DIAGNOSTIC Situation et évolution de la filière Bâtiment Travaux Public du territoire de la MDEM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC Situation et évolution de la filière Bâtiment Travaux Public du territoire de la MDEM"

Transcription

1 Fiche thématique MDEM 02/2014 DIAGNOSTIC Situation et évolution de la filière Bâtiment Travaux Public du territoire de la MDEM Avec la participation de

2 2 ÉDITO Après une longue période de dynamisme de plus de 10 ans, force est de constater que, depuis 2009, l activité de la filière BTP a beaucoup ralenti. Les employeurs de ce secteur sont confrontés à des difficultés économiques grandissantes qui conduisent, sur le champ de l emploi, à une situation de plus en plus complexe. Il est aussi difficile d assurer le maintien des salariés que de recruter de nouveaux collaborateurs. L union fait la force et, devant l urgence de la situation, la Maison de l Emploi de Marseille a pris l initiative de réunir le Service Public de l Emploi et les professionnels de la filière afin de mieux appréhender, ensemble, les difficultés auxquelles les employeurs du BTP sont confrontés. Nous avons souhaité que ce diagnostic soit une coproduction. Je salue et remercie chaleureusement l ensemble des acteurs impliqués dans ce document. Leurs contributions très riches nous ont permis de produire un diagnostic quantitatif et qualitatif de qualité, enrichi de témoignages parlants et percutants. Les problématiques emplois et les pistes potentielle de travail y sont bien identifiées. Ce diagnostic n est pas une fin en soi. Je souhaite qu il marque le début de la construction collective d un plan d action partagé qu il nous appartiendra collectivement de mettre en place pour soutenir l emploi dans ce secteur. Jacques ROCCA SERRA Président de la Maison de l Emploi de Marseille.

3 Sommaire ÉDITO...02 Organisation et définition des filières du BTP Construction, - Services Connexes, - Activités Indirectes. Ce qu il faut retenir...05 PARTIE 1 CARACTÉRISTIQUES ET SITUATIONS DES ENTREPRISES Les établissement de la construction Près de établissements dans le secteur de la Construction - Une forte présence des établissements du secteur des Travaux de définition 64 % des établissements n ont aucun salarié 2. La création d entreprises En un an, un recul des créations d activité dans le secteur de la Construction 3. Les entreprises artisanales Plus de entreprises artisanales du BTP 45 % des entreprises créées ferment avant 2 ans PARTIE 2 CARACTÉRISTIQUES ET ÉVOLUTION DE L EMPLOI L emploi salarié privé Plus de emplois dans le secteur de la Construction Le Second œuvre est le 1 er employeur du secteur de la Construction. Entre 2007 et 2011, un recul de 900 emplois dans la Construction 2. Emploi interimaire L emploi intérimaire recule entre 2011 et Les mouvements de main d œuvre En 2012, le turn-over s établit à 22 % - Une majorité d entrées en CDI 4. Déclaration unique d embauche Un légère hausse des Déclarations Unique d Embauche (DUE), grâce aux CDD de moins d un mois - Plus de la moitié des DUE du BTP concernent les Autres travaux spécialisés - Les DUE émanent essentiellement de petites entreprises, à l exeption de Génie Civil - Une quasi exclusion des femmes, mais une diversité des classes d âge > Les nouvelles normes environnementales comme leviers de croissance dans le BTP Construction du CERC PACA, Cellule Économique Régionale de la Construction Provence -Alpes-Côte-d Azur > Interviews de professionnels du secteur du BTP Le développement de la formation comme levier de recrutement pour les entreprises (témoignage de CONSTRUCTYS) - Les nouvelles normes comme levier de croissance pour les entreprises (témoignage de la CAPEB) - L apprentissage, un outil efficace pour répondre aux exigences de qualification des entreprises artisanales du BTP (témoignage de la CMA13) - Le BTP, secteur très sensible aux politiques économiques (témoignage de la fédération BTP2013)

4 4 DÉFINITION DES NIVEAUX DE FILIÈRE DU BTP La Maison de l Emploi de Marseille a défini les contours de la filière du Bâtiment et des Travaux Publics autour de 3 grands types d activités. Si le secteur de la Construction est central, le BTP s étend également à des services directs et indirects. CONSTRUCTION (cœur de la filière du BTP niveau 1) : > Le gros-œuvre : La construction de maisons et de bâtiments, La démolition et la préparation de site (terrassement, forage et sondage ), > Les travaux de finition/second œuvre : Le second œuvre (installation électrique, d eau et de gaz, installation d équipements thermiques et de climatisation, travaux d isolation ), Les travaux de finition (travaux de plâtrerie, de menuiserie, de revêtement des sols et des murs, de peinture et vitrerie, d agencement de lieux de vente ), Les autres travaux spécifiques (travaux de charpente, de couverture, d étanchéification, de montage de structures métalliques, de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment ). > Les travaux publics : Le génie civil (construction de voiries, de réseaux électriques et de télécommunications, d ouvrages d art, d ouvrages maritimes et fluviaux ), LES SERVICES CONNEXES À LA CONSTRUCTION (niveau 2) > La conception (activités d architecture et de géomètre, études et assistance à la mise au point de projets de construction, assistance à maîtrise d ouvrage ) comprenant également les activités combinées de soutien liées aux bâtiments (nettoyage, gardiennage et sécurité ), > Et les services opérationnels (la location de grues et d autres matériels de construction avec opérateur ou sans opérateur ; la location échafaudages et platesformes de travail sans montage ni démontage ). LES ACTIVITÉS INDIRECTES LIEES À LA CONSTRUCTION (niveau 3) > La commercialisation et le commerce de gros (intermédiaires du commerce en bois et matériaux de construction, commercialisation de machines pour l extraction, la construction et le génie civil ; de bois et de matériaux de construction ; d appareils sanitaires et de produits de décoration, de quincaillerie, de fournitures pour la plomberie et le chauffage ), > L extraction (de pierres ornementales et de construction, de calcaire industriel, de gypse, de craie et d ardoise, de gravières et sablières, d argiles et de kaolin ), > La fabrication de matériaux (charpente, peinture, verre, béton, de serrure, portes et fenêtres en métal, fils et câbles électroniques ou électriques ), > Les activités de l immobilier (promotion immobilière de logements, bureaux ou autres bâtiments, supports juridiques de programmes, agences immobilières ), > Et l ingénierie (ingénierie et études techniques). SYNTHÈSE SUR LES ÉLÉMENTS CHIFFRÉS UNE FORTE PRÉSENCE DE LA FILIÈRE DANS LE NORD ET L EST DE MARSEILLE Le territoire de la Maison de l Emploi de Marseille, qui comprend les villes de Marseille, Allauch, Plan-de- Cuques et Septèmes-les-Vallons, compte près de établissements 1 au sein de la Construction, cœur de filière du BTP. Ces établissements sont plus présents dans les 11 ème, 13 ème, 14 ème et 15 ème arrondissements de Marseille, avec une forte spécialisation pour le 15 ème arrondissement (960 établissements à lui seul). Ils n ont en majorité aucun salarié (64 %), C est un peu moins que pour tous secteurs confondus (66 %). L artisanat est fortement représenté dans le secteur de la Construction. Au 1er janvier 2013, la Chambre des Métiers et de l Artisanat des Bouches-du-Rhône recense entreprises artisanales au sein du territoire MDEM (hors Septèmes-les-Vallons), comprenant plus de salariés. Il s agit donc d entreprises de petite dimension (66 % n ont aucun salarié). 36 % des entreprises artisanales appartiennent au secteur du Terrassement-travaux divers et 25 % à l Aménagement-finition. Ces entreprises se révèlent plutôt fragiles (45 % ferment dans les 2 ans après leur création), et plus particulièrement les activités d Aménagement-finition (54 % ferment dans les 2 ans). Concernant l emploi, en 2011, la filière de la Construction comprenait emplois salariés privés au sein du territoire de la MDEM. Le Second Œuvre était le premier employeur de la filière avec 34 % des emplois, puis les Autres travaux spécialisés (23 %), les Travaux de finition (20 %), le Gros Œuvre (14 %) et enfin le Génie Civil (8 %). 62 % des emplois étaient concentrés à l Est (9 ème, 10 ème, 11 ème arr.) et dans le Nord de Marseille (14 ème, 15 ème et 16 ème arr.).

5 DES TENDANCES ÉCONOMIQUES PLUTÔT DÉFAVORABLES En 2013, dans les Bouches-du-Rhône, le marché du BTP semble connaitre un recul d activité. Selon la Fédération du BTP 13, en juin 2013, les logements autorisés enregistrent une baisse de 4 % sur un an, qui concerne uniquement les logements individuels (-12 % contre 0 % pour les logements collectifs). Les logements commencés ont connu quant à eux une baisse de 20% sur un an (-29% pour le logement individuel et -16 % pour le logement collectif). Toujours selon la Fédération du BTP 13, la demande d emploi (cat. ABC) a progressé de 9.4 % ( demandeurs d emploi) entre les 2 ème trimestres 2012 et En un an, l emploi intérimaire a chuté de 9.1 % (-409 emplois en équivalent temps plein). La création d activité du secteur de la Construction a connu une baisse entre 2011 et 2012 (-6 % à Marseille), à un rythme cependant moins rapide que sur l ensemble des secteurs d activités (-8 %). Seules les créations sous le statut d auto-entreprise continuaient de progresser (+5 %), alors qu elles reculaient pour l ensemble des secteurs d activités (-4 %). L emploi salarié connait également un recul important. Entre 2007 et 2011, l emploi salarié privé du secteur de la Construction a enregistré une baisse de 5.7 % (-913 emplois), alors que la tendance était à la hausse pour le reste du département (+2.4 %), portée notamment par la bonne dynamique de la zone d emploi d Aix-en-Provence. Au sein du territoire de la MDEM, deux secteurs étaient particulièrement touchés et perdaient des emplois à un rythme nettement plus rapide que dans le reste du département. D une part, Les Autres travaux spécialisés (-18.5 % soit -801 emplois contre -3.1 % dans le reste des BDR), notamment les Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment (-944 emplois). Et d autre part, des Travaux de finition (-9.5 % soit -312 emplois salariés privés contre -4.9 % dans le reste de BDR), notamment les Travaux de peinture et vitrerie (-158 emplois). A l inverse, le Génie Civil créait des emplois (+131 emplois), ainsi que la Construction de maisons et bâtiments (+119 emplois). 5 BESOINS EN FORMATION : S ADAPTER AU MARCHÉ ET AU RENOUVELLEMENT DE MAIN D ŒUVRE Dans un contexte de ralentissement de l activité économique, de concurrence accrue et d émergence de nouveaux marchés, les entreprises du BTP ont besoin de s adapter rapidement et d être performantes. La formation est un atout majeur pour faire face à ces exigences. En 2012, la Fédération du bâtiment de la région PACA a réalisé une étude auprès de 98 entreprises du BTP sur leurs besoins en formation 2. On notera que l enquête a sélectionné plutôt des corps de métiers susceptibles d être davantage concernés par le Grenelle de l environnement. Outre les difficultés économiques du secteur et l émergence de nouveaux marchés, la Fédération du BTP identifiait également une tension sur certains métiers (plus d un projet de recrutement sur deux est jugé difficile), une pyramide des âges des salariés vieillissante et un important turn-over. Ainsi la formation aurait comme utilité de répondre aux évolutions du marché et aux évolutions techniques, mais aussi aux besoins de renouvellement de la main d œuvre. Autre point mis en avant par les entreprises de la région, un manque de lisibilité sur les besoins régionaux à court et moyen terme. Les entreprises interviewées considéraient la formation comme le principal vecteur d adaptation aux évolutions de leur environnement et 45% ont élaboré un plan de formation. A partir de 20 salariés, 69% des entreprises montaient un plan de formation. Les plus investies étaient les Entreprises Générales et le Génie climatique. Les moins investies les entreprises de moins de 10 salariés, le secteur de la Maçonnerie-Gros Œuvre et de la Couverture-Etanchéité. Les difficultés exprimées quant à l accès à la formation étaient notamment le manque de temps et une offre de formation peu lisible. Par publics, les besoins en formations étaient différents : - Chefs d entreprises : gestion et stratégie - Encadrement intermédiaire : organisation de chantiers, évolution des marchés - Administratif : dématérialisation des marchés publics - Bureaux d études et Compagnons : réglementations Autre besoin en formation identifié en 2012, la lutte contre l illettrisme et l accès aux savoirs de base. 52 % des entreprises interrogées déclaraient rencontrer des problèmes liés à l illettrisme. Les plus concernées étaient les entreprises de plus de 50 salariés. L un des enjeux des entreprises du BTP est également la question de la transmission de l entreprise. Or la majorité (63 %) des repreneurs sont formés en interne, avec un accompagnement par l ancien dirigeant, et seuls 32 % recourent à une formation en externe. Le tutorat et la valorisation des seniors posent également question, puisque 68 % des entreprises interviewées qui ont recours au tutorat, déclaraient que leurs tuteurs n avaient pas le titre de «Maître d Apprentissage Confirmé». 1 Fichier SIRENE Les Besoins en formation continue des entreprises du BTP en PACA, Fédération Française du Bâtiment région PACA

6 Caractéristiques et situations des entreprises PARTIE 1 1) LES ÉTABLISSEMENTS DE LA CONSTRUCTION 6 PRÈS DE ÉTABLISSEMENTS DANS LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTION En 2013, le territoire de la Maison de l Emploi de Marseille compte établissements dans l ensemble de la filière BTP, dont établissement dans le secteur de la Construction. La Construction représente 9 % de l ensemble des établissements de notre territoire, soit un peu moins que dans le reste de l agglomération marseillaise (11 %). La Construction est le 1 er secteur des établissements du BTP, puisqu elle représente 58 % des établissements; autant que dans le reste de l agglomération. On retrouve en 2ème position les activités indirectes (commercialisation, extraction, activités immobilières ) avec 34 % des établissements (4 802 établissements), qui sont cependant moins représentées que dans le reste de l agglomération (37 %). En effet, les services connexes (conception et services opérationnels) sont plus présents : 9 % des établissements soit établissements, contre 5 % pour le reste de l agglomération. UNE FORTE PRÉSENCE DES ÉTABLISSEMENTS DU SECTEUR DES TRAVAUX DE FINITION La quasi-totalité des établissements de la Construction appartient au secteur des Travaux de finition/second œuvre. Avec 94 % des établissements (7 652 établissements), ce secteur est plus représenté que dans le reste de l agglomération marseillaise (90 %). Plus précisément, ce sont les établissements des Travaux de finition qui sont proportionnellement plus nombreux avec 37 % des établissements de la Construction, contre 32 % pour le reste de l agglomération. Les Travaux de finition sont ainsi le 1er secteur en nombre d établissements. Les Autres travaux spécialisés arrivent en 2ème position (29 %), non loin du Second œuvre (28 %), avec des parts équivalentes à celles du reste de l agglomération (29 %). Loin derrière, les établissements du Gros œuvre sont peu représentés (5 % soit 400 établissements), notamment en comparaison avec le reste de l agglomération (9 %), ainsi que le Génie Civil (1 % soit 91 établissements, contre 2 % pour le reste de l agglomération). 64% DES ÉTABLISSEMENTS N ONT AUCUN SALARIÉ Les établissements de la Construction sont majoritairement de très petites structures : 64 % n ont aucun salarié et 31% ont entre 1 de 9 salariés ; dans des proportions équivalentes à celles du reste de l agglomération marseillaise. Les établissements sans salarié sont cependant un peu moins présents qu en moyenne dans l ensemble des secteurs d activités (66 %). Les établissements de 1 à 9 salariés sont quant à eux plus fréquents qu en moyenne (25 %).

7 PARTIE 1 2) LA CRÉATION D ENTREPRISES EN UN AN, UN RECUL DES CRÉATIONS D ACTIVITÉ DANS LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTION Selon les données de la CCIMP, en 2012, le secteur de la Construction a enregistré créations d entreprises à Marseille. En un an, la création d entreprises de la Construction a reculé à Marseille de 6%, soit 83 créations en moins. Ce recul est un peu moins important que pour l ensemble des secteurs d activités (-8%). 7 3) LES ENTREPRISES ARTISANALES PLUS DE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP Au 1 er janvier 2013, la CMA 13 recensait entreprises artisanales relevant du secteur du BTP, comprenant salariés, au sein du territoire de la MDEM (hors Septèmes-les-Vallons). Le secteur des Terrassement et travaux divers représente plus du tiers des entreprises artisanales de la Construction (36 %). Le secteur des Aménagements et finitions arrive en 2 ème position (25 %), puis la Couverture-plomberie-chauffage (14 %), l Installation électrique (13 %), la Menuiserie-serrurerie (10 %) et enfin, la Maçonnerie (2 %). On notera que les entreprises artisanales du BTP sont de petite dimension au sein du territoire de la MDEM, puisque 66% d entre elles n ont aucun salarié et 26% ont entre 1 et 4 salariés. 45% DES ENTREPRISES FERMENT AVANT 2 ANS En 2008 et 2012, la durée de vie des entreprises artisanales du BTP apparaissait relativement courte, puisque 45% disparaissaient avant 2 ans. 20% des entreprises vivaient entre 5 et 9 ans et 19% continuaient d exister au-delà de 10 ans. L activité d Aménagement et finitions semblait la plus fragile, puisque 54% de ses entreprises fermaient avant 2 ans. A l inverse, les entreprises de maçonnerie, de couverture- plomberie- chauffage et de menuiserie/serrurerie vivaient plus fréquemment qu en moyenne au-delà de 10 ans : respectivement 24%, 27% et 26% contre 19% en moyenne dans les entreprises artisanales du BTP.

8 Caractéristiques et situations de l Emploi PARTIE 2 1) L EMPLOI SALARIÉ PRIVÉ 8 PLUS DE EMPLOIS DANS LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTION En 2011, la filière BTP dans son ensemble représentait emplois salariés privés au sein du territoire de la MDEM, dont emplois pour la Construction, le cœur de la filière. La Construction représentait 6% de l emploi salarié privé du territoire, soit un peu moins qu en moyenne dans le reste du département (8.6%). niveau moindre des services connexes à la Construction (niveau 2 : 3.7%) et plus élevé des activités indirectes (niveau 3 : 43.4%). Le cœur de filière était le premier employeur des salariés du BTP de la MDEM, avec un peu plus de la moitié des emplois (52.2%). Les activités indirectes arrivaient en 2ème position (niveau 3 : 39.4%), puis les services connexes à la Construction (niveau 2 : 8.4%). Dans le reste du département, si le poids du cœur de filière était à peu près aussi important que dans le territoire de la MDEM (52.9%), on observait cependant un LE SECOND ŒUVRE 1 er EMPLOYEUR DU SECTEUR DE LA CONSTRUCTION En 2011 Au sein du territoire de la MDEM, le premier employeur du secteur de la Construction était celui des Travaux de finition/second-œuvre, qui représentait à lui seul 77 % de l emploi salarié privé de la Construction, soit emplois. Cette proportion est plus importante que sur le reste du département (72 %). Au sein de ce secteur, le Second œuvre représentait le tiers des emplois de la Construction (34 %). Les Autres travaux spécifiques arrivaient en 2ème position avec 23 % des emplois du cœur de filière, puis les Travaux de finition (20 %). Le Gros-œuvre employait quant à lui 14 % du secteur (2 171 emplois), c est moins que sur le reste du département (16 %). Ce secteur était essentiellement représenté par la Construction de maisons et bâtiments (1 769 emplois soit 12 % de l emploi de la Construction), qui était nettement plus présent que sur le reste du département (7 %). Enfin, les Travaux publics représentaient 8 % des emplois (1 230 emplois) et étaient moins présents que sur le reste du département (13 %).

9 ENTRE 2007 ET 2011, UN RECUL DE 900 EMPLOIS DANS LA CONSTRUCTION Entre 2007 et 2011, l emploi salarié privé du secteur de la Construction a enregistré une baisse de 5.7% (soit 913 emplois de moins), alors que la tendance était à la hausse pour le reste du département (+2.4%). Deux secteurs étaient particulièrement touchés et ont perdu des emplois à un rythme nettement plus rapide que dans le reste du département. Ces deux secteurs appartiennent aux Travaux de finition/second Œuvre : - les Autres travaux spécialisés : -18.5% (soit -801 emplois) contre -3.1% dans le reste des BDR. En effet, le territoire MDEM a enregistré un recul de 944 emplois salariés privés dans le secteur des Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment, ainsi qu une perte, nettement moins importante, de 27 emplois dans les Travaux de montage de structures métalliques. Les autres activités de ce secteur créaient quant à elles des emplois (+170 emplois dans les travaux de charpentes, de couverture, d étanchéification ). - Les Travaux de finition : -9.5% (soit -312 emplois salariés privés) contre -4.9% dans le reste de BDR. Ce secteur a enregistré un recul dans les Travaux de peinture et vitrerie (-158 emplois). Les autres activités perdaient également des emplois, à l exception des activités d Agencement de lieux de vente (+7 emplois) et de Travaux de revêtement des sols et des murs (+40 emplois). Le Second Œuvre quant à lui a enregistré un léger recul (-0.8% soit -40 emplois), tandis que la tendance dans le reste du département était très dynamique (+7.3%). Si les Travaux d installation électrique dans tous locaux créaient des emplois (+141 emplois), les Travaux d isolation stagnaient et les autres secteurs enregistraient un recul (installation électrique sur voie publique, installation d eau et gaz, d équipements thermiques ). Au sein du Gros Œuvre, le secteur de la Démolition/ préparation de site a connu un léger recul de l emploi (-2.4% soit -10 emplois). A l inverse, le secteur de la Construction de maisons et bâtiments progressait (+7.2%) plus rapidement que dans le reste du département (+5.1%), malgré un gain en nombre emplois peu important (+119 emplois). Si le secteur de Construction de maisons individuelles enregistrait un recul (-42 emplois), celui de la Construction d autres bâtiments progressait (+161 emplois). Le Génie civil créait également des emplois (+11.9% soit +131 emplois), à un rythme équivalent au reste du département (+11.6%). On notera cependant que seuls deux secteurs d activités du Génie civil progressaient : +283 emplois pour la Construction d autres ouvrages de génie civil et +80 emplois pour la Construction de réseaux électriques et de télécommunications. Les autres activités reculaient (construction de voies ferrées, d ouvrage d art, de réseaux pour fluides ), et particulièrement la Construction de routes et autoroutes (-174 emplois). 9

10 PARTIE 2 2) L EMPLOI INTÉRIMAIRE 10 L EMPLOI INTÉRIMAIRE RECULE ENTRE 2011 ET 2012 En novembre 2012, selon les données PRISME, l intérim dans le secteur de la Construction, en équivalent temps plein, s élèvait à emplois dans les Bouches-du-Rhône, soit 27.5% de l emploi intérimaire dans son ensemble. L emploi intérimaire dans la Construction est plus présent dans notre département qu en France (23.3%), mais moins que dans la région PACA (31.3%). Entre novembre 2011 et novembre 2012, l emploi intérimaire du secteur de la Construction a connu un recul de 7% au sein de notre département (-317 emplois), à un rythme équivalent de celui observé à l échelle nationale (-7%) et régionale (-8%). Ce recul annuel du secteur de la Construction est de surcroit plus rapide que celui observé sur l ensemble des secteurs d activités des Bouches-du-Rhône (-4%), même si le département semblait mieux résister que les autres échelles géographiques (-7% en région PACA et -12% en France). Durant cette période, l emploi de la Construction des Bouches-du-Rhône a connu une évolution proche de celle de la région. L embauche intérimaire de ce secteur semblait être plus forte en mars, juillet et octobre On notera la forte baisse d août. La France enregistrait des évolutions plus contrastées que notre territoire, notamment en début de période.

11 PARTIE 2 3) LES MOUVEMENTS DE MAIN D OEUVRE AVERTISSEMENT : près de 50 établissements dela base DMMO-EMMO 3 de la Construction de 2012 ont répondu à l enquête. Il s agit donc d un échantillon, la part des répondants est relativement faible pour en tirer des résultats représentatifs de ce secteur. Les établissements enquêtés sont répartis en 6 secteurs d activités : 38.5% des répondants appartiennent au Second Œuvre, 20.3% aux Travaux de finition, 17.6% au Génie Civil, 12.6% aux Autres travaux spécifiques et 11% à la Construction de maisons et bâtiments. La Démolition et préparation de site est quant à elle absente des répondants. 11 EN 2012, LE TURN-OVER D ÉTABLIT À 22% Sur le territoire de la MDEM, et selon les données de l enquête EMMO-DMMO, les mouvements de main d œuvre des établissements de la Construction enregistrent un taux de rotation (ou turn-over) de 22 % en Ce taux correspond à la moyenne des taux d entrée (28 %) et de sortie (16 %) des effectifs des établissements. Les hommes, nettement majoritaires dans l ensemble des flux (88 %), sont un peu moins présents parmi les entrants (82 %) que les sortants (86 %). UNE MAJORITÉ D ENTRÉES EN CDI Parmi les mouvements d entrée, 56 % sont des contrats en CDI, 27 % sont des CDD et 17 % des transferts d établissements au sein de l entreprise. Les hommes profitent plus des entrées en CDI (56 %) que les femmes (52 %). Ils sont également nettement plus concernés par les transferts d établissements au sein de l entreprise (19 % contre 9 % pour les femmes). Les jeunes ont sur cette période plus tendance à entrer dans l effectif, avec plus du quart des entrants (27 %), qu à en sortir (17 %). Les ouvriers sont les plus nombreux parmi les entrées (41 %), puis les cadres (25 %), les professions intermédiaire (22 %) et les employés (12 %). Ces proportions sont assez proches de celles des sorties. Parmi les mouvements de sortie, la majorité s explique par une démission (22%), un licenciement (22%, dont 21% autre qu économique), ou une fin de CDD (20%). Si les femmes sont nettement moins concernées par le licenciement que les hommes (11% contre 23% pour les hommes), elles sont cependant beaucoup plus soumises aux fins de CDD (37% contre 18% pour les hommes) et aux démissions (27% contre 22% pour les hommes). 3 EMMO : L enquête trimestrielle sur les mouvements de main-d œuvre est réalisée depuis Elle a pour but de compléter, sur le champ des établissements de 1 à 49 salariés, l information obtenue à partir de la déclaration mensuelle des mouvements de main-d œuvre (DMMO), à laquelle tous les établissements de 50 salariés ou plus sont assujettis selon le Code du travail. Les unités enquêtées sont les établissements de 1 à 49 salariés, identifiés par leur numéro Siret. Sont exclus du champ de l enquête l administration de l État, les collectivités territoriales, les établissements publics administratifs et la Poste ainsi que les établissements de travail temporaire et les activités extraterritoriales.

12 PARTIE 2 4) DECLARATION UNIQUE D EMBAUCHE (DUE) 12 UNE LÉGÈRE HAUSSE ANNUELLE DES DUE GRÂCE AUX CDD DE MOINS D UN MOIS Au 2 ème trimestre 2013, le territoire de la MDEM dénombre Déclarations Uniques d Embauches (DUE) dans le secteur de la Construction, soit 3 % des DUE du territoire. Les DUE du BTP enregistrent une progression annuelle de 2%. La progression des DUE du BTP concerne uniquement les CDD de courte durée. Les CDD de moins d un mois augmentent de 29 % en un an, alors que les CDD longs reculent (-4 %), ainsi que les CDI (-1 %). Depuis l entrée dans la crise, les DUE du BTP enregistrent un recul de 18 %. Sur cette période, seuls les CDD courts continuent à progresser (+6 %). On notera néanmoins que les DUE du BTP sont plus souvent des CDI (44 %) et des CDD longs (37 %) qu en moyenne tous secteurs d activités confondus (respectivement 12 % et 14 %). Les CDD de moins d un mois ne comptent que pour 20 % des DUE contre 75 % en moyenne dans le BTP. PLUS DE LA MOITIÉ DES DUE DU BTP CONCERNENT LES AUTRES TRAVAUX SPÉCIALISÉS Dans le détail, plus de la moitié (52 %) des DUE du BTP concerne le secteur des Autres travaux spécialisés. En 2 ème position on retrouve les Travaux de finition (29 %), puis le Second Œuvre (14 %). Entre le 2 ème trimestre 2012 et 2013, sans néanmoins pouvoir identifier les types de contrats (CDI, CDD longs, CDD courts), les DUE des Autres travaux spécialisés ont progressé de 7 % (+81 DUE). Néanmoins, depuis l entrée dans la crise (T ), elles reculent de 12 % (-168 DUE), à un rythme qui reste cependant plus lent que celui du BTP (-18 %).

13 Le Second Œuvre stagne sur la dernière année, mais recule plus nettement depuis l entrée dans la crise (-32% soit -153 DUE). En volume, c est le secteur de la Construction de maisons et bâtiments qui enregistre la plus forte baisse de DUE : -25 DUE sur la dernière année, et surtout -172 DUE depuis A l inverse, les DUE des Travaux de finitions ont la particularité de continuer à progresser, quelque soit la période (+3% entre le 2ème trimestre 2012 et 2013 et +6% entre le 2ème trimestre 2008 et 2013), malgré un volume qui reste faible (+38 DUE entre T et 2013). LES DUE ÉMANENT ESSENTIELLEMENT DE PETITES ENTREPRISES, À L EXCEPTION DU GÉNIE CIVIL Au 2 ème trimestre 2013, les DUE du BTP émanent principalement d entreprises de moins de 20 salariés (86 % des DUE). C est particulièrement le cas pour les Travaux de finition (93 %). On notera que les entreprises de 20 à 49 salariés sont plus présentes parmi les DUE du BTP dans le secteur de la Démolition-Préparation de site et que les DUE du Génie Civil viennent essentiellement de grandes entreprises (48 % d entreprises de 50 à 249 salariés et 36 % d entreprises de plus de 250 salariés).

14 14 LES NOUVELLES NORMES ENVIRONNEMENTALES COMME LEVIERS DE CROISSANCE DANS LE BTP UNE LÉGÈRE HAUSSE ANNUELLE DES DUE GRÂCE AUX CDD DE MOINS D UN MOIS Le cadre politique et règlementaire national connaît des évolutions importantes dans le secteur du bâtiment, visant à réduire les consommations d énergie et à développer les marchés de la rénovation énergétique : entrée en vigueur de la nouvelle réglementation thermique RT2012, Plan de Rénovation Energétique de l Habitat (PREH) lancé en 2013 notamment. En effet, après deux années de production exceptionnellement élevées ( ), l activité du Bâtiment en PACA a connu un ralentissement pendant trois ans ( ). Le bilan 2011 est légèrement plus favorable (+1 %). L année 2012, en stagnation, reste sur un niveau de production bas et un nouveau repli de l activité semble se dessiner sur Ces mesures nationales, essentiellement orientées vers la performance énergétique, s accompagnent d une politique régionale plus large et volontariste en faveur de la qualité environnementale des bâtiments. Outre la performance énergétique, la qualité environnementale cible également d autres critères (confort, acoustique, choix des matériaux ) Ces politiques nationales et régionales en faveur du bâtiment durable sont menées dans un contexte conjoncturel difficile. Le niveau de l emploi salarié dans la construction a été impacté par le fort ralentissement du secteur. Il est en recul pour la 5ième année consécutive. L année 2013 s annonce en baisse : -2,1% entre le 2ième trimestre 2012 et le 2ième trimestre Dans ce contexte, quels sont les potentiels de développement des marchés du bâtiment durable en PACA? Pour établir le diagnostic, il convient de distinguer le marché de la construction neuve et le marché de la rénovation qui fonctionnent sur des logiques différentes. MARCHÉ DE LA CONSTRUCTION NEUVE Avec l application de la RT2012, les bâtiments neufs (logements ou locaux) sont obligatoirement économes en énergie. Le niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation) devient la norme. D un point de vue énergétique, le marché de la construction neuve est «durable» de fait puisqu il est règlementé. Au niveau quantitatif, il n y a donc pas réellement de création de nouveaux marchés. La RT2012 n impacte pas le nombre de logements ou de locaux construits, celui-ci étant soumis à la conjoncture économique. En revanche, avec la RT2012, c est la qualité du bâtiment qui va évoluer. Les enjeux sont avant tout qualitatifs. - Avec la RT2012, on améliore la performance énergétique du bâtiment mais il y a encore des marges de progression dans la construction durable. On peut aller plus loin, soit en améliorant encore la performance énergétique (bâtiments passifs, bâtiments à énergie positive), soit en intégrant les critères plus larges de la qualité environnementale. A ce jour, très peu de construction neuve vise une performance allant au-delà du BBC. Les demandes de labels Effinergie+ pour le logement sont quasiment inexistantes en 2012 sur la région PACA et les constructions de bâtiments passifs ou à énergie positive restent marginales. Concernant la construction de qualité environnementale, elle est développée dans environ 20% des logements et est largement portée par le logement social. - Cette volonté de construire des bâtiments de plus en plus performants s accompagne de changements dans la façon de concevoir, dans le choix des matériaux et des équipements, dans la mise en œuvre, sur le suivi du chantier En réponse, la filière construction doit s adapter pour répondre aux nouvelles exigences de la RT2012. Elle a déjà entamé le processus puisque la RT2012 a été largement anticipée en PACA en particulier sur le logement. En effet, les demandes de labellisation BBC-Effinergie ont décollé dès Le dispositif Scellier a eu un effet levier sur les demandes de labellisation des logements collectifs et individuels groupés. Elles concernaient plus de logements en 2012, ce qui représente 87% des mises en chantier. De manière mécanique, les labellisations accordées enregistrent actuellement une très forte hausse.

15 MARCHÉ DE LA RÉNOVATION L enjeu de la rénovation énergétique des bâtiments résidentiels et tertiaires est de taille. En effet, l effort à fournir en matière de rénovation pour atteindre une réduction de 38% des consommations en énergie primaire du parc existant est très important. Selon une étude réalisée par Energies Demain pour la CERC PACA en 2011/2012, 81% du parc résidentiel devra être réhabilité et 44% du parc tertiaire à l horizon Le rythme de rénovation devra être très soutenu entre 2013 et 2020 : 8,6% / an dans le résidentiel (contre 2 % en tendanciel aujourd hui) et 4,6% / an dans le tertiaire (contre 1 % en tendanciel aujourd hui). L effort est également qualitatif puisque les rénovations réalisées correspondent majoritairement à des bouquets de travaux performants (rénovation du bâti et changement de système). Dans le domaine de la rénovation énergétique, il y a donc un véritable potentiel de travaux pour les entreprises et un enjeu important en termes de formation des entreprises de bâtiment (formation pour prendre en compte la dimension énergétique dans l ensemble des travaux de rénovation, pour mettre en œuvre les technologies performantes et des solutions innovantes ). Mais jusqu à présent les besoins ont du mal à se concrétiser excepté pour le logement social. En effet, le dispositif des Eco-PTZ, mesure phare en faveur de la rénovation des logements privés, a perdu de son succès. Après une forte augmentation fin 2009, le nombre d Eco-PTZ accordés se stabilise en 2010 sur un rythme de logements par an. En 2011, il n est plus que de logements en moyenne sur l année. En 2012, la situation est encore plus dégradée (1 200 logements) et les premiers trimestres de 2013 sont au plus bas. Les travaux d amélioration de performance énergétique sont cependant plus engagés sur le parc des logements sociaux. Près de logements ont bénéficié d un EcoPLS entre 2008 et 2012 ce qui représente 9% des logements sociaux classés en étiquettes énergétiques E, F, G en PACA. Par ailleurs, le dispositif de subvention mis en place par la Région (programme RHEA : Région Habitat Energie Amélioration qui soutient les travaux de réhabilitation thermique ou d accessibilité des logements sociaux) présente un bilan 2013 positif : logements sont rentrés dans le dispositif en 2013 (après logements en 2012 et logements en 2011). Le marché de la rénovation énergétique ne décollant pas, les entreprises se sont peu mobilisées pour se former. Moins de 3000 stages de formation FEE Bat entre 2008 et 2012 parmi les entreprises de bâtiment en PACA. En 2013, le gouvernement revoit à la hausse l objectif national de rénovation ( logements d ici 2017 en France dont logements sociaux) et met en place de nouveaux dispositifs au niveau national et territorial dans le cadre du Plan de Rénovation Energétique de l Habitat (PREH). Ce plan comporte trois volets importants : - Mobiliser les collectivités territoriales - Enclencher la décision de rénovation par l accompagnement (Guichet unique, Réseau de proximité de la rénovation énergétique ) - Financer la rénovation en apportant des aides nouvelles ou en les prolongeant (Aides de l ANAH, Prime de 1350, Crédit d impôt développement durable, EcoPTZ, EcoPLS ) Par ailleurs, l annonce du gouvernement de l entrée en vigueur du principe de l éco-conditionnalité à partir de juillet 2014 devrait inciter les entreprises à se former. En effet, seuls les entreprises et artisans «Reconnus Garants de l Environnement (RGE)» pourront réaliser les travaux financés par le crédit d impôt développement durable ou l EcoPTZ. Les objectifs de rénovation énergétique du parc bâti sont ambitieux. Ils sont accompagnés de dispositifs d aides et de soutien au niveau national et local. Reste à les suivre pour pouvoir évaluer leur efficacité. 15

16 16 INTERVIEWS DE PROFESSIONNELS DU SECTEUR BTP CONSTRUCTYS : Le développement de la formation comme levier de recrutement pour les entreprises 1/ Quel est le poids des salariés qui se forment chaque année? Les salariés sont-ils assez formés? A priori, les salariés de la région PACA se forme majoritairement en suivant des actions réalisées localement. Le déplacement s impose lorsqu il s agit d un thème technique spécifique ou pour des raisons de disponibilité de l offre. Dans la plupart des cas, le poids financier des frais de déplacement et d hébergement est primordial dans la décision. L appréciation de l effort de formation est assez difficile et complexe car il dépend d intérêts et d enjeux qui peuvent être jugés divergents suivant le point de vue où l on se place 2/ Dans ce contexte de fort chômage, les entreprises sontelles encore beaucoup de mal à trouver du personnel qualifié? Malgré le contexte d emploi actuel, les entreprises ont des difficultés pour recruter du personnel qualifié. Cela tient à deux facteurs : le mode de recrutement qui s appuie avant tout sur une appréciation des comportements d intégration (savoir être) et ensuite sur l habitude que les entreprises ont de vouloir un salarié immédiatement productif et donc du niveau de compétence requis. Il apparait donc une différence importante entre le salarié sur le marché de l emploi et le poste à pourvoir qui ne peut pas être réduite uniquement par la formation. L entreprise se tourne alors vers le recrutement de personnes déjà en place et/ou passe par des filières telles que l intérim. 3/ En ces temps difficiles l intérim est-il encore la solution par excellence pour répondre aux variations de leurs activités? Aujourd hui, les métiers ou compétences concernées sont très liés à l évolution du marché et son anticipation est complexe. Sauf pour les compétences qui concernent la rénovation énergétique, nous n avons pas une appréciation suffisante pour identifier précisément les métiers concernés. 4/ Ont dit que le BTP, grâce notamment à la rénovation est une filière d avenir! Le pensez-vous? La réglementation énergétique rend nécessaire le développement de compétences spécifiques. Cette évolution est transversale à tous les métiers de la branche BTP et pour tous les niveaux. Elle ne préfigure pas forcement la création de nouveaux métiers mais induit de nouvelles connaissances, savoir faires complémentaires et des compétences pour travailler dans un nouveau contexte. Il s agit actuellement de l un des champs d innovations les plus important de la branche. Quelles mesures faudrait-il mettre en place pour soutenir la filière BTP dès aujourd hui? Pour accompagner la filière BTP, des travaux ont déjà été entrepris avec entre autres la création de formations spécifiques (Feebat ). L Europe s est également investit avec le programme Build Up Skill (BUS) qui a abouti à un certain nombre d engagements en terme d action. Il nous semble aujourd hui évident que les principales mesures doivent reposer sur le principe d une incitation financière au profit de la rénovation énergétique, d un côté pour faire évoluer les compétences de la filière et de l autre développer les marchés du particulier. CAPEB : Les nouvelles normes comme levier de croissance pour les entreprises 1/ Les dirigeants sont-ils bien informés des normes en vigueur dans la construction et la rénovation? Sont-ils en demande d information? En tant qu organisation professionnelle, nous n avons de cesse d informer nos adhérents des nouvelles normes en vigueur dans la construction et la rénovation. Cependant il est vrai que ces normes évoluent sans cesse et sont très nombreuses dans le bâtiment, et ce n est pas facile pour une entreprise artisanale d être bien au fait de toutes ces nouvelles normes. 2/ Est-ce que ces nouvelles règlementations ont et auront des répercussions positives sur le marché? Oui pour ce qui est de l éco-conditionnalité qui devrait entrer en vigueur au 01/07/2014 (pour l Eco-prêt à taux 0) et le 01/01/2015 pour le crédit d impôt développement durable. Le principe est le suivant : les aides de l Etat (ECOPTZ, CIDD, CEE ) auprès du particulier concernant la rénovation énergétique seront conditionnées au fait de faire appel à une entreprise qualifiée RGE (Reconnu Garant de l Environnement) dont fait partie ECO-artisan, devenue qualification depuis le 01/01/2014. Ces aides sont assez significatives aujourd hui pour faire bouger le marché, ou en tout cas pousser les entreprises à monter en compétences et aller vers une qualification RGE. Le travail est considérable puisqu à ce jour seules 622 entreprises sont qualifiées RGE dans notre région PACA! En revanche, la multiplication de réglementations dans le secteur du bâtiment n est en général pas génératrices de marché mais plutôt couteuse en temps et argent pour les entreprises qui doivent sans cesse se mettre à jour. 3/ Ont dit que le BTP grâce notamment à la rénovation est une filière d avenir! le pensez-vous? quelles mesures faudrait-il prendre dès aujourd hui pour soutenir la filière? Le BTP reste une filière d avenir même si aujourd hui c est un secteur encore en crise. Les entreprises artisanales notam-

17 ment ont du mal pour certaines à sortir la tête de l eau. Les difficultés économiques que rencontrent les artisans du bâtiment résultent de causes multiples. Les principaux freins à l activité des entreprises artisanales du bâtiment sont aujourd hui : Le manque de confiance des clients dans le redressement économique du pays et donc leur réticence à consommer La multiplication des concurrences déloyales (entreprises low-cost et régime des auto-entrepreneurs) La lenteur de la mise en œuvre des mesures gouvernementales (plan de rénovation de logements et construction de logements) L accumulation des charges et des contraintes réglementaires Une politique de transition énergétique qui ne se concrétise pas dans les faits Pour améliorer la situation des entreprises artisanales du bâtiment, la CAPEB préconise d agir de façon déterminée pour : Stimuler la demande et redonner confiance aux ménages appliquer le taux réduit de TVA aux travaux de rénovation ; améliorer les dispositifs d aides fiscales (ouvrir le PTZ+ à l ancien, relever le plafond du cumul CIDD/Eco PTZ à pour l adapter aux ressources des ménages et en élargir les possibilités d utilisation, créer un PERL) ; faire une campagne d information sur les dispositifs d aide aux travaux ; promouvoir les certificats d économies d énergie pour financer les travaux de rénovation énergétique et inciter les entreprises à devenir RGE Lutter contre les concurrences déloyales Recadrer le régime de l auto-entreprise pour éliminer les écarts de charges fiscales et sociales avec les entreprises de droit commun et accompagner les auto-entrepreneurs vers l entrepreneuriat classique ; Réaliser des contrôles et renforcer la coopération européenne pour contrer les pratiques contestables des entreprises low-cost. Alléger les charges et les contraintes des entreprises Simplifier et assouplir les contraintes réglementaires, veiller à leur cohérence Réduire réellement les charges sociales et fiscales des entreprises Soutenir la trésorerie des entreprises inciter les banques à apporter un appui réel et concret aux petites entreprises : conditions de crédits, avances sur travaux, garanties bancaires, 2013 a été pour la CAPEB une année de revendications (2 manifestations au niveau national, régional et local en janvier et septembre 2013). Nous avons en partie été entendus par le gouvernement et obtenu : Pour relancer l activité : L application du taux réduit de TVA sur les travaux de rénovation énergétique, mais dans une conception très restrictive de ce champ d activité L annonce de la création d un fond de garantie de la rénovation thermique permettant à la Caisse des Dépôts de faciliter l octroi de prêts de rénovation thermique dans les mêmes conditions que les prêts immobiliers (qui ressemble beaucoup au PERL que nous proposions) Le lancement effectif du plan de rénovation de l habitat avec une meilleure information du public (guichets uniques, numéro de téléphone national, campagne de publicité) Pour contrer les concurrences déloyales : La limitation à deux ans du régime de l auto-entrepreneur mais sans garantie de contrôles ; La mise en place d un mécanisme d auto-liquidation de la TVA le renforcement de la lutte contre les fraudes dans le cadre du détachement des travailleurs. Pour diminuer les charges des indépendants : la possibilité de calculer les cotisations sociales prévisionnelles sur la base du revenu estimé de l année en cours le lissage sur deux ans de la hausse des cotisations retraite l incitation des Collectivités territoriales à accorder des remises de CFE Pour la trésorerie et le financement des entreprises : un abondement exceptionnel du FISAC l encouragement des créanciers publics à mieux accompagner les entreprises en difficulté Ce que nous continuons à revendiquer Notre action collective a permis d obtenir quelques avancées notables. Pour autant, nous continuons à revendiquer l intégration dans le champ d application du taux réduit de TVA des travaux induits indissociablement liés et la reprise des travaux éligibles au taux réduit pour la rénovation énergétique des logements sociaux, en leur ajoutant ceux d entretien et de maintenance. Il faut également encourager les particuliers à se lancer dans la réalisation de travaux en renforçant les dispositifs de soutien fiscal (PTZ+ pour l ancien, relèvement du plafond du cumul CIDD/Eco Prêt) et en valorisant les CEE comme moyens de financement des travaux. La CAPEB persiste également à revendiquer le bénéfice effectif du CICE pour toutes les entreprises artisanales du bâtiment et une baisse réelle des charges sociales et fiscales qui pèsent sur les entreprises. S agissant de concurrence déloyale, nous maintenons que l exclusion du bâtiment du champ du régime de l auto-entreprise est justifiée compte tenu des règlementations nombreuses et complexes que les professionnels doivent respecter et de la nécessaire sécurité des consommateurs. Pour le moins, des modifications substantielles doivent être apportées à ce régime : la limitation effective du régime dans le temps, des contrôles à l égard des obligations légales et réglementaires des entreprises, y compris pour l exercice d une activité pour un revenu d appoint, le paiement de la taxe pour frais de Chambre de Métiers, l équité des cotisations à verser (sociale, formation, etc), Nous continuons de plaider aussi pour la mise en œuvre de contrôles, y compris le week-end et les jours fériés, permettant de lutter contre les faux indépendants et les entreprises low-cost. 17

18 18 Enfin, nous attendons avec impatience le «choc des simplifications» et appelons les Pouvoirs publics à s engager résolument, réellement et rapidement dans la simplification administrative. Les formations amiante, l habilitation électrique, et dernièrement l annonce de la création d un compte pénibilité, donnent la mesure du travail à entreprendre. CMA : L apprentissage, un outil efficace pour répondre aux exigences de qualification des entreprises artisanales du BTP 1/ Quelle est la situation économiques actuelle pour les petites entreprises? Pour le deuxième trimestre consécutif, le chiffre d affaires des entreprises de proximité a baissé au troisième trimestre 2013, mais pour la première fois depuis 18,l aggravation ne s est pas amplifiée. Les entreprises artisanales des travaux publics enregistrent le recul le plus significatif (-4,5 %) suivies par les secteurs du second œuvre du bâtiment (-3 %). Conformément à une tendance de long terme, les entreprises les plus petites enregistrent les plus fortes difficultés. C est ainsi que les établissements ne comptant aucun salarié subissent un recul de 6 % de leur chiffre d affaires. La concurrence déloyale infligée par le régime de l auto-entrepreneur à ces catégories d entreprises ne peut être étrangère à une telle situation. 2/ Sont-elles quand même confiantes pour l avenir? Les entreprises de proximité auraient-elles atteint le fonds de la récession et seraient-elles à nouveau confiantes en l avenir? En effet, leur chiffre d affaires a certes baissé de 3 % entre le 2e trimestre 2013 et la même période un an auparavant, mais pour la première fois depuis 18 mois l aggravation ne s est pas amplifiée. En outre, l écart entre ceux qui constatent une amélioration de leur trésorerie et ceux qui regrettent une détérioration a diminué au cours du dernier trimestre alors qu il ne cessait de s accroître depuis plus d un an. 3/ L apprentissage est-il l un des meilleurs moyens pour se qualifier dans ce secteur? Et comment se porte-t-il actuellement? L apprentissage reste l un des meilleurs moyens pour se qualifier dans le secteur du bâtiment et plus globalement dans l Artisanat. En effet, l apprentissage est un formidable outil d insertion professionnelle : 85% des apprentis trouvent un travail suite à leurs années d apprentissage. On peut noter également qu un chef d entreprise sur deux est issu de la voie de formation par l apprentissage. Pour les artisans, l apprentissage est le bon moyen de transmettre un savoir-faire et de préparer la transmission d une entreprise. Côté jeune, les contrats d apprentissage permettent à tous les jeunes, âgés de 16 à 25 ans, de s assurer un emploi de 1 an à 3 ans, tout en acquérant des qualifications recherchés et en bénéficiant d une rémunération qui progresse chaque nouvelle année d exécution de son contrat. La situation économique actuelle, l apparition de nouvelles mesures à l emploi et la diminution des aides et crédits d impôt pour l apprentissage ont un impact négatif sur l apprentissage. En effet, le nombre de contrats enregistrés est en baisse sur les 3 dernières années. BTP 13 : Le BTP, secteur très sensible aux politiques économiques 1/ Les petites et grandes entreprises sont-elles touchées autant les unes que les autres par les difficultés économiques actuelles? Le marché de la construction est un marché très hétéroclite, les difficultés économiques sont différentes selon les segments que l on considère : travaux publics ou bâtiment, projets privés ou publics, travaux de construction ou de rénovation, etc. Mais face à une perte conséquente du chiffre d affaires sur le département on peut imaginer que l appréhension des entreprises n est pas la même : alors que les grands groupes ont toujours la possibilité d avoir une stratégie nationale, les PME locales auront, quant à elles, du mal à agir au-delà de leur base géographique. A l inverse, les PME savent être plus réactives et souvent plus souples que les grandes entreprises : face à la crise ceci pourrait être un atout. 2/ Différents projets de construction fleurissent à Marseille, ont-ils eu un impact important sur l activité des entreprises locales? Sans ces projets, quelle serait la situation économique des entreprises locales aujourd hui? Il est évident que de tels projets ont un impact important sur l activité économique locale et plus il y en aura, mieux ce sera. L évènement Marseille Provence 2013, par exemple, a permis de générer 660 millions d euros de travaux et d offrir un emploi à un nombre considérable de salariés (on compte 1 emploi pour euros de travaux environ). Une ville comme Marseille ne peut se passer d investissements sur le court, moyen ou long terme car il ne peut y avoir d attractivité, de développement économique et d accroissement de population si on ne réalise pas les équipements structurants qui doivent nécessairement accompagner ces mutations. Euroméditerrannée 1 et 2, et les 3 milliards d euros de travaux annoncés par le 1er ministre sont de belles promesses pour l emploi local, à condition que les marchés privés ne s écroulent pas en parallèle 3/ On dit que les BTP, grâce notamment à la rénovation, est une filière d avenir, le pensez-vous? Bien sûr. Depuis plusieurs années déjà les gouvernements successifs ont mis l accent sur l impérieuse nécessité économique et écologique d entreprendre et de réaliser des travaux de rénovation énergétique. Aujourd hui cela concerne logements et 17 millions de m² de locaux divers sur le département. C est un énorme marché pour l ensemble des entreprises du BTP. A titre informatif, si l ensemble de l appareil productif départemental se consacrait exclusivement à ce programme il y aurait pour plus de 5 ans de carnet de commande (soit plus de 20 milliards d euros de travaux sur le département). 4/ Quelles mesures faudrait-il mettre en place au sein de la filière BTP dès aujourd hui? Les différentes mesures à mettre en place consisteraient à : assurer une gestion prévisionnelle des travaux plus lisible fluidifier le marché en évitant les phénomènes de «Stop and Go» simplifier les démarches administratives disposer d une main d œuvre plus qualifiée aux premières embauches

19

20 Retrouvez les diagnostics et toutes nos publications sur le site de la Maison de l Emploi de Marseille Maison de l Emploi de Marseille 38 rue Breteuil Marseille Tél :

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Chiffres clés du BTP en Aquitaine

Chiffres clés du BTP en Aquitaine Collection «études» Mars 2015 Chiffres clés du BTP en Aquitaine La filière BTP présentée dans ce document est composée de l ensemble des entreprises des secteurs d activité indiqués dans le tableau ci

Plus en détail

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 5 L'ACTIVITÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment Maj : 13 novembre 2012 Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment L artisanat du bâtiment enregistre pour le second trimestre consécutif une baisse de son activité. Les

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Le Plan de Rénovation Énergétique de l Habitat 2013-2017. Réunion de présentation du 19 juin 2014 Arrondissement de Libourne - DDTM de la Gironde

Le Plan de Rénovation Énergétique de l Habitat 2013-2017. Réunion de présentation du 19 juin 2014 Arrondissement de Libourne - DDTM de la Gironde 1 Le Plan de Rénovation Énergétique de l Habitat 2013-2017 Réunion de présentation du 19 juin 2014 Arrondissement de Libourne - DDTM de la Gironde Le PREH : un engagement fort 2 Le PREH : un engagement

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT Quel rôle pour les collectivités locales? MINISTÈRE DU LOGEMENT ET DE L'ÉGALITÉ DES TERRITOIRES MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

Note de synthèse 2012

Note de synthèse 2012 ARTISANAT DU BTP - EDITION N 2 NOVEMBRE 2014 Note de synthèse 2012 DANS CE NUMERO 2 ème publication de l Observatoire des formations à la prévention, cette notre présente les principaux chiffres clés de

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Service des Affaires Economiques

Service des Affaires Economiques Réf. > BI 8469 Paris, le 31mars 2009 De > Service des Affaires Economiques Rappel > Groupe /Rubrique > Les annexes sont à consulter, soit dans la base documentaire de l Intranet accessible à tous les membres

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE SOMMAIRE MARCHÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE...

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

La construction et les TP en Indre et Loire

La construction et les TP en Indre et Loire Les Collections de l OE2T Collection : Touraine au Jardin des Chiffres Edition Août 2013 La construction et les TP en Indre et Loire Chiffres Clés Sommaire 1 Etablissements par secteurs d activités et

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Observatoire de la MEF

Observatoire de la MEF 2013 Observatoire de la MEF Cité des métiers du Grand Beauvaisis 36, Avenue Salvador Allende Village Mykonos Bâtiment G 60000 Beauvais 03 60 56 60 60 www.mef-beauvaisis.fr SOMMAIRE 1/Définition du secteur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr PARTICULIERS Un COLLECTIVITÉS investissement BAILLEURS SOCIAUX de bon sens Effilogis 2015 rénovation mode d emploi www.effilogis.fr Habitation BBC Bon à savoir Une habitation rénovée Bâtiment Basse Consommation

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

COMPRENDRE. Édition : février 2013

COMPRENDRE. Édition : février 2013 L habitat COMPRENDRE 2013 Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.3 À savoir avant de se lancer...4 Trouver l aide adaptée....6 Pour tout contribuable,

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique :

Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : Analyse du processus de décision des propriétaires rhônalpins en matière de rénovation énergétique : des motivations à la réalisation des travaux Le contexte Suite au Grenelle de l Environnement, l Etat

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

dossier de presse vir volt-ma-maison s ouvre à TOUTES les ÉNERGIES

dossier de presse vir volt-ma-maison s ouvre à TOUTES les ÉNERGIES dossier de presse vir volt-ma-maison s ouvre à TOUTES les ÉNERGIES Accessible sans condition de ressources isolation, chauffage, fenêtres, chauffe-eau, poêle, insert... toutes les infos sur www.virvolt-ma-maison.fr

Plus en détail

Mars 2011 LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010. Diagnostic sectoriel. Diagnostic. à l accès à l emploi

Mars 2011 LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010. Diagnostic sectoriel. Diagnostic. à l accès à l emploi Diagnostic Mars 2011 Diagnostic sectoriel LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010 RÉDUIRE les freins culturels et sociaux à l accès à l emploi ACCUEILLIR et accompagner des personnes à la recherche d un emploi

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

ECO PRET A TAUX ZERO. Mode d emploi de l éco-prêt à taux zéro mis en place par la loi de finances 2009 en application du Grenelle de l environnement

ECO PRET A TAUX ZERO. Mode d emploi de l éco-prêt à taux zéro mis en place par la loi de finances 2009 en application du Grenelle de l environnement 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 Date :MAI 2009 Secrétaire Général : Vanessa DIAS Destinataires : Stés section METALLERIE (convention Bâtiment) Méca

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

Bâtiment Travaux publics

Bâtiment Travaux publics Travaux publics 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...8 a. La construction de bâtiments... 8 b. Les

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Contrat d étude prospective

Contrat d étude prospective Contrat d étude prospective Synthèse septembre 2014 «Les besoins en emplois et compétences liés aux travaux du Nouveau Grand Paris et aux enjeux de la Transition énergétique dans le Bâtiment en ÎledeFrance»

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012 Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 212 Sommaire Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. La rénovation du parc existant, élément clé des enjeux

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures

Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures Les études Les chiffres clés du marché» - Edition Juillet 2014 - Un marché morose Impacté par les tensions sur les indicateurs économiques et

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail