars/Avril 2007 DOSSIER : Sécurité : Les applications, le talon d Achille des entreprises RIA (Rich Internet Application) : définitions et panorama des solutions Gestion des droits numériques en entreprise avec RMS Un observatoire pour mesurer l urba Les DRM : une introduction Mme Mlle M. Nom Prénom Société Fonction Adresse CP Ville Tél Fax IT-expert n 71 Janvier/Février 2008 DOSSIER : La gestion prévisionnelle des ressources humaines informatiques Logiciel libre : état de l art Les mashups débarquent en entreprise Comment le text-mining donne du sens Liberté surveillée pour l utilisation à des fins privées de l informatique de l entreprise Chèque joint à l ordre de Press & Communication France Règlement à réception de facture Date : Signature obligatoire :

16 Technique Vers une professionnalisation des tests au service de la rentabilité de l entreprise L adéquation des Systèmes d Information aux métiers des entreprises suppose l alignement des processus IT (Information Technology) pour assurer le respect des délais de mise sur le marché (Time To Market) permettant le développement du chiffre d affaires, le maintien de l avantage concurrentiel, et la satisfaction des Maîtrise d Ouvrage. Cela signifie également le bon fonctionnement en production des applications mises à disposition des utilisateurs, ainsi que la réduction des coûts de support et d évolution de ces applications. 16 IT-expert n 72 - mars/avril 2008

17 Les tests ne sont plus la dernière roue du carrosse! L enjeu majeur des DSI est la mise à disposition des applications en production en respectant des délais de plus en plus courts, dans la limite des budgets définis préalablement et avec la qualité escomptée : c'est-à-dire le respect des exigences en terme de conformité et de disponibilité fonctionnelle, d absence de bug, de stabilité en fonctionnement et de performance. operator errors 40% 20% 40% 40% Application Failure environmental factors, hardware, operating system, power, disasters application failure» Gartner : Application failures including bugs, performance issues or changes to applications that cause problems cause 40% of unplanned application downtime La vérification de l atteinte de ces objectifs est du ressort des activités de Qualification, de Recette et de préparation des Mises en Production (Q, R et MeP). Malheureusement, ces activités sont souvent positionnées dans une «zone d ombre» qui ne permet pas une vérification tout au long du cycle de vie des applications. En effet, un nombre important d entreprises appréhendent encore les activités de tests comme une étape ponctuelle compressée entre la fin de la phase de développement et le début de la phase de mise en production. Dans un tel contexte, la garantie des objectifs fixés devient illusoire. En témoigne l analyse du Gartner qui montre que 40 % des incidents survenant sur les patrimoines applicatifs sont dus à des défauts sur les applications elles-mêmes, les 60 % autres sources de pannes provenant des opérateurs ou du matériel. Pour améliorer la qualité des applications mises en production, il est indispensable de repenser les responsabilités tout au long du cycle de vie. La mise en place d un processus transversal de tests 1 allant de la gestion des exigences à la mise en production apporte cette clarté dans les rôles et les responsabilités. 1 Par abus de langage, le processus de tests englobe aussi le processus de mise en production, ainsi que les processus de support (gestion de configuration, gestion des livraisons, gestion des anomalies, pilotage, etc.) Par ailleurs, les DSI sont face à des enjeux d optimisation de leurs coûts. L industrialisation de la fonction informatique a d abord touché les phases amont et aval du cycle de mise en œuvre d une application (Développement et Production), les activités de qualification, recette et mise en production doivent évoluer à leur tour rapidement. En France, l industrialisation et l externalisation de ces activités sont restées longtemps en retrait. On note d ailleurs un certain retard accumulé en comparaison avec d autres pays européens, qui ont d ores et déjà professionnalisé le métier du test. Malgré une certaine effervescence récente sur le marché français, la situation est très diversifiée au sein des entreprises. Les entreprises les plus matures en la matière ont pris conscience de l importance de l industrialisation des processus de tests et de mise en production. Elles l ont même positionnée en priorité dans les investissements informatiques, avec un engagement stratégique à tous les niveaux de l entreprise (DG, MOA, DSI, etc.). On constate par exemple les retours d investissement lors de la mise en place des solutions industrielles sous forme de Tierce Recette Applicative ou de Centre d Intégration et de Qualification à l occasion d un programme de transformation ou d une Cellule Transverse, généralement au niveau de l entité «Qualité, Normes & Méthodes». L industrialisation permet non seulement la réduction des coûts, mais participe également à l acquisition d avantages compétitifs en contribuant à la création de la valeur. Pourquoi l industrialisation des tests devient-elle prioritaire? Les délais de mise à disposition des applications devenant de plus en plus critiques, les entreprises doivent mettre en place une stratégie d industrialisation des activités de qualification, de recette et de préparation à la mise en production. Deux types d enjeux s imposent aux entreprises. D une part, les enjeux au niveau DSI, à savoir le respect / réduction des délais, la maîtrise budgétaire, la réduction des coûts, la ré-affectation des ressources internes sur des projets à plus forte valeur ajoutée et la prise en compte rapide des demandes d évolutions du SI (Agilité). Les activités représentent entre 30 à 40 % du Coût Total des Projets, et constituent un gisement de réduction des coûts. D autre part, les enjeux pour le Système d Information, c'est-à-dire assurer la qualité des livrables par la mise en œuvre de développements + Vite orientés tests ou Development Test Driven : tester dès + Qualité les phases amont (exigences), définir pour chaque - Cher application une stratégie de tests permettant la mise en œuvre de tests pertinents et complémentaires adaptés IT-expert n 72 - mars/avril

18 aux différentes phases et la vérification aval. La garantie de la disponibilité et du bon fonctionnement des applications en production sur des plages horaires étendues, ainsi que l automatisation et la capitalisation (amont et aval) complètent les enjeux pour le SI. L industrialisation consiste à mettre en œuvre une organisation au confluent de la MOA, de la MOE Développement et de la Production, c'est-à-dire la mise en œuvre des relations de type Client / Fournisseur avec toutes parties concernées et un Guichet Unique pour le traitement des demandes. Les activités sont modélisées à travers la définition d un catalogue de service. Ce Catalogue est associé à une convention de services (SLA permettant la mesure de la qualité), ainsi qu à un catalogue d unités d œuvres (les UO valorisées initialement permettant la mesure de la Productivité dans le temps). Gestion des Packagings Gestion des Infrastructures de Tests Industrialisation du Processus de Tests Gestion des Livraisons Parallèlement, sont mis en œuvre l outillage des processus, ainsi que les méthodologies et les meilleures pratiques (R2BT 2 - Requirement and Risk Based Testing, conformité par rapport à un standard). Enfin, un modèle opérationnel de type Front Office - Back Office est implémenté permettant d adapter progressivement la localisation des services (sans rupture dans la fourniture de ces services). Dans le Front Office sont localisés les services nécessitant la proximité du client, les autres services sont en Back Office. Réduction des Coûts Organisation, Processus et Outillage Gestion de la demande Optimisation des Ressources Localisation en Centres de Tests (France), Processus Certifiés CMMi 3 Efficacité de la Gestion de la demande, Capitalisation Localisation en Centres de Tests (NearShore et Offshore) Processus Certifiés CMMi5 Capitalisation Boucle d Amélioration Continue Gestion des Outils de Tests La garantie des mises en production ne peut être assurée que si l environnement de tests est représentatif de l environnement de production (représentativité démontrée). La représentativité de l infrastructure de tests impose une gestion rigoureuse de ces infrastructures (Architecture, Capacity Planning, Rationalisation, Mutualisation), Cette garantie implique également la traçabilité de la signature des packages livrés en production. Cette problématique de la gestion des livraisons impose la mise en place d une gestion de configuration transverse permettant une cohérence entre le packaging testé et le packaging livré en production. L essor de l industrialisation et l adoption de l outillage des processus s effectuent en même rythme que l externalisation des activités et des patrimoines applicatifs. Leviers 1 Leviers 2 Leviers 3 Leviers 4 Industrialiser le seul processus de tests ne suffit pas! Pour que l industrialisation des processus de tests et de mise en production ait lieu, il faut qu elle s accompagne aussi de l industrialisation des processus de support (gestion de configuration, des livraisons, des infrastructures de tests et des outils de tests). L outillage des processus de tests (gestion de campagnes de tests fonctionnels, automatisation des tests, tests de montée en charge et de performances) n est pas encore généralisé. L utilisation massive d outils est freinée par les coûts, et par le positionnement transverse au sein des entreprises qui ne favorise pas le partage des enjeux et la compréhension des problématiques au niveau décisionnel. Pour mener à bien un projet d industrialisation, il est préférable qu il soit partagé par tous les acteurs concernés et sponsorisé au plus haut dans l organisation. 2 Atos Origin Quel cadre normatif choisir? Pour accroître l efficacité opérationnelle des activités de tests, il est conseillé de regrouper et de formaliser les meilleures pratiques du marché comme CMMi, ITIL et ISTQB/CFTL. En allant du plus général au plus orienté vers les métiers du test : Information Technology Infrastructure Library (ITIL) : cadre de référence regroupant les meilleures pratiques en matière de gestion des services informatiques, dont on retiendra plus particulièrement les processus de gestion des changements, gestion des problèmes. Ainsi que le processus de gestion des niveaux de services qui va aider à fixer les critères d arrêt des campagnes. Capability Maturity Model Integration (CMMi) : modèle général de bonnes pratiques dont on retiendra plus particulièrement les processus «VER» et «VAL» inclus dans le niveau 3. Information Software Testing Qualifications Board (ISTQB) a mis en place un processus de certification de testeurs composé de trois niveaux (fondation, avancé et expert). Le Comité Français 18 IT-expert n 72 - mars/avril 2008

19 des Tests Logiciels (CFTL) est le représentant de l ISTQB en France. Il certifie les formations ISTQB/CFTL. L ISTQB/CFTL est le seul élément normatif spécifique au métier du test. Il met en relief les limites de la démarche de tests. Il s appuie sur des principes décrits dans le tableau ci-dessous. Les tests montrent la présence de défauts, mais ne démontrent pas l absence de défaut, Les tests exhaustifs sont impossibles, Il faut tester le plutôt possible, Les tests dépendent du contexte, L illusion de l absence d erreurs : trouver et corriger des défauts n aide pas si le système conçu est inutilisable et ne satisfait pas les besoins et les attentes des utilisateurs, Le Paradoxe du pesticide : si les mêmes tests sont répétés de nombreuses fois, il arrivera que le même ensemble de cas de tests ne trouve plus de nouveaux défauts. Pour prévenir ce «paradoxe du pesticide», les cas de tests doivent être régulièrement revus et révisés, et de nouveaux tests, différents, doivent être écrits pour couvrir d autres chemins dans le logiciel ou le système de façon à permettre la découverte de nouveaux défauts. Les processus sont outillés par la mise en place de solutions de tests (définition du nombre de licences, analyse et choix des outils de tests, implémentation, etc.). Les principaux acteurs du marché des outils de tests sont HP/Mercury, IBM, Compuware, Borland. Dans certains cas, des outils Open Source peuvent être utilisés (Junit, Open STA, Selenium, etc.). Le déroulement des projets de tests est basé sur une approche par phases permettant les validations séquentielles de ce qui est produit. On distingue deux principales phases. La phase de préparation a pour objectifs d élaborer pour chaque projet de tests la stratégie et le plan de tests associé, de déterminer la couverture de tests et le périmètre des tests à automatiser, de calibrer l effort de tests et de définir les besoins en infrastructures de tests. Cette phase consiste également à concevoir et à réaliser les cas de tests prévus en fonction des exigences. La phase de réalisation a pour objectifs de réaliser les activités de tests prévus (exécution, analyse, anomalies), de gérer les Infrastructures et les outils de tests (Capacity Planning, Installation, Exploitation, etc.) Référentiels (Stratégie de référence, Capitalisation) Initialisation du Projet Tests Gestion des Exigences et des Risques (Impacts) D autres modèles peuvent être utilisés pour l amélioration des processus de tests : TMM (Test Maturity Model), TPI (Test Process Improvment) et TMap (Test Management Approach). Définition Stratégie Applicable Calibrage du Projet Mise en œuvre de l industrialisation des processus de tests L industrialisation des tests suppose la mise en place d un processus de tests tout au long du cycle de vie d une application. Ce processus doit s inscrire dans le cadre de la méthodologie générale de développement des applications. Cette approche permet l optimisation du retour sur investissement (ROI) des développements applicatifs. Elle permet aussi la gestion transverse des différents types de tests (tests unitaires, tests d intégration, tests système, recette utilisateurs, etc.) et des responsabilités associées. Elle permet également la combinaison des tests en fonction des phases des projets pour réaliser un effet de tamis et éviter, ainsi, de réaliser les mêmes tests. Plan Projet Tests La mise en œuvre de la méthodologie R2BT a pour objectif l optimisation et le calibrage des projets de tests. Cette méthodologie est basée sur une approche par les exigences et les risques (Requirement and Risk Based Testing). La mise en œuvre d un référentiel de tests pour les applications facilite la capitalisation. En fonction d éléments structurants tels que la criticité de l application ou le nombre et la fréquence des changements, il est alors préférable de mettre en œuvre une «automatisation amont des tests fonctionnels» permettant la La réalisation des campagnes de tests nécessite la mise en œuvre des processus de gestion des services (gestion du contrat dans le cas d une externalisation) et des processus de gestion opérationnelle (gestion des exigences, gestion des anomalies, gestion de configuration, etc.). Structuration & Formalisation des Exigences Métiers Modélisation UML Référentiel Métier (Processus Métier & Fonctionnel) Référentiel Cas de Tests IT-expert n 72 - mars/avril

20 création rapide des cas de tests correspondants et la réalisation de l analyse d impact au niveau des exigences, des processus métiers. Leirios est un des acteurs de ce segment de marché. La mise en œuvre de l automatisation des tests aval porte généralement sur des applications appelées à connaître de multiples changements. Cette automatisation concerne essentiellement les Tests de non-régression (TNR). La mise en œuvre de l automatisation peut se justifier, dans certains cas pour étendre la couverture de tests d une application multiplateformes. La réalisation des campagnes de tests nécessite la mise à disposition de jeux de données en cohérence. Ces données peuvent être soit définies lors de la création du script de tests, soit générées à l aide de l outil ad hoc, soit extraites à partir de base de données de production. Les principaux acteurs de ce segment de marché sont IBM/Princeton, Compuware, Genielog. Les principales familles de tests Famille de Tests Type de Test Description Fonctionnel Technique Performance Exploitabilité Recette Tests fonctionnels Tests des flux & des interfaces (2 à 2) «Tests fonctionnels» «Bout en Bout» Non régression Tests de sécurité des accès Tests d'installation/désinstallation Tests de robustesse Tests de montée en charge Tests de performance (env. de production) Tests de conformité aux normes d'exploitation Validation des procédures d'administration/supervision Revue / validation de production Sauvegarde / restauration / purge Recette utilisateur Recette technique Tester les fonctionnalités au niveau du composant Tester les flux et les liens (2 à 2) avec d'autres systèmes Tester les fonctionnalités de bout en bout avec les systèmes connexes Ensemble de tests permettant de vérifier la non dégradation fonctionnelle Tester les procédures et architecture de sécurité (accès logiques) Vérification Procédures d'installation / désinstallation Tests de robustesse aux pannes et aux limites Tests de la montée en charge en nombre, en quantité et dans la durée Tirs de performance et montée en charge en environnement de production Vérification de la conformité des procédures d'exploitation Test et validation des procédures de gestion d'habilitation (droits, profils ) et vérification des remontée d'indicateurs et de logs Tester les procédures de production Tester les procédures de sauvegarde et des reprises Vérification de la capacité à exercer le métier (assistance aux utilisateurs) Tests techniques, d exploitabilité et de performance 20 IT-expert n 72 - mars/avril 2008

Management de la sécurité PAGE 7

Management de la sécurité PAGE 7 LA RÉFÉRENCE TECHNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L'INFORMATIQUE Management de la sécurité PAGE 7 Microsoft Office SharePoint Serveur 2007 : les raisons-clés d un succès PAGE 31 Bimestriel - novembre/décembre

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Vers une IT as a service

Vers une IT as a service Vers une IT as a service 1 L évolution du datacenter vers un centre de services P.2 2 La création d une offre de services P.3 3 La transformation en centre de services avec System Center 2012 P.4 L évolution

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Testing and Acceptance Management industrialiser

Testing and Acceptance Management industrialiser Testing and Acceptance Management industrialiser pour sécuriser le passage des études à la production Your business technologists. Powering progress Garantir la conformité et la disponibilité de vos applications

Plus en détail

Transformation vers le Cloud. Premier partenaire Cloud Builder certifié IBM, HP et VMware

Transformation vers le Cloud. Premier partenaire Cloud Builder certifié IBM, HP et VMware Transformation vers le Cloud Premier partenaire Cloud Builder certifié IBM, HP et VMware 1 Sommaire Introduction Concepts Les enjeux Modèles de déploiements Modèles de services Nos offres Nos Références

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l Siège social : 5 Speen Street Framingham, MA 01701, É.-U. T.508.872.8200 F.508.935.4015 www.idc.com L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i

Plus en détail

La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies

La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies François Clémence C.R.I Université Paul Verlaine Metz UFR Sciences Humaines et Arts clemence@univ-metz.fr Olivier Mathieu C.R.I Université

Plus en détail

de la DSI aujourd hui

de la DSI aujourd hui de la DSI aujourd hui Partout, l industrialisation de l IT est en cours. ITS Group accompagne ce mouvement avec une palette de compétences exhaustives permettant de répondre aux principaux challenges que

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire?

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire? Management pourquoi et pour quoi faire? Un guide pratique pour comprendre l intérêt des solutions d Application Management, à l heure où les systèmes d information sont au cœur de l efficacité opérationnelle

Plus en détail

Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail

Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail Les enjeux de la virtualisation Les acteurs du segment La virtualisation de serveurs Les concepts Les technologies d architectures L offre La virtualisation

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

Virtualisation CITRIX, MICROSOFT, VMWARE OLIVIER D.

Virtualisation CITRIX, MICROSOFT, VMWARE OLIVIER D. 2013 Virtualisation CITRIX, MICROSOFT, VMWARE OLIVIER D. Table des matières 1 Introduction (Historique / définition)... 3 2 But de la virtualisation... 4 3 Théorie : bases et typologie des solutions techniques...

Plus en détail

maximo IT service management Visibilité et valorisation de vos actifs informatiques

maximo IT service management Visibilité et valorisation de vos actifs informatiques maximo IT service management Visibilité et valorisation de vos actifs informatiques maximo IT service management Accroître vos actifs sans augmenter vos besoins en gestion Vous utilisez des PC, des serveurs,

Plus en détail

DES SOLUTIONS TOUT-EN-UN FLEXIBILITÉ COMPRISE INFRASTRUCTURES CONVERGÉES

DES SOLUTIONS TOUT-EN-UN FLEXIBILITÉ COMPRISE INFRASTRUCTURES CONVERGÉES DES SOLUTIONS TOUT-EN-UN FLEXIBILITÉ COMPRISE INFRASTRUCTURES CONVERGÉES LES ATOUTS DU TOUT-EN-UN À ces enjeux en apparence inconciliables, les infrastructures convergées apportent une réponse globale.

Plus en détail

Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1?

Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1? DEVOPS et le déploiement d application Les Livres Blancs de MARTE Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1? L alignement

Plus en détail

LES SOLUTIONS D HEBERGEMENT INFORMATIQUE

LES SOLUTIONS D HEBERGEMENT INFORMATIQUE LES SOLUTIONS D HEBERGEMENT INFORMATIQUE SOMMAIRE Qu est ce que le Cloud? De nouvelles offres? Approche économique Freins, moteurs et Avantages Des réponses concrètes : Les offres NC² SOMMAIRE Qu est ce

Plus en détail

PRÉSENTE SES SERVEURS L ESPACE LE PLUS INNOVANT POUR FAIRE TRAVAILLER VOS DONNÉES EN TEMPS RÉEL

PRÉSENTE SES SERVEURS L ESPACE LE PLUS INNOVANT POUR FAIRE TRAVAILLER VOS DONNÉES EN TEMPS RÉEL PRÉSENTE SES SERVEURS L ESPACE LE PLUS INNOVANT POUR FAIRE TRAVAILLER VOS DONNÉES EN TEMPS RÉEL La solution simple et efficace aux 3 défis majeurs de la direction informatique. Des bénéfices concrets,

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de sécurité

Vers un nouveau modèle de sécurité 1er décembre 2009 GS Days Vers un nouveau modèle de sécurité Gérôme BILLOIS - Manager sécurité gerome.billois@solucom.fr Qui sommes-nous? Solucom est un cabinet indépendant de conseil en management et

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Des systèmes d information partagés pour des parcours de santé performants en Ile-de-France.

Des systèmes d information partagés pour des parcours de santé performants en Ile-de-France. Des systèmes d information partagés pour des parcours de santé performants en Ile-de-France. Colloque du 19 juin 2013 Centre de conférences Marriott, Paris Des systèmes d information partagés pour des

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

en version SAN ou NAS

en version SAN ou NAS tout-en-un en version SAN ou NAS Quand avez-vous besoin de virtualisation? Les opportunités de mettre en place des solutions de virtualisation sont nombreuses, quelque soit la taille de l'entreprise. Parmi

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

data center services Optimiser le data center Conformité Sécurité Efficacité Your business technologists. Powering progress

data center services Optimiser le data center Conformité Sécurité Efficacité Your business technologists. Powering progress d data center services Optimiser le data center Conformité Sécurité Efficacité Your business technologists. Powering progress La transformation digitale touche tous les acteurs du monde économique et nous

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

VMWare Infrastructure 3

VMWare Infrastructure 3 Ingénieurs 2000 Filière Informatique et réseaux Université de Marne-la-Vallée VMWare Infrastructure 3 Exposé système et nouvelles technologies réseau. Christophe KELLER Sommaire Sommaire... 2 Introduction...

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE.

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Windows 7 : mal nécessaire ou réel avantage? Au cours des 24 prochains mois,

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Point sur la virtualisation

Point sur la virtualisation Le 04/03/2013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Point sur la Objectif 04/03/2013 26/03/2013 virtualisation

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

Cegid Business/Expert

Cegid Business/Expert Cegid Business/Expert Pré-requis sur Plate-forme Windows Service d'assistance Téléphonique 0 826 888 488 Pré-requis sur Plate-forme Windows Sommaire 1. PREAMBULE... 3 Précision de terminologie concernant

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Jalix, intégrateur-conseil en systèmes d information

Jalix, intégrateur-conseil en systèmes d information Jalix est un intégrateur-conseil en systèmes d information spécialisé dans les domaines de : n l infrastructure, n la mise en œuvre de solutions ERP/PGI et CRM, n le pilotage de projets (ERP, CRM, infrastructure),

Plus en détail

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI?

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? Intervenants : Diarétou Madina DIENG Directrice Développement Orange business Services Sénégal Brutus Sadou DIAKITE Directeur Systèmes

Plus en détail

Pourquoi OneSolutions a choisi SyselCloud

Pourquoi OneSolutions a choisi SyselCloud Pourquoi OneSolutions a choisi SyselCloud Créée en 1995, Syselcom est une société suisse à capitaux suisses. Syselcom est spécialisée dans les domaines de la conception, l intégration, l exploitation et

Plus en détail

SIMPLIFIEZ LES MISES À JOUR ET LA GESTION DU CYCLE DE VIE CITRIX

SIMPLIFIEZ LES MISES À JOUR ET LA GESTION DU CYCLE DE VIE CITRIX C L O U D SIMPLIFIEZ LES MISES À JOUR ET LA GESTION DU CYCLE DE VIE CITRIX MAÎTRISE DES RISQUES, DES COÛTS & DE LA CONFORMITÉ C L O U D SIMPLIFIEZ LES MISES À JOUR ET LA GESTION DU CYCLE DE VIE CITRIX

Plus en détail

ITIL : Premiers Contacts

ITIL : Premiers Contacts IT Infrastructure Library ITIL : Premiers Contacts ou Comment Optimiser la Fourniture des Services Informatiques Vincent DOUHAIRIE Directeur Associé vincent.douhairie douhairie@synopse. @synopse.fr ITIL

Plus en détail

La Continuité d Activité

La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere au service de La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere La virtualisation et la Continuité d Activité La virtualisation et le Plan de Secours Informatique

Plus en détail

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service Mars 2012 Sommaire Présentation OXIA Le déroulement d un projet d infogérance L organisation du centre de service La production dans un centre de service 2 Fournisseurs Technologies Banque & Finance Telecom

Plus en détail

www.bestpractices-si.fr Intégrer la gestion des actifs informatiques et le Service Management

www.bestpractices-si.fr Intégrer la gestion des actifs informatiques et le Service Management www.bestpractices-si.fr Intégrer la gestion des actifs informatiques et le Service Management Intégrer la gestion des actifs informatiques et le Service Management Réduire les coûts, renforcer l agilité,

Plus en détail

RÉUSSIR L AUTOMATISATION DU PROCESSUS DE TEST FONCTIONNEL

RÉUSSIR L AUTOMATISATION DU PROCESSUS DE TEST FONCTIONNEL UN LIVRE BLANC DE BORLAND RÉUSSIR L AUTOMATISATION DU PROCESSUS DE TEST FONCTIONNEL L'automatisation du processus de test fonctionnel optimise la qualité des logiciels et maximise leur valeur opérationnelle.

Plus en détail

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix?

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix? Comment faire son choix? Document conçu et rédigé par le cabinet de conseil et d études Pierre Audoin Consultants Mars 2014 www.pac-online.com blog.pac-online.com Sommaire Un nouveau paradigme... 3 L'hébergement

Plus en détail

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures Le stockage 1. Architecture de stockage disponible a. Stockage local ou centralisé L architecture de stockage à mettre en place est déterminante pour l évolutivité et la performance de la solution. Cet

Plus en détail

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Guide pratique pour les petites entreprises Table des matières Section 1 : présentation de Windows XP Mode pour Windows 7 2 Section 2 : démarrage

Plus en détail

vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS

vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS Quand avez-vous besoin de virtualisation? Les opportunités de mettre en place des solutions de virtualisation sont nombreuses, quelque soit la taille de

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des ressources humaines informatiques PAGE 6

La gestion prévisionnelle des ressources humaines informatiques PAGE 6 LA RÉFÉRENCE TECHNIQUE DES PROFESSIONNELS DE L'INFORMATIQUE La gestion prévisionnelle des ressources humaines informatiques PAGE 6 Logiciel libre : état de l art PAGE 16 Comment le text-mining donne du

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

Fiche technique RDS 2012

Fiche technique RDS 2012 Le 20/11/2013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Fiche technique RDS Objectif 02/04/2013 20/11/2013

Plus en détail

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain?

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? DOSSIER SOLUTION Solution CA Virtual Placement and Balancing Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? agility made possible La solution automatisée

Plus en détail

UNIFIED. Nouvelle génération d'architecture unifiée pour la protection des données D TA. dans des environnements virtuels et physiques PROTECTION

UNIFIED. Nouvelle génération d'architecture unifiée pour la protection des données D TA. dans des environnements virtuels et physiques PROTECTION UNIFIED Nouvelle génération d'architecture unifiée pour la protection des données D TA dans des environnements virtuels et physiques PROTECTION Unified Data protection DOSSIER SOLUTION CA arcserve UDP

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

Les 10 pratiques pour adopter une démarche DevOps efficace

Les 10 pratiques pour adopter une démarche DevOps efficace Les 10 pratiques pour adopter une démarche DevOps efficace William Gravier RESPONSABLE D ACTIVITE DEVOPS SOCIETE POESI 1 QU EST-CE QUE DEVOPS? 2 LES TROIS PROCESSUS DEVOPS 3 L AGILITE DES ETUDES ET L ITILISISATION

Plus en détail

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Livre blanc d ENTERPRISE MANAGEMENT ASSOCIATES (EMA ) préparé pour Avocent Juillet 2010 RECHERCHE EN GESTION INFORMATIQUE, Sommaire Résumé........................................................

Plus en détail

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté 25/07/06 JJ Mois Année Présentation générale & Présentation

Plus en détail

Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives

Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives Alexandre MIREK CRI Université Lumière Lyon 2 INTRODUCTION La virtualisation serveur : Pourquoi? Augmentation du nombre de

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Technologie de déduplication de Barracuda Backup. Livre blanc

Technologie de déduplication de Barracuda Backup. Livre blanc Technologie de déduplication de Barracuda Backup Livre blanc Résumé Les technologies de protection des données jouent un rôle essentiel au sein des entreprises et ce, quelle que soit leur taille. Toutefois,

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour la sauvegarde des flottes des postes nomades

Les bonnes pratiques pour la sauvegarde des flottes des postes nomades Livre blanc WP1 Les bonnes pratiques pour la sauvegarde des flottes des postes nomades Février 2012 Auteur Vytalink Ref. WP 1 Index 1 Introduction...3 2 Comprendre où est le besoin...5 3 Les trois bonnes

Plus en détail

Managed Services Comment décliner la gamme en mode Cloud. Fabienne Druis Offering leader

Managed Services Comment décliner la gamme en mode Cloud. Fabienne Druis Offering leader Managed Services Comment décliner la gamme en mode Cloud Fabienne Druis Offering leader Les services d infogérance autour du Data Center DE APPLICATIONS DES SYSTEMES D INFRASTRUCTURE Intégration en pré

Plus en détail

Développez votre système d'information en toute simplicité

Développez votre système d'information en toute simplicité Développez votre système d'information en toute simplicité IT CONSULTING HOSTING as a service SR opérations SA Société suisse fondée en 2003, SR opérations SA est une filiale de SRF groupe SA. SR opérations

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

Dossier d implantation technique de l offre de services SIHAM-PMS

Dossier d implantation technique de l offre de services SIHAM-PMS Dossier d implantation technique de l offre de services SIHAM-PMS DCSI/SIHAM-PMS AVERTISSEMENT Toute utilisation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l Amue est illicite.

Plus en détail

Evoluez au rythme de la technologie

Evoluez au rythme de la technologie Evoluez au rythme de la technologie Virtualisation Voix Data Center Réseaux & Sécurité Wireless Management SI > CBI SIEGE : 9/0 Imm CBI Lot attaoufik Sidi Maarouf 070 - Casablanca. Maroc E-mail: formation@cbi.ma

Plus en détail

Programme de transformation KARIBOU

Programme de transformation KARIBOU Programme de transformation KARIBOU Sous-traitance RUN KIABI DSI - IT Service Présentation de l entreprise KIABI Kiabi aujourd hui Une marque cross canal, spécialiste de la mode - Membre de l Association

Plus en détail

PRA SAUVEGARDE BASE DE DONNÉES CLOUD BIG DATA VIRTUALISATION CONSOLIDATION SECURITE STOCKAGE SERVEURS MIDDLEWARE ARCHIVAGE DECISIONNEL APPLIANCES

PRA SAUVEGARDE BASE DE DONNÉES CLOUD BIG DATA VIRTUALISATION CONSOLIDATION SECURITE STOCKAGE SERVEURS MIDDLEWARE ARCHIVAGE DECISIONNEL APPLIANCES DOMAINES d intervention SERVEURS CONSOLIDATION SECURITE BIG DATA CLOUD INFRASTRUCTURE O/S BASE DE DONNÉES VIRTUALISATION STOCKAGE PRA SAUVEGARDE MIDDLEWARE DECISIONNEL APPLIANCES ARCHIVAGE 2 Une force

Plus en détail

Protection de votre environnement virtualisé contre les virus et programmes malveillants

Protection de votre environnement virtualisé contre les virus et programmes malveillants Protection de votre environnement virtualisé contre les virus et programmes malveillants Auteur : Gary Barnett Date de publication : juin 2012 All contents The Bathwick Group Ltd 2012 Sommaire Introduction...3

Plus en détail

Marché Public. Serveurs et Sauvegarde 2015

Marché Public. Serveurs et Sauvegarde 2015 Marché Public Serveurs et Sauvegarde 2015 Remise des Offres avant le lundi 22 juin 2015 à 16h 1 P a g e Table des matières 1. OBJET DE LA CONSULTATION... 4 1.1. Description de la consultation... 4 1.2.

Plus en détail

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES 1 DECOUVERTE DE LA VIRTUALISATION... 2 1.1 1.2 CONCEPTS, PRINCIPES...2 UTILISATION...2 1.2.1 Formation...2

Plus en détail

INTEGRATEURS. Pour un Accompagnement Efficace vers le Cloud SUPPORT DE FORMATION, INFORMATION, COMMUNICATION

INTEGRATEURS. Pour un Accompagnement Efficace vers le Cloud SUPPORT DE FORMATION, INFORMATION, COMMUNICATION INTEGRATEURS Pour un Accompagnement Efficace vers le Cloud SUPPORT DE FORMATION, INFORMATION, COMMUNICATION PEBV4.0ABU27022014 EFFECTIF 26 personnes : 45 % technique 45 % commerce 10 % admin CHIFFRES Basée

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

Filière métier : Administrateur Virtualisation

Filière métier : Administrateur Virtualisation Filière métier : Administrateur Virtualisation La réduction des coûts, la simplification et l automatisation des procédures, la protection des données et l optimisation de la gestion des infrastructures

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

2007 se termine déjà, et avec l heure du bilan qualitatif et quantitatif!

2007 se termine déjà, et avec l heure du bilan qualitatif et quantitatif! Edito 2007 se termine déjà, et avec l heure du bilan qualitatif et quantitatif! Pour l aspect chiffres, retenons le 7! Le chiffre d affaires bondit en effet à la septième centaine de milliers d euros,

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

CA ARCserve Backup r12

CA ARCserve Backup r12 DOSSIER SOLUTION : CA ARCSERVE BACKUP r12 CA ARCserve Backup r12 CA ARCSERVE BACKUP R12 ASSURE UNE PROTECTION EXCEPTIONNELLE DES DONNÉES POUR LES SERVEURS, LES BASES DE DONNÉES, LES APPLICATIONS ET LES

Plus en détail

L importance de la «virtualisation de l espace de travail utilisateur» dans la virtualisation des postes de travail Whitepaper

L importance de la «virtualisation de l espace de travail utilisateur» dans la virtualisation des postes de travail Whitepaper res Software // Whitepaper L importance de la «virtualisation de l espace de travail utilisateur» dans la virtualisation des postes de travail Whitepaper IT, the way you need it 2 Contenu : Résumé...3

Plus en détail

ERP Service Negoce. Pré-requis CEGID Business version 2008. sur Plate-forme Windows. Mise à jour Novembre 2009

ERP Service Negoce. Pré-requis CEGID Business version 2008. sur Plate-forme Windows. Mise à jour Novembre 2009 ERP Service Negoce Pré-requis CEGID Business version 2008 sur Plate-forme Windows Mise à jour Novembre 2009 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Pré-requis Sommaire 1. PREAMBULE... 3 Précision

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique.

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Cette consultation a pour objectif de recruter un prestataire informatique

Plus en détail

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE PROFIL DE POSTE BAP : CORPS : NATURE : SPÉCIALITÉ : E ITRF Externe IGR 2, Chef de projet développement ÉTABLISSEMENT : Rectorat SERVICE : VILLE : SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU

Plus en détail

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER Cloud Computing 19 Octobre 2010 JC TAGGER AGENDA 8h30-9h00 Le Cloud Computing De quoi s agit-il? Opportunités pour les entreprises Impact sur la chaine de valeur de l industrie des NTIC s 9h00-9h15 Témoignage

Plus en détail

SAP HANA: note de synthèse

SAP HANA: note de synthèse Préface: Au cœur des nombreux défis que doivent relever les entreprises, l informatique se doit de soutenir les évolutions, d aider au développement de nouveaux avantages concurrentiels tout en traitant

Plus en détail

tech days AMBIENT INTELLIGENCE

tech days AMBIENT INTELLIGENCE tech days 2015 AMBIENT INTELLIGENCE techdays.microsoft.fr techdays.microsoft.fr Time To Market Demande croissante des métiers de réduire le délai de mise sur le marché Immédiateté Ergonomie, rapidité et

Plus en détail

Marché Public en procédure adaptée : Infrastructure Informatique régionale hébergée CAHIER DES CHARGES ET DES CLAUSES TECHNIQUES

Marché Public en procédure adaptée : Infrastructure Informatique régionale hébergée CAHIER DES CHARGES ET DES CLAUSES TECHNIQUES GROUPEMENT DE COMMANDES CA54, CA55, CA57, CA88, CRAL Marché Public en procédure adaptée : Infrastructure Informatique régionale hébergée CAHIER DES CHARGES ET DES CLAUSES TECHNIQUES Etabli en application

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

DÉVELOPPER DES APPLICATIONS WEB SÉCURISÉES

DÉVELOPPER DES APPLICATIONS WEB SÉCURISÉES DÉVELOPPER DES APPLICATIONS WEB SÉCURISÉES et après? 3 avril 2012 www.advens.fr Document confidentiel - Advens 2012 Etat des lieux en 2012 Augmentation de la fréquence et de la complexité des attaques

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

L offré Cloud ét la pérformancé dés DSI : un modé lé d innovation a réproduiré pour lés dé ploiéménts logiciéls

L offré Cloud ét la pérformancé dés DSI : un modé lé d innovation a réproduiré pour lés dé ploiéménts logiciéls Dé ploiémént logiciél Les Livres Blancs de MARTE L offré Cloud ét la pérformancé dés DSI : un modé lé d innovation a réproduiré pour lés dé ploiéménts logiciéls Quelques questions désagréables, et leur

Plus en détail