Update. Diagnostic. Un cas de pancréatite aiguë chez un chat Notre cas clinique. Examen clinique. Hypothèses diagnostiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Update. Diagnostic. Un cas de pancréatite aiguë chez un chat Notre cas clinique. Examen clinique. Hypothèses diagnostiques"

Transcription

1 Diagnostic Update janvier 09 Un cas de pancréatite aiguë chez un chat Notre cas clinique Dr vét. Patrick Lecoindre St Priest Signalement et motif de consultation Rasta est un chat de race Charteux de 3 ans de 4,5kg, stérilisé, correctement vermifugé et vacciné, référé en consultation de médecine interne pour l exploration de troubles digestifs récurrents dominés par des vomissements et l apparition récente d une diarrhée qui s est accompagnée d un amaigrissement. Anamnèse et commémoratifs Les premiers troubles digestifs sont apparus vers l âge de 1,5 an et étaient surtout caractérisés par des épisodes de vomissements et d anorexie. Un traitement symptomatique (pansements digestifs) et le passage à une alimentation hyperdigestible n ont pas permis d éviter les récidives de ces troubles digestifs. L apparition d une diarrhée de type intestin grêle, liquide et nauséabonde accompagnée d un amaigrissement, d une anorexie persistante et d un abattement, a inquiété le propriétaire et motivé cette consultation. Une analyse cytologique, et bactériologique des selles n a pas donné de résultats. Les tests FeLV, FIV, PIF, Toxoplasmose sont négatifs. Examen clinique L animal est affaibli, déshydraté (5%) mais modérément amaigri. Les muqueuses sont subictériques, la palpation abdominale n est pas douloureuse, mais révèle une certaine rigidité des anses intestinales et une adénopathie mésentérique. L auscultation cardio-respiratoire est normale. Une hyperthermie est également notée (39,8 C). L index d activité clinique (CIBDAI Jergens) est supérieur à 9 et confirme le caractère préoccupant du syndrome digestif. Hypothèses diagnostiques Les éléments symptomatiques majeurs sont donc : - Un syndrome digestif félin chronique associant vomissements, diarrhées et amaigrissement ; - Un subictère ; - Une hyperthermie. Les hypothèses retenues dans ce cadre clinique chez un jeune chat sont : - Une entéropathie chronique (MICI, allergie alimentaire, etc.) ; - Une hépatopathie ictérogène (cholangite, lipidose) ou une Obstruction des Voies Biliaires Extra hépatiques (OVBEH) ; - Une pancréatite. Examens complémentaires Un bilan hémato-biochimique est réalisé afin d explorer les différentes hypothèses, d éliminer les causes systémiques extradigestives et de préciser les répercussions métaboliques de la maladie. Une échographie abdominale est réalisée au cours de l examen clinique et une endoscopie digestive haute et basse est programmée dès que l animal sera en état de supporter une anesthésie (contrôle de la déshydratation et de l équilibre électrolytique). Analyse d urine L analyse d urine montre une densité de 1.035, l absence de protéinurie, mais confirme la présence de bilirubine (++). Bilan hémato-biochimique On retiendra de ce bilan une leucocytose avec neutrophilie non spécifique, une augmentation des gamma glutamyl transférases, des PAL et de la bilirubinémie confirmant une cholestase. La calcémie est anormalement basse.

2 Paramètres mesurés Valeurs Valeurs usuelles Urée (g/l) 0,73 0,34-0,76 Créatinine (mg/l) 11, ALAT (UI/L) PAL (UI/L) GGT (UI/L) Glucose (g/l) 0,95 0,74-1,59 Protéines totales (g/l) Albumine (g/l) Globuline (g/l) Amylase (U/L) Lipases (U/L) Cholestérol (g/l) 1,15 0,65-2,25 Bilirubine totale (mg/l) Calcium total (mg/l) Phosphore (mg/l) Potassium (meq/l) 3,2 3,8-5,2 diffus de l intestin grêle sans anomalies de l échostructure, bien que l on puisse retenir un épaississement non spécifique mais anormal de la couche hypoéchogène musculeuse. L échogénécité du pancréas est anormalement renforcée et hétérogène. La glande semble hypertrophiée. Le pancréas semble anormalement hypertrophié et présente une échogénicité renforcée Il n est pas observé d épanchement. La vésicule biliaire est dilatée mais son contenu semble homogène et les voies biliaires extrahépatiques ne sont pas dilatées. Tableau 1 : Biochimie sanguine (Valeurs usuelles du VetTest d IDEXX Les valeurs en gras sont en-dehors des valeurs usuelles.) Paramètres mesurés Valeurs Valeurs usuelles Hématocrite (%) 38, Hémoglobine (g/dl) 12, CCMH (g/dl) 31, ,9 Globules blancs 19,8 5-18,9 (x109/l) Granulocytes 16,8 2,5-12,5 % Granulocytes 85 Lymphocytes / 3 1,5-7,8 Monocytes (x109/l) % Lymphocytes / 17 Monocytes Plaquettes (x109/l) Tableau 2 : Numération et formule sanguines (Valeurs usuelles du QBC VET d IDEXX Les valeurs en gras sont en dehors des valeurs usuelles.) Imagerie médicale Une radiographie abdominale de profil ne montre pas d anomalies suspectes. L examen échographique abdominal a confirmé une hypertrophie des ganglions mésentériques sans anomalie suspecte de leur échostructure, un épaississement pariétal La vésicule billaire semble anormalement dilatée Le parenchyme hépatique ne montre pas d anomalies suspectes, absence de signes de cholestase intrahépatique. Une cholécystocentèse a été réalisée. La cytologie du prélèvement biliaire montre un nombre important de neutrophiles, mais la bile n est pas modifiée macroscopiquement. Une cytologie hépatique (ponctions à l aiguille fine 22G) a par ailleurs confirmé la présence d un infiltrat neutrophilique abondant, orientant le diagnostic vers une cholangite neutrophilique aiguë. Une légère vacuolisation des hépatocytes est également observée. Endoscopie digestive L examen a montré une augmentation de la granularité de la muqueuse duodénale avec quelques zones d érythème sans ulcération. Pas de lésion de la muqueuse gastrique, la muqueuse colique est d apparence également normale. Des biopsies étagées ont été réalisées. Echographie de l intesin grêle : épaississement pariétal diffus avec une couche musculeuse hypoéchogène anormalement épaissie Endoscopie de l intesin grêle : La musqueuse présente des zones d érythème et apparaît granuleuse

3 Histologie des biopsies digestives L histologie des biopsies duodénales a confirmé une entérite de type lympho-plasmocytaire de grade modéré. Diagnostic Une entérite lymphoplasmocytaire de grade modéré et une cholangite neutrophilique aiguë sont confirmées par les différents examens. Devant les anomalies échographiques du pancréas et le risque que cet animal présente une «triade pathologique» (MICI, Cholangite, Pancréatite), un dosage de la Spec fpl est demandé. Le résultat (8µg/l) confirme l existence d une pancréatite associée. Pronostic Le jeune âge de l animal et un état général encore modérément altéré, le peu de répercussions systémiques de ces affections, l absence de signes d OVBEH sont des critères positifs quant à l évolution de l affection. Toutefois une triade pathologique chez le chat peut entraîner à court terme des complications graves (ictère cholestatique, pancréatite suppurée..) et à long terme l installation d un processus inflammatoire chronique tant au niveau du tractus digestif, biliaire ou pancréatique. Traitement L animal a été perfusé et une réalimentation entérale précoce par sonde nasooesophagienne a été instauré en raison d une anorexie persistante. Les vomissements ont été contrôlés par des injections de maropitant et de ranitidine. Le traitement médical a associé une antibiothérapie (amoxicilline, marbofloxacine), une gestion de la douleur, difficile à évaluer chez le chat, mais vraisemblablement présente (injection de buprénorphine, puis pose d un patch de fentanyl). Une corticothérapie est également instaurée en raison des lésions inflammatoires importantes du tractus digestif qui sont peut être à l origine des complications biliaires et pancréatiques (prednisone 2mg/kg/j). L animal s est rapidement amélioré, a repris de l appétit après 3 jours de réanimation. Lors de la sortie de l animal (J0+5), la bilirubinémie était à 9 mg/l et les GGT à 11 UI/l. Un examen échographique de contrôle a montré une vésicule biliaire de taille normale, mais la persistance d une certaine échogénicité pancréatique. Un nouveau dosage de la Spec fpl montre une amélioration (4,1µg/l). Sa concentration doit néanmoins être contrôlée régulièrement, elle car reste supérieure à 3,5µg/l, afin de s assurer que l animal ne démarre pas une pancréatite chronique fréquente dans cette espèce. Le traitement d entretien est le suivant : Antibiothérapie 6 semaines Corticothérapie à doses dégressives (jusqu à une dose de 0,5mg/kg/j) et jours alternés sur 4 semaines Acide Ursodesoxycholique : 10mg/kg/j 6 semaines Vitamine B12 : 1 injection toutes les semaines de 250 µg/ injection les 6 premières semaines, puis 1 fois par mois pendant 3 mois, en raison de la présence chez ce chat d un MICI Alimentation : de type hyperdigestible. L animal 6 mois après cette hospitalisation n a pas présenté de récidive, mais garde une Spec fpl légèrement supérieure à la normale (4µg/l). Une biopsie pancréatique sous cœlioscopie sera proposée. Discussion Pancréatites félines : mythe ou réalité? Patrick Lecoindre, DVM Dipl ECVIM (CA) Les pancréatites félines ont longtemps été considérées comme des affections d évolution plutôt chronique, peu fréquentes et ayant des répercussions cliniques limitées. Toutefois, des études récentes cliniques et surtout nécropsiques (De Cock HE et al Vet Pathol 2007) ont montré que ces pancréatites chroniques pouvaient avoir des conséquences graves, avec l apparition d une insuffisance pancréatique exocrine ou d un diabète et que le mode évolutif des pancréatites pouvait être également aigu, avec un taux de mortalité élevé. 67% des chats de l étude nécropsique de De Cock présentaient des lésions de pancréatites avec une prévalence importante de la forme chronique (60%, contre 15% pour la forme aiguë). Jusqu à ces dernières années, le diagnostic ante mortem des pancréatites félines était considéré comme difficile en raison d une clinique peu spécifique, de l absence de tests biologiques sensibles et spécifiques, d une exploration en imagerie délicate et surtout de l impossibilité dans la plupart des cas de différencier les formes chroniques des formes aiguës de la maladie. Une étude récente (Ferreri et al 2003) a tenté de définir et de caractériser les signes cliniques, biologiques, radiographiques et anatomopathologiques qui permettraient de différencier une pancréatite aiguë nécrotique (PAN) d une pancréatite chronique non suppurée (PC). Les résultats ont montré qu il était impossible objectivement de faire un diagnostic différentiel entre ces deux affections inflammatoires du pancréas. Enfin, l apparition de nouveaux tests biologiques (fpli, Spec fpl ) va certainement augmenter considérablement notre pouvoir de diagnostic non invasif des pancréatites félines. L étude de Forman (JVIM 2007) concrétise les progrès considérables réalisés dans l approche des pancréatites félines. Etiologie L étiologie des pancréatites aiguës ou chroniques est encore mal déterminée. Un traumatisme abdominal, une toxoplasmose, une Péritonite Infectieuse Féline, une lipodystrophie, une intoxication aux organophosphorés ont été cités dans la littérature en association avec le développement d une pancréatite aiguë. Des études nécropsiques ont là encore permis de préciser non seulement l incidence de ces pancréatites, mais surtout de montrer l évolution concomitante de différentes affections (Hill&Van Winckle JVIM 1993, De cock Vet pathol 2007) particulièrement lors de PC. Des affections hépatiques et du tractus biliaire (cholangiohépatites, cholécystites, lipidose hépatique), des maladies rénales (néphrites), des thromboembolismes pulmonaires, des atteintes inflammatoires ou tumorales intestinales, un diabète

4 sont les principales affections décrites en association avec une PC. Il est encore difficile dans l état actuel de nos connaissances de déterminer si ces maladies sont la conséquence de la pancréatite, d un processus pathologique commun ou sont totalement indépendantes. Il existe visiblement chez le chat une «trilogie ou triade pathologique» associant cholangite, MICI et pancréatite, comme le cas clinique présenté ci-dessus. Dans l étude de Weiss (JAVMA 1996) et l étude plus récente de Forman (JVIM 2007), 39% à 75% des chats présentaient des lésions de MICI et de cholangite associées à une pancréatite. Diagnostic Jusqu à ces dernières années, le diagnostic de confirmation d une pancréatite féline a surtout été réalisé post mortem et il existait avant l étude de Forman (JVIM 2007) peu d études cliniques décrivant une pancréatite féline ante mortem (Simpson et al JAVMA 1993, Gerhardt et al JVIM 2001). La clinique des PAN ou PC est souvent discrète, associe des symptômes peu spécifiques, anorexie, abattement, amaigrissement, qui sont souvent le tableau clinique observé dans les MICI, qui restent une dominante en gastroentérologie féline. Les vomissements et la douleur abdominale caractéristiques dans les pancréatites de l homme ou du chien ne sont que rarement présents dans le tableau clinique d une pancréatite féline. L apparition d un ictère oriente généralement le clinicien vers une affection hépatique qui est dans la plupart des cas confirmée par une modification des enzymes hépatiques ou l histologie des biopsies hépatiques. Sur le plan biologique, ce diagnostic est encore compliqué par le manque de sensibilité des activités lipasique et amylasique, souvent normales, même en présence d une pancréatite sévère. Une hyperglycémie a été rapportée par plusieurs auteurs, mais on connait la sensibilité du chat au stress et cette élévation n est probablement pas pathognomonique. 41% des chats à pancréatites aiguës présentent une diminution de la calcémie totale et 61% du calcium ionisé associé à un mauvais pronostic. La mesure de l immunoréactivité trypsinogène sérique (TLI), est très controversée dans le diagnostic de pancréatite chez le chat. Une augmentation est constatée dans 33 à 88 % des cas selon les études (Swift et al JAVMA 2000, Simpson et al JSAP 1994, Gerhardt et al JVIM 2001, Forman MA JVIM 2007) avec une valeur seuil de 100 microgr/l. La spécificité semble également faible car de nombreuses affections (insuffisance rénale, MICI, Lymphome intestinal) peuvent entraîner secondairement une élévation du TLI sans atteinte histologique du pancréas. L examen échographique du pancréas n est pas aisé chez le chat et seulement 30% des chats suspects de pancréatite aiguë semblent montrer des signes échographiques d atteinte inflammatoire pancréatique. Les pancréatites chroniques sont encore plus difficiles à explorer et les modifications de l échogénicité de la glande sont le plus souvent difficilement interprétables. L examen échographique est toutefois intéressant pour confirmer une cholestase extrahépatique, souvent associée chez le chat à une sténose de la portion cholédocienne intrapancréatique lors de fibrose ou d inflammation importante de la glande. Une étude récente (Forman 2007) semble toutefois montrer que l examen échographique pouvait présenter une sensibilité de 80% dans les cas de pancréatite sévère et de 62% dans les cas de pancréatites modérées. Il est vraisemblable que le niveau de l expertise des imageurs et la technicité des appareils jouent un grand rôle dans ces résultats. Alors que l examen TDM est la base du diagnostic et du suivi d une pancréatite chez l homme, les études de Gerhardt et al (JVIM 2001) et plus récemment de Forman (JVIM 2007) montrent la sensibilité médiocre de cet examen dans le diagnostic des pancréatites félines. Ces dernières années, les Drs Steiner et Williams ont développé et validé un test de mesure de l immunoréactivité de la lipase pancréatique féline (fpli). L étude de Forman et al (JVIM 2004) a montré que la sensibilité et la spécificité de ce test permet un diagnostic non invasif des pancréatites félines avec une sensibilité de 100% dans les cas de pancréatites sévères ou modérées et de 67% dans les cas de pancréatites légères. La spécificité de ce test est proche de 91%. Enfin IDEXX en collaboration avec les Drs Steiner et Williams a développé un test, la Spec fpl qui utilise des antigènes recombinants et des anticorps monoclonaux. La sensibilité de la Spec fpl d après les premiers résultats est voisine de celle du fpli. Ces tests sont également très intéressants dans le suivi à long terme d une pancréatite chronique ou dans le dépistage systématique d une pancréatite chez des chats souffrant de lipidose ou de diabète. Traitement Le suivi thérapeutique d un chat atteint de pancréatite chronique est mal défini. Il est important de considérer que ces chats sont généralement anorexiques, sont prédisposés à développer une lipidose hépatique compliquant sérieusement le pronostic et peuvent souffrir enfin d affections diverses, hépatiques ou intestinales. Le traitement sera basé sur le traitement des affections associées, particulièrement dans les cas de pancréatites chroniques. Une fluidothérapie et un support nutritionnel semblent essentiels et la base d une réanimation d un chat à pancréatite aiguë en raison du risque de développement d une lipidose hépatique. Enfin, même s il est difficile d évaluer la douleur chez le chat atteint de pancréatite, il est essentiel de gérer cette douleur en utilisant les opiacés comme décrit dans notre cas clinique. Une carence en vitamine B12 est fréquente chez les chats à entéropathie chronique et une supplémentation semble importante lors de pancréatite souvent associée à une MICI. Enfin, une corticothérapie est probablement incontournable lors de triades et semble intéressante dans la gestion des pancréatites chroniques félines.

5 Focus Diagnostic des pancréatites félines Franck Guetta, DVM, Reference Laboratory Medical Associate Les pancréatites félines, lésions inflammatoires du pancréas exocrine, sont des maladies multifactorielles avec des symptômes et une issue variables. Avec souvent un tableau clinique assez flou, leur diagnostic représente un véritable défi. Connaissant ces difficultés, les Drs Jörg Steiner et David Williams ont développé et validé le test fpli (Feline Pancreatic Lipase Immunoreactivity) au laboratoire de gastroentérologie de l université du Texas A&M. Le test fpli est sensible pour détecter des pancréatites significatives et spécifique pour contribuer à exclure des pancréatites. IDEXX a continué à travailler avec les Drs. Steiner et Williams pour mettre au point le test Spec fpl. Ce test utilise des anticorps monoclonaux et des antigènes recombinants. Il est aujourd hui disponible au laboratoire IDEXX Alfort. Quelle est la prévalence des pancréatites félines? Dans un article publié en 2007 dans le «Journal of Veterinary Pathology», De Cock et ses collaborateurs ont réalisé l analyse histologique du pancréas complet de 115 chats présentés pour autopsie, dont les causes de décès étaient très variées. 67% de l ensemble de ces chats présentaient des lésions histologiques de pancréatites ; le chiffre descendait à 45% lorsqu il s agissait exclusivement de chats apparemment sains [1]. Les pancréatites chroniques étaient en outre plus fréquentes que les pancréatites aiguës (60% versus 15.7%). L étude récente que Forcada a réalisée avec le dosage de fpli sur deux groupes de chats, non diabétiques et diabétiques, a confirmé cette prévalence de pancréatites pour le 1er groupe, mais a mis en évidence une prévalence plus élevée (82%) chez les chats diabétiques [17]. Pourquoi ces chiffres ne correspondent pas à la prévalence clinique? La présence de lésions inflammatoires du pancréas ne s exprime pas toujours par des symptômes visibles. C est le cas des pancréatites subcliniques. Bien que la prévalence des chats cliniquement atteints ne soit évidemment pas aussi élevée, cette étude histologique suggère que l inflammation pancréatique peut s exprimer par une large variété de conditions cliniques. Quels sont les signes cliniques classiquement observés lors de pancréatites? Les chats à pancréatite présentent habituellement des symptômes non spécifiques tels que la léthargie, un appétit diminué, une déshydratation et une perte de poids. Les vomissements peuvent être absents ou intermittents, et la douleur abdominale est rarement mise en évidence. Les diarrhées peuvent être associées aux pancréatites ou secondaires à la maladie gastro-intestinale déjà présente. L examen clinique peut mettre en évidence un ictère, une fièvre et une masse abdominale palpable. Quel est l intérêt des examens de laboratoire dans le diagnostic des pancréatites? Les résultats des examens de routine de laboratoire en présence de pancréatites peuvent être «normaux», non spécifiques ou attribués aux autres maladies associées. Les modifications hématologiques les plus communément oservées sont des anémies non régegénératives, des leucocytses et des leucopénies [6]. Un bilan biochimique peut mettre en évidence une augmentation de l activité des enzymes hépatques, une hyperbilirubinémie, une hyperglycémie, une urémie, un déséquilibre électrolytique et une hypocalcémie [7]. Si ces résultats ne sont pas spécifiques pour le diagnostic des pancréatites, pourquoi doit-on les réaliser? Ils peuvent en fait se révéler très intéressants pour explorer les maladies associées, qui sont soit compliquées par les pancréatites, soit la cause sous-jacente des pancréatites. Il est important de considérer l animal dans son ensemble et non pas uniquement la pancréatite. Quelle est l intérêt diagnostique du dosage de l amylase et de la lipase pour le diagnostic des pancréatites? Les activités sériques de l amylase et de la lipase classique ne permettent ni de confirmer ni d exclure les pancréatites félines. Quel est l intérêt du dosage de la ftli? La concentration sérique en ftli (trypsine-like immunoreactivity) est spécifique de la fonction pancréatique exocrine ; il s agit du test de choix pour le diagnostic des insuffisances pancréatiques exocrines. Néanmoins, chez les chats avec des signes cliniques de pancréatite, la concentration sérique en ftli est rarement associée au diagnostic histologique. La sensibilité et la spécificité de ce test sont respectivement de 28% et de 75% pour le diagnostic des pancréatites [8,9]. Qu apporte l imagerie dans le diagnostic des pancréatites? Les éléments radiologiques en faveur d une pancréatite sont généralement subjectifs ; un diagnostic conclusif n est pas possible avec uniquement une radio abdominale. L échographie abdominale est intéressante car elle permet aussi d évaluer les autres organes, ce qui est souvent utile car d autres maladies hépatiques et/ou intestinales sont communément associées. Les éléments en faveur d une pancréatite sont un changement de l échogénicité parenchymateuse, la mise en évidence d une nécrose de la graisse péri-pancréatite et une accumulation de liquide. Les études récentes montrent une sensibilité de 24% à 67% et une spécificité de 73% pour le diagnostic des pancréatites [5,8]. Peut-on réaliser une cytoponction du pancréas? Selon Forman, bien que les radiologistes étaient inquiets de la réaliser il y a plusieurs années car ils craignaient de causer une pancréatite, il a été prouvé que cette inquiétude n était pas fondée. Cet examen permet de déterminer s il existe une population lymphocytaire ou neutrophile, ainsi que parfois de diagnostiquer des cancers. Quelles sont les performances du test fpli (radio-immunoessai) réalisé au Texas? L étude récente de Forman avec l examen histologique comme test de référence a montré l intérêt et la supériorité du test fpli pour le diagnostic des pancréatites félines. Chez les chats à pan-

6 Diagnostic Update créatites «modérées à sévères» la sensibilité aptitude à détecter les pancréatites du test fpli est de 100%. Chez les chats à pancréatites «légères» la sensibilité diminue à 54%, ce qui représente une sensibilité générale de 67%. La spécificité aptitude à exclure une pancréatite du test fpli est de 100% dans le groupe des chats sains et de 67% chez 3 chats avec symptômes de pancréatite mais un pancréas histologiquement normal, ce qui représente une spécificité générale de 91%. Quelle est la corrélation entre la Spec fpl et la fpli? Le test Spec fpl corrèle extrêmement bien avec le test fpli. L étude sur plus de prélèvements au laboratoire de gastroentérologie du Texas A&M a montré une corrélation de plus de 93% et des résultats positifs/négatifs concordants dans 98% des cas pour détecter ou exclure une pancréatite. Les résultats préliminaires d une étude réalisée sur plus de 150 chats, cliniquement sains ou malades, en suivant les valeurs de Spec fpl supportent l utilité diagnostique de ce test. Les données de cette étude seront disponibles dès que le manuscrit sera accepté pour la publication. Quelles sont les maladies généralement associées aux pancréatites? Il s agit surtout du diabète, des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), des cholangiohépatites et des lipidoses hépatiques [2 à 5]. Le terme «triade» est utilisé pour décrire le complexe cholangiohépatite, MICI et pancréatite. La lipidose hépatique et la pancréatite apparaissent souvent ensemble. Pourquoi cette triade est-elle plus souvent observée chez le chat? Le système canalaire du chat est différent de celui des chiens. Le canal biliaire est lié au canal pancréatique pour finalement aboutir à seul canal qui rejoint le tractus intestinal. Il n est pas rare de constater que l inflammation d un canal peut ensuite conduire à l inflammation d un second système canalaire. Quels autres tests utiles peut-on réaliser lors de pancréatite féline? Afin d explorer les autres maladies associées, il est recommandé de doser la vitamine B12/folates, la fructosamine et les γ-gt dans le sérum. Comment réaliser le suivi des pancréatites félines? Lors de pancréatite aiguë, il est utile de mesurer la concentration de la Spec fpl tous les jours lors de l hospitalisation, ainsi que lors de la visite de contrôle. En présence de pancréatites chroniques, le dosage de ces concentrations permet d évaluer la réponse au traitement et de le modifier éventuellement ; par exemple en introduisant le cas échéant un traitement aux corticoïdes. Quel est le pronostic des pancréatites? Il est directement lié à la sévérité de la pancréatite, aiguë ou chronique, sévère ou légère. Les pancréatites peuvent compliquer la gestion des maladies associées telles que le diabète. Akol et ses collaborateurs ont également démontré que le pronostic des lipidoses hépatiques est moins bon lorsqu elles sont associées à une pancréatite ; seulement 20% de guérison avec la pancréatite aiguë, contre 50% si la lipidose est seule [3]. C est pourquoi le diagnostic précoce et le suivi des pancréatites peuvent s avérer essentielles dans la guérison de ces maladies associées. Dans quel cas dois-je doser la Spec fpl? Selon Williams, sur tout chat avec : Léthargie / abattement inexpliqués Appétit diminué Vomissements Diarrhées Perte de poids Réaliser également un dosage en présence de maladies associées : Diabètes Affections gastro-intestinales Affections hépatiques En pratique, que faut-il envoyer? 0.5 ml de sérum (tube sec) Les résultats sont disponibles dès le lendemain. La liste des références est disponible sur demande à Laboratoire IDEXX Alfort The fpli, now the Spec fpl, is an emerging gold standard for pancreatic inflammation. Dr. David Williams Laboratoire IDEXX Alfort Parc d activité du Val de Seine 17 Allée Jean-Baptiste Preux Alfortville Tél : ( ) Fax: Dr vét. Franck Guetta Directeur de la publication Laboratoire IDEXX Alfort FR

Vomissements et diarrhée chroniques chez le Chien. 2 partie : traitement

Vomissements et diarrhée chroniques chez le Chien. 2 partie : traitement Vomissements et diarrhée chroniques chez le Chien 2 partie : traitement Pascal KERVEILLANT pascal.kerveillant@wanadoo.fr Café Vétos Rouen / HIPPOCAMPE / mai 2010 Vomissements et diarrhée chroniques Etiologie

Plus en détail

diagnostic Pancréatite : le chat n est pas un chien miniature Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Information médicale Sommmaire

diagnostic Pancréatite : le chat n est pas un chien miniature Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Information médicale Sommmaire diagnostic Novembre 2011 Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Chère consœur, Cher confrère, Dans le précédent n de Diagnostic News, je vous avais fait part d une année 2011 riche en innovations

Plus en détail

diagnostic totale pour le dépistage des maladies thyroïdiennes chez les patients âgés et les candidats à une anesthésie Importance du dosage de la T 4

diagnostic totale pour le dépistage des maladies thyroïdiennes chez les patients âgés et les candidats à une anesthésie Importance du dosage de la T 4 diagnostic Janvier 2012 Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Chère consœur, Cher confrère, 2012 s ouvre sur des perspectives incertaines : situation économique délicate, enjeux politiques

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques?

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques? Une femme de 62 ans consulte en juillet son médecin généraliste pour une hypodermite de la jambe droite survenue dans un contexte d insuffisance veineuse ancienne des membres inférieurs. Il prescrit un

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS. Marianne Picard CHU Limoges

PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS. Marianne Picard CHU Limoges PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS Marianne Picard CHU Limoges Définition Atteinte inflammatoire pancréatique pouvant aller jusqu à la nécrose, d étiologie variée, avec

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Pr P Cathébras Médecine interne Principe général L'amaigrissement est un signe aspécifique. Il est rarement réellement isolé et la démarche

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

NOTIONS D ALIMENTATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES

NOTIONS D ALIMENTATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES NOTIONS D ALIMENTATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES Mehdi MIDOUN. Docteur Vétérinaire Caractéristiques d'un bon aliment dit de "maintenance " 2 objectifs principaux : 1-Maintenir le poids et la forme de

Plus en détail

examen clé du diagnostic ; indication multiples 3 étapes : stimulation de la sudation recueil de la sueur dosage du chlore et / ou du sodium

examen clé du diagnostic ; indication multiples 3 étapes : stimulation de la sudation recueil de la sueur dosage du chlore et / ou du sodium LA MUCOVISCIDOSE I/ Introduction Maladie héréditaire, génétique, la plus fréquente, qui affecte essentiellement la population caucasienne ; ce sont principalement des mutations fonctionnelles ; plus de

Plus en détail

Maladies rénales. Informations et conseils

Maladies rénales. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Informations et conseils Maladies rénales Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.il contient des informations sur

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Article : la maladie aléoutienne chez le furet

Article : la maladie aléoutienne chez le furet Article : la maladie aléoutienne chez le furet Définition : La maladie aléoutienne ou ADV est due à un parvovirus qui affecte le vison, le furet, la mouffette, le raton laveur et probablement d autres

Plus en détail

Item 269 : Pancréatite chronique

Item 269 : Pancréatite chronique Item 269 : Pancréatite chronique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition et incidence...1 2 Facteurs de risque et étiologie...2 3 Diagnostic...3 3. 1 Clinique... 1 3. 2 Biologie...

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

Les ulcères gastriques. Susana Macieira, dmv Clinicienne en Ambulatoire équin Centre hospitalier universitaire vétérinaire

Les ulcères gastriques. Susana Macieira, dmv Clinicienne en Ambulatoire équin Centre hospitalier universitaire vétérinaire Les ulcères gastriques Susana Macieira, dmv Clinicienne en Ambulatoire équin Centre hospitalier universitaire vétérinaire Vidange gastrique 30 minutes pour le liquide 24h pour le foin Anatomie Cardia

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Santé. Les analyses sanguines et votre animal

Santé. Les analyses sanguines et votre animal Santé Les analyses sanguines et votre animal Les analyses de sang, c est important! Les analyses sanguines permettent fréquemment de détecter des maladies avant que votre chien ou votre chat ne montre

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Collège des Enseignants du Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Recherche de signes

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien ANNE GIRARD-LUC (1), EDOUARD REYES-GOMES (1), JEAN-JACQUES FONTAINE (1), MARIE LAGADIC (2) ET FLORENCE BERNEX (1,3) (1) SERVICE D EMBRYOLOGIE D HISTOLOGIE

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Comment lire un scanner et une IRM dans les MICI

Comment lire un scanner et une IRM dans les MICI Comment lire un scanner et une IRM dans les MICI Magaly Zappa 1, Yoram Bouhnik 2 1 Service d imagerie médicale 2 PMAD Service de Gastroentérologie, MICI et Assistance Nutritive Université Paris VII APHP,

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE, CLINIQUE ET DIAGNOSTIC DES ENTERITES CHRONIQUES DU CHIEN : CONSTRUCTION D'UNE BASE DE DONNEES ET ETUDE RETROSPECTIVE DE 93 CAS

EPIDEMIOLOGIE, CLINIQUE ET DIAGNOSTIC DES ENTERITES CHRONIQUES DU CHIEN : CONSTRUCTION D'UNE BASE DE DONNEES ET ETUDE RETROSPECTIVE DE 93 CAS ANNEE 2002 THESE : 2002 TOU 3 4070 EPIDEMIOLOGIE, CLINIQUE ET DIAGNOSTIC DES ENTERITES CHRONIQUES DU CHIEN : CONSTRUCTION D'UNE BASE DE DONNEES ET ETUDE RETROSPECTIVE DE 93 CAS THESE pour obtenir le grade

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Cas clinique. H. Ben Brahim Service des Maladies Infectieuses EPS Fattouma-Bourguiba. Monastir. http://www.infectiologie.org.tn

Cas clinique. H. Ben Brahim Service des Maladies Infectieuses EPS Fattouma-Bourguiba. Monastir. http://www.infectiologie.org.tn Cas clinique H. Ben Brahim Service des Maladies Infectieuses EPS Fattouma-Bourguiba Monastir Un homme de 23 ans, sans antécédents pathologiques notables consulte pour des douleurs épigastriques irradiant

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire Univ-Rennes1-Poycopié Médecine M2-Sémiologie du Foie et des Voies Biliaires 1 DOULEURS ABDOMINALES Jean-François Bretagne La douleur abdominale est un motif fréquent de consultation en médecine générale

Plus en détail

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 mai 2013 TELEBRIX GASTRO, (300 mg l/ml), solution pour administration par voie orale ou rectale Flacon de 50 ml (CIP : 34009 327 480 9-9) Flacon de 100 ml (CIP : 34009

Plus en détail

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Qu attend un gastroentérologue de la collaboration d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Réponses! 1. Connaissance des MICIs 2. Connaissance de

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Page 1 de 4 APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Une anamnèse personnelle et familiale détaillée ainsi qu un examen clinique approfondi sont indispensables avant toute

Plus en détail

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Raphaëlle Audollent CHU de Brest Homme de 36 ans d origine espagnole Motif d hospitalisation 2 épisodes récents d angiocholite ATCD personnel: Cholécystectomie

Plus en détail

3 ème Journée Casablancaise MICI. cas clinique N 1. Hliwa Wafaa Chu Ibn Rochd casablanca

3 ème Journée Casablancaise MICI. cas clinique N 1. Hliwa Wafaa Chu Ibn Rochd casablanca 3 ème Journée Casablancaise MICI cas clinique N 1 Hliwa Wafaa Chu Ibn Rochd casablanca Observation Mme B. Z, 63 ans, mariée, de oueld ezzam ATCD :Suivie pour RCH colique gauche depuis janvier 2013 retenue

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Diarrhées aiguës du nourrisson

Diarrhées aiguës du nourrisson Diarrhées aiguës du nourrisson Critères de gravité Chef de service de Pédiatrie - CHV Des «Critères de gravité» : pour quoi faire? A priori : pour prendre une décision Conseil téléphonique Domicile ou

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Catalogue des analyses 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Légende du dictionnaire Tube Citrate de Sodium Tube Sérum = Sec avec Activateur de coagulation (avec ou sans gel) Tube Héparine

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

ONCOLOGIE TD2 Lundi 4 février 2008, 13h30 Ronéotypeuse : SARBIT Caroline MANIFESTATIONS CLINIQUES DES CANCERS

ONCOLOGIE TD2 Lundi 4 février 2008, 13h30 Ronéotypeuse : SARBIT Caroline MANIFESTATIONS CLINIQUES DES CANCERS ONCOLOGIE TD2 Lundi 4 février 2008, 13h30 Ronéotypeuse : SARBIT Caroline MANIFESTATIONS CLINIQUES DES CANCERS PLAN : I) Généralités II) Cas cliniques : 1 ) Premier cas 2 ) Deuxième cas 3 ) Troisième cas

Plus en détail

Gérer une carence martiale et la rattacher à une pathologie digestive. Ammppu section de Metz 3 février 2015

Gérer une carence martiale et la rattacher à une pathologie digestive. Ammppu section de Metz 3 février 2015 Gérer une carence martiale et la rattacher à une pathologie digestive Ammppu section de Metz 3 février 2015 Quelques chiffres sur la carence martiale! 2 à 5 % des hommes et femmes ménopausées (18 à 20%)!

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Place des marqueurs biochimiques et hématologiques dans la gestion d un déplacement de caillette

Place des marqueurs biochimiques et hématologiques dans la gestion d un déplacement de caillette Place des marqueurs biochimiques et hématologiques dans la gestion d un déplacement de caillette Laura-May CANONNE - Cyrielle MARZIN-BRIAT Service de Médecine des Animaux d Elevage Séminaires de MAE -

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Dossier 1. Dossier 2. Question n 1. Quelles ont vos. principa les hypothè ses diagnostiques à ce stade de l observation? Justifiez.

Dossier 1. Dossier 2. Question n 1. Quelles ont vos. principa les hypothè ses diagnostiques à ce stade de l observation? Justifiez. Dossier Une femme de 68 ans présente une anémie par carence martiale. Elle n a aucun autre symptôme que ceux en rapport avec l anémie. Dans ses antécédents on retient une hystérectomie totale pour fibrome

Plus en détail

EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF

EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF PAR VIDÉOCAPSULE INGÉRÉE Classement hiérarchique : 07.01.09.01 - Code : HZQE900 MAI 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir Mise à j our Jean-Baptiste Lattouf, MD, FRCS et Fred Saad, MD, FRCS Présenté dans le cadre de la conférence : Urologie néphrologie sexologie, Université

Plus en détail

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques.

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

Qu est-ce que Helicobacter pylori? Source: http://www.medicaltribune.net/put/default.htm Le cycle de vie (pathogénie) de l Helicobacter pylori

Qu est-ce que Helicobacter pylori? Source: http://www.medicaltribune.net/put/default.htm Le cycle de vie (pathogénie) de l Helicobacter pylori HELICOBACTER PYLORI Qu est-ce que Helicobacter pylori? L Helicobacter pylori est une bactérie intestinale qui cause la majorité des ulcères dans l estomac et dans le duodénum. Ils se développent dans des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Item 107 : Voyage en pays tropical:conseils avant le départ, pathologies du retour :fièvre, diarrhée

Item 107 : Voyage en pays tropical:conseils avant le départ, pathologies du retour :fièvre, diarrhée Item 107 : Voyage en pays tropical:conseils avant le départ, pathologies du retour :fièvre, diarrhée Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Conseils avant le départ...1 2 Pendant le

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications

Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Incidence et prévalence...1 2 Facteurs de risque... 2 3 Dépistage... 3 4 Diagnostic de la lithiase

Plus en détail