Interactions entre Individus. Professeur Patrice FRANCOUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interactions entre Individus. Professeur Patrice FRANCOUR"

Transcription

1 Interactions entre Individus et entre Espèces Professeur Patrice FRANCOUR f

2 Les relations entre individus et entre espèces Ces relations peuvent avoir lieu au sein de la même espèce (entre individus différents) ou entre individus appartenant à des espèces différentes. Relations intraspécifiques Relation interspécifiques

3 Relations Intraspécifiques Interactions intraspécifiques peuvent être caractérisées comme : négatives, défense du territoire, lutte pour la nourriture = compétition intraspécifique avec sélection des individus les plus adaptés. ou positives, associations de 2 partenaires pour la reproduction (utilisation de phéromones chez les Arthropodes, danse nuptiale, compétition des mâles), - associations de plus de 2 individus, sociétés puis colonies société éé: groupe d organismes d une même espèce animale associés entre eux par des liens obligatoires grâce à une organisation hiérarchique prédéterminée à travers un système complexe de castes fonctionnellement et souvent morphologiquement distinctes.

4 Ce qui est important : Reconnaître l existence d un gradient; les «termes» Ce qui est important : Reconnaître l existence d un gradient; les «termes» intermédiaires utilisés sont des simples «repères».

5 Relations Intraspécifiques Interactions intraspécifiques peuvent être caractérisées comme : négatives, défense du territoire, lutte pour la nourriture = compétition intraspécifique avec sélection des individus les plus adaptés. ou positives, associations de 2 partenaires pour la reproduction (utilisation de phéromones chez les Arthropodes, danse nuptiale, compétition des mâles), - associations de plus de 2 individus, sociétés puis colonies société éé: groupe d organismes d une même espèce animale associés entre eux par des liens obligatoires grâce à une organisation hiérarchique prédéterminée à travers un système complexe de castes fonctionnellement et souvent morphologiquement distinctes. colonie : terme général désignant un groupe d animaux sociaux, souvent issus d une même femelle fondatrice et constituant une même unité fonctionnelle. exemple : colonies d hydraires ou d Anthozoaires (mais quelle est la limite avec l individu?)

6 Physalia sp., la physalie ou vaisseau de guerre portugais (man of war). Cnidaire planctonique; Hydrozoaire; Siphonophore hysal2.gif et mages/400/j032.jpg

7 Le pneumatophore (pn) ou flotteur est une méduse rudimentaire qui n a pas de manubrium. A l emplacement du manubrium absent, des cellules spécialisées sécrètent un gaz qui remplit la sous-ombrelle (essentiellement azote, oxygène et argon) Cormidie :àpartirdustolon (st), par bourgeonnement, se forment des groupes d organes, les cormidies, faites de polypes polymorphes. Une cormidie se compose typiquement : d un polype protecteur (aps = apidozoïde ou bouclier), d un polype excréteur (cys = cystozoïde), d un polype absorbant et digestif (ga = gastérozoïde) et de polypes reproducteurs (go = gonozoïde) (Grassé, 1970; P. 160)

8 Une limite encore plus floue entre individu et colonie : une amibe du sol, Dictyostelium discoideum (Rhizopode; Protozoaires) Quand les conditions du milieu deviennent limitantes (a), les amibes synthétisent de l AMP cyclique; cette substance est un signal d agrégation pour les autres amibes présentes (b). Elles se rassemblent en un pseudo- plasmodium (forme de limace) qui part en rampant à la recherche de bactéries (d). Si rien n est trouvé, il se différencie en un sporangiophore (e,f) et sporangium (g) avec des amibes qui ne s expriment pas au niveau de la hampe (ou pied); les autres forment des spores au niveau de la «tête». Les spores sont libérées é au vent et forment de nouvelles amibes. rice edu/~evolve/lifecyclefig htm

9 Relations Interspécifiques Interactions interspécifiques peuvent être caractérisées comme : négatives, c est à dire qu il existe des conflits ou positives. Interactions positives Commensalisme, Inquilinisme, Phorésie, Mutualisme, Symbiose Attention : La terminologie employée varie souvent entre les ouvrages et/ou entre les auteurs de langue anglo-saxone et française. Ce qu il faut retenir c est cest l existence d une dune graduation entre les différents niveaux. L attribution d une interaction positive à l un ou à l autre niveau est parfois délicate ou impossible.

10 Commensalisme : exploitation non parasitaire d une espèce vivante par une autre espèce. - colonies d insectes sociaux : de nombreuses espèces commensales vivent souvent des résidus de la nourriture de ces derniers (nids de guêpes avec des larves de diverses espèces de Diptères Syrphides se nourrissant en saprophage des détritus) - certaines espèces de crabes vivant à la base de la couronne de tentacules des anémones de mer : Inachus et Anemonia. - associations requins et poissons pilotes Inquilinisme : type de commensalisme pour lequel une espèce ne demande à son hôte qu un abri sans prélever à ses dépends aucun aliment - crustacés et salpes

11 Phronime, Crustacé Amphipode, vivant dans une salpe (Tunicier) Photo Claude Carré; Villefranche-sur-mer

12 Commensalisme : exploitation non parasitaire d une espèce vivante par une autre espèce. - colonies d insectes sociaux : de nombreuses espèces commensales vivent souvent des résidus de la nourriture de ces derniers (nids de guêpes avec des larves de diverses espèces de Diptères Syrphides se nourrissant en saprophage des détritus) - certaines espèces de crabes vivant à la base de la couronne de tentacules des anémones de mer : Inachus et Anemonia. - associations requins et poissons pilotes Inquilinisme : type de commensalisme pour lequel une espèce ne demande à son hôte qu un abri sans prélever à ses dépends aucun aliment - crustacés et salpes Attention les espèces épiphytes ou épizoïtes (=épizoaires) sont un cas particulier de commensalisme ou d'inquilinisme (épibiontes = épiphytes ou épizoaires).

13 Phorésie : phénomène par lequel un invertébré peut se faire transporter par une espèce dépourvue de toute affinité systématique avec son passager. La phorésie est très répandue chez les Acariens mais existe aussi chez les Insectes, les Nématodes et les Pseudoscorpions. Selon son côté obligatoire ou non, la phorésie relève du mutualisme ou de la symbiose. Le phorétique recherche activement son hôte et se fixe sur ses téguments pour se faire transporter d'un lieu à un autre pour assurer sa dissémination. Pendant son voyage, le phorétique entre en quiescence. L activité et la reproduction ne reprendront que lorsqu'il aura atteint un site convenable. La phorésie est donc un processus actif qui s'oppose à la zoochorie (transport de végétaux par les animaux) et à l'anémochorie (transport par le vent de graines et semences) qui sont des modes passifs de transport, tributaires du hasard.

14 Zoochorie : un cas particulier de relations animaux-végétaux é Pris dans son sens le plus large, la zoochorie peut intéresser des Bactéries et des Champignons. - Nématodes contribuant à la dispersion de bactéries en les transportant généralement collées sur leur corps (transport passif, les bactéries ne recherchent pas un nématode hôte pour être transportées). - Insectes transportant souvent de nombreux champignons pathogènes et pouvant servir de vecteur de prolifération. - Vertébrés : (i) consommation de fruits et rejet des pépins avec les excréments (ex : la grive et le gui), (ii) collecte de fruits secs perdus en cours de transport ou oubliés dans des cachettes (ex : écureuils et nombreuses graines), (iii) transports involontaires de semences qui adhèrent aux pattes, au pelage ou aux plumes (on parle d'épizoochorie).

15 Mutualisme : phénomène d'association bénéfique mais non obligatoire entre deux espèces vivantes. Symbiose : forme la plus évoluée des associations entre espèces, la symbiose constitue un phénomène d'association obligatoire pour les organismes qui la pratique et se traduit par un bénéfice réciproque. Les exemples de relations ci-dessous relèvent soit de la symbiose, soit du mutualisme entre algues et champignons : les lichens sont des cryptogames qui constituent - entre algues et champignons : les lichens sont des cryptogames qui constituent un autre exemple de «symbiose» d'importance écologique considérable.

16 Les Mycètes des Lichens ne se trouvent jamais isolés. Par contre, certaines Algues des Lichens se rencontrent à l état libre. Cette association tiendrait donc plus d un mutualisme que d une vraie symbiose. (Cliché PF) Faces supérieures et inférieures = couches protectrices composées d hyphes bien serrées Partie centrale = hyphes lâchement entrelacées Les algues sont sous la partie supérieure, retenues dans un filet d hyphes

17 Mutualisme : phénomène d'association bénéfique mais non obligatoire entre deux espèces vivantes. Symbiose : forme la plus évoluée des associations entre espèces, la symbiose constitue un phénomène d'association obligatoire pour les organismes qui la pratique et se traduit par un bénéfice réciproque. Les exemples de relations ci-dessous relèvent soit de la symbiose, soit du mutualisme - entre algues et champignons : les lichens sont des cryptogames qui constituent un autre exemple de «symbiose» d'importance écologique considérable. - entre une algue et un animal : c'est le cas des zooxanthelles symbiotiques de madréporaires (ex - Dinoflagellés Gymnodinium microadriaticum). Apport aux polypes de diverses substances produites par photosynthèse (glucides, acides aminés). entre un champignon et un animal : chez les termites et les fourmis existent - entre un champignon et un animal : chez les termites et les fourmis existent des espèces champignonnistes.

18 - entre micro-organismes et végétaux : un des cas les plus connu est celui des bactéries fixatrices de l'azote du genre Rhizobium qui sont associées aux Légumineuses vivant dans des nodosités se formant sur les racines de ces plantes. - entre champignons et végétaux : ce type d'association intervient probablement dans plus de 20 à 30 % des espèces herbacées. Mais des relations à trois sont probablement fréquentes! Orchidées et champignons : habituellement les orchidées sont associées à des champignons Rhizoctonias. Organe mixte formé, la mycorhize, apporte eau et minéraux prélevés par le champignon Neottieae : orchidées dépourvues de chlorophylle; mycorhizes formées avec les champignons des arbres voisins. Arbres piègent le carbone par photosynthèse, le transmettent aux champignons symbiotiques, qui le transmettent en partie aux Neottieae. Le mode de transfert du carbone entre champignon et Orchidée est inconnu

19 - entre végétaux et animaux : - de très nombreuses espèces d insectes vivent en symbiose avec une plante supérieure dont ils assurent la pollinisation (entomogamie). Exemple : les Hyménoptères et les Orchidées On parle de fleurs entomophiles dans ce cas, mais il existe aussi des fleurs malacophiles : pollinisation on par des limaces ou d autres mollusques Exemple : une petite Saxifragacée d Europe, la Dorine, Chrysosplenium alternifolium, li avec les escargots. Il y a aussi des fleurs ornithophiles : pollinisation par des oiseaux Exemple : les colibris et de nombreuses fleurs, dont le fameux Strelitzia reginae Enfin, il y a des fleurs cheiroptérophiles phil : pollinisation is par les chauves-souris Exemple : les fleurs du baobab, Adansonia digitata fécondées par chauvessouris

20 - entre végétaux et animaux (suite) : Cette facilitation de la reproduction peut impliquer 3 partenaires! Le papillon (Maculinea alcon; Azuré de la pulmonaire) pond ses œufs sur la gentiane pulmonaire (Gentiana pneumonanthe); les larves gagnent ensuite l ovaire de la plante où ils se développent (nutrition aux dépends de l ovaire). Source des images : Wikipedia

21 - entre végétaux et animaux (suite) : Cette facilitation de la reproduction peut impliquer 3 partenaires! Après2ou3mues,leslarvesdupapillontombentsurle sol et sont alors pris en charge par des fourmis Myrmica ruginodis. Cette «adoption» est rendue possible par la faculté qu ont les chenilles à exhaler l odeur spécifique des fourmis! Elles les transportent dans leur fourmilière et les élèvent comme leurs propres larves. Au printemps suivant, elles accomplissent leur dernière mue (imaginale) et quittent en vitesse la fourmilière (plus d odeur protectrice!). Des associations similaires existent entre d autres espèces des mêmes genres (M. sabuleti; M. arion; Origanum vulgare - origan). Sources des images : Quel est donc ce papillon?, p. 150 (larve); (fourmi)

22 - entre oiseaux et mammifères : - Ces associations sont nombreuses, surtout dans les régions tropicales d Afrique et d Asie; la plupart à bénéfices mutuels. Certaines sont obligatoires pour l oiseau Exemple : cas des piques-bœufs Étourneaux étroitement adaptés à une niche écologique unique : la surface de la peau des grands mammifères herbivores africains. Adaptations anatomiques : plumes raides et pointues, surtout sur la queue (points d appui sur l herbivore); ongles courts, aigus et recourbés (accrochage dans toutes les positions); bec acéré é (extraction ti des parasites du pelage). Lien à bénéfice mutuel : abri et nourriture pour l oiseau; suppression des parasites pour l herbivore larves de tiques et plus de 100 adultes gorgés g de sang enlevés par jour et par oiseau! Généralement 4 à 5 oiseaux par grand mammifère

23 Relations Interspécifiques Interactions interspécifiques peuvent être caractérisées comme : négatives, c est à dire qu il existe des conflits ou positives. Interactions positives Commensalisme, Inquilinisme, Phorésie, Mutualisme, Symbiose Attention : La terminologie employée varie souvent entre les ouvrages et/ou entre les auteurs de langue anglo-saxone et française. Ce qu il faut retenir c est cest l existence d une dune graduation entre les différents niveaux. L attribution d une interaction positive à l un ou à l autre niveau est parfois délicate ou impossible.

24 Relations Interspécifiques Existence de conflits : Interactions négatives Conflits pour l espace (Clichés PF)

25 Relations Interspécifiques Existence de conflits : Interactions négatives Conflits pour l espace Conflits pour la nourriture = Compétition pour l accès à une ressource exploitée de façon simultanée Ce sont les relations proies-prédateurs dans le sens le plus large. Trois niveaux : Prédation sur espèces vivantes Régimes saprophage (animal se nourrissant sur du matériel mort) et saprophyte (végétal qui tire des nutriments de sols riches en matières organiques). Parasitisme

26 Les relations interspécifiques sont l une des clés de régulation des peuplements ou populations habitat nourriture prédation Une espèce, quelle soit un prédateur en bout de chaîne alimentaire ou non, sera toujours limitée par la quantité d habitat disponible, la quantité de nourriture à laquelle elle peut accéder et l existence de prédateurs! exemple du mérou protégé par moratoire depuis 1993 : certains craignent qu il exemple du mérou protégé par moratoire depuis 1993 : certains craignent qu il ne devienne «envahissant» et plaident pour une régulation des effectifs

27 Saturation des sites pour les adultes Des sites peu profonds sont encore disponibles pour les jeunes (Harmelin J.G. et al., Long term changes in the dusky grouper (Epinephelus marginatus) population from a NW Mediterranean marine protected area, the national park of Port-Cros (France). In: Second International Symposium on the Mediterranean Groupers. Francour P., Gratiot J (Eds). Nice University publ., May 10-13th 2007, Nice: )

28 RELATIONS PROIES-PRÉDATEURS E On désignera ici sous le terme de prédateurs, toute espèce qui se nourrit aux dépens d une autre. Les phytophages et les parasites sont des cas particuliers de prédateurs. Un prédateur peut se définir en fonction du nombre de proies consommer : m n ph i : un s ul p i (b uc up d ins ct s p sit s; l p nd - monophagie : une seule proie (beaucoup dinsectes parasites; le panda géant et les feuilles de bambous; le koala et les feuilles d eucalyptus; certaines limaces marines Opisthobranches Elysiidae)

29 (Clichés LEML) Gastéropode Nudibranche, Elysia subornata, prédateur monophage spécialisé é de Caulerpa taxifolia

30 RELATIONS PROIES-PRÉDATEURS E On désignera ici sous le terme de prédateurs, toute espèce qui se nourrit aux dépens d une autre. Les phytophages et les parasites sont des cas particuliers de prédateurs. Un prédateur peut se définir en fonction du nombre de proies consommer : - monophagie : une seule proie (beaucoup up d ins dinsectes s parasites; s; le panda géant et les feuilles de bambous; le koala et les feuilles d eucalyptus; certaines limaces marines Opisthobranches Elysiidae) - oligophagie : vie aux dépens de quelques espèces proches (doryphore) - polyphagie : nombreuses espèces de proies ingérées

31 Le régime alimentaire peut changer avec l âge ou le stade de développement. Exemple : la saupe (Poisson Sparidae, Sarpa salpa) Les plus jeunes sont polyphages, d abord planctonophages p (larves et les juvéniles : zooplancton), puis mésophages (jeunes : algues). Les adultes sont oligophages (herbivores stricts) : algues rouges (hiver) et phanérogames marines (Posidonia oceanica) (Cliché PF)

32 La saupe (Sarpa salpa) et les poissons lapin (Siganus luridus et Siganus rivulatus) ) : les 3 poissons herbivores stricts de Méditerranée actuellement. (Cliché PF)

33 Le régime alimentaire peut changer avec l âge ou le stade de développement. Exemple : évolution d un régime planctonophage vers un régime herbivore puis mésophage chez de nombreux poissons Sparidae. Pagrus auriga de 110 mm (1), 142 mm (2), 187 mm (3), 215 mm (4) et 255 mm (5). rond clair : canine; noir : molaire Pagrus caeruleostictus de 63 mm (1), 88 mm (2), 160 mm (3), 190 mm (4), 235 mm (5) et 380 mm (6). (d après Bianchi, 1984)

34 Dans les relations proies-prédateurs, il convient de distinguer : (i) les réponses du prédateur vis à vis d une proie, (ii) les effets de la prédation sur les populations p de proies et (iii) les rôles de la prédation On pourrait rajouter un chapitre complet sur les adaptations des prédateurs à la prédation ou sur les adaptations des proies à échapper aux prédateurs : (i) adaptations anatomiques, (ii) physiologiques, (iii) comportementales.

35 Réponses d un prédateur aux variations d abondance d une proie On peut distinguer avec Holling 2 types de réponses : - réponse fonctionnelle : augmentation du nombre de proies consommées lorsque la densité de la proie augmente; - réponse(s) numérique(s) : changement de densité du prédateur lorsque le nombre de proie augmente. Cela revient à dire que le nombre de proies disponibles augmente, un prédateur peut d abord réagir en modifiant son taux de prédation (réponse fonctionnelle) et ensuite augmenter ses effectifs (réponse numérique). Holling, C.S The components of predation as revealed by a study of small mammal predation of the European pine sawfly. Canad. Entomol. 91: Holling, C.S Some characteristics of simple types of predation and parasitism. Canad. Entomol. 91:

36 4 types de réponses fonctionnelles sont reconnus : - nombre de proies est rapidement constant (Thompson) - ex. Crustacés; - nombre de proies augmente proportionnellement (Nicholson et Bailey) - ex. Insectes parasites; - nombre de proies augmente puis se stabilise (curvilinéaire - Holling) - ex. la plupart des Arthropodes étudiés; -réponse sigmoïde - prédation importante audelà d un certain seuil, puis stabilisation - ex. Vertébrés é et Insectes parasites. Cette réponse implique souvent un changement de comportement du prédateur vis à vis de la proie. (d après Dajoz, 1974, p. 160)

37 Actuellement, 3 types de réponse fonctionnelle seulement sont considérés comme fréquents (I, II et III) prédateur r turées par Type I Type II (saturation) proies cap Nombre de Type III (apprentissage/ changement de proies) Densité de Proies

38 Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de mémoire pour ouvrir l'image ou l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut-être supprimer l'image avant de la réinsérer. Autre type de réaction fonctionnelle Intervenir des proies secondaires - Effet de bascule ou Switching : si une proie n est pas fortement disponible, une proie secondaire est préférée Consommation de Proies = C1 et C2 Nombre de Proies = N1 et N2 Absence de Switching : C1/C2 = N1/N2 En cas de Switching : C1/C2 = p N1/N2 avec p variable : p = f(n1, N2) (d après Barbault, 1993)

39 Posidonia oceanica Janvier Frondes longues de C. taxifolia Caulerpa taxifolia Benthos Plancton Indéterminé Posidonia oceanica Mai 70 Caulerpa taxifolia Frondes courtes de C. taxifolia Effet de bascule dans le régime alimentaire du poissons Labridé Symphodus ocellatus dans un herbier de posidonie (Posidonia oceanica) et dans une prairie de caulerpe (Caulerpa taxifolia) 0 Benthos Plancton Indéterminé

40 Autre type de réponse du prédateur à la densité des proies Réponse agrégative (voir Barbault, 1993, page 125) Ce type de réponse n'est pas toujours mentionné dans les autres livres classiques d'écologie (en français). S'apparente à la théorie anglaise très en vogue, celle de l'optimal foraging. Quand les proies ont une distribution groupée, les prédateurs sélectionnent de préférence les zones où la densité des proies est maximale (réponse agrégative). Lathéoriedel'optimalforaging,complètecette réponse en lui associant une notion énergétique : le prédateur doit optimiser son gain d'énergie (nourriture) en fonction de ses dépenses (ex : trajets réalisés sans se nourrir, pour aller chercher de la nourriture). Ce type de comportement subit les pressions de sélection et le comportement optimal est sélectionné.

41 Sélection de mouches par la bergeronnette Motacilla alba yarrellii : les proies ne sont pas consommées en fonction de leur disponibilité (mode 8 mm), mais en fonction de leur profitabilité (mode 7 mm). (d après Davies, 1977, in Campan & Scapini, 2002, p. 398)

42 Distribution en pourcentage de la taille des grains de sédiments ingérés par le Crustacé Callianassa subterranea (Décapode - Reptantia ti - Macrura - Thalassinidea id - Callianassidae). id Les grains les plus abondants dans le milieu (>70 µm) ne sont que peu ingérés. Par contre, il existe une sélection des grains de sédiment (30 à 12 µm). Entre ces deux classes, le rapport Surface/Volume augmente d un facteur 7 à 8. La sélection de grains plus petits (plus fort rapport S/V) permet d augmenter la quantité de matière organique ingérée (celle fixée à la surface des grains de sédiment). Cette expérience (Stamhuis et al., J. exp. mar. Biol. Ecol., 228: ) est en accord avec le modèle généralement admis de l optimal foraging pour les deposit feeders (Taghon et al., Limnol. Oceanogr., 23: ).

43 Réponses d'un prédateur aux variations d'abondance d'une proie On peut distinguer avec Holling 2 types de réponses : - réponse fonctionnelle : augmentation du nombre de proies consommées lorsque la densité de la proie augmente; - réponse(s) numérique(s) : changement de densité du prédateur lorsque le nombre de proie augmente. Réponses numériques : En réponse aux variations d'abondance des proies, la population de prédateur peut voir ses effectifs variés. Il n'y a pas une réponse numérique unique, mais plusieurs éléments peuvent être modifiés pour déclencher une augmentation numérique de l'abondance de prédateurs : - variations du taux de croissance individuel - variations de la durée de développement - variations de la fécondité (taille des pontes ou fréquence de la reproduction) - variations des taux de mortalité -variations des taux d'émigration ou d'immigration. i

44 Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de mémoire pour ouvrir l'image ou l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut-être supprimer l'image avant de la réinsérer. La réponse numérique est un phénomène complexe et elle est souvent la résultante de plusieurs facteurs différents. Parfois, une réponse simple est trouvée. Variations de la fécondité Le lézard déserticole d Arizona Xanthusia vigilis : La quantité de pluie règle la croissance des plantes annuelles et donc indirectement des insectes qui en dépendent. Ces insectes servent de proies au lézard. La hulotte Strix aluco : plus les proies sont abondantes, plus le pourcentage de couples reproducteurs augmente. (d après Barbault, 1981)

45 Effets de la prédation sur les populations de proies Si on prend en compte simultanément les réponses fonctionnelles et numériques, on peut décrire l évolution simultanée des populations de proies et de prédateurs. De façon classique, on considère un système simple, avec une proie et un prédateur. Cela ne se rencontre que dans les systèmes avec monophagie. Cela décrit donc rarement la réalité. Le modèle le plus classique : modèle de Alfred Lotka (un biophysicien américain, mais né en Ukraine; ) et Vito Volterra (un mathématicien italien; ) Système à deux équations différentielles décrivant l évolution dans le temps de la densité de proie et de la densité de prédateur. Lotka, A. J Elements of physical biology. Baltimore: Williams & Wilkins Co. Volterra, V Variazioni e fluttuazioni del numero d'individui in specie animali conviventi. Mem. R. Accad. Naz. dei Lincei. Ser. VI, vol. 2.

46 Croissance d une population N 0 = 1 N 1 = R.N 0 N 2 = R.N 1 = R.R.N 0 = R 2.N 0 N 3 = R.N 2 = R.R.R.N 0 = R 3.N 0 N RN RRRRN 4 = R.N 3 = R.R.R.R.N 0 = R 4.N 0 N 5 = R.N 4 = R.R.R.R.R.N 0 = R 5.N N t = R t.n 0 c est une croissance exponentielle 5000 Effectif N t = e rt.n 0 0 avec R=e r Temps

47 N N e rt = 0 en posant N 0 = 1, on a : N e rt = ou : ln N = rt en se rappelant que d(ln N) 1 = dt N dn dt on a : 1 dn N dt = r ou : dn dt = rn Cela revient à dire qu en l absence de facteur limitant, une population s accroît de façon exponentielle

48 Croissance d une population dn dt = rn V = dn = rn dt r = dn N. dt V est la vitesse d accroissement des effectifs de la population. Remarque : ce taux dn/dt ne possède pas de maximum. «r» exprime le potentiel biotique d une espèce, c est à dire la fécondité maximale dont elle peut faire preuve en l absence de facteurs limitants.

49 Croissance d une population dn N = N e rt 0 dt = rn r = 2.0 r = 1.5 r = 1.0 Les deux équations fondamentales qui traduisent une croissance exponentielle de la population

50 En absence de limitation, la croissance bactérienne suit un modèle exponentiel.

51 Croissance de la population de proies (N) en cas d absence de prédateurs (P): dn dt = 1 r N en présence de prédateurs (P): (k 1 mesure l habileté des proies à échapper aux prédateurs) dn dt = ( r k P) N 1 1 Croissance de la population de prédateurs (N) en cas d absence de proies (P): dp dt = r 2 P en présence de proies (P): (k 2 mesure l habileté des prédateurs à attraper des proies) dp dt = ( r + k N ) P 2 2

52 Le couple «prédateur-proies» sera en équilibre quand les densités de proies ET les densités de prédateurs seront constantes. Constance : dérivée = 0 dn dt = ( r k P ) N P = 1 donc 1 1 eq k1 r dp dt = ( r + k N ) P donc N 2 2 r 2 eq = 2 k2 Chaque équation représente une isocline, pour les prédateurs et pour les proies. L équilibre est atteint à l intersection des deux.

53 Prédateurs N eq r k = 2 2 Proies diminuent Prédateurs diminuent Proies augmentent Prédateurs diminuent Proies diminuent Prédateurs augmentent Proies augmentent Prédateurs augmentent P r k eq = 1 1 Proies

54 Autres mode de représentation assez usité : les variations respectives sont portées sur un plan, avec densité de proie en abscisse et densité de prédateur en ordonnée l état du système est décrit par un point au cours du temps le point décrit une trajectoire orientée

55 Résolution numérique de ce système de différentielles : les densités des deux populations évoluent de façon périodique et décalée dans le temps Un système Proies-Prédateurs peut alors montrer 3 évolutions possibles ; Oscillations entretenues indéfiniment avec une amplitude constate Oscillations amorties aboutissant à un équilibre Oscillations amplifiées aboutissant tôt ou tard à la disparition d un partenaire ou l autre

56 Par la suite, de nombreux biologistes ont essayé d appliquer ce modèle aux données de laboratoire. À partir de 1930 : expériences du biologiste russe G.F. Gause avec les protozoaires Paramecium caudatum (proie) et Didinium nasutum (prédateur) pas de cycle constaté té le prédateur tue toutes les proies et ensuite meurt en peu de temps Inconsistant avec le modèle de Lotka-Volterra

57 La stabilité du système et l observation de «cycle» ne sont possibles qu avec des y y p q ensemencements réguliers en proies. Mais ce n est pas en accord avec le modèle L-V car la population de proies n est pas gouvernée que par le prédateur.

58 1958 : Expériences de C.B. Huffaker avec les acariens Eotetranychus sexmaculatus (phytophage élevés sur des oranges - trait violet) et Typhlodromus occidentalis (prédateur du précédent - trait orange). La stabilité du système sur 70 semaines a été atteinte en introduisant i une hétérogénéitéé é éi é spatiale et en manipulant les possibilités de dispersion des prédateurs et des proies.

59 Portée et limite du modèle Proie-Prédateur de Lotka-Volterra Fonctionne assez bien en laboratoire si on manipule les densités (ensemencement) ou l hétérogénéité spatiale. Peu d accord avec les fluctuations naturelles. Exception pour des systèmes simples comme le couple «lynx et lapin» Exemple classique des données issues de la Hudson Bay Compagny qui faisait commerce des fourrures aux USA et au Canada dans les années 1800.

60 Modèle de Lotka-Volterra : des conditions initiales non réalistes Simplification Environnementale Constance dans le temps Espace uniforme Simplification Biologique Individus identiques et constants dans le temps Croissance exponentielle des proies Proies limitées uniquement par la prédation Croissance des prédateurs ne dépend que de la prédation Simplification Écologique Proies et Prédateurs se rencontrent au hasard, proportionnellement à la densité Pas de saturation pour les prédateurs Régime alimentaire unique et invariable

61 Les modèles Lotka-Volterra et variantes Surlabaseproposée p par Lotka et Voltera, de nombreux autres modèles ont été proposés. Tous reposent sur les mêmes équations de base : dn/dt = f(n, P) et dp/dt = g(n,p) Ces modèles sont déterministes (les évolutions sont déterminées par des équations); ils sont difficilement généralisables : ils ne sont valables que dans une gamme de valeurs précises (celles qui ont servi à son établissement) Excepté dans les cas de monophagie, la proie n est pas unique et le prédateur non plus! Quelle que soit la variante utilisée, les applications sont peu nombreuses

62 Applications actuelles de ces modèles «Proie-Prédateur» Malgré ses limites, ce type de modèle Proie-Prédateur de Lotka-Volterra (et ses variantes) est souvent utilisé en lutte biologique : Postulat : Utilisation d un agent biologique (prédateur ou parasite) pour lutter contre l extension d une espèce L agent biologique introduit peut contrôler l extension de la population visée

63 Relations «Proies-Prédateurs» : Extensions des données précédentes Tout ce qui vient d être dit l a été pour 2 espèces. Les modèles mathématiques développés, à base d équations différentielles, sont souvent difficiles à résoudre et nécessitent de nombreuses approximations (= simplifications). Quand on passe à 3 ou plus espèces, cela devient impossible à réaliser mathématiquement avec le même système d équations différentielles. On a eu recours à la théorie de l information et à la théorie des systèmes. Actuellement une branche de l écologie théorique en très fort développement.

64 Théorie de l Information et Relations trophiques : quelques éléments de réflexion Il existe une permanence des flux de matière/énergie/information (chaque terme est équivalent). On démontre, par exemple, en théorie de l information qu au sein d un réseau trophique: - la diversité i des proies assure la stabilité de la biomasse du prédateur (Frontier & Pichod-Viale, 1993, p. 326) - la diversité des prédateurs assure la stabilité de la population de proies.

65 En associant les deux raisonnements et en généralisant à plusieurs niveaux trophiques, on montre que : La stabilité de la biomasse d un réseau trophique est favorisée par la diversité des cheminements d énergie Un système dans son ensemble montre une persistance si tout blocage du flux d énergie/matière en un point du réseau peut être compensé par la mise en fonction d un autre cheminement. A l opposé, un système représenté par une seule proie et un seul prédateur est constamment menacé par le risque de disparition d un des deux éléments. Toutefois, la diversité est une condition nécessaire à la stabilité d un système, mais n est pas suffisante. -unsystème trop diversifiéifié est instable (montré par simulation i sur ordinateur); Compréhensible de façon intuitive : si un élément d un système complexe reçoit trop d informations simultanées, son comportement n est plus cohérent et devient désordonné (contradictoire) et aucun mécanisme de régulation (feed-back) ne peut intervenir.

66 On montre également que la connectance ne peut dépasser une valeur critique, audelà de laquelle les oscillations s amplifient et certains éléments du système disparaissent. Le seuil critique semble se situer vers 10%. Remarque : la connectance est le rapport entre le nombre de liens observés entre éléments et le nombre maximal de liens pouvant exister. Si S est le nombre d espèce présentes et L le nombre de liens entre espèces, la connectance C = L/S²

67 A quoi sert la prédation?

68 Rôles de la Prédation Essentiellement la nutrition d un prédateur aux dépends de proies, mais il existe aussi d autres rôles : - élimination i des animaux malades : - ils sont les plus faciles à capturer (exemple avec trématodes parasites des podias d oursins); - maintien de l état sanitaire des populations ons de proies; - peut enrayer des épidémies - prédation sélective : peut induire i une sélection de certains individus id et une évolution (spéciation); exemple des papillons, Biston betularia, atteint de mélanisme lors période de forte pollution en Angleterre au XIX - organisation des peuplements : la prédation favorise une diversité élevée en maintenant les populations à un faible niveau et en empêchant certaines espèces de monopoliser les ressources s disponiblesibl s à leur seul profit (Paine, 1966).

69 3 réseaux trophiques de la zone intertidale aux USA (études de Paine) : Basse Californie - 45 espèces, dont 2 super-prédateurs, une étoile de mer (Heliaster) ) et un gastéropode (Muricanthus). Heliaster consomme Muricanthus et procurent ainsi de la place aux autres espèces. (d après Paine, 1966 in Dajoz, 1996) NW des USA : le réseau trophique comprend 11 espèces; super-prédateur = étoile de mer Pisaster. Par manipulation, l enlèvement de Pisaster a entraîné une diminution, du nombre d espèces au profit des moules qui tendent à envahir le peuplement. Costa Rica : pas de prédateur de second ordre et le réseau trophique est réduit à 8 espèces seulement.

70 Attention : Une prédation spécialisée peut donc entretenir la biodiversité. Mais une prédation non spécialisée aura pour effet de favoriser l espèce qui met le moins de temps à reconstituer ses effectifs. A terme la diversité baisse. Exemple : végétation soumise à une consommation peu différenciée (chèvres, criquets), une augmentation de la consommation entraîne une diminution de la diversité végétale. Seules les espèces à grande vitesse de repousse ou de multiplication seront sélectionnées et domineront rapidement le tapis végétal. Steppe du sud-tunisien Pâturage faible Pâturage médiocre Zone surpâturée et en bon état Charge moyenne Forte charge Recouvrement (%) Production primaire (kg.ha-1.an-1) (d après Le Houérou, 1979 in Ramade, 1981, p. 281)

71 Remarque :Lefeu en forêt produit un effet similaire avec perte de la diversité en espèce. Lorsque le feu et le surpâturage conjuguent leurs effets, on a des landes à asphodèles, stade ultime de la série régressive. Application : à intensité comparable, une méthode de pêche sélective aura moins d impact sur la diversitéité spécifique qu une pêche nonsélective (ex: Parc national de Port-Cros).

A quoi sert la Biodiversité?

A quoi sert la Biodiversité? A quoi sert la Biodiversité? Pr Francour Patrice francour@unice.fr La Biodiversité Définition de la biodiversité (génétique, spécifique, écosystémique) Méthodes d inventaire de la biodiversité (échantillonnages)

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

LAISSONS LA LAISSE DE MER LA COMMUNE DE TREBEURDEN S ENGAGE

LAISSONS LA LAISSE DE MER LA COMMUNE DE TREBEURDEN S ENGAGE LAISSONS LA LAISSE DE MER LA COMMUNE DE TREBEURDEN S ENGAGE LA LAISSE DE MER : UN PHENOMENE NATUREL La laisse de mer est le dépôt d objets flottants abandonnés par la mer à chaque marée haute. Les algues

Plus en détail

Droles de champignons!

Droles de champignons! Les Rendez-vous de l Automne Du 19 au 27 octobre 2013 Droles de champignons! Ce livret appartient à :... Un champignon, c est quoi? Le champignon est un être vivant :, il n appartient ni aux végétaux,

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

2. Les agents de maladies infectieuses

2. Les agents de maladies infectieuses 2. Les agents de maladies infectieuses 2a. Ce qui est un agent pathogène des plantes? Les organismes phytopathogènes sont pour la plupart les champignons, les bactéries, les nématodes, et les virus (il

Plus en détail

Ecologie et évolution des systèmes de reproduction des plantes

Ecologie et évolution des systèmes de reproduction des plantes Ecologie et évolution des systèmes de reproduction des plantes Emmanuelle Porcher Laboratoire CESCO Muséum national d Histoire naturelle http://parks.ci.lubbock.tx.us/ Plan des cours Biologie et écologie

Plus en détail

informatifs textes informatifs activités 6 pour chaque texte Lire et comprendre des textes de lecture Échantillon gratuit

informatifs textes informatifs activités 6 pour chaque texte Lire et comprendre des textes de lecture Échantillon gratuit 1 de lecture 2 3 6 activités 6 pour chaque texte textes informatifs Chaque activité vise à développer une habileté spécifique bien identifiée, pour laquelle des stratégies de lecture précises sont proposées.

Plus en détail

Le comportement territorial

Le comportement territorial Leçon d option B Le comportement territorial Jean-Olivier Irisson irisson@normalesup.org http://jo.irisson.com/ Table des matières 1 Les traits comportementaux associés à la territorialité 2 1.1 Marquer

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Le compostage. Présentation réalisée par Josée Dumoulin, naturaliste

Le compostage. Présentation réalisée par Josée Dumoulin, naturaliste Le compostage Présentation réalisée par Josée Dumoulin, naturaliste Pourquoi composter? Des bénéfices pour la Collectivité Saviez-vous Qu en compostant, vous réduirez de 33% vos déchets domestiques? Qu

Plus en détail

L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie

L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie Introduction à l écologie des communautés L'écologie! Ecologie : des mots grecs "Oikos", maison / habitat, et "logos", discours / étude! Ecologie : Science qui étudie les organismes (leur distribution

Plus en détail

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Guy Theraulaz Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS, UMR 5169, Toulouse, France Marathon des Sciences XXIII ème Festival d Astronomie,

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

La notion de comportement optimal

La notion de comportement optimal Leçon d Option B La notion de comportement optimal Jean-Olivier Irisson irisson@normalesup.org http ://jo.irisson.free.fr/work/ Table des matières 1 La théorie du comportement optimal tente de prédire

Plus en détail

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE Une plante est constituée de racines ancrées dans le sol et de tiges feuillées se développant en milieu aérien. la plante est donc en contact avec 2 milieux

Plus en détail

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE TERMINALE N 2 ÉPREUVE SOCIO-ÉCONOMIQUE, SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Gestion et protection de la nature Durée :

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES TROPICAUX : APPLICATIONS POUR LA RÉHABILITATION DES ÎLES TROPICALES FRANÇAISES DE L OUEST DE L OCÉAN INDIEN Pr. Matthieu Le Corre

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

Module de formation. Présentation de la classification du vivant. Cycle 3. à destination des équipes de circonscription. Enseignement des sciences

Module de formation. Présentation de la classification du vivant. Cycle 3. à destination des équipes de circonscription. Enseignement des sciences Module de formation à destination des équipes de circonscription Présentation de la classification du vivant Enseignement des sciences et de la technologie à l école primaire Cycle 3 MENJVA / DGESCO -

Plus en détail

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes»

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» La pollinisation: un service écosystémique basé sur des réseaux d interactions complexes Isabelle

Plus en détail

GROUPEMENT DE DEFENSE SANITAIRE APICOLE DU PUY-DE-DOME Marmilhat BP 42 63370 - LEMPDES Tél. 06-80-99-55-80

GROUPEMENT DE DEFENSE SANITAIRE APICOLE DU PUY-DE-DOME Marmilhat BP 42 63370 - LEMPDES Tél. 06-80-99-55-80 GROUPEMENT DE DEFENSE SANITAIRE APICOLE DU PUY-DE-DOME Marmilhat BP 42 63370 - LEMPDES Tél. 06-80-99-55-80 Agréé sous n PH 05 590 et arrêté 05 /01852 Claude Grenier gdsa63 Nom scientifique : Vespa velutina

Plus en détail

Pourquoi faire du compost?

Pourquoi faire du compost? Le compostage Pourquoi faire du compost? Diminuer de 40% le volume des déchets Réduire la pollution Biogaz, lixiviat Engrais chimique Pourquoi faire du compost? Fabriquer un engrais organique de qualité

Plus en détail

Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes

Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes Pourquoi et comment favoriser la biodiversité dans les aménagements maritimes? La lutte contre l érosion de l habitat est l un

Plus en détail

Les nitrates : sources de problèmes

Les nitrates : sources de problèmes Les nitrates : sources de problèmes Nitrates et azote : quels liens avec notre alimentation et notre eau potable? Les nitrates (NO 3 ) sont des composés chimiques incolores, inodores et insipides constitués

Plus en détail

Écologie des populations végétales et microbiennes

Écologie des populations végétales et microbiennes Écologie des populations végétales et microbiennes Population Étude de l'abondance et de la dynamique des populations d'espèces végétales Quels sont les régulateurs de l'abondance et de la distribution

Plus en détail

Nurseries de la mer. Objectif : Découvrir l importance du littoral comme nurserie pour de nombreux êtres vivants. Parciper à une enquête scientifique.

Nurseries de la mer. Objectif : Découvrir l importance du littoral comme nurserie pour de nombreux êtres vivants. Parciper à une enquête scientifique. Nurseries de la mer Objectif : Découvrir l importance du littoral comme nurserie pour de nombreux êtres vivants. Parciper à une enquête scientifique. Tous les êtres vivants se reproduisent. Dans le milieu

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

Quelques informations sur les méduses et leur prolifération

Quelques informations sur les méduses et leur prolifération Par Daniel Woehrling, département EMH, juin 2005 Quelques informations sur les méduses et leur prolifération Pêcheurs ou plaisanciers relatent périodiquement dans divers secteurs du littoral méditerranéen

Plus en détail

<Les symphytes : des guêpes sympathiques qui ne piquent pas> par Henri Savina Les hyménoptères symphytes, appelées aussi tenthrèdes ou encore «mouches à scie», sont bien des guêpes et non des mouches,

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Je suis la haie. Un petit peu d histoire. Quelle est l origine des haies? En fait, il n y a pas une origine mais trois.

Je suis la haie. Un petit peu d histoire. Quelle est l origine des haies? En fait, il n y a pas une origine mais trois. Je suis faite d arbres, petits et grands, et je suis bien plus belle que les murs ou les clôtures que je remplace. Je suis un abri et un garde manger pour beaucoup d animaux et je possède encore bien d

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou CONCEPT DES TRAITS FONCTIONNELS Application pour l enherbement des cultures pérennes Elena Kazakou Dans cet exemple je vais vous présenter le concept des traits fonctionnels et vous illustrer comment on

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 2. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 2. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions SOMMAIRE Des jeux tout prêts A chacun son bec Les modes de locomotion Animaux à plumes, à poils ou à écailles Des empreintes à rechercher Ovipare ou vivipare? Des familles bien différentes page 2 page

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

LES ACARIENS LE BOMBYX

LES ACARIENS LE BOMBYX LES ACARIENS De nombreuses espèces d acariens attaquent les arbres et arbustes d ornement. Larves, nymphes et adultes vident les cellules notamment dans les jeunes organes. Les symptômes observés dépendent

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Phéromones d alarme. En phase de recherche. Aldéhydes 4-oxo-hexénal et 4-oxo-octénal chez les punaises de

Plus en détail

Collège Jean Perrin, Lyon

Collège Jean Perrin, Lyon Collège Jean Perrin, Lyon DU SOL A LA CIME FORET URBAINE ET BIODIVERSITE Carnet d'exploration Avril 2010 1. Le bois du collège Notre collège surplombe la Saône On le voit de loin. Autrefois les élèves

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2008 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR B CANDIDATS DES SECTEURS A ET C

Plus en détail

Les lacs dans le canton de Berne

Les lacs dans le canton de Berne Les lacs dans le canton de Berne Les lacs ne marquent pas seulement le paysage, ils sont indispensables à l alimentation en eau potable, à la pêche et au tourisme, sont des espaces de détente appréciés

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

> La biosécurité dans le génie génétique appliqué au domaine non humain

> La biosécurité dans le génie génétique appliqué au domaine non humain > Connaissance de l environnement > Biotechnologie > La biosécurité dans le génie génétique appliqué au domaine non humain Résultats du programme de recherche de l OFEV 2004 2008 Résumé de la publication

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Pour l économie forestière suisse, la culture d essences allochtones est pratiquement insignifiante. La part de forêt dominée par des essences

Plus en détail

Jeux d'évaluation. Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur

Jeux d'évaluation. Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur faune ou flore, les espèces, la locomotion (nageur/marcheurs) la respiration (aquatique, aérienne), régime alimentaire (herbivore/carnivore) Autant d'images

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

BIODIVERSITE - Fiche activité 2

BIODIVERSITE - Fiche activité 2 À quoi servent les fleurs et comment se reproduisent-elles? La fleur, lieu de reproduction de la plante, renferme les organes reproducteurs (étamines et pistil). Pour qu'une plante se reproduise, il est

Plus en détail

ALIMENTATION DÉPLACEMENT REPRODUCTION CROISSANCE HABITATION MORPHOLOGIE REMARQUES. PHASME végétarien Ailes ou non ( sexe ) Corps très allongé

ALIMENTATION DÉPLACEMENT REPRODUCTION CROISSANCE HABITATION MORPHOLOGIE REMARQUES. PHASME végétarien Ailes ou non ( sexe ) Corps très allongé PHASME végétarien Ailes ou non ( sexe ) Corps très allongé Se confond avec brindille ( défense ) FOURMI Omnivores +sucre marche Reine et mâles ont des ailes; après reproduction elle les perd et lui meurt

Plus en détail

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES 1 Rappel du connu : Classification simplifiée des animaux en 5 classes. Description de l activité Matériel Organisation Liens interdisciplinaires 2 Mise en situation : "Vous

Plus en détail

Soins parentaux. Soins parentaux. Plusieurs groupes donnent des soins. Variation dans les soins parentaux fournis

Soins parentaux. Soins parentaux. Plusieurs groupes donnent des soins. Variation dans les soins parentaux fournis BIO3576 - Université d Ottawa Prof. Gabriel Blouin-Demers Labo d Herpétologie Herpetology Lab Écologie comportementale & physiologique Behavioural & physiological ecology 1 Tout comportement qui augmente

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE 1 La problématique du Busard cendré en France 1.1 Présentation du genre "Circus" 1.2

Plus en détail

Les petites bêtes. Les décomposeurs utiles

Les petites bêtes. Les décomposeurs utiles Les petites bêtes Voici une liste non exhaustive des «bêtes» que vous pourrez observer dans votre lombricomposteur. Mais la plupart apparaîtront dans votre caisse seulement si elle se trouve en extérieur.

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Conférence-débat SNPN sur les espèces invasives Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Photo : Jean-Luc Potiron Jean-Marc Pons Origine, Structure et Evolution de la biodiversité,

Plus en détail

Structure générale d'une particule virale de type herpès

Structure générale d'une particule virale de type herpès Virus de type herpès et coquillages 1 - Caractéristiques des virus de type herpès infectant les coquillages Des infections à virus de type herpès sont associées à des mortalités massives chez différentes

Plus en détail

S8 : les milieux de vie

S8 : les milieux de vie Animal Qui? Nourriture Milieu Milieu Savoir compléter le tableau pour 1 animal (autre qu un oiseau) cm1 ; 2 cm2 Autres renseignements Le crocodile Thomas Des animaux Dans les fleuves et les marais des

Plus en détail

Lutte contre les maladies

Lutte contre les maladies Chapitre 28 Lutte contre les maladies Dans ce chapitre Mots-clés Maladies Contraintes de l environnement Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Nommer les causes des

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

La haie méditerranéenne Un écosystème à la loupe

La haie méditerranéenne Un écosystème à la loupe La haie méditerranéenne Un écosystème à la loupe Contenu de l outil : 13 photos d animaux sauvages de la haie (crapaud, rouge-gorge, moineau, hérisson, mulot, gecko, araignée, carabe, cloporte, coccinelle,

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical. Activités Pédagogiques CM2. RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico.

Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical. Activités Pédagogiques CM2. RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico. Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical Activités Pédagogiques CM2 RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico.org La reproduction chez les animaux Consigne : Relie par une flèche le mâle

Plus en détail

BIOLOGIE DE LA RACINE

BIOLOGIE DE LA RACINE BIOLOGIE DE LA RACINE [C est à Linné que nous devons la classification moderne des espèces vivantes. En 1753 paraît son ouvrage : «Species Plantarum» dans lequel il décrit environ 8 000 espèces de plantes].

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline

TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux. DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline TITRE DE L ACTIVITÉ : Vivre en groupe chez les animaux DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline - Lecture de textes documentaires. - Les êtres vivants dans leur environnement. SÉANCE OU SÉQUENCE

Plus en détail

Compétition & agression. Compétition pour l accès aux ressources. Compétition par exploitation. Distribution des ressources

Compétition & agression. Compétition pour l accès aux ressources. Compétition par exploitation. Distribution des ressources Compétition & agression Compétition pour l accès aux ressources BIO76 - Université d Ottawa Prof. Gabriel Blouin-Demers Labo d Herpétologie Herpetology Lab Écologie comportementale & physiologique Behavioural

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

DÉCLIN DE L ABONDANCE DES POPULATIONS DE SAUMONS DANS L ATLANTIQUE NORD

DÉCLIN DE L ABONDANCE DES POPULATIONS DE SAUMONS DANS L ATLANTIQUE NORD DÉCLIN DE L ABONDANCE DES POPULATIONS DE SAUMONS DANS L ATLANTIQUE NORD Vers une reconsidération des modèles d évaluation de stocks afin d explorer les mécanismes écologiques en lien avec ce déclin Maxime

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 Zoom 4,50 juin 2011 - n 1326 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 GR : 3,80 - ITA : 4,60 - LUX : 2,60 - MAROC : 25 dh - NL : 5 En rouge et noir M 01054-1326 BEL : 4,50

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

Chapitre 1 : habiter notre environnement

Chapitre 1 : habiter notre environnement Chapitre 1 : habiter notre environnement Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 1

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly CREPAN Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly Présenté par Annick Noël Vice Présidente du CREPAN 1 La biodiversité

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

Qu est-ce qu un milieu humide?

Qu est-ce qu un milieu humide? Qu est-ce qu un milieu humide? Sur notre planète, il existe deux grands milieux : le milieu terrestre et le milieu aquatique. Les milieux humides s avèrent être un compromis entre les deux. C est ce qui

Plus en détail

Les hirondelles de fenêtre

Les hirondelles de fenêtre Les hirondelles de fenêtre 1 : Comment les reconnaître? L hirondelle de fenêtre L hirondelle rustique Le martinet Son nid Son nid Son nid Boule presque entièrement fermée, pas de présence de paille ou

Plus en détail

PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET RESPONSABLE

PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET RESPONSABLE Livret pédagogique PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET RESPONSABLE Livret pédagogique du Manuel : Objectifs Pédagogiques & Messages Clés Le PIP est financé par l Union européenne PRODUIRE DE FAÇON DURABLE ET

Plus en détail