COMITÉ POLYSTYRÈNE RAPPORT FINAL SUR LES TRAVAUX DU COMITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITÉ POLYSTYRÈNE RAPPORT FINAL SUR LES TRAVAUX DU COMITÉ"

Transcription

1 COMITÉ POLYSTYRÈNE RAPPORT FINAL SUR LES TRAVAUX DU COMITÉ Présenté à monsieur Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l'environnement et des Parcs 18 janvier 2011 MONTRÉAL :: NEW YORK :: PARIS :: QUÉBEC :: TORONTO :: VANCOUVER

2 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 2 Contexte... 2 Présentation du Comité Polystyrène... 2 Mandat et objectifs du comité ENJEUX ET OPPORTUNITÉS IDENTIFIÉS... 6 Collecte, transport et tri... 6 Technologies et débouchés INITIATIVES STRATÉGIQUES... 9 Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique CONCLUSION ANNEXE ANNEXE i

3 1. INTRODUCTION CONTEXTE Le polystyrène est doté de propriétés chimiques et physiques qui en font une matière largement utilisée, sous toutes ses formes (rigide, expansé et extrudé), par de nombreux industriels. Cependant, au Québec, son recyclage est marginal : sur les tonnes de polystyrène générées chaque année environ 2,7 kg/personne seul 14,7 % (3 067 tonnes) 1 est collecté au moyen du bac de récupération. De cette quantité, seulement un certain pourcentage est trié et recyclé, dépendamment si le centre de tri est en mesure ou non de traiter la matière (quantités reçues, ressources humaines et techniques disponibles, débouchés, etc.). L amélioration du taux de récupération et de recyclage du polystyrène post-consommation passe nécessairement par l identification de débouchés. Cela permettra à la filière de gérer l ensemble du cycle de vie du polystyrène de manière économiquement viable, le prix d achat de la matière recyclée couvrant, au moins en partie, les coûts liés à son traitement. Or jusqu à présent, très peu de débouchés existent pour le polystyrène post-consommation : les travaux préliminaires de Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et de RECYC- QUÉBEC ont permis d identifier, au et en dehors du Québec, seulement quelques opportunités au niveau du polystyrène post-consommation, notamment dans la fabrication de cadres et de moulures, ainsi que pour l isolation dans le domaine de la construction. La plupart des débouchés connus utilisent du polystyrène postindustriel ou post-commercial, plus propre et collecté généralement en dehors de la collecte sélective municipale. En novembre 2009, le gouvernement du Québec, par l intermédiaire du Ministère du Développement durable, de l'environnement et des Parcs, a présenté un projet de Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. L un des objectifs quantitatifs du plan d action vise à recycler 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduel d ici Dans le cadre de ce projet de politique, le gouvernement souhaite prendre un certain nombre d actions concrètes pour réduire l utilisation des matières peu recyclées, sensibiliser la population à la gestion des matières résiduelles, responsabiliser les entreprises productrices de matières résiduelles, et soutenir financièrement la performance des centres de tri et le développement technologique pour la mise en valeur des matières récupérées. PRÉSENTATION DU COMITÉ POLYSTYRÈNE À l initiative de Éco Entreprises Québec et de RECYC-QUÉBEC et en collaboration avec le Conseil patronal de l environnement du Québec (CPEQ), le Comité polystyrène a été composé de l ensemble des parties prenantes de la filière, dans un souci d équité et afin que tous les enjeux soient abordés. En novembre 2009, une première rencontre d information a réuni plusieurs participants, dont la liste figure à l annexe 1. Parmi ceux-ci, plusieurs ont choisi de s impliquer à titre de membres du Comité polystyrène et d autres se sont ajoutés. Ainsi, on y retrouve des représentants de fabricants et d utilisateurs de polystyrène, d un centre de tri, 1 Éco Entreprises Québec & RECYC-QUÉBEC (2009). Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel et des lieux publics au Québec

4 2. Enjeux et opportunités identifiés d une municipalité, de RECYC-QUÉBEC, de ÉEQ, d associations et de centres d étude dans le secteur des matières plastiques. L objectif ultime de la création de ce Comité était de faire émerger un plan d action pertinent, porteur et concret, et dont le contenu obtient l adhésion de chacun des membres du Comité. Pour des questions logistiques, le Comité était divisé en deux groupes de travail pendant une certaine période regroupant certains représentants de l industrie en particulier : un groupe de travail Collecte, Transport et Tri, et un groupe de travail Technologies et Débouchés. Le premier groupe de travail visait à explorer les pistes de solutions possibles en matière de collecte, de transport et de tri du polystyrène post-consommation, pour faire en sorte que les conditions adéquates à la transformation ou la réutilisation soit réunies, notamment sur le plan de qualité (ou de propreté), de volume et de nature du polystyrène (rigide, expansé, non expansé, etc.). L autre groupe de travail avait pour mission d explorer les différentes possibilités en matière de recyclage du polystyrène post-consommation ainsi que les autres avenues telles que la valorisation énergétique en portant une attention particulière à l identification de marchés (prix et quantité). Par la suite, les deux mandataires du projet se sont mis d accord pour fusionner les deux groupes et ainsi s assurer d avoir une compréhension commune des enjeux et un bon niveau d harmonie entre tous les participants en ce qui concerne les pistes de solution avancées. MEMBRES DU COMITÉ POLYSTYRÈNE ET PARTICIPANTS AUX GROUPES DE TRAVAIL ENTITÉ REPRÉSENTANTS GROUPES DE TRAVAIL Americas Styrenics (Dow Chemical) BASF The Chemical Company Cascades Conseil canadien des distributeurs en alimentation (CCDA) Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI) Association canadienne de l industrie des plastiques (ACIP)& RV Anderson Associates Lorraine Fortier (remplacée par Glenn Davis pour la suite) André Saint-Michel Pat Redmond Robert Cardinal Mathieu Roberge Michel Iliesco Jean-Pierre Ayotte Claude Maheux-Picard Dr Fred Edgecombe Cathy Cirko Pierre G. Dubois Collecte, Transport et Tri Technologies et débouchés Danone Didier Rancourt Dart Cup Ray Ehrlich Duval Technologies Michel Duval (1re réunion seulement) Dyne-a-Pak Mario Grenier Éco Entreprises Québec Marina Pietrosel Marie-Ève Provost 3

5 2. Enjeux et opportunités identifiés ENTITÉ REPRÉSENTANTS GROUPES DE TRAVAIL Fédération des Plastiques et Alliances Composites (FÉPAC) Collecte, Transport et Tri Technologies et débouchés Pierre G. Fillion Gaudreau Environnement Réal Fortin Isolofoam Martin Deblois Lassonde Richard Morin Liberté Maria Martinez Polyform Éric Béliveau (remplacé par François Beauchesne) Polymos Charles Bourbonnais RECYC-QUÉBEC Hélène Gervais StyroChem Canada Marc Cayouette Ville de Montréal Alain Leduc Éco Entreprises Québec et RECYC-QUÉBEC ont mandaté la firme-conseil SECOR pour faciliter les séances de travail du (des) comité (s) en fournissant notamment un support au niveau de la préparation et de l animation des réunions. De plus, SECOR a supporté les mandataires dans l élaboration des synthèses des travaux et du rapport final. Au printemps 2010, le groupe de travail Collecte, Transport et Tri s est réuni à deux reprises et le groupe de travail Technologies et Débouchés a quant à lui participé à trois rencontres. Chaque rencontre avait des objectifs spécifiques : Réunion 1 (le 24 février 2010 pour le groupe de travail Technologies et Débouchés et le 9 mars 2010 pour le groupe de travail Collecte, Transport et Tri) : s entendre sur le mandat et les objectifs à court terme du groupe et en préciser le mode de fonctionnement; amorcer une réflexion sur les enjeux. Réunion 2 (le 21 avril 2010 pour le groupe de travail Technologies et Débouchés et le 3 mai 2010 pour le groupe de travail Collecte, Transport et Tri) : approfondir les enjeux, déterminer les freins et irritants ainsi que les opportunités. Réunion 3 (le 27 mai 2010) pour le groupe de travail Technologies et Débouchés : approfondir les pistes de solutions à court terme mise en place de deux projets pilotes : o Ville de Montréal (récupération du polystyrène d origine commerciale et résidentielle dans un écocentre et densification de la matière); o Centre de tri qui reçoit déjà du polystyrène (tri séparé du polystyrène et densification de la matière). À l automne 2010, les groupes de travail se sont réunis et ont participé à deux séances de travail afin de définir plusieurs pistes de solution concrètes, pertinentes et viables. Chacune de ces deux rencontres a eu des objectifs spécifiques, à savoir : 4

6 2. Enjeux et opportunités identifiés Réunion 4 (le 30 septembre 2010) : prendre connaissance des pistes de solution proposées par les deux groupes de travail afin d en discuter et d évaluer celles qui seront les plus pertinentes pour faire face aux enjeux de l industrie et qui seront retenues comme initiatives stratégiques. Réunion 5 (le 16 novembre 2010) : valider chacune des initiatives stratégiques retenues par le Comité et en préciser les caractéristiques, les objectifs spécifiques, les intervenants clés, les sources de financement, les facteurs clés de succès et les difficultés potentielles. Dès la première réunion, les participants ont ainsi pu exprimer leurs attentes. Ils ont unanimement salué cette initiative et ont tous manifesté leur volonté de partager l information dont ils disposent. Ils ont eu à cœur de travailler ensemble dans le but de trouver des solutions consensuelles, précises et économiquement viables qui vont au-delà des discussions qui ont eu lieu au cours des derniers mois. À la suite de ces rencontres, les participants se sont donc entendus sur la définition d un mandat et d objectifs précis. De nombreux enjeux ont également été évoqués et plusieurs pistes de solutions ont pu être avancées et discutées à la lumière des connaissances des participants. Une description plus complète des enjeux, des opportunités et des initiatives stratégiques identifiés est présentée dans les prochaines sections du document. Le Comité s est aussi doté d une plateforme FTP visant à faciliter le partage d information tout au long du processus. MANDAT ET OBJECTIFS DU COMITÉ L ensemble des participants des deux groupes de travail s est entendu sur les objectifs suivants : Définir les enjeux reliés au recyclage (collecte, transport et tri), ainsi qu aux débouchés (transformation ou valorisation énergétique) du polystyrène post-consommation; Élaborer et proposer des solutions et des actions concrètes à mettre en place pour faire face à ces enjeux; Formuler des initiatives stratégiques porteuses et recommandations concrètes visant à faciliter l implantation des solutions; Proposer des avenues de financement; Déterminer les conditions clés de succès et les problématiques liées à la mise en place des initiatives identifiées; Identifier les éléments à approfondir et planifier un suivi. 5

7 2. ENJEUX ET OPPORTUNITÉS IDENTIFIÉS Les membres du Comité se sont entendus sur une lecture commune des enjeux de l industrie afin de se pencher par la suite sur des solutions possibles. COLLECTE, TRANSPORT ET TRI ENJEUX LIÉS À LA COLLECTE La collecte du polystyrène est source de confusion au Québec : 97 % de la population a accès à un système de collecte sélective, mais seulement six centres de tri acceptent le polystyrène, dont un seul à la fois expansé et non expansé 2. Cela peut expliquer pourquoi le taux de récupération du polystyrène post-consommation est de l ordre de 14,7 % 3. À cela s ajoutent la multiplication des matières et le fait que les matières acceptées dans le bac de récupération diffèrent d une municipalité à l autre. Cela rend la tâche des citoyens et des centres de tri plus difficile. En ce sens, RECYC-QUÉBEC, en partenariat avec le Comité conjoint sur les matières recyclables, a lancé en octobre 2010 une Charte des matières recyclables de la collecte sélective au Québec, pour uniformiser à l échelle du Québec, les matières recyclables communes acceptées dans la collecte sélective. Même si la collecte sélective reste la méthode de récupération la plus étendue au Québec, les points de dépôt volontaire constituent également une avenue possible, notamment avec la construction prochaine de nouveaux écocentres. Dans tous les cas, les industriels plaident en faveur d un souci d équité : ils souhaitent que tous les types de polystyrène soient collectés pour ne pas pénaliser certaines entreprises par rapport à d autres et que la collecte couvre une très large portion de la population pour limiter significativement la pression de l opinion publique. Concrètement, la collecte du polystyrène présente aussi un enjeu de contamination due à la présence d autres matières qui peuvent rendre le recyclage difficile. Enfin, le fait qu il soit léger et volumineux pose également problème : le polystyrène doit notamment être entreposé dans un lieu couvert pour les points de dépôt volontaire et prend beaucoup de place dans le bac de récupération, le camion et le centre de tri. ENJEUX LIÉS AU TRANSPORT Le principal enjeu lié au transport en est un de coût. Les distances sont très grandes au Québec et étant donnée la faible densité de population en dehors de la région de Montréal, la province manque d une masse critique. Par ailleurs, la faible densité du polystyrène expansé est à l origine d importants coûts, principalement au niveau du transport. De plus, le polystyrène expansé étant très fragile, il a un potentiel de se briser plus facilement à chaque manipulation, notamment lors du transport, ce qui complique le tri et le recyclage par la suite. 2 RECYC-QUÉBEC 3 Éco Entreprises Québec & RECYC-QUÉBEC (2009). Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel et des lieux publics au Québec

8 2. Enjeux et opportunités identifiés ENJEUX LIÉS AU TRI Les centres de tri sont interpellés par les enjeux de collecte et de transport et les opportunités de marché possibles. Les coûts liés au tri du polystyrène sont très élevés, de l ordre de $ la tonne, incluant la main d œuvre et l entreposage (la source étant privée, mais non validée), notamment dans le cas d un tri manuel. De plus, les investissements nécessaires à l achat d équipements spécialisés (trieurs optiques, densificateurs, etc.) sont très importants au regard du volume de polystyrène collecté. Les centres de tri n y voient donc pas un intérêt dans la plupart des cas. Au Québec, il y a à ce jour relativement peu de preneurs pour le polystyrène post-consommation, mis à part Gaudreau Environnement qui le trie et le conditionne avant de l envoyer à un transformateur. Dans plusieurs municipalités canadiennes, notamment en Ontario où la collecte sélective n est accessible qu à 53 % de la population, la collecte en dépôt est aussi offerte. Elle est très compétitive sur le plan des coûts et le polystyrène expansé offre un potentiel de revente intéressant. On constate ainsi que les coûts sont présents aux différentes étapes de collecte, transport et tri et possiblement aux autres étapes de la chaîne, à savoir le conditionnement et le recyclage. Toutefois, l ensemble des coûts pour toutes les étapes de la chaîne de mise en valeur de la matière n a pas encore été comptabilisé, que ce soit pour la collecte sélective ou le dépôt volontaire. Une étude Activity base costing a d ailleurs été amorcée pour le compte de Éco Entreprises Québec et de RECYC-QUÉBEC, afin de documenter notamment ces aspects. TECHNOLOGIES ET DÉBOUCHÉS Au cours des premières séances de travail, les membres du Comité ont évoqué un certain nombre de débouchés potentiels. Une liste des marchés est d ores et déjà établie par l Association canadienne de l industrie des plastiques (ACIP) et celle-ci est présentée à l annexe 2. En regard du mandat qui lui est donné, le Comité ne s est pas penché sur les possibilités de réduction à la source et n a pas envisagé l enfouissement comme un débouché possible. OPPORTUNITÉS DE RECYCLAGE En ce qui concerne spécifiquement le polystyrène post-consommation, les membres du Comité ont évoqué plusieurs débouchés : ciment architectural, planches architecturales et structurelles en plastique, portesbobines, plateaux (horticulture et agriculture), isolants, composants pare-feu, emballages alimentaires, cadres et moulures. Plusieurs projets sont également à l étude comme l utilisation du polystyrène post-consommation dans la fabrication d élastomère (bouche-fissures, enduit pour toitures, membranes), de lubrifiants (boîte d engrenage), de silicone (enduit calfeutrant), de colle contact, de peinture, d ignifugeant pour téléviseur ainsi que dans le traitement des eaux, dans l horticulture et dans la culture d algues unicellulaires. Lors des réunions des groupes de travail, certains débouchés ont été présentés plus en détail. Voici un aperçu des débouchés identifiés jusqu à maintenant: 7

9 2. Enjeux et opportunités identifiés Mélange de plastique. Au Québec, l entreprise Gaudreau Environnement collecte via la collecte sélective et un centre de dépôt le polystyrène post-consommation et post-industriel, le tri et le conditionne avant de l envoyer à un recycleur. Plus spécifiquement, le polystyrène post-consommation est trié à l aide d un trieur optique et sert d agent liant dans une recette de mélange de plastiques qui entre dans la composition de planches. Actuellement, il semblerait y avoir un potentiel sur le marché. Réutilisation alimentaire. L entreprise autrichienne Erema a mis sur pied un système de «supernettoyage», Vacurema, permettant de recycler le plastique et de le faire approuver par la Food and Drug Administration. Aux États-Unis, on compte 12 Vacurema et ce système est déjà utilisé pour recycler le polyéthylène téréphtalate (PET) et le polyéthylène haute densité (PEhd), notamment par PepsiCo. Le procédé pourrait être utilisé pour recycler le polystyrène post-consommation. En Amérique du Nord, le projet est à l étude et les autorités n ont a priori pas d objections. La mise en place d un projet pilote pourrait permettre de faire des tests et d avoir une meilleure compréhension des coûts. Cadres et moulures. En Amérique du Nord, on estime que la fabrication de cadres décoratifs et de moulures architecturales à partir du polystyrène expansé recyclé est un marché de 19,3 milliards $ 4. Le polystyrène recyclé doit être propre et densifié; son prix varie entre 190 et 600 $/tonne. Traitement des eaux usées. Le concept existe en France et pourrait représenter un marché très important. Il consiste à faire ruisseler les eaux usées sur des biofilms posés à la surface de supports. Historiquement, ces supports étaient des galets, mais ils ont été par la suite remplacés par des billes de polystyrène expansé. Une vérification technique permettrait de valider si ce procédé pourrait être effectué à partir du polystyrène post-consommation 5. Enfin, les membres du Comité se sont également penchés sur le cas du Japon en ce qui concerne le recyclage du polystyrène post-consommation afin de voir quels enseignements pourraient en être tirés. Le Japon compte 133 centres de recyclage et fait en effet figure d exemple, car le taux de recyclage du polystyrène expansé atteignait 83,5 % en 2008 (53 % recyclés et 30,5 % valorisés énergétiquement) 6. Pour arriver à de tels résultats, le gouvernement a promulgué en 1995 une loi instaurant un pacte basé sur le partage des responsabilités entre les consommateurs (qui participent au tri sélectif), les municipalités (en charge de la collecte, du transport, du compactage et du nettoyage des matières recyclables) et les industriels (qui assurent le financement du recyclage des matières collectées). Le gouvernement assure quant à lui l encadrement légal, apporte un soutien financier aux industriels et favorise/oblige l utilisation de matières recyclées 9. Bien sûr, la forte densité de population du Japon et la proximité du marché chinois sont des atouts majeurs qui favorisent la viabilité économique du système japonais, mais il pourrait être intéressant d explorer dans quelle mesure ce système est transposable au Québec. OPPORTUNITÉ DE VALORISATION ÉNERGÉTIQUE La possibilité de valoriser énergétiquement le polystyrène post-consommation est à l étude. Un projet pilote, qui utilise parmi d autres matières, le polystyrène, existe actuellement dans la région de Sherbrooke : il s agit d un partenariat entre Enerkem et Kruger où la vapeur dégagée lors d une procédure de gazéification, est utilisée dans la fabrication du papier. D autres débouchés seraient également à explorer comme la transformation du polystyrène en éthanol ou sa liquéfaction comme carburant. 4 Canadian Plastics Industry Association (estimations) 5 Les biofiltres au banc d essai, Adriano Joss, Max Maurer et H. Siegrist, Eawag News 60f/Juillet , 9 8

10 3. INITIATIVES STRATÉGIQUES Le Comité Polystyrène regroupant les représentants des deux groupes de travail s est réuni à deux reprises à l automne 2010, avec comme objectif ultime de développer le plan d action à proposer au gouvernement et qui est présenté ici. Le Comité Polystyrène a travaillé sur de nombreuses pistes de solutions pour faire émerger six initiatives stratégiques prioritaires. Ces projets ont pour objectif d apporter des éléments de réponse précis et justes aux points suivants : La faisabilité de récupérer le polystyrène par le biais de la collecte sélective et de la collecte par dépôt volontaire; Les coûts liés à la collecte, au transport, au tri et au recyclage du polystyrène; Les impacts environnementaux et économiques des différentes possibilités (nommément le recyclage vs la valorisation énergétique); Les avantages et inconvénients des débouchés identifiés; Le potentiel (dont le tonnage) et les besoins (dont la préparation et la qualité) des débouchés identifiés; Les possibilités d appuyer le développement de débouchés, par exemple sur le modèle japonais : L élimination des barrières (assouplissement de la législation sur l utilisation du polystyrène recyclé vs vierge au niveau des routes, développement d un modèle économique viable); Le soutien du gouvernement dans certains domaines (ex. programmes d aide encourageant l entrepreneuriat dans les débouchés); Le soutien des industriels (à définir). Bien qu inter reliées, les initiatives stratégiques sont spécifiques et répondent chacune à des objectifs précis. Elles sont donc présentées individuellement. 9

11 INITIATIVE STRATÉGIQUE 1 ÉVALUER LA POSSIBILITÉ D INTÉGRER LE POLYSTYRÈNE DANS LA COLLECTE SÉLECTIVE, PAR UN PROJET PILOTE DANS UN CENTRE DE TRI ENJEUX Volume récupéré insuffisant actuellement Difficulté d identification de la matière par les citoyens Contamination post - consommation Fragmentation de la matière lors de la collecte et du tri Coût du tri OBJECTIFS Identifier le scénario de collecte et de tri permettant d obtenir la meilleure qualité possible de polystyrène recyclé post-consommation, en volume suffisant, et ce, en cherchant la rentabilité économique Évaluer la faisabilité technique et économique d effectuer la collecte et le tri du polystyrène post consommation Avoir un portrait le plus juste possible du gisement de PS pouvant être recueilli par les centres de tri grâce la collecte sélective des matières recyclables Comparer le coût et la performance du tri manuel vs optique Confirmer la faisabilité technique de la compaction du polystyrène non expansé et de la densification du polystyrène expansé provenant de la collecte sélective Évaluer la faisabilité de recycler le polystyrène post-consommation en granules de grade alimentaire Obtenir une meilleure estimation des volumes disponibles Statuer sur la qualité de la matière récupérée Identifier tous les débouchés potentiels et les industriels intéressés à mettre en marché les produits CARACTÉRISTIQUES Centre de tri choisi : Gaudreau Environnement, Victoriaville, qui reçoit déjà les deux types de PS Tests à partir de tri manuel et de tri optique Densification du PS expansé et extrudé au centre de tri Mise en ballots du PS non expansé 5 tm de PS expansé, extrudé et non expansé, recueillies chez Gaudreau Environnement seront acheminées chez Erema. Les essais seront effectués en Italie et en Autriche Prélavage Supercleaning et extrusion Propreté et conformité FDA Extrusion d échantillons de PS en provenance du centre de tri Impact Izod, élongation à la rupture, indice de fluidité, contrainte maximale en traction, module de Young Recherche de débouchés autres que ceux déjà existants Identification du scénario de collecte/tri permettant d obtenir la meilleure quantité et qualité de PS recyclé, le tout de manière rentable économiquement FINANCEMENT (INITIATIVES 1 ET 2 CONJOINTES) Le coût total est estimé à $ (Initiatives 1 et 2) Contribution des entreprises (min. 30 %) : $ Contribution CRPCQ (max. 40 %) : $ Autres sources de financement public (max. 30 %) : $ INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) CTTÉI (coordonnateur) Gaudreau Environnement (tri et conditionnement) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Représentativité des flux collectés Acceptation par l Europe, du matériel collecté souillé pour réaliser les essais Transport des matières fragmentées FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Niveau de précision de la planification Coordination entre les intervenants Prise en compte du contexte d opération pour adapter les résultats à l ensemble des centres de tri Prise en compte de l impact du flux provenant des industries, des commerces et des institutions (ICI) Présence de débouchés pour tous les niveaux de qualité de la matière collectée 10

12 INITIATIVE STRATÉGIQUE 2 ÉVALUER LA POSSIBILITÉ D INTÉGRER LE POLYSTYRÈNE DANS LA COLLECTE PAR DÉPÔT VOLONTAIRE, PAR UN PROJET PILOTE ENJEUX Volume récupéré insuffisant actuellement Difficulté d identification de la matière par les citoyens Contamination postconsommation Fragmentation de la matière lors de la collecte et du tri Coût du tri Méconnaissance de l impact possible d une collecte par point de dépôt OBJECTIFS Identifier le scénario de collecte et de tri permettant d obtenir la meilleure qualité possible de polystyrène recyclé post-consommation, en volume suffisant, et ce, en cherchant la rentabilité économique Évaluer la faisabilité technique et économique d effectuer la collecte et le tri du polystyrène post consommation Obtenir une meilleure estimation des volumes disponibles et avoir un portrait le plus juste possible du gisement de PS expansé, extrudé et non expansé, alimentaire et non alimentaire (résidentiel et commercial) pouvant être recueilli par point de dépôt en écocentre Estimer les coûts associés à ce scénario de collecte et de tri Tester l efficacité d un équipement de densification et statuer sur la pertinence d une unité mobile de densification Statuer sur la qualité de la matière récupérée Identifier tous les débouchés potentiels et les industriels intéressés à mettre en marché les produits CARACTÉRISTIQUES Installation d un conteneur dédié à l écocentre de LaSalle pour la collecte PS expansé, extrudé et non expansé, alimentaire et non alimentaire (résidentiel et commercial) sera ciblé 10 échantillons prélevés et caractérisés Durée de quatre mois Densification chez Cascades Récupération à Lachine, du PS expansé récupéré Mise en ballots du PS non expansé chez Cascades Récupération à Lachine Extrusion d échantillons de PS en provenance du point de dépôt Impact Izod, élongation à la rupture, indice de fluidité, contrainte maximale en traction, module de Young Recherche de débouchés autres que ceux déjà existants Identification du scénario de collecte/tri permettant d obtenir la meilleure quantité et qualité de PS recyclé, le tout de manière rentable économiquement FINANCEMENT (INITIATIVES 1 ET 2 CONJOINTES) Le coût total est estimé à $ (Initiatives 1 et 2) Contribution des entreprises (min. 30 %) : $ Contribution CRPCQ (max. 40 %) : $ Autres sources de financement public (max. 30 %) : $ INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) CTTÉI (coordonnateur) Ville de Montréal (récupération et communication) Cascades Récupération (conditionnement) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Retard possible dans l ouverture du centre LaSalle (avril) Participation des citoyens Représentativité des flux collectés FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Niveau de précision de la planification Coordination entre les intervenants Communication aux citoyens Prise en compte de l impact du flux provenant des industries, des commerces et des institutions Démarrage du projet en mars au plus tard 11

13 INITIATIVE STRATÉGIQUE 3 ANALYSER LES TECHNIQUES DE DENSIFICATION ET LEUR IMPACT SUR LA MATIÈRE ET SUR LE TRANSPORT ENJEUX Faible densité et fragilité de la matière Coûts élevés de transport de la matière OBJECTIFS Outiller les entreprises pour qu elles soient en mesure de choisir la technique de densification la plus adaptée à leur situation et au type de matière collectée Diffuser les bonnes pratiques et les cas à succès basés sur des expériences concrètes CARACTÉRISTIQUES S appuyer sur le rapport de l ACIP portant sur ce sujet Élaborer un répertoire de tous les équipements et systèmes de densification du PS à partir d une analyse critique de comparaison sur la base de critères de performance : Coût d exploitation Capacité Enjeux de santé et de sécurité Qualité de la matière pour le traitement Etc. FINANCEMENT Environ $ MDEIE (partenaire envisagé pour le financement relié à l initiative technologique) INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) ACIP (recueillir et transmettre l information) RECYC-QUÉBEC, ÉEQ, FEPAC (communication auprès des intervenants cibles) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Financement du projet Diffusion de l information auprès des acteurs ciblés : secteur commercial Impact de la contamination de la matière sur la densification Volume permettant de justifier les investissements FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Partage de l information entre les parties prenantes 12

14 INITIATIVE STRATÉGIQUE 4 METTRE EN PLACE UNE VEILLE STRATÉGIQUE POUR LE POLYSTYRÈNE ET FAVORISER LE PARTAGE D INFORMATIONS ENJEUX Absence d information fiable sur les coûts globaux (collecte, transport, tri, etc.) Meilleure compréhension nécessaire des impacts environnementaux, sociaux et économiques des solutions disponibles Déterminer le potentiel du marché et les besoins OBJECTIFS Recenser les développements technologiques liés à la récupération et au recyclage du polystyrène Recueillir toute l information pertinente à travers diverses juridictions comparables à la situation du Québec (au Canada et hors Canada) et évaluer les stratégies mises en place par ces juridictions Recenser toutes les initiatives (privées ou publiques) dans le domaine au Québec CARACTÉRISTIQUES Mettre en place une veille stratégique en ciblant notamment les informations suivantes : Recherche et développement dans le domaine scientifique Lois et règlements en vigueur et à venir Recherches et développements dans le domaine industriel Évolution des tendances des consommateurs Mettre en place une plate-forme de communication pour collecter et diffuser l information (archives, etc.) FINANCEMENT Le budget a été évalué à $ par année, variable selon l envergure des recherches et les caractéristiques de la plate-forme d échange retenue Les fonds requis pourront varier selon l information disponible sur les technologies existantes et émergentes : À titre d exemple, l ACIP a déjà accepté de mettre à disposition du Comité toute l information qu elle possède sur les démonstrations des technologies existantes réalisées à travers le Canada, et les technologies émergentes identifiées par ses partenaires, et ce, à titre gracieux. INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) Comité conjoint sur les matières recyclables (Recommandation et suivi) RECYC-QUÉBEC et ÉEQ (Réalisation de la veille) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Rigueur du traitement de l information recueillie Impartialité des sources d information Accessibilité de l information pertinente Confidentialité de l information industrielle FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Mise en place d une structure permanente pour coordonner, spécifier les besoins et communiquer; Présence de ressources dédiées pour collecter, analyser, vulgariser et diffuser l information pertinente; Prise en compte suffisante de la problématique du polystyrène dans la veille technologique proposée par le Comité conjoint sur les matières recyclables. 13

15 INITIATIVE STRATÉGIQUE 5 ANALYSER LA FAISABILITÉ À GRANDE ÉCHELLE DES PISTES DE SOLUTION ISSUES DES PROJETS PILOTES OU DÉTERMINER DE NOUVELLES OPTIONS ENJEUX Coût de tri élevé Volume insuffisant pour les centres de tri Fragmentation de la matière lors de la collecte et du tri OBJECTIFS Évaluer les techniques de tri, de conditionnement et de recyclage qui permettent de minimiser le coût de traitement sans atténuer la qualité de traitement de la matière à l échelle provinciale Sensibiliser et informer les parties prenantes sur les techniques et processus les plus efficients Avoir une meilleure compréhension des impacts économiques des différentes possibilités (recyclage vs valorisation énergétique) Arriver à des modèles d affaires pour différents scénarios de collecte, de tri et de conditionnement pour que les solutions s adaptent aux différents environnements CARACTÉRISTIQUES Identifier les experts Recueillir l information pertinente incluant ce qui se fait ailleurs dans le monde Analyser et mettre en contexte l information recueillie Élaborer les recommandations découlant de l analyse Diffuser l information auprès des acteurs clés FINANCEMENT De à $ selon les résultats issus des projets pilotes (initiatives 1 et 2) INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) RECYC-QUÉBEC, ÉEQ, associations industrielles, entreprises, municipalités Cascades Récupération (information, expertise) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Données sensibles et difficiles à obtenir Le contexte peut varier significativement d une ville à une autre, d un centre de tri à un autre et peut rendre complexe la généralisation des résultats FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Représentativité des projets pilotes Réussite des projets pilotes Identification et mise en valeur des débouchés locaux pour maximiser la viabilité économique des scénarios choisis des projets pilotes 14

16 INITIATIVE STRATÉGIQUE 6 STIMULER L UTILISATION DE POLYSTYRÈNE RECYCLÉ AU QUÉBEC ENJEUX Peu de preneurs au Québec Débouchés inconnus pour du PS contaminé Opportunités de financement insuffisantes OBJECTIFS Mettre en place des mécanismes économiques et réglementaires qui favoriseront l émergence de nouveaux produits, entreprises, techniques Développer des programmes de soutien en recherche et développement et en entrepreneuriat reliés aux opportunités identifiées Déterminer le potentiel (dont la quantité de matière requise) et les besoins (dont la préparation et la qualité) pour les débouchés identifiés CARACTÉRISTIQUES Définir le cadre de l étude de débouchés Identification de toutes les opportunités pour la mise en place de débouchés selon deux axes de développement En améliorant la qualité du polystyrène recyclé En identifiant des débouchés pour du PS avec un taux de contamination élevé Analyser les avantages et les inconvénients des débouchés identifiés Mettre en place un groupe de recherche en ayant identifié au préalable l expertise adéquate et nécessaire à la réalisation de cette étude Connaissance du secteur Capacité à évaluer un plan d affaires Objectivité des chercheurs, etc. Développer les caractéristiques du programme d aide et identifier les sources de financement Identifier les caractéristiques des projets ciblés Élaborer la liste de critères de sélection Établir un processus fiable et rigoureux de sélection des dossiers Convenir du processus de distribution des fonds de soutien et de recherche FINANCEMENT Incitatif gouvernemental (environnement, technologique, développement économique, etc.) : MDEIE, RECYC-QUÉBEC Incitatif financier ÉEQ Incitatif fiscal INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) Industrie (soutien industriel), gouvernements (soutien économique et réglementaire) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Pérennité des incitatifs Suivi et mesure de l impact des fonds distribués FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Supporter les analyses par les résultats issus des projets pilotes (analyses économiques, volume, etc.) Transposer les projets de recherche en modèles d affaires concrets 15

17 CONCLUSION Le Comité Polystyrène a déjà entrepris des actions concrètes pour amorcer les initiatives stratégiques 1 et 2, soit la mise en œuvre de deux projets pilotes ayant pour objectif général d évaluer la faisabilité technique et économique d effectuer la collecte et le tri du polystyrène dans un centre de tri et dans un point de dépôt volontaire. Ces deux projets permettront d obtenir rapidement des informations précises, justes et fiables sur les modes de récupération du polystyrène, les coûts reliés et ainsi que les impacts économiques et environnementaux. Ces résultats alimenteront en partie les initiatives stratégiques complémentaires, notamment l étude de faisabilité à grande échelle des pistes de solution issues de ces deux projets pilotes (initiative 5). Cette étude est nécessaire pour que l industrie puisse s organiser dans les prochains mois avec des processus efficaces et performants et un discours clair auprès du citoyen. Autrement, de nouvelles pistes de solution devront être explorées. L analyse des techniques de densification et leur impact sur la matière et sur le transport (initiative 3), ainsi que la mise en place d une veille stratégique pour le polystyrène par un partage de l information pertinente (initiative 4) se nourriront des résultats des projets pilotes, mais nécessiteront des recherches et analyses plus vastes et plus précises sur certains thèmes. L initiative 6 a pour objectif de stimuler l utilisation de polystyrène recyclé au Québec afin d élargir les débouchés et augmenter la demande. Cette initiative pourra être réalisée parallèlement aux précédentes. Enfin, il est important de souligner que suite aux diverses rencontres, les membres ont exprimé une volonté réelle et persistante de poursuivre leur implication au sein du Comité afin d assurer notamment un suivi sur l avancement des initiatives stratégiques et de leur mise en œuvre. Le Comité souhaite miser sur la synergie créée à partir du regroupement de l ensemble des parties prenantes de la filière. 16

18 ANNEXE 1 LISTE DES PARTICIPANTS À LA RENCONTRE D INFORMATION DE NOVEMBRE 2009 ENTITÉ REPRÉSENTANTS Ameublement Tanguay Americas Styrenics (Dow Chemical) Association canadienne dépanneurs alimentaires (ACDA-AQDA) Association des détaillants en alimentation (A.D.A.) Association des restaurateurs du Québec (ARQ) Carquest Canada Cascades CIRAIG Conseil Patronal Environnement du Québec (CPEQ) Conseil de la transformation alimentaire consommation (CTAC) Association canadienne de l industrie des plastiques (ACIP) & RV Anderson Associates Danone Dart Cup Duval Technologies Dyne-a-Pak Éco Entreprises Québec Emballage Carrousel IKEA Isolofoam Lassonde Liberté Loblaws Companies Limited Louis-Philippe Auger Louis-Philippe Leclerc Lorraine Fortier Marie-Josée Leroux Pierre-Alexandre Blouin Dominique Tremblay Magella Boutin Raymond Savard Michel Iliesco Catherine Reid Hélène Lauzon Jacques Légaré Pierre G. Dubois Trish Johnson Didier Rancourt Ray Ehrlich Robert Lajoie Michel Duval Mario Grenier Maryse Vermette Marina Pietrosel Serge Mérineau Chloé Barnabé Daniel Matte Sylvain Mayrand Maria Martinez Marie-Hélène Michaud 17

19 ENTITÉ REPRÉSENTANTS L Oréal Canada RECYC-QUÉBEC Sobeys Québec inc. TDL Group Corp Tim Hortons Uniko Extrusion Unisource Canada Wal-Mart Canada Corp Nadia Gharzouzi Hélène Gervais Geneviève Paradis Carol Patterson Shawn Goose Lucas St-Jacques Val D Amours Alex Roberton 18

20 ANNEXE EXEMPLES D ENTREPRISES RECYCLANT LE POLYSTYRÈNE EN AMÉRIQUE DU NORD NAME LOCATION STRUCTURAL FOAM PRODUCERS Foam Nepco Chino, CA Polyfram Moulding Port Hope, ON Uniko Extrusions St. Eustache, QC Timbron Stockton, CA Intco Framing Shanghai, China Michigan Foam Products Grand Rapids, MI TRC Foam West Palm Beach, FL RAPAC Oakland, TN Royal Group GA Tristate Foam Products Marinsville, VA Rigid Blackmore Company Belleville, MI East Jordan Plastics East Jordan, MI Dillen Products Middlefield, OH Landmark Plastics Corp. Akron, OH Summit Plastics Akron, OH PELLETIZER Foam Merlin Plastics Delta, BC BROKERS Foam Antek Madison Plastic Scarborough, ON Group Nam Polymers Toronto, ON Recyclable materials Ancaster, ON Marketing (ReMM) Kal Trading Mississauga, On Rigid Antek Madison Plastic Group Scarborough, ON Nam Polymers Toronto, ON Kal Trading Mississauga On OTHERS Foam Elite Aggregate Centennial, CO Recycle Tech Elmwood Park, NJ W.R. Grace Ajax, ON Rigid RecycRPM Inc St Damien, QC MATERIAL TAKEN Clean densified cushion, some food service allowed (would need samples) Clean densified cushion and food service Clean densified cushion and food service Clean, white, densified cushion (food service needs to be confirmed) Clean densified Clean white loose cushion (drop off) Post industrial only Operates plug tray return program Rigid PS, Rigid PP, HDPE Clean densified cushion and food service. Colour no problem Densified cushion and food service Clean densified cushion and food service. Colour no problem Densified (need sample) Clean densified cushion and food service. Colour no problem (lower price) Densified Densified Clean, dry, cushion. Loose only REMARKS Use 3,000 t/yr and want 6,000 t/yr Sell densifiers : 2 in Canada (Winnipeg & Surrey) Conservative estimate: 6 t/day, 2,000 t/yr Require a sample. 600 t/yr Very large consumer Solicit purchase of material in N.A. Take large quantities (12,000 t/yr) Architectural columns, cornices Largest end user in the US (very large recycler) Architectural molding producers Architectural products Possibly a broker as well Used to ship material to CPRA No problem for 500 t Light agregregates producer 4 densifiers in Canada : 3 at Brick Warehouses and 1 in Gibbons, BC In WDO: demand of 60,000 to 120,000 t/yr world wide Have a 2 t/day plant in Lakeland, FL Sell densifiers Can use large quantities 10 Canadian Plastics Industry Association 19

Le Régime de compensation pour les services municipaux de collecte sélective Le vendredi 25 mai 2007 AOMGMR par Maryse Vermette

Le Régime de compensation pour les services municipaux de collecte sélective Le vendredi 25 mai 2007 AOMGMR par Maryse Vermette Le Régime de compensation pour les services municipaux de collecte sélective Le vendredi 25 mai 2007 AOMGMR par Maryse Vermette 1600, boul. René-Lévesque O., Montréal (Québec) H3H 1P9 Ordre du jour de

Plus en détail

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition?

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? 2 Saviez-vous que notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? L avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. Au printemps 2015, le Ministère du Développement

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Les plastiques Fiches informatives 1

Les plastiques Fiches informatives 1 Les plastiques Fiches informatives 1 Le contexte Les principales catégories Le plastique est fabriqué à partir de pétrole ou de gaz naturel. Ces deux matières premières sont chauffées et raffinées. Ensuite,

Plus en détail

Rencontres de consultation Tarif 2014 préliminaire

Rencontres de consultation Tarif 2014 préliminaire Rencontres de consultation préliminaire Montréal, le 18 février 2014 Toronto, le 20 février 2014 Ordre du jour 10 h 35 Objectifs de la rencontre et contexte du régime de compensation 10 h 45 Présentation

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 3 : Règlement sur la responsabilisation environnementale PRÉSENTATION Présenté par Monsieur Maxime Maheu-Moisan, membre du comité exécutif,

Plus en détail

METTRE EN VALEUR OU BANNIR LE POLYSTYRÈNE - APPROCHES DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

METTRE EN VALEUR OU BANNIR LE POLYSTYRÈNE - APPROCHES DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE METTRE EN VALEUR OU BANNIR LE POLYSTYRÈNE - APPROCHES DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Par Soraya Mahiout Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable

Plus en détail

3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC

3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC 3. Gestion des matières résiduelles dans les ICI et assistance de RECYC-QUÉBEC Principe des 3RV Privilégier dans l ordre : La réduction à la source Le réemploi Le recyclage La valorisation (biologique

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec

La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec 1 LES BRASSEURS L ABQ L Association des brasseurs du Québec (ABQ) représente les grands brasseurs du

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets

Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets CRISE DU RECYCLAGE : CAUSES ET PISTES DE SOLUTIONS MISE EN CONTEXTE Le présent document s inscrit dans la foulée des mesures annoncées le

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI)

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) 1. Introduction. 1.1. L Association des Producteurs Responsables (l APR) développe un programme

Plus en détail

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES Juin 2011 Étude réalisée pour le compte de l'ademe par Schwartz and Co et AJI Europe Coordination technique : Patrick

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Parce que chaque goutte compte

Parce que chaque goutte compte Guide des membres Pour répondre au Règlement sur la récupération et la valorisation de produits par les entreprises Parce que chaque goutte compte (Version 1 er juillet 2012) 2012 SOGHU Tous droits réservés.

Plus en détail

VERS DE NOUVELLES FILIÈRES DE VALORISATION DE DÉCHETS A DESTINATION DE LA CONSTRUCTION

VERS DE NOUVELLES FILIÈRES DE VALORISATION DE DÉCHETS A DESTINATION DE LA CONSTRUCTION 1 VERS DE NOUVELLES FILIÈRES DE VALORISATION DE DÉCHETS A DESTINATION DE LA CONSTRUCTION Partenaires Centre technologique Construction et Aménagement Durable Centre technologique Industrie Energie Process

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012. Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012

Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012. Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012 Assemblée annuelle de Industries Lassonde inc. 15 mai 2012 Résultats financiers de l exercice 2011 et du premier trimestre 2012 Faits saillants Année 2011 : Résultats En millions $ (sauf le BPA) Exercices

Plus en détail

Présentation à l Association des Actuaires IARD

Présentation à l Association des Actuaires IARD Présentation à l Association des Actuaires IARD par Gilles Mourette Président du comité BAC-Québec 21 novembre 2014 Mission et enjeux d industrie 2 Programme 1. Le rôle du BAC au Québec 2. La gouvernance

Plus en détail

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET?

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Décembre 2010 En 2009, Eco-Emballages, ELIPSO et Valorplast se sont associés pour conduire une étude d évaluation des impacts environnementaux

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

Allier économie et environnement. Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action 2011-2015

Allier économie et environnement. Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action 2011-2015 Allier économie et environnement Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Plan d action 2011-2015 Allier économie et environnement Mot du ministre Les matières résiduelles, au même titre

Plus en détail

Que deviennent les matières que nous récupérons?

Que deviennent les matières que nous récupérons? Que deviennent les matières que nous récupérons? Fiches synthèse sur le recyclage des matières (trousse de démonstration) Les matières récupérées offrent aujourd hui des possibilités de recyclage étonnantes.

Plus en détail

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique LEED Canada pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes 2009 Prelco offre

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

Gaudreau environnement. Une raison d être nos valeurs

Gaudreau environnement. Une raison d être nos valeurs Gaudreau environnement a pour mission d innover pour offrir un service d excellente qualité dans les meilleurs délais, en diminuant constamment la quantité de matières résiduelles à éliminer. Une raison

Plus en détail

Les événements éco-responsables l expérience de Desjardins

Les événements éco-responsables l expérience de Desjardins Les événements éco-responsables l expérience de Desjardins Déjeuner-causerie sur les évènements éco-responsable/compensation carbone Mercredi 12 septembre 2007 Natacha Liébart Éco-conseillère diplomée

Plus en détail

Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives nationales du Québec PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2008-2013 Table des matières 3 Avant-propos 4 Mot de la présidente-directrice générale de Bibliothèque et Archives nationales

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Créer des solutions pour le secteur forestier Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Établissement de centres de mise en copeaux pour le bois de trituration Serge Constantineau,

Plus en détail

Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010

Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010 Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010 Conseil d administration, comité exécutif et comité consultatif Conseil d administration Pour la dernière année d activités, les membres du conseil

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles

Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ McGILL MÉMOIRE Réduire pour mieux grandir Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles De l agglomération de Montréal 2008-2012 4 juin 2008 Centre universitaire

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers

Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers SOMMAIRE Préparé pour: Étude réalisée par : Viami International Inc. et The Technology Strategies Group Le 24 mai

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Rapport annuel 2012 2013. Sommaire des projets de formation réalisés pour l année 2012 2013. www.crepic.ca

Rapport annuel 2012 2013. Sommaire des projets de formation réalisés pour l année 2012 2013. www.crepic.ca Rapport annuel 2012 2013 Sommaire des projets de formation réalisés pour l année 2012 2013 www.crepic.ca Table des matières MOT DU COORDONNATEUR... 4 MEMBRES DU COMITÉ DE GESTION... 5 STATISTIQUES SUR

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

22 janvier 2011 CONTRIBUTION POTENTIELLE AU PROGRAMME LEED-CI, V 1.0 CHAISES ARTOPEX

22 janvier 2011 CONTRIBUTION POTENTIELLE AU PROGRAMME LEED-CI, V 1.0 CHAISES ARTOPEX 22 janvier 2011 CONTRIBUTION POTENTIELLE AU PROGRAMME LEED-CI, V 1.0 CHAISES ARTOPEX Matériaux et ressources Crédit 2.1 : Gestion des déchets de construction, Détourner 50% des déchets des sites d enfouissement

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance La cie Matériaux de construction BP Canada 08 06 16 13 13 BOIS, PLASTIQUES et MATÉRIAUX COMPOSITES Revêtements structuraux isolants Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Le R-4 HP de BP

Plus en détail

Conseil de la. MRC de Séance. l adhésion. de la MRC à la FCM. Pacte fiscal. transitoire. la MRC à. Autorisation de. pour :

Conseil de la. MRC de Séance. l adhésion. de la MRC à la FCM. Pacte fiscal. transitoire. la MRC à. Autorisation de. pour : Conseil de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau Séance ordinaire du 20 janvier 2014 Administration général le Fédération canadienne des municipalités Adhésion annuelle 2015. Le Conseil a résolu d autoriser

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Forum sur le développement social de Roussillon Assurer l équilibre 4 juin 2009 Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Assurer l équilibre Le CLD de Roussillon compte parmi ses instances la commission

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC RÉGIE INTERMUNICIPALE DU COMTÉ DE BEAUCE-SUD

PROVINCE DE QUÉBEC RÉGIE INTERMUNICIPALE DU COMTÉ DE BEAUCE-SUD PROVINCE DE QUÉBEC RÉGIE INTERMUNICIPALE DU COMTÉ DE BEAUCE-SUD Procès-verbal d'une assemblée régulière des administrateurs de la Régie Intermunicipale du comté de Beauce-Sud, tenue jeudi le 18 décembre

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int.

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. planification et examen Plan de la présentation Introduction Contexte

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES Présences Absences Employés Marcel Paul Raymond (président), Robert Bissonnette

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault.

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault. PROCÈS-VERBAL de la première (09-01) assemblée régulière de l année 2009 du Conseil d administration du Collège de Rimouski tenue le mardi 27 janvier 2009, à 17 h, au local G-130 du Cégep de Rimouski.

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015. Pour une meilleure qualité de vie des générations actuelles et futures

Plan d action de développement durable 2012-2015. Pour une meilleure qualité de vie des générations actuelles et futures Plan d action de développement durable 2012-2015 Pour une meilleure qualité de vie des générations actuelles et futures PRODUCTION : École nationale de police du Québec 350, rue Marguerite-D'Youville Nicolet

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : un outil de changement. 24 septembre 2010 Marie-Hélène Gosselin, agente de développement

Le Fonds de solidarité FTQ : un outil de changement. 24 septembre 2010 Marie-Hélène Gosselin, agente de développement Le Fonds de solidarité FTQ : un outil de changement 24 septembre 2010 Marie-Hélène Gosselin, agente de développement La présentation I ) La création du Fonds FTQ - Les mandats qui le distinguent comme

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

La politique environnementale de Computershare

La politique environnementale de Computershare La politique environnementale de Computershare Computershare est un chef de file mondial en matière de transfert de titres, de régimes d employés à base d actions, de sollicitation de procurations et d

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE

L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE Association française de l isolation en polystyrène expansé dans le bâtiment dossier de presse - 2014 L

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

Méthode déchets. Peut s appliquer à tout type. Déchets. États-Unis.

Méthode déchets. Peut s appliquer à tout type. Déchets. États-Unis. ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES COÛTS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES DÉCHETS DES ENTREPRISES 6.RESOURCE MANAGEMENT : UNE ALTERNATIVE

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17

PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17 PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17 APERÇU DU PLAN Préparé pour le ministère de l Énergie et des Mines du Nouveau-Brunswick avec l'aide de Dunsky expertise en énergie Juillet 2014 Cette page est

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projets: Guide de sélection PPM Software Selection Guide ETAPE 1: Faiblesses Organisationnelles identifier clairement vos besoins

Plus en détail

COMITÉ DU MILIEU POUR LE PROJET D EXPANSION DE LA MINE NIOBEC. Compte rendu de la réunion tenue à la salle du groupe Aide-Action de Saint-Honoré

COMITÉ DU MILIEU POUR LE PROJET D EXPANSION DE LA MINE NIOBEC. Compte rendu de la réunion tenue à la salle du groupe Aide-Action de Saint-Honoré COMITÉ DU MILIEU POUR LE PROJET D EXPANSION DE LA MINE NIOBEC Compte rendu de la réunion tenue à la salle du groupe Aide-Action de Saint-Honoré Le 27 novembre 2012 Préparé en collaboration avec 3400, chemin

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Plan d action de développement durable 2009-2013 Favoriser une meilleure concertation des industries du territoire Octobre 2009 Avant propos La Société

Plus en détail

Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal. Rapport final

Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal. Rapport final Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal Rapport final 29 juillet 2015 1 Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal Sommaire

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com Pourquoi Fujitsu? - Fujitsu est une grande société qui a réussi à l échelle mondiale...

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

STRATÉGIE CLIENT : PROCESSUS D AFFAIRES. Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA KPMG-SECOR

STRATÉGIE CLIENT : PROCESSUS D AFFAIRES. Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA KPMG-SECOR STRATÉGIE CLIENT : PROCESSUS D AFFAIRES Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA KPMG-SECOR Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA Associé ALAIN DUMAS Associé KPMG-SECOR 555, boul. René-Lévesque Ouest, 9 e étage Montréal,

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

pile(s) dans la bonne boîte

pile(s) dans la bonne boîte Dossier de presse décembre 2003 pile(s) dans la bonne boîte Le Fonds Français pour la Nature et l Environnement lance une campagne d information pour mobiliser les grandes entreprises, les collectivités

Plus en détail