THERMODYNAMIQUE SUP. Sommaire. G.P. Thermodynamique Sup 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THERMODYNAMIQUE SUP. Sommaire. G.P. Thermodynamique Sup 2013"

Transcription

1 THERMODYNAMIQUE SUP Sommaire I.Fonctions d'état...3 A.Calcul direct du travail de compression W pour un système gazeux...3 B.Calcul de l'énergie thermique échangée en partant de W...3 C.Utilisation des fonctions d'état...3 D.Exemple : démonstration de QP =Δ H...4 E.Expression des fonctions d'état pour un gaz supposé parfait...4 Énergie interne...4 2Enthalpie...5 3Entropie...5 a.s(t,v)...5 b.s(t,p)...5 c.s(p,v)...5 4Cas particulier : γ = constante...6 a.capacités thermiques...6 b.variation des fonctions d'état...7 c.expression des fonctions d'état à une constante près...8 F.Expression très simplifiée des fonctions d'état pour une phase condensée...9 II.Réversibilité et irréversibilité... A.Création d'entropie et gradient... Irréversibilité à cause des échanges mécaniques... 2Irréversibilité à cause des échanges thermiques... 3Autres...2 B.Création d'entropie et dégradation d'énergie...2 C.Création d'entropie lors de la suppression d'une contrainte...2 Système contraint...2 2Exemples...3 D.Transformation isentropique...3 Loi de Laplace pour un gaz parfait subissant une transformation isentropique...3 2Transformation adiabatique et réversible...3 3Isentropique par compensation...4 a.définition...4 b.exemple en régime stationnaire...4 III.Quelques transformations pour des gaz parfaits...6 A.Compression monotherme...6 Transformation isotherme (réversible)...6 2Transformation monotherme (irréversible)...6 B.Compression adiabatique...7 Transformation adiabatique réversible (isentropique)...7 2Transformation adiabatique irréversible...8 C.Chauffage monobare...9 IV.Machines thermiques...20 A.Les deux cas...20 /27

2 Cycle dans le temps Cycle dans l'espace...20 B.L'énoncé du deuxième principe de Lord Kelvin...20 C.Machines dithermes...2 Moteur thermique...2 2Réfrigérateur Pompe à chaleur...22 V.Changements d'état...24 A.Diagramme d'équilibre des phases (P,T)...24 B.Diagramme de Clapeyron (P,v)...25 Diagramme Vapeur saturante-vapeur sèche Titre massique en vapeur...25 a.définition...25 b.détermination graphique...26 c.autres grandeurs pour un système diphasé...26 C.Enthalpie et entropie de vaporisation...26 Enthalpie de vaporisation ou chaleur latente de vaporisation à T Entropie de vaporisation ou variation d'entropie au cours de la vaporisation à T sous la pression d'équilibre Psat(T)...27 Mis à jour 0/203 2/27

3 I. Fonctions d'état A. Calcul direct du travail de compression W pour un système gazeux Dans les problèmes, on a souvent tendance à calculer le travail de compression par la formule final W = P ext dv. L'erreur classique consiste à traiter P ext comme une constante et le sortir initial systématiquement de l'intégrale. Par exemple, dans une transformation réversible mécaniquement, il ne faut pas de gradient de pression dans le système grad P= 0 ( source de création d'entropie ) et il faut donc éviter toute différence de pression entre extérieur et système P=P ext P =0. Dans ce cas, on fera dans le calcul de l'intégrale: P ext =P. A chaque instant P ext doit s'adapter à la valeur de P et n'est certainement pas, a priori, une constante. Pour intégrer, se demander comment P varie au cours de la transformation. L'uniformisation de la pression se fait toujours beaucoup plus rapidement dans un système que l'uniformisation de la température car le temps de relaxation pour les échanges thermiques est beaucoup plus grand que le temps de relaxation pour les échanges mécaniques. Une transformation isotherme ( échanges de chaleur infiniment lents avec une source pour approcher au mieux la réversibilité thermique pour le système) sera donc, à plus forte raison, proche de la réversibilité mécanique pour le système et donc réversible pour le système. B. Calcul de l'énergie thermique échangée en partant de W Pour trouver Q, on a alors tendance à écrire Q=U W. On ne pense pas souvent à calculer final directement la quantité de chaleur par Q= T ext ds dans le cas où la transformation est initial réversible pour le système. C. Utilisation des fonctions d'état En réalité, le bon réflexe à acquérir est, lorsque c'est possible, d'écrire la grandeur cherchée ( W, Q ) en faisant intervenir la variation d'une fonction d'état. Ne reste plus alors qu'à savoir calculer ce U, S, H, F ( avec F =U T S, énergie libre hors programme ), G. Le calcul est alors facilité puisque une fonction d'état ne dépend que de l'état du système et donc, une variation de fonction d'état ne dépend que de l'état initial et de l'état final, indépendamment de la 3/27

4 façon dont la transformation s'est produite. Par exemple: pour une transformation à volume constant, on aura Q=U pour une transformation adiabatique ( Q=0 ) on aura W =U pour une transformation monobare, on aura Q= H pour une transformation isotherme ( et «donc» réversible) Q=T S D. Exemple : démonstration de Q P =Δ H On considère une transformation monobare. U =W Q (premier principe) Le travail vaut: f W = i avec P ext dv P ext =constante La chaleur reçue vaut donc: Q=U P ext V Q=U f P ext V f U i P ext V i avec P i =P ext et P f =P ext Q=U f P f V f U i P i V i Q= H f H i W = P ext V ( Q P est la variation d'enthalpie H ) Q P = H P E. Expression des fonctions d'état pour un gaz supposé parfait Énergie interne La première loi de Joule indique que l'énergie interne ne dépend que de la température : U =U T. Pour tout autre système elle dépendrait aussi au moins du volume et l'on aurait U =U T,V. 4/27

5 On écrira ici : du =nc vm T dt =m c v T dt 2 Enthalpie La deuxième loi de Joule indique que l'enthalpie ne dépend que de la température : H =H T. Pour tout autre système elle dépendrait aussi au moins de la pression et l'on aurait H =H T, P. On écrira ici : dh =n C pm T dt =m c p T dt 3 Entropie a. S(T,V) En travaillant avec les variables naturelles S,V pour U, on sait que du =T ds P dv. L'identité thermodynamique avec U s'écrit: ds= T du P T dv. On écrira ici : ds T,V =n C vm T dt T n R dv V =m c v T dt T m r dv V b. S(T,P) En travaillant avec les variables naturelles S, P pour H, on sait que du =T ds V dp. L'identité thermodynamique avec H s'écrit: ds = T dh V T dp. On écrira ici : ds T, P =nc pm T dt T n R dp P =mc p T dt T m r dp P c. S(P,V) On peut aussi travailler uniquement avec les variables mécaniques P et V en utilisant l'équation d'état du gaz parfait P V =n RT ln Pln V =ln nrlnt On différencie: dp P dv V = dt T 5/27

6 On avait : ds T, P =nc pm T dt T n R dp P =n C pm T dv V dp P n R dp P On obtient donc: =nc pm T dv V nc pmt R dp P ds T,P =nc pm T dv V nc vm T dp P 4 Cas particulier : γ = constante a. Capacités thermiques On peut introduire le rapport des capacités thermiques T. avec : T = C T pm C vm T = c T p c v T C vm T : capacité thermique molaire à volume constant en J. mol. K C pm T : capacité thermique molaire à pression constante en J.mol. K c v T : capacité thermique massique à volume constant en J. kg. K ou «chaleur» massique à volume constant c p T : capacité thermique massique à pression constante en J. kg. K ou «chaleur» massique à pression constante C v =nc vm T =m c v T : capacité thermique du système à volume constant en J. K C p =n C pm T =mc p T : capacité thermique du système à pression constante en J. K On possède une relation entre ces capacités grâce à l'équation d'état : H =U P V H =U n RT dh =du n R dt n C pm T dt =n C vm T dt n R dt 6/27

7 ce qui donne par mole: C pm T C vm T =R ou par unité de masse: ( M : masse molaire ) c p T c v T =r= R M Pour une gaz parfait monoatomique, T =5/3 indépendant de T, sinon le rapport dépend de T. On fait souvent, dans les épreuves de concours, l'hypothèse que est une constante. On obtient alors : C vm =R et C pm =R c v =r et c p =r b. Variation des fonctions d'état On obtient alors les expressions de la variation des fonctions d'état dans le cadre de cette hypothèse. On suppose ici être toujours en présence d'un gaz parfait. Il n'y a pas par exemple de changement d'état dans le domaine de température envisagé. Variation d'énergie interne du =n R dt ( ou m r à la place de n R ) U =n R T final T initial Variation d'enthalpie dh =n R dt H =n R T final T initial Variation d'entropie 7/27

8 -variables T et V ds T,V =nc vm dt T R dv V S =n R ln T final T initial n R ln V final V initial -variables T et ds T,P =nc pm dt T R dp P P S =n R ln T final T initial n R ln P final P initial -variables P et V dv ds T,P =nc pm V nc dp vm P S =n R ln V final n R V initial ln P final P initial c. Expression des fonctions d'état à une constante près Énergie interne du =n R dt ( ou m r à la place de n R ) U =n R T U 0 Enthalpie ou dh =n R dt H =U PV =U n RT H =n R T U 0 8/27

9 Entropie -variables T et V R ds T,V =n dt T R dv V =n R dt T dv V =n R d ln T V S =n R ln T V S 0 -variables T et ds T,P =n R P dt T R dp P =n R dt T dp P =n R d ln T P S =n R ln T P S ' 0 -variables P et V ds T,P =n R dv V R =n R dv V dp P =n R d ln P V dp P S =n R ln P V S ' ' 0 F. Expression très simplifiée des fonctions d'état pour une phase condensée On étudie le cas d'une phase condensée ( liquide ou solide). 9/27

10 Le volume molaire ( ou massique ) pour une phase condensée est très petit par rapport au volume molaire ( ou massique ) d'un gaz. Il varie peu avec la température ou la pression. Si, dans le cadre d'une approximation assez grossière, on décide de faire V =0 pour une phase condensée, on obtient alors: d H d U =m c dt d S=m c dt T où l'on ne distingue plus c p et c v. 0/27

11 II. Réversibilité et irréversibilité A. Création d'entropie et gradient La création d'entropie est en lien avec l'irréversibilité. Irréversibilité à cause des échanges mécaniques Dans les cas simples envisagés, il peut y avoir irréversibilité à cause des échanges mécaniques ( travail lorsque le volume du système est modifié ). Si la pression dans le système n'est pas homogène au cours de la transformation, il y a création d'entropie, à lier à l'existence d'un gradient de pression: grad P 0 ( cf: mouvements irréversibles des hautes pressions vers les basses pressions ). Si l'échange de volume au cours de la transformation est «lent», parce que à chaque instant la pression extérieure est contrôlée pour rester proche de la pression du système, on se rapprochera d'une transformation mécaniquement réversible. Le temps de relaxation pour l'équilibre mécanique est «petit» et la pression du système s'uniformise assez «rapidement». On peut donc s'approcher «facilement» de la réversibilité mécanique. Si lors de l'échange de volume: la transformation est irréversible. P ext P 0 2 Irréversibilité à cause des échanges thermiques Il y a souvent irréversibilité à cause des échanges thermiques ( «chaleur» lors d'échanges d'entropie ). Si la température dans le système n'est pas homogène au cours de la transformation, il y a création d'entropie, à lier à l'existence d'un gradient de température: grad T 0 ( cf: échanges d'énergie, sous forme de transfert thermique, irréversibles des hautes températures vers les basses températures ). Si les échanges thermiques ( échanges d'entropie ) au cours de la transformation sont «lents», parce que à chaque instant la température extérieure est contrôlée pour rester proche de la température du système, on se rapprochera d'une transformation thermiquement réversible. Le temps de relaxation pour l'équilibre thermique est «grand» et il sera difficile de rendre une /27

12 transformation thermiquement réversible. Si lors de l'échange d'entropie: T ext T 0 la transformation est irréversible. 3 Autres... Il y aura aussi par exemple irréversibilité lors de mélanges ( grad c 0 où c désigne une concentration ). B. Création d'entropie et dégradation d'énergie On peut établir un classement de qualité des énergies. Qualité des énergies énergie-travail énergie-chaleur à T élevée > T ambiant énergie-chaleur à T faible > T ambiant Une transformation se réduisant à une dissipation d'énergie ( l'énergie-travail se retrouve totalement en énergie-chaleur ) ou à une dévalorisation d'énergie ( l'énergie chaleur se retrouve totalement à une température plus basse ) est en lien avec de l'irréversibilité et une création d'entropie. Remarque: L'approche précédente est fort simplificatrice. Le niveau zéro de l'énergie chaleur semble être l'énergie chaleur à la température de l'ambiant. La qualité est parfois étudiée par la théorie de l'«exergie». On peut remarquer à ce propos qu'une source de chaleur conservée à une température inférieure à celle de l'ambiant possède de la valeur donc de l'exergie ( notion hors programme ) C. Création d'entropie lors de la suppression d'une contrainte Système contraint 2/27

13 On étudie uniquement dans cette partie le cas d'un système isolé. Pour un système isolé, le terme d'échange d'entropie avec l'extérieur est donc nul et donc: S système isolé =S échange S créé =S créé 0 Au départ, le système est un système contraint, divisé par exemple en plusieurs compartiments, séparément à l'équilibre. Au fur et à mesure de la suppression des contraintes, il y a augmentation de l'entropie, et l'entropie maximale pour un système isolé correspond à l'équilibre naturel. Le système évolue de façon à uniformiser ses paramètres intensifs :pression, température, potentiel chimique. L'équilibre correspond à une valeur uniforme de ces paramètres. Le second principe est un principe d'uniformisation. 2 Exemples Détente de Joule Gay-Lussac Mélange de deux gaz parfaits Contact thermique entre deux solides de température différente D. Transformation isentropique Loi de Laplace pour un gaz parfait subissant une transformation isentropique L'entropie pour un gaz parfait peut s'écrire en fonction des variables mécaniques: S= n R ln P V S 0 Pour une transformation isentropique, on aura donc: P V =Constante 2 Transformation adiabatique et réversible On considère ici une transformation élémentaire. En vertu du deuxième principe, on a: ds système = S échange S créé Si la transformation est adiabatique, le système n'échange pas d'entropie avec l'extérieur S échange =0 Si la transformation est réversible pour le système S créé =0 On a donc ds système =0 et la transformation est isentropique. 3/27

14 3 Isentropique par compensation a. Définition La transformation est isentropique mais n'est ni adiabatique, ni réversible. Le terme d'échange d'entropie est négatif et compense l'entropie créée. -définitions b. Exemple en régime stationnaire. équilibre thermodynamique: les variables ou grandeurs d'état sont indépendantes du temps et il ne se produit aucun échange avec l'extérieur (pas de termes de flux) régime permanent ou stationnaire: les variables ou grandeurs d'état son indépendantes du temps et il existe des échanges traduits pas des flux indépendants du temps. -exemple d'une tige calorifugée parcourue par un courant thermique T 2 T j Q x x+dx Par exemple les deux thermostats vérifient T 2 T. Les thermostats sont maintenus à ces températures constantes. On suppose le régime stationnaire atteint. On peut définir hx,t : enthalpie massique de la tige en s x,t : entropie massique de la tige en x à l'instant t x à l'instant t En régime stationnaire, ces grandeurs sont en fait indépendantes du temps. Donc notamment sx est indépendante du temps et donc malgré le flux de chaleur, l'entropie en x ne change pas. La tranche élémentaire située en x (section A ) subit une transformation isentropique. Dans la tige : T =T x et j Q = j Q u x = dt dx u x. Premier principe à la tranche dx pendant dt d 2 H = 2 Q reçu 2 Q produit 0= j Q x A j Q xdx A dt0 Deuxième principe à la tranche dx pendant dt x 4/27

15 d 2 S= 2 S reçu 2 S produit 0= j Q x T x A j Q xdx T xdx Adt2 S produit On obtiendrait alors l'entropie produite pour un volume A dx pendant dt, ce qui permettrait d'obtenir le taux de création d'entropie par unité de temps et par unité de volume dans la tige en x. Remarque: on obtiendrait le même type d'étude dans le cadre de l'approximation des régimes quasistationnaires à la tige en l'absence de termes de production dans la tige (c'est à dire le cas où l'on peut faire div j Q = c T t 0 ). C'est le cas où la température varie «lentement» T t 0 ou le cas où la capacité volumique de la tige est «négligeable» c 0. 5/27

16 III. Quelques transformations pour des gaz parfaits A. Compression monotherme Compression monotherme: on envisage pour n moles de gaz parfait ( étant supposé indépendant de T ) une compression monotherme de T 0,P à T 0, P 2 ( P 2 P ). Transformation isotherme (réversible) Cette transformation est infiniment lente puisque les échanges thermiques sont très lents sinon la température du gaz augmente au cours de la compression. U =0 H =0 S = n R ln P 2 / P 2 W =U T 0 S ou W = P dv on obtient W =n RT 0 ln P 2 / P Q=T 0 S ou Q=U W = W on obtient Q= n RT 0 ln P 2 / P 2 S échange =S ou S échange = Q T 0 = Q T 0 on obtient S échange = n R ln P 2 / P S créé =S S échange évidemment (réversible) S créé =0 2 Transformation monotherme (irréversible) On applique dès le départ la pression P 2 puis on attend le retour à la température extérieure T 0. U =0 H =0 S = n R ln P 2 / P 2 W = P 2 dv on obtient W =n RT 0 P 2 / P Q=U W = W on obtient Q= n RT 0 P 2 / P 6/27

17 2 S échange = Q T 0 = Q T 0 on obtient S échange = n R P 2 / P S créé =S S échange on obtient S créé =n R P 2 / P lnp 2 /P B. Compression adiabatique Compression adiabatique: on envisage pour n moles de gaz parfait ( étant supposé indépendant de T ) une compression adiabatique de T, P à P 2 ( P 2 P ). Transformation adiabatique réversible (isentropique) On peut envisager de comprimer suffisamment vite pour que les échanges de chaleur avec l'extérieur n'aient pas la possibilité de se produire (on peut aussi rendre les parois athermanes) mais suffisamment lentement (condition pas trop restrictive) pour que la pression soit homogène dans le gaz. Température finale T 2 T 2 =T P 2 P U =nc v,m T on obtient U =n H =nc p,m T on obtient H =n R S =0 W =U Q=U on obtient W =n : pour une transformation isentropique, on a R [ T P 2 P ] [ T P 2 P ] R [ T P 2 P ] remarque: le calcul direct de W est moins intéressant 2 W = V 2 dv W = C V V P dv avec P=C /V (Loi de Laplace) T =Constante donc P 7/27

18 W = C V 2 V W = C V W = P V V W =n [ V 2 [ P 2 V P R [ T P 2 P ] ] ] Q=0 S échange =0 S créé =0 2 Transformation adiabatique irréversible On applique dès le départ la pression P 2. La transformation est irréversible ( P ext P système au départ ). La transformation est très brusque et donc les échanges de chaleur ne se produisent pas. Température finale T ' 2 : elle est différente de T 2 dans la transformation réversible. On l'obtient par un bilan d'énergie (premier principe). U =W Q donc U =W n R T ' 2 T = P 2 V ' 2 V avec V = n RT et V ' P 2 = n R T ' 2 P 2 on obtient: T ' 2 =T P 2 P U =nc v,m T on obtient U =n R T P 2 P H =nc p,m T on obtient H =n R T P 2 P 8/27

19 S=n R ln T ' 2 n R ln P 2 T P W =U Q=U on obtient U =n Q=0 R[ on obtient S=n ln P 2 P ln P 2 ] P R T P 2 P S échange =0 S créé =S on obtient S créé =n R[ ln P 2 P ln P 2 ] P C. Chauffage monobare On applique dès le départ la pression P 2. La transformation est irréversible ( P ext P système au départ ). La transformation est très brusque et donc les échanges de chaleur ne se produisent pas. On envisage pour n moles de gaz parfait ( étant supposé indépendant de T ) un chauffage monobare, sous la pression extérieure constante P 0, de T, P 0 à T 2, P 0 ( T 2 T ) en mettant directement le gaz en contact avec la source idéale de température T 2 ) Puisque on applique dès le départ la température T 2, la transformation est irréversible ( T ext T système au départ ). U =nc v, m T on obtient U =n R T 2 T H =nc p,m T on obtient H =n R T 2 T S =n R ln T 2 n R ln P 0 on obtient S=n R T P 0 ln T 2 2 W =U Q=U H ou W = Q= H on obtient Q=n R 2 S échange = T 2 T T P 0 dv on obtient W = n R T 2 T Q T 2 = Q T 2 on obtient S échange =n R T T 2 S créé =S S échange on obtient S créé =n R ln T 2 T T T 2 9/27

20 IV. Machines thermiques Dans une machine thermique, le système doit décrire un cycle. A. Les deux cas On peut distinguer deux cas. Cycle dans le temps Le fluide est globalement immobile ( cycle dans le temps ). Le régime de fonctionnement de ce système sans transvasement est périodique dans le temps. Le premier principe pour un cycle s'écrit u=wq=0 ( pour un kg de fluide ). Pour chaque transformation, on écrit: u=wq 2 Cycle dans l'espace Le fluide se déplace dans la machine ( cycle dans l'espace ). La machine fonctionne alors en régime permanent. On doit tenir compte aussi de la décomposition du travail en deux parties w=w tech w tr : le travail technique ( ou utile ou utilisable) w tech et le travail de transvasement w tr =P i v i P f v f. Pour le cycle complet dans l'espace u=wq=w tech q=0 puisque pour le cycle w tr =0. Pour un tronçon, la formule à appliquer est u=w tr w tech q ce qui donne: h=w tech q B. L'énoncé du deuxième principe de Lord Kelvin Un moteur monotherme ne peut fournir du travail. Démonstration: Pour un cycle: U =W Q=0 20/27

21 Pour un cycle: S= Q S T créé =0 source donc puisque S créé 0 on a Q 0 et W 0. Pour un moteur, il faut W 0, ce qui n'est pas le cas ici. C. Machines dithermes Les deux sources sont aux températures T chaud et T froid. Pour un cycle: et: U =0=W Q chaud Q froid S =0= Q chaud T chaud Q froid T froid S créé Moteur thermique On aura : W 0 ( le fluide donne du travail à l'extérieur ) Q chaud 0 et Q froid 0. L'efficacité est définie par: = W Q chaud soit: = Q froid Q chaud On obtient = T froid T chaud T froid Q chaud S créé max = T froid T chaud Remarques: )Le fait que l'on ne puisse transformer toute l'énergie-chaleur en énergie-travail n'a rien de 2/27

22 surprenant. Il faut tenir compte de la «qualité des énergies». Le moteur permettra d'élever une partie de l'énergie-chaleur à une qualité supérieure (énergie-travail) mais au prix de la dévalorisation d'une autre partie de l'énergie-chaleur qui se retrouvera dans la source froide à un niveau de qualité inférieure. 2)Pour un moteur, l'efficacité étant inférieure à, il est coutume de l'appeler rendement. D'une part le mot exact est: «rendement thermodynamique». D'autre part ce mot est mal choisi: que dire d'un moteur réversible dont l'efficacité serait de 40%. Il est (cf fonctionnement réversible) possible de remettre ensuite l'univers dans son état de départ, rien n'a été «gâché». On a seulement respecté les lois de la nature. Le mot rendement peut laisser croire ici à un gâchis de 60%... L'efficacité maximale est (hélas) appelée: «rendement» de CARNOT. 3)On définit en thermo un «vrai» rendement ou rendement exergétique. Par exemple, dans les conditions précédentes un moteur irréversible dont l'efficacité serait de 20% (au lieu des 40% dans l'idéal) aurait un rendement exergétique de 50%. Cette notion n'est pas au programme. 2 Réfrigérateur On aura: Q froid 0 ( le fluide prend de l'énergie thermique à la source froide ) W 0 et Q chaud 0 L'efficacité est définie par: soit: = Q chaud Q froid On obtient = T chaud T froid T chaud Q froid S créé max = = Q froid W T chaud T froid 3 Pompe à chaleur On aura: Q chaud 0 ( le fluide donne de l'énergie thermique à la source chaude ) 22/27

23 W 0 et Q froid 0 L'efficacité est définie par: soit: = Q froid Q chaud On obtient = T froid T chaud T froid Q chaud S créé = Q chaud W max = T froid T chaud 23/27

24 V. Changements d'état A. Diagramme d'équilibre des phases (P,T) DiagrammeP,T pour l ' eau La formule de Clapeyron pour la vaporisation, relative ici à des grandeurs molaires: avec dp * dt dp * dt = vap H m T V m, vapeur V m,liquide désigne la pente dans le diagramme P,T. Pour des grandeurs massiques, on aurait: 24/27

25 h vap dp * dt = T v vapeur v liquide B. Diagramme de Clapeyron (P,v) Diagramme supercritique 2 Vapeur saturante-vapeur sèche -Si la vapeur est en présence de liquide, on dit que la vapeur est à l'état de vapeur saturante P=Psat T (ou vapeur humide) -Sinon, on parle de vapeur sèche PPsat T (ou vapeur surchauffée) 3 Titre massique en vapeur a. Définition On considère un système constitué d une masse m de corps pur diphasé : m=m L m V - m L : masse de corps pur liquide - m V : masse de corps pur gazeuse 25/27

26 Le titre massique en vapeur est défini par : X massique = m V m b. Détermination graphique Le corps pur diphasé est représenté dans le diagramme de Clapeyron par un point M situé sous la courbe de saturation. Plus la fraction massique en vapeur est élevée, plus le point M caractéristique du corps pur est proche du domaine gazeux donc du point G. La règle des moments ou règle des trois points alignés, traduisant la linéarité, donne: Démonstration : V =V V V L m v=m V v V m L v L X massique = LM LG d'où en divisant par m, la relation linéaire (évidente) v=x v V X v L qui donne la relation cherchée: X = v v L = LM v V v L LG Remarque : Dans le cas d'un diagramme molaire et non massique, on part toujours de V =V V V L soit n V m =n V V m,v n L V m, L et en divisant par n, on obtient X molaire = n V n = V V m m, L = LM V m,v V m, L LG c. Autres grandeurs pour un système diphasé Pour les grandeurs extensives, on obtient par linéarité des relations analogues. Pour les grandeurs massiques (enthalpie et entropie) on obtient: h= X h V X h L s= X s V X s L C. Enthalpie et entropie de vaporisation 26/27

27 Enthalpie de vaporisation ou chaleur latente de vaporisation à T Par exemple pour l'unité de masse: h vap =h V h L =l v T 2 Entropie de vaporisation ou variation d'entropie au cours de la vaporisation à T sous la pression d'équilibre P sat (T) Remarque: s vap =s V s L = l v T T Pour un corps pur diphasé à T, on a donc: X = h h L h V h L = h h L l v d'où h=h L X l v X = s s L s V s L = s s L l v T d'où s=s L X l v T 27/27

DIAGRAMMES BINAIRES. Sommaire. G.P. Diagrammes binaires 2013

DIAGRAMMES BINAIRES. Sommaire. G.P. Diagrammes binaires 2013 DIAGRAMMES BINAIRES Sommaire I.Éléments de thermochimie maths spé...2 A.Introduction de la notion d'enthalpie libre...2 B.Évolution d'une même espèce chimique sous deux phases à P et constants...2 C.Expression

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

LES 2 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE

LES 2 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE PSI Brizeux Ch. T1 : Les deux principes de la thermodynamique 1 C H A P I T R E 1 LES 2 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE APPLICATIONS 1. LES FONDEMENTS DE LA THERMODYNAMIQUE 1.1. La variable température

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 Contrôle Continu du 03/11/2010. Durée: 2h00mn Exercice 1 : On suppose que l atmosphère est un gaz réel en équilibre dans le champ de pesanteur. L équation d état de

Plus en détail

Le premier principe de la thermodynamique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb

Le premier principe de la thermodynamique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb Le premier principe de la thermodynamique Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb PLAN 1. Notion de système 2. Réversibilité 3. Travail d'un fluide en dilatation ou en compression 4. Détente

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

CHAPITRE 10 LES GAZ PARFAITS

CHAPITRE 10 LES GAZ PARFAITS 1 CHAPIRE 10 LES GAZ PARFAIS I PROPRIEES HERMODYNAMIQUES DES GAZ PARFAIS 1 Définition Dans un gaz parfait il n'y a aucune interaction entre les molécules. 2 Equation d'état L'équation d'état permet d'écrire

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER PCSI - Physique Lycée Clemenceau PCSI (O.Granier) Etude des machines thermiques PCSI - Physique I Le moteur à explosion à 4 temps (Cycle de eau de Rochas, 86) Simulation java PCSI - Physique PCSI - Physique

Plus en détail

Le modèle du gaz parfait

Le modèle du gaz parfait Table des matières 1 : énergie interne, équation d état 1.1 Hypothèses........................................... 1. Énergie interne d un GPM................................... 1.3 Équation d état du GPM....................................

Plus en détail

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits.

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. 1 er cycle universitaire. BS. C. Haouy, professeur de hysique Appliquée Cours de hermodynamique n 4 : chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. Mise à jour du 21-02-07. Colonne de gauche =

Plus en détail

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Table des matières 1) MISE EN PLACE DU PREMIER PRINCIPE 2 1.1) ENERGIE INTERNE D UN SYSTEME 2 1.2) CADRE DU PROGRAMME 2 1.3) ENONCE DU PREMIER PRINCIPE

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique : l étude des machines

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides

Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides 1 Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides I Premier principe de la thermodynamique pour un système ouvert Certains systèmes échangent avec l extérieur, outre

Plus en détail

Chapitre 7-Changement d état des corps purs. Cas particulier de l équilibre liquide-vapeur Application aux machines diphasées

Chapitre 7-Changement d état des corps purs. Cas particulier de l équilibre liquide-vapeur Application aux machines diphasées Chapitre 7-Changement d état des corps purs. Cas particulier de l équilibre liquide-vapeur Application aux machines diphasées On s intéressera tout particulièrement aux équilibres biphasés en ne mentionnant

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau a- Les trois états de l eau. Quels sont les différents

Plus en détail

Thermodynamique. Chapitre 6. Machines thermiques

Thermodynamique. Chapitre 6. Machines thermiques Thermodynamique Chapitre 6 Machines thermiques I Tout ce que nous pouvons dire sans rien savoir (ou presque) Machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique

Plus en détail

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC)

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC) Objectifs Lahrouni, A. hap 4 Thermo 2 FSSM hapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PA) La connaissance du principe de fonctionnement des machines frigorifiques à compression et l application des

Plus en détail

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs 11 mars 2003 228 9 Certains générateurs de puissance comme la centrale thermique à vapeur opèrent effectivement selon un cycle, c.-à-d. que le fluide actif retourne à son état initial après avoir subi

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015 IUT de Saint Denis Module THERM3 CORRECTION G.I.M. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 015 1 Chambre froide : 1. Les pressions d'évaporation et de condensation sont données par la table

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

PHYSIQUE II A. Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE

PHYSIQUE II A. Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE PHYSIQUE II A Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE (Durée conseillée : 2 heures) PRESENTATION DU SUJET Il était proposé au candidat d effectuer l étude d un système énergétique réel, en l occurrence

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

Thermodynamique et gaz parfaits

Thermodynamique et gaz parfaits Université Paris 7 PCEM 1 Cours de Physique Thermodynamique et gaz parfaits Étienne Parizot (APC Université Paris 7) É. Parizot Physique PCEM 1 ère année page 1 Résumé du cours précédent : travail énergie

Plus en détail

Air humide : corrigé

Air humide : corrigé Air humide : corrigé 1 Prise en mains du diagramme Notations : w = humidité absolue, ψ = humidité relative, P w = pression partielle de vapeur d eau, P s w = pression de saturation de l eau Placer le point

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures ***

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures *** SESSION 003 PCP1006 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures L'utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants Une feuille de papier millimétré devra

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 1 Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 M. Pons CNRS-LIMSI, Rue J. von Neumann, BP133, 91403 Orsay Cedex http://perso.limsi.fr/mpons 1 Organisation Deuxième partie Notions de

Plus en détail

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Gaz parfaits...3 BTS Fluides énergie environnement épreuve de physique 2001...3 BTS Travaux publics 1990...3 BTS Bâtiment 1994...3 BTS Esthétique et Cosmétique

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 Energétique et exergétique de la combustion D après Borel, avrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 1 Notations Nous utilisons les règles de notation suivantes : toute quantité de substance exprimée

Plus en détail

RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE. Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier

RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE. Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier RESUME DIAGRAMME ENTHALPIQUE ET FORMULAIRE Construction du diagramme enthalpique ou de diagramme Mollier Un système frigorifique se définit toujours par rapport à ces températures de fonctionnement. La

Plus en détail

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES Nous avons souligné au chapitre II, ainsi qu au chapitre III, que pour les écoulements à grande vitesse le modèle continu ne permettait pas de décrire la totalité des

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Les machines thermiques

Les machines thermiques Les machines thermiques II. Les machines thermiques Une machine thermique permet une conversion d'énergie. Pour fonctionner en régime permanent, elles effectuent des cycles. Très souvent, un fluide est

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

Description des systèmes thermodynamiques

Description des systèmes thermodynamiques Chapitre 1 Description des systèmes thermodynamiques Sommaire 1.1 Hypothèses fondamentales de la thermodynamique............ 27 1.2 Grandeurs thermodynamiques......................... 29 1.3 Equilibre

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

LA THERMODYNAMIQUE. La thermodynamique est l étude de l énergie thermique, son transfert, sa transformation, sa dégradation et sa dispersion.

LA THERMODYNAMIQUE. La thermodynamique est l étude de l énergie thermique, son transfert, sa transformation, sa dégradation et sa dispersion. LA THERMODYNAMIQUE La thermodynamique est l étude de l énergie thermique, son transfert, sa transformation, sa dégradation et sa dispersion. La thermodynamique étudie le comportement thermique de la matière.

Plus en détail

Thermodynamique. I. Gaz parfaits monoatomiques, fluides réels et phases condensées. Homogénéité <=> T 1 = T 2 P 1 = P 2 ρ 1 = ρ 2

Thermodynamique. I. Gaz parfaits monoatomiques, fluides réels et phases condensées. Homogénéité <=> T 1 = T 2 P 1 = P 2 ρ 1 = ρ 2 Thermodynamique I. Gaz parfaits monoatomiques, fluides réels et phases condensées Définition du gaz parfait Gaz parfait : Système gazeux dans lequel on peut négliger les forces attractives entre les constituants

Plus en détail

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Thermodynamique 4 Machines thermiques Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Simulation gtulloue // cycles moteur A savoir - Définir une machine thermique - Bilan énergétiques et entropiques

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

Thermodynamique : les fondamentaux

Thermodynamique : les fondamentaux Thermodynamique : les fondamentaux Extrait du programme Thermodynamique : fondamentaux Notions et contenus Capacités exigibles Énergie interne U d un système Vocabulaire et définitions : système, état

Plus en détail

PRESENTATION PEDAGOGIQUE ALLEGEE DES POMPES A CHALEUR

PRESENTATION PEDAGOGIQUE ALLEGEE DES POMPES A CHALEUR PRESENTATION PEDAGOGIQUE ALLEGEE DES POMPES A CHALEUR L objectif de cette note est d introduire les notions essentielles qu il importe de bien présenter aux élèves pour qu ils puissent comprendre et étudier

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES A 2005 PHYS. I ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

MÉCANIQUE DES FLUIDES

MÉCANIQUE DES FLUIDES spé y 2003-2004 DS n 3 rapport MÉCANIQUE DES FLUIDES Rapport du jury CENTRALE 2002 Partie I. Caractérisation d un écoulement I A Ordres de grandeurs I A 1 - Parfois confusion

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

ELEMENTS DE THERMODYNAMIQUE ET THERMIQUE. I - Thermodynamique

ELEMENTS DE THERMODYNAMIQUE ET THERMIQUE. I - Thermodynamique Université Pierre et Marie Curie Année 2008/2009 Licence de Mécanique - L2 ELEMENTS DE THERMODYNAMIQUE ET THERMIQUE I - Thermodynamique Frédéric Doumenc Version 2.4 Université Paris VI Licence de mécanique

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Thermochimie - TD 2 Corrigé

Thermochimie - TD 2 Corrigé Thermochimie - TD Corrigé Licence 1 «Groupes Concours & Polytech» - 007 / 008 Exercice 1 : combustion La combustion dans une bombe calorimétrique (volume constant) d une pastille de 3,76 g d acide benzoïque

Plus en détail

Chapitre 3 Bilans d énergie : le premier principe de lathermodynamique

Chapitre 3 Bilans d énergie : le premier principe de lathermodynamique Chapitre 3 Bilans d énergie : le premier principe de lathermodynamique 29 3.1. Les di érentes formes d énergie; la notion d énergie interne 3.1.1. Les énergies 3.1.1.1. Exemple 1 ressort air masse enceinte

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

Avant-propos. Les auteurs. Partie I Signaux physiques 1

Avant-propos. Les auteurs. Partie I Signaux physiques 1 Avant-propos v Les auteurs vii Partie I Signaux physiques 1 1 Oscillateur harmonique 3 I Introduction, définitions.......................... 3 I.1 Exemple............................... 3 I.2 Caractérisation

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. Pr.

COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. Pr. COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Pr. Aziz OUADOUD Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Définitions générales.......................

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

MECA 1855 Thermodynamique et Énergétique Exercice supplémentaire n o 2

MECA 1855 Thermodynamique et Énergétique Exercice supplémentaire n o 2 MECA 855 Thermodynamique et Énergétique Exercice supplémentaire n o 2 Geoffrey COOMANS geoffrey.coomans@student.uclouvain.be 5 janvier 200 Première partie. Composition du combustible On connaît les concentrations

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

Table des matières. Equilibres de phases dans le cas des mélanges binaires. S.Boukaddid Equilibres binaires MP2

Table des matières. Equilibres de phases dans le cas des mélanges binaires. S.Boukaddid Equilibres binaires MP2 Equilibres de phases dans le cas des mélanges binaires able des matières 1 Mélange binaire-héorème des moments chimiques 2 1.1 Définitions....................................... 2 1.2 ariance........................................

Plus en détail

MAPR 1310a Thermodynamique : équilibre entre phases Réponse aux questions Tuyaux Exercices. Damien Janssens damien.janssens@student.uclouvain.

MAPR 1310a Thermodynamique : équilibre entre phases Réponse aux questions Tuyaux Exercices. Damien Janssens damien.janssens@student.uclouvain. MAPR 1310a Thermodynamique : équilibre entre phases Réponse aux questions Tuyaux Exercices Damien Janssens damien.janssens@student.uclouvain.be 21 avril 2010 Table des matières 1 Interprétation physique

Plus en détail

Problème de l'agrégation de chimie 1976

Problème de l'agrégation de chimie 1976 Problème de l'agrégation de chimie 1976 COMPOSITION DE CHIMIE (Durée : 6 heures) Cette épreuve comporte deux parties. La première étudie le modèle des solutions strictement régulières qui permet l'évaluation

Plus en détail

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1.

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1. CHALEUR, TRAVAIL & ENERGIE INTERNE DES GAZ PARFAITS LES 4 TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUES DE BASE EQUATION CARACTERISTIQUE DES GAZ PARFAITS GAZ PARFAITS L'état d'un gaz parfait est décrit par ses trois

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit. 135 Epreuve de Physique B - Thermodynamique Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il

Plus en détail

UE 3 LIQUIDE, GAZ ET SOLUTIONS ETAT DE LA MATIÈRE ET LEUR CARACTÉRISATION THÈME : CHAPITRE 1

UE 3 LIQUIDE, GAZ ET SOLUTIONS ETAT DE LA MATIÈRE ET LEUR CARACTÉRISATION THÈME : CHAPITRE 1 UE 3 THÈME : ETAT DE LA MATIÈRE ET LEUR CARACTÉRISATION CHAPITRE 1 LIQUIDE, GAZ ET SOLUTIONS SOMMAIRE I NIVEAU D ORGANISATION DE LA MATIERE II LES GAZ PARFAITS III LES GAZ REELS I NIVEAU D ORGANISATION

Plus en détail

PAC. principe général

PAC. principe général POMPE à CHALEUR 1 2 3 4 PAC principe général 5 Circuit de captage Q f T f < évaporateur le fluide frigorigène se réchauffe Liquide haute pression T 4 T c < < < Vapeur basse pression Détendeur

Plus en détail

Exercices : THERMODYNAMIQUE

Exercices : THERMODYNAMIQUE Révision de ère année Exercices : THERMODYNAMIQUE Les deux principes de la thermodynamique TH08: détente d' un gaz parfait a) Donner l'expression de l'énergie interne U pour une mole de gaz parfait en

Plus en détail

A.I.2. Application : transformation isotherme d'un gaz parfait

A.I.2. Application : transformation isotherme d'un gaz parfait Ce problème se propose d'explorer le thème du transfert thermique, dans différents domaines de la physique et à travers des applications pratiques et technologiques variées : ainsi seront étudiés tour

Plus en détail

Annexe 2 PROGRAMMES DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE DES CLASSES DE PREMIÈRE ANNÉE

Annexe 2 PROGRAMMES DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE DES CLASSES DE PREMIÈRE ANNÉE 1114 LeB.O. Annexe 2 PROGRAMMES DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE I - PHYSIQUE Objectifs de formation Les classes préparatoires BCPST constituent la première étape d'une formation d'ingénieurs appliquée à des domaines

Plus en détail

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1 Sommaire Remerciements................................. iii Introduction..................................... 1 Chapitre 1 : Concepts et outils de base 1. Introduction..................................................

Plus en détail

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique Enseignement secondaire Classe de IIIe Physique 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 2.5 Nombre minimal de devoirs: 1 de voir par trimestre Langue véhiculaire: Français I. Objectifs et compétences:

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES Cette note complète la présentation pédagogique allégée de la pompe à chaleur, en traitant du cas où le fluide thermodynamique est un mélange de vapeurs. C est notamment

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 2016 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E3 SCIENCES PHYSIQUES U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

Production d énergie électrique par centrales thermiques

Production d énergie électrique par centrales thermiques Production d énergie électrique par centrales thermiques par André LALLEMAND Ingénieur, docteur-ès-sciences Professeur des universités à l Institut national des sciences appliquées de Lyon. hermodynamique

Plus en détail

Un modèle simple de formation d étoiles

Un modèle simple de formation d étoiles Un modèle simple de formation d étoiles [Exercice classique] Un modèle simple d étoile consiste à supposer que celle-ci est constituée d une masse M d atomes d hydrogène, adoptant une configuration sphérique

Plus en détail

15 Notions sur les turbomachines

15 Notions sur les turbomachines 16 avril 2004 429 15 Au cours des chapitres précédents, on a maintes fois considéré des machines au sein desquelles s opérait un échange de travail avec le milieu extérieur (compresseurs, turbines). Parmi

Plus en détail

Gaz et Fluides. Équilibre thermodynamique : 3 conditions sont nécessaires pour qu un système soit à l équilibre thermodynamique

Gaz et Fluides. Équilibre thermodynamique : 3 conditions sont nécessaires pour qu un système soit à l équilibre thermodynamique Gaz et Fluides 1 Généralités sur les systèmes thermodynamiques 1.1 Desription d un système Système thermodynamique : est un système omportant un grand nombre de partiules. Il est fermé s il n éhange pas

Plus en détail