Estrie (05) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale. Document de consultation Février 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Estrie (05) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale. Document de consultation Février 2014"

Transcription

1 Estrie (05) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale Document de consultation Février 2014

2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PORTRAIT DE L OFFRE DE FORMATION... 2 Collège régional Champlain... 3 Cégep de Sherbrooke... 4 Cégep Beauce-Appalaches... 6 Séminaire de Sherbrooke... 7 Complémentarité et viabilité de l offre de formation... 8 Questions particulières sur l offre de formation... 9 Questions d ordre général sur l offre de formation... 9 Questions d ordre général sur les créneaux régionaux ou les créneaux d excellence PORTRAIT SOCIOÉCONOMIQUE Population Économie Base industrielle Créneaux d excellence ACCORD Répartition des emplois par secteur d activité Documents de référence DOMAINES D EXPERTISE À L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ANNEXE I : GUIDE D INTERPRÉTATION DES TABLEAUX... 16

3 INTRODUCTION Le 26 février 2013, la première ministre annonçait la mise en place du chantier sur l offre de formation collégiale. Le mandat du chantier consiste à «produire un rapport faisant des recommandations sur le déploiement de l offre de formation collégiale au Québec, la définition des créneaux régionaux de formation et l optimisation de l offre de formation continue en vue de favoriser : l accès à la formation collégiale partout au Québec; une complémentarité de l offre de formation dans les régions; la viabilité des programmes en région 1.» Un rapport d étape a été produit en décembre 2013 et les travaux se poursuivent en vue du dépôt d un rapport final en juin Depuis le début des travaux, les partenaires ont collaboré de façon soutenue pour livrer une analyse approfondie de la situation afin de bien rendre compte de la réalité des collèges et de formuler des recommandations qui soient de nature à permettre le maintien de la mission des collèges dans un contexte en constante mouvance. La situation de l offre de programmes techniques dans l ensemble du réseau fait partie des préoccupations découlant explicitement du mandat. Ainsi, la complémentarité et la viabilité des programmes d études sont à l ordre du jour des travaux amorcés déjà depuis quelques mois. Afin de bien comprendre la situation prévalant dans le réseau collégial, il est apparu essentiel de brosser un tableau d ensemble de la situation et de disposer de l information qui permettrait d amorcer une réflexion sur différentes hypothèses d aménagement de la carte des enseignements. À cette fin, un portrait de l offre de formation technique a été élaboré pour chacune des régions du Québec. Dans un premier temps, on y expose une vue d ensemble des établissements et de l effectif étudiant. Une description de l offre de formation de chaque établissement est ensuite présentée, pour les cégeps ainsi que pour les collèges privés et les établissements publics affiliés lorsque ceux-ci offrent des programmes conduisant au diplôme d études collégiales dans la région. Suit une appréciation de la complémentarité et de la viabilité des programmes d études techniques, comprenant un ensemble de questions sur lesquelles les collèges sont invités à transmettre leurs commentaires. Ces questions portent, dans un premier temps, sur des programmes en particulier. Un second groupe de questions suggère différentes hypothèses que pourraient explorer des collèges qui souhaiteraient accroître leur collaboration avec d autres établissements. Un troisième groupe de questions aborde finalement les créneaux régionaux ou d excellence. Afin de soutenir la réflexion des collèges, des références concernant le portrait socioéconomique et les domaines d expertise spécifiques à l enseignement supérieur dans la région sont mises à leur disposition. Enfin, pour faciliter la compréhension des différents tableaux que comprend le portrait, un guide d interprétation est annexé au document. Les portraits régionaux ont été élaborés uniquement à des fins de consultation des établissements d enseignement collégial. Ils doivent donc être interprétés comme tels et être considérés comme des documents de travail. 1. MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Chantier sur l offre de formation collégiale, [En ligne]. (Consulté le 20 janvier 2014). 1

4 PORTRAIT DE L OFFRE DE FORMATION La région de l Estrie compte deux cégeps et un collège privé agréé aux fins de subvention offrant des programmes de DEC, mais aucun établissement public affilié offrant de tels programmes : o le Collège régional Champlain, duquel relèvent le Campus Lennoxville, le Campus St. Lawrence (situé dans la région de la Capitale-Nationale) ainsi que le Campus Saint- Lambert Longueuil (situé dans la région de la Montérégie); o le Cégep de Sherbrooke; o le Séminaire de Sherbrooke. À noter que la région comprend aussi le Centre d études collégiales (CEC) de Lac- Mégantic, qui relève du Cégep Beauce-Appalaches (situé dans la région de la Chaudière- Appalaches). Les programmes d études techniques attirent un peu moins de la moitié de l effectif étudiant, soit environ 46 % en Les prévisions de l effectif étudiant au collégial indiquent une diminution assez importante jusqu en 2020, suivie d une remontée jusqu en 2027, permettant presque d atteindre l effectif étudiant observé en En tout, 33 autorisations permanentes à offrir des programmes de DEC techniques ont été accordées aux établissements de la région, pour un total de 29 programmes différents; sur ce nombre, 3 sont à caractère national. Tableau 1. Effectif étudiant collégial dans la région Collège régional Champlain Campus Lennoxville Cégep de Sherbrooke CEC de Lac- Mégantic Séminaire de Sherbrooke TOTAL Effectif DEC technique (2012) Effectif DEC préuniversitaire Accueil ou transition (2012) Effectif total (2012) Variation prévue ( ) Variation prévue ( ) Effectif hors région DEC technique ( ) - 23,8 % - 12,4 % -14,0 % n. d. - 14,3 % - 13,1 % 1,8 % -7,3 % n. d. - 0,8 % 27,8 % 21,1 % 6,4 % 15,7 % 20,9 % 2

5 COLLÈGE RÉGIONAL CHAMPLAIN Tableau 2.1. Offre de formation technique CAMPUS LENNOXVILLE Famille technique Programme Débutants 5 ans Écart nat. Diagnostic % hors région Caractère Offre min. Biologique 180.A0 Soins infirmiers 41 (1 075) Déficit 23,6 % X Humaine 351.A0 Techniques d éducation spécialisée Équilibre 28,4 % X Administrative 410.B0 420.A0 (Techniques de comptabilité et de gestion) (Techniques de l informatique) 12 (554) Déficit 39,7 % X 5 (523) Déficit 30,8 % X AEC Cisco Certified Network Associate (CCNA) Comptabilité de la petite entreprise Conception de pages Web Conseiller en décoration résidentielle Conseiller en produits et services touristiques Informatique d affaires Le Campus Lennoxville du Collège régional Champlain offre quatre programmes de DEC techniques. En considérant l effectif de l établissement, les programmes qui attirent le plus d étudiants sont : o Soins infirmiers; o Techniques d éducation spécialisée. La proportion d étudiants inscrits à un programme de DEC technique au Campus Lennoxville du Collège régional Champlain qui viennent de l extérieur de la région est de 28 %. Le programme qui attire le plus d étudiants de l extérieur de la région est Techniques de comptabilité et de gestion. Deux des quatre programmes de DEC techniques offerts (50 %) se situent sous le seuil de viabilité, soit : o Techniques de comptabilité et de gestion; o Techniques de l informatique. À cette analyse de la situation actuelle s ajoute la prise en compte des prévisions d effectif étudiant pour l établissement. Tableau 3.1. Effectif étudiant Année 2012 Baisse maximale prévue Effectif

6 CÉGEP DE SHERBROOKE Tableau 2.2. Offre de formation technique CAMPUS PRINCIPAL Famille technique Biologique Physique Humaine Administrative 140.B0 Programme Technologie d analyses biomédicales Débutants 5 ans Écart nat. Diagnostic % hors région 31 (173) Déficit 29,2 % 141.A0 Techniques d inhalothérapie Équilibre 38,4 % 144.A0 145.A0 Techniques de réadaptation physique Techniques de santé animale Équilibre 50,2 % Surplus 27,2 % Caractère 145.C0 Techniques de bioécologie Surplus 31,7 % National 152.B0 (Gestion et technologies d entreprise agricole) 1 (403) Déficit 0,0 % 180.A0 Soins infirmiers 166 (1 075) Déficit 4,0 % X 210.A0 Techniques de laboratoire 28 (351) Déficit 14,3 % 221.B0 Technologie du génie civil 56 (323) Déficit 33,8 % X 241.A0 241.D0 243.A0 243.B0 243.C0 Techniques de génie mécanique (Technologie de maintenance industrielle) Technologie de systèmes ordinés Technologie de l électronique Technologie de l électronique industrielle Offre min. 58 (494) Déficit 24,7 % X 6 (336) Déficit 20,0 % 18 (35) Équilibre 10,1 % 18 (334) Déficit 9,0 % X 24 (620) Déficit 12,6 % X 310.A0 Techniques policières Équilibre 44,7 % National 322.A0 351.A0 Techniques d éducation à l enfance Techniques d éducation spécialisée 94 (1 500) Déficit 18,0 % X Équilibre 13,5 % X 388.A0 Techniques de travail social Surplus 26,6 % 410.B0 Techniques de comptabilité et de gestion 51 (554) Déficit 7,8 % X 410.D0 Gestion de commerces Surplus 9,2 % X 412.A0 Techniques de bureautique 21 (159) Équilibre 16,0 % X 420.A0 Techniques de l informatique 56 (523) Déficit 5,0 % X Artistique 570.G0 Graphisme 58 (180) Déficit 33,8 % 4

7 AEC Conseils services financiers Finance et comptabilité informatisée Gestion de l approvisionnement Gestion de réseaux informatiques Gestion des entreprises Informatique de gestion Logistique du transport Officier en sécurité incendie Prévention des incendies Techniques d éducation à l enfance Gestion industrielle Le Cégep de Sherbrooke offre vingt-trois programmes de DEC techniques. En considérant l effectif de l établissement, les programmes qui attirent le plus d étudiants sont : o Soins infirmiers; o Techniques d éducation spécialisée; o Techniques d éducation à l enfance. La proportion d étudiants inscrits à un programme de DEC technique au Cégep de Sherbrooke qui viennent de l extérieur de la région est de 21 %. Les programmes qui attirent le plus d étudiants de l extérieur de la région sont : o Techniques de réadaptation physique; o Techniques policières; o Techniques d inhalothérapie. Deux des vingt-trois programmes de DEC techniques offerts (9 %) se situent sous le seuil de viabilité, soit : o Gestion et technologies d entreprise agricole; o Technologie de maintenance industrielle. À cette analyse de la situation actuelle s ajoute la prise en compte des prévisions d effectif étudiant pour l établissement. Tableau 3.2. Effectif étudiant Année 2012 Baisse maximale prévue Effectif

8 CÉGEP BEAUCE-APPALACHES Tableau 2.3. Offre de formation technique CEC DE LAC-MÉGANTIC Famille technique Programme Débutants 5 ans Écart nat. Diagnostic % hors région Caractère Offre min. Biologique 180.A0 (Soins infirmiers) 15 (1 075) Déficit 5,5 % X Humaine 351.A0 (Techniques d éducation spécialisée) Équilibre 7,7 % X Le Centre d études collégiales de Lac-Mégantic offre deux programmes de DEC techniques, dont 6 % des étudiants viennent de l extérieur de la région. Ces deux programmes sont sous le seuil de viabilité. À cette analyse de la situation actuelle s ajoute la prise en compte des prévisions d effectif étudiant pour l établissement. Tableau 3.3. Effectif étudiant Année 2012 Baisse maximale prévue Effectif

9 SÉMINAIRE DE SHERBROOKE Collège privé agréé aux fins de subvention Tableau 2.4. Offre de formation technique CAMPUS PRINCIPAL Famille technique Programme Débutants 5 ans Écart nat. Diagnostic % hors région Caractère Offre min. 221.A0 Technologie de l architecture 32 (114) Équilibre 11,8 % Physique 221.D0 Technologie de l estimation et de l évaluation en bâtiment 0 (87) Déficit - Humaine 310.C0 Techniques juridiques Équilibre 18,9 % Administrative 410.C0 430.A0 Conseil en assurances et en services financiers Techniques de gestion hôtelière 0 (380) Déficit - X 18 (43) Équilibre 14,4 % Artistique 571.C0 Commercialisation de la mode Surplus 18,4 % National AEC Agent immobilier Assurance de dommages Le Séminaire de Sherbrooke offre six programmes de DEC techniques. En considérant l effectif de l établissement, le programme qui attire le plus d étudiants est Technologie de l architecture. La proportion d étudiants inscrits à un programme de DEC technique au Séminaire de Sherbrooke qui viennent de l extérieur de la région est de 16 %. Les programmes qui attirent le plus d étudiants de l extérieur de la région sont : o Techniques juridiques; o Commercialisation de la mode. 7

10 COMPLÉMENTARITÉ ET VIABILITÉ DE L OFFRE DE FORMATION Les établissements de la région de l Estrie offrent un éventail de programmes d études assurant une offre minimale de formation technique. Les programmes associés aux techniques physiques, biologiques et administratives sont particulièrement représentés. Tableau 4. Autorisations à offrir des programmes de DEC techniques dans la région 2 Autorisations permanentes Programmes différents Programmes en doublon Techniques biologiques Techniques physiques Techniques humaines Techniques administratives Techniques artistiques Total Une proportion modérée de programmes techniques était sous le seuil de viabilité en (15 %). Le tableau ci-dessous présente les programmes en difficulté et pour lesquels il existe des besoins importants sur le marché du travail. Tableau 5. Programmes sous le seuil de viabilité et en situation de déficit à l échelle provinciale Programme Champlain Lennoxville Sherbrooke Écart national Gestion et technologies d entreprise agricole Techniques de comptabilité et de gestion (X) (403) (X) X (554) Techniques de l informatique (X) X (523) Technologie de maintenance industrielle (X) (336) Les prévisions de l effectif au collégial indiquent une diminution assez importante, suivie d une remontée jusqu en 2027 qui permettra presque d atteindre l effectif observé en Selon ces prévisions, la baisse la plus importante toucherait le Campus Lennoxville du Collège régional Champlain, alors que le Cégep de Sherbrooke subirait une baisse plus modérée et, à la suite de la hausse qui suivrait, dépasserait légèrement l effectif observé en MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Direction de l adéquation formation-emploi, Carte des enseignements , 20 janvier

11 L offre de formation technique est caractérisée par l attraction d une proportion significative d étudiants de l extérieur de la région au Campus Lennoxville du Collège régional Champlain et au Cégep de Sherbrooke. Questions particulières sur l offre de formation Gestion et technologies d entreprise agricole 152.B0 Le programme est offert par le Cégep de Sherbrooke et il est sous le seuil de viabilité. Il a accueilli un nombre minime de débutants au cours des cinq dernières années. Le Cégep de Sherbrooke devrait-il évaluer la pertinence de maintenir ce programme? Technologie de maintenance industrielle 241.D0 Ce programme est offert par le Cégep de Sherbrooke et il est sous le seuil de viabilité alors qu il est en situation de déficit de débutants sur le plan national. Le Cégep de Sherbrooke devrait-il envisager des modalités de collaboration avec d autres cégeps pour offrir le programme? Techniques de comptabilité et de gestion 410.B0 Techniques de l informatique 420.A0 Ces programmes sont offerts par les deux cégeps de la région et ils sont sous le seuil de viabilité au Collège régional Champlain. Les deux établissements devraient-ils explorer des modalités de collaboration pour maintenir ces programmes dans le cadre d une offre de formation bilingue? Questions d ordre général sur l offre de formation Parmi les hypothèses de collaboration dans l offre de certains programmes techniques, y en a-t-il qui vous apparaissent prioritaires : o pour le partage des compétences d un même programme entre les collèges? o pour des développements à faire en formation à distance? Les collèges de la région ne devraient-ils pas agir de façon concertée pour faire la promotion de certains de leurs programmes dont la viabilité est menacée à court terme? Au Québec? À l international? Certains programmes sous le seuil de viabilité et en déficit important de débutants devraient-ils faire l objet de campagnes nationales de promotion? Les programmes offerts dans les centres d études collégiales dont l effectif est restreint pourraient-ils être proposés, en partie, au moyen de la formation à distance? Des ententes de collaboration pour offrir certains programmes actuellement sous le seuil de viabilité sont-elles possibles avec des collèges situés à l extérieur de la région? Y a-t-il des pistes de réaménagement de l offre de formation pour assurer une meilleure complémentarité d une offre qui soit viable, à l intérieur des établissements et entre les établissements? 9

12 Questions d ordre général sur les créneaux régionaux ou les créneaux d excellence Un bref portrait socioéconomique, de l information concernant les domaines d expertise spécifiques à l enseignement supérieur dans la région, ainsi que des références utiles sont fournies dans les sections qui suivent. En vous référant à votre offre de formation à l enseignement régulier comme à la formation continue, à l information présentée dans les sections suivantes et à celle dont vous pourriez disposer par ailleurs, veuillez indiquer ce que vous estimez correspondre, en fait de formation collégiale, à : des créneaux régionaux actuels ou potentiels; des créneaux d excellence actuels ou potentiels. 10

13 PORTRAIT SOCIOÉCONOMIQUE POPULATION 3 La région de l Estrie représente 3,92 % de la population du Québec en 2012 ( habitants). De 2006 à 2011, la population de la région a augmenté de 3,9 %, soit un rythme légèrement inférieur à celui du Québec (+ 4,5 %). Les perspectives démographiques devraient ralentir. Ainsi, de 2011 à 2016, la population de la région devrait croître de 1,8 %, soit un rythme moindre que celui attendu pour le Québec (+ 3,1 %). ÉCONOMIE Base industrielle 4 En 2011, l Estrie regroupe environ 3,9 % de la population et 3,7 % des emplois du Québec. o La structure industrielle reflète la vocation traditionnelle de la région. Orientée davantage vers le secteur de la fabrication, l importance des emplois est supérieure à celle du Québec (18,9 % contre 12,5 %). o Autrefois fortement axé sur la fabrication de produits de consommation (meubles, textiles, vêtements), le secteur manufacturier de l Estrie est aujourd hui plus équilibré entre ses activités traditionnelles et la transformation complexe. Le secteur primaire regroupe une proportion des emplois supérieure à celle du Québec (2,9 % contre 2,3 %). Inversement, le secteur tertiaire représente 73,6 % de l emploi total en Estrie, par rapport à 79,0 % au Québec. o La présence plus faible des services moteurs explique en grande partie cet écart. Créneaux d excellence ACCORD 5 Bio-industries environnementales. Biotech Santé. Élastomères. MicroTeq-10. Pôle d excellence québécois en transport terrestre. Transformation du bois d apparence et composite. 3. Tiré de : MINISTÈRE DES FINANCES ET DE L ÉCONOMIE, Estrie Portrait régional, automne 2013, p Tiré de : Ibid., p MINISTÈRE DES FINANCES ET DE L ÉCONOMIE, Créneaux d excellence, [En ligne]. (Consulté le 20 janvier 2014). 11

14 Répartition des emplois par secteur d activité 6 DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE Afin d approfondir ce bref portrait socioéconomique de la région de l Estrie, nous proposons la lecture de trois documents portant sur la question : Le portrait régional proposé par le ministère des Finances et de l Économie du Québec : Le portrait socioéconomique de la région proposé par Développement économique Canada : Le survol de la situation économique de la région proposé par Desjardins, Études économiques : gionales/eerestr.pdf. 6. Tiré de : DESJARDINS, ÉTUDES ÉCONOMIQUES, Région administrative de l Estrie Survol et prévisions économiques, collection «Études régionales», volume 8, région 05, février 2013, p

15 DOMAINES D EXPERTISE À L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Nous recensons ici les centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT), les projets financés par la Fondation canadienne pour l innovation (FCI) et les chaires de recherche dans la région de l Estrie. Sans prétendre que les domaines d expertise à l enseignement supérieur de la région s y limitent, nous croyons que cette information peut alimenter la réflexion entourant les créneaux régionaux ou les créneaux d excellence. CCTT 7 Centre de productique intégrée du Québec inc. PROJETS FINANCÉS PAR LA FCI 8 Aucun CHAIRES DE RECHERCHE 9 Chaire André-Lussier de rhumatologie Chaire Banque Nationale en traitement du cancer cérébral Chaire Bombardier en gestion de la marque Chaire CRSNG / Bell Canada en imagerie numérique personnelle Chaire CRSNG / Industrie sur l auscultation des structures en béton Chaire CRSNG / Industrie sur les matériaux composites novateurs en polymères renforcés de fibres pour les infrastructures Chaire CRSNG en conception pour l aluminium Chaire CRSNG en efficacité énergétique industrielle Chaire d excellence en recherche du Canada sur le traitement de signaux quantiques Chaire d étude en organisation du travail Chaire d études et de recherche sur le Québec contemporain Chaire de biophotonique et d analyse des signaux Chaire de droit et gouvernance de la santé Chaire de recherche de l en sciences biomédicales des radiations Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke sur la réussite et la persévérance des élèves Chaire de recherche du Canada en biogéochimie terrestre Chaire de recherche du Canada en biologie des télomères Chaire de recherche du Canada en biologie moléculaire, évolution et impact des éléments mobiles bactériens Chaire de recherche du Canada en chimie computationnelle et photonique Chaire de recherche du Canada en couplage neurovasculaire Chaire de recherche du Canada en démographie évolutive et en conservation ÉTABLISSEMENT(S) Cégep de Sherbrooke ÉTABLISSEMENT(S) Sans objet ÉTABLISSEMENT(S) 7. MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Gestion du dossier unique sur les organismes (GDUNO), [En ligne]. (Consulté le 20 janvier 2014). 8. MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Direction de la recherche universitaire et collégiale, 20 janvier MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Expertise recherche Québec, [En ligne]. (Consulté le 20 janvier 2014). 13

16 Chaire de recherche du Canada en génie parasismique Chaire de recherche du Canada en génomique fonctionnelle Chaire de recherche du Canada en imagerie par résonance magnétique Chaire de recherche du Canada en matériaux quantiques Chaire de recherche du Canada en microfluidique et en microsystèmes énergétiques Chaire de recherche du Canada en mécanismes de transcription génique Chaire de recherche du Canada en nanopharmacologie et microscopie à force atomique Chaire de recherche du Canada en pharmacologie cellulaire Chaire de recherche du Canada en physiologie respiratoire néonatale Chaire de recherche du Canada en physiopathologie digestive Chaire de recherche du Canada en physique de la matière condensée Chaire de recherche du Canada en reconstruction du squelette Chaire de recherche du Canada en semi-conducteurs quantiques Chaire de recherche du Canada en signalisation du cancer colorectal et de l inflammation intestinale Chaire de recherche du Canada sur l histoire de l édition et la sociologie du littéraire Chaire de recherche du Canada sur l intervention éducative Chaire de recherche du Canada sur l observation de la Terre et l écophysiologie du phytoplancton Chaire de recherche du Canada sur la différence sociale et culturelle Chaire de recherche du Canada sur la délinquance des adolescentes et des adolescents Chaire de recherche du Canada sur la génomique et l ARN catalytique Chaire de recherche du Canada sur la santé et le bien-être Chaire de recherche du Canada sur le contrôle de la qualité de l expression génique Chaire de recherche du Canada sur les changements climatiques et environnementaux Chaire de recherche du Canada sur les maladies neurodégénératives Chaire de recherche du Canada sur les matériaux composites utilisés pour les structures de génie civil Chaire de recherche du Canada sur les microorganismes et les procédés industriels en biotechnologie Chaire de recherche du Canada sur les pratiques professionnelles d intégration des services en gérontologie Chaire de recherche du Canada sur les systèmes biohybrides cellulesbiomatériaux Chaire de recherche en conception d appareillage d imagerie médicale Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques Chaire de recherche en géomatique d affaires Chaire de recherche en intégrité financière CIBC Chaire de recherche en pédagogie médicale de la société des médecins de l Chaire de recherche GSK / IRSC sur le diabète Université Bishop s Université Bishop s Université Bishop s 14

17 Chaire de recherche industrielle CRSNG en acoustique appliquée à l aviation Chaire de recherche industrielle CRSNG sur le béton fluide à rhéologie adaptée de haute performance Chaire de recherche sur l apprentissage de la lecture et de l écriture chez le jeune enfant Chaire de recherche sur l intérêt des jeunes à l égard des sciences et de la technologie Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées Chaire de recherche sur les religions en modernité avancée Chaire de téléréadaptation Chaire Desjardins en gestion du développement durable Chaire en gestion et gouvernance des coopératives et des mutuelles Chaire en santé respiratoire de l Association pulmonaire du Québec Chaire Hydro-Québec / RTE Structures et mécanique des lignes de transport d énergie électrique Chaire Jeanne et J.-Louis Lévesque de radiobiologie Chaire Lucie et André Chagnon pour l enseignement de l approche intégrée en prévention Chaire Lucienne-Cnockaert Chaire Maurice-Auslander en théorie des représentations des algèbres Chaire Pfizer sur les technologies d analyse de procédés en génie pharmaceutique Chaire pour l innovation dans la formation à la recherche Chaire SAQ en valorisation du verre dans les matériaux / UQAM 15

18 ANNEXE I : GUIDE D INTERPRÉTATION DES TABLEAUX Tableau 1. Effectif étudiant collégial dans la région 10 A Établissement X Établissement Y Établissement Z Total B C Effectif DEC technique (2012) Effectif DEC préuniversitaire Accueil ou transition (2012) D Effectif total (2012) E F G Variation prévue ( ) Variation prévue ( ) Effectif hors région DEC technique ( ) 11 A B C Établissements d enseignement offrant des programmes de DEC techniques. Pour chacun, tous les points de service sont inclus, sauf s ils sont situés dans une région administrative différente, auquel cas l effectif de ces derniers apparaîtra dans le portrait de la région où ils sont situés. Effectif des étudiants inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire, dans un programme de DEC technique, au trimestre d automne Effectif des étudiants inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire, dans un programme de DEC préuniversitaire ou dans un cheminement d accueil ou de transition, au trimestre d automne D Somme des lignes B et C. 10. Pour les cégeps : MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Prévisions de l effectif étudiant au collégial Prévisions de 2013 à 2027, [En ligne]. (Consulté le 13 décembre 2013). Pour les collèges privés agréés aux fins de subvention et pour les établissements publics affiliés : MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, Sphère informationnelle, PDCFF11G_Inscriptions_effectif_collégial_ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, Sphère informationnelle, PDCFF11G_Inscriptions_effectif_collégial_

19 E Variation prévue de l effectif étudiant total entre 2012 (ligne D) et F Variation prévue de l effectif étudiant total entre 2012 (ligne D) et Les prévisions fournies aux lignes E et F couvrent l effectif des étudiants inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire, dans un programme de DEC ou dans un cheminement d accueil ou de transition. Elles ne sont disponibles que pour les cégeps. Elles s appuient sur l effectif des commissions scolaires qui alimentent les établissements concernés, lui-même tributaire des tendances scolaires, administratives, sociales et économiques. Les prévisions représentent ce qui devrait survenir si ces tendances devaient se maintenir. Des transformations touchant l une ou l autre d entre elles peuvent changer la donne, et ce, de manière particulièrement prononcée au niveau local. Néanmoins, et malgré une certaine marge d erreur, ces prévisions constituent un outil qui permet de planifier et de mettre en œuvre certaines mesures en vue d assurer la pérennité du réseau d enseignement collégial. G Proportion des étudiants inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire dans un programme de DEC technique au trimestre d automne 2012, dont la région administrative de résidence déclarée n est pas celle où l établissement est situé. Tableau 2. Offre de formation technique de l établissement X A B C D E F G H CENTRE Famille technique Programme 12 Débutants 5 ans 13 Écart nat. 14 Diagnostic 15 % hors Offre 16 Caractère17 région min. AEC 18 Centre Nom du lieu d enseignement; les points de service de chacun des établissements, tels les campus principaux et les centres d études, sont présentés de façon distincte. A Familles techniques auxquelles appartiennent les programmes présentés à la colonne B. B Codes et noms des programmes de DEC techniques offerts 19. Lorsqu un programme est autorisé et qu aucun débutant n est recensé dans un centre, le programme apparaît sous le campus principal. 12. MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, Sphère informationnelle, PDCFF11G_Inscriptions_effectif_collégial_ MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Direction de l adéquation formation-emploi, Carte des enseignements , 20 janvier MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, Sphère informationnelle, PDCFF11G_Inscriptions_effectif_collégial_ MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Modèle d adéquation formation-emploi 2013, [En ligne]. (Consulté le 20 janvier 2014). 15 Ibid. 16. MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, Sphère informationnelle, PDCFF11G_Inscriptions_effectif_collégial_ MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Modèle d adéquation formation-emploi 2013, [En ligne]. (Consulté le 20 janvier 2014). 18. MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, Sphère informationnelle, PDCDD11G_Sanctions collegiales_ Le programme Soins infirmiers (180.B0) n apparaît pas dans les tableaux. Lorsque des étudiants y sont inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire, ils sont comptabilisés parmi les débutants de Soins infirmiers (180.A0). 17

20 C D E F G Lorsque le nom d un programme est inscrit en rouge et qu il est placé entre parenthèses, cela signifie qu il se situe sous le seuil de viabilité. Un programme est considéré sous le seuil de viabilité lorsque le nombre de débutants a été inférieur à 15 par an au cours des cinq dernières années, que le nombre total d inscrits (toutes cohortes confondues) a été inférieur à 50 par an au cours des cinq dernières années ET que l établissement a été autorisé à offrir le programme avant Les données sont analysées pour chacun des centres où le programme d études est offert, sans égard aux modalités particulières de l offre de formation qu un établissement pourrait avoir mises en place, par exemple l offre d un programme dans un centre par la voie de la formation à distance à partir du campus principal. Considérant les particularités des collèges privés ainsi que des établissements publics affiliés, aucune analyse quant à la viabilité de leurs programmes n a été réalisée. Moyenne annuelle pour le centre, entre et , du nombre de débutants inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire dans les programmes offerts. Lorsqu il s agit d une nouvelle autorisation pour laquelle il n y a eu aucun inscrit lors de la ou des premières années parmi celles considérées, la moyenne est calculée à partir de la première année où un débutant s est inscrit 20. Certains programmes affichent une moyenne de 0 débutant, car leur nombre au cours des 5 dernières années a été de 1 ou 2 et la moyenne se situe en dessous de 0,5. Différence entre le nombre total de débutants et le nombre de débutants visés pour l ensemble du Québec. Le fait que l écart national soit inscrit en rouge et placé entre parenthèses signifie que cet écart est négatif, c est-à-dire que le nombre de débutants à l échelle nationale est insuffisant par rapport aux besoins. Le diagnostic est établi en fonction de la proportion que représente l excédent ou le manque de débutants par rapport aux débutants visés dans le modèle d adéquation formation-emploi. Un programme d études peut être en situation de surplus, de déficit ou d équilibre. Il est à noter que, lorsque la proportion est faible, un écart national négatif ou positif peut conduire à un diagnostic d équilibre. Proportion des étudiants dont la région administrative de résidence déclarée n est pas celle où l établissement d enseignement est situé. Identification des programmes à caractère national; les professions visées par les programmes à caractère national ne sont pas réparties dans toutes les régions du Québec ou encore elles le sont de façon très parcellaire. Pour plus de précision, lorsqu un seul établissement est autorisé à offrir un programme national, il est identifié dans le tableau comme étant «exclusif», et ce, bien que ce caractère n existe pas à proprement parler. À noter qu un caractère local, régional, suprarégional ou national est attribué à chaque programme d études dans le modèle d adéquation formation-emploi. Cette catégorisation géographique permet de prendre en compte l étendue du territoire à considérer pour évaluer les besoins en main-d œuvre. Elle est aussi un déterminant important pour la distribution de l offre de formation sur le territoire en lien avec chaque programme d études et chaque autorisation de programme d études. 20. Par exemple, s il n y a pas de débutants en et mais qu il y en a un ou plusieurs en , la moyenne est établie sur les trois années allant de à

21 Les critères suivants sont utilisés pour déterminer le caractère géographique des programmes d études 21 : Local Correspond à des professions généralement présentes dans toutes les localités (MRC) du Québec; Besoin annuel en main-d œuvre au Québec important (milliers de personnes); Besoin annuel en main-d œuvre supérieur à une cohorte dans toutes les régions; Mise en œuvre de la formation facilement réalisable dans les cégeps et les commissions scolaires. Régional Correspond à des professions présentes dans toutes les régions du Québec; Besoin annuel en main-d œuvre au Québec de plusieurs centaines, voire de milliers de personnes; Besoin annuel en main-d œuvre égal ou supérieur à un groupe dans toutes les régions ou presque; Présence de clientèle potentielle en région; Le nombre de points de service par région est en fonction du besoin en main-d œuvre de la région. Suprarégional National Correspond à des professions présentes à des degrés divers dans la plupart des régions du Québec; Besoin annuel en main-d œuvre au Québec de plusieurs centaines de personnes; La clientèle prévue ou constatée ne permet pas de maintenir une offre dans toutes les régions; Lorsque la clientèle prévue d une région est insuffisante, une autorisation peut tout de même être accordée si cette clientèle combinée avec la clientèle de régions périphériques est suffisante pour justifier un point de service. Les professions visées ne se trouvent pas réparties dans toutes les régions du Québec ou encore elles le sont de façon très parcellaire; Les besoins en main-d œuvre sont moins importants, et peu de régions (ou aucune) ont un besoin de débutants qui atteint ou qui dépasse une cohorte de débutants par année; La clientèle prévue ou constatée ne permet pas de mettre en place une offre suprarégionale; L implantation du dispositif ou de l offre de formation, ou les deux, entraînent [sic] des coûts importants; La nature de la profession visée est telle qu il est peu probable que les finissants du programme d études travaillent dans la même région que le lieu de formation. H Cette colonne est marquée d un X lorsque le programme contribue à l offre minimale de formation de l établissement. Dans le rapport d étape de janvier 2014 du chantier sur l offre de formation collégiale, on indique que : Il semble qu il y ait un consensus pour convenir que cette offre [minimale] de formation [technique] devra être composée de l éventail des programmes suivants : quelques programmes parmi ceux du secteur Administration, commerce et informatique; dans le secteur de la santé, le programme Soins infirmiers et, dans certaines régions, Soins préhospitaliers d urgence; dans le secteur des services sociaux, le programme Techniques d éducation à l enfance et, dans certaines régions, Techniques d éducation spécialisée; dans le secteur des techniques physiques, et selon les régions, un programme du domaine de l électronique, du génie civil ou du génie mécanique 22. AEC Programmes conduisant à l attestation d études collégiales offerts par l établissement et pour lesquels la somme des inscriptions aux sessions d automne, d hiver et d été des années scolaires à est supérieure à 100. La liste des programmes est toujours située sous l offre du campus principal, sans égard aux points de service. 21. MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Cadre de gestion de l offre de formation professionnelle et de formation collégiale technique, p. 18, [En ligne]. (Consulté le 20 janvier 2014). 22. MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Rapport d étape du chantier sur l offre de formation collégiale, par Guy Demers, janvier 2014, p

22 Tableau 3. Effectif étudiant de l établissement X 23 A Année 2012 B Effectif Baisse maximale prévue 20XX 2027 A Identification de l année pour laquelle l effectif (observé ou prévu) est indiqué à la ligne B. L année où la baisse maximale de l effectif étudiant est prévue varie d un établissement à un autre. B Effectif observé (2012) et prévu (20XX et 2027) des étudiants inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire, dans un programme de DEC ou dans un cheminement d accueil ou de transition. Pour chaque établissement, tous les points de service sont inclus, sauf s ils sont situés dans une région administrative différente, auquel cas l effectif de ces derniers apparaîtra dans le portrait de la région où ils sont situés. Ces prévisions par établissement ne sont disponibles que pour les cégeps. Ainsi, le tableau 3 n est pas fourni pour les collèges privés et pour les établissements publics affiliés. Les prévisions fournies à la ligne B couvrent l effectif des étudiants inscrits à temps plein à l enseignement ordinaire, dans un programme de DEC ou dans un cheminement d accueil ou de transition. Elles s appuient sur l effectif des commissions scolaires qui alimentent les établissements concernés, lui-même tributaire des tendances scolaires, administratives, sociales et économiques. Les prévisions représentent ce qui devrait survenir si ces tendances devaient se maintenir. Des transformations touchant l une ou l autre d entre elles peuvent changer la donne, et ce, de manière particulièrement prononcée au niveau local. Néanmoins, et malgré une certaine marge d erreur, ces prévisions constituent un outil qui permet de planifier et de mettre en œuvre certaines mesures en vue d assurer la pérennité du réseau d enseignement collégial. 23. MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Prévisions de l effectif étudiant au collégial Prévisions de 2013 à 2027, [En ligne]. (Consulté le 13 décembre 2013). 20

23 Tableau 4. Autorisations à offrir des programmes de DEC techniques dans la région 24 Techniques biologiques Techniques physiques Techniques humaines Techniques administratives Techniques artistiques Total Autorisations permanentes Programmes différents Programmes en doublon Il est à noter que les autorisations sont accordées à chaque établissement; ainsi, une autorisation à offrir un même programme d études peut être accordée à plus d un établissement. C est ce qui explique la différence qui peut être observée entre le nombre d autorisations et le nombre de programmes différents, ainsi que la possible présence de programmes en doublon dans la région. Tableau 5. Programme Programmes sous le seuil de viabilité et en situation de déficit à l échelle provinciale Établissement X Établissement Y Établissement Z Écart national Les informations présentées dans ce tableau sont extraites des tableaux de l offre de formation technique de chacun des établissements de la région. On pourra donc se référer au guide d interprétation du tableau «Offre de formation technique de l établissement X» pour des éclaircissements. Les X inscrits en rouge et placés entre parenthèses désignent les programmes sous le seuil de viabilité. Les X inscrits en noir indiquent que le programme concerné n est pas considéré en difficulté dans l établissement qui l offre. 24. MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, Direction de l adéquation formation-emploi, Carte des enseignements , 20 janvier

24

Mauricie (04) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale. Document de consultation Février 2014

Mauricie (04) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale. Document de consultation Février 2014 Mauricie (04) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale Document de consultation Février 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PORTRAIT DE L OFFRE

Plus en détail

Document de consultation Février 2014

Document de consultation Février 2014 Montérégie (16) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale Document de consultation Février 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PORTRAIT DE L

Plus en détail

Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire?

Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire? Colloque de l Aide financière aux études, 14 novembre 2006 Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire? Claudine

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2010-2016 PROJET D AMENDEMENT AUX INDICATEURS ET AUX RÉSULTATS ATTENDUS 2013

PLAN STRATÉGIQUE 2010-2016 PROJET D AMENDEMENT AUX INDICATEURS ET AUX RÉSULTATS ATTENDUS 2013 PLAN STRATÉGIQUE 2010-2016 PROJET D AMENDEMENT AUX INDICATEURS ET AUX RÉSULTATS ATTENDUS 2013 PREMIÈRE ORIENTATION Plan d aide à la réussite Mettre en œuvre un plan en six objectifs stratégiques en vue

Plus en détail

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Pour relever le défi de l accessibilité et de la qualification dans toutes les régions du Québec Table des matières Une approche

Plus en détail

Plan d action développement durable 2014-2016

Plan d action développement durable 2014-2016 Plan d action développement durable 2014-2016 Orientations 1. Informer, sensibiliser, éduquer, innover (information/éducatio n et formation / recherche et innovation). ORIENTATION PRIORITAIRE 1. Mieux

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures : Le programme 1-630-1-1 : un parcours à l intention des titulaires d un DEC en formation

Plus en détail

L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants

L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants Positions de la Fédération des chambres de commerce du Québec Quelques constats Le Québec consacre

Plus en détail

Liste des diplômes français généralement comparables au niveau du Diplôme d études collégiales en formation technique

Liste des diplômes français généralement comparables au niveau du Diplôme d études collégiales en formation technique Liste des diplômes français généralement s au niveau du Diplôme en formation technique Ministère de l Immigration et des Communautés culturelles Service d évaluation comparative des études effectuées hors

Plus en détail

CADRE DE GESTION DE L OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L OFFRE DE FORMATION COLLÉGIALE TECHNIQUE

CADRE DE GESTION DE L OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L OFFRE DE FORMATION COLLÉGIALE TECHNIQUE CADRE DE GESTION DE L OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L OFFRE DE FORMATION COLLÉGIALE TECHNIQUE Direction de l adéquation formation-emploi (cogestion) Direction générale de la formation collégiale

Plus en détail

Analystes et consultants en informatique (CNP 2171)

Analystes et consultants en informatique (CNP 2171) Analystes et consultants en informatique (CNP 2171) Description de la profession Les analystes et les consultants en informatique sont regroupés sous le code 2171 de la Classification nationale des professions

Plus en détail

Montréal (06) et Laval (13)

Montréal (06) et Laval (13) Montréal (06) et Laval (13) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale Document de consultation Février 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PORTRAIT

Plus en détail

No Titre du programme Préalables

No Titre du programme Préalables NOUVELLES CONDITIONS PARTICULIÈRES D ADMISSION POUR LES PROGRAMMES D ÉTUDES TECHNIQUES À COMPTER DE L AUTOMNE 2010 Signification des abréviations des nouveaux cours préalables Mathématique CST 5 e Culture,

Plus en détail

Coordination et rédaction : Julie Auclair 1

Coordination et rédaction : Julie Auclair 1 Réalisé par ÉCOBES Recherche et transfert du Cégep de Jonquière, en collaboration avec la Direction de la recherche institutionnelle de l Université du Québec, grâce au soutien financier du ministère de

Plus en détail

le système universitaire québécois : données et indicateurs

le système universitaire québécois : données et indicateurs le système universitaire québécois : données et indicateurs No de publication : 2006.04 Dépôt légal 3 e trimestre 2006 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISBN

Plus en détail

INFORMATION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE

INFORMATION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE Le service d orientation Qu est-ce que l orientation? L objectif d une démarche d orientation consiste à permettre à l élève de découvrir, de confirmer ou de préciser ses intérêts, ses goûts et aptitudes,

Plus en détail

147.A0 Techniques du milieu naturel Spécialisations : 110.A0 Techniques de prothèses dentaires. 110.B0 Techniques de denturologie

147.A0 Techniques du milieu naturel Spécialisations : 110.A0 Techniques de prothèses dentaires. 110.B0 Techniques de denturologie TECHNIQUES BIOLOGIQUES ET TECHNIQUES AGROALIMENTAIRES 110.A0 Techniques de prothèses dentaires 110.B0 Techniques de denturologie 111.A0 Techniques d hygiène dentaire 112.A0 Acupuncture 120.A0 Techniques

Plus en détail

Programmes offerts en partenariat dans les établissements universitaires du Québec

Programmes offerts en partenariat dans les établissements universitaires du Québec Programmes offerts en partenariat dans les établissements universitaires du Québec 16 juin 2015 PROGRAMMES OFFERTS EN PARTENARIAT DANS LES ÉTABLISSEMENTS UNIVERSITAIRES DU QUÉBEC BCI AVANT-PROPOS Le présent

Plus en détail

Ingénieurs et concepteurs en logiciel (CNP 2173)

Ingénieurs et concepteurs en logiciel (CNP 2173) Ingénieurs et concepteurs en logiciel (CNP 2173) Description de la profession Les ingénieurs et les concepteurs en logiciel sont regroupés sous le code 2173 de la Classification nationale des professions

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures. Certains programmes sont également offerts au campus de l UdeM à Laval : Le programme

Plus en détail

Outaouais. Portrait régional

Outaouais. Portrait régional Outaouais Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé Mars 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 2 1. CHAMPS D APPLICATION... 2 2. CADRE GÉNÉRAL... 2 3. RECONNAISSANCE D ACQUIS AUX FINS D ADMISSION

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

GUIDE D ExploratIon Choix de séquences en mathématique

GUIDE D ExploratIon Choix de séquences en mathématique GUIDE D ExploratIon Choix de séquences en mathématique Ce document te sera utile pour explorer les possibilités en formation professionnelle et en formation collégiale selon les séquences mathématiques.

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

SE PRÉPARER À ENTRER AU CÉGEP

SE PRÉPARER À ENTRER AU CÉGEP Service régional 1096, Route de l Église, Sainte-Foy (Québec) G1V 3V9 d admission au collégial Téléphone : (418) 659-4873 de Québec Télécopieur : (418) 659-4800 www.sraq.qc.ca SE PRÉPARER À ENTRER AU CÉGEP

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES PROGRAMMES OFFERTS PAR INSTITUTION. 21 octobre 2009. Allons-y, ensemble!

JOURNÉE PORTES OUVERTES PROGRAMMES OFFERTS PAR INSTITUTION. 21 octobre 2009. Allons-y, ensemble! JOURNÉE PORTES OUVERTES PROGRAMMES OFFERTS PAR INSTITUTION 21 octobre 2009 Allons-y, ensemble! Programmes offerts par école Cégep de Granby Haute-Yamaska 200.B0 Sciences de la santé profil 212 200.B0 Sciences

Plus en détail

Laurentides. Portrait régional

Laurentides. Portrait régional Laurentides Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Tableau comparatif Projets pilotes commissions scolaires / cégeps / universités

Tableau comparatif Projets pilotes commissions scolaires / cégeps / universités Tableau comparatif Projets pilotes commissions scolaires / cégeps / universités St-Félicien Drummondville Lanaudière Valleyfield Beauce Etchemin 1. Diagnostic Décroissance de la clientèle Contraintes financières

Plus en détail

Arrêté du. fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR :

Arrêté du. fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Arrêté du fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR : La ministre de l enseignement

Plus en détail

Situation financière et reddition de comptes des entités

Situation financière et reddition de comptes des entités C H A P I T R E Réseau de l éducation Situation financière et reddition de comptes des entités 5 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) Ministère de l Enseignement supérieur, de la Recherche,

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Saguenay Lac-Saint-Jean (02)

Saguenay Lac-Saint-Jean (02) Saguenay Lac-Saint-Jean (02) Portrait régional de l'offre de formation technique Chantier sur l'offre de formation collégiale Document de consultation Février 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Presenter s Institution or City, State, Country Pierre L Heureux, École de technologie supérieure, Montréal, Québec, Canada Line Dubé, École Polytechnique

Plus en détail

Les programmes de bourses d entrée des universités et de divers organismes (Automne 2012)

Les programmes de bourses d entrée des universités et de divers organismes (Automne 2012) Information scolaire et professionnelle Les programmes de bourses d entrée des universités et de divers organismes (Automne 2012) École de technologie supérieure (E.T.S.) L École de technologie supérieure

Plus en détail

Présentation aux élèves de Troisième et Seconde Collège Stanislas, Campus de Québec 01 décembre 2014

Présentation aux élèves de Troisième et Seconde Collège Stanislas, Campus de Québec 01 décembre 2014 Présentation aux élèves de Troisième et Seconde Collège Stanislas, Campus de Québec 01 décembre 2014 SCHÉMA SIMPLIFIÉ DU SYSTÈME SCOLAIRE 3 e (4 e secondaire) DEP Diplôme d études professionnelles 2 nde

Plus en détail

Recherche. Centre de Collaboration MiQro Innovation. Pavillon de recherche appliquée sur le cancer (PRAC) Institut de pharmacologie

Recherche. Centre de Collaboration MiQro Innovation. Pavillon de recherche appliquée sur le cancer (PRAC) Institut de pharmacologie Centre de Collaboration MiQro Innovation Pavillon de recherche appliquée sur le cancer (PRAC) Institut de pharmacologie Station de recherche 15 Sherbrooke, IBM et DALSA Centre de Collaboration MiQro Innovation

Plus en détail

Les préalables en mathématique et en science de 4 e secondaire. Brenda Veer, c.o. École secondaire St-Luc Automne 2013

Les préalables en mathématique et en science de 4 e secondaire. Brenda Veer, c.o. École secondaire St-Luc Automne 2013 Les préalables en mathématique et en science de 4 e Brenda Veer, c.o. École St-Luc Automne 2013 La mathématique au Parcours de formation générale et générale appliquée Premier cycle Deuxième cycle Culture,

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Association des cadres scolaires du Québec Le 7 février 2008 Caroline Dion, responsable FPT MELS et Hélène Fortin,

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y 3G1 La présente politique a

Plus en détail

Du personnel d encadrement des commissions scolaires

Du personnel d encadrement des commissions scolaires DE S C R I P T IO N D E S E M P L O I S G É NÉ R I Q U E S Du personnel d encadrement des commissions scolaires Direction générale des relations du travail Ministère de l Éducation Juillet 2002 TABLE DES

Plus en détail

Technologues et techniciens en dessin (CNP 2253)

Technologues et techniciens en dessin (CNP 2253) Technologues et techniciens en dessin (CNP 2253) Description de la profession Les technologues et les techniciens en dessin sont regroupés sous le code 2253 de la Classification nationale des professions

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Le cheminement Tremplin DEC (081.06)

Le cheminement Tremplin DEC (081.06) Le cheminement Tremplin DEC (081.06) Service de la gestion et du développement des programmes d études 2015-2016 Secteur : conduit vers un programme Préuniversitaire Technique Sanction Diplôme d études

Plus en détail

Technologie du génie électrique ORDINATEURS ET RÉSEAUX 243.BB

Technologie du génie électrique ORDINATEURS ET RÉSEAUX 243.BB Technologie du génie électrique ORDINATEURS ET RÉSEAUX 243.BB PRÉSENTATION Guy Roman, ing. Enseignant en TGÉ, Collège Ahuntsic. Chargé de cours, École de technologie supérieure. Gestionnaire de l académie

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS Annexe 002 - Page 1 de 6 LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS 1 La présente annexe précise les modalités générales de financement des établissements privés

Plus en détail

Arrêté du. fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR :

Arrêté du. fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Arrêté du fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence professionnelle NOR : La ministre de l enseignement

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci et avec la

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 3. Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants. Table des matières

RÈGLEMENT NUMÉRO 3. Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants. Table des matières RÈGLEMENT NUMÉRO 3 Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants Table des matières Table des matières... 1 Article 1 - Champ d application... 2 Article 2 - Définitions... 2 Article 3

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Formation et perfectionnement Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait de

Plus en détail

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean Rencontre régionale de mobilisation, Comité mauricien sur la persévérance et la réussite scolaires, Cap-de-la-Madeleine, 11 novembre 2009 Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple

Plus en détail

Assembleurs et monteurs de matériel électronique (CNP 9523)

Assembleurs et monteurs de matériel électronique (CNP 9523) Assembleurs et monteurs de matériel électronique (CNP 9523) Description de la profession Les assembleurs et les monteurs de matériel électronique sont regroupés sous le code 9523 de la Classification nationale

Plus en détail

EXPOSANTS 2014 RENDEZ-VOUS DE LA FORMATION ET DES PROFESSIONS EN MAURICIE

EXPOSANTS 2014 RENDEZ-VOUS DE LA FORMATION ET DES PROFESSIONS EN MAURICIE EXPOSANTS 2014 RENDEZ-VOUS DE LA FORMATION ET DES PROFESSIONS EN MAURICIE Programmes présents ************************ Commission scolaire de l Énergie ÉCOLE FORESTIÈRE de LA TUQUE Salle # 7 : # 31 à 37,

Plus en détail

Programmeurs et développeurs en médias interactifs (CNP 2174)

Programmeurs et développeurs en médias interactifs (CNP 2174) Programmeurs et développeurs en médias interactifs (CNP 2174) Description de la profession Les programmeurs et développeurs en médias interactifs sont regroupés sous le code 2174 de la Classification nationale

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» 2010-2011

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» 2010-2011 LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «FP 101» 2010-2011 Présentation par : Lucie Bisson, Agente d administration Commission scolaire de la Rivière-du-Nord 1 LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE 2 Loi

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Gestion et prévention environnementales

Gestion et prévention environnementales Gestion et prévention environnementales ERA.0E Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 42 unités 2/3. But

Plus en détail

Alliance de l industrie touristique du Québec

Alliance de l industrie touristique du Québec Alliance de l industrie touristique du Québec Un marketing agile et coordonné, des ressources financières regroupées Une industrie rassemblée, concertée et représentée Assises du Tourisme 2015 Le projet

Plus en détail

La cote de rendement au collégial (CRC) (explications du calcul)

La cote de rendement au collégial (CRC) (explications du calcul) La cote de rendement au collégial (CRC) (explications du calcul) La cote de rendement au collégial (CRC) est une méthode de classement aux fins de la sélection des candidatures dans des programmes universitaires

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n o 49 Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Mémoire de l

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Figure 1 Figure 2 3 PORTRAIT DE LA POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Direction de la planification et de l information sur le marché du travail

Plus en détail

DEC-BAC Dossier sur les nouveaux modèles de formation développés au Collège Édouard-Montpetit en collaboration avec ses partenaires universitaires

DEC-BAC Dossier sur les nouveaux modèles de formation développés au Collège Édouard-Montpetit en collaboration avec ses partenaires universitaires DEC-BAC Dossier sur les nouveaux modèles de formation développés au Collège Édouard-Montpetit en collaboration avec ses partenaires universitaires Tél : (450) 679-2631, poste 2415 1 Mise à jour : 2 septembre

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012-2013 PLAN D ACTION

PLAN D ACTION 2012-2013 PLAN D ACTION 2 Note : Ne sont intégrés au tableau que les moyens identifiés dans le plan stratégique 2009-2014 pour lesquels des travaux seront réalisés en. Toutefois, les moyens maintenant intégrés aux pratiques ainsi

Plus en détail

Texte 5 Projets d aide à l apprentissage

Texte 5 Projets d aide à l apprentissage Texte 5 Projets d aide à l apprentissage Ce document présente succinctement les différents projets d aide en apprentissage mis en œuvre au cours de l année 2001-2002. Il offre un aperçu de la diversité

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

DIVERSIFICATION DES PARCOURS SCOLAIRES DANS LE SYSTÈME SCOLAIRE QUÉBÉCOIS

DIVERSIFICATION DES PARCOURS SCOLAIRES DANS LE SYSTÈME SCOLAIRE QUÉBÉCOIS DIVERSIFICATION DES PARCOURS SCOLAIRES DANS LE SYSTÈME SCOLAIRE QUÉBÉCOIS Apprentissage tout au long de la vie Explorer différents parcours d apprentissage 10 juillet 2014 L éducation au Québec En vertu

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

En route pour l Innovation dans la Communauté et les Collèges (ICC) La démarche du CDCQ

En route pour l Innovation dans la Communauté et les Collèges (ICC) La démarche du CDCQ En route pour l Innovation dans la Communauté et les Collèges (ICC) La démarche du CDCQ présentée par Janic Lauzon Directrice du CDCQ 4 novembre 2014 Qui sommes-nous? Centre collégial de transfert de technologie

Plus en détail

Estimation en travaux de construction et de rénovation

Estimation en travaux de construction et de rénovation Attestation d études collégiales (AEC) Estimation en travaux de construction et de rénovation EEC.35 Responsable du programme : Catherine LeHir-Roy 418 723-1880, poste 2547 Type de sanction : Durée totale

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation 32 e colloque de l ADARUQ, 18 novembre 2015, Montréal Marie-Josée Blais Directrice générale Secteur de l innovation,

Plus en détail