ASSAINISSEMENT DES EAUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSAINISSEMENT DES EAUX"

Transcription

1 1 TITRE BROCHURE Titre rapport Xxx ASSAINISSEMENT DES EAUX USéES Rapport d exploitation 2011 xxx Xxx Xxx

2 Sommaire 2 Sommaire éditorial 2 Ressources humaines 4 SITUATION DES HABITANTS RACCORDéS 6 Volume des eaux usées 8 Performances de l'épuration 10 Consommation d'énergies 16 Production et valorisation des déchets 18 Exploitation et maintenance des ouvrages 20 étude et projets 24 Santé et sécurité 26 Partie financière 28

3 3 TITRE BROCHURE Titre rapport Xxx éditorial 2011 : une prise de conscience salutaire La catastrophe de Fukushima nous a forcé à revoir notre rapport à l environnement. Dans le domaine des Eaux usées, la lutte contre les micropolluants constitue un nouveau défi écologique et sanitaire, estime Christian Zumkeller, responsable de l activité. Entretien. Quel a été, selon vous, l événement marquant de 2011? L élément phare de l année reste sans conteste le séisme qui s est produit le 11 mars 2011 au large des côtes japonaises et le tsunami qu il a provoqué, avec tous ses effets dévastateurs sur le plan humain, économique et environnemental. Généralement, les actualités se succèdent et une nouvelle en chasse une autre. Je suis cependant convaincu que la catastrophe nucléaire de Fukushima restera longtemps gravée dans les mémoires, car elle nous a subitement rappelé toute la fragilité de notre écosystème face au développement technico-économique. Nous n y étions pas préparés. Qu est-ce que cette catastrophe implique pour la Suisse? Bien que la population affectée par Fukushima réside à l autre bout de la planète, les problèmes liés à l approvisionnement et à la consommation énergétique se sont imposés à l agenda quotidien sous nos latitudes également. En conséquence de cet événement, nos autorités ont été contraintes de reconsidérer leur politique en matière d énergie. Ainsi, les nouvelles orientations prises vont conduire à des changements majeurs sur notre manière de produire et de consommer. Ces nouveaux axes doivent, dès maintenant, nous encourager à préparer l avenir en étant plus performants et innovants. Plus près de votre domaine, à combien se monte la consommation d eau dans notre pays? Chacun de nous utilise directement près de 160 litres d eau potable par jour. Cette consommation tend certes à diminuer, mais elle ne représente qu une partie de la totalité de l eau effectivement utilisée. En tenant compte des besoins en eau pour la production de l ensemble des produits consommés, chaque Suisse utilise indirectement environ 5'000 litres d eau en moyenne par jour. En observant la provenance des produits, on constate que 80% de cette eau est consommée en dehors de nos frontières. Et lorsqu il s agit de produits agricoles, cette consommation peut entraîner des problèmes pour les populations de régions dans lesquelles l eau n est pas forcément disponible ou de qualité. Le cycle de l eau n échappe donc pas au défi du développement durable, même chez nous où l eau disponible reste abondante. Quel bilan tirez-vous de 2011? La très faible pluviométrie de l année écoulée a eu des effets bénéfiques sur les performances de l assainissement des eaux usées réalisé par SIG. Le taux d élimination de la pollution des stations d épuration (STEP) s est légèrement amélioré et a ainsi permis de limiter l impact des eaux usées sur les rivières genevoises. Toutefois, la croissance de la population et de ses activités provoque toujours une hausse régulière de certaines pollutions à éliminer. Il est donc indispensable de considérer l eau comme un bien précieux à économiser et surtout à préserver des pollutions inutiles. Quelles menaces écologiques pèsent sur l eau? D abord, il faut souligner que notre pays s est doté d une infrastructure considérable pour l évacuation et le

4 éditorial 4 traitement des eaux usées, qui a coûté quelque 80 milliards de francs et permis la construction de 700 STEP. Ces installations sont performantes, mais elle ne permettent pas d éliminer toute la pollution contenue dans les eaux usées. Le récent développement des technologies de mesure a permis de détecter la présence de produits appelés micropolluants dans les eaux usées. Comme les STEP actuelles n en retiennent qu une petite partie, on les retrouve ensuite en quantités infimes dans les cours d eau. Que sont les micropolluants? Ce sont des substances de synthèse qui entrent dans la composition de nombreux produits d usage courant comme les médicaments, les détergents ou encore les cosmétiques. Il y en a aussi dans des produits phytosanitaires et industriels. Même à des concentrations infimes dans les cours d eau, ces micropolluants semblent avoir des effets néfastes sur les organismes aquatiques et sont même susceptibles de contaminer les ressources en eau potable. Faut-il s en inquiéter? Pour l heure, les concentrations en micropolluants mesurées dans les cours d eau ou les nappes ne semblent présenter aucun risque pour l être humain. De plus, ces produits sont biens éliminés de nos robinets grâce aux performances techniques de nos ouvrages de production d eau potable. Il n y a donc aucune raison de dramatiser, mais par principe de précaution, il importe néanmoins de juguler la diffusion de ces substances dans nos cours d eau. C est pourquoi la Confédération élabore une législation visant à imposer une élimination poussée des micropolluants par le biais des grandes stations d épuration de notre pays. Que faire pour lutter efficacement contre les micropolluants? Comme environ 30'000 produits de synthèse sont déjà commercialisés, il semble difficile et peu judicieux de vouloir les interdire, car nombre de ces produits contribuent à notre bien être et à notre confort quotidien. Il est donc essentiel de limiter cette source de pollution par l usage de produits respectueux de l environnement, ainsi qu à éliminer nos déchets de manière adéquate plutôt que de les jeter dans les toilettes. Pour l instant, seuls ces gestes faciles préservent au mieux notre environnement. Ils permettent également de limiter le coût de l assainissement des eaux usées. En revanche, le renforcement de la qualité de l épuration, visant à l élimination des micropolluants, engendrera inévitablement des coûts supplémentaires importants, que chacun de nous devra supporter. Christian Zumkeller Responsable Eaux usées

5 5 TITRE BROCHURE Titre rapport Xxx Ressources humaines Durant l année 2011, 4 collaborateurs ont quitté l activité Eaux usées. Retraites : 1 responsable d unité, 1 mécanicien, 1 ouvrier. Départs : 1 chargé d intervention. Parallèlement, 6 personnes ont rejoint l activité durant l année : Engagement de durée indéterminée : 1 responsable d unité, 1 ingénieur d exploitation réseaux, 1 technicien en chimie, 1 agent d intervention, 2 agents d exploitation. Dans la moyenne annuelle de l exercice écoulé, 126,42 postes EPT étaient occupés, contre 126,66 postes en 2010 et 124,97 en Durant cette année et au bilan des 4 départs enregistrés, 2 postes ont été repourvus, alors qu un poste a été supprimé et qu un autre n est pas encore repourvu. Il faut ajouter les 3 engagements supplémentaires de collaborateurs destinés à assurer l exploitation des réseaux des communes genevoises, prestation qui a connu un développement marqué en Au 31 décembre 2011, l activité Eaux usées occupait 128 personnes dont 4 femmes, contre 126 personnes à fin 2010.

6

7 7 TITRE BROCHURE Titre rapport Xxx SITUATION DES HABITANTS RACCORDéS SIG assure en permanence la collecte, le transport et le traitement des eaux polluées produites sur l ensemble du territoire genevois ainsi que dans la partie de la région transfrontalière raccordée à son réseau de collecte. Ces tâches sont réalisées par l infrastructure de SIG, dite réseau primaire d assainissement, constituée de 153 km de collecteurs, 32 stations de pompage et 8 stations d épuration. Comparatif de la situation des habitants raccordés (habitants) Population du canton de Genève au 31 décembre ' '918 Habitants non raccordés Taux de raccordement (% du total) 99,6 99,6 99, Habitants raccordés sur des STEP privées du canton ' Habitants raccordés sur des STEP extérieures (Vaud ou France) Population du canton de Genève raccordée aux 8 STEP du RP Population française raccordée aux STEP du réseau primaire Population totale raccordée aux 8 STEP du réseau primaire

8 Situation des habitants raccordés 8 Bien que plus limitée, la croissance de la population établie dans le canton s est poursuivie en 2011, avec une hausse de 0.6 % soit habitants supplémentaires. Ce sont maintenant personnes du canton qui sont raccordées aux 8 STEP de SIG. Ces STEP ont aussi traité les eaux polluées des quelque habitants de la France voisine, issues des raccordements des communes du Pays de Gex, Viry, St-Julien, Collonges-sous-Salève, Bossey, Archamps et du hameau de Crevy (Veigy-Foncenex). La hausse massive de la population de la France voisine en 2009 provenait de quelque 38'400 habitants supplémentaires du Pays de Gex raccordés sur la nouvelle STEP de Bois-de-Bay. À l inverse, habitants du canton sont raccordés à des STEP qui ne sont pas exploitées par SIG, soit privées sur le canton de Genève, soit en France voisine ou encore dans le canton de Vaud. Fin décembre 2011, les eaux usées de résidents du canton sont traitées dans des stations d épuration centrales, ce qui représente un taux de raccordement particulièrement élevé (99.6 %), alors que les quelque habitants du canton, qui ne sont pas raccordés à une STEP parce que leurs logements sont éloignés des réseaux publics, doivent traiter leurs eaux polluées dans des installations individuelles. Evolution de la population totale raccordée au STEP de SIG habitants 550' ' ' ' ' ' '

9 9 Valorisation des déchets Approvisionnement en déchets Volume des eaux usées Comparée à la moyenne décennale (mesurée à 867 mm de pluies), 2011 peut être considérée comme une année particulièrement sèche avec seulement 688 litres par m 2 de pluviométrie annuelle mesurée sur le site d Aïre. Au bilan 2011, les stations d épuration exploitées par SIG ont réceptionné 71'917'000 m 3 d eaux usées, soit une baisse marquée de 7' m 3 (-9.9 %) par rapport à l année précédente. Le volume des eaux traitées biologiquement par les stations de SIG a atteint m 3 ce qui représente % du volume global des eaux usées mesuré à l entrée des STEP. Par conséquent, le taux des déversements en eaux partiellement traitées a une nouvelle fois été réduit par rapport à l année précédente (2.65 % en 2011 contre 4.33 % en 2010 et 5.64 % en 2009). Cette nouvelle baisse très importante des déversements doit essentiellement être imputée à cette année très sèche qui a limité l'apport d'eaux parasites dans les réseaux de collecteurs unitaires, alors qu il faut parallèlement relever la très bonne fiabilité des principales stations.

10 Volume des eaux usées 10 Evolution des volumes d eaux usées réceptionnés à l entrée des STEP, des volumes d eaux traités par les STEP et de la pluviométrie annuelle Volume total des eaux usées (m 3 ) 82' ' ' ' ' Volume épuré biologiquement (m 3 ) 77' ' ' Volume déversé partiellement traité (m 3 ) 5' ' ' ' ' Volume partiellement traité (% du total) Pluviométrie annuelle à Aïre (mm/an) Evolution des volumes annuels réceptionnés et traités dans les STEP, avec la pluviométrie mesurée dans l année Pluviométrie Volume eaux usées à l'entrée STEP (millions m 3 ) Volume eaux usées à la sortie STEP (millions m 3 ) millions de m mm de pluie 1'200 1' '

11 11 TITRE BROCHURE Titre rapport Performances de l'épuration Xxx La notion d équivalent-habitant exprime une quantité de pollution unitaire qui correspond à celle produite normalement par une personne, soit 60 g de DBO 5 (demande biologique en oxygène) par jour. Souvent exprimée en équivalent-habitant, la capacité de traitement de chaque station d épuration représente la quantité de pollution qu elle peut traiter de manière optimale à saturation. Lorsqu elle est exprimée en équivalent-habitant, la charge polluante mesurée à l entrée d une station d épuration permet aussi d apprécier son taux de saturation. La plupart du temps supérieure au nombre d habitants raccordés, la charge en équivalent-habitants montre aussi la part de pollution générée par l ensemble des activités économiques et qui s ajoute à la pollution issue de la population résidente. Etat de saturation des stations d épuration Capacité de traitement 1 Habitants raccordés au Charge polluante moyenne en Taux de saturation de la STEP Aïre % Bois-de-Bay % Villette % Nant-d'Aisy % Chancy % Avully-Gennecy ' % Monniaz % La Louvière % Total % 1 En équivalent-habitant (EH) correspond à 60 g de DBO 5 rejetée par un habitant et par jour.

12 Performances de l'épuration 12 Il est ici mis en évidence que plusieurs STEP sont exploitées à la limite, voire au delà de leur capacité de traitement nominale. La surcharge particulièrement marquée de la STEP de Chancy résulte du raccordement des villages de Laconnex et de Soral intervenus en Afin de maintenir la meilleure qualité de traitement attendue de ses STEP, SIG planifie et entreprend régulièrement des mesures d adaptation et d extension de ses ouvrages. A ce titre il est par exemple prévu de reconstruire la station de Chancy.

13 13 Assainissement des eaux usées Performances de l'épuration Pollution à l entrée des stations d épuration Conformément aux engagements pris en vers la Direction Générale de l Eau (DGEau), autorité cantonale de la gestion et protection des eaux, SIG a effectué 220 campagnes journalières de contrôles de la qualité des eaux à l entrée et à la sortie de ses STEP durant l année Ces contrôles portent sur plusieurs paramètres caractéristiques qui permettent de mesurer la teneur en pollution dans les eaux usées et de déterminer la charge à l entrée des STEP. Evolution de la charge totale en pollution mesurée à l entrée des STEP pour les principaux paramètres contrôlés tonnes/an DBO 5 MES DCO TOC N-NH 4 P tot (en tonnes/an) Variation 2011/2010 DBO 5 Demande biochimique en oxygène % MES Matières en suspension % DCO Demande chimique en oxygène % TOC Carbone organique % N-NH 4 Azote ammoniacal % P tot Phosphore total % En 2011 et contrairement à la tendance à la hausse observée ces dernières années, les charges en pollution globalement réceptionnée à l entrée des STEP ont été mesurées en nette baisse sur la plupart des paramètres. Cette situation assez particulière résulte certainement de la très faible pluviométrie annuelle. En effet, le déficit d eaux pluviales dans les collecteurs a favorisé le dépôt des particules de pollution et engagé un phénomène d autoépuration à même les réseaux avec parfois des situations d odeurs qui ont pu être perçues au voisinage des collecteurs. A l inverse, la pollution mesurée sous forme d azote ammoniacal est une nouvelle fois en nette hausse. Ce polluant, qui ne se dépose pas dans les réseaux et arrive en totalité aux STEP, traduit l accroissement de la population desservie par les STEP et surtout, la bonne santé des activités économiques du canton.

14 Performances de l'épuration 14 Rejets des stations d épuration Lors des campagnes journalières de contrôles des STEP, plusieurs paramètres caractéristiques ont été mesurés. Ils permettent de représenter la teneur résiduelle en pollution dans les eaux épurées par les STEP et de déterminer les charges qu elles ont rejetées dans les différents cours d eau du canton. Evolution de la charge totale en pollution rejetée par les STEP pour les différents paramètres contrôlés tonnes/an DBO 5 MES DCO TOC N-NH 4 P tot (en tonnes/an) Variation 2011/2010 DBO 5 Demande biochimique en oxygène % MES Matières en suspension % DCO Demande chimique en oxygène % TOC Carbone organique % N-NH 4 Azote ammoniacal % P tot Phosphore total % L année 2011 se caractérise par une très nette diminution ses charges en polluants rejetés par l ensemble des STEP dans le milieu naturel et ceci pour tous les paramètres caractéristiques mesurés. Si cette situation peut en bonne partie être imputée à la baisse de la pollution mesurée à l entrée des STEP, il faut surtout relever l efficacité et à la fiabilité accrue des principaux ouvrages (Aïre, Bois-de-Bay et Villette), leurs rejets en pollution azotée ayant diminué de manière spectaculaire malgré la nouvelle hausse de la charge de ce polluant à l entrée des stations.

15 15 Assainissement des eaux usées Performances de l'épuration Performances des stations d épuration Evolution des rendements globaux d élimination de la pollution dans les STEP pour les principaux paramètres mesurés % DBO 5 MES DCO TOC N-NH 4 P tot (en %) DBO 5 Demande biochimique en oxygène MES Matières en suspension DCO Demande chimique en oxygène TOC Carbone organique N-NH 4 Azote ammoniacal P tot Phosphore total Le bilan de l année 2011 montre, que les rendements d élimination des polluants dans les STEP de SIG continuent globalement de s améliorer, hormis pour le phosphore (dont l'apport par les eaux usées a diminué).

16 Performances de l'épuration 16 Performances des STEP en 2011 avec, pour les différents paramètres mesurés, le respect de la conformité des rejets et des rendements d élimination Conforme Non Conforme (<10 %) Non Conforme (>10 %) Pas de norme Aïre Vilette Bois-de-Bay Nant d'aisy Chancy Avully Monniaz La Louvière Sortie DBO 5 (mg/l) Rendement DBO 5 (%) Sortie MES (mg/l) DCO tot (mg/l) Rendement DCO tot (%) DCO (mg/l) Rendement TOC/DOC (%) NH 4 -N (mg/l) Rendement NH 4 -N (%) NO 2 -N (mg/l) Rendement N tot (%) P tot (mg/l) Rendement P tot (%) Les critères de conformité des STEP reposent sur les exigences légales en vigueur qui déterminent des performances à la fois qualitatives et quantitatives. Les trois grandes STEP ont traité 98 % de la totalité des eaux usées produites et ont rejeté des eaux épurées globalement conformes aux exigences légales en limitant leur impact sur les cours d eaux de grande capacité, soit le Rhône (pour les STEP d Aïre et Bois-de-Bay), et l Arve (pour la STEP de Villette). À l inverse, la qualité des rejets des plus petites STEP reste souvent insuffisante et dans le cas de Nant d Aisy, cela affecte notablement la qualité de ce petit cours d eau sensible. Comme chaque année, les performances des STEP ont été examinées avec la DGEau et ensemble, il a été convenu de la planification des travaux futurs destinés à poursuivre l amélioration durable de la qualité des cours d eau genevois.

17 17 TITRE BROCHURE Titre rapport Xxx Consommation d'énergies Comme les années précédentes, l ensemble de l approvisionnement en électricité a été couvert par de l électricité produite à 100 % par la force hydraulique dont l origine est certifiée. La consommation globale d électricité est mesurée en légère hausse en 2011 (+ 0,9 %), en raison de l augmentation notable de la pollution azotée éliminée par les STEP et de l exploitation soutenue du traitement séparé de l ammonium à la STEP d Aïre. De son coté, l exploitation de la station de Villette a été moins gourmande en énergie électrique alors que les stations de pompage ont été moins sollicitée durant une année 2011 particulièrement sèche. Evolution de la consommation d électricité pour les principaux ouvrages en MWh (en MWh/an) STEP Aïre STEP Villette STEP Bois-de-Bay Autres STEP Station de pompage de St-Jean Autres stations de pompage Consommation totale Variation annuelle en %

18 Consommation d'énergies 18 Pour ce qui concerne la consommation en énergie thermique des installations, il faut à nouveau relever que l essentiel des besoins a été couvert par la production d énergie renouvelable produite par la biomasse issue de l épuration de l ensemble du canton de Genève. Ainsi, la digestion de toutes les boues du canton à Aïre a permis de produire m 3 de biogaz en 2011, ce qui représente une légère hausse de 0.3 % par rapport à l année précédente. La stabilité de la production de biogaz résulte de la diminution de l apport en pollution organique par les eaux usées qui a toutefois été compensée par le traitement complémentaire de la biomasse issue des lavures de restaurants. La valorisation de ce biogaz a couvert presque tous les besoins en chauffage du site d Aïre et surtout, a produit presque toute la chaleur nécessaire pour sécher l ensemble des boues du canton. Le recours au mazout a été aussi limité que possible, mais la révision périodique des gazomètres a nécessité une consommation d huile de chauffage un peu plus élevée qu à l habitude. Un surplus de 704'000 m 3 de biogaz a malheureusement dû être brûlé en torchère durant l'année Afin de remédier à cette situation SIG, poursuit son projet visant à valoriser tout le biogaz excédentaire produit afin de pouvoir injecter ce biogaz préalablement purifié dans le réseau de gaz de ville d'ici début Un effort des exploitants a une nouvelle fois permis de limiter la consommation d eau potable nécessaire au fonctionnement des ouvrages et au bilan, on mesure une économie de 3.3 % du volume d eau potable utilisé. La consommation des produits chimiques nécessaire au traitement des eaux usées a diminué en proportion de la baisse de la pollution particulaire mesurée en 2011 alors qu en revanche, l installation du traitement de l ammonium d Aïre a nécessité une consommation de produit significative. L utilisation systématique et adaptée de produit lestant dans les STEP de Chancy et de Nant d Aisy a permis de stabiliser le fonctionnement de ces deux anciennes stations. La mise en œuvre d un nouveau traitement chimique à la STEP de Villette a contribué à l amélioration remarquable des performances de cette station obsolète.

19 19 TITRE BROCHURE Titre rapport Xxx Production et valorisation des déchets Evolution de déchets produits par les STEP (en tonnes) Déchets de dégrillage extraits Sables extraits Boues séchées en granulés

20 Production et valorisation des déchets 20 Les installations de prétraitement des STEP ont permis d extraire tonnes de déchets de dégrillage qui ont été évacuées à l usine des Cheneviers. Leur incinération a permis de produire de l énergie électrique et thermique. La hausse de ces déchets observée en 2011 est probablement due aux nombreux curages des réseaux communaux résultant de la mise en œuvre de la directive cantonale d exploitation pour ces ouvrages. 398 tonnes de sables ont été extraites des eaux usées et acheminées à la décharge cantonale de Nant de Châtillon une fois filtrées et lavées. Toutes les boues de STEP du territoire genevois ont été traitées à Aïre et au bilan, après digestion, déshydratation et séchage thermique, ce sont tonnes de boues en granulés secs qui ont été produites. C est essentiellement la baisse de la pollution particulaire mesurée à l entrée des stations qui a impacté la production de boues séchées, en nette diminution. Evolution des boues séchées produites tonnes/an 12'000 10'000 8'000 6'000 4'000 L élimination des boues en cimenterie, débutée en avril 2006, s est poursuivie et au bilan de 2011, tonnes de boues séchées ont été valorisées en énergie thermique et ont contribué à la production de ciment, sans produire de résidus ultimes. Cette filière de valorisation des boues présente un avantage économique et selon son écobilan, elle a un impact écologique favorable. Le solde de 286 tonnes de boues séchées, dont la qualité était insuffisante pour leur valorisation en cimenterie, a été pris en charge par l usine des Cheneviers pour être mélangé aux déchets ordinaires. 2'

21 21 TITRE BROCHURE Titre rapport Exploitation et maintenance des ouvrages Xxx Réseau primaire de collecte des eaux usées L unité Réseaux assure la gestion, le contrôle et l'entretien de 153 km de collecteurs du réseau primaire des eaux usées et des nombreux ouvrages connexes qui leurs sont liés, tels que : déversoirs d'orage, trop-plein, dégrilleurs automatiques, etc. Cette unité réseau a parallèlement collaboré à de nombreux et importants projets liés à l adaptation, au renouvellement et à la création de nouveaux ouvrages. Dans le cadre du concept d exploitation du réseau primaire, l ensemble des tronçons des collecteurs de la Plaine de l Aire, Confignon, Bernex, Onex, Evordes, Drize, FTI-la Praille et Val d Aire a été curé en Parallèlement, l entretien des tronçons de collecteurs de Gy, Jussy, Choulex, Presinge, Bel-Air, Vandoeuvres, Seymaz, Foron, Fossard, Sierne et Vessy a débuté. Au bilan de ces curages et de quelques interventions particulières sur des points sensibles, ce sont au total plus de 35 kilomètres de réseau qui ont été nettoyés et près de 50 tonnes de résidus (sables et graviers) qui ont été extraits et évacués en décharge. Dans le but de contrôler les emplacements des points d accès au réseau primaire et de vérifier l état des regards de visite, les tronçons de collecteurs suivants ont été parcourus et inspectés dans leur totalité : Bardonnex, Versoix-nord, Foron, Anière et Corsier. Ces contrôles ont permis d anticiper des travaux de curage et de programmer la réfection de certains regards de visite endommagés. Ainsi durant l année 2011, plusieurs chantiers de réhabilitation, de modification et de réparations de collecteurs ont été entrepris : création d aérations aux regards de visites du collecteur de Merdisel entre la galerie et la STEP de Bois-de-Bay dans le but de permettre l évacuation du souffle d air en cas de surverse au niveau de l ouvrage de régulation ; réhabilitation de collecteurs par chemisage sur les tronçons suivants : Plaine de l Aire Ø 40 cm sur mètres linéaires. Plaine de l Aire Ø 50 cm sur 194 mètres linéaires. Grâce à une déviation des eaux en surface au moyen de pompes mobiles, ces travaux ont pu être effectués sans aucun déversement dans le cours d eau ; plusieurs travaux de réparation menés sur des ouvrages particuliers du réseau, tels que les déversoirs d orage ; en prévision de travaux immobiliers un projet de remplacement des deux conduites de refoulement sous pression de la station de pompage de La Belotte a été engagé. Ce renouvellement de 150 mètres de conduites sera effectué en 2012.

22 Exploitation et maintenance des ouvrages 22 Réseaux secondaires de collecte des eaux usées des communes Neuf nouvelles communes ont choisi de déléguer l exploitation de leur réseau d assainissement à SIG, rejoignant les 21 communes déjà sous contrat. Il s agit de Céligny, Chêne-Bourg, Cologny, Hermance, Jussy, Thônex, Troinex, Vandoeuvres et Vernier. Fait marquant de 2011, SIG a signé son premier contrat avec la commune de Céligny enclave en terres vaudoises desservie en énergies par des opérateurs régionaux. Au bilan de l année écoulée, 767 kilomètres de réseaux d assainissement secondaires (eaux usées et eaux pluviales) appartenant aux communes genevoises ont été exploités, ainsi que les ouvrages qui leurs sont liés tels que : exutoires d eau pluviale, limiteurs de débit, chambres de vannes, etc. Pour l ensemble des 30 communes sous contrat, 135 kilomètres de réseau d assainissement ont été curés hydrauliquement, alors que 80 kilomètres de canalisations ont été inspectés au moyen d un robotcaméra. Le contrôle biannuel des 338 exutoires ainsi que les contrôles visuels de plus de regards de visite, ont permis de constater des pollutions qui ont été rapportées à l autorité compétente. Ces contrôles ont permis d annoncer aux communes les défauts rencontrés et leur formuler des recommandations afin de réhabiliter leur réseau d assainissement et d en garantir leur fonctionnement durable. Stations de pompage L exploitation des 32 stations de pompage du réseau primaire s est déroulée sans incident notoire. Avec le concours de l ingénierie de projet de SIG, l entreprise rénove et adapte régulièrement ses stations de pompage. Ainsi en 2011, les travaux suivants ont été engagés : Saint-Jean : remplacement des bobinages 400 V de la pompe 2G, puis substitution du rhéostat de régulation (variateur à électrolyte datant de 1965) par un variateur de fréquence de dernière génération ; Saint-Jean : révision complète du moteur et du réducteur de la pompe 3D ; Grand-Saconnex : remplacement de divers équipement électriques usés et installation de nouveaux automates de contrôle-commande des pompes. Parallèlement, l activité Eaux usées exploite et entretient 31 stations de pompage appartenant à des tiers. Comme plusieurs de ces stations présentent une usure élevée, SIG a proposé à leurs propriétaires des offres en vue de la rénovation de leurs ouvrages, toutefois aucun travail de cette nature a été entrepris en A noter que SIG n exploite plus la station de pompage de Lully car la commune de Bernex a préféré confier sa réhabilitation à une autre entreprise qui en a désormais pris la charge. Saint-Jean : étude puis début du remplacement des vannes à batardeau usées. Le nouvel équipement doit permettre un maniement plus aisé et mieux sécurisé de ces organes permettant d isoler les différents canaux d alimentation de la station ;

ASSAINISSEMENT DES EAUX USéES. Rapport d exploitation 2014

ASSAINISSEMENT DES EAUX USéES. Rapport d exploitation 2014 ASSAINISSEMENT DES EAUX USéES Rapport d exploitation 2014 SOMMAIRE 06 L'essentiel 4 éditorial 5 Chiffres clés 2014 Ressources humaines 6 Informations sur le personnel Santé et sécurité 7 Promotion de la

Plus en détail

RESOURCES HUMAINES ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES. Rapport d exploitation 2013

RESOURCES HUMAINES ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES. Rapport d exploitation 2013 RESOURCES HUMAINES ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES Rapport d exploitation 2013 1 ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES Rapport d'exploitation 2012 SOMMAIRE L'ESSENTIEL 4 Editorial 5 Chiffres clés 2013 RESSOURCES

Plus en détail

L'assainissement transfrontalier à Genève : de la planification à la réalisation

L'assainissement transfrontalier à Genève : de la planification à la réalisation FORUM du 18 septembre 2013 Gestion intégrée des eaux : Comment réussir une régionalisation par bassin versant L'assainissement transfrontalier à Genève : de la planification à la réalisation Alain Wyss

Plus en détail

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement Commune de Saint Chamond 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement 1 Le service assainissement collectif concerne la collecte des eaux usées et pluviales de la commune de SAINT CHAMOND et la dépollution

Plus en détail

Texte du Projet de loi

Texte du Projet de loi Projet de loi autorisant le Gouvernement à participer au financement des travaux d'agrandissement et de modernisation de la station d'épuration d'esch/schifflange par dépassement du montant fixé par la

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

Journée du CUEPE 2007 Turbines à gaz Cycle combiné et cogénération

Journée du CUEPE 2007 Turbines à gaz Cycle combiné et cogénération Journée du CUEPE 2007 Turbines à gaz Cycle combiné et cogénération Site de Battelle 23 mars 2007 André Künzi et team SIG Page -1- Les thèmes 1 L environnement actuel 2 Besoins à couvrir à Genève 3 Stratégie

Plus en détail

SPANC & SIGREDA. Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il?

SPANC & SIGREDA. Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il? SPANC & SIGREDA Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il? Au préalable Le SIGREDA Le SIGREDA Syndicat Intercommunal de la Gresse, du Drac et de leurs Affluents

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Charles BALTZER Conseil Général du Bas-Rhin Jean-Sébastien CHLOSTA Communauté de Communes de Cattenom et Environs La finalité de l assainissement

Plus en détail

I. DISPOSITIONS GENERALES

I. DISPOSITIONS GENERALES EAU 1. Estavayer-le-Lac, le 15 décembre 2011 REGLEMENT RELATIF A L EVACUATION ET A L EPURATION DES EAUX **************************************************** Le Conseil général vu : - la loi du 22 mai 1974

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère Collecte et dépollution des eaux usées points de repère coûts environnement assainissement Toute eau utilisée pour l activité humaine devient eau usée En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE RAPPORT ANNUEL 2012 Page 2 RAPPORT 2012 Caractérisation technique du service Organisation administrative

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Financement des travaux. d'agrandissement et de modernisation de la station d'épuration Esch/Schifflange

Les avis de la Chambre des Métiers. Financement des travaux. d'agrandissement et de modernisation de la station d'épuration Esch/Schifflange Les avis de la Chambre des Métiers Financement des travaux d'agrandissement et de modernisation de la station d'épuration Esch/Schifflange CdM/18/06/13 / 13-14 Projet de loi autorisant le Gouvernement

Plus en détail

Programme de gestion de la vidange des fosses septiques

Programme de gestion de la vidange des fosses septiques Programme de gestion de la vidange des fosses septiques Foire aux questions FAQ : 1) Comment le montant budgétaire de la taxe 2011 a été établi sur la vidange des fosses septiques? La taxe annuelle de

Plus en détail

ACHAT / VENTE / REHABILITATION

ACHAT / VENTE / REHABILITATION ACHAT / VENTE / REHABILITATION Vos obligations en termes d assainissement L assainissement a pour objectif de protéger la santé et la salubrité publique ainsi que l environnement contre les risques liés

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Mini-station d épuration individuelle KLARO

Mini-station d épuration individuelle KLARO CANPLAST SA est spécialisé dans la fourniture de canalisations, pièces, chambres de visite et autres ouvrages spéciaux en matière d assainissement et d'évacuation des eaux. Depuis 1992, son département

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Assainissement

Principales missions opérationnelles : Assainissement Mètres cubes produits par jour : 15 690 m3 Origine : eaux de surface (captage en ruisseaux et étangs) Mode de production : affermage Mode de distribution : affermage Mode d intervention : affermage + régie

Plus en détail

Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées

Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées Commune de Lutry Direction des travaux Préavis municipal no 1096/2006 Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées Au Conseil communal

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis n 15 30 mars 2005 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant une demande de crédit d investissement de fr. 443'000.- pour le remplacement

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Collecteur principal

Collecteur principal Assainissement collectif des eaux usées Point travaux / janvier 2013 Collecteur principal Renforcement du collecteur général au droit de la gare Audenge Objectif : améliorer la capacité du réseau Le SIBA

Plus en détail

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif BIOROCK La solution d Assainissement Non Collectif Programme 1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction BIOROCK Système d épuration de BIOROCK Capacité des unités BIOROCK Avantages des unités BIOROCK Certifications

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

Les économies d eau, l affaire de tous

Les économies d eau, l affaire de tous Les économies d eau, l affaire de tous La robinetterie Les toilettes L électroménager Liens vers sites spécialisé Sources La robinetterie les réducteurs de pression individuel robinets mitigeurs robinets

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DES CUISINES PROFESSIONNELLES

ASSAINISSEMENT DES CUISINES PROFESSIONNELLES ETAT DE VAUD Département de la sécurité et de l environnement DIRECTIVE CANTONALE DCPE 560 DECEMBRE 2005 ASSAINISSEMENT DES CUISINES PROFESSIONNELLES Section assainissement industriel, Rue du Valentin

Plus en détail

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS Ou comment raccorder son habitation pour traiter les eaux usées et évacuer les eaux pluviales. www.grandtoulouse.fr Grand Toulouse - Direction Assainissement 1, place

Plus en détail

Préavis N 10-2014 au Conseil communal

Préavis N 10-2014 au Conseil communal Municipalité Préavis N 10-2014 au Conseil communal Créditts supplémentaires au budget communal de l'exercice 2014, 1ère série Crédit demandé CHF 189'700.00 Responsabilité(s) du dossier : Direction de l

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis no 29 15 août 2005 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant une demande de crédit d investissement de fr. 735'000.- pour le curage des

Plus en détail

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Message de bienvenue par M.Lorenzini Conseiller administratif Présentation du concept d assainissement Par M. Dubois service des travaux et de l urbanisme Par M. Martin

Plus en détail

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE 1. OBJECTIF La politique de capitalisation et d amortissement sert à l identification et à la comptabilisation

Plus en détail

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1 VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE N/Réf. : 16229 8 mai 2013 Révision 1 Page : 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN SITUATION... 1 2. ANALYSE

Plus en détail

VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER P L U. lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES PLU 1.5.

VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER P L U. lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES PLU 1.5. VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER d P L U lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES P.L.U. APPROUVE D.C.M. 19 juillet 2004 Modification n 1 D.C.M.

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants)

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants) Conseils et gestes éco citoyens à appliquer Une installation défectueuse ou mal entretenue peut présenter un risque pour la santé et l environnement. LA RÉGLEMENTATION Code de la Santé Publique (articles

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Service public d eau d

Service public d eau d Service public d eau d potable Syndicat Mixte du Canton de Saint Peray Présentation RAD année 2013 Comité Syndical Mercredi 10 décembre 2014 Les chiffres clés s 2013 Les chiffres clés des services d Eau

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

Règlement du Service d Assainissement Collectif

Règlement du Service d Assainissement Collectif Règlement du Service d Assainissement Collectif Article 1. Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de présenter les modalités et les conditions d utilisation et de gestion du réseau d assainissement

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

REGLEMENT CONCERNANT L EVACUATION ET L EPURATION DES EAUX USEES (du 18 novembre 1985) 1. (en révision) I. DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT CONCERNANT L EVACUATION ET L EPURATION DES EAUX USEES (du 18 novembre 1985) 1. (en révision) I. DISPOSITIONS GENERALES REGLEMENT CONCERNANT L EVACUATION ET L EPURATION DES EAUX USEES (du 18 novembre 1985) 1 (en révision) Le Conseil général de la Ville de Fribourg vu la loi fédérale du 8 octobre 1971 sur la protection des

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD RAPPORT-PREAVIS No 17/2012

MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD RAPPORT-PREAVIS No 17/2012 MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD RAPPORT-PREAVIS No 17/2012 Rapport de la Municipalité sur le postulat de Monsieur le Conseiller communal Samuel Karlen intitulé «STEP de Bussigny-près-Lausanne» AU CONSEIL COMMUNAL

Plus en détail

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT Des processus de bureau respectueux de l environnement grâce au recours à un système moderne de gestion des documents Utilisation de matériaux respectueux de

Plus en détail

La Régie en 10 Questions

La Régie en 10 Questions La Régie en 10 Questions l eau d aujourd hui d 1 Le choix de la gestion directe. Pourquoi? Une dynamique engagée Municipaliser la gestion de l eau s inscrit dans une volonté affirmée de redonner un sens

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL I - PROCEDURE L examen de la gestion du syndicat intercommunal

Plus en détail

LA MICRO-STATION NOUVEAU! SENSATIONNEL!!! MICRO-STATION SSB AQUATO STABI-KOM. Traitement biologique des. eaux usées pour le neuf et.

LA MICRO-STATION NOUVEAU! SENSATIONNEL!!! MICRO-STATION SSB AQUATO STABI-KOM. Traitement biologique des. eaux usées pour le neuf et. LA MICRO-STATION NOUVEAU! SENSATIONNEL!!! Traitement biologique des eaux usées pour le neuf et la réhabilitation MICRO-STATION SSB AQUATO STABI-KOM AQUATO STABI-KOM LA NOUVELLE GÉNÉRATION DE MICRO-STATION!

Plus en détail

Alimentation en eau potable et assainissement

Alimentation en eau potable et assainissement Qualité et cadre de vie Environnement Alimentation en eau potable et assainissement Alimentation en eau potable : Cf : tableau page suivante Assainissement Cf : tableau page suivante Contact Les dossiers

Plus en détail

Sauvons notre planète

Sauvons notre planète présente Economisez l eau Dans des conditions de fosses septiques normales, toute l eau utilisée dans votre maison est alimentée par le biais de trappes àgraisse, de gravières et ensuite gaspillée. Avec

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT

REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT Maître d'ouvrage Commune de MALVILLE Hôtel de Ville Rue Merlerie 44260 MALVILLE REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT NOTE DE SYNTHESE Janvier 2014 EF Etudes 4, rue Galilée BP 4114, 44341 BOUGUENAIS

Plus en détail

PROGRAMME DE LÉGISLATURE

PROGRAMME DE LÉGISLATURE COMMUNE DE SAINT-SULPICE MUNICIPALITÉ PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Saint-Sulpice, le 13 février 2012 - 2 - MUNICIPALITÉ DE SAINT-SULPICE PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Préambule Conformément

Plus en détail

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans.

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans. Objet : entretien assainissement individuel Madame, Monsieur, Votre habitation est équipée d un système d assainissement non collectif pour le traitement de vos eaux usées. Le bon fonctionnement de cet

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration (capacité inférieure à 100 EH) L eau préservée... Cette brochure ne concerne pas

Plus en détail

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION Opérations de superficie supérieure ou égale à 1 ha et opérations de superficie inférieure à 1 ha mais comprenant au moins 3 lots Dossiers

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement JOURNEE ASCOMADE Raccordement des entreprises à un réseau public d assainissement Vendredi 28 mars 2008 ELIMINATION DES EFFLUENTS INDUSTRIELS Traitement par une station d épuration interne Prétraitement

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CRÉDIT D INVESTISSEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE TRAVAUX DE STABILISATION DU NANT DES GREBATTES (KM 0.451)

CRÉDIT D INVESTISSEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE TRAVAUX DE STABILISATION DU NANT DES GREBATTES (KM 0.451) DA 564-14.11 CRÉDIT D INVESTISSEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE TRAVAUX DE STABILISATION DU NANT DES GREBATTES (KM 0.451) Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, Fin août 2013, suite aux précipitations

Plus en détail

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets RETOURS D EXPÉRIENCES ET PROBLÈMES RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES Ir. Anne CLERIN Chef de Projets -AIVE - LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LE CONTEXTE DE L ASSAINISSEMENT DES EAUX

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013 DEPARTEMENT DE LA DRÔME DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE GESTION DE L EAU Cellule d Assistance Technique ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

Eaux usées Centre de traitement

Eaux usées Centre de traitement EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Centre de traitement Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eaux qui ont été utilisées pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau

Plus en détail

ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains

ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains Exemple 3 = Jura : Un exemple pratique qui montre l intérêt pour les communes Michel Hirtzlin, chef de service SID SOMMAIRE 1. Brève introduction 2. Le processus

Plus en détail

Mini stations d épuration selon EN 12566-3

Mini stations d épuration selon EN 12566-3 Mini stations d épuration selon EN 12566-3 Vous n êtes pas raccordé à la canalisation? Alors vous n êtes pas le seul, car un citoyen sur cinq est dans le même cas en Europe. Rien qu en France, il y aura

Plus en détail

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage.

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage. Best practice Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage Sommaire 1 Quelques aires exemplaires 2 Procédure pour la création de nouvelles

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

Economies d eau et lavage des véhicules de service public

Economies d eau et lavage des véhicules de service public 1er avril 2009 1 Agence de l Eau Loire Bretagne Economies d eau et lavage des véhicules de service public Une expérience d usage des eaux de pluies pour le lavage d une flotte de camions bennes de collecte

Plus en détail

Rapport périodique sur la mise en œuvre du Plan directeur d investissement

Rapport périodique sur la mise en œuvre du Plan directeur d investissement - 11 - Annexe C C: PLAN DIRECTEUR D INVESTISSEMENT Rapport périodique sur la mise en œuvre du Plan directeur d investissement Introduction 1. Le présent document résume les activités et les projets relatifs

Plus en détail

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées.

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. Brochure produit Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. 2 Traitement innovant des eaux usées Optimisation des performances de traitement grâce aux technologies innovantes Wilo. Les exploitants

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif. Missions du SPANC. Fonctionnement d un ANC. Procédures et Règlementation

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif. Missions du SPANC. Fonctionnement d un ANC. Procédures et Règlementation S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif Missions du SPANC Fonctionnement d un ANC Procédures et Règlementation Campagnes de vidanges Missions du SPANC Le SPANC? C est le Service Public

Plus en détail

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus.

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus. les chaudières performantes Depuis 20 ans... hier... ++ Des chiffres révélateurs Le chauffage et la production d eau chaude représentent les deux tiers de la facture d énergie des ménages. Par ailleurs,

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul

Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul Luc SOMLETTE Directeur Assainissement CAV Ex chef de service eau assainissement à la Ville de Vesoul Les points abordés

Plus en détail

Convention relative à l entretien d une installation d assainissement non collectif

Convention relative à l entretien d une installation d assainissement non collectif Convention relative à l entretien d une installation d assainissement non collectif Entre : Mme, M, Demeurant à : Téléphone :. Désigné ci-après par l appellation «le propriétaire», Et La Communauté de

Plus en détail

Une épuration choisie

Une épuration choisie ETAT DES LIEUX EN LOIR ET CHER Dans l état actuel des choses, le département dispose de 216 unités d épuration qui assurent le traitement total ou partiel de 212 communes sur les 290 que comporte le département.

Plus en détail

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.»

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» «Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» 1 Production d électricité 20 % des besoins en électricité ménage des nouvelles constructions doivent être couverts

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S Message pour le Conseil général No. 21 Objet : Installation de la société Marvinpac SA au «Pré aux Oies» - Achat de la parcelle 6818 Crédit d investissement -

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

Point n 6 de l ordre du jour. Coûts des énergies

Point n 6 de l ordre du jour. Coûts des énergies Point n 6 de l ordre du jour Rapport du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 211 000.- pour le changement du système de chauffage du collège d Auvernier Monsieur le

Plus en détail