L offre de travail à CT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L offre de travail à CT"

Transcription

1 L offre de travail à CT I. Le choix travail/loisir : 1. Le cadre général : 2. La statique comparative du modèle : a) L influence d une hausse du revenu non-gagné : b) Effet d une modification du taux de salaire : 3. Offre de travail et taux de salaire de réserve : a) Choix activité/inactivité : L inactivité est représentée au point A. Lorsque la droite de budget est AB, l individu choisirait E2, on voit que E2 est dominé par A, il y a inactivité. Lorsque le salaire correspond à la droite AB, l individu a intérêt à rester à la maison. Lorsque le salaire correspond à AB, l individu a intérêt à être en E1 car E1>A. Il y a activité. On voit que lorsque la pente de la droite de budget est inférieure à la pente de la courbe d indifférence au point A (lorsque la droite de budget AB passe sous la courbe d indifférence U 0), le salaire de marché est inférieur au salaire de réserve. Le taux de salaire de réserve = TMS en A. (w ; w R) détermine l activité ou l inactivité. La qualification joue sur le salaire du marché w. Le revenu non gagné, la valeur d inactivité jouent sur le salaire de réserve w R. Toutes choses égales par ailleurs (à w R donné), les femmes plus qualifiées vont avoir un taux d activité plus élevé parce que ça joue sur le salaire du marché w. Toute chose égale par ailleurs, les femmes ayant des enfants en bas âge, vont avoir des taux d activité plus faibles que des femmes sans enfants ou plus âgés parce que là, ça jouera sur w R. Toutes choses égales par ailleurs, les gens ayant une rente vont avoir tendance à travailler moins car ça joue sur w R. b) APPLICATION : Taux de salaire, taux d activité et élevage des enfants : On va se pencher sur le cout des alternatives. L élevage des enfants se décomposent en couts fixes et couts variables. Lorsqu il y a un enfant, il y a des couts à entrer sur le marché du travail (frais de garde des enfants).

2 Avec enfants, A domine E1, la mère est passé d un état d activité à un état d inactivité. La femme ici doit payer pour la garde des enfants (paiement au niveau AC). Ce qui se passe en dehors du marché du travail a un impact sur le marché du travail. Si l état voulait augmenter le taux d emploi des femmes, il jouerait sur ce cout, il prendrait à sa charge le cout AC (en payant les nounous, en augmentant le nombre de crèches, etc.). 4. L offre de travail dans le cas d un contrat d adhésion : Jusque là, le cadre n était pas très réaliste, l employé avait le choix de sa durée de travail. Dans la réalité l entreprise fixe à la fois le taux de salaire horaire mais peut aussi fixer la durée du travail, ce qui donne naissance à un contrat d adhésion (l individu ne choisit pas la durée, il dit oui ou il dit non). N ayant pas la possibilité de choisir, on va avoir des situations dans lesquelles l individu aurait préféré choisir moins d heures ou plus d heures. a) Le travailleur suremployé : Il aurait préféré travailler moins. Si on lui avait donné le choix, il serait en E 0 mais on ne lui propose pas ce contrat, on lui a proposé HC et il a accepté. On voit que l individu est suremployé parce qu il aurait préféré E 0 que C. Il gagne plus que ce qu il aurait choisi. On voit que l utilité est plus faible en C que celle en E 0. Il y a une perte d utilité. On voit que ce n est pas une situation d équilibre. La pente de la CI au point C est beaucoup plus forte que celle de la droit AB. La pente de la CI = TMS du temps de loisir. Dans ce cas la valeur du temps de loisir est supérieure au taux de salaire (valeur du temps de travail). Dans certains cas, le suremployé peut être tellement suremployé qu il peut préférer l inactivité.

3 b) Le travailleur sous-employé : Il voudrait travailler plus pour gagner plus. Il y a une perte d utilité. Ce n est pas un équilibre puisqu au point C, il n y a pas tangence entre la CI et la droite de budget. La pente rouge est plus faible que celle de la droite de budget. La valeur du temps de loisir est plus faible que la valeur du taux de salaire. 5. Heures supplémentaires & temps de travail : Le même modèle revenu/loisir va permettre d analyser les raisons pour lesquelles on propose des heures supplémentaires plus rémunérées que les heures légales. Ces heures supplémentaires vont permettre de revenir sur les deux cas précédent (suremploi/sous emploi). a) Heures de travail légales & heures de travail supplémentaire : On va avoir deux types de contrats. Tarifications normales ou Tarifications heures supplémentaires. R(O ) = w.h + w.h R(O ) = w.[h+h ] w >w : heures supplémentaires taux de salaire constant quel que soit le nombre d heures Les heures supplémentaires permettraient de faire travailler les gens plus longtemps. Avec ces heures supplémentaires, on va limiter l effet revenu. En quelque sorte, les heures supplémentaires permettraient de faire travailler les gens volontairement plus longtemps alors que si l on paye toutes

4 les heures pareilles, l effet revenu va être plus fort. Si double tarification, pas d effet revenu sur les heures déjà existantes. b) Les heures supplémentaires & les préférences des travailleurs : Travailleur suremployé : il n est pas question qu il travaille plus au même taux de salaire. En revanche si j augmente le salaire des heures supplémentaires par rapport aux heures légales, les conditions changent. Cas d un individu ayant un taux de salaire classique de 10 et une valeur du temps de loisir de 15. Pour le convaincre de faire des heures supplémentaires, il faudra que je le paie plus de 15. C est un paradoxe puisque le suremployé est suremployé compte tenu des conditions de salaires, et si celles-ci changent, il peut décider de travailler davantage volontairement. Travailleur sous-employé : ce travailleur sous employé a une valeur du temps de loisir inférieure au taux de salaire proposé par l entreprise. Le patron lui proposait 10, il avait une valeur du temps de loisir de 5. On risque de voir cet individu travailler dans un deuxième job dont le salaire horaire est inférieur à celui du premier. Si je suis Ministre du Travail et que j ai une politique de restriction du temps de travail, ça va être conforme aux vœux des suremployés mais pas à ceux des sous-employés. II. Allocations sociales et incitations : Virtuellement, tous les programmes d aide ont une incidence sur les programmes de travail. On garde le modèle temps de travail/temps de loisir. Ce modèle a deux limites : c est un modèle statique et en équilibre partiel. 1. Allocations indépendantes du revenu d activité : Y sera le revenu disponible ; E le revenu lié à l activité d emploi ; D l allocation ; Y = E+D avec E=w.H

5 L allocation déplace la droite de budget verticalement et la pente ne bouge pas (pas d effet prix, pas d effet de substitution, seulement un effet de revenu). Le nouvel équilibre comprendra plus de loisir et moins de travail (ce n est pas incitatif). 2. L impôt négatif : Il implique un revenu minimum garanti pour tous les individus de la société et un taux d imposition appliqué au revenu du marché du travail. E = 0 ; j ai y = 100. On voit bien que le revenu disponible est égal à 100, soit l impôt négatif. L individu ne paie pas d impôt, on le lui donne. E = 100 ; y = 150. L impôt négatif est de 50. E = 200 ; y = 200. L impôt est nul, je ne paye pas d impôt, on ne m en donne pas. E = 300 ; Y = 250. L individu va payer un impôt. L effet revenu (C0) a tendance à faire diminuer le temps de travailler. Les taxes ont un effet prix (w diminue). Le cout du travail est plus faible. On peut avoir des bas salaires car on donne un impôt négatif. A coté de l impôt négatif, il y a des dispositifs beaucoup moins défendables et plus désincitatifs.

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE Fiche de travail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE Fiche de travail 1: Questions de compréhension sur l introduction a. A quel âge l obligation de cotiser commence-t-elle pour les personnes actives? b. A partir de quel âge les jeunes n exerçant pas encore d activité lucrative

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p.

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p. 1 Sommaire : Votre Profil.. p.3 Présentation.. p.4 Les avantages... p.5 La rémunération. p.6 Un métier d avenir... p.7 Comment ca marche?... p.8 Charges et dépenses p.11 2 Passionné par l immobilier Vous

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales TRAPPES À INACTIVITÉ --- DU RMI AU RSA LES ÉVALUATIONS AU COURS D UNE RÉFORME Du RMI au RSA : supprimer les trappes à inactivité 2 La problématique des trappes

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - J ai travaillé

Plus en détail

1 Diverses actualisation

1 Diverses actualisation durée : 2 heures Nom de l enseignant : M. Chassagnon NB : documents et calculatrices autorisées Les exercices, sont à faire sur le sujet d examen. Il est demandé de répondre aux questions oui/non type

Plus en détail

3. Aperçu théorique du marché du travail

3. Aperçu théorique du marché du travail 3. Aperçu théorique du marché du travail Hypothèses de la concurrence parfaite : Le travail est un bien homogène. Atomicité de la demande et de l offre de travail. Information parfaite. Mobilité parfaite

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

LE REVENU DE BASE, SOCLE D'UNE RÉVOLUTION FISCALE NÉCESSAIRE

LE REVENU DE BASE, SOCLE D'UNE RÉVOLUTION FISCALE NÉCESSAIRE LE REVENU DE BASE, SOCLE D'UNE RÉVOLUTION FISCALE NÉCESSAIRE Marc de Basquiat Août 2014 Contact : marc@de-basquiat.com 1 Revenu de base ou impôt négatif? Michel Foucault 1979 Michel Aglietta 1997 1974

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG

2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG 2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2016 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI) et le régime des allocations

Plus en détail

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06 Concevoir des politiques fiscales propices à l acquisition de compétences La conception du système fiscal exerce une influence considérable sur le niveau des compétences au sein des économies de l OCDE,

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Comment utiliser la prévoyance pour améliorer les prestations des cadres. 20.09.2011 LPP et prestations des cadres CCIG

Comment utiliser la prévoyance pour améliorer les prestations des cadres. 20.09.2011 LPP et prestations des cadres CCIG Comment utiliser la prévoyance pour améliorer les prestations des cadres Sommaire Système social suisse des trois piliers La prévoyance professionnelle Plan cadre Exemples de plan cadre Proposition de

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 - J ai travaillé

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008 21/09/2008 Existe-t-il un niveau de chiffre d'affaires à partir duquel il est intéressant de passer en société? Mise en garde : cette note a servi de support à la présentation d un exposé lors de la journée

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

1 Préférences du consommateur

1 Préférences du consommateur Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Corrigé succint du TD n 5 Automne 04 Il y a deux manière complémentaires de caractériser les préférences d un consommateur. Soit on connait

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux?

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? 1 Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? Présenté par France Gagnon, CPA, CA, M.FISC. Le 26 novembre 2014 Agenda Introduction Qu en est il du REÉR? Taux d

Plus en détail

InfoMaison No.40 NEGOCIATION DE COMMISSION

InfoMaison No.40 NEGOCIATION DE COMMISSION InfoMaison No.40 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

Fondation de prévoyance de l ASG

Fondation de prévoyance de l ASG Fondation de prévoyance de l ASG RÈGLEMENT 2014 Première partie: plan de prévoyance S Le présent plan de prévoyance entre en vigueur le 1 er janvier 2014 pour toutes les personnes assurées dans les plans

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de finances pour 2015 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 Loi de finances rectificative pour 2014 Les lois de finances de fin 2014 n ont pas mis en place de réformes majeures. La mesure

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

MANIFESTE POUR L ACCÈS À L AIDE JURIDIQUE

MANIFESTE POUR L ACCÈS À L AIDE JURIDIQUE MANIFESTE POUR L ACCÈS À L AIDE JURIDIQUE Association des Étudiants et Étudiantes en Droit de l Université Laval Association des Étudiants en Droit de l Université du Québec à Montréal Association des

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

La retraite: Un équilibre à trouver

La retraite: Un équilibre à trouver La retraite: Un équilibre à trouver Préparé par Aon Hewitt Présentée par Mélanie Beauvais Le 31 mai 2013 Aon Hewitt inc., 2013. Tous droits réservés. Ordre du jour Les grandes questions Le ratio de remplacement

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ Question 1 : Soit la firme A dont vous possédez des actions. Sachant que l élasticité de la demande pour le produit

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

Rencontre Incubateur The Ark La sécurité sociale en Suisse

Rencontre Incubateur The Ark La sécurité sociale en Suisse Rencontre Incubateur The Ark La sécurité sociale en Suisse Sommaire Système suisse de sécurité sociale Les principes généraux Le système dit des trois piliers Employeur & Indépendant Assurance-accidents

Plus en détail

M. FLORENT LAVENIR vendredi 23 janvier 2015 1

M. FLORENT LAVENIR vendredi 23 janvier 2015 1 M. FLORNT LAVNIR vendredi 23 janvier 2015 1 Sommaire Sommaire... 2 1. Vos données personnelles et professionnelles... 3 2. Vos chiffres clés... 5 4. Le détail des calculs des régimes obligatoires... 9

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES :

LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : LES DIFFERENTS STATUTS DE VENDEURS POSSIBLES : Vous devez recruter votre équipe de vente ; vous avez le choix entre différents «statuts», c est à dire différents types de contrats vous liant à votre vendeur.

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

1) Taux d évolution en pourcentage à partir d une évolution

1) Taux d évolution en pourcentage à partir d une évolution Evolution I) Pourcentage d évolution 1) Taux d évolution en pourcentage à partir d une évolution Une grandeur évolue d une valeur initiale à une valeur finale. Le taux d évolution de cette grandeur est

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

Dossier d Inscription CERTIFICAT DE SPECIALITE

Dossier d Inscription CERTIFICAT DE SPECIALITE Dossier d Inscription CERTIFICAT DE SPECIALITE «ENVIRONNEMENT NUMERIQUE ET RESEAUX» - SESSION 2015 Date limite de dépôt des dossiers : 10 juin 2015 Merci de compléter ce dossier d inscription et de le

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité Table des matières Chapitre 1 : Administration et comptabilité Modes de financement des entreprises............................. 2 Règles de crédit aux entreprises... 4 Garanties demandées par les banques...

Plus en détail

Premier emploi 6 e édition. Sommaire détaillé

Premier emploi 6 e édition. Sommaire détaillé Premier emploi 6 e édition Sommaire détaillé Au tout début..., le contrat de travail Fiche 1 Mon employeur doit-il obligatoirement me faire un contrat de travail? Fiche 2 Contrat à durée déterminée ou

Plus en détail

Osez de nouvelles stratégies fiscales

Osez de nouvelles stratégies fiscales Osez de nouvelles stratégies fiscales Plan de présentation Les mythes fréquents au sujet de l «incorporation» Les avantages de s «incorporer» Quelques mises en garde Quelques mythes fréquents Si j ai besoin

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

3.04 Prestations de l AVS Age flexible de la retraite

3.04 Prestations de l AVS Age flexible de la retraite 3.04 Prestations de l AVS Age flexible de la retraite Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Lorsque vous atteignez l âge ordinaire de la retraite, vous avez droit à une rente de vieillesse. Cet âge est fixé

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation Luc Godbout 2 Suzie St-Cerny Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques

Plus en détail

Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate

Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate Colloque sur l état des régimes de retraite Conseil du patronat du Québec Le 12 juin 2012 Marie-Josée Naud Conseillère

Plus en détail

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex Caisse de pensions ASMPP/SSPC (proparis Fondation de prévoyance arts et métiers Suisse) RÈGLEMENT 2013 Première partie: plan de prévoyance BB-flex Le présent plan de prévoyance entre en vigueur au 1 er

Plus en détail

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel 30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel Fondements Fondements des trois piliers 1 er pilier (AVS AI ) BUT : Couvrir les besoins vitaux 2 ème pilier (Prévoyance professionnelle)

Plus en détail

La prévoyance en Suisse

La prévoyance en Suisse La prévoyance en Suisse 27 1 er pilier Montants de base des rentes AVS/AI 2010 Rente de vieillesse simple Montant minimum par an par mois Montant maximum par an par mois 13 680 1 140 27 360 2 280 Rente

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1403734D (Décret en Conseil d Etat) et AFSS1404498D (Décret simple) Intitulé du texte : décrets relatifs à la prestation d accueil du jeune enfant

Plus en détail

Bonjour et bienvenue à Toutes et à Tous Je vais vous parler d une belle opportunité qui arrive en France

Bonjour et bienvenue à Toutes et à Tous Je vais vous parler d une belle opportunité qui arrive en France Bonjour et bienvenue à Toutes et à Tous Je vais vous parler d une belle opportunité qui arrive en France Cette société existe aux USA depuis mars 2013 Depuis le 1 er novembre 2014, tous les pays Francophones

Plus en détail

Pourquoi créer une SASU avec?

Pourquoi créer une SASU avec? Pourquoi créer une SASU avec? SAS - SASU Pourquoi? La société par actions simplifiée (SAS) est une forme juridique de plus en plus retenue par les entreprises. La grande souplesse prévue par le législateur

Plus en détail

Sommaire des dispositions

Sommaire des dispositions Sommaire des dispositions INFORMATION GÉNÉRALE Mise en place du régime Le 1 er février 1989 Texte refondu Entrée en vigueur le 1 er avril 2007 Législations applicables Loi sur les régimes complémentaires

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS)

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Résumé du CESRBC relatif au système Titres-Services, 08/10/2013 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Mis en place en 2004, ce dispositif permet à des particuliers d acheter des «chèques-services»

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Gestion des assurances sociales dans mon entreprise et nouveautés 2010

Gestion des assurances sociales dans mon entreprise et nouveautés 2010 «Recentrez votre activité, externalisez la gestion de votre personnel!» Gestion des assurances sociales dans mon entreprise et nouveautés 2010 Frédéric ric Favre HRplus Sàrl HRplus Sàrl 1 Quoi de neuf

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants SPF Sécurité Sociale DG Indépendants NOTE CONCERNANT LE NOUVEAU STATUT DES CONJOINTS AIDANTS Depuis le 1er juillet 2005 les conjoints aidants doivent s'affilier au statut social complet (maxi-statut).

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/

Jean-Louis CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/ Chapitre 14 Marché du travail avec salaire négocié Supposer que le salaire est négocié entre l employeur et le salarié, c est remplacer l équation w( t) = w par une équation de détermination de ce salaire

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Commerce international

Commerce international Commerce international Livre à lire : Caves Frenkel Jones, Commerce et paiements internationaux, Editeur : de Boeck Mayer et Mucchielli, Economie international, Editeur : Guillochon Examen : Réponse structurée

Plus en détail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016 TD 2 : L offre de travail 1 Questions de cours 1. On considère un ménage représentatif disposant dans l année

Plus en détail

INDÉPENDANT POUR LA VIE! DÉCOUVREZ LA PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE SOCIALE

INDÉPENDANT POUR LA VIE! DÉCOUVREZ LA PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE SOCIALE INDÉPENDANT POUR LA VIE! DÉCOUVREZ LA PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE SOCIALE PARCE QU ÊTRE INDÉPENDANT, C EST PLUS QU UN STATUT, C EST UN ÉTAT D ESPRIT 2 INDÉPENDANT POUR LA VIE, L AVENIR COMMENCE AUJOURD

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN

RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN ASSOCIATION D ACCUEIL FAMILIAL DE JOUR DU DISTRICT DE LA BROYE «LES P TITS PRUNEAUX» Place du Château, 1566 St-Aubin/FR RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN Préambule

Plus en détail

UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE COMMUNICATION

UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE COMMUNICATION COLLECTE ET TRAITEMENT DES DÉCHETS UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE COMMUNICATION restuon du 13 décembre 2013 sommaire _DIAGNOSTIC DE COMMUNICATION P_5 _ANALYSE DE VOTRE COMMUNICATION P_34 _STRATÉGIE DE COMMUNICATION

Plus en détail

PIB réel par capita (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 13 000 9 600 2010 28 800 14 900

PIB réel par capita (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 13 000 9 600 2010 28 800 14 900 Question 1 La croissance à long terme (12 points) PIB réel (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 132 800 000 000 41 400 000 000 2010 322 500 000 000 96 100 000 000 PIB réel par capita (en

Plus en détail

ÉPREUVE DE MICROÉCONOMIE- DEUXIEME SESSION- SEMESTRE 6 année enseignants : R.Dessi-I.Dubec-N.Moreau

ÉPREUVE DE MICROÉCONOMIE- DEUXIEME SESSION- SEMESTRE 6 année enseignants : R.Dessi-I.Dubec-N.Moreau ÉPREUVE DE MICROÉCONOMIE- DEUXIEME SESSION- SEMESTRE 6 année 2007-2008 enseignants : R.Dessi-I.Dubec-N.Moreau Traitez l exercice et la question de cours. Exercice 1 : (12 points) Le gouvernement cherche

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI portant réforme de l organisation du temps de travail

Plus en détail

Notre système légal de pensions est confronté

Notre système légal de pensions est confronté [PENSIONS] Pensions: QUELLES SOLUTIONS? Le système légal de nos pensions pose assurément problème... Est-il encore viable à long terme? Quel constat tire-t-on actuellement? Quelles sont les solutions envisageables?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail