La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?"

Transcription

1 La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?!"#$%&$'()*'+%,%-".'/*'0'%,%#*%."12(*3/$*% 45.6%78% 9-:595.6%.'*;%<=7<%

2 1- organisation des équipes - la réalité du terrain - Rôle des équipes 2 - Étude interne sur le positionnement des personnels du SMUR lors de la prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire - Mise en évidence des éléments de perte de temps - Procédure d'amélioration des pratiques professionnelles - Conclusion

3 - I - Organisation des équipes De secours

4 La réalité du terrain

5 conditions toujours difficiles

6 Nombreux intervenants : avantage ou inconvénient? Secouristes pompiers Témoins Équipe SMUR

7 Rôle des équipes

8 Utiliser des protocoles reconnus RESPECT DES GUIDELINES Compressions thoraciques interrompues le moins possible (réduction du No Flow) La défibrillation précoce Le ratio 30:2

9 Les secouristes Identifier l'acr Compressions thoraciques et pose du DSA Ventiler à l insufflateur + Oxygène

10 Le SMUR L Ambulancier - Monitorage - Compressions thoraciques L'infirmier - Gestion du sac d intervention - Pose VVP - Injections sur prescription Le médecin - Coordination - Ventilation - Prescriptions

11 Le matériel

12 - II - Étude interne sur le positionnement des personnels du SMUR lors de la prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire.

13 Réduire délai de prise en charge Ergonomie OBJECTIFS: Harmoniser les pratiques Répartir des taches Former les agents

14 Premier Passage : Évaluer la prise en charge d un ACR par l équipe SMUR Programme: Analyse par le groupe des difficultés et perte de temps (support vidéo) Proposition du protocole de fonctionnement Deuxième passage : Reprise de l'exercice en appliquant le nouveau positionnement

15 15 Infirmiers Personnels formés: 14 Ambulanciers 16 Médecins 1 équipe de SMUR pédiatrique

16 Mise en évidence des éléments perte de temps

17 Les guidelines

18 Diagnostic de l'acr

19 Diagnostic de l'acr deuxième passage premier passage 17,58 20,13 18,44 16,01 20,35 12,58 44,25 22,13 11,19 10,49 22,53 16,35 12,06 41,56 15,59 27,48 27,49 17,42 23,2 45, temps (sec)

20 Début du Massage cardiaque

21 DEBUT DES COMPRESSIONS THORACIQUES deuxième passage premier passage 20,52 24,16 24,12 38,03 38,06 13,56 48,51 26,56 19,7 15,58 35,57 26,36 33,54 42,19 28,3 51,52 34,03 86,41 93,54 59, temps ( sec )

22 Utilisation des palettes à visée diagnostique et/ou thérapeutique

23 Utilisation des palettes à visée diagnostique et/ ou thérapeutique 33,02 deuxième passage premier passage 19, secondes 148,29

24 Diagnostic de l'acr deuxième passage premier passage 18,44 16,01 44,25 22,13 11,19 22,53 16,35 41,56 15,59 45,1 :2;$%)(% temps (sec) deuxième passage 15,58 26,36 42,19 51,52 86,41 59,52 premier passage Début des compressions thoraciques deuxième passage premier passage 33,02 19, secondes 148,29

25 COMPORTEMENT DES INTERVENANTS

26 La VVP

27 Pose du garrot <==% 7H=% 7HF% 0$B+;%I;$J%K% 7G=% 7F=% 7<=% 7==% H=% G=% F=% <=% =% G=% +*$B/$*%+';;'C$% )$(D/EB$%+';;'C$%

28 Déplacement des agents pendant la prise en charge initiale

29 Mobilité des agents <L=% <7<% <==% 7L=% 0$B+;%I%;$J%K% 7==% L=% =% MN<<% +*$B/$*%+';;'C$% )$(D/EB$%+';;'C$%

30 COMPARAISON DES ECARTS TYPES Utilisation des palettes Diagnostic ACR Début du MCE position fixe des agents pose VVP Ecarts Types passage 1 passage 2 passage 1 passage 2 passage 1 passage 2 passage 1 passage 2 passage 1 passage 2 41,42 8,94 12,34 7,15 22,58 12,09 67,59 5,14 24,74 16,51!"#$%&'()*+"&",-#-./-(0'1(2%.1'1('#(3+4%,'1(45(0'56.7&'(24114,'(

31 CAS PRATIQUE

32 T0 T+3'56

33 Premier passage Déplacements de chaque agent ADE Médecin IDE

34 Procédure d'amélioration des pratiques professionnelles

35 La nouveauté : Dédier systématiquement le matériel à chaque agent

36 Matériels dédiés: Médecin : Infirmier : Ambulancier :

37 Protocole de prise en charge d une victime en ACR par une équipe SMUR Dr IDE ADE O2+aspiration sac scope Sans VSAV VSAV ou témoin Dr IDE ADE Dr IDE ADE diagnostic Ventilation BAVU + O2 MCE Vvp, adré SpO2 IOT+ sellick ou BURP, Etco2, palettes Patch DSA MCE Ventilation BAVU +O2 Vvp, adré SpO2 IOT+sellick ou BURP,Etco2 ventilation fixation Cordon DSA Scope+ aspi Pse+respi à chercher COMPRESSIONS THORACIQUE MCE / ventilation / adré Pse+respi à chercher Alternance au massage toutes les 2 mn

38 T0 T+2'54 Temps 1 passage= 3'56

39 deuxième passage Zone de travail des agent et position du matériel ADE Médecin IDE Déplacements des agents et du matériel = 0

40 Au final :

41 Amélioration dans la prise en charge des axes fondamentaux

42 Temps moyens Utilisation des palettes 1 passage 2 passage 74,20' 24,31' Diagnostic ACR 1 passage 2 passage 26,50' 17,69' Début du MCE 1 passage 2 passage 47,97' 27,97' -67% -33% -41%

43 Amélioration du temps de mise en place de tous les dispositifs médicaux nécessaires à une prise en charge complète.

44 Temps moyens Pose du garrot Début de l'intubation 1 passage 69' 2 passage 45' 1 passage 137' 2 passage 76' -34% -44%

45 CONCLUSION

46 Ces travaux ont permis : - d analyser nos pratiques - d'assurer la formation de nos personnels - remettre en question nos habitudes - améliorer la cohésion d équipe

47 L ergonomie Axe de réflexion novateur qui permet : - Un gain de temps moyen de 30% - Une harmonisation des pratiques - Une autonomisation des membres de l équipe Ouvre le champ à une véritable généralisation de l'ergonomie autour du patient en ACR afin, une fois de plus, de réduire le temps de prise en charge.

48 MERCI DE VOTRE ATTENTION

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM 2009 1. La Défibrillation Automatisée Externe 1. 1. Définition : Défibrillation automatisée consiste à faire traverser le cœur en arrêt circulatoire

Plus en détail

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au En 2008 27 rue du Docteur Lettry, BP 2233 56 322 LORIENT cedex Par L Péron I. Ce dispositif repose sur plusieurs axes : Une procédure d appel simple

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

Introduction. La Séquence

Introduction. La Séquence Recommandations du Conseil Belge de Réanimation (BRC) pour la Réanimation Cardio-Pulmonaire et la Défibrillation Externe Automatisée par les premiers intervenants formés aux techniques de l Aide Médicale

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 17/11/2012 Réf.: CMUB-042 Pagination : 1 de 7 Rédacteurs Date 17/11/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 042 Dr Valérie Hamelin (Chenove) Approbation

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE DE L ENFANT (ACR) vu de la puéricultrice, vu de l auxiliaire de puériculture ou l aide-soignant Équipe de réanimation Pédiatrique - CHU de Bordeaux Audrey Bonafous, Lucille Lefol,

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate des médicaments et matériels nécessaires au traitement

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1 D. A. E Défibrillateur Automatisé Externe Med-Cdt Yann Coulon 1 DSA : Défibrillateur Semi Automatique DEA : Défibrillateur Entièrement Automatique Med-Cdt Yann Coulon 2 Décret 98-239 du 27 Mars 1998 :

Plus en détail

Présentation ARM Référent SAMU - Centre 15 des Hauts de Seine.

Présentation ARM Référent SAMU - Centre 15 des Hauts de Seine. Présentation ARM Référent SAMU - Centre 15 des Hauts de Seine. Congrès UNARM RENNES 16 MAI 2014 1 Présentation du SAMU 92 Le Centre de Réception et de Régulation des Appels (CRRA) se situe au sein de l

Plus en détail

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé Plan d intervention Objectif La réglementation La chaîne de secours Objectif général

Plus en détail

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile 1 ARRÊT CARDIO-RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque peut être d origine cardiaque ou secondaire

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins " coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins  coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence harmonie OBJECTIF Harmoniser les pratiques, les soins, la formation! qualité des soins " coût #continuité Dans le cadre d une fédération de l urgence HARMONISATION POINT PAR POINT INDENTITE DU PATIENT

Plus en détail

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive La mort subite non traumatique liée aux activités physiques et sportives Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive Professeur Pierre CARLI Docteur Michel NAHON SAMU

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CENTRE HOSPITALIER De La Rochelle CATALOGUE FORMATIONS CESU 17 2012 Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CESU 17 - CENTRE HOSPITALIER LA ROCHELLE 17019 LA ROCHELLE CEDEX 1

Plus en détail

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 ARRET CARDIO RESPIRATOIRE C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 Introduction 50 à 60 000 morts subites en France par an 3 % de survie sans séquelle Survie dépend de la rapidité d une RACS, elle même dépendante

Plus en détail

Prise en charge de la douleur par l infirmier sapeur-pompier. Infirmier d Encadrement COLIN F Infirmier en Chef SSSM 35

Prise en charge de la douleur par l infirmier sapeur-pompier. Infirmier d Encadrement COLIN F Infirmier en Chef SSSM 35 Prise en charge de la douleur par l infirmier sapeur-pompier Infirmier d Encadrement COLIN F Infirmier en Chef SSSM 35 Le contexte 130 infirmiers sapeurs- pompiers volontaires + 5 ISPP dont 4 cadres de

Plus en détail

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS Préambule: rôle du secouriste niveau 2 Les détresses respiratoires 1-1- Rôle de la ventilation 1-2- Anatomie 1-3- Principales causes des détresses respiratoires

Plus en détail

RIFA-Plongée Capacité N 6

RIFA-Plongée Capacité N 6 RIFA-Plongée Capacité N 6 Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime Réactions et Intervention Face à l Accident de Plongée Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime

Plus en détail

COEUR ET ACTIVITES PHYSIQUES SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E)

COEUR ET ACTIVITES PHYSIQUES SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E) SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E) PLAN PROPOSE LES GESTES DE PREMIERS SECOURS L'UTILISATION DU DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE ( SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE

Plus en détail

Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne

Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne Procédure à cœur arrêté Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne Cas clinique 02/11/07 première mise en œuvre de la procédure cœur arrêté Appel au centre 15 à 5h50 ( T0 ) Localité située

Plus en détail

Urgences thoraciques. Tri IOA et préparation des patients aux examens radiologiques

Urgences thoraciques. Tri IOA et préparation des patients aux examens radiologiques Urgences thoraciques { Tri IOA et préparation des patients aux examens radiologiques Rémi Rupin / Mickael Perchoc IDE SAU Les ateliers de CERPICO Décembre 2013 Service d Accueil des Urgences (SAU) Hopital

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER LA RÉANIMATION CARDIORESPIRATOIRE (RCR) ET L UTILISATION D UN DÉFIBRILLATEUR EXTERNE LORS D ARRÊT CARDIORESPIRATOIRE POUR LA CLIENTÈLE ADULTE ET ENFANT (8 ANS ET PLUS) EN

Plus en détail

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Centre Hospitalier Général de Valenciennes L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Journée AREPAC 2006 PRESENTATION Introduction Épidémiologie Historique

Plus en détail

Prise en charge préhospitalière DDAC

Prise en charge préhospitalière DDAC JMPG Nice 04. 2012 Prise en charge préhospitalière DDAC Alexis Burnod SMUR Beaujon, Clichy SMUR = premier maillon Contribuer à ce que des personnes décédées en dehors de l hôpital des suites d un arrêt

Plus en détail

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE FACE A L URGENCE VITALE «FAIRE VITE» «FAIRE BIEN» Les bons gestes

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Présentation ZOLL Médical France

Présentation ZOLL Médical France Présentation ZOLL Médical France Alain LEBON Albin Lamoureux ZOLL Médical France A propos de ZOLL Conception, fabrication et commercialisation d équipements avancés et non invasifs de réanimation cardiaque.

Plus en détail

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne Thomas Desplanches Sage-femme (Maïeuticien) Cellule d évaluation du réseau périnatal de Bourgogne C.H.U Dijon.

Plus en détail

10.03.2012. Forum Romand 2012. Une décennie pour les «cardios» Actualisation et nouvelles directives de la réanimation. Quelques définitions

10.03.2012. Forum Romand 2012. Une décennie pour les «cardios» Actualisation et nouvelles directives de la réanimation. Quelques définitions Une décennie pour les «cardios» Actualisation et nouvelles directives de la réanimation Claudia Pohl Coordinatrice groupes de maintenance Fondation Suisse de Cardiologie Fondation Suisse de Cardiologie

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Décret n 2012-565 du 24 avril 2012 relatif à la Commission nationale des

Plus en détail

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68 L arrêt cardiaque sur le terrain Guillaume BOIS SDIS 68 Epidémiologie de l AC extra-hospitalier 36-128/10 5 hbts/an. Europe : - 38/10 5 dont 17/10 5 FV. - Survie AC : 5,2 (Tartu, Estonie) à 20 % (Stavanger,

Plus en détail

infirmière par la méthode Lean Healthcare Application d ordonnances collectives dans les services d urgence Expérience au CSSSTR

infirmière par la méthode Lean Healthcare Application d ordonnances collectives dans les services d urgence Expérience au CSSSTR Collaboration médecin-infirmière infirmière par la méthode Lean Healthcare Application d ordonnances collectives dans les services d urgence Expérience au CSSSTR Par Dre Valérie Garneau Chef de l urgence

Plus en détail

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique

Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Formation s adressant aux intervenants scolaires Personne dont l allergie est connue (1,5 heure) MAJ 2013-2 2 But

Plus en détail

Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69

Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69 Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69 Greffe rénale Problématique Problématique Greffe hépatique Solutions Augmenter le

Plus en détail

Contact: pile.urgences@gmail.com

Contact: pile.urgences@gmail.com U R G E N C E S NUMERO 3 JUILLET 2015 Contact: pile.urgences@gmail.com PATIENT-TRACEUR TRACEUR La méthode du patient-traceur permet d analyser de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont

Plus en détail

Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique

Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique Grilles d'évaluation Conformes au Guide national de référence GRILLE D'ÉVALUATION FORMATIVE DSA FE1 - RCP de base en équipe (sans DSA) Situation

Plus en détail

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations»

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations» L ARRÊT CARDIAQUE ACR et RCP «Rappels et nouvelles recommandations» Dr L.Nivet - Formation Continue Secouristes 2006 Synthèse des nouvelles recommandations : Dr T.Sécheresse - SAMU 73 Arrêt Cardio-Circulatoire

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 9 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 41 Rédacteurs Dr V.HAMELIN, urgentiste Chenôve ; Dr L. QUEUDET, urgentiste Dijon

Plus en détail

LES ATELIERS DE L ANDIISS 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF

LES ATELIERS DE L ANDIISS 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF 1 L UTILISATION DES DEFIBRILLATEURS DANS LES EQUIPEMENTS SPORTIFS Sylvie MILED Pierre-Yves FAVREAU 2 Demain, devrons nous équiper tous les équipements sportifs en défibrillateurs?

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Les nouveaux référentiels infirmiers. Témoignage d'étudiants infirmiers

Les nouveaux référentiels infirmiers. Témoignage d'étudiants infirmiers Les nouveaux référentiels infirmiers Témoignage d'étudiants infirmiers IFSI de Brabois Promotion 2010-2013 SOMMAIRE Présentation de la Promotion 2010 Avant l'entrée en formation : Ressenti des étudiants

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO COLMU le 19 mai 2009 Pont-à-Mousson Manuel CONTINI Définitions AC réfractairer : absence de reprise d une d activité circulatoire spontanée e (RACS)

Plus en détail

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Printemps des EHPAD Nice 26 mars 2015 SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE - S.U.A.P - ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Médecin Lt Colonel V. ALAUX-DHENIN, Responsable «Mission Médicalisation

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Le RSI NORD PAS-de-CALAIS 03/12/2013 1

Le RSI NORD PAS-de-CALAIS 03/12/2013 1 Le RSI NORD PAS-de-CALAIS 03/12/2013 1 Son rôle, ses missions Le Régime Social des Indépendants (RSI) assure une mission de service public en gérant : - l assurance maladie obligatoire - les assurances

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

Travail collaboratif d évaluation du fonctionnement des RCP au sein du Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse

Travail collaboratif d évaluation du fonctionnement des RCP au sein du Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Travail collaboratif d évaluation du fonctionnement des RCP au sein du Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Congrès des Réseaux Vichy 2010 Dr Aimad Ourahmoune o.aimad@free.fr RRC ONCOPACA-Corse

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

Fascicule n 5. Octobre 2003

Fascicule n 5. Octobre 2003 Fascicule n 5 L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Octobre 2003 L Osteopathe, Consultant de Premier Rang L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Pourquoi l ostéopathe est un consultant de premier rang?

Plus en détail

EQUIPEMENT MEDICAL DES REFUGES DE MONTAGNE GARDES DE FRANCE ET FORMATION AUX PREMIERS SECOURS DE LEUR GARDIEN : UNE ETUDE NATIONALE DESCRIPTIVE

EQUIPEMENT MEDICAL DES REFUGES DE MONTAGNE GARDES DE FRANCE ET FORMATION AUX PREMIERS SECOURS DE LEUR GARDIEN : UNE ETUDE NATIONALE DESCRIPTIVE Congrès ANMSM Valloire Janvier 2014 EQUIPEMENT MEDICAL DES REFUGES DE MONTAGNE GARDES DE FRANCE ET FORMATION AUX PREMIERS SECOURS DE LEUR GARDIEN : UNE ETUDE NATIONALE DESCRIPTIVE Etude menée en 2013 par

Plus en détail

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Service d Anesthésie-Réanimation-Smur Hôpital Beaujon, Clichy 1 2 Recommandations françaises Recommandations formalisées d experts sur la prise en charge

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER

PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER PRISE EN CHARGE DE L ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE (ACR) INTRA HOSPITALIER 1 : Introduction Le pronostic de l Arrêt Cardio-Respiratoire (ACR) est conditionné par la vitesse à laquelle l alerte est donnée,

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

CŒUR ET TRAVAIL URGENCES CARDIOVASCULAIRES EN ENTREPRISE. Méthodologie du programme de DPC

CŒUR ET TRAVAIL URGENCES CARDIOVASCULAIRES EN ENTREPRISE. Méthodologie du programme de DPC Méthodologie du programme de DPC L objectif est - La mise à jour des connaissances quant aux principales urgences cardiovasculaires, - La prise en charge sur le lieu de travail, - La rédaction des protocoles,

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER

LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER Chargements, programmation, planification des déplacements, entretien, aménagement des véhicules, sensibilisation du personnel 2015 LA LIGNE PREVENTION Evènement : Journée

Plus en détail

Devenez partenaire! Fondation fribourgeoise de réanimation

Devenez partenaire! Fondation fribourgeoise de réanimation Devenez partenaire! Fondation fribourgeoise de réanimation Sauver des vies Le projet de la Fondation fribourgeoise de réanimation est né grâce à l exemple de la Fondation Ticinocuore tessinoise. En effet,

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière Centre Hospitalier Régional d Orléans Centre d Enseignement des Soins d Urgence 45 Formation d adaptation à l emploi des Conducteurs ambulanciers de SMUR de la fonction publique hospitalière Formation

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Quel rôle pour l infirmière àdomicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire

Quel rôle pour l infirmière àdomicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire Quel rôle pour l infirmière àdomicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire Florence Ambrosino Infirmière de pratique avancée en coordination de parcours complexe de soins.

Plus en détail

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison www.centre-paul-strauss.fr Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison Barbara POIROT, Laïla WEISS IDE Service de Soins d Accompagnement Contexte Hôpital de jour de soins d accompagnement

Plus en détail

INTÉGRATION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

INTÉGRATION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX INTÉGRATION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX DANS LE DOCUMENT UNIQUE Méthodologie NCA & VDN Formation interne des encadrants Avril 2015 LE DOCUMENT UNIQUE, QU EST CE QUE C EST? Obligation de l employeur Document

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS RAPPORT FINAL - PERIODE DU 01 JANVIER 2006 AU 31 OCTOBRE 2006 - COORDONNEES DU SISD : SISD de la région

Plus en détail

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Collège des Professionnels de Gériatrie en Lorraine PRESENTATION Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Historique Le Collège des Gériatres Lorrains créé le 03/12/2004...

Plus en détail

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Etude TACT Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Arrêt cardiaque traumatique Survie

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU)

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU) DATE : 20 mars 2014 EXPÉDITRICE : Docteure Colette D. Lachaîne Directrice médicale nationale des services préhospitaliers d urgence DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants

Plus en détail

Contexte La prévention des risques professionnels au CHM. Les acteurs de prévention Exemples d actions menées

Contexte La prévention des risques professionnels au CHM. Les acteurs de prévention Exemples d actions menées Prévention des risques professionnels au CH MARCHANT Préventica 2015, Toulouse DRH-Santé au travail Sommaire Contexte La prévention des risques professionnels au CHM Historique Evolution Les acteurs de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS Tenue du dossier de soins infirmiers du malade à domicile Novembre 2004 I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en

Plus en détail

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN SMUR «Stratégies de prévention» Plan le Risque Sa nature Son milieu Sa cible Son épidémiologie Son impact Sa criticité Patrick LAGRON SAMU 9/SMUR GARCHES GERES Formation

Plus en détail

Création d une base de données interservices pour une réflexion globale sur la localisation des moyens de secours à personne dans les Alpes-Maritimes

Création d une base de données interservices pour une réflexion globale sur la localisation des moyens de secours à personne dans les Alpes-Maritimes Création d une base de données interservices pour une réflexion globale sur la localisation des moyens de secours à personne dans les Alpes-Maritimes UMR ESPACE 7300 T r e i z i è m e c o n g r è s O R

Plus en détail

Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation?

Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation? Une question : Si demain vous étiez face à une personne victime d'un arrêt cardiaque, sauriez-vous faire face à la situation? Le jeudi 25 mars 2010 à 14h30, à la Maison des Sports, Monsieur Jean Pierre

Plus en détail

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION COLONEL ERIC FAURE, PRÉSIDENT DE LA FNSPF ISABELLE VERBAERE LA GAZETTE DES COMMUNES Les intervenants Colonel Eric FAURE,

Plus en détail