DDTEFP du Morbihan. Etude action sur l accompagnement l développement des emplois de services aux personnes dans le Morbihan.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DDTEFP du Morbihan. Etude action sur l accompagnement l développement des emplois de services aux personnes dans le Morbihan."

Transcription

1 DDTEFP du Morbihan Etude action sur l accompagnement l du développement des emplois de services aux personnes dans le Morbihan Restitution des résultats r de l él étude 25 septembre 2009

2 Sommaire Rappel des objectifs et phases de l étude 1. L offre de service, l emploi, l activité et les besoins de SAP 2. Les enjeux identifiés Les enjeux de développement de l offre de service Les enjeux de la professionnalisation des structures et des intervenants 3. Premières orientations et pistes de réflexion 2

3 Introduction Les phases et le contenu de l él étude-action 2 phases Phase 1 Analyse des perspectives de développement des SAP dans le département et par Pays Phase 2 Orientations pour accompagner la profession dans sa démarche de professionnalisation 3

4 1. L offre L de service, l emploi, l activitl activité et les besoins de SAP 4

5 Les structures de services aux personnes et l activité dans le département du Morbihan Approche par Pays (Les résultats qui suivent sont issus de l exploitation des bilans d activité 2007) 5

6 L activité des OASP sur le département du Morbihan en 2007 Nombre d organismes : % des répondants ont démarré leur activité en % des organismes n ont pas de salarié Nombre total des heures travaillées en mode prestataire et en mode mandataire = Nombre de salariés recensés : pour 181 organismes (mais il y a un risque de double-compte, pour le personnel administratif notamment, qui intervient sans distinction sur les activités en mode prestataire et en mode mandataire) 41% des OASP détiennent un Agrément qualité, 59% détiennent un agrément simple uniquement 6

7 L activité des OASP par Pays Répartition de l'activité des OASP et de la population totale par Pays 70% 60% 58% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 33% 33% 31% 27% 28% 20% 13% 14% 13% 10% 7% 6% 5% 3% Pays d'auray Pays de Lorient Pays de Ploermel Pays de Pontivy Pays de Vannes OASP Heures prestataires + mandataires Population 3 Pays de caractérisent par la faiblesse du nombre heures réalisées : Pays d Auray (malgré un nombre élevé d OASP), le Pays de Ploërmel et le Pays de Pontivy Le Pays de Vannes se distingue par une activité particulièrement importante puisqu il réalise près de 60% du nombre total d heures enregistrées sur le département du Morbihan 7

8 Le type d agrément par Pays Part des OASP avec un agrém ent qualité 70% 60% 60% 50% 40% 30% 37% 34% 31% 35% 20% 10% 0% Pays d'auray Pays de Lorient Pays de Ploermel Pays de Pontivy Pays de Vannes L Agrément qualité est minoritaire excepté sur le Pays de Pontivy où 60% des OASP détiennent un agrément qualité 8

9 Type d organisme Type d'organisme Types d'organisme par Pays (nomb re d'associations trop faible pour être significatif par Pays) 40% 35% 30% 25% 20% 36% 31% 18% Pays de Vannes Pays de Pontivy 26% 68% 40% 14% 13% 11% 15% 10% 5% 0% 10% Association 4% Association intermédiaire Organisme public Entreprise privée Entreprise privée sans salarié 0% Entreprise d'insertion Pays de Lorient 25% 36% 23% Pays d'auray 42% 40% 16% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Organisme public Entreprise privée Entreprise privée sans salarié Les organismes publics (CCAS) représentent 36% des répondants mais 68% sur le Pays de Pontivy, ce qui explique probablement le fort taux d agrément qualité sur ce territoire. Le Pays de Lorient se caractérise par un nombre élevé d entreprises privées, notamment des entreprises sans salarié 9

10 L activité des OASP sur l ensemble du département Répartition du nombre total d'heures réalisées en mode prestataire et mandataire en 2007 sur le département du Morbihan 70% 60% 63% 50% 40% 30% 25% 20% 10% 0% Assistance aux personnes âgées Entretien de la maison et travaux ménager 4% 3% Petits travaux de jardinage Assistance aux personnes handicapées 1% 1% Livraison de repas à domicile Soutien scolaire à domicile Mode prestataire = 60% du total des heures (96% des OASP) Mode mandataire = 40% du total des heures (22% des OASP) 10

11 L activité des OASP par Pays (1) Répartition des heures prestataires et mandataires 2007 sur le Pays d'auray Préparation de repas à domicile Assistance aux personnes handicapées Petits travaux de jardinage Assistance aux personnes âgées Entretien de la maison et travaux ménager 1% 2% 14% 30% 51% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Les Pays d Auray et Pontivy se distinguent par une part élevée de l activité provenant de l «Entretien de la maison et travaux ménagers» Viennent ensuite dans les 2 Pays l»assistance aux personnes âgées» et «Petits travaux de jardinage», ce dernier plus particulièrement développé sur le Pays d Auray Répartition des heures prestataires et mandataires 2007 sur le Pays de Pontivy Prestations de petit bricolage Aide à la mobilité et transport de personnes Préparation de repas à domicile Livraison de repas à domicile 1% 1% 2% 2% Petits travaux de jardinage 7% Assistance aux personnes âgées Entretien de la maison et travaux ménager 44% 44% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 11

12 L activité des OASP par Pays (2) Répartition des heures prestataires et mandataires 2007 sur le Pays de Ploermel Répartition des heures prestataires et mandataires 2007 sur le Pays de Lorient Préparation de repas à domicile 1% Garde d'enfants à domicile >3ans 1% Assistance aux personnes handicapées 1% Soutien scolaire à domicile 1% Livraison de courses à domicile 1% Garde d'enfants à domicile <3 ans 2% Petits travaux de jardinage 5% Activités qui concourent directement et exclusivement à coordonner et délivrer les services aux personnes 3% Entretien de la maison et travaux ménager 24% Petits travaux de jardinage 4% Assistance aux personnes âgées 67% Livraison de repas à domicile 4% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% Assistance aux personnes handicapées 9% Entretien de la maison et travaux ménager 25% Répartition des heures prestataires et m andataires 2007 sur le Pays de Vannes Assistance aux personnes âgées 52% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Préparation de repas à domicile 1% Assistance aux personnes handicapées Petits travaux de jardinage Entretien de la maison et travaux ménager Assistance aux personnes âgées 2% 3% 25% 67% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% Les Pays de Vannes, Ploërmel et Lorient ont une répartition plus proche de la moyenne départementale Le Pays de Lorient se distingue néanmoins par une part plus élevée d activité «Assistance aux personnes handicapées» et également «Garde d enfant de moins de 3 ans. On notera que ce dernier service est absent du Pays de Vannes. 12

13 L emploi, les fonctions occupées et les niveaux de qualification des personnels 13

14 Les ressources humaines Près de 1 intervenant sur 4 détient une qualification dans les OASP avec agrément qualité exerçant en mode prestataire Répartition des qualifications du secteur détenues en m ode prestataire DEAVS 29% BEPA Servi. aux pers. 20% Titre Assistant de vie aux familles 16% BEP CSS MC CAP Petite Enfance 7% 8% CAFAD CTF DETISF DPAS Agent d'accompagnement CAPA Milieu rural 5% 4% 3% 3% 2% 2% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% La VAE est mise en œuvre dans 37% des structures (DEAVS principalement, Titre Assistante de vie aux famille également, quelques diplôme d aide-soignant) 14

15 Les ressources humaines par Pays 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Répartition par Pays du nombre de salariés intervenants en mode prestataire 7% 24% 3% Pays d'auray Pays de Lorient Pays de Ploermel 7% 57% Pays de Pontivy Pays de Vannes 57% et 66% des intervenants, en mode prestataire et mandataire respectivement, travaillent sur le Pays de Vannes qui ne représentent que 30% des OASP. Ces derniers sont donc de taille beaucoup plus importante que les OASP des autres Pays du département. 70% 60% 50% 40% 30% 20% Répartition des heures mandataires réalisées en 2007 par Pays 29% 66% A l opposé, les Pays de Auray, Ploërmel et Pontivy se caractérisent par des OASP de petite taille en nombre d intervenants 10% 0% 2% 1% Pays d'auray Pays de Lorient Pays de Ploermel 2% Pays de Pontivy Pays de Vannes 15

16 Le fonctionnement du CESU 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 9% 91% Connaissez-vous le fonctionnement du CESU? 35% 65% Acceptez-vous les CESU préfinancés? Les OASP n ont eu qu exceptionnellement des CESU pré-financés. Les clients ne proposent pas ce moyen de paiement et leur utilisation pose des difficultés liées au coût et au délais de traitement. oui non 16

17 Éléments de diagnostic La couverture des besoins Le potentiel de développement des services aux personnes 17

18 La couverture des besoins (1) Indicateurs de couverture des besoins pour les personnes âgées Activité Assistance aux personnes âgées Nbre d'heures/pers de 65 ans et plus 2005 Nbre d'heures/pers de 80 ans et plus 2005 Morbihan 20,1 75,2 Pays d'auray 4,7 18,1 Pays de Lorient 10,1 39,1 Pays de Ploermel 2,9 10,8 Pays de Pontivy 4,4 18,5 Pays de Vannes 47,6 214,3 Activité Préparation des repas à domicile Nbre d'heures/pers de 65 ans et plus 2005 Nbre d'heures/pers de 80 ans et plus 2005 Morbihan 0,2 0,9 Pays d'auray 0,18 0,70 Pays de Lorient 0,07 0,26 Pays de Ploermel 0,03 0,10 Pays de Pontivy 0,17 0,71 Pays de Vannes 0,54 2,41 Activité Entretien de la maison et travaux ménagers Nbre d'heures/pers de 65 ans et plus 2005 Nbre d'heures/pers de 80 ans et plus 2005 Morbihan 8,1 30,5 Pays d'auray 8,1 30,9 Pays de Lorient 4,8 18,3 Pays de Ploermel 1,1 3,9 Pays de Pontivy 4,4 18,5 Pays de Vannes 17,9 80,5 Concernant l assistance aux PA, le Pays de Vannes offre 2 à 3 fois plus d heures par personne que la moyenne du 56. Les besoins sont a priori moins bien couverts dans les Pays de Ploërmel, Pontivy et Auray. Pour l entretien de la maison et les travaux ménagers, Vannes est également «sur-doté». Les Pays de Ploërmel, Pontivy et Lorient sont défavorisés. Pour la préparation de repas à domicile, l offre est faible partout et les besoins ne sont vraisemblablement pas couverts mais il se pose une question de solvabilisation Certains territoires restent peu accessibles ou peu rentables (prestations de quelques heures dans des zones isolées) 18

19 La couverture des besoins (2) La couverture des besoins de garde d enfants Enfants de 3 ans et plus Nombre heures 2007 prestataires et mandataires Enfants de moins de 3 ans % Nombre heures 2007 prestataires et mandataires % Morbihan % % Pays d'auray % 0 0% Pays de Lorient 25384,5 87% % Pays de Ploermel 0 0% 0 0% Pays de Pontivy 270 1% 0 0% Pays de Vannes % 0 0% La garde d enfants de moins de 3 ans existe exclusivement sur le Pays de Lorient. Ce Pays concentre également près de 90% des heures de garde d enfants de 3 ans et plus Raisons : Absence d offre sur les autres Pays? Moindre développement des autres modes de garde sur le Pays de Lorient (Crèches et assistantes maternelles)? 19

20 La couverture des besoins (3) La couverture des besoins d Assistance aux personnes handicapées Nombre heures 2007 prestataires et mandataires % Morbihan % Pays d'auray % Pays de Lorient % Pays de Ploermel 550 0% Pays de Pontivy 350 0% Pays de Vannes % Les heures d Assistance aux personnes handicapées se répartissent entre le Pays de Lorient et le Pays de Vannes, tandis que cette activité est quasi-absente dans les 3 autres Pays. 20

21 Le potentiel de développement d de l offre l de SAP dans le Morbihan (1) L aide aux personnes âgées Si l offre couvre bien les besoins aujourd hui globalement au niveau du 56, l évolution démographique attendue génèrera des besoins élevés L INSEE prévoit une progression de 74% entre 2005 et 2030 des 60 ans et plus, et un doublement des 80 ans et plus dans le Morbihan (très > à moy. régionale). Selon la CRAM, le Morbihan est le second département breton pour la croissance démographique et a les plus forts excédents migratoires pour les plus de 60 ans Concentration des PA au sud du département (2/3 des habitants de plus de 60 ans résident dans les Pays de Lorient, Vannes et Auray, et 65% des plus de 80 ans) et les territoires au nord sont les plus vieillissants (proportion > de 60 ans et +) Le potentiel est toutefois limité par le rythme de croissance future des dépenses d aide sociale des financeurs (CG, CRAM, caisses de retraites complémentaires) L offre doit cibler en priorité les territoires encore peu couverts et les besoins correspondant à des activités trop peu développées (livraison de courses, portage de repas à domicile, transport, garde de nuit, garde ponctuelle ) 21

22 Le potentiel de développement d de l offre l de SAP dans le Morbihan (2) Les services de confort aux ménages et familles Un plus faible potentiel de développement des services «de confort» au sud du département par rapport aux 5 dernières années, en raison d un développement récent de l offre privée et d une concurrence croissante La situation de crise économique fragilise en premier lieu les prestations de confort Le développement du CESU pré-financé serait une piste pour développer le recours à ces services, mais suppose des campagnes d information et de communication fortes 22

23 De nouveaux besoins identifiés Une récente étude du BIPE au niveau national identifie «des besoins auxquels il faut répondre» : Offre insuffisante sur la petit enfance Prestations «techniques» requérant des compétences ou un équipement spécialisé Services liés à la mobilité Besoin de sécurité et de sécurisation Le défi du progrès technique et l adaptation aux nouvelles technologies Réponse à l isolement et au déficit de lien social Réponse à la désertification des services publics en milieu rural Vers une demande de services à destination des adolescents? La demande des TPE s apparente à celle des ménages : informatique, nettoyage, sécurité, offres globales. 23

24 Et des services pour y répondre r susceptibles d émerger d ici d 2015 (BIPE) «services liés à la mobilité» «services liés à l évol. des modes de vie» : services facilitant l accès à l extérieur des publics fragiles prestations annexes au transport services facilitant la mobilité globale des personnes services offerts sur le lieu de travail (conciergerie d entreprise) services au domicile de gestion/simplification de la vie quotidienne services de bien être à domicile services liés à l usage des NTIC dans les cas de maladie vieillissement et perte d autonomie «services liés aux cycles de vie» services aux aidants familiaux services pour de nouvelles formes de collectivité (cohabitation d étudiants et seniors, cohabitation de seniors dans des appartements adaptés, notamment HLM ) services offerts en dehors du domicile dans de nouveaux lieux (centres d animation de jour pour personnes âgées ; crèches d entreprises ; crèche ou halte garderie dans les centres commerciaux, trains, lieux de spectacles ) «autres nouveaux services» Prestations techniques et services spécialisés liés à l usage de nouveaux matériaux et équipements dans l habitat (téléphonie, informatique, domotique, entretien de matériaux spécifiques) Réponse à la désertification des services publics en milieu rural (haltes garderies itinérantes, micro-crèches, livraison de colis postaux, prise en charge des démarches administratives, etc.) 24

25 2. Les enjeux identifiés - Le développement d des SAP - La professionnalisation et la formation 25

26 Des attentes exprimées es par les financeurs Un regroupement souhaité de structures Un besoin de renforcer la qualité de services, la professionnalisation des structures et des intervenants, l encadrement continuité de service 7j/7 et permanence téléphonique 24h/24, certification qualité, capacité à proposer rapidement un intervenant formé, à assurer la personne cliente de garder le même intervenant, à respecter les horaires et le planning prévu, à offrir un «standard» de qualité de service, etc.). Une volonté de renforcement du prestataire pour l intervention auprès de publics dépendants ou fragilisés et un recentrage souhaité des aides sur les publics les plus en difficulté Des contraintes de financement qui ont un effet pervers : Un recours complémentaire au mandataire pour des raisons financières, de la part de publics dépendants avec des plans d aides élevés Une diversification encouragée des services proposés 26

27 Le développement des SAP Les offres de services à développer Les leviers de développement Les freins à lever 27

28 Des besoins encore mal couverts à prendre en compte et des offres de service à renforcer Garde itinérante de nuit Garde d enfants en horaires atypiques et en complément d un mode de garde Aide temporaire aux personnes en sortie d hospitalisation Besoins liés à l isolement : portage de courses, portage de repas, transports et aides aux déplacements adaptés (ex. mini-bus pour les personnes dépendantes ) ; Animation spécifiques et de loisirs pour les personnes âgées. 28

29 Des leviers de développement d à trouver (1) Le CESU pré-financé reste peu distribué et mal connu. Le CESU bancaire est utilisé par les particuliers employeurs mais présente des risques importants par rapport aux obligations d employeurs que certains usagers ignorent le licenciement économique par exemple lorsque l usager décède ; le coût de la formation du salarié doit être avancé par l employeur ; un risque de décalage entre la qualification de l intervenant et les besoins lorsque la dépendance de l usager augmente. L information sur le CESU doit donc être développée (et certains «freins» levés) 29

30 Des leviers de développement d à trouver (2) De nouveaux services complémentaires à créer Le plan II de développement des SAP offre de nouvelles opportunités : aide aux aidants familiaux, audit éco-habitat, prévention des accidents de la vie courante au domicile, assistance informatique à distance Le BIPE identifie 5 facteurs d accélération du développement des SAP L offre de bouquets de service et d offres globales Le développement du prépaiement La banalisation du service avec l arrivée de nouveaux modes de distribution L acceptation du prix Variable selon le type de service, l urgence La gestion sous mode prestataire Préférence des financeurs pour ce mode pour l aide à domicile. Le mandataire a fait ses preuves seulement pour le soutien scolaire. 30

31 Des freins au développement des SAP Selon l étude du BIPE L acceptation par les bénéficiaires de la «valeur» (donc du juste prix) du service Le développement en milieu rural, plus lent L exigence, de la part des ménages, de prestations de services «n importe quand, à n importe quelle heure» Ne pas transformer le domicile en «hall de gare» Problèmes de professionnalisation, de recrutement et de stabilité des personnels Problème de concurrence et de frontière avec l artisanat Fiabilisation des technologies de l information (NTIC) pour les services liés aux nouvelles technologies Problèmes liés à la mono-activité (favorisée par le dispositif Borloo) Manque de visibilité des grandes marques Des marges de manœuvre qui restent limitées dans certaines zones, où la rentabilité des activités et le «modèle économique» restent à trouver? 31

32 La professionnalisation et la formation Le développement des qualifications La revalorisation des métiers Les besoins de formation Les besoins d accompagnement identifiés 32

33 Augmenter les niveaux de qualification Les niveaux de qualification des personnels restent dans l ensemble insuffisants Choix des OASP d employer du personnel qualifié seulement pour les services relevant de l agrément qualité. Des difficultés de recrutement qui semblent diminuer, sauf profils «pointus» : AVS, garde d enfants, encadrante, intervenante auprès de personne handicapée Certaines structures récemment créées ont encore peu de personnel qualifié Le coût du personnel qualifié augmente le coût du service Le niveau de l encadrement intermédiaire reste peu développé Mais il devient indispensable au fur et à mesure que la structure se développe. Cela demande également des compétences de coordination. Un enjeu spécifique : la formation des bénévoles Les associations d aide à domicile deviennent de véritables entreprises qu il faut pouvoir gérer... 33

34 Favoriser la reconnaissance de ce secteur et de ses intervenants La nécessité de pourvoir de «vrais emplois», audelà de postes «émiettés» et à temps très partiel Malgré la possibilité d un TP choisi par de nombreuses intervenantes Des initiatives intéressantes à valoriser et promouvoir, pour «dé-précariser» ces métiers Une problématique spécifique à prendre en compte : l isolement des intervenants à domicile, qui nécessite souvent des aptitudes de «travailleur indépendant» Des enjeux forts de revalorisation des métiers Comment améliorer la perception de l image des métiers de services aux personnes par la société (acteurs de l orientation, grand public, etc.) mais aussi de leur propre image par les salariés du secteur? Au-delà de l image, quelle reconnaissance salariale de la qualification et de la compétence? 34

35 Des besoins de formation (1) La formation reste peu mise en œuvre, hormis des formations très courtes et/ou internes à l OASP Problème de financement, de coût ou de manque à gagner (effet sur le chiffre d affaires). mais aussi d organisation, ou lié au manque de volonté des intervenantes pour se former La question spécifique de la formation des personnes employées en gré-à-gré ou en mandataire reste posée 35

36 Des besoins de formation (2) Les besoins de formation cités sont très divers : La maladie d Alzheimer et les personnes désorientées La gestion du deuil et l encadrement psychologique des intervenants Nutrition, préparation et équilibre des repas, diététique Techniques d entretien, ménage, repassage. Gestes et postures Le relationnel, le comportement avec la personne âgée Hygiène et sécurité 36

37 Des besoins d accompagnement (1) Dispositif d accompagnement Thetis de l ANSP avec l ANACT et les DLA pour le soutien à la modernisation des structures agréées 4 objectifs Organisation et gestion de la production de service Conditions d exercice des métiers Gestion des ressources humaines et GPEC Certification de service Des démarches qui démarraient pour la plupart au moment de l enquête 37

38 Des besoins d accompagnement (2) Des difficultés identifiées Un manque d encadrants intermédiaires L équilibre économique semble encore fragile, et les structures ne peuvent souvent pas s engager à recruter des personnes en CDI In fine, cela revient à laisser peser sur les salariés le risque et la précarité Persistance de nombreux emplois partagés entre de multiples employeurs, d emplois précaires, sous différents statuts (prestataire, mandataire, gré-à-gré) Cela va à l encontre de la volonté des financeurs de réduire le nombre d employeurs, et de la professionnalisation : «personne ne se sent responsable et personne n encourage les salarié(e)s à se former» 38

39 3. Premières res orientations et pistes de réflexionr 39

40 Axe 1- Accompagner le développement des services aux personnes Favoriser à court terme le développement de services peu présents aujourd hui (au regard de la demande) mais susciter aussi la réflexion autour des nouveaux services susceptibles d émerger à moyen terme (politique d offre) Favoriser la connaissance et l utilisation du CESU Soutenir le rapprochement des structures et la réduction de leur nombre pour favoriser leur professionnalisation et la qualité de service Informer sur les risques de vouloir créer son propre emploi : trop de créateurs unipersonnels Accompagner les créateurs en favorisant la connaissance des offres de service (conseil stratégique, commercial, développement) 40

41 Axe 2- Soutenir la professionnalisation des structures et de leurs salariés (1) Favoriser la professionnalisation et la formation des managers, en mobilisant les outils existants ACCRE ; Thetis / DLA (individuels ou collectifs). Développer la professionnalisation et le renforcement des niveaux d encadrement intermédiaire ou de proximité Favoriser la reconnaissance des qualifications des intervenants (notamment via la VAE, en ciblant une certification ou un diplôme) Mener des actions permettant de valoriser les métiers des services aux personnes ces métiers contribuent au maintien du lien social Sensibiliser les employeurs sur la nécessité d augmenter le temps de travail et d éviter la précarisation des emplois. 41

42 Axe 2- Soutenir la professionnalisation des structures et de leurs salariés (2) Favoriser l accès des salariés à la formation Engager une réflexion pour «lever les obstacles» à la formation (notamment pour salariés intervenant en mandataire ou gré-à-gré et les salariés à temps partiel) Informer les employeurs sur les mécanismes de financement et de prise en charge existants Etudier les possibilités d aides incitatives aux employeurs qui acceptent de former leurs salariés hors temps de travail Prendre en compte les besoins de formation complémentaire des personnes ayant engagé un parcours VAE et n ayant obtenu que des validations partielles 42

43 Axe 3- Favoriser la concertation et la mutualisation des bonnes pratiques Soutenir l information sur les réseaux existants (ex. CCI) Favoriser la diffusion et la mutualisation de bonnes pratiques (via le comité départemental des SAP) Elargir le comité départemental des SAP au-delà des acteurs institutionnels, aux entreprises et OASP, organisations représentatives des salariés Mettre en place une commission départementale du dialogue social sur les SAP qui pourrait intervenir sur 2 axes : professionnalisation et formation, conditions de travail & risques professionnels 43

44 Quelques «bonnes pratiques» identifiées (1) Le soutien et la solvabilisation de la demande : le développement du CESU Actions mises en œuvre par les émetteurs de CESU pour favoriser sa connaissance et sa diffusion auprès des «financeurs» (directions d entreprises, comités d entreprises) et des salariés Actions des associations de comités d entreprises pour «lever les freins» et favoriser l utilisation Actions plus générales d information en amont sur le CESU mais aussi plus généralement sur le développement des nouveaux SAP (Plan 2 de développement) 44

45 Quelques «bonnes pratiques» identifiées (2) Le regroupement ou la mutualisation de services ou de salariés Création de plateformes, groupements d employeurs Permet de mutualiser des fonctions support (ex. direction, comptabilité/gestion, etc) Favorise la complémentarité des offres de service (groupement de moyens), une meilleure réponse à la clientèle Répond aux attentes des financeurs (structuration de l offre) Permet une meilleure identification auprès des candidats potentiels en organisant des manifestations communes 45

46 Quelques «bonnes pratiques» identifiées (3) La professionnalisation et la formation Les accords de modulation du temps de travail : gérer les fluctuations ou la saisonnalité de l activité ; assurer aux salariés un niveau minimum garanti de temps de travail (et de ressources) Le développement de parcours d insertion et de qualification : intégration puis formation en alternance vers les métiers de l aide à domicile Le tutorat, pour favoriser l intégration des nouveaux salariés La VAE et l accès à la certification 46

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

Services à la personne: Un champ contraint pour un système d information morcelé. Philippe Rodriguez 20 octobre 2011

Services à la personne: Un champ contraint pour un système d information morcelé. Philippe Rodriguez 20 octobre 2011 Services à la personne: Un champ contraint pour un système d information morcelé Philippe Rodriguez 20 octobre 2011 Déroulé de la présentation Contexte Les enjeux Le plan «Borloo» les activités concernées

Plus en détail

Métiers et formations de l aide à domicile

Métiers et formations de l aide à domicile 1 Métiers et formations de l aide à domicile S informer pour devenir un professionnel de l aide à domicile CONFERENCE EMPLOI Mardi 27 Septembre 2011 Médiathèque André Malraux - BEZIERS 2 1 Services à la

Plus en détail

Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif. Présentation du 7 mars 2012

Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif. Présentation du 7 mars 2012 Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif Présentation du 7 mars 2012 Rappel de la méthodologie Nous avons réalisé : 5 groupes de 3 heures (7-10 personnes)

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL DU 12 OCTOBRE 2007

ACCORD PROFESSIONNEL DU 12 OCTOBRE 2007 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel SERVICES À LA PERSONNE ACCORD PROFESSIONNEL DU 12 OCTOBRE 2007 RELATIF AU CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

L Enseigne CNP Services à la personne

L Enseigne CNP Services à la personne «Profession: Faciliteur de vie» Laboratoire Assurance Banque Offres de services à la personne Impact des services à la personne sur le marketing-mix mix L Enseigne CNP Services à la personne Christophe

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

- Jeudi 1 er mars 2012 - Halle aux Toiles, Alençon

- Jeudi 1 er mars 2012 - Halle aux Toiles, Alençon Journée PRISME Les Métiers des Services A la Personne - Jeudi 1 er mars 2012 - Halle aux Toiles, Alençon Interventions de : Catherine CHÂTEAU Attachée d administration (UT 61 de la DIRECCTE) Tél. : 02

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Le secteur du particulieremployeur. services à la personnes. 29/02/2012 titre de la présentation

Le secteur du particulieremployeur. services à la personnes. 29/02/2012 titre de la présentation Le secteur du particulieremployeur dans le champ des services à la personnes 1 29/02/2012 titre de la présentation Le secteur du particulier employeur dans le champ des SAP Le particulier employeur est

Plus en détail

Enquête «emploi formation» auprès des structures agréées des services à la personne dans le Var

Enquête «emploi formation» auprès des structures agréées des services à la personne dans le Var Enquête «emploi formation» auprès des structures agréées des services à la personne dans le Var Août 2011 Enquête «emploi formation» Raison Sociale :... Enseigne :... (Si différente de la raison sociale)

Plus en détail

la référence du service à la personne Février 2012

la référence du service à la personne Février 2012 L ADMR la référence du service à la personne Février 2012 1 L ADMR, la référence du service à la personne 1 er opérateur associatif au service des personnes Depuis plus de 65 ans, le quotidien de nos clients

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCES D ENTREPRISES SUR UNE ACTION COMPÉTENCES ET DÉVELOPPEMENT DANS LES SERVICES À LA PERSONNE JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010

RETOUR D EXPÉRIENCES D ENTREPRISES SUR UNE ACTION COMPÉTENCES ET DÉVELOPPEMENT DANS LES SERVICES À LA PERSONNE JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010 RETOUR D EXPÉRIENCES D ENTREPRISES SUR UNE ACTION COMPÉTENCES ET DÉVELOPPEMENT DANS LES SERVICES À LA PERSONNE JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010 Ordre du jour Rappel de l action Nathalie Roux et Stéphanie Gobert,

Plus en détail

Café réseaux mardi 15 avril 2008. Maintien à domicile, services à la personne et réseaux de santé

Café réseaux mardi 15 avril 2008. Maintien à domicile, services à la personne et réseaux de santé Café réseaux mardi 15 avril 2008 Maintien à domicile, services à la personne et réseaux de santé Maintien à domicile et SAP 1 maintien à domicile Le contexte Les enjeux L organisation 2 services à la personne

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Observation du territoire Parisien

Observation du territoire Parisien Observation du territoire Parisien Les services à la personne Septembre 2007 Le marché des services à la personne à Paris en 2005 A Paris, en 2005, 80,8 % du marché total des services à la personne en

Plus en détail

La classe de Seconde Pro

La classe de Seconde Pro La classe de Seconde Pro Cette classe de seconde est une formation professionnalisante. L architecture de la formation proposée témoigne de l importance particulière donnée à la formation professionnelle.

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

Agence nationale des services à la personne

Agence nationale des services à la personne Agence nationale des services à la personne CCI du Morbihan Bilan du secteur des services à la personne Marie-Pierre Le Breton 22 mars 2011 Le développement de l activité L offre des organismes agréés

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir 1. Introduction : - par Marie Béatrice Levaux, présidente de la FEPEM 2. Chiffres et données clés :

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

Salon des services à la personne

Salon des services à la personne Salon des services à la personne Le Salon des services à la personne 3 ème édition Conférence La professionnalisation, un enjeu de taille dans le secteur des Services à la personne Organisée par MERCI+

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque. Le services à la personne à domicile

Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque. Le services à la personne à domicile Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque Le services à la personne à domicile Le Plan Borloo Engager les entreprises dans le développement des services

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Cesu préfinancé : Découvrez ses nombreux avantages

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Cesu préfinancé : Découvrez ses nombreux avantages AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE Cesu préfinancé : Découvrez ses nombreux avantages Le Cesu préfinancé, qu est-ce que c est? Le Chèque emploi service universel préfinancé, ou Cesu préfinancé,

Plus en détail

Services à la personne : mesure des emplois actuels, et potentiels

Services à la personne : mesure des emplois actuels, et potentiels Services à la personne : mesure des emplois actuels, et potentiels Ateliers prospectifs SERVICES À LA PERSONNE CBE Lille Métropole Thierry FABRE, Vice-Président Associé BIPE 19 Avril 2011 BIPE 2010 Les

Plus en détail

Les Services à la Personne dans la Vienne

Les Services à la Personne dans la Vienne Les Services à la Personne dans la Vienne Journée des Services à la Personne Mardi 2 décembre 2014 mission OREF Les Services à la Personne (SAP) 21 activités Les services à la vie quotidienne ménage, repassage,

Plus en détail

LE L E CH C E H Q E U Q E U E EM E PL P O L I O SE S R E V R I V CE C E UN U I N VE V R E S R E S L E Logo financeur

LE L E CH C E H Q E U Q E U E EM E PL P O L I O SE S R E V R I V CE C E UN U I N VE V R E S R E S L E Logo financeur LE CHEQUE EMPLOI SERVICE UNIVERSEL Le CESU pour quoi? Aider les familles, les salariés dans leur quotidien avec des solutions pratiques et concrètes. Maintenir les personnes âgées à leur domicile et respecter

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

L offre à domicile en Seine-Saint-Denis Enjeux et perspectives. Présentation à la conférence de territoire du 28 janvier 2015

L offre à domicile en Seine-Saint-Denis Enjeux et perspectives. Présentation à la conférence de territoire du 28 janvier 2015 L offre à domicile en Seine-Saint-Denis Enjeux et perspectives Présentation à la conférence de territoire du 28 janvier 2015 Soutenir le choix du domicile : une problématique pour les Départements Une

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Marie-Claire SEPULCHRE, Marie JENNEQUIN (FESAD) Namur, le 16 mai 2013 1

Marie-Claire SEPULCHRE, Marie JENNEQUIN (FESAD) Namur, le 16 mai 2013 1 Comment l évolution des modes de subvention des pouvoirs publics modifie-t-elle la gestion de l activité des services et la relation aux usagers? L'expérience du secteur de l'aide à domicile Marie-Claire

Plus en détail

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des Professionnaliser les médiateurs sociaux par la validation des acquis de l expérience (VAE) MÉDIATEUR SOCIAL un métier de contact, un intervenant social de proximité sur un territoire déterminé Acteur

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

2 Professionnaliser les structures et développer les compétences collectives...8 2.1 Synthèse...8 2.2 Des illustrations...9 2.3 Des orientations...

2 Professionnaliser les structures et développer les compétences collectives...8 2.1 Synthèse...8 2.2 Des illustrations...9 2.3 Des orientations... ! " #$ % &'%! 1 Le contexte du secteur...4 1.1 Repositionner l offre associative face à la concurrence...4 1.2 Mieux connaître les besoins des publics...5 1.3 Développer des activités nouvelles et cibler

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

Les intervenants à domicile

Les intervenants à domicile Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Les intervenants à domicile Guy DECLOQUEMENT Direction des affaires financières, de la prévention et de la santé 14 rue Jeanne

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 25 février 2005 portant création du CAP PE modifié par l arrêté du 22 novembre 2007 modifiant la réglementation d examen.

CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 25 février 2005 portant création du CAP PE modifié par l arrêté du 22 novembre 2007 modifiant la réglementation d examen. CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 25 février 2005 portant création du CAP PE modifié par l arrêté du 22 novembre 2007 modifiant la réglementation d examen. SOMMAIRE La finalité Compétence globale du CAP petite

Plus en détail

Lycée des Métiers Jean Monnet

Lycée des Métiers Jean Monnet Lycée des Métiers Jean Monnet Les Métiers de la Santé Le secteur sanitaire et social est particulièrement pourvoyeur d'emplois, c est donc une piste à prendre en considération lors de l'orientation. Terminale

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Tout. Particulier employeur. savoir. sur le. Cesu. L essayer, c est l adopter! Février 2014. www.cesu.urssaf.fr

Tout. Particulier employeur. savoir. sur le. Cesu. L essayer, c est l adopter! Février 2014. www.cesu.urssaf.fr Particulier employeur Tout savoir sur le Cesu L essayer, c est l adopter! Février 2014 Le Cesu l essayer, c est l adopter! Qui n a pas eu un jour envie d une aide pour le ménage, les devoirs des enfants,

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR

PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Eurocommerce 15-09-2009 Sommaire Le contexte en France et pour le groupe Carrefour Présentation

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» M.LOUVION - IEN SBSSA académie de Lille - Février 2011

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» M.LOUVION - IEN SBSSA académie de Lille - Février 2011 Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» M.LOUVION - IEN SBSSA académie de Lille - Février 2011 Sommaire Contexte de création Voie générale et technologique ou voie

Plus en détail

- Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION

- Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION - Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION PRÉAMBULE Le secteur des services à la personne a connu une croissance très rapide

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras.

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras. REGION AQUITAINE. Coutras. Cadillac Ste Foy La Grande. La Réole.. Bazas Enjeux Formation Emploi 2015 --------------------------- Zone d'animation Territoriale Libournais - Sud Gironde 1/6 Direction de

Plus en détail

!!! Formes d emploi et de travail atypiques!! Pour mutualiser les ressources humaines? # Avec quels effets?# # 02/10/2012!!!!!

!!! Formes d emploi et de travail atypiques!! Pour mutualiser les ressources humaines? # Avec quels effets?# # 02/10/2012!!!!! www.aravis.aract.fr Formes d emploi et de travail atypiques Pour mutualiser les ressources humaines? # Avec quels effets?# # 02/10/2012 N 1 Atelier 1- avril 2012 3 exemples de formes d emploi et de travail

Plus en détail

Comment appréhender la réforme qui donne à l entreprise l obligation de former ses salariés? 17 mars 2015

Comment appréhender la réforme qui donne à l entreprise l obligation de former ses salariés? 17 mars 2015 Comment appréhender la réforme qui donne à l entreprise l obligation de former ses salariés? 17 mars 2015 Il s agit d une réforme globale qui crée le mouvement à tous les niveaux L individu : avec la mise

Plus en détail

MOT D OUVERTURE DU FORUM METIERS ET PROFESSIONNALISATION DANS LES SAP (Lycée professionnel de Port-Louis le 21/02/2011)

MOT D OUVERTURE DU FORUM METIERS ET PROFESSIONNALISATION DANS LES SAP (Lycée professionnel de Port-Louis le 21/02/2011) MOT D OUVERTURE DU FORUM METIERS ET PROFESSIONNALISATION DANS LES SAP (Lycée professionnel de Port-Louis le 21/02/2011) Permettez-moi d ores et déjà de vous dire tout le plaisir que j ai de me retrouver

Plus en détail

Les emplois dans les services à la personne

Les emplois dans les services à la personne Les emplois dans les services à la personne Etat des lieux du suivi statistique Dares CNIS - 17 septembre 2010 Dares () Les services à la personne CNIS - 17 septembre 2010 1 / 23 Plan de la présentation

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 2 Structure de droit privé gérée par

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Créer son entreprise dans les services à la personne : démarches d méthodologies

Créer son entreprise dans les services à la personne : démarches d méthodologies Créer son entreprise dans les services à la personne : démarches d et méthodologies 2007 1 Une activité réglementée 2007 2 21 activités de services à la personne; Agrément simple(facultatif) ou qualité

Plus en détail

La garde des enfants au domicile des parents

La garde des enfants au domicile des parents La garde des enfants au domicile des parents La garde à domicile, Ce mode d accueil consiste à faire intervenir un salarié à votre domicile pour la garde de votre enfant. Vous pouvez avoir recours à ce

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf.

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf. Particulier employeur Juin 2012 Tout savoir sur le Cesu [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! Le Chèque emploi service universel (Cesu) L essayer, c est l adopter! Qui n a pas

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

CESU : Généralités. Rappel historique : CES, TES, CESU. Pourquoi un nouveau CESU? Quels avantages?

CESU : Généralités. Rappel historique : CES, TES, CESU. Pourquoi un nouveau CESU? Quels avantages? CESU : Généralités Rappel historique : CES, TES, CESU le Chèque Emploi Service Universel fait partie du plan Borloo, il est destiné à développer l emploi dans le domaine de l aide à la personne. Il remplace

Plus en détail

LES ORGANISMES AGREES AU 31.12.2010

LES ORGANISMES AGREES AU 31.12.2010 Les dossiers de l'osap LES ORGANISMES AGREES AU 31.12.2010 page Le paysage des organismes agréés sur le Chalonnais 2 Selon le statut juridique 2 Selon l'agrément 2 Selon le mode de gestion 3 Evolution

Plus en détail

Diagnostics, accompagnements et appui RH

Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics et accompagnements Prestations de conseil financées à 100% par le Fafih Pour des entreprises de 1 à 250 salariés Assurées par des cabinets spécialisés

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 RECRUTER un collaborateur handicapé Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous pouvez bénéficier Les clés pour

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé

Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé BAC PRO ASSP Première et Terminale Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé Options en structure et à domicile Auteurs : Löetitia CARRERA Nathalie DAVID Christophe RAGOT Anita

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne Ce questionnaire est aussi disponible en ligne sur le site : www.handirhoneservices.org Ou par flash code : Vous pouvez être aidé au remplissage par téléphone au : 06 52 16 34 84 Enquête sur les attentes

Plus en détail