DENIS FALLATEUF. Diplôme Supérieur du Notariat Université Panthéon Assas (Paris II) Notaire 11 rue Baudin IVRY SUR SEINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DENIS FALLATEUF. Diplôme Supérieur du Notariat Université Panthéon Assas (Paris II) Notaire 11 rue Baudin 94200 IVRY SUR SEINE"

Transcription

1 DENIS FALLATEUF Diplôme Supérieur du Notariat Université Panthéon Assas (Paris II) Notaire 11 rue Baudin IVRY SUR SEINE Tél : Fax : * * * OPTIMISATION FISCALE DES DONS CONSENTIS A DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Mardi 4 mars 2014

2 Préambule L étude porte sur les dons consentis par les particuliers, de leur vivant, à des organismes sans but lucratif. Elle est largement inspirée des travaux du 44 ème Congrès du Mouvement Jeune Notariat et des études en matière de fiscalité du Doyen Jean AULAGNIER, Professeur à l Université d Auvergne. 1 ère partie : Les incitations fiscales existantes I - En matière d impôt sur le revenu 1- Les conditions tenant à la libéralité Article 200 du CGI : le contribuable domicilié en France au titre de l article 4B du CGI bénéficie d une réduction d impôt sur le revenu au titre des versements effectués au profit de certains organismes. Conditions spécifiques au don Le don doit bien sur revêtir les attributs d une intention libérale de la part du donateur, sans que la forme du don ou son objet ne soient limités. Toutefois selon la nature de l organisme, certains dons ne sont pas possibles. Sur les associations : Concernant les libéralités les associations simplement déclarées peuvent bénéficier de dons (entendre donation du vivant du donateur) d objet pouvant être remis de la main à la main donc de meubles corporels (mobiliers, liquidités, valeurs financières, virements ). Toutefois, seules certaines associations peuvent recevoir des donations autres que celles portant sur les biens pouvant être donnés de la main à la main et recevoir des legs. Pour les dons (ou donations) il s agira non seulement de meubles corporels mais aussi de biens et droits incorporels ou de biens immobiliers (non spécifiquement affectés à l activité de l organisme). Quant aux legs il s agit de transmission à cause de mort. Ces associations sont : - les association reconnues d utilité publique - les associations culturelles - les unions agréées d associations familiales - les associations ayant pour objet exclusif l assistance, la bienfaisance, la recherche scientifique ou médicale.

3 Ces dons doivent faire l objet d un acte notarié à peine de nullité absolue se prescrivant par 5 ans à compter de l acte litigieux. Le legs peut faire l objet d un testament olographe ou authentique ou mystique. Toutes ces libéralités peuvent faire l objet de charges ou de conditions mais si celles ci restent conformes à l objet de l association. De la même façon une clause d inaliénabilité est possible dans les conditions de droit commun. S agissant des legs, il peut s agir de legs à titre particulier, à titre universel ou universel, mais dans ce dernier cas, l association hérite de l universalité active et passive du patrimoine du défunt et aura à supporter l ensemble des dettes du défunt y compris celles antérieures à l envoi en possession. Elles décident librement d accepter ou de refuser une libéralité. Si elles acceptent, cette libéralité doit être déclarée au préfet du département de son siège qui peut s y opposer s il juge cette libéralité non conforme à son objet statutaire. Une association peut demander la révision en justice des conditions et charges grevant les dons et legs qu elle reçoit quant par suite d un changement de circonstances l exécution en est devenue pour elle soit extrêmement difficile ou sérieusement dommageable. Mais les héritiers peuvent alors en cas d inexécution de ces charges et conditions demander la révocation de la libéralité. Le legs à son profit peut porter sur des immeubles qui ne sont pas strictement nécessaires à son fonctionnement (à la différence de l association simplement déclarée). Sur les fondations : Les fondations reconnues d utilité publique peuvent se voir affectés des biens par donation ou par legs. De leur vivant un ou plusieurs fondateurs peuvent donc affecter des biens par donation en se dépouillant définitivement et irrévocablement de ses biens. La donation est soumise au droit commun des libéralités, avec la nécessité pour certains actes d actes notariés. Le mécène ne doit retirer aucune contrepartie de son don, sauf à ce que la contrepartie soit symbolique ou qu il s agisse de charges et conditions grevant la libéralité. La réduction d impôt ne concerne que les organismes bénéficiaires considérés comme des œuvres ou organismes, que le don soit effectué par un particulier ou une entreprise. Ainsi toute association ou fondation peut y avoir droit ou même fonds de dotation. Ces organismes sont ceux reconnus d utilité publique, les fondations universitaires et les fondations partenariales mentionnées aux articles L et L du Code de l éducation ou encore les fondations d entreprises auxquelles le Code Général des impôts

4 fait référence expressément. Dans le cas des fondations d entreprises, la réduction d impôt est limitée aux seuls salariés des entreprises fondatrices ou des entreprises du groupe au sens de l article 223 du code général des impôts. Le tout sous réserve de ce qui a été précisé sur la réglementation spécifique aux organismes sur la nature des dons qui leur sont consentis. La notion d intérêt général Cette notion vise des organismes n opérant pas au profit d un cercle restreint de personnes, n exerçant pas d activité lucrative et faisant l objet d une gestion désintéressée. (Cette notion exclue notamment les associations de retraités, d anciens combattants par exemple). La non lucrativité s entend d une part d une gestion désintéressée, ce qui implique que l organisme remplisse trois conditions : -sa gestion et son administration doivent être effectués à titre bénévole à savoir que les dirigeants ne doivent avoir aucun intérêt direct ou indirect dans les résultats d exploitation. (L emploi de salariés reste possible si ceux ci ne font pas partie des dirigeants et que leur rémunération soit en adéquation avec les services rendus compte tenu des usages professionnels). - absence de distribution directe ou indirecte de bénéfice sous quelque forme que ce soit. - que les membres de l organisme ne puissent pas être déclarés attributaires d une part quelconque de l actif (sous réserve du droit de reprise des apports). De plus l organisme dont il s agit ne doit pas exercer son activité en concurrence avec des entreprises du secteur lucratif ou ne pas les exercer dans des conditions similaires. A ce titre, la reconnaissance d utilité publique d une association ou d une fondation ne suffit pas à elle seule à considérer l organisme comme étant d intérêt général au sens fiscal. Le domaine d activité de l œuvre ou de l organisme bénéficiaire du don Il ne suffit pas que l organisme soit d utilité générale. Il faut que son activité soit philanthropique, éducative, scientifique, sociale, humanitaire, sportive, familiale, culturelle ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, à la défense de l environnement naturel ou à la diffusion de la culture de la langue et des connaissances scientifiques françaises. L administration a eu à préciser l ensemble de ces notions. La territorialité L organisme doit exercer en France une activité éligible. On y associe les organismes qui diffusent la culture, la langue, les connaissances scientifiques à l étranger. Le législateur a étendu le bénéfice des réductions au profit d organismes dont le siège est situé dans un état membre de l union européenne et à un état partie à l accord sur l espace

5 économique européen ayant conclu avec la France une convention d assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l évasion fiscales. Conclusion Dans le doute sur les conditions de son éligibilité, l organisme peut demander à l administration : - un agrément préalable. Cependant s il n est pas obligatoire pour bénéficier de ces réductions, il a l avantage d éviter au contribuable mécène de produire des justificatifs très difficile à réunir (voie le développement ci-après sur les justificatifs). - un rescrit fiscal qui permet de déterminer à un instant donné la position de l administration fiscale eu égard aux éléments communiqués par l organisme. L article 200 du CGI dresse également une liste spécifique d organismes susceptibles d ouvrir droit à la réduction (établissements d enseignement supérieur ou d enseignement artistiques publics ou privés, fondation du patrimoine, associations de financement électoral ) 2 Le régime de la réduction d impôt Le principe est que le montant de la réduction accordée est de 66% des sommes versées dans la limite de 20% du revenu imposable, étant précisé que cette somme n est pas prise en compte dans le calcul global des avantages fiscaux. La limite de 20% s apprécie en cumulant l ensemble des dons effectués par le mécène, quelle que soit la forme au cours de l année d imposition. En cas de dépassement, l excédent est reporté sur l année suivante avec possibilité que le report soit effectué sur une durée totale de 5 ans. On impute les versements les plus anciens en priorité. En revanche il n y a pas de report de réduction pour le montant de la réduction qui excéderait le montant de l impôt brut, auquel cas, le bénéfice de la réduction est perdu. Il existe un régime spécifique pour certains dons : Le financement de la vie politique et les dons au profit d organismes d aide aux personnes en difficulté. Les justificatifs à fournir sont ceux délivrés par l organisme (sauf déclaration par voie électronique où il y a une obligation seule d indiquer les coordonnées de l organisme). Si l organisme n a pas demandé l agrément préalable à l éligibilité du dispositif, le contribuable doit lui même apporter les justificatifs des conditions requises ce qui en pratique peut s avérer très difficile surtout pour un organisme situé hors du territoire national ou qui a une action hors du territoire national. En pratique, l organisme doit délivrer un reçu des valeurs données. Ce reçu obéit à des règles strictes et pourra eu plus de ses indications obligatoires indiquer si l organisme est éligible, mais ce, sous la responsabilité de l organisme.

6 Si le reçu est irrégulier, notamment au regard des conditions d éligibilité si elles sont indiquées par l organisme, ce dernier encourt une amende égale à 25% des sommes versées ou d une amende égale au montant de la réduction d impôt indûment obtenue. Le contribuable n encourt dans ces cas d aucune sanction sauf manquement délibéré ou manœuvre frauduleuse de sa part. II En matière d ISF 1- Les conditions tenant à la libéralité Conditions relatives au bénéficiaire L article 885-O bis V A du CGI prévoit que le don doit être consenti au profit d un bénéficiaire prévu par le CGI. Cette liste est encore différence de celle existant en matière d impôt sur le revenu bien qu elle s en rapproche. Elle concerne : les organismes d intérêt général ayant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique à la défense de l environnement naturel ou à la diffusion de la culture de la langue et des connaissances scientifiques françaises ; ainsi qu aux établissements d enseignement supérieur ou d enseignement artistique d intérêt général à but non lucratif publics ou privés. Ce dispositif exclue les associations reconnues d utilité publique mais concerne les fondations reconnues d utilité publique. Ce bénéfice a été étendu aux dons et versements effectués au profit d organismes dont le siège est situé dans un état membre de l union européenne, ou dans un autre état partie à l accord sur l espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l évasion fiscales. Là encore, l éligibilité à la réduction d impôt suppose l obtention d un agrément préalable de l administration fiscale qui permettra d éviter au donateur de devoir produire les pièces justificatives attestant que l organisme poursuit des objectifs et présente des caractéristiques similaires à ceux éligibles et dont le siège est sur le territoire français (voir ci-avant). La liste est plus restreinte que celle en matière d impôt sur le revenu. Toutefois, à l inverse le législateur a étendu ce dispositif à des catégories spécifiques (entreprises d insertion professionnelle, associations intermédiaires conventionnées par l état pour l embauche de personnes sans emploi, ateliers et chantiers d insertion ). On peut conclure que les organismes visés pour l impôt sur le revenu sont plus traditionnels dans la notion de mécénat, alors que ceux de l impôt de solidarité sur la fortune ont une connotation plus économique. Il faut coupler le CGI avec une autre réglementation : le législateur subordonne l application de ces dispositions au règlement de la CE n 1998 / 2006 du 15 décembre 2006 : les pays de l union européenne doivent s assurer que le montant total des aides

7 octroyées à une entreprise sur une période de trois exercices fiscaux consécutifs n excède pas Euros. Cela vise sans conteste les entreprises d insertion, les chantiers d insertion mais pas les fondations reconnues d utilité publique par exemple. Conditions relatives au don Deux sortes de dons sont concernées par l ISF : - Les dons en numéraire - Les dons de titres de sociétés admis aux négociations sur un marché réglementé français ou étranger. (donc qu ils soient côtés). Le don doit être effectué avec une intention libérale donc sans contrepartie sauf contrepartie institutionnelle ou symbolique. 2- Le régime de la réduction Le montant de la réduction est de 75% des valeurs versées dans la limite de Euros par redevable et par année d imposition sans possibilité de report en cas de dépassement du plafond. Il s agit d une réduction d impôt et non un crédit d impôt. Donc aucune restitution n est possible. Le plafond de euros est réduit quand le contribuable entend également bénéficier des dispositions sur le mécénat et de celles encourageant certains investissements. En effet le CGI instaure une réduction d impôt en faveur de l investissement au capital de petites et moyennes entreprises et en titres participatifs de sociétés coopératives, et d autre part une réduction d impôt en faveur de souscription au capital de fonds d investissements de proximité, de fonds communs dans l innovation et de fonds communs de placements à risques. La réduction est plafonnée à euros dans le premier cas et à euros dans le second. Toutefois, l ensemble des réductions soit au titre de ces dispositions spécifiques soit au bénéfice d organismes sans but lucratif est plafonné à euros pour le tout quand le contribuable entend utiliser tous les dispositifs. Les justificatifs Comme en matière d impôt sur le revenu, les organismes bénéficiaires ont l obligation de remettre au donateur un reçu comportant certaines indications (voir le développement ci-avant). III Articulation des réductions au titre de l IR et au titre de l ISF Article 885-O Vbis 1 III du CGI : la fraction du versement ayant donné lieu à la réduction d impôt prévue par cet article ne peut donner lieu à un autre avantage fiscal au titre d un autre impôt. Le cumul est donc interdit. En revanche il est possible de diviser le don par tranches, dont certains seront affectés à l IR et d autres à l ISF. C est une possibilité d optimisation de son impôt avec le seul choix de l affectation du don.

8 En règle générale, le taux de réduction de l ISF étant plus important que le taux de réduction de l IR, il est préférable d affecter le don prioritairement à l ISF. En revanche, dès que le plafond est atteint ou l ISF réduit à néant, il faut affecter le don à l IR qui bénéficie de la possibilité de report du crédit d impôt alors qu il n existe pas en matière d ISF. Il faut également prendre garde à la date du don : Pour l IR on retient les dons effectués par année fiscale donc année civile, alors qu en matière d ISF on retient les dons effectués entre la date limite de dépôt de la déclaration de l année précédent celle de l imposition et celle du depôt de la déclaration de l année d imposition. En fonction de la date il y a une optimisation fiscale possible en fractionnant le don. L incidence du plafonnement ISF : Le plafonnement actuel de l ISF revient à réduire l impôt ISF de la différence entre : - d une part 75 % du total des revenus mondiaux de l année précédente ainsi que des revenus exonérés de l impôt sur le revenu et des produits soumis à un prélèvement libératoire, réalisés au cours de la même année en France ou hors de France. - D autre part le total des impôts suivants : ISF avant règle du plafonnement, les impôts sur le revenus dus en France et à l étranger au titre des revenus mondiaux, et enfin les prélèvement sociaux. On tient compte de l ensemble des revenus avant toutes exonérations, seuils, réductions ou abattements à l exception des frais professionnels. En cas de dépassement des 75% de l ISF, la contribution est diminuée à due concurrence. Si le contribuable bénéficie déjà d un plafonnement de l ISF par application de la règle du plafonnement ci-dessus, la réduction qui était acquise au titre de l impôt sur le revenu ou au titre de l ISF pourra être moins importante voire sans effet. Donc : 1 / Si le montant de la réduction ISF généré par le plafonnement est supérieur ou égal au montant de la réduction d impôt théorique auquel il pourrait prétendre au titre du don, ce don n aura aucune efficacité fiscale. 2 / si le montant du plafonnement est inférieur au montant de la réduction d impôt théorique auquel il pourrait prétendre au titre d un don (réduction IR ou ISF) l efficacité fiscale sera égale au montant de la réduction d impôt minorée du montant du plafonnement. Il convient donc de calculer le montant du plafonnement éventuel avant d effectuer un don ouvrant droit à réduction d impôt. Si l efficacité est nulle ou faible une autre voie peut être étudiée : la donation temporaire d usufruit.

9 2 ème partie : la donation temporaire d usufruit Quelques exemples de contrats permettant de gratifier un organisme.

10 Le prêt à usage est un contrat par lequel le propriétaire met à la disposition d un emprunteur un bien, gratuitement sous la forme d un simple prêt. Cette gratuité n interdit pas que l emprunteur supporte les dépenses et charges afférente au bien. Ce contrat n entraine aucun avantage fiscal au préteur. L abandon de loyer au profit d un organisme et portant sur un bien mis à sa disposition aux termes d un contrat de bail a l inconvénient de conserver l imposition du loyer théorique dans la catégorie des revenus fonciers du propriétaire. L abandon de revenu a l inconvénient pour le donateur d être préalablement imposé sur le revenu qu il a perçu alors même qu il est abandonné au locataire. Reste l abandon temporaire d usufruit. I Le mécanisme et ses contraintes civiles 1- Le mécanisme Il ne s agit pas ici d un dispositif prévu par le législateur mais d une construction de la pratique à partir d outils juridique dont la fin était autre. Le principe est la mise à disposition de l organisme de revenus pérennes sur une durée limitée prévue au contrat, lui permettant de planifier ses actions sur la période convenue. Fiscalement il permet l exonération de droits de mutation à titre gratuit au profit de l organisme si celui ci y est éligible. L usufruit est évalué fiscalement à 23 % de la valeur de la pleine propriété pour chaque période de dix ans (CGI art 669 II). C est ce montant qui sert de base pour le calcul des frais d acte. Sur la fiscalité des organismes sans but lucratif en matière de droits de mutation à titre gratuit : Dons manuels Article 757 alinéa 3 du CGI : Les dons manuels consentis au profit d organismes d intérêt général sont exonérés, c est à dire lorsqu ils sont effectués en faveur de bénéficiaires ouvrant droit à une réduction d impôt sur le revenu. Qui n est pas exonéré? Les organismes auxquels l administration fiscale refuse la qualification d œuvre ou d intérêt général ou encore les sectes. Lorsqu il n est pas exonéré, l organisme doit révéler ce don et payer les droits dans le mois qui suit la déclaration. Lorsque le don est supérieur à Euros, l organisme peut opter lors de cette révélation pour une déclaration dans le mois qui suivra le décès du donateur avec l inconvénient que les droits sont exigibles à la date de la déclaration.

11 Le taux : Si le don est soumis à taxation, le taux est celui est droits de mutation à titre gratuit entre frères et sœurs pour les associations et les fondations reconnues d utilité publique soit au taux entre personnes non parentes dans les autres cas. Il n existe pas d abattement. Les autres libéralités Article 795 du CGI : diverses exonérations au profit d organismes : - les établissements d utilité publique, dont les ressources sont exclusivement affectées à des œuvres scientifiques, culturelles ou artistiques à caractère désintéressé, auxquels il est admis d assimiler les associations déclarées dont les ressources sont exclusivement affectées à la recherche médicale ou scientifique à caractère désintéressé. - Les œuvres ou organismes reconnus d utilité publique dont les ressources sont affectées à des œuvres d assistance, à la défense de l environnement naturel ou à la protection de animaux, auxquels il est admis d assimiler les associations simplement déclarées qui poursuivent un but exclusif d assistance et de bienfaisance. - Des fondations universitaires, fondations partenariales et établissements d enseignement supérieur reconnus d utilité publique, des sociétés d éducation populaire gratuite reconnues d utilité publique et subventionnées à l Etat, des associations d enseignement supérieur reconnues d utilité publique et des établissements reconnus d utilité publique ayant pour objet de soutenir des œuvres d enseignement scolaire et universitaire régulièrement déclarées. - Des associations culturelles, des unions d associations culturelles et des congrégations autorisées. - Des associations affectant ces dons, par la volonté expresse du donateur ou du testateur, à l érection de monuments aux morts de la guerre ou à la gloire de nos armes et des armées alliées. - Des fonds de dotation répondant aux conditions fixées pour ouvrir droit à la réduction d impôt sur le revenu. La Croix rouge Française bénéficie d exonérations spécifiques. Faute pour l organisme d être exonéré de droits de mutation à titre gratuit il s agit des mêmes taux que précédemment avec la distinction des associations et fondations reconnues d utilité publique et le tout sans abattement sauf celui de 1500 euros de l article 1594 euros pour les legs. Toutefois, selon la nature des biens certains taux spécifiques peuvent être appliqués. Conclusion : la liste n et pas tout à fait identique. La liste est un peu plus réduite en pratique que pour les dons manuels. Sur la fiscalité de revenus perçus par l organisme : En principe un organisme sans but lucratif doit respecter deux critères :

12 - avoir une gestion désintéressée - exercer une activité qui n est pas effectuée en concurrence avec des entreprises du secteur lucratif ou s il s agit d une activité concurrentielle, qui n est pas exercée dans des condition similaires à celles des entreprises commerciales. Elles ne sont donc pas en principe soumises à l impôt sur les sociétés au droit commun ni à la contribution économique territoriale, ni à la TVA sauf cas particuliers. Mais si elles réalisent malgré tout un bénéfice elles restent soumises à l impôt sur les sociétés à un taux réduit au titre de certains de leurs revenus patrimoniaux. L article 206, 5 du CGI dresse une liste de produits ouvrant droit à la perception de l IS : - les revenus provenant de la location d immeubles, taux de l IS : 24 % - les revenus de l exploitation de propriétés agricoles ou forestières : taux de IS : 24 % - Les revenus des capitaux mobiliers : taux de 10, 15 ou 24 % selon les produits. Seules les fondations reconnues d utilité publique ou les fonds de dotation dont les statuts ne prévoient pas la possibilité de consommer leur donation en capital sont totalement exonérés d IS. Les autres revenus (plus values -) sont totalement exonérés. Si l organisme ne remplit pas les conditions de non lucrativité et de non concurrence, il est traité comme une entreprise commerciale. Toutefois, au titre des activités accessoires, elles peuvent toutefois échapper à l imposition des sociétés commerciales, alors que les deux critères ci-dessus ne sont pas respectés. Trois conditions : - avoir une gestion désintéressée - avoir une activité non lucrative significativement prépondérante - encaisser des recettes d exploitation au cours de l année civile au titre de leur activité lucrative dont le montant n excède pas euros hors TVA. Dans ces cas on en revient au régime de l impôt sur les sociétés spécifique à ces organismes. Le bien doit être détenu en toute propriété par le donateur et doit pouvoir dégager un revenu. Il peut s agit de tous biens sous réserve de la faculté de l organisme de percevoir le don. Toutefois, il est possible d envisager une donation temporaire d usufruit d un usufruit viager possédé par le donateur (suite à un démembrement par exemple). Dans ce cas,

13 l usufruit temporaire s éteindra à la date la plus proche entre la date conventionnelle de fin d usufruit telle qu elle résulte de la convention et la date du décès du donateur. Il y aura lieu de définir dans la convention un certain nombre de points importants, civilement et fiscalement : - les prérogatives respectives de l usufruitier et du nu propriétaire - définir la répartition des charges éventuelles - encadrer la liberté de chacun sur les actes de disposition de son droit individuel. - Prévoir certains évènements pouvant affecter le revenu pendant la durée du l usufruit. 2- Les contraintes civiles Le régime matrimonial Sous un régime de séparation de biens pure et simple, à moins qu il ne s agisse d une donation portant sur la résidence principale constituant le domicile de la famille, le donateur est libre. Sous un régime communautaire (ou société d acquêts en régime séparatiste) l accord du conjoint est nécessaire pour disposer d un bien commun. A défaut, le conjoint peut en demander l annulation pendant deux années à compter du jour où il en a connaissance sans que cette action puisse être intentée plus de deux ans après la dissolution de la communauté. Toutefois, même avec l accord du conjoint le prélèvement sur les biens communs entrainera récompense au profit de la communauté. Si le conjoint est codonateur ces difficultés sont supprimées. Les droits des héritiers réservataires La donation faite au profit d un organisme est par définition hors part successorale (préciputaire). En conséquence : - Le donateur prend sur la quotité disponible qui sera moindre pour les legs ultérieurs. - En fonction de sa date, son ordre d imputation entrainera éventuellement une réduction (en principe en valeur éventuellement en nature). Il y a donc lieu, avant toute donation de vérifier l état de la quotité disponible au jour de la donation. Rappelons que la quotité disponible s exerce sur une masse de biens comprenant : les biens existant au décès auxquels on ajoute les biens donnés du vivant du défunt pour leur valeur au jour du décès et dans leur état au jour de la donation. La réduction n est pas automatique. Elle n est effectuée qu en cas de demande des héritiers réservataires (choix individuel). Cette action se prescrit par 5 ans à compter de l ouverture de la succession sauf si les héritiers ignoraient l atteinte à la réserve auquel cas, un nouveau délai de 2 ans à compter de la connaissance de cette atteinte court sans pouvoir excéder dix ans à compter de l ouverture de la succession. Lorsque le calcul aboutie à un risque de réduction contre l organisme, un mécanisme permet de le pallier : la renonciation anticipée à l action en réduction.

14 Il s agit de demander aux héritiers réservataires de renoncer de manière anticipée à l action en réduction avant même que la succession soit ouverte.. Tout héritier présomptif et majeur et capable peut y renoncer. Elle doit être réalisée par acte authentique reçu par deux notaires et faite au profit d une ou plusieurs personnes déterminées. Elle doit préciser le volume de la renonciation et indiquer si cette renonciation aboutie à priver l héritier de tout ou partie de ses droits de réservataire. Cette renonciation n est pas constitutive d une libéralité à l encontre du bénéficiaire du don et ne peut donc ouvrir droit à réduction au titre de l IR ou de l ISF à concurrence de la valeur de l indemnité de réduction abandonnée par la renonciation à l action en réduction. Toutefois, la donation d usufruit temporaire obéit à un régime particulier au regard de l imputation sur la quotité disponible. Si le décès intervient alors que l usufruit est encore ouvert il convient de tenir compte de la donation dans la masse de calcul de la quotité disponible. Un doute subsiste sur la valeur à retenir pour cette imputation : celle de la donation ou celle du décès (ou du partage). Si le décès intervient après extinction de l usufruit, il n y a pas lieu à réunion fictive selon la doctrine dominante. En effet, la pleine propriété se retrouve dans le patrimoine existant au décès. Toutefois, les revenus perçus par l organisme pourraient être calculés par capitalisation et être considérés commune une donation devant être rapportée pour la valeur capitalisée fictive. Cette question n est pas tranchée. II Les incidences fiscales pour le donateur Article 885 G du CGI : les biens ou droits grevés d un usufruit, d un droit d habitation ou d un droit d usage accordé à titre personnel sont compris dans le patrimoine de l usufruitier ou du titulaire du droit pour leur valeur en pleine propriété. En conséquence, pendant toute la durée de l usufruit, le bien n entre pas dans l assiette de calcul de l ISF du donateur qui n est que nu propriétaire. Or de son côté, le donataire, personne morale n est pas soumis à l ISF. Depuis la loi de finance 2013, en revanche, il n est plus possible au nu propriétaire de déduire les dettes afférentes au bien dont il s agit. Si le contribuable bénéficie du plafonnement de l ISF, la suppression du revenu sera en plus un effet de levier supplémentaire puisque le total des revenus prix en compte pour le calcul du plafonnement sera moindre. Toutefois, l allègement de la base imposable de l ISF limite l effet du plafonnement par ailleurs. Le revenu étant perçu directement par l organisme, il n est pas imposable au niveau du donateur. En revanche, en contrepartie de ce don, il ne peut bénéficier de la réduction d impôt prévue à l article 200 du CGI.

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Qu est ce que la Philanthropie? Sens général La philanthropie est tout acte de générosité

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat. Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209

Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat. Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209 Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209 Sommaire Présentation Motivation Contexte Définition Caractéristiques juridiques Caractéristiques

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

Matinale Economie sociale et solidaire

Matinale Economie sociale et solidaire Matinale Economie sociale et solidaire Le 21 octobre 2014 Patrick Chavalle 06-19-65-28-81 1 Les fonds de dotation 2 Les fonds de dotation 1 847 fonds de dotation au 31 août 2014 45 % en Ile de France Action

Plus en détail

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La fiscalité des associations Sommaire 2 Pages Rappel des fondamentaux 3 Critères de non lucrativité 5 Franchise des activités lucratives 10 Sectorisation des activités 12 Exonérations de taxe sur la valeur

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI Sources rapports Sénat Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire Article 15 de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Le présent article vise

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-40-20-20140616 DGFIP PAT - ISF - Calcul de l'impôt - Réduction

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

succession Préparer sa

succession Préparer sa u Nous sommes tous concernés par les sucessions : lorsque nous héritons, lorsque nous léguons. Pour éviter d éventuels conflits, mieux vaut s y préparer! Préparer sa succession SOMMAIRE PAGES Préparer

Plus en détail

DEDUCTION D IMPÔTS --- LES DEMARCHES

DEDUCTION D IMPÔTS --- LES DEMARCHES DEDUCTION D IMPÔTS --- LES DEMARCHES Ce qu'il faut retenir Une association Familles Rurales est susceptible de recevoir des dons occasionnant une réduction d impôt aux donateurs, les cotisations et les

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006 ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES Loi du 23 juin 2006 La loi de finances rectificative pour 2006 (L. n 2006-1771, 30 décembre 2006, JO 31 décembre 2006) introduit dans le

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Code général des impôts - Article 200

Code général des impôts - Article 200 Dernière modification du texte le 01 mars 2012 Code général des impôts - Article 200 Livre premier : Assiette et liquidation de l'impôt Première Partie : Impôts d'état Titre premier : Impôts directs et

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession

Plus en détail

LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES

LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES Une association ou une fondation reconnue d'utilité publique ou simplement déclarée ayant pour but la bienfaisance, l'assistance, la recherche scientifique ou

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser?

Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser? Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser? Daniel Bruneau, directeur de la recherche de fonds et la communication, petits frères des Pauvres Frédéric Théret, directeur du développement, Fondation

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine. Conférence

Les Arènes du Patrimoine. Conférence Les Arènes du Patrimoine Conférence «Mariage, Pacs, Union libre, Famille recomposée: Ecueils et solutions» Le Régime matrimonial Intérêts familiaux et patrimoniaux Me Valéria DIONISIO, Notaire Le Régime

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter 235 La complexité qui caractérise le calcul de l impôt sur le revenu s explique, pour une large part, par le nombre et la diversité des corrections qui doivent, s il y a lieu, être apportées au montant

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012).

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche. ondations. DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment?

La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche. ondations. DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment? La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche ondations DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment? FISCALITÉ La loi n 2003-709 du 1 er août 2003 relative au mécénat,

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

Vade-mecum sur la déductibilité des dons au profit d'associations

Vade-mecum sur la déductibilité des dons au profit d'associations Vade-mecum sur la déductibilité des dons au profit d'associations Note liminaire Dans le but d encourager les entreprises et les particuliers à effectuer des dons au profit d associations, les donateurs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général

Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général Conférence ISF Paris, le 19 mai 2008 Réduction d I S F au titre des dons effectués au profit de certains organismes d intérêt général Article 885-0 V bis A du code général des impôts (CGI) Direction de

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Donation de droits démembrés

Donation de droits démembrés Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE SECTION 2 Donation de droits démembrés Les démembrements de propriété entre usufruitier et nu-propriétaire sont le plus souvent subis. Le décès d un conjoint

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Cette notion est définie par le code général des impôts en réponse à la question suivante :

Cette notion est définie par le code général des impôts en réponse à la question suivante : L intérêt général Cette notion est définie par le code général des impôts en réponse à la question suivante : Quels sont les organismes habilités à délivrer des reçus fiscaux ouvrant droit à réduction

Plus en détail

FICHE PRATIQUE DE GESTION

FICHE PRATIQUE DE GESTION janvier 2014 FICHE PRATIQUE DE GESTION En bref Les ressources provenant de la générosité du public sont spécifiques des associations et fondations et prennent la forme de dons manuels ou de donations et

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 TEXTES JURIDIQUES. 1.1 Les associations 1.1.1 ASSOCIATION DÉCLARÉE 1.1.7 ASSOCIATION DE MICROCRÉDIT

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 TEXTES JURIDIQUES. 1.1 Les associations 1.1.1 ASSOCIATION DÉCLARÉE 1.1.7 ASSOCIATION DE MICROCRÉDIT TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 TEXTES JURIDIQUES 1.1 Les associations 1.1.1 ASSOCIATION DÉCLARÉE 1 er juillet 1901 Loi relative au contrat d association...1 16 août 1901 Décret pris pour l exécution de la

Plus en détail

Qu est-ce qu une SCI?

Qu est-ce qu une SCI? CHAPITRE 1 Qu est-ce qu une SCI? Aussi surprenant que cela soit, il n existe pas de définition légale de la SCI. Le terme de SCI est né de la pratique, la loi ne connaissant que les sociétés civiles en

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2009

LOI DE FINANCES POUR 2009 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 29/01/2009 N : 05.09 LOI DE FINANCES POUR 2009 La loi de Finances pour 2009 (n 2008-1425) a été définitivement adoptée le 17 décembre 2008

Plus en détail

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION AU PROFIT DU MUSEE DU QUAI BRANLY I. Définitions, avantages fiscaux et limites relatifs aux donations, legs et dations A. Don d argent ou d œuvres d art à un musée :

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

tableau synoptique comparatif

tableau synoptique comparatif Comparer les régimes des associations loi 1901, des associations loi 1905, des associations et fondations reconnues d utilité publique, des fonds de dotation et des congrégations religieuses Patrick BAQUIN,

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE 07/07/2004 DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DES RÉSIDENTS A L ÉTRANGER ET DES SERVICES GÉNÉRAUX ### 01.44.76.19.92 à 19.95 01.44.76.18.28 CENTRE DES IMPÔTS DES NON-RÉSIDENTS INSPECTION DE FISCALITE

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE ---------------

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- ESSEC INSTITUT DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE INTERCESSIO CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 ---------------- COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- Agnès

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie COMTE Droits

Plus en détail

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI Département Finances AR/AH Dossier suivi par Alain ROBY et Maud ROLHION mai 2010 LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Les plus values. Principe. Dispositions actuelles. La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives.

Les plus values. Principe. Dispositions actuelles. La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives. Les plus values Principe La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives. L imposition de celles réalisées pour les biens forestiers a été profondément modifiée

Plus en détail

Table des matières. Sommaire... 2

Table des matières. Sommaire... 2 Table des matières Sommaire... 2 Introduction... 4 1. L évolution historique... 4 a) Une origine ancienne... 4 b) L avènement du financement bancaire... 5 c) La perspective d une recrudescence... 5 2.

Plus en détail

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée 1 2 DEFINITION DE L EIRL DEFINITION Le statut «d entrepreneur individuel à responsabilité limitée» (E.I.R.L.), créé par la loi n 2010-658 du 15 juin 2010,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT Décembre 2013 Janvier 2014 [NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT 1 Sommaire I. Information sur le cabinet... 3 II. Actualités fiscales... 4 1. Une créance de carry-back née après l'ouverture d'une procédure

Plus en détail

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Cette plaquette a été mise à jour par le Centre Français des Fonds et Fondations et par France générosités en mars 2012. Ont participé à la rédaction de la plaquette initiale publiée en mai 2008 : Isabelle

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

Transmission d entreprise et optimisation

Transmission d entreprise et optimisation Transmission d entreprise et optimisation Intervenants: Damien Dreux Expert Comptable, Anne Lichtenstern Avocat, Alexandre Thurel Notaire, Myriam Constant Allianz. Sommaire Le Marché et les intervenants

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

Monsieur et Madame ARNAUD

Monsieur et Madame ARNAUD DOSSIER PATRIMONIAL Monsieur et Madame ARNAUD Etude réalisée le 02/01/2015 Situation arrêté au 02/01/2015 Par votre Consultant Patrimonial : Marc DURAND DOSSIER PATRIMONIAL INFORMATIONS GÉNÉRALES La famille

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

L investissement Immobilier en nue-propriété

L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L acquisition d un bien immobilier comporte de nombreux risques pour un investisseur (vacance locative, loyers

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Le démembrement de propriété

Le démembrement de propriété Le démembrement de propriété ASPECTS CIVILS DU DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ Le droit de propriété est défini à l article 544 du Code Civil : «La propriété est le droit de jouir et de disposer des choses de

Plus en détail