D O S S I E R D E P R E S S E

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "D O S S I E R D E P R E S S E"

Transcription

1 Cabinet Service de presse et de communication AFFAIRE SUIVIE PAR : MME THEAS-DUHAMEL TÉLÉPHONE COURRIEL : RÉFÉRENCE : ORLÉANS, LE LUNDI 2 DÉCEMBRE 2013 D O S S I E R D E P R E S S E Lundi 2 décembre 2013 à 14h 30 conférence de presse relative à l'hébergement d'urgence et veille sociale en période hivernale 181, rue de Bourgogne ORLEANS CEDEX - Standard : Télécopie : Site internet :

2 SOMMAIRE I - Les moyens mis en œuvre dans le Loiret II - Une approche nouvelle de la période hivernale III - Des outils multiples pour favoriser l accès au logement IV - Zoom sur - la mobilisation des dispositifs d hébergement et de veille sociale dans le Loiret - le Service intégré d accueil et d orientation (SIAO) - l équipe mobile de proximité - l Ecu Saint-Laurent géré par l AIDAPHI - les typologies de publics pris en charge

3 I Les moyens mis en œuvre dans le Loiret A titre pérenne, tout au long de l année, l Etat finance 840 places d hébergement dans le département, sur des crédits de droit commun places d hébergement d urgence places de stabilisation ou d insertion Ces places sont réparties sur les différents arrondissements, de la façon suivante : - Orléans, 317 places urgence, 268 stabilisation et insertion - Montargis, 169 places urgence, 62 stabilisation et insertion - Pithiviers, 16 places urgence, 8 stabilisation et insertion Par rapport à 2012, ce nombre de places pérennes a été augmenté de 140 grâce à la mise en œuvre du plan territorial de sortie d hiver et du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l insertion qui ont permis des financements supplémentaires par rapport à Outre l hébergement d urgence, des dispositifs de veille sociale permettent l accueil et l orientation des personnes en situation précaire : - Le SIAO, pivot du dispositif, qui est l acteur central du rapprochement de l offre et de la demande d hébergement, coordonne les acteurs et oriente les personnes en fonction des capacités disponibles. - Le 115, qui prend le relais du SIAO la nuit, assure un accueil téléphonique et oriente toute personne en demande de mise à l abri. - L équipe mobile sociale professionnelle de l AIDAPHI dont les équipes interviennent auprès des usagers de la rue et qui assure des permanences dans les accueils de jour pour des entretiens plus approfondis. - Les Maraudes des bénévoles de la Croix-Rouge qui effectuent des tournées le soir - Les accueils de jour qui sont répartis également par arrondissement = Accueil de jour du Relais Orléanais à Orléans = Accueil de jour géré par IMANIS à Pithiviers et Montargis = Accueil de jour géré par G-FAI à Gien Outre ces capacités d accueil pérennes, la période hivernale est porteuse de risques médico-sociaux spécifiques. Pour qu ils soient correctement appréhendés, un «guide national de prévention et de gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid » a été élaboré dans une démarche interministérielle. Ce document indique que pour faire face aux difficultés induites par la baisse des températures durant l hiver, des places de mise à l abri seront mobilisées temporairement. Dans ce cadre, l Etat a activé le dispositif de vigilance hivernale depuis le 1 er novembre et a prévu de renforcer l ensemble des dispositifs pérennes de la façon suivante : places supplémentaires déjà mobilisées - 90 places complémentaires mobilisables en cas de détérioration des conditions climatiques notamment S agissant de la veille sociale, les accueils de jours ont allongé l amplitude de leurs horaires d ouverture. Les maraudes des équipes sociales ont été renforcées. Enfin, certains accueils de jours ont mis en place une prestation «d accueil de nuit», qui permet de compléter les capacités d hébergement.

4 II - Une approche nouvelle de la période hivernale La politique d hébergement et d accès au logement menée par le Gouvernement doit permettre aux personnes sans abri ou mal logées d accéder durablement à un logement digne et adapté. Pour cela, le Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l inclusion sociale fixe l objectif ambitieux de mettre fin à la gestion saisonnière du dispositif d hébergement d urgence. Dès à présent, il convient donc de favoriser toute l année un accès plus rapide au logement en désengorgeant les structures d hébergement, en améliorant la fluidité de l hébergement vers le logement, en mobilisant plus systématiquement l offre de logement accompagné. L ouverture de capacités exceptionnelles de mise à l abri ne sera plus déclenchée en fonction de plans saisonniers uniformes, mais en fonction des circonstances locales. Concrètement, la baisse des températures, qui était jusqu à présent le critère uniforme et mécanique qui déclenchait l ouverture de capacités d accueil temporaire, ne sera désormais plus le seul paramètre pris en compte : les conditions climatiques (températures mais aussi risques d intempéries), la situation sanitaire, les migrations consécutives aux crises internationales pourront constituer des éléments qui conduiront le préfet de département à adapter les dispositifs de prise en charge. Alors que les années précédentes une circulaire interministérielle organisait la mobilisation du dispositif d accueil, d hébergement et d insertion pendant les périodes hivernales en faveur des personnes en situation de rupture, cette année, une instruction interministérielle (L Instruction interministérielle N DGS/DUS/DGOS/DGCS/DGSCGC/DGT/2013/351 du 26 septembre 2013) définit de manière détaillée, dans un guide national, les actions à mettre en œuvre aux niveaux local et national auprès de l ensemble de la population, pour détecter, prévenir et limiter les effets sanitaires et sociaux liés aux températures de l hiver. Il n est donc plus fait référence à des niveaux. La vigilance météorologique est matérialisée par une carte de la France métropolitaine actualisée au moins deux fois par jour (à 6 heures et à 16 heures). Quatre couleurs traduisent l intensité du risque auquel la population est exposée pour les prochaines 24 heures. (voir cidessous) Ce guide qui définit l organisation d un plan hivernal s appuie sur l expérience du plan canicule. A ce titre l Agence Régionale de Santé est un interlocuteur privilégié pour le préfet notamment en ce qui concerne la veille sanitaire. Le dispositif de prévention prévoit de porter une attention toute particulière aux populations vulnérables : les populations isolées et à risque, les travailleurs et les personnes sans domicile. Concernant plus spécifiquement les personnes sans domicile, les objectifs fixés par le guide visent à organiser leur premier accueil, leur procurer une aide matérielle de première nécessité et les orienter vers un hébergement en s appuyant sur les Services Intégrés d Accueil et d Orientation (SIAO), le 115, le SAMU social, les équipes mobiles et les accueils de jour.

5 PLAN HIVERNAL Comment prévenir et gérer les impacts sanitaires et sociaux liés au grand froid? Une procédure de vigilance basée sur les prévisions météorologiques La veille saisonnière de la période hivernale est activée du 1er novembre au 31 mars La mise en éveil des services en cas de grand froid se fait dorénavant sur la base de la procédure de vigilance météo (à l'instar des autres phénomènes météorologiques : canicule, vent violent, orage...). Cette vigilance météorologique se traduit par la carte de vigilance mise en ligne par Météo France deux fois par jour (06h00 et 16h00) et plus si nécessité. De plus, un tableau des prévisions de températures (dont les températures ressenties) sur 4 jours est mis en ligne quotidiennement. En cas de prévision de phénomènes dangereux de forte intensité, le département apparaît en orange ou rouge avec le pictogramme qui s'y rapporte. L'activation de mesures préventives et curatives en cas de vague de froid s'appuie sur la vigilance météorologique précitée. Ces mesures sont mises en œuvre de manière adaptée en fonction de l'impact prévisible ou avéré de la vague de froid. Elles répondent aux besoins sanitaires et sociaux des populations et notamment à celles les plus vulnérables. Au niveau local, l'analyse de la situation est effectuée par le Préfet avec en particulier l'appui de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) et de la délégation territoriale de l'agence régionale de Santé. En cas de vigilance orange ou rouge pour un phénomène de grand froid, la préfecture du Loiret informe les maires et les services. Les services opérationnels (Police, gendarmerie, pompiers) sont chargés d'informer la préfecture et la DDCS de tout décès de personnes sans domicile dans l'espace public. Le suivi de la situation et des mesures spécifiques au champ social (activité du «115», maraudes, hébergement d'urgence...) et le renforcement de ces mesures sont suivis par la DDCS. Elle est chargée des remontées d'information ponctuelles ou hebdomadaires vers les échelons régionaux et nationaux par les canaux prévus à la fiche 6 du guide précité. Le suivi de la situation et des mesures spécifiques au champ sanitaire relève de la compétence de l'agence régionale de santé. Lorsque le département est placé en vigilance orange ou rouge grand froid, la préfecture met en place une remontée d'informations quotidienne des mesures prises. Elle comporte la décision prise au niveau départemental concernant l'activation des mesures ainsi que toute information propre aux événements relatifs aux vagues de froid au-delà du champ sanitaire et social.

6 III - Des outils multiples pour favoriser l accès au logement La philosophie du plan gouvernemental est de permettre aux personnes sans-abri ou mal logées d accéder durablement à un logement. Pour ce faire, l Etat a développé avec les opérateurs de l hébergement/logement et les bailleurs de nombreux dispositifs d accès au logement, qui vont d une prise en charge en logement adapté, à l accès au logement autonome. Ainsi, sont financées dans le Loiret places mobilisées avec de l allocation de logement temporaire places de pensions de famille places d intermédiation locative places en résidence sociale Outre ces capacités d accueil adaptées ou «transitoires», d autres dispositifs d accès au logement sont mobilisés, comme le contingent préfectoral (il permet à des ménages à revenu modeste d accéder au logement social) qui a permis le logement de 503 ménages en 2012; ou le droit au logement opposable (DALO) qui a permis le relogement de 20 ménages en 2012, (53 ménages prioritaires en 2013 pour le moment).

7 IV Zoom sur la mobilisation des dispositifs d hébergement et de veille sociale dans le Loiret Description de la mobilisation du dispositif d'accueil, d'hébergement et d'insertion (AHI) pendant l'hiver HÉBERGEMENT : ORLÉANS : 585 places pérennes (317 places urgence, 268 stabilisation et insertion) 109 places supplémentaires mobilisées au 1 er novembre places supplémentaires mobilisables en cours de période de froid Soit un total «activable» de 744 places MONTARGIS/ GIEN : 231 places pérennes (169 places urgence, 62 stabilisation et insertion) 35 places supplémentaires mobilisables en cours de période de froid Soit un total «activable» de 266 places PITHIVIERS 24 places pérennes (16 places urgence, 8 stabilisation et insertion) 5 places supplémentaires mobilisables en cours de période de froid Soit un total «activable» de 29 places Soit un total de : 840 places pérennes (502 urgence, 338 stabilisation et insertion) 109 places supplémentaires mobilisées 90 places supplémentaires mobilisables Ce sont 1039 places qui peuvent donc être prévues. Pour mémoire, à la même époque en 2012, sur les seules places d hébergement, 809 places étaient prévues (pérennes + mobilisables supplémentaires). Ainsi c est une augmentation des capacités d accueil de 28,4% qui est réalisée (+230 places par rapport à 2012, dont 140 places d HU pérennisées). A ces places d hébergement s ajoutent d autres dispositifs de logement temporaire, ou logement adapté pour des publics en situation précaire : places mobilisées avec de l allocation de logement temporaire places de pensions de famille places d intermédiation locative places en résidence sociale Au total, prise en charge sur 2533 places auxquelles s ajoutent les 90 places supplémentaires mobilisables.

8 ORLÉANS : SECTEUR DE LA VEILLE SOCIALE SIAO : acteur central du rapprochement de l offre et de la demande d hébergement, il coordonne les acteurs et oriente les personnes en fonction des capacités disponibles. Il assure une permanence téléphonique du lundi au jeudi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30 et le vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h : il assure un accueil téléphonique et oriente toute personne en demande de mise à l abri. Il est ouvert chaque jour de 17h00 à 8h00, en relais avec le SIAO. Equipe mobile sociale professionnelle de l AIDAPHI : elle a été renforcée et les randonnées intensifiées. Deux équipes interviennent auprès des usagers de la rue entre 9h00 et 22h00 et assurent des permanences dans les accueils de jour pour des entretiens plus approfondis. Maraudes des bénévoles de la Croix-Rouge : les tournées se déroulent de 19h30 à 0h00. Accueil de jour du Relais Orléanais : les horaires de l'accueil de jour sont étendus 7 jours sur 7, de 8h30 à 17h (8h30 à 14h00 le samedi). En outre le local du «petit chasseur» est ouvert du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00. Accueil de nuit du Relais Orléanais: l'accueil de nuit est ouvert du 1er décembre 2013 au 28 février 2014, de 22h00 à 7h45, pour une capacité maximale de 15 personnes en situation de grande précarité. Accueil de jour du site «Eugène Vignat» : l accueil de jour est ouvert de 10h00 à 17h00. MONTARGIS : Accueil de jour Imanis : l accueil de jour est ouvert tous les jours de la semaine de 8h00 à 19h00, heure d ouverture de l accueil de nuit. Maraudes des bénévoles de la Croix-Rouge: les tournées se déroulent de 18h30 à 22h30. GIEN : Accueil de jour G-FAI : l accueil de jour est ouvert du lundi au vendredi, de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 15h30 (au lieu de 9h00 à 12h00) PITHIVIERS : Accueil de jour Imanis : l accueil de jour est ouvert tous les jours de la semaine de 9h00 à 12h00. Un relais est pris par l accueil de nuit de 12h00 à 9h00.

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Hébergement d urgence la sortie du dispositif hivernal

DOSSIER DE PRESSE. Hébergement d urgence la sortie du dispositif hivernal DOSSIER DE PRESSE Hébergement d urgence la sortie du dispositif hivernal Paris, le 4 avril 2013 Sommaire I. Hiver 2012-2013 : une nouvelle gestion de l hébergement d urgence...page 3 Des moyens supplémentaires

Plus en détail

Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires La Ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires La Ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l inclusion

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION

LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION L accueil, l hébergement et l insertion des personnes vivant à la rue ou en rupture d hébergement relève de la compétence principale de l État et se

Plus en détail

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DU VAR SERVICE HEBERGEMENT ACCOMPAGNEMENT LOGEMENT Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement Affaire suivie par : Yann FAVERIE ANNEXE 1 : CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI 4 5 18 19 10 11 Le droit au logement opposable P. 5 P. 11 Le droit au logement opposable Le droit à l hébergement opposable P. 16 Cas pratique 2 Introduction QU

Plus en détail

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Le dispositif du SIAO 06 en 2012 SIAO urgence Mise à l abri et orientation : 115 et PAU Hébergement : SIAO insertion - ALT - CHRS Urgence - CHRS Insertion - Lits

Plus en détail

Présentation du contingent préfectoral et du DALO

Présentation du contingent préfectoral et du DALO Présentation du contingent préfectoral et du DALO Quelques chiffres en Haute-Savoie 7 600 logements Un peu plus de 400 relogements par an environ 15% des attributions totales de logements sociaux Un taux

Plus en détail

Pôle Développement Social Territorial

Pôle Développement Social Territorial Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Rhône-Alpes Tél. : 04 78 60 40 40 Fax : 04 78 60 40 61 Lyon, le Pôle Développement Social Territorial CAHIER DES CHARGES Réalisation

Plus en détail

De la prise en charge en hébergement vers le logement

De la prise en charge en hébergement vers le logement De la prise en charge en hébergement vers le logement La description des dispositifs est issue du Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté, rédigé lors des travaux du chantier national

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l inclusion sociale,

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Synthèse régionale. des. Projets territoriaux de sortie de l hiver

Synthèse régionale. des. Projets territoriaux de sortie de l hiver PREFET DE LA REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Montpellier, le 21 février 2013 Synthèse régionale des Projets territoriaux de sortie de

Plus en détail

GESTION DE CRISE. Réunion d information et d échanges avec les élus - 23 juin 2014

GESTION DE CRISE. Réunion d information et d échanges avec les élus - 23 juin 2014 GESTION DE CRISE Réunion d information et d échanges avec les élus - 23 juin 2014 AUTORITES COMPETENTES Le maire sur le territoire de sa commune Le préfet lorsque l'événement dépasse les capacités de la

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CANICULE 2014

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CANICULE 2014 DISPOSITIF ORSEC MESURE SPECIFIQUE PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CANICULE 2014 1 CABINET PRÉFET DE L'YONNE SERVICE SECURITE INTERIEURE POLE SECURITE CIVILE ARRETE N PREF CAB SSI 2014- N 341 portant

Plus en détail

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI?

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? 2. QUELLES DÉMARCHES POUR ACCÉDER OU SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D URGENCE? 3. EN L'ABSENCE DE PROPOSITION

Plus en détail

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver.

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Sommaire : Editorial de M. Le Maire ; Définition du risque majeur p 2 Contexte local ; Information préventive ; L alerte

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO Gestion de trafic, gestion des crises hivernales : le suivi et l alerte météo M. Guy LEGOFF Directeur Régional Météo Sud-Est 2, bd du château double 13908 Aix-en-Provence Cedex 2 Tél.: 33 (0)4 42 95 90

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

Bilan de la mise en oeuvre des services intégrés d'accueil et d'orientation (SIAO)

Bilan de la mise en oeuvre des services intégrés d'accueil et d'orientation (SIAO) Inspection générale des affaires sociales RM2012-019P Bilan de la mise en oeuvre des services intégrés d'accueil et d'orientation (SIAO) RAPPORT Établi par Dorothée IMBAUD Dr Marine JEANTET Membres de

Plus en détail

PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE

PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE Préfecture Services du cabinet Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE 2015 Actualisation : 2015 ADRESSE POSTALE

Plus en détail

Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011. Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins

Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011. Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins Le Système d alerte canicule et santé - Sacs 2011 Karine Laaidi, Aymeric Ung 10 mai 2011- Journée SOS Médecins 1. Objectifs et principes 2. Les indicateurs d alerte 3. Les indicateurs de suivi d alerte

Plus en détail

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville.

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville. Ville d Albertville Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées www.albertville.fr Sommaire Logement-foyer : la résidence des 4 Vallées p. 4 Service maintien

Plus en détail

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30 Réunion avec les directeurs de CROUS sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté Lundi 13 décembre à 14 h 30 Généraliser les mesures d accueil d urgence Les 28 CROUS répartis

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des sections de techniciens supérieurs Vu la délibération du conseil d administration du lycée en date du 29 mai 2007 approuvant la convention-type

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE LES ORGANISATIONS Chaîne de commandement et structures de gestion d'événement IV.1 Direction des Opérations de Secours... 2 IV.2 Organisation du commandement, liaison COD/PCO/PCC... 3 à 5 IV.3 COD : Centre

Plus en détail

Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de la santé et des solidarités Ministère de la santé et des solidarités L Union nationale des caisses d assurance-maladie DIRECTION DE L HOSPITALISATION UNION NATIONALE DES CAISSES D ASSURANCE ET DE L ORGANISATION DES SOINS MALADIE

Plus en détail

ORIGINE DE L ORIENTATION ... NATURE DE LA DEMANDE. Logement autonome Résidence sociale Résidence sociale Habitat jeune (ex FJT) Préciser :... ... ...

ORIGINE DE L ORIENTATION ... NATURE DE LA DEMANDE. Logement autonome Résidence sociale Résidence sociale Habitat jeune (ex FJT) Préciser :... ... ... 1/6 PREFET DE LA VIENNE FICHE UNIQUE EVALUATION SOCIALE SIAO RP ASLL CASE A COCHER : Cliquer 2 fois sur la case à cocher dans valeur par défaut cocher case activée DATE DE LA DEMANDE :... PERSONNES ET

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Ministère du logement et de l égalité des territoires

Ministère du logement et de l égalité des territoires Ministère du logement et de l égalité des territoires Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques d appui Sous-direction des affaires financières et de la modernisation Personnes chargées

Plus en détail

Le SIAO unique départemental

Le SIAO unique départemental Le SIAO unique départemental http://siao25.e-monsite.com/ mai 2015 24 mars 2014 Promulgation de la loi ALUR (LOI POUR L ACCÈS AU LOGEMENT ET UN URBANISME RÉNOVÉ ) Le Service intégré d accueil et d orientation

Plus en détail

L attribution d un d. logement social, un dispositif encadré

L attribution d un d. logement social, un dispositif encadré L attribution d un d logement social, un dispositif encadré Mars 2012 Des principes inscrits dans la loi «L attribution participe à la mise en œuvre du droit au logement afin de satisfaire les besoins

Plus en détail

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs PREFET DU LOIRET Direction Départementale Service Départemental d Incendie de la Cohésion Sociale et de Secours du Loiret Pôle Promotion des politiques de jeunesse, Groupement Prévention de sports, et

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N DGS/DUS/DGOS/DGCS/ DGT/DGSCGC/2015/166

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N DGS/DUS/DGOS/DGCS/ DGT/DGSCGC/2015/166 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de l intérieur Direction Générale

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Loi n 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l allègement des démarches administratives ;

Loi n 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l allègement des démarches administratives ; CIRCULAIRE N 12-2013 du 30/10/2013- (SM) Direction Fonction Publique Territoriale Le contrat d engagement éducatif Références : Loi n 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à

Plus en détail

Le Plan Départemental d'action

Le Plan Départemental d'action Le Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées DE LA RÉGION AQUITAINE DE LA GIRONDE Gironde gironde.fr le PDALPD de la Gironde 2008-2010 Ce plan est co-piloté par l Etat et

Plus en détail

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019 Cet appel sollicite les responsables des gouvernements afin qu'ils s'engagent à relever ces enjeux dès l entrée en fonction de la nouvelle législature. Appel pour une politique stratégique et coordonnée

Plus en détail

2, rue Malescourt. Maison Relais Intergénérationnelle. St Etienne

2, rue Malescourt. Maison Relais Intergénérationnelle. St Etienne Maison Relais Intergénérationnelle «Fiche récapitulative» Porteurs du projet : Habitat & Humanisme Loire et l A.S.L. Projet : Maison-relais Intergénérationnelle Bureaux associatifs Mode : Acquisition/Réhabilitation

Plus en détail

La lettre d information aux professionnels

La lettre d information aux professionnels (#3 - Décembre 2013 La lettre d information aux professionnels du Service Intégré d Accueil et d Orientation des Hauts-de-Seine Focus sur... Edito Le SYPLO : Système Priorité Logement Le SYPLO est un outil

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

Ministère de l égalité des territoires et du logement. La ministre de l égalité des territoires et du logement,

Ministère de l égalité des territoires et du logement. La ministre de l égalité des territoires et du logement, Ministère de l égalité des territoires et du logement Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques d appui Sous-direction des affaires financières et de la modernisation Personnes chargées

Plus en détail

NOTE. à Madame et messieurs les Préfets de région,

NOTE. à Madame et messieurs les Préfets de région, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité NOTE Direction générale du travail Le Directeur 39-43, Quai André Citroën 75902 PARIS CEDEX 15 Téléphone : 01 44 38 25 03 Télécopie : 01

Plus en détail

Pôle ressources sur l habitat et la ville durables

Pôle ressources sur l habitat et la ville durables Pôle ressources sur l habitat et la ville durables 1 UNE MAISON AU SERVICE DE TOU-TE-S LES ESSONNIEN-NE-S LA MAISON DÉPARTEMENTALE DE L HABITAT Pôle ressources sur l habitat et la ville durables, la Maison

Plus en détail

REORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS DES ECOLES

REORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS DES ECOLES CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél. : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr

Plus en détail

Tableau de bord général des indicateurs de suivi du plan de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

Tableau de bord général des indicateurs de suivi du plan de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale Tableau de bord général des indicateurs de suivi du plan de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 19 Indicateurs d'impact et de performance Thèmes Mesures rattachées Sous mesures Indicateurs

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Ai-je droit au RSA? Pour le savoir, je fais le test RSA sur www.caf.fr, rubrique Particuliers ou j appelle la caf au : 0 820 25 54 10

Ai-je droit au RSA? Pour le savoir, je fais le test RSA sur www.caf.fr, rubrique Particuliers ou j appelle la caf au : 0 820 25 54 10 Pour le savoir, je fais le test RSA sur www.caf.fr, rubrique Particuliers ou j appelle la caf au : 0 820 25 54 10 (0,112 la première minute et 0,09 ensuite) Ai-je droit au RSA? (Revenu de Solidarité Active)

Plus en détail

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries La procédure suivante précise les dispositions à prendre lorsque les conditions climatiques

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Généralités :

REGLEMENT INTERIEUR. Généralités : REGLEMENT INTERIEUR Généralités : L accueil de loisirs «Points jeunes», organisé par la Communauté d agglomération Valence Romans Sud Rhône-Alpes propose des activités de loisirs sportifs et culturels

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique Cabinet du Préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 12 juin 2013 Dossier de presse Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES?

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? «La Plateforme des régularisés», dite «Plateforme des 3GIP» - Synthèse - Mars 2008 - Juin 2014 QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? Créée à l initiative de la Préfecture de Paris en 2008, la Plateforme

Plus en détail

TITRE I. Dispositions générales. Institut français du cheval et de l équitation. Terrefort BP 207-49411 Saumur cedex

TITRE I. Dispositions générales. Institut français du cheval et de l équitation. Terrefort BP 207-49411 Saumur cedex Cahier des charges pour l affermage d un gîte équestre au sein du Haras national d Uzès Date limite de remise des candidatures le 11 janvier 2013 1 TITRE I Dispositions générales Article 1 er : Personne

Plus en détail

SOMMAIRE CONTEXTE... 1 SYNTHESE... 2

SOMMAIRE CONTEXTE... 1 SYNTHESE... 2 Rapport d activité Pôle SIAO/115 du Val d Oise 2014 SOMMAIRE CONTEXTE... 1 SYNTHESE... 2 1 ERE PARTIE : PRESENTATION DU POLE I. Organisation du pole... 9 1. Les moyens humains... 10 2. Les outils de fonctionnement

Plus en détail

PARIS et le centre de l Agglomération Parisienne au cœur de l hébergement et du logement temporaire

PARIS et le centre de l Agglomération Parisienne au cœur de l hébergement et du logement temporaire JANVIER 213 N 59 Atelier Parisien d Urbanisme 17, boulevard Morland 74 Paris 1 42 76 5 http://www.apur.org PARIS et le centre de l Agglomération Parisienne au cœur de l hébergement et du logement temporaire

Plus en détail

N 32 - JANVIER 2015. e 7 janvier dernier, un attentat est commis au siège de Charlie Hebdo, et le 9 janvier dans un Hyper Cacher

N 32 - JANVIER 2015. e 7 janvier dernier, un attentat est commis au siège de Charlie Hebdo, et le 9 janvier dans un Hyper Cacher Porte de Vincennes une prise d otages. L e 7 janvier dernier, un attentat est commis au siège de Charlie Hebdo, et le 9 janvier dans un Hyper Cacher Ces actes aussi lâches que barbares ont engendré une

Plus en détail

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Dans le cadre de la rédaction du futur Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées, le Collectif

Plus en détail

En quête d intégration

En quête d intégration Direction de l intégration En quête d intégration Si l accès à un logement décent et pérenne constitue un droit fondamental dont peuvent se prévaloir les étrangers résidant régulièrement sur le territoire

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE 360 DU SANS-ABRISME AU MAL LOGEMENT DANS LES BOUCHES-DU-RHONE

CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE 360 DU SANS-ABRISME AU MAL LOGEMENT DANS LES BOUCHES-DU-RHONE CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE 360 DU SANS-ABRISME AU MAL LOGEMENT DANS LES BOUCHES-DU-RHONE Juillet 2014 POURQUOI UNE CONTRIBUTION DU RESEAU «ACTEURS DU LOGEMENT D INSERTION» AU DIAGNOSTIC

Plus en détail

Circulaire DGAS/SDA n o 2002-595 du 10 décembre 2002 relative aux maisons relais NOR : SANA0230597C

Circulaire DGAS/SDA n o 2002-595 du 10 décembre 2002 relative aux maisons relais NOR : SANA0230597C MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Secrétariat d Etat à la lutte contre la précarité et l exclusion MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT, DES TRANSPORTS, DU LOGEMENT, DU TOURISME ET DE

Plus en détail

répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté

répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté Ce document est une co-production DGAS - DGALN / septembre 2008 Editorial - par

Plus en détail

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants Élections municipales de 2014 Communes de moins de 1000 habitants Introduction présentation générale de la réforme Importantes modifications du code électoral introduites par la loi du 17 mai 2013 et son

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. L opération interministérielle vacances (OIV) à l étang du puits à Cerdon du Loiret

COMMUNIQUE DE PRESSE. L opération interministérielle vacances (OIV) à l étang du puits à Cerdon du Loiret COMMUNIQUE DE PRESSE Orléans le mercredi 29 juillet 2015 L opération interministérielle vacances (OIV) à l étang du puits à Cerdon du Loiret Dans le cadre de l opération interministérielle vacances 2015,

Plus en détail

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Communiqué de presse Saint-Denis Le 19 février 2015 Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Dominique

Plus en détail

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 N de dossier :. Date de la demande :.. /.. /.. PERSONNE(S) ET STRUCTURE AYANT EFFECTUE L ENTRETIEN Travailleur social qui oriente :.. Structure :.. Référent

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des Sections de Techniciens Supérieurs Vu le décret 2006-1093 du 29 août 2006 (J.O. du 31.08.2006), Vu

Plus en détail

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU).

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU). DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES COMPETENCES ET DES INSTITUTIONS LOCALES BUREAU DES OPERATIONS D AMENAGEMENT, DE L URBANISME ET DE L HABITAT AFFAIRE SUIVIE PAR : Pascal MATHIEU

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

Service d aide et d accompagnement à domicile (S.A.A.D)

Service d aide et d accompagnement à domicile (S.A.A.D) Service d aide et d accompagnement à domicile (S.A.A.D) Centre Communal d Action Sociale de Pontivy 6, Rue de Rivoli 56300 PONTIVY Tél : 02.97.25.50.22 Courriel : ccas@ville-pontivy.fr Page 1 Dans ce livret

Plus en détail

Réunion «accueil migrants» Préfecture de Périgueux le 25 septembre 2015

Réunion «accueil migrants» Préfecture de Périgueux le 25 septembre 2015 Réunion «accueil migrants» Préfecture de Périgueux le 25 septembre 2015 1 Plan de la réunion 1) Introduction Monsieur le Préfet 2) Retour d expérience de l accueil de 5 familles sur les communes de Jumilhac-le-Grand

Plus en détail

OUI, ou D UNe AIDE. D UN SOUTIeN SOMMES. IL PeUT ARRiVER QUE L ON AiT BeSOIN NOUS LÀ POUR ÇA! RENCONTRONS-NOUS! Centre Intercommunal d Action Sociale

OUI, ou D UNe AIDE. D UN SOUTIeN SOMMES. IL PeUT ARRiVER QUE L ON AiT BeSOIN NOUS LÀ POUR ÇA! RENCONTRONS-NOUS! Centre Intercommunal d Action Sociale OUI, IL PeUT ARRiVER QUE L ON AiT BeSOIN D UN SOUTIeN ou D UNe AIDE NOUS SOMMES LÀ POUR ÇA! RENCONTRONS-NOUS! Centre Intercommunal d Action Sociale www.aunis-sud.fr/cias LE Centre Intercommunal d Action

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

Épicerie sociale Croix Rouge. de Courcouronnes CONDITIONS ET MODALIT É S D ACCÈ S

Épicerie sociale Croix Rouge. de Courcouronnes CONDITIONS ET MODALIT É S D ACCÈ S 1 Épicerie sociale Croix Rouge de Courcouronnes CONDITIONS ET MODALIT É S D ACCÈ S 1/ Critères d'accès : L accès est exclusivement réservé à toute personne adulte et à toute famille habitant Courcouronnes

Plus en détail

FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT POUR TOUS :

FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT POUR TOUS : Ministère de l Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement le 20 décembre 2006 FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT POUR TOUS : Jean-Louis BORLOO, Ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement

Plus en détail

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN ll PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN 2010 2 SOMMAIRE Glossaire des sigles utilisés...4 INTRODUCTION...5 TITRE1 : LES OBJECTIFS DU PGCD...7 1.1 LA COORDINATION

Plus en détail

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet Date de

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Note «statut unique» CHRS

Note «statut unique» CHRS 1 26 juin 2014 Note «statut unique» CHRS Un amendement adopté dans le cadre de la loi ALUR Dans le cadre de la discussion de la loi ALUR, les parlementaires ont adopté un amendement ainsi rédigé : «Avant

Plus en détail

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE REFERENTIEL «ACCOMPAGNEMENT A L INTEGRATION ET A L ACCES AU DROIT COMMUN DES RESIDENTS» Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime 1 Sommaire

Plus en détail

Plan d'évacuation du Val de BLOIS

Plan d'évacuation du Val de BLOIS PRÉFET DE LOIR-ET-CHER Plan d'évacuation du Val de BLOIS Phase 0: éléments de méthode Chapitre II. Service Interministériel De Défense et de Protection Civile et Direction Départementale des Territoires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATIONS

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATIONS PREFECTURE DE LA MEUSE SERVICE INTERMINISTERIEL DE DEFENSE ET DE PROTECTION CIVILE DOSSIER COMMUNAL D INFORMATIONS A destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers sur les risques naturels

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Note du 10 septembre 2015 relative aux astreintes effectuées par les personnels de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse NOR : JUSF1522078N Le sous-directeur des ressources humaines et

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations jeunesse

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires

Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires Note technique Concernant les modalités d application au niveau départemental de la convention conclue entre l EPRUS et des établissements

Plus en détail