INVESTIGATION PAR ANALYSE THERMIQUE DIFFERENTIELLE DU SYSTEME Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INVESTIGATION PAR ANALYSE THERMIQUE DIFFERENTIELLE DU SYSTEME Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),"

Transcription

1 Thermochimica Acta, 112 (1987) Elsevier Science Publishers B.V., Amsterdam - Printed in The Netherlands 245 INVESTIGATION PAR ANALYSE THERMIQUE DIFFERENTIELLE DU SYSTEME Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,), M HAMED CHOKAYRI, LOUIS RABARDEL et BRAHIM ELOUADI * Luboratoire de Chimie du Solide Appliquge, Facultg des Sciences, Charia Ibn Batota, Rabat (Maroc) Laboratozre de Chimie du Solide du CNRS, UniversitC de Bordeaux I, 351 Cours de la libgration, Talence (France) (Recu le 7 juillet 1986) ABSTRACT The phase diagram of the system Gd,(Mo04)3-Bi,(Mo0,), has been studied by differential thermal analysis (DTA). Sealed platinum tubes were used as sample holders, in order to prevent the loss of Bi,O, and MOO, through volatilization at high temperature. Various solid solutions and new phases are reported: cr-gd,_,bi,(moo,) 3, fl- Gd,_,Bi,(MoO,)s, a-bi2_,gdx(mo04)s, 3Gd2(Mo0,),.2Bi,(Mo0,),, etc. RESUME Le diagramme d equilibre du systeme Gd *(Mood) 3 -Bi,(MoO,) s a ete CtudiC par analyse thermique differentielle (ATD). Cette etude a etc conduite en tubes scelles de platine pur afin d hiter toute perte de Bi,O, et MOO, par volatilisation a haute temperature. Plusieurs solutions solides et phases nouvelles ont et& isolees: a-gd,_.,bi,(mo04)s, /3- Gd,_,Bi,(MoO,)s, cy-bi,_,gd,(moo,)s, 3Gd,(Mo04)s.2Bi,(Mo0,),, etc. INTRODUCTION Les molybdates et les tungstates de terres rares Ln,(MO,), (Ln = La,..., Lu; M = MO, W), ont ttc initialement CtudiCs dans le but d &re utilises comme materiaux laser [1,2]. 11s ont fait l objet d un regain d intcrct depuis que Borchardt et Bierstedt ont decouvert en 1966 que l un d entre eux, Gd,(MoO,), posdde une variett ferroelectrique notee P-GM0 [ a CtC demontre plus tard que cette dernibe phase est en mcme temps ferroelastique et ferroelectrique et que ces deux proprietes y sont totalement couplees [4-71. Par ailleurs le couplage de ces deux proprittes au sein d un * Auteur a qui toute correspondance doit t%re adressee /87/$ Elsevier Science Publishers B.V.

2 246 msme compose rev& un inter& pratique considerable, puisque le mat&au correspondant peut &re utilise comme memoire ou Porte optique [7]. Des monocristaux de P-GM0 destines a des applications pratiques (comme modulateurs digitaux par exemple) ont CtC preparees par la technique de Czochralski [1, Brixner a fait remarquer la facilite avec laquelle on peut obtenir des monocristaux de P-GMO, mais il a aussi observe qu ils contenaient de tres faibles quantites de la variete wgm0 (non ferroelectrique), qui bien qu uniformement distribuees dans le volume de la phase, sont tres gkrantes lors du passage d un faisceau laser [17]. Cet auteur a Cgalement decrit les conditions experimentales pour l obtention de monocristaux de t&s bonne qualite optique. Ce travail a CtC entrepris dans le but de: (1) Remedier a ces inconvtnients en essayant de chercher au moyen de substitutions cationiques appropriees, a stabiliser la phase /3 du molybdate de gadolinium, dans le domaine de temperature compris entre 20 C et la temperature d elaboration du monocristal. Notre choix s est port6 dans un premier temps sur le remplacement du gadolinium par le bismuth pour les raisons suivantes: (a) La proximit$ des rayons ioniques de Gd3+ et Bi3+ (r$!r+ = 1,06 A; r;$t! = 1,ll A) [22]. (b) L introduction de Bi,(MoO,), (T,= 680 C) dans /?-GM0 devrait abaisser sa temperature de fusion; ce qui constitue un avantage pour la croissance cristalline. (c) Les structures de wbi,(moo,), et de a-gd,(moo,) derivent toutes les deux de celle de la scheelite [23]. (2) Preparer des monocristaux de molybdates, stables entre la temperature ambiante et celle de leur fusion, en vue d etudier leurs proprietes physiques: ferroelectricite, ferroelasticite, fluorescence, birefringence, etc. Avant d entreprendre l etude de la croissance cristalline, il nous a paru judicieux d etudier tout d abord le diagramme d equilibre du systeme Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,), afin de mettre en evidence toutes les phases susceptibles de precipiter lors du refroidissement d une composition don&e a partir de son point de fusion. L etablissement d un tel diagramme d equilibre s est aver-e complexe, en raison de la multitude des varietes allotropiques tres voisines dans lesquelles cristallisent les molybdates de terres rares [8,13,16, TECHNIQUES EXPERIMENTALES AnaIyse thermique d$f&entielle (A TD) Afin d eviter toute variation de composition qui pourrait resulter du depart par volatilisation a haute temperature des oxydes MOO, et Bi203,

3 241 Fig. 1. Thermogramme obtenu pour la composition i systtme Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),. 80% en moles de Bi,(MoO,), du now avons entrepris l etude thermique du systeme Gd,(MoO,),- Bi,(MoO,), en tubes scelles de platine pur, cette etude a CtC realisee a l aide d un analyseur thermique differentiel dont la cellule de mesure a CtC adaptee pour porter des tubes scelles d une dizaine de millimttres de longueur, trois millimetres de diametre et un dixieme de millimetre d epaisseur. Ces tubes sont scelles a froid a l aide d un arc electrique, la masse de l echantillon utilisee varie entre 60 et 120 mg. Une pesee avant et apres l etude thermique permet le contrale des fujtes Cventuelles des produits par volatilisation. La cellule de mesure a &C Ctalonnee en prenant pour reference la fusion de l or (1063 C) et la transition (Y + p du quartz (573 C). Plusieurs cycles de fusion-crystallisation ont CtC effect&s afin de s assurer de l existence reelle des pits ATD et des temperatures auxquelles ils se situent. La vitesse de chauffe et de refroidissement Ctait de l ordre de 6 C rnin-. Un exemple de thermogramme est represente a la Fig. 1. Le fait d avoir travail16 en tubes scelles a l air a des temperatures ClevCes ne permet pas de dire en toute rigueur que le diagramme d equilibre CtudiC a CtC realis& a pression constante. Toutefois la calcul approximatif de la

4 248 variation de pression a partir ce la loi des gaz parfaits entre 20 et 1100 C donne En raison d une certaine volatilite des oxydes Bi,O, et MOO, a haute temperature, la pression a l interieur du tube scelle doit &re superieure a celle donnee par la relation (1); toutefois elle ne nous parait pas suffisante pour modifier l allure du diagramme d equilibre Gd 2 ( MOO,),-Bi 2 ( MOO,) 3 tel qu il a CtC presente dans ce travail. Nous la considerons done comme negligeable. Prod&s de d&part et analyse radiocristallographique Les Cchantillons utilises pour l analyse thermique difftrentielle ont Ctt Clabores a partir des melanges appropries des oxydes de tres haute purete, B&O,, Gd,O, et MOO, suivant la reaction: Gd,O, + zbi,o, + 3Mo0, + Gd,_,Bi,(MoO,), 2 0 < x < 2 (2) Les melanges servant de mat&e premiere pour les difftrents cycles d ATD ont d abord CtC intimement broyes et trait& a l air a des temperatures variant entre 400 et 600 C pendant 24 h, afin d obtenir des Cchantillons parfaitement homogenes et une reproductibilite acceptable des phenomenes observes pour chaque composition. Les pertes de poids controlees par peste avant et apt-its reaction ont ttc negligeables. L analyse radiocristallographique a CtC effect&e sur des Cchantillons pulverulents afin d identifier les phases cristallines en presence dans les differents points du diagrammes thermique. LE SYSTkME Gd,(M00,)~-Bi~(Mo0,), La Fig. 2 represente une approche du diagramme d equilibre du systeme Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),, et le Tableau 1 regroupe les differents paliers qu il contient. En raison de sa complexite et des similitudes des spectres de diffraction X des phases susceptibles d Ctre en Cquilibre, nous n avons pu caracteriser completement que certaines regions du diagramme CtudiC. Les Figs. 3, 4 et 5 permettent d ailleurs de comparer les spectres de diffraction X des principales phases rencontrees au sein du systeme Gd *(Mood) 3- Bi,(MoO,), avec celui de SrMoO, de type Scheelite. Afin de faciliter l expod du diagramme de phases Gd,(MoO,),- Bi 2 ( MOO,) 3, nous avons choisi de le discuter region par region.

5 249 0 M&c en tempkature. Desccnlc m temphature, I \ \ Iiquide \ \ \ \\ P i, (3 + liqyide \, \ 0. \ : I I I, I I 1,, Gd2(Mo0413 B12(Mc0413 Fig. 2. Approche du diagramme d iquilibre du systeme Gd z(mo04) 3 -Bi2(Mo04) 3. Le molybdate de gadolinium Le molybdate de gadolinium a deja fait l objet d une etude detaillee de la part de plusieurs auteurs [14,15,23,24,27-32,351. Signalons seulement que ce compose presente trois varietes allotropiques: (Y, p et y a la pression ordinaire, cette derniere n a pu &re mise en evidence que sur des thermogrammes de refroidissement a partir du liquide [13]. La phase p peut exister a l etat metastable dans les conditions normales de temperature et de pression. Seule cette variete p presente d ailleurs, des proprietes ferroelectriques et ferroelastiques; elle se transforme en une phase prototype a la temperature de Curie T, = 159 C. Les transitions de phases apparaissant avec l augmentation de la temperature a partir de la varictc CI (la plus

6 250 TABLEAU 1 Differents paliers du diagramme de phases Gd,(MoO,) s-bi,(moo,), Temperature Compositions limites ( C) du palier % en moles de B~,(MoO,)~ lo Nature Reaction du palier metatectique: y+p+l, Reaction metatectique: p%&+l2 Formation de 6, a partir de a et du liquide L,: a+l,%i* Formation de e2 a partir de S, et du liquide L,: &+L44e2 Transformation: 82 % s, Transformation: e2 % et Eutectique: Liq E % cl + l2 Decomposition de 6, : 81% a + 61 Equilibre: 524e1+31 stable 21 la tempkrature ambiante) sont les suivantes [13]: a-gm0 zc P-GM0 07zc y-gm0 llycphase liquide Domaine compris entre 0 et 25% en moles de Bi,(MoO,), Dans ce domaine, nous avons pu mettre en Cvidence sur la base d une Ctude radiocristallographique, deux solutions solides isotypes de (Y- et,l3- Gd 2 ( MOO,) 3 de formules: cu-gd 2-xBix(Mo04)3 0 < x < 0,5 (3) et P-Gd2_,Bi,(Mo0,), 0 < x < 0,4 (4) leurs limites ont et6 determinces a 20 C par l apparition de raies supplementaires d impuretes dans les spectres de diffraction X et a haute temperature par le contour des domaines polyphases apparaissant au sein du diagramme d equilibre Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),. Les Figs. 6 et 7b representent respectivement l evolution des parametres cristallins et du

7 251 SrMo04 (Scheellte) (0) so io III v, b I /3-Gd2(Mo04& I (b) l-l =(-Gd2(MoO 1 43 (Cl I I I I I I I I d-bi2(mo0 43 ) (d) 28 Fig. 3. Spectres de diffraction X (A,-, = A) de quelques molybdates (le spectre de la scheelite SrMoO, est donnk comme rifkrence). volume darts le cas de la phase (Y. La variation relativement faible de ceux-ci Ctait previsible car les rayons ioniques de Bi3+ et Gd3+ sont tres voisins [22]. Le diagramme de la Fig. 2 laisse appara itre des temperatures de transitions obtenues uniquement lors du refroidissement du liquide et Cvoluant d une man&e continue a partir de 1070 C, temperature a laquelle Nassau et Schiever ont observe une temperature de transition de type /3 + y [13].

8 252 SrMoO4 (Scheelke) Fig. 4. Spectres de diffraction X (X,- = A) de SrMoO, et de la phase cl. Nous avons remarque qu ils sont compatibles avec un invariant metatectique se situant a 998 C et d equation: y + ji + liquide. R&on situ&e entre 25 et 85% en moles de Bi,(MoO,J, C est la region la plus compliquee du diagramme. L analyse thermique et la diffraction des rayons X, nous ont cependant permis de mettre en evidence l existence de deux phases nouvelles representees sur la Fig. 2 par des droites en pointilles et par des lettres S et 6. Leurs compositions respectives sont: 7Gd,(MoO,),. 3Bi,(MoO,), et 3Gd,(MoO,),. 2Bi 2 ( MOO,) 3. Leur presence, compatible avec le calcul du nombre de phases en Cquilibre, theoriquement prevues par la regle des phases, nous a permis le raccordement des domaines polyphases du diagramme avec deux varietes allotropiques pour 6 et E. Les spectres de diffraction X realises sur des echantillons de composition e trempes a partir de diverses temperatures comprises entre 20 et 735 C sont represent& a la Fig. 5a (variete Ed). La phase c1 semble ttre apparentee a la structure scheelite (Fig. 4). Pour des temperatures de trempe superieures a 735OC, le spectre de diffraction X obtenu est represent6 sur la Fig. 5b (variete c2). Plusieurs cycles de trempes et de recuits, au-dessus et au-dessous de cette temperature ont donne des resultats parfaitement reproductibles sur le m&me Cchantillon. Nous en avons deduit que cette temperature (735 C) est bien une temperature de

9 253 (a) Fig. 5. Spectres de diffraction X (A, A) obtenus pour la phase c [40% en moles de Bi2(MoOd131. transition de phase allotropique. Ce qui permet d ailleurs d expliquer le palier de temperature observe a 735OC entre les compositions a 30% et 21 80% en moles de Bi2(Mo04)3. Le palier situ& entre 30 et 65% en moles de Bi2(Mo04)3 permet d expliquer la decomposition de e a la temperature 794OC. Les differents paliers observes lors du refroidissement sont rassembles dans le Tableau 1. Rkgion sit&e entre 85 et 100% en moles de ~i~~~ou~~~ Cette region est caracterisee par l existence dune solution solide continue de type ~-B~~(MoO~)~ notee 3; mise en evidence par une etude radiocristallographique, et une solution solide notee c2 dont l etendue t&s limitee sera discutee plus loin.

10 254 7,580 7,560 1, I. I I I I I 0 0,lO 430 0,50 0,70 x Fig. 6. Variation des paramktres cristallins en fonction de x pour la cr-gdz,b1,(mo04)3. ) solution solide Les Figs. 7a et 8 representent les variations du volume et des parametres cristallins de la maille Clementaire en fonction de la composition. Leur evolution continue, montre que nous avons une solution solide continue de formule: a-bi,_,gd,(moo,), (0 < x < 0,3). Le palier situ6 a 604 C ne nous parait justifie que par l existence d une varictc haute temperature de Bi *(Mood) 3, qui s etend a l interieur du diagramme sous forme de solution solide notee 12. Nous avons remarque que le pit ATD de refroidissement a partir du liquide est dedouble, ce qui expliquerait les difficult& que l on aurait a isoler la phase c2, car son domaine d existence est extrcmement Ctroit. Les thermogrammes de refroidissement realis& sur monocristal de Bi,(MoO,), par Chen et Smith, montraient des resultats similaires. En effet ces auteurs ont toujours observe

11 ,lO ,30 x (bl Gd2 _3t B&( Moo413 I * x Fig. 7. Variation du volumes des solutions solides existant aux extrtmes du systime Gd z(mo0,)3 -BI,(MoO~) 3. h c&c du pit de cristallisation un petit pit sit& vers 630 C, qu ils ont consider+ comme Ctant apocryphe [36]. 11 semblerait done que l introduction de Gd3+ dans le reseau de Bi 2(Mo04)3 ait permis de rendre compte de l existence de la transition I1 * Sz. Ce resultat ne peut cependant etre confirm& sans aucune ambigui te, que par une etude radiocristallochimique approfondie (diffraction X et determination structurale B haute temperature).

12 256 11,980 11,960 11,940 11,920 11,900 11,880 11,860, 1 I ;* X Fig. 8. Evolution des paramitres cristallins avec la composition dans le cas de la solution sohde BI?,Gd, (MOO, ) 3. BIBLIOGRAPHIE K. Nassau, H.J. Levinstein and G.M. Loicono, J. Phys. Chem. Solids, 26 (1965) K. Nassau, Rare Earth Res., 3 (1964) 331. H.J. Borchardt and P.E. Bierstedt, Appl. Phys. Lett., 8 (1966) 50. K. Aizu, J. Phys. Sot. Jpn., 27 (1969) 387. K. Aizu, A. Kumada, H. Yumoto and S. Ashida, J. Phys. Sot. Jpn., 27 (1969) 511. E.T. Keve, S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 54 (1971) M.E. Lines and A.M. Glass, Principles and Applications of Ferroelecttics and Related Materials, the International Series of Monographs on Physics, Oxford, 1979.

13 8 S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 45 (1966) H.J. Borchardt and P.E. Bierstedt, J. Appl. Phys.. 38 (1967) P.B. Jamieson, S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 50 (1969) L.A. Drobyshev, V.I. Ponomarev, LT. Frolkina and N.V. Belov, Sov. Phys. Crystallogr.. 15 (1970) K. Nassau, J.W. Shiever and E.T. Keve, J. Solid State Chem., 3 (1971) K. Nassau and J.W. Shiever, Natl. Bur. Stand. Spec. Publ., 364 (1972) L.H. Brixner, P.E. Bierstedt, A.W. Sleight and M.S. Licis, Mater. Res. Bull., 6 (1971) L.H. Brixner, Mater. Res. Bull., 7 (1972) W. Jeitschko, Acta Crystallogr., Sect. B, 29 (1973) L.H. Brixner, J. Cryst. Growth, 18 (1973) B. Joukoff, G. Grimouille, G. Leroux, C. Daguet and A.M. Pougnet. J. Cryst. Growth, 46 (1979) A. Kumada, Jpn. J. Appl. Phys. Suppl. 39 (1970) A. Kumada, Ferroelectrics, 3 (1972) Y. Takeda, Y. Furuhata. A. Kumada, S. Nomura, S. Akiyama and S. Ashida, Jpn. J. Appl. Phys. Suppl. 43 (1974) 17B. 22 R.D. Shannon and C.T. Prewitt, Acta Crystallogr., Sect. B, 25 (1969) M. Chokayri, These de D.E.S. de 3eme Cycle, Faculte des Sciences, Rabat, Maroc, L.H. Brixner, Rev. Chim. Miner., 10 (1973) L.H. Brixner, A.W. Sleight and M.S. Licis, J. Solid State Chem.. 5 (1972) L.H. Brixner, J.F. Whitney and M.S. Licis Kay, J. Solid State Chem., 6 (1973) D.H. Templeton and A. Zalkin, Acta Crystallogr., 16 (1963) K. Megumi, H. Yumoto, S. Ashida, S. Akiyama and Y. Furuhata, Mater. Res. Bull., 9 (1974) S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, Am. Cryst. Assoc. Winter Meet., Abstract Nl, E.T. Keve, S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 54 (1971) W. Jeitschko, Naturwissenschaften, 57 (1970) W. Jeitschko, Acta Crystallogr., Sect. B, 28 (1972) C. Gleitzer, Le Molybdene, Complement au Nouveau Trait6 de Chimie Minerale, Masson, Paris, L.M. Playasova, R.F. Klevtsova, S.V. Borisov and L.M. Keflini, Sov. Phys. Dokl., 11 (1966) A.W. Sleight and L.H. Brixner, J. Solid State Chem., 7 (1973) T. Chen and G.S. Smith, J. Solid State Chem., 13 (1975)

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska,

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska, J. Phys. IVFrance 11 (2001) O EDP Sciences, Les Ulis Limites des solutions solides dans le système binaire CdBr2-AgBr A. Wojakowska, A. Gorniak and W. ~awel' Laboratoire d'analyse Thermique, Département

Plus en détail

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE Contenu : Miscibilité totale Miscibilité partielle Plan du cours Objectif général Acquérir les notions de base associées à la formation des phases, de leurs

Plus en détail

Problème de l'agrégation de chimie 1976

Problème de l'agrégation de chimie 1976 Problème de l'agrégation de chimie 1976 COMPOSITION DE CHIMIE (Durée : 6 heures) Cette épreuve comporte deux parties. La première étudie le modèle des solutions strictement régulières qui permet l'évaluation

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE DES MELANGES BINAIRES LiPO 3 Pb(PO 3 ) 2 Diagramme de phases et étude thermodynamique du liquide

THERMODYNAMIQUE DES MELANGES BINAIRES LiPO 3 Pb(PO 3 ) 2 Diagramme de phases et étude thermodynamique du liquide Journal of Thermal Analysis and Calorimetry, Vol. 74 (23) 275 285 THERMODYNAMIQUE DES MELANGES BINAIRES LiPO 3 Pb(PO 3 ) 2 Diagramme de phases et étude thermodynamique du liquide C. Marhag 1, H. Said 1*,

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

1 Revue science des matériaux, Laboratoire LARHYSS ISSN 2352-9954

1 Revue science des matériaux, Laboratoire LARHYSS ISSN 2352-9954 Restitution thermodynamique du diagramme de phases du système binaire Bi-Sb Laboratoire des Etudes Physico-chimiques des Matériaux Université de Batna 05000 Batna, Algérie naceuramel@gmail.com RESUME.

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

ETUDE THERMODYNAMIQUE DU SYSTEME QUINAIRE Pb-Bi-Fe-O-(Hg)

ETUDE THERMODYNAMIQUE DU SYSTEME QUINAIRE Pb-Bi-Fe-O-(Hg) ETUDE THERMODYNAMIQUE DU SYSTEME QUINAIRE Pb-Bi-Fe-O-(Hg) I.DIOP, N.DAVID, J.M.FIORANI, R.PODOR, M.VILASI Laboratoire de Chimie du Solide Minéral U H P UMR CNRS 7555 BP 239 54506 Vandoeuvre-Les-Nancy Cedex

Plus en détail

Étude de tungstate de bismuth dopé au cérium. AMBIDINA Ibrahima

Étude de tungstate de bismuth dopé au cérium. AMBIDINA Ibrahima Étude de tungstate de bismuth dopé au cérium Laboratoire AMBIDINA Ibrahima Encadreur: J.R.GAVARRI M1 STEM 2012-2013 Sommaire 1. Introduction 2. Étude bibliographique 3. Synthèse de BiCeWO 6 4. Méthode

Plus en détail

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux LCG/CCM/IMSI/UdeS OBJECTIFS Comprendre les principes de fonctionnement

Plus en détail

113 Adoptée : 12 mai 1981

113 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 (- Essai de stockage accéléré [Essai CIPAC] - Méthodes d'analyse thermique, comprenant l'analyse thermique différentielle

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure J. Phys. IV France 1 () 53-58 EDP Sciences, Les Ulis DOI: 1.151/jp:17 Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure D. Del Frari, S. Diliberto,

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie TSC II Analyse par Courants Thermostimulés L excellence en analyse thermique et en calorimétrie 2 TSC1I applications... Introduction Cette méthode particulière d Analyse Thermique utilise la MOBILITE MOLECULAIRE

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211 1 ) Le benzène (B) et le diphényle (D) forment des solutions idéales à l état liquide, par contre les solides ne sont pas miscibles. a) Déterminer la température de fusion du mélange en fonction de la

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE Université P. et M. Curie Année 000/001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 001 EXAMEN DE CHIMIE CORRIGE Durée de l épreuve : 3 heures Les calculatrices ne sont pas autorisées Données : (les

Plus en détail

Utilisation des courbes Pvt THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT

Utilisation des courbes Pvt THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT page:1 Les changements d état que subissent les polymères lors de leur transformation sont régis par les lois de la thermodynamique Exemple : Action ou procédé thermodynamique

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8 TF06_P09_final_exo a.mcd TF06 - P2009 - Final - exercice Patinoire 5.670 8 Wm 2 K ir extérieur Text 5 C hpext 00 W/m² K Isolation, P 0,035 W/m K, épaisseur ep 30 cm ou e P 60 cm Plafond, TP, émissivité

Plus en détail

IV.1. Constatations visuelles des compositions avant et après traitement thermique (4 jours à 80 C) :

IV.1. Constatations visuelles des compositions avant et après traitement thermique (4 jours à 80 C) : IV.1. Constatations visuelles des compositions avant et après traitement thermique (4 jours à 80 C) : Avant traitement thermique Après traitement thermique Composition PVC pur. Composition PVC pur. Composition

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

JBS Kit d Initiation à la Cristallisation des Protéines

JBS Kit d Initiation à la Cristallisation des Protéines Cat. No. CS-401FR Amount 1 Kit seulement pour utilisation in vitro garantie de qualité pendant 12 mois entreposer à 4 C Introduction Il existe principalement deux méthodes pour déterminer la structure

Plus en détail

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires C. Rigollet To cite this version: C. Rigollet. Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires. J. Phys.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Étude du comportement de l hélium dans le molybdène

Étude du comportement de l hélium dans le molybdène Étude du comportement de l hélium dans le molybdène, Bernard Lavielle : CNRS-CNAB, Gradignan Christophe Viaud, Gaëlle Carlot, : CEA, Cadarache Thierry Sauvage: CNRS-CEMTHI Orléans Nathalie Moncoffre :

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1 Sommaire Remerciements................................. iii Introduction..................................... 1 Chapitre 1 : Concepts et outils de base 1. Introduction..................................................

Plus en détail

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Institute for Thermal Processing Specialists NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Différents symboles ont été employés pour représenter les variables mesurées et dérivées qui sont utilisées

Plus en détail

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2)

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2) POSTER 8 Développement d une méthode de détermination du diagramme de solubilité énantiomères - solvant en vue de leur séparation par cristallisation couplée à la chromatographie préparative O. Ludemann-Hombourger

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème Chimie / Physique Classe de 5 ème 2 Table des Matières Mode d emploi... 8 1. Matière, corps purs et mélanges...11 1.1. La matière...12 1.2. Les corps purs...13 1.2.1. Les états de la matière... 13 1.2.2.

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique» MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une

Plus en détail

CHIMIE. À propos du chrome

CHIMIE. À propos du chrome CHIMIE Les calculatrices sont autorisées. À propos du chrome Du grec khrôma ou du latin chroma (couleur). Il a été découvert par Louis Vauquelin en 1797. Il est présent dans la croûte terrestre ( 003,

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

Diagrammes de Phases

Diagrammes de Phases Diagrammes de Phases Société Francophone de Biomatériaux Dentaires P. MILLET Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Introduction et définitions... 4 III Construction

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Etude du diagramme binaire :

Etude du diagramme binaire : Métallurgie Etude du diagramme binaire : - 1 - Quel est ce diagramme binaire, le diagramme Fer carbone ou le diagramme Fer cémentite? Diagramme Fer cémentite limité à 6.67 % de carbone. - 2 - Tracer la

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2011

CONCOURS D ADMISSION 2011 A 2011 Chimie MP ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINTETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP) ECOLE

Plus en détail

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 9 août au septembre Comportement en flexion de matériaux composites à fibres courtes A. Djebbar a, M. Salviab, S.Larbi a. b. a Laboratoire de Mécanique, Structure,

Plus en détail

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR L'objectif du TP est de tracer un diagramme isobare en équilibre liquide vapeur du binaire H 2 O / HCl, par une méthode utilisant le principe de la distillation

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Etude In-situ par RRX de films minces de polystyrène exposés à du CO 2 supercritique

Etude In-situ par RRX de films minces de polystyrène exposés à du CO 2 supercritique Etude In-situ par RRX de films minces de polystyrène exposés à du CO 2 supercritique Présenté par: Mohamed Souheib Chebil Encadré par: Alain Gibaud (LPEC_Université du Maine) Yves Grohens (LIMATB_Université

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique UNIVERSITE D ANGERS Institut Supérieur de la Santé et des Bioproduits d Angers 16, Bd Daviers, 49045 ANGERS Cedex L2 Ingénierie et Management de la Santé Spectrométrie de masse Ionisation Chimique à Pression

Plus en détail

UE CMP Concepts et Méthodes de la Physique

UE CMP Concepts et Méthodes de la Physique UE CMP Concepts et Méthodes de la Physique Cours 2 EVOLUTION TEMPORELLE (1) 0 Organisation de l UE 0 - Une expérience pendant le cours 1 Introduction : la notion de système 2 Evolution temporelle linéaire

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Annals of the University of Craiova, Electrical Engineering series, No. 30, 006 MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Daniela POPESCU,

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50

Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50 Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50 Cette petite fondeuse destinée à la fabrication de bijoux et aux fontes de précision pour tout domaine d activité, rassemble toutes les conditions pour obtenir

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

19 CENTRE D'ETUDES Aa NUCLÉAIRES DE SACLAY

19 CENTRE D'ETUDES Aa NUCLÉAIRES DE SACLAY PREMIER MINISTRE C E A - R 2783 COMMISSARIAT A L'ÉNERGIE ATOMIQUE APPAREIL DE MESURE DU POUVOIR THERMOELECTRIQUE ET DE LA RESISTIVITE A HAUTE TEMPERATURE RESULTATS SUR LE FER ARMCO par Michel VANDEVYVER,

Plus en détail

Structure de la matière condensée. Étude structurale d une batterie au LiFePO 4

Structure de la matière condensée. Étude structurale d une batterie au LiFePO 4 MASTER DE PHYSIQUE 2 e ANNÉE Janvier 2009 PARCOURS : PHYSIQUE DE LA MATIÈRE CONDENSÉE Structure de la matière condensée Durée 3 heures. Notes de cours autorisées. Introduction : Étude structurale d une

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

Stratégies de synthèse organique

Stratégies de synthèse organique Chimie rganique Stratégies de synthèse organique La synthèse organique est une discipline dans laquelle de nombreux paramètres sont à prendre en compte afin d obtenir des produits purs avec de bons rendements,

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Problème No 1 (85 points)

Problème No 1 (85 points) FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE CHIMIE CHM 302 Techniques de chimie organique et inorganique Chargés de cours: Jasmin Douville et Dana Winter Date: Jeudi 27 novembre 2008 Locaux: D7-2018, D7-2023 Heure:

Plus en détail

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale et de la Jeunesse Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Concours National Commun d Admission

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Lycée La Martinière Monplaisir TC5 Changements d'état isobares de mélanges binaires TD n 5 1 / 8

Lycée La Martinière Monplaisir TC5 Changements d'état isobares de mélanges binaires TD n 5 1 / 8 TC5 Changements d'état isobares de mélanges binaires TD n 5 1 / 8 TD n 5 TC5 CHANGEMENTS D'ÉTAT ISOBARES DE MÉLANGES BINAIRES Exercice TC5-1 : Composition d'un alliage or/argent (*) L'argent et l'or cristallisent

Plus en détail

Résumé qualitatif sur les diagrammes binaires

Résumé qualitatif sur les diagrammes binaires Résumé qualitatif sur les diagrammes binaires A Diagramme binaire Liquide Vapeur A1 Diagramme binaire Liquide vapeur idéaux Diagramme isotherme: La courbe donnant la pression en fonction de la fraction

Plus en détail

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires PC Marcelin Berthelot Devoir surveillé 2 12 octobre 2013 : Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires Devoirs 1. Diagramme binaire solide-liquide or-argent (CCP 2013) Le diagramme binaire

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 187 192 Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique A. Abdedou 1,

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE)

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) N : Date : 20 juin 2013 Nom : CORRECTION Classe :2L. EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) NOTE : /40 S. I. Définis les termes suivants : série A I. molécule : la plus petite partie d un corps qui en possède

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Chapitre I L état solide cristallin

Chapitre I L état solide cristallin 1 Chapitre I L état solide cristallin La atière peut exister sous trois états : L état gazeux, l état liquide et l état solide. La fore sous la quelle se trouve la atière est déterinée par les interactions

Plus en détail

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy.

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy. Amélioration de l Efficacité énergétique des centrales thermiques intégrant le captage de CO2 assisté par contacteurs AméliE_CO2 Denis Roizard Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349

Plus en détail

APPLICATION D UN MODELE DE REACTION EN PHASE GAZEUSE A L OXYDATION D UN ALLIAGE LIQUIDE Al-Mg 5% SOUS FAIBLE PRESSION D OXYGENE

APPLICATION D UN MODELE DE REACTION EN PHASE GAZEUSE A L OXYDATION D UN ALLIAGE LIQUIDE Al-Mg 5% SOUS FAIBLE PRESSION D OXYGENE APPLICATION D UN MODELE DE REACTION EN PHASE GAZEUSE A L OXYDATION D UN ALLIAGE LIQUIDE Al-Mg 5% SOUS FAIBLE PRESSION D OXYGENE Karine SURLA 1,2, Françoise VALDIVIESO 1, Michèle PIJOLAT 1, Michel SOUSTELLE

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail