REGARDS ACTUELS SUR LA RÉGION DE DEMAIN NUMÉRO 55 / FÉVRIER Vers l emploi. 10 Franciliens face à la crise.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGARDS ACTUELS SUR LA RÉGION DE DEMAIN NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015. Vers l emploi. 10 Franciliens face à la crise. www.iledefrance."

Transcription

1 REGARDS ACTUELS SUR LA RÉGION DE DEMAIN NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 Vers l emploi 10 Franciliens face à la crise

2 02 LES INVITÉS DE LA RÉDACTION Journalistes, photographes, illustrateurs, experts, citoyens engagés Voici quelques-uns des contributeurs dont la Région Île-de-France s est entourée pour ce numéro. CÉDRIC NICOLAS Chef cuisinier à Boulogne-Billancourt (92). Son restaurant porte le label «Des produits d ici cuisinés ici» et tout le monde y gagne : les maraîchers d Île-de-France comme les clients adeptes de plats savoureux. Et même l environnement! P. 10 CHARLINE COGNY ET MARION DUMAIN Élèves du BTS hôtellerie restauration option B au CFA des Métiers de la table à Paris 17 e, elles ont célébré, pour notre rubrique «Saveurs région», le plus francilien des champignons en l accommodant avec de la coriandre. P. 37 Stéphanie Lacombe/Picturetank Alfred Cromback/Le Carton/Picturetank CLOTKA Illustratrice. Parisienne depuis l âge de 10 ans, elle a publié sa première BD en 2009 (Les Équilibres instables avec Loïc Dauvillier). Ses dessins illuminent régulièrement des romans jeunesse (Charly Tempête, La Famille trop d filles ) et des magazines pour enfants (J aime lire, Moi je lis ). P. 34 Chloé_Vollmer_Lo MARTIN ARGYROGLO Photographe. Passionné par la prise de vue de spectacles et d espaces scénographiés notamment, il s est surpassé lors de la marche républicaine du 11 janvier à Paris. À découvrir dans notre rubrique «Carte blanche», un cliché qui fera date. P. 36 Martin Argyroglo MARTIN PROVOST Cinéaste à qui Séraphine a valu la consécration publique et critique en 2009, il a présidé le jury du dernier Festival international du film d environnement. Un rôle qui avait du sens, comme le démontre son édito. P. 39 DR Le magazine d informations de la Région Île-de-France. Directeur de la publication : Jean-Paul Huchon. Directeur général adjoint en charge de l unité communication : Xavier Crouan. Comité éditorial : Jean-Michel Thornary, Xavier Crouan, Aurélien Perol, Jonathan Sebbane, Pierre Chapdelaine. Rédacteur en chef : Pierre Chapdelaine. Secrétaire de rédaction : Didier Fil. Journalistes : Renaud Charles, Xavier Frison, Christophe Grand, Julie Védie. Ont collaboré à ce numéro : Saïd Taki ; Stéphane Boumendil, Stéphanie Cayrol, Aude Raux (Citizen Press) ; Camille Drouet (Courrier international) ; Page 13. Couverture : Laurent Villeret/Dolce Vita/Picturetank. Création, conception et réalisation : Citizen Press. ISSN : Dépôt légal à parution. Périodicité : cinq numéros par an. Impression : Île-de-France est édité à exemplaires sur papier 100 % recyclé 70 g par Lenglet Imprimeurs. Pour contacter la rédaction : Île-de-France, 35, boulevard des Invalides, Paris. Tél. : / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 Suivez-nous sur le Web et les réseaux sociaux : RegionIledeFrance https://twitter.com/iledefrance

3 NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 SOMMAIRE 03 TEMPS RÉEL 04 L IMAGE Baptême international pour le vélodrome 06 L ESSENTIEL Les actualités de la région 09 ÇA FAIT DÉBAT Télétravail : prêts à sauter le pas? 10 J AI TESTÉ POUR VOUS Locavore J adore! 12 C EST MON JOUR Le T8 sur les rails TEMPS FORT Vers l emploi 10 Franciliens face à la crise 14 Comment l action publique accompagne les Franciliens en matière de formation et de création d entreprise 18 TÉMOIGNAGES Derrière les froides statistiques du chômage, des hommes, des femmes, des parcours pour décrocher un emploi 24 SONDAGE En quête d emploi 26 TRIBUNES LIBRES L expression des groupes politiques TEMPS PARTAGÉ 28 DÉJÀ DEMAIN Heures de pointe du matin, chagrin 32 RÉTRO Les derniers témoins d Auschwitz 34 EN CHEMIN De Pont de Sèvres à Noisy-Champs 36 CARTE BLANCHE au photographe Martin Argyroglo 37 SAVEURS RÉGION Le champignon de Paris 38 C EST À VOUS Idées et réactions 39 ENCORE UNE MINUTE «L écologie dans le cerveau», par le cinéaste Martin Provost Vidéos, galeries photos, infographies animées : retrouvez tous les bonus sur notre emag (www.emag.iledefrance.fr) NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

4 04 TEMPS RÉEL L IMAGE Baptême international pour le vélodrome Texte Julie Védie Photo William Dupuy/Picturetank #SportsIDF Ce sera le premier grand rendez-vous international pour le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines (78). Du 18 au 22 février, l équipement cycliste francilien accueille les Championnats du monde de cyclisme sur piste. Plus de 270 sportives et sportifs de haut niveau représentant une trentaine de nations, issues des cinq continents, s affronteront en 19 épreuves sur cette piste taillée pour les records. Conçu par Ralph Schürmann, considéré par les professionnels comme le meilleur designer de pistes cyclistes (on lui doit notamment la création du vélodrome de Laoshan, utilisé pour les Jeux olympiques de Pékin en 2008), le vélodrome de Saint- Quentin-en-Yvelines est, en effet, équipé d une piste unique au monde : 250 mètres de longueur sur 8 de largeur avec un rayon constant de 23 mètres, permettant une vitesse maximale de 85 kilomètres par heure. Avec, côté spectateurs, une capacité de places assises. Imaginé dans le cadre de la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2012 et cofinancé par la Région Île-de-France, le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines est resté à l ordre du jour, offrant aux professionnels comme aux amateurs un équipement unique avec également une piste de BMX à double rampe. La Fédération française de cyclisme y a installé son siège, l ensemble devenant ainsi le Centre national du cyclisme. Plus d infos sur J- 2 avant le début des Championnats du monde de cyclisme piste UCI (Union cycliste internationale) au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, du 18 au 22 février / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

5 NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 / 05

6 06 TEMPS RÉEL L ESSENTIEL Aldo Sperber/Picturetank En haut de l affiche #TourismeIDF Elle a beau être concurrencée, l Île-de-France reste la première destination touristique mondiale. Entre juillet 2013 et juin 2014, 47 millions de visiteurs ont ainsi posé leurs valises dans la région. Plus de 40 % d entre eux viennent de l étranger. Paris séduit toujours autant, mais les escapades se multiplient aussi à Versailles, Rambouillet (78), Fontainebleau, Provins (77), Saint-Ouen (93) (photo), Auvers-sur-Oise (95) Plus d infos sur Christophe Recoura/Bombardier Nouveaux trains en vue #TransportsIDF Fin décembre, une commande de 42 trains de type Regio 2N a été passée par le Stif et la SNCF pour équiper la ligne R du réseau Transilien. Ils seront mis en service à partir de septembre 2017 entre Gare de Lyon (Paris 12 e ), Melun, Montereau (77) et Montargis (45). Contenant places assises, ces rames pourront transporter personnes. Le tout, en offrant un meilleur confort, grâce notamment à des sièges plus larges et «anti-lacération». Et en consommant 20 % moins d énergie que les trains de la génération précédente. Plus d infos sur En bref #OpenDataIDF En 2013, la Région a apporté son aide à plus de associations. Qui sont-elles? Quels sont les montants des subventions accordées? Toutes ces données publiques sont disponibles sur la plateforme open data de la Région, data.iledefrance.fr #BudgetIDF2015 La réforme de la restauration scolaire franchira une nouvelle étape en Après les lycées de Seine-Saint-Denis et du Val-d Oise, ce sont les cantines de 112 établissements de Seine-et-Marne et du Val-de-Marne qui appliqueront la tarification modulée en fonction du quotient familial. Coût de la mesure : 14,3 millions d euros. / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

7 07 Aldo Sperber/Picturetank Place au passe Navigo unique #Navigo La mesure est désormais officielle : le passe Navigo à tarif unique verra le jour à la rentrée prochaine. Et son montant sera de 70 euros. Pour y parvenir, il aura fallu, notamment, un accord entre la Région et la Chambre de commerce et d industrie Paris Île-de-France, puis des adaptations législatives votées fin Pour les habitants les plus éloignés de la capitale, cette nouveauté va se traduire par une économie annuelle de 500 euros C est le nombre d emplois que généreront, chaque année dès 2018, les travaux du Grand Paris Express. Le tout dans une vingtaine de métiers : soudeurs, professionnels du terrassement, des ouvrages d art métalliques Les jeunes les plus éloignés de l emploi devraient en être les premiers bénéficiaires, en vertu d une convention signée entre l État, la Région, l Éducation nationale, Pôle emploi et la Société du Grand Paris notamment. Plus d infos : NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

8 08 TEMPS RÉEL L ESSENTIEL Déniché sur Twitter #UniversitésIDF «Une centaine de bibliothécaires, archivistes et documentaires dans la future bib Condorcet», a annoncé la rédaction d Archimag le 5 janvier 2015, tout en rappelant que le bâtiment du futur campus d Aubervilliers (93) sera conçu par l agence Portzamparc. La Région Île-de-France assure la maîtrise d ouvrage de cette grande bibliothèque qui permettra de regrouper en un même endroit des fonds documentaires dispersés sur 25 sites. Livraison en Suivez-nous sur Les transports en force! #BudgetIDF2015 Le budget 2015 voté en décembre par les élus régionaux donne la mesure de l effort déployé en faveur des transports du quotidien. Au total, 1,8 milliard d euros est prévu pour répondre aux attentes des usagers et moderniser le réseau francilien pour ce secteur. Un record. Par exemple, 245 millions d euros iront aux projets de tramway. Et 67 millions seront consacrés au développement des bus en site propre. Plus d infos sur En bref #EnvironnementIDF En octobre prochain, la conférence mondiale sur le climat (COP21) se tiendra en Île-de-France, au Bourget (93). En attendant ce rendez-vous majeur pour l avenir de la planète, l Institut d aménagement et d urbanisme d Île-de-France a confié à la dessinatrice Pénélope Bagieu la réalisation d une bande dessinée sur le changement climatique. (rubrique «Dossiers à suivre» puis «Changement climatique») Plus d actualités de la région sur Région Île-de-France / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

9 ÇA FAIT DÉBAT TEMPS RÉEL 09 Télétravail : prêts à sauter le pas? Texte Xavier Frison Photo Joanna Tarlet-Gauteur/Picturetank Le travail à domicile se développe, tout comme les technologies qui rendent crédibles les bureaux à distance. Si des freins persistent, vos témoignages plaident pour sa généralisation. #EmploiIDF En Île-de-France, des centaines de milliers de salariés effectuent chaque jour un fastidieux trajet domiciletravail aux mêmes horaires, engorgeant les transports en commun et les routes. Alors, qu est-ce qu on attend pour promouvoir le télétravail à grande échelle? Oui, mais ce n est pas si simple, répondent les internautes à notre débat en ligne sur iledefrance.fr. Avec son facétieux pseudo, Hugo Lin est enthousiaste : «Je suis entièrement pour! On doit toujours aller chercher du travail sur Paris ou en proche banlieue et on passe des heures dans le RER. Ça nous coûte de l argent et du temps.» Margot, une journalistepigiste de l est parisien qui travaille déjà beaucoup chez elle, se demande «pourquoi les entreprises d Île-de-France ne se mettent pas d accord pour fonctionner sur des horaires décalés d une heure ou d une demi-heure? Tout le monde y gagnerait». TelleMelun, elle, est déjà une habituée du télétravail. Chef de projet marketing dans une agence, elle a opté pour deux jours de travail à domicile : «Mon employeur et moi sommes sa tisfaits. Je suis derrière mon ordi à 8 h 45/9 h contre 10 h à Paris, où j ai 1 h 25 de trajet aller. Je traite mieux les dossiers de fond qu en open space où la concentration est plus difficile. Par contre, je suis contente d aller au bureau pour les réunions et avoir du relationnel.» MEILLEURE PRODUCTIVITÉ Tout n est pas rose pour autant chez les télétravailleurs. À commencer par le manque de place dans certains logements. Frédéric, travailleur indépendant, pointe par ailleurs le risque de «confusion vie privée-vie professionnelle» et le «manque d échanges humains». Phil alerte sur la «très forte autodiscipline» exigée par le télétravail : «Il y a toujours la tentation de faire autre chose.» A contrario, Frédéric estime que «la productivité est bien meilleure que dans un bureau!» Pour sa part, LOF, taquin, estime que la fonction publique territoriale devrait tenter l expérience. Ce que fait, depuis 2014, l Agence des espaces verts, l un des organismes associés de la Région. Participez à notre nouvelle consultation en ligne : «La laïcité, une question d actualité pour les lycées?» NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

10 10 À Neuville-sur-Oise, chez le maraîcher. la Région Créé il y a deux ans par le Cervia, l organisme chargé de promouvoir l agroalimentaire d Île-de-France, le label «Des produits d ici cuisinés ici» concerne 110 restaurateurs. Quant à la marque «Saveurs Paris Île-de-France», elle regroupe 210 producteurs (agriculteurs, artisans et PME), dont 45 bio. Toutes les infos sur le Cervia, son label et sa marque : et Au menu du jour, au restaurant La Machine à coudes, uniquement des légumes récoltés en Île-de-France : betteraves Chioggia, carottes rouges, violettes et noires, radis green meat et petits poireaux de Gennevilliers. / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

11 J AI TESTÉ POUR VOUS TEMPS RÉEL 11 Locavore J adore! Texte Julie Védie Photos Stéphanie Lacombe/Picturetank L Île-de-France compte nombre de maraîchers et producteurs de talent. Pour les soutenir, un label distingue les restaurants cuisinant leurs produits. Rencontre avec Cédric Nicolas, chef adepte du local à Boulogne-Billancourt. #TerroirIDF «Viens, je vais te montrer les Bruxelles.» Les bottes dans la boue sablonneuse typique de la vallée de l Oise, Laurent Bérurier, maraîcher de père en fils, fait admirer ses légumes. Avec lui, Marlène Alexandre-Buisson, propriétaire du restaurant La Machine à coudes à Boulogne-Billancourt (92), et son chef, Cédric Nicolas, sont venus admirer les dernières récoltes. Des courges, des crosnes, des blettes, des radis et des carottes de toutes les couleurs, des persils tubéreux et des choux! Le tout made in Île-de-France bien sûr. «Sur 10 hectares, on cultive 160 espèces de légumes, dont 33 variétés de choux», précise Laurent Bérurier. Le maraîcher de Neuville-sur-Oise (95) ne vend plus sa production aux particuliers mais à Terroirs d avenir, une centrale d achat approvisionnant les grands restaurants en produits de qualité issus de petits producteurs. «DES PRODUITS D ICI CUISINÉS ICI» Marlène et Cédric posent mille questions, scrutent les légumes, les touchent, les sentent À La Machine à coudes, on décide du menu le matin, en recevant les produits du jour, suivant l inspiration. «Et venir ici, ça m inspire», ajoute Cédric, fort de son expérience dans le milieu de la restauration gastronomique, notamment auprès du chef écossais Gordon Ramsay à Versailles (78). En tout cas, il y a toujours une place sur le menu pour les légumes franciliens. «C est le Cervia (Centre régional de valorisation et d innovation agricole et alimentaire) qui est venu nous voir au restaurant pour nous présenter son label Des produits d ici cuisinés ici (voir encadré p. 10). C était logique d adhérer, surtout quand on travaille déjà avec des producteurs de la région : tout le monde se connaît dans le milieu du bon», raconte Marlène, en suivant Laurent Bérurier dans ses champs. Aujourd hui, plus d une centaine de restaurants franciliens affichent le label du Cervia. «Tu fais les poires de terre? demande Cédric à Laurent Bérurier, je n en ai jamais travaillé» «J en avais la semaine dernière! Ça ressemble à une racine de dahlia.» «Et comment tu les prépares?» «Ben, je ne sais pas, moi, je ne suis pas chef!» répond le maraîcher en riant. Depuis qu il travaille pour les restaurateurs, exigeants et en recherche permanente de produits originaux, il cultive les légumes les plus étonnants, comme le persil tubéreux ou encore la betterave Chioggia, que Cédric glisse délicatement dans son panier. Elle figurera au menu du jour, avec des carottes rouges, violettes et noires, du radis green meat, et des petits poireaux de Gennevilliers. PAS BESOIN D ÉPICES Direction Boulogne-Billancourt et le restaurant La Machine à coudes, à 25 kilomètres de là. Trente couverts dans un cadre Cédric Nicolas est chef dans l un des 110 restaurants d Île-de-France qui cuisinent officiellement local. cosy, meubles et vaisselle chinée, lumières tamisées En cuisine, Cédric s agite déjà : nettoyage et épluchage tout en délicatesse des petits légumes franciliens, préparation d une escabèche, avec du vinaigre et du safran, juste un peu. «Quand tu as des légumes d aussi bonne qualité, il n y a plus qu à révéler leur saveur, pas besoin de changer leur goût avec des épices», estime le chef. «C est avant tout pour cela que nous avons adhéré au label du Cervia, parce qu il y a dans notre région d excellents pro ducteurs, renchérit Marlène. Et si, en plus, cela permet d économiser sur les transports et de limiter l impact sur l environnement, c est mieux.» Après avoir blanchi (plongé quelques minutes dans l eau bouillante) les légumes, Cédric dresse l assiette de l entrée : les petits poireaux de Gennevilliers ont été légèrement poêlés, accompagnés de radis green meat, parsemés de sésame grillé et relevés avec une vinaigrette asiatique à la sauce soja. Un morceau de lieu grillé rejoint les légumes pour le plat principal, composant une assiette superbement colorée, aussi prometteuse pour les yeux que pour les papilles. NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

12 Le T8 a trois terminus : Saint-Denis, Épinay-sur-Seine et Villetaneuse. Longue de 8,45 km, la ligne du T8 compte 17 stations. e «Ce tramway va changer mon quotidien», affirme Sofiane Laimeche, étudiant en sciences de l éducation à Paris 13 Nord. Pour Fernando Leite, conducteur, «le tramway, c est l avenir». Le T 8 sur les rails Au poste de commandement, les agents gèrent la circulation d une vingtaine de rames. Texte Aude Raux Photos Rafaël Trapet/Aleph/Picturetank Le 16 décembre, les projecteurs étaient braqués sur une nouvelle ligne de tramway qui relie trois communes de Seine-Saint-Denis : Épinay-sur-Seine, Villetaneuse et Saint-Denis. Quelque voyageurs, dont étudiants, y sont attendus chaque jour. Embarquement pour une journée d inauguration. / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

13 BIO C EST MON JOUR TEMPS RÉEL : inscription du T8 au Schéma directeur de la région Île-de-France, un document d urbanisme et d aménagement du territoire / 2011 : lancement des travaux d infrastructure / Avril 2014 : réception de la première rame / Octobre 2014 : livraison de la dernière rame / 16 décembre 2014 : inauguration officielle et mise en service de la ligne 8 du tramway. 7H30 : CONTRÔLE TECHNIQUE OK Mehdi Badoud, opérateur qualifié, et Frédéric Roset, technicien, arrivent sur le site de maintenance et de remisage situé à Villetaneuse (93). D une surface de deux hectares, ce bâtiment a été spécialement construit pour abriter les 20 rames du T8 et assurer son fonctionnement. La matinée est consacrée au contrôle technique préventif : essais lumières, freins, ouverture et fermeture des portes, informatique embarquée ou encore ventilation Verdict : «Nous n avons rencontré que deux soucis, avec le lave-glace et le valideur du passe Navigo qui étaient hors service. Mais, à part ça, comme le matériel est neuf, tout roule.» 14H00 : LEVÉE DE RIDEAU La foule, dense, se presse pour découvrir, en avantpremière, le nouveau tramway. Après les discours, la musique retentit. Il est 15 h 10 : le rideau se lève sur le nez du tramway. L assemblée, conquise, applaudit. Puis, les officiels et les journalistes prennent place à bord du T8 pour le trajet inaugural. 15H30 : UNE PREMIÈRE POUR LE CONDUCTEUR Fernando Leite, conducteur, s installe au volant du tramway. Un rien stressé. Confidences. «J ai la pression. C est moi qui sors la première rame du site de Villetaneuse. Et c est la première fois que j ai la responsabilité de transporter des officiels. Tous les regards et les caméras sont sur moi.» Avant d ajouter : «C est une pression positive. Je le prends comme un honneur. Une telle occasion ne se présente qu une fois dans une vie.» Pendant 16 ans, Fernando Leite a été conducteur de bus. «Le T8 a été une belle occasion de changer de voie, raconte-t-il. Pour moi, le tramway, c est l avenir. Une chance pour la planète dans la lutte contre le changement climatique.» 16H00 : DES USAGERS CONQUIS Les tout premiers voyageurs attendent que le T8 marque l arrêt dans l une de ses 17 stations. Sous un soleil radieux, ils montent à bord, le sourire aux lèvres, et découvrent un intérieur au design épuré et chaleureux. Au-delà, tous ne s en rendent pas forcément compte : la rame est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite, comme toutes celles qui sont en service sur les lignes de tramway d Île-de-France. Certains usagers prennent des photos. Sofiane Laimeche, étudiant en sciences de l éducation à Paris 13 Nord et assistant pédagogique dans un collège d Aulnay-sous-Bois (93), se dit «heureux». «Le T8 va changer mon quotidien. Je vais gagner un temps considérable dans mes déplacements. Moi, qui dois être à 7 h 45 au collège, je suis sûr, grâce au tramway, d être ponctuel.» Autres témoignages enthousiastes, recueillis auprès de deux jeunes femmes : «Comme le tramway emprunte une voie Des villes limitrophes sont enfin reliées. C est une chance pour nous. Florence Guinard, secrétaire générale du théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis réservée, c est plus rapide que le bus qui était pris dans les embouteillages aux heures de pointe. L avantage aussi, c est que ça pollue moins. Et vous avez entendu? Il est silencieux! C est agréable.» Bien calé sur son siège, un enfant s exclame : «Oh, il ne tremble même pas, le tramway!» 16H20 : UNE PROXIMITÉ RENFORCÉE Quelques minutes plus tard, le T8 marque l arrêt à la station Saint-Denis Gare. Non loin de là, le centre dramatique national de Saint-Denis, baptisé aussi théâtre Gérard-Philipe. Sa secrétaire générale, Florence Guinard, attend beaucoup de ce nouveau mode de transport. «Avec ce tramway, des villes limitrophes sont enfin reliées les unes aux autres. C est une chance pour nous. Le théâtre ne peut que profiter de la multiplication des points de desserte. Nous sommes situés à un carrefour de communication qui fait de nous le théâtre de proximité de nombreux habitants de Seine-Saint-Denis et du Vald Oise», confie-t-elle. 18H00 : CENTRE NÉVRALGIQUE Les agents du poste de commandement local ont les yeux rivés sur leurs neuf écrans de contrôle. C est le centre névralgique du site de Villetaneuse. «Leur mission, précise le responsable, Éric Alibert, consiste à gérer la circulation du T8, sur ses 8,45 km de tracé, qui présente la particularité d avoir deux branches. La première rame sort à 4 h 52 et la dernière rentre à 1 h 34. Ils doivent aussi assurer sa régularité. Et veiller à l information et la sécurité des voyageurs. Tout le système est informatisé.» 20H00 : TERMINUS! Le conducteur a fini son service. Il retourne au site de maintenance et de remisage, l esprit apaisé : «Tout s est très bien passé. Les passagers m ont semblé contents. C est important : on est là pour eux.» Fernando Leite doit maintenant conduire sa rame à la sablière. Là, il retrouve Mamadou Niakate qui, tout en remplissant de sable les réservoirs, explique : «Cela permet d augmenter l adhérence rail/roue du tramway en cas de freinage et d accélération.» Puis, le conducteur passe sa rame au lavage, avant de la remiser pour la nuit. NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

14 14 TEMPS FORT Plus de 6 millions d emplois en Île-de-France et leur répartition par département (au 31 décembre 2012) Paris 31 % 19 % des emplois de la population Hauts-de-Seine 17 % des emplois 14 % de la population Seine-Saint-Denis 10 % des emplois 13 % de la population 10 % des emplois Yvelines 12 % de la population 9 % des emplois Val-de-Marne 11 % de la population Seine-et-Marne 8 % des emplois 11 % de la population 8 % des emplois Essonne 10 % de la population 7 % des emplois Val-d Oise 10 % de la population Comment les emplois ont-ils évolué dans les départements? Évolution moyenne annuelle entre 2007 et 2012, tous secteurs confondus Val-de-Marne +0,5 % Une dynamique de création d entreprises Taux par département en ,2 % 14,3 % 15 % 15,5 % 15,9 % 16,5 % 17 % 17,7 % 18 % 18,7 % Seine-Saint-Denis +0,4 % Seine-et-Marne +0,2 % Hauts-de-Seine +0,2 % Essonne +0,1 % Yvelines 0-0,2 % Paris Paris France Île-de-France Yvelines Hautsde-Seine Essonne Seine-et- Marne Val-d Oise Val-de-Marne Seine- Saint-Denis Île-de-France : quel poids dans les défaillances d entreprises en France? Part des défaillances d entreprises franciliennes dans le total national, au premier trimestre de chaque année -0,5 % Val-d Oise 25 % % % % 2014 Sources : Insee ; REE (Sirene) ; Fiben, Banque de France / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

15 15 Avec le concours de notre partenaire pour les éclairages internationaux. L Île-de-France en tête des régions qui résistent le mieux au chômage Taux de chômage au 2 e trimestre ,6 % Vers l emploi Textes Pierre Chapdelaine, Xavier Frison et Christophe Grand Datavisualisations WeDoData moins de 9 % de 9 à 9,9 % de 10 à 10,9 % de 11 à 11,9 % plus de 12 % mais des inégalités entre départements Taux de chômage au 2 e trimestre 2014 Première région d Europe, l Île-de-France dispose d atouts uniques. Mais, face à la crise, l action publique est indispensable pour former les Franciliens, soutenir leurs projets et aider à la création d entreprises. Le défi de l emploi peut s aborder de deux manières : laisser la fatalité gagner ou relever le gant. En intervenant à chaque étape des multiples chemins qui mènent à l emploi, la Région a clairement choisi cette seconde voie. 8 % 7,6 % 7,4 % 7,2 % Seineet-Marne Hautsde-Seine Essonne Yvelines 12,8 % Seine- Saint-Denis 8,7 % 8,1 % Valde-Marne Paris 9,9 % Vald Oise 2 % des communes (1) franciliennes concentrent 40 % des emplois salariés (1) Communes et arrondissements #EmploiIDF Pour décrocher un emploi à l aéroport de Roissy (95), Hanane Bekkal a bénéficié d une remise à niveau en anglais (lire p. 22). La jeune Malika, elle, a enchaîné les démarches pour finir par décrocher un contrat d aide puéricultrice en crèche, à Goussainville (95) (p. 20). Le rôle de la Région, c est aussi de combattre toutes les formes de discrimination à l embauche, comme le montre l histoire de Myriam Kouhaïl, passée par Mozaïk RH, le cabinet de recrutement œuvrant pour l égalité des chances et la diversité (p. 21). Les publics traditionnellement éloignés de l entrepreneuriat sont également choyés. À travers le concours Créatrices d avenir, dont Fatimata Kane, l une des lauréates, est un brillant exemple (p. 18), c est la création d entreprise au féminin qui est soutenue. La Yump Académie propose de son côté un accompagnement aux apprentis entrepreneurs issus des quartiers pour mettre le pied à l étrier des patrons en devenir, comme Faustine Cabalzar (p. 19). Les idées neuves reçoivent aussi leur part de coups de pouce. C est, par exemple, le soutien aux innovations dans NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

16 16 TEMPS FORT les nouvelles technologies : la start-up Drust, du jeune Michaël Fernandez (p. 19), est l un des derniers lauréats du Camping, le programme d accélération du Numa, la maison de l entrepreneuriat numérique implantée dans le Sentier, au cœur de Paris. Il y a ceux qui lorgnent vers l international depuis l Île-de-France, et ceux qui y vont : la designeuse Astrid Hauton a pu, grâce au dispositif Mobil Asie, partir six mois au Vietnam ; elle y est restée deux ans. Une expérience unique qui aura lancé sa petite entreprise (p. 20). MAINTIEN DES EFFECTIFS La Région n oublie pas pour autant les secteurs plus traditionnels de l économie. Avec le financement du dispositif PM up, la société de découpage d adhésif d Hervé Abitbol, dans les Yvelines, a pu investir dans une nouvelle machine et embaucher, par ricochet, quatre nouveaux salariés (p. 23). En difficulté, Générale Décors, dans le Val-de-Marne, a su profiter de Rebond sauvegarde, une aide permettant de financer le plan de redressement de PME en procédures collectives. Résultat pour cette société du secteur audiovisuel dirigée par Michel Reynaud : maintien des effectifs, investissements, gains de compétitivité et de productivité (p. 22). Enfin, l Île-de-France compte aussi sur des projets d envergure pour orienter les embauches vers les personnes les plus éloignées de l emploi. Le futur site écotouristique Villages Nature mobilise pleinement Jean-Luc Ravis, de Pôle emploi 77 (p. 21). On le voit, toutes les filières de l économie ne connaissent pas le même destin : certaines peinent, d autres prospèrent, d autres encore manquent même de bras. Mais, partout, derrière chaque corps de métier, derrière chaque cas particulier, une petite étoile rouge à huit branches se tient prête à servir l emploi. Budget 2015 de la Région 890,9 millions d euros consacrés à l apprentissage, la formation professionnelle, l accompagnement vers l emploi, le développement économique et l innovation Pour les salariés et les chômeurs Rénover les outils spécifiques à l emploi Soutenir l emploi d avenir et encourager l apprentissage Favoriser la mobilité internationale des jeunes demandeurs d emploi Financer de nouvelles formations dans les métiers en tension Sécuriser les parcours professionnels Pour les entreprises Répondre aux besoins de financement des entreprises Proposer aux entreprises des outils d accompagnement sur mesure Développer des lieux d accueil des entreprises et le parcours résidentiel du créateur d entreprise Prévenir, accompagner, sauvegarder les entreprises en difficulté ÉTATS-UNIS LA MAISON DES FUTURS PATRONS Aux États-Unis, 40 % des demandeurs d emploi ont plus de 45 ans. Dans l Ohio, la LaunchHouse une structure réservée aux quinquagénaires aide les seniors à retrouver du travail en devenant leur propre patron. Considérés comme trop chers à l embauche ou moins productifs, ils n ont parfois pas d autre choix que de créer leur emploi. Mais encore faut-il avoir les fonds et le courage de se lancer. La «maison» propose des bourses et des prêts à taux zéro ainsi qu un programme intensif de 16 semaines pour former ces futurs patrons. Informatique, études de marché, réseaux sociaux, gestion ou tutorats personnalisés : des travailleurs sociaux et des chefs d entreprise à la retraite enseignent les fondamentaux de la création d activité. Ils aident aussi à reprendre confiance. À terme, l administration américaine espère que ces anciens demandeurs d emploi finiront par embaucher à leur tour. Source : The Huffington Post Création d entreprise : le coup de pouce décisif #EntreprisesIDF L Île-de-France se distingue par un taux de créations d entreprise supérieur à la moyenne nationale. Et nombreux sont les entrepreneurs qui ont des idées et n attendent qu un coup de pouce pour les réaliser. En premier lieu, ils ont besoin d informations sur les démarches, les services et les aides relatives à la création et la reprise d entreprise. Autant de renseignements disponibles sur creersaboite.fr, un site administré par la Région et destiné aux porteurs de projet, des artisans aux créateurs de start-up. Quelque personnes s y sont connectées en Il faut aussi aux candidats à la création d entreprise des conditions propices. Lieu d apprentissage collectif, la couveuse leur permet de tester leur idée avant de se lancer. À l étape suivante, les incubateurs fournissent un appui en termes / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

17 TEMPS FORT 17 GRANDE-BRETAGNE BÉNÉVOLAT OBLIGATOIRE Depuis avril, les demandeurs d emploi n ayant pas retrouvé d activité au bout de deux ans doivent suivre un programme intensif, baptisé «Aide au travail». Très controversé outre- Manche, le dispositif prévoit des rendez-vous quotidiens avec un conseiller et 30 heures de travail bénévole par semaine pendant une durée maximale de six mois. Entretien des espaces verts ou permanences à la banque alimentaire : personnes sont concernées par ce retour forcé à une activité. Le gouvernement l assure : «Le but n est absolument pas de punir les chômeurs.» Des baisses d allocations sont néanmoins prévues pour ceux qui ne rempliraient pas ces obligations. Un programme pilote mené auprès de personnes a montré des résultats positifs, mais limités. Source : BBC News Pour le Pour le territoire territoire Dynamiser l économie des territoires Mieux répartir les créations d emplois sur le territoire Développer l entrepreneuriat dans les quartiers Plus d infos sur le budget 2015 de la Région Île-de-France : Des secteurs en crise, d autres en mal de bras #FormationIDF D après une étude de l Institut d amé nagement et d urbanisme (IAU) d Île-de-France (1), c est la proche couronne qui résiste le mieux à la crise. Certes, l emploi industriel y recule, notamment en Seine-Saint- Denis. Mais, dans ce département, le choc est amorti par la croissance de l emploi dans le ter tiaire et le secteur de la construction. Le centre-ouest de l agglomération continue de se spécialiser sur les fonctions à haute valeur ajoutée. CONTRASTES En fait, en un peu plus de 20 ans, la cartographie de l emploi francilien a été totalement modifiée. En 1990, Paris concentrait à lui seul près de 36 % des emplois, soit un peu plus que la petite couronne, tandis que moins de 30 % des emplois se trouvaient en grande couronne. En 2012, la réalité est radicalement différente : 37 % des emplois se situent en petite couronne. Viennent ensuite la grande couronne (32 %) et Paris (31 %). Selon l IAU, «la dynamique de développement des entreprises du digital, des industries créatives ou encore des sciences du vivant illustre le repositionnement de l Île-de-France sur des filières porteuses d avenir. Cette flexibilité de l économie a permis à la région de mieux résister à la crise économique que le reste du pays». 79 MÉTIERS EN TENSION Mais si certains secteurs ont pris la crise de plein fouet (de 2000 à 2012, les emplois de l industrie ont diminué de 22 % en Île-de-France), d autres peinent à recruter. En septembre 2013, la Région a ainsi ouvert places de formation supplémentaires pour répondre aux besoins d embauches non pourvus. 79 métiers dits en tension ont été identifiés. Parmi eux : les services à la personne, les soins infirmiers, la restauration, le bâtiment, la maintenance informatique, la sécurité, le transport de marchandises, la blanchisserie, le gardiennage de locaux En 2012, offres d emploi avaient été déposées dans les agences franciliennes de Pôle emploi ; ont été retirées, faute de candidats. (1) «Emploi et crise, départements et territoires de l Île-de-France », étude publiée en juin À télécharger sur (rubrique «Savoir-faire» puis «Nos travaux») d hébergement, de conseil et de financement. Propositions alternatives, les coopératives d activités et d emploi (CAE) sont des entreprises partagées où un porteur de projet crée et développe sa propre activité. Salarié puis associé au sein de la CAE, il bénéficie d un accompagnement individuel et collectif et de moyens mutualisés (locaux, équipements ) de façon à tester, développer et pérenniser son activité. La Région finance à hauteur de 6 millions d euros chaque année 69 couveuses, incubateurs et CAE, où sont accompagnés projets par an. UN SÉSAME AUPRÈS DES BANQUES Enfin, bien souvent, le créateur d entreprise a besoin d argent. Soutenus par la Région, les réseaux de prêts d honneur avancent des fonds à des conditions très favorables. Comme ils le font après un examen attentif des projets, l octroi d un tel prêt constitue souvent un sésame qui ouvre la porte des banques au créateur d entreprise. Recevant 6,7 millions d euros d aide par an, les plateformes de prêts d honneur ont soutenu, en 2014, la création de PME en Île-de-France. ESPAGNE MINI CONTRATS PUBLICS POUR JEUNES Depuis 2008, le chômage des moins de 30 ans a augmenté de près de 90 % en Andalousie. Violemment frappée par la crise, la province du sud du pays a investi 200 millions d euros dans un plan de lutte destiné à remettre sur le chemin de l emploi une partie des 62 % de jeunes Andalous au chômage. Le dispositif «Emploi jeune» comporte notamment un service de tutorat personnalisé à la création d entreprise ou à la recherche d emploi. Les mairies de la province sont par ailleurs subventionnées pour employer de jeunes chômeurs qui pour une durée maximale de six mois pourront intégrer les services municipaux d aide à domicile, de sécurité ou de protection de l environnement. Une plateforme a également été créée pour mettre en contact des entreprises et des stagiaires potentiels. En quelques mois, le service en ligne a attiré jeunes désireux d acquérir de l expérience et entreprises. Source : El Diario NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

18 18 TEMPS FORT 10 Franciliens, 10 façons de rebondir Textes Xavier Frison, Christophe Grand et Julie Védie Derrière les froides statistiques du chômage, des hommes, des femmes, des parcours pour décrocher un emploi «Je me suis accrochée.» Stephanie Lacombe/Picturetank Fatimata Kane, 30 ans, entrepreneuse récompensée au concours Créatrices d avenir Une femme dans un monde d hommes, forcément, ça se voit. Quand Fatimata Kane intègre, dans le cadre de son BTS commercial, une entreprise spécialisée dans le nettoyage industriel sur les chantiers de construction, les débuts sont difficiles. «Au bout d un mois, je voulais partir, sourit Fatimata. Et puis, je me suis accrochée, et ça m a plu.» Le résultat? Elle est rapidement promue responsable d exploitation de la société, qui grimpe vite à 100 salariés. Il en faut, de la pugnacité, pour s imposer dans ce monde éminemment masculin. Mais la rigueur, le sens de l organisation et la méticulosité de cette toute nouvelle maman de 30 ans finissent par convaincre tout le monde. Au point qu elle décide de créer sa propre entreprise, en mars 2014, à Saint-Denis (93). À la fin de l année, Kap multiservices, c était déjà 20 salariés, dont cinq en CDI. Sont venues s ajouter une vingtaine d embauches en janvier 2015, à la suite de la signature d un beau contrat avec Eiffage, un des poids lourds du secteur dont elle est désormais partenaire officiel. Après avoir répondu la Région En Île-de-France, les femmes ne représentent que 33 % des créateurs d entreprise. Organisé par Île-de- France Active depuis 2011 avec le soutien de la Région, le concours Créatrices d avenir, marque la volonté de les encourager. Chaque année, les entrepreneuses franciliennes y sont distinguées dans les catégories «Métiers non traditionnellement féminins», «Innovation», «Entrepreneuriat dans les quartiers populaires», «Économie sociale et solidaire» ou encore «Très petites entreprises». Chaque lauréate reçoit euros pour faire avancer son projet. Plus d infos : «un peu par hasard» au casting du prix régional Créatrices d avenir, qui récompense l entrepreneuriat au féminin, Fatimata Kane décroche le prix des Métiers non traditionnellement féminins, et les euros qui vont avec. «C est génial, ce typede concours, il faut que j en fasse plus!» anticipe cette cadette d une fratrie de sept enfants. Dans cinq ans, celle qui s est tour à tour imaginée infirmière, dans le marketing ou professeure d anglais se voit «toujours dans le bâtiment, mais avec une plus grosse entreprise, de dimension nationale». Comme si cela ne suffisait pas, Fatimata a créé en parallèle une entreprise de produits bio, qu elle compte bien développer. «Là, on vient de faire produire une boisson à base de thé aux États-Unis, dans le New Jersey. Maintenant, il faut la faire distribuer», annonce le plus simplement du monde la jeune femme, née à Évreux, en Haute-Normandie. D où tient-elle cette énergie et cette audace qui ne lui fait rien voir d impossible? «Je dois tout à mes parents, lâche-t-elle sans hésiter. Ma mère était mère au foyer, mon père était ouvrier chez Renault. Il était responsable qualité.» Bon sang ne saurait mentir. / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

19 TÉMOIGNAGES TEMPS FORT 19 «Des bons tuyaux et un réseau.» Agence Jamais vu Faustine Cabalzar, 33 ans, photographe professionnelle formée à la création d entreprise à la Yump Académie. Faustine Cabalzar travaille depuis trois ans sur way2arts.com, son projet de réseau social réservé aux artistes. Elle a été de la première promotion de la Yump Académie (1) d Aubervilliers (93), qui propose six mois de formation aux aspirants entrepreneurs dans les quartiers populaires. «On a reçu les bons tuyaux pour faire un business plan. J ai beaucoup appris et constitué un réseau très riche avec des pros et les gens de la promo, détaille la jeune femme. Et, aujourd hui encore, si j ai besoin d aide, je peux me tourner vers les formateurs de l académie.» Elle ajoute toutefois des réserves : «D abord, il y a des niveaux d avancement des projets très différents. Et puis, il est dommage que les projets n aient pas pu être soutenus financièrement.» (1) «Young Urban Movement Project», concept né en Suède en 2009, décliné par Yump France. Plus d infos sur «Le Camping nous crédibilise.» Michaël Fernandez, 27 ans, directeur d une entreprise hébergée chez «l accélérateur de start-up». Ancien ingénieur chez PSA, il est le patron de Drust, qui développe un petit boîtier d optimisation de la conduite automobile et de diagnostic de panne à destination des particuliers, entièrement piloté par smartphone. Sa start-up est hébergée au Camping, le prestigieux accélérateur de projets innovants situé au cœur de Paris et soutenu par la Région. Que vous apporte votre arrivée au Camping? Elle s accompagne du recrutement d un responsable marketing en CDD, d un chef développeur en CDI et d un développeur stagiaire. Pour ces deux derniers postes de métiers en tension, le Camping a été un argument déterminant. Cela crédibilise une jeune start-up comme la nôtre. Stéphanie Lacombe/Picturetank Pourquoi avoir choisi l Île-de-France pour votre projet? C est un territoire en avance par rapport au reste du pays pour les projets innovants. Il y a une concentration d incubateurs unique en France, un écosystème très dense et les sièges des grands groupes à proximité. Campagne de financement participatif pour Drust sur NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

20 20 TEMPS FORT TÉMOIGNAGES Astrid Hauton, 30 ans, bénéficiaire d un stage Mobil Asie de six mois au Vietnam. Après son master à l ENSCI (École nationale supérieure de création industrielle), fin 2010, Astrid Hauton, designeuse produits, se lance dans la recherche d un emploi. «La plupart des offres ne correspondaient pas à mes compétences.» Jusqu à cette annonce sur le site du Lieu du design qui recherche des jeunes diplômés pour des stages de six mois auprès d associations et d ONG à Hanoï, au Vietnam, dans le cadre du dispositif régional Mobil Asie. Dans la capitale vietnamienne, elle participe au projet Spin, pour développer et produire des objets innovants et durables avec les entreprises et artisans locaux. «J avais déjà une expérience avec des artisans au Burkina Faso», précise-t-elle. À Hanoï, où elle prolonge son stage Mobil Asie, elle développe de nouvelles compétences : «Beaucoup de terrain avec les acteurs locaux, du management, la prise en compte d enjeux environnementaux, mais aussi de la formation, car il n existe pas encore d école de design au Vietnam Des «Une vraie opportunité.» opportunités que je n aurais pas forcément eues en France», raconte la jeune femme. Rentrée à Paris depuis quelques mois, elle décide de créer son entreprise : une maison d édition participative qui, via une plateforme numérique, permettra à des designers de mettre leur créativité au service de la préservation des savoir-faire artisanaux. Elle a déjà créé une première collection «pilote» d objets en bambou. la Région Le programme Mobil Asie, mis en œuvre par l association Batik International en partenariat avec la Région Île-de-France, offre à des demandeurs d emploi franciliens l opportunité d effectuer un séjour professionnel de six mois à Hanoï, au Vietnam. Depuis sa création en 2002, plus de 120 Franciliens âgés de 19 à 30 ans ont pu réaliser un stage auprès d une cinquantaine d entreprises partenaires. À la fin de leur participation à Mobil Asie, environ un quart des stagiaires de chaque session est resté en Asie avec un emploi à la clé. Plus d infos : Stéphanie Lacombe/Picturetank «Je n y serais pas arrivée toute seule.» Malika, 24 ans, employée dans une crèche après avoir bénéficié de divers dispositifs d aide régionaux. Malika arrive de Tunisie en février 2011, avec son mari, de nationalité française. Elle découvre tout, la ville de Sarcelles (95), les transports en commun, le français, qu elle pratique sans le maîtriser totalement. À 21 ans, la jeune femme commence un parcours plein de courage et de volonté qui, trois ans plus tard, lui offrira un poste d aide puéricultrice à Goussainville (95). Dans l intervalle, Malika, partie de Djerba avec le niveau collège, a bénéficié des aides et dispositifs régionaux pour avancer. «Je n y serais pas arrivée toute seule», confirme la jeune maman. Tout commence à la Mission locale de Sarcelles qui l oriente vers le dispositif régional d insertion Avenir Jeunes, à Villiers-le-Bel (95). Grâce à la formation Pôle de projet professionnel, Malika définit son futur métier, se donne des objectifs. En parallèle, elle suit une mise à niveau linguistique et intègre l École de la deuxième chance de Sarcelles. Là, elle bosse les maths, la bureautique, le français encore, et fait ses armes en entreprise. De septembre 2013 à juin 2014, la jeune femme suit une formation en CAP petite enfance financée par le dispositif régional Programme qualifiant territorialisé. Depuis novembre dernier, Malika exerce dans une crèche associative de Goussainville, via un contrat Emploi d avenir d une durée maximale de trois ans. Son prochain objectif : «Transformer ce contrat en CDI!» / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

21 21 Laurent Villeret/Dolce Vita/Picturetank «J envoie mon CV, on ne me rappelle jamais.» Myriam, 24 ans, bac + 5, demandeuse d emploi en formation chez Mozaïk RH. La faute à la crise ou à son nom à consonance maghrébine? Myriam ne saura jamais. Reste que cette jeune femme habitant Conflans-Sainte-Honorine (78), diplômée d un Master de commerce international et d un MBA (Maîtrise en administration des affaires) marketing-management, ne trouve pas d emploi depuis plus d un an. «Aux rares entretiens que j ai, on me demande de façon faussement anodine quelles sont mes origines. Je réponds que je suis française et que mes parents sont d origine marocaine. Ça m énerve un peu.» Depuis octobre 2014, Myriam suit les modules de formation de Mozaïk RH, un cabinet de recrutement qui s attache à promouvoir l égalité des chances et de la diversité. «Je ne m étais jamais vraiment dit que j étais victime de discrimination, c est mon entourage qui m a conseillé de m adresser à eux.» Consciente que Mozaïk RH ne lui offrira pas de solution toute faite, Myriam persévère, acceptant même des stages. «J ai des amis avec des noms bien français qui ne trouvent pas de travail Du coup, je ne peux pas affirmer que c est à cause de mes origines. Mais, forcément, j ai un doute» Plus d infos sur «Favoriser l accès à l emploi.» Jean-Luc Ravis, 59 ans, responsable à Pôle emploi, impliqué dans un grand programme de recrutement. Être directeur territorial à Pôle emploi par les temps qui courent, ce n est pas une sinécure. Alors, quand le projet de site écotouristique Villages Nature assorti de emplois a vu le jour dans sa Seine-et-Marne, Jean-Luc Ravis souffle un grand coup. Et il travaille main dans la main avec la Région pour favoriser l embauche des Franciliens les plus éloignés de l emploi. «Sur le plan citoyen, c est très important de pouvoir détecter en amont les publics à aider pour accéder à l emploi», explique le directeur. Une centaine de postes seront ainsi pourvus par des candidats d abord placés en chantiers d insertion. Pour recruter les 70 maîtres-nageurs, «nous avons, avec la Région Île-de-France, créé des stages de préqualification, explique Jean-Luc Ravis. 20 stagiaires suivent déjà une première formation indispensable pour prétendre à celle de maître-nageur». L accent est également mis sur l emploi des personnes en situation de handicap. Début des embauches? Juillet Plus d infos sur Ludovic Le Couster/Picturetank NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

22 22 TEMPS FORT TÉMOIGNAGES Michel Reynaud, 55 ans, P-DG de Générale Décors, société sauvée de la faillite par le dispositif Rebond sauvegarde. Générale Décors est une PME de Vitry-sur-Seine (94), spécialisée dans la conception et la construction de décors pour l audiovisuel. Employant 80 personnes, elle est déclarée en redressement judiciaire en avril Michel Reynaud, ex-directeur adjoint, est alors nommé P-DG de la société, dont le capital est majoritairement détenu par ses salariés. Il sollicite le dispositif régional Rebond sauvegarde à hauteur de euros. «Cet argent nous permet de maintenir dans l emploi des collaborateurs dont on aurait peut-être été obligé de se séparer», explique le P-DG. L aide a servi à acquérir «de nouvelles machines-outils, des torches de soudage aspirantes, une nouvelle cabine de peinture, une nouvelle porte d atelier. Avec, à la clé, des économies d énergies, de gros gains en compétitivité, en productivité et en sécurité pour les salariés». Générale Décors devrait revenir à l équilibre dès «Sans l aide de la Région, je ne sais pas si nous aurions pu sortir aussi vite de cette crise», admet le P-DG. Plus d infos sur (rubrique «Aides régionales et appels à projets») «De l argent public investi de façon intelligente.» Ludovic Le Couster/Picturetank «À l aise pour parler en anglais.» Florence Joubert/Picturetank Hanane Bekkal, 26 ans, embauchée en tant qu agent de sûreté d aéroport, après un perfectionnement en langues. Le jour où Hanane Bekkal manifeste le désir de travailler dans le domaine aéroportuaire, sa conseillère à la Mission locale l envoie passer des tests d anglais qui montrent qu elle a besoin d une mise à niveau. «Avec mon BTS assistante de gestion, j avais des notions mais j hésitais à parler», explique cette jeune femme vivant à Sevran (93). D avril à juillet 2014, elle suit des cours d anglais à l association Jérémy 70 heures conçues pour le métier d agent de sûreté. Consistant à contrôler passagers et bagages, celui-ci nécessite notamment une aptitude à échanger en anglais. D où l accent mis par la formation sur l oral. «C était vraiment très bien, se souvient Hanane. On nous faisait dialoguer à deux ou en groupe. J aurais aimé que ça dure plus longtemps. Mais je me sens déjà beaucoup plus à l aise en anglais. Je formule des phrases correctes.» La société de services aéroportuaire Alyzia a dû en convenir puisque Hanane y a été recrutée en septembre pour six mois. Elle pense déjà à la suite, a bon espoir de transformer son CDD en CDI, et se prend à rêver d une évolution vers un poste de superviseur, un jour. / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

23 23 Ludovic Le Couster/Picturetank «De nouveaux emplois grâce à PM up.» Hervé Abitbol, 50 ans, P-DG de Tecmatel, une société bénéficiaire du dispositif PM up. Lauréate PM up (lire encadré) en juillet 2013, l entreprise Tecmatel est spécialisée dans la découpe, le façonnage et la transformation des rubans adhésifs et autres supports souples pour des applications techniques dans les domaines de l aéronautique, de l électronique et du médical. Basée à Élancourt (78), elle est présente en Île-de-France, dans les régions lyonnaise et toulousaine, ainsi qu aux États-Unis. Le soutien régional, de euros sur trois ans, a très concrètement permis à cette PMI d investir dans l achat d une nouvelle machine de découpe de pansements de très haute technicité, ce qui lui ouvre de nouveaux marchés et lui offre de nouvelles opportunités de développement. «Nous avons immédiatement recruté deux jeunes, que nous avons formés en interne pour travailler en toute autonomie sur cette machine, précise Hervé Abitbol, P-DG de Tecmatel. Ces aides nous ont aussi permis d être présents sur des salons internationaux comme ceux de Chicago et Shanghai. Pour nous développer, y compris à l international, nous venons d ailleurs d embaucher deux nouvelles personnes. En somme, PM up a été un levier d aide à l embauche et donc une excellente opportunité pour nous.» L entreprise fait également appel à quatre apprentis, «une vraie filière d avenir pour les jeunes comme pour l entreprise». Convaincu que la croissance des entreprises passe par l investissement, et donc par l emploi, Hervé Abitbol souhaite que sa PMI puisse continuer ainsi à aller de l avant. Il envisage d embaucher deux commerciaux supplémentaires dès ce début la Région Le dispositif régional PM up vise à soutenir le développement des petites et moyennes entreprises à fort potentiel de croissance et d emploi. Le dernier appel à projets a été ouvert en décembre dernier. Quant au prochain, il aura lieu en juin. Depuis sa création en 2008, 967 PME-PMI ont ainsi été soutenues, avec en moyenne euros d aide reçus. Une première évaluation a montré une création nette moyenne de huit emplois par entreprise lauréate, ce qui représente un total d environ créations nettes d emplois pour emplois maintenus. Le budget 2015 est en progression à 26 millions d euros attribués, contre 22 millions en Plus d infos : NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

24 24 TEMPS FORT SONDAGE Pour 49 % d entre vous, l amélioration en matière d emploi viendra principalement des PME, des TPE et de l artisanat. Tous les autres résultats sur En quête d emploi Pôle emploi Sondage Viavoice réalisé pour Île-de-France du 5 au 17 janvier 2015, par téléphone, auprès d un échantillon de personnes, représentatif de la population francilienne de 18 ans et plus. Selon notre sondage, le chômage est la préoccupation majeure des Franciliens. Des Franciliens qui ne veulent pas tourner la page de la force industrielle de la région et qui préconisent massivement le renforcement de la formation et de l apprentissage. Précisions de Maïder Chango-Beffa, de l institut Viavoice. Valentine Vermeil/Picturetank / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

25 La situation de l emploi vous préoccupe-t-elle? 25 Tous les Franciliens OUI 85,6% La situation de l emploi vous préoccupe-t-elle? Tous les Franciliens OUI 85,6% Réponses positives par département plus de 90 % entre 85 % et 90 % Réponses positives par département entre 80 % et 85 % entre plus de 7590 %% et 80 % entre 85 % et 90 % entre 80 % et 85 % entre 75 % et 80 % Yvelines Yvelines Val-d Oise Seine-et-Marne Seine- Hautsde-Seine Denis Saint- Val-d Oise Seine-et-Marne Paris Seine- Hautsde-Seine Val-de- Denis Saint- Marne Essonne Essonne Paris Val-de- Marne Seine-et- Marne Seine-et- Marne Les Franciliens sont conscients, pour 40 % d entre eux, que leur région est moins touchée que d autres par le chômage. Mais leurs inquiétudes restent vives : ils sont près de 90 % à se déclarer «préoccupés», et 52 % se disent même «très préoccupés». Quels secteurs vous semblent les plus stratégiques pour développer l emploi en l Île-de-France? Palmarès des 2 premiers résultats pour chaque tranche d âge Chez les ans Chez les ans et les ans Chez les ans et les plus de 65 ans Quels secteurs vous semblent les plus stratégiques pour développer l emploi en l Île-de-France? Palmarès des 2 premiers résultats pour chaque tranche d âge Chez les Commerce Chez les ans ans et les ans Industrie Chez les ans et les plus de 65 ans Industrie Commerce Tertiaire Industrie Culture et innovation Industrie Tertiaire Culture Tertiaire et innovation Tertiaire L industrie, très présente sur le territoire francilien, apparaît comme le secteur le plus porteur (43 %). Viennent ensuite la culture et l innovation (34 %), ce qui est logique dans une région où la production audiovisuelle et de jeux vidéo est florissante. Pour améliorer durablement la situation de l emploi, il faudrait avant tout Palmarès des 9 premiers résultats (plusieurs réponses possibles, donc total supérieur à 100 %) Pour améliorer durablement la situation de l emploi, il faudrait avant tout Palmarès des 9 premiers résultats (plusieurs réponses possibles, donc total supérieur à 100 %) 47 % 32 % 30 % 28 % 22 % 21 % 20 % 18 % 14 % Renforcer Mieux former Faciliter Assouplir Miser sur la Inciter les Davantage Accompagner Revenir sur l apprentissage 47 % salariés 32 % et démarches 30 % le code 28 % du croissance 22 % verte, entreprises 21 % contrôler 20 % les entreprises 18 % des 14 acquis % et revaloriser demandeurs administratives travail (travail la transition à innover l utilisation dans leur sociaux (RTT, certains d emploi et procédures le dimanche, énergétique des fonds développement congés, métiers le soir ) ou l économie publics par à l international retraite ) Renforcer Mieux former Faciliter Assouplir Miser sur la Inciter les Davantage Accompagner Revenir sur sociale et solidaire les entreprises l apprentissage salariés et démarches le code du croissance verte, entreprises contrôler les entreprises des acquis et revaloriser demandeurs administratives travail (travail la transition à innover l utilisation dans leur sociaux (RTT, certains métiers d emploi et procédures le dimanche, le soir ) énergétique ou l économie des fonds publics par développement à l international congés, retraite ) L apprentissage et la revalorisation de certains métiers sociale et sont solidaire nettement désignés les entreprises comme les meilleurs remèdes au chômage (47 %). On note par ailleurs que les jeunes sont ceux qui mettent le plus l accent sur la nécessité d inciter les entreprises à innover (31 % donnent cette réponse, contre 21 % de l ensemble des Franciliens). WeDoData NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

26 26 TEMPS FORT TRIBUNES LIBRES LE CONTENU DE CES TRIBUNES N ENGAGE QUE LA RESPONSABILITÉ DE LEURS AUTEURS Olivier Pasquiers/Le bar Floréal MOUVEMENT POPULAIRE, CITOYENS ET ÉCOLOGISTES INDÉPENDANTS (51 ÉLUS) Passe Navigo à 70 euros : le cadeau empoisonné MENTIR En annonçant un passe unique à 70 euros pour la rentrée 2015, à deux mois des élections régionales, Jean-Paul Huchon fait un cadeau empoisonné aux Franciliens. Rappelez-vous. En 2012, François Hollande disait : «Les riches paieront.» Deux ans plus tard, tous les Français ont compris que c est eux qui ont payé la facture. C est la même chose avec le passe à 70 euros. Il manque 300 millions d euros par an pour le financer. M. Huchon nous dit que la Région paiera, en diminuant son train de vie. Qui peut le croire? Depuis 17 ans qu il est président, les dépenses n ont fait qu augmenter. 300 millions d euros, c est le salaire des 8700 agents des lycées. Va-t-il arrêter de payer les personnels? Le passe à 70 euros va immanquablement se traduire par des impôts en plus et des investissements en moins. Il va priver la Région des moyens qui lui permettraient, en 10 ans, de rénover toutes les lignes de RER. À la fin, tout le monde est perdant. C est une mesure injuste faite pour 10 % des Franciliens mais financée par 100 % d entre eux, en particulier par ceux qui n ont pas de transports en commun. Même les usagers de la zone 5 vont en subir les effets pervers avec un report massif des usagers frontaliers de l Île-de-France dans leurs gares. La Fédération nationale des associations d usagers l a dit : le passe à 70 euros est une «fausse bonne idée» car «ce n est pas le tarif actuel qui pose problème, mais tous les problèmes de saturation, de vétusté, de retards, de manque de trains, de manque de liaisons banlieue à banlieue». Le 1 er janvier dernier, tous les tarifs ont augmenté pour la septième fois depuis 2010 au motif, selon la Région, qu il faut bien «soutenir nos investissements et faire tourner le système». Neuf mois plus tard, comme par magie, la contrainte financière aura disparu. Ce yoyo tarifaire prouve le caractère purement électoral de cette mesure. Le député PS Olivier Faure a vendu la mèche en déclarant : «J espère que les Franciliens sauront s en souvenir le moment venu.» Après 17 ans d impuissance sur les transports, un tel mépris pour des usagers qui vivent chaque jour la galère des transports est difficilement supportable. Assumons-nous de fermer les yeux sur la tragédie de Brétigny? Assumons-nous de faire circuler des trains des années 1960 sous des caténaires centenaires? Assumons-nous de dire que les nouvelles rames, gares et lignes n arriveront jamais? Il est plus facile de baisser les tarifs que de tenir un discours de vérité. Mais c est l honneur des politiques que d affirmer que l urgence, c est la modernisation des transports. > Valérie Pécresse / / Nathalie Mohadjer/Le bar Floréal Nathalie Mohadjer/Le bar Floréal EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS (51 ÉLUS) Agissons pour le climat! S UNIR Fin 2015, le monde entier aura les yeux tournés vers l Île-de-France, qui accueillera la 21 e Conférence internationale sur le climat. L enjeu est majeur. Pour limiter les effets du dérèglement climatique, il faut un accord international contraignant sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Alors que le nombre de réfugiés climatiques est aujourd hui proche des 30 millions par an et que les modèles économiques, basés sur une croissance infinie et sur l épuisement des ressources, arrivent à bout de souffle, il n y a toujours pas d engagement. Depuis 1992 (première Conférence sur le climat à Rio), les chefs d État ont toujours repoussé un accord. Pourquoi cela changerait-il en fin d année? Les écologistes sont convaincus que c est sous la pression des citoyennes et citoyens que les chefs d État finiront par prendre les mesures qu ils repoussent depuis des décennies. Aussi, nous avons obtenu deux millions d euros pour soutenir les associations franciliennes qui vont informer et mobiliser autour du changement climatique, par des projets techniques, scientifiques, artistiques... Nous voulons convaincre les chefs d État et nous voulons faire émerger des solutions localement. Car il est possible d agir en Île-de-France. Agir pour une relocalisation d une production agricole plus respectueuse de la terre, pour le développement des circuits courts, pour la préservation des espaces naturels, pour un aménagement du territoire et des transports au service des populations, pour un modèle économique plus respectueux des personnes et de l environnement... Une avancée plus que symbolique : le passe Navigo au tarif unique de 70 euros qui sera mis en place dès septembre. Il s agit là d une mesure majeure portée par les écologistes, qui contribuera à la réduction des émissions liées aux véhicules. C est pour cela que les écologistes font pression pour que le réseau de transport en commun desserve en priorité les territoires les plus enclavés. Qu ils augmentent les dessertes et les fréquences du réseau de bus, notamment pour la grande couronne. Qu ils ont obtenu la disparition progressive du diesel pour les bus franciliens. Qu ils sont à l origine d un plan ambitieux de rénovation énergétique des bâtiments pour baisser les émissions... et vos factures. Montrant que l on peut à la fois créer des emplois, améliorer votre vie quotidienne et limiter les émissions de gaz à effet de serre. > Mounir Satouri / / / UNION DES DÉMOCRATES ET INDÉPENDANTS (18 ÉLUS) Répondre aux enjeux de l emploi et de la formation! ACCOMPAGNER La crise économique touche gravement l Île-de-France. Alors que près de Franciliens sont en recherche d emploi, dont 30 % de jeunes, il est de notre responsabilité d élus régionaux de sécuriser les parcours professionnels, d anticiper les évolutions du marché du travail, d adapter l offre de formation aux secteurs d avenir, pour les salariés comme pour les personnes en re cherche d emploi et les jeunes en formation. La mise en œuvre du Nouveau Grand Paris constitue une opportunité exceptionnelle pour notre région : emplois par an sont annoncés pendant 10 ans, puis emplois pérennes à l horizon Pourtant la Région est loin d être suffisamment préparée! Alors que la Région est pilote en matière de formation, le nombre d apprentis baisse pour la première fois depuis 10 ans et, en matière d accompagnement des entreprises, la majorité régionale vient de voter pour 2015 un budget en forte diminution! À quand une Région qui anticipe et accompagne? > Laurent Lafon / / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

27 27 Nathalie Mohadjer/Le bar Floréal DR J.-C. Bardot/Le bar Floréal FRONT DE GAUCHE PARTI COMMUNISTE, GAUCHE UNITAIRE ET ALTERNATIVE CITOYENNE (15 ÉLUS) Une région, une zone, un tarif : promesse tenue! RÉVOLUTIONNER Dès septembre 2015, la zone unique sera créée pour le passe Navigo et la carte Imagine R, aux tarifs des zones 1-2. Cette mesure, que notre groupe porte depuis 2004, est l aboutissement d un long travail avec la majorité régionale. Elle répondra aux exigences de justice sociale et territoriale envers les usagers les plus éloignés du centre de la métropole. Elle permettra aussi l accès en permanence à l ensemble du territoire francilien, de toutes et tous, sans frais supplémentaires, à l occasion de sorties culturelles, sportives ou familiales. Il s agit bien là d une révolution pour notre région et ses transports! Les débats ne sont cependant pas terminés sur le financement futur de cette mesure. Des ressources pérennes et socialement justes seront indispensables, en particulier la hausse du versement transport des entreprises. Pour l obtenir et pour continuer à faire progresser le droit à la mobilité de toutes et tous, nous resterons mobilisés! > Gabriel Massou / PARTI RADICAL DE GAUCHE ET MOUVEMENT DES PROGRESSISTES (6 ÉLUS) Agir pour l emploi INSÉRER Faciliter le retour à l emploi de celles et ceux qui en sont éloignés, telle est l une des missions que s est fixées la Région, notamment à travers les emplois-tremplin et les politiques menées en faveur du secteur de l économie sociale et solidaire. En intervenant auprès des acteurs de terrain qui ont pour objectif de favoriser l insertion par l activité économique, la Région joue ainsi pleinement son rôle de bouclier social. > Michel Fize / / FRONT DE GAUCHE PARTI DE GAUCHE ET ALTERNATIFS (5 ÉLUS) Loi Macron : régression sociale et renoncement écologique RÉSISTER La loi Macron, qui se pare de «modernité», reprend en fait les propositions poussiéreuses des clubs de réflexion de droite et les injonctions de la Commission européenne : travail le dimanche, dérogation au temps de travail légal, suppression des seuils sociaux Autant de vieilles rengaines du patronat rendant les salariés corvéables à merci pour satisfaire les actionnaires. Cette loi, c est aussi le renoncement écologique avec la libéralisation du transport par autocar pour fermer des dessertes ferroviaires. Faire échec à ce projet est un devoir. > Pascale Le Néouannic / / DR GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET APPARENTÉS (61 ÉLUS) À vos côtés, pour l emploi ACCOMPAGNER Sous l impulsion de la gauche, la Région s est imposée comme un acteur majeur en matière de développement économique, de formation professionnelle et d apprentissage, qui constituent de puissants leviers pour l emploi francilien. C est en ce sens qu a été adoptée la Stratégie régionale de développement économique et d innovation (SRDEI) en 2011, qui prévoit un fort soutien aux PME franciliennes, principales créatrices d emplois. Dans un contexte économique de crise dont souffrent tant les plus fragiles que des classes moyennes menacées par le déclassement social, la Région propose également aux Franciliens un accompagnement tout au long de leur parcours professionnel, dans la recherche d un emploi ou leur requalification. Les jeunes, notamment les moins qualifiés, sont un public prioritaire de notre action. Le dispositif Avenir Jeunes offre ainsi aux jeunes de 16 à 25 ans un accompagnement individualisé vers une meilleure insertion sociale et professionnelle. Dans ce but, près de 40 millions d euros sont mobilisés chaque année, auxquels s ajoutent plus de 20 millions d euros de soutien aux missions locales. Les jeunes concernés peuvent, dans ce cadre, élaborer un projet professionnel de long terme et acquérir les connaissances nécessaires à sa réalisation. Ce travail fait écho aux dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire, une cause portée par notre groupe depuis plusieurs années. Au cœur des compétences régionales, l apprentissage bénéficie en outre de 340 millions d euros chaque année, qui permettent de soutenir des dizaines de milliers de jeunes dans l acquisition d un métier et d un savoir-faire reconnu. La Région est également présente aux côtés des salariés et des entreprises. Elle a récemment mis en place le dispositif Rebonds, qui lutte contre les défaillances d entreprises et pour la sauvegarde des emplois. Il a déjà permis de préserver des centaines d emplois et va encore monter en puissance. Une attention particulière est par ailleurs portée à l accompagnement et la formation des salariés. Ainsi, la Région s est engagée en faveur de la sécurisation des parcours professionnels, afin d éviter que les salariés des secteurs les plus fragilisés ne se retrouvent du jour au lendemain au chômage et sans les qualifications nécessaires pour rebondir rapidement. Le dernier volet de l action régionale est celui du retour à l emploi, qui implique notamment la requalification ou la reconversion des demandeurs d emploi afin de les adapter aux besoins et exigences des secteurs qui recrutent. L objectif est d éviter ainsi la spirale du chômage de longue durée. À ce titre, le programme régional Compétences finance chaque année places de formation des demandeurs d emploi, pour 150 millions d euros. Face à une situation économique et sociale dégradée, les dispositifs régionaux de formation professionnelle, d apprentissage et d emploi continueront de jouer un rôle essentiel pour favoriser l insertion professionnelle et l acquisition des compétences né cessaires au maintien ou au retour dans l emploi. > Gilles-Maurice Bellaïche / / PROCHAINE SÉANCE DU CONSEIL RÉGIONAL Les 18 et 19 juin , rue de Babylone, Paris 7 e. Sur #DirectIDF Retransmis en direct sur NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

28 28 TEMPS PARTAGÉ DÉJÀ DEMAIN Le nombre de voyageurs a tellement augmenté en Île-de-France depuis 10 ans que des gares Transilien SNCF sont plus fréquentées que certaines gares TGV de province. / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

29 29 Heures de pointe du matin, chagrin Texte Renaud Charles Datavisualisations WeDoData Trains bondés, routes saturées : partir travailler est souvent synonyme de galère en Île-de-France. Pour venir à bout de cette situation, l arsenal des solutions est vaste et repose aussi bien sur les nouvelles lignes de transport et la rénovation du réseau existant que sur les horaires décalés, le covoiturage ou le télétravail. Xavier Schwebel/Picturetank #TransportsIDF «Tu te lèves et tu me bouscules Tu n t excuses pas Comme d habitude Ce sur quoi je remonte la rame J ai peur d être en retard Comme d habitude» Quoi de mieux que le tube de Claude François revisité pour illustrer la rengaine vécue par les Franciliens pour aller travailler. Chaque jour, vous êtes plusieurs centaines de milliers à prendre d assaut les routes et les transports en commun, avec comme conséquences des kilomètres de bouchons et des rames bondées. Un trafic à ce point dense qu on ne parle plus d heures de pointe mais carrément d «hyperpointe» en Île-de-France. «Derrière cette facétie de vocabulaire, il y a quelque chose de fondamental, note Pierre Messulam, directeur général adjoint de Transilien SNCF. Depuis 10 ans, nous sommes confrontés à une hausse de plus de 30 % du nombre de voyageurs avec en moyenne 3,2 millions de passagers au quotidien. Ce qui nous place, selon l École Polytechnique de Lausanne, dans le top 3 mondial pour ce qui est du taux de fréquentation de nos trains. Certaines gares franciliennes de villes moyennes ont plus de passagers que des gares TGV en province. Aulnay-sous-Bois (93), par exemple, voit monter passagers par jour, soit plus que la gare TGV de Besançon!» AMÉLIORER L OFFRE DE TRANSPORT Pour faire face à ces flux de voyageurs, il s agit donc d innover. En premier lieu, on pense bien sûr à la manière d améliorer l offre de transport en commun. «Le Stif (autorité organisatrice des transports en Île-de-France) a financé la mise en service de nouveaux trains là où on pouvait en ajouter, indique NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

30 30 TEMPS PARTAGÉ DÉJÀ DEMAIN Se déplacer en Île-de-France UNE RÉGION À PART Un temps moyen de déplacement quotidien supérieur aux autres régions Chaque jour, 41 millions de déplacements dans la région Île-de-France 84 min Autres régions 64 min AUX HEURES DE POINTE Répartition horaire des déplacements des Franciliens en voiture et en transports collectifs Nombre de déplacements par heure en h 17 h 39 % 38 % 20 % Marche Un usage intensif des transports collectifs Nombre de voyages annuels Voiture Transports collectifs Vélo 2 % Deux-roues motorisés 1 % En Île-de-France Dans les grandes agglomérations (1) 4 h 6 h 8 h 10 h 12 h 14 h 16 h 18 h 20 h 22 h (1) Les 8 agglomérations de plus de habitants disposant d un réseau de métro ou tramway Sources : «Les transports ferroviaires régionaux en Île-de-France», la Cour des comptes (2010) ; «Enquête globale transport 2010», Stif Omnil Driea Pierre Messulam. Mais il y a des endroits dans la région où on est à la limite de la capacité des infrastructures.» C est pourquoi de nouvelles liaisons sont sur les rails. «La Région travaille sur les interconnexions en banlieue pour faciliter les déplacements et éviter aux voyageurs d avoir à passer par Paris», détaille Mireille Bouleau, chargée d études à l Institut d aménagement et d urbanisme (IAU) d Île-de-France. Le projet phare en la matière est celui de Grand Paris Express, qui prévoit la construction de quatre nouvelles lignes de métro autour de Paris à l horizon «Le projet de Tangentielle Nord, entre Sartrouville (78) et Noisy-le-Sec (93), est aussi un chantier qui va permettre de raccorder des territoires aujourd hui enclavés aux zones d emplois», souligne pour sa part Catherine Mangenay, elle aussi chargée d études à l IAU. la Région Après les voies de bus en ville, place aux voies de bus sur autoroutes. Dès cette année, la Région, en collaboration avec la Dirif (Direction des routes d Île-de-France) et le Stif (autorité organisatrice des transports), va participer au financement de deux voies réservées sur l A1 et l A6a. Elles seront ouvertes entre 6 h 30 et 10 h pour la première et entre 7 h et 10 h pour la seconde. Leur mise en service devrait avoir lieu au printemps. 3,2 millions de voyageurs empruntent le réseau Transilien SNCF au quotidien REPENSER L ORGANISATION DU TRAVAIL Néanmoins, les solutions pour lutter contre l hyperpointe sont à chercher sur tous les terrains. «Il faut admettre notre incapacité infrastructurelle à résoudre ces moments d excès de trafic, qu il s agisse du système routier ou du réseau de transport public», résume Bruno Marzloff, sociologue spécialiste des questions de mobilité. Même son de cloche à la SNCF. «Physiquement, on touche aux limites de ce que l on peut faire, confie Pierre Messulam. Il y a déjà d énormes efforts matériels qui sont consentis, mais on ne sait pas augmenter la capacité du réseau ferroviaire aussi vite qu il le faudrait. Il faut donc trouver d autres méthodes.» Pour Laurence Debrincat, chef de la division des études générales du Stif, «la question de l organisation du travail pour réduire le besoin de déplacements en périodes de pointe est aussi un enjeu clé. Modifier les horaires de travail peut être une solution. Elle est déjà appliquée par de nombreux établissements. Par exemple, l arrivée sur des plages horaires étalées est en vigueur à La Défense (92) depuis bien longtemps. Elle pourrait être ciblée sur des secteurs d activité plus restreints où il est plus aisé de dialoguer avec les responsables des entreprises concernées pour résoudre des difficultés localisées.» C est justement le cas de La Plaine Saint-Denis (93) qui regroupe quelques gros sièges sociaux comme ceux de la SNCF (3 500 salariés), SFR (8 500) ou encore Orange (3 500). «Entre 7 h 30 et 9 h 45, le taux d occupation des RER B et D qui desservent la gare Stade de France Saint-Denis peut atteindre 250 %», témoigne François Dubrac, chef d entreprise à la tête de l association Plaine Commune Promotion. Raison pour laquelle l étalement des horaires est testé depuis janvier / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

31 31 Travailler près de chez soi dans un espace de coworking est une solution pour échapper aux rames bondées, en attendant la mise en service du Grand Paris Express. Jean-Lionel Dias/Dolce Vita/Picturetank dernier. «Nous avons créé une commission 3T pour trajet, trafic et temporalité, qui regroupe les entreprises du territoire afin de mener une réflexion et des actions conjointes», précise François Dubrac. «En tant qu employeur, nous voulons voir comment l on peut organiser le temps de travail, même si nous savons que cela n est pas généralisable à toute l Île-de-France», détaille Pierre Messulam. CONTRE LA MOBILITÉ SUBIE, LE TÉLÉTRAVAIL Travailler autrement, c est aussi travailler à distance alors qu en Île-de-France, on estime à le nombre de personnes habitant en grande couronne et dont le temps de trajet quotidien serait de 2 h 20 en moyenne. «Les études montrent que l Île-de-France est la région française où la part des mobilités subies est la plus importante, constate Bruno Marzloff. Cette problématique est la même aux Pays-Bas qui sont le pays le plus dense d Europe. C est pourquoi la ville d Amsterdam a pris l initiative d ouvrir en périphérie une centaine de centres de télétravail [appelés aussi espaces de travail collaboratif ou de coworking, NDLR]. Ce programme, en place depuis quatre ans, a permis, selon ses responsables, de réduire le trafic de 8 % et les congestions de 20 %.» En Île-de-France, la Région a lancé en décembre dernier la quatrième édition de son appel à projets «Espace de travail collaboratif», ouvert jusqu au 16 mars. Depuis 2012, une cinquantaine de projets ont ainsi pu être soutenus (1) (2). D UN MODE DE TRANSPORT À L AUTRE Une autre manière d agir sur le trafic aux heures de pointe passe par le développement du covoiturage lors des trajets domicile-travail. Un usage encore confidentiel mais qui devient possible grâce au numérique et à la création d applis comme Sharette et Wayz-Up (3). D autant que le rapport à l automobile change. «Elle n est plus un objet qui fait rêver, analyse Jérémy Courel, économiste à l Institut d aménagement et d urbanisme. Les jeunes urbains, dans les grandes métropoles, passent leur permis de plus en plus tard, voire ne le passent plus.» Même la SNCF s intéresse au sujet. L entreprise a lancé, fin 2014, son propre service de covoiturage, idvroom. «Cela peut sembler antinomique avec notre rôle de transporteur ferroviaire, mais nous nous considérons avant tout comme un Le covoiturage offre une autre alternative. opérateur de mobilité, décrypte Pierre Messulam. Il ne s agit pas de développer le covoiturage contre le train, mais de simplifier les trajets de nos voyageurs vers nos gares.» Une conception qui laisse entrevoir une autre pratique des transports, davantage multimodale. «C est déjà le cas des usagers dits hyper-agiles, analyse Bruno Marzloff. Leur maîtrise de la mobilité s appuie sur le recours à tous les modes de déplacement, l utilisation des outils numériques pour accéder aux informations trafic et une organisation délocalisée et désynchronisée du travail. D une régulation des transports descendante, de l autorité organisatrice vers les usagers, on passe ainsi à une forme d autorégula tion par les usagers eux-mêmes, via notamment les réseaux sociaux.» (1) À découvrir sur une carte en ligne, réalisée par la Fonderie, l agence numérique régionale : (2) Lire aussi notre débat sur le télétravail, p. 9. (3) Wayz-Up s est vu décerner par la Région et le Stif, en 2014, le Trophée de la Mobilité dans la catégorie «Nouveaux usages et nouveaux véhicules». Retrouvez notre article consacré au covoiturage et à l autopartage sur covoiturage Julie Bourges/Picturetank NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

32 32 TEMPS PARTAGÉ RÉTRO Les derniers témoins d Auschwitz Texte Christophe Grand En 15 ans, plus de élèves de lycées et CFA d Île-de-France sont allés visiter le plus grand camp d extermination nazi. Xavier Schwebel/Picturetank Près de 500 lycéens et apprentis franciliens partent, chaque année depuis 2000, visiter le camp d extermination nazi situé en Pologne. Un voyage d étude préparé par le Mémorial de la Shoah et qu ils accomplissent au côté des derniers rescapés. #JeunesseIDF «J ai abrégé un peu, on est pris par le temps», s excuse le vieil homme. Il a accompagné d un rire léger ses derniers mots, façon polie d en adoucir l âpreté. Depuis une heure, dans une salle du Mémorial de la Shoah, à Paris, il raconte à des lycéens franciliens les six mois qu il a passés dans un camp de la mort. André Berkover a 85 ans. Il a été déporté à Auschwitz, en Pologne, avec Sophie, sa mère, et Guy, son grand frère. Il est revenu seul. Pendant 50 ans, il s est tu puisqu on ne voulait pas l entendre : «Les gens disaient : Tu nous racontes du baratin, tu serais mort.» Puis il a commencé à témoigner, et il revient régulièrement au Mémorial relater à des jeunes des faits qui défient leur entendement. Pour l essentiel, son récit ressemble à celui de tous les rescapés des camps. Pourtant, de la bouche de cet homme dépourvu de colère sont sorties des anecdotes qui renouvellent l indignation. «Nous habitions, raconte-t-il, dans un petit appartement dans le 20 e. Bien sûr, le confort n était pas celui d aujourd hui. Pour nous laver, nous allions dans des bains publics. Et puis, la loi a interdit aux Juifs l accès à tous les lieux publics, donc aux bains» Parce qu il y est quand même allé, Guy est arrêté et envoyé au camp de Drancy (93). Pour André, «il avait été dénoncé, c est sûr». Le reste de la famille va alors se cacher chez une parente. Mais, peu après, André et Sophie sont à leur tour dénoncés et arrêtés. André Berkover est de ceux chez qui l on perçoit, même s ils sont âgés, les traits de l enfant qu ils furent. Ce détail donne une force particulière à la dernière anecdote de son récit. Sa mère a été assassinée à son arrivée à Auschwitz et il a dû laisser derrière lui son grand frère dans un état de santé désespéré, mais il est libre. Après d ultimes péripéties, il se retrouve à Odessa, en Ukraine. «Il fallait prévenir quelqu un que je revenais, explique-t-il, j ai envoyé un télégramme à une amie de ma mère qui était catholique.» Il avait 15 ans et n excluait pas d être le dernier des siens. TANT QU IL Y A DE LA VIE, IL Y A DU RÊVE «À pied, nous allons faire le trajet de ceux qui étaient sélectionnés pour le travail.» Dans la froidure polonaise des premiers jours de décembre, les jeunes rencontrés au Mémorial 15 jours plus tôt suivent le guide. Pour visiter le camp d Auschwitz, ils ont décollé de Roissy au petit matin. Pour certains, c était un baptême de l air et un événement à partager. D où leur agacement / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

33 Les premiers groupes de lycéens franciliens partent visiter le camp d Auschwitz-Birkenau 2003 Sortie du n 1 de Comment en arrivet-on là?, une publication annuelle destinée aux lycéens et apprentis d Île-de-France 2005 Ouverture du Mémorial de la Shoah, à Paris 4 e 2010 Les apprentis franciliens sont invités à leur tour à visiter le camp d extermination nazi 2012 Inauguration du Mémorial de Drancy (93), près de la cité de la Muette, ancien camp de transit vers Auschwitz 2015 Le Mémorial de la Shoah et la Région comptabilisent 15 ans de partenariat et plus de élèves accompagnés en Pologne Conservés à Auschwitz, des milliers de valises Xavier Schwebel/Picturetank PWP À visionner sur Un cours d Histoire, un film en quatre parties sur le voyage d une classe de lycéens franciliens à Auschwitz en décembre. La visite du camp nazi inspire aux élèves des affiches, qui sont exposées ensuite dans leurs établissements. Mémorial de la Shoah de constater que, passé le décollage, «y a pas de réseau». Débarqués à Cracovie, les préoccupations sont toujours du même ordre : «Tu crois que je vais payer, là?» Et puis, le bus, le camp Ils ont remisé les mobiles et cessé de se vanner. Ils se parlent même avec précaution, mais la gravité ne pèse pas trop sur l atmosphère. C est peut-être grâce à Yvette Lévy, une énergique octogénaire francilienne qui a fait de nombreuses fois le voyage pour raconter sa déportation dans ce lieu. D être au milieu de cette jeunesse l enchante et elle enchaîne les anecdotes lugubres sans jamais se départir de sa bonne humeur. Elle tient à ce qu on sache que les nazis n ont jamais pu em pêcher ces jeunes filles martyrisées de rêver. «Un jour, on discutait. Alors, on disait qu on se marierait et qu on aurait une très belle robe. Une des filles disait qu elle voulait une robe avec des manches gigot. Moi, je ne savais pas ce que c était et, comme on crevait tout le temps de faim, je me demandais bien pourquoi elle nous parlait de gigot.» LE VOIR POUR LE CROIRE Mais, à l arrivée au «sauna», le bâtiment où les détenus gardés en vie pour travailler étaient brutalement passés à la désinfection, elle dit ce que cet endroit lui inspire de malaise : «Vous savez, ici, j ai vécu des moments douloureux. Je me souviens de la honte d être nue, d être entièrement tondue, des vêtements qu on nous donnait et qui avaient été volés à d autres.» La visite se clôt sur une exposition de biens dont les déportés étaient dépouillés. Lunettes en quantité industrielle, monceaux de valises portant le nom et la date de naissance de leurs propriétaires, ces objets marqueront l esprit des visiteurs comme les a frappés l étendue d Auschwitz. À leur retour, les lycéens s accorderont pour reconnaître que seule une visite sur place permet de mesurer l ampleur des moyens mis au service du projet nazi d assassiner tous les Juifs d Europe. Une dernière vitrine montre des boîtes de conserve ouvertes et rouillées. En grand nombre. Pourtant, ce n est qu un échantillon. Chacune contenait assez de gaz mortel pour tuer 150 ou 200 personnes. «Vous voyez, a remarqué un guide, aujourd hui, nous avons passé ici beaucoup plus de temps que la plupart des Juifs qui y sont venus.» La vitalité d André et Yvette ne doit pas faire oublier aux visiteurs que sur 1,3 million de personnes qui ont été déportées à Auschwitz (dont 1,1 million de Juifs), 1,1 million y ont été assassinées, la majorité dans l heure qui a suivi leur arrivée. En attendant l avion qui les ramènera en France, les lycéens se disent «tristes et en colère». Indifférente à la facture à venir, une jeune fille rallume son mobile pour appeler : «Je m en fous. Je paierai.» Plus d infos dans la rubrique «Île-de-France» du minisite la Région Depuis 2000, la Région Île-de-France soutient le Mémorial de la Shoah dans son action au service du souvenir. Plus de élèves de lycées et de centres de formation d apprentis (CFA) franciliens et près de 600 accompagnateurs sont ainsi allés visiter le camp d extermination nazi d Auschwitz. Pour l année , la Région a attribué euros à ce dispositif qui, après le voyage d étude, prévoit la réalisation d affiches par les classes participantes, puis une exposition itinérante de ces créations dans les établissements scolaires. Le soutien régional au Mémorial se traduit aussi par une publication annuelle intitulée Comment en arrive-t-on là?, distribuée dans les lycées et CFA d Île-de-France. NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

34 34 TEMPS PARTAGÉ EN CHEMIN De Pont de Sèvres à Noisy-Champs 15 Textes Aude Raux Illustrations Clotka Pont de Sèvres Future ligne du Grand Paris Express, la «15 sud» offrira, dès 2020, de nombreuses escales culturelles et divertissantes. Petit aperçu. CHÂTILLON - MONTROUGE L atelier du papier d Arménie Depuis 1885, des effluves de papier d Arménie flottent à Montrouge. C est là que sont fabriquées les célèbres lamelles en papier buvard dont le benjoin, une résine provenant d un arbre oriental, est le principal composant. À laisser se consumer, pour parfumer son habitat, tout en fredonnant la chanson de Gainsbourg : «Laissez brûler les p tits papiers, papiers de riz ou d Arménie Qu un soir ils puissent, papier maïs, vous réchauffer» Issy RER Fort d Issy - Vanves - Clamart Châtillon - Montrouge BAGNEUX Le Plus Petit Cirque du monde Installé depuis 20 ans dans un gymnase, le Plus Petit Cirque du monde, qui offre spectacles et initiations aux enfants défavorisés, va enfin disposer d un chapiteau. Le nouveau Centre des arts du cirque et des cultures émergentes, d une capacité de 360 places assises, sera inauguré en juin. Sous la charpente en bois, les enfants, comme les grands, s initieront aux arts du jonglage, de l acrobatie ou encore de la clownerie! Bagneux Arcueil - Cachan / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

35 VITRY CENTRE Street art Vitry-sur-Seine et l art contemporain, c est une passion sans limites. Au-delà du Mac/Val, un musée regroupant plus de œuvres d artistes français des années 1950 à nos jours, la création fait le mur! Graffitis, pochoirs, mosaïques : la ville est un musée à ciel ouvert, que des artistes du monde entier viennent régulièrement enrichir. À découvrir lors de balades «Art in the street». CRÉTEIL - L ÉCHAT Les «Choux» Emblème de l architecture des années 1970, les «Choux» imaginés par Gérard Grandval ont reçu le label «Patrimoine du xx e siècle». Ce grand ensemble doit son nom à ses balcons arrondis, qui donnent à ses 10 tours rondes de 15 étages l aspect de choux-fleurs. Une autre architecture insolite à admirer dans le quartier : l école nationale de musique, de danse et d art dramatique Marcel-Dadi, dont la façade ondulée évoque un rideau de scène. 35 Bry - Villiers - Champigny Villejuif - Louis-Aragon Créteil - L Échat Saint-Maur - Créteil Villejuif Institut Gustave-Roussy Champigny Centre Vitry Centre Noisy - Champs Le Vert de Maisons Les Ardoines PONT DE SÈVRES L Île Seguin Le futur de l île qui fut, pendant plus de 60 ans, le fief des usines Renault est entre les mains de l architecte Jean Nouvel. Choisi par les Boulonnais, son projet mêle hébergements, bureaux, infrastructures sportives, espaces verts avec un jardin couvert de m² et surtout équipements culturels. Car l Île Seguin ambitionne de devenir le haut lieu de la culture du Grand Paris. Son joyau? La Cité musicale, sur sa pointe aval, dédiée à tous les styles musicaux et qui ouvrira ses portes en LE VERT DE MAISONS Le musée Fragonard Né sous la forme d un cabinet de curiosités royal en 1766, le musée de l école nationale vétérinaire d Alfort est l un des plus vieux musées de France. Dans un décor d origine parfaitement restauré en 2008 se niche une collection unique de pièces consacrée à l anatomie animale : beaucoup de squelettes, mais surtout les Écorchés d Honoré Fragonard, le cousin du célèbre peintre. Parmi ces trésors, le sidérant Cavalier de l Apocalypse. Plus d étapes à découvrir sur notre emag, la version pour tablettes et smartphones de notre magazine : NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

36 36 TEMPS PARTAGÉ CARTE BLANCHE MARTIN ARGYROGLO Photographe #JeSuisCharlie «Place de la Nation à Paris, le 11 janvier Tandis que la marche se termine pour beaucoup, le cœur du rassemblement bat encore en son épicentre : la statue de Jules Dalou, Le Triomphe de la République. La lumière d un fumigène recompose la scène.» / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

37 SAVEURS RÉGION TEMPS PARTAGÉ 37 Le champignon de Paris En Île-de-France, une poignée de petits producteurs s évertuent à cultiver encore, de manière traditionnelle, le plus incontournable des champignons. À la coriandre Un plat dérivé des célèbres champignons à la grecque, à déguster chaud ou froid. C est ce qu ont préparé, spécialement pour notre magazine, Charline Cogny et Marion Dumain, toutes deux élèves de BTS au CFA des Métiers de la table, à Paris 17 e, avec leur professeur de cuisine, Christophe Bligny. Une recette à retrouver sur Alfred Cromback/Le Carton/Picturetank Un champignon sans frontières Si la culture du champignon de couche (le premier nom du champignon de Paris) remonte au xvi e siècle en France, elle ne prend son essor qu au début du xix e siècle grâce à un jardinier parisien nommé Chambry. Il a en effet l idée de la pratiquer dans des carrières, là où la température et l humidité sont constantes. La production se développe alors dans les sous-sols de la capitale et aux alentours, d où le nom de «champignon de Paris». Après un pic à la fin du xix e siècle, la production décroît et se déplace dans le Val-de-Loire et à l étranger. Manger des champignons locaux, une idée folle? Pas si sûr! En Île-de-France, pour le plus grand plaisir des papilles, les champignons de Paris sont cultivés tout au long de l année par quelques irréductibles champignonnistes. Au cœur de galeries souterraines, ces passionnés déposent un mélange de compost pasteurisé avec du mycélium, recouvert de terreau, qui donne naissance au champignon. Cinq semaines plus tard, ces champignons de taille variable et à la couleur brune ou crème sont cueillis à la main et vendus essentiellement dans les Amap de la région (antennes de l Association pour le maintien d une agriculture paysanne), ou directement sur les exploitations. La différence avec les champignons industriels? «C est comme si vous Alfred Cromback/Le Carton/Picturetank Cervia Paris Île-de-France/Joanna Lacaze Cervia Paris Île-de-France/Joanna Lacaze Profession champignonniste Angel Moioli, producteur de champignons installé à Montesson (78), perpétue une tradition familiale. «La culture des champignons, je suis né dedans! Lorsque mon grandpère, d origine italienne, s est installé en Île-de-France dans les années 1920, c était un secteur en pleine expansion. Aujourd hui, je continue à travailler sur le domaine familial comme mon père et Cervia Paris Île-de-France/Joanna Lacaze mon oncle», confie-t-il. «Et, comme eux, je n utilise aucun produit chimique. Mes champignons peuvent être tachés, de forme irrégulière, mais au moins ils ont du goût!» La meilleure preuve : depuis 2012, sa production porte la marque «Saveurs Paris Île-de-France», créée par le Cervia, l organisme chargé de promouvoir l agroalimentaire francilien. Plus d infos sur 17 C C est la température à laquelle les galeries souterraines doivent être maintenues pour favoriser la pousse et la conservation des champignons. me demandiez de comparer une tomate du jardin avec une tomate cultivée sous serre!» s exclame, amusé, le champi - gnonniste des Yvelines, Angel Moioli. Malheureusement, malgré la qualité et une production non négligeable 400 kg par semaine rien que dans l exploitation d Angel Moioli, à Montesson, ce savoir-faire est en perte de vitesse. En cause : la concurrence étrangère, en Pologne et en Chine notamment, où les champignons sont cultivés de façon industrielle avec une main-d œuvre beau coup moins chère qu en France. «Sans les circuits courts, je mettrais la clef sous la porte», conclut le champignonniste. Champignonnière Les Carrières, Montesson. Tél. : Cervia Paris Île-de-France/Joanna Lacaze NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

38 38 TEMPS PARTAGÉ C EST À VOUS IDÉES & RÉACTIONS La rédaction est à votre écoute! Donnez votre avis sur et sur les réseaux sociaux. Région Île-de-France Florence Joubert/Picturetank Nicolas Leblanc Julie Bourges/Picturetank Pierre-Yves Brunaud/Picturetank LA LAÏCITÉ, TOUJOURS D ACTUALITÉ? Comment exercer son esprit critique à l heure des réseaux sociaux? Comment garantir le «vivre ensemble» et diffuser auprès des jeunes les idéaux de la République et le principe de laïcité? Après les attentats perpétrés à Paris, la question de l éveil des consciences dans les établissements scolaires est posée. La Région, qui construit et entretient les lycées, et développe des politiques éducatives, vous invite à prendre la parole. Sur et EN SURDOSE DE BRUIT? C est la nuisance numéro 1 en Île-de-France : le bruit! Mais tous les Franciliens ne sont pas logés à la même enseigne. Bruitparif vous permet de faire le point sur votre dose quotidienne de bruit, au travail, dans les transports, chez vous ou dans les lieux de loisirs que vous fréquentez. Racontez votre journée type et voyez le niveau de décibels évoluer en fonction de vos conditions de travail (open space ou pas), de transports, du temps passé à la cantine ou devant la télé. IMPOSEZ VOS IDÉES DANS LE DÉBAT! Depuis un an, la Région a mis en place un droit d interpellation populaire. Ayant la forme d une pétition, il permet aux Franciliennes et aux Franciliens de plus de 16 ans de proposer l inscription d un sujet à l ordre du jour de l assemblée régionale. Transports, aménagement du territoire, transparence de l action régionale, aides aux entreprises Tous les thèmes sont sur la table et chacun peut exercer ce nouveau droit citoyen. PROMENEZ-VOUS DANS LES DONNÉES DES PARCS Avant de venir explorer les Parcs naturels d Île-de-France, les 11 et 12 avril par exemple (lire «Agenda», p. 39), du Gâtinais français à la Haute Vallée de Chevreuse (photo), la Région vous invite à tout connaître de ces espaces qui concilient développement économique et préservation de l environnement. Le tout, via la plateforme regroupant ses données ouvertes : JOUEZ AVEC LE BUDGET RÉGIONAL Combien la Région consacre-t-elle par an à chaque apprenti? Le budget régional est-il plus important que celui de la Ville de Paris ou du Département des Hauts-de-Seine? Quel film soutenu financièrement par la Région a été présenté à Cannes l an dernier? Testez vos connaissances avec les 11 questions pédagogiques, sérieuses ou décalées, de notre «Budget quiz». Et défiez vos amis sur les réseaux sociaux! Retrouvez les actualités de la région, reportages, vidéos, galeries photos, infographies animées, sondages / NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015

39 AGENDA LOISIRS VILLAGE SPORTIF D HIVER JUSQU AU 8 MARS L Île de loisirs de Vaires-Torcy (77) invite les ans à venir pratiquer le patinage, la luge, l élastique ascensionnel et même le ski alpin! TERROIR SALON DE L AGRICULTURE DU 21 FÉVRIER AU 1 ER MARS L Île-de-France est une très grande région agricole. Pour s en convaincre, le stand du Cervia (l organisme chargé de promouvoir l agroalimentaire francilien) propose des dégustations et des rencontres de producteurs. À la Porte de Versailles, Paris 15 e. SPORT CHAMPIONNATS DE FRANCE DE CROSS-COUNTRY LE 1 ER MARS Grande course nature pour tous dans l Île de loisirs de Val de Seine, à Verneuil-sur-Seine (78). FORMATION MOIS DE L APPRENTISSAGE DU 13 MARS AU 13 AVRIL Rendez-vous dans les 163 centres de formation d apprentis d Île-de-France pour découvrir comment se former à métiers, du CAP à bac LECTURE SALON DU LIVRE DU 20 AU 23 MARS Le stand de la Région, à la grande fête du livre, accueille une centaine d éditeurs franciliens et le MOTif, l observatoire régional du livre et de l écrit. À la Porte de Versailles, Paris 15 e. PARCS NATURELS D ÎLE-DE-FRANCE WEEK-END DÉCOUVERTE LES 11 ET 12 AVRIL Balades, expos, dégustations, visites de monuments et d ateliers d artisans d art : tout pour donner envie de revenir très vite dans le Gâtinais français (77-91), la Haute Vallée de Chevreuse (78-91), le Vexin français (78-95) et l Oise-Pays de France (95). Plus d infos sur smartphone avec l appli «Parcs naturels». Et sur DR ENCORE UNE MINUTE TEMPS PARTAGÉ 39 Martin Provost (1), réalisateur de Séraphine (César du meilleur film en 2009) et président du jury du Festival international du film d environnement 2015 Le plus grand ennemi de l homme, c est l homme. Tout le monde le sait, mais on dirait que, par les temps qui courent, on veut l oublier. Entre être et avoir, l homme a le choix, pourrait-on dire. Encore faut-il avoir assez pour être. Mais quand on sait qu il y a sur cette planète plus de 840 millions d hommes, de femmes et d enfants qui meurent de faim, qu une partie nage dans l opulence et rejette sans vergogne du CO 2 dans l atmosphère, tandis que l autre qui voit déjà ses cultures dévastées par la sécheresse et les inondations à cause de ce même CO 2 est contrainte de nous vendre ses terres fertiles pour que nous ne manquions pas de roses en hiver, on est en droit de se demander si notre modèle de société capitaliste n est pas obsolète. Croître et «La chenille peut encore devenir papillon. Nous sommes dans la chrysalide.» L écologie dans le cerveau multiplier, oui, mais jusqu où? Et à quel prix? Un arbre croît mais, à un moment, il s arrête et meurt. Il en est ainsi de tout ce qui vit sur terre. Et de nous avec. Détournés de leur fonction première nourrir les hommes, le rendement et la (sur)productivité tuent la planète, au profit de quelques-uns. Acheter, posséder, capitaliser, voilà leur credo, au risque d oublier que l obsession d avoir ne va pas sans celle de manquer. Nous voilà, en quelques décennies, passés du statut d être humain, de citoyen, à celui de consommateur, du statut d être pensant à celui de tube digestif. Dépendants du plaisir d avoir, ne sommes-nous pas en train de perdre notre intelligence? Quand on sait que nos déchets dépassent de beaucoup ce que la planète peut absorber, qu un continent de déchets plastiques gros comme le tiers de l Europe dérive au nord de l Atlantique, que nous enterrons d autres déchets radioactifs ceux-là dans des sarcophages qui se fendilleront dans 300 ans et répandront dans les sols et ce qui restera d eau potable une radioactivité mortelle, qu après le pétrole, nous voilà en train de pomper le gaz de schiste au détriment des nappes phréatiques et de la qualité des sols, etc., on est en droit de se demander si l on n est pas devenus fous, jetés tous dans un même train à grande vitesse, mais sans gare d arrivée. Je fais partie d une génération qui n a pas connu la guerre. C est magnifique! Quelle victoire sur la haine, la bêtise et la mort! Allons-nous continuer à rester dans le déni au risque de laisser en héritage aux générations à venir matière à nous haïr? Ouvrons les yeux. Le monde est beau. Ouvrons nos oreilles. Il y a des poètes pour le chanter. Nous devons préparer l avenir. Il est là. La chenille peut encore devenir papillon. Nous sommes dans la chrysalide. (1) En raison de la proximité des échéances électorales, la tribune du président de la Région Île-de-France est provisoirement suspendue. NUMÉRO 55 / FÉVRIER 2015 /

40 on aime le sport. on aime le sport. POUR QUE CHAQUE FRANCILIENNE ET FRANCILIEN PUISSE PRATIQUER UN SPORT À PROXIMITÉ DE SON DOMICILE, LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE SOUTIENT LA CONSTRUCTION, L AGRANDISSEMENT ET LA RÉHABILITATION DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS SUR L ENSEMBLE DU TERRITOIRE, TELS QUE DES TERRAINS EN GAZON SYNTHÉTIQUE, DES PISCINES OU DES EQUIPEMENTS D ENVERGURE REGIONALE COMME LE VÉLODROME DE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES Rendez-vous sur Demain s invente ici

10 Franciliens, 10 façons de rebondir

10 Franciliens, 10 façons de rebondir 18 TEMPS FORT 10 Franciliens, 10 façons de rebondir Textes Xavier Frison, Christophe Grand et Julie Védie Derrière les froides statistiques du chômage, des hommes, des femmes, des parcours pour décrocher

Plus en détail

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Conférence de presse lundi 22 septembre 2014 à l Hôtel de Région, 1/10 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide pour votre orientation et votre insertion professionnelle Service commun universitaire d information,

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide du SCUIO-IP Service commun universitaire d information, d orientation et d insertion professionnelle

Plus en détail

Le Mesnil-Amelot Aéroport Charles. Le Mesnil-Amelot. Aéroport Charles. de Gaulle (T2) CDG Express. Clichy-Montfermeil. Chelles

Le Mesnil-Amelot Aéroport Charles. Le Mesnil-Amelot. Aéroport Charles. de Gaulle (T2) CDG Express. Clichy-Montfermeil. Chelles D une longueur de 21,5 kilomètres, la ligne 17 Nord comprend 6 gares : Le Bourget Aéroport, Triangle de,, Aéroport CDG (T2), Aéroport CDG (T4) et, ainsi qu un site de maintenance situé à Aulnay-sous-Bois

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche!

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Communiqué de synthèse Paris, jeudi 26 mai 2011 Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Maurice Leroy, ministre de la ville, chargé du Grand Paris,

Plus en détail

éducation, formation, apprentissage,

éducation, formation, apprentissage, éducation, formation, apprentissage, la Région accompagne les apprenants La Région, créatrice d avenir pour ses habitants octobre 2014 2 région franche-comté éducation, formation, apprentissage, la région

Plus en détail

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 PRÉFET DES LANDES Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 1 La Huitième édition de ce forum organisé par les

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Dossier de presse - Juillet 2014. Phase I (2016-2020) Principales caractéristiques de l emploi et du développement économique et social

Dossier de presse - Juillet 2014. Phase I (2016-2020) Principales caractéristiques de l emploi et du développement économique et social Dossier de presse - Juillet 2014 Phase I (2016-2020) Principales caractéristiques de l emploi et du développement économique et social Le développement économique et social au cœur du projet Villages Nature

Plus en détail

REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES

REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES PROGRAMME FIABILITÉ ÎLE-DE-FRANCE 2014-2020 LES PRINCIPAUX CHANTIERS DE L ÉTÉ 2014 REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES AU-DESSUS DU CANAL SAINT-DENIS LIGNE H REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

QUE FAIRE APRES UN BAC PRO SECRETARIAT?

QUE FAIRE APRES UN BAC PRO SECRETARIAT? QUE FAIRE APRES UN BAC PRO SECRETARIAT? Admission en section de technicien supérieur Si mention bien et très bien au bac, admission de plein droit en STS l année de l obtention du diplôme Respecter les

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Communiqué de presse/invitation presse A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Paris, le 26 novembre 2012 Le Groupe Randstad France s associe

Plus en détail

dossier d information

dossier d information dossier d information Mise à jour du 26.02.15 1 Un événement organisé par 3 14 8 Vitesse lumière sur les Open du Web > Synop(Sith) > Sur le plan tactique > Une stratégie à deux niveaux > Les Open du Web

Plus en détail

LE COMMISSAIRE AUX COMPTES CRÉATEUR DE CONFIANCE

LE COMMISSAIRE AUX COMPTES CRÉATEUR DE CONFIANCE LE COMMISSAIRE AUX COMPTES CRÉATEUR DE CONFIANCE se former à son rythme Dans un monde de plus en plus ouvert et réactif, nos économies réclament des informations comptables et financières les plus fiables

Plus en détail

dossier d information

dossier d information Paris Bordeaux Lille Tunis dossier d information Mise à jour du 24.03.15 1 Un événement organisé par 3 15 8 Vitesse lumière sur les Open du Web > Synop(Sith) > Sur le plan tactique > Une stratégie à deux

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

EDITO. Newsletter n 2 octobre 2014 SOMMAIRE. 1. Plan action banque. 2. Informations collectives entreprises. 3. JOB DATING interne

EDITO. Newsletter n 2 octobre 2014 SOMMAIRE. 1. Plan action banque. 2. Informations collectives entreprises. 3. JOB DATING interne Newsletter n 2 octobre 2014 CAP EMPLOI Haute Vienne EDITO CAP EMPLOI, acteur de l emploi à part entière, n a de cesse de proposer et développer des parcours d accompagnements dynamiques aux demandeurs

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

EMPLOIS d AVENIR Dossier de presse

EMPLOIS d AVENIR Dossier de presse EMPLOIS d AVENIR Dossier de presse Contact > Florence Bailleul 01 53 02 13 87 fbailleul@uniformation.fr Uniformation, l Organisme paritaire collecteur agréé de l économie sociale Dossier de presse SOMMAIRE

Plus en détail

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président de la République, Monsieur Nicolas SARKOZY Président de la République Palais de l Elysée 55 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS JPB/NM/ 09.239 Nicolas MORERE Grand Paris 11 mai 2009 Monsieur le Président de la République,

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage Comptable Gestionnaire Assistant de Gestion PME/PMI Retrouvez toutes nos formations sur www.cma-nantes.fr (espace CIFAM) Sommaire

Plus en détail

ORIENTATIONS TERRITORIALES RELATIVES A LA MOBILISATION DES CREDITS D INTERVENTION TERRITORIALISES DU C.N.D.S 2015

ORIENTATIONS TERRITORIALES RELATIVES A LA MOBILISATION DES CREDITS D INTERVENTION TERRITORIALISES DU C.N.D.S 2015 ORIENTATIONS TERRITORIALES RELATIVES A LA MOBILISATION DES CREDITS D INTERVENTION TERRITORIALISES DU C.N.D.S 2015 La note du C.N.D.S. du 9 janvier 2015 précise la mise en application des orientations et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015]

DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015] DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015] Organisateur du salon 7 rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris www.restauco.fr Contacts presse : agence becom! T. 01 42 09 04 34 Mathilde Heidary

Plus en détail

DIRECCTE Ile-de-France

DIRECCTE Ile-de-France MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL DIRECCTE Ile-de-France APPEL A PROJETS Développement de l emploi en Ile-de-france 2015 Date limite de dépôt des

Plus en détail

CIFAM. www.cifam.fr FORMATEUR DE TALENTS. Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage. Je flashe sur les métiers du Tertiaire

CIFAM. www.cifam.fr FORMATEUR DE TALENTS. Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage. Je flashe sur les métiers du Tertiaire CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage Comptable Gestionnaire Assistant de Gestion PME/PMI Je flashe sur les métiers du Tertiaire www.cifam.fr Sommaire Avec le CIFAM,

Plus en détail

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE Emploi Rappel des dernières données disponibles Données clefs ILE-DE-FRANCE FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % Evolution annuelle

Plus en détail

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire!

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! Les Paniers Bio du Val de Loire, une filière bio et solidaire du producteur au consommateur Mars 2013 1 Présentation

Plus en détail

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne.

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION La commune de Flagy Mai 2014 département de Seine-et-Marne Hôtel du Département CS 50377 77 010 Melun cedex tél. : 01 64 14 77 77 seine-et-marne.fr

Plus en détail

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir www.iledefrance.fr En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir 600 000 étudiants, 480 000 lycéens et plus de 100 000 apprentis : les jeunes ont de l avenir

Plus en détail

e in Toutes les aides du ra r Conseil Régional de Lorraine Lo n jeune e : être -) ;-I :-D ;-)

e in Toutes les aides du ra r Conseil Régional de Lorraine Lo n jeune e : être -) ;-I :-D ;-) ne i u d ra s e Lor d ai de s le al es gion t u é To il R e s n Co u en j e r t ê e ;I :-D ;) e n e in a r r Lo :-) :-O Édito Des projets plein la tête? Des coups de pouce pour étudier? Des envies de vous

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne Un objectif prioritaire : désaturer la ligne UNE LIGNE 13 AUJOURD HUI SURCHARGÉE La ligne 13 est aujourd hui une ligne surchargée qui accueille près de 610 000 voyageurs par jour. C est la 3 ème ligne

Plus en détail

Lancement du Club «Grand Orly Entreprises»

Lancement du Club «Grand Orly Entreprises» 18 juin 2013 Lancement du Club «Grand Orly Entreprises» Les entreprises et acteurs économiques du Grand Orly se mobilisent pour la desserte du pôle d Orly, 2ème pôle économique d Ile-de-France Le territoire

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Découvrez les coulisses de la Relation Client et rencontrez ses ambassadeurs!

Découvrez les coulisses de la Relation Client et rencontrez ses ambassadeurs! Un événement organisé par : COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 octobre 2013 Découvrez les coulisses de la Relation Client et rencontrez ses ambassadeurs! 51% des salariés aujourd hui dans les Centres de

Plus en détail

TROIS ETOILES POUR ERIC FRECHON!

TROIS ETOILES POUR ERIC FRECHON! TROIS ETOILES POUR ERIC FRECHON! Le 2 mars 2009, Eric Frechon, Chef des cuisines de l Hôtel Le Bristol Paris a été consacré par une troisième étoile au Guide Michelin, qui fête cette année la centième

Plus en détail

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France Les entreprises et les associations de l économie sociale et solidaire ont comme point commun de ne pas

Plus en détail

C.A.P. CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE SECONDE GT SECONDE PRO BACCALAUREAT GENERAL BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. 1 ère année CAP T R O I S I E M E

C.A.P. CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE SECONDE GT SECONDE PRO BACCALAUREAT GENERAL BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. 1 ère année CAP T R O I S I E M E Parcours en 3 ans BACCALAUREAT GENERAL ou BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Parcours en 3 ans BACCALAUREAT PROFESSIONNEL Parcours en 2 ans C.A.P. CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE SECONDE GT Seconde générale

Plus en détail

étudier à lyon 3 guide de l offre de formation www.univ-lyon3.fr

étudier à lyon 3 guide de l offre de formation www.univ-lyon3.fr étudier à lyon 3 www.univ-lyon3.fr guide de l offre de formation ÉTuDier à lyon 3 découvrez notre offre de formation détaillée en fin de guide, à l AIde de nos fiches de présentation par diplômes un Cadre

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

ERIC FRECHON. La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé aux fourneaux.

ERIC FRECHON. La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé aux fourneaux. Roméo Balancourt Roméo Balancourt ERIC FRECHON Portrait d un homme Portrait d un Chef La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé

Plus en détail

Penser son projet professionnel dès la fin du master

Penser son projet professionnel dès la fin du master 1 Penser son projet professionnel dès la fin du master Réaliser une thèse c est s engager durant 3 ans dans une recherche afin d apporter une connaissance nouvelle sur un sujet spécifique. Au-delà de l

Plus en détail

Concertation du 11 février au 30 mars 2013. Réunion territoriale 18 février 2013 Neuilly-sur-Marne

Concertation du 11 février au 30 mars 2013. Réunion territoriale 18 février 2013 Neuilly-sur-Marne Concertation du 11 février au 30 mars 2013 Réunion territoriale 18 février 2013 Neuilly-sur-Marne 1 Jacques MAHÉAS Maire de Neuilly-sur-Marne 2 Michel GAILLARD Garant de la concertation 3 Pourquoi une

Plus en détail

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon)

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) 12/06/2013 Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr This document

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Réussir sa collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 MENU // P.3 P.6 INTRODUCTION COLLECTER TOUT AU LONG DE L ANNÉE Étape 1 : Offrir la possibilité de vous soutenir tout au long de

Plus en détail

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015 Dossier de presse Mai 2015 Sommaire 1) Communiqué de presse 2) Présentation de l opération semaine nationale de l apprentissage 3) La formation en apprentissage : une priorité pour les CCI 4) Les développeurs

Plus en détail

Paris dévoile son Plan Vélo 2015-2020

Paris dévoile son Plan Vélo 2015-2020 DOSSIER DE PRESSE Paris dévoile son Plan Vélo 2015-2020 CONTACT PRESSE : NADHERA BELETRECHE / 01.42.76.49.61 / presse@paris.fr 1 Sommaire Edito Christophe Najdovski... 3 Plus de 7.000 contributions des

Plus en détail

UN PARTENARIAT NUMERIQUE ENTRE LA VILLE DE PARIS ET MICROSOFT

UN PARTENARIAT NUMERIQUE ENTRE LA VILLE DE PARIS ET MICROSOFT UN PARTENARIAT NUMERIQUE ENTRE LA VILLE DE PARIS ET MICROSOFT Mardi 29 janvier 2008 Contacts presse : Ville de Paris : Lionel Bordeaux Clarisse Guyonnet ; tel : 01 42 76 49 61 Microsoft : Ghislain Garesse

Plus en détail

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants Avec le concours de Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants N 19269 Vos contacts Ifop : Frédéric Dabi frederic.dabi@ifop.com Beltrande Bakoula beltrande.bakoula@ifop.com

Plus en détail

Dossier de presse. /p.1. Contacts presse Elodie Billard T. 04 26 68 57 38-06 74 35 39 61 billard@sytral.fr

Dossier de presse. /p.1. Contacts presse Elodie Billard T. 04 26 68 57 38-06 74 35 39 61 billard@sytral.fr PROLONGEMENT DE LA LIGNE T2 JUSQU A EUREXPO Dossier de presse /p.1 Contacts presse Elodie Billard T. 04 26 68 57 38-06 74 35 39 61 billard@sytral.fr Roland Sabbagh T. 04 72 84 58 63 sabbagh@sytral.fr Sommaire

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille ÉDITO CRÉER ET REPRENDRE Les derniers chiffres de l Insee l affirment : la France bat des records de création d entreprises et notamment grâce aux EN auto-entrepreneurs. FLANDRE INTÉRIEURE Sur Agglopole

Plus en détail

Galerie de portraits d ORPISTES

Galerie de portraits d ORPISTES Galerie de portraits d ORPISTES Christophe Girard - ORPI Girard Immobilier - Romorantin Lanthenay (41) J ai derrière moi une carrière de boxeur de haut niveau : j ai participé entre autres à trois championnats

Plus en détail

Présentation du Master 2 GÉOPOLITIQUE LOCALE ET GOUVERNANCE TERRITORIALE (AMÉNAGEMENT, CONCERTATION)

Présentation du Master 2 GÉOPOLITIQUE LOCALE ET GOUVERNANCE TERRITORIALE (AMÉNAGEMENT, CONCERTATION) Présentation du Master 2 GÉOPOLITIQUE LOCALE ET GOUVERNANCE TERRITORIALE (AMÉNAGEMENT, CONCERTATION) Depuis 2000, le Master 2 professionnel de l IFG forme des praticiens de la gestion du local à la prise

Plus en détail

LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE

LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE L ouverture européenne et internationale est une dimension forte de l Ile-de-France. Etre tourné vers l Europe, un choix

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Dossier de presse Exemple de crèche réalisée par la société crèche attitude Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Lieu : Ilot M5 - rue d Hozier Marseille (quartier Joliette) - surface 360

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

Règlement de l appel à candidature. Téléchargeable sur le site http://www.iledefrance.fr/appels-a-projets/ Date limite de dépôt : 11 Octobre 2013

Règlement de l appel à candidature. Téléchargeable sur le site http://www.iledefrance.fr/appels-a-projets/ Date limite de dépôt : 11 Octobre 2013 Unité Développement Direction du Développement Economique et de l Innovation Sous-direction de l Innovation et des Partenariats Règlement de l appel à candidature Téléchargeable sur le site http://www.iledefrance.fr/appels-a-projets/

Plus en détail

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE Direction du Développement Économique, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et de l'innovation

Plus en détail

Groupement d employeurs : une solution alternative pour l emploi dans la filière livre

Groupement d employeurs : une solution alternative pour l emploi dans la filière livre Groupement d employeurs : une solution alternative pour l emploi dans la filière livre Rencontre du 30 janvier 2014 Avec Fontaine O Livres, Paris Mix Group Emploi et le MOTif Comment le groupement d employeurs

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Le Conseil Régional de Lorraine

Le Conseil Régional de Lorraine Le Conseil Régional AUX PETITS SOINS Lycéens Apprentis Étudiants Toutes les aides prescrites pour la Rentrée 2013! édito Le Conseil Régional aux petits soins... Une Lorraine qui soigne sa jeunesse Lycéens,

Plus en détail

NOTE. Les points clés du portrait de territoire 2012 de la ZTEF

NOTE. Les points clés du portrait de territoire 2012 de la ZTEF NOTE STRATEGIQUE 2013 2013 ZTEF Bugey Plaine de l Ain Côtière Document validé par le Comité stratégique du X-12-2012 Le comité stratégique de territoire de la ZTEF Bugey Plaine de l Ain Côtière s est engagé

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT INNOVATIONS EXPERTISES PERFORMANCES EXPLOITATION BIEN-ÊTRE PARTENARIATS ECO-CONCEPTION SOLIDARITÉ ÉCOUTE DURABLE

DÉVELOPPEMENT INNOVATIONS EXPERTISES PERFORMANCES EXPLOITATION BIEN-ÊTRE PARTENARIATS ECO-CONCEPTION SOLIDARITÉ ÉCOUTE DURABLE DÉVELOPPEMENT INNOVATIONS EXPERTISES PERFORMANCES EXPLOITATION BIEN-ÊTRE PARTENARIATS ECO-CONCEPTION SOLIDARITÉ ÉCOUTE DURABLE Chers Clients et partenaires, L ambition de Bouygues Energies & Services est

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Le «Grand Paris» www.investinfrance.org. Le «Grand Paris» Paris, une ville monde. 1. Le projet du grand Paris. 2.

Le «Grand Paris» www.investinfrance.org. Le «Grand Paris» Paris, une ville monde. 1. Le projet du grand Paris. 2. Le «Grand Paris» Paris, une ville monde Paris est au cœur de la 1 ère région économique d Europe, avec un PIB de + de 550 Mds ; Paris est la 1 ère ville européenne pour l accueil des quartiers généraux

Plus en détail

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions Le territoire de la Seine-et-Marne 85 km Le plus grand département francilien : 5 915 km² Des infrastructures développées : 4 autoroutes (A4, A5, A6, A104)

Plus en détail

«BOURSES INITIATIVES JEUNES 15-25 ANS»

«BOURSES INITIATIVES JEUNES 15-25 ANS» République Française Ville de Saint-Cloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse «BOURSES INITIATIVES JEUNES 15-25 ANS» Le dispositif «Bourses Initiatives Jeunes» souhaite apporter aux jeunes de Saint-Cloud,

Plus en détail

Actions Jeunes. La Région accompagne les jeunes Midi-Pyrénéens 2012/2013. www.midipyrenees.fr. cartejeune.midipyrenees.fr UNION EUROPÉENNE

Actions Jeunes. La Région accompagne les jeunes Midi-Pyrénéens 2012/2013. www.midipyrenees.fr. cartejeune.midipyrenees.fr UNION EUROPÉENNE Actions Jeunes 2012/2013 cartejeune.midipyrenees.fr La Région accompagne les jeunes Midi-Pyrénéens www.midipyrenees.fr Les actions LA RÉGION MIDI-PYRÉNÉES ACCOMPAGNE LES JEUNES DANS LEUR RÉUSSITE Etre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale.

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale. Le Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration au Lycée Professionnel Camille Claudel à Caen Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat général

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Au Salon Créer, l entrepreneuriat se décline au féminin

Au Salon Créer, l entrepreneuriat se décline au féminin COMMUNIQUÉ DE PRESSE 4 JUILLET 2013 Les 16-17-18 SEPTEMBRE 2013 LILLE GRAND PALAIS Au Salon Créer, l entrepreneuriat se décline au féminin Contact presse RP carrées - Benoit Renart 03 28 52 00 57 06 16

Plus en détail

{Epitech}, depuis 15 ans

{Epitech}, depuis 15 ans {Epitech}, depuis 15 ans L école de l innovation et de l expertise informatique en action Le projet comme méthode d enseignement, l étudiant au cœur de l école Le cursus Epitech se base sur une utilisation

Plus en détail

Y a-t-il un engouement pour l édition, quelles sont les caractéristiques des formations, de l insertion?

Y a-t-il un engouement pour l édition, quelles sont les caractéristiques des formations, de l insertion? LUNDI DE LA SORBONNE 2014/2015 17 novembre 2014 Le secteur de l édition : crise ou mutation? Y a-t-il un engouement pour l édition, quelles sont les caractéristiques des formations, de l insertion? L édition

Plus en détail

Pour un mode de développement citoyen qui tire parti de ses ressources pour créer des emplois et des richesses, tout en les préservant

Pour un mode de développement citoyen qui tire parti de ses ressources pour créer des emplois et des richesses, tout en les préservant CONSEIL DE DEVELOPPEMENT Conseil de Développement durable de l Agglomération boulonnaise durable de l agglomération Boulonnaise Rapport du groupe de travail DEVELOPPEMENT DURABLE Pour un mode de développement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Transport de voyageurs de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Quick recrute et a besoin de vous!

Quick recrute et a besoin de vous! Communiqué de presse Octobre 2011 Quick recrute et a besoin de vous! Quick France recrute actuellement + de 2000 postes dans toute la France. Intégrer Quick, c est un gage de possibilité d évolution de

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN EN SITE PROPRE DU VAL DE SEINE

TRANSPORT EN COMMUN EN SITE PROPRE DU VAL DE SEINE SYNDICAT DES TRANSPORTS D ÎLE-DE-FRANCE TRANSPORT EN COMMUN EN SITE PROPRE DU VAL DE SEINE Projet inscrit pour les études au Contrat de Plan 2000-2006 entre l État et la Région Ile de France Schéma de

Plus en détail

par jour. LIGNES la ligne 15

par jour. LIGNES la ligne 15 LE GRAND PARIS DES TRANSPORTSS Le Grand Paris des transports prévoit la modernisation des transports existants et la réalisation d un nouveau métro automatique. Le Grand Pariss Express, c est : 2000 km

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Expérience du Royaume du Maroc Présentée par M. El Hassane BENMOUSSA, Secrétaire Général du Ministère de la Formation Professionnelle

Expérience du Royaume du Maroc Présentée par M. El Hassane BENMOUSSA, Secrétaire Général du Ministère de la Formation Professionnelle Séminaire organisé par la Banque Européenne d Investissement les 18 et 19 Novembre 2008 sur le thème: Adaptation des compétences aux besoins du marché Expérience du Royaume du Maroc Présentée par M. El

Plus en détail

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris 1 2 Avec des solutions françaises et une expertise mondiale dans le domaine du transport, Thales se positionne comme un acteur clé

Plus en détail

Révélez l actif qui est en vous

Révélez l actif qui est en vous Révélez l actif qui est en vous *Votre service régional > formation > Basse-Normandie Dans un monde du travail qui exige de plus en plus de compétences, la Région Basse-Normandie fait de la formation professionnelle

Plus en détail