PLAN DE REDRESSEMENT ET DE RELANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DE REDRESSEMENT ET DE RELANCE 2012-2016"

Transcription

1 MINISTERE DE LA POSTE ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union Discipline Travail LA POSTE DE COTE D IVOIRE PLAN DE REDRESSEMENT ET DE RELANCE RAPPORT DE MISSION AVRIL 2012

2 SOMMAIRE INTRODUCTION 4 SECTION I. PRESENTATION DE LA POSTE CI ET DU MARCHE DES POSTES Présentation de la Poste CI Aperçu du secteur des Postes en Côte d Ivoire 8 SECTION II. DIAGNOSTIC OPERATIONNEL Revue de l environnement institutionnel Structure organisationnelle et gestion des ressources humaines Système commercial Système de production Système informatique Système de gestion Système de contrôle interne 24 SECTION III. DIAGNOSTIC FINANCIER Analyse de la situation financière et patrimoniale Analyse de l exploitation et de la rentabilité 33 SECTION IV. RECOMMANDATIONS Cadre réglementaire de l activité postale Gestion financière Structure organisationnelle et gestion des ressources humaines Système commercial Au plan du système informatique Au niveau des systèmes de gestion Au niveau du contrôle interne Au niveau de l information financière 42 SECTION V. SCHEMA DE REDRESSEMENT ET DE RELANCE Volet institutionnel et juridique Cadre réglementaire et institutionnel Bonne gouvernance Volet financier Rappel des efforts déjà consentis par l Etat Financement du plan de redressement Financement du plan de relance Synthèse de besoins de financement Volet économique Plan d investissement Politique d accroissement des ressources Réduction de la masse salariale 58 SECTION VI. PROJECTIONS FINANCIERES ET EVALUATION DU BESOIN 63 DE FINANCEMENT DU PLAN DE REDRESSEMENT ET DE RELANCE 6.1. Chiffres d affaires prévisionnels 64 Plan de redressement et de relance 2

3 6.2. Prévisions des charges d exploitations Compte de résultats prévisionnels Plan d apurement des dettes d exploitation Plan de financement 72 SECTION VII. SYNTHESE DES MESURES DU PLAN DE REDRESSEMENT ET DE RELANCE Mesures à prendre par l Etat Mesures à prendre par la Poste CI Chronogramme d exécution Ordre de priorité des diligences attendues de l Etat 80 Plan de redressement et de relance 3

4 INTRODUCTION La Poste de Côte d Ivoire, société d Etat exerçant des missions de service public, est une entreprise confrontée à d énormes difficultés financières et opérationnelles. Cette entreprise présente des caractéristiques de fragilité dues notamment à : - Son incapacité à s adapter à un environnement qui n a cessé d évoluer techniquement, notamment du fait de l essor des technologies de l information et de la communication; - des grèves à répétition qui ont fini par porter atteinte à la cohésion dont la société avait besoin pour engager les reformes indispensables ; celles-ci ont également porté un coup à son image ; - les crises institutionnelles qu a connues l entreprise et qui ont contribué à installer une instabilité managériale et sociale - les crises socio-politiques de ces 10 dernières années, qui ont eu un impact négatif sur la Poste en raison de nombreuses fermetures de centres d exploitation et la destruction d une partie importante de son outil de travail (fermeture des bureaux et guichet en zone ex-cno); - une activité postale évoluant dans un environnement réglementaire désuet, de concurrence déloyale et anarchique. Les différentes reformes entreprises dans le secteur des Postes se sont, en général, limitées soit à un simple changement de statut juridique et de dénomination, soit à une restructuration inachevée comme ce fut le cas en Ainsi, au lieu de donner un coup d accélérateur au développement du secteur, les précédentes reformes ont plutôt contribué à aggraver les difficultés de la Poste confrontée aux dures réalités de la concurrence et des mutations technologiques. Une ébauche de plan de redressement a été élaborée en interne par les services de la Poste de Côte d Ivoire au cours du premier semestre de l année Toutefois, ce plan, basé sur des données économiques et financières au 31 décembre 2010, doit être actualisé au 31 décembre Par, ailleurs, ce plan doit être amélioré sur les aspects relatifs : - à l analyse de l environnement du secteur des postes - au diagnostic opérationnel qui n est pas suffisamment explicité - aux grands axes de développement stratégiques qui ne sont pas suffisamment mis en exergue - au manque de cohérence entre le diagnostic global, les axes de développement, les plans d actions, les moyens à mettre en œuvre et les ressources nécessaires à la relance. Plan de redressement et de relance 4

5 SECTION I. PRESENTATION DE LA POSTE CI ET DU MARCHE DES POSTES Plan de redressement et de relance 5

6 1.1. Présentation de la Poste CI Présentation administrative et historique La Poste de CI est une société d Etat à gestion privée. Elle est régie par le droit privé, c est-àdire la convention collective et le code du travail. La société compte 913 salariés au 31 décembre Elle est régie par la loi n du 04 septembre 1997 et par les dispositions du décret n du 30 juin 1998 portant sa création. Elle a pour objet : - l exploitation du service public postal - l acheminement par voie terrestre, aérienne ou maritime de tout type de courrier et paquets tant sur le territoire national qu à destination et en provenance de pays étrangers, ainsi que les activités connexes. Le secteur des postes en Côte d Ivoire a connu une évolution de son statut juridique dans le temps à travers le Ministère des postes et télécommunications avant des projets TIC. Dans les années 1975, La Poste de Côte d Ivoire avec la branche télécommunication était gérée par l Office des Postes et des Télécommunications avec deux Directions Générales (Postes et télécommunications). Par suite, la Côte d Ivoire a été pionnière dans la banque postale avec la création en 1978 au sein de l OPT de la BIPT (Banque Ivoirienne de développement des Postes et télécommunications) dissoute en 1982 pour devenir une caisse d épargne. Son statut juridique a changé en 1984 en devenant Office National des Postes qui est devenu après la réforme de 1991 la SIPE (Société Ivoirienne de la Poste et de l Epargne), société d économie mixte de type particulier, organisée en deux Directions Générales déléguées aux services postaux et aux clientèles financières. La dissolution de cette dernière en 1998 s est soldée par la création de deux sociétés d Etat avec autonomie financière et personnalité juridique : - la Poste de Côte d Ivoire (PCI) - la Caisse d Epargne et des Chèques postaux (CECP). Suite au changement de régime politique intervenu en 2000, un décret fusionnant La Poste et la Caisse d épargne et des chèques postaux est pris mais ne sera jamais mis en application. L organisation et les attributions des services de La Poste de Côte d Ivoire en tant que société créée en 1998 n ont été fixés qu en 2002 (Cf. décision n 106/Poste-CI/DG/2002 portant attributions et organisation des services). Toutefois, elle se verra amputée de ses services financiers sans que l Etat ne mette en place les diligences prévues (textes juridiques, respect des engagements financiers) pour le démarrage de la nouvelle société. A ce jour, les activités postales sont toujours régies, officiellement, par le code des postes et des télécommunications promulgué en 1976 (loi n du 03 août 1976). L instabilité statutaire et l inexistence de textes fondamentaux adaptés et actualisés ont engendré l absence Plan de redressement et de relance 6

7 de politique sectorielle et de vision stratégique de la poste. Il convient de noter que de 2010 à la période correspondant à la fin de la crise post-électorale (avril 2011), la poste a fonctionné sans Conseil d Administration Présentation de la structure organisationnelle L organigramme actuel de la Poste qui n a pas encore été validé par le Conseil d Administration a été mis en place par le nouveau Directeur Général, nommé le 28 mai 2011 (Cf. Décision n 106 du 13 octobre 2011). L ossature organisationnelle de la société est construite autour d un Directeur Général assisté par un Directeur Général Adjoint. Le Directeur Général et le Directeur Général Adjoint sont assistés de Conseillers. Les départements autonomes sont rattachés directement au Directeur Général. Les Directions qui sont également placées sous son autorité sont les suivantes : - la Direction des Services Postaux (DSP) ; - la Direction des Services Financiers (DSF); - la Direction des Finances et de la comptabilité (DFC) ; - la Direction des Ressources Humaines (DRH); - la Direction des achats et du Patrimoine (DAP) ; - la Direction du Système d Information et de la Poste Numérique (DSIPN); - la Direction des Relations Internationales (DRI); - la Direction de l Inspection (DI); - la Direction Régionale d Abidjan (DRA) ; - les Directions Régionales(DR); - les Sous Directions Régionales (S/DR) ; - le Département Autonome de l Audit Interne (DAAI) ; - le Département Autonome du Contrôle de Gestion (DACG) ; - le Département Administratif et Juridique (DAJ) ; - le Département de la Communication. (DCOM). Pour l exécution de ces tâches, le Directeur Général dispose d un Secrétariat, d une Cellule d Inspection, d un Service de l Exploitation, d un Service de l Action Commerciale, d un Service des Affaires Générales Le Directeur Général Adjoint qui, en plus d assister le Directeur Général, a aussi en charge depuis janvier 2012 le département recouvrement qui dépendait de la Direction Financière. Il a pour mission de développer l activité Marketing et Commerciale de la Poste de Côte d Ivoire en vue de capter les revenus à travers l élaboration et la mise en œuvre des stratégies centrées sur la satisfaction du client. Les missions et attributions des services de la Poste CI ont été fixées en 2002 par la décision n 106 de la Direction Générale en Plan de redressement et de relance 7

8 1.2. Aperçu du secteur des Postes en Côte d Ivoire Présentation du cadre réglementaire Le secteur des Postes est réglementé par la loi n du 03 août 1976 portant code des Postes et Télécommunications promulgué en Cette réglementation, pour ce qui concerne l activité postale, porte à la fois sur : - le monopole postal - la création des bureaux de postes - les conditions d admission des objets de correspondances dans le régime intérieur, et dans le régime international - l affranchissement, la recommandation et le chargement - la franchise postale - les colis postaux - la distribution postale - et la poste maritime Le secteur des Postes est régi par une loi qui date de 1976 (loi n du 31 août 1976). Cette loi régissait le secteur des postes et des télécommunications. La loi de 1976 destinée à réglementer un environnement monopolistique n est plus adaptée aux réalités du marché postal. Les conséquences immédiates peuvent s analyser comme suit : - une concurrence déloyale et anarchique avec des sociétés privées qui exploitent des segments du marché postal, sans en avoir les contraintes du service public postal ; - les sociétés nationales de transport de voyageurs assurent l acheminement du courrier et le transfert d argent de façon déloyale et sans garantie pour les usagers - la perte de parts de marché (baisse drastique de chiffre d affaires). De plus, il convient de noter que la Poste de Côte d Ivoire est connue à ce jour comme l une des seules postes en Afrique, privées de services financiers, pourtant, l un des segments de base de l activité postale. Ces réformes ont contribué à aggraver la situation des activités postales traditionnelles, la laissant à son plus faible niveau de rentabilité. La société «La Poste de Côte d Ivoire» est régie par la Loi n du 04 septembre 1997 portant organisation des sociétés d Etat. Cependant la non application des articles 31 et 32, qui prévoit la signature d une convention de concession, d un cahier de charges et la mise en place d une subvention d équilibre constitue un handicap sérieux à l organisation et au fonctionnement de l entreprise. La scission de l ex-sipe en deux entités distinctes, POSTE-CI et CECP, a été consacrée par le décret n du 30 juin 1998 portant réorganisation du secteur postal. En dépit du périmètre d intervention des deux structures, ces dernières se livrent aujourd hui une Plan de redressement et de relance 8

9 concurrence sans merci dans les mêmes locaux (Mandat Express contre Money Express). En sus, la CECP n a jamais reversé de contribution financière à la Poste CI pour les locaux de l ex SIPE qu elle occupe alors qu un décret pris en 2010 transfert ces biens à La Poste Côte d Ivoire Marché Postal en Côte d Ivoire Le marché postal est atomisé. La poste a perdu énormément de terrain qui a été occupé par des petites sociétés, des particuliers. Dans toutes les gares routières du pays, ont été ouverts des bureaux du courrier qui assurent l acheminement, la distribution du courrier mais aussi le transfert d argent. Une étude réalisée de novembre 2010 à décembre 2011 par la direction des services postaux indique que sur boites postales installées, à peine 40% sont louées par les particuliers, les personnes morales et associations confondus. La forte baisse du trafic des transferts d argent est due, en partie seulement, aux évènements vécus par la Côte d Ivoire. En réalité, cette tendance est observée depuis plusieurs années et s explique par l assèchement de la trésorerie des bureaux de postes lesquels ne peuvent plus payer les bénéficiaires de mandats. Certains bureaux refusent d émettre des mandats car les bureaux de paiement n ont pas les liquidités suffisantes pour assurer les paiements Principaux acteurs Les principaux acteurs du service postal sur le marché ivoirien sont : - la Poste CI avec son réseau postal de 197 bureaux de la Poste de Côte d Ivoire, qui a en charge le service postal universel - Les coursiers locaux qui opèrent des liaisons point à point au moyen de petites voitures ou de bicyclettes (Exemple Factor) - Quelques sociétés de messagerie nationales qui exécutent les opérations concernant le courrier interurbain ou national. Elles disposent en général d une petite flotte de véhicules et de motos (Exemple General Express). - Les messagers internationaux et transfrontaliers disposent souvent à l instar du service postal d un réseau aussi bien dans le pays d origine que dans le pays de destination. Elles travaillent par tournée de distribution dont la géométrie est variable, chaque fois dépendante des objets et de leur destination. Les sociétés de messagerie par voie aérienne dominent sur ce segment. FEDEX, UPS, DHL, Chronopost sont les grands Plan de redressement et de relance 9

10 opérateurs au niveau mondial. Leur croissance a été favorisée par la réduction des barrières commerciales. - les compagnies de transport terrestres qui font l acheminement de courrier et de colis ainsi que le transfert d argent sans agrément ni paiement de redevance pour utilisation du service public - Les acteurs au niveau des services financiers sont les sociétés de transferts de Fonds, dont les plus importantes sont Western Union, Money Gram et la CECP Difficultés du secteur La principale difficulté du secteur postale est l absence de politique sectorielle, qui a engendré une certaine inorganisation. L autre difficulté est l absence d un organe de régulation à l instar du secteur des télécommunications. Enfin, le secteur subit le contrecoup de l évolution des technologies de l information et de la communication, notamment d Internet et du commerce électronique sur les activités à faible valeur ajoutée de services postaux. Les catalogues, les factures, les cartes de vœux, les lettres, les magazines et un certain nombre de documents n ont plus besoin d être livrés dans une forme physique. Conséquences, les nouvelles adresses ont diminué et les volumes de courriers ont reculé de plus de 50 % au cours des 10 dernières années Place de la Poste de CI dans le secteur La Poste CI est chargée d assurer le service universel, mais la réglementation insuffisante pour déterminer les obligations des nombreux acteurs sur les différents segments du marché postal, lui fait subir une concurrence accrue et quelquefois déloyale. Bien que la loi assure un monopole à la Poste CI sur une grande partie des activités postales (courriers jusqu'à 1kg généralement), le secteur postal est de facto concurrentiel et on retrouve de nombreuses entreprises du secteur privé qui distribuent elles-mêmes leurs courriers (factures, commandes). Cette situation est essentiellement due à la faible qualité de service, au manque de confiance des usagers de la Poste et aux prix élevés. La concurrence s exerce surtout pour les envois internationaux et express qui sont assurés par les grands intégrateurs multinationaux. Des services de messagerie ont lancé le marché du haut de gamme, en s appuyant sur une exception pour les lettres à caractère d urgence qui sont transmises par un messager. Plan de redressement et de relance 10

11 Sur les transferts de fonds, les compagnies internationales comme Western Union et Money Gram sont normalement les principales concurrentes des postes nationales. Mais la stratégie de la Poste CI a été de nouer des partenariats avec ces compagnies. A ceux là s ajoute le secteur informel, et souvent le système de transport informel à la gare routière. Les personnes confient aux chauffeurs de taxi-brousse leur colis moyennant le prix de transport d'une personne physique et à charge pour le destinataire d'attendre le colis à l'autre gare routière. Avec son réseau de plus de 197 bureaux sur l étendue du territoire national, la Poste a les atouts nécessaires pour s imposer tout en honorant son obligation de service postal universel. Toutefois, elle éprouve des difficultés à s imposer du fait de la concurrence déloyale dans certains domaines et du faible niveau de sa qualité de service et de ses difficultés financières. Plan de redressement et de relance 11

12 SECTION II. DIAGNOSTIC OPERATIONNEL Plan de redressement et de relance 12

13 2.1. Revue de l environnement institutionnel Au niveau institutionnel et légal Le cadre institutionnel n est pas suffisamment défini. En outre, il est incertain et est dépassé, en termes : - de réglementation sectorielle - de politique sectorielle, - de finalisation du processus de création de la Poste CI, - de cadre de collaboration entre la tutelle et la Poste CI. Au niveau réglementaire, les activités postales sont toujours régies, officiellement, par le code des postes et des Télécommunications promulgué en 1976 (loi n du 03 août 1976.). Ce code des Postes âgé de 35 ans est largement dépassé par l évolution des services, des marchés et des technologies. Contrairement aux pays industrialisés, où la majorité des postes sont devenues des entreprises commerciales à part entière, la Côte d Ivoire n a pas achevé la réforme du secteur postal. Dans les années 90, le processus de libéralisation des marchés a conduit à la scission de l administration des postes et télécommunications en deux entités distinctes. Le secteur des télécommunications s est progressivement privatisé, alors que le secteur postal est resté sous la tutelle de l Etat. Depuis la création de la Poste CI, la Côte d Ivoire n a pas mis en place de plans de développement du secteur postal. Cette situation a engendré une inorganisation du secteur et un retard dans son développement. Au niveau statutaire, la Poste de CI a connu de nombreux changements de statuts jusqu en 2002, qui ont eu pour conséquence une instabilité dans la gouvernance de la société. Outre l instabilité statutaire qu elle a vécue, la Poste de Côte d Ivoire se verra amputée de ses services financiers et l Etat n a jamais mis en place les diligences prévues pour le démarrage de la nouvelle société. Il s agit notamment: - des textes juridiques qui devaient accompagner la société et assainir son environnement (code des postes, contrat de plan, convention de concession, cahier des charges, la mise en place de l autorité de régulation et la prise en compte de la mission de service public.); - du non-respect des engagements financiers qui devaient permettre à la poste de démarrer ses activités sur une situation financière saine. Plan de redressement et de relance 13

14 Au niveau de la bonne gouvernance Pendant longtemps, la Poste CI a imposé ses contraintes d exploitation à ses clients. Malgré son changement de statut, elle a continué à raisonner comme une administration plutôt que comme une véritable entreprise commerciale, en produisant et en vendant ses services sans prendre en compte les coûts et sans connaitre véritablement la demande du marché. Cette situation a abouti à des pertes importantes en termes de parts de marché et à de graves déficits financiers. Bien que la Poste CI ait pris conscience au début des années 2000 de l obligation de se reformer, elle n a pu mener à terme les différentes réformes entreprises en raison de : - l instabilité managériale qui n a pas permis d élaborer un plan de développement et de mettre en place au sein de la société des outils modernes de gestion ; - l incertitude institutionnelle qui a créé une inorganisation du secteur et une concurrence accrue qui a engendré des pertes de part de marché et a accentué ses déficits. - les difficultés à mobiliser des ressources suffisantes de l Etat ou de bailleurs de fonds pour financer les reformes entreprises et relancer son activité 2.2. Structure organisationnelle et gestion des ressources humaines Structure organisationnelle Les faiblesses relevées sont les suivantes : Insuffisance de contrôle du Conseil d Administration Organisation structurelle inadaptée en termes d organigramme, de description des postes, de lourdeur des procédures de décision ; Non formalisation des responsabilités et tâches à accomplir avec fixation d objectifs ; un encadrement, un contrôle et un coaching insuffisants ; Il existe une pléthore de structures avec certaines (départements et services) composées du seul responsable. Certaines missions confiées aux Conseillers sont redondantes avec certaines attributions de Directions (inspection, marketing, TIC) d où les risques de conflits de compétence. Plan de redressement et de relance 14

15 Les activités effectivement exercées par les agents sont insuffisantes par rapport à celles prévues par leurs fonctions. Insuffisance dans la collaboration des différents services Gestion des ressources humaines Les insuffisances relevées sont les suivantes : Pas de gestion prévisionnelle des effectifs Politique salariale non maîtrisée Absence ou carence des outils et procédures fondamentaux d une gestion moderne des hommes dans l organisation : procédures de gestion administrative, fiches de postes, fiches d évaluation, etc. Effectif pléthorique par rapport au niveau d activité. La rémunération globale représente 130% de son chiffre d affaires en Plus de 60% de cet effectif a plus de 45 ans. Par ailleurs, 60% de cet effectif a le statut de fonctionnaire. Personnel vieillissant et peu productif et budgétivore en termes de masse salariale ; Une partie de ce personnel n est pas productive Taux d absentéisme élevé Politique de formation inexistante : pas de plan de formation et pas de formation depuis 2004 Climat social instable avec des conflits internes et des mouvements sociaux récurrents Plan de redressement et de relance 15

16 2.3. Système commercial La gestion commerciale de la Poste est caractérisée par les éléments suivants : Forces - Existence d un réseau dense de bureaux et agences de Poste à travers le pays - Service postal universel - Prix abordable Faiblesses - Absence pendant plusieurs années d un plan marketing - Faiblesse de sa force de vente qui n est pas motivée, soutenue et bien formée ; - absence de prospection - Insuffisance de la politique de communication - Qualité de service limitée par rapport à ses concurrents - Insuffisance des outils de gestion commerciale Les principales observations de la revue critique de la gestion commerciale se présentent comme suit : Stratégie commerciale La stratégie commerciale générale de la Poste de CI n est pas explicite. Nous n avons pas obtenu de documents de stratégie commerciale. Le plan marketing actuel n a pas encore fait l objet de validation. Dans les faits, la Poste de CI est orientée vers la production et le produit. Elle a le souci dominant de concevoir ou modifier ses produits de manière à en faciliter la production ou à en réduire le coût. Elle néglige les considérations liées au marché. Elle ne réalise pratiquement pas d enquêtes d opinion pour apprécier les besoins et les demandes des consommateurs, pour appréhender l image de ses produits, de la qualité de son service et sa propre image auprès d eux. La force de vente est dans une position attentiste qui provient du caractère étatique de la structure. Les habitudes de fonctionnaires héritées du passé sont toujours en vigueur. Les guichetiers se soucient moins de la satisfaction du client que de se donner le temps de réaliser leurs prestations. Les services supports à l action commerciale, tels que le marketing, les statistiques, et autres, ne sont pas réactifs ou sont démissionnaires. Les statistiques de ventes, par bureaux, régions, Plan de redressement et de relance 16

17 produits, et données sur les consommateurs ne sont pas rapidement analysées pour déboucher sur des plans d actions à très court terme et des plans marketing à court et moyen terme. Le réseau postal est très peu informatisé. Les opérations sont manuelles, ce qui réduit la productivité et l efficacité des agents aux guichets, et la consolidation des informations. Cette situation a un impact significatif sur la qualité de service à la clientèle et sur les performances internes de l organisation. La Poste de CI n a pas de stratégie de communication. Il n y a pas d étude sur la conception d une stratégie et d un plan de communication. La société communique très peu sur son image et sur ses produits. La Poste de CI dispose d une gamme de produits assez complète. L existence d une gamme variée de produits et services dans les bureaux et les agences crée un effet synergique. Toutefois, l insuffisance des informations récurrentes sur le marché et sur les besoins et attentes des consommateurs et la dilution de la fonction marketing constituent des entraves à l innovation dans ce domaine. La politique tarifaire de la Poste est définie en fonction de critères socio-économiques. Toutefois, la qualité de service de la Poste CI est inférieure à celle de ces concurrents. Le développement de nouveaux produits concerne en général plusieurs départements de l entreprise. Certaines informations devraient être connues dès le départ (taille du marché potentiel, produits concurrents, prix, réactions possibles de la concurrence), et l implication de la Direction Commerciale devrait s accroître au fur à mesure que progresse la mise au point du produit. En pratique, la coopération des différents départements n est pas effective dans le lancement de nouveaux produits. La Direction Commerciale qui a en charge la politique commerciale, par exemple, s estime marginalisée dans le lancement de certains produits. Parfois, le lancement de nouveaux produits ne fait pas l objet d une large formation du personnel Outils de gestion commerciale L organigramme de la fonction commerciale est caractérisé par des chevauchements d attributions au niveau de la fonction marketing. Dans la définition des prérogatives des autres directions, il y a des études, les statistiques et les actions de développements de produits. Ces redondances sont souvent source de conflits et de frustrations et nuisent à l action commerciale. Les structures animant la fonction commerciale ne travaillent pas toujours en synergie. L organisation actuelle de la fonction commerciale présente les faiblesses suivantes : - Le caractère embryonnaire de la prospection commerciale Plan de redressement et de relance 17

18 - L absence d une structure chargée exclusivement de la communication commerciale et institutionnelle. Bien que logée à la Direction générale, la fonction communication ne fait pas l objet d une affectation spécifique avec délégation dans la définition des politiques et des moyens à mettre en œuvre. Les prévisions budgétaires de ventes ne sont pas soutenues par des études de marché, permettant de connaître au mieux la demande des produits. Les objectifs chiffrés de ventes qui sont donc fixés ne correspondent à aucune réalité commerciale. Le système d informations commerciales ne dispose pas de données détaillées sur de nombreux produits. Par exemple, il n existe pas à ce jour d annuaire des boîtes postales ni d informations sur les boîtes postales non louées par bureau de poste Système de production Services postaux Nous présentons ci-après la revue diagnostique effectuée par une mission de l UPU en septembre 2011 : a) Le réseau postal Le réseau postal compte 197 bureaux dont 64 sont fermés soit, des densités postales théoriques et réelles respectivement de 1 bureau pour habitants et 1 bureau pour habitants. Il faut ajouter à cela une présence postale inégalement répartie dans les régions; - Nous avons remarqué une fréquentation très faible des bureaux de poste visités (RP). Et pourtant il a été procédé à un reclassement de certains bureaux en 2011; - Un centre national de tri postal à Abidjan et un centre de transit aérien à l aéroport international. b) Le trafic postal Le tableau ci-après présente le niveau du trafic des services de base, comparé, sur deux années, avec celui des pays limitrophes Le trafic postal en Côte d ivoire était quasiment au même niveau que celui des pays limitrophes en Les données de 2009 et 2010 n ayant pas été encore traitées au niveau de Plan de redressement et de relance 18

19 l UPU, il est difficile de préjuger du niveau du trafic actuel. On peut néanmoins observer que ces niveaux de trafic sont très faibles pour un pays de plus de d habitants. A noter que les tarifs postaux en vigueur datent de mars c) L acheminement du courrier Pour Abidjan, la recette principale est le centralisateur des bureaux de poste de l agglomération. Un seul passage est réalisé dans les bureaux au lieu de deux, par manque de véhicule. Cette insuffisance de véhicules est à l origine de l irrégularité dans la desserte du centre de tri et du centre de transit aérien. Au plan national, deux lignes d acheminement sont assurées en régie. 55 lignes dont 30 fonctionnelles sont confiées à des transporteurs privés liés à la poste par des contrats dont les montants annuels s élèvent à 315 millions F CFA. Les arriérés de paiement des factures (360 millions F CFA) occasionnent des interruptions dans l exécution du service. Au plan international, la Poste de Côte d Ivoire échange des dépêches-avions avec 191 pays membre de l UPU. En raison des retards de paiements (jusqu à 18 mois) des compagnies aériennes (Air France, Brussels Airlines, Kenya Airways, Royal Air Maroc) ont interrompu le transport des dépêches. A cela est venu s ajouter la suspension d activité d Air Ivoire. Après un paiement partiel, récemment (subvention de l Etat), Air France a repris le service du transport des dépêches. Ces problèmes ont pour conséquences: - Des difficultés dans l établissement des plans d acheminement; - La pratique de l acheminement triangulaire (via la France) entraînant des surcoûts; - L allongement des délais d acheminement; - La chute du niveau de la qualité de service. Au niveau du centre national de tri postal: - Des locaux spacieux mais dans un très mauvais état; - La bande transporteuse ne fonctionne plus par manque de pièces de rechange; - Les conditions de travail sont pénibles (environnement insalubre, chaleur - insoutenable, éclairage défectueux); - La défaillance du système IPS; - Le manque de maîtrise des techniques de tri du courrier (agents nouveaux sans formation). Au niveau du centre de transit aérien, en raison des retards et des suspensions d acheminement le centre, exigu, est encombré de sacs. De plus, le véhicule assurant la navette entre le CNTP et le CTA est souvent en panne; les horaires de travail sont inadaptés et les conditions de travail extrêmement difficiles. Plan de redressement et de relance 19

20 d) La distribution du courrier La Poste de Côte d Ivoire n assure pas la distribution à domicile. Elle est faite dans les boîtes postales. Au 31/12/2010, sur boîtes installées seules étaient louées soit 25,4 % pour un nombre de foyers de près de 4 millions, sans compter les administrations, les entreprises, les commerçants et les professions libérales. Les redevances des boîtes postales varient selon la clientèle (de F CFA pour les particuliers à F CFA pour les sociétés anonymes.). Dans les bureaux visités, il a été constaté un volume très élevé de courriers dans les boîtes, parfois à même le sol, datant de 2 à 3 mois et non enlevés. Aucune action n est entreprise pour y remédier. Poste Plus (EMS domestique). Cette prestation de distribution à domicile, en concurrence avec des privés, est proposée aux seules entreprises. Elle fonctionne très mal en raison de l indisponibilité de moyens roulants (auto et moto.). EMS international en partenariat avec Chronopost. C est une filiale à 50/50 depuis mai Aucun agent de la Poste de Côte d Ivoire n y travaille et la poste n a perçu aucun dividende Les services financiers Les services financiers de la poste sont actuellement constitués des produits suivants: Pour le national: - Le mandat express: Ce produit est commercialisé depuis Son trafic est passé de en 2009 à en 2010; - Post Money: Cette prestation a été lancée en La transmission des informations d un bureau à un autre est faite par téléphone mobile. Le trafic de 2010 est de transactions. La prévision, optimiste, pour 2011 se situe entre et Pour l international: - IFS/IMO: nombre de mandats en 2006: 4 044; Nombre de mandats en 2010 : 46. Cette chute est due à: La rigidité de l exploitation (trop de paramètres à intégrer, avis d arrivée distribué dans les boîtes postales); La nécessaire mise à jour du logiciel; Le tarif non concurrentiel; Le manque de publicité; - Western-Union : trafic total (87 % de paiements et 13 % d émission) en 2000: ; Plan de redressement et de relance 20

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES MINISTERE DE LA POSTE ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DE L ECONOMIE ET DES

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes annuels des associations

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Eléments du cours INTRODUCTION ANALYSE DE L EXPLOITATION ÉTUDE DU BILAN Numérisation & Conception Mr Mohamed-Fadil

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours AVICOM 1, rue Miollis 75015 PARIS Etats financiers au 20/09/2014 Dernier exercice de 9 mois et 20 jours Etats financiers 20 septembre 2014 Page 1 sur 9 Sommaire 1) Bilan 4 2) Compte de résultat 6 3) Annexes

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Guide comptable. A l usage des trésoriers et présidents, gestionnaires de comités régionaux du PEJ-France

Guide comptable. A l usage des trésoriers et présidents, gestionnaires de comités régionaux du PEJ-France Guide comptable A l usage des trésoriers et présidents, gestionnaires de comités régionaux du PEJ-France Introduction Ces fiches pratiques s adressent aux gestionnaires des comités régionaux, présidents

Plus en détail

Rapport financier. Annexe à la pièce 9bis du compte financier. Exercice 2013

Rapport financier. Annexe à la pièce 9bis du compte financier. Exercice 2013 Rapport financier Annexe à la pièce 9bis du compte financier Exercice 2013 Table des matières A. L agence comptable... 3 1. Organisation... 3 2. Contrôle interne comptable... 3 3. Audit... 3 4. Délai global

Plus en détail

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2013 JUILLET 2014 Société à responsabilité limitée au capital de 1. 000. 000 F CFA Expertises

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions.

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP Présentation des conclusions 8 juillet 2014 ETENDUE ET LIMITES Le Cabinet Advolis, conformément à la mission qui lui

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Objectifs et attributs du tableau de financement

Objectifs et attributs du tableau de financement TABLEAU DE FINANCEMENT II 2 1: Objectifs et attributs du tableau de financement On a vu que le bilan permet de fonder une opinion sur l équilibre financier et la situation de trésorerie de l entreprise

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES Préambule I. Faits marquants Page 6 II. Principes comptables, méthodes d'évaluation et modalités de consolidation II.1. Principes et conventions générales Page 6 II.2.

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général Claude Guittard Bureau 153 guittard@unistra.fr LICECE 1 UDS 2012/2013 PROGRAMME Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire Plan Comptable Général Bibliographie indicative:

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

ASSOCIATION FRAGIL LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS. du 01/09/2009 au 31/08/2010

ASSOCIATION FRAGIL LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS. du 01/09/2009 au 31/08/2010 ASSOCIATION FRAGIL Numéro SIRET : 48206926700029 LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS du 01/09/2009 au 31/08/2010 Sommaire Attestation de Présentation 1 Bilan

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date)

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) Ce plan d affaires contient des renseignements confidentiels et exclusifs et ne peut être copié ou diffusé sans l autorisation écrite de Monsieur

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2011

ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2011 OBER ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2011 I FAITS MAJEURS DU SEMESTRE -Révolution tunisienne Les évènements survenus en Tunisie ont affecté l activité de Stramiflex. Le chiffre d affaires

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Compte d exploitation

Compte d exploitation Compte d exploitation Classe 6 : Comptes de charges 60 Achats 606120 Energie ; électricité. 606130 Chauffage. 606220 Produits d entretien 606281 Petit Equipement 606400 Fournitures de bureau 61 Services

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA Tome 2 RELATIF AU DES COMPTES (Directive n 09/2009/CM/UEMOA portant plan comptable de l Etat au sein de l UEMOA) 1

Plus en détail

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR-ADJOINT 2010-2011 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuve d'admissibilité 3 février 2011 ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL CRRFOM 2006

RAPPORT ANNUEL CRRFOM 2006 CRRFOM 2006 Caisse de retraites des régies ferroviaires d outre-mer Caisse des dépôts - Direction des Retraites rue du vergne 33059 Bordeaux cedex : 05 56 11 36 27 www.cdc.retraites.fr RETRAITES CNAF EXERCICE

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

CROS POITOU CHARENTES

CROS POITOU CHARENTES Maison Régionale des Sports Place de la Mairie "La Bourgeoisie" 86240 ITEUIL Déf.&Dév.du patrimoine sportif régional COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2008 SOMMAIRE PRESENTATION Présentation de l'association

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

SOMMAIRE I. FAITS MARQUANTS... 3 II. REGLES ET METHODES COMPTABLES... 4 III.PRESENTATION DU BILAN (ACTIF ET PASSIF)... 5

SOMMAIRE I. FAITS MARQUANTS... 3 II. REGLES ET METHODES COMPTABLES... 4 III.PRESENTATION DU BILAN (ACTIF ET PASSIF)... 5 SOMMAIRE I. FAITS MARQUANTS... 3 II. REGLES ET METHODES COMPTABLES... 4 III.PRESENTATION DU BILAN (ACTIF ET PASSIF)... 5 IV.PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT... 7 1. Détail du bilan - ACTIF... 9 2. Détail

Plus en détail

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros)

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros) L analyse financière Le bilan comptable d une entreprise est un document de synthèse, établi au moins une fois par an, à la fin de l exercice comptable. Il donne un aperçu du patrimoine de l entreprise

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Dossier de demande de subvention de fonctionnement aux associations Année : 2015

Dossier de demande de subvention de fonctionnement aux associations Année : 2015 Dossier de demande de subvention de fonctionnement aux associations Année : 2015 Cocher la case correspondant à votre situation : Première demande : Renouvellement d une demande NOM DE L ASSOCIATION :

Plus en détail

BILAN. (Exprimé en dinars)

BILAN. (Exprimé en dinars) BILAN (Exprimé en dinars) ACTIFS 31/12/2012 ACTIFS NON COURANTS Actifs immobilisés Immobilisations incorporelles 28 872,800 28 872,800 28 872,800 Moins : amortissement -28 872,800-28 872,800-28 872,800

Plus en détail

Ecole des Neurosciences de Paris Ile-de-France

Ecole des Neurosciences de Paris Ile-de-France Ecole des Neurosciences de Paris Ile-de-France du 01/01/2011 au 31/12/2011 ACTIF BRUT EXERCICE N IMMOBILISATIONS AMORTISSEMENTS ET PROVISIONS NET NET N-1 Frais d'etablissement Frais de recherche et développement

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Manuel des procédures organisationnelles, administratives et financières Publication UNGANA 1382 CIDR Tous droits de reproduction réservés Programme

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

ASSOC. AQUAORBI Chez M. HOUDART Eric 6, Square du Trocadéro 75116 PARIS

ASSOC. AQUAORBI Chez M. HOUDART Eric 6, Square du Trocadéro 75116 PARIS Chez M. HOUDART Eric 6, Square du Trocadéro Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'entreprise : Nous vous présentons ciaprès le dossier financier

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

UE6 Finance d entreprise

UE6 Finance d entreprise 1210006 SESSION 2012 UE6 Finance d entreprise Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante

Plus en détail

ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2010

ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2010 OBER ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2010 I FAITS MAJEURS DU SEMESTRE Le Groupe Ober et Stramica ont signé le 10 décembre 2009 un protocole d accord portant sur l acquisition par Ober de

Plus en détail

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION du COMPTE FINANCIER 2014 Conseil d administration du 27 MARS 2015 . SOMMAIRE Pages Exécution du budget 2014 1 Comparaison budget / compte financier 2 Produits 2014

Plus en détail

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable...

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable... TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 PARTIE 1 - CADRE GÉNÉRAL DU SYSCOHADA... 19 Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21 Section 1 - Définitions, objectifs et champs d application de la comptabilité...

Plus en détail

PLATEFORME REGIONALE ONCOLOGIE MARTINIQUE RESEAU

PLATEFORME REGIONALE ONCOLOGIE MARTINIQUE RESEAU EX HOPITAL CLARAC Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'association : Nous vous présentons ci-après le dossier de l'exercice. Fait à FORT

Plus en détail

Rôle de la fonction finance

Rôle de la fonction finance La fonction finance Rôle de la fonction finance Assurer aux décideurs qu ils disposent des fonds nécessaires à l instant T pour financer les investissements nécessaires à la croissance et au développement

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS - LOI 1901 Règlement N 99.01 du 16 février 1999 relatifs aux modalités d'établissement des comptes annuels

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS - LOI 1901 Règlement N 99.01 du 16 février 1999 relatifs aux modalités d'établissement des comptes annuels Source:associanet.com Plan comptable des Associations - loi 1901 Gestion associative : Mod. : D10 PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS - LOI 1901 Règlement N 99.01 du 16 février 1999 relatifs aux modalités

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 QU EST-CE QUE LA COMPTABILITÉ?... 2 Les grandes fonctions de la comptabilité... 2 La distinction

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE CIB FINANCIAL SOLUTIONS. Etats financiers de la période intermédiaire

CREDIT AGRICOLE CIB FINANCIAL SOLUTIONS. Etats financiers de la période intermédiaire Etats financiers de la période intermédiaire Comptes semestriels non audités au 30 juin 2014 ETATS FINANCIERS DE LA PERIODE INTERMEDIAIRE AU 30 JUIN 2014 TABLE DES MATIERES Page Bilan actif... 2 Bilan

Plus en détail

LE CADRE COMPTABLE GENERAL

LE CADRE COMPTABLE GENERAL LE CADRE COMPTABLE GENERAL Chaque plateforme est dans l obligation d établir des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe) et de se référer au Plan Comptable Général. Quels sont les principes

Plus en détail

Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic

Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic AVIS DE CONFORMITÉ N 95-01 RELATIF AU PLAN COMPTABLE PARTICULIER DE L'UNEDIC Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic Remarques: Dans la première colonne

Plus en détail

BILAN ( ACTIF ) NOM OU RAISON SOCIALE : DISTRISOFT

BILAN ( ACTIF ) NOM OU RAISON SOCIALE : DISTRISOFT BILAN ( ACTIF ) ACTIF EXERCICE EXERCICE Brut Amortissements Net PRECEDENT et Provisions Net IMMOBILISATION EN NON VALEUR (a) 113 109,00 47 643,60 65 465,40 88 087,22 Frais préliminaires 113 109,00 47 643,60

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 M-PARIS

RAPPORT ANNUEL 2014 M-PARIS LE RAPPORT DE GESTION RAPPORT ANNUEL 2014 M-PARIS Rentes de la Mairie de Paris M A I R I E D E P A R I S - R A P P O R T A N N U E L - E X E R C I C E 2 0 1 4 0 Le rapport annuel se présente comme suit

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise 11.1. Notions de comptabilité 11.2. Analyse financière (bilan et comptes de résultat) 11.3. Plan de financement 11.4. Budget

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 CP-SEVESC

RAPPORT ANNUEL 2014 CP-SEVESC RAPPORT ANNUEL 2014 CP-SEVESC Complément de Pension de la Société des Eaux de Versailles et Saint Cloud CP- S E V E S C - RAP P O R T A N N U E L - E X E R C I C E 2 0 1 4 0 Le rapport annuel se présente

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 D-PARIS

RAPPORT ANNUEL 2014 D-PARIS LE RAPPORT DE GESTION RAPPORT ANNUEL 2014 D-PARIS Rentes du Département de Paris 0 Le rapport annuel se présente comme suit : I. LE RAPPORT DE GESTION... 2 Il analyse l'activité du régime, les évolutions

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème CONCEPTION D UN MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE 1. Conception d un manuel d organisation comptable 1.1. Cadre légal Le manuel d organisation

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC 2 rue Scandicci 93691 PANTIN CEDEX RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le 31 décembre 2012 Philippe PILLOT Commissaire

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008 4 rue Paul Cabet COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008 Page - Bilan actif-passif 1 et 2 - Compte de résultat 3 et 4 - Détail bilan 5 et 6 - Détail Compte de résultat 7 et 8 - Annexe 9 à 12 Page : 1 BILAN

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7

Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2011 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE LA SPÉCIALITE : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient :

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE 1 Au cours des étapes de construction de votre projet, vous avez retenu un certain nombre d options économiques et financières. Il convient de matérialiser

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE A - Bilan consolidé... 3 B - Compte de résultat consolidé et état du résultat global consolidé... 4 C - Tableau de flux de trésorerie consolidés...

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

Note de l'institut d émission

Note de l'institut d émission Le secteur automobile en Nouvelle-Calédonie AGENCE DE NOUMÉA Décembre 25 Note de l'institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

OpenStreetMap France

OpenStreetMap France OpenStreetMap France Rapport financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Nous vous présentons ci-après le dossier financier qui se décompose ainsi : Le bilan financier Le compte

Plus en détail

Documents comptables annuels

Documents comptables annuels ADA Société Anonyme au capital de 4 442 402,16 Siège social : 22/28, rue Henri Barbusse, 92110 Clichy 338 657 141 R.C.S. Nanterre Documents comptables annuels A- Comptes sociaux I. Bilan au 31 décembre

Plus en détail