Auteur Robert Ste-Marie. Collaborateurs Louise Lamoureux Lynn Villeneuve Liliane Foisy Caroline Latour Nancy Lefebvre. Coordination Johanne Fournier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Auteur Robert Ste-Marie. Collaborateurs Louise Lamoureux Lynn Villeneuve Liliane Foisy Caroline Latour Nancy Lefebvre. Coordination Johanne Fournier"

Transcription

1 Analyse de la performance des services de soutien à domicile auprès de la clientèle en perte d autonomie liée au vieillissement en Montérégie : Évolution de l offre de services de à Rapport local CSSS du Septembre 2011

2 Une publication du secteur Appréciation de la performance Direction de la gestion de l information et des connaissances Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie Auteur Robert Ste-Marie Collaborateurs Louise Lamoureux Lynn Villeneuve Liliane Foisy Caroline Latour Nancy Lefebvre Coordination Johanne Fournier Secrétariat et mise en pages Anne-Marie Delorme Ce document est disponible en version électronique, dans la section Thématiques, à l adresse suivante : Reproduction ou téléchargement autorisé pour une utilisation personnelle ou publique à des fins non commerciales, à condition d en mentionner la source : STE-MARIE, Robert, et collab. Analyse de la performance des services de soutien à domicile auprès de la clientèle en perte d autonomie liée au vieillissement en Montérégie : Évolution de l offre de services de à : Rapport local du CSSS du, Longueuil, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, 2011, 17 p.

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 5 SECTION 1 : RÉSULTATS DU CSSS DU SUROÎT... 6 SECTION 2 : POSITIONNEMENT RELATIF DU CSSS DU SUROÎT EN ET EN SECTION 3 : BUDGETS DE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION DE L OFFRE DE SERVICES SECTION 4 : INDICATEURS VENTILÉS PAR CENTRE D ACTIVITÉS ANNEXE I : UNIVERS DU SAD-PALV NOTE AU LECTEUR : Pour des explications plus détaillées sur la méthodologie utilisée et une meilleure compréhension des indicateurs, tableaux et graphiques de ce Rapport local, la lecture du Rapport régional et du Cahier technique est recommandée. DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 3

4

5 Introduction INTRODUCTION La présente analyse compare l évolution de l offre de services en soutien à domicile (SAD) auprès des personnes en perte d autonomie liée au vieillissement (PALV) en Montérégie entre et Cette analyse fait partie des thématiques retenues dans le chantier PALV dont les travaux ont été entrepris à l automne 2009 par l Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie en collaboration avec le réseau clinicoadministratif Personnes âgées. L objectif de ce chantier est d offrir aux gestionnaires et cliniciens une analyse structurée de la performance dans leurs champs d intervention du continuum PALV et des outils d aide à la décision. L analyse s articule autour de 4 dimensions : l accessibilité (A), la productivité/efficacité (PE), l intégration/continuité (IC) et les ressources humaines (RH). Les 3 premières dimensions reprennent essentiellement les objectifs définis par le ministère de la Santé et des Services sociaux dans le guide d élaboration des projets cliniques en De façon plus précise, la dimension accessibilité regroupe des indicateurs relatifs au niveau des ressources disponibles, à l intensité des services et aux clientèles rejointes. La dimension productivité/efficacité englobe plusieurs volets, dont la pertinence, l efficacité ainsi que la productivité des services offerts. La dimension intégration/continuité s appuie quant à elle sur des indicateurs qui permettent d apprécier la continuité de services auprès de la personne ainsi que la coordination des services entre les dispensateurs. Enfin, la dimension ressources humaines regroupe des indicateurs relatifs à la disponibilité et la rétention des ressources humaines ainsi que l utilisation novatrice de celles-ci. Pour mesurer ces 4 dimensions, une trousse de 23 indicateurs a été constituée : Dimensions Indicateurs Accessibilité 7 Productivité/efficacité 5 Intégration/continuité 6 Ressources humaines 5 Pour les besoins de l analyse, l univers des services retenus est celui composé des services de SAD offerts par la mission CLSC des centres de santé et de services sociaux (CSSS) ainsi que des activités de centre de jour. Cet univers représentait près de 80 % des dépenses liées aux services de soutien dans la communauté pour les personnes en perte d autonomie en (l univers des services SAD est présenté en deux tableaux à l annexe I). Le présent Rapport local porte sur les résultats du CSSS du. Un Rapport régional et un Cahier technique (dont la lecture préalable est recommandée) sont également disponibles. DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 5

6 Section 1 : Résultats du CSSS du SECTION 1 : RÉSULTATS DU CSSS DU SUROÎT Le CSSS du améliore ses résultats dans 3 des 4 dimensions entre et Seule la dimension productivité/efficacité enregistre une baisse de près de 12 %. Pour les dimensions accessibilité, productivité/efficacité et intégration/continuité, la tendance observée est similaire à celle de la Montérégie, quoique plus prononcée. Par exemple, en accessibilité, l amélioration des résultats du CSSS est 2 fois plus marquée que pour la région (15,4 % comparativement à 8,4 %) alors qu en productivité/efficacité, le recul est 4 fois plus important pour le CSSS que pour la région ( 11,5 % comparativement à 2,9 %). Contrairement à la région, où la situation est restée inchangée pour la dimension ressources humaines, on constate une amélioration de près de 20 % pour le CSSS du. La diminution du pourcentage des heures travaillées par la maind'œuvre indépendante (RH 1 = 17 %) et celle du taux de départ du personnel embauché en cours d année (RH 3 = 100 %) combinées à l augmentation des effectifs en SAD (RH 4 = 24,2 %) expliquent l amélioration des résultats pour cette dimension. Une diminution importante des résultats est observée dans la dimension productivité/efficacité. La proportion des heures travaillées en présence des usagers (PE 3 = 13,4 %) de même qu un indicateur de qualité, la proportion des usagers PALV évalués avec l OEMC (PE 6 = 53,5 %), l expliquent. Pour la dimension intégration/continuité, on observe une amélioration des résultats conditionnés par une croissance du nombre d usagers bénéficiant de continuité multiservices (IC 1 = 101,4 %) et celle de la proportion des usagers en centre de jour vus par les services de soutien à domicile (IC 5 = 58,0 %). Les prochains tableaux et figures présentent les résultats du CSSS du pour chacun des indicateurs et les 4 dimensions, comparant les résultats du CSSS aux deux périodes de référence ou avec ceux de la Montérégie. Pour la dimension accessibilité, la progression des dépenses en soutien à domicile pour la clientèle PALV (A 1 = 70,3 %) et celle de la proportion des usagers PALV dans la clientèle soutien à domicile (A 3 = 36,4 %) sont principalement responsables de l évolution positive. 6 DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES

7 Section 1 : Résultats du CSSS du Tableau 1 Résultats par indicateur et par dimension, CSSS du, et Codes Indicateurs Évolution Évolution Codes Indicateurs Évolution Évolution ACCESSIBILITÉ 15,4 % + 8,4 % + A-1 A-2 A-3 A-4 A-5 A-6* A-7 Dépenses per capita en soutien à domicile pour la clientèle PALV Taux de nouveaux usagers PALV en soutien à domicile durant l'année par rapport à la population de 65 ans et + Proportion des usagers PALV dans la clientèle soutien à domicile Taux d'usagers PALV en soutien à domicile par rapport à la population de 65 ans et + Taux de nouveaux usagers de 65 ans et + en centre de jour durant l'année par rapport à la population de 65 ans et + Nombre d'interventions par ETC par jour auprès des usagers PALV Proportion des usagers PALV âgés de 75 ans et + dans le soutien à domicile *Indicateurs qui sont ventilés par centres d activités (c/a). Note : Lorsque la donnée brute de est «0», la valeur de 0,01 lui a été attribuée pour pouvoir mathématiquement calculer l'écart. Indicateur à interprétation négative 201,08 $ 342,48 $ 70,3 % ,27 $ 318,57 $ 24,3 % + 8,1 % 8,6 % 5,8 % + 6,8 % 6,9 % 0,8 % = 41,0 % 55,9 % 36,4 % ++ 45,4 % 52,0 % 14,7 % + 14,7 % 18,8 % 27,6 % + 13,0 % 14,0 % 7,5 % + 1,2 % 0,8 % -37,0 % -- 0,7 % 0,7 % -8,4 % - 2,6 2,9 13,5 % + 2,0 2,2 8,6 % + 73,7 % 79,5 % 7,8 % + 75,5 % 80,2 % 6,3 % + PRODUCTIVITÉ/EFFICACITÉ -11,5 % - -2,9 % - PE-1* PE-2* PE-3* PE-4 PE-6 Durée moyenne d'intervention à domicile auprès des usagers PALV Nombre moyen d interventions en soutien à domicile reçues par les usagers PALV qui bénéficient de la continuité de services Proportion des heures travaillées en présence des usagers PALV Proportion de la clientèle admise en hébergement longue durée provenant du domicile avec services du CLSC Proportion des usagers PALV ayant été évalués avec l'oemc 0,8 0,7-15,8 % - 0,8 0,7-13,8 % - 41,7 43,3 3,7 % + 41,0 42,9 4,7 % + 45,5 % 39,4 % -13,4 % - 38,8 % 36,3 % -6,6 % - 49,2 % 55,3 % 12,3 % + 47,8 % 55,6 % 16,2 % + 66,5 % 30,9 % -53,5 % -- 44,6 % 32,7 % -26,7 % - INTÉGRATION/CONTINUITÉ 22,7 % + 16,2 % + IC-1 Usagers bénéficiant de continuité multiservices dans un seul établissement 21,6 % 43,5 % 101,4 % ++ 38,4 % 53,0 % 37,9 % ++ IC-2 Taux de déploiement du RSIPA 53,4 % 62,7 % 17,3 % + 40,2 % 55,1 % 37,0 % ++ IC-3* IC-4* IC-5 IC-6 Proportion des usagers PALV ayant reçu de la continuité de services en soutien à domicile Proportion des demandes formelles de services pour la clientèle PALV provenant des cabinets ou des centres hospitaliers Proportion des usagers de 65 ans et + en centre de jour vus par les services de soutien à domicile Proportion des usagers en centre de jour ayant un plan d'intervention 51,2 % 54,6 % 6,5 % + 48,6 % 48,8 % 0,3 % = 47,4 % 56,3 % 18,7 % + 56,8 % 68,4 % 20,3 % + 17,4 % 27,5 % 58,0 % ++ 30,5 % 30,6 % 0,6 % = 71,3 % 63,6 % -10,8 % - 43,7 % 38,2 % -12,5 % - RESSOURCES HUMAINES 19,1 % + 0,0 % = RH-1* Pourcentage des heures travaillées par la maind œuvre indépendante en soutien à domicile 4,7 % 3,9 % -17,0 % + 5,2 % 4,9 % -6,2 % + RH-2 Taux des effectifs en centre de jour 7,5 4,5-39,7 % -- 5,6 4,4-21,9 % - RH-3 Taux de départ du personnel embauché en cours d année en soutien à domicile 16,7 % 0,0 % -100,0 % ++ 19,6 % 13,2 % -32,8 % ++ RH-4* Taux du personnel en soutien à domicile 6,4 8,0 24,2 % + 7,1 7,1-1,0 % = RH-5 Proportion des interventions en soins infirmiers à domicile réalisées par une seule catégorie d'intervenants 82,2 % 83,9 % 2,0 % = 73,1 % 65,0 % -11,1 % + DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 7

8 Section 1 : Résultats du CSSS du Tableau 2 Résultats (ratios) selon la dimension, CSSS du, et Figure 2 Résultats (ratios) selon la dimension, CSSS du, et Accessibilité Productivité/ efficacité Intégration/ continuité Ressources humaines ,05 1,00 0,81 0, ,91 1,13 0,66 0,68 Accessibilité 1,05 0,91 Figure 1 Évolution des résultats (ratios) pour les 4 dimensions, CSSS du, à Ressources humaines 0,81 0,68 Productivité/ 1,00 efficacité 1,13 Accessibilité 8,4 % 15,4 % Productivité/ efficacité Intégration/ continuité -11,5 % -2,9 % 16,2 % 22,7 % 0,66 0,81 Intégration/ continuité Ressources humaines 0,0 % 19,1 % -15 % -10 % -5 % 0 % 5 % 10 % 15 % 20 % 25 % 8 DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES

9 Section 1 : Résultats du CSSS du Figure 3 Évolution des résultats par indicateur, CSSS du, à A-1) Dépenses per capita SAD A-2) Taux nouveaux usagers SAD A-3) Proportion usagers SAD A-4) Taux d'usagers SAD -37,0 % A-5) Taux nouveaux usagers C.J. A-6) Nombre d'interventions/etc/jour A-7) Proportion usagers PALV 75 ans et + SAD PE-1) Durée moyenne intervention PE-2) Nombre moyen interventions (continuité) PE-3) Proportion heures présence PE-4) Clientèle hébergé avec services SAD PE-6) Proportion usagers PALV évalués avec l'oemc IC-1) Usagers continuité multiservices IC-2) Taux déploiement RSIPA IC-3) Usagers continuité service SAD IC-4) Demandes formelles cabinets et CH -53,5 % -26,7 % -8,4 % -15,8 % -13,8 % -13,4 % -6,6 % IC-5) Usagers vus C.J. et SAD IC-6) Proportion usagers C.J. avec plan d'intervention -10,8 % -12,5 % -17,0 % RH-1) % main-d'œuvre indépendante -6,2 % -39,7 % RH-2) Effectifs C.J. -21,9 % -100,0 % RH-3) Départ personnel SAD -32,8 % RH-4) Effectifs SAD -1,0 % RH-5) Proportion des interventions SAD/1 catégorie d'intervenants -11,1 % 70,3 % 24,3 % 5,8 % 0,8 % 36,4 % 14,7 % 27,6 % 7,5 % 13,5 % 8,6 % 7,8 % 6,3 % 3,7 % 4,7 % 12,3 % 16,2 % 101,4 % 37,9 % 17,3 % 37,0 % 6,5 % 0,3 % 18,7 % 20,3 % 58,0 % 0,6 % 24,2 % 2,0 % -50 % 0 % 50 % Indicateur à interprétation négative DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 9

10 Section 2 : Positionnement relatif du CSSS du en et en SECTION 2 : POSITIONNEMENT RELATIF DU CSSS DU SUROÎT EN ET EN Le CSSS du maintient son positionnement pour les deux périodes aux dimensions accessibilité et ressources humaines. Toutefois, en productivité/efficacité, sa position se détériore, passant du quartile supérieur aux quartiles moyens. Enfin, en intégration/continuité, le CSSS améliore son positionnement relatif (du quartile inférieur aux quartiles moyens). Cette section s intéresse au positionnement relatif du CSSS dans les 4 dimensions pour chaque période de référence. L intérêt ici est de vérifier si la place qu occupait le CSSS du en parmi les autres CSSS est identique à celle qu il occupe en Son positionnement relatif s est-il amélioré ou détérioré? Tableau 3 SUROÎT Année Évolution du positionnement relatif pour les 4 dimensions, CSSS du, à Accessibilité Productivité/ efficacité Intégration/ continuité Ressources humaines Quartile et et 3 2 et 3 2 et 3 Évolution Maintien Détérioration Amélioration Maintien L échelle par quartile (1 à 4) est la mesure utilisée pour définir la place occupée par le CSSS. Ainsi, un CSSS dont le ratio obtenu à une dimension et pour une année se retrouve parmi des résultats les plus faibles, constituant 25 % de tous les résultats, fera partie du quartile 1 (quartile inférieur = résultats faibles). Si, à l inverse, son résultat se situe dans le groupe des résultats les plus élevés, constituant lui aussi 25 % de tous les résultats, le CSSS est alors compris dans le quartile 4 (quartile supérieur = résultats élevés). Entre les deux bornes, le CSSS présente des résultats moyens (quartiles 2 et 3). 10 DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES

11 Section 3 : Budgets de développement et évolution de l offre de services SECTION 3 : BUDGETS DE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION DE L OFFRE DE SERVICES Depuis , le CSSS du a reçu $ en budget de développement pour le SAD PALV, soit 8,5 % des budgets de développement accordés à tous les CSSS. l offre de services : le nombre d usagers, le nombre d interventions et les heures travaillées. En principe, on peut s attendre à ce que la variation observée dans l offre de service soit similaire à celle de l accroissement budgétaire. L accroissement budgétaire (budgets de développement par rapport aux dépenses de ) pour la période est de beaucoup supérieur à la moyenne montérégienne (53,9 % comparativement à 29,1 %). Cet accroissement s est répercuté de façon importante dans l augmentation du nombre d interventions (58,5 %) et des heures travaillées (51,1 %) et à un degré moindre dans l augmentation du nombre d usagers (43,5 %). Le CSSS du présente un ratio Volume de services/budget obtenu de 1,09 pour les interventions auprès de la clientèle et de 0,95 pour les heures travaillées. Par contre, le ratio de 0,81 pour le nombre d usagers indique que l évolution observée pour cette variable est inférieure à l accroissement budgétaire. L accroissement budgétaire a donc davantage augmenté en interventions et heures travaillées. Tableau 4 Budget de développement pour le soutien à domicile PALV, CSSS du, à Années financières Budget de développement % du budget total Montérégie $ 4,3 % $ 9,9 % $ 12,8 % $ 1,8 % $ 0,0 % TOTAL $ 8,5 % Depuis en Montérégie, les budgets de développement alloués aux services de SAD pour la clientèle des personnes en perte d autonomie ont totalisé plus de $. Est-ce que l augmentation des ressources financières a eu un impact réel sur l évolution de l offre de services? À quel niveau cet impact a-t-il été le plus significatif? La présente section met en relation l accroissement budgétaire octroyé aux services de SAD entre et avec trois éléments de DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 11

12 Section 3 : Budgets de développement et évolution de l offre de services Tableau 5 Accroissement budgétaire et évolution de l offre de services en SAD-PALV, CSSS du, à CSSS Budget Usagers SAD-PALV Interventions SAD-PALV Heures travaillées SAD-PALV 53,9 % 43,5 % 58,5 % 51,1 % 29,1 % 27,8 % 27,9 % 18,0 % Note : L accroissement budgétaire est calculé à partir des dépenses de référence SAD-PALV pour l année auxquelles le budget de développement a été ajouté. Le tableau suivant présente le ratio Volume de services/budget obtenu pour le CSSS du. La valeur obtenue correspond au rapport entre l augmentation des volumes de services et l augmentation budgétaire. Tableau 6 Ratio Volume de service/budget, CSSS du, à CSSS Usagers SAD-PALV Ratio Volume de services/budget Interventions SAD-PALV Heures travaillées SAD-PALV 0,81 1,09 0,95 0,96 0,96 0,62 12 DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES

13 Section 4 : Indicateurs ventilés par centre d activités SECTION 4 : INDICATEURS VENTILÉS PAR CENTRE D ACTIVITÉS La présente section présente 9 indicateurs dont les résultats globaux, tous les c/a confondus, ont été utilisés dans l analyse précédente. Ces indicateurs sont ici repris avec leurs résultats ventilés par c/a. Cette information permet d enrichir l interprétation des résultats. Tableau 8 Durée moyenne d intervention à domicile auprès des usagers PALV (PE-1), CSSS du, et Tableau 7 Nombre d interventions par ETC par jour auprès des usagers PALV (A-6), CSSS du, et Rang occupé par le CSSS Centres d'activités Soins infirmiers à domicile 2,49 2,64 1,89 2, Inhalothérapie à domicile 2,98 3,85 1,65 1, Aide à domicile 3,91 4,10 2,87 2, Services psychosociaux à domicile 1,04 2,18 1,50 1, Nutrition à domicile NA 1,46 1,02 1,16 NA Ergothérapie à domicile 1,21 1,40 0,90 0, Physiothérapie à domicile 1,45 0,86 1,06 0, Tous les centres d'activités 2,58 2,93 2,03 2, Rang occupé par le CSSS Centres d'activités Soins infirmiers à domicile 0,42 0,45 0,44 0, Inhalothérapie à domicile 0,94 0,74 0,88 0, Aide à domicile 1,06 0,81 1,03 0, Services psychosociaux à domicile 1,16 1,02 1,14 1, Nutrition à domicile 0,00 1,24 1,04 0, Ergothérapie à domicile 0,99 0,85 1,07 0, Physiothérapie à domicile 0,80 0,73 0,86 0, Tous les centres d'activités 0,79 0,66 0,84 0, Tableau 9 Nombre moyen d interventions en soutien à domicile reçues par les usagers PALV qui bénéficient de la continuité de services (PE-2), CSSS du, et Centres d'activités Rang occupé par le CSSS Soins infirmiers à domicile 24,27 22,08 19,78 22, Inhalothérapie à domicile 10,44 15,83 12,25 13, Aide à domicile 71,15 98,53 68,07 71, Services psychosociaux à domicile 6,57 14,16 8,80 16, Nutrition à domicile NA 7,91 6,37 8,83 NA Ergothérapie et physiothérapie à domicile 14,96 12,72 11,09 11, Tous les centres d'activités 41,74 43,28 40,98 42, Note : En , le c/a 7160 Ergothérapie et physiothérapie à domicile est la somme des c/a 7161 et DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 13

14 Section 4 : Indicateurs ventilés par centre d activités Tableau 10 Proportion des heures travaillées en présence des usagers PALV (PE-3), CSSS du, et Tableau 12 Proportion des demandes formelles de services pour la clientèle PALV provenant des cabinets ou des centres hospitaliers (IC-4), CSSS du, et Rang occupé par le CSSS Centres d'activités Soins infirmiers à domicile 33,1 % 26,7 % 27,5 % 27,2 % Inhalothérapie à domicile 41,9 % 47,9 % 31,4 % 32,2 % Aide à domicile 76,0 % 66,1 % 60,7 % 59,8 % Services psychosociaux à domicile 9,8 % 14,2 % 12,1 % 12,7 % Nutrition à domicile NA 22,6 % 20,7 % 20,9 % NA Ergothérapie à domicile 15,1 % 15,9 % 13,3 % 13,2 % Physiothérapie à domicile 49,4 % 31,8 % 34,2 % 32,7 % 2 9 Tous les centres d'activités 45,5 % 39,4 % 38,8 % 36,3 % 3 4 Rang occupé par le CSSS Types de demandes Référence formelle du réseau Cliniques médicales (110,150) 23,5 % 25,5 % 29,4 % 37,1 % 4 7 CHSCD (250) 23,9 % 30,8 % 27,4 % 31,3 % 10 7 Autres références formelles réseau 16,6 % 21,8 % 7,1 % 5,2 % 1 2 Autres références formelles 1,4 % 1,7 % 4,1 % 8,6 % 7 9 Aucune référence (900) 34,5 % 20,1 % 31,9 % 17,8 % 7 5 Total 100,0 % 100,0 % 100,0 % 100,0 % Tableau 11 Proportion des usagers PALV ayant reçu de la continuité de services en soutien à domicile (IC-3), CSSS du, et Tableau 13 Pourcentage des heures travaillées par la main-d œuvre indépendante en soutien à domicile (RH-1), CSSS du, et Rang occupé par le CSSS Centres d'activités Soins infirmiers à domicile 54,0 % 49,0 % 43,4 % 43,6 % Inhalothérapie à domicile 34,2 % 48,9 % 43,6 % 46,3 % Aide à domicile 74,2 % 70,7 % 70,5 % 74,4 % Services psychosociaux à domicile 9,4 % 34,8 % 12,9 % 35,6 % Nutrition à domicile NA 37,9 % 16,9 % 23,9 % NA Ergothérapie à domicile 11,6 % 20,2 % Physiothérapie à domicile 18,9 % 21,4 % 6 Tous les centres d'activités 51,2 % 54,6 % 48,6 % 48,8 % 5 4 Note : Le contenu des extractions de la base de données de ne permet pas d'obtenir les données séparément pour les centres d'activités 7161 et Rang occupé par le CSSS Centres d'activités Soins infirmiers à domicile 2,1 % 7,8 % 8,8 % 9,9 % Inhalothérapie à domicile 0,0 % 0,0 % 1,7 % 1,1 % Aide à domicile 3,6 % 0,0 % 3,7 % 3,0 % Services psychosociaux à domicile 9,5 % 0,0 % 1,5 % 1,0 % Nutrition à domicile NA 0,0 % 0,0 % 0,0 % NA Ergothérapie à domicile 2,1 % 13,3 % 6,0 % 5,0 % Physiothérapie à domicile 28,8 % 0,0 % 9,4 % 2,7 % 10 1 Tous les centres d'activités 4,7 % 3,9 % 5,2 % 4,9 % DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES

15 Section 4 : Indicateurs ventilés par centre d activités Tableau 14 Taux du personnel en soutien à domicile (RH-4), CSSS du, et Rang occupé par le CSSS Centres d'activités Soins infirmiers à domicile 2,57 3,35 2,18 2, Inhalothérapie à domicile 0,23 0,21 0,41 0, Aide à domicile 1,91 2,60 2,48 2, Services psychosociaux à domicile 0,92 0,94 1,08 1, Nutrition à domicile NA 0,04 0,09 0,11 NA Ergothérapie à domicile 0,49 0,37 0,54 0, Physiothérapie à domicile 0,28 0,46 0,36 0, Tous les centres d'activités 6,41 7,97 7,14 7, Tableau 15 Nombre d effectifs en soutien à domicile (numérateur du RH-4), CSSS du, et Centres d'activités Évolution Évolution 6173 Soins infirmiers à domicile 22,2 32,5 46,2 % 330,1 412,5 25,0 % 6351 Inhalothérapie à domicile 2,0 2,0 4,7 % 62,2 71,1 14,4 % 6530 Aide à domicile 16,5 25,2 52,6 % 375,3 404,3 7,7 % 6561 Services psychosociaux à domicile 8,0 9,1 14,0 % 163,2 195,1 19,6 % 7111 Nutrition à domicile NA 0,4 NA 14,2 19,2 35,2 % 7161 Ergothérapie à domicile 4,2 3,6-14,9 % 81,3 97,3 19,6 % 7162 Physiothérapie à domicile 2,4 4,5 84,7 % 55,0 73,5 33,7 % Tous les centres d'activités 55,4 77,4 39,7 % 1 081, ,9 17,7 % DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 15

16 Annexe I : Univers du SAD-PALV ANNEXE I : UNIVERS DU SAD-PALV Dépenses estimées de l'univers SAD-PALV établies pour l'analyse de la performance, CSSS du, Éléments Dépenses SUROÎT Pourcentage Centres d'activités SAD-PALV $ 79 % 74 % PEFSAD $ 3 % 3 % Services achetés par le CLSC 2 ND ND 0 % Allocation directe/ces $ 1 % 1 % Total SAD-PALV (CLSC) $ 82 % 78 % Centre de jour $ 6 % 5 % Hébergement temporaire 3 ND ND 7 % Organismes communautaires $ 11 % 10 % TOTAL UNIVERS $ 100 % 100 % 1 Dépenses de référence des réseaux locaux de services aux fins du calcul de la richesse relative (DRFIT). Les c/a inclus sont : 6173, 6351, 6530, 6561, 7111, 7161, 7162, 7151 et Indicateur GESTRED 1.3-A-B-C ( ). Le nombre d'heures de services a été converti en dépenses au taux de 12 $/heure. 3 Hébergement temporaire : 93 lits x $/lit (en ). 16 DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES

17 Annexe I : Univers du SAD-PALV Estimation du volume de clientèle et d'interventions de l'univers SAD-PALV, CSSS du, Toute la clientèle du SAD en CLSC USAGERS Note INTERVENTIONS Note 17 % de la clientèle totale du CLSC % des interventions du CLSC Toute la clientèle du SAD âgée de 65 ans et % de (1) % de (1) SAD Clientèle du SAD avec profil % de (1) % de (1) d'intervention = 710 (PALV) Clientèle du SAD avec profil 98 % de (3) 98 % de (3) d'intervention = 710 (PALV) ET âge 80 % de (2) 87 % de (2) Clientèle du SAD avec profil d'intervention = 710 ET résidents en % de (3) % de (3) ressources privées Chèque Emploi Services heures Projet Répit aux proches aidants heures Toute la clientèle des centres de jour NA Centre de jour Clientèle des centres de jour ET âge 65 ans % de (8) 9 NA Hébergement temporaire Toute la clientèle hébergée temporairement jours DIRECTION DE LA GESTION DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES 17

Mars 2014 (Révisé juillet 2014)

Mars 2014 (Révisé juillet 2014) Guide d utilisation Mars 2014 (Révisé juillet 2014) Une publication du secteur Appréciation de la performance Direction de la planification, de la performance et des connaissances Agence de la santé et

Plus en détail

La réforme des services de santé et des services sociaux au Québec

La réforme des services de santé et des services sociaux au Québec et des services sociaux au Québec David Levine Président-directeur général Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de Montréal, 2005 Une réforme majeure Un

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Sabrina VOLANT (DREES) Etudes

Plus en détail

La traduction et la reproduction totales ou partielles de ce document sont autorisées à la condition que la source soit mentionnée.

La traduction et la reproduction totales ou partielles de ce document sont autorisées à la condition que la source soit mentionnée. Analyse du déploiement du réseau de services intégrés auprès des personnes âgées en Montérégie Rapport régional Avril 2011 Une publication du secteur Appréciation de la performance Direction de la gestion

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

MODELE DE SYNTHESE DE L EVALUATION EXTERNE

MODELE DE SYNTHESE DE L EVALUATION EXTERNE MODELE DE SYNTHESE DE L EVALUATION EXTERNE (3.5 de la section 3 du chapitre V de l annexe 3-10 du code de l action sociale et des familles) La synthèse a pour objectif d apprécier le service rendu aux

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Sud et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2013-2014. Vérification de l optimisation des ressources

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2013-2014. Vérification de l optimisation des ressources Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2013-2014 Vérification de l optimisation des ressources Printemps 2013 Personnes âgées en perte d autonomie Services à domicile

Plus en détail

Améliorer la continuité des soins pour la clientèle atteinte de cancer. Le rôle de l infirmière pivot. Amélie Corbeil. Le 20 novembre 2007 15 h

Améliorer la continuité des soins pour la clientèle atteinte de cancer. Le rôle de l infirmière pivot. Amélie Corbeil. Le 20 novembre 2007 15 h Améliorer continuité s soins pour clientèle cancer Le rôle l infirmière pivot Amélie Corbeil Inf., M.Sc., MBA Conseillère - Pratique santé Le 20 novembre 2007 15 h Pn présentation Contexte Objectifs l

Plus en détail

Évaluation des résultats

Évaluation des résultats Section 2 Évaluation des résultats Section 2 ÉVALUATION DES RÉSULTATS La présente section vise à dresser le portrait général des résultats obtenus par l organisation aux différents sondages menés dans

Plus en détail

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011 Rapport financier trimestriel Pour le terminé le 31 décembre 2011 1. Introduction Le présent rapport financier devrait être lu de concert avec le Budget principal des dépenses, le Budget supplémentaire

Plus en détail

Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique

Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique Perte d autonomie liée au vieillissement (PALV) Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique FAITS SAILLANTS DE LA MISE À JOUR DES INDICATEURS PALV DEPUIS 2005 2006 Secteur de la gestion de

Plus en détail

Les arts et la culture en quelques statistiques

Les arts et la culture en quelques statistiques Les arts et la culture en quelques statistiques Benoit Allaire Conseiller en recherche, Observatoire de la culture et des communications, Institut de la statistique du Québec Bien qu il soit réducteur

Plus en détail

Première partie LE CONTEXTE

Première partie LE CONTEXTE 13 Première partie LE CONTEXTE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE ET LE PROGRAMME NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2003-2012 Le Programme national de santé publique 2003-2012 a été institué par la Loi sur la santé

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 présenté à L APPUI BAS-SAINT-LAURENT par de la MRC de Rivière-du-Loup Mars 2013 VISION Les proches aidants d une personne aînée en perte d autonomie

Plus en détail

Plan de redressement budgétaire et nouvelle structure organisationnelle du CSSS du Haut-Saint-Maurice. Proposition au CA le 9 octobre 2013

Plan de redressement budgétaire et nouvelle structure organisationnelle du CSSS du Haut-Saint-Maurice. Proposition au CA le 9 octobre 2013 Plan de redressement budgétaire et nouvelle structure organisationnelle du CSSS du Haut-Saint-Maurice Proposition au CA le 9 octobre 2013 1 POURQUOI? Trajectoire budgétaire actuelle période 5 (fin août)

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

2012-2015. amélioration de la performance

2012-2015. amélioration de la performance 2012-2015 amélioration de la performance La performance est un concept multidimensionnel soutenant les enjeux stratégiques, ainsi que les orientations définies à notre CSSS. L ensemble de nos interventions

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales La Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales est un projet du Conseil canadien de développement

Plus en détail

ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES ISSUES DES RAPPORTS D ACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES MÉDICOSOCIAUX ANNEE 2012

ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES ISSUES DES RAPPORTS D ACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES MÉDICOSOCIAUX ANNEE 2012 ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES ISSUES DES RAPPORTS D ACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES MÉDICOSOCIAUX ANNEE 2012 Septembre 2013 Page 2 Table des matières I Contexte et objectif de l étude... 5 II

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

Orientation 1 Représenter et concerter

Orientation 1 Représenter et concerter Orientation 1 Représenter et concerter Veiller, en collaboration avec ses partenaires, aux intérêts de ses et des communautés francophones et acadiennes en influençant le pouvoir décisionnel en éducation

Plus en détail

Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel

Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel Synthèse des données sociodémographiques de 2011 Le document Principales caractéristiques de la population

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Introduction au soutien sociocommunautaire

Introduction au soutien sociocommunautaire Introduction au soutien sociocommunautaire Durée estimée : 10 minutes Ce projet a été réalisé grâce à l appui financier de la Société d habitation du Québec Les problématiques multiples des résidents en

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

L organisation des services médicaux de première ligne à Montréal

L organisation des services médicaux de première ligne à Montréal Trousse d information L organisation des services médicaux de première ligne à Novembre 2004 L organisation des services médicaux de première ligne à Centre de santé et de services sociaux de La Petite

Plus en détail

Le CSSS de Chicoutimi

Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi est un établissement dynamique, à l image des quelques 300 médecins et 3 300 employés et professionnels de la santé qui œuvrent, jour après jour, à transmettre

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015 RAPPORT ANNUEL DE GESTION ANNEXE 4 Fiches de reddition de comptes CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES Juin 2015 Chapitre IV Chapitre IV Fiche de reddition de comptes Objectifs de résultats Services

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Faciliter, innover et accélérer les initiatives au sein de la chaîne d approvisionnement Des idées Des connaissances Logi-D

Plus en détail

Convalescence, répit ou dépannage : des problèmes de santé physique et mentale abordés dans un même lieu d hébergement

Convalescence, répit ou dépannage : des problèmes de santé physique et mentale abordés dans un même lieu d hébergement Date de révision : 8 mai 2013 Coup d œil Convalescence, répit ou dépannage : des problèmes de santé physique et mentale abordés Auteurs : Collaborateurs : Nom donné par les acteurs terrain : Région sociosanitaire

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Politique de favorisation de la lecture

Politique de favorisation de la lecture Politique de favorisation de la lecture Adoptée le 6 décembre 2011 Préambule L importance de la lecture est un enjeu fondamental dans notre société. L écrit est partout. «La lecture est au cœur du développement

Plus en détail

Master 1 Droit et Management

Master 1 Droit et Management Master 1 Droit et Management Cours de Management Financier 24 h CM MCC : écrit terminal de 2 h Enseignant : Jean-Marc Bascourret Management Financier Objectif : appréhender et maîtriser les principales

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

IDB.42/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.42/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

1 CONTEXTE ET DEFINITION

1 CONTEXTE ET DEFINITION REFERENCEMENT DE CABINETS CONSEILS POUR LA REALISATION DE PRESTATIONS DE DIAGNOSTIC RH et FORMATION TPME EXERCICES 2016-2017 DOSSIER DE CONSULTATION Dossier de consultation : DC /14 / N 1/2016 Date de

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux Cahier des charges relatif à la création de structures expérimentales spécialisées dans

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

ORGANISATION DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

ORGANISATION DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX ORGANISATION DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Ministre ORGANISMES déléguée aux Régie services de l assurance sociaux maladie et à la protection Office de la des jeunesse personnes

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Juillet 2014 Rédaction Chakib Benzakour Traitement statistique Raluca Paula Filip

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SECTEUR SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET PRÉSENCE AU TRAVAIL

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SECTEUR SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET PRÉSENCE AU TRAVAIL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SECTEUR SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET PRÉSENCE AU TRAVAIL PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE L EXPERTISE SUR LA GESTION DU RÉGIME D ASSURANCE SALAIRE À L INTENTION DES ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Ménard, Martin Avocats LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Colloque CAAP 28 octobre 2014 par Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION - DÉFINITIONS

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Rémunération des professionnels de marché en 2009

Rémunération des professionnels de marché en 2009 Rémunération des professionnels de marché en 2009 Les informations présentées ci-après concernent l ensemble du Groupe BNP Paribas, à l exception du périmètre BNP Paribas Fortis acquis en cours d exercice

Plus en détail

Traitement d une question de gestion. Repérage dans le programme Gestion et création de valeur

Traitement d une question de gestion. Repérage dans le programme Gestion et création de valeur Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Classe de première, enseignement de sciences de gestion Traitement d une question de gestion Composition du groupe d auteurs POLIDORI Natacha, HAMDAOUI

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 AUTEUR Comité d éthique de santé publique RÉDACTEURS Michel Désy France Filiatrault Comité

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté.

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. APPEL À PROJETS 2013 Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. Dotation : 375 000 sur trois ans. Date limite de réception des dossiers : 4 janvier 2013 en collaboration avec Argumentaire sur

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Méthodologie et faits saillants Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs

Méthodologie et faits saillants Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs Méthodologie et faits saillants Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs CADRISQ 2 juin 2004-23 septembre 2005 Plan de la présentation Intro : contexte et objectifs Méthodologie

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

SOMMAIRE PRESENTATION RESUMEE DE LA BANQUE...3 FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL...5 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION...

SOMMAIRE PRESENTATION RESUMEE DE LA BANQUE...3 FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL...5 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION... SOMMAIRE PRESENTATION RESUMEE DE LA BANQUE...3 FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL...5 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION...7 1.1 RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION...7 1.2 ATTESTATION DU

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

Réduction FILLON à compter du 01/01/2011

Réduction FILLON à compter du 01/01/2011 Réduction FILLON à compter du 01/01/2011 La loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 modifie le calcul de la réduction Fillon : - celle-ci est désormais annualiser. - les montants permettant

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING

LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING Juin 2004 Syndicat Syntec des Conseils en Evolution Professionnelle 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Contexte de l étude Questionnaire de 15 questions adressé aux clients

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTATION AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT MONSIEUR YVES BOLDUC

Plus en détail

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 Vers un CSSS 2 e génération Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 1 Notre vision À l écoute de sa population et en collaboration avec ses partenaires, le CSSS du Nord de Lanaudière

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun. Décembre 2015

Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun. Décembre 2015 Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun Décembre 2015 DURÉE DES CONVENTIONS COLLECTIVES 2 La durée des conventions collectives est de

Plus en détail

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer M e r c r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 1 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président du conseil

Plus en détail

PLAN DE REDRESSEMENT BUDGÉTAIRE PRÉCONISÉ PAR L'EMPLOYEUR ET DÉPOSÉ AU CONSEIL D'ADMINISTRATION LE 9 JUIN 2010.

PLAN DE REDRESSEMENT BUDGÉTAIRE PRÉCONISÉ PAR L'EMPLOYEUR ET DÉPOSÉ AU CONSEIL D'ADMINISTRATION LE 9 JUIN 2010. PLAN DE REDRESSEMENT BUDGÉTAIRE PRÉCONISÉ PAR L'EMPLOYEUR ET DÉPOSÉ AU CONSEIL D'ADMINISTRATION LE 9 JUIN 2010. Mise en contexte Le CSSSJM a été créé en 2004 par la fusion de sept (7) étsablissements,

Plus en détail

2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013

2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013 Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération 2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013 Situation du Bureau du vérificateur général Rapport

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE Mars 2016 PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE 2015-2020 vant-propos Mot du président-directeur général Institution publique à vocation commerciale, la Société du Palais

Plus en détail