COMITÉ POLYSTYRÈNE RAPPORT FINAL SUR LES TRAVAUX DU COMITÉ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITÉ POLYSTYRÈNE RAPPORT FINAL SUR LES TRAVAUX DU COMITÉ"

Transcription

1 COMITÉ POLYSTYRÈNE RAPPORT FINAL SUR LES TRAVAUX DU COMITÉ Présenté à monsieur Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l'environnement et des Parcs 18 janvier 2011 MONTRÉAL :: NEW YORK :: PARIS :: QUÉBEC :: TORONTO :: VANCOUVER

2 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 2 Contexte... 2 Présentation du Comité Polystyrène... 2 Mandat et objectifs du comité ENJEUX ET OPPORTUNITÉS IDENTIFIÉS... 6 Collecte, transport et tri... 6 Technologies et débouchés INITIATIVES STRATÉGIQUES... 9 Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique Initiative stratégique CONCLUSION ANNEXE ANNEXE i

3 1. INTRODUCTION CONTEXTE Le polystyrène est doté de propriétés chimiques et physiques qui en font une matière largement utilisée, sous toutes ses formes (rigide, expansé et extrudé), par de nombreux industriels. Cependant, au Québec, son recyclage est marginal : sur les tonnes de polystyrène générées chaque année environ 2,7 kg/personne seul 14,7 % (3 067 tonnes) 1 est collecté au moyen du bac de récupération. De cette quantité, seulement un certain pourcentage est trié et recyclé, dépendamment si le centre de tri est en mesure ou non de traiter la matière (quantités reçues, ressources humaines et techniques disponibles, débouchés, etc.). L amélioration du taux de récupération et de recyclage du polystyrène post-consommation passe nécessairement par l identification de débouchés. Cela permettra à la filière de gérer l ensemble du cycle de vie du polystyrène de manière économiquement viable, le prix d achat de la matière recyclée couvrant, au moins en partie, les coûts liés à son traitement. Or jusqu à présent, très peu de débouchés existent pour le polystyrène post-consommation : les travaux préliminaires de Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et de RECYC- QUÉBEC ont permis d identifier, au et en dehors du Québec, seulement quelques opportunités au niveau du polystyrène post-consommation, notamment dans la fabrication de cadres et de moulures, ainsi que pour l isolation dans le domaine de la construction. La plupart des débouchés connus utilisent du polystyrène postindustriel ou post-commercial, plus propre et collecté généralement en dehors de la collecte sélective municipale. En novembre 2009, le gouvernement du Québec, par l intermédiaire du Ministère du Développement durable, de l'environnement et des Parcs, a présenté un projet de Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. L un des objectifs quantitatifs du plan d action vise à recycler 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduel d ici Dans le cadre de ce projet de politique, le gouvernement souhaite prendre un certain nombre d actions concrètes pour réduire l utilisation des matières peu recyclées, sensibiliser la population à la gestion des matières résiduelles, responsabiliser les entreprises productrices de matières résiduelles, et soutenir financièrement la performance des centres de tri et le développement technologique pour la mise en valeur des matières récupérées. PRÉSENTATION DU COMITÉ POLYSTYRÈNE À l initiative de Éco Entreprises Québec et de RECYC-QUÉBEC et en collaboration avec le Conseil patronal de l environnement du Québec (CPEQ), le Comité polystyrène a été composé de l ensemble des parties prenantes de la filière, dans un souci d équité et afin que tous les enjeux soient abordés. En novembre 2009, une première rencontre d information a réuni plusieurs participants, dont la liste figure à l annexe 1. Parmi ceux-ci, plusieurs ont choisi de s impliquer à titre de membres du Comité polystyrène et d autres se sont ajoutés. Ainsi, on y retrouve des représentants de fabricants et d utilisateurs de polystyrène, d un centre de tri, 1 Éco Entreprises Québec & RECYC-QUÉBEC (2009). Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel et des lieux publics au Québec

4 2. Enjeux et opportunités identifiés d une municipalité, de RECYC-QUÉBEC, de ÉEQ, d associations et de centres d étude dans le secteur des matières plastiques. L objectif ultime de la création de ce Comité était de faire émerger un plan d action pertinent, porteur et concret, et dont le contenu obtient l adhésion de chacun des membres du Comité. Pour des questions logistiques, le Comité était divisé en deux groupes de travail pendant une certaine période regroupant certains représentants de l industrie en particulier : un groupe de travail Collecte, Transport et Tri, et un groupe de travail Technologies et Débouchés. Le premier groupe de travail visait à explorer les pistes de solutions possibles en matière de collecte, de transport et de tri du polystyrène post-consommation, pour faire en sorte que les conditions adéquates à la transformation ou la réutilisation soit réunies, notamment sur le plan de qualité (ou de propreté), de volume et de nature du polystyrène (rigide, expansé, non expansé, etc.). L autre groupe de travail avait pour mission d explorer les différentes possibilités en matière de recyclage du polystyrène post-consommation ainsi que les autres avenues telles que la valorisation énergétique en portant une attention particulière à l identification de marchés (prix et quantité). Par la suite, les deux mandataires du projet se sont mis d accord pour fusionner les deux groupes et ainsi s assurer d avoir une compréhension commune des enjeux et un bon niveau d harmonie entre tous les participants en ce qui concerne les pistes de solution avancées. MEMBRES DU COMITÉ POLYSTYRÈNE ET PARTICIPANTS AUX GROUPES DE TRAVAIL ENTITÉ REPRÉSENTANTS GROUPES DE TRAVAIL Americas Styrenics (Dow Chemical) BASF The Chemical Company Cascades Conseil canadien des distributeurs en alimentation (CCDA) Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI) Association canadienne de l industrie des plastiques (ACIP)& RV Anderson Associates Lorraine Fortier (remplacée par Glenn Davis pour la suite) André Saint-Michel Pat Redmond Robert Cardinal Mathieu Roberge Michel Iliesco Jean-Pierre Ayotte Claude Maheux-Picard Dr Fred Edgecombe Cathy Cirko Pierre G. Dubois Collecte, Transport et Tri Technologies et débouchés Danone Didier Rancourt Dart Cup Ray Ehrlich Duval Technologies Michel Duval (1re réunion seulement) Dyne-a-Pak Mario Grenier Éco Entreprises Québec Marina Pietrosel Marie-Ève Provost 3

5 2. Enjeux et opportunités identifiés ENTITÉ REPRÉSENTANTS GROUPES DE TRAVAIL Fédération des Plastiques et Alliances Composites (FÉPAC) Collecte, Transport et Tri Technologies et débouchés Pierre G. Fillion Gaudreau Environnement Réal Fortin Isolofoam Martin Deblois Lassonde Richard Morin Liberté Maria Martinez Polyform Éric Béliveau (remplacé par François Beauchesne) Polymos Charles Bourbonnais RECYC-QUÉBEC Hélène Gervais StyroChem Canada Marc Cayouette Ville de Montréal Alain Leduc Éco Entreprises Québec et RECYC-QUÉBEC ont mandaté la firme-conseil SECOR pour faciliter les séances de travail du (des) comité (s) en fournissant notamment un support au niveau de la préparation et de l animation des réunions. De plus, SECOR a supporté les mandataires dans l élaboration des synthèses des travaux et du rapport final. Au printemps 2010, le groupe de travail Collecte, Transport et Tri s est réuni à deux reprises et le groupe de travail Technologies et Débouchés a quant à lui participé à trois rencontres. Chaque rencontre avait des objectifs spécifiques : Réunion 1 (le 24 février 2010 pour le groupe de travail Technologies et Débouchés et le 9 mars 2010 pour le groupe de travail Collecte, Transport et Tri) : s entendre sur le mandat et les objectifs à court terme du groupe et en préciser le mode de fonctionnement; amorcer une réflexion sur les enjeux. Réunion 2 (le 21 avril 2010 pour le groupe de travail Technologies et Débouchés et le 3 mai 2010 pour le groupe de travail Collecte, Transport et Tri) : approfondir les enjeux, déterminer les freins et irritants ainsi que les opportunités. Réunion 3 (le 27 mai 2010) pour le groupe de travail Technologies et Débouchés : approfondir les pistes de solutions à court terme mise en place de deux projets pilotes : o Ville de Montréal (récupération du polystyrène d origine commerciale et résidentielle dans un écocentre et densification de la matière); o Centre de tri qui reçoit déjà du polystyrène (tri séparé du polystyrène et densification de la matière). À l automne 2010, les groupes de travail se sont réunis et ont participé à deux séances de travail afin de définir plusieurs pistes de solution concrètes, pertinentes et viables. Chacune de ces deux rencontres a eu des objectifs spécifiques, à savoir : 4

6 2. Enjeux et opportunités identifiés Réunion 4 (le 30 septembre 2010) : prendre connaissance des pistes de solution proposées par les deux groupes de travail afin d en discuter et d évaluer celles qui seront les plus pertinentes pour faire face aux enjeux de l industrie et qui seront retenues comme initiatives stratégiques. Réunion 5 (le 16 novembre 2010) : valider chacune des initiatives stratégiques retenues par le Comité et en préciser les caractéristiques, les objectifs spécifiques, les intervenants clés, les sources de financement, les facteurs clés de succès et les difficultés potentielles. Dès la première réunion, les participants ont ainsi pu exprimer leurs attentes. Ils ont unanimement salué cette initiative et ont tous manifesté leur volonté de partager l information dont ils disposent. Ils ont eu à cœur de travailler ensemble dans le but de trouver des solutions consensuelles, précises et économiquement viables qui vont au-delà des discussions qui ont eu lieu au cours des derniers mois. À la suite de ces rencontres, les participants se sont donc entendus sur la définition d un mandat et d objectifs précis. De nombreux enjeux ont également été évoqués et plusieurs pistes de solutions ont pu être avancées et discutées à la lumière des connaissances des participants. Une description plus complète des enjeux, des opportunités et des initiatives stratégiques identifiés est présentée dans les prochaines sections du document. Le Comité s est aussi doté d une plateforme FTP visant à faciliter le partage d information tout au long du processus. MANDAT ET OBJECTIFS DU COMITÉ L ensemble des participants des deux groupes de travail s est entendu sur les objectifs suivants : Définir les enjeux reliés au recyclage (collecte, transport et tri), ainsi qu aux débouchés (transformation ou valorisation énergétique) du polystyrène post-consommation; Élaborer et proposer des solutions et des actions concrètes à mettre en place pour faire face à ces enjeux; Formuler des initiatives stratégiques porteuses et recommandations concrètes visant à faciliter l implantation des solutions; Proposer des avenues de financement; Déterminer les conditions clés de succès et les problématiques liées à la mise en place des initiatives identifiées; Identifier les éléments à approfondir et planifier un suivi. 5

7 2. ENJEUX ET OPPORTUNITÉS IDENTIFIÉS Les membres du Comité se sont entendus sur une lecture commune des enjeux de l industrie afin de se pencher par la suite sur des solutions possibles. COLLECTE, TRANSPORT ET TRI ENJEUX LIÉS À LA COLLECTE La collecte du polystyrène est source de confusion au Québec : 97 % de la population a accès à un système de collecte sélective, mais seulement six centres de tri acceptent le polystyrène, dont un seul à la fois expansé et non expansé 2. Cela peut expliquer pourquoi le taux de récupération du polystyrène post-consommation est de l ordre de 14,7 % 3. À cela s ajoutent la multiplication des matières et le fait que les matières acceptées dans le bac de récupération diffèrent d une municipalité à l autre. Cela rend la tâche des citoyens et des centres de tri plus difficile. En ce sens, RECYC-QUÉBEC, en partenariat avec le Comité conjoint sur les matières recyclables, a lancé en octobre 2010 une Charte des matières recyclables de la collecte sélective au Québec, pour uniformiser à l échelle du Québec, les matières recyclables communes acceptées dans la collecte sélective. Même si la collecte sélective reste la méthode de récupération la plus étendue au Québec, les points de dépôt volontaire constituent également une avenue possible, notamment avec la construction prochaine de nouveaux écocentres. Dans tous les cas, les industriels plaident en faveur d un souci d équité : ils souhaitent que tous les types de polystyrène soient collectés pour ne pas pénaliser certaines entreprises par rapport à d autres et que la collecte couvre une très large portion de la population pour limiter significativement la pression de l opinion publique. Concrètement, la collecte du polystyrène présente aussi un enjeu de contamination due à la présence d autres matières qui peuvent rendre le recyclage difficile. Enfin, le fait qu il soit léger et volumineux pose également problème : le polystyrène doit notamment être entreposé dans un lieu couvert pour les points de dépôt volontaire et prend beaucoup de place dans le bac de récupération, le camion et le centre de tri. ENJEUX LIÉS AU TRANSPORT Le principal enjeu lié au transport en est un de coût. Les distances sont très grandes au Québec et étant donnée la faible densité de population en dehors de la région de Montréal, la province manque d une masse critique. Par ailleurs, la faible densité du polystyrène expansé est à l origine d importants coûts, principalement au niveau du transport. De plus, le polystyrène expansé étant très fragile, il a un potentiel de se briser plus facilement à chaque manipulation, notamment lors du transport, ce qui complique le tri et le recyclage par la suite. 2 RECYC-QUÉBEC 3 Éco Entreprises Québec & RECYC-QUÉBEC (2009). Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel et des lieux publics au Québec

8 2. Enjeux et opportunités identifiés ENJEUX LIÉS AU TRI Les centres de tri sont interpellés par les enjeux de collecte et de transport et les opportunités de marché possibles. Les coûts liés au tri du polystyrène sont très élevés, de l ordre de $ la tonne, incluant la main d œuvre et l entreposage (la source étant privée, mais non validée), notamment dans le cas d un tri manuel. De plus, les investissements nécessaires à l achat d équipements spécialisés (trieurs optiques, densificateurs, etc.) sont très importants au regard du volume de polystyrène collecté. Les centres de tri n y voient donc pas un intérêt dans la plupart des cas. Au Québec, il y a à ce jour relativement peu de preneurs pour le polystyrène post-consommation, mis à part Gaudreau Environnement qui le trie et le conditionne avant de l envoyer à un transformateur. Dans plusieurs municipalités canadiennes, notamment en Ontario où la collecte sélective n est accessible qu à 53 % de la population, la collecte en dépôt est aussi offerte. Elle est très compétitive sur le plan des coûts et le polystyrène expansé offre un potentiel de revente intéressant. On constate ainsi que les coûts sont présents aux différentes étapes de collecte, transport et tri et possiblement aux autres étapes de la chaîne, à savoir le conditionnement et le recyclage. Toutefois, l ensemble des coûts pour toutes les étapes de la chaîne de mise en valeur de la matière n a pas encore été comptabilisé, que ce soit pour la collecte sélective ou le dépôt volontaire. Une étude Activity base costing a d ailleurs été amorcée pour le compte de Éco Entreprises Québec et de RECYC-QUÉBEC, afin de documenter notamment ces aspects. TECHNOLOGIES ET DÉBOUCHÉS Au cours des premières séances de travail, les membres du Comité ont évoqué un certain nombre de débouchés potentiels. Une liste des marchés est d ores et déjà établie par l Association canadienne de l industrie des plastiques (ACIP) et celle-ci est présentée à l annexe 2. En regard du mandat qui lui est donné, le Comité ne s est pas penché sur les possibilités de réduction à la source et n a pas envisagé l enfouissement comme un débouché possible. OPPORTUNITÉS DE RECYCLAGE En ce qui concerne spécifiquement le polystyrène post-consommation, les membres du Comité ont évoqué plusieurs débouchés : ciment architectural, planches architecturales et structurelles en plastique, portesbobines, plateaux (horticulture et agriculture), isolants, composants pare-feu, emballages alimentaires, cadres et moulures. Plusieurs projets sont également à l étude comme l utilisation du polystyrène post-consommation dans la fabrication d élastomère (bouche-fissures, enduit pour toitures, membranes), de lubrifiants (boîte d engrenage), de silicone (enduit calfeutrant), de colle contact, de peinture, d ignifugeant pour téléviseur ainsi que dans le traitement des eaux, dans l horticulture et dans la culture d algues unicellulaires. Lors des réunions des groupes de travail, certains débouchés ont été présentés plus en détail. Voici un aperçu des débouchés identifiés jusqu à maintenant: 7

9 2. Enjeux et opportunités identifiés Mélange de plastique. Au Québec, l entreprise Gaudreau Environnement collecte via la collecte sélective et un centre de dépôt le polystyrène post-consommation et post-industriel, le tri et le conditionne avant de l envoyer à un recycleur. Plus spécifiquement, le polystyrène post-consommation est trié à l aide d un trieur optique et sert d agent liant dans une recette de mélange de plastiques qui entre dans la composition de planches. Actuellement, il semblerait y avoir un potentiel sur le marché. Réutilisation alimentaire. L entreprise autrichienne Erema a mis sur pied un système de «supernettoyage», Vacurema, permettant de recycler le plastique et de le faire approuver par la Food and Drug Administration. Aux États-Unis, on compte 12 Vacurema et ce système est déjà utilisé pour recycler le polyéthylène téréphtalate (PET) et le polyéthylène haute densité (PEhd), notamment par PepsiCo. Le procédé pourrait être utilisé pour recycler le polystyrène post-consommation. En Amérique du Nord, le projet est à l étude et les autorités n ont a priori pas d objections. La mise en place d un projet pilote pourrait permettre de faire des tests et d avoir une meilleure compréhension des coûts. Cadres et moulures. En Amérique du Nord, on estime que la fabrication de cadres décoratifs et de moulures architecturales à partir du polystyrène expansé recyclé est un marché de 19,3 milliards $ 4. Le polystyrène recyclé doit être propre et densifié; son prix varie entre 190 et 600 $/tonne. Traitement des eaux usées. Le concept existe en France et pourrait représenter un marché très important. Il consiste à faire ruisseler les eaux usées sur des biofilms posés à la surface de supports. Historiquement, ces supports étaient des galets, mais ils ont été par la suite remplacés par des billes de polystyrène expansé. Une vérification technique permettrait de valider si ce procédé pourrait être effectué à partir du polystyrène post-consommation 5. Enfin, les membres du Comité se sont également penchés sur le cas du Japon en ce qui concerne le recyclage du polystyrène post-consommation afin de voir quels enseignements pourraient en être tirés. Le Japon compte 133 centres de recyclage et fait en effet figure d exemple, car le taux de recyclage du polystyrène expansé atteignait 83,5 % en 2008 (53 % recyclés et 30,5 % valorisés énergétiquement) 6. Pour arriver à de tels résultats, le gouvernement a promulgué en 1995 une loi instaurant un pacte basé sur le partage des responsabilités entre les consommateurs (qui participent au tri sélectif), les municipalités (en charge de la collecte, du transport, du compactage et du nettoyage des matières recyclables) et les industriels (qui assurent le financement du recyclage des matières collectées). Le gouvernement assure quant à lui l encadrement légal, apporte un soutien financier aux industriels et favorise/oblige l utilisation de matières recyclées 9. Bien sûr, la forte densité de population du Japon et la proximité du marché chinois sont des atouts majeurs qui favorisent la viabilité économique du système japonais, mais il pourrait être intéressant d explorer dans quelle mesure ce système est transposable au Québec. OPPORTUNITÉ DE VALORISATION ÉNERGÉTIQUE La possibilité de valoriser énergétiquement le polystyrène post-consommation est à l étude. Un projet pilote, qui utilise parmi d autres matières, le polystyrène, existe actuellement dans la région de Sherbrooke : il s agit d un partenariat entre Enerkem et Kruger où la vapeur dégagée lors d une procédure de gazéification, est utilisée dans la fabrication du papier. D autres débouchés seraient également à explorer comme la transformation du polystyrène en éthanol ou sa liquéfaction comme carburant. 4 Canadian Plastics Industry Association (estimations) 5 Les biofiltres au banc d essai, Adriano Joss, Max Maurer et H. Siegrist, Eawag News 60f/Juillet , 9 8

10 3. INITIATIVES STRATÉGIQUES Le Comité Polystyrène regroupant les représentants des deux groupes de travail s est réuni à deux reprises à l automne 2010, avec comme objectif ultime de développer le plan d action à proposer au gouvernement et qui est présenté ici. Le Comité Polystyrène a travaillé sur de nombreuses pistes de solutions pour faire émerger six initiatives stratégiques prioritaires. Ces projets ont pour objectif d apporter des éléments de réponse précis et justes aux points suivants : La faisabilité de récupérer le polystyrène par le biais de la collecte sélective et de la collecte par dépôt volontaire; Les coûts liés à la collecte, au transport, au tri et au recyclage du polystyrène; Les impacts environnementaux et économiques des différentes possibilités (nommément le recyclage vs la valorisation énergétique); Les avantages et inconvénients des débouchés identifiés; Le potentiel (dont le tonnage) et les besoins (dont la préparation et la qualité) des débouchés identifiés; Les possibilités d appuyer le développement de débouchés, par exemple sur le modèle japonais : L élimination des barrières (assouplissement de la législation sur l utilisation du polystyrène recyclé vs vierge au niveau des routes, développement d un modèle économique viable); Le soutien du gouvernement dans certains domaines (ex. programmes d aide encourageant l entrepreneuriat dans les débouchés); Le soutien des industriels (à définir). Bien qu inter reliées, les initiatives stratégiques sont spécifiques et répondent chacune à des objectifs précis. Elles sont donc présentées individuellement. 9

11 INITIATIVE STRATÉGIQUE 1 ÉVALUER LA POSSIBILITÉ D INTÉGRER LE POLYSTYRÈNE DANS LA COLLECTE SÉLECTIVE, PAR UN PROJET PILOTE DANS UN CENTRE DE TRI ENJEUX Volume récupéré insuffisant actuellement Difficulté d identification de la matière par les citoyens Contamination post - consommation Fragmentation de la matière lors de la collecte et du tri Coût du tri OBJECTIFS Identifier le scénario de collecte et de tri permettant d obtenir la meilleure qualité possible de polystyrène recyclé post-consommation, en volume suffisant, et ce, en cherchant la rentabilité économique Évaluer la faisabilité technique et économique d effectuer la collecte et le tri du polystyrène post consommation Avoir un portrait le plus juste possible du gisement de PS pouvant être recueilli par les centres de tri grâce la collecte sélective des matières recyclables Comparer le coût et la performance du tri manuel vs optique Confirmer la faisabilité technique de la compaction du polystyrène non expansé et de la densification du polystyrène expansé provenant de la collecte sélective Évaluer la faisabilité de recycler le polystyrène post-consommation en granules de grade alimentaire Obtenir une meilleure estimation des volumes disponibles Statuer sur la qualité de la matière récupérée Identifier tous les débouchés potentiels et les industriels intéressés à mettre en marché les produits CARACTÉRISTIQUES Centre de tri choisi : Gaudreau Environnement, Victoriaville, qui reçoit déjà les deux types de PS Tests à partir de tri manuel et de tri optique Densification du PS expansé et extrudé au centre de tri Mise en ballots du PS non expansé 5 tm de PS expansé, extrudé et non expansé, recueillies chez Gaudreau Environnement seront acheminées chez Erema. Les essais seront effectués en Italie et en Autriche Prélavage Supercleaning et extrusion Propreté et conformité FDA Extrusion d échantillons de PS en provenance du centre de tri Impact Izod, élongation à la rupture, indice de fluidité, contrainte maximale en traction, module de Young Recherche de débouchés autres que ceux déjà existants Identification du scénario de collecte/tri permettant d obtenir la meilleure quantité et qualité de PS recyclé, le tout de manière rentable économiquement FINANCEMENT (INITIATIVES 1 ET 2 CONJOINTES) Le coût total est estimé à $ (Initiatives 1 et 2) Contribution des entreprises (min. 30 %) : $ Contribution CRPCQ (max. 40 %) : $ Autres sources de financement public (max. 30 %) : $ INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) CTTÉI (coordonnateur) Gaudreau Environnement (tri et conditionnement) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Représentativité des flux collectés Acceptation par l Europe, du matériel collecté souillé pour réaliser les essais Transport des matières fragmentées FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Niveau de précision de la planification Coordination entre les intervenants Prise en compte du contexte d opération pour adapter les résultats à l ensemble des centres de tri Prise en compte de l impact du flux provenant des industries, des commerces et des institutions (ICI) Présence de débouchés pour tous les niveaux de qualité de la matière collectée 10

12 INITIATIVE STRATÉGIQUE 2 ÉVALUER LA POSSIBILITÉ D INTÉGRER LE POLYSTYRÈNE DANS LA COLLECTE PAR DÉPÔT VOLONTAIRE, PAR UN PROJET PILOTE ENJEUX Volume récupéré insuffisant actuellement Difficulté d identification de la matière par les citoyens Contamination postconsommation Fragmentation de la matière lors de la collecte et du tri Coût du tri Méconnaissance de l impact possible d une collecte par point de dépôt OBJECTIFS Identifier le scénario de collecte et de tri permettant d obtenir la meilleure qualité possible de polystyrène recyclé post-consommation, en volume suffisant, et ce, en cherchant la rentabilité économique Évaluer la faisabilité technique et économique d effectuer la collecte et le tri du polystyrène post consommation Obtenir une meilleure estimation des volumes disponibles et avoir un portrait le plus juste possible du gisement de PS expansé, extrudé et non expansé, alimentaire et non alimentaire (résidentiel et commercial) pouvant être recueilli par point de dépôt en écocentre Estimer les coûts associés à ce scénario de collecte et de tri Tester l efficacité d un équipement de densification et statuer sur la pertinence d une unité mobile de densification Statuer sur la qualité de la matière récupérée Identifier tous les débouchés potentiels et les industriels intéressés à mettre en marché les produits CARACTÉRISTIQUES Installation d un conteneur dédié à l écocentre de LaSalle pour la collecte PS expansé, extrudé et non expansé, alimentaire et non alimentaire (résidentiel et commercial) sera ciblé 10 échantillons prélevés et caractérisés Durée de quatre mois Densification chez Cascades Récupération à Lachine, du PS expansé récupéré Mise en ballots du PS non expansé chez Cascades Récupération à Lachine Extrusion d échantillons de PS en provenance du point de dépôt Impact Izod, élongation à la rupture, indice de fluidité, contrainte maximale en traction, module de Young Recherche de débouchés autres que ceux déjà existants Identification du scénario de collecte/tri permettant d obtenir la meilleure quantité et qualité de PS recyclé, le tout de manière rentable économiquement FINANCEMENT (INITIATIVES 1 ET 2 CONJOINTES) Le coût total est estimé à $ (Initiatives 1 et 2) Contribution des entreprises (min. 30 %) : $ Contribution CRPCQ (max. 40 %) : $ Autres sources de financement public (max. 30 %) : $ INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) CTTÉI (coordonnateur) Ville de Montréal (récupération et communication) Cascades Récupération (conditionnement) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Retard possible dans l ouverture du centre LaSalle (avril) Participation des citoyens Représentativité des flux collectés FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Niveau de précision de la planification Coordination entre les intervenants Communication aux citoyens Prise en compte de l impact du flux provenant des industries, des commerces et des institutions Démarrage du projet en mars au plus tard 11

13 INITIATIVE STRATÉGIQUE 3 ANALYSER LES TECHNIQUES DE DENSIFICATION ET LEUR IMPACT SUR LA MATIÈRE ET SUR LE TRANSPORT ENJEUX Faible densité et fragilité de la matière Coûts élevés de transport de la matière OBJECTIFS Outiller les entreprises pour qu elles soient en mesure de choisir la technique de densification la plus adaptée à leur situation et au type de matière collectée Diffuser les bonnes pratiques et les cas à succès basés sur des expériences concrètes CARACTÉRISTIQUES S appuyer sur le rapport de l ACIP portant sur ce sujet Élaborer un répertoire de tous les équipements et systèmes de densification du PS à partir d une analyse critique de comparaison sur la base de critères de performance : Coût d exploitation Capacité Enjeux de santé et de sécurité Qualité de la matière pour le traitement Etc. FINANCEMENT Environ $ MDEIE (partenaire envisagé pour le financement relié à l initiative technologique) INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) ACIP (recueillir et transmettre l information) RECYC-QUÉBEC, ÉEQ, FEPAC (communication auprès des intervenants cibles) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Financement du projet Diffusion de l information auprès des acteurs ciblés : secteur commercial Impact de la contamination de la matière sur la densification Volume permettant de justifier les investissements FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Partage de l information entre les parties prenantes 12

14 INITIATIVE STRATÉGIQUE 4 METTRE EN PLACE UNE VEILLE STRATÉGIQUE POUR LE POLYSTYRÈNE ET FAVORISER LE PARTAGE D INFORMATIONS ENJEUX Absence d information fiable sur les coûts globaux (collecte, transport, tri, etc.) Meilleure compréhension nécessaire des impacts environnementaux, sociaux et économiques des solutions disponibles Déterminer le potentiel du marché et les besoins OBJECTIFS Recenser les développements technologiques liés à la récupération et au recyclage du polystyrène Recueillir toute l information pertinente à travers diverses juridictions comparables à la situation du Québec (au Canada et hors Canada) et évaluer les stratégies mises en place par ces juridictions Recenser toutes les initiatives (privées ou publiques) dans le domaine au Québec CARACTÉRISTIQUES Mettre en place une veille stratégique en ciblant notamment les informations suivantes : Recherche et développement dans le domaine scientifique Lois et règlements en vigueur et à venir Recherches et développements dans le domaine industriel Évolution des tendances des consommateurs Mettre en place une plate-forme de communication pour collecter et diffuser l information (archives, etc.) FINANCEMENT Le budget a été évalué à $ par année, variable selon l envergure des recherches et les caractéristiques de la plate-forme d échange retenue Les fonds requis pourront varier selon l information disponible sur les technologies existantes et émergentes : À titre d exemple, l ACIP a déjà accepté de mettre à disposition du Comité toute l information qu elle possède sur les démonstrations des technologies existantes réalisées à travers le Canada, et les technologies émergentes identifiées par ses partenaires, et ce, à titre gracieux. INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) Comité conjoint sur les matières recyclables (Recommandation et suivi) RECYC-QUÉBEC et ÉEQ (Réalisation de la veille) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Rigueur du traitement de l information recueillie Impartialité des sources d information Accessibilité de l information pertinente Confidentialité de l information industrielle FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Mise en place d une structure permanente pour coordonner, spécifier les besoins et communiquer; Présence de ressources dédiées pour collecter, analyser, vulgariser et diffuser l information pertinente; Prise en compte suffisante de la problématique du polystyrène dans la veille technologique proposée par le Comité conjoint sur les matières recyclables. 13

15 INITIATIVE STRATÉGIQUE 5 ANALYSER LA FAISABILITÉ À GRANDE ÉCHELLE DES PISTES DE SOLUTION ISSUES DES PROJETS PILOTES OU DÉTERMINER DE NOUVELLES OPTIONS ENJEUX Coût de tri élevé Volume insuffisant pour les centres de tri Fragmentation de la matière lors de la collecte et du tri OBJECTIFS Évaluer les techniques de tri, de conditionnement et de recyclage qui permettent de minimiser le coût de traitement sans atténuer la qualité de traitement de la matière à l échelle provinciale Sensibiliser et informer les parties prenantes sur les techniques et processus les plus efficients Avoir une meilleure compréhension des impacts économiques des différentes possibilités (recyclage vs valorisation énergétique) Arriver à des modèles d affaires pour différents scénarios de collecte, de tri et de conditionnement pour que les solutions s adaptent aux différents environnements CARACTÉRISTIQUES Identifier les experts Recueillir l information pertinente incluant ce qui se fait ailleurs dans le monde Analyser et mettre en contexte l information recueillie Élaborer les recommandations découlant de l analyse Diffuser l information auprès des acteurs clés FINANCEMENT De à $ selon les résultats issus des projets pilotes (initiatives 1 et 2) INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) RECYC-QUÉBEC, ÉEQ, associations industrielles, entreprises, municipalités Cascades Récupération (information, expertise) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Données sensibles et difficiles à obtenir Le contexte peut varier significativement d une ville à une autre, d un centre de tri à un autre et peut rendre complexe la généralisation des résultats FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Représentativité des projets pilotes Réussite des projets pilotes Identification et mise en valeur des débouchés locaux pour maximiser la viabilité économique des scénarios choisis des projets pilotes 14

16 INITIATIVE STRATÉGIQUE 6 STIMULER L UTILISATION DE POLYSTYRÈNE RECYCLÉ AU QUÉBEC ENJEUX Peu de preneurs au Québec Débouchés inconnus pour du PS contaminé Opportunités de financement insuffisantes OBJECTIFS Mettre en place des mécanismes économiques et réglementaires qui favoriseront l émergence de nouveaux produits, entreprises, techniques Développer des programmes de soutien en recherche et développement et en entrepreneuriat reliés aux opportunités identifiées Déterminer le potentiel (dont la quantité de matière requise) et les besoins (dont la préparation et la qualité) pour les débouchés identifiés CARACTÉRISTIQUES Définir le cadre de l étude de débouchés Identification de toutes les opportunités pour la mise en place de débouchés selon deux axes de développement En améliorant la qualité du polystyrène recyclé En identifiant des débouchés pour du PS avec un taux de contamination élevé Analyser les avantages et les inconvénients des débouchés identifiés Mettre en place un groupe de recherche en ayant identifié au préalable l expertise adéquate et nécessaire à la réalisation de cette étude Connaissance du secteur Capacité à évaluer un plan d affaires Objectivité des chercheurs, etc. Développer les caractéristiques du programme d aide et identifier les sources de financement Identifier les caractéristiques des projets ciblés Élaborer la liste de critères de sélection Établir un processus fiable et rigoureux de sélection des dossiers Convenir du processus de distribution des fonds de soutien et de recherche FINANCEMENT Incitatif gouvernemental (environnement, technologique, développement économique, etc.) : MDEIE, RECYC-QUÉBEC Incitatif financier ÉEQ Incitatif fiscal INTERVENANTS (RÔLES ET RESPONSABILITÉS) Industrie (soutien industriel), gouvernements (soutien économique et réglementaire) DIFFICULTÉS POTENTIELLES Pérennité des incitatifs Suivi et mesure de l impact des fonds distribués FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS Supporter les analyses par les résultats issus des projets pilotes (analyses économiques, volume, etc.) Transposer les projets de recherche en modèles d affaires concrets 15

17 CONCLUSION Le Comité Polystyrène a déjà entrepris des actions concrètes pour amorcer les initiatives stratégiques 1 et 2, soit la mise en œuvre de deux projets pilotes ayant pour objectif général d évaluer la faisabilité technique et économique d effectuer la collecte et le tri du polystyrène dans un centre de tri et dans un point de dépôt volontaire. Ces deux projets permettront d obtenir rapidement des informations précises, justes et fiables sur les modes de récupération du polystyrène, les coûts reliés et ainsi que les impacts économiques et environnementaux. Ces résultats alimenteront en partie les initiatives stratégiques complémentaires, notamment l étude de faisabilité à grande échelle des pistes de solution issues de ces deux projets pilotes (initiative 5). Cette étude est nécessaire pour que l industrie puisse s organiser dans les prochains mois avec des processus efficaces et performants et un discours clair auprès du citoyen. Autrement, de nouvelles pistes de solution devront être explorées. L analyse des techniques de densification et leur impact sur la matière et sur le transport (initiative 3), ainsi que la mise en place d une veille stratégique pour le polystyrène par un partage de l information pertinente (initiative 4) se nourriront des résultats des projets pilotes, mais nécessiteront des recherches et analyses plus vastes et plus précises sur certains thèmes. L initiative 6 a pour objectif de stimuler l utilisation de polystyrène recyclé au Québec afin d élargir les débouchés et augmenter la demande. Cette initiative pourra être réalisée parallèlement aux précédentes. Enfin, il est important de souligner que suite aux diverses rencontres, les membres ont exprimé une volonté réelle et persistante de poursuivre leur implication au sein du Comité afin d assurer notamment un suivi sur l avancement des initiatives stratégiques et de leur mise en œuvre. Le Comité souhaite miser sur la synergie créée à partir du regroupement de l ensemble des parties prenantes de la filière. 16

18 ANNEXE 1 LISTE DES PARTICIPANTS À LA RENCONTRE D INFORMATION DE NOVEMBRE 2009 ENTITÉ REPRÉSENTANTS Ameublement Tanguay Americas Styrenics (Dow Chemical) Association canadienne dépanneurs alimentaires (ACDA-AQDA) Association des détaillants en alimentation (A.D.A.) Association des restaurateurs du Québec (ARQ) Carquest Canada Cascades CIRAIG Conseil Patronal Environnement du Québec (CPEQ) Conseil de la transformation alimentaire consommation (CTAC) Association canadienne de l industrie des plastiques (ACIP) & RV Anderson Associates Danone Dart Cup Duval Technologies Dyne-a-Pak Éco Entreprises Québec Emballage Carrousel IKEA Isolofoam Lassonde Liberté Loblaws Companies Limited Louis-Philippe Auger Louis-Philippe Leclerc Lorraine Fortier Marie-Josée Leroux Pierre-Alexandre Blouin Dominique Tremblay Magella Boutin Raymond Savard Michel Iliesco Catherine Reid Hélène Lauzon Jacques Légaré Pierre G. Dubois Trish Johnson Didier Rancourt Ray Ehrlich Robert Lajoie Michel Duval Mario Grenier Maryse Vermette Marina Pietrosel Serge Mérineau Chloé Barnabé Daniel Matte Sylvain Mayrand Maria Martinez Marie-Hélène Michaud 17

19 ENTITÉ REPRÉSENTANTS L Oréal Canada RECYC-QUÉBEC Sobeys Québec inc. TDL Group Corp Tim Hortons Uniko Extrusion Unisource Canada Wal-Mart Canada Corp Nadia Gharzouzi Hélène Gervais Geneviève Paradis Carol Patterson Shawn Goose Lucas St-Jacques Val D Amours Alex Roberton 18

20 ANNEXE EXEMPLES D ENTREPRISES RECYCLANT LE POLYSTYRÈNE EN AMÉRIQUE DU NORD NAME LOCATION STRUCTURAL FOAM PRODUCERS Foam Nepco Chino, CA Polyfram Moulding Port Hope, ON Uniko Extrusions St. Eustache, QC Timbron Stockton, CA Intco Framing Shanghai, China Michigan Foam Products Grand Rapids, MI TRC Foam West Palm Beach, FL RAPAC Oakland, TN Royal Group GA Tristate Foam Products Marinsville, VA Rigid Blackmore Company Belleville, MI East Jordan Plastics East Jordan, MI Dillen Products Middlefield, OH Landmark Plastics Corp. Akron, OH Summit Plastics Akron, OH PELLETIZER Foam Merlin Plastics Delta, BC BROKERS Foam Antek Madison Plastic Scarborough, ON Group Nam Polymers Toronto, ON Recyclable materials Ancaster, ON Marketing (ReMM) Kal Trading Mississauga, On Rigid Antek Madison Plastic Group Scarborough, ON Nam Polymers Toronto, ON Kal Trading Mississauga On OTHERS Foam Elite Aggregate Centennial, CO Recycle Tech Elmwood Park, NJ W.R. Grace Ajax, ON Rigid RecycRPM Inc St Damien, QC MATERIAL TAKEN Clean densified cushion, some food service allowed (would need samples) Clean densified cushion and food service Clean densified cushion and food service Clean, white, densified cushion (food service needs to be confirmed) Clean densified Clean white loose cushion (drop off) Post industrial only Operates plug tray return program Rigid PS, Rigid PP, HDPE Clean densified cushion and food service. Colour no problem Densified cushion and food service Clean densified cushion and food service. Colour no problem Densified (need sample) Clean densified cushion and food service. Colour no problem (lower price) Densified Densified Clean, dry, cushion. Loose only REMARKS Use 3,000 t/yr and want 6,000 t/yr Sell densifiers : 2 in Canada (Winnipeg & Surrey) Conservative estimate: 6 t/day, 2,000 t/yr Require a sample. 600 t/yr Very large consumer Solicit purchase of material in N.A. Take large quantities (12,000 t/yr) Architectural columns, cornices Largest end user in the US (very large recycler) Architectural molding producers Architectural products Possibly a broker as well Used to ship material to CPRA No problem for 500 t Light agregregates producer 4 densifiers in Canada : 3 at Brick Warehouses and 1 in Gibbons, BC In WDO: demand of 60,000 to 120,000 t/yr world wide Have a 2 t/day plant in Lakeland, FL Sell densifiers Can use large quantities 10 Canadian Plastics Industry Association 19

Mélanie Kfoury, Associée KPMG-SECOR. Faire évoluer la collecte sélective

Mélanie Kfoury, Associée KPMG-SECOR. Faire évoluer la collecte sélective Mélanie Kfoury, Associée KPMG-SECOR Faire évoluer la collecte sélective 5 décembre 2014 Le meilleur moyen de prédire l avenir, c est de le créer. Peter Drucker La collecte sélective au Québec : une industrie

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Françoise Forcier, ing., agr., M.Ing. fforcier@solinov.com 450.348.5693 Rencontre AOMGMR 7 décembre 2007 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

Alliance de l industrie touristique du Québec

Alliance de l industrie touristique du Québec Alliance de l industrie touristique du Québec Un marketing agile et coordonné, des ressources financières regroupées Une industrie rassemblée, concertée et représentée Assises du Tourisme 2015 Le projet

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE»

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» MÉMOIRE SUR LE PROJET DE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA VILLE DE GATINEAU PRÉSENTÉ À LA COMMISSION CONSULTATIVE PAR GAZIFÈRE LE 20 MAI 2008 INTRODUCTION Au Québec,

Plus en détail

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020 des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut UNE DÉMARCHE DE CONCERTATION POUR RÉDUIRE L ENFOUISSEMENT

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

MISE EN CONTEXTE: CHARTE DES MATIÈRES RECYCLABLES DE LA COLLECTE SÉLECTIVE

MISE EN CONTEXTE: CHARTE DES MATIÈRES RECYCLABLES DE LA COLLECTE SÉLECTIVE 1 MISE EN CONTEXTE: CHARTE DES MATIÈRES RECYCLABLES DE LA COLLECTE SÉLECTIVE Qu est ce que c est? cest? La Charte des matières recyclables indique les matières que les citoyens peuvent déposer dans leur

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int.

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. planification et examen Plan de la présentation Introduction Contexte

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

État des lieux sur les gisements et les marchés

État des lieux sur les gisements et les marchés État des lieux sur les gisements et les marchés Cible de 60% de recyclage à atteindre Gisements de matières organiques Produits à recycler et les marchés potentiels Expérience hors Québec Défis propres

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait...

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait... OUTILS DE RÉALISATION D UN PORTRAIT DE MILIEU IEU DANS LE CADRE DE L L OPÉRATION QUARTIER Août 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Mise en contexte...4 Fédéral...5 National (Québec)...5 Régional...6

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition?

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? 2 Saviez-vous que notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? L avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. Au printemps 2015, le Ministère du Développement

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion?

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? Mercredi 27 mars 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur,

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Comité régional en transport collectif de la Mauricie

Comité régional en transport collectif de la Mauricie Comité régional en transport collectif de la Mauricie La première génération En février 2002, le comité de coordination du Consortium en développement social de la Mauricie a tenu une rencontre régionale

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville Étude de cas #1 Le CLIC de Atelier sur l impact collectif Mai 2014 Les conditions préalables à l impact collectif Un sentiment d'urgence En 1990, un colloque intitulé "Deux mondes, deux réalités" est organisé

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel

injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel Financé par Le groupe de travail sur l injection de biométhane dans les réseaux de gaz naturel www.injectionbiomethane.fr réuni sous l égide de L

Plus en détail

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Mémoire présenté par le Consortium pour le développement durable de la forêt gaspésienne lors de la consultation publique tenue le

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Présentation PROJET METAL. Synthèse du projet à destination des collectivités locales

Présentation PROJET METAL. Synthèse du projet à destination des collectivités locales Présentation PROJET METAL Synthèse du projet à destination des collectivités locales SOMMAIRE 1. Mieux recycler l aluminium, une nécessité 2. Pourquoi le projet métal? - Des taux de recyclage de l aluminium

Plus en détail

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes «Devenez efficaces en développement de produits» Une formule qui a fait ses preuves Pour faciliter l intégration des pratiques et favoriser le transfert des connaissances auprès des collègues, ce programme

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

La COOP carbone. (en formation) Une initiative de l AQME

La COOP carbone. (en formation) Une initiative de l AQME La COOP carbone (en formation) Une initiative de l AQME 1 Introduction Le nouveau cadre règlementaire va favoriser les projets de réduction de GES au Québec; Malgré l absence d un cadre structuré, le marché

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Ces objectifs visent la récupération de :

Ces objectifs visent la récupération de : Projet de plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Les enjeux sont importants. La Ville de Gatineau doit revoir son plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour les années 2016 à 2020

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

PROJET OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE PRÉSENCES, QUORUM, ADOPTION DE L ORDRE DU JOUR ET MOT DU PRÉSIDENT

PROJET OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE PRÉSENCES, QUORUM, ADOPTION DE L ORDRE DU JOUR ET MOT DU PRÉSIDENT PROJET PROCÈS-VERBAL DE L DE ÉCO ENTREPRISES QUÉBEC TENUE AU SALON DRUMMOND DE L HOTEL CENTRE SHERATON, SITUÉ AU 1201 BOUL. RENÉ-LÉVESQUE OUEST, MONTRÉAL, LE JEUDI 24 AVRIL 2014, À 9 HEURES. OUVERTURE

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE SUR LE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR)

MÉMOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE SUR LE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) MÉMOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE SUR LE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) MÉMOIRE DÉPOSÉ À LA CONSULTATION DE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL 1 MÉMOIRE DE LA VILLE

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions

Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions d o s s i e r d e p r e s s e 1 / 2 Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions Verre Avenir Verre Avenir l organisme en charge de la promotion du verre d emballage «En 2010, les ventes de bouteilles se

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

De déchets à biocarburants et produits chimiques verts

De déchets à biocarburants et produits chimiques verts Révolutionne la gestion des déchets et le secteur des carburants de transport, dans les communautés et à travers le monde De déchets à biocarburants et produits chimiques verts octobre 2011 Confidentiel

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Des carburants à partir de déchets ultimes

Des carburants à partir de déchets ultimes Des carburants à partir de déchets ultimes Association québécoise pour la maîtrise de l énergie Marie-Hélène Lamarre, directrice, Développement des affaires 28 mars 2012 Enerkem 2012. Tous droits réservés

Plus en détail

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence Pour une population plus active Le milieu municipal peut faire la différence Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Les événements éco-responsables l expérience de Desjardins

Les événements éco-responsables l expérience de Desjardins Les événements éco-responsables l expérience de Desjardins Déjeuner-causerie sur les évènements éco-responsable/compensation carbone Mercredi 12 septembre 2007 Natacha Liébart Éco-conseillère diplomée

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Maison recyclée des Artisans du rebut global, Mont Arthabaska

Maison recyclée des Artisans du rebut global, Mont Arthabaska Une expérience réussie de valorisation des matières résiduelles Carline Ghazal, coordonnatrice du développement durable Service de l environnement, Ville de Victoriaville Webinaire 7 avril 2010 Maison

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats porté par la communauté de communes du pays de Saint- Flour, le 6 juin

Plus en détail

Mémoire de l ARPE-Québec

Mémoire de l ARPE-Québec Mémoire de l ARPE-Québec Présenté à la dans le cadre du Projet de plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2015 2020 Septembre 2015 I Table des matières 1. Introduction... 1 2. À propos

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du

Plus en détail