Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.pwc.com/ca/retail Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail"

Transcription

1 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

2 Étude comparative sur le commerce de détail Le groupe Conseils de PwC, en partenariat avec le Conseil canadien du commerce de détail, a mené une étude comparative de haut niveau auprès des détaillants canadiens. Le présent rapport vous permettra de savoir où se situe votre entreprise par rapport à ses homologues en termes de frais de vente, d administration et de frais généraux, et d indicateurs de performance clés. Nous avons tendance à mesurer notre performance à l interne, en regard de nos résultats de l année précédente ou des montants budgétés. Or, se comparer aux entreprises similaires permet de cerner les possibilités de réduire ses coûts et d améliorer sa performance. «De nos jours, la production et la communication d information financière exacte en temps opportun n est qu une obligation de base pour la fonction finance. Afin d être considéré comme un véritable partenaire d affaires par la haute direction, le conseil d administration et le chef de la direction, le chef des finances doit fournir continuellement de l information financière et non financière sur les opérations, piloter la stratégie, opérer les changements et produire des résultats pour l entreprise.» La concurrence est plus intense d année en année dans le commerce de détail. Alors qu auparavant elle venait du marché intérieur, elle est maintenant internationale. Pour survivre et progresser, les détaillants et les chefs des finances ingénieux se comparent sans cesse à des références externes afin de conserver une longueur d avance et de créer de la valeur.» Bryan Tatoff, chef des finances, Cuir Danier Inc. 2 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

3 Résultats du secteur Les informations recueillies auprès de 72 détaillants nous permettent d analyser les résultats de chacun par rapport à l ensemble du secteur, par segment et par fonction. 3

4 Une forte marge se conjugue avec des coûts élevés Les détaillants qui réalisent de fortes marges brutes ont tendance à avoir des frais de vente, d administration et des frais généraux plus élevés. Lorsqu ils dépensent beaucoup sur le marketing et la mise en marché, leur image de marque est moins sensible à l évolution des prix, ce qui leur permet de dégager une marge plus élevée. Les détaillants viennent souvent vers nous pour discuter des options stratégiques susceptibles de garder leur marque vivante et actuelle. Concilier la gestion de leur capital de marque et le maintien de leur rentabilité est l une des préoccupations constantes des détaillants. Les figures 2a et 2b illustrent la relation entre la marge brute d une part, et d autre part les frais de vente, d administration et frais généraux, la marge nette étant représentée par la taille de la bulle. Selon nos données, il est essentiel de maintenir ces frais à un faible niveau par rapport à la marge brute pour obtenir une marge nette supérieure. Toutefois, vous n y arriverez pas simplement en augmentant votre chiffre de ventes. Marge brute (%) Marge brute (%) Figure 2a : Marge brute et frais de vente, d administration et frais généraux Habillement 75 % 70 % 65 % 60 % 55 % 50 % 45 % 40 % 25 % 35 % 45 % 55 % 65 % Frais de vente, d administration et frais généraux (%) Figure 2b : Marge brute et frais de vente, d administration et frais généraux Produits de spécialité 70 % 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 15 % 25 % 35 % 45 % 55 % Frais de vente, d administration et frais généraux (%) Remarque : les valeurs aberrantes ont été enlevées. La taille de la bulle représente la marge nette (en %). 4 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

5 Marge nette Le contrôle des coûts contribue davantage à la rentabilité que les marges élevées De fortes marges brutes ou de faibles frais de vente, d administration et frais généraux? Nous avons analysé les données recueillies pour identifier le principal catalyseur de la marge nette. Dans les trois segments du commerce de détail (l habillement, l alimentation et les produits de spécialité), la corrélation entre la marge nette et les frais de vente, d administration et frais généraux est plus forte en pourcentage du chiffre d affaires qu entre la marge nette et la marge brute. Cela signifie que des frais d exploitation moindres constituent un facteur plus important que la marge brute pour déterminer la marge nette. Figure 3a : Marge nette et marge brute Habillement 25 % Marge nette (%) 20 % 15 % 5 % 0 % 40 % 50 % 60 % 70 % -5 % Marge brute (%) Figure 3b : Marge nette et frais de vente, d administration et frais généraux Habillement Marge nette (%) 25 % 20 % 15 % 5 % 0 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % -5 % Frais de vente, d administration et frais généraux (%) Figure3c : Marge nette et marge brute Alimentation Figure 3d : Marge nette et frais de vente, d administration et frais généraux Alimentation Marge nette (%) 12 % 8 % 6 % 4 % 2 % 0 % -2 % 20 % 25 % 30 % 35 % 40 % Marge brute (%) Marge nette (%) 12 % 8 % 6 % 4 % 2 % 0 % 15 % 20 % 25 % 30 % 35 % -2 % Frais de vente, d administration et frais généraux (%) Marge nette (%) Figure 3e : Marge nette et marge brute Autres 20 % 15 % 5 % 0 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % -5 % Marge brute (%) Figure 3f : Marge nette et frais de vente, d administration et frais généraux Autres Marge nette (%) 20 % 15 % 5 % 0 % -5 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % Frais de vente, d administration et frais généraux (%) Remarque : les valeurs aberrantes ont été enlevées. La catégorie «Autres» comprend les produits de spécialité et les grands magasins. 5

6 Performance des ventes Des trois segments étudiés, l alimentation enregistre le taux de vente le plus élevé par pied carré, soit une médiane de 510 $, contre 336 $ pour l habillement et 325 $ pour les produits de spécialité. On observe d énormes différences entre les détaillants de même segment. Les plus performants des détaillants de vêtements et des magasins spécialisés ou grands magasins affichent des résultats presque deux fois plus élevés que ceux de leurs pairs du quartile le plus bas. Dans l alimentation, la différence est de près de 50 %. Alors, comment les détaillants de chaque segment peuvent-ils augmenter leur chiffre d affaires? Ceux qui ne se trouvent pas parmi les plus performants de leur segment doivent se poser les questions suivantes : Est-ce que nous exploitons efficacement notre espace? Notre gamme de produits est-elle judicieuse? Comment pouvons-nous améliorer les taux de conversion? Est-ce que nous utilisons les analyses pour mieux comprendre les habitudes d achat des clients? Nos clients du secteur du détail qui s appuient sur les connaissances «scientifiques» obtiennent un chiffre d affaires et une rentabilité plus élevés. Figure 4 : Ventes en dollars par pied carré 498 $ Autres 325 $ 252 $ 421 $ Habillement 336 $ 223 $ 595 $ Alimentation 510 $ 403 $ 0 $ 100 $ 200 $ 300 $ 400 $ 500 $ 600 $ «Nous faisons en sorte d exploiter au mieux notre surface de vente en offrant des produits très performants et de la meilleure qualité ainsi qu un service à la clientèle authentique et exceptionnel... Nous innovons en lançant assez régulièrement des produits et des gammes, et nous faisons preuve de rigueur en retirant du marché ceux qui ne se vendent pas, même si nous les aimons. Andy McNevin, chef de l exploitation, Lush Cosmetics» 6 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

7 L habillement enregistre des marges beaucoup plus importantes que les autres segments Marge brute Le segment de l habillement réalise la marge brute la plus élevée, soit une médiane de 58 %, contre 30 % pour l alimentation et 41,4 % pour les produits autres (magasins spécialisés et grands magasins). Cette performance du segment de l habillement s explique par la vente de vêtements mode uniques. Toutefois, l écart entre les plus performants et les moins performants du segment peut atteindre dix points de pourcentage. Dans l alimentation, les marges plus faibles peuvent être attribuées à l environnement hautement concurrentiel et moins différencié, caractérisé par des produits peu coûteux et homogènes qui font baisser les marges et les coûts. Compte tenu de la différence importante entre les marges brutes d un segment à l autre, il est important que le détaillant se compare aux entreprises du même segment et non à celles du secteur du commerce de détail dans son ensemble. Il pourra ainsi avoir une meilleure idée de sa performance. Figure 5 : Pourcentage de marge brute médiane par segment 58 % Habillement 30 % Alimentation 41,4 % Autres Figure 5a : Pourcentage de marge brute Habillement 61,6 % 58,0 % 51,9 % Figure 5b : Pourcentage de marge brute Alimentation Figure 5c : Pourcentage de marge brute Autres produits de spécialité 33,5 % 30,0 % 28,7 % 44,4 % 41,4 % 37,7 % 7

8 Frais d exploitation des magasins Les coûts de main-d œuvre et d occupation constituent l essentiel des frais d exploitation des magasins. Les coûts de main-d œuvre en pourcentage des ventes du magasin sont les mêmes dans l ensemble du secteur, avec une variation de deux points de pourcentage entre les médianes. À l inverse, les coûts d occupation en pourcentage des ventes diffèrent grandement d un segment à l autre. Les frais d exploitation médians des magasins de vêtements dépassent de loin ceux des autres segments en raison des coûts d occupation vraiment plus élevés. De même que pour les marges brutes, les détaillants ont intérêt à comparer les frais d exploitation de leurs magasins à ceux des entreprises du même segment, en raison de la grande disparité entre les différents segments. «Les détaillants les plus performants gèrent avec soin leurs investissements liés à la main-d œuvre en magasin et rajustent rapidement en» fonction des besoins changeants. Paul Beaumont, premier directeur, Commerce de détail et produits de consommation, PwC Figure 6 : Facteurs qui sous-tendent les frais d exploitation des magasins 16,3 % 3,3 % 6,3 % Figure 6a : Taux de frais d exploitation des magasins Habillement 15 % 13 % 14 % 26,1 % 30,5 % 33,6 % Habillement Alimentation Frais d occupation Autres Main-d œuvre Figure 6b : Taux de frais d exploitation des magasins Alimentation Figure 6c : Taux de frais d exploitation des magasins Autres produits de spécialité 19,4 % 20,5 % 22,6 % 18,7 % 21,2 % 24,4 % 8 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

9 Frais généraux et administratifs par segment La faiblesse de leurs marges oblige les détaillants de l alimentation à réduire leur taux de frais généraux et administratifs Figure 7 : Frais généraux et administratifs médians par segment 5,8 % Alimentation 11,5 % Autres 15,8 % Habillement Les frais généraux et administratifs comprennent les charges du siège social et excluent les coûts liés au fonctionnement même du magasin. Avec une médiane de 5,8 %, les frais généraux et administratifs en pourcentage du chiffre d affaires des détaillants en alimentation sont considérablement moins importants que ceux des segments de l habillement et des produits de spécialité (autres/grands magasins). On observe également, dans le segment de l alimentation, un écart qui est moindre entre les premier et troisième quartiles en ce qui concerne les frais généraux et administratifs en pourcentage des ventes. Le contrôle des coûts d administration est plus serré en raison des volumes plus importants et des marges plus faibles. Dans les segments de l habillement et des produits de spécialité, les différences entre les détaillants des premier et troisième quartiles sont marquées. Ces différences découlent des variations plus grandes entre les modèles d affaires et l efficacité opérationnelle, qui s expliquent par la vaste diversité des produits de cette catégorie de détaillants. Figure 7a : Pourcentage de marge brute Habillement 13,5 % 15,8 % 18,4 % Figure 7b : Pourcentage de marge brute Alimentation Figure 7c : Pourcentage de marge brute Produits de spécialité autres 5,0 % 5,8 % 6,2 % 9,6 % 11,5 % 13,0 % 9

10 Frais généraux et administratifs par fonction Le marketing et l approvisionnement génèrent la plus grande part des frais généraux et administratifs Une comparaison par fonction des frais généraux et administratifs de votre entreprise avec ceux de vos homologues permet de déterminer efficacement à quelles fonctions vous avez consacré trop ou trop peu de ressources. Lorsque vous évaluez la performance de votre entreprise par rapport à celle de son segment, cherchez à comprendre d où découlent les différences. Y a-t-il des inefficacités dans vos processus ou vos systèmes? Payez-vous trop cher certains services? Une analyse des données vous permettra de dégager les principaux facteurs à l origine de ces différences. Le marketing et l approvisionnement sont les fonctions les plus coûteuses pour l ensemble des segments, à l exception des grands magasins qui dépensent davantage pour la mise en marché que pour l approvisionnement. Les détaillants doivent s attendre à une augmentation de leurs coûts de marketing, d approvisionnement et de mise en marché à mesure que s intensifient leurs activités de commerce électronique. Par contre, leurs frais d exploitation de magasins diminueront en pourcentage du chiffre d affaires global. La mise en marché représente une part plus importante des frais du siège social dans les segments de l habillement et des grands magasins que dans ceux de l alimentation et des autres produits de spécialité. Figure 8 : Frais généraux et administratifs par fonction* 20 % 15 % 5 % 0 % Autres 0,8 % 0,2 % 0,3 % 0,6 % RH 0,4 % 0,2 % 0,3 % 0,3 % Finance 0,9 % 0,3 % 0,4 % 0,6 % Exploitation des 1,4 % 0,4 % 0,4 % 0,8 % magasins Services généraux 1,6 % 0,3 % 0,9 % 1,1 % TI 1,5 % 0,5 % 1,0 % 1,1 % Mise en marché 2,3 % 0,4 % 1,5 % 1,1 % Marketing 3,3 % 1,1 % 3,0 % 3,3 % Chaîne d approvisionnement Habillement 9.6 Alimentation Grands magasins * Selon la valeur médiane pour chaque fonction dans chaque segment 17.6 Magasins spécialisés et autres 3,3 % 1,8 % 1,3 % 3,0 % 10 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

11 Un rythme de rotation des stocks plus rapide entraîne un BBSIS plus élevé dans l alimentation malgré des marges inférieures Figure 9a : Taux de rotation des stocks Rotation des stocks et bénéfice brut sur investissements en stocks (BBSIS) Le taux de rotation des stocks est considérablement plus élevé dans le segment de l alimentation que dans ceux de l habillement et des produits autres en raison du caractère hautement périssable des produits alimentaires et de la plus grande fréquence d achat. L alimentation a une valeur médiane environ cinq fois plus haute. En outre, le fort taux de rotation des stocks donne lieu à un BBSIS beaucoup plus important dans ce segment que dans les autres, malgré les marges plus faibles. Le taux de rotation et le BBSIS plus variables dans le segment alimentaire est une occasion pour ces détaillants de se démarquer. Figure 9b : Bénéfice brut sur investissements en stocks (BBSIS) Autres 3,7 2,8 2,3 Autres 2,5 2,0 1,7 Habillement 4,3 3,2 2,5 Habillement 2,8 3,5 4,3 Alimentation 9,6 14,7 17,6 Alimentation 4,3 5,3 7,

12 La taille est-elle importante? Pas tant que vous le croyez! Alors que les détaillants nous disent être désavantagés par rapport à leurs concurrents de grande envergure, les données démontrent le contraire. Chez les 72 détaillants étudiés, les économies d échelle réalisées sur les frais généraux et administratifs, autant dans l ensemble du secteur que dans les différents segments, étaient plus faibles qu attendu. Dans beaucoup de cas, la grande complexité des entreprises d envergure et la duplication des fonctions administratives, occasionnée par les acquisitions, ont neutralisé les économies d échelle. La grande complexité des entreprises d envergure et la duplication des fonctions ont neutralisé les économies d échelle Figure 10a : Chiffre d affaires net et frais généraux et administratifs (%) Habillement < 300 M$ Figure 10b : Chiffre d affaires net et frais généraux et administratifs (%) Habillement > 300 M$ Frais généraux et administratifs (%) 30 % 25 % 20 % 15 % 5 % $ $ $ $ Chiffre d affaires (en milliers) $ Frais généraux et administratifs (%) 30 % 25 % 20 % 15 % 5 % 0 $ $ $ $ $ $ $ Chiffre d affaires (en milliers) $ $ Figure 10c : Chiffre d affaires net et frais généraux et administratifs (%) Produits de spécialité < 1 G$ Figure 10d : Chiffre d affaires net et frais généraux et administratifs (%) Produits de spécialité > 1 G$ Frais généraux et administratifs (%) 20 % 15 % 5 % 0 % 0 $ $ $ $ $ Chiffre d affaires (en milliers) $ Frais généraux et administratifs (%) 20 % 15 % 5 % 0 % 0 $ $ $ $ $ Chiffre d affaires (en milliers) $ 12 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

13 Comparaison entre détaillants canadiens et américains Il a été beaucoup question du niveau des prix de détail, en général plus élevé au Canada qu aux États-Unis. Si nous n avons pas effectué cette comparaison, nous avons, par contre, comparé les informations sur les ventes, les coûts et les marges des détaillants canadiens et américains. Nous avons constaté qu au Canada, les détaillants affichent un chiffre d affaires et une marge brute plus élevés au pied carré, mais que les coûts de main-d œuvre et d occupation plus hauts annulent cet avantage. Figure 11a : Habillement Coût moyen en dollars par pied carré (Canada par rapport aux États-Unis) Figure 11b : Habillement Pourcentage des ventes en moyenne (Canada par rapport aux États-Unis) 359 $ 58 % 55 % 204 $ 236 $ 52 $ 60 $ 130 $ 35 $ 35 $ 15 %15 % 17 % 16 % 15 %15 % Canada États-Unis Ventes/pi. ca. Marge brute/pi. ca. Main d œuvre en magasin/pi. ca. Occupation des magasins/pi. ca. Canada États-Unis Marge brute (%) Frais généraux et administratifs (%) Main d œuvre en magasin (%) Occupation des magasins (%) 13

14 Conclusion Selon les résultats de notre étude comparative sur le commerce de détail, une marge élevée se conjugue avec des coûts élevés. Comment les détaillants très performants arrivent-ils à se distinguer? Nos données indiquent que le contrôle des coûts contribue davantage à la rentabilité que les fortes marges. On observe des écarts importants entre les premier et troisième quartiles en ce qui concerne les frais généraux et administratifs en pourcentage du chiffre d affaires. Alors que les grands détaillants ont la possibilité de réaliser des économies d échelle, la grande complexité de leur structure et la duplication des fonctions contrebalance largement cet avantage. Bien que la réduction des coûts importe, les détaillants qui réussissent le mieux sont aussi en mesure de mettre davantage l accent sur les ventes. Ils disposent d une bien plus grande surface de vente productive, enregistrant un chiffre d affaires par pied carré presque 50 % plus fort que la médiane de leur segment. En outre, les meilleurs détaillants obtiennent des rendements plus élevés sur leurs investissements en stocks, les détaillants en alimentation du premier quartile affichant un BBSIS clairement supérieur. Y a-t-il des différences fondamentales entre les détaillants canadiens et américains? Selon nos observations, les détaillants canadiens du segment de l habillement réalisent, au pied carré, un chiffre d affaires et une marge brute plus avantageux que leurs homologues américains. Mais cet avantage est réduit par les coûts de main-d œuvre et d occupation. Vous pouvez vous appuyer sur les points de référence établis dans cette étude pour établir des objectifs et des priorités qui vous permettront de rester concurrentiel et pour créer de la valeur dans un environnement de plus en plus complexe. «Lorsque nous établissons la structure d une société en croissance rapide, il est utile de comparer nos investissements en ressources humaines et en infrastructures avec ceux que font les chefs de file dans le monde, entre autres dans le commerce de détail. Cela nous permet de vérifier si des investissements supérieurs ou inférieurs à ceux de nos homologues dans un domaine particulier ont une importance stratégique et ne sont pas seulement un accident de parcours.» Andy McNevin, chef de l exploitation, Lush Cosmetics 14 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

15 15

16 Annexes 16 Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

17 Annexe 1 Portée de l étude L étude comparative sur le secteur du commerce de détail a été réalisée par PwC en partenariat avec le Conseil canadien du commerce de détail et ses membres. Elle établit les indicateurs de performance clés portant sur le chiffre d affaires, les coûts et la rentabilité qui sont importants pour le secteur du commerce de détail. Les données transmises par les membres du Conseil canadien du commerce de détail ont été combinées avec les données sur les détaillants nord-américains comprises dans la base de données sur le commerce de détail de PwC. De plus, PwC mène une étude comparative approfondie comportant 300 questions dans le but d aider ses clients du secteur du détail à se concentrer sur les surinvestissements ou sous-investissements éventuels et à évaluer si les écarts sont stratégiques ou si des mesures sont requises. Les membres du Conseil canadien du commerce de détail peuvent tirer avantage des résultats globaux présentés dans ce rapport. Les détaillants ayant participé au sondage ont également reçu un tableau de bord individuel leur permettant de se comparer à leurs concurrents. Frais de vente, d administration et frais généraux (%) Ressources humaines Finance Marketing et publicité Mise en marché Exploitation des magasins Chaîne d approvisionnement Technologie de l information Services généraux Immobilier Services juridiques Approvisionnement autre qu en marchandises Centre d appels Frais d exploitation des magasins Indicateurs de performance clés Chiffre d affaires moyen/pi. ca. Ventes comparées à celles de l exercice précédent Pourcentage de marge brute sur les marchandises Taux de rotation des stocks BBSIS Main-d œuvre des magasins en pourcentage du chiffre d affaires Taux d occupation en pourcentage des magasins Ventes Taux de conversion magasins Taux de conversion en ligne Dépenses de marketing en pourcentage des ventes Pourcentage de réduction des prix Pourcentage de décroissance Classement des détaillants 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % Meilleur 1 er Q Médiane 3 e Q Pire Définition des quartiles Pour une meilleure compréhension des facteurs contribuant aux résultats des détaillants qui se démarquent, nous avons classé les résultats en quatre quartiles. La valeur limite du premier quartile correspond à la valeur qui se situe à la frontière entre les 25 % supérieurs de l échantillon et les suivants sur la liste énumérant les résultats du meilleur au pire. Le troisième quartile est déterminé par la valeur correspondant à 75 %. Un détaillant se trouve «dans le premier quartile» s il se trouve entre la meilleure valeur et la valeur limite du premier quartile. 17

18 Annexe 2 Profil des participants Figure 1 : Segments du commerce de détail La base de données comparative est composée d un échantillon de 72 détaillants qui représentent tous les segments du commerce de détail et toutes les tailles d entreprises, tant au Canada qu aux États-Unis. Le chiffre d affaires de ces détaillants se trouve dans une fourchette de moins de 30 millions de dollars à plus de 20 milliards de dollars, avec une médiane de 653 millions de dollars. Les participants canadiens représentent plus de 7 % du chiffre d affaires global du secteur du commerce de détail du Canada. Le nombre de magasins varie de 1 à 4 500, la médiane étant de 179 magasins. Les segments étudiés sont les suivants : habillement, alimentation, produits de spécialité autres et grands magasins. Pour les besoins de ce rapport, les produits de spécialité autres ont été combinés avec les grands magasins et classés comme «autres». Veuillez noter que les quartiles sont calculés séparément pour chaque paramètre. Par exemple, les détaillants du premier quartile pour le chiffre d affaires net peuvent ne pas être les mêmes qui occupent le premier quartile pour le pourcentage de marge brute. Produits de spécialité autres 26 % 22 % Grands magasins Habillement 33 % Alimentation 18 % Chiffre d affaires net (en millions) $ 653 $ 242 $ Pourcentage de marge brute 56 % 44 % 36 % Nombre de magasins Nombre moyen de pieds carrés par magasin Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

19 Annexe 3 Taxonomie des frais généraux et administratifs Ressources humaines Services juridiques Finance Marketing et publicité* Mise en marché Exploitation des magasins (sauf les équivalents temps plein et les employés en magasin) Magasin de détail Gestion des avantages sociaux Gestion de la rémunération Gestion de la rotation du personnel/sirh Relations avec les employés Diversité Recrutement Communications Gestion des ressources humaines sur le terrain (excluant la formation en magasin) Perfectionnement et formation professionnels Conseillers juridiques de l entreprise Affaires juridiques Conseillers en immobilier Gestion des contrats de l entreprise Comptes fournisseurs Audit interne Comptes clients Comptabilisation des produits Comptabilité générale Contrôle et communication de l information Planification et analyse financières Trésorerie et fiscalité Comptabilisation des immobilisations Service de la paie Stratégie de marketing Planification de la promotion Développement créatif Achats médias/ publicités Activités de marketing Communications de marketing Études de marché Production d imprimés Relations publiques Dons et commandites d entreprise Programme de fidélisation Gestion de produits Planification des ventes Gestion des prix Mise en marché Gestion des stocks Planification financière de la mise en marché Répartition des marchandises Achats des marchandises Conception de marchandises Marchandisage visuel Planification des espaces Approvisionnement et développement de produits Soutien aux activités des magasins Audit des magasins Sécurité en magasin Supervision sur le terrain Prévention des pertes Communication avec les magasins Gestion de la maind œuvre Formation et développement en magasin Communication de l information et mesures Santé et sécurité au travail Ventes directes (en ligne et par catalogue) Gestion des sites Web et du contenu des médias sociaux Marketing en ligne et par courriel Marketing par catalogue Gestion de la base de données et analyses Planificateurs, acheteurs et analystes de marchandises, etc. pour les affaires directes *Marketing : déduction faite des annonces coop. Technologie de l information Chaîne d approvisionnement/ centre de distribution Approvisionnement en éléments autres que les marchandises Services de l entreprise et autres frais généraux et administratifs Immobilier/ construction et gestion des installations Centre d appels (sauf TI) Magasin de détail Activités de TI Soutien et formation pour l utilisateur final Entretien Développement d applications Soutien des applications Échange de données informatisées Centre de services de TI Personnel des entrepôts (temporaire inclus) Transport de marchandises sortantes (magasin à magasin, centre de distribution à magasin, retours aux magasins) Transferts Logistique inversée Réapprovisionnement de base Centre de distribution/ entrepôts, occupation, entretien (sauf amortissement) Assurance biens du centre de distribution Offres de service/ sélection des fournisseurs Gestion des fournisseurs sauf pour les marchandises Suivi du rendement des fournisseurs Analyse des dépenses Fournitures pour les magasins/services d achat Aviation Affaires et communications de l entreprise Gestion des risques Installations de l entreprise Bureaux de la direction (chef de la direction, chef de l exploitation, chef de l administration) Tous les frais de location et d entretien des bureaux Service du courrier Assurances (siège social) Autres frais généraux et administratifs Construction de magasins Négociation et administration des baux Conception de magasins Recherche d emplacements Gestion des projets de nouveaux magasins Gestion des installations, y compris environnement et énergie Rénovation de magasins Services de renseignements/ d assistance aux magasins Service à la clientèle Ventes directes (en ligne et par catalogue) Techniciens et soutien de site Web Systèmes de vente directe au consommateur Système économétrique d information de gestion Personnel des commandes par catalogue et/ou en ligne et des retours Demandes de renseignements en ligne Demandes de renseignements sur le catalogue 19

20 Contacts PwC Alain Michaud Leader national, Commerce de détail et produits de consommation Conseil canadien du commerce de détail Andrew Siegwart Premier vice-président, Services aux membres Conseil canadien du commerce de détail Ilya Bahar Leader national, Commerce de détail et des produits de consommation, Conseils et Transactions Alison Morin Responsable des analyses comparatives Paul Beaumont Premier directeur, Conseils au commerce de détail Robyn Levine Directrice, Conseils au commerce de détail PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., une société à responsabilité limitée de l Ontario, Tous droits réservés. Dans le présent document, PwC s entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez notre site Web à l adresse :

LE CHÂTEAU PUBLIE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET SES RÉSULTATS DE FIN D EXERCICE

LE CHÂTEAU PUBLIE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET SES RÉSULTATS DE FIN D EXERCICE COMMUNIQUÉ DE PRESSE LE CHÂTEAU PUBLIE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET SES RÉSULTATS DE FIN D EXERCICE Montréal, le 1 er mai 2015 Chef de file au Canada, Le Château (TSX : CTU.A), une marque de

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE MONTRÉAL (Québec), le 12 septembre 2012 Dollarama inc. (TSX : DOL) («Dollarama» ou la «Société») fait état aujourd

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale

Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale Marque déposée de Visa International Service Association; Visa Canada est un usager licencié. Paramètres du

Plus en détail

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Une fois que vous avez défini les besoins de votre clientèle, il faut que vous sachiez répondre aux solutions convaincantes en adéquation

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars)

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars) États financiers consolidés Le 14 mars 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés PricewaterhouseCoopers Place 250 Howe Street, Suite 700 Vancouver, British Columbia Canada V6C

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 25 novembre

Plus en détail

Notre objectif est simple, offrir à notre clientèle un service. dédié, axé sur la valeur et l excellence. En encourageant

Notre objectif est simple, offrir à notre clientèle un service. dédié, axé sur la valeur et l excellence. En encourageant Rapport Annuel 2015 Notre objectif est simple, offrir à notre clientèle un service dédié, axé sur la valeur et l excellence. En encourageant l innovation, la croissance, le progrès et le travail d équipe,

Plus en détail

Services aux investisseurs et trésorerie

Services aux investisseurs et trésorerie Résultats des secteurs d exploitation Résultats par secteur d exploitation Le tableau suivant présente un sommaire de nos résultats par secteur d exploitation. (en millions de dollars canadiens, sauf les

Plus en détail

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

1 Rapport trimestriel

1 Rapport trimestriel T 1 Rapport trimestriel Pour le trimestre clos le 31 mars 2012 D+H présente ses résultats du premier trimestre de 2012 Société Davis + Henderson («D+H» ou la «Société») présente ses résultats financiers

Plus en détail

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 Rapport de l auditeur indépendant... 1 2 États consolidés des résultats... 3 États consolidés du résultat global...

Plus en détail

Tout n est pas perdu lorsque votre disque dur tombe en panne!

Tout n est pas perdu lorsque votre disque dur tombe en panne! Tout n est pas perdu lorsque votre disque dur tombe en panne! Récupérer les données perdues est simple avec Seagate Recovery Services et l Équipe technique fiable de STAPLES Business Depot/Bureau en Gros!

Plus en détail

Période du 25 mai 2006 au 1 er juillet 2006. États financiers consolidés intermédiaires. Non vérifiés

Période du 25 mai 2006 au 1 er juillet 2006. États financiers consolidés intermédiaires. Non vérifiés Période du 25 mai 2006 au États financiers consolidés intermédiaires Non vérifiés Bilan consolidé intermédiaire (non vérifié) Au Actif Actif à court terme Trésorerie 6 794 967 Comptes débiteurs (notes

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Rapport annuel 2013 Revue financière. Rapport de gestion

Rapport annuel 2013 Revue financière. Rapport de gestion Rapport annuel 2013 Revue financière Rapport de gestion 1 Résultats financiers 46 Annexe aux états financiers consolidés portant sur le ratio de couverture par le résultat 108 Rétrospective des trois derniers

Plus en détail

DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE 2015 ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 %

DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE 2015 ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 % Pour diffusion immédiate DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 % MONTRÉAL (Québec), le 25 mars Dollarama inc. (TSX : DOL) («Dollarama» ou la «Société»)

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Juillet 2008 Edito Suivre l évolution des organisations et des métiers de l entreprise, est un principe de base du management

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Rapport de gestion consolidé

Rapport de gestion consolidé GROUPE EVADIX (Société-mère : Evadix S.A.) Rapport de gestion consolidé Rapport du Conseil d Administration à l Assemblée Générale Ordinaire du 9 mai 2011 Messieurs les actionnaires, Conformément à l article

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Comment devenir un employeur de choix

Comment devenir un employeur de choix Comment devenir un employeur de choix Qualité de l équilibre travail-vie personnelle Cahier Comment devenir un employeur de choix Qualité de l équilibre travail-vie personnelle AVERTISSEMENT La présente

Plus en détail

Analytique prévisionnelle des projets. Votre projet sera-t-il gagnant?

Analytique prévisionnelle des projets. Votre projet sera-t-il gagnant? Analytique prévisionnelle des projets Votre projet sera-t-il gagnant? Table des matières Une nouvelle démarche pour réduire les risques liés à un projet... 1 Analyse comparative de projets gagnants...

Plus en détail

Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer!

Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer! Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer! www.forum-export.ca Palais des Congrès de Montréal Montréal (Québec) 12 et 13 novembre 2003 Un forum de mobilisation des exportateurs québécois Paul-Arthur

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI

Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI Un InfoDossier d IDC 2015 Introduction Les organisations peinent à déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI, un investissement

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION Table des matières Avis concernant les déclarations prospectives

RAPPORT DE GESTION Table des matières Avis concernant les déclarations prospectives RAPPORT DE GESTION Table des matières Aperçu de nos activités 2 Deuxième trimestre en bref 2 Sommaire des résultats 2 Objectifs stratégiques 3 Mise à jour de nos perspectives financières pour 2011 4 Analyse

Plus en détail

Société Électro inc. (SCI)

Société Électro inc. (SCI) Société Électro inc. (SCI) Cas comptabilité Ronde préliminaire Place à la jeunesse 2014 Instructions Vous avez 180 minutes de préparation et le tout devra être envoyé au courriel ronde.preliminaire@gmail.com

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

Location et location à bail de matériel automobile

Location et location à bail de matériel automobile N o 63-242-X au catalogue. Bulletin de service Location et location à bail de matériel automobile 2006. Faits saillants Le total des revenus des sociétés de location et de location à bail du matériel automobile

Plus en détail

Revue financière. 2 e trimestre 2015. Le 5 août 2015

Revue financière. 2 e trimestre 2015. Le 5 août 2015 Revue financière 2 e trimestre 2015 Le 5 août 2015 AVERTISSEMENT Déclarations prospectives Certaines déclarations contenues dans cette présentation, incluant celles ayant trait aux résultats et au rendement

Plus en détail

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance Transformation de l assurance la perspective canadienne kpmg.ca/assurance 2 Transformation de l assurance La perspective canadienne Lors de la 23 e Conférence annuelle de KPMG sur l assurance, nous avons

Plus en détail

MODULE 2 - Profil de l entreprise

MODULE 2 - Profil de l entreprise - Introduction. 23 Résultats visés... 24 Notes à l intention du formateur.. 24 Les cinq questions : comment y répondre? 25 Qui.. 25 Quoi. 25 Pourquoi.. 26 Où... 26 Quand 27 Énoncés de vision et de mission.

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires,

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires, MESSAGE AUX ACTIONNAIRES Chers actionnaires, Le chiffre d affaires pour le premier trimestre clos le 27 avril 2013 a diminué de 1,5 % pour s établir à 56,9 millions de dollars, contre 57,8 millions de

Plus en détail

Incidence des tendances de marketing

Incidence des tendances de marketing Incidence des tendances de marketing La publicité au Canada joue un rôle important dans l économie canadienne avec des dépenses qui devraient atteindre plus de 23,3 milliards de dollars en 211. Dépenses

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS de l exercice terminé le 31 mars 2002 19 TABLE DES MATIÈRES Rapport de la direction 21 Rapport du vérificateur 22 États financiers Résultats 23 Excédent 23 Bilan 24 Flux de

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Admissibilité de la demande OUI NON. 1. A-t-on reçu la demande au plus tard à la date et à l heure de clôture du présent AP?

Admissibilité de la demande OUI NON. 1. A-t-on reçu la demande au plus tard à la date et à l heure de clôture du présent AP? 6.. Grille d évaluation de Connexion compétences GRILLE D ÉVALUATION NATIONALE RELATIVE À LA STRATÉGIE EMPLOI JEUNESSE (SEJ) PROGRAMME CONNEXION COMPÉTENCES (Annexe 6A) CFP-Ontario-111-GTA/SL-1 Demandeur

Plus en détail

Neuf 22 26 30-4.1 19.4 15.1. Revente 148 159 157-4.0 7.4-1.1. Neuf 481 503 522 5.6 4.6 3.7 Revente 464 495 522 7.6 6.8 5.4

Neuf 22 26 30-4.1 19.4 15.1. Revente 148 159 157-4.0 7.4-1.1. Neuf 481 503 522 5.6 4.6 3.7 Revente 464 495 522 7.6 6.8 5.4 COMMENTAIRE Services économiques TD 1 mars 214 LE MARCHÉ DE L HABITATION DE LA RÉGION DU GRAND TORONTO : PLUSIEURS MARCHÉS, PLUSIEURS SITUATIONS Faits saillants Bien que la robuste croissance des prix

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Services de réparation et d entretien

Services de réparation et d entretien N o 63-247-X au catalogue. Bulletin de service Services de réparation et d entretien 2010. aits saillants Le secteur des services de réparation et d entretien a affiché des revenus de 22,5 milliards de

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA

Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA S.V.P. remplir en caractères d imprimerie. du stage d expérience pratique CGA S.V.P. remplir en caractères d imprimerie.

Plus en détail

Services de design spécialisé

Services de design spécialisé N o 63-251-X au catalogue. Bulletin de service Services de design spécialisé 2012. Faits saillants Les revenus des entreprises des industries de services de design spécialisé ont augmenté de 3,8 % et se

Plus en détail

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS Le présent Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers annuels audités du fonds d investissement. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Le rapport Pleins feux sur la fiscalité est un supplément à l édition 2014 de l étude Choix concurrentiels, rapport mondial publié

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section M Division 70 70 ACTIVITÉS DES SIÈGES SOCIAUX ; CONSEIL DE GESTION Cette division comprend le conseil et l'assistance à des entreprises et autres organisations

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq e élevé Risque faible Risq à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq L e s I n d i c e s F u n d a t a é Risque Les Indices de faible risque

Plus en détail

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur L investissement fiscalement avantageux à son meilleur Payer des impôts, ça vous plaît? Si vous investissez à l extérieur d un régime enregistré, les distributions et les transactions pourraient créer

Plus en détail

Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV

Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV Concevoir un avenir pour votre entreprise est pour vous un investissement de tous les jours. Grâce à Microsoft Dynamics NAV, donnez vie à vos projets.

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS MONTRÉAL (Québec), le 12 juin 2014

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2000

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2000 HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2000 15 RAPPORT DE LA DIRECTION TABLE DES MATIÈRES Les états financiers d HÉMA-QUÉBEC ont été dressés par la direction, qui est responsable

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 4 novembre 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,47 $, en hausse de 7 % par rapport

Plus en détail

STEPHANE DODIER, M.B.A. Sommaire. Compétences. Formation académique 514-608- 5865. sdodier@stephanedodier.com. Stephane Dodier MBA

STEPHANE DODIER, M.B.A. Sommaire. Compétences. Formation académique 514-608- 5865. sdodier@stephanedodier.com. Stephane Dodier MBA STEPHANE DODIER, M.B.A. 514-608-5865 Sommaire J occupe le poste de Vice-Président Exécutif pour Optimum informatique, une firme de servicesconseils informatique appartenant au Groupe financier Optimum.

Plus en détail

PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE

PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE Numéro Liste de compétences - cours Introduction aux mathématiques comptables et financières Utiliser à des fins de gestion des méthodes statistiques

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Table des matières Introduction... 1 Services de plafonnement et d échange... 2 Système de

Plus en détail

2012 BAIIALA 175 M$ 2012 2,249 G$

2012 BAIIALA 175 M$ 2012 2,249 G$ Air Canada annonce ses résultats du premier trimestre de 2012 BAIIALA de 175 M$ pour le premier trimestre de 2012 Trésorerie et placements à court terme de 2,249 G$ au 31 mars 2012 MONTRÉAL, le 4 mai 2012

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Faits saillants du premier trimestre de 2015 1)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Faits saillants du premier trimestre de 2015 1) COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les Compagnies Loblaw limitée annonce une hausse de 35,2 % du montant ajusté du bénéfice par action 2) pour le premier trimestre de 2015 ainsi qu une augmentation de 2,0 % du dividende

Plus en détail

Services partagés Canada

Services partagés Canada Services partagés Canada Gestion par catégorie Comité consultatif sur les points de référence en matière d approvisionnement Février 2013 Pour discussion uniquement Veuillez noter que l information suivante

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M Communiqué de presse Paris, le 31 mai 2011, 18h00 Résultats annuels 2010/11 : 11,7% de marge opérationnelle courante «Solucom 2015», une nouvelle ambition pour Solucom Lors de sa réunion du 30 mai 2011,

Plus en détail

INDICATEURS DE PERFORMANCE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES CANADIENNES. Concepts, sources et méthodes

INDICATEURS DE PERFORMANCE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES CANADIENNES. Concepts, sources et méthodes INDICATEURS DE PERFORMANCE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES CANADIENNES Concepts, sources et méthodes Signes conventionnels Les signes conventionnels suivants sont employés uniformément dans les publications

Plus en détail

1 Voir les mesures non définies par les PCGR

1 Voir les mesures non définies par les PCGR Yellow Média inc. dévoile ses résultats pour le quatrième trimestre et l exercice 2010 D importants investissements en 2010 accélèrent la transformation de l entreprise Chiffre record pour les produits

Plus en détail

DOLLARAMA OBTIENT DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE ET ANNONCE UN FRACTIONNEMENT D ACTIONS ORDINAIRES À RAISON DE DEUX POUR UNE

DOLLARAMA OBTIENT DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE ET ANNONCE UN FRACTIONNEMENT D ACTIONS ORDINAIRES À RAISON DE DEUX POUR UNE Pour diffusion immédiate DOLLARAMA OBTIENT DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE ET ANNONCE UN FRACTIONNEMENT D ACTIONS ORDINAIRES À RAISON DE DEUX POUR UNE MONTRÉAL (Québec), le 11 septembre

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

chaîne logistique GESTION DE LA MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION

chaîne logistique GESTION DE LA MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION GESTION DE LA chaîne logistique MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION DISTRIBUTION Le module Distribution de Microsoft Business Solutions navision vous donne les moyens de pleinement satisfaire vos clients.

Plus en détail

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Votre bulletin d information quotidien. Votre solution pour chaque service. Prenez des décisions plus avisées pour développer

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes 2012 Pour de plus amples renseignements au sujet

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Enquête POINTS SAILLANTS* SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: DÉCEMBRE 1999

Enquête POINTS SAILLANTS* SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: DÉCEMBRE 1999 Enquête SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: POINTS SAILLANTS* DÉCEMBRE 1999 Qu il s agisse de relations avec leurs clientèles, de

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail