Curative healthcare demand Self-protection and Self-insurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Curative healthcare demand Self-protection and Self-insurance"

Transcription

1 GATE Group d Anals d Théori Économiqu UMR 584 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P Curaiv halhcar dmand Slf-procion and Slf-insuranc Mohamd Anouar RAZGALLAH Avril 004 GATE Group d Anals d Théori Économiqu UMR 584 du CNRS 93 chmin ds Mouills 6930 Écull Franc B.P Écull Cdx Tél. +33 (0) Fax +33 (0) Mssagri élcroniqu Srvur Wb :

2 LA DEMANDE DE SOINS CURATIFS, L AUTO-PROTECTION ET L AUTO-ASSURANCE Curaiv halhcar dmand Slf-procion and Slf-insuranc Mohamd Anouar Ragallah GATE 3 Univrsié Lumièr Lon Résumé En uilisan un modèl bivarié d décision dans l risqu qui sépar ls prs financièrs ds prs d sané, nous analsons la dmand d soins curaifs présnan un risqu d sané ainsi qu ls dérminans du problèm d surconsommaion d soins. Nous éudions égalmn la dmand d auo-procion la dmand d auo-assuranc ainsi qu l impac d l avrsion au risqu sur chacun d cs dux dmands. Absrac Using a modl of bivaria dcision undr risk of disas, wih sparas h financial losss from h halh losss, w anals h curaiv dmand for halhcar and h drminans of ovrconsumpion car problm. W also sud h dmand for slf-procion and h dmand for slf-insuranc as wll as h impac of h risk avrsion on ach of hs wo dmands. Mo clés : - soins curaifs - aléa moral x pos - prévnion - avrsion au risqu Kwords : - curaiv halhcar - moral haard x pos - prvnion - risk avrsion JEL CLASSIFICATION : - D8 - I J ins à rmrcir Laurn Flochl pour son souin ss consils. Ss criiqus consrucivs m on éé rès uils dans l élaboraion d c ravail. J ins égalmn à adrssr ms rmrcimns à Flornc Goff-Nago pour ss préciux commnairs. 3 Group d Anals d Théori Economiqu,UMR 584 DU cnrs 93, chmin ds mouills, 6930 Ecull - franc

3 INTRODUCTION La rlaion nr ls différns aciviés médicals la gsion du compormn ds pains joun un rôl ssnil dans ls choix n maièr d sané d poliiqu publiqu. Pour un individu confroné à un risqu d maladi, ls insrumns pour s n proégr son doubls. Soi il s assur conr ls conséquncs financièrs d c risqu, n paan un prim auprès d un compagni d assuranc maladi, c qui lui prm d obnir un indmnisaion n cas d maladi. Soi il adop un compormn plus acif, n ffcuan ds acions d prévnion. Dans un aricl rès répandu n financ, Ehrlich Bckr (97) on éudié l ariculaion nr cs dux insrumns. Comm pour ls risqus financirs, la médcin disingu ssnillmn dux grands ps d soins prévnifs. Ls soins prévnifs primairs - ou auo-procion - on pour objcif d réduir la probabilié d occurrnc d la maladi ls soins prévnifs scondairs - ou auo-assuranc - on pour bu d réduir la gravié ou l éndu d la maladi. Un larg liéraur s s inérssé aux dérminans d la dmand d soins curaifs ll qu ls ravaux d Dardanoni Wagsaff (989) qui on éudié l ff d l incriud sur l rcours aux soins curaifs. Un aur liéraur, n économi du risqu d l assuranc, rai ls choix d prévnion ou d auoprocion, mais pu d ravaux xaminn l lin nr ls dux aciviés médicals, malgré l fai qu l inracion nr cs dux ps d soins s d imporanc dans l cadr d l élaboraion d un poliiqu publiqu opimal d rmboursmn d soins. A priori, la prévnion dvrai réduir ls dépnss curaivs (n spéranc) puisqu la probabilié d occurrnc d cll-ci sra moindr. Cpndan, c raisonnmn fai absracion d l ajusmn ds compormns d dmand d soins curaifs ds individus qui ombn malads. Un amélioraion ds soins prévnifs pu n ff conduir à un accroissmn ou à un diminuion d la dmand d soins curaifs slon qu cs soins son subsiuabls ou complémnairs. A nor connaissanc, suls Eckoud, Godfroid Marchand (998) on fai l lin nr cs dux liéraurs. Cs auurs s son inérssés aux propriéés ds soins curaifs n rlaion avc ls soins prévnifs, n uilisan un foncion d uilié addiiv. La grand limi d c modèl s l imposiion d rsricions sur ls préférncs ds agns, noammn n fixan l sign d la dérivé d l uilié croisé. En uilisan un foncion d uilié bivarié, Flochl R (00) mn n évidnc l rôl crucial joué par la dérivé d l uilié croisé nr richss sané. Cpndan, cs drnirs focalisn lur anals sur ls choix d assuranc. L objcif d c papir s d sr la robusss ds résulas d Eckoud, Godfroid Marchand (998), ainsi qu d amndr l modèl d financmn d soins dévloppé par cs mêms auurs n 000, c, n uilisan un foncion d uilié bivarié. Nor aricl chrch, n prmir liu, à dérminr la rlaion nr ls soins curaifs prévnifs. En inroduisan la possibilié du rcours aux soins curaifs, un fois qu l individu omb malad, au modèl Ehrlich Bckr (97), Eckoud, Godfroid Marchand (998) monrn qu ls soins prévnifs scondairs ls soins curaifs son ds subsius alors qu la rlaion nr ls soins prévnifs primairs ls soins curaifs s ambiguë. Dans c aricl, on s inrrog sur c drnièr rlaion dans un cadr où l p d risqu d sané, sévèr ou non, s xplicié. En scond liu, nous présnons ls dérminans d la dmand d prévnion du problèm d aléa moral x pos. Enfin, nous xaminons ls dérminans d l augmnaion ds icks modéraurs qui rprésn un praiqu largmn uilisé par ls rsponsabls ds ssèms publics d assuranc maladi

4 nous monrons qu lurs choix d financmn d soins dépndn à la fois du dgré d prudnc d l assuré du sign d la dérivé d l uilié croisé. Nor aricl s organisé comm sui. L modèl s présné dans la scion. Ls dérminans du compormn opimal d l individu à rcourir aux soins curaifs ainsi qu l impac d un choc xogèn sur la dmand d soins curaifs son présnés dans la scion 3. Dans la scion 4, nous ffcuons ds dévloppmns équivalns pour la dmand d prévnion. Nous xaminons nsui l problèm d aléa moral x pos nous éudions l impac d l avrsion au risqu sur l rcours à la prévnion. Enfin, nous comparons nos résulas avc cux rouvés par Eckhoud, Godfroid Marchand (998) nous ls rlions avc ds ravaux anériurs. Dans la scion 5, nous modélisons l choix opimal du régulaur, avan d conclur l aricl. L modèl Soi un individu don ls préférncs dépndn à la fois d son nivau d richss (W) d son sock d sané (H) rprésnés par un foncion d uilié bivarié d p Von Numann Morgnsrn, coninu, sricmn croissan n la richss n la sané, au moins dux fois différniabl concav l qu : U(W,H) vérifi ls hpohèss usulls suivans : U > 0, U > 0, U < 0, U < 0 U U (U ) > 0. Nous n imposons aucun rsricion sur l sign d U. Au débu d la périod, c individu, doé d un richss iniial crain W 0 d un sock d sané iniial H 0 s soumis à un risqu d sané. Il pu dvnir malad avc un probabilié p, auqul cas son sock d sané avan raimn s rédui à H < H 0. L écar nr H H 0 rflè la gravié ponill d la maladi. En cas d maladi, l individu a rcours au ssèm d soins. s l innsié d c rcours, qui rsaur l sock d sané d un nivau m (, β), avc β la producivié d la médcin curaiv. L prix uniair d s noé θ. On suppos qu : m > 0, m < 0, m β > 0 m β 0. Cs condiions signifin qu l ff du raimn croi avc l rcours aux soins curaifs qu un amélioraion d la producivié d la médcin curaiv xrc un ff posiif sur l impac du raimn pour un nivau d soins curaif donné. La prévnion primair, don l innsié sra noé, a un impac sur la probabilié d survnanc d la maladi. On suppos p < 0, p 0 où p p son rspcivmn la dérivé prmièr scond d p (, α ), c qui signifi qu l ffor d prévnion primair rédui la probabilié d occurrnc d la maladi, mais qu l rndmn marginal d c ffor s décroissan. L coû monéair d un unié d ffor s noé λ. Conrairmn à c qui s pass pour la prévnion primair, la prévnion scondair ou l auo-assuranc n affc pas la probabilié d survnanc d la maladi mais son dgré d gravié ou d xnsion. Soi l innsié d la prévnion scondair, σ son prix uniair h (, α) un foncion qui indiqu l impac d sur l éa d sané. On suppos qu h > 0 h < 0, c qui signifi qu l ffor d prévnion scondair rédui ls conséquncs dommagabls d la maladi qu l rndmn marginal d c ffor s croissan. α α 3

5 rprésnn rspcivmn la producivié ds msurs d prévnion primair cll ds msurs d prévnion scondair. On suppos qu : p < 0 > 0, cs condiions signifin qu l accroissmn d α h α α d α provoqun rspcivmn la baiss d la probabilié d occurrnc d la maladi pour un nivau d prévnion primair donné l amélioraion d l éa d sané. p 0 α h > 0, c qui signifi qu l accroissmn d α α (rsp. α ) xrc un ff posiif sur la producivié marginal d la prévnion primair (rsp. scondair). On suppos nfin qu un individu malad pu dans l millur ds cas rrouvr son éa d sané iniial 4 : H + h ( max ) + m ( max ) H 0. Où rprésnn rspcivmn la quanié maximal possibl d d. max max En plus d cs msurs d prévnion sur son sock d sané, l individu pu égalmn s assurr conr ls conséquncs monéairs d la maladi. Un conra d assuranc s défini par Z = ( -, -, P ) avc P la prim d assuranc, l aux d rmboursmn ds dépnss d médcin rspcivmn prévniv curaiv. L objcif d c aricl s d éudir l ariculaion nr ls choix d prévnion ls soins curaifs. Pour c fair, nous considérons la séqunialié rprésné par la droi d horion mporl suivan : = = = 3 Ls choix d prévnion la naur inrvin ls acs curaifs L choix d l assurur Lors d un prmièr éap, l régulaur dérmin l monan ds icks modéraurs l individu choisi la quanié d prévnion. Lors d un duxièm éap, la naur inrvin dux éas d la naur son possibls : avc un probabilié p, l individu s malad alors 4 On considèr qu l individu pu êr confroné à l un ds dux ps du risqu maladi : bénin ou malin. Conrairmn à un risqu malin, un risqu s di bénin si l individu rcouvr son éa d sané iniial. Dans un aricl récn, Bin (003) s s inérssé sur l incidnc d cs dux ps d risqu sur la couvrur d assuranc maladi. 4

6 qu avc la probabilié complémnair, il consrv son sock d sané iniial. Si à la duxièm éap, l individu omb malad, on pass alors à la roisièm éap où il rcour aux soins curaifs. Nous résolvons dans la sui c problèm par inducion amon. 3 La dmand d soins curaifs Nous commnçons par la drnièr éap dans laqull l individu s ombé malad, il choisi alors l nivau opimal d soins curaif l qu : = arg max U [W 0 P (- ) (λ + σ ) - (- ) θ, H + m (,β) + h (, α )] () Pour simplifir la noaion, on dénora par W l argumn d U associé à l éa d maladi par V clui associé à l éa d bonn sané. Avc : W = W 0 P (- ) (λ + σ ) - (- ) θ, H + m (,β) + h (, α ) V = W 0 P (- ) (λ + σ ), H0 Ainsi la condiion d prmir ordr aaché à () s la suivan 5 : (- ) (θ / m ) = (U(W) / U ( W)) () Avc W = (W 0 P (- ) (λ + σ ) - (- ) θ *, H + m ( *,β) + h (, α )) L équaion () radui l égalié n l coû marginal (mmbr d gauch) généré par l rcours aux soins curaifs l gain marginal (mmbr d droi) qu il indui à ravrs l amélioraion d l éa d sané. C égalié fai qu la dmand d soins curaifs s parill. On rmarqu qu l gain marginal du rcours aux soins curaifs s égal au aux marginal d subsiuion nr ls bins maérils la sané. La possibilié d soins prévnifs pu conduir à modifir l choix opimal ds soins curaifs. Afin d s inrrogr sur la qusion d la complémnarié ou d la subsiuabilé nr ls soins curaifs ls soins prévnifs, nous procédons à un anals d saiqu comparaiv. Proposiion Si U (W) 0 alors (d */ d ) < 0 (d * / d ) < 0. Pruv : la différnill oal d l équaion () donn ls résulas suivans pour U (W) 0 : (W) - U ( d */ d ) = [ - (- ) λ (θ (- ) U m (W)) E ] < 0. 5 L déail d calcul concrnan la condiion d scond ordr s fourni n Annx. 5

7 ( d * / d ) ={- σ (- ) (- ) θ U (W) - m h U (W) + [(- ) m σ + (- ) θ h ] U(w) E } < 0. ν L sign posiif d la dérivé d l uilié croisé (U ) signifi qu un baiss marginal d la consommaion ds bins maérils nraîn la diminuion d l uilié marginal d la sané. (d */ d ) < 0 (rsp. (d * / d ) < 0) signifi qu moins l agn a rcours à la prévnion primair (rsp. scondair) x-an, plus sa consommaion d bins maérils augmn comm U(W) > 0 alors l uilié marginal d la sané augmn donc l rcours aux soins curaifs augmn. Ainsi on pu dir qu lorsqu l sign d l uilié croisé d l individu s posiif ou null alors un augmnaion ds soins prévnifs (primair ou scondair) nraînra x pos un baiss ds soins curaifs. Au conrair, si l uilié marginal d la richss s un foncion décroissan du capial sané (U (W) < 0) alors il s possibl qu ls soins curaifs augmnn avc l innsié d la prévnion. 4 La dmand d soins prévnifs Après avoir présnr ls dérminans d la dmand d soins curaifs ainsi qu ls propriéés d c dmand, nous pouvons à présn éudir la dmand d soins prévnifs. L nivau opimal d soins prévnifs primairs s l qu 6 : = arg max p (, α ) U[W 0 - P - (- ) (λ + σ )-(- )θ *, H + m ( *,β) + h (, α )] + [- p (, α )] U (W 0 - P - (- ) (λ + σ ), H0) (3) Ainsi la condiion d prmir ordr du programm (3) s écri : E = p [U(W) - U(V)] + p (, α ) (- ) λ [U(V) - U (W)] - (- ) λ U(V) = 0 (4) L nivau opimal d soins prévnifs scondairs s l qu : = arg max p (, α ) U [W 0 - P - (- ) (λ + σ )- (- )θ *,H + m ( *,β)+ h (, α )] + [- p (, α )] U (W 0 - P - (- ) (λ + σ ), H0) (5) Ainsi la condiion d prmir ordr du programm (5) s écri 7 : 6 Nous commnçons par dérminr l nivau opimal d soins prévnifs primairs, puis nous raions l cas d la prévnion scondair. 7 L calcul compl ds condiions d prmir ordr ds condiions d scond ordr aachés rspcivmn à (3) (5) s fourni n Annx. 6

8 E = p (- ) σ [U(W) - U (V)] + p h U (W) - (- ) σ U(V) = 0 (6) Rlaion nr l auo-procion l auo-assuranc Dans c scion, nous élucidons la rlaion nr l auo-procion l auoassuranc afin d mr n évidnc ls condiions sous lsqulls cs dux ps d prévnion son ds complémns ou ds subsius. Proposiion Si U (W) scondair. 0 alors la prévnions primair décroî avc la prévnion Pruv : la différnill oal d l équaion (4) donn : (d * / d ) = (- E E ) Où E = p ( ) + (- ) ) σu ( V p λ σ [- p ] U (V). ν + p (- ) λ [(- ) σ U (W) - h U(W)] Lorsqu l uilié marginal d la richss s un foncion croissan du capial sané alors l auo-procion l auo-assuranc doivn évolur dans un sns conrair. Au conrair, un ll conclusion s invrs si U (W) < 0. En rlian c résula avc ds ravaux mpiriqus anériurs, nous monrrons par la sui qu la rlaion nr ls dux ps d prévnion dépnd du p d risqu d maladi. Impac d un choc xogèn sur la dmand d prévnion Nous xaminons mainnan ls propriéés ds dux dmands d soins prévnifs. Nous commnçons par éudir l impac d un amélioraion d l fficacié du ssèm d soins curaifs. Proposiion 3 Si U (W) 0 alors (d * / d β ) < 0 (d * / d β ) < 0 Pruv :la différnill oal d l équaion (4) (6) donn rspcivmn : (d * / d β ) = {- p mβ U (W) + λ (- ) p (, α ) m β U(W) } E } < 0. (d * / d β ) = { p (- ) σ m U(W) - p h β m U(W) } < 0. ν β E Plus la médcin curaiv s produciv, plus l éa d sané du malad s amélior pour un mêm monan d soins. Cci nraîn, pour un nivau d soins donné, l augmnaion d l uilié marginal d la consommaion ds bins maérils si U (W) > 0 par sui l rcours à la prévnion diminu. Si U (W) < 0 alors il s possibl qu la prévnion croiss avc la producivié d la médcin curaiv. 7

9 C résula s d imporanc dans l cadr d l élaboraion d un poliiqu publiqu opimal d invsissmn afin d améliorr l fficacié ds soins curaifs cll ds soins prévnifs. Nous xaminons mainnan l impac d la gravié d la maladi sur l rcours aux soins prévnifs. Proposiion 4 Si U (W) 0 alors (d * / dh) < 0 (d * / dh) < 0. Pruv :la différnill oal d l équaion (4) (6) donn rspcivmn : (d * / dh) = {- p U(W) + λ (- ) p (, α ) U (W)} E }. (d * / dh) = { p (- ) σ U(W) - p h U (W) E }. ν Plus la maladi à laqull l agn pu êr confroné s sévèr, plus l éa d sané s déérior, c qui nraîn la baiss d l uilié marginal d la consommaion ds bins maérils si U (W) > 0 par sui la dmand d prévnion augmn. Par conr, si U (W) < 0 alors il s possibl qu la prévnion évolu dans l sns conrair d la gravié d la maladi. Nous éudions mainnan l ff du monan d la prim d assuranc sur la dmand d prévnion. Proposiion 5 Si U (W) 0 alors (d * / d P ) > 0. Pruv : la différnill oal d l équaion (6) donn (d * / d P ) > 0. ν Un augmnaion d la prim d assuranc ncourag la prévnion scondair si U (W) 0. Il s agi ici d un ff d richss car la prim s paé. Efficacié d un poliiqu d lu conr la surconsommaion ds soins prévnifs Dans l domain d la sané, la présnc ds compormns d aléa moral x pos sur ls soins prévnifs signifi qu ls prsonns assurés on ds dépnss d sané plus élvés qu ls prsonns non assurés, c qui génèr un surconsommaion d soins par la mêm un pr d bin-êr social. La praiqu courammn uilisé par ls rsponsabls ds ssèms publics d assuranc maladi pour réduir l amplur d cs compormns s l augmnaion ds icks modéraurs 8. Dans c scion, on va monrr s il s jusifié ou non d appliqur c praiqu. Proposiion 6 Alors qu l augmnaion ds icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv provoqu oujours la baiss ds dépnss d soins prévnifs primairs 8 L ick modéraur s la fracion du arif éabli pour ls prsaions n naur, qui s laissé à la charg d l assuré, don l bu s d modérr ss dépnss d l rsponsabilisr. 8

10 ( ( ) ) lorsqu p λ+ σ + pλ < 0, l ff d c praiqu sur ls dépnss d soins prévnifs scondairs dépnd du sign d la dérivé d l uilié croisé. Pruv : la différnill oal d l équaion (4) donn : (d * / d ) = (- E ) E Avc E = [ p (λ + σ ) + p λ][ U (W) - U (V) ] + ( p -) (- ) λ (λ + σ )U(V) - p (- ) λ (λ + σ ) U(W) + λ U (V). La différnill oal d l équaion (6) donn : (d * / d ) = ( - E E ) > 0 lorsqu U (W) 0 Avc E = [( p -) (- ) σ (λ + σ ) U(V) + (- p ) σ U (V) + p σ U (W) - p (- ) σ (λ + σ ) U(W) + p h (λ + σ ) U(W)]. ν Qul qu soi l risqu d sané, un poliiqu économiqu qui consis à augmnr ls icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv à fin d limir la surconsommaion ds dépnss d soins prévnifs primairs s oujours fficac si ( ( ) ) p λ+ σ + pλ < 0. Cpndan, c msur s infficac pour réduir ls dépnss prévnivs scondairs lorsqu U < 0. Impac d l avrsion au risqu sur la dmand d prévnion Un larg liéraur économiqu s bas sur l concp d l avrsion au risqu pour analsr la prévnion ll qu Jullin, Salanié Salanié (999). Paran du modèl d Ehrlich Bckr (97), cs auurs uilisn un foncion d uilié uni-varié afin d éudir la rlaion nr l avrsion au risqu l rcours à la prévnion. Ils monrn qu l auoprocion augmn avc l avrsion au risqu, si sulmn si, la probabilié du sinisr s rès faibl. Nous éclaircissons mainnan la rlaion nr l avrsion absolu au risqu la prévnion, c, dans un conx bi-varié. Proposiion 7 Ls prévnions primair scondair croissn avc l avrsion absolu au risqu d richss alors qu l avrsion absolu au risqu d sané inci à s auo proégr décourag à s auo assurr conr ls maladis. Pruv : voir annx 3. ν C drnir résula fai inrvnir l avrsion au risqu, l rôl d c drnièr consis à incir l assuré à réalisr ds acions d prévnion n vu d réduir son risqu. En ff, un maladi ngndr à la fois ds coûs monéairs d aurs non monéairs. Cs drnirs, à la différnc ds coûs monéairs, n son pas couvs par l assuranc puvn alors incir ls pains à rcourir à la prévnion. 9

11 Crs, l éud d l impac d l'avrsion au risqu sur la dmand d prévnion scondair s inérssan, car c s un dmand d auo-assuranc. Cpndan, l résula d l impac d l avrsion au risqu sur la dmand d prévnion primair pu êr nuancr car dans un conx uni-varié, Eckhoud Gollir (00) monrn qu l dérminan ssnil d la prévnion s la prudnc qu c drnir décourag la prévnion. Rmarquons dans un conx mulivarié, l qu clui d nor modèl, la prudnc n s pas ncor défini, c qui rprésn un pis d rchrch inérssan. 5 Ls résulas d la saiqu comparaiv Dans c scion, nous comparons nos résulas avc cux rouvés par Eckhoud, Godfroid Marchand (998) nous ls rlions avc ds ravaux anériurs 9. Ls résulas d saiqu comparaiv xhibés son, pour la plupar, similairs à cux obnus par Eckhoud, Godfroid Marchand (998). Cs drnirs on supposé un individu avrs au risqu à l égard d la sané nur au risqu à l égard d la richss don la dérivé d l uilié croisé s null (U = 0). En our, Evans Viscusi (99) on monré mpiriqumn pour ds risqus sévèrs qu l sign d la dérivé d l uilié croisé s sricmn posiif (U > 0) pour ds risqus non sévèrs qu l sign d c dérivé s sricmn négaif (U < 0). Dans nor aricl, nous avons présné cs différns cas grâc à la généralié d la foncion d uilié à la séparaion ds prs financièrs ds prs d sané. En rlian nos résulas avc cs ravaux anériurs, nous pouvons dir qu la rlaion nr ls soins curaifs ls soins prévnifs dépnd d la gravié du risqu maladi, ll qu pour un maladi lourd, ls dux ps d soins son ds subsius, alors qu pour un maladi grav, cs dux soins puvn êr ds complémns. En rms d poliiqu économiqu, la praiqu du régulaur qui consis à fair augmnr ls icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv afin d limir l problèm d surconsommaion ds soins prévnifs scondairs s fficac si U = 0 ou s il s confroné un risqu d maladi sévèr (U > 0). Au conrair, un ll poliiqu sra infficac, si l risqu d maladi s non sévèr (U < 0). Par conr, c praiqu rs oujours fficac, lorsqu p λ+ σ + pλ < 0, pour réduir la surconsommaion ds soins prévnifs ( ( ) ) primairs, cci, qul qu soi l p d risqu maladi. 9 Ls ffs d changmn ds variabls H 0, W 0,, son analogus à cux rouvés par Flochl R (00). P sur la dmand d soins curaifs 0

12 U (W) 0 U (W) < 0 U (W) 0 U (W) < 0 U (W) 0 U (W) < ou ou - α α - + ou - ambigu β ambigu - + ou ou - H ou ou ou - W ou - ambigu + + ou - r A (x) ///////////// ///////////// r A (H) //////////// ///////////// ou ou ou - ambigu ambigu + + ou - P - + ou - ambigu ambigu + + ou - 6 L assuranc opimal Dans c scion, on s inrrog sur la rlaion nr médcin prévniv curaiv, à ravrs l choix d rmboursmn opimal d cs dux aciviés médicals par l régulaur, n inégran l choix individul ds pains.

13 Plusiurs pas uropéns son confronés à un conrain budgéair rès for sur ls dépnss d sané. D sériuss réforms s imposn donc pour lur conr la surconsommaion ds soins. Dans différns pas, la réform la plus uilisé consis à rsponsabilisr l assuré, n uilisan ds icks modéraurs. L régulaur prnd n charg un fracion ds dépnss n soins prévnifs, comm il subvnionn un fracion ds dépnss n soins curaifs. Es-il jusifié d appliqur ds icks modéraurs différns slon l p d médcin curaiv ou prévniv? Pour simplifir l anals du choix du régulaur, on considèr qu l assuré pu rcourir uniqumn à l un ds dux ps d prévnion. Choix du régulaur prévnion primair On considèr l cas d un régulaur qui rmbours un fracion ds dépnss n soins prévnifs primairs un fracion ds dépnss n soins curaifs. L conra d assuranc offr à l équilibr maximis l spéranc d l uilié d l assuré sous conrain budgéair : Max EU = p ( ) U (W) + [ - p ( )] U (V) (7), SC P = λ + p (, α ) θ (8) Où = (,, ), = (, ) P = P (,,, ) (9) Avc : W = W 0 - P - (- ) λ - (- ) θ, H + m (,β) V = W 0 - P - (- ) λ, H0 Après calcul, on obin ls dux équaions suivans 0 : λ = - θ { p + p ( ) + } (5) 0 Ls déails ds calculs concrnn ls condiions du prmir ordr aachés à (7) son fournis à l Annx 4.

14 = ( ) E U U (8) Ls équaions (5) (8) prmn d s inrrogr sur l choix opimal du régulaur. L équaion (5) suggèr qu l choix d subvnionnmn ds soins prévnifs s ssnillmn budgéair mais il dépnd aussi d la naur du risqu d sané. C équaion, nous prm d énoncr l lmm suivan : Lmm Ls aux d rmboursmn opimaux ds aciviés médicals son complémnairs si dux condiions son simulanémn vérifiés : (i) L risqu d sané s sévèr. (ii) La poliiqu d lu conr la sur-consommaion ds soins prévnifs primairs s infficac Pruv : si l risqu d sané s sévèr alors > 0 < 0 si la poliiqu d lu conr la sur-consommaion ds soins prévnifs primairs s infficac alors < 0. On n dédui qu l xprssion nr accolads dans l équaion (5) s alors sricmn négaiv ( ) + < 0, ainsi nécssairmn l xprssion nr parnhèss dans l équaion (5) s négaiv, c qui impliqu qu évolun dans l mêm sns. ν ( ) L équaion (5) radui, à l opimum inériur, l égalié nr l coû marginal lié au financmn ds soins prévnifs (mmbr d gauch) l bénéfic marginal généré par c financmn (mmbr d droi). L inrpréaion d c égalié s immédia. L augmnaion ds dépnss prévnivs primairs via l financmn d c p ds soins λ s compnsé, d un par, par un ff dirc d baiss d rmboursmn ds soins curaifs n spéranc ( p θ ), d aur par, par un ff indirc d réducion ds dépnss curaivs à ravrs la subsiuabilié nr ls soins [ / ]. 3

15 Alors qu l choix d s ssnillmn budgéair, l choix d subvnionnmn ds dépnss curaivs dépnd d dux variabls, à savoir l dgré d prudnc d U l assuré E[ U ] l nivau d sévérié du risqu d sané. C résula s d imporanc car il prm d amndr l modèl d financmn d soins dévloppé par Eckoud, Godfroid Marchand (000). Cs drnirs consan qu l choix opimal d rmboursmn ds dépnss curaivs dépnd uniqumn du dgré d prudnc. A parir d l équaion (8), on pu énoncr la proposiion suivan : Proposiion 8 Si l assuré s imprudn vis-à-vis du risqu d sané (rsp. indifférn à la prudnc) l risqu s sévèr, l choix opimal du régulaur s alors d ( rsp. n pas) subvnionnr ls dépnss d soins curaifs prévnifs. Pruv : U - Si l assuré s indifférn à la prudnc [ ] = alors l mmbr d droi d (8) E U s annul car son sricmn posiifs donc nécssairmn s nul. Ainsi d après l équaion (5), s égalmn nul. U - Si l assuré s imprudn [ ] > alors l mmbr d droi d (8) dvin posiif E U car son sricmn posiifs donc nécssairmn sricmn posiif. En conséqunc s aussi sricmn posiif à l opimum car ils son complémnairs. ν Choix du régulaur prévnion scondair On considèr l cas d un régulaur qui rmbours un fracion ds dépnss n soins prévnifs scondairs un fracion ds dépnss n soins curaifs. La pruv s fourni à l Annx 6. 4

16 L conra d assuranc offr à l équilibr maximis l spéranc d l uilié d l assuré sous conrain budgéair : Max EU = p U(W) + [ - p ] U(V) (9), SC P = σ + p θ (0) Où = (,, ), = (, ) P = P (,,, ) () Avc : W = W 0 - P - (- ) σ - (- ) θ, H + m (,β) + (, h α ) V = W 0 - P - (- ) σ, H 0 Après calcul, on obin l équaion suivan : σ = - pθ + (7) = ( ) E U U (30) Conrairmn à la prévnion primair, la rlaion opimal nr l ick modéraur appliqué aux acs d la médcin curaiv clui approprié pour ls acs d prévnion scondair dépnd d dux ffs : Un ff dirc d subsiuion nr ls soins un ff indirc d augmnaion ds icks modéraurs appliqués aux acs d la médcin prévniv. Ls déails ds calculs concrnan ls condiions d prmir ordr aachés au programm (9) son fournis n Annx 5. 5

17 ) Eff dirc : si ls médcins prévnivs scondair curaiv son ds subsius ( < 0), un assuranc plus générus dans l rmboursmn ds acs prévnifs scondairs nraîn un baiss ds dépnss curaivs. A budg consan, l assuranc pu donc miux rmboursr ls soins curaifs. Ls aux d rmboursmn évolun donc dans l mêm sns. ) Eff indirc : l éud du choix d l assuré monr qu plus la médcin prévniv scondair s rmboursé plus ls dépnss curaivs augmnn ( > 0). Il srai alors préférabl pour l assuranc d réduir l aux d rmboursmn ds soins curaifs. Aurmn di, si la compagni d assuranc s plus dépnsièr dans l rmboursmn ds acs prévnifs, ll n doi pas l êr aussi fac à la médcin curaiv. A parir d l équaion (7), on pu énoncr la proposiion suivan : Proposiion 9 Si l ff indirc domin l ff dirc alors nécssairmn ls aux d rmboursmn opimaux ds aciviés médicals son complémnairs. Au conrair, un ll conclusion s invrs si l ff dirc domin l ff indirc. Pruv : si > alors l xprssion nr parnhèss dans l équaion (7) s nécssairmn négaiv, ainsi évolun dans l mêm sns. ν En our, l équaion (30) suggèr qu ls dérminans du choix opimal d rmboursmn ds dépnss d médcin curaiv son l dgré d prudnc la naur du risqu d sané 3. C résula s similair à clui d la prévnion primair. 7 CONCLUSION Au long d c aricl, nous avons présné un modèl qui prm d éclaircir l problèm du choix d soins curaifs, d soins prévnifs l problèm d assuranc. Nous avons uilisé un foncion d uilié bivarié qui dépnd à la fois d la richss d la sané, sans imposr ds rsricions sur ls préférncs individulls. Nous rmarquons qu l problèm d aléa moral x pos ainsi qu la rlaion nr ls différns inrvnions médicals dépndn du sign d l uilié marginal d la consommaion ds bins maérils n foncion d l éa d sané (U ). En our, nous consaons qu plus l agn a un avrsion absolu au risqu d richss imporan, plus il a rcours à la prévnion primair scondair plus il a un 3 La pruv s fournis à l Annx 7. 6

18 avrsion absolu au risqu d sané imporan, plus il s auo-proèg moins il s auo-assur conr c risqu. D plus, dans l cadr d assuranc, nous monrons qu ls principaux dérminans du choix d financmn ds soins par l régulaur son l dgré d prudnc d l assuré, la rlaion nr ls aciviés médicals la naur du risqu d sané. C résula pu êr uilisé pour amndr l modèl d financmn d soins dévloppé par Eckhoud, Godfroid Marchand (000). En ff, si on obsrv qu un régulaur modifi sa décision d financmn d soins lorsqu ss assurés son confronés à un risqu d sané sévèr, on pu n déduir qu l modèl d Eckhoud, Godfroid Marchand (000) n s pas un bon indicaur du choix du régulaur. 8 REFERENCES - Bin F. (003), Assuranc maladi risqué moral : un no sur l incidnc du p d risqué, Mimo THEMA Univrsié Paris X-Nanrr. - Culr D. M., Zckhausr R. J. (000) Th Anaom of Halh Insuranc. in : Handbook of Halh Economics. - Dardanoni V. A. Wagaaff (989), "Uncrain and h dmand for mdical car", Journal of Halh Economics 9(990) Dionn G. and L. Eckoud (985), "Slf-insuranc, slf-procion and incr- asd risk avrsion", Economics Lrs, 7 : Eckhoud L, Godfroid P Marchand M (998),"Risqu d sané, médcin prévniv médcin curaiv", Rvu d'economi poliiqu, 08,3, Eckhoud L, Godfroid P Marchand M (000), " L subvnionnmn ds médcin Curaiv prévniv", Rvu d Economi poliiqu, 0, 4, Eckhoud L, Gollir C (00), Th impac of prudnc on opimal prvnion, Mimo. - Ehlrich I. Bckr G. (97), "Mark Insuranc, slf-insuranc and Slf-procion", Journal of Poliical Econom, 40, p Evans W.N., W.K. Viscusi (99), "Esimaion of sa dpndn uili funcion using surv daa ", Rviw of conomics and saisics, 73, Flochl L. B. R (00), " Halh car dmand and halh insuranc", Mimo GATE (Group d Anals d Théori Economiqu ). 7

19 9 ANNEXES ANNEXE L calcul ds dérivés sconds dircs croisés fourni ls résulas suivans : E = (- ) θ U (W) + m U (W) + (m ) U (W) (- ) θ m U (W). Slon c équaion, 3 cas son possibls : ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. E = p [ U (W) - U (V) ] + U (V) (- ) λ ( - p) + p U (W) (- ) λ + p (- ) λ [ U (W) - U (V) ]. Or [ p [ U (W) -U ( V) ] + U (V) (- ) λ ( - p) + p U (W) (- ) λ ] > 0 p (- ) λ [ U (W) - U (V) ] < 0 donc l sign d E s ambigu. Cpndan il s bin connu dans la liéraur sur ls choix risqués qu la condiion du scond ordr n s pas naurllmn saisfai pour ls choix prévnifs. Ainsi, on va supposr qu E < 0. On sai qu = (, ) donc (d / d) = 0 (d / d) = 0. C qui rvin à écrir qu : E = E = 0. E = (- ) λ [θ (- ) U (W) - m U (W)] Slon c équaion, 3 cas son possibls : ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. Dés lors, ls condiions d scond ordr pour un maximum son saisfais puisqu on a : E < 0, E < 0 E E - E E > 0. E = p (- ) σ U (W) + (- ) σ U (V) ( - p) + p h U (W) + p h U (W) - p (- ) σ h U (W). Slon l sign U (W), 3 cas son possibls : 8

20 ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. E = 0 E = σ (- ) (- ) θ U (W) + m h U (W) - [(- ) m σ + (- ) θ h ] U (W) Slon l sign U (W), 3 cas son possibls : ir cas : Si U (W) = 0 alors E < 0. im cas : Si U (W) > 0 alors E < 0. 3 iém cas : Si U (W) < 0 alors il s possibl qu E < 0. Dés lors, ls condiions d scond ordr pour un maximum son saisfais puisqu on a : E < 0, E < 0 E E - E E > 0. ANNEXE L nivau opimal d soins prévnifs primairs s l qu : = arg max p (, α ) U[W 0 - P - (- ) (λ + σ )-(- )θ *, H + m ( *,β) + h (, α )] + [ - p (, α ) ] U (W 0 - P - (- ) (λ + σ ), H0) (3) Ainsi la condiion d prmir ordr du programm (0) s écri : E = p [ U(W) - U(V) ] + p(,α) (- ) λ [ U (V) - U (W) ] - (- ) λu (V) + p(,α) [ - (- ) θ U (W) + m U (W)] (d*/d) = 0 Or d après la condiion d prmir ordr du programm () on a : - (- ) θ U (W) + m U (W) = 0. Donc d après l héorèm d l nvlopp, la condiion d prmir ordr du programm (9) s écri : E = p [ U(W) - U(V) ] + p(,α) (- ) λ [ U (V) - U (W) ] - (- ) λ U (V) = 0 (4) L nivau opimal d soins prévnifs scondairs s l qu : 9

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Epreuve Commune de TIPE : Partie D

Epreuve Commune de TIPE : Partie D Epruv Commun d TIPE : Pari D TITRE : Convrsion ds signaux analogiqus n numériqu Tmps d préparaion :.2h15 Tmps d présnaion dvan l jury :...10 minus Enrin avc l jury : 10 minus GUIDE POUR LE CANDIDAT : L

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

FONCTIONS EXPONENTIELLES - FONCTIONS LOGARITHMES. lim e x = 0 et. x y

FONCTIONS EXPONENTIELLES - FONCTIONS LOGARITHMES. lim e x = 0 et. x y FONCTIONS EPONENTIELLES - FONCTIONS LOGARITHMES. D la foncion ponnill (d bas ) à la foncion logarihm népérin.. Théorèm La foncion ponnill (d bas ) s conin, sricmn croissan sr : = = + + Coninié La foncion

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

EVALUATION DES OPTIONS NEGOCIABLES PAR L'INTERPOLATION DES ARBRES DE PRIX

EVALUATION DES OPTIONS NEGOCIABLES PAR L'INTERPOLATION DES ARBRES DE PRIX EVALUATION DE OPTION NEGOIABLE PAR L'INTERPOLATION DE ARBRE DE PRIX Jan-lau AUGRO, Profssur Michaël MORENO, Allocaair-Moniur Insiu cinc Financièr Assurancs Univrsié lau Brnar Lyon REUME La valur 'un oion

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

l énergie et le changement

l énergie et le changement Ls bâimns, l éngi l changmn climaiqu, qul appo? En Fanc, l scu ds bâimns (logmns, commcs, buaux ) s l pmi consommau d éngi (43 %) il s à l oigin d 22 % ds émissions d gaz à ff d s. Equipmns élconiqus 18

Plus en détail

Les soutiens publics à l exportation

Les soutiens publics à l exportation A 04/04/13 1 2 0 2 2 0 1 3 c n b p r s o n l i z d s Ls Grnis Publiqus u srvic du dévloppmn inrnionl ds Enrpriss Michl DUTHEIL Dircur régionl Dircion ds grnis publiqus 04/04/13 f o l l o w : V i w / H

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou LCTICIT Analys ds sgnaux ds crcus élcrqus Mchl Pou Chapr 13 égms ransors ds crcus C L don 14/3/214 Tabl ds maèrs 1 POUQUOI T COMMNT?...1 2 GIMS TANSITOIS DS CICUITS C T L....2 2.1 xponnll décrossan....2

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin CERES logicil gion commrcial pour négocian n vin. Gion complè acha vn : comman, rérvaion, gion courag commrciaux.. Moul campagn primur : piloag la campagn via un ablau bor prman viualir accér aux informaion

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

dysfonctionnement dans la continuité du réseau piétonnier DIAGNOSTIC

dysfonctionnement dans la continuité du réseau piétonnier DIAGNOSTIC dfoncionnmn dan la coninuié du réau piéonnir DIAGNOSTIC L problèm du réau on réprorié ur un car "poin noir du réau", c problèm on d différn naur, il puvn êr lié à la écurié, à la coninuié ou au confor

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

Apprendre sans école. Vivre sans capitalisme. Villes en transition. Entretien avec Enric Duran. Relocaliser l'alimentation n'est pas chose facile!

Apprendre sans école. Vivre sans capitalisme. Villes en transition. Entretien avec Enric Duran. Relocaliser l'alimentation n'est pas chose facile! N 3 7 8 a v r i l 2 0 1 0-4, 6 0-7 F S s lnc c o l o g i a l r n a i v s n o n - v i o l n c Apprndr sans écol i é Vivr sans capialism Enrin avc Enric Duran Vills n ransii Rlocalisr l'alimnai n's pas chos

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Exercices de révision

Exercices de révision Exercices de révisio Exercice U ivesisseur souscri à l émissio d u bille de résorerie do les caracérisiques so les suivaes : - Nomial : 5 M - Taux facial : 3,2% - Durée de vie : 9 mois L ivesisseur doi

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

La fonction de production dans l analyse néo-classique

La fonction de production dans l analyse néo-classique La oncion de producion dans l analyse néo-classique Jean-Marie Harribey La oncion de producion es une relaion mahémaique éablie enre la quanié produie e le ou les aceurs de producion uilisés, ou encore

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES Cahier de recherche 03-06 Sepembre 003 MODÈLE BAYÉSEN DE TARFCATON DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHCULES Jean-François Angers, Universié de Monréal Denise Desardins, Universié de Monréal Georges Dionne,

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES

NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES BRUSSELS EONOMI REVIEW - AHIERS EONOMIQUES DE BRUXELLES VOL 5 N 3 AUTUMN 7 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME (UNIVERSITE PARIS, ERMES- NRS- UMR78)

Plus en détail

Juin 2013. www.groupcorner.fr

Juin 2013. www.groupcorner.fr r p d r i Do Juin 2013 www.groupcornr.fr Contact Pr : Carolin Mlin & Jan-Claud Gorgt Carolin Mlin TIKA Mdia 06 61 14 63 64 01 40 30 95 50 carolin@tikamdia.com Jan-Claud Gorgt J COM G 06 10 49 18 34 09

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

À L OUEST DU PARC Promoteurs, architectes et habitants réunis pour travailler. page 4

À L OUEST DU PARC Promoteurs, architectes et habitants réunis pour travailler. page 4 ÉDITORIAL AVRIL 013 N 1 élu d c quarir dpuis dix ans, c s avc firé nhousiasm qu j paricip acivmn à sa ransformaion n un éco quarir uniqu à Paris. xmplairs sur l plan énrgéiqu écologiqu, nourris par l poumon

Plus en détail

Assurance santé et sélection adverse. L incidence des maladies invalidantes

Assurance santé et sélection adverse. L incidence des maladies invalidantes Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=reco&id_numpublie=reco_594&id_article=reco_594_0737 Assurance santé et sélection adverse. L incidence des maladies

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Intégrales généralisées

Intégrales généralisées 3 Iégrles géérlisées Pour ce chpire, les focios cosidérées so priori défiies sur u iervlle réel I o rédui à u poi, à vleurs réelles ou complees e coiues pr morceu. L défiiio e les propriéés de l iégrle

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail