RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4140565 RAP0722816 RAPPORT D ENQUÊTE"

Transcription

1 RAPPORT D ENQUÊTE EN Accident mortel survenu au président de l entreprise Multi Rénovations le 27 septembre 2010 sur le chantier situé au 1288 rue Sherbrooke est à Montréal Direction régionale de Montréal 1 Inspecteurs : Patrick Cyrenne Jean-François Beaudry, ing. Date du rapport : 19 mai 2011

2 Rapport distribué à : Monsieur B, président, Québec inc. (Rickma enr.) Monsieur Sylvain Gendron, président, Syndicat québécois de la construction Monsieur Yves Mercure, président, FTQ Construction Monsieur Pierre Labelle, président, CPQMC Monsieur Alain Mailhot, président, CSN Construction Monsieur Patrick Daigneault, président, CSD Construction Monsieur Richard Lessard, directeur, Direction de la santé publique, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre Docteur Paul Brochu, Coroner

3 TABLE DES MATIÈRES 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT 1 2 ORGANISATION DU TRAVAIL STRUCTURE GÉNÉRALE DU CHANTIER ORGANISATION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL MÉCANISMES DE PARTICIPATION GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ 3 3 DESCRIPTION DU TRAVAIL DESCRIPTION DU LIEU DE TRAVAIL DESCRIPTION DU TRAVAIL À EFFECTUER 4 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE CHRONOLOGIE DE L'ACCIDENT CONSTATATIONS ET INFORMATIONS RECUEILLIES ÉNONCÉS ET ANALYSE DES CAUSES LA MÉTHODE DE TRAVAIL UTILISÉE PAR MULTI RÉNOVATIONS PROVOQUE L EFFONDREMENT D UNE PARTIE DU BÂTIMENT LA GESTION DÉFICIENTE DE L EMPLOYEUR MULTI RÉNOVATIONS ET DU MAÎTRE D ŒUVRE RICKMA, TANT AU NIVEAU DE LA PLANIFICATION QUE DE L EXÉCUTION, EST À L ORIGINE DE L ACCIDENT CONCLUSION CAUSES DE L'ACCIDENT 18 ANNEXES ANNEXE A : Accidenté 19 ANNEXE B : Liste des témoins et des autres personnes rencontrées 20 ANNEXE C : Références bibliographiques 21

4 SECTION 1 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT Description de l'accident Le 27 septembre 2010 vers 13 h, lors de la pose de panneaux de contreplaqués sur l ossature du plancher du 2 e étage, Monsieur A, président de Multi Rénovations, est écrasé par la structure de plancher du 3 e étage et de la toiture après avoir coupé un poteau (support temporaire). Conséquences Monsieur A décède de ses blessures. Photo n 1 - Lieu de l accident Source : CSST Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 1

5 Abrégé des causes Les causes retenues sont : La méthode de travail utilisée par Multi Rénovations provoque l effondrement d une partie du bâtiment; La gestion déficiente de l employeur Multi Rénovations et du maître d œuvre Rickma, tant au niveau de la planification que de l exécution, est à l origine de l accident. Mesures correctives Le rapport RAP est émis au maître d œuvre du chantier le 28 septembre Afin d éliminer le danger d effondrement de la structure toujours en place, la compagnie d assurance du propriétaire de l immeuble a exigé la démolition du bâtiment. Une procédure de démolition est demandée par la CSST. Le 28 septembre 2010, le bâtiment est démoli. Le présent résumé n'a pas comme tel de valeur légale et ne tient lieu ni de rapport d'enquête, ni d'avis de correction ou de toute autre décision de l'inspecteur. Il ne remplace aucunement les diverses sections du rapport d'enquête qui devrait être lu en entier. Il constitue un aide-mémoire identifiant les éléments d'une situation dangereuse et les mesures correctives à apporter pour éviter la répétition de l'accident. Il peut également servir d'outil de diffusion dans votre milieu de travail. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 2

6 SECTION 2 2 ORGANISATION DU TRAVAIL 2.1 Structure générale du chantier Le propriétaire du bâtiment, Monsieur C, mandate l entreprise Québec inc., ci-après nommée Rickma, pour faire la rénovation du bâtiment. Cette entreprise, située au de la 57 e Avenue à Montréal, est maître d œuvre du chantier (voir le rapport RAP émis le 28 septembre 2010). Rickma accorde les différents contrats visant la rénovation du bâtiment situé au 1288 rue Sherbrooke Est à Montréal. Rickma octroie un contrat à Monsieur A, ci-après nommé Multi Rénovations, pour les travaux de charpenterie et de menuiserie. L entreprise Multi Rénovations est située au 1746 rue Antonio Barbeau à Laval. Au moment de l accident, Monsieur A et cinq (5) travailleurs sont présents sur les lieux. 2.2 Organisation de la santé et de la sécurité du travail Mécanismes de participation À titre de maître d œuvre, Rickma n a pas élaboré de programme de prévention pour ce chantier. Aucun document formel n est élaboré par l entreprise concernant l organisation de la santé et de la sécurité sur ce chantier. Le sous-traitant, Multi Rénovations, ne possède pas de programme de prévention Gestion de la santé et de la sécurité Aucun processus formel n est mis en place afin de gérer la santé et la sécurité sur le chantier de construction. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 3

7 SECTION 3 3 DESCRIPTION DU TRAVAIL 3.1 Description du lieu de travail Le chantier est localisé au 1288 rue Sherbrooke est à Montréal. Il s agit d un bâtiment endommagé à la suite d un incendie. Le bâtiment à usage résidentiel où dix (10) unités de logements sont en construction est inhabité. 3.2 Description du travail à effectuer Les travaux visent à refaire la structure et d autres composantes du bâtiment. Au moment de l accident, on s affaire à la construction d éléments de l ossature au 2 e étage. Les travaux effectués consistent en la construction et l installation de poteaux (supports temporaires), la construction d une ossature de mur, au changement de poutrelles de plancher existantes et à la pose de feuilles de contreplaqués sur la structure de plancher. Des poteaux sont installés au 2 e étage afin de supporter les charges du 3 e étage et du toit. Ces poteaux sont constitués de deux pièces de bois de 38 mm x 89 mm (2 po x 3.5 po) clouées et installées entre deux sections de madrier. L ensemble transmet les charges aux fondations du bâtiment. Photo n 2 - Exemple de soutènement temporaire Disposition d un poteau (support temporaire) appuyé sur un madrier en porteà-faux. Madrier Contreventement temporaire Poteaux (supports temporaires) Source : SIM Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 4

8 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE 4.1 Chronologie de l'accident SECTION 4 Le 27 septembre 2010, Monsieur A, président de l entreprise Multi Rénovations, débute son quart de travail vers 6 h 45 en compagnie de son équipe de cinq (5) travailleurs. Dès leur arrivée au chantier, ils s affairent à l avancement des travaux de structure au 1 er et au 2 e étage. Après le dîner, les travailleurs se divisent en deux (2) équipes. Une équipe de trois (3) travailleurs procède à l installation de poutrelles et à la construction d un mur dans la section sud du 2 e étage (équipe A). L autre équipe, composée de Messieurs A, D et E, effectue la pose de feuilles de contreplaqués sur la structure de plancher du même étage (équipe B). Croquis n 1 - Plan du 2 e étage Section nord Section sud Rue Sherbrooke Équipe B Équipe A Poteau coupé par M. A Feuilles de contreplaqués installées Positionnement approximatif des poteaux (supports temporaires) Source : Les ateliers Ferjan inc. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 5

9 Un des poteaux est situé à l endroit où l on doit installer une feuille de contreplaqué. Afin de libérer l espace nécessaire, Monsieur A, coupe la base du poteau à l aide d une scie va-et-vient, comme il l a fait pour d autres poteaux. Aussitôt ce poteau coupé, la structure s effondre. Monsieur D réussit à prendre la fuite par une fenêtre de la façade en sautant dans le conteneur à déchets localisé sur le trottoir tandis que Monsieur E réussit à rejoindre ses confrères dans la section sud du bâtiment. Monsieur A est enseveli sous les décombres. Ses compagnons de travail, témoins de l accident, essaient de lui porter secours. Un appel d urgence est fait vers 12 h 50 au 911. Les pompiers arrivent les premiers sur les lieux. Des travaux de soutènement temporaire sont effectués par les pompiers afin de sécuriser les lieux avant de dégager Monsieur A des décombres. Le décès de Monsieur A est constaté sur les lieux. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 6

10 4.2 Constatations et informations recueillies Constatations La section nord du plancher du 3 e effondrée. étage et de la toiture de l édifice s est Photo n 3 - Effondrement de la section nord du plancher du 3 e étage et de la toiture Source : CSST La structure des planchers du 1 er étage (rez-de-chaussée) et du 2 e étage a résisté à l effondrement; Il y a présence de pièces de bois noircies par le feu sur des éléments structuraux de la toiture du bâtiment en rénovation. L incendie du bâtiment adjacent a causé des dommages à la structure du bâtiment; Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 7

11 Le support de poutrelles cloué sur le mur extérieur (façade) est constitué de deux (2) pièces de bois de 38 mm x 89 mm (2 po x 3.5 po) clouées ensemble (épaisseur totale de 76 mm (3 po)) (Photos n os 4 et 8); Des clous de 91 mm (3.6 po) sont utilisés par les travailleurs pour fixer le support de poutrelles en «I» sur le mur extérieur. Photo n 4 - Support de poutrelles en «I» décloué sous la force de déplacement de la façade non contreventée Façade du bâtiment Poutrelles en I Support de poutrelles Clous communs 91 mm Source : CEP Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 8

12 Le soutènement temporaire diffère d un endroit à l autre à travers le bâtiment; Des supports temporaires de la toiture sont encore en place dans la section sud, suite à l effondrement de la partie nord; Des contreventements temporaires sont installés pour solidifier la façade. Un contreventement coupé est observé au 2 e étage (voir photo n 5). Photo n 5 - Contreventement temporaire de la façade coupé Source : CSST Une section de la toiture, abîmée par le feu, est démolie. Les éléments de la structure du toit sont désolidarisés par l enlèvement de cette section (voir photo n 6); Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 9

13 Photo n 6 - Désolidarisation des éléments de la structure du toit Source : Ville de Montréal Des pièces de bois de différentes dimensions supportent la structure du toit qui est toujours en place (voir photo n 7); La charge de la toiture est transmise directement au plancher du 2 e étage par les poteaux fabriqués sur place (supports temporaires) afin de faciliter la pose des panneaux de contreplaqué sur la structure du plancher du 3 e étage (voir photo n 7); Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 10

14 Photo n 7 - Soutènement temporaire de la toiture (section sud) Poteaux (supports temporaires de la toiture) toujours en place. Supports horizontaux temporaires de la toiture jointés. Pièce de bois de 38 mm x 89 mm (2 po x 3.5 po) ne transmettant pas la charge du toit jusqu à la structure du plancher. Élément porteur de la structure de plancher. Source CSST Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 11

15 Quelques contreventements sont observables dans la section sud du bâtiment (voir photos n os 2 et 3); Des vérins ajustables en acier sont utilisés pour supporter des poutres «LVL» au 1 er étage (poutre maîtresse). Informations recueillies Le bâtiment adjacent au 1288 rue Sherbrooke est démoli suite à un incendie. Le mur mitoyen du bâtiment est ainsi exposé aux intempéries; Photo n 8 - Dommage causé par l incendie Source : Ville de Montréal Aucun ingénieur n est mandaté afin de concevoir un plan de soutènement temporaire avant le début des travaux; Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 12

16 Avant le début des travaux de Multi Rénovations, les travaux de démolition d une section de la toiture sont effectués par un entrepreneur en démolition, mandaté par le maître d œuvre; La structure de plancher existante doit être remplacée par des poutrelles en «I»; L installation du soutènement temporaire dans la section nord est similaire à celui de la section sud, selon les témoignages (voir la photo n 9); Photo n 9 - Distribution des charges de la toiture sur le plancher du 2 e étage de la section sud Source : CSST La façade du bâtiment et la structure bougent lorsque les travailleurs marchent sur le plancher du 2 e étage; Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 13

17 Selon les travailleurs, la façade du bâtiment est contreventée au moment de l accident; Avant d entreprendre les travaux de reconstruction, les travailleurs de Multi Rénovations ont procédé au nettoyage des lieux, au dégarnissage de l enveloppe du bâtiment et à la démolition des cloisons qui ont été remplacées par des poteaux; Avant le début des travaux effectués par Rickma, des vérins ajustables en acier sont installés par le propriétaire à quelques endroits dans le bâtiment afin de sécuriser la structure. Il nous informe qu il voulait augmenter la résistance de la structure du bâtiment au niveau du sous-sol et à quelques autres endroits; Des feuilles de contreplaqués sont installées sur la structure de plancher du 2 e étage au moment de l accident; Au moment de l accident, Monsieur A coupe un poteau de soutènement temporaire à l aide d une scie va-et-vient; La coupe des poteaux est effectuée à environ 3 cm (1.2 po) au-dessus de leur base afin de permettre l insertion des feuilles de contreplaqués; La structure s effondre lors de la coupe d un des poteaux (voir le croquis nº 1); Le maître d œuvre fait seulement des visites sporadiques sur le chantier Exigences du Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC) quant à la stabilité des ouvrages et des structures Le CSTC prévoit ce qui suit : «Art Toute charpente doit être calculée, construite, placée, appuyée, contreventée et haubanée afin de résister à toute charge qui pourrait y être imposée pendant la construction ou la démolition.» «Art Il est interdit de laisser sans protection un mur, une cheminée ou une charpente susceptible de s écrouler pendant la construction ou la démolition.» «Art Tout ouvrage temporaire doit être suffisamment contreventé afin de résister à toutes les charges susceptibles d y être appliquées pendant la construction ou la démolition.» Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 14

18 4.3 Énoncés et analyse des causes La méthode de travail utilisée par Multi Rénovations provoque l effondrement d une partie du bâtiment Suite à un incendie, le bâtiment adjacent au 1288 rue Sherbrooke est démoli, laissant le mur mitoyen exposé aux intempéries. Avant d entreprendre les travaux de rénovation de ce bâtiment, des travaux de démolition sont effectués au niveau de la toiture. Une section de la structure de la toiture est enlevée étant donné les dommages causés par l incendie du bâtiment voisin. Cette section manquante cause une séparation dans les éléments structuraux du toit, ce qui diminue sa rigidité. Afin de supporter la toiture, des poteaux sont construits sur place et installés de façon improvisée pour que les charges de la toiture soient transmises vers la structure du plancher du 2 e étage, afin de minimiser les appuis sur le plancher du 3 e étage. En effet, dans la section sud du bâtiment, on peut observer des poteaux qui sont appuyés dans la section en porte-à-faux de madriers : les charges de la toiture ne sont pas transmises par des poteaux alignés les uns au-dessus des autres (voir photo n o 2). À la suite de cette opération, la structure existante du plancher du 2 e étage est remplacée par des poutrelles au fur et à mesure de l avancement des travaux. Il y a peu de contreventement dans la section sud de l immeuble. Selon les témoignages recueillis, la situation était similaire dans la section nord du bâtiment. La façade du bâtiment est contreventée à l aide de pièce de bois de 38 mm x 89 mm (2 po x 3.5 po). On peut observer sur les photos prises à la suite de l accident que durant la pose des panneaux de contreplaqués sur la structure du plancher du 2 e étage, au moins un contreventement de la façade est coupé pour faciliter la mise en place des panneaux (voir photo nº 5). Selon les témoignages, les pas des travailleurs font bouger la façade de l édifice et le plancher du deuxième étage : ceci indique que la structure est instable. Lors de l installation d une feuille de contreplaqué sur le plancher du 2 e étage, Monsieur A coupe l un des poteaux. En le coupant, la charge s est alors répartie sur moins d éléments et on dépasse ainsi la limite de résistance de la structure, ce qui engendre l effondrement. À la lumière de cette analyse, on constate que la méthode de travail utilisée par Monsieur A et son équipe a directement contribué à l effondrement du bâtiment. Cette cause est retenue. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 15

19 4.3.2 La gestion déficiente de l employeur Multi Rénovations et du maître d œuvre Rickma, tant au niveau de la planification que de l exécution, est à l origine de l accident. Selon l article 51.5 de la Loi sur la santé et sécurité du travail (LSST), l employeur doit prendre les méthodes et techniques visant à identifier, contrôler et éliminer les risques pouvant affecter la santé et la sécurité du travailleur. Selon l article 196 de la LSST, le maître d œuvre doit respecter au même titre que l employeur les obligations imposées à l employeur par la présente loi et les règlements notamment prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l intégrité physique du travailleur de la construction. Le maître d œuvre et l employeur ont l obligation de planifier et de coordonner les travaux de telle sorte qu ils puissent être exécutés en toute sécurité à chacune des étapes de la construction ou de la démolition. Selon le Code de sécurité pour les travaux de construction, toute charpente doit être calculée, construite, placée, appuyée, contreventée et haubanée afin de résister à toute charge qui pourrait y être imposée pendant la construction ou la démolition. Le maître d œuvre du projet, Rickma, ne fait pas appel à l expertise d un ingénieur en structure avant le début des travaux afin de planifier les étapes. De plus, Rickma laisse le sous-traitant Multi Rénovations déterminer la méthode de travail utilisée pour refaire la structure du bâtiment. Rickma se fie à l expertise de son sous-traitant. Il ne s assure pas du bon déroulement des activités sur le chantier. La présence de Rickma sur le chantier est seulement sporadique. Monsieur A, président de l entreprise Multi Rénovations, ne fait pas appel à l expertise d un ingénieur en structure pour assurer la solidité du bâtiment durant la réalisation des travaux. Il planifie et réalise les étapes de construction selon son expérience. En effet, il est le seul responsable de l entreprise sur les lieux et il coordonne les travaux de charpenterie. Très peu de contrôle est effectué par Rickma sur les activités de son sous-traitant. Autant le maître d œuvre que l employeur doivent identifier, contrôler et éliminer les risques auxquels s exposent les travailleurs aux différentes étapes des travaux. Dans le cas présent, ni l employeur, ni le maître d œuvre n ont prévu de méthode de travail sécuritaire pour l installation de soutènement temporaire et de contreventement. Les travaux de soutènement sont improvisés par Monsieur A et ils ne tiennent pas compte des étapes subséquentes de la construction et des conséquences de la coupe des poteaux et des contreventements. Tous ces éléments démontrent que la gestion déficiente, tant au niveau de la planification que de l exécution, par l employeur Multi Rénovations et le maître d œuvre Rickma, est à l origine de l accident. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 16

20 Cette cause est retenue. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 17

21 SECTION 5 5 CONCLUSION 5.1 Causes de l'accident L enquête nous permet d établir deux causes à l origine de l accident : La méthode de travail utilisée par Multi Rénovations provoque l effondrement d une partie du bâtiment. La gestion déficiente de l employeur Multi Rénovations et du maître d œuvre Rickma, tant au niveau de la planification que de l exécution, est à l origine de l accident. Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 18

22 ANNEXE A Accidenté ACCIDENTÉ Nom, prénom : A Sexe : Masculin Âge : 48 ans Fonction habituelle : Menuisier Fonction lors de l accident : Menuisier Expérience dans cette fonction : Environ 20 ans Ancienneté chez l employeur : Président Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 19

23 ANNEXE B Liste des témoins et des autres personnes rencontrées Monsieur C, propriétaire de l immeuble Monsieur B, président, Québec inc. Monsieur F, travailleur, Multi Rénovations Monsieur G, travailleur, Multi Rénovations Monsieur D, travailleur, Multi Rénovations Monsieur H, travailleur, Multi Rénovations Monsieur E, travailleur, Multi Rénovations Monsieur Zine-Eddine Merah, inspecteur en bâtiment, Ville de Montréal Monsieur Sylvain Steingue, chef de division opérations 120-4, SIM Madame Manon Mongeau, inspectrice, Régie du bâtiment Monsieur Jacques Bellemare, enquêteur, Ordre des ingénieurs du Québec Monsieur Simon Blais, ingénieur, Pyrotech-Bei Monsieur Martin Fournier, conseiller, CEP inc. Monsieur Rémy Sirois, expert en sinistre, Desjardins Assurance générales Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 20

24 ANNEXE C Références bibliographiques GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Loi sur la santé et sécurité du travail, L.R.Q., chapitre S- 2.1 : Éditeur officiel du Québec, Bibliothèque Nationale du Québec, 18 avril GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Code de sécurité pour les travaux de construction, L.R.Q., chapitre S-2.1, r.6 : Éditeur officiel du Québec, Bibliothèque Nationale du Québec, 13 décembre Multi Rénovations, 1288 rue Sherbrooke Est, Montréal, 25 octobre 2010 page 21

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003730 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 21 novembre 2007 sur le chantier situé au 969, rue St-Timothée à Montréal Inspecteurs : Patrick

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003785 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident survenu le 13 mars 2009 sur un chantier de construction situé au 709, rue du Docteur-Gervais à Mont-Tremblant, entraînant le décès

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003818 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu à un travailleur œuvrant pour Les entreprises P.A. Électrique inc. le 30 mai 2009 au 500, rue Sherbrooke Ouest à Montréal Direction régionale de Montréal-1

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée)

RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée) RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4138427 RAP0722140 Dossier d intervention Numéro du rapport RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée) Accident grave survenu à trois travailleurs et un président le 11 août 2010

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est RAPPORT D ENQUÊTE EN003929 Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est Direction régionale de Montréal-1 Inspecteurs : Pierre-Luc Labelle ing.

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3 EN003584 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 3 Accident mortel survenu à une personne le 15 octobre 2005 sur le site du Stationnement Idéal inc. au 1225, rue Metcalfe à Montréal Nicole Dionne,

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu EN003715 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu Un travailleur de Plomberie St-Luc inc. chute mortellement au chantier du restaurant La Banquette (9179-4388 Québec inc.) à Saint-Jean-sur-Richelieu

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT EN003591 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur de la compagnie Toitures et profiles métalliques Nobel St-Laurent inc. le 20 octobre 2005

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003549 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 27 janvier 2005 au projet Condominiums Loft McGill Ouest 630, rue Williams à Montréal Inspecteur

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4178841 RAP0896750 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4178841 RAP0896750 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003998 Accident mortel survenu le 4 février 2013 à monsieur «C» de l entreprise Amplitude Constructions inc. sur le chantier situé au 16530, rue du Jade à Mirabel Direction régionale

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention EN003294 Rapport d'intervention Numéro du rapport d'intervention R985572 Numéro du dossier d'intervention PIMC0010792 Identification du destinataire LES ENTREPRISES JPG BERGERON INC 53, rue Principale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572 RAPPORT D ENQUÊTE EN003930 Accident mortel survenu à un travailleur le 14 décembre 2011 à l'entreprise Triwest Trading (Canada) ltd située au 90, rue de Rotterdam à Saint-Augustin-de-Desmaures Direction

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003598 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel d un travailleur de l entreprise Av-Tech inc. le 4 novembre 2005 alors qu il exécutait des travaux électriques à Place Montréal

Plus en détail

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS.

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. FICHE CONSEIL N 9 CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. Ce document précise les dispositions constructives des cloisons et contre-cloisons en plaques

Plus en détail

Demande de citation ou de création de site du patrimoine. Ville de Montréal

Demande de citation ou de création de site du patrimoine. Ville de Montréal Demande de citation ou de création de site du patrimoine Ville de Montréal Le présent formulaire permet de réaliser une demande de citation ou de constitution d un site du patrimoine. Vous trouverez en

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1 EN003649 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-1 Accident mortel survenu à un travailleur, le 17 août 2006 à l'entreprise Samuels Signs & Lighting, au magasin Zellers de la plaza Côte-des-Neiges

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004048 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Michel Sylvain, le 10 novembre 2014, sur un chantier situé au 881, rang de l Achigan Nord à L Épiphanie Direction régionale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4229183 RAP1065154 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4229183 RAP1065154 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004090 Accident mortel survenu à un travailleur de l entreprise Constructions Brodeur et Brault Inc., le 7 décembre 2015, sur un chantier de construction situé au [ ] à Lac-Supérieur

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2 EN003593 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-2 Accident mortel survenu à un travailleur le 7 décembre 2005 à l'entreprise Emballages Mitchel-Lincoln Ltée 3737, boul. Thimens, arrondissement

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention Rapport d intervention EN003087 Nom et adresse du destinataire N du rapport N du dossier d intervention 166 RUE SULLIVAN VALLEYFIELD (QUEBEC) J6S2J3 N Éta ou ENL I201928 3157351 N de chantier Adresse du

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing.

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. DCC DCC Section Montréal Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. Programme de la soirée; Le décret; Le guide explicatif des exigences d entretien des façades

Plus en détail

COURS 1 325011 COURS 2 325262

COURS 1 325011 COURS 2 325262 COURS 1 325011 MÉTIER ET FORMATION Objectif de situation Se situer au regard du métier et de la démarche de formation. Connaître la réalité du métier; comprendre le projet de formation; confirmer son orientation

Plus en détail

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal...

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal... TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 7 Applications... 2 Définitions... 5 Exigences générales... 7 Calage... 11 Ancrage... 15 Exigences Calage et ancrage Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement

Plus en détail

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07 (P)-RM-2006-07 Santé et sécurité au travail Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006 Amendement : Politique de santé et sécurité au travail 1. But de la politique La

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003844 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu le 18 juin 2010 à deux travailleurs de l entreprise Gouttières André Potvin au chantier du 134, rue des Laurentides à Saguenay, arrondissement de Chicoutimi

Plus en détail

LES SYSTÈMES D ANCRAGE DE GARDE-CORPS SUR DES TOITS PLATS. Fiche de prévention

LES SYSTÈMES D ANCRAGE DE GARDE-CORPS SUR DES TOITS PLATS. Fiche de prévention LES SYSTÈMES D ANCRAGE DE GARDE-CORPS SUR DES TOITS PLATS Fiche de prévention IRSST ASP Construction LeS SySTèmeS d AnCRAge de garde-corps SuR des ToITS PLATS Fiche de prévention André Lan, IRSST François

Plus en détail

Conditions d'admission : Pour être admis à ce programme, il suffit de satisfaire à l'une des conditions suivantes :

Conditions d'admission : Pour être admis à ce programme, il suffit de satisfaire à l'une des conditions suivantes : Dessin de bâtiment Secteur de formation : Bâtiment et travaux publics Sanction des études : DEP Numéro du programme : 5250 Durée de la formation : 1 800 heures Nombre d'unités : 120 unités Objectifs du

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003959 Accident mortel survenu à un travailleur œuvrant pour Construction Daniel V. Zanetti inc. le 29 août 2012 au 10171 avenue Pelletier à Montréal Direction régionale de Montréal

Plus en détail

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 PROGRAMME DE EN SANTÉ SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 Document préparé par : Comité de la santé et de la sécurité du travail Objectif : Éliminer à la source même les dangers pour la santé, la sécurité et

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4200407 RAP0990913 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4200407 RAP0990913 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004028 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Toitures Laflamme inc., le 25 avril 2014, sur un chantier situé au 1175, rue du Havre à Mascouche Direction régionale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1 EN003784 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal - 1 Chute mortelle d un de l entreprise Couverture Montréal-Nord ltée à partir de l entretoit de l'établissement de Transport Logi-Pro inc. 9001,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003937 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel d un travailleur de l entreprise Roger Tremblay et fils inc. survenu le 30 mars 2012 au 1319, Rang 4 à Normandin Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a comme objectif d

Plus en détail

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie.

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie. 2 plans d exécution a été adjugée au bureau LZ&A Architectes SA. Ce dernier a établi un devis général, effectué un relevé précis et préparé les plans pour les appels d offres. La mise à l enquête pour

Plus en détail

OSSATURE BOIS RAPIDE ET PROPRE

OSSATURE BOIS RAPIDE ET PROPRE OSSATURE BOIS RAPIDE ET PROPRE 2 4 3 1 5 6 REVALORISATION A GRANDE ECHELLE La société de logement HEEMwonen gère à Kerkrade aux Pays-Bas un quartier de 153 habitations sociales unifamiliales datant des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DÉFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION La législation québécoise en matière de santé et de sécurité du travail est constituée

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.63 JOINT DE TABLIER

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.63 JOINT DE TABLIER DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 6 CONDITIONS TECHNIQUES NORMALISÉES TABLE DES MATIÈRES PAGE... 1 6.63.1 GÉNÉRALITÉS... 1 6.63.2 NORMES DE RÉFÉRENCE... 1 6.63.3 MATÉRIAUX... 2 6.63.4 EXÉCUTION DES TRAVAUX...

Plus en détail

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme.

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme. LES PLANCHERS Introduction - Charges supportées par les planchers -Poids propre -Revêtement -Cloisons -Exploitation Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le

Plus en détail

IMPORTANT, LORS DU DÉPÔT DE LA PRÉSENTE DEMANDE VOUS DEVEZ VOUS ASSURER QUE :

IMPORTANT, LORS DU DÉPÔT DE LA PRÉSENTE DEMANDE VOUS DEVEZ VOUS ASSURER QUE : 1. Construction bâtiment principal; 2. Construction bâtiment accessoire; 3. Rénovation/Réparation; 4. Transformation/Agrandissement; 5. Permis ou certificat d autorisation autre(s) Municipalité de L Isle-aux-Coudres

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY DOCUMENT D APPEL D OFFRES NO : SP-14-144 CHAPITRE E CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES FOURNITURE

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4174003 RAP0841742 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4174003 RAP0841742 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003957 Chute mortelle d un coordonnateur survenue le 4 octobre 2012 à l'entreprise Moisson Montréal inc. située au 6880, chemin Côte-de-Liesse à Montréal, arrondissement Saint-Laurent

Plus en détail

ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

ANNEXE A ACCIDENTÉ RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4061819 RAP0309776 AN003576. Liste des accidentés. Nom, prénom : M. B. Sexe : Masculin.

ANNEXE A ACCIDENTÉ RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4061819 RAP0309776 AN003576. Liste des accidentés. Nom, prénom : M. B. Sexe : Masculin. ANNEXE A Liste des accidentés AN003576 ACCIDENTÉ Nom, prénom : M. B Sexe : Masculin Âge : Fonction habituelle : Peintre-Chef d équipe Fonction lors de l accident : Peintre Expérience dans cette fonction

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Rapport d évaluation CCMC 13302-R

Rapport d évaluation CCMC 13302-R Rapport d évaluation CCMC 13302-R RÉPERTOIRE NORMATIF 07 44 50 Publié 2008-03-12 Révisé 2008-04-25 Réévaluation 2011-03-12 6XUH7RXFK 1. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction (CCMC) est

Plus en détail

INFORMATIONS GÉNÉRALES RELATIVES À L INSTALLATION DE BANNIÈRES SUR LE DOMAINE PUBLIC À MONTRÉAL

INFORMATIONS GÉNÉRALES RELATIVES À L INSTALLATION DE BANNIÈRES SUR LE DOMAINE PUBLIC À MONTRÉAL INFORMATIONS GÉNÉRALES RELATIVES À L INSTALLATION DE BANNIÈRES SUR LE DOMAINE PUBLIC À MONTRÉAL 1. L installation d une bannière peut être autorisée par le Service du développement culturel et de la qualité

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990

RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990 EN002503 RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990 Dans la caserne de pompiers de la Corporation Municipale Ville St-Jovite

Plus en détail

PHS vers.1.4 LE PLAN D HYGIENE ET DE SECURITE. Du bâtiment et du génie civil www.cgp.ch CERCLE GENEVOIS DE PREVENTION. Mémo d utilisation

PHS vers.1.4 LE PLAN D HYGIENE ET DE SECURITE. Du bâtiment et du génie civil www.cgp.ch CERCLE GENEVOIS DE PREVENTION. Mémo d utilisation PHS vers.1.4 CERCLE GENEVOIS DE PREVENTION Du bâtiment et du génie civil www.cgp.ch Mémo d utilisation LE PLAN D HYGIENE ET DE SECURITE Pourquoi un Plan d hygiène et de sécurité Le plan d hygiène et de

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure Remplacement des fenêtres sur la façade du bâtiment 29 rue d Ulm.

Ecole Normale Supérieure Remplacement des fenêtres sur la façade du bâtiment 29 rue d Ulm. Ecole Normale Supérieure sur la façade du bâtiment 29 rue d Ulm. Présentation du projet L Ecole Normale Supérieure 45 rue d Ulm, possède un bâtiment de 7 000m² situé au 29 rue d Ulm réparti sur cinq niveaux,

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif d encadrer

Plus en détail

SOLUTIONS DE CONCEPTION- CONSTRUCTION POUR BÂTIMENTS À NIVEAUX MULTIPLES

SOLUTIONS DE CONCEPTION- CONSTRUCTION POUR BÂTIMENTS À NIVEAUX MULTIPLES SOLUTIONS DE CONCEPTION- CONSTRUCTION POUR BÂTIMENTS À NIVEAUX MULTIPLES Table des matières Présentation de Canam... 3 Approche de conception- construction BuildMaster... 3 Charpentes d'acier et tabliers

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003911 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Alex Maçonnerie inc. le 8 avril 2011 au 4348 des Érables à Montréal Direction régionale de Montréal-1 Inspecteurs : Pierre-Luc

Plus en détail

A.- MÉTHODOLOGIE ET OBSERVATIONS

A.- MÉTHODOLOGIE ET OBSERVATIONS Granby, le 29 avril 2013 Monsieur Jean François D Amour Municipalité de Sutton 11 rue Principale Sud Sutton (Québec) JOE 2KO Objet : Analyse de la qualité d air 2ième étage, Hôtel de Ville 11 rue Principale,

Plus en détail

TITRE III : DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE III : DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE III : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Dispositions générales Table des matières 5.1 code de construction 5.2 sécurité près des excavations 5.3 construction inoccupée, inachevée ou inutilisée 5.4 construction

Plus en détail

Description des travaux nécessaires. pour permettre l ajout et le remplacement de certaines antennes

Description des travaux nécessaires. pour permettre l ajout et le remplacement de certaines antennes Description des travaux nécessaires pour permettre l ajout et le remplacement de certaines antennes sur la plate-forme supérieure de la tour du mont Royal. Projet prévu à l été 2009 Préparé par : Jacques

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le règlement sur la construction de la Ville est modifié par la modification du Règlement

Plus en détail

Programme de rénovation résidentielle

Programme de rénovation résidentielle Le Programme de rénovation résidentielle PRQ-Saguenay est un programme d aide à la rénovation résidentielle qui s adresse aux propriétaires d un immeuble qui souhaitent réaliser des travaux visant un ou

Plus en détail

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010 Fire Safety Day 2010 28 octobre 2010 - Leuven Note d information technique NIT 238 L application de systèmes de peinture intumescente sur structures en acier Source: Leighs Paints ir. Y. Martin CSTC/WTCB

Plus en détail

Prévention des chutes de toits. de haut. Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits.

Prévention des chutes de toits. de haut. Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits. DC 500-141-1 2008 (final).qxd 20/05/08 10:40 Page 1 Prévention des chutes de toits de haut Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits. Table

Plus en détail

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus CSTC Bruxelles, 5 juin 2012 Aanemingen Verelst Yves Martin René Goovaerts Contenu de la présentation 05.06.2012

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

La protection des travailleurs contre les risques liés à l exposition à l amiante

La protection des travailleurs contre les risques liés à l exposition à l amiante La protection des travailleurs contre les risques liés à l exposition à l amiante Elke De Vits Inspectrice sociale Contrôle du bien-être au travail (CBE) Direction Bruxelles-Capitale 1. Cadre légal q Loi

Plus en détail

Procédure de travail à chaud

Procédure de travail à chaud Procédure de travail à chaud Par le Service des terrains et bâtiments Mise à jour le 21 janvier 2010 1 Table des matières 1 Table des matières... 2 2 Liste de distribution... 3 3 Généralité... 4 4 Travail

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Maître d œuvre : MAIRIE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Maître d ouvrage : MAIRIE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Objet du marché : REFECTION

Plus en détail

VILLA INDIVIDUELLE. 5 pièces de 140 m 2 habitable. Commune de Saint-Cergue, chemin des Clairvaux / parcelle n 206. Visualisation 3D 760'000.

VILLA INDIVIDUELLE. 5 pièces de 140 m 2 habitable. Commune de Saint-Cergue, chemin des Clairvaux / parcelle n 206. Visualisation 3D 760'000. VILLA INDIVIDUELLE 5 pièces de 140 m 2 habitable Commune de Saint-Cergue, chemin des Clairvaux / parcelle n 206 Visualisation 3D 760'000.- Une villa individuelle, un rêve d indépendance Vous avez désormais

Plus en détail

La commission scolaire a pour fonctions d entretenir ses biens meubles et immeubles et se dote d outils nécessaires, savoir :

La commission scolaire a pour fonctions d entretenir ses biens meubles et immeubles et se dote d outils nécessaires, savoir : Commission scolaire des Hautes-Rivières P O L I T I Q U E! DATE SERVICE : CODE : R M P 06 PROCÉDURES : PR 01 DIRECTIVES : RESSOURCES MATÉRIELLES D APPROBATION : 21 juin 1999 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 99.06.21

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4194437 RAP0963236 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4194437 RAP0963236 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004015 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Les toitures Mario Lemieux inc., le 12 décembre 2013, sur un chantier situé au 8999, avenue Morgan à Chertsey Direction

Plus en détail

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14 Page 6013-1 Inondation bris de tuyau d eau bris de tuyau de chauffage refoulement d égout 1. CONTEXTE Les établissements sont dotés d importants systèmes de distribution d eau, de lignes de chauffage et

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL EN003463 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL LE 27 OCTOBRE 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING.,

Plus en détail

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE)

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Encadrements administratifs Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Date d'entrée en vigueur: 09/06/02 Date de fin: Commentaire: Service émetteur:

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Equipement de protection Hygiène et sécurité Prévention Santé MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec

RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec EN003675 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec Accident mortel survenu à un travailleur le 26 octobre 2006 sur le chantier des entreprises Piscines Pro & Patios NV inc. Inspecteurs : Serge Gagnon,

Plus en détail

Guide explicatif du formulaire 039 Déclaration de travaux en plomberie

Guide explicatif du formulaire 039 Déclaration de travaux en plomberie Guide explicatif du formulaire 039 Déclaration de travaux en plomberie Avant-propos Obligation légale de la déclaration de travaux de plomberie La déclaration de travaux en plomberie avait auparavant pour

Plus en détail

Estimation d un projet Les travaux en sous œuvre. Quels sont les coûts à considérer pour convertir un vide sanitaire en sous sol?

Estimation d un projet Les travaux en sous œuvre. Quels sont les coûts à considérer pour convertir un vide sanitaire en sous sol? Estimation d un projet Les travaux en sous œuvre Quels sont les coûts à considérer pour convertir un vide sanitaire en sous sol? Exercice Soumission d un projet en temps réel (à l aide de croquis et photos)

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION COMPLET DES REVÊTEMENTS WAKEHAM

GUIDE D INSTALLATION COMPLET DES REVÊTEMENTS WAKEHAM Félicitations d avoir choisi le déclin de cèdre de l est WAKEHAM. Le cèdre blanc de l est est l un des meilleurs choix pour son pouvoir d isolation, sa résistance à la moisissure et sa durabilité incontestée.

Plus en détail

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La méthode d enquête de la CNESST Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La CNESST (Janvier 2016) Mission : La CNESST est une porte d entrée unique pour

Plus en détail

3. Le carburant du réservoir du véhicule ne dépasse pas le quart de la capacité du réservoir.

3. Le carburant du réservoir du véhicule ne dépasse pas le quart de la capacité du réservoir. Guide d emballage 1. Toute cargaison doit avoir un emballage de type maritime de façon à ce qu il soit : Manipulable par chariot élévateur; Résistant aux intempéries; Conçu pour être empilé. 2. Le matériel

Plus en détail

Travaux en hauteur (Directive)

Travaux en hauteur (Directive) Travaux en hauteur (Directive) Encadrements administratifs Date d'entrée en vigueur: 10/06/09 Date de fin: Commentaire: Service émetteur: Capital humain Service du signataire: Capital humain, Direction

Plus en détail

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles Définitions utiles Le PPSPS Un PPSPS est un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de. Le PPSPS est établi par les entreprises qui travaillent sur un chantier et remis au coordonnateur de sécurité

Plus en détail

Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité

Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité Avec AXA, choisissez la solution qui protège à la fois votre activité et vos clients Comme tous

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

DE SOUSCRIPTION ASSURANCE DECENNALE

DE SOUSCRIPTION ASSURANCE DECENNALE questionnaire DE SOUSCRIPTION ASSURANCE DECENNALE page 1/7 - version 01/05/2012 I PERSONNES A ASSURER Nom : Adresse : Activité principale : Sont à assurer toutes les parties qui collaborent au projet assuré

Plus en détail

Réhabilitation du logement de La Poste MARCHE DE TRAVAUX

Réhabilitation du logement de La Poste MARCHE DE TRAVAUX Mairie de Sénouillac 7 avenue des vignes 81600 SENOUILLAC Réhabilitation du logement de La Poste MARCHE DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) SOMMAIRE Article 1 - Objet du marché

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110)

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) MUNICIPALITÉ DE ST-BRUNO-DE-KAMOURASKA MRC DE KAMOURASKA RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) CONSIDÉRANT que le conseil municipal de la Municipalité de St-Bruno désire

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE ===================================================================== PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-JUSTINE-DE-NEWTON RÈGLEMENT NUMÉRO 328 ===================================================================== RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

Plus en détail

Contrôle des soudures

Contrôle des soudures DESTINATAIRES : Ingénieurs responsables des structures en DT Ingénieurs et techniciens du Service de la conception et du Service de l entretien de la Direction des structures DATE : Le 4 juin 2009 OBJET

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4068282 RAP0347578 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4068282 RAP0347578 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003619 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident mortel survenu à un travailleur de l entreprise Ébénisterie Samuel inc. le 15 mars 2006, lors de travaux effectués à l'entreprise

Plus en détail

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages AGENTS ET COURTIERS EN ASSURANCE Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages Lors de la souscription initiale et lors des renouvellements

Plus en détail

Processus de demande de permis de travail

Processus de demande de permis de travail Processus de demande de permis de travail Formation Avril 2015 Demander un permis de travail Audience: Les personnes ayant reçu des affectations de travail nécessitant une autorisation d exécuter les travaux

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE RELATIVE AUX AVIS TECHNIQUES SUR LES PROJETS

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail