INVESTIGATION PAR ANALYSE THERMIQUE DIFFERENTIELLE DU SYSTEME Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INVESTIGATION PAR ANALYSE THERMIQUE DIFFERENTIELLE DU SYSTEME Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),"

Transcription

1 Thermochimica Acta, 112 (1987) Elsevier Science Publishers B.V., Amsterdam - Printed in The Netherlands 245 INVESTIGATION PAR ANALYSE THERMIQUE DIFFERENTIELLE DU SYSTEME Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,), M HAMED CHOKAYRI, LOUIS RABARDEL et BRAHIM ELOUADI * Luboratoire de Chimie du Solide Appliquge, Facultg des Sciences, Charia Ibn Batota, Rabat (Maroc) Laboratozre de Chimie du Solide du CNRS, UniversitC de Bordeaux I, 351 Cours de la libgration, Talence (France) (Recu le 7 juillet 1986) ABSTRACT The phase diagram of the system Gd,(Mo04)3-Bi,(Mo0,), has been studied by differential thermal analysis (DTA). Sealed platinum tubes were used as sample holders, in order to prevent the loss of Bi,O, and MOO, through volatilization at high temperature. Various solid solutions and new phases are reported: cr-gd,_,bi,(moo,) 3, fl- Gd,_,Bi,(MoO,)s, a-bi2_,gdx(mo04)s, 3Gd2(Mo0,),.2Bi,(Mo0,),, etc. RESUME Le diagramme d equilibre du systeme Gd *(Mood) 3 -Bi,(MoO,) s a ete CtudiC par analyse thermique differentielle (ATD). Cette etude a etc conduite en tubes scelles de platine pur afin d hiter toute perte de Bi,O, et MOO, par volatilisation a haute temperature. Plusieurs solutions solides et phases nouvelles ont et& isolees: a-gd,_.,bi,(mo04)s, /3- Gd,_,Bi,(MoO,)s, cy-bi,_,gd,(moo,)s, 3Gd,(Mo04)s.2Bi,(Mo0,),, etc. INTRODUCTION Les molybdates et les tungstates de terres rares Ln,(MO,), (Ln = La,..., Lu; M = MO, W), ont ttc initialement CtudiCs dans le but d &re utilises comme materiaux laser [1,2]. 11s ont fait l objet d un regain d intcrct depuis que Borchardt et Bierstedt ont decouvert en 1966 que l un d entre eux, Gd,(MoO,), posdde une variett ferroelectrique notee P-GM0 [ a CtC demontre plus tard que cette dernibe phase est en mcme temps ferroelastique et ferroelectrique et que ces deux proprietes y sont totalement couplees [4-71. Par ailleurs le couplage de ces deux proprittes au sein d un * Auteur a qui toute correspondance doit t%re adressee /87/$ Elsevier Science Publishers B.V.

2 246 msme compose rev& un inter& pratique considerable, puisque le mat&au correspondant peut &re utilise comme memoire ou Porte optique [7]. Des monocristaux de P-GM0 destines a des applications pratiques (comme modulateurs digitaux par exemple) ont CtC preparees par la technique de Czochralski [1, Brixner a fait remarquer la facilite avec laquelle on peut obtenir des monocristaux de P-GMO, mais il a aussi observe qu ils contenaient de tres faibles quantites de la variete wgm0 (non ferroelectrique), qui bien qu uniformement distribuees dans le volume de la phase, sont tres gkrantes lors du passage d un faisceau laser [17]. Cet auteur a Cgalement decrit les conditions experimentales pour l obtention de monocristaux de t&s bonne qualite optique. Ce travail a CtC entrepris dans le but de: (1) Remedier a ces inconvtnients en essayant de chercher au moyen de substitutions cationiques appropriees, a stabiliser la phase /3 du molybdate de gadolinium, dans le domaine de temperature compris entre 20 C et la temperature d elaboration du monocristal. Notre choix s est port6 dans un premier temps sur le remplacement du gadolinium par le bismuth pour les raisons suivantes: (a) La proximit$ des rayons ioniques de Gd3+ et Bi3+ (r$!r+ = 1,06 A; r;$t! = 1,ll A) [22]. (b) L introduction de Bi,(MoO,), (T,= 680 C) dans /?-GM0 devrait abaisser sa temperature de fusion; ce qui constitue un avantage pour la croissance cristalline. (c) Les structures de wbi,(moo,), et de a-gd,(moo,) derivent toutes les deux de celle de la scheelite [23]. (2) Preparer des monocristaux de molybdates, stables entre la temperature ambiante et celle de leur fusion, en vue d etudier leurs proprietes physiques: ferroelectricite, ferroelasticite, fluorescence, birefringence, etc. Avant d entreprendre l etude de la croissance cristalline, il nous a paru judicieux d etudier tout d abord le diagramme d equilibre du systeme Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,), afin de mettre en evidence toutes les phases susceptibles de precipiter lors du refroidissement d une composition don&e a partir de son point de fusion. L etablissement d un tel diagramme d equilibre s est aver-e complexe, en raison de la multitude des varietes allotropiques tres voisines dans lesquelles cristallisent les molybdates de terres rares [8,13,16, TECHNIQUES EXPERIMENTALES AnaIyse thermique d$f&entielle (A TD) Afin d eviter toute variation de composition qui pourrait resulter du depart par volatilisation a haute temperature des oxydes MOO, et Bi203,

3 241 Fig. 1. Thermogramme obtenu pour la composition i systtme Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),. 80% en moles de Bi,(MoO,), du now avons entrepris l etude thermique du systeme Gd,(MoO,),- Bi,(MoO,), en tubes scelles de platine pur, cette etude a CtC realisee a l aide d un analyseur thermique differentiel dont la cellule de mesure a CtC adaptee pour porter des tubes scelles d une dizaine de millimttres de longueur, trois millimetres de diametre et un dixieme de millimetre d epaisseur. Ces tubes sont scelles a froid a l aide d un arc electrique, la masse de l echantillon utilisee varie entre 60 et 120 mg. Une pesee avant et apres l etude thermique permet le contrale des fujtes Cventuelles des produits par volatilisation. La cellule de mesure a &C Ctalonnee en prenant pour reference la fusion de l or (1063 C) et la transition (Y + p du quartz (573 C). Plusieurs cycles de fusion-crystallisation ont CtC effect&s afin de s assurer de l existence reelle des pits ATD et des temperatures auxquelles ils se situent. La vitesse de chauffe et de refroidissement Ctait de l ordre de 6 C rnin-. Un exemple de thermogramme est represente a la Fig. 1. Le fait d avoir travail16 en tubes scelles a l air a des temperatures ClevCes ne permet pas de dire en toute rigueur que le diagramme d equilibre CtudiC a CtC realis& a pression constante. Toutefois la calcul approximatif de la

4 248 variation de pression a partir ce la loi des gaz parfaits entre 20 et 1100 C donne En raison d une certaine volatilite des oxydes Bi,O, et MOO, a haute temperature, la pression a l interieur du tube scelle doit &re superieure a celle donnee par la relation (1); toutefois elle ne nous parait pas suffisante pour modifier l allure du diagramme d equilibre Gd 2 ( MOO,),-Bi 2 ( MOO,) 3 tel qu il a CtC presente dans ce travail. Nous la considerons done comme negligeable. Prod&s de d&part et analyse radiocristallographique Les Cchantillons utilises pour l analyse thermique difftrentielle ont Ctt Clabores a partir des melanges appropries des oxydes de tres haute purete, B&O,, Gd,O, et MOO, suivant la reaction: Gd,O, + zbi,o, + 3Mo0, + Gd,_,Bi,(MoO,), 2 0 < x < 2 (2) Les melanges servant de mat&e premiere pour les difftrents cycles d ATD ont d abord CtC intimement broyes et trait& a l air a des temperatures variant entre 400 et 600 C pendant 24 h, afin d obtenir des Cchantillons parfaitement homogenes et une reproductibilite acceptable des phenomenes observes pour chaque composition. Les pertes de poids controlees par peste avant et apt-its reaction ont ttc negligeables. L analyse radiocristallographique a CtC effect&e sur des Cchantillons pulverulents afin d identifier les phases cristallines en presence dans les differents points du diagrammes thermique. LE SYSTkME Gd,(M00,)~-Bi~(Mo0,), La Fig. 2 represente une approche du diagramme d equilibre du systeme Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),, et le Tableau 1 regroupe les differents paliers qu il contient. En raison de sa complexite et des similitudes des spectres de diffraction X des phases susceptibles d Ctre en Cquilibre, nous n avons pu caracteriser completement que certaines regions du diagramme CtudiC. Les Figs. 3, 4 et 5 permettent d ailleurs de comparer les spectres de diffraction X des principales phases rencontrees au sein du systeme Gd *(Mood) 3- Bi,(MoO,), avec celui de SrMoO, de type Scheelite. Afin de faciliter l expod du diagramme de phases Gd,(MoO,),- Bi 2 ( MOO,) 3, nous avons choisi de le discuter region par region.

5 249 0 M&c en tempkature. Desccnlc m temphature, I \ \ Iiquide \ \ \ \\ P i, (3 + liqyide \, \ 0. \ : I I I, I I 1,, Gd2(Mo0413 B12(Mc0413 Fig. 2. Approche du diagramme d iquilibre du systeme Gd z(mo04) 3 -Bi2(Mo04) 3. Le molybdate de gadolinium Le molybdate de gadolinium a deja fait l objet d une etude detaillee de la part de plusieurs auteurs [14,15,23,24,27-32,351. Signalons seulement que ce compose presente trois varietes allotropiques: (Y, p et y a la pression ordinaire, cette derniere n a pu &re mise en evidence que sur des thermogrammes de refroidissement a partir du liquide [13]. La phase p peut exister a l etat metastable dans les conditions normales de temperature et de pression. Seule cette variete p presente d ailleurs, des proprietes ferroelectriques et ferroelastiques; elle se transforme en une phase prototype a la temperature de Curie T, = 159 C. Les transitions de phases apparaissant avec l augmentation de la temperature a partir de la varictc CI (la plus

6 250 TABLEAU 1 Differents paliers du diagramme de phases Gd,(MoO,) s-bi,(moo,), Temperature Compositions limites ( C) du palier % en moles de B~,(MoO,)~ lo Nature Reaction du palier metatectique: y+p+l, Reaction metatectique: p%&+l2 Formation de 6, a partir de a et du liquide L,: a+l,%i* Formation de e2 a partir de S, et du liquide L,: &+L44e2 Transformation: 82 % s, Transformation: e2 % et Eutectique: Liq E % cl + l2 Decomposition de 6, : 81% a + 61 Equilibre: 524e1+31 stable 21 la tempkrature ambiante) sont les suivantes [13]: a-gm0 zc P-GM0 07zc y-gm0 llycphase liquide Domaine compris entre 0 et 25% en moles de Bi,(MoO,), Dans ce domaine, nous avons pu mettre en Cvidence sur la base d une Ctude radiocristallographique, deux solutions solides isotypes de (Y- et,l3- Gd 2 ( MOO,) 3 de formules: cu-gd 2-xBix(Mo04)3 0 < x < 0,5 (3) et P-Gd2_,Bi,(Mo0,), 0 < x < 0,4 (4) leurs limites ont et6 determinces a 20 C par l apparition de raies supplementaires d impuretes dans les spectres de diffraction X et a haute temperature par le contour des domaines polyphases apparaissant au sein du diagramme d equilibre Gd,(MoO,),-Bi,(MoO,),. Les Figs. 6 et 7b representent respectivement l evolution des parametres cristallins et du

7 251 SrMo04 (Scheellte) (0) so io III v, b I /3-Gd2(Mo04& I (b) l-l =(-Gd2(MoO 1 43 (Cl I I I I I I I I d-bi2(mo0 43 ) (d) 28 Fig. 3. Spectres de diffraction X (A,-, = A) de quelques molybdates (le spectre de la scheelite SrMoO, est donnk comme rifkrence). volume darts le cas de la phase (Y. La variation relativement faible de ceux-ci Ctait previsible car les rayons ioniques de Bi3+ et Gd3+ sont tres voisins [22]. Le diagramme de la Fig. 2 laisse appara itre des temperatures de transitions obtenues uniquement lors du refroidissement du liquide et Cvoluant d une man&e continue a partir de 1070 C, temperature a laquelle Nassau et Schiever ont observe une temperature de transition de type /3 + y [13].

8 252 SrMoO4 (Scheelke) Fig. 4. Spectres de diffraction X (X,- = A) de SrMoO, et de la phase cl. Nous avons remarque qu ils sont compatibles avec un invariant metatectique se situant a 998 C et d equation: y + ji + liquide. R&on situ&e entre 25 et 85% en moles de Bi,(MoO,J, C est la region la plus compliquee du diagramme. L analyse thermique et la diffraction des rayons X, nous ont cependant permis de mettre en evidence l existence de deux phases nouvelles representees sur la Fig. 2 par des droites en pointilles et par des lettres S et 6. Leurs compositions respectives sont: 7Gd,(MoO,),. 3Bi,(MoO,), et 3Gd,(MoO,),. 2Bi 2 ( MOO,) 3. Leur presence, compatible avec le calcul du nombre de phases en Cquilibre, theoriquement prevues par la regle des phases, nous a permis le raccordement des domaines polyphases du diagramme avec deux varietes allotropiques pour 6 et E. Les spectres de diffraction X realises sur des echantillons de composition e trempes a partir de diverses temperatures comprises entre 20 et 735 C sont represent& a la Fig. 5a (variete Ed). La phase c1 semble ttre apparentee a la structure scheelite (Fig. 4). Pour des temperatures de trempe superieures a 735OC, le spectre de diffraction X obtenu est represent6 sur la Fig. 5b (variete c2). Plusieurs cycles de trempes et de recuits, au-dessus et au-dessous de cette temperature ont donne des resultats parfaitement reproductibles sur le m&me Cchantillon. Nous en avons deduit que cette temperature (735 C) est bien une temperature de

9 253 (a) Fig. 5. Spectres de diffraction X (A, A) obtenus pour la phase c [40% en moles de Bi2(MoOd131. transition de phase allotropique. Ce qui permet d ailleurs d expliquer le palier de temperature observe a 735OC entre les compositions a 30% et 21 80% en moles de Bi2(Mo04)3. Le palier situ& entre 30 et 65% en moles de Bi2(Mo04)3 permet d expliquer la decomposition de e a la temperature 794OC. Les differents paliers observes lors du refroidissement sont rassembles dans le Tableau 1. Rkgion sit&e entre 85 et 100% en moles de ~i~~~ou~~~ Cette region est caracterisee par l existence dune solution solide continue de type ~-B~~(MoO~)~ notee 3; mise en evidence par une etude radiocristallographique, et une solution solide notee c2 dont l etendue t&s limitee sera discutee plus loin.

10 254 7,580 7,560 1, I. I I I I I 0 0,lO 430 0,50 0,70 x Fig. 6. Variation des paramktres cristallins en fonction de x pour la cr-gdz,b1,(mo04)3. ) solution solide Les Figs. 7a et 8 representent les variations du volume et des parametres cristallins de la maille Clementaire en fonction de la composition. Leur evolution continue, montre que nous avons une solution solide continue de formule: a-bi,_,gd,(moo,), (0 < x < 0,3). Le palier situ6 a 604 C ne nous parait justifie que par l existence d une varictc haute temperature de Bi *(Mood) 3, qui s etend a l interieur du diagramme sous forme de solution solide notee 12. Nous avons remarque que le pit ATD de refroidissement a partir du liquide est dedouble, ce qui expliquerait les difficult& que l on aurait a isoler la phase c2, car son domaine d existence est extrcmement Ctroit. Les thermogrammes de refroidissement realis& sur monocristal de Bi,(MoO,), par Chen et Smith, montraient des resultats similaires. En effet ces auteurs ont toujours observe

11 ,lO ,30 x (bl Gd2 _3t B&( Moo413 I * x Fig. 7. Variation du volumes des solutions solides existant aux extrtmes du systime Gd z(mo0,)3 -BI,(MoO~) 3. h c&c du pit de cristallisation un petit pit sit& vers 630 C, qu ils ont consider+ comme Ctant apocryphe [36]. 11 semblerait done que l introduction de Gd3+ dans le reseau de Bi 2(Mo04)3 ait permis de rendre compte de l existence de la transition I1 * Sz. Ce resultat ne peut cependant etre confirm& sans aucune ambigui te, que par une etude radiocristallochimique approfondie (diffraction X et determination structurale B haute temperature).

12 256 11,980 11,960 11,940 11,920 11,900 11,880 11,860, 1 I ;* X Fig. 8. Evolution des paramitres cristallins avec la composition dans le cas de la solution sohde BI?,Gd, (MOO, ) 3. BIBLIOGRAPHIE K. Nassau, H.J. Levinstein and G.M. Loicono, J. Phys. Chem. Solids, 26 (1965) K. Nassau, Rare Earth Res., 3 (1964) 331. H.J. Borchardt and P.E. Bierstedt, Appl. Phys. Lett., 8 (1966) 50. K. Aizu, J. Phys. Sot. Jpn., 27 (1969) 387. K. Aizu, A. Kumada, H. Yumoto and S. Ashida, J. Phys. Sot. Jpn., 27 (1969) 511. E.T. Keve, S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 54 (1971) M.E. Lines and A.M. Glass, Principles and Applications of Ferroelecttics and Related Materials, the International Series of Monographs on Physics, Oxford, 1979.

13 8 S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 45 (1966) H.J. Borchardt and P.E. Bierstedt, J. Appl. Phys.. 38 (1967) P.B. Jamieson, S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 50 (1969) L.A. Drobyshev, V.I. Ponomarev, LT. Frolkina and N.V. Belov, Sov. Phys. Crystallogr.. 15 (1970) K. Nassau, J.W. Shiever and E.T. Keve, J. Solid State Chem., 3 (1971) K. Nassau and J.W. Shiever, Natl. Bur. Stand. Spec. Publ., 364 (1972) L.H. Brixner, P.E. Bierstedt, A.W. Sleight and M.S. Licis, Mater. Res. Bull., 6 (1971) L.H. Brixner, Mater. Res. Bull., 7 (1972) W. Jeitschko, Acta Crystallogr., Sect. B, 29 (1973) L.H. Brixner, J. Cryst. Growth, 18 (1973) B. Joukoff, G. Grimouille, G. Leroux, C. Daguet and A.M. Pougnet. J. Cryst. Growth, 46 (1979) A. Kumada, Jpn. J. Appl. Phys. Suppl. 39 (1970) A. Kumada, Ferroelectrics, 3 (1972) Y. Takeda, Y. Furuhata. A. Kumada, S. Nomura, S. Akiyama and S. Ashida, Jpn. J. Appl. Phys. Suppl. 43 (1974) 17B. 22 R.D. Shannon and C.T. Prewitt, Acta Crystallogr., Sect. B, 25 (1969) M. Chokayri, These de D.E.S. de 3eme Cycle, Faculte des Sciences, Rabat, Maroc, L.H. Brixner, Rev. Chim. Miner., 10 (1973) L.H. Brixner, A.W. Sleight and M.S. Licis, J. Solid State Chem.. 5 (1972) L.H. Brixner, J.F. Whitney and M.S. Licis Kay, J. Solid State Chem., 6 (1973) D.H. Templeton and A. Zalkin, Acta Crystallogr., 16 (1963) K. Megumi, H. Yumoto, S. Ashida, S. Akiyama and Y. Furuhata, Mater. Res. Bull., 9 (1974) S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, Am. Cryst. Assoc. Winter Meet., Abstract Nl, E.T. Keve, S.C. Abrahams and J.L. Bernstein, J. Chem. Phys., 54 (1971) W. Jeitschko, Naturwissenschaften, 57 (1970) W. Jeitschko, Acta Crystallogr., Sect. B, 28 (1972) C. Gleitzer, Le Molybdene, Complement au Nouveau Trait6 de Chimie Minerale, Masson, Paris, L.M. Playasova, R.F. Klevtsova, S.V. Borisov and L.M. Keflini, Sov. Phys. Dokl., 11 (1966) A.W. Sleight and L.H. Brixner, J. Solid State Chem., 7 (1973) T. Chen and G.S. Smith, J. Solid State Chem., 13 (1975)

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska,

' Département de Chimie Analytique, Académie de Médecine, 38 rue Szewska, J. Phys. IVFrance 11 (2001) O EDP Sciences, Les Ulis Limites des solutions solides dans le système binaire CdBr2-AgBr A. Wojakowska, A. Gorniak and W. ~awel' Laboratoire d'analyse Thermique, Département

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure J. Phys. IV France 1 () 53-58 EDP Sciences, Les Ulis DOI: 1.151/jp:17 Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure D. Del Frari, S. Diliberto,

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Détermination des propriétés énergétiques d une solution binaire par DSC : Approche inverse basée sur un modèle réduit

Détermination des propriétés énergétiques d une solution binaire par DSC : Approche inverse basée sur un modèle réduit Détermination des propriétés énergétiques d une solution binaire par DSC : Approche inverse basée sur un modèle réduit Erwin FRANQUET 1, Stéphane GIBOUT 1, William MARÉCHAL 1, Didier HAILLOT 1, Jean-Pierre

Plus en détail

Diagrammes de Phases

Diagrammes de Phases Diagrammes de Phases Société Francophone de Biomatériaux Dentaires P. MILLET Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Introduction et définitions... 4 III Construction

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Réalisation d un dispositif de mesure de la conductibilité thermique des solides à basses températures

Réalisation d un dispositif de mesure de la conductibilité thermique des solides à basses températures Réalisation d un dispositif de mesure de la conductibilité thermique des solides à basses températures P.L. Vuillermoz, P. Pinard, F. Davoine To cite this version: P.L. Vuillermoz, P. Pinard, F. Davoine.

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

Nanociencia et Moletrónica

Nanociencia et Moletrónica F. Sehlan, A. Ramírez, E. Torres, A. Zehe 913 Internet Electronic Journal* Nanociencia et Moletrónica Mayo 2007, Vol. 5, N 1, pp. 913-920 Ánalyse des surfaces des couches épitaxiales isolantes de CaF 2

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE)

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) N : Date : 20 juin 2013 Nom : CORRECTION Classe :2L. EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) NOTE : /40 S. I. Définis les termes suivants : série A I. molécule : la plus petite partie d un corps qui en possède

Plus en détail

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux.

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. A. Royon 1,2, Y. Deshayes 2, Y. Petit 1,3, T. Cardinal 3, et L. Canioni 1 1 LOMA-CNRS / Université de Bordeaux,

Plus en détail

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Institute for Thermal Processing Specialists NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Différents symboles ont été employés pour représenter les variables mesurées et dérivées qui sont utilisées

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

*EP001039352A1* EP 1 039 352 A1 (19) (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39

*EP001039352A1* EP 1 039 352 A1 (19) (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP001039352A1* (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39

Plus en détail

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 Epreuve de substitution Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 RBFR / 9 989 161 923 / 06-10-2000 1. Matériel nécessaire 1.1. Contrôle des dimensions de la sonde: - Un pied à coulisse, échelon

Plus en détail

Microscopies Électroniques

Microscopies Électroniques Microscopies Électroniques M2 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 2731 Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si T. Baghdadli, A. Zerga et B. Benyoucef Laboratoire de Physique

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK

Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK Des traitements thermiques de matériaux lithiques du paléolithique destinés à faciliter leur taille, aux prétraitements adaptés à leur usage en stockage thermique haute température. Contexte «Stockage»

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur

DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur de données Les nouveaux appareils DP 500/ DP 510 sont les appareils de service mobiles idéaux pour mesure le point de rosée

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Ecole d'et6 d'optoelectronique

Ecole d'et6 d'optoelectronique Ecole d'et6 d'optoelectronique 36 S. Laval TABLEAU I - Parametres caract&istiques pour les principaux composes ffl-v. Eg energie de bande interdite; Xg longueur d'onde du seuil d'absorption ; m* masse

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES

LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 115 Adoptée : 27.07.95 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par le Conseil le 27 juillet 1995 Tension superficielle des solutions aqueuses INTRODUCTION 1. La présente

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction Étude comparative et validation de modèles prédictifs de résistance thermique de contact dans le cas solide-liquide avec prise en compte de la tension superficielle Saannibe Ciryle SOME a, Didier DELAUNAY

Plus en détail

TEPZZ 6Z786 A_T EP 2 607 862 A1 (19) (11) EP 2 607 862 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 1/56 (2006.01) F23N 5/18 (2006.

TEPZZ 6Z786 A_T EP 2 607 862 A1 (19) (11) EP 2 607 862 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 1/56 (2006.01) F23N 5/18 (2006. (19) TEPZZ 6Z786 A_T (11) EP 2 607 862 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 26.06.13 Bulletin 13/26 (1) Int Cl.: G01F 1/6 (06.01) F23N /18 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 114470.

Plus en détail

Méthodes Numériques Dynamique moléculaire Licence L3 Physique UNS Thomas Frisch, Franck Celestini

Méthodes Numériques Dynamique moléculaire Licence L3 Physique UNS Thomas Frisch, Franck Celestini Méthodes Numériques Dynamique moléculaire Licence L3 Physique UNS Thomas Frisch, Franck Celestini 1) Introduction : Années 1950 : arrivée des ordinateurs Possibilité de simuler les équations de Newton

Plus en détail

VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE. www.zubler.de

VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE. www.zubler.de FR VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE www.zubler.de Made in Germany Précision, innovation, pérennité et haute qualité. De telles valeurs sont pour nous

Plus en détail

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites M. Ropital, T. Rogaume, D. Halm Institut Pprime, UPR 3346 CNRS, ISAE-ENSMA, Université de

Plus en détail

EP 2 063 325 A2 (19) (11) EP 2 063 325 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.05.2009 Bulletin 2009/22

EP 2 063 325 A2 (19) (11) EP 2 063 325 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.05.2009 Bulletin 2009/22 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 063 325 A2 (43) Date de publication: 27.05.2009 Bulletin 2009/22 (51) Int Cl.: G04B 17/06 (2006.01) G04B 17/34 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 08167317.0

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine Revue des Energies Renouvelables Vol. 11 N 4 (2008) 587 594 SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine S. Kherris 1*, M. Makhlouf 1 et A. Asnoun 2 1 Laboratoire des Matériaux et des Systèmes

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE Abstract. It is first demonstrated how it is possible to calculate the amplification coefficient of a laser medium from the efficiency slopes

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX UNIVERSITE PAUL SABATIER Année Universitaire 2015 2016 Licence Professionnelle Traitement et Contrôle des Matériaux Bat. CIRIMAT 118, Route de Narbonne 31062 Toulouse cedex 04 Tél : 05 61 55 77 51 05 61

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium International Renewable Energy Congress November 5-7, 2010 Sousse, Tunisia Propriétés thermodynamiques du mélange Eau-Ammoniac-Hélium Chatti Monia 1, Bellagi Ahmed 2 1,2 U.R. Thermique et Thermodynamique

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 François Mathieu Victor Théo Antoine Bastien Anthony Maxime Clément Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 Intervenant : Mme Lemeur, ingégieur à Air Normand Choisir un sujet On s est réuni

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

MIROIR D ÉTOILES PRÉSENTATION 2011. Miroir d étoiles : Nom donné à notre exposition 2010 par la Maison de la Céramique de St-Uze (France)

MIROIR D ÉTOILES PRÉSENTATION 2011. Miroir d étoiles : Nom donné à notre exposition 2010 par la Maison de la Céramique de St-Uze (France) MIROIR D ÉTOILES PRÉSENTATION 2011 Miroir d étoiles : Nom donné à notre exposition 2010 par la Maison de la Céramique de St-Uze (France) MIROIR D ÉTOILES Stell Art est un collectif de céramistes européens

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Patrick DUPEYRAT 1,2*, Hervé PABIOU 2, Gérald KWIATKOWSKI 3 MENEZO 2,4 et Christophe 1 Fraunhofer-Institut

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique

Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique Propriétés thermiques d un mélangeur chaotique statique Mathieu CREYSSELS, Simon PRIGENT, Yixian ZHOU, Jianjin XIN, Christian NICOT, Philippe CARRIÈRE Laboratoire de Mécanique des Fluides et Acoustique,

Plus en détail

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation URSI-France Journées scientifiques 26/27 mars 2013 Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation All Dielectric Superstrate to Control the Half-Power-BeamWidth

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?.

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. combustion_chaudiere.html Schéma de principe d une chaudière de production de vapeur Plan Ti d une boucle vapeur 1/9 La vapeur d eau est généralement

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur Thermodynamique 2 : Equilibres binaires 1. Introduction 1.1. Présentation - Mélange binaire = Mélange de deux constituants chimiques A 1 et A 2 ne réagissant pas ensemble (il n y a donc pas de variation

Plus en détail

Guide du monteur Thermostats

Guide du monteur Thermostats Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Montage... 3 Thermostat KP avec sonde d ambiance... 4 Thermostat

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique en transmission (M.E.T.)

Plus en détail

Vanne " Tout ou Rien" à siège incliné Type 3353

Vanne  Tout ou Rien à siège incliné Type 3353 Vanne " Tout ou Rien" à siège incliné Type 3353 Application Vanne "Tout ou Rien" avec servomoteur pneumatique à piston Diamètre nominal DN 15 ( 1 2 ) à 50 (2 ) Pression nominale PN Plage de température

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Etude Expérimentale d un Echangeur Thermique en Polypropylène Application au Conditionnement des Aquariums

Etude Expérimentale d un Echangeur Thermique en Polypropylène Application au Conditionnement des Aquariums Rev. Energ. Ren. : Journées de Thermique (2001) 103-108 Etude Expérimentale d un Echangeur Thermique en Polypropylène Application au Conditionnement des Aquariums M. Hazami, C. Kerkeni, A. Farhat, S. Kooli,

Plus en détail