La cartographie est un mode de représentation et

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La cartographie est un mode de représentation et"

Transcription

1 MÉTHODE 221 La cartographie des risques, un outil de management des risques en établissement de santé M. Moulaire Centre Hospitalier Aubenas Marc Moulaire Ingénieur sécurité Gestionnaire des risques Centre Hospitalier d Aubenas 72 Aubenas La cartographie est un mode de représentation et de hiérarchisation des risques d une organisation (1). C est une composante essentielle du processus de gestion des risques (2). Son objectif est de disposer d un état des lieux global des vulnérabilités pour l ensemble des champs d activité (3). La cartographie des risques serait actuellement utilisée par 6 % des grandes entreprises comme outil de gouvernance (4). Dans une étude commandée par la Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins (DHOS) pour établir un modèle de gestion des risques en établissement de santé, un cabinet de consultants a préconisé une étude prédictive des risques sur la base de l analyse des processus, complétée d une identification des dangers potentiels sur les données rétrospectives fournies d une part par le signalement interne des événements indésirables, et d autre part par les données mises à disposition par les Agences ou organismes externes (Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (CCLIN), Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS), assureurs, etc.) (5). La démarche de cartographie est primordiale car elle suscite le recensement général des risques, leur évaluation et leur hiérarchisation. Elle offre des représentations simples et didactiques, donnant une vision d ensemble aux décideurs pour orienter leurs choix stratégiques d action. Les cartes sont ensuite utilisées Résumé La cartographie des risques est la représentation graphique des risques d une organisation. Les grandes entreprises l utilisent couramment alors que le monde de la santé en fait un usage encore limité. Or la cartographie procure les informations de base nécessaires à la gestion des risques. Après un recensement général des risques, ceux-ci sont évalués, hiérarchisés et représentés graphiquement en cartes. Trois questions se posent pour la mise en œuvre en milieu hospitalier : quels risques choisir, quelles caractéristiques retenir, quelle représentation adopter? Au centre hospitalier d Aubenas, cette démarche a dans un premier temps été appliquée aux risques professionnels puis étendue à la globalité des risques de l établissement. Au total, dix-sept familles de risques ont été identifiées. Les critères de gravité et de fréquence d occurrence ont été retenus, complétés par un critère de sécurité qui mesure l efficacité dans la maîtrise du risque. Pour chaque risque, la différence entre la criticité (fréquence x gravité) et la sécurité (ou niveau de maîtrise) alerte sur des vulnérabilités plus ou moins marquées. Ces différents éléments fournissent des pistes pour prioriser des actions d amélioration dans le cadre d un programme global. Mots-clés : Gestion du Risque Hôpital Méthode. Abstract Risk mapping: a risk management tool in hospitals Risk mapping is a graphical representation of the risks of an organization. Big companies commonly use it whereas the healthcare world uses it in a restricted way. The mapping provides basic information that is necessary for risk management. After a global risk inventory, the risks are assessed, prioritized and graphically represented in the form of maps. Three issues arise for the implementation in hospitals: which risks should be chosen, which characteristics should be retained, which representation should be adopted? In the Aubenas hospital, France, this procedure was firstly applied to professional risks and then spread to all of the hospital s risks. In total, 17 risk families were identified. The severity and occurrence frequency criteria were retained, completed by a safety criterion that measures the risk control effectiveness. For each risk, the difference between the criticality (frequency x severity) and the safety (or control level) provides information about more or less pronounced vulnerabilities. These various elements provide directions for prioritizing improvement actions in the framework of a global programme. Key-words: Risk Management Hospitals Methods.

2 222 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ pour suivre l efficacité des stratégies mises en œuvre et forment enfin un outil très pertinent de communication sur l état des lieux. La notion de cartographie de risques est cependant absente des principes méthodologiques de la gestion des risques publiés par l Anaes en 23 (6), ainsi que des recommandations de la DHOS de 24 (7). De même, on relève cette absence dans le manuel d accréditation V2 (8) et dans son guide d aide à la cotation (9), bien que l identification a priori des risques soit abordée au critère 14b, en citant l inventaire des risques professionnels du document unique, et au critère 45a. Après présentation de la méthode, son utilisation au centre hospitalier d Aubenas est présentée. Méthode de production de la cartographie Première étape opérationnelle : recenser les risques et les classer Dans l entreprise, l objectif principal de la gestion des risques est d assurer la continuité et l écoulement de la production. L analyse porte sur les risques d image, les risques liés aux relations humaines et sociales, les risques aux personnes, aux biens, à l environnement, les risques d atteinte à l intégrité des informations et aux pratiques de l entreprise, les risques techniques empêchant la production, et enfin les risques financiers (2). Typologies des risques Les classifications de risques, ou typologies, sont soit bâties sur les causes : naturelles, humaines, techniques, économiques, environnementales, soit bâties sur les conséquences : pertes d exploitation, atteintes aux personnes, dommages aux biens, perte d informations, engagement de responsabilité, sanctions légales et pertes d image (2). S ouvre alors un vaste débat sur la typologie des risques hospitaliers. On peut facilement identifier les grandes catégories : risques pour les personnes (en dissociant les patients ou les personnes hébergées, le personnel, les visiteurs, les intervenants extérieurs), risques pour les biens, risques pour l environnement, risques socio-économiques. Par contre, la recherche du détail expose au risque d oubli ou au contraire de redondance. On trouve dans la littérature plusieurs exemples : les recommandations de l Anaes sur la gestion des risques (6) différencient les risques spécifiques aux activités médicales et de soins (risques iatrogènes, nosocomiaux et organisationnels), les risques techniques et logistiques (incendie, pollution, rupture d approvisionnement, panne notamment informatique), les risques sociaux (grève, départ de personne-clé, accident du travail, fraude et faute, risque d image) ; les recommandations de la DHOS (7) distinguent les risques liés à la prise en charge du patient (iatrogénie, infections nosocomiales, coordination, identification, information) et les risques de la vie hospitalière (professionnels, sociaux, alimentaires, transports, technique, environnement, système d information, malveillance, risques financiers) ; le guide WEKA sur la gestion des risques (3) propose huit classes pour la cartographie des risques : santé/sécurité du patient, santé/sécurité du personnel, biens/environnement, social/managérial, données/ informations/savoir-faire, responsabilité, réputation, et finance/comptabilité ; la SHAM, principal assureur des établissements de santé en responsabilité civile, classe les risques en trois familles : dispositifs médicaux et produits de santé, vie hospitalière, et causes médicales (1) ; le ministère de la santé a recensé les textes réglementaires relatifs à la sécurité sanitaire dans les établissements de santé (11) selon sept chapitres pouvant servir de trame : sécurité d utilisation des produits de santé et vigilances, gestion du risque infectieux, activité de soins, sécurité des personnes et des locaux, sécurité alimentaire, fluides, gestion des déchets. Approche par processus Une autre approche pour identifier les risques avant de les cartographier procède de l approche processus (12). Un recensement détaillé des différents processus de production, des processus supports, et des processus de management d une organisation, donne une trame pour identifier les risques liés à chaque processus élémentaire. La cartographie des risques découle alors naturellement de la cartographie des processus. On relèvera par exemple : parmi les processus de prise en charge : les risques infectieux, les risques anesthésiques, les risques opératoires parmi les processus médico-techniques : les risques d exposition aux rayonnements, les risques d erreur d identification de patient, la contre-indication médicamenteuse parmi les processus logistiques : la toxi-infection alimentaire, la contamination par contact avec les déchets infectieux, la panne informatique, l incendie, les risques électriques parmi les processus de management : les risques sociaux, la perte de personnes ressources, la rétention d informations Deuxième étape : choisir une méthode d évaluation pour quantifier le risque Là encore, la littérature offre de multiples exemples. Les critères «gravité» et «fréquence» bénéficient d un certain consensus (1) bien que la fréquence s apprécie soit comme un taux d événements indésirables rapporté à un nombre total de mises en œuvre (13), soit comme une fréquence (ou une probabilité) d exposition au risque calculée par la durée d exposition

3 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 223 rapportée à la durée totale d activité. Cette mesure de l aléa devient plus subjective quand on appréhende des événements indésirables non encore produits ; on se place alors sur des échelles de vraisemblance à partir de jugements d experts (14). La gravité, ou niveau des conséquences, est évaluée subjectivement, par avis d expert, de faible à forte, ou quantitativement en mesurant par exemple les pertes financières engendrées ou encore les pertes d exploitation en jours de production (1). Suivant les méthodes, d autres critères sont utilisés, comme la détectabilité (AMDEC), l étendue, le coût de maîtrise, le niveau de maîtrise (14), etc. Quant à la mesure de ces critères, la variabilité est encore plus grande, avec des cotations en lettres, en nombres discrets (et classiquement sur une échelle de 1 à 4), en pourcentage continu (de à 1 %) ou en note ( à 2 par exemple). Les évaluations sont plutôt qualitatives dans une première approche. L appréciation est très subjective car elle est liée au métier de l évaluateur, à son expérience, à son tempérament. La variabilité peut être limitée en travaillant par consensus d un groupe hétérogène, mais le résultat n est pas entièrement satisfaisant. Pour une meilleure évaluation du risque, il faut pouvoir s appuyer sur des informations quantitatives, sur des données peu sujettes à interprétation. Troisième étape : représenter graphiquement les risques et leur évaluation Les différents risques sont présentés sur des graphiques avec des positions ou des dimensions représentatives des critères d évaluation. C est la mise en cartes ou «mapping». La représentation classique est un graphique à deux axes, «fréquence» (ou probabilité, ou vraisemblance) et «gravité» dans lequel des points représenteront chacun des risques retenus (Figure 1 et figure 2 (15)). Mais on peut également choisir d autres axes, comme par exemple «criticité» (fréquence x gravité) et «coût de maîtrise». On remarquera que la SHAM présente le même type de graphe où fréquence et gravité sont calculées sur des sinistres réels (Figure 3 (16)). Chaque risque peut être représenté par un point ou par un nuage de points dans de tels graphiques si l on veut tenir compte des différents couples possibles de paramètres fréquence/ gravité par exemple. Plus précisément, la répartition statistique de la criticité de chaque risque peut être représentée avec des rectangles imbriqués de plus en plus clairs aux extrémités exprimant la dispersion autour d une médiane (Figure 4). Le diagramme en radar ou diagramme de Kiviat est également couramment utilisé ; cet outil permet une bonne visualisation du risque global La cartographie peut être thématique en présentant sur le graphique un seul risque mais avec une répartition par services ou globale en choisissant de repré- Figure 1 - Matrice de criticité. catastrophique majeure trés grave significative mineure Gravité Risque acceptable incroyable peu probable Figure 2 - Cartographie de risques. Gravité GxP = 6 RISQUE ACCEPTABLE occasionnelle probable Risque 5 GxP = 12 RISQUE TOLÉRABLE Risque 4 Risque non acceptable presque certaine Probabilité Risque Probabilité Risque 2 RISQUE INACCEPTABLE Risque 1 Figure 3 - Cartographie des risques initiaux d après (15). management sociaux système d'information environnement insécurité professionnels commerciaux politiques inacceptable tolérable acceptable criticité programmatiques économiques stratégiques financiers Risque 3 techniques opérationnels juridiques

4 224 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ Figure 4 - Représentation statistique d un risque. Risque 1 m 4 6 Première application : le document unique d évaluation des risques professionnels Dans une approche de la gestion globale des risques, le centre hospitalier d Aubenas s est d abord intéressé aux risques professionnels en élaborant le document unique prévu par le décret du 5 novembre 21 (19). Le document doit rassembler les preuves d une identification globale et exhaustive des dangers pour les travailleurs, et de l évaluation des risques. Une démarche participative a permis une identification exhaustive des situations à risque pour chaque unité de travail, suivie d une évaluation de leur criticité (produit de la fréquence d exposition par la gravité des conséquences) et de leur niveau de maîtrise. À partir de ces deux paramètres, une cartographie a été réalisée pour permettre une vision globale des risques par unité de travail et par famille de risque (Figure 6). Cette cartographie a permis ensuite une priorisation et l élaboration d un plan d actions d amélioration (2). Risque 2 Risque 3 Criticité senter l ensemble des risques repérés (Figure 5). Mais dans ce dernier cas, la représentation est en général limitée à une vingtaine de risques «majeurs», et ne doit pas dépasser la trentaine pour des raisons de lisibilité (2,3,17,18). Une limite de ces divers modes de représentations est qu ils ne permettent de visualiser que deux paramètres caractérisant le risque. Avec les modèles développés ci-après, trois paramètres apparaissent. Exemple de mise en œuvre au centre hospitalier d Aubenas Extension à la cartographie globale des risques Fort de cette première expérience, le centre hospitalier d Aubenas a décidé d étendre la démarche d analyse a priori à l ensemble des risques hospitaliers. L ambition a toutefois été limitée aux risques pour les personnes et les biens, en excluant notamment les risques socio-économiques. Classification des risques Pour adopter une classification des risques pertinente et surtout facile à comprendre par les professionnels, l établissement s est appuyé sur l organisation existante en matière de gestion des risques et sur les travaux déjà réalisés : le risque incendie est parfaitement réglementé, il est géré par un chargé de sécurité, assisté d une équipe de sécurité. Il fait l objet de formations, d exercices et de contrôle. Ce risque est évalué par un indicateur développé spécifiquement dans l établissement (21). les risques professionnels sont bien définis par le document unique et déjà exploités (cf. ci-dessus). le risque infectieux (dont risques liés à «eau-airsurfaces», déchets, linge, grippe aviaire) est maîtrisé par l équipe opérationnelle en hygiène hospitalière et les correspondants en hygiène, il est évalué par les enquêtes de prévalence, l indicateur composite Icalin, il est supervisé par le comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN). les risques liés aux produits de santé (médicaments, produits sanguins, dispositifs médicaux) sont parfaitement cernés grâce leurs correspondants respectifs, leur système de déclaration et leur traçabilité. Figure 5 - Cartographie des sinistres déclarés à la SHAM de 1991 à 2 : répartition des spécialités en fonction de la fréquence et de la gravité des sinistres déclarés. Coût moyen par sinistre en kf anesthésie/ réanimation neurochirurgie chirurgie cardio-vasculaire chirurgie uro-viscérale obstétrique orthopédie médecine urgences chirurgie de la face Nombre total de sinistres

5 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 225 Figure 6 - Cartographie des risques professionnels au CH d Aubenas. La taille des bulles est proportionnelle à la criticité du risque. La bulle est d autant plus sombre que le risque est peu maîtrisé. Hôpital Bellande Hôpital Boisvignal Bloc opératoire Urgences Consultations externes Radiologie Laboratoires Pharmacie Magasins transport Blanchisserie Ateliers sécurité Cuisines Service intérieur Administrtion Secrétariat Incendie-explosion Risque électrique Rayonnement Risques biologiques Risques chimiques Risques physiques Gestes postures Nuisances Déplacements Risques psychologiques Autres Légende Criticité Sécurité le risque électrique est l objet d une abondante réglementation. Les contrôles et vérifications sont organisés et fréquents, les responsabilités identifiées. De plus l analyse exhaustive de ce risque est faite périodiquement depuis plusieurs années dans l établissement avec un indicateur de synthèse (22). le risque lié aux fluides médicaux est également bien encadré et supervisé par la commission locale de surveillance des gaz médicaux. le risque anesthésique fait l objet d un suivi spécifique par les professionnels avec un indicateur adapté fruit d une AMDEC (Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité). les risques liés aux machines (dont les ascenseurs) et rayonnements ionisants sont bien encadrés par la réglementation et sont évalués par vérifications externes d organismes agréés et par un entretien régulier. le risque alimentaire est maîtrisé par le responsable de la restauration à l aide de la démarche HACCP (analyse des risques par le contrôle des points critiques). enfin les risques de la vie hospitalière (chutes, escarres, dénutrition, fugue, suicide ), les risques médicaux, les risques naturels, les risques environnementaux (radon, plomb, amiante, insectes, pollutions ), la violence et les malveillances font l objet de déclarations au moyen des fiches d événements indésirables mises en place et exploitées collégialement depuis plus de quatre ans, et qui alimentent une base de données déjà conséquente. On classe dans les risques médicaux, les soins non pertinents (dont erreur de patient, erreur de côté à opérer, erreur de diagnostic ), les retards des soins, les erreurs dans la réalisation, le suivi clinique insuffisant, les complications d'actes, l absence d'information, de consentement du patient, le non-respect du secret médical.

6 226 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ Figure 7 - Échelles de cotations. très fréquent quotidien fréquent souvent peu fréquent occasionnel très peu fréquent rare Caractérisation des risques 1 une fois par jour et plus dans l'établissement,75,5,25 Fréquence une fois par jour et plus dans l'établissement une fois par jour et plus dans l'établissement une fois par millénaire dans l'établissement ou une fois par an en France jamais cotation = 2/(2-log 1 F) avec F fréquence en jours -1 très grave dommage majeur grave dommage important peu grave dommage modéré bénin dommage mineur très critique critique peu critique très peu critique risque bien maîtrisé risque partiellement maîtrisé risque peu maîtrisé risque non maîtrisé 1 décès,75,5,25 1,75,5,25 Gravité menace du pronostic vital ; incapacité permanente hospitalisation ou prolongation d'hospitalisation blessure ; dommage physique ou moral inconfort tout au plus Criticité Criticité = fréquence x gravité 1 suppression du risque,75,5,25 Sécurité contrôles périodiques, exercices, analyses a priori et actions préventives formation, analyse des incidents, équipement spécifiques information, consignes, procédures aucune précaution ni disposition Au total, on différencie dix-sept familles de risques qui recoupent la plupart des typologies énoncées précédemment. Critères d analyse Au centre hospitalier d Aubenas, les critères de gravité et de fréquence d occurrence ont été très classiquement retenus, complétés par un critère de sécurité qui mesure l efficacité dans la maîtrise du risque. Dans chacune des dix-sept familles de risques, plusieurs risques élémentaires ont été évalués en fréquence et en gravité pour ne retenir que la criticité la plus élevée représentative de la famille de risques. Par exemple, pour le risque incendie, on compare l incendie mortel très rare, au départ de feu beaucoup plus fréquent mais aux conséquences limitées. Autre exemple, on compare les infections nosocomiales avec décès du patient aux infections qui n occasionnent pas d événement grave. La mesure des indices de fréquence, gravité, criticité, sécurité se fait sur une échelle continue de à 1. Outre la facilité de compréhension ( correspondant à fréquence nulle, gravité nulle, mais aussi sécurité nulle, et 1 à fréquence maximale, gravité majeure ou sécurité totale), ce système permet de coter également la criticité (produit de la fréquence par la gravité) de à 1. Chacune de ces échelles est subdivisée en quatre pour retrouver les appréciations classiques de la littérature (Figure 7). L indice de fréquence est calculé par une fonction logarithmique de la fréquence réelle des événements indésirables (voir à ce propos le commentaire de l échelle de vraisemblance de DESROCHES et GATECEL (14)). Cette fréquence est soit relevée dans l établissement quand elle y est mesurable (taux de prévalence des infections nosocomiales, des escarres, nombre d accidents du travail, nombre d incidents médicamenteux ), soit déduite de statistiques nationales (incidents transfusionnels, accidents anesthésiques, incendies mortels ) (Figure 8). La fonction a été paramétrée pour obtenir les correspondances entre indice et fréquence indiquées dans l échelle de fréquence de la figure 7. Pour chacune des dix-sept familles, une criticité moyenne a ainsi été calculée, sur une échelle continue de à 1. L évaluation du paramètre de maîtrise du risque s est faite à l aide du rapport d activité annuel de gestion des risques : soit à partir d indicateurs utilisés dans l établissement pour évaluer la sécurité électrique (21), la sécurité incendie (22), la sécurité anesthésique, la sécurité des gaz médicaux, la maîtrise des dispositifs médicaux ; soit à partir d indicateurs nationaux (Icalin, prévalences ) soit par utilisation des études déjà disponibles (risques professionnels, rayonnements ionisants ) ; soit d après les notes obtenues lors de la certification V2 de l établissement (produits sanguins).

7 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 227 Pour représenter l ensemble des risques étudiés et faire figurer le niveau de criticité et le niveau de maîtrise, un simple diagramme en bâtons est utilisé. Au bâton représentant la criticité, on superpose pour chaque risque, la «couverture» de ce risque, c est-à-dire son niveau de maîtrise. Un risque parfaitement maîtrisé aurait un indice de sécurité de 1, soit 1 %, d où une «couverture» à 1 % de ce risque. Inversement, avec un indice de sécurité de, la criticité reste entière (Figure 9). Résultats obtenus La figure 9 donne une image précise des risques dans l établissement. Deux risques se détachent quant à leur criticité. Il s agit du risque infectieux et des risques de la vie hospitalière (chutes, escarres, dénutrition, fugues, tentatives de suicide ). On n insistera jamais assez sur l importance de ces risques, qui engendrent des événements indésirables quasiment quotidiennement avec des conséquences souvent graves de prolongation d hospitalisation, voire de décès. Ces risques trop courants ont tendance à être banalisés, et l intérêt d une cartographie globale est de leur redonner leur triste importance. Souvent des gestes simples, comme l hygiène des mains, suffisent à diminuer les événements indésirables, mais ils doivent être répétés quotidiennement, et l habitude les fait négliger. Dans notre établissement, le risque médical dans son ensemble vient en troisième position. Il se caractérise par une fréquence beaucoup plus faible que les deux précédents, mais la gravité des conséquences est plus importante. Surtout, c est le risque médiatique par excellence, et celui qui donne lieu au plus grand nombre de contentieux. Les autres risques hospitaliers suivent de près. On remarquera que le risque «violence et malveillance» Figure 8 - Indice de référence, fonction logarithmique de la fréquence réelle. If : Indice de fréquence 1,9,8,7,6,5,4,3,2,1 F : fréquence : fois par jour 1 fois par semaine If = 2/(2 log 1 F) 1 fois par trimestre 1 fois tous les 1 ans affiche une des plus faibles criticité, avec une fréquence plutôt faible et peu de conséquences graves en général, alors que c est un des risques les plus redoutés. Quand on parle d insécurité, c est souvent ce risque qui est sous-entendu. Pour chaque risque, la différence entre la criticité et la sécurité (ou niveau de maîtrise) alerte sur des vulnérabilités plus ou moins marquées. On note une maîtrise du risque médical très incomplète. Cela s explique d abord par une mauvaise appréhension de ce risque, trop peu évalué, avec des événements indésirables restant souvent confidentiels Figure 9 - Exemple de cartographie globale des risques hospitaliers. Criticité et sécurité se lisent sur une même échelle à gauche de à 1. Les risques peuvent être hiérarchisés selon leur criticité ou selon le décalage entre la criticité et la sécurité.,75 CRITICITÉ,5 SÉCURITÉ,25, Incendie Fluides médicaux Électricité Rayonnements ionisants Machines Violence et malveillance Risques professionnels Risque infectieux Alimentation Vie hospitalière Dispositifs médicaux Médicaments Produits sanguins Risques médicaux Anesthésie Risques naturels Environnement

8 228 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ et très peu exploités. Les contrôles sont très difficiles et d ailleurs quasi inexistants, les processus de maîtrise très rarement écrits. On retrouve là l importance majeure du développement des recommandations de pratique clinique (RPC) et des évaluations des pratiques professionnelles (EPP) dont l objectif est l amélioration des pratiques. On note également les efforts à faire dans la maîtrise du risque médicamenteux, avec un circuit du médicament à définir précisément et à respecter, et une exploitation des incidents médicamenteux. Concernant le risque «machines» (ascenseurs, portes automatiques, machines en cuisine, en blanchisserie, outillage électro-portatif ), des progrès sont à faire rapidement sur leur identification, puis leur maîtrise par le développement de dispositifs de protection, et surtout de formation du personnel. Ces différents éléments fournissent des pistes pour prioriser des actions d amélioration dans le cadre d un programme global. Conclusion Notre expérience nous amène à quelques recommandations qui rejoignent les préceptes de BERWICK et notamment : faire simple, le faire en équipe, mesurer avec pragmatisme, simplifier la méthodologie, démarrer le plus tôt possible, diffuser et développer tous azimuts, surtout arrêter de se plaindre (23)! Comme c est le cas avec tous les outils de la qualité, la tentation est grande d en abuser. La démarche est alors consommatrice de temps et perd considérablement de son efficacité. Plutôt qu une profusion de tableaux et de couleurs, il faut savoir se limiter à deux ou trois cartes essentielles que les professionnels pourront s approprier facilement si leur présentation est récurrente. Le recensement trop exhaustif des risques n a d intérêt qu intellectuel et s avère inefficace. Il faut savoir se limiter à une vingtaine de risques majeurs pour éviter la dispersion. La cartographie n est pas une fin en soi. Elle ne procure que des outils dont la finalité est l aide à la décision et surtout les actions d amélioration. Il faut prendre garde de ne pas y engager toutes ses ressources, que ce soit en compétences ou en temps. Références bibliographiques 1- DE MARESCHAL G. La cartographie des risques. AFNOR, 23, 5 pages. 2- VÉRET C, MEKOUAR R. Fonction : Risk manager. Dunod, 25, page COLLECTIF. La cartographie des risques : un outil d aide à la construction d une politique globale de gestion des risques. In: La maîtrise des risques et la sécurité sanitaire au quotidien dans un établissement de santé. Quaranta JF, Petit J. Weka, 26, 955 pages. 4- TNS-SOFRES. Baromètre du risk management 25. riskmanagement. htm 5- DHOS. Étude sur les modèles de gestion des risques en établissement de santé: organisation, méthodes et outils. novembre 22. etabs/documents/capg_etude.pdf 6- ANAES. Principes méthodologiques pour la gestion des risques en établissement de santé DHOS. Recommandations pour l élaboration et la mise en œuvre d un programme de gestion des risques en établissement de santé, Avril ANAES. Manuel d accréditation des établissements de santé, deuxième procédure d accréditation, septembre HAS. Guide d aide à la cotation, deuxième procédure de certification des établissements de santé, novembre SHAM. Panorama 25 du risque médical des établissements de santé DHOS. Référentiel de sécurité sanitaire : textes applicables aux établissements de santé en matière de sécurité sanitaire. Edition n 5, Juillet Poulain JC. Cartographie des risques en santé. Journée technique de formation Apave, Lyon, 11 janvier Fascicule de documentation FD ISO/CEI Guide 72. Management du risque, vocabulaire. AFNOR, septembre DESROCHES A, GATECEL C. L analyse préliminaire des risques : un outil adapté aux établissements de soins. Risques & Qualité 26; 3 : DESROCHES A, LEROY A, QUARANTA JF, VALLÉE F. Dictionnaire d analyse et de gestion des risques. Lavoisier, 26, 479 pages. 16- GUIMBAUD B. Typologie du risque médical du point de vue de l assureur. 1 re journée nationale sur la gestion des risques sanitaires dans les établissements de santé, DHOS, 6 juin BLIN M, LUCET B, BERTRAND J. La cartographie globale des risques, Necker Enfants Malades, Congrés AFGRIS, octobre BLIN M, LUCET B, BERTRAND J. Exemple de cartographie et hiérarchisation des risques. Gestions hospitalières 24; 432: DÉCRET N DU 5 NOVEMBRE 21 portant création d un document relatif à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, prévue par l article L 23-2 du code du travail et modifiant le code du travail. Journal Officiel du 7 novembre 21, page MOULAIRE M. L évaluation des risques professionnels en établissement sanitaire et social: enjeux, principes et mise en œuvre. Risques & Qualité 25; 1: MOULAIRE M. Une méthode A.I.S.E.E. pour une gestion mesurable du risque incendie. Risques & Qualité 24; 1: MOULAIRE M. Elec Indic, une méthode pour la maîtrise de la sûreté électrique. Risques & Qualité 24; 3: BERWICK DM. Lessons from developing nations on improving health care. BMJ 24; 328:

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

La cartographie des risques : Outils et méthodes

La cartographie des risques : Outils et méthodes La cartographie des risques : Outils et méthodes SOFGRES Anne-Monique CUNY 22 mars 212- ARS Poitou Charentes SOFGRES Société Française de Gestion des Risques en Etablissement de Santé Association créée

Plus en détail

Cartographie des risques

Cartographie des risques Cartographie des risques en gynécologie cologie-obstétriquetrique Prévention ou gestion? Marc MOULAIRE gestionnaire des risques SEMINAIRE Qualité et gestion des risques en périnatalité et Gynécologie PARIS,

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013 Geneviève Razafitsifehera Méthode qui consiste à identifier pour un processus à risque : les défaillances potentielles leurs

Plus en détail

(Démarche et méthode)

(Démarche et méthode) Altaïr Conseil Transformation Gouvernance - Risques Elaborer la cartographie des risques (Démarche et méthode) 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.fr contact@altairconseil.fr

Plus en détail

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique AFGRIS 2008 Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique Dr M.C. Moll Direction Générale, Gestion des risques CHU Angers Quelques constats sur: L Identification des

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

La cartographie des Risques. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR. Cartographie et APR. Michael BESSE - déc 2012 1.

La cartographie des Risques. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR. Cartographie et APR. Michael BESSE - déc 2012 1. Méthodes de Gestion des Risques Cartographie et APR Michael BESSE Responsable Gestion des Risques Mercredi 12 décembre 2012 Sommaire La cartographie des risques La méthode APR 2 La cartographie des Risques

Plus en détail

Place du risque infectieux dans la gestion des risques. Objectifs pédagogiques. Atelier 1

Place du risque infectieux dans la gestion des risques. Objectifs pédagogiques. Atelier 1 Place du risque infectieux dans la gestion des risques Dr Jean-Luc Quenon Objectifs pédagogiques Apprécier l importance des risques infectieux parmi l ensemble des risques d un établissement de santé Comprendre

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins

Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins Cycle de formation PRAXIS Gestionnaire de risques Coordonnateur de risques associés aux soins Les clés pour réussir 14 jours de formation intensive pour développer une pratique opérationnelle de la gouvernance

Plus en détail

Mutualiser et communiquer les indicateurs curité des soins au sein d'un GCS

Mutualiser et communiquer les indicateurs curité des soins au sein d'un GCS Mutualiser et communiquer les indicateurs de qualité et de sécurits curité des soins au sein d'un GCS Marc MOULAIRE, ingénieur qualité-risques Journée régionale 2010 «Qualité et Sécurité des soins en Rhône

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

7. La gestion des risques : en pratique

7. La gestion des risques : en pratique 7. La gestion des risques : en pratique L'identification des risques L'identification des risques est un processus permettant de trouver, lister, et caractériser les éléments du risque. L'identification

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

La gestion des risques a priori a postériori (EI)

La gestion des risques a priori a postériori (EI) La gestion des risques a priori a postériori (EI) IFSI Charles FOIX 2ème année - 2012 Françoise Lamberdière CRUA gestionnaire de risque Objectifs de la formation Être capable : D identifier les situations

Plus en détail

Définitions. Démarche qualité, évaluation des pratiques professionnelles et gestion des risques. Qualité :

Définitions. Démarche qualité, évaluation des pratiques professionnelles et gestion des risques. Qualité : Démarche qualité, évaluation des pratiques professionnelles et gestion des risques Nariman Van Den Abbeele Cadre Supérieur Infirmier Anesthésiste Qualité : Définitions «Ensemble des caractéristiques d

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Un outil de cartographie pour la mise en place d un système de management des risques

Un outil de cartographie pour la mise en place d un système de management des risques Un outil de cartographie pour la mise en place d un système de management des risques Jean-Baptiste Vrillon-Genecque Système de management des risques? Système de management sécurité et santé au travail

Plus en détail

Formation Inter et Intra 2012

Formation Inter et Intra 2012 Formation Inter et Intra 202 2 formules au choix et adaptées à vos besoins bien choisir sa formation Nous mettons à votre disposition une offre de formation variée et adaptée à votre activité avec des

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Les ateliers du CCECQA

Les ateliers du CCECQA Les ateliers du CCECQA Certification V2014 Retours d'expériences et premiers enseignements Outils d aide aux établissements : Travaux de la FORAP Jeudi 09 Avril 2015 Le Dr D.Veillard Aucun lien d intérêts

Plus en détail

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA SOMMAIRE 01. Objectifs et périmètre du Panorama 2015.. 02. Évolution et gestion des réclamations RC en établissements de santé 03. La sinistralité des professionnels de santé 04. Évolution et gestion des

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

Pour une culture commune de la prévention des risques

Pour une culture commune de la prévention des risques Droit et pratiques Gestion des risques Cartographie des risques Assurances Sécurité Sûreté Environnement Pour une culture commune de la prévention des risques Formation & Conseil 2011 EDITO Premier assureur

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 9-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 9 : L évaluation des risques professionnels en médecine nucléaire Le document unique. L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE. 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE. 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ Décembre 2004 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Gérer les risques hospitaliers. Françoise LAMBERDIERE IFSI Charles Foix 20 février 2013

Gérer les risques hospitaliers. Françoise LAMBERDIERE IFSI Charles Foix 20 février 2013 Gérer les risques hospitaliers Françoise LAMBERDIERE IFSI Charles Foix 20 février 2013 Plan de l intervention 1. Qu est ce qu un risque? 2. Qu est ce que la gestion des risques? 3. Qu est-ce qu un risque

Plus en détail

Outils de gestion des risques a posteriori appliqués au risque infectieux

Outils de gestion des risques a posteriori appliqués au risque infectieux Outils de gestion des risques a posteriori appliqués au risque infectieux Sophie Vandesteene - ARLIN Midi-Pyrénées Introduction Événement indésirable (EI) lié aux soins : événement défavorable pour le

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

La Gestion globale et intégrée des risques

La Gestion globale et intégrée des risques La Gestion globale et intégrée des risques (Entreprise-wide Risk Management ERM) Une nouvelle perspective pour les établissements de santé Jean-Pierre MARBAIX Directeur Technique Ingénierie Gestion des

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) Mai 2006

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) Mai 2006 COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L ASSOCIATION RÉGIONALE D'AIDE AUX URÉMIQUES DU CENTRE OUEST (A.R.A.U.C.O.) CHRU BRETONNEAU 2 boulevard Tonnellé 37044 TOURS Mai 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS

Plus en détail

Une nouvelle remise en perspective des cinq étapes

Une nouvelle remise en perspective des cinq étapes Méthodes et outils essentiels de la gestion des risques en santé 39 Cette série d articles a pour objectif de présenter de façon synthétique chacune des cinq étapes d une démarche de gestion des risques,

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Outil mis en place au CHRU de Lille pour la gestion des vigilances et la prévention des risques. Perspectives pour l'anesthésie-réanimation

Outil mis en place au CHRU de Lille pour la gestion des vigilances et la prévention des risques. Perspectives pour l'anesthésie-réanimation Outil mis en place au CHRU de Lille pour la gestion des vigilances et la prévention des risques Perspectives pour l'anesthésie-réanimation Dr Agnès PERRIN Coordination des Vigilances et Prévention des

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

2006: à Biarritz 20 ans :

2006: à Biarritz 20 ans : 1 1999: journées à Marseille: présentation du «guide pour la réalisation d un Manuel qualité d un service pharmaceutique des dispositifs médicaux» 2 ans après la mise en place de l accréditation «Euro-pharmat

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

ÉVALUATION DES RISQUES / DÉMARCHE IUT LORIENT (Version 2006.2) Principe intangible: le risque est la combinaison de la gravité et de la probabilité.

ÉVALUATION DES RISQUES / DÉMARCHE IUT LORIENT (Version 2006.2) Principe intangible: le risque est la combinaison de la gravité et de la probabilité. ÉVALUATION DES RISQUES / DÉMARCHE IUT LORIENT (Version 2006.2) Principe intangible: le risque est la combinaison de la gravité et de la probabilité. Remarque : combinaison ne veut pas dire multiplication

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.)

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) ANNEE 20.../20... Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) Nom de l école :... Circonscription :... N RNE :... Tél :...Mail :... D.U.E.R. à envoyer à : - l'ien - M.

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

Méthode d'analyse a priori : AMDEC

Méthode d'analyse a priori : AMDEC Faculté Polytechnique Méthode d'analyse a priori : AMDEC Dr Lahcen EL Hiki 25 février 2014 Plan Introduction AMDEC : définition AMDEC : terminologie Préalables au projet AMDEC AMDEC : méthodologie AMDEC

Plus en détail

Retour au sommaire. Date d'application : NOR : MESH0030586C (non paru au journal officiel) Grille de classement : SP 3 312 ; Renvoi à SP 4 435

Retour au sommaire. Date d'application : NOR : MESH0030586C (non paru au journal officiel) Grille de classement : SP 3 312 ; Renvoi à SP 4 435 Circulaire n DGS/DHOS/E2/2000/645 du 29 décembre 2000 relative à l organisation de la lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé Date d'application : NOR : MESH0030586C (non

Plus en détail

S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE. 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques et incidents

S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE. 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques et incidents S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE S424 Le contexte organisationnel de la relation commerciale S42 La relation commerciale 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE ET LE CHSCT

LE DOCUMENT UNIQUE ET LE CHSCT Chaque année, les accidents de travail, de trajet et les maladies professionnelles se traduisent par la perte de 42 millions de journées de travail. Environ, 115 000 salariés sont journellement absents

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010

Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Fonction gestion des risques dans les établissements de santé. Evaluation du programme qualité et gestion des risques dans le cadre de la V2010 Dr Marie-Laure Pibarot et Diane Martinez Direction de la

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

Mettre en œuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé

Mettre en œuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé Amélioration des pratiques et sécurité des soins Mettre en œuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé Guide destiné aux professionnels en charge de la sécurité des soins

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits SECURITE SANITAIRE à la maîtrise locale des 1-Les vigilances locales 3 Les comités spécialisés L Etat fixe les règles Le champ réglementé est extrêmement vaste Le ministère recense : 7 grands domaines

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

L expérimentation du Compte Qualité par le Nouvel Hôpital de Navarre

L expérimentation du Compte Qualité par le Nouvel Hôpital de Navarre L expérimentation du Compte Qualité par le Nouvel Hôpital de Navarre Présentation du vendredi 20 juin 2014 Nadège CANVILLE, Responsable Qualité et Gestion des Risques, Ingénieur Cécile DUPUIS-LOQUIN, Responsable

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP. Dr. Aziz TIBERGUENT Décembre 2007

EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP. Dr. Aziz TIBERGUENT Décembre 2007 EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP DEUXIEME PARTIE Dr. Aziz TIBERGUENT Décembre 2007 EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP METHODES ET PRATIQUES Comment évaluer les risques professionnels?

Plus en détail

CARTOGRAPHIE DES RISQUES Présentation des résultats en obstétrique. Direction des Affaires Générales, Juridiques et de la Qualité

CARTOGRAPHIE DES RISQUES Présentation des résultats en obstétrique. Direction des Affaires Générales, Juridiques et de la Qualité CARTOGRAPHIE DES RISQUES Présentation des résultats en obstétrique Direction des Affaires Générales, Juridiques et de la Qualité Processus de prise en charge en obstétrique Pilote du travail : Y. WALLERICH

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mireille Cosquer*, Myriam Turluche**, Béatrice Le Vu*, Bernard Asselain***, Alain Livartowski* Institut Curie Service d Information Médicale*

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 6 : Risque iatrogène Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Emergence

Plus en détail

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Communiqué de presse Le 6 octobre 2015 Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Nouveaux enjeux, nouvelles technologies : une exposition aux risques renforcée

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET LA RECONVERSION

ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET LA RECONVERSION AFN ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET LA RECONVERSION ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Gestion des risques en stérilisation

Gestion des risques en stérilisation Gestion des risques en stérilisation 1. Définition de base AMDEC: Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité. 2. Type d AMDEC : domaine d application L AMDEC procédé L AMDEC

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CADRE LÉGISLATIF DOCUMENT N 1 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N1.indd 1 21/11/2014 10:49 OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR Article L4121-1du code du travail

Plus en détail

Royaume du Maroc. Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle

Royaume du Maroc. Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle Système National de Santé et de Sécurité au Travail SOMMAIRE Introduction: Quelques indicateurs chiffrés Structure du Système national

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005 INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE Juin 2005 La Haute Autorité de santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale

Plus en détail