LES TESTS DE PROVOCATION DE LA DOULEUR DE L ARTICULATION SACRO-ILIAQUE (RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TESTS DE PROVOCATION DE LA DOULEUR DE L ARTICULATION SACRO-ILIAQUE (RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE)"

Transcription

1 MINISTERE DE LA SANTE REGION LORRAINE INSTITUT DE FORMATION EN MASSO-KINESITHERAPIE DE NANCY LES TESTS DE PROVOCATION DE LA DOULEUR DE L ARTICULATION SACRO-ILIAQUE (RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE) Rapport de travail écrit personnel présenté par Emmanuel COTTANT étudiant en 3 ème année de kinésithérapie en vue de l obtention du Diplôme d Etat de Masseur-Kinésithérapeute

2 PRESENTATION DU LIEU DE STAGE Ce travail a été réalisé : Du 9 Septembre au 25 Octobre A la Clinique de Traumatologie et d Orthopédie de NANCY. 49, rue Hermitte NANCY CEDEX. Cet établissement est géré par l U.G.E.C.A.M. Nord-est depuis 1999 et appartient au Syndicat Interhosptitalier Nancéien de Chirurugie de l Appareil Locomoteur (SINCAL). A propos de l établissement : Chirurgien chef de l établissement : Professeur D. MOLE. Cadre de Santé Masseur-Kinésithérapeute : Monsieur Bernard PETITDANT. Nombre de lits : 108. Pathologies rencontrées : Traumatologie et orthopédie. Composition du plateau technique : 4 Masseurs-Kinésithérapeutes. Je soussigné, Bernard PETITDANT, donne autorisation à Emmanuel COTTANT de présenter son travail écrit à la soutenance orale dans le cadre du Diplôme d Etat de Masseur- Kinésithérapeute. Date :././. Signature : Cachet de l établissement :

3 REMERCIEMENTS Je remercie M. Bernard PETITDANT, pour ses conseils, son aide et pour son investissement dans ce travail. Je remercie M. Pascal GOUILLY, pour ses remarques et conseils avisés. Je remercie Me Anne ROYER pour sa disponibilité durant mes études. Je remercie Melle Jennifer NG YUK SHING pour m avoir servi de modèle pour les photographies illustrant ce mémoire. Je tiens à remercier particulièrement Melle Rosalie SEYLLER, ainsi que ma famille pour leur soutien moral.

4 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION METHODE Méthode de recherche Standardisation de description des tests RAPPELS SUR L ANATOMIE, LA BIOMECANIQUE ET L INNERVATION Anatomie et biomécanique Innervation de l articulation sacro-iliaque PHYSIOPATHOLOGIE Anamnèse Signes cliniques Diagnostic diffférentiel TESTS INTERROGEANT L ARTICULATION SACRO-ILIAQUE A PARTIR DES MEMBRES INFERIEURS Test de PATRICK ou test de fabre Test de YEOMAN, test de MENNEL en procubitus, test du tiraillement antérieur, ou extend-push test Thigh thrust test, posterior shear test, test de LESSAGE numéro 1, flexion-adduction hip test Variantes Test de LAGUERRE... 8

5 LAGUERE s sign Sacroiliac aggravation Sacroiliac rocking test, knee to shoulder test, ou manœuvre pour les ligaments sacroiliaques et sacro-tubérositaites SI-ST de DEPOORTER A Test de ROTES-QUEROL Test de MASSARD Test de GRABARD Les contractions isométriques Test de MAC-NAB : contraction isométrique des abducteurs Contraction isométrique des rotateurs latéraux Contraction isométrique des adducteurs de hanche Manœuvre de LASEGUE, test de BRAGARD, ou straight leg raising test test de GAENSLEN, test de MENNEL en décubitus TESTS DIRECTEMENT APPLIQUES SUR LE SACRUM Sacral thrust test, sacral apex pressure test, prone springing test, sacral pressure test, midline sacral thrust, sacral base springing test, pression sur la crête sacrée, test de COSTE et ILLOUZ, pressure on the apex sacralis Pression sur l hémi-sacrum cranial shear test Variante du cranial shear test TESTS A PARTIR DES AILES ILIAQUES Compression test, test de rapprochement, approximation test, test de VOLKMAN, side-lying iliac compression test Squish test... 16

6 7.3. Pelvic rock test Distraction test, gapping test, test d écartement, test d ERICKSEN, test de VERNEUIL ou d écartement des ailes iliaques, iliac compression test test de GAENSLEN en latérocubitus ou test du volant, MAITLAND test Test numéro deux de LESAGE Test de BERLINSON G Test de VERRAL, pression globale sur le pubis Etude des mouvements provoqués de CAMPBELL En position debout En position assise En décubitus dorsal DISCUSSION Dans quel cadre évaluer les articulations sacro-iliaque? Existe-t-il un test pathognomonique d une souffrance sacro-iliaque? Intérêts de ces tests Peut-on améliorer la reproductibilité inter-examinateurs des tests Peut-on faire un diagnostic positif de souffrance sacro-iliaque? CONCLUSION... 26

7 1 1. INTRODUCTION Dans une société moderne et exigeante, la nécessité de résultats fait partie de notre quotidien. Le thérapeute se doit d être performant, et d avoir le maximum d éléments pour établir le bilan diagnostic kinésithérapique. L évaluation de la souffrance sacro-iliaque doit répondre à ces exigences, souvent mis au second plan, l articulation sacro-iliaque (ASI) serait pourtant à l origine d un pourcentage variable des lombalgies selon les auteurs [6,29,39,45]. Son évaluation se fait à l aide de deux types de tests [23,44] : les tests de mobilité et les tests de provocation de la douleur. Nous nous sommes limités aux tests de provocation de la douleur, qui ont pour but, de déclencher les symptômes du patient. Nous avons répertorié 30 tests. Un rappel anatomique, cinésiologique et de l innervation des ASI nous permet de justifier les éléments de l anamnèse, du dossier médical et de l attitude spontanée qui peuvent nous orienter vers une investigation de ces articulations. Enfin, le travail se terminera par une discussion générale sur ces tests. 2. METHODE Méthode de recherche La recherche bibliographique a consisté à interroger les bases de données Medline, Pubmed, Réedoc, avec pour mots clef : articulation sacro-iliaque, reproductibilité, test de provocation de la douleur, examen clinique, et leur traduction anglaise. Au final nous avons obtenu une cinquantaine d articles dont 31 ont retenu notre attention car correspondant à notre sujet. Une recherche manuelle nous a permis de retenir 11 ouvrages et 6 articles.

8 Standardisation de la description des tests Afin de faciliter la lecture et la compréhension des tests, nous avons établi une présentation standard de ceux-ci. Chaque test se présente de la manière suivante : Nom(s) du test. Installation du patient. Thérapeute : installation et positionnement des mains décrits par rapport à la position de référence de DE BRONNER. But(s) : objectif(s) de l application du test. Photo : pour une meilleure compréhension de la description des tests. Légende : Participation active du patient. Mobilisation du thérapeute. L annexe I regroupe l ensemble des différents tests et donne les références et les résultats de ceux ayant fait l objet d une étude de reproductibilité inter-examinateur. 3. RAPPELS SUR L ANATOMIE, LA BIOMECANIQUE ET L INNERVATION 3.1. Anatomie et biomécanique Les anatomistes [6,17,20,21,28,32,34,39,41,47] s accordent à dire que les ASI sont des diarthroses. Leur rôle étant d absorber les forces entre le tronc et les membres inférieurs [2,17,34], ces articulations sont stabilisées par des ligaments très puissants [6,17]. En ce qui concerne la biomécanique, il est établi qu il existe une mobilité relative, dont l amplitude diminue avec l âge [6,29,37]. Les annexes II et III présentent les schémas anatomiques.

9 Innervation de l articulation sacro-iliaque L innervation des ASI est une donnée controversée, mais essentielle pour appréhender et éventuellement expliquer la grande diversité des douleurs [6,39,40,41]. Globalement nous avons retrouvé une innervation radiculaire allant de L2 à S4, avec de grandes différences d un auteur à l autre. Par contre, l innervation tronculaire semble plus claire avec l intervention du nerf obturateur [39,40,41], du nerf glutéal supérieur [14,39,40,41] et du tronc lombo-sacré [39,40,41]. Les variantes de l innervation sont présentées dans l annexe IV. 4. PHYSIOPATHOLOGIE. Le diagnostic médical s oriente vers une souffrance des ASI, en fonction de l anamnèse et des signes cliniques. Le médecin le confirmera ou l infirmera avec les éléments du diagnostic différentiel. Par définition le syndrome sacro-iliaque correspond à l expression algique, quelque soit son type, d une lésion de cette articulation Anamnèse L interrogatoire nous permet de retrouver des éléments redondants propres aux patients souffrant d un syndrome sacro-iliaque. Classiquement, il s agit d une jeune adolescente [6] ou d une femme enceinte [6,8,11,30,31]. En effet, les changements hormonaux (relaxine), de cette dernière, provoquent une laxité ligamentaire [17]. L accouchement peut également entraîner un diastasis des ASI, donc une souffrance ligamentaire [11]. Nous retrouvons souvent dans l historique du patient un traumatisme de gravité variable, allant de l accident de la voie publique [33] à la simple chute dans un trou lors de la descente ratée d une marche ou d un trottoir, le genou étant en extension [31,41], ou même

10 4 une chute sur les fesses [6]. Mais nous pouvons également retrouver à l origine des douleurs un mouvement de torsion [33], ou même de glissade en poussant un objet lourd produisant une hyper-extension de hanche [3,6]. Certaines activités déclenchent volontiers les symptômes. Parmi les activités retrouvées, nous citerons le roller [33], le golf [33], le bowling [33], le vélo [6], la montée des escaliers [6] et la marche [41]. Ces activités ont pour point commun un travail asymétrique, ce qui déclenche ou augmente les douleurs du syndrome sacro-iliaque. Certains patients se plaignent de l apparition de douleur lors du port de charge en appui unipodal homolatéral à l ASI en souffrance [41], tandis que l appui sur l autre jambe soulage la douleur [41]. Nous retrouvons également des douleurs à la conduite [7,41], notamment lors du débrayage [47]. En position assise, nous avons retrouvé des plaintes lors de la mise de chaussette en flexion-abduction-rotation latérale de hanche signant une lésion sacro-iliaque homolatérale [1] Signes cliniques A l entrée dans le cabinet le patient peut présenter une boiterie d origine sacro-iliaque avec un raccourcissement du pas du côté controlatéral à l ASI en souffrance [31]. << Dans le cas d un patient souffrant d un tiraillement antérieur de l articulation sacro-iliaque droite, celui-ci présentera une boîterie avec le poids du corps reporté sur la jambe gauche, la hanche droite fléchie, le poids sur la hanche droite est limité avec un léger appui des orteils sur le sol, la colonne lombaire présente une courbure tournée vers la gauche, la lordose est accentuée, c est une attitude réflexe pour diminuer les tensions au niveau de la sacro-iliaque. >> [1]. Une importante douleur sacro-iliaque peut entraîner une inhibition réflexe du moyen-

11 5 fessier [28]. La rotation médiale lors de la marche peut-être limitée par un blocage sacroiliaque, il est alors intéressant de regarder l usure des chaussures du patient [1]. En position assise la douleur peut-être aggravée : nous retrouvons donc le patient assis sur la fesse opposée à l articulation touchée [6,31,41]. De la même manière, la position en latérocubitus homolatérale à l ASI touchée est douloureuse [41]. Une inégalité de longueur des membres inférieurs peut-être la cause d une souffrance sacro-iliaque [8,9], la douleur se présentant le plus fréquemment du côté de la jambe longue [8]. Nous proposons sous forme schématique la topographie des douleurs et les données de la littérature sur leurs fréquences : ANNEXE V Diagnostic différentiel Les dysfonctions des ASI sont évoquées chez les lombalgiques [6,8,10,17] dans des proportions différentes suivant la littérature 6.3 % [45], 13 % d après SCHWARZER [39], 18.5 % pour MAIGNE [29], 22.5 % [BERNARD cité par 39], 30 % [39], 40 % [6]. L étude la plus représentative à nos yeux est celle de BERNARD qui a étudié une population de 1293 lombalgiques. Nous avons retrouvé dans la littérature, une sciatalgie d origine sacro-iliaque [39,40,41]. En effet, une lésion de l ASI agit souvent sur le muscle piriforme, sa contracture entraîne une compression du nerf sciatique dans la grande incisure sciatique induisant une pseudo-sciatique [22,39,40], l ANNEXE VI permet de visualiser la région anatomique incriminée. Dans le même registre nous pouvons trouver une souffrance isolée de la racine L5, qui traverse l ASI homolatérale, pouvant expliquer certaines douleurs périphériques [41].

12 6 Les souffrances sacro-iliaques peuvent-être dues à d autres pathologies: Une inflammation de l articulation [17]. Au début de la maladie de REITER [17]. L apparition d une spondylarthrite ankylosante qui se caractérise par une atteinte primaire des ASI [5,6,17]. Une infection des ASI [41]. Un cancer [41]. Une crise de goutte [6]. Une souffrance des tissus mous péri-articulaires [29], qui pourrait être d après MAIGNE [29] le syndrome sacro-iliaque. Une perturbation du mouvement de l articulation (hypermobilité, hypomobilité ou même blocage) [17,25,36]. 5. TESTS INTERROGEANT L ARTICULATION SACRO-ILIAQUE A PARTIR DES MEMBRES < Figure 1 : test de PATRICK 5.1. Test de PATRICK [6,11,19,29,31,37,41,46] ou test de fabre* [6,19,24,31,37] Installation du patient : décubitus sur un plan dur, le talon du patient est posé sur le genou controlatéral, la hanche du patient est donc en flexion abduction et rotation latérale. Thérapeute : debout homolatéral, la main crâniale posée face antérieure sur l EIAS controlatérale permettant de fixer le bassin, la main caudale posée face médiale du condyle médial et applique une force dirigée postérieurement. But : ce test amène la hanche en bout de course. S il y a apparition de douleur il faut

13 7 absolument demander sa localisation. En effet, une douleur coxo-fémorale est située dans le pli de l aine tandis qu une douleur sacro-iliaque est postérieure [3]. * : f pour flexion, ab pour abduction et re pour rotation externe Test de YEOMAN [31,41], test de MENNEL en procubitus [1,31], test du tiraillement antérieur [43], ou extend-push test [24] Installation du patient : procubitus. Thérapeute : debout homolatéral. Main caudale face antérieure tiers inférieur de la cuisse amène progressivement la hanche en extension [24,31,41,43], en rotation indifférente [24,31,43] ou latérale [41], soit genou tendu [1,31], ou fléchi [24,41,43]. La main crâniale sert de contre-prise placée sur l EIPS [31], sur le sacrum [1], ou sur le sulcus sacré homolatéral [41], ou encore sur l aile iliaque homolatérale [24] ou même sans contre-prise [43]. But : l apparition de la douleur indique une pathologie sacro-iliaque homolatérale [24,31,43] qui subit des contraintes en cisaillement [24]. L hémi-bassin est sollicité en rotation antérieure sous l effet de la mise en tension du droit fémoral [43] sur un genou fléchi. Figure 2 : test de YEOMAN

14 Thigh thrust test [11,23,46], posterior shear test [23], test de LESSAGE numéro 1 [31], flexion-adduction hip test [46]. Installation du patient : décubitus, sa hanche fléchie à 90 degrés. Thérapeute : debout controlatéral. Main caudale face latérale du genou, le thérapeute bloquant le genou du patient entre son avant bras et son thorax. Main crâniale paume ouverte recevant le sacrum du patient [23] ou paume de la main en regard de l ASI homolatérale [31], ou même sans contre-prise [31]. Le thérapeute presse de tout son poids sur le fémur du patient en associant en plus une adduction [23]. Buts : ce test applique un cisaillement sur l articulation sacro-iliaque [23], et une mise en tension des éléments postérieurs de l articulation [11]. Figure 3 : thigh thrust test Variantes Test de LAGUERRE [31]. Installation du patient : décubitus, hanche fléchie à 90 degrés et en abduction complète. Thérapeute : debout homolatéral, applique une pression axiale sur le fémur en direction postérieure. Buts : recherche du déclenchement d une douleur fessière. Figure 4 : test de LAGUERRE

15 LAGUERE s sign [28]. Installation du patient : décubitus, hanche en flexion adduction et rotation latérale. Thérapeute : debout controlatéral. Main caudale effectue une prise en berceau et s appose sur la face antérieure du genou et applique une pression sur l axe du fémur en fin de mouvement. Main crâniale sur l EIAS homolatérale afin de stabiliser le bassin. But : recherche d une douleur sacro-iliaque. Figure 5 : LAGUERE s sign Sacroiliac aggravation [24]. Installation du patient : décubitus, hanche et genou fléchis à 90 degrés. Thérapeute : debout homolatéral. Il exerce une pression sur le genou en direction postérieure. But : induire un cisaillement de l articulation sacro-iliaque homolatérale. Figure 6 : sacroiliac aggravation 5.4. Sacroiliac rocking test [28], knee to shoulder test [28], ou manœuvre pour les ligaments sacro-iliaques et sacro-tubérositaites (SI-ST) de DEPOORTER [31]. Installation du patient : décubitus. Thérapeute : debout controlatéral. Main crâniale placée sous l articulation sacro-iliaque homolatérale [31] ou sans contre-prise [28]. Main caudale posée face antérieure du genou

16 10 homolatéral qui amène la hanche en flexion maximale en associant une pression dans l axe du fémur et une adduction extrême. [28,31] Buts : cette manœuvre teste les ligaments sacro-iliaques [31], tandis qu en direction de l épaule homo-latérale nous testons les ligaments sacro-tubérositaires [31]. Figure 7 : sacroiliac rocking test 5.5. Test de ROTES-QUEROL [31]. Installation du patient : debout en appui unipodal. Thérapeute : debout derrière le patient. Ses 2 mains posées sur les épaules du patient, appliquent simultanément et bilatéralement une force dirigée vers le bas. But : nous testons l articulation sacro-iliaque du côté de l appui, en recherchant le déclenchement des symptômes du patient. Figure 8 : Test de ROTES-QUEROL 5.6. Test de MASSARD [31]. Installation du patient : debout bipodal. Après une flexion antérieure du tronc, le patient se redresse en associant une déviation latérale. Thérapeute : surveille la manœuvre. But : nous recherchons le déclenchement des symptômes du patient. Figure 9 : test de MASSARD

17 Test de GRABARD [31]. Installation du patient : debout en appui unipodal. Le patient fléchi son genou du côté de l appui et associe une flexion antérieure de tronc. Du côté du membre inférieur oscillant, le patient place sa hanche en légère extension associée à une flexion plantaire de cheville. Thérapeute : surveille la manœuvre. But : nous testons l ASI du côté de l appui en recherchant le déclenchement des symptômes du patient. Figure 10 : test de GRABARD 5.8. Les contractions isométriques [5,29,31] Test de MAC-NAB : contraction isométrique des abducteurs [31]. Installation du patient : décubitus. Les hanches et les genoux du patient sont fléchis. Thérapeute : debout. Ses 2 mains posées sur les faces latérales des 2 genoux du patient. Il résiste à l abduction des 2 hanches du patient. Buts : nous recherchons le déclenchement des symptômes Figure 11 : test de MAC-NAB du patient. L apparition d une douleur fessière est significative d une souffrance sacro-iliaque [31] Contraction isométrique des rotateurs latéraux [29,31]. Installation du patient : procubitus, les genoux fléchis, talons au zénith. Thérapeute : Résiste à la rotation latérale de

18 12 hanche bilatérale, ses mains étant apposées face médiale des 2 segments jambiers But : nous recherchons le déclenchement des symptômes du patient Contraction isométrique des adducteurs de hanche [5]. Installation du patient : décubitus. Thérapeute : place sa main entre les 2 genoux du patient afin de résister à la contraction bilatérale des adducteurs de hanche. Figure 12 : contraction des rotateurs latéraux But : ce test permet d étirer les ligaments sacro-iliaques postérieurs et donc de voir s ils sont en souffrance. Figure 13 : Contractions des adducteurs 5.9. Manœuvre de LASEGUE [28,31,43], test de BRAGARD [31], ou straight leg raising test [28]. Installation du patient : décubitus. Thérapeute : debout homolatéral. Main caudale face postérieure du segment jambier et amène la hanche passivement en flexion genou tendu. But : cette manœuvre sera évocatrice d une souffrance sacro-iliaque si une douleur fessière ou sciatalgique apparaît après 60 d élévation [31] ou 70 [28]. Au moment de l apparition de la douleur, si celle-ci ne s accentue pas à la dorsi-flexion (test de BRAGARD, manœuvre de MENNEL [1]), on pensera à une souffrance sacro-iliaque [31]. De la même manière la réalisation d un double LASEGUE, c est à dire une flexion bilatérale de hanche, qui entraîne

19 13 l apparition de douleur avant 70, ou avant 60 [31] de flexion indique un problème sacro-iliaque [28]. Figure 14 : test de LASEGUE Pour SOHIER [43], le LASEGUE classique teste le nerf sciatique le pied en flexion dorsale, tandis que le fait de mettre le pied en flexion plantaire lors de la manœuvre teste le tiraillement postérieur de l articulation sacro-iliaque test de GAENSLEN [1,6,11,19,23,28,29,31,41,46], test de MENNEL en décubitus [31]. Installation du patient : décubitus [6,11,19,23,28,29,33], décubitus bout de table [31] ou en latérocubitus [28,31]. Le test de MENNEL en décubitus latéral serait le test original. La hanche à tester est mise en extension maximale en dehors de la table pour la position en décubitus dorsal, la hanche controlatérale est amenée par le patient en flexion maximale, ce qui permet de fixer la ceinture pelvienne et le rachis lombaire [41]. Thérapeute : debout homolatéral au membre inférieur à tester. Main caudale, posée face antérieure tiers inférieur de la cuisse et amène la hanche en extension. Main crâniale, posée face postérieure tiers inférieur de la cuisse, qui maintient le membre inférieur en flexion maximale. Buts : ce test induit une rotation antérieure de l hémi-pelvis et déclenche une douleur pour une ASI pathologique [1,6]. Figure 15 : test de GAENSLEN

20 14 De plus,<< nous mettons en tension le ligament en Y, les muscles insérés aux épines iliaques antérieures, cette force de rotation produit du côté de l altération sacro-iliaque une mobilité anormale douloureuse qui reste localisée, ou bien s irradie aux régions voisines>> [MASSARD cité par [1]]. Cependant la douleur peut-être due à une pathologie de hanche ou même à une lésion de la racine L4 [28]. 6. TESTS DIRECTEMENT APPLIQUES SUR LE SACRUM Sacral thrust test [23,46], sacral apex pressure test [28], prone springing test [28], sacral pressure test [29], midline sacral thrust [11], sacral base springing test [24], pression sur la crête sacrée [31], test de COSTE et ILLOUZ [31], pressure on the apex sacralis [26,27]. Installation du patient : procubitus. Thérapeute : debout. Applique ses 2 mains sur le sacrum qui induisent une poussée sagittale dirigée vers l avant, les 2 os iliaques étant fixés sur le plan de la table. Cette pression se fait sans notion de vitesse [11,23,28,46] ou rapidement [29]. Quant à LEBOEUF, il propose de relâcher brusquement le sacrum une fois la pression appliquée [24]. Si la pression est faite latéralement, elle soulage ou aggrave la douleur selon la direction du mouvement induit [27]. Buts : ce test induit un cisaillement des 2 ASI et un mouvement rotatoire de celles-ci [28]. Ce test permet d étirer le ligament long dorsal au niveau de l articulation sacro-iliaque, le ligament sacro-iliaque antérieur, la partie antérieure Figure 16 : sacral thrust test de la capsule articulaire et la jonction lombo-sacrée [26].

21 Pression sur l hémi-sacrum [31]. Installation du patient : procubitus. Thérapeute : debout. Mains posées sur le sacrum en dehors de la crête sacrée appliquent une pression postéro-antérieure. Figure 17 : pression sur l hémi-sacrum But : faite de manière comparative, la force appliquée augmente la douleur sur une articulation sacro-iliaque antérieure, sous-entendu le sacrum est antériorisé, et la diminue sur l ASI contro-latérale qui est postériorisée cranial shear test [23,46]. Installation du patient : procubitus. Thérapeute : debout caudal [23]. Mains paumes ouvertes et posées sur la partie inférieure du sacrum. Le thérapeute bloque les membres inférieurs du patient entre ses propres cuisses, puis il fait une flexion antérieure de tronc en reculant les membres inférieurs ce qui induit une traction caudale des deux hanches tandis que ses deux mains induisent une poussée en direction crâniale. But : nous recherchons le déclenchement des symptômes du patient. Figure 18 : cranial shear test Variante du cranial shear test [28,31] Installation du patient : procubitus.

22 16 Thérapeute : debout. Le thérapeute à deux possibilités. Soit il place une main sur le sommet du sacrum et l autre main sur l aile iliaque en poussant avec la main sacrée vers le haut et l autre main vers le bas. Soit, il place une main sur la base du sacrum et l autre sur la tubérosité ischiatique, pousse vers le bas avec la première et vers le haut avec la seconde. But : ce test déclenche une douleur sacro-iliaque dans le cas d une souffrance de celle-ci. Figure 19 : variante du cranial shear test 7. TESTS A PARTIR DES AILES ILIAQUES Compression test [23,27,29,46], test de rapprochement [31], approximation test [28], test de VOLKMAN [31], side-lying iliac compression test [35]. Installation du patient : latérocubitus controlatéral à l ASI testée. Thérapeute : debout frontal ou postérieur. Place ses mains sur l aile iliaque supérieure, et comprime avec une direction verticale vers le plan de la table. MONNIERE [31] indique que ce test peut-être également réalisé par une traction vers l avant de l EIPS, le thérapeute s étant donc préalablement installé debout frontal [31]. But : nous comprimons la partie antérieure de l articulation sacro-iliaque controlatérale à la table [23,27], étirant de cette manière les ligaments postérieurs [5,23,27], ainsi que la partie Figure 20 : compression test dorsale de la capsule [27]. Nous évaluons une lésion possible de l ASI et/ou une entorse des ligaments sacro-iliaques postérieurs [28] Squish test [28] Installation du patient : décubitus.

23 17 Thérapeute : debout. Place ses deux mains sur les EIAS et les crêtes iliaques et induit une pression bilatérale dirigée en bas et en dedans d un angle de 45. But : ce test évalue les ligaments sacro-iliaques postérieurs. L apparition de douleur indique un signe positif. Figure 21 : squish test 7.3. Pelvic rock test [19]. Installation du patient : décubitus. Thérapeute : debout ou assis. Place ses deux mains sur les Crêtes iliaques avec les deux pouces sur les deux EIAS, les paumes des mains posées sur les tubercules iliaques. Puis le thérapeute applique une force bilatérale de direction médiale. Figure 22 : pelvic rock test But : l apparition de douleur autour des ASI indique une probable souffrance de celles-ci Distraction test [23,26,27,29,37,46], gapping test [23,28,35,46], test d écartement [31,43], test d ERICKSEN [1,31], test de VERNEUIL[19,44], iliac compression test [19,44]. Installation du patient : décubitus. Thérapeute : debout ou assis. Place ses deux mains sur les deux EIAS du patient et applique une force bilatérale simultanée dirigée vers l arrière et le dehors. TOUSSAINT [44] propose d appliquer au préalable une pré-tension avant d appliquer une force bilatérale rapide [45].

24 18 Buts : ce test permet d étirer les ligaments sacro-iliaques antérieurs [5,23,26,27,35], la partie ventrale de la capsule articulaire [26,27] et de comprimer les structures postérieures des ASI [26,27]. L apparition d une douleur fessière unilatérale ou à la face posterieure de la cuisse indique un test positif [5,28,35] et une éventuelle entorse de ces ligaments [28]. La douleur doit-être localisée au niveau du sacrum et non pas de la région Figure 23 : gapping test lombaire pour que le test soit considéré comme positif d après TOUSSAINT [45] test de GAENSLEN en latérocubitus ou test du volant [31], MAITLAND test [23] Installation du patient : latérocubitus controlatéral à l ASI testée. Thérapeute : debout frontal ou postérieur. Main crâniale posée sur l EIAS homolatérale. Main caudale posée sur l ischion homolatéral. La main crâniale induit un moment moteur dirigé d avant en arrière, tandis que la main caudale induit un moment moteur dirigé d arrière en avant. Le couple de forces Figure 24 : MAITLAND test entraîne donc une rotation postérieure de l aile iliaque homolatérale. But : nous recherchons le déclenchement des symptômes du patient Test numéro deux de LESAGE [31]. Installation du patient : procubitus. Thérapeute : debout controlatéral à l ASI à tester. Main caudale : amène le membre inférieur contro-latéral en extension et adduction en interposant son avant-bras face latérale tiers inférieur de la cuisse, la main étant posée au niveau du creux poplité du genou

25 19 homolatéral. Main crâniale : posée soit sur l EIPS controlatérale, soit sur l aile iliaque controlatérale. Puis la main crâniale exerce une poussée postéro-antérieure. But : nous recherchons le déclenchement des symptômes du patient. Figure 25 : test 2 de LESAGE 7.7. Test de BERLINSON [31]. Installation du patient : procubitus. Un coussin maintient le membre inférieur homolatéral du côté à tester en extension. Thérapeute : induit une pression sur la crête iliaque Figure 26 : test de homolatérale. BERLINSON But : nous recherchons le déclenchement des symptômes du patient Test de VERRAL[31], pression globale sur le pubis[29,31] Installation du patient : décubitus Thérapeute : debout. Applique une force dirigée vers l arrière directement sur le pubis. But : nous recherchons le déclenchement des symptômes du patient. Figure 27 : test de VERRAL

26 20 8. Etude des mouvements provoqués de CAMPBELL [1] 8.1. En position debout [1] Installation du patient : debout, les talons joints. Thérapeute : debout proche du patient, demandant une flexion antérieure puis le relèvement du tronc. Figure 28 : test de But : le relèvement est douloureux s il existe une lésion CAMPBELL debout sacro-iliaque En position assise [1] Installation du patient : assis, les talons joints. Thérapeute : debout proche du patient, demande une flexion antérieure puis le relèvement du tronc. But : le relèvement est douloureux s il existe une lésion sacro-iliaque. Figure 29 : test de CAMPBELL assis 8.3. En décubitus dorsal [1] Installation du patient : décubitus dorsal. Thérapeute : debout. La main crâniale est placée au niveau du rachis lombaire, la main caudale fléchit alternativement l une et l autre hanche. Figure 30 : test de CAMPBELL décubitus

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

LES ABDOMINAUX. Le grand droit. Le grand droit: partie haute et basse. Exercices proposés. schémas. Les différents muscles et leurs actions

LES ABDOMINAUX. Le grand droit. Le grand droit: partie haute et basse. Exercices proposés. schémas. Les différents muscles et leurs actions LES ABDOMINAUX schémas Le grand droit: partie haute et basse Le grand droit A. Crunch Origine du muscle : 5, 6, 7e côtes et apophyse xiphoïde jusqu à l épine pubis. Action: abaisseur des côtes, fléchisseurs

Plus en détail

LE SYNDROME DU MUSCLE PIRIFORME B.VESSELLE A.K.SEIGNERT N. MOREL

LE SYNDROME DU MUSCLE PIRIFORME B.VESSELLE A.K.SEIGNERT N. MOREL LE SYNDROME DU MUSCLE PIRIFORME B.VESSELLE A.K.SEIGNERT N. MOREL REIMS 01-04-2005 Positivité de certains test cliniques et négativité d autres examens Reste un diagnostic d exclusion malgré l apport de

Plus en détail

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 10 RÈGLES D'OR POUR ÉVITER LE «MAL DE DOS» PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 1. TON DOS TE SUPPORTE, PRENDS-EN SOIN 2. SOLLICITE-LE FRÉQUEMMENT,

Plus en détail

Etirements du sportif

Etirements du sportif Etirements du sportif Principales chaînes musculaires SP01 Un corps pour comprendre et apprendre Anne Le Rouzic Les exercices qui vont suivre nécessitent un échauffement musculaire préalable. Les étirements

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail

Analyse biomécanique du mouvement

Analyse biomécanique du mouvement Analyse biomécanique du mouvement Introduction Les 4 mouvements qui seront étudiés dans cette section 1. Squat 2. Développé couché 3. Rameur tronc penché 4. Planche abdominale Squat arrière Squat Technique

Plus en détail

SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL

SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL SOFMMOO 2008 docteur D.CYPEL Co-fondateur de la spécialité de Rééducation et Réadaptation fonctionnelle, et membre permanent du jury parisien. Ancien chef de service de MPR à l hôpital Foch (Suresnes).

Plus en détail

Etirement des adducteurs

Etirement des adducteurs Etirement des adducteurs En cyclisme, les muscles adducteurs de la hanche sont principalement sollicités en montée, lorsque l on se met en danseuse. Consigne d étirement : debout, jambes écartées d environ

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE Pascal Canciani, Philippe Couture, Pierre Grenet Novembre 2006 DEMI SQUAT ET SQUAT 1. Demi squat et squat complet bras tendus 1. Position de départ 2.

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ]

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ] DÉFINITION : La scoliose est caractérisée par une déviation latérale ou transversale du rachis. On en distingue cinq types : congénitale, neuropathologique, antalgique ou cicatricielle, malpositionnement

Plus en détail

Table des matières. Hanche. Généralités. Chapitre 3 Anatomie fonctionnelle 27. Chapitre 1 Rappels et généralités 3

Table des matières. Hanche. Généralités. Chapitre 3 Anatomie fonctionnelle 27. Chapitre 1 Rappels et généralités 3 Table des matières Introduction 1 Généralités Chapitre 1 Rappels et généralités 3 Brefs rappels sur la nouvelle approche manipulative........................ 3 Ni structurel, ni fonctionnel (3). Notre

Plus en détail

Programme Performance Spécifique. Kayak

Programme Performance Spécifique. Kayak Programme Performance Spécifique Kayak Introduction. La chiropratique augmente notre potentiel et améliore nos performances sportives en s assurant du fonctionnement optimal de la colonne vertébrale et

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

ECHAUFFEMENT GENERALISE

ECHAUFFEMENT GENERALISE ECHAUFFEMENT L'échauffement, tout d abord généralisé, deviendra au fil des séances plus spécifique. L enseignant pourra donc choisir parmi les situations suivantes celle qui correspondent à un objectif

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque )

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Vaste interne Premier adducteur Grand adducteur Vaste externe Droit antérieur Assis, jambes pliées, les fesses en appui sur les talons,

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation PLAN : I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation I/ INTRODUCTION : Les 2 applications principales du travail avec élastique sont la re-musculation

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

Région du genou 1. Observation statique et dynamique 2. Palpation

Région du genou 1. Observation statique et dynamique 2. Palpation Région du genou 1. Observation statique et dynamique 2. Palpation 1. a) Observation statique a) Debout, plans frontal, sagittal et horizontal Attitude antalgique une douleur dans la région du genou induit

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

Fiches de musculation du kayakiste et céiste

Fiches de musculation du kayakiste et céiste Fiches de musculation du kayakiste et céiste 3. Les deltoïdes Deltoïdes Roudneff Le deltoïde est un muscle mobilisateur de l épaule, il se compose de trois faisceaux mobilisant le bras en flexion, extension,

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Syndromes Canalaires du Bassin

Syndromes Canalaires du Bassin Syndromes Canalaires du Bassin Philippe MEYER Pascal Huot Maryse Moinard- Marie-Hélène Moreau-Durieux Gérald Paris Eric Pelé - Lionel Pesquer Alain Silvestre CAFCIM 29 septembre 2012 Syndrome du Piriforme

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

Douleur dans les reins! Et si c était le syndrome Sacro-iliaque.

Douleur dans les reins! Et si c était le syndrome Sacro-iliaque. Douleur dans les reins! Et si c était le syndrome Sacroiliaque. Par le Dr Aroussen Laflamme, chiropraticien D.C. 4188789442 Chiro_sport@hotmail.com La saison de courses a été rude et en sont nés de nouveaux

Plus en détail

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS Contrôle adapté BAC EPS Séries générales et technologiques PRÉSENTATION DE L ÉPREUVE D ÉTIREMENTS PRINCIPE D ÉLABORATION DE L ÉPREUVE : Le candidat dispose de 10 à 15

Plus en détail

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras ANNEE UNIVERSITAIRE 2010-2011 LICENCE 1 2 ème SESSION 2 ème SEMESTRE Juin 2011 UNITE 7 ANATOMIE DUREE : 30 mn COEFFICIENT : 3 Sujet proposé par V. ARSAC : 1) La scapula : A) Est un os plat et triangulaire

Plus en détail

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT PACOUIL Christophe1 Option culturisme 2012-2013 ANALYSE DU MOUVEMENT 1. Nous étudions les articulations concernées 2. Nous analysons la mécanique 3. Nous cherchons les muscles sollicités au plan moteur,

Plus en détail

Prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois.

Prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois. Hanche 171 I. Exercices pour la bursite trochantérienne et la tendinite du moyen fessier Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Vous pouvez appliquer de la glace durant

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR Commentaires : Staff médical de l équipe de France A masculine Support : Anaïs THILLOU, Pôle de Toulouse Réalisation : Vincent GRIVEAU, CTR Midi- Pyrénées Les étirements :

Plus en détail

Les principales pathologies du cycliste

Les principales pathologies du cycliste Les principales pathologies du cycliste Très peu de personnes qui pratiquent le cyclisme ont de véritables pathologies liées à un problème physique Les douleurs ressenties par le cycliste sont souvent

Plus en détail

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien CRF Bretegnier Centre de Réadaptation Fonctionnelle - Héricourt Apprendre à vivre avec son dos au quotidien Ce livret est destiné aux personnes souhaitant prendre soin de leur dos. CRF Bretegnier 14 rue

Plus en détail

Attention les articulations La meilleure prévention.

Attention les articulations La meilleure prévention. Attention les articulations La meilleure prévention. Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Case postale 6002 Lucerne Téléphone 041 419 51 11 Fax 041 419 59 17 (pour commandes) Internet

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

En pleine forme toute l année! Programme de gymnastique pour tous au bureau.

En pleine forme toute l année! Programme de gymnastique pour tous au bureau. En pleine forme toute l année! Programme de gymnastique pour tous au bureau. Introduction Que l'on travaille assis ou debout, le manque de mouvement lié à une posture statique prolongée peut, à la longue,

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

l avant, puis vers l arrière.

l avant, puis vers l arrière. Faire 10 répétitions de chaque mouvement Demi-cercle avec la tête Ne pas aller vers l arrière. Rotation des épaules Faites des rotations vers l avant, puis vers l arrière. Rotation du bassin Placez vos

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs MOINS DE 15 ANS Objectifs : Formation du joueur : Ces Cps ont pour objectifs de permettre aux joueurs de club différents de se retrouver dans

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires 1 Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires Dans la grande majorité des cas, les syndromes fémoro-patellaires (SFP) guérissent avec un traitement médical bien conduit. Pour être efficace,

Plus en détail

LA COXO-FEMORALE. Rappels. La coxo-fémorale. Éléments osseux Éléments articulaires Éléments musculaires

LA COXO-FEMORALE. Rappels. La coxo-fémorale. Éléments osseux Éléments articulaires Éléments musculaires LA COXO-FEMORALE Rappels Éléments osseux Éléments articulaires Éléments musculaires schémas d'après Dufour et Pillu 2 La coxo-fémorale Elle doit répondre à deux impératifs en apparence contradictoire qui

Plus en détail

Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures

Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures Compte tenu des conclusions de l étude par rapport à la flexibilité et la force des joueurs (voir dernière page),

Plus en détail

La méralgie paresthésique. Nerf cutané fémoral latéral N. cutaneus femoris lateralis

La méralgie paresthésique. Nerf cutané fémoral latéral N. cutaneus femoris lateralis La méralgie paresthésique Nerf cutané fémoral latéral N. cutaneus femoris lateralis 224 HANCHE ET CUISSE Généralités Rappel anatomique et physiopathologique Le nerf cutané fémoral latéral ou nerf cutané

Plus en détail

Pour un retour au jeu sans risque! L entorse de la cheville

Pour un retour au jeu sans risque! L entorse de la cheville Pour un retour au jeu sans risque! L entorse de la cheville Suzanne Leclerc MD, Ph.D., Diplômée Médecine du Sport (ACMS) et France Brunet Pht. Présenté dans le cadre de la conférence : Mise à jour annuelle

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Production : Marina Charuel-Simon Masseur Kinésithérapeute et Arnaud Gicquel Coordinateur Pôle France Roller

LES ETIREMENTS. Production : Marina Charuel-Simon Masseur Kinésithérapeute et Arnaud Gicquel Coordinateur Pôle France Roller LES ETIREMENTS Production : Marina Charuel-Simon Masseur Kinésithérapeute et Arnaud Gicquel Coordinateur Pôle France Roller Sommaire I. INTRODUCTION II. DES ETIREMENTS SELON VOS OBJECTIFS III. INTERET

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES DE L EPAULE CHEZ DES TECHNICIENNES DE LABORATOIRE L. MERIGOT, F. MARTIN, Avec la participation des Drs G. DALIVOUST, G. GAZAZIAN 26 Janvier 2010 1 SOMMAIRE 1. Introduction

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

Le genou du cycliste. Aspects cliniques et technopathiques. Jacky MAILLOT

Le genou du cycliste. Aspects cliniques et technopathiques. Jacky MAILLOT Le genou du cycliste Aspects cliniques et technopathiques Jacky MAILLOT Colloque national du cyclisme FFC Monaco le 10 octobre 2009 Pourquoi Gonalgie? Rien de plus facile que de pédaler. Sport en décharge

Plus en détail

RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements

RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements Les étirements se font en fin de journée, lentement, sans à coup, c est une période de retour au calme. Le principe général est de partir d une position de

Plus en détail

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n dos p r e n d r e s o i n d e s o n Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse La qualité au service de votre santé Cette information, éditée par l Institut de physiothérapie de la Clinique de La Source, vous

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail.

En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail. En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail. Introduction Chers lectrices et chers lecteurs, Adopter toujours les mêmes positions, notamment

Plus en détail

Chapitre 6. LES MUSCLES DU PÉDALAGE

Chapitre 6. LES MUSCLES DU PÉDALAGE Chapitre 6. LES MUSCLES DU PÉDALAGE «Une description anatomique doit être complète, précise, simple, mais en même temps suggestive.» Henry ROUVIÈRE, Préface à l Anatomie humaine, descriptive et topographique,

Plus en détail

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Objectif de votre rééducation

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos...

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos... Table des matières Avant-propos... V Partie 1 Théorie 1 Définition... 2 2 Classification des points gâchettes... 3 Points gâchettes actifs et latents... 3 Symptômes... 3 Facteurs favorisants... 4 3 Physiopathologie

Plus en détail

DIRECTION REGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE D ILE DE FRANCE

DIRECTION REGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE D ILE DE FRANCE DIRECTION REGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE D ILE DE FRANCE TRAVAIL ECRIT REALISE EN VUE DE L OBTENTION DU DIPLOME D ETAT DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE 2013 Réflexion sur la

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT Page 17 ÉTIREMENTS SÉCURITAIRES Les étirements augmentent graduellement l élasticité des muscles et l amplitude des mouvements articulaires. Après la période de retour au

Plus en détail

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 MOUVEMENTS DE BASE (global) EN. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 Squat Développé Couché Traction Traction bphiver2013 Hamrouni Samy 2 Un travail de ces mouvements sur appareils guidés est plus sécurisant mais

Plus en détail

Suva Sécurité durant les loisirs Case postale, 6002 Lucerne. Renseignements Tél. 041 419 51 11

Suva Sécurité durant les loisirs Case postale, 6002 Lucerne. Renseignements Tél. 041 419 51 11 «Top 10» de l hiver Suva Sécurité durant les loisirs Case postale, 6002 Lucerne Renseignements Tél. 041 419 51 11 Commandes www.suva.ch/waswo-f Fax 041 419 59 17 Tél. 041 419 58 51 Auteurs Dr Hans Spring,

Plus en détail

Rééducation et auto-rééducation. Guide pratique à l usage des personnes atteintes de sclérose en plaques

Rééducation et auto-rééducation. Guide pratique à l usage des personnes atteintes de sclérose en plaques Rééducation et auto-rééducation Guide pratique à l usage des personnes atteintes de sclérose en plaques SOMMAIRE Introduction P.3 Conseils d autorééducation P.4 Mouvements alternatifs rapides P.6 Autoétirements

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail