DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE"

Transcription

1 DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE Un homme de 70 ans, éthylo-tabagique, vous consulte pour une fièvre à 39 C d apparition brutale associée à des frissons, une toux, des expectorations purulentes et une douleur thoracique unilatérale. Devant ce tableau, sa fille, radiologue, a déjà réalisé une radiographie thoracique. Le patient présente des râles crépitants à l auscultation et une tachycardie > 100/min Lors de l interrogatoire, vous apprenez que ce patient a déjà été traité pour une pathologie similaire et décidez d une hospitalisation. 1. Quelles sont les différentes formes cliniques de pneumonie communautaire et leurs étiologies? On peut distinguer en pratique clinique courante sur des bases radiologiques : Pneumopathies alvéolaires à foyer systématisé, (pneumopathie franche lobaire aigüe) souvent limitées à un seul lobe. Les pathogènes sont généralement : S. pneumoniae, responsable d environ 50% des pneumopathies documentées. Legionella pneumophila sérogroupe 1, retrouvée dans 10% des pneumopathies, sur terrain fragilisé (immunodéprimé, éthylo-tabagique, maladie pulmonaire chronique). L atteinte 1/8

2 pulmonaire est souvent bilobaire et extensive. Les signes extra-pulmonaires sont fréquents (neurologiques, digestifs). Contamination hydro-aérique (tours réfrigérantes, fontaines...) Plus rarement, des agents de bronchites chroniques (Haemophilus influenzae, K. pneumoniae, S. aureus, M. catarrhalis ) peuvent être impliqués. Pneumopathie interstitielle constituée d opacités diffuses. Dans ce cas, les étiologies virales prédominent. Les bactéries responsables sont à multiplication intracellulaire : Mycoplasma pneumoniae et Chlamydiae pneumoniae, sont les agents principaux des pneumonies des sujets jeunes (< 40 ans). Ils surviennent sur un mode épidémique et sont d installation progressive. similaire. L. pneumophila peut donner un tableau 2. Quels sont les outils bactériologiques du diagnostic de pneumpathie? a. Les prélèvements respiratoires (p.45) i. Pré-requis 2/8

3 Le but est l étude de la flore des voies aériennes inférieures, non contaminée par la flore oropharyngée. En effet, celle-ci peut masquer le pathogène responsable, d autant plus que certains sont retrouvés en portage (Pneumocoque, H. influenzae, S. aureus). Ainsi : Les prélèvements «salivaires» où la présence de cellules épithéliales témoignent d un mauvais prélèvement sont peu utiles au diagnostic de penumopathie Un transport rapide au laboratoire diminue la contamination ii. L Examen CytoBactériologique des Crachats (ECBC) Le matin au réveil par la toux ou avec l aide d un kiné. La qualité des prélèvements est appréciée sur l examen direct au grossissement x100 : Cellules épithéliales < 25/champs et PNN > 25/champs = bon prélèvement La culture est réalisée après fluidification du prélèvement, permettant le dénombrement de toute bactérie > 10 5 UFC/ml. En pratique, tout pathogène reconnu 10 7 /ml peut être retenu. Le fort taux de prélèvements de mauvaise qualité fait réserver cet examen aux pneumopathies réfractaires à un traitement probabiliste. N.B. : La culture de Legionella sp. requiert des milieux de culture spécifiques devant être ensemencés avant fluidification (destruction de ces bactéries fragiles). Une prescription spécifique est nécessaire. La culture nécessite 3-10 jours. Petit BGN se colorant mal au Gram. Sa mise en évidence à l ED requiert l IF directe (examen spécialisé). La culture des bactéries intracellulaires (M. pneumoniae et C. pneumoniae) est délicate. Le diagnostic direct repose sur la PCR. 3/8

4 L aspiration endotrachéale réalisée chez les patients de réanimation ou les enfants possède les mêmes contraintes que l ECBC. Un seuil de 10 5 à 10 6 UFC/ml est significatif. iii. Le Prélèvement Distal Protégé (PDP) et le Brossage (BDP) Introduction d un dispositif de prélèvement protégé des sécrétions oropharyngées, par l intermédiaire d un fibroscope. Une fois au site de l infection, une aspiration (après instillation d une faible quantité de sérum physiologique) ou un brossage de la muqueuse est réalisée. L aspiration est ensemencée directement alors que la brosse est «vortexée» dans 1 ml d eau stérile. Significatif si le pathogène est 10 3 UFC/ml iv. Le Lavage Broncho-Alvéolaire (LBA) Sous fibroscope, on injecte ml de sérum physiologique au niveau des alvéoles pulmonaires. L aspiration du liquide (20-60%) ramène les sécrétions d un grand territoire pulmonaire. Particulièrement adaptée à la documentation des pneumopathies interstitielles (Virus, bactérie intracellulaires, parasites, champignons) et de la tuberculose. Ce n est pas un prélèvement protégé de la flore oropharyngée Ensemencement d un culot de centrifugation et examen direct.. Significatif si le pathogène est 10 4 UFC/ml sauf pour des pathogènes obligatoires (Legionella, Mycobacterium). b. Recherche d Ag urinaires Pneumocoque : Méthode immuno-chomatographique détectant les Ag polyosidiques du Pneumocoque. La spécificité est de 99% mais la sensibilité est variable : >80% pour les patients bactériémiques, 30-50% sinon. 4/8

5 Légionellose : Sur 10 ml d urines, après concentration, une méthode immuno-chomatographique permet de détecter un Ag de Lp1 en moins de 15 minutes. La spécificité est de 99%, la sensibilité de 80% pour ce sérogroupe (56% pour toutes les Légionelles). Ne dispense pas de la culture. c. Dia gnostic microbiologique indirect : Sérologies Ac anti-legionella : détection des Ac totaux anti-lps de Légionelles de sérogroupes différents. Ils apparaissent en 3-4 semaines après les SC et disparaissent en 2-3 mois mais sont inconstants. L interprétation nécessite : 1 sérum précoce (pdt les SC) + 1 tardif (à 1 mois). Un cas certain de Légionellose repose sur l association SC + Séroconversion. L association SC + Ac fort définit un cas probable (spécificité < 100%). Ac anti-mycoplasma pneumoniae : Méthode de choix car la culture est difficile. Recherche d Ig M et IgG au moment des SC et d Ig G sur un 2 nd sérum à 3 semaines. La présence d IgM témoigne d une primoinfection (enfant). Chez l adulte, on recherche plutôt une des IgG. Les Ac persistent rarement après 1 an Ac anti-chlamydiae pneumoniae : cette recherche présente peu d intérêts car la spécificité est faible et que la prévalence d un taux élevé d Ac chez la population saine est de forte 3. Quelles sont les spécificités du Pneumocoque? a. La bactérie (p.27-28) Diplocoque à Gram + appartenant au genre Streptococcus. Producteur de pneumolysine donnant sur gélose au sang des colonies α-hémolytiques (halo verdâtre) sans catalase. Sensible à optochine. Paroi composée d un peptidoglycane et d acides lipoteïchoiques, entouré d une capsule polyosidique permettant le classement en 91 sérotypes 5/8

6 Commensal des voies aériennes supérieures. Portage évalué à 5-10% chez l adulte (fumeur +++), 20-40% des enfants et 60% en crèche. Pic de portage en hiver. Transmission inter-humaine par la salive (postillons). b. Physiopathologie Colonisation de l oropharynx par adhésion à l épithélium respiratoire via des adhésines spécifiques. Contrôle local de la dissémination vers les VRI et l oreille moyenne par l immunité innée. Ce contrôle est perturbé par - L allergie (œdème perturbant le drainage) - L infection virale (lésion muqueuse) - Le tabagisme (dysfonction ciliaire) - La pneumolysine (action cytotoxique sur l épithélium cilié et l endothélium vasculaire) La capsule permet l échappement à la phagocytose durant la phase de synthèse des Ac anti-capsules (2-3 semaines). L invasion de la circulation sanguine est contrôlée par l activation de la voie alterne du complément par les composants de la paroi et le contact avec les cellules immunitaires au niveau de la rate. c. Terrains favorisants Déficits de l immunité humorale héréditaires ou acquis (SIDA, Myélome, ) Neutropénies Asplénies : drépanocytaires, splenectomisés Déficits multifactoriels : corticothérapie, âges extrêmes, asthme et insuffisance respiratoire chronique, tabagisme, alcoolisme 6/8

7 d. Résistance aux antibiotiques Résistance acquise aux β-lactamines par mutation des gènes codant pour les PLP, enzymes synthétisant le peptidoglycane. La résistance est croisée entre les β-lactamines avec des niveaux de résistance variable. Les souches de Pneumocoques SDP sont détectées par le disque d Oxacilline 5µg ( < 26mm) et/ou CMI à la Pénicilline G par E-test (S 0,06 et R > 1 mg/l). L incidence de la résistance est en augmentation et variable en fonction de l âge (Enfant 60% > Adulte 45%), du sérotype capsulaire et de la localisation (OMA > Bactériémie) Les souches possèdent fréquemment des résistances associées (Macrolides 60%, Bactrim* et Tétracyclines 30-50%). Les nouvelles FQ (Lévofloxacine et Moxifloxacine) possèdent l AMM dans les infections respiratoires à Pneumocoque. De rares souches (< 1%) possèdent déjà des mécanismes de résistance et des échecs sous traitement ont été décrits. 7/8

8 A RETENIR : Les microorganismes responsables de pneumopathies sont : Pour les pneumopathies lobaires : S. pneumoniae L. pneumophila Pour les pneumopathies interstitielles : les virus +++ M. pneumoniae et C. pneumoniae de culture difficile L. pneumophila Le diagnostic microbiologique n est indispensable qu en présence de facteur(s) de risque de mortalité et/ou d échec de l antibiothérapie probabiliste. ECBC est fréquemment contaminé par la flore oropharyngée. Les prélèvements sous fibroscopes sont de meilleure qualité mais invasifs (patients de réanimation). Les autres outils du diagnostic bactériologique sont de qualité inégale : les plus «rentables» sont l antigénurie Lp1 et la sérologie M. pneumoniae. Le Pneumocoque : Est le pathogène le plus fréquent dans les pneumopathies graves ; Atteint des sujets souvent fragiles provocant une mortalité importante (10-20%) ; L amoxicilline reste le traitement de référence des pneumonies à Pneumocoque. 8/8

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE Les infections des voies respiratoires basses sont fréquentes, elles viennent au premier rang des infections

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Démarche du diagnostic bactériologique

Démarche du diagnostic bactériologique 1 TD-ED DCEM 1 Bactériologie B. Berçot, C. Branger Propriété de la Faculté de Médecine Université Paris 7-Denis Diderot Démarche du diagnostic bactériologique II. COMMENT FAIT-ON LE DIAGNOSTIC D'UNE INFECTION

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict.

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. BORDETELLA Introduction Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. 03 espèces existent : -Bordetella pertussis : ou bacille de Bordet et Gengou

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme Mycoplasma Bactéries ubiquitaires, fragiles Classe des Mollicutes Généralités Dépourvues de paroi => Ne prennent pas la coloration de Gram => Résistance naturelle aux ß-lactamines Grande affinité pour

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES AVIAIRES Principales espèces pathogènes chez les poules et les dindes: Mycoplasma gallisepticum, M. synoviae, M. meleagridis, M. iowae, Tropisme

Plus en détail

LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS

LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS C. HALLER - IFSI CHU DE NICE - 09 07 OBJECTIF DE LA SEQUENCE Connaître et appliquer les différentes méthodes de recueil des expectorations en respectant les critères res d

Plus en détail

Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Formation continue Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie,

Plus en détail

Actualités thérapeutiques des

Actualités thérapeutiques des Actualités thérapeutiques des infections cérébro-méningées Cours du collège Septembre 2011 Pr Ag N Kaabia Introduction Méningites purulentes (adulte+++) Méningo-encéphalites à liquide clair Abcès du cerveau

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Mohammed BOUSKRAOUI CHU Mohammed VI Marrakech bouskraoui@yahoo.fr A. 6 mois Fièvre à 38.5 C, tousse Pas de détresse respiratoire, bruits

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Validé par le Dr Jouneau Clinique - Syndrome infectieux : Fièvre Frissons VS Hyperleucocytose - Signes fonctionnels respiratoires : Douleur thoracique Dyspnée

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Pauline Floch AHU Laboratoire de Bactériologie GHS Pr F. Mégraud CHU de Bordeaux 5 ème journée d Infectiologie en Aquitaine 6 ème journée Régionale

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

8 Examens cyto-bactériologiques des sécrétions broncho-pulmonaires

8 Examens cyto-bactériologiques des sécrétions broncho-pulmonaires 8 Examens cyto-bactériologiques des sécrétions broncho-pulmonaires 43 43 Plan du chapitre 1 Contextes identifiés 2 Objectifs 3 Difficultés de recueil : contamination salivaire 4 Pneumopathies communautaires

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Philippe LANOTTE Service de Bactériologie-Virologie, Hôpital Bretonneau - CHRU de Tours & Laboratoire de Microbiologie,

Plus en détail

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy 1 Les virus et Syndromes respiratoires Problématique

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

De quelle maladie souffre chaque patient?

De quelle maladie souffre chaque patient? De quelle maladie souffre chaque patient? FT1 : identifier des pathologies à partir d antibiogrammes VERSION ELEVES ( Tâche réalisée à partir d informations trouvées sur le site www.e-bug.eu) Contexte

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Dr Carine BROCARD Biologiste médical Laboratoire BIOCEANE LE HAVRE Journée des référents anti-infectieux 23 juin 2016 Rouen

Plus en détail

Pathologie du Poumon. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Poumon. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Poumon Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le poumon normal Lobes droits (3) et gauches (2) Bronches souches, divisions Bronchioles, alvéoles

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Prise en charge des infections des voies respiratoires basses de l adulte l immunocompétent ECN n 86, 227

Prise en charge des infections des voies respiratoires basses de l adulte l immunocompétent ECN n 86, 227 Prise en charge des infections des voies respiratoires basses de l adulte l immunocompétent ECN n 86, 227 Référentiel = XVème conférence de consensus en thérapeutique anti-infectieuse infectieuse ; mars

Plus en détail

Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence. COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie

Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence. COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie Pneumonie 2 Pneumonie Aiguë Communautaire Def: si survient en milieu extrahospitalier ou dans les 48

Plus en détail

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON Plan de cours 1-Etiologie... 2 1.1-Terrain :... 2 1.2-Caractère saisonnier :... 2 1.3-Agents en cause :... 2 2-Pathogénie... 2 2.1-Mode de transmission... 2 2.2-Agression

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 Plan 1. Définition 2. Epidémiologie 3. Histoire naturelle de la maladie 4. Diagnostic 5. Prévention 6. Traitement 2 1- Définition

Plus en détail

Améliorer le bon usage des antibiotiques :

Améliorer le bon usage des antibiotiques : 4 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Améliorer le bon usage des antibiotiques : outils existants François CARON Infectiologie 1 Pour bien

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE 1 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE Manuel Tunon de Lara, Paul Léophonte et Alain Didier Référence du programme officiel MODULE 7 - SANTÉ ET ENVIRONNEMENT - MALADIES

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

LA GRIPPE INFORMATIONS

LA GRIPPE INFORMATIONS LA GRIPPE INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : P. LEOPHONTE (mail : ) Objectifs : La grippe est une maladie aiguë virale très contagieuse, évoluant sur un mode épidémique, due à Myxovirus

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Pneumonies nosocomiales

Pneumonies nosocomiales Pneumonies nosocomiales Revue bleue 2005 définitions Hospital-acquired pneumonia» (HAP) Débutant 48h ou plus après admission «Ventilator-associated pneumonia» (VAP) Débutant 48h ou plus après intubation

Plus en détail

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose 20/04/2015 MASSA Jacques François L2 CR : BRASSIER Julia. Digestif Professeur Ranque 6 pages AIH - Aspergilloses Plan A. Introduction B. Pathogénicité C. Mise en évidence de l'aspergillose D. Les différentes

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197)

Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197) Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197) Dr T. GUY Service de Pneumologie tiphaine.guy@chu-rennes.fr Cas clinique Mr J. 55 ans est admis

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON Quelques généralités Infections et agents infectieux Infection = agression

Plus en détail

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Infections respiratoires basses chez le nourrisson Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Introduction Les infections respiratoires basses de l enfant constituent un problème

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail