Update. Diagnostic. Un cas de pancréatite aiguë chez un chat Notre cas clinique. Examen clinique. Hypothèses diagnostiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Update. Diagnostic. Un cas de pancréatite aiguë chez un chat Notre cas clinique. Examen clinique. Hypothèses diagnostiques"

Transcription

1 Diagnostic Update janvier 09 Un cas de pancréatite aiguë chez un chat Notre cas clinique Dr vét. Patrick Lecoindre St Priest Signalement et motif de consultation Rasta est un chat de race Charteux de 3 ans de 4,5kg, stérilisé, correctement vermifugé et vacciné, référé en consultation de médecine interne pour l exploration de troubles digestifs récurrents dominés par des vomissements et l apparition récente d une diarrhée qui s est accompagnée d un amaigrissement. Anamnèse et commémoratifs Les premiers troubles digestifs sont apparus vers l âge de 1,5 an et étaient surtout caractérisés par des épisodes de vomissements et d anorexie. Un traitement symptomatique (pansements digestifs) et le passage à une alimentation hyperdigestible n ont pas permis d éviter les récidives de ces troubles digestifs. L apparition d une diarrhée de type intestin grêle, liquide et nauséabonde accompagnée d un amaigrissement, d une anorexie persistante et d un abattement, a inquiété le propriétaire et motivé cette consultation. Une analyse cytologique, et bactériologique des selles n a pas donné de résultats. Les tests FeLV, FIV, PIF, Toxoplasmose sont négatifs. Examen clinique L animal est affaibli, déshydraté (5%) mais modérément amaigri. Les muqueuses sont subictériques, la palpation abdominale n est pas douloureuse, mais révèle une certaine rigidité des anses intestinales et une adénopathie mésentérique. L auscultation cardio-respiratoire est normale. Une hyperthermie est également notée (39,8 C). L index d activité clinique (CIBDAI Jergens) est supérieur à 9 et confirme le caractère préoccupant du syndrome digestif. Hypothèses diagnostiques Les éléments symptomatiques majeurs sont donc : - Un syndrome digestif félin chronique associant vomissements, diarrhées et amaigrissement ; - Un subictère ; - Une hyperthermie. Les hypothèses retenues dans ce cadre clinique chez un jeune chat sont : - Une entéropathie chronique (MICI, allergie alimentaire, etc.) ; - Une hépatopathie ictérogène (cholangite, lipidose) ou une Obstruction des Voies Biliaires Extra hépatiques (OVBEH) ; - Une pancréatite. Examens complémentaires Un bilan hémato-biochimique est réalisé afin d explorer les différentes hypothèses, d éliminer les causes systémiques extradigestives et de préciser les répercussions métaboliques de la maladie. Une échographie abdominale est réalisée au cours de l examen clinique et une endoscopie digestive haute et basse est programmée dès que l animal sera en état de supporter une anesthésie (contrôle de la déshydratation et de l équilibre électrolytique). Analyse d urine L analyse d urine montre une densité de 1.035, l absence de protéinurie, mais confirme la présence de bilirubine (++). Bilan hémato-biochimique On retiendra de ce bilan une leucocytose avec neutrophilie non spécifique, une augmentation des gamma glutamyl transférases, des PAL et de la bilirubinémie confirmant une cholestase. La calcémie est anormalement basse.

2 Paramètres mesurés Valeurs Valeurs usuelles Urée (g/l) 0,73 0,34-0,76 Créatinine (mg/l) 11, ALAT (UI/L) PAL (UI/L) GGT (UI/L) Glucose (g/l) 0,95 0,74-1,59 Protéines totales (g/l) Albumine (g/l) Globuline (g/l) Amylase (U/L) Lipases (U/L) Cholestérol (g/l) 1,15 0,65-2,25 Bilirubine totale (mg/l) Calcium total (mg/l) Phosphore (mg/l) Potassium (meq/l) 3,2 3,8-5,2 diffus de l intestin grêle sans anomalies de l échostructure, bien que l on puisse retenir un épaississement non spécifique mais anormal de la couche hypoéchogène musculeuse. L échogénécité du pancréas est anormalement renforcée et hétérogène. La glande semble hypertrophiée. Le pancréas semble anormalement hypertrophié et présente une échogénicité renforcée Il n est pas observé d épanchement. La vésicule biliaire est dilatée mais son contenu semble homogène et les voies biliaires extrahépatiques ne sont pas dilatées. Tableau 1 : Biochimie sanguine (Valeurs usuelles du VetTest d IDEXX Les valeurs en gras sont en-dehors des valeurs usuelles.) Paramètres mesurés Valeurs Valeurs usuelles Hématocrite (%) 38, Hémoglobine (g/dl) 12, CCMH (g/dl) 31, ,9 Globules blancs 19,8 5-18,9 (x109/l) Granulocytes 16,8 2,5-12,5 % Granulocytes 85 Lymphocytes / 3 1,5-7,8 Monocytes (x109/l) % Lymphocytes / 17 Monocytes Plaquettes (x109/l) Tableau 2 : Numération et formule sanguines (Valeurs usuelles du QBC VET d IDEXX Les valeurs en gras sont en dehors des valeurs usuelles.) Imagerie médicale Une radiographie abdominale de profil ne montre pas d anomalies suspectes. L examen échographique abdominal a confirmé une hypertrophie des ganglions mésentériques sans anomalie suspecte de leur échostructure, un épaississement pariétal La vésicule billaire semble anormalement dilatée Le parenchyme hépatique ne montre pas d anomalies suspectes, absence de signes de cholestase intrahépatique. Une cholécystocentèse a été réalisée. La cytologie du prélèvement biliaire montre un nombre important de neutrophiles, mais la bile n est pas modifiée macroscopiquement. Une cytologie hépatique (ponctions à l aiguille fine 22G) a par ailleurs confirmé la présence d un infiltrat neutrophilique abondant, orientant le diagnostic vers une cholangite neutrophilique aiguë. Une légère vacuolisation des hépatocytes est également observée. Endoscopie digestive L examen a montré une augmentation de la granularité de la muqueuse duodénale avec quelques zones d érythème sans ulcération. Pas de lésion de la muqueuse gastrique, la muqueuse colique est d apparence également normale. Des biopsies étagées ont été réalisées. Echographie de l intesin grêle : épaississement pariétal diffus avec une couche musculeuse hypoéchogène anormalement épaissie Endoscopie de l intesin grêle : La musqueuse présente des zones d érythème et apparaît granuleuse

3 Histologie des biopsies digestives L histologie des biopsies duodénales a confirmé une entérite de type lympho-plasmocytaire de grade modéré. Diagnostic Une entérite lymphoplasmocytaire de grade modéré et une cholangite neutrophilique aiguë sont confirmées par les différents examens. Devant les anomalies échographiques du pancréas et le risque que cet animal présente une «triade pathologique» (MICI, Cholangite, Pancréatite), un dosage de la Spec fpl est demandé. Le résultat (8µg/l) confirme l existence d une pancréatite associée. Pronostic Le jeune âge de l animal et un état général encore modérément altéré, le peu de répercussions systémiques de ces affections, l absence de signes d OVBEH sont des critères positifs quant à l évolution de l affection. Toutefois une triade pathologique chez le chat peut entraîner à court terme des complications graves (ictère cholestatique, pancréatite suppurée..) et à long terme l installation d un processus inflammatoire chronique tant au niveau du tractus digestif, biliaire ou pancréatique. Traitement L animal a été perfusé et une réalimentation entérale précoce par sonde nasooesophagienne a été instauré en raison d une anorexie persistante. Les vomissements ont été contrôlés par des injections de maropitant et de ranitidine. Le traitement médical a associé une antibiothérapie (amoxicilline, marbofloxacine), une gestion de la douleur, difficile à évaluer chez le chat, mais vraisemblablement présente (injection de buprénorphine, puis pose d un patch de fentanyl). Une corticothérapie est également instaurée en raison des lésions inflammatoires importantes du tractus digestif qui sont peut être à l origine des complications biliaires et pancréatiques (prednisone 2mg/kg/j). L animal s est rapidement amélioré, a repris de l appétit après 3 jours de réanimation. Lors de la sortie de l animal (J0+5), la bilirubinémie était à 9 mg/l et les GGT à 11 UI/l. Un examen échographique de contrôle a montré une vésicule biliaire de taille normale, mais la persistance d une certaine échogénicité pancréatique. Un nouveau dosage de la Spec fpl montre une amélioration (4,1µg/l). Sa concentration doit néanmoins être contrôlée régulièrement, elle car reste supérieure à 3,5µg/l, afin de s assurer que l animal ne démarre pas une pancréatite chronique fréquente dans cette espèce. Le traitement d entretien est le suivant : Antibiothérapie 6 semaines Corticothérapie à doses dégressives (jusqu à une dose de 0,5mg/kg/j) et jours alternés sur 4 semaines Acide Ursodesoxycholique : 10mg/kg/j 6 semaines Vitamine B12 : 1 injection toutes les semaines de 250 µg/ injection les 6 premières semaines, puis 1 fois par mois pendant 3 mois, en raison de la présence chez ce chat d un MICI Alimentation : de type hyperdigestible. L animal 6 mois après cette hospitalisation n a pas présenté de récidive, mais garde une Spec fpl légèrement supérieure à la normale (4µg/l). Une biopsie pancréatique sous cœlioscopie sera proposée. Discussion Pancréatites félines : mythe ou réalité? Patrick Lecoindre, DVM Dipl ECVIM (CA) Les pancréatites félines ont longtemps été considérées comme des affections d évolution plutôt chronique, peu fréquentes et ayant des répercussions cliniques limitées. Toutefois, des études récentes cliniques et surtout nécropsiques (De Cock HE et al Vet Pathol 2007) ont montré que ces pancréatites chroniques pouvaient avoir des conséquences graves, avec l apparition d une insuffisance pancréatique exocrine ou d un diabète et que le mode évolutif des pancréatites pouvait être également aigu, avec un taux de mortalité élevé. 67% des chats de l étude nécropsique de De Cock présentaient des lésions de pancréatites avec une prévalence importante de la forme chronique (60%, contre 15% pour la forme aiguë). Jusqu à ces dernières années, le diagnostic ante mortem des pancréatites félines était considéré comme difficile en raison d une clinique peu spécifique, de l absence de tests biologiques sensibles et spécifiques, d une exploration en imagerie délicate et surtout de l impossibilité dans la plupart des cas de différencier les formes chroniques des formes aiguës de la maladie. Une étude récente (Ferreri et al 2003) a tenté de définir et de caractériser les signes cliniques, biologiques, radiographiques et anatomopathologiques qui permettraient de différencier une pancréatite aiguë nécrotique (PAN) d une pancréatite chronique non suppurée (PC). Les résultats ont montré qu il était impossible objectivement de faire un diagnostic différentiel entre ces deux affections inflammatoires du pancréas. Enfin, l apparition de nouveaux tests biologiques (fpli, Spec fpl ) va certainement augmenter considérablement notre pouvoir de diagnostic non invasif des pancréatites félines. L étude de Forman (JVIM 2007) concrétise les progrès considérables réalisés dans l approche des pancréatites félines. Etiologie L étiologie des pancréatites aiguës ou chroniques est encore mal déterminée. Un traumatisme abdominal, une toxoplasmose, une Péritonite Infectieuse Féline, une lipodystrophie, une intoxication aux organophosphorés ont été cités dans la littérature en association avec le développement d une pancréatite aiguë. Des études nécropsiques ont là encore permis de préciser non seulement l incidence de ces pancréatites, mais surtout de montrer l évolution concomitante de différentes affections (Hill&Van Winckle JVIM 1993, De cock Vet pathol 2007) particulièrement lors de PC. Des affections hépatiques et du tractus biliaire (cholangiohépatites, cholécystites, lipidose hépatique), des maladies rénales (néphrites), des thromboembolismes pulmonaires, des atteintes inflammatoires ou tumorales intestinales, un diabète

4 sont les principales affections décrites en association avec une PC. Il est encore difficile dans l état actuel de nos connaissances de déterminer si ces maladies sont la conséquence de la pancréatite, d un processus pathologique commun ou sont totalement indépendantes. Il existe visiblement chez le chat une «trilogie ou triade pathologique» associant cholangite, MICI et pancréatite, comme le cas clinique présenté ci-dessus. Dans l étude de Weiss (JAVMA 1996) et l étude plus récente de Forman (JVIM 2007), 39% à 75% des chats présentaient des lésions de MICI et de cholangite associées à une pancréatite. Diagnostic Jusqu à ces dernières années, le diagnostic de confirmation d une pancréatite féline a surtout été réalisé post mortem et il existait avant l étude de Forman (JVIM 2007) peu d études cliniques décrivant une pancréatite féline ante mortem (Simpson et al JAVMA 1993, Gerhardt et al JVIM 2001). La clinique des PAN ou PC est souvent discrète, associe des symptômes peu spécifiques, anorexie, abattement, amaigrissement, qui sont souvent le tableau clinique observé dans les MICI, qui restent une dominante en gastroentérologie féline. Les vomissements et la douleur abdominale caractéristiques dans les pancréatites de l homme ou du chien ne sont que rarement présents dans le tableau clinique d une pancréatite féline. L apparition d un ictère oriente généralement le clinicien vers une affection hépatique qui est dans la plupart des cas confirmée par une modification des enzymes hépatiques ou l histologie des biopsies hépatiques. Sur le plan biologique, ce diagnostic est encore compliqué par le manque de sensibilité des activités lipasique et amylasique, souvent normales, même en présence d une pancréatite sévère. Une hyperglycémie a été rapportée par plusieurs auteurs, mais on connait la sensibilité du chat au stress et cette élévation n est probablement pas pathognomonique. 41% des chats à pancréatites aiguës présentent une diminution de la calcémie totale et 61% du calcium ionisé associé à un mauvais pronostic. La mesure de l immunoréactivité trypsinogène sérique (TLI), est très controversée dans le diagnostic de pancréatite chez le chat. Une augmentation est constatée dans 33 à 88 % des cas selon les études (Swift et al JAVMA 2000, Simpson et al JSAP 1994, Gerhardt et al JVIM 2001, Forman MA JVIM 2007) avec une valeur seuil de 100 microgr/l. La spécificité semble également faible car de nombreuses affections (insuffisance rénale, MICI, Lymphome intestinal) peuvent entraîner secondairement une élévation du TLI sans atteinte histologique du pancréas. L examen échographique du pancréas n est pas aisé chez le chat et seulement 30% des chats suspects de pancréatite aiguë semblent montrer des signes échographiques d atteinte inflammatoire pancréatique. Les pancréatites chroniques sont encore plus difficiles à explorer et les modifications de l échogénicité de la glande sont le plus souvent difficilement interprétables. L examen échographique est toutefois intéressant pour confirmer une cholestase extrahépatique, souvent associée chez le chat à une sténose de la portion cholédocienne intrapancréatique lors de fibrose ou d inflammation importante de la glande. Une étude récente (Forman 2007) semble toutefois montrer que l examen échographique pouvait présenter une sensibilité de 80% dans les cas de pancréatite sévère et de 62% dans les cas de pancréatites modérées. Il est vraisemblable que le niveau de l expertise des imageurs et la technicité des appareils jouent un grand rôle dans ces résultats. Alors que l examen TDM est la base du diagnostic et du suivi d une pancréatite chez l homme, les études de Gerhardt et al (JVIM 2001) et plus récemment de Forman (JVIM 2007) montrent la sensibilité médiocre de cet examen dans le diagnostic des pancréatites félines. Ces dernières années, les Drs Steiner et Williams ont développé et validé un test de mesure de l immunoréactivité de la lipase pancréatique féline (fpli). L étude de Forman et al (JVIM 2004) a montré que la sensibilité et la spécificité de ce test permet un diagnostic non invasif des pancréatites félines avec une sensibilité de 100% dans les cas de pancréatites sévères ou modérées et de 67% dans les cas de pancréatites légères. La spécificité de ce test est proche de 91%. Enfin IDEXX en collaboration avec les Drs Steiner et Williams a développé un test, la Spec fpl qui utilise des antigènes recombinants et des anticorps monoclonaux. La sensibilité de la Spec fpl d après les premiers résultats est voisine de celle du fpli. Ces tests sont également très intéressants dans le suivi à long terme d une pancréatite chronique ou dans le dépistage systématique d une pancréatite chez des chats souffrant de lipidose ou de diabète. Traitement Le suivi thérapeutique d un chat atteint de pancréatite chronique est mal défini. Il est important de considérer que ces chats sont généralement anorexiques, sont prédisposés à développer une lipidose hépatique compliquant sérieusement le pronostic et peuvent souffrir enfin d affections diverses, hépatiques ou intestinales. Le traitement sera basé sur le traitement des affections associées, particulièrement dans les cas de pancréatites chroniques. Une fluidothérapie et un support nutritionnel semblent essentiels et la base d une réanimation d un chat à pancréatite aiguë en raison du risque de développement d une lipidose hépatique. Enfin, même s il est difficile d évaluer la douleur chez le chat atteint de pancréatite, il est essentiel de gérer cette douleur en utilisant les opiacés comme décrit dans notre cas clinique. Une carence en vitamine B12 est fréquente chez les chats à entéropathie chronique et une supplémentation semble importante lors de pancréatite souvent associée à une MICI. Enfin, une corticothérapie est probablement incontournable lors de triades et semble intéressante dans la gestion des pancréatites chroniques félines.

5 Focus Diagnostic des pancréatites félines Franck Guetta, DVM, Reference Laboratory Medical Associate Les pancréatites félines, lésions inflammatoires du pancréas exocrine, sont des maladies multifactorielles avec des symptômes et une issue variables. Avec souvent un tableau clinique assez flou, leur diagnostic représente un véritable défi. Connaissant ces difficultés, les Drs Jörg Steiner et David Williams ont développé et validé le test fpli (Feline Pancreatic Lipase Immunoreactivity) au laboratoire de gastroentérologie de l université du Texas A&M. Le test fpli est sensible pour détecter des pancréatites significatives et spécifique pour contribuer à exclure des pancréatites. IDEXX a continué à travailler avec les Drs. Steiner et Williams pour mettre au point le test Spec fpl. Ce test utilise des anticorps monoclonaux et des antigènes recombinants. Il est aujourd hui disponible au laboratoire IDEXX Alfort. Quelle est la prévalence des pancréatites félines? Dans un article publié en 2007 dans le «Journal of Veterinary Pathology», De Cock et ses collaborateurs ont réalisé l analyse histologique du pancréas complet de 115 chats présentés pour autopsie, dont les causes de décès étaient très variées. 67% de l ensemble de ces chats présentaient des lésions histologiques de pancréatites ; le chiffre descendait à 45% lorsqu il s agissait exclusivement de chats apparemment sains [1]. Les pancréatites chroniques étaient en outre plus fréquentes que les pancréatites aiguës (60% versus 15.7%). L étude récente que Forcada a réalisée avec le dosage de fpli sur deux groupes de chats, non diabétiques et diabétiques, a confirmé cette prévalence de pancréatites pour le 1er groupe, mais a mis en évidence une prévalence plus élevée (82%) chez les chats diabétiques [17]. Pourquoi ces chiffres ne correspondent pas à la prévalence clinique? La présence de lésions inflammatoires du pancréas ne s exprime pas toujours par des symptômes visibles. C est le cas des pancréatites subcliniques. Bien que la prévalence des chats cliniquement atteints ne soit évidemment pas aussi élevée, cette étude histologique suggère que l inflammation pancréatique peut s exprimer par une large variété de conditions cliniques. Quels sont les signes cliniques classiquement observés lors de pancréatites? Les chats à pancréatite présentent habituellement des symptômes non spécifiques tels que la léthargie, un appétit diminué, une déshydratation et une perte de poids. Les vomissements peuvent être absents ou intermittents, et la douleur abdominale est rarement mise en évidence. Les diarrhées peuvent être associées aux pancréatites ou secondaires à la maladie gastro-intestinale déjà présente. L examen clinique peut mettre en évidence un ictère, une fièvre et une masse abdominale palpable. Quel est l intérêt des examens de laboratoire dans le diagnostic des pancréatites? Les résultats des examens de routine de laboratoire en présence de pancréatites peuvent être «normaux», non spécifiques ou attribués aux autres maladies associées. Les modifications hématologiques les plus communément oservées sont des anémies non régegénératives, des leucocytses et des leucopénies [6]. Un bilan biochimique peut mettre en évidence une augmentation de l activité des enzymes hépatques, une hyperbilirubinémie, une hyperglycémie, une urémie, un déséquilibre électrolytique et une hypocalcémie [7]. Si ces résultats ne sont pas spécifiques pour le diagnostic des pancréatites, pourquoi doit-on les réaliser? Ils peuvent en fait se révéler très intéressants pour explorer les maladies associées, qui sont soit compliquées par les pancréatites, soit la cause sous-jacente des pancréatites. Il est important de considérer l animal dans son ensemble et non pas uniquement la pancréatite. Quelle est l intérêt diagnostique du dosage de l amylase et de la lipase pour le diagnostic des pancréatites? Les activités sériques de l amylase et de la lipase classique ne permettent ni de confirmer ni d exclure les pancréatites félines. Quel est l intérêt du dosage de la ftli? La concentration sérique en ftli (trypsine-like immunoreactivity) est spécifique de la fonction pancréatique exocrine ; il s agit du test de choix pour le diagnostic des insuffisances pancréatiques exocrines. Néanmoins, chez les chats avec des signes cliniques de pancréatite, la concentration sérique en ftli est rarement associée au diagnostic histologique. La sensibilité et la spécificité de ce test sont respectivement de 28% et de 75% pour le diagnostic des pancréatites [8,9]. Qu apporte l imagerie dans le diagnostic des pancréatites? Les éléments radiologiques en faveur d une pancréatite sont généralement subjectifs ; un diagnostic conclusif n est pas possible avec uniquement une radio abdominale. L échographie abdominale est intéressante car elle permet aussi d évaluer les autres organes, ce qui est souvent utile car d autres maladies hépatiques et/ou intestinales sont communément associées. Les éléments en faveur d une pancréatite sont un changement de l échogénicité parenchymateuse, la mise en évidence d une nécrose de la graisse péri-pancréatite et une accumulation de liquide. Les études récentes montrent une sensibilité de 24% à 67% et une spécificité de 73% pour le diagnostic des pancréatites [5,8]. Peut-on réaliser une cytoponction du pancréas? Selon Forman, bien que les radiologistes étaient inquiets de la réaliser il y a plusieurs années car ils craignaient de causer une pancréatite, il a été prouvé que cette inquiétude n était pas fondée. Cet examen permet de déterminer s il existe une population lymphocytaire ou neutrophile, ainsi que parfois de diagnostiquer des cancers. Quelles sont les performances du test fpli (radio-immunoessai) réalisé au Texas? L étude récente de Forman avec l examen histologique comme test de référence a montré l intérêt et la supériorité du test fpli pour le diagnostic des pancréatites félines. Chez les chats à pan-

6 Diagnostic Update créatites «modérées à sévères» la sensibilité aptitude à détecter les pancréatites du test fpli est de 100%. Chez les chats à pancréatites «légères» la sensibilité diminue à 54%, ce qui représente une sensibilité générale de 67%. La spécificité aptitude à exclure une pancréatite du test fpli est de 100% dans le groupe des chats sains et de 67% chez 3 chats avec symptômes de pancréatite mais un pancréas histologiquement normal, ce qui représente une spécificité générale de 91%. Quelle est la corrélation entre la Spec fpl et la fpli? Le test Spec fpl corrèle extrêmement bien avec le test fpli. L étude sur plus de prélèvements au laboratoire de gastroentérologie du Texas A&M a montré une corrélation de plus de 93% et des résultats positifs/négatifs concordants dans 98% des cas pour détecter ou exclure une pancréatite. Les résultats préliminaires d une étude réalisée sur plus de 150 chats, cliniquement sains ou malades, en suivant les valeurs de Spec fpl supportent l utilité diagnostique de ce test. Les données de cette étude seront disponibles dès que le manuscrit sera accepté pour la publication. Quelles sont les maladies généralement associées aux pancréatites? Il s agit surtout du diabète, des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), des cholangiohépatites et des lipidoses hépatiques [2 à 5]. Le terme «triade» est utilisé pour décrire le complexe cholangiohépatite, MICI et pancréatite. La lipidose hépatique et la pancréatite apparaissent souvent ensemble. Pourquoi cette triade est-elle plus souvent observée chez le chat? Le système canalaire du chat est différent de celui des chiens. Le canal biliaire est lié au canal pancréatique pour finalement aboutir à seul canal qui rejoint le tractus intestinal. Il n est pas rare de constater que l inflammation d un canal peut ensuite conduire à l inflammation d un second système canalaire. Quels autres tests utiles peut-on réaliser lors de pancréatite féline? Afin d explorer les autres maladies associées, il est recommandé de doser la vitamine B12/folates, la fructosamine et les γ-gt dans le sérum. Comment réaliser le suivi des pancréatites félines? Lors de pancréatite aiguë, il est utile de mesurer la concentration de la Spec fpl tous les jours lors de l hospitalisation, ainsi que lors de la visite de contrôle. En présence de pancréatites chroniques, le dosage de ces concentrations permet d évaluer la réponse au traitement et de le modifier éventuellement ; par exemple en introduisant le cas échéant un traitement aux corticoïdes. Quel est le pronostic des pancréatites? Il est directement lié à la sévérité de la pancréatite, aiguë ou chronique, sévère ou légère. Les pancréatites peuvent compliquer la gestion des maladies associées telles que le diabète. Akol et ses collaborateurs ont également démontré que le pronostic des lipidoses hépatiques est moins bon lorsqu elles sont associées à une pancréatite ; seulement 20% de guérison avec la pancréatite aiguë, contre 50% si la lipidose est seule [3]. C est pourquoi le diagnostic précoce et le suivi des pancréatites peuvent s avérer essentielles dans la guérison de ces maladies associées. Dans quel cas dois-je doser la Spec fpl? Selon Williams, sur tout chat avec : Léthargie / abattement inexpliqués Appétit diminué Vomissements Diarrhées Perte de poids Réaliser également un dosage en présence de maladies associées : Diabètes Affections gastro-intestinales Affections hépatiques En pratique, que faut-il envoyer? 0.5 ml de sérum (tube sec) Les résultats sont disponibles dès le lendemain. La liste des références est disponible sur demande à Laboratoire IDEXX Alfort The fpli, now the Spec fpl, is an emerging gold standard for pancreatic inflammation. Dr. David Williams Laboratoire IDEXX Alfort Parc d activité du Val de Seine 17 Allée Jean-Baptiste Preux Alfortville Tél : ( ) Fax: Dr vét. Franck Guetta Directeur de la publication Laboratoire IDEXX Alfort FR

diagnostic Pancréatite : le chat n est pas un chien miniature Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Information médicale Sommmaire

diagnostic Pancréatite : le chat n est pas un chien miniature Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Information médicale Sommmaire diagnostic Novembre 2011 Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Chère consœur, Cher confrère, Dans le précédent n de Diagnostic News, je vous avais fait part d une année 2011 riche en innovations

Plus en détail

diagnostic totale pour le dépistage des maladies thyroïdiennes chez les patients âgés et les candidats à une anesthésie Importance du dosage de la T 4

diagnostic totale pour le dépistage des maladies thyroïdiennes chez les patients âgés et les candidats à une anesthésie Importance du dosage de la T 4 diagnostic Janvier 2012 Les dernières actualités du Diagnostic Vétérinaire Chère consœur, Cher confrère, 2012 s ouvre sur des perspectives incertaines : situation économique délicate, enjeux politiques

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une mucoviscidose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a révélé que votre bébé pouvait être atteint de mucoviscidose. Le test de la sueur vient de confirmer

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule Préambule Les maladies rénales chroniques sont des affections courantes dans l espèce canine. Le nombre de cas d insuffisance rénale chronique (IRC) chez des chiens de race Boxer semble être croissant

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

«J ai mal au ventre» :

«J ai mal au ventre» : «J ai mal au ventre» : La douleur abdominale chronique Georges Ghattas, MD Présenté à la Journée d éducation médicale continue de l Université de Montréal, le 10 octobre 2003. Il n existe pas d algorithme

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation.

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Pr Pierre Déchelotte Unité de Nutrition CHU de Rouen (76) Dr Pascal Boulet Médecin généraliste-enseignant Bonsecours (76) Rouen

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Résumé des Caractéristiques du Produit 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT PARONAL 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Résumé des Caractéristiques du Produit 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT PARONAL 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Résumé des Caractéristiques du Produit 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT PARONAL 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Par fiole: L - asparaginase 10.000 U.I. Pour les excipients, cfr section 6.1. 3.

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Alexandra Briend-Marchal Laboratoire Vebiotel France Introduction La cytométrie en

Plus en détail

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5 La rupture du ligament croisé crânial chez le chien Matthieu Gatineau, DMV, IPSAV, MSc, Dipl. ACVS-ECVS, ACVSMR Juin 2013 Symptômes Diagnostic Page 1-3 Traitements Pronostic Page 4-5 Convalescence Page

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

Diarrhée, vomissements, constipation ou quand l appareil digestif fait des siennes!

Diarrhée, vomissements, constipation ou quand l appareil digestif fait des siennes! Diarrhée, vomissements, constipation ou quand l appareil digestif fait des siennes! Dr Vet Grégory Casseleux Royal Canin Gammes Professionnelles Responsable Technique FR 30670 Aimargues La digestion se

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, mai 2005 Afssaps - 143/ 147, bd Anatole France

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 298 : Ascite. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 298 : Ascite. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 298 : Ascite Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition - Diagnostic positif...1 2 Diagnostic différentiel...2 3 Physiopathologie et étiologie... 3 3. 1 Rupture intrapéritonéale

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Prise en charge du nouveauné prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Docteur JeanFrançois Magny Institut de Puériculture et de Périnatalogie Problématique double Prise en charge de la prématurité

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE

LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE Marie-Hélène BONNET 8, Avenue de l Amiral Narbonne 111120 Bize Minervois Tél. 04.68.40.61.50 Email : manoirperceval@wanadoo.fr LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE A lire très attentivement, et à faire lire

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail