PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 19 SEPTEMBRE 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 19 SEPTEMBRE 2011"

Transcription

1 HB/AB PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 19 SEPTEMBRE 2011 Présents : Henri BERTHOLET, Philippe DRESIN, Cléo DELON, Jean-David ABEL, Maurice CROUZET, Pierrette NIEL, Emilie JUNGO, Jean-Claude PELLERIN, Jean-Marie CHOSSON, Jacqueline ROUSSEAU, Christian WATREMEZ, Jean-Pierre BERALDIN, Manon DE TONNAC, Gilles APOIX, Marie HILLAIRET DE BOISFERON, Olivier RICHARD, Jean-Marc DURAND, Jean-Paul CAYREYRE, Brigitte DELHOMME, Odile GESLIN, Patrick BODOIN, Isabelle PAGANI, Nathalie GAUTHERIN, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSCQ, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Yann DOUCET, Magda BERTRAND, Etienne Paul PETIT, Bernard PINET Procurations : Viviane LAFFORGUE DEBARGES à Jean-Marc DURAND, Pierre BRILLAUD à JeanClaude PELLERIN, Latifa CHAY à Emilie JUNGO, Hafsa KADIRI à Marie HILLAIRET DE BOISFERON Absent : Khemsa ABDI A 18 h 40, le quorum étant atteint, Monsieur le Maire ouvre la séance du conseil municipal M. Henri BERTHOLET annonce la présence de M. Henri WINCKLER, président durant la première année de l'existence du CESOL, et de Mme Evelyne CLAERMAN, présidente depuis septembre, qui présenteront une synthèse de l'activité du CESOL. Avant d'ouvrir la séance, M. BERTHOLET tient à évoquer la mémoire de Georges FILLIOUD : «Georges FILLIOUD est mort ce jeudi 15 septembre. Lorsqu'un membre de sa famille nous a téléphoné pour nous annoncer la triste nouvelle, beaucoup de ceux qui l'avaient connu avaient de la peine à se persuader qu'il avait 82 ans, tant ils avaient gardé le souvenir d'un quinquagénaire énergique. Et pourtant Georges FILLIOUD était bien né en 1929 à Lyon. Sa première carrière fut celle d'un journaliste. Reporter à Europe 1, il en devient rédacteur en chef adjoint, avant d'être, en 1966, interdit d'antenne pour avoir signé un manifeste en faveur de l'union des gauches. Il s'engage auprès de François Mitterrand à la Convention des Institutions Républicaines et sa vie s'oriente pleinement vers la politique lorsqu'en 1967 il accepte la mission que lui propose François MITTERRAND de tenter d'enlever à la droite le siège de député de la circonscription de Romans. Mission réussie, dans une conjoncture particulière puisque le candidat communiste, Maurice MICHEL, arrivé au 1er Tour devant Georges FILLIOUD a accepté, en accord avec son parti, de se retirer en sa faveur. Georges FILLIOUD n'oubliera jamais ce geste et sera toujours, au sein du Parti Socialiste, un partisan déterminé du rassemblement de toute la gauche. En 1968 il est battu après la dissolution. Mais en un an il est incontestablement devenu à Romans, et dans le Nord de la Drôme, le leader de la gauche non-communiste (comme on disait alors). En 1970, il est élu conseiller général. En 1971, la liste d'union qu'il conduit échoue de 144 voix seulement à l'élection municipale. En 1973, il retrouve son siège de député. En 1977 la liste d'union de la gauche, conduite par Georges FILLIOUD, Etienne-Jean LAPPASSAT et Elie BELLE, (la liste «socialo communiste» comme préfèrent dire ses adversaires) remporte l'élection municipale. On peut sourire aujourd'hui malgré notre tristesse en relisant les tracts de liste adverse : «Romanaises, Romanais, Aujourd'hui il faut choisir entre le totalitarisme et le collectivisme marxiste de la liste socialocommuniste et le respect de vos libertés par la liste d'union romanaise.» Non, les chars soviétiques ne sont pas arrivés à Romans, mais l'équipe de Georges FILLIOUD s'est attelée à dynamiser et transformer la ville suivant les orientations d'un projet longuement mûri qui prévoyait des mesures prioritaires, non sans les inscrire dans des perspectives à plus long terme. 1

2 Pour ne prendre que l'exemple de l'urbanisme et du cadre de vie et des équipements importants le projet prévoyait la construction d'une Maison des Syndicats, qui fut effectivement, et de façon très emblématique des engagements de l'équipe FILLIOUD, la 1ère grande réalisation du mandat. Il prévoyait le remplacement du passage à niveau n 19 près de la gare par un passage dénivelé, souterrain ou aérien, ce qui fut fait. Il prévoyait la construction de nouveaux logements sociaux dans divers secteurs de la ville. Ce qui fut fait également.. De cette époque date aussi la réalisation de la salle Aragon. Mais d'autres éléments du projet traçaient la perspective pour des réalisations à plus long terme, par exemple «séparer la circulation de transit de la circulation urbaine par la réalisation d'une rocade.» Mais la victoire de François MITTERRAND à l'élection présidentielle du 10 mai 1981 va permettre à Georges FILLIOUD de donner toute sa dimension sur la scène nationale. Après la dissolution de l'assemblée il est réélu Député. Mais c'est son suppléant, André BRUNET, qui siègera à l'assemblée puisque Georges intègre le gouvernement comme Ministre de la Communication (fonction qu'il conservera avec le titre de Ministre ou de Secrétaire d'etat dans les trois gouvernements MAUROY comme dans le gouvernement FABIUS.) Ceux qui ont vécu cette époque se souviennent de ce moment extraordinaire où le système de l'audio-visuel solidement cadenassé par le pouvoir depuis le début de la Ve République, mais qui commence à se fissurer, va voir -conformément au programme de François MITTERRAND- sa liberté proclamée par la loi. C'est l'explosion des radios libres, la création de Canal+ (dont Georges FILLIOUD lui-même propose le nom), C'est la création de la Haute Autorité de la communication audio-visuelle. Mais celui que «le Monde» qualifiait ce samedi d' «homme de la liberté des ondes " a dû (Comme le rappelle aussi le journal) beaucoup batailler pour faire aboutir ces dossiers» complexes et sensibles". Il a aussi -il faut bien le reconnaître- été pris plusieurs fois à contre-pied par les volte-face de François MITTERRAND ou de Pierre MAUROY. Et même si aujourd'hui chacun souligne, comme «le Monde» le bilan impressionnant attaché à son nom", à l'époque (une époque aussi où l'opposition bataille pied à pied contre les réformes) les critiques et les railleries ne manquent pas. C'est sans doute une des raisons de sa défaite à l'élection cantonale de A l'approche des municipales de 1983 Georges FILLIOUD annonce au conseil municipal qu'il ne se représentera pas et qu'il souhaite qu'étienne-jean LAPASSAT conduise la gauche à l'élection. Dès lors il va se consacrer entièrement à ses fonctions ministérielles jusqu'en Il sera ensuite Conseiller d'état et, de 1990 à 1994, Président du Conseil National de l'audio-visuel. Même si les Romanais de moins de 40 ans ont forcement peu de souvenirs de Georges FILLIOUD, celles et ceux qui ont vécu la période de 1967 à 1983 n'oublieront jamais l'homme à la silhouette caractéristique, avec son front dégagé, ses boucles brunes, puis poivre et sel, ses lunettes cerclées de métal et son éternel nœud papillon. Ils n'oublieront surtout pas sa fougue et son charisme ni les actions d'éclat qu'il savait improviser en homme de communication. Chacun se souvient à ce sujet de son installation dans une caravane dans la cour de la Préfecture pour obliger l'etat à s'engager dans la défenses de l'industrie de la chaussure. Ceux qui perpétuent aujourd'hui à Romans les engagements qui étaient les siens savent ce qu'ils lui doivent. Romans ne l'oubliera pas. Un registre de condoléances est ouvert dans le forum de l'hôtel de ville. Après demain, à Paris, au cimetière du Père Lachaise, je transmettrai à sa famille et à tous ses proches les condoléances de notre conseil municipal.» L'assemblée, à la demande de M. BERTHOLET, observe une minute de silence Sur la proposition de M. Henri BERTHOLET, M. Gilles APOIX est désigné à l unanimité, secrétaire de séance EVENEMENTS FAMILIAUX M. Henri BERTHOLET présente ses félicitations et celle du conseil municipal aux parents de AbdElrahman, fils de M. Hakim BENARBIA, correspondant de nuit au service prévention (Direction Cohésion Sécurité Tranquillité Publique). 2

3 PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU 4 JUILLET 2011 Le procès-verbal est adopté à l unanimité M. Henri BERTHOLET souhaite la bienvenue à M. Franck ASTIER, membre de la liste «Ensemble un nouvel élan», qui siège pour la première fois au sein de l'assemblée communale. ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL L ordre du jour du présent conseil est adopté à l unanimité. L'ordre du jour appelle l examen des questions suivantes : Délibération n Bilan CESOL après un an de fonctionnement Rapporteur : H. BERTHOLET M. WINCKLER remercie le conseil municipal de l'accueillir. Président jusqu'à mercredi 21 septembre 2011, il indique que Mme CLAERMAN prendra la suite comme le prévoient les statuts du CESOL. A l'aide d'un diaporama, M. WINCKER présente le bilan du CESOL après un an de fonctionnement. 3

4 4

5 5

6 6

7 M. Jean-David ABEL, adjoint à l'urbanisme qui a travaillé avec le groupe de réflexion sur l'aménagement des boulevards et de la place J. Jaurès, demande quelles sont les personnes ressources. M. WINCKLER explique d'une part que les membres de l'atelier sont d'anciens professionnels, et d'autre part qu'un réseau de connaissances existe sur la Drôme et notamment sur Valence. Le CESOL est épaulé par la municipalité, qui, au-delà des locaux et des moyens, met un cadre à sa disposition, M. Patrick PICAHAVANT. Celui-ci, par sa connaissance, donne des informations sur les personnes ressources. M. Bernard PINET demande si la liste des personnes qui travaillent au CESOL, a été communiquée. M. Henri BERTHOLET explique que la liste peut être fournie, puisqu'elle a été prise par arrêté municipal. M. Henri WINCKLER ajoute que le CESOL est un organisme public, tout le monde peut assister aux assemblées pleinières. M. WINCKLER a souhaité une communication la plus large possible. Les convocations et documents sont disponibles sur le site internet de la ville. M. Olivier RICHARD note que le choix des membres a été fait sur des listes plus importantes que le nombre des places dans le CESOL. S'étonnant que 1/4 des membres soit absent, il demande s'il est envisagé de les remplacer. M. WINCKLER indique que la validation des membres du CESOL est de la responsabilité du maire. Au delà de 3 absences consécutives non excusées, les noms sont transmis au cabinet du maire qui leur adresse un courrier. A la suite de la démission récente d'une personne, le maire a validé d'autres candidatures. Ainsi 2 autres personnes choisies dans la liste des volontaires, seront prochainement membres du CESOL. M. Philippe DRESIN rappelle que la mise en place des outils de démocratie participative était un engagement de campagne. Bien souvent ces outils sont plus formalisés. M. DRESIN tient à remercier M. WINCKLER et les autres membres. Le temps passé au CESOL représente au minimum 2 réunions par mois, auxquelles s'ajoutent les ateliers, ce qui signifie 3 à 4 réunions par mois. C'est beaucoup pour des volontaires. Il est heureux que la municipalité ait permis cette expression là. Il sera tenu compte de la réflexion sur la place majeure, et notamment de la méthode et des recommandations. M. PINET demande quel est le coût de la mise en place du CESOL, après une année de fonctionnement. M. WINCKLER explique que le coût concerne essentiellement les locaux qui sont municipaux. Le budget est déterminé par le cadre municipal. M. DRESIN dit que le budget est d'environ M. Henri BERTHOLET remercie M. Henri WINCKLER et souhaite un bon mandat à Mme CLEARMAN, son successeur, et prie de transmettre à tous les membres ses remerciements. S'agissant d'une information, cette question n'appelle pas de vote. 7

8 Question écrite : Vœu portant sur la demande de dénomination du CNOR Rapporteur : Y. Doucet «Nous émettons le voeu de baptiser rocade Gabriel BIANCHERI, le nouveau contournement nord ouest de Romans, dénommé CNOR, inauguré le 23 octobre Le 28 décembre 2010 disparaissait monsieur Gabriel BIANCHERI, député de la 4ième circonscription de la Drôme. Salué unanimement par l'ensemble de la classe politique régionale et nationale comme un homme droit et juste faisant passer l'intérêt collectif avant tout, Gabriel BIANCHERI a oeuvré pendant plus de 28 années dans le département en tant que conseiller général du canton du Grand Serre mais aussi comme vice-président de 1992 à Il s'est toujours battu pour défendre ses valeurs rurales, et apporter le meilleur service aux habitants de son canton. En tant que député, Gabriel BIANCHERI a toujours défendu sa circonscription ainsi que les projets porteurs et cela au-delà de tous clivages politiques. C'est pourquoi, il nous paraitrait judicieux de donner son nom au nouveau Contournement Nord Ouest Romans (CNOR) car cette route est un véritable lien entre Romans et la Drôme des collines et permettrait de laisser un souvenir marquant de son engagement politique sur notre territoire. En donnant le nom de Gabriel BIANCHERI au contournement de Romans Ouest, notre conseil municipal pourra rendre un hommage fort à un homme apprécié de tous ; tout en montrant le lien perpétuel entre les Romanais et la Drôme des collines.» M. Henri BERTHOLET mentionne qu'il est de tradition d'inscrire le nom des personnalités dans le paysage communal en baptisant des voies. D'ailleurs il réfléchit actuellement à la meilleure façon d'honorer Georges FILLIOUD. Tous les députés n'ont pas été honorés à Romans, notamment André BRUNET qui a siégé à l'assemblée Nationale de 1981 à Romans en a laissé le soin à St Sorlin en Valloire. M. BERTHOLET n'est pas convaincu que donner le nom de G. BIANCHERI au CNOR soit une bonne solution. En effet, le contournement routier étant un espace rural, personne n'aura le nom de G. BIANCHERI pour adresse. M. BERTHOLET cite l'exemple de la rocade existante, dont le nom est boulevard Etienne-Jean LAPASSAT. Peu de gens le savent. Heureusement que le collège LAPASSAT est dénommé ainsi, sans quoi le nom d'e.j. LAPASSAT ne serait pas inscrit dans la ville. C'est pourquoi M. BERTHOLET pense qu'il vaut mieux choisir une rue ou future rue. Quoi qu'il en soit, la décision de baptiser ou non le CNOR se prendra en accord avec le Département. Délibération n Subvention complémentaire à l'association «roman(s) à Romans» Rapporteur : E. JUNGO Délibération n Harmonisation tarifaire prestations DEJE Rapporteur : C. WATREMEZ Délibération n Convention entre la commune et l'usrp : mise à disposition d'une emprise foncière pour la création d'un centre de perfectionnement Rapporteur : P. BODOIN M. Yann DOUCET demande si cela génèrera une taxe foncière. M. Patrick BODOIN répond par la négative. Délibération n Subventions exceptionnelles et complémentaires 2011 aux associations Rapporteur : B. DELHOMME 8

9 Délibération n Unis Cités Rhône-Alpes : adhésion et signature d'une convention de partenariat Rapporteur : C. DELON 19 h 30 : départ de Cléo DELON qui donne procuration à Christian WATREMEZ Délibération n Plantations de haies bocagères Rapporteur : JD. ABEL Délibération n Amélioration de la desserte forestière du bois des Ussiaux Rapporteur : JD. ABEL Délibération n Appel à projet citoyen pour le développement durable : remise de prix aux lauréats Rapporteur : JD. ABEL Délibération n Charte pour l'amélioration de l'efficacité de la commande publique entre la commune de Romans et la fédération du bâtiment et des travaux publics Drôme-Ardèche Rapporteur : JP. BERALDIN M. Bernard PINET comprend l'intérêt de cette mesure compte tenu des déconvenues qui surviennent sur certains marchés. Il demande toutefois s'il ne faut pas craindre la réaction de certaines entreprises qui risquent de discuter et de retarder les travaux. M. Jean-David ABEL explique que le code des marchés reste la référence. Si une entreprise vient à discuter, la collectivité a les moyens de répondre. De toute façon, les entreprises ont intérêt à travailler avec les collectivités. M. Philippe DRESIN ajoute que le risque réside plutôt dans les prix anormalement bas pratiqués par des entreprises qui n'arrivent pas ensuite à terminer les travaux. La ville de Romans n'est pas la seule à signer cette charte de bonnes pratiques, d'autres collectivités l'ont fait, quelle que soit leur couleur politique. M. Olivier RICHARD précise que toutes les entreprises savent répondre aux appels d'offres en respectant des critères. Les progrès sont à faire sur le respect des normes sur lesquelles il faut être vigilant. M. Bernard PINET confirme qu'il faut appeler à la vigilance. Certains travaux connaissent de gros problèmes qui ne sont pas pris en compte assez rapidement. Après débats, la délibération est adoptée à l'unanimité. Délibération n Alignement de la rue des Ors : acquisition parcelle de terrain PETITPERRIN Fabien et ZOCCO Jérôme Rapporteur : JD. ABEL 9

10 Délibération n Elargissement des rues A. Camus et S.G. Colette quartier Coquillard : acquisition de foncier Rapporteur : JD. ABEL Délibération n Signature d'un convention de veille foncière et opérationnelle avec l'etablissement Public Foncier de l'ouest Rhône Alpes et la Communauté d'agglomération du Pays de Romans Rapporteur : JD. ABEL Délibération n Cession d'immeubles : 37 et 39 côte Jacquemart en vue de leur réhabilitation Rapporteur : JD. ABEL M. Etienne-Paul PETIT demande quelle est la garantie de voir les travaux se terminer dans 2 ans. M. Jean-David ABEL dit que les conditions sont notées à la signature de l'acte. M. Etienne-Paul PETIT demande si le problème est le même que pour la rue du Mouton. M. ABEL répond par la négative, expliquant qu'il s'agissait d'une vente privée de M. GINET à M. CAMBOULIVE. Si la mairie a eu par le passé des cessions mal bordées par les notaires, aujourd'hui les cessions sont bien cadrées. Par ailleurs, il n'y a aucune inquiétude avec M. LAVERGNE qui a déjà fait de très belles réalisations. M. Yann DOUCET demande pourquoi l'epora n'intervient pas. M. ABEL explique que la raison officielle est que l'epora n'intervient pas lorsque les communes sont propriétaires. Néanmoins, il est intervenu pour la rue Musselon où la ville est propriétaire. Ce qui importe pour la collectivité, c'est que ce patrimoine soit réhabilité et sécurisé. M. Philippe DRESIN indique que l'epora intervient sur des projets de démolition. Or, ici, il n'est pas question de démolition. La rue du Mouton représente des sommes bien plus considérables, mais aucune destruction n'est prévue. M. DRESIN fait remarquer que dans ce conseil, 2 délibérations concernent un travail mené sur le centre ancien et 2 autres concernent un travail mené sur d'autres quartiers, prouvant que la ville a un projet urbain pour l'ensemble des quartiers. Lors des journées du patrimoine, une personne demandait à M. DRESIN quel était l'avenir du centre ancien. La réponse est difficile. Chaque projet sur le centre ancien doit se border juridiquement, car cela représente des sommes colossales. M. DRESIN cite le projet de la cité de la musique qui est un projet de revitalisation du centre ancien, et tient à remercier Mme Marie-Hélène THORAVAL pour son soutien sur ce dossier. M. Philippe LABADENS note que l'évaluation de France Domaine est aujourd'hui de , alors qu'elle était de il y a 2 ans. Il demande si la présence de commerces en est la raison. M. Philippe DRESIN explique que la ville a obtenu des aides de l'etat. M. LABADENS rappelle que les aides de l'etat viennent de la poche des citoyens. Ce qui importe à M. DRESIN, c'est que ce ne soit pas trop désagréable pour les poches des Romanais. M. ABEL précise s'il n'y avait pas des opérations telles que l'anah, les villes, même riches, ne pourraient pas, car ce sont des opérations très lourdes et très contraintes techniquement. Le centre 10

11 historique serait en ruine. Sur certaines opérations, des investisseurs n'ont pas été trouvés. Aujourd'hui l'epora permet de se sortir d'opérations plus difficiles. M. Henri BERTHOLET ajoute qu'à l'époque si la ville n'avait rien fait, on lui aurait reproché de laisser partir en déserrance. La ville savait bien que si un jour elle le revendait, ce serait probablement moins cher, mais comme l'a rappelé P. DRESIN, il y avait la subvention. Après débats, la délibération est adoptée à l'unanimité. Délibération n Instauration d'un périmètre d'étude sur l'ouest romanais (Paillère et Meilleux) Rapporteur : JD. ABEL M. Philippe LABADENS est conscient de la nécessité d'aménager dans ce secteur. En revanche, il n'approuve pas que de nouveaux logements soient construits tant que les problèmes de circulation ne sont pas réglés. Il n'est pas concevable en effet de rajouter du logement dans ce secteur, tant que le projet d'un 4ème pont vers l'hôpital n'aboutit pas, projet qui ne dépend pas de la ville mais qu'elle pourrait soutenir. M. Jean-David ABEL redit qu'il faut avoir un vrai projet urbain sur ce secteur. M. ABEL ne partage pas le même avis sur la circulation, considérant que les transports en commun et les dessertes sont à améliorer. Sur le PLU actuel, des secteurs sont ouverts à l'urbanisation, et il n'est pas question d'en ouvrir d'autres dans les années à venir. Beaucoup de tènements ouverts restent à terminer notamment en voirie, en réseaux ou en assainissement. Mais d'ores et déjà il est important d'avoir un plan d'ensemble pour répartir les commerces, les écoles, les transports, etc... Cette délibération vise simplement, avant d'avoir terminé la révision du PLU, à avoir une capacité de discussion avec les porteurs de projets et ne pas se voir imposer des choses. M. Philippe LABADENS répète sa question à M. ABEL, à savoir s'il est favorable à terme à la construction d'un nouveau pont. M. ABEL répond qu'il est contre car il est nécessaire avant tout de résoudre les problèmes de circulation. M. DRESIN fait remarquer qu'il s'agit d'un avis personnel. Après débats, la délibération est adoptée à la majorité. Une voix contre, M. Bernard PINET. Huit abstentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. Délibération n Autorisations d'urbanisme Rapporteur : JD. ABEL M. Philippe DRESIN rappelle que la collectivité a un projet d'accueil des familles des défunts dans le logement de fonction. C'est pourquoi il semble opportun de construire une maison pour le gardien à l'autre extrémité du cimetière. Compte tenu de la typicité architecturale de la maison actuelle, il serait dommage de la démolir. Après débats, la délibération est adoptée à la majorité. Une abstention, M. Bernard PINET. Délibération n Avis de la Commune sur le projet véloroute voie verte de la vallée de l Isère dans le département de la Drôme - enquête préalable à la Déclaration d Utilité Publique et mise en compatibilité des documents d urbanisme des communes de Romans-sur-Isère, Saint Paul-les-Romans, Eymeux et la Baume d Hostun Rapporteur : JM. CHOSSON M. Philippe LABADENS demande si les cyclistes vont revenir à Romans par le pont vieux et s'ils vont longer les quais. M. Jean-Marie CHOSSON explique qu'il y aura un sens sur la rue St Nicolas et l'autre sens sur les quais. A terme, il sera peut-être possible de créer l'ensemble de la véloroute voie verte sur les quais. 11

12 M. CHOSSON précise que le projet de Romans n'aurait pas été exactement celui-ci, mais il s'agit d'un portage départemental. Après débats, la délibération est adoptée à la majorité. Une voix contre, M. Bernard PINET. Délibération n Installation classée pour la protection de l'environnement SARL SIPER Création d'une exploitation de méthanisation sur la Commune de Bourg de Péage Rapporteur : JC. PELLERIN Mme Marie-Hélène THORAVAL demande ce qui est prévu pour les odeurs pouvant être générées par le transport des matières, et s'interroge sur la maîtrise des eaux usées dont on ne connaît pas la composition. M. Jean-Claude PELLERIN répond que le transport concerne des déchets alimentaires, agricoles. M. Olivier RICHARD précise que ces transports ont déjà lieu. En plus du transport et de l'élimination, il y a une valorisation. M. Yann DOUCET demande combien il existe d'usines de méthanisation en France. M. Jean-David ABEL répond qu'il en existe environ plusieurs dizaines dont certaines très importantes. Les choses les plus polluantes sont transportées ferméés. Concernant les déchets liquides, il n'y a pas d'impact sur la station. Sont concernées les parties organiques des déchets agro-alimentaires, il n'y a pas de produits chimiques ou métaux lourds pouvant poser des problèmes au fonctionnement de la station d'épuration. M. ABEL confirme que tout est vraiment très cadré. Lorsque les études sont bien faites au départ, les impacts environnementaux sont pris en compte et bien traités. M. Jean-Claude PELLERIN assure que les eaux ne contiennent pas de métaux lourds et que la station peut traiter ces effluents sans aucun problème. Les risques sont limités. M. PINET demande combien d'emplois seront générés. M. PELLERIN indique qu'il est question de 4 emplois. M. Jean-David ABEL précise que cela représente à la création beaucoup de travaux mais qu'il s'agit ensuite de maintenance et de gestion quotidienne. M. PINET demande si le site ne devrait pas être plus éloigné des habitations. M. PELLERIN explique que le réseau de chaleur nécessite d'être à proximité de l'équipement. Il rappelle que l'intention est de chauffer le centre aquatique. M. Jean-David ABEL indique que la communauté d'agglomération travaille actuellement sur plusieurs projets, un projet individuel d'exploitation et un projet collectif qui pourrait servir au lycée horticole et aux serres. Il confirme qu'il est nécessaire d'être situé à proximité du lieu où la chaleur va être utilisée. Il s'agit, comme ce projet, de rabattre la matière organique, les déchets verts, les matières agricoles, organiques, etc... M. Yann DOUCET s'interroge sur la proximité d'industries de type SEVESO 2. M. ABEL répond que le danger est moins grand que les silos agricoles. M. DOUCET évoque l'usine Courbis. M. Philippe DRESIN indique que Courbis est à Romans et que le projet est porté par Bourg de Péage. Dans l'enquête, Romans est concernée dans un rayon de 3 km. Pour la population, il n'y a pas de problème particulier ni dans les transports, ni dans les odeurs... Après débats, la délibération est adoptée à la majorité. Huit absentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. 12

13 Délibération n Installation classée pour la protection de l'environnement Station intercommunale d'assainissement de Romans : surveillance de la présence de micropolluants rejetés vers les milieux aquatiques Rapporteur : JC. PELLERIN Délibération n Rapport d'observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes concernant la gestion de la commune de Romans au cours des exercices 2004 et suivants M. Philippe DRESIN explique que le rapport de gestion est établi pour chaque commune, tous les 4 ou 5 ans et concerne les questions comptables et les critères de gestion. D'autres communes du territoire sont examinées. M. DRESIN remercie les magistrats, les services de la Trésorerie et la gestion comptable et financière. Il s'agit d'un rapport très technique pour sa plus grande part et également un peu politique avec un jugement d'opportunité. La première partie concerne la fiabilité des comptes, la deuxième partie concerne la situation financière, la troisième partie concerne la gestion de la dette et la quatrième partie, les questions plus ponctuelles. La collectivité n'a ni à se féliciter ni à se plaindre de ce rapport, établi honnêtement. Il redit ce qui a été dit depuis plusieurs mois. La ville de Romans respecte les critères de la comptabilité publique, sa compatibilité est sincère. La CRC fait les constats suivants : la consommation de crédits est cohérente. Sur l'évolution des résultats, la CRC constate que hors recette exceptionnelle relative à la gendarmerie, les résultats de 2009 auraient été déficitaires en investissement et excédentaires de 2 millions d' en fonctionnement, soit un exercice excédentaire de 2 millions d' en les dépenses de gestion sont dans des ratios corrects, alors qu'elles sont inférieures à la moyenne de la strate, en raison des bases des taxes inférieures à la moyenne de la strate, et en raison du déficit de la DGF (dotation globale de fonctionnement) inférieure de 11 % à la moyenne de strate. Ce qui représente pour Romans, un manque de 1 million d' par an, et ce depuis 20 ou 30 ans. Bien que reconnue, cette situation ne peut être corrigée. les charges de gestion sont relativement contenues avec une progression de 3% sur 4 ans la baisse de 11,53 % de l'encours de la dette, et la baisse de l'annuité de la dette même si celle-ci est légèrement supérieure à la moyenne de la strate. Ce qui n'a jamais été caché. Le désendettement, la consolidation et sécurisation de la dette, et la diversification des prêteurs, étaient un engagement de campagne. la ville n'a plus recours à la ligne de trésorerie, sa trésorerie est créditrice et s'élève à , dont 3 millions placés à court terme sur des bons du trésor. sur la gestion de la dette, les emprunts sont des emprunts dits structurés, ils permettent d'avoir une sécurisation au fil du temps. La CRC rappelle les risques financiers pour la commune et remarque les manoeuvres de régulation de la collectivité. sur la gendarmerie, la CRC liste ce que Romans perd en loyers et gagne en soulte. Elle fait également une énumération de ce qui a été fait et dit, mais ne tranche pas. sur le contrôle des associations et l'évaluation de leurs actions, la ville est conforme au règlement administratif même si certaines conventions sont anciennes et doivent être remises à niveau. La CRC considère que Romans donne trop de subventions. M. DRESIN précise que la municipalité a toujours montré l'intérêt qu'elle portait à la vie associative : licenciés sportifs, 1344 abonnements à la saison culturelle le 1er jour, associations culturelles, maisons de quartier, mjc... Pour la collectivité, c'est un marqueur de l'action municipale. sur l'action internationale, la CRC demande que la ville tienne compte de l'évaluation de la coopération qu'elle a conduit avec le CIEDEL pour recentrer ses interventions. M. Bernard PINET n'a pas la même lecture que M. DRESIN du rapport de la CRC qui, selon lui, formule des remontrances : inadéquation entre les budgets et les actifs beaucoup trop d'études trop de dépenses engagées pour très peu de réalisations non concordance d'état de la dette compte de gestion 2009 erreurs d'écritures comptables : la collectivité doit s'attacher du personnel ou des services extérieurs de comptabilité plus compétents. 13

14 beaucoup d'informations n'ont pas été fournies aux élus notamment sur le suivi de la dette. confirmation que la recette exceptionnelle de la gendarmerie à permis de combler le déficit 2007/2008. les produits de gestion 2008/2009 sont en hausse avec + 11 % la hausse des impôts directs recommandée pour combler en partie le déficit, a été de 9 % en 2008 alors qu'elle se situe en moyenne entre 2 et 3 % dans les villes de même strate. l'imposition fiscale des ménages est supérieure à la moyenne nationale alors que le revenu moyen des Romanais est inférieur à la moyenne nationale la Dotation Globale de Fonctionnement progresse de 4 % en 2006/2009, mais les versements de l'etat ont diminué de plus d'1 million d' la commune a procédé à une vente importante de son immobilier, ce qui aura des répercussions négatives à l'avenir. les charges de personnel progressent jusqu'en 2009 alors que la commune a diminué ses effectifs de plus de 10 %. La CRC est indulgente et timide alors que le FN a toujours soulevé cette cohérence qui coûte cher à la collectivité. les dépenses de subventions auraient dû diminuer non pas de moins 15 mais de moins 30, compte tenu des difficultés financières de la ville l'encours de la dette reste élevé et représente plus de 2344 par habitant en 2009 hausse des intérêts d'emprunt. l'insuffisance permanente de trésorerie jusqu'en 2009, année de cession de la gendarmerie. les risques financiers pris par la commune avec les taux variables et l'irrégularité de la transaction de la gendarmerie. l'action de Romans International dont la neutralité n'est pas assurée. La CRC dit que le coût d'une politique de coopération décentralisée n'est pas opportune. L'étude commandée pour l'évaluation qui faisait apparaître le peu d'efficacité des actions. M. PINET conclut en disant que ce rapport est indulgent, mais il met en évidence des irrégularités comptables dues sans doute à la complexité administrative. S'il ne condamne une politique laxiste, et clientéliste, ce rapport rappelle quelques règles de bonne gestion. Il pointes les relations internationales et la coopération décentralisée pas indispensables en regard de la situation financière. Cela donne raison au FN et confirme sa justesse de vue. L'influence du FN sur la CRC ne peut être suspectée. La politique conduite à Romans reflète la politique conduite par les dirigeants nationaux en continuant une ligne laxiste, dépensière et mondialiste, aux antipodes du peuple français. M. Henri BERTHOLET remarque que M. PINET donne raison à la CRC dans les reproches qu'elle fait à la ville de Romans, et donne tort à la CRC dans ce qu'elle ne reproche pas. M. Noël CHENEVIER fait remarquer qu'en autofinancement en 2009, ont été perdus, en vente de l'immobilier, il manque donc Sur la cession du bail, la CRC dit que ce n'était pas judicieux. La majorité a calculé un déficit de alors que la CRC l'évalue à M. CHENEVIER est surpris de lire qu'avant septembre 2008, la collectivité n'a pas mesuré les risques de tels prêts. Enfin, M. CHENEVIER évoque la page 1153 relative aux études sur la situation financière de la commune. Concernant le suivi de la dette et le contrat avec Finances Active, la CRC dit que la collectivité a été destinataire d'un audit financier et d'une synthèse mensuelle de la dette, et que certains de ces documents pourraient être présentés aux conseillers municipaux. M. Philippe DRESIN répond que ce n'est pas obligatoire. Par ailleurs, il fait remarquer que l'opposition déforme systématiquement les informations contenues dans les documents transmis. Sur le sérieux des équipes, M. DRESIN considère que les propos de M. PINET sont inacceptables, honteux et désobligeants. Selon M. DRESIN, M. PINET ne connait pas la comptabilité publique dans laquelle interviennent un ordonnateur, le maire, et un payeur, le comptable du trésor. La mairie enregistre une partie des écritures comptables et le comptable en enregistre une autre partie. Il n'est donc pas anormal qu'il y ait des écarts de comptes. Par ailleurs, M. DRESIN met au défi M. PINET de trouver une collectivité en France qui n'ait pas ce genre de remarque. M. DRESIN apporte tout son soutien à l'équipe de la direction comptable et financière, qui est sérieuse et compétente. M. Noël CHENEVIER rajoute que l'équipe est compétente et disponible. M. Bernard PINET explique qu'il a dit que la complexité en était la cause. Concernant les frais d'études, M. Philippe DRESIN précise que la CRC a reconnu que son premier jugement n'était pas bon. 14

15 Sur le suivi de la dette, il est vrai que les documents n'ont pas été fournis au conseil municipal jusqu'en Le suivi de la dette a été transmis au débat d'orientation budgétaire 2011, et il continuera d'être transmis. Concernant le personnel, la ville de Romans est fière de ses effectifs qui fournissent un vrai service public, mais ceux-ci ne sont pas plus nombreux que dans les autres villes. Ses dépenses de personnel sont même inférieures aux 55 % des dépenses globales qui sont la moyenne de même strate. Si Romans est comparée à certaines collectivités qui font de la soustraitance, certes, elle peut être légèrement au dessus, mais cela signifie que les dépenses se retrouvent dans les charges de gestion courante plutôt que dans les charges de personnel. M. DRESIN confirme que sa vision n'est pas la même que celle de M. PINET. C'est normal et cela permet aux électeurs d'avoir le choix. Sur la gendarmerie, M. DRESIN fait remarquer à M. CHENEVIER qu'il faut regarder les taux d'actualisation des sommes qui ne sont pas indiqués. Il faut aussi regarder les coûts de gestion (ou de frottement) d'un bien. Ces coûts ne sont pas indiqués par la CRC, alors qu'ils sont un élément à prendre en compte pour la collectivité. M. DRESIN rappelle que la gendarmerie a été réalisée par la ville pour le compte de l'etat, pour rendre service. Quand la ville était propriétaire des abattoirs, n'ayant pas de raison particulière de l'être, elle a eu la possibilité de les vendre. L'Etat a le même raisonnement que Romans en vendant certains biens. M. CHENEVIER dit qu'il n'y aurait pas eu de problème si la ville avait vendu au lieu de vendre M. Etienne-Paul PETIT fait l'intervention suivante : «Tout d abord, nous nous réjouissons de la communication de ce rapport d observation de la Chambre Régionale des Comptes (CRC). Il a le mérite de poser les choses de manière claire, objective et non partisane. Pour être synthétique, nous évoquerons trois points. En premier lieu, la CRC fait remarquer que la municipalité est à l origine d un soutien fort et sain du milieu associatif. Même si certaines associations bénéficient d augmentations substantielles de leurs subventions, dans leurs globalités, les dites subventions sont maîtrisées. Ce choix politique est courageux et nécessaire si l on tient compte du contexte économique local et de la crise actuelle. C est le point positif que nous retiendrons. Ensuite, la dette. Par rapport au milieu des années 2000, elle semble plus contenue depuis un ou deux ans. Néanmoins, trois interrogations se posent : tout d abord, la CRC évoque sans détour le peu de marge de manoeuvre en matière fiscale. Elle ajoute également qu il existe un manque de provisions manifeste sur les emprunts volatiles (cf. page 38 du rapport) et invite la municipalité à y pourvoir, ce qui ne semble pas être une priorité de la majorité. Enfin, elle précise que la vente de nombreux actifs immobiliers engendre des recettes exceptionnelles non pérennes. Et c est là un réel problème, car quid de l avenir. De plus, dans ces recettes exceptionnelles, la vente de la gendarmerie s avère être une moins value financière tant à long terme (- 1,8 million d euros sur 40 ans selon la CRC soit euros par an), qu à court terme (puisque le loyer de la gendarmerie engendre une recette annuelle de euros déduction faite du remboursement de l emprunt). Au total, les efforts réalisés sont à nuancer car en partie non pérennes, sans compter les éventuels emprunts d investissements à venir et l absence de provisions sur les emprunts volatiles. En dernier lieu, nous nous interrogeons sur les charges de personnel. On ne peut que se réjouir du choix politique de «stagiairisation» pour lutter contre la précarité ainsi que de la progression des temps non complets à des temps complets. Mais on s aperçoit néanmoins tout d abord que les charges de personnel ont augmentées de 1,5 million d euros entre 2006 et 2009 soit 55% des charges de fonctionnement (équivalent de la moyenne nationale) ; ensuite que la masse salariale augmente alors que des postes sont supprimés (avec notamment le transfert de 30 postes vers le CCAS). Des efforts structurels concernant les charges de personnel ne pourraient-ils pas être envisagés, poursuivis, pour limiter un tant soit peu les charges de fonctionnement de la commune? Pour conclure, on ne peut que souligner le grand intérêt que ce rapport peut représenter pour la collectivité, gage de clarté et d impartialité. Comme nous l avons souligné, ce rapport est contrasté. Nous le savons, la critique est facile, et l art est difficile, mais la CRC nous invite à participer au débat : nous avons donc pris part à ce jeu démocratique. Il est certain que ce rapport sera un repère pour les années à venir et continuera d alimenter pendant de nombreux mois la vie politique locale.» M. Jean-David ABEL trouve intéressant l'évolution des différents avis de la CRC. M. Philippe DRESIN revient sur les provisions, qui sont une priorité pour la collectivité. Il y a deux manières de voir les provisions : la constitution et la comptabilisation d'une provision, c'est ce que 15

16 fait la ville depuis 2 budgets, en provisionnant par an, ou le gel des coupons par la sécurisation de la dette. Cela revient au même qu'une provision, mais il s'agit plutôt d'une assurance. M. DRESIN comprend l'interprétation que peuvent avoir M. CHENEVIER et la CRC. Mais la dette représente un travail et un suivi quotidien, il est d'ailleurs possible d'indiquer à l'instant le taux du franc suisse. Un budget supplémentaire est mis sur la sécurisation, ce qui revient à une assurance. M. Noël CHENEVIER évoque le risque en plus sur le taux. M. DRESIN dit que cela ne concerne qu'un taux, les autres sont gelés sans augmentation de durée. M. Jean-Marc DURAND pense que la diabolisation de la dette n'est pas une bonne chose. Ce qui est à dénoncer, c'est la dérive financière sur laquelle ont joué Dexia et les autres pour mettre en difficulté les collectivités territoriales. Des taux fixes à 4 ou 4,5 %, sur les sommes concernées, c'est énorme. Une collectivité développe des services utiles à la population et ne sert pas à engraisser les marchés financiers. Il faudrait créer des organismes qui permettent de prêter à taux 0 aux collectivités. M. DURAND s'interroge sur la richesse dont disposerait aujourd'hui la commune si elle n'avait pas engagé les dépenses qui ont créé sa dette. Ce sont des mécanismes compliqués. La dette est utile au développement. La CRC emmène la collectivité dans une logique de Maastricht. M. Jean-David ABEL rappelle que le rapport confirme que Romans conforte les efforts entrepris avec des difficultés structurelles et des recettes faibles. Il dit par ailleurs que céder des actifs pour se désendetter, ce ne sont pas des choses pérennes. L'avis de la CRC est précieux pour toutes les collectivités. M. ABEL est en total désaccord avec M. DURAND qui prétend que la dette n'est pas grave. Pour les Verts, il y a une dette toxique. Emprunter pour le fonctionnement courant, n'est pas une bonne gestion ni pour une collectivité ni pour un particulier. Il est important de dire pourquoi la ville s'endette, quelle est la structure de sa dette, quels sont les risques à prendre ou non, sans quoi la ville ne fera que s'enfoncer et laisser à ses successeurs un cadeau empoisonné. Bien sûr les financiers sont coupables, mais il faut être deux pour contracter. Les collectivités sont responsables de prendre les produits financiers ou non. Elles ne doivent pas aller au-delà de ce qu'elles peuvent rembourser. M. Henri BERTHOLET n'a pas entendu M. DURAND dire que la dette était bonne. Il a compris que la dette n'était pas bien en soi, mais était parfois nécessaire pour produire de la richesse. Il convient de ne pas emprunter pour le fonctionnement courant. Mais Romans, pas plus qu'une autre collectivité, n'a le droit d'emprunter pour son fonctionnement courant, car seul l'etat peut le faire. Les budgets sont forcément équilibrés et même excédentaires. Ce rapport ne fait pas l'objet d'un vote. 21 h 25 : Départ de Marie-Hélène THORAVAL qui donne procuration à Noël CHENEVIER Délibération n Décision modificative n 4 du Budget La délibération est adoptée à la majorité. Neuf voix contre, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET, M. Bernard PINET. Délibération n Taxe sur la consommation finale d'électricité Délibération n Annulation délibération n Garantie d'emprunt accordée à l'usrp (Union Sportive Romano-Péageoise) 16

17 Délibération n Exonération de taxe foncière sur les propriétés non bâties en faveur des terrains arboricoles et viticoles Délibération n Exonération de taxe foncière sur les propriétés non bâties en faveur des terrains agricoles exploités selon un mode de production biologique Délibération n Subvention de la ville à la Caisse des Ecoles de Romans Délibération n Prise en charge de frais de soins hospitaliers Délibération n Gendarmerie de Romans sur Isère Bail emphytéotique administratif M. Philippe DRESIN rappelle que la SNI est un établissement public, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations. L'Etat gère 650 casernes de gendarmerie. D'autres collectivités que la ville de Romans ont conclu dans le même temps, un BEA avec la SNI pour la même raison. M. Noël CHENEVIER dit que c'est une question d'années. M. Philippe DRESIN répond que ce n'est pas ce que dit la SNI. La loi a été modifiée en 2011 et promulguée. Il manque à ce jour les décrets d'application, mais la loi est effective. La ville de Manosque dirigée par une municipalité UMP, a lancé il y a 2 mois la même procédure que celle de Romans aujourd'hui. Cette délibération est la même que celle prise par Manosque, et a été relue par les services de légalité en Préfecture qui ont conseillé à la ville de Romans de se mettre dans le cadre d'une consultation de marchés publics. Il s'agit donc de faire une publicité de cette consultation pour avoir des réponses des opérateurs. La commission qui sera élue dans la délibération suivante, choisira parmi ces opérateurs. Après débats, la délibération est adoptée à la majorité. Onze voix contre Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET, M. Bernard PINET, Etienne-Paul PETIT, Magda BERTRAND. M. Henri BERTHOLET rappelle que le Tribunal Administratif a annulé la précédente délibération relative au contrat avec SNI pour des raisons de forme et de fonds. Sa lecture de la loi était différente de celle qui avait été faite jusque là et qui concernait plus de 650 contrats. Cette situation a posé de gros problèmes d'interprétation à la gendarmerie sur plus de 600 sites. Cela concernait toute la France et des communes de tout bord politique, et notamment un des derniers contrats signés dans le département du Rhône dont le président est le ministre de la Justice. Le législateur a pensé qu'il fallait réécrire une loi pour qu'elle soit désormais dénuée d'ambiguïté. Des amendements ont donc été proposés. La loi a été votée y compris par madame le député de notre circonscription. Il serait curieux aujourd'hui qu'au motif que les décrets ne sont pas parus, des gens qui ont voté la loi, disent qu'elle n'est pas applicable. M. BERTHOLET note la position de l'opposition, et confirme qu'il lira la presse demain pour prendre connaissance des éventuelles déclarations hors du conseil municipal. 17

18 Délibération n Gendarmerie de Romans sur Isère Election d'une commission d'ouverture des candidatures Le vote a lieu à bulletin secret. M. Etienne-Paul PETIT précise que «Romans d'avenir» n'a pas présenté de liste. Nombre de votants : 38 Suffrages exprimés : 38 Blancs ou nuls : 0 La liste «Toutes nos forces pour Romans» : La liste «Ensemble un nouvel élan» : La liste «Romans une ville française» : Nombre de voix Nombre de postes Sont élus pour siéger : Membres titulaires : Henri BERTHOLET, Philippe DRESIN, Jean-Claude PELLERIN, Maurice CROUZET, Marie-Hélène THORAVAL Membres suppléants : JP. BERALDIN, JM. CHOSSON, M. DE TONNAC, K. ABDI, Noël CHENEVIER Délibération n Marché ORU de la Monnaie : requalification de la place Hector Berlioz, les avenant n 1 pour les lots 1 et 3 Rapporteur : JP. BERALDIN La délibération est adoptée à la majorité. Une voix contre, Bernard PINET. Huit abstentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. Délibération n Convention de groupement de commandes entre la Ville de Romans et la CAPR pour le marché Intranet / extranet Rapporteur : JM. CHOSSON La délibération est adoptée à la majorité. Une voix contre, Bernard PINET. Délibération n Réussites à concours : suppressions et créations de postes La délibération est adoptée à la majorité. Huit abstentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. 22 h : Départ de Etienne-Paul PETIT Délibération n Direction générale : Suppressions de postes La délibération est adoptée à la majorité. Huit abstentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. Délibération n Direction Enfance Jeunesse Éducation : suppressions et création de postes 18

19 La délibération est adoptée à la majorité. Huit abstentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. Délibération n Direction Patrimoine Bati, Gestion Energétique : Suppression et création du poste La délibération est adoptée à la majorité. Huit abstentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. Délibération n Direction de la Cohésion sociale et de la Tranquillité Publique : Suppressions et créations de postes La délibération est adoptée à la majorité. Huit abstentions, Noël CHENEVIER, Philippe LABADENS, Jean-Louis ROBY, Marie-Hélène THORAVAL, Florence PRAT, Franck ASTIER, Frédérique DUBERNET DE BOSQ, Yann DOUCET. Délibération n Frais de déplacement pour les besoins du service Délibération n Rapport d'activité 2010 du SDED Rapporteur : JP. BERALDIN S'agissant d'une information, cette question n'appelle pas de vote. Délibération n Actualisation des statuts du SDED Rapporteur : JP. BERALDIN DÉCISIONS DU MAIRE La liste des décisions ci-dessous indiquées prises par le Maire dans le cadre de la délégation qu il a reçue du conseil municipal, n appelle aucune remarque de l assemblée : DECI2011/192 ADTIM - Régularisation T665 - T682 DECI2011/191 Amélioration de l'alimentation électrique - Théatre de la Presles - Avenue Chanoine Chevalier - sur Poste "CADILLAC" DECI2011/190 Renforcement du réseau BT et création Poste PSSA : CHAMPION DECI2011/189 Fête de la raviole et de la pogne : contrats de cession du droit d'exploitation des spectacles pour un montant de TTC à LAMASTROCK et TTC à BROUHAHA FABRIK DECI2011/188 Romans scènes : Contrat de cession du droit d'exploitation du spectacle J.L.Trintignant le 6/01/2012 à 20h théatre des cordeliers : HT ainsi que la prise en charge des repas et hébergements pour 8 personnes. DECI2011/185 Romans scènes : Contrat de cession du droit d'exploitation du spectacle de Michel FUGAIN le 14/10/11 à 20h au théatre des cordeliers : HT avec prise en charge des repas de l'équipe. DECI2011/184 Nomination SCP BENHAMOUR et SADONE Huissiers de justice pour citation directe à la société InfoCuir dans l'affaire Roger Vivier. 19

20 DECI2011/183 Romans scenes : Contrat de cession de spectacle Kev Adams le 7 janvier 2012 : et les frais de transport, hébergement et repas pour 4 personnes DECI2011/182 Romans scènes : Contrat de cession du droit d'exploitation du spectacle Le Préjugé Vaincu pour deux représentations à 14h30 et 20h le 06/12/2011 salle J.Vilar : HT ainsi que HT de frais annexes (transport et défraiements) DECI2011/181 Romans scènes : contrat de coréalisation du spectacle Evasion le 10/05/2012 théatre des cordeliers à 20h. 90% de la recette TTC au producteur. DECI2011/180 Placement d'excédent de trésorerie de pour une durée de 1 mois DECI2011/179 Vacations psychologue dans le cadre de l'écoute sociale DECI2011/178 Renouvellement matériel photo ( objectif ) + reprise ancien matériel : ttc DECI2011/177 Marché à procédure adaptée : fourniture et pose d'un colombarium : ,28 TTC DECI2011/176 Assistance à l'élaboration et à la mise en oeuvre du programme AQRU Prix unitaire journalier : directeur de projet et expert TTC, Sénior : 1 076,40 et Junior : 777,40 DECI2011/175 Tarifs 2011/2012 des repas servis aux enseignants DECI2011/174 Tarifs 2011/2012 des repas servis dans les maisons de quartier pendant les vacances scolaires DECI2011/173 Tarifs 2011/2012 des repas servis à la mjc robert martin pour les sessions BAFA et BAFD DECI2011/172 Protocole de coopération décentralisée El Jem Tunisie : frais de missions de M. Ali AKROUT, stagiaire de la ville de Romans basé à El Jem du 1er juillet 2011 au 31 janvier DECI2011/171 Placement d'excédent de trésorerie de pour une durée de 1 mois. DECI2011/170 Régie romans-scènes : saison 2011/ convention ville de romans / romans bourg de péage tourisme DECI2011/169 Régie romans-scènes : saison 2011/ convention ville de romans/fédération des oeuvres laïques de la drôme DECI2011/168 Salon du livre : convention ville de romans/apprentis philosophes/roman(s) à romans - conférence du 19/10/2011 DECI2011/167 Désignation d'un avocat, Me Anceau, afin de saisir le président du Tribunal de Grande Instance à fin de nomination d'un administrateur provisoire au 11 rue Pêcherie à Romans sur Isère DECI2011/166 Romans-scènes : saison 2011/ tarifs préférentiels - convention de partenariat avec le comité d'établissement de la SNCF de Lyon DECI2011/165 Renouvellement du stock de livres mis en vente à la boutique du musée DECI2011/164 Renouvellement stocks d'articles mis en vente à la boutique du musée DECI2011/163 Signature convention Tennis Chasses DECI2011/162 Marché à procédure adaptée : «Formation-action et caoching pour la mise en place d'une méthodologie de gestion de projet d'un groupe pilote» : TTC DECI2011/161 Désignation d'un avocat, Me Anceau, suite au référé suspension du PC de la Cité de la Musique DECI2011/160 Convention d'objectifs 2011 précisant les termes du partenariat entre le département de la Drôme et la ville de Romans pour l'élaboration d'un Plan d'education à l'environnement et au Développement Durable DECI2011/159 Décision modificative de la régie de recettes unique pour l'encaissement des prestations famille (restauration, heures éducatives, ALSH, CLAE) régie n 35 DECI2011/158 Je Dis Muzik : contrat de cession MAYOR : 1000 DECI2011/157 Marché à Procédure Adaptée : "Contrat d'entretien et de maintenance des panneaux d'affichages sportifs des stades et gymnases de la ville." Montant annuel: HT soit TTC. DECI2011/156 De nommer Me ANCEAU afin de repésenter les intérêts de la ville devant le Tribunal Correctionnel de Paris pour le caractère injurieux de l'article de la revue "Le Cuir" en date du 13/07/2011 DECI2011/155 Don de Monsieur Henri TERRES de la chaussure Sculpture "Paléontologie de l'escarpin" au musée international de la chaussure de Romans sur Isère DECI2011/154 Romans scènes : Contrat de cession du droit d'exploitation du spectacle "Quatuor" le 21/03/12 à 20h théatre des cordeliers pour un montant total, contrat, plus défraiement plus transport de HT 20

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 12 JUILLET 2012

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 12 JUILLET 2012 HB/AB - 212 PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 12 JUILLET 212 Présents : Philippe DRESIN, Jean-Claude PELLERIN, Cléo DELON, Jean-David ABEL, Maurice CROUZET, Pierre BRILLAUD,

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 L an deux mille treize, le cinq décembre à vingt heures, le Conseil municipal de la commune de Saint Pierre Quiberon (Morbihan) dûment convoqué, s

Plus en détail

1 Délégation du Conseil au Maire :

1 Délégation du Conseil au Maire : CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU 11 AVRIL 2014 1 Délégation du Conseil au Maire : Madame le Maire expose que l article L. 2122-22 du Code général des collectivités territoriales donne au Conseil municipal la

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 25 SEPTEMBRE 2014

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 25 SEPTEMBRE 2014 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 25 SEPTEMBRE 2014 NOMBRE DE CONSEILLERS En exercice : 15 Présents : 11 Votants : 15 Le 25 septembre 2014, à 20h00, le Conseil Municipal de la commune de ST JOSEPH

Plus en détail

Ville de Cerny Essonne

Ville de Cerny Essonne Ville de Cerny Essonne Procès-verbal du Conseil Municipal Séance du 23 mars 2006 L an deux mille six le 23 mars à 20 h 30, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au lieu ordinaire de ses

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 19 DECEMBRE 2011

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 19 DECEMBRE 2011 HB/AB - 2011 PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 19 DECEMBRE 2011 Présents : Henri BERTHOLET, Philippe DRESIN, Cléo DELON, Jean-David ABEL, Maurice CROUZET, Pierrette NIEL,

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin STATUTS 2014 / 2026 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, les

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Règlement intérieur adopté par le CA du 5/05/2008 modifié par le CA du 10/02/2012 CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE DE LA VILLE DE GRENOBLE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION L'article R.123-19

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL du 16 Février 2011. COMPTE-RENDU (art. L.2121-25 du Code Général des Collectivités Territoriales)

CONSEIL MUNICIPAL du 16 Février 2011. COMPTE-RENDU (art. L.2121-25 du Code Général des Collectivités Territoriales) DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Rognes, le 18 février 2011 COMMUNE DE ROGNES CONSEIL MUNICIPAL du 16 Février 2011 COMPTE-RENDU (art. L.2121-25 du Code Général des Collectivités Territoriales) Etaient

Plus en détail

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Tennis Club Municipal du Tampon STATUTS 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article premier L association dite Tennis Club Municipal du Tampon, fondée en 1962, a pour objet la pratique physique du

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE Vu le code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L.1431-1 à L. 1431-9

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 MARS 2010 APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 4 MARS 2010.

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 MARS 2010 APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 4 MARS 2010. COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 MARS 2010 Le Conseil Municipal s est réuni à la Mairie le mercredi 24 mars deux mil dix sous la présidence de Monsieur Gilles SALAÜN, Maire. Présents

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 (Assemblée Générale Extraordinaire du 19 Juin 2014) Objet et composition de l association Article 1 : L association dite «Union Sportive Grégorienne

Plus en détail

Séance du Vendredi 10 avril 2015

Séance du Vendredi 10 avril 2015 Synthèse des affaires soumises à délibération du Conseil Municipal en application de l'article L 2121-12 du code général des collectivités territoriales Séance du Vendredi 10 avril 2015 20h00 Question

Plus en détail

FINANCES LOCALES/DECISIONS BUDGETAIRES 79. BUDGET PRINCIPAL : DECISION MODIFICATIVE N 2

FINANCES LOCALES/DECISIONS BUDGETAIRES 79. BUDGET PRINCIPAL : DECISION MODIFICATIVE N 2 EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 12 SEPTEMBRE 2011 FINANCES LOCALES/DECISIONS BUDGETAIRES 79. BUDGET PRINCIPAL : DECISION MODIFICATIVE N 2 Le Conseil Municipal, moins 8 voix contre, a adopté

Plus en détail

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS A. Objet et composition de l association Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du

Plus en détail

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens.

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. Publication au JORF du 24 septembre 1959 Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959 le Premier ministre, Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. version consolidée au 27 décembre

Plus en détail

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 Présents : M. d ANGLADE / M. RABANIER / M. DION / M. BARATTINI / Mme PEREZ- ZIJLMANS /M. OUDENOT / Mme DUVAL / Mme DORET / M. ROUSSEAU / M.

Plus en détail

SEANCE DU 26 MARS 2009

SEANCE DU 26 MARS 2009 SEANCE DU 26 MARS 2009 Le vingt six mars deux mil neuf, à dix huit heures trente minutes, les Membres du Conseil Municipal, légalement convoqués se sont réunis en séance publique à la Mairie sous la présidence

Plus en détail

DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Date de convocation : 11 septembre 2015 Nombre de Conseillers en exercice : 19 SEANCE DU 17 Septembre 2015 ********************* Etaient présents : COLAS Roger - HERVET

Plus en détail

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er AVRIL 2015 Le conseil municipal de LADINHAC s est réuni le mercredi 1 er Avril 2015 à 20H30 à la mairie de LADINHAC sur la convocation de Monsieur Clément ROUET,

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 JUIN 2015

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 JUIN 2015 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 JUIN 2015 L an deux mille quinze, le mercredi vingt-quatre juin à 20 H 30, le Conseil Municipal de MAISSE s est réuni en Mairie en séance ordinaire sous la Présidence

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU 10 OCTOBRE 2011 A 18 H

CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU 10 OCTOBRE 2011 A 18 H Direction de la Coordination Administrative PG/MC CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU 10 OCTOBRE 2011 A 18 H ORDRE DU JOUR 2011-10 1 - DECISION MODIFICATIVE N 1 EXERCICE 2011 BUDG ET PRINCIPAL 2 - ADHESION DE

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Les statuts de l Association mis à jour par l A.G. du 28-03-2013

Les statuts de l Association mis à jour par l A.G. du 28-03-2013 Les statuts de l Association mis à jour par l A.G. du 28-03-2013 Statuts de l association Grenoble Isère Logiciel 1/5 ARTICLE 1 - Dénomination : Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 26 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 26 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 26 novembre 2012 L an deux mil douze, le vingt-six novembre à vingt heures trente minutes, le Conseil Municipal de la commune de Vasselin, légalement

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002 La Présidente PP/PC à Monsieur le Président du Syndicat Intercommunal du collège de La Monnerie-le-Montel Hôtel de ville 63650

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION CULTURELLE ET SPORTIVE «CANNE ET DRAGONS»

STATUTS DE L'ASSOCIATION CULTURELLE ET SPORTIVE «CANNE ET DRAGONS» STATUTS DE L'ASSOCIATION CULTURELLE ET SPORTIVE «CANNE ET DRAGONS» Article 1 : dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association dénommée Association Culturelle et Sportive

Plus en détail

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE République française Polynésie française www.cgf.pf LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE (Mode d emploi de la FPC) SOMMAIRE I La mise en place du comité technique paritaire p. 2 A Une instance paritaire pour

Plus en détail

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 TITRE PREMIER : Constitution et Buts Article 1 : Création et Dénomination sociale Il est fondé le 11 juin 2008 entre les adhérents aux présents

Plus en détail

SEANCE DU 22 JANVIER 2014

SEANCE DU 22 JANVIER 2014 SEANCE DU 22 JANVIER 2014 L an deux mille quatorze, le vingt-deux janvier, à vingt heures trente, le Conseil Municipal de la Commune de NOHANENT dûment convoqué, s est réuni en session ordinaire, à la

Plus en détail

COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014.

COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014. DEPARTEMENT DE L ESSONNE REPUBLIQUE FRANCAISE Mairie de Leudeville COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014. L an deux mil quatorze, le vingt-huit mars à vingt heures trente

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 9572-A. Rapport. Date de dépôt: 18 août 2005 Messagerie

Secrétariat du Grand Conseil PL 9572-A. Rapport. Date de dépôt: 18 août 2005 Messagerie Secrétariat du Grand Conseil PL 9572-A Date de dépôt: 18 août 2005 Messagerie Rapport de la Commission des finances chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'etat modifiant la loi ratifiant les nouveaux

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 1 er décembre 2006 s est

Plus en détail

Lou née le 03/01/2014 fille de Benjamin SERVIEN animation sportive Isaac né le 24/12/2013 fils de Michaêl ANSELM restauration scolaire

Lou née le 03/01/2014 fille de Benjamin SERVIEN animation sportive Isaac né le 24/12/2013 fils de Michaêl ANSELM restauration scolaire PD/AB - 2014 PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC DE ROMANS SUR ISERE DU 27 JANVIER 2014 Présents : Philippe DRESIN, Jean-Claude PELLERIN, Cléo DELON, Jean-David ABEL, Pierrette NIEL, Pierre BRILLAUD,

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE DU 10 AVRIL 2015 n 3/2015. GUERIN Maryline 2 ème adjoint

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE DU 10 AVRIL 2015 n 3/2015. GUERIN Maryline 2 ème adjoint COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE DU 10 AVRIL 2015 n 3/2015 Sous réserve d approbation par les membres du conseil municipal lors de la prochaine réunion Présents : PARIS Jean-Claude 1 er adjoint

Plus en détail

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration.

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration. STATUTS I. Individualisation de l'association Article 1 : constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association, régie par la loi du 1er juillet 1901 modifiée

Plus en détail

STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois

STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 : Il est fondé sous la dénomination «Centre de Santé des Grand Synthois» une Association régie par la Loi

Plus en détail

Procès-verbal du Conseil Municipal du 18 mars 2013

Procès-verbal du Conseil Municipal du 18 mars 2013 MAIRIE DE BOURDEILLES Dordogne 24310 BOURDEILLES Tél. 05 53 03 73 13 Fax. 05 53 54 56 27 Procès-verbal du Conseil Municipal du 18 mars 2013 Etaient présents : M. CHABREYROU Olivier, M. REVIDAT Francis,

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 04 FEVRIER 2015

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 04 FEVRIER 2015 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 04 FEVRIER 2015 Séance du Conseil Municipal du : 04 février 2015 Le Conseil Municipal de la commune de Trausse Minervois, légalement convoqué, s est rassemblé

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 PRESENTS : M. X. MADELAINE, Maire ; L.AUGUSTE, L.PARDOEN, E.DELAUNAY, R.FOLTETE, B.LEDRU, P.GOUPIL, C.LECHARPENTIER, B.NUYTEN, N.DUPUIS,

Plus en détail

COMMUNE DE HÉGENEY EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DÉLIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 11 décembre 2014

COMMUNE DE HÉGENEY EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DÉLIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 11 décembre 2014 COMMUNE DE HÉGENEY EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DÉLIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 11 décembre 2014 Sous la présidence de M. Roger ISEL, maire, et après convocation légale du 05 décembre 2014

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel 2 ème Section Département du Pas-de-Calais Budget primitif 2012 non voté N 2012-0097 Article L. 1612-2

Plus en détail

Statuts de l Observatoire régional de la santé d Aquitaine

Statuts de l Observatoire régional de la santé d Aquitaine Statuts de l Observatoire régional de la santé d Aquitaine adoptés par l Assemblée générale extraordinaire du 11 avril 2012 Article 1 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé CONVENTION DE SERVITUDES ENTRE ERDF ET LA COMMUNE POUR LA POSE DE POTEAUX BASSE TENSION A L ATELIER MUNICIPAL DES BASSES LANDES (MISE

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008

COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008 COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008 Date de convocation : le 25 mars 2008 Date d affichage: le 25 mars 2008 Nombre de Conseillers en exercice : 15 Présents : 14 Votants

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION

STATUTS DE L'ASSOCIATION STATUTS DE L'ASSOCIATION TITRE I : PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION...2 Article 1 : Constitution et dénomination...2 Article 2 : Objet...2 Article 3 : Siège social...2 Article 4 : Moyens d action...2 Article

Plus en détail

Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer la convention avec l I.F.A.P.E.

Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer la convention avec l I.F.A.P.E. PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU 24 OCTOBRE 2014 Le Conseil Municipal dûment convoqué s'est réuni en session ordinaire à la Salle Fontanarosa sous la présidence de Mr René JOURDAN Date de convocation : 17

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

CHARTE CONSEIL CITOYEN 2015-2020

CHARTE CONSEIL CITOYEN 2015-2020 CHARTE CONSEIL CITOYEN 2015-2020 ARTICLE 1 er OBJET ET ROLE DES CONSEILS CITOYENS Le Conseil Citoyen, instance de démocratie participative, créé en application des dispositions de l article L2143-1 du

Plus en détail

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du mercredi 10 Décembre 2014 Après avoir approuvé le compte rendu de la réunion du 12 novembre 2014, le conseil municipal a examiné les dossiers et pris

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction Travaux des assemblées/affaires juridiques Service Travaux des assemblées/courrier MDT/CM ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni

Plus en détail

Association Corrèze Elab

Association Corrèze Elab ARTICLE PREMIER - NOM Association Corrèze Elab STATUTS de l'association Corrèze Elab Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS

Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS Siège social: 1 a rue des cadeniers - 44640 LE PELLERIN Le Bouq*Café, café-librairie associatif (association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

ASSOCIATION MAISON PYRENEENNE DU PASTORALISME

ASSOCIATION MAISON PYRENEENNE DU PASTORALISME ASSOCIATION MAISON PYRENEENNE DU PASTORALISME STATUTS * * * * ARTICLE 1 - DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901, ayant

Plus en détail

Arrondissement de PRIVAS MAIRIE DE SAINT-JUST D ARDECHE (07700) CONSEIL MUNICIPAL MENTION DE LA CONVOCATION AU REGISTRE DES DELIBERATIONS

Arrondissement de PRIVAS MAIRIE DE SAINT-JUST D ARDECHE (07700) CONSEIL MUNICIPAL MENTION DE LA CONVOCATION AU REGISTRE DES DELIBERATIONS République Française Arrondissement de PRIVAS MAIRIE DE SAINT-JUST D ARDECHE (07700) CONSEIL MUNICIPAL Département de l Ardèche MENTION DE LA CONVOCATION AU REGISTRE DES DELIBERATIONS Convocation du 20

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE TIR. 38, rue Brunel 75017 PARIS STATUTS TYPES DE SOCIETE DE TIR

FEDERATION FRANCAISE DE TIR. 38, rue Brunel 75017 PARIS STATUTS TYPES DE SOCIETE DE TIR FEDERATION FRANCAISE DE TIR 38, rue Brunel 75017 PARIS STATUTS TYPES DE SOCIETE DE TIR Type Loi 1901 - Sans but lucratif mis en conformité avec les dispositions de la loi du 16 juillet 1984 Adoptés par

Plus en détail

STATUTS. Titre I Objet de l association

STATUTS. Titre I Objet de l association RUGBY CLUB SPORTIF DE BRETIGNY Siège social : 35 rue Edouard Danaux 91220 BRETIGNY Association Sportive loi 1901 n SIRET 408 221 893 00022 n urssaf : 910 96 0333057001011 code NAF : 926C STATUTS Titre

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA Association déclarée conformément à la loi du 1 er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, portant règlement d Administration publique pour exécution de la loi du 1 er

Plus en détail

COMMISSION PERMANENTE

COMMISSION PERMANENTE Délibération affichée, rendue exécutoire, après transmission au Contrôle de la Légalité le : 12/07/13 AR n : A078-227806460-20130705-72937-DE-1-1_0 REPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL GENERAL DES YVELINES 2013-CP-4715.1

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ----------------------------------------------

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- Sous la présidence de M. NICKLER Raymond, Maire Nombre de Conseillers

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE ORDINAIRE DU 30 JUIN 2014

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE ORDINAIRE DU 30 JUIN 2014 Service Affaires générales et juridiques LA/CP COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE ORDINAIRE DU 30 JUIN 2014 Compte rendu affiché le : 8 juillet 2014 Date de convocation du Conseil : 23 mai 2014 Président

Plus en détail

Société Suisse de Transplantation (SST)

Société Suisse de Transplantation (SST) Société Suisse de Transplantation (SST) REVISION DES STATUTS du 1.6.2008 Conformément à la séance de la Commission constitutive du 11.1.2002 Buts et objectifs de la Société Art. 1 Art. 2 La Société Suisse

Plus en détail

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES LETTRE D INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE CE EN MAI? Au mois de mai le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - sur le rapport annuel d'ensemble sur l'activité de l'entreprise (rapport

Plus en détail

SEANCE DU 10 JUILLET 2012

SEANCE DU 10 JUILLET 2012 SEANCE DU 10 JUILLET 2012 Convocation du 02 juillet 2012 L an deux mil douze le 10 juillet à 19h30, le Conseil Municipal s est réuni en séance ordinaire, à la Mairie, sous la Présidence de M. Philippe

Plus en détail

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales STATUTS OBJET SIEGE SOCIAL DUREE ARTICLE 1 Dénomination Il est fondé une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 14 avril 2015

DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 14 avril 2015 REPUBLIQUE FRANCAISE --------------------- DEPARTEMENT DU TARN 2015-007 COMMUNE DE RIVIERES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 14 avril 2015 L'an deux mille quinze, le quatorze avril à 18h30,

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA

STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA I) Objet, composition et ressources de l'association Article 1 : Dénomination, Objet L association Estrelia, (nouvelle dénomination de l association Horizons fondée le

Plus en détail

APPROBATION DU COMPTE ADMINISTRATIF 2006

APPROBATION DU COMPTE ADMINISTRATIF 2006 APPROBATION DU COMPTE ADMINISTRATIF 2006 Délibération n 2007.05 Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L.1612-12, L.2121-14, L.2121-31, L.2122-21, L.2343-1 et 2, Siégeant

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE. Des Délibérations du Conseil Municipal. Convocation du 24 avril deux mil quatorze.

EXTRAIT DU REGISTRE. Des Délibérations du Conseil Municipal. Convocation du 24 avril deux mil quatorze. EXTRAIT DU REGISTRE Des Délibérations du Conseil Municipal Séance ordinaire du 30 avril 2014 DDLB/SH Le trente avril deux mil quatorze à vingt heures trente minutes, le Conseil Municipal s est réuni en

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er JUILLET 2015 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er JUILLET 2015 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction des assemblées, et des affaires générales et juridiques Service Travaux des assemblées/courrier NM/SV ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er JUILLET 2015 20h30 salle des séances 12 rue Louis

Plus en détail

Rédaction des statuts d une association de protection de l environnement

Rédaction des statuts d une association de protection de l environnement LES FICHES PRATIQUES Rédaction des statuts d une association de protection de l environnement Les statuts, ce sont deux choses fondamentalement : - d une part, des règles de fonctionnement interne (pour

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

RELEVE DE DECISIONS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 NOVEMBRE 2015

RELEVE DE DECISIONS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 NOVEMBRE 2015 RELEVE DE DECISIONS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 NOVEMBRE 2015 Le Conseil municipal s est réuni en séance publique, le Mercredi 25 Novembre 2015, à 20H, en la Salle d Honneur de l Hôtel de Ville,

Plus en détail