Les lacs dans le canton de Berne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les lacs dans le canton de Berne"

Transcription

1 Les lacs dans le canton de Berne Les lacs ne marquent pas seulement le paysage, ils sont indispensables à l alimentation en eau potable, à la pêche et au tourisme, sont des espaces de détente appréciés de la population et servent de biotopes à nombre d animaux et de végétaux. L état de leurs eaux nous tient d autant plus à cœur. C est pourquoi le laboratoire de la protection des eaux et du sol examine tous les mois les trois grands lacs du canton de Berne à savoir le lac de Brienz, le lac de Thoune et le lac de Bienne. Comme les lacs ne réagissent généralement que très lentement aux mesures de protection des eaux, des campagnes de mesure de plusieurs années sont nécessaires. Un tel contrôle d'efficacité permet de vérifier si les actions engagées au niveau de l'épuration des eaux, de l agriculture ou autres portent leurs fruits. Notre programme de surveillance des lacs porte donc sur le long terme. Il poursuit les objectifs et exigences fixés par l ordonnance fédérale sur la protection des eaux (OEaux). Les résultats des analyses physico-chimiques et biologiques sont publiés dans des rapports sur l'état des eaux, dans l annuaire hydrographique et dans diverses autres publications. L union fait la force! Depuis 1999, les cantons de Berne, de Fribourg et de Neuchâtel travaillent en étroite collaboration pour surveiller l état des lacs de Bienne, de Morat et de Neuchâtel. Les équipes procédant aux mesures sont toutes composées de représentants de ces trois cantons. Elles mettent en œuvre les mêmes méthodes d'investigation et utilisent les mêmes appareils de mesures, ce qui permet d'une part de réaliser de substantielles économies, d'autre part de générer de fructueux échanges de savoirfaire. Autre avantage, les résultats des mesures sont parfaitement comparables. Pour en savoir plus, consultez le site OED GBL Laboratoire de la protections des eaux et du sol page 1/6

2 Lac de Brienz Superficie Altitude Profondeur maximale Profondeur moyenne Volume Durée moyenne de renouvellement de l eau Superficie du bassin versant Altitude maximale du bassin versant Altitude moyenne du bassin versant km2 564 m 259 m 172 m 5.15 km3 973 jours 1'130 km2 4'272 m.s.m. 1'948 m.s.m. Le plus profond de tous les lacs bernois est également l un des plus grands lacs du pied des Alpes. Ses affluents lui apportent très peu de nutriments. Le lac de Brienz est oligotrophe, c est-à-dire peu productif. Il remplit les exigences fixées par l ordonnance fédérale sur la protection des eaux (OEaux) en matière de production et de teneur en oxygène. En raison de sa profondeur et de son exposition, son brassage n est pas toujours complet. Ses eaux profondes mettent de ce fait plusieurs années à se réchauffer, et ce n est que lorsque les différentes couches de la colonne d eau perdent leur stabilité qu elles commencent à se mélanger. Les activités de stockage et de turbinage de la centrale hydroélectrique d Oberhasli (Kraftwerke Oberhasli, KWO) influencent fortement l hydrologie du bassin versant du lac de Brienz. L importante turbidité minérale constatée durant l hiver, par exemple, est probablement imputable à l activité de cette centrale dans la région du Grimsel. La chute du nombre de daphnies et la diminution du nombre de captures de corégones observées en 1999 ont relancé la discussion concernant l influence de cette centrale sur l état du lac ainsi que sur celui de ses peuplements piscicoles et des organismes leur servant de nourriture. Le rapport publié en 2006 Brienzersee: Ein Ökosystem unter der Lupe illustre les interactions complexes existant au sein de l écosystème du lac de Brienz. Les résultats de ce travail montre que c est principalement la diminuation des nutriments qui est résponsable pour la diminuation de la production biologiques (algues, piscicoles). Données disponibles : profils en profondeur détaillés de la température, de l oxygène, du ph, de la conductivité et de la transmission (mensuels) chimie de l eau transparence selon Secchi phytoplancton et plancton de crustacés (mensuels) OED GBL Laboratoire de la protections des eaux et du sol page 2/6

3 Lac de Thoune Superficie Altitude Profondeur maximale Profondeur moyenne Volume Durée moyenne de renouvellement de l eau Superficie du bassin versant Altitude maximale du bassin versant Altitude moyenne du bassin versant km2 558 m 217 m 136 m 6.42 km3 684 jours 2'451 km2 4'272 m.s.m. 1'748 m.s.m. Situé entre les lacs de Brienz et de Bienne, le plus grand des trois grands lacs bernois occupe une place médiane à plusieurs titres: situation géographique, température de l'eau, teneur en oxygène, concentration en nutriments et diversité du plancton. Sa teneur en oxygène dépasse 4 mg/l depuis 1996 au moins, et ce à n importe quelle profondeur. Le lac de Thoune remplit donc les exigences de l ordonnance sur la protection des eaux sur ce plan. Il est considéré comme oligo-mésotrophe (faible à moyenne production de biomasse) et répond là aussi aux prescriptions légales. Son type se rapproche clairement du lac préalpin classique, peu productif et pauvre en nutriments (oligotrophe). Comme le lac de Thoune n a, contrairement au lac de Bienne, jamais dépassé la limite entre le stade mésotrophe et le stade eutrophe et que ses couches sédimentaires ne révèlent pas de concentration significative en nutriments, il devrait pouvoir retrouver un état oligotrophe bien plus rapidement que le lac de Bienne. Depuis l an 2000, les corégones du lac de Thoune souffrent de malformations génitales dont on ignore toujours la cause. Diverses pistes sont actuellement examinées. Il est possible que la nourriture des corégones le zooplancton joue un rôle important dans ce problème. Données disponibles : profils en profondeur détaillés de la température, de l oxygène, du ph, de la conductivité et de la transmission (mensuels) chimie de l eau transparence selon Secchi phytoplancton et plancton de crustacés (mensuels) OED GBL Laboratoire de la protections des eaux et du sol page 3/6

4 Lac de Bienne Superficie Altitude Profondeur maximale Profondeur moyenne Volume Durée moyenne de renouvellement de l eau Superficie du bassin versant Altitude maximale du bassin versant Altitude moyenne du bassin versant km2 429 m 74 m 29 m 1.12 km3 54 jours 8'210 km2 4'272 m.s.m. 1'148 m.s.m. Le lac de Bienne est l un des trois grands lacs situés au pied du Jura. Il draine des cours d eau sur un cinquième du territoire suisse. Son principal affluent est l Aar (canal de Hagneck), qui lui procure en moyenne les deux tiers de son eau. Le tiers restant lui arrive du nord-est, par la Suze, et du sudouest, par le canal de la Thielle (qui s écoule du lac de Neuchâtel). En théorie, son eau met en moyenne 54 jours pour se renouveler, mais cette durée peut varier de 17 à 127 jours. Durant la belle saison, l Aar, même par fort débit, se glisse dans les couches supérieures de l eau (épilimnion), suit la rive sud et quitte le lac après un parcours et une durée relativement courts. Ce faisant, elle fournit constamment des nutriments à ces couches d eau, ce qui les rend productives. Ce système offre des conditions de croissance idéales au phytoplancton, si bien que le lac de Bienne présente la biomasse en algues la plus élevée des trois grands lacs bernois. Il figure ainsi au nombre des lacs dits mésoeutrophes (productivité moyenne à importante). Comme les deux autres grands lacs de la région jurassienne, le lac de Bienne est analysé par les cantons de Berne, de Fribourg et de Neuchâtel dans le cadre d un programme coordonné de monitoring. Le site fournit de plus amples informations à ce sujet. Données disponibles : profils en profondeur détaillés de la température, de l oxygène, du ph, de la conductivité et de la transmission (mensuels) chimie de l eau transparence selon Secchi phytoplancton et plancton de crustacés (mensuels) OED GBL Laboratoire de la protections des eaux et du sol page 4/6

5 Petits lacs des écosystèmes précieux pour nous tous Le canton de Berne compte plus de 100 petits lacs de 5'000 m 2 ou plus. Ces plans d eau offrent un espace vital précieux à nombre d animaux et de végétaux et servent en outre d espaces de détente à la population. Désormais, un inventaire richement illustré a paru, qui fournit moult informations sur l histoire, l hydrologie, la morphologie, la qualité des eaux, la biologie, la composition des sédiments et les caractéristiques des bassins versants de ces petits lacs disséminés à travers tout le canton. Cet ouvrage de 281 pages, publié en 1999 au format A4 en couleurs, est épuisé mais peut être emprunté par le laboratoire de la protection des eaux et du sol GBL. Information : OED GBL Laboratoire de la protections des eaux et du sol page 5/6

6 Carte synoptique des petits plans d eau Le niveau trophique rend compte de la production biologique d un cours ou d un plan d eau et renseigne indirectement sur sa teneur en nutriments. Les eaux sont dites oligotrophes lorsque ce niveau est faible, mésotrophes quand il est moyen et eutrophiques, voire polytrophes, lorsqu il est élevé. Un accroissement du niveau trophique est appelé eutrophisation. Les cent douze petits lacs du canton de Berne et leur niveau trophique (production biologique). Les petits lacs du Plateau présentent en général un niveau trophique naturel plus élevé que ceux sis au pied des Alpes ou dans les Alpes. La tendance des lacs à s écarter du niveau trophique naturel et à s eutrophiser est plus nette dans les régions soumises à une agriculture intensive que dans celles où l on pratique une culture extensive. La charge en eaux usées joue aussi un rôle dans le bassin versant de certains petits lacs de plaine et du Jura. > liste des plans d eau (PDF) OED GBL Laboratoire de la protections des eaux et du sol page 6/6

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES CANTON DE VAUD Département de la Sécurité et de l Environnement INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES Classe I : naturel/semi-naturel Classe II : peu atteint Classe III

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

Exigences. Exigences propres à chaque catégorie de parc. Office fédérale pour l environnement OFEV

Exigences. Exigences propres à chaque catégorie de parc. Office fédérale pour l environnement OFEV Office fédérale pour l environnement OFEV Exigences Pour pouvoir obtenir le label «Parc suisse» et les aides financières, un projet de parc doit remplir certaines exigences. La haute qualité de la nature

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Décisions de la Commission cantonale (BE) pour la protection des animaux applicables dès 2010

Décisions de la Commission cantonale (BE) pour la protection des animaux applicables dès 2010 Décisions de la Commission cantonale (BE) pour la protection des animaux applicables dès 2010 Sommaire Détention prolongée d animaux domestiques en plein air... 2 Élevage et détention d animaux à titre

Plus en détail

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011 PROGRAMME DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL DU LAC-LA-TORTUE POUR LA SAISON 2010 RAPPORT D ANALYSE DES RÉSULTATS Préparé pour La Ville de Shawinigan Et L association de protection environnementale du Lac à la Tortue

Plus en détail

Démarche binationale pour l amélioration de la qualité des eaux du Doubs franco-suisse

Démarche binationale pour l amélioration de la qualité des eaux du Doubs franco-suisse Démarche binationale pour l amélioration de la qualité des eaux du Doubs franco-suisse Marie KIENTZ Chef du service gestion des ressources et milieux naturels DDT du Doubs Florence CARONE Chargée de missions

Plus en détail

Le lac Léman respire. Le lac Léman respire 1/8 CIPEL

Le lac Léman respire. Le lac Léman respire 1/8 CIPEL Le lac Léman respire Le lac Léman n est pas simplement un vaste réservoir d eau homogène. De l eau entre dans le lac, en ressort, s évapore ou s infiltre dans le sol environnant. Sous l effet du vent et

Plus en détail

Contrat de prêt FONDATION POUR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE

Contrat de prêt FONDATION POUR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE Contrat de prêt entre FONDATION POUR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE appelée par la suite STI c/o BFH Spin off Park Faubourg du Lac 103b 2501 Bienne et investit

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

ÉTUDE DU LAC MILLETTE

ÉTUDE DU LAC MILLETTE ASSOCIATION DE PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT DU LAC MILLETTE ÉTUDE DU LAC MILLETTE RAPPORT Final Notre référence : ALMZ 001 Par 985, boul. Firestone, bureau 2010 Joliette (Québec) J6E 2W4 Téléphone : 450

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux

Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux Mettre en œuvre une politique durable de gestion des eaux D01 Objectifs Garantir un approvisionnement en eau potable de qualité et minimiser l impact humain sur les eaux de surface et souterraines Effets

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

DIRECTIVE RELATIVE A L IMMERSION DE MATERIAUX DE DRAGAGE DANS LES LACS

DIRECTIVE RELATIVE A L IMMERSION DE MATERIAUX DE DRAGAGE DANS LES LACS DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT (DSE) SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT (SESA) DCPE 1000 JANVIER 2005 DIRECTIVE CANTONALE DIRECTIVE RELATIVE A L IMMERSION DE MATERIAUX DE DRAGAGE

Plus en détail

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Première tournée / premier spectacle Nouvelle tournée / nouveau spectacle Entrée en Suisse de l étranger

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

Qu est-ce que l ADUR?

Qu est-ce que l ADUR? Qu est-ce que l ADUR? L ADUR est une association professionnelle qui regroupe : Les exploitants de petites centrales de Suisse romande Des fournisseurs d équipements de ces installations Des représentants

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques -

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - www.seine-aval.fr Cédric Fisson cfisson@seine-aval.fr Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - 1 Séminaire Seine-Aval, Rouen 26-27 novembre

Plus en détail

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN Bull. Murithienne 112 (1994): 17-21 173' ASSEMBLÉE ANNUELLE DE L'ASSN VERBIER, 22-26 SEPTEMBRE 199

Plus en détail

INSTITUT DE SÉCURITÉ

INSTITUT DE SÉCURITÉ INSTITUT DE SÉCURITÉ Organisation de l extinction dans l entreprise Fiche de sécurité 1801-00.f précédemment Feuille SPI AE 7 Page 1 Généralités 2 2 Formation du personnel 2.1 Principes fondamentaux 2

Plus en détail

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Page : 1/25 Sommaire 1 Objet du document...3 2 Références...4 3 Définitions...5 4 Rappel sur le procédé de traitement des effluents

Plus en détail

Le développement durable et les changements climatiques une occasion pour le Québec?

Le développement durable et les changements climatiques une occasion pour le Québec? Le développement durable et les changements climatiques une occasion pour le Québec? Claude Villeneuve Directeur de la Chaire en Éco-conseil Département des sciences fondamentales Université du Québec

Plus en détail

FA Renseignez-vous auprès de votre caisse de compensation, pour savoir si la contribution aux frais administratifs serait adaptée en 2015.

FA Renseignez-vous auprès de votre caisse de compensation, pour savoir si la contribution aux frais administratifs serait adaptée en 2015. Personnel Bouclement annuel 2014 Travaux de bouclement 2014 Recommandation : Archivage des certificats de salaire au format PDF Après l impression des certificats de salaire, nous recommandons de les archiver

Plus en détail

Notice. Le Lac de Joux Qualité de l eau du lac. Date 1 er Juillet Emplacement du lac de Joux (bleu) et son bassin versant (rouge)

Notice. Le Lac de Joux Qualité de l eau du lac. Date 1 er Juillet Emplacement du lac de Joux (bleu) et son bassin versant (rouge) Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l'environnement OFEV Division Eaux Tel.: +41 58 46 269 69 Fax: +41 58 46 303 71 wasser@bafu.admin.ch

Plus en détail

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie.

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie. MasterSciencesd M delaterre,del'eaauetdel'environ nnement In ngénieriedeshyd drosystèmesetdesbassinsversan nts P ParcoursIMACOF ROBERTBenjjamin Juin Aoûtt2012 Maîtredestage:ETIENNEHélène SA AGEClain,ConseiilGénéraldelaVienne

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE)

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE) Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

du Massif du Jura Enjeux perspectives Commissariat à l Aménagement

du Massif du Jura Enjeux perspectives Commissariat à l Aménagement Schéma interrégional d aménagement & de de développement du Massif du Jura & perspectives Enjeux perspectives Commissariat à l Aménagement du Massif du Jura Le territoire Massif du Jura Arc montagneux

Plus en détail

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS Mise en œuvre des nouvelles normes CSIAS dans le canton de Berne: évaluation partielle concernant le seuil d accès à l aide sociale Conférence de presse du 11 mai 2006 Seuil d accès à l aide sociale Résultats

Plus en détail

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Le méthane (C4) Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. La molécule de Méthane C Le méthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes de formule brute C4. C'est un gaz que l'on trouve

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Contrôle de l eau potable, des piscines et des plages

Contrôle de l eau potable, des piscines et des plages Direction de la santé et des affaires sociales Direktion für Gesundheit und Soziales Laboratoire cantonal Kantonales Laboratorium CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG LABORATOIRE CANTONAL Chemin du Musée

Plus en détail

Réunion animateurs SAGE Rhin - Meuse

Réunion animateurs SAGE Rhin - Meuse Réunion animateurs SAGE Rhin - Meuse Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux Haut Doubs / Haute Loue Déroulement de l intervention I Situation géographique et contexte économique II Un contexte favorable

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales SERVICE DE L ENVIRONNEMENT FRIBOURG Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales La Société suisse des responsables de l hygiène de l air (Cercl Air) est une société qui

Plus en détail

Teneur en oxygène dissous du lac Memphrémagog, saison estivale 2013

Teneur en oxygène dissous du lac Memphrémagog, saison estivale 2013 Teneur en oxygène dissous du lac Memphrémagog, saison estivale 2013 Étude effectuée par la patrouille du MCI 2013 Rapport rédigé par Catherine Roy, coordonnatrice de la patrouille Le 25 août 2013 Table

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL I - PROCEDURE L examen de la gestion du syndicat intercommunal

Plus en détail

Rendez-vous sur l eau / ROBVQ-ROBAN

Rendez-vous sur l eau / ROBVQ-ROBAN Rendez-vous sur l eau / ROBVQ-ROBAN Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent Marcel Gaucher Directeur des Politiques de l eau Gouvernement du Québec

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013 Réponses et mesures s par la Recommandation 1 finances s assure de la résiliation en temps opportun des fiches de spécimen de signature tout au long de l année. Une initiative menée dans le cadre du partenariat

Plus en détail

Les Charmes de la Nature Jurassienne 3 jours / 2 nuits 310.00 pour 2 personnes

Les Charmes de la Nature Jurassienne 3 jours / 2 nuits 310.00 pour 2 personnes Les Charmes de la Nature Jurassienne 3 jours / 2 nuits 310.00 pour 2 personnes Idéalement situé entre la Région des Lacs et le Haut-Jura, le Moulin des Truites Bleues offre une magnifique nature environnante

Plus en détail

Archivage des données de la mensuration officielle

Archivage des données de la mensuration officielle Archivage des données de la mensuration officielle Explications portant sur le tableau 1. Informations à caractère général Le tableau récapitule l ensemble des documents produits dans la mensuration officielle.

Plus en détail

Information sur les tarifs d électricité

Information sur les tarifs d électricité Information sur les tarifs d électricité Valable à partir du 1 er janvier 2014 (sous réserve de modification des autorités) Selon les prix indiqués dans les ordonnances sur l énergie, le réseau et les

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons :

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons : *09012FF580E1 9135* Référence : 80dxcccc5 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal du 17 décembre 2010 déterminant la procédure de déclaration des accidents et précisant

Plus en détail

Pourquoi sous-traiter votre processus de recrutement?

Pourquoi sous-traiter votre processus de recrutement? Pourquoi sous-traiter votre processus de recrutement? (Article rédigé par Ain Boost Office Le 22 Juillet 2015) Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise, les petites

Plus en détail

Directives internes sur les choix possibles de bilinguisme

Directives internes sur les choix possibles de bilinguisme Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Amt für Unterricht der Sekundarstufe 2 Collège Sainte-Croix Kollegium Heilig Kreuz 02.12.14 Directives internes sur les choix possibles de bilinguisme

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

La Confédération soutient le développement de STEBATEC AG

La Confédération soutient le développement de STEBATEC AG La Confédération soutient le développement de STEBATEC AG Une exploitation intelligente des installations d eaux usées représente une large contribution à la protection des eaux, réduit les débordements

Plus en détail

Ce que les propriétaires et les gérants immobiliers doivent savoir

Ce que les propriétaires et les gérants immobiliers doivent savoir OPair Ordonnance sur la protection de l air Ce que les propriétaires et les gérants immobiliers doivent savoir Prescriptions/normes OPair Généralités L Ordonnance sur la protection de l air (OPair) décrit

Plus en détail

Le meilleur raccordement fixe chez vous.

Le meilleur raccordement fixe chez vous. 115984 fr 01.2011 10000 SCS-RES-DIM-MCP-MSX Le meilleur raccordement fixe chez vous. Economyline ou Multiline ISDN, vous avez le choix. janvier 2011. Informations. Pour de plus amples informations, veuillez

Plus en détail

Communiqué de presse 18 Décembre 2012

Communiqué de presse 18 Décembre 2012 Tendances touristiques : 1 ère vague de l Observatoire National des Stations de Montagne ANMSM Atout France Communiqué de presse 18 Décembre 2012 Le début de saison est perçu comme meilleur que l an passé

Plus en détail

LES ORDINATEURS DE PLONGEE

LES ORDINATEURS DE PLONGEE LES ORDINATEURS DE PLONGEE Les ordinateurs de plongée sont des calculateurs qui utilisent un algorithme (basé sur un modèle mathématique de charge et décharge du corps en azote) afin de déterminer les

Plus en détail

ech-0054 Norme pour la conduite de

ech-0054 Norme pour la conduite de Normes en cyberadministration Page 1 de 6 ech-0054 Norme pour la conduite de projets informatiques (HERMES) Titre Code Type Stade Norme pour la conduite de projets informatiques (HERMES) ech-0054 norme

Plus en détail

CONVOCATION DE LA CONSTITUANTE

CONVOCATION DE LA CONSTITUANTE CONVOCATION DE LA CONSTITUANTE La convocation de la Constituante, voulu par le peuple, donne une opportunité à Halte aux Déficits d ancrer dans la nouvelle Constitution des principes et des mécanismes

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE. Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada

QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE. Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada LA VEILLE ENVIRONNEMENTALE: QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada LA VEILLE ENVIRONNEMENTALE La veille est une activité

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. concernant

GUIDE PRATIQUE. But. concernant GUIDE PRATIQUE concernant les confirmations des sociétés d audit à l intention de la FINMA,les demandes d autorisation en qualité de banque, négociant en valeurs mobilières, succursale d une banque étrangère

Plus en détail

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Moyens de sensibilisation, de prévention et d information à l intention de la population du Québec Moyens de

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie?

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Durée Matériel Objectifs Compétenc es Lexique 1 heure Pour chaque groupe : - un ordinateur connecté à Internet (si cela n est pas possible, distribuer

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Département de la santé, des affaires sociales et des ressources humaine du canton du Jura Communiqué de presse Embargo: 04.04.2007

Plus en détail

Guide pour la réalisation d offres J+S Lutte suisse avec des enfants et des jeunes

Guide pour la réalisation d offres J+S Lutte suisse avec des enfants et des jeunes Guide pour la réalisation d offres J+S Lutte suisse avec des enfants et des jeunes A partir du 1er octobre 2012, la nouvelle loi fédérale sur l encouragement du sport et de l activité physique du 17 juin

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Jean-Baptiste Ouedraogo

Jean-Baptiste Ouedraogo Jean-Baptiste Ouedraogo 1 La vulnérabilité sociale peut être caractérisée par une situation de précarité liée à l exclusion sociale ou à l absence de droits civiques (aspects sociaux et politiques). Elle

Plus en détail

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT COMMUNE DE TEILLET ARGENTY COMPTE RENDU DE L OPERATION M. LELIEVRE JANVIER 2010 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 MATERIEL

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2012-107

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2012-107 CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2012-107 DE LA VILLE DE SAGUENAY AYANT POUR OBJET D ADOPTER UN PROGRAMME DE COMPENSATION EN ZONE DE CONTRAINTES (24103-05-001) AVERTISSEMENT Le présent document

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

regiosuisse Centre du réseau de développement régional

regiosuisse Centre du réseau de développement régional Fiche d information regiosuisse Centre du réseau de développement régional Faktenblatt regiosuisse Centre du réseau de développement régional a été lancé au début 2008 par le Secrétariat d Etat à l économie

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Plan de gestion des milieux humides et hydriques:

Plan de gestion des milieux humides et hydriques: Plan de gestion des milieux humides et hydriques: intégration de paramètres «urbains» dans l évaluation de la valeur écologique Juin 2013 Par Virginie Dumont, biol. 1 Plan de présentation 1. Règlementation

Plus en détail

9-10. Aménagement urbain et finances personnelles NIVEAU

9-10. Aménagement urbain et finances personnelles NIVEAU Aménagement urbain et finances personnelles NIVEAU 9-10 Dans la présente leçon, les élèves découvriront l incidence de la croissance urbaine sur leurs finances personnelles. L étalement urbain, l utilisation

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

Logiciel pavages drainants mode d emploi

Logiciel pavages drainants mode d emploi Logiciel pavages drainants mode d emploi FEBESTRAL a développé, en collaboration avec le Centre de Recherches Routières (CRR), un logiciel de calcul pour pavages drainants. Ce programme vous guide lors

Plus en détail

LIMELIGHT PROPERTY DEVELOPERS CRANS-MONTANA

LIMELIGHT PROPERTY DEVELOPERS CRANS-MONTANA LIMELIGHT PROPERTY DEVELOPERS CRANS-MONTANA INTRODUCTION Le chalet Limelight est un projet d immeuble situé à Crans-Montana, Suisse, comprenant 4 appartements en duplex de grand luxe et vendables sur plan.

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/18/FC/3 Commission des finances Distr. limitée 17 mai 2012 Français Original : anglais Dix-huitième session Kingston (Jamaïque) 16-27 juillet 2012 Application

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2

Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2 Validation des Acquis de l Expérience Notice concernant le Livret 2 Après le dépôt d un Livret 1, votre demande de validation a été déclarée recevable par un courrier du Rectorat. À partir de la date du

Plus en détail

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Santé, éducation et sciences Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales

Plus en détail

"BADOIE, LA BANQUE DE DONNÉES INTER-ETATS DU PROGRAMME FRIEND AOC." 1 INTRODUCTION 2 DONNEES ET FONCTIONS

BADOIE, LA BANQUE DE DONNÉES INTER-ETATS DU PROGRAMME FRIEND AOC. 1 INTRODUCTION 2 DONNEES ET FONCTIONS "BADOIE, LA BANQUE DE DONNÉES INTER-ETATS DU PROGRAMME FRIEND AOC." J.F. BOYER, C. BERKHOFF, SERVAT E. ORSTOM 06 BP 1203 Cidex 1 Abidjan 06 Côte d Ivoire 1 INTRODUCTION La base de données des projets FRIEND

Plus en détail

Exigences dans le domaine de la transmission de la culture informationnelle

Exigences dans le domaine de la transmission de la culture informationnelle Exigences dans le domaine de la transmission de la culture informationnelle Contributors Dr. Philipp Stalder Hauptbibliothek Universität Zürich Chef du projet compétences en culture informationelle chez

Plus en détail

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE Qualité physico-chimique des cours d eau Une situation connue La qualité de l'eau sur le bassin est très variable entre les petits cours d'eau de montagne soumis à peu de pressions anthropiques, qui sont

Plus en détail

EUTROPHISATION SUPPORT de L'ANIMATION Fiche enseignant Propriété intellectuelle : GIPREB Conception et réalisation : Tralalere

EUTROPHISATION SUPPORT de L'ANIMATION Fiche enseignant Propriété intellectuelle : GIPREB Conception et réalisation : Tralalere EUTROPHISATION SUPPORT de L'ANIMATION 2014 Fiche enseignant Propriété intellectuelle : GIPREB Conception et réalisation : Tralalere ÉTAPE 1 : LAGUNE EN FONCTIONNEMENT NORMAL Dans une lagune à l écosystème

Plus en détail

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005 Rapport Sur la campagne d échantillonnage De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez Juillet et août 2005 On n'hérite pas la terre de ses ancêtres, on l'emprunte à ses enfants Antoine de Saint-Exupery

Plus en détail