La cartographie est un mode de représentation et

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La cartographie est un mode de représentation et"

Transcription

1 MÉTHODE 221 La cartographie des risques, un outil de management des risques en établissement de santé M. Moulaire Centre Hospitalier Aubenas Marc Moulaire Ingénieur sécurité Gestionnaire des risques Centre Hospitalier d Aubenas 72 Aubenas La cartographie est un mode de représentation et de hiérarchisation des risques d une organisation (1). C est une composante essentielle du processus de gestion des risques (2). Son objectif est de disposer d un état des lieux global des vulnérabilités pour l ensemble des champs d activité (3). La cartographie des risques serait actuellement utilisée par 6 % des grandes entreprises comme outil de gouvernance (4). Dans une étude commandée par la Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins (DHOS) pour établir un modèle de gestion des risques en établissement de santé, un cabinet de consultants a préconisé une étude prédictive des risques sur la base de l analyse des processus, complétée d une identification des dangers potentiels sur les données rétrospectives fournies d une part par le signalement interne des événements indésirables, et d autre part par les données mises à disposition par les Agences ou organismes externes (Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (CCLIN), Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS), assureurs, etc.) (5). La démarche de cartographie est primordiale car elle suscite le recensement général des risques, leur évaluation et leur hiérarchisation. Elle offre des représentations simples et didactiques, donnant une vision d ensemble aux décideurs pour orienter leurs choix stratégiques d action. Les cartes sont ensuite utilisées Résumé La cartographie des risques est la représentation graphique des risques d une organisation. Les grandes entreprises l utilisent couramment alors que le monde de la santé en fait un usage encore limité. Or la cartographie procure les informations de base nécessaires à la gestion des risques. Après un recensement général des risques, ceux-ci sont évalués, hiérarchisés et représentés graphiquement en cartes. Trois questions se posent pour la mise en œuvre en milieu hospitalier : quels risques choisir, quelles caractéristiques retenir, quelle représentation adopter? Au centre hospitalier d Aubenas, cette démarche a dans un premier temps été appliquée aux risques professionnels puis étendue à la globalité des risques de l établissement. Au total, dix-sept familles de risques ont été identifiées. Les critères de gravité et de fréquence d occurrence ont été retenus, complétés par un critère de sécurité qui mesure l efficacité dans la maîtrise du risque. Pour chaque risque, la différence entre la criticité (fréquence x gravité) et la sécurité (ou niveau de maîtrise) alerte sur des vulnérabilités plus ou moins marquées. Ces différents éléments fournissent des pistes pour prioriser des actions d amélioration dans le cadre d un programme global. Mots-clés : Gestion du Risque Hôpital Méthode. Abstract Risk mapping: a risk management tool in hospitals Risk mapping is a graphical representation of the risks of an organization. Big companies commonly use it whereas the healthcare world uses it in a restricted way. The mapping provides basic information that is necessary for risk management. After a global risk inventory, the risks are assessed, prioritized and graphically represented in the form of maps. Three issues arise for the implementation in hospitals: which risks should be chosen, which characteristics should be retained, which representation should be adopted? In the Aubenas hospital, France, this procedure was firstly applied to professional risks and then spread to all of the hospital s risks. In total, 17 risk families were identified. The severity and occurrence frequency criteria were retained, completed by a safety criterion that measures the risk control effectiveness. For each risk, the difference between the criticality (frequency x severity) and the safety (or control level) provides information about more or less pronounced vulnerabilities. These various elements provide directions for prioritizing improvement actions in the framework of a global programme. Key-words: Risk Management Hospitals Methods.

2 222 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ pour suivre l efficacité des stratégies mises en œuvre et forment enfin un outil très pertinent de communication sur l état des lieux. La notion de cartographie de risques est cependant absente des principes méthodologiques de la gestion des risques publiés par l Anaes en 23 (6), ainsi que des recommandations de la DHOS de 24 (7). De même, on relève cette absence dans le manuel d accréditation V2 (8) et dans son guide d aide à la cotation (9), bien que l identification a priori des risques soit abordée au critère 14b, en citant l inventaire des risques professionnels du document unique, et au critère 45a. Après présentation de la méthode, son utilisation au centre hospitalier d Aubenas est présentée. Méthode de production de la cartographie Première étape opérationnelle : recenser les risques et les classer Dans l entreprise, l objectif principal de la gestion des risques est d assurer la continuité et l écoulement de la production. L analyse porte sur les risques d image, les risques liés aux relations humaines et sociales, les risques aux personnes, aux biens, à l environnement, les risques d atteinte à l intégrité des informations et aux pratiques de l entreprise, les risques techniques empêchant la production, et enfin les risques financiers (2). Typologies des risques Les classifications de risques, ou typologies, sont soit bâties sur les causes : naturelles, humaines, techniques, économiques, environnementales, soit bâties sur les conséquences : pertes d exploitation, atteintes aux personnes, dommages aux biens, perte d informations, engagement de responsabilité, sanctions légales et pertes d image (2). S ouvre alors un vaste débat sur la typologie des risques hospitaliers. On peut facilement identifier les grandes catégories : risques pour les personnes (en dissociant les patients ou les personnes hébergées, le personnel, les visiteurs, les intervenants extérieurs), risques pour les biens, risques pour l environnement, risques socio-économiques. Par contre, la recherche du détail expose au risque d oubli ou au contraire de redondance. On trouve dans la littérature plusieurs exemples : les recommandations de l Anaes sur la gestion des risques (6) différencient les risques spécifiques aux activités médicales et de soins (risques iatrogènes, nosocomiaux et organisationnels), les risques techniques et logistiques (incendie, pollution, rupture d approvisionnement, panne notamment informatique), les risques sociaux (grève, départ de personne-clé, accident du travail, fraude et faute, risque d image) ; les recommandations de la DHOS (7) distinguent les risques liés à la prise en charge du patient (iatrogénie, infections nosocomiales, coordination, identification, information) et les risques de la vie hospitalière (professionnels, sociaux, alimentaires, transports, technique, environnement, système d information, malveillance, risques financiers) ; le guide WEKA sur la gestion des risques (3) propose huit classes pour la cartographie des risques : santé/sécurité du patient, santé/sécurité du personnel, biens/environnement, social/managérial, données/ informations/savoir-faire, responsabilité, réputation, et finance/comptabilité ; la SHAM, principal assureur des établissements de santé en responsabilité civile, classe les risques en trois familles : dispositifs médicaux et produits de santé, vie hospitalière, et causes médicales (1) ; le ministère de la santé a recensé les textes réglementaires relatifs à la sécurité sanitaire dans les établissements de santé (11) selon sept chapitres pouvant servir de trame : sécurité d utilisation des produits de santé et vigilances, gestion du risque infectieux, activité de soins, sécurité des personnes et des locaux, sécurité alimentaire, fluides, gestion des déchets. Approche par processus Une autre approche pour identifier les risques avant de les cartographier procède de l approche processus (12). Un recensement détaillé des différents processus de production, des processus supports, et des processus de management d une organisation, donne une trame pour identifier les risques liés à chaque processus élémentaire. La cartographie des risques découle alors naturellement de la cartographie des processus. On relèvera par exemple : parmi les processus de prise en charge : les risques infectieux, les risques anesthésiques, les risques opératoires parmi les processus médico-techniques : les risques d exposition aux rayonnements, les risques d erreur d identification de patient, la contre-indication médicamenteuse parmi les processus logistiques : la toxi-infection alimentaire, la contamination par contact avec les déchets infectieux, la panne informatique, l incendie, les risques électriques parmi les processus de management : les risques sociaux, la perte de personnes ressources, la rétention d informations Deuxième étape : choisir une méthode d évaluation pour quantifier le risque Là encore, la littérature offre de multiples exemples. Les critères «gravité» et «fréquence» bénéficient d un certain consensus (1) bien que la fréquence s apprécie soit comme un taux d événements indésirables rapporté à un nombre total de mises en œuvre (13), soit comme une fréquence (ou une probabilité) d exposition au risque calculée par la durée d exposition

3 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 223 rapportée à la durée totale d activité. Cette mesure de l aléa devient plus subjective quand on appréhende des événements indésirables non encore produits ; on se place alors sur des échelles de vraisemblance à partir de jugements d experts (14). La gravité, ou niveau des conséquences, est évaluée subjectivement, par avis d expert, de faible à forte, ou quantitativement en mesurant par exemple les pertes financières engendrées ou encore les pertes d exploitation en jours de production (1). Suivant les méthodes, d autres critères sont utilisés, comme la détectabilité (AMDEC), l étendue, le coût de maîtrise, le niveau de maîtrise (14), etc. Quant à la mesure de ces critères, la variabilité est encore plus grande, avec des cotations en lettres, en nombres discrets (et classiquement sur une échelle de 1 à 4), en pourcentage continu (de à 1 %) ou en note ( à 2 par exemple). Les évaluations sont plutôt qualitatives dans une première approche. L appréciation est très subjective car elle est liée au métier de l évaluateur, à son expérience, à son tempérament. La variabilité peut être limitée en travaillant par consensus d un groupe hétérogène, mais le résultat n est pas entièrement satisfaisant. Pour une meilleure évaluation du risque, il faut pouvoir s appuyer sur des informations quantitatives, sur des données peu sujettes à interprétation. Troisième étape : représenter graphiquement les risques et leur évaluation Les différents risques sont présentés sur des graphiques avec des positions ou des dimensions représentatives des critères d évaluation. C est la mise en cartes ou «mapping». La représentation classique est un graphique à deux axes, «fréquence» (ou probabilité, ou vraisemblance) et «gravité» dans lequel des points représenteront chacun des risques retenus (Figure 1 et figure 2 (15)). Mais on peut également choisir d autres axes, comme par exemple «criticité» (fréquence x gravité) et «coût de maîtrise». On remarquera que la SHAM présente le même type de graphe où fréquence et gravité sont calculées sur des sinistres réels (Figure 3 (16)). Chaque risque peut être représenté par un point ou par un nuage de points dans de tels graphiques si l on veut tenir compte des différents couples possibles de paramètres fréquence/ gravité par exemple. Plus précisément, la répartition statistique de la criticité de chaque risque peut être représentée avec des rectangles imbriqués de plus en plus clairs aux extrémités exprimant la dispersion autour d une médiane (Figure 4). Le diagramme en radar ou diagramme de Kiviat est également couramment utilisé ; cet outil permet une bonne visualisation du risque global La cartographie peut être thématique en présentant sur le graphique un seul risque mais avec une répartition par services ou globale en choisissant de repré- Figure 1 - Matrice de criticité. catastrophique majeure trés grave significative mineure Gravité Risque acceptable incroyable peu probable Figure 2 - Cartographie de risques. Gravité GxP = 6 RISQUE ACCEPTABLE occasionnelle probable Risque 5 GxP = 12 RISQUE TOLÉRABLE Risque 4 Risque non acceptable presque certaine Probabilité Risque Probabilité Risque 2 RISQUE INACCEPTABLE Risque 1 Figure 3 - Cartographie des risques initiaux d après (15). management sociaux système d'information environnement insécurité professionnels commerciaux politiques inacceptable tolérable acceptable criticité programmatiques économiques stratégiques financiers Risque 3 techniques opérationnels juridiques

4 224 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ Figure 4 - Représentation statistique d un risque. Risque 1 m 4 6 Première application : le document unique d évaluation des risques professionnels Dans une approche de la gestion globale des risques, le centre hospitalier d Aubenas s est d abord intéressé aux risques professionnels en élaborant le document unique prévu par le décret du 5 novembre 21 (19). Le document doit rassembler les preuves d une identification globale et exhaustive des dangers pour les travailleurs, et de l évaluation des risques. Une démarche participative a permis une identification exhaustive des situations à risque pour chaque unité de travail, suivie d une évaluation de leur criticité (produit de la fréquence d exposition par la gravité des conséquences) et de leur niveau de maîtrise. À partir de ces deux paramètres, une cartographie a été réalisée pour permettre une vision globale des risques par unité de travail et par famille de risque (Figure 6). Cette cartographie a permis ensuite une priorisation et l élaboration d un plan d actions d amélioration (2). Risque 2 Risque 3 Criticité senter l ensemble des risques repérés (Figure 5). Mais dans ce dernier cas, la représentation est en général limitée à une vingtaine de risques «majeurs», et ne doit pas dépasser la trentaine pour des raisons de lisibilité (2,3,17,18). Une limite de ces divers modes de représentations est qu ils ne permettent de visualiser que deux paramètres caractérisant le risque. Avec les modèles développés ci-après, trois paramètres apparaissent. Exemple de mise en œuvre au centre hospitalier d Aubenas Extension à la cartographie globale des risques Fort de cette première expérience, le centre hospitalier d Aubenas a décidé d étendre la démarche d analyse a priori à l ensemble des risques hospitaliers. L ambition a toutefois été limitée aux risques pour les personnes et les biens, en excluant notamment les risques socio-économiques. Classification des risques Pour adopter une classification des risques pertinente et surtout facile à comprendre par les professionnels, l établissement s est appuyé sur l organisation existante en matière de gestion des risques et sur les travaux déjà réalisés : le risque incendie est parfaitement réglementé, il est géré par un chargé de sécurité, assisté d une équipe de sécurité. Il fait l objet de formations, d exercices et de contrôle. Ce risque est évalué par un indicateur développé spécifiquement dans l établissement (21). les risques professionnels sont bien définis par le document unique et déjà exploités (cf. ci-dessus). le risque infectieux (dont risques liés à «eau-airsurfaces», déchets, linge, grippe aviaire) est maîtrisé par l équipe opérationnelle en hygiène hospitalière et les correspondants en hygiène, il est évalué par les enquêtes de prévalence, l indicateur composite Icalin, il est supervisé par le comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN). les risques liés aux produits de santé (médicaments, produits sanguins, dispositifs médicaux) sont parfaitement cernés grâce leurs correspondants respectifs, leur système de déclaration et leur traçabilité. Figure 5 - Cartographie des sinistres déclarés à la SHAM de 1991 à 2 : répartition des spécialités en fonction de la fréquence et de la gravité des sinistres déclarés. Coût moyen par sinistre en kf anesthésie/ réanimation neurochirurgie chirurgie cardio-vasculaire chirurgie uro-viscérale obstétrique orthopédie médecine urgences chirurgie de la face Nombre total de sinistres

5 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 225 Figure 6 - Cartographie des risques professionnels au CH d Aubenas. La taille des bulles est proportionnelle à la criticité du risque. La bulle est d autant plus sombre que le risque est peu maîtrisé. Hôpital Bellande Hôpital Boisvignal Bloc opératoire Urgences Consultations externes Radiologie Laboratoires Pharmacie Magasins transport Blanchisserie Ateliers sécurité Cuisines Service intérieur Administrtion Secrétariat Incendie-explosion Risque électrique Rayonnement Risques biologiques Risques chimiques Risques physiques Gestes postures Nuisances Déplacements Risques psychologiques Autres Légende Criticité Sécurité le risque électrique est l objet d une abondante réglementation. Les contrôles et vérifications sont organisés et fréquents, les responsabilités identifiées. De plus l analyse exhaustive de ce risque est faite périodiquement depuis plusieurs années dans l établissement avec un indicateur de synthèse (22). le risque lié aux fluides médicaux est également bien encadré et supervisé par la commission locale de surveillance des gaz médicaux. le risque anesthésique fait l objet d un suivi spécifique par les professionnels avec un indicateur adapté fruit d une AMDEC (Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité). les risques liés aux machines (dont les ascenseurs) et rayonnements ionisants sont bien encadrés par la réglementation et sont évalués par vérifications externes d organismes agréés et par un entretien régulier. le risque alimentaire est maîtrisé par le responsable de la restauration à l aide de la démarche HACCP (analyse des risques par le contrôle des points critiques). enfin les risques de la vie hospitalière (chutes, escarres, dénutrition, fugue, suicide ), les risques médicaux, les risques naturels, les risques environnementaux (radon, plomb, amiante, insectes, pollutions ), la violence et les malveillances font l objet de déclarations au moyen des fiches d événements indésirables mises en place et exploitées collégialement depuis plus de quatre ans, et qui alimentent une base de données déjà conséquente. On classe dans les risques médicaux, les soins non pertinents (dont erreur de patient, erreur de côté à opérer, erreur de diagnostic ), les retards des soins, les erreurs dans la réalisation, le suivi clinique insuffisant, les complications d'actes, l absence d'information, de consentement du patient, le non-respect du secret médical.

6 226 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ Figure 7 - Échelles de cotations. très fréquent quotidien fréquent souvent peu fréquent occasionnel très peu fréquent rare Caractérisation des risques 1 une fois par jour et plus dans l'établissement,75,5,25 Fréquence une fois par jour et plus dans l'établissement une fois par jour et plus dans l'établissement une fois par millénaire dans l'établissement ou une fois par an en France jamais cotation = 2/(2-log 1 F) avec F fréquence en jours -1 très grave dommage majeur grave dommage important peu grave dommage modéré bénin dommage mineur très critique critique peu critique très peu critique risque bien maîtrisé risque partiellement maîtrisé risque peu maîtrisé risque non maîtrisé 1 décès,75,5,25 1,75,5,25 Gravité menace du pronostic vital ; incapacité permanente hospitalisation ou prolongation d'hospitalisation blessure ; dommage physique ou moral inconfort tout au plus Criticité Criticité = fréquence x gravité 1 suppression du risque,75,5,25 Sécurité contrôles périodiques, exercices, analyses a priori et actions préventives formation, analyse des incidents, équipement spécifiques information, consignes, procédures aucune précaution ni disposition Au total, on différencie dix-sept familles de risques qui recoupent la plupart des typologies énoncées précédemment. Critères d analyse Au centre hospitalier d Aubenas, les critères de gravité et de fréquence d occurrence ont été très classiquement retenus, complétés par un critère de sécurité qui mesure l efficacité dans la maîtrise du risque. Dans chacune des dix-sept familles de risques, plusieurs risques élémentaires ont été évalués en fréquence et en gravité pour ne retenir que la criticité la plus élevée représentative de la famille de risques. Par exemple, pour le risque incendie, on compare l incendie mortel très rare, au départ de feu beaucoup plus fréquent mais aux conséquences limitées. Autre exemple, on compare les infections nosocomiales avec décès du patient aux infections qui n occasionnent pas d événement grave. La mesure des indices de fréquence, gravité, criticité, sécurité se fait sur une échelle continue de à 1. Outre la facilité de compréhension ( correspondant à fréquence nulle, gravité nulle, mais aussi sécurité nulle, et 1 à fréquence maximale, gravité majeure ou sécurité totale), ce système permet de coter également la criticité (produit de la fréquence par la gravité) de à 1. Chacune de ces échelles est subdivisée en quatre pour retrouver les appréciations classiques de la littérature (Figure 7). L indice de fréquence est calculé par une fonction logarithmique de la fréquence réelle des événements indésirables (voir à ce propos le commentaire de l échelle de vraisemblance de DESROCHES et GATECEL (14)). Cette fréquence est soit relevée dans l établissement quand elle y est mesurable (taux de prévalence des infections nosocomiales, des escarres, nombre d accidents du travail, nombre d incidents médicamenteux ), soit déduite de statistiques nationales (incidents transfusionnels, accidents anesthésiques, incendies mortels ) (Figure 8). La fonction a été paramétrée pour obtenir les correspondances entre indice et fréquence indiquées dans l échelle de fréquence de la figure 7. Pour chacune des dix-sept familles, une criticité moyenne a ainsi été calculée, sur une échelle continue de à 1. L évaluation du paramètre de maîtrise du risque s est faite à l aide du rapport d activité annuel de gestion des risques : soit à partir d indicateurs utilisés dans l établissement pour évaluer la sécurité électrique (21), la sécurité incendie (22), la sécurité anesthésique, la sécurité des gaz médicaux, la maîtrise des dispositifs médicaux ; soit à partir d indicateurs nationaux (Icalin, prévalences ) soit par utilisation des études déjà disponibles (risques professionnels, rayonnements ionisants ) ; soit d après les notes obtenues lors de la certification V2 de l établissement (produits sanguins).

7 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 227 Pour représenter l ensemble des risques étudiés et faire figurer le niveau de criticité et le niveau de maîtrise, un simple diagramme en bâtons est utilisé. Au bâton représentant la criticité, on superpose pour chaque risque, la «couverture» de ce risque, c est-à-dire son niveau de maîtrise. Un risque parfaitement maîtrisé aurait un indice de sécurité de 1, soit 1 %, d où une «couverture» à 1 % de ce risque. Inversement, avec un indice de sécurité de, la criticité reste entière (Figure 9). Résultats obtenus La figure 9 donne une image précise des risques dans l établissement. Deux risques se détachent quant à leur criticité. Il s agit du risque infectieux et des risques de la vie hospitalière (chutes, escarres, dénutrition, fugues, tentatives de suicide ). On n insistera jamais assez sur l importance de ces risques, qui engendrent des événements indésirables quasiment quotidiennement avec des conséquences souvent graves de prolongation d hospitalisation, voire de décès. Ces risques trop courants ont tendance à être banalisés, et l intérêt d une cartographie globale est de leur redonner leur triste importance. Souvent des gestes simples, comme l hygiène des mains, suffisent à diminuer les événements indésirables, mais ils doivent être répétés quotidiennement, et l habitude les fait négliger. Dans notre établissement, le risque médical dans son ensemble vient en troisième position. Il se caractérise par une fréquence beaucoup plus faible que les deux précédents, mais la gravité des conséquences est plus importante. Surtout, c est le risque médiatique par excellence, et celui qui donne lieu au plus grand nombre de contentieux. Les autres risques hospitaliers suivent de près. On remarquera que le risque «violence et malveillance» Figure 8 - Indice de référence, fonction logarithmique de la fréquence réelle. If : Indice de fréquence 1,9,8,7,6,5,4,3,2,1 F : fréquence : fois par jour 1 fois par semaine If = 2/(2 log 1 F) 1 fois par trimestre 1 fois tous les 1 ans affiche une des plus faibles criticité, avec une fréquence plutôt faible et peu de conséquences graves en général, alors que c est un des risques les plus redoutés. Quand on parle d insécurité, c est souvent ce risque qui est sous-entendu. Pour chaque risque, la différence entre la criticité et la sécurité (ou niveau de maîtrise) alerte sur des vulnérabilités plus ou moins marquées. On note une maîtrise du risque médical très incomplète. Cela s explique d abord par une mauvaise appréhension de ce risque, trop peu évalué, avec des événements indésirables restant souvent confidentiels Figure 9 - Exemple de cartographie globale des risques hospitaliers. Criticité et sécurité se lisent sur une même échelle à gauche de à 1. Les risques peuvent être hiérarchisés selon leur criticité ou selon le décalage entre la criticité et la sécurité.,75 CRITICITÉ,5 SÉCURITÉ,25, Incendie Fluides médicaux Électricité Rayonnements ionisants Machines Violence et malveillance Risques professionnels Risque infectieux Alimentation Vie hospitalière Dispositifs médicaux Médicaments Produits sanguins Risques médicaux Anesthésie Risques naturels Environnement

8 228 LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES, UN OUTIL DE MANAGEMENT DES RISQUES EN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ et très peu exploités. Les contrôles sont très difficiles et d ailleurs quasi inexistants, les processus de maîtrise très rarement écrits. On retrouve là l importance majeure du développement des recommandations de pratique clinique (RPC) et des évaluations des pratiques professionnelles (EPP) dont l objectif est l amélioration des pratiques. On note également les efforts à faire dans la maîtrise du risque médicamenteux, avec un circuit du médicament à définir précisément et à respecter, et une exploitation des incidents médicamenteux. Concernant le risque «machines» (ascenseurs, portes automatiques, machines en cuisine, en blanchisserie, outillage électro-portatif ), des progrès sont à faire rapidement sur leur identification, puis leur maîtrise par le développement de dispositifs de protection, et surtout de formation du personnel. Ces différents éléments fournissent des pistes pour prioriser des actions d amélioration dans le cadre d un programme global. Conclusion Notre expérience nous amène à quelques recommandations qui rejoignent les préceptes de BERWICK et notamment : faire simple, le faire en équipe, mesurer avec pragmatisme, simplifier la méthodologie, démarrer le plus tôt possible, diffuser et développer tous azimuts, surtout arrêter de se plaindre (23)! Comme c est le cas avec tous les outils de la qualité, la tentation est grande d en abuser. La démarche est alors consommatrice de temps et perd considérablement de son efficacité. Plutôt qu une profusion de tableaux et de couleurs, il faut savoir se limiter à deux ou trois cartes essentielles que les professionnels pourront s approprier facilement si leur présentation est récurrente. Le recensement trop exhaustif des risques n a d intérêt qu intellectuel et s avère inefficace. Il faut savoir se limiter à une vingtaine de risques majeurs pour éviter la dispersion. La cartographie n est pas une fin en soi. Elle ne procure que des outils dont la finalité est l aide à la décision et surtout les actions d amélioration. Il faut prendre garde de ne pas y engager toutes ses ressources, que ce soit en compétences ou en temps. Références bibliographiques 1- DE MARESCHAL G. La cartographie des risques. AFNOR, 23, 5 pages. 2- VÉRET C, MEKOUAR R. Fonction : Risk manager. Dunod, 25, page COLLECTIF. La cartographie des risques : un outil d aide à la construction d une politique globale de gestion des risques. In: La maîtrise des risques et la sécurité sanitaire au quotidien dans un établissement de santé. Quaranta JF, Petit J. Weka, 26, 955 pages. 4- TNS-SOFRES. Baromètre du risk management 25. riskmanagement. htm 5- DHOS. Étude sur les modèles de gestion des risques en établissement de santé: organisation, méthodes et outils. novembre 22. etabs/documents/capg_etude.pdf 6- ANAES. Principes méthodologiques pour la gestion des risques en établissement de santé DHOS. Recommandations pour l élaboration et la mise en œuvre d un programme de gestion des risques en établissement de santé, Avril ANAES. Manuel d accréditation des établissements de santé, deuxième procédure d accréditation, septembre HAS. Guide d aide à la cotation, deuxième procédure de certification des établissements de santé, novembre SHAM. Panorama 25 du risque médical des établissements de santé DHOS. Référentiel de sécurité sanitaire : textes applicables aux établissements de santé en matière de sécurité sanitaire. Edition n 5, Juillet Poulain JC. Cartographie des risques en santé. Journée technique de formation Apave, Lyon, 11 janvier Fascicule de documentation FD ISO/CEI Guide 72. Management du risque, vocabulaire. AFNOR, septembre DESROCHES A, GATECEL C. L analyse préliminaire des risques : un outil adapté aux établissements de soins. Risques & Qualité 26; 3 : DESROCHES A, LEROY A, QUARANTA JF, VALLÉE F. Dictionnaire d analyse et de gestion des risques. Lavoisier, 26, 479 pages. 16- GUIMBAUD B. Typologie du risque médical du point de vue de l assureur. 1 re journée nationale sur la gestion des risques sanitaires dans les établissements de santé, DHOS, 6 juin BLIN M, LUCET B, BERTRAND J. La cartographie globale des risques, Necker Enfants Malades, Congrés AFGRIS, octobre BLIN M, LUCET B, BERTRAND J. Exemple de cartographie et hiérarchisation des risques. Gestions hospitalières 24; 432: DÉCRET N DU 5 NOVEMBRE 21 portant création d un document relatif à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, prévue par l article L 23-2 du code du travail et modifiant le code du travail. Journal Officiel du 7 novembre 21, page MOULAIRE M. L évaluation des risques professionnels en établissement sanitaire et social: enjeux, principes et mise en œuvre. Risques & Qualité 25; 1: MOULAIRE M. Une méthode A.I.S.E.E. pour une gestion mesurable du risque incendie. Risques & Qualité 24; 1: MOULAIRE M. Elec Indic, une méthode pour la maîtrise de la sûreté électrique. Risques & Qualité 24; 3: BERWICK DM. Lessons from developing nations on improving health care. BMJ 24; 328:

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits SECURITE SANITAIRE à la maîtrise locale des 1-Les vigilances locales 3 Les comités spécialisés L Etat fixe les règles Le champ réglementé est extrêmement vaste Le ministère recense : 7 grands domaines

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 6 : Risque iatrogène Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Emergence

Plus en détail

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Présentation de la société La société Sham Fondée en 1928 par des Directeurs d hôpitaux SHAM est une Société d Assurance

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE

GUIDE METHODOLOGIQUE GUIDE METHODOLOGIQUE AIDE A LA MISE EN PLACE D UNE POLITIQUE «QUALITE ET RISQUES» EN ETABLISSEMENT DE SANTE Février 2006 Direction des Activités Médicales et de la Qualité Cellule Qualité, Risques et Vigilances

Plus en détail

Qualité et gestion des risques

Qualité et gestion des risques formation 2007 Qualité et gestion des risques Qualité et certification HAS Démarche qualité Qualité et certification ISO Qualité en imagerie Qualité au laboratoire Management des risques Risques spécifiques

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière Prof. Pascal BONNABRY Formation des cadres au management «Gérer les incidents en milieu hospitalier» Genève, 19 novembre 2012

Plus en détail

Les méthodes et les outils de la qualité en santé

Les méthodes et les outils de la qualité en santé Les méthodes et les outils de la qualité en santé SOMMAIRE I - Vocabulaire qualité... 3 II - Quelques méthodes... 6 Méthode PAQ... 7 Programme d Assurance Qualité... 7 L audit... 8 Méthode de résolution

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES Gilbert Mounier 1 La SoFGRES association loi 1901 à but non

Plus en détail

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES

SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES SP4 - SESSION PARALLÈLE 1 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DES RISQUES CP-04 ARTICULATION HYGIENE ET GESTION DES RISQUES DUMAY M.-F., SOFGRES, PARIS La politique nationale de santé s est largement

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

METHODES ET OUTILS DE GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE CONFORMES À L ISO 31000

METHODES ET OUTILS DE GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE CONFORMES À L ISO 31000 Sébastien Delmotte MAD-Environnement delmotte@mad-environnement.com Vincent Desroches, Ingeliance Technologies vincent.desroches@ingeliance.com METHODES ET OUTILS DE GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE CONFORMES

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier

Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier Missions de l entreprise Risques métier Solutions pragmatiques et adaptées Savoir gérer la différence Adapter à la norme

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

Gestion des Services Economiques et logistiques. Politique d Etablissement

Gestion des Services Economiques et logistiques. Politique d Etablissement PROJET HOTELIER POLITIQUE ACHAT 2007/2011 Gestion des Services Economiques et logistiques Politique d Etablissement TABLES DES MATIERES 1 Introduction... 3 2 Définition du périmètre... 4 3 Méthodologie

Plus en détail

Maîtriser les risques au sein d une d PMI. Comment une PME-PMI peut-elle faire face à ses enjeux en toutes circonstances?

Maîtriser les risques au sein d une d PMI. Comment une PME-PMI peut-elle faire face à ses enjeux en toutes circonstances? Maîtriser les risques au sein d une d PME-PMI PMI Comment une PME-PMI peut-elle faire face à ses enjeux en toutes circonstances? Ces documents demeurent la propriété du cercle GASPAR Techdays MICROSOFT

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE Actions Thématiques 2015 : développer les compétences des travailleurs handicapés, usagers des ESAT bas-normands dans la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée, à but non lucratif Cahier des

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

Construire le document unique. d évaluation. des risques professionnels

Construire le document unique. d évaluation. des risques professionnels Construire le document unique d évaluation des risques professionnels Ce guide a pour objet de résumer les obligations réglementaires, et de proposer une organisation pour faciliter la réalisation et l

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

La matrice emploi- exposition spéci2ique du milieu de soin : application au risque chimique

La matrice emploi- exposition spéci2ique du milieu de soin : application au risque chimique La matrice emploi- exposition spéci2ique du milieu de soin : application au risque chimique C. Verdun- Esquer Service Médecine du Travail et Pathologie Professionnelle - CHU de Bordeaux SFMT 23/01/2015

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Mise à jour : 15/06/09 HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Mise à jour : 15/06/09 Rédaction : M.GSCHWIND Validation : M. Herrgott Gestionnaire des risques Directeur

Plus en détail

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX André Lienhart Membre de la Commission nationale des accidents médicaux. Département d Anesthésie-Réanimation, hôpital Saint-Antoine, 184 rue du

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE Cas cliniques CAS N 1 M. X, subit une première dilatation oesophagienne par endoscopie. Il est re-programmé un mois plus tard pour vérification sous anesthésie. On décide

Plus en détail

L évaluation des risques professionnels

L évaluation des risques professionnels LE POINT DES CONNAISSANCES SUR ED 5018 L employeur a l obligation d assurer la sécurité et de protéger la santé de ses salariés. Il dispose pour ce faire d un des principes de prévention énoncé dans le

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Prof. Pascal BONNABRY Certificat qualité des soins Genève, 14 avril 2011 Agenda Introduction: analyse de risques Exemple d application de

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Finalité professionnelle Sous le contrôle du responsable qualité (et/ou sécurité-environnement), de l animateur qualité (et/ou sécurité-environnement)

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Janvier 2006 I. PROMOTEURS Association dentaire française (ADF). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCE Agence nationale d accréditation et

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

> innovation. Action «Normalisation» descriptif

> innovation. Action «Normalisation» descriptif Action «Normalisation» descriptif > Pour répondre aux questionnements des entreprises, la CCI Paris Ile-de-France et AFNOR Normalisation proposent aux entreprises de réaliser un pré-diagnostic normalisation

Plus en détail

GESTION DES RISQUES EN MILIEU HOSPITALIER : LE POINT DE VUE DE L HYGIÉNISTE Bizerte, le 3 décembre 2005 Prof. Njah Mansour Service d hygiène hospitalière CHU F. Hached Sousse. Plan Introduction Définitions

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Gestion des risques et protocoles de coopération (Article 51 Loi HPST) Document d aide pour les professionnels de santé

Gestion des risques et protocoles de coopération (Article 51 Loi HPST) Document d aide pour les professionnels de santé Gestion des risques et protocoles de coopération (Article 51 Loi HPST) Document d aide pour les professionnels de santé Février 2012 Ce guide est téléchargeable gratuitement sur www.has-sante.fr Haute

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 1 er avril 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-013170 Hôpital Avicenne 125, rue de Stalingrad 93000 BOBIGNY Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail