auprès des équipes CFDT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "auprès des équipes CFDT"

Transcription

1 ÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL auprès des équipes CFDT

2 sommaire Préface... 3 Présentation de fiches de bonnes pratiques... 4 Préparation des négociations annuelles obligatoires... 4 Accord de méthodologie dans le suivi d une fusion... 6 Cas d un projet d harmonisation des régimes de prévoyance et de santé... 9 Annexe : Charte de partenariat RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 2

3 PRÉFACE Ce guide a pour objectif de permettre aux équipes de comprendre le rôle de l expert et du conseil auprès des équipes CFDT. Ces missions d expertise et de conseil font partie intégrante des attributions économiques et professionnelles dans les comités d entreprise (CE), les CHSCT. Les élus et les délégués syndicaux (DS) doivent pouvoir s en saisir à tout moment. Pour les équipes CFDT, les objectifs des missions d expertise, tout comme le conseil, sont de : comprendre ; anticiper ; construire des propositions. En effet, l expert et le conseil apportent compréhension et regard critique. En cela, ils renforcent la compétence des équipes CFDT. L expert permet également d anticiper. En effet, une lecture dynamique des comptes fournit des alertes sur la situation économique de l entreprise et aide à anticiper les évolutions de l emploi. Au final, même si la construction des propositions relève de la responsabilité des représentants du personnel, l expert et le conseil ont une place spécifique en termes d accompagnement des équipes CFDT. A partir de leur connaissance du champ professionnel et/ou territorial, ils peuvent aider à élaborer ces propositions. Le travail avec l expert-conseil va permettre à la section de construire un rapport de force favorable. Au niveau confédéral, la CFDT fédère la mutualisation des bonnes pratiques (voir les fiches pages suivantes). Le syndicalisme CFDT ne se limite pas à la juxtaposition d actions entreprise par entreprise, et sans relation entre nos partenaires. Il y a nécessité et urgence à mettre du lien, à capitaliser expérience et savoir. Le recours aux experts et conseils a toujours été considéré comme très important pour la CFDT et le travail fait avec eux individuellement depuis des années en est la preuve. Aussi une charte de partenariat avec ses partenaires privilégiés dans le domaine de l expertise et du conseil a été signée le 10 mai 2004, elle a été renouvelée le 5 avril Cette charte permet de donner du contenu à un partenariat efficace entre le monde de l action syndicale et celui de l expertise, et donc à chacun de pouvoir se positionner dans le paysage. Par ailleurs, le contexte lié à la négociation interprofessionnelle sur les institutions représentatives du personnel (IRP) va faire évoluer le rôle des experts, redéfinir leurs prérogatives tout en confortant leurs attributions. Les équipes CFDT s en trouveront renforcées. Dans cette négociation, la CFDT revendique une évolution de ces missions d expertise et de conseil. La CFDT et ses partenaires se saisiront de ces changements afin de parvenir à une meilleure compréhension des enjeux économiques et sociaux pour une meilleure qualité du dialogue social dans l entreprise. Véronique DESCACQ, secrétaire nationale CFDT. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 3

4 FICHE BONNES PRATIQUES PRÉPARATION DES NÉGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES (NAO) 1. LE CONTEXTE DU GROUPE E ET DES SALARIÉS Le groupe E développe ses activités dans l univers de la mode féminine, en Europe et en Asie. En France, il emploie près de salariés, répartis sur un siège en région parisienne et plus de 550 magasins dans toute la France. Le groupe y est présent avec quatre enseignes : E, E1, E2 et E3. Le collectif de travail est marqué par une très forte disparité de métiers, de conditions de travail, de rémunérations entre le siège et les magasins. Dans les magasins, qui emploient plus de salariés, le personnel est majoritairement féminin. Le statut employé est le plus nombreux, avec des salaires très proches du Smic pour la plus grande partie des salariés. L ancienneté moyenne est d environ 5 ans, l âge moyen d environ 30 ans. Le recours aux CDD est très important tout au long de l année, c est près de CDD embauchés chaque année par l entreprise. Enfin, le temps partiel est largement utilisé. Il concerne 75% des salariés du statut employé. La CFDT est majoritaire et bien implantée sur le terrain, en particulier dans le réseau de magasins. 2. L INTERVENTION DE L EXPERT L expert accompagne le comité central d entreprise (CCE) depuis 2007, principalement pour la mission de diagnostic des comptes annuels. Dans le cadre de ces missions, outre l analyse approfondie de la situation économique et financière de l entreprise, le CCE a demandé à l expert d approfondir la compréhension de la situation sociale, en particulier à travers une analyse des rémunérations qui a été conduite en 2009, 2010 et 2011 de manière progressivement plus détaillée. Il a ainsi été possible de mieux comprendre la dispersion des rémunérations, le poids des rémunérations variables, les disparités siège/magasins, la répartition précise des augmentations de salaire découlant des négociations annuelles. 3. LE DÉROULEMENT DE LA NÉGOCIATION Lorsque la négociation démarre en novembre 2011, l inflation a atteint 2% sur les dix premiers mois de l année. Elle avait atteint 1,5% en 2010 (moyenne des variations mensuelles). Le Smic avait été augmenté de 1,6% au 1 er janvier 2011, augmentation portée à 2,1% au 1 er décembre Les précédentes NAO s étaient soldées sur une augmentation de 1,7%, auxquelles s ajoutaient des augmentations plus importantes pour certains métiers ciblés, des engagements de promotion à des niveaux supérieurs d une proportion déterminée de salariés, ainsi que des mesures complémentaires (tickets-restaurants ). Pour ces NAO 2012, l équipe CFDT fait le choix de se concentrer sur une revendication unique basée sur une augmentation générale de 3% pour l ensemble des salariés. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 4

5 Quatre réunions se tiennent sur les mois de novembre et décembre. Durant cette phase, l expert prépare, à la demande de l équipe CFDT et à partir de son dernier rapport, des chiffrages précis sur le coût de plusieurs scénarios : +2%, +2,5%, +3%. Les équipes de négociation défendent donc leurs positions en sachant que le coût de leur demande est tout à fait acceptable au regard de la situation économique du groupe. La direction est également forcée d examiner avec plus de considération cette revendication sérieusement étayée. La crédibilité des négociateurs s en trouve accrue. L année 2010 avait été marquée par une opération de rachat d actions, destinée à modifier l organisation de l actionnariat et qui avait eu pour conséquence d augmenter significativement l endettement de l entreprise. L expert avait démonté l ensemble de cette opération, ses objectifs, son coût, et ses conséquences sur les marges de manœuvre opérationnelles d E. L équipe CFDT a su réutiliser cette question lors des NAO, pour augmenter encore la pression sur la direction. En cette fin d année, un grand événement de communication était en préparation dans l entreprise : un défilé de mode avec de nombreuses personnalités, dans un lieu parisien très prestigieux, loué pour l occasion. Dans le même temps, les dernières réunions se profilaient. L équipe CFDT a alors préparé un tract particulièrement incisif, qui établissait un lien entre les dépenses d image occasionnées par cette soirée et les propositions faites en NAO. Ce tract, montré à la direction, ne sera finalement pas diffusé dans sa version initiale. Mais il contribua très efficacement à une augmentation de la pression exercée par les négociateurs. Après d ultimes discussions, les négociations se sont conclues avec une augmentation de 2,7% pour les employés et 2,2% pour les agents de maîtrise et cadres. Un résultat à la fois supérieur au Smic et à l inflation, dans un secteur traditionnellement très attentif à un strict encadrement des rémunérations. 4. QUELS ENSEIGNEMENTS EN TIRER? Dans cette négociation, la complémentarité du travail des négociateurs et de l expert a été payante : le travail de l expert a permis, année après année, de mettre en évidence le fonctionnement précis du système de rémunération et d en faire un commentaire argumenté. En 2011, l analyse économique avait également donné au CCE une information très complète sur les tenants et les aboutissants d une opération de rachat d actions à vocation strictement financière. Enfin, les simulations effectuées par l expert durant la négociation ont permis de renforcer la crédibilité et la confiance des négociateurs. Mais au final, c est bien le talent et le sens tactique de l équipe CFDT qui a permis l atteinte des résultats obtenus. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 5

6 FICHE BONNES PRATIQUES ACCORD DE MÉTHODOLOGIE DANS LE SUIVI D UNE FUSION (COLLABORATION EXPERTISE ÉCONOMIQUE, FINANCIÈRE ET JURIDIQUE) 1. L ENTREPRISE VT et TV, deux organisateurs de transport forment désormais une seule entreprise VTV après leur fusion. L activité porte sur le transport de voyageurs (route, rail). Début 2009, les groupes propriétaires des deux entreprises entrent en négociation exclusive pour la constitution d un groupe mondial de transport de voyageurs, par le rapprochement de VT et TV. Les termes du rapprochement VT-TV et de la sortie d un actionnaire de référence du capital de TV sont arrêtés en mars La levée des conditions suspensives du rapprochement, notamment l aval des Autorités de la Concurrence, dure toute l année Parallèlement, l élaboration du projet de la future organisation opérationnelle est fortement ralentie par des conflits managériaux entre les équipes de VT et celles de TV. La phase opérationnelle du rapprochement prend un retard important, ce qui conduit les actionnaires à modifier leur pacte sur la gouvernance du nouvel ensemble VTV, rééquilibrant les pouvoirs en faveur de la CDC et provoquant le départ du dirigeant historique de TV vers un autre acteur du marché. Le «closing» de l opération intervient finalement en avril 2011, mais VTV ne retrouve pas sa stabilité pour autant et subit des revers sur ses marchés français. La finalisation de la nouvelle organisation opérationnelle n intervient qu en novembre 2011 et la nouvelle organisation juridique devient effective au 1 er janvier L ACTEUR SYNDICAL Les CE des sociétés holding, les comités de groupe France et les comités d entreprise européens des deux groupes sont consultés dans le cadre du processus de rapprochement. Dans toutes les IRP consultées en France, la CFDT est fortement représentée, elle est le premier syndicat par la représentativité (suivi de près par la CGT). L enjeu pour le CE et la CFDT sur le plan local est de sécuriser les parcours et d appréhender les tenants et aboutissants du processus de rapprochement. Au niveau fédéral, l enjeu est de parvenir à un accord de méthodologie pour les fusions d entreprises pouvant faire l objet d une promotion dans le cadre du dialogue social européen sous l égide d ETF (la Fédération européenne du Transport) et de consolider la représentativité de la CFDT dans le nouvel ensemble. 3. L INTERVENTION DES EXPERTS L expert-comptable et l avocat interviennent dès le début du processus de consultation dans le cadre d un «consortium» au service de l organisation syndicale (OS) et du CE ; ils assurent respectivement l expertise économique et financière d un côté, et l expertise juridique de l autre. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 6

7 Les experts sont conjointement désignés par le CE de l unité économique et sociale (UES) holding et fonctions support de TV. Plusieurs experts vont intervenir auprès des différentes IRP, mais au fil du temps, seuls l expert-comptable et l avocat (sur TV) et un autre expert (sur VT) vont poursuivre l accompagnement. Le contexte de l intervention des experts est celui du rapprochement de VT et de TV. Celui-ci doit notamment entraîner des synergies qui s illustrent par la réduction de l effectif des fonctions support de 180 postes sur un total de postes théoriquement concernés. Par ailleurs, la réorganisation opérationnelle, puis la réorganisation juridique du nouveau groupe VTV, a des impacts sur le rattachement des salariés, les statuts collectifs et l architecture des IRP. 4. LA MISE EN RÉSEAU DES COMPÉTENCES DANS L ACCOMPAGNEMENT DE L IRP ET DE L ACTEUR SYNDICAL L accord de méthodologie, signé en avril 2010, structure pour la durée du processus de rapprochement les conditions d intervention des OS, des IRP et des experts. Cet accord engage déjà par ailleurs les sociétés employeurs et leurs actionnaires sur le principe du départ non contraint : définition des étapes du rapprochement donnant lieu à consultation des IRP et à expertise : création de la holding commune et projet industriel, notification du projet de concentration aux Autorités de la Concurrence, levée des conditions suspensives du rapprochement et «closing» de l opération, projet d organisation opérationnelle du nouvel ensemble, projet d organisation juridique du nouveau groupe, introduction en bourse (finalement abandonnée) ; mise en place d une instance de concertation, de préparation et de négociation (ICPN) créant un espace de travail entre les OS et les employeurs. L ICPN, au départ en deux groupes (VT et TV) qui seront ensuite fusionnés, peut recourir aux experts désignés par les IRP et apporter son éclairage aux IRP en vue des consultations ; engagement sur l absence de départs contraints et engagement à conduire des négociations sur les garanties en matière d emploi et sur les IRP. Le travail des experts s organise, au fur à mesure de l avancement du rapprochement, autour de la construction des outils de la négociation pour l ICPN et la préparation des consultations du CE. Pour le volet économique et financier (expert-comptable) : - enjeux financiers et économiques du rapprochement ; - examen du business plan et des réductions de coûts ; - décisions des Autorités de la Concurrence ; - cartographie des emplois et des compétences ; - dimensionnement et localisation du (ou des) siège(s). Pour le volet juridique (avocat) : - cartographie des IRP existantes et futures ; - bibliothèque des accords ; - évolution des statuts collectifs. L accompagnement s organise sur une période quasi continue allant de fin 2009 à début 2012 (au terme de la réorganisation juridique) et prend la forme de travaux écrits (rapports, notes, synthèse) et de réunions régulières entre partenaires et avec le CE et les représentants de l employeur. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 7

8 5. LES APPORTS POUR L ORGANISATION SYNDICALE Institué par l accord de méthodologie, le rôle des OS dans le processus de rapprochement a permis la négociation d accords qui ont apporté une sécurité à la mise en œuvre du processus de rapprochement au regard de l emploi et des statuts collectifs. Par ailleurs, la coordination par la fédération, fortement impliquée dans le suivi et la négociation, a permis de limiter les risques d antagonisme entre sections issues d entreprises différentes, voire de syndicats différents. Conformément aux objectifs de départ, un accord sur les garanties en matière d emploi a été signé, formulant les règles instituant l engagement pris par les sociétés et leurs actionnaires respectifs de ne procéder à aucun départ contraint, directement ou indirectement, pendant toute la durée de l accord (sécurisation des mobilités professionnelles et géographiques, modalités de la politique de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences). Un accord-cadre sur les IRP au sein du nouvel ensemble VTV a été également signé, parallèlement à la mise en place de la nouvelle organisation juridique du nouveau groupe, sécurisant ainsi le devenir des représentants du personnel. La définition et la répartition, clairement définies dès le début du processus des rôles des experts (expert et avocat) ont permis d assurer un accompagnement stable et dans la durée des OS et du CE. Ce dispositif, outre l investissement personnel, a certainement favorisé une réelle montée en compétences de la CFDT, qui s est imposée très nettement dans le dialogue social par rapport aux autres OS. Ce partenariat organisé et articulé a sans doute permis de conserver une dynamique tout au long du processus de rapprochement dans un contexte extrêmement troublé, marqué d une crise managériale suivie d une crise de l actionnariat (désengagement d un des groupes actionnaires annoncé fin 2011) avant même que VTV ait commencé à écrire son histoire. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 8

9 FICHE BONNES PRATIQUES CAS D UN PROJET D HARMONISATION DES RÉGIMES DE PRÉVOYANCE ET DE SANTÉ 1. LE GROUPE OST est un groupe de sociétés de services en ingénierie informatique (SSII). Ce groupe s est constitué par des acquisitions successives, restées en tant que filiales juridiques de la holding, dont certaines sont regroupées au sein d une UES. L entité historique est l émanation d une filialisation des activités informatiques d un groupe de la métallurgie. Ces entités seront bientôt fusionnées. En amont de la fusion, la direction annonce à sa principale entité ainsi qu à l UES un projet d harmonisation des régimes de prévoyance et de santé. Ce projet est censé avoir une valeur de test pour les opérations de fusion à venir. Comme tout ce qui touche à la prévoyance et à la santé, les organisations syndicales sont très soucieuses de préserver la qualité de la couverture dans des conditions ne portant pas atteinte au pouvoir d achat des salariés. 2. L ACTEUR SYNDICAL Les interlocuteurs syndicaux sont les DS CFDT principalement ; CGT (secrétaire du CE) et CGC sont présents. Il n y a de pas de majorité syndicale. 3. L INTERVENTION DES EXPERTS L expert intervient en tant qu expert en prévoyance et santé, avec l appui d un actuaire conseil, initialement pour le CE de l entité historique et dans un deuxième temps également pour l UES. Le dossier a été suivi de près par des interlocuteurs spécialisés en prévoyance et santé de la F3C CFDT. Le contexte de l intervention de l expert est celui de l accompagnement des OS sur cette négociation, sécurisé par une mission contractuelle. Au préalable est obtenue l assurance de la coopération de la direction sur la transmission de l ensemble des documents et informations nécessaires à la mission. 4. LA MISE EN RÉSEAU DES COMPÉTENCES DANS L ACCOMPAGNEMENT DE L IRP ET DE L ACTEUR SYNDICAL La mise en réseau des compétences a fonctionné : - institutionnellement, par l apport des compétences techniques de l expert ; - lors des échanges fréquents entre le DS CFDT et l expert ; - par un travail en commun sur les réponses à l appel d offres qui avait été lancé ; - par un travail en commun entre l expert, l actuaire, le courtier conseil de la direction et l Institution de Prévoyance concernée par les contrats. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 9

10 5. LES APPORTS POUR L ORGANISATION SYNDICALE L ensemble du dispositif a permis aux représentants du personnel de reprendre la main sur une négociation trop souvent laissée à l initiative de la direction. Autre apport : une vision globale du processus d harmonisation des régimes, en incluant les aspects juridiques, techniques, financiers et de droit du travail. Notre travail a permis de faire évoluer la position de la direction, qui souhaitait passer par une décision unilatérale. Un accord aura été finalement signé par les OS des deux entités concernées. Des apports techniques et juridiques ont été apportés pour la mise en place des régimes dans de bonnes conditions alors que direction, élus et OS étaient très démunis alors que le courtier n apportait qu une aide ponctuelle. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 10

11 ANNEXE : CHARTE DE PARTENARIAT RÉSEAU Avec RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 11

12 I. OBJET Ce texte doit contribuer à nouer les relations de partenariats privilégiés entre les cabinets d experts et/ou conseils, signataires de la charte, et la confédération CFDT. L ensemble des acteurs du champ de l expertise à vocation à être couvert par cette charte : économique, juridique, ergonomique, technologique Dans le cas des avocats concernés, celle-ci s applique pour le domaine du conseil et ce, sans préjudice de celle du Réseau Avec qui concerne les phases contentieuses. Cette charte est destinée à être proposée aux cabinets d experts et conseils par la confédération. Les signataires de cette charte ont vocation à être clairement reconnus par les militants CFDT. L objectif de cette charte est donc de permettre tout à la fois de : - clarifier les relations entre la confédération et ses partenaires pivots ; - structurer nos relations ; - permettre l organisation des relations suivies entre les différents signataires et la confédération ; - faciliter des collaborations entre ces groupes, notamment pour capitaliser de l information ; - permettre aux élus d entreprise d identifier clairement nos partenaires privilégiés. II. LES PRINCIPES La CFDT considère que le recours aux experts et conseils est une action naturelle et complémentaire de l action syndicale, mais que ce recours ne peut en aucun cas la remplacer. Les missions des experts et conseils doivent donc s inscrire dans la durée. La régularité de ces relations doit permettre une meilleure réactivité, une gestion plus souple des dossiers par les partenaires et une prise de décisions plus rapide par les structures politiques. Ces activités s inscrivent dans le cadre d action défini par la confédération. Elles impliquent une reconnaissance des rôles respectifs de chacun. Ce principe de partenariat suppose une connaissance réciproque. La CFDT coopérera avec les signataires dans des conditions qui ne porteront aucune atteinte à leur indépendance professionnelle et qui, en général, pour ce qui est des membres d une profession organisée (avocats, experts-comptables), ne les mettront pas en contradiction avec les règles de leur profession. Les intervenants demeurent libres des conclusions auxquelles leurs analyses les ont conduit en conformité avec la mission ou le cahier des charges préalablement établi. Les analyses des experts participent à la prise de décisions politiques ou stratégiques qui en tout état de cause appartiennent à l organisation. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 12

13 III. LES ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES Il n y a pas de relation exclusive entre la CFDT et les signataires de cette charte. Le développement des uns et des autres doit pouvoir se faire avec autonomie, cela nécessite une connaissance réciproque et des rencontres régulières. Pour prévenir des conflits d intérêt possibles, la CFDT pense que le conseil ou l assistance à des organisations ou associations patronales doit faire l objet d un échange préalable. Les signataires s engagent à entretenir et développer les compétences qui fondent leur partenariat avec la CFDT. Ce partenariat doit créer les conditions d une plus grande valorisation, par la capitalisation d informations, du travail des experts au profit de l organisation (ex. travail sur les restructurations). Les signataires peuvent intervenir pour des organisations syndicales autres que la CFDT, excepté lorsqu il y a un conflit d intérêt. Consciente de la nécessité pour les partenaires d avoir une bonne connaissance des positions et des décisions de la CFDT, la confédération s engage à mettre en place des réunions d échanges, ainsi qu à améliorer les informations en direction des signataires. La confédération s engage à faire connaître les signataires de cette charte, à promouvoir leurs services respectifs et à diffuser le contenu de cette charte auprès des structures et des équipes CFDT à travers les Fédérations et les Unions régionales. IV. LA FORMATION La formation syndicale relève de la responsabilité de l organisation et des outils qu elle s est donnée : Iris et son réseau. Les signataires s engagent donc à ne pas proposer directement aux militants CFDT des formations. Ces interventions se feront dans les cadres définis par les responsables politiques de la session. La confédération reconnaît que les formations sont des éléments de notoriété importants et donc des sources de développement potentiel pour les différents cabinets. La confédération s engage donc à solliciter plus particulièrement les signataires pour intervenir dans les sessions de formation développées par Iris et son réseau. V. EXPERTS ET «CONSEILS» V-I La fonction de l expert consiste à éclairer un dossier, résoudre un problème ou porter un diagnostic sur un cas dont la technicité excède le savoir propre de celui qui le sollicite. La fonction du «conseil» consiste à préconiser, en fonction des apports propres à ses compétences, des moyens d atteindre l objectif que s est fixé celui qui le consulte ou, tout au moins, à aider celui-ci à apprécier sa marge de manœuvre en l éclairant sur ses atouts et ses handicaps. Cette fonction est davantage en prise avec l action. En dépit de cette distinction, les deux fonctions ne sont pas étrangères l une à l autre. C est pourquoi, elles se superposent couramment ; un expert peut être un conseil. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 13

14 Les deux fonctions exigent rigueur, objectivité et indépendance intellectuelle. La deuxième suppose probablement davantage d engagement et de capacité à supporter une responsabilité plus lourde. V-II Un expert dans une discipline ne doit pas se faire expert ou conseil dans une discipline où il n a pas compétence. C est une question d honnêteté intellectuelle, autant que de respect des limites institutionnelles susceptibles de borner les champs d intervention de différents experts et/ou conseils dans l intérêt le plus souvent des usagers. La CFDT demande donc aux experts et conseils, avec qui elle contracte, d éclairer ses structures et ses équipes sur les limites de leurs compétences respectives, de s efforcer de dissiper les confusions actuellement perceptibles. Elle entend contribuer elle-même à cet effort. La confédération demande corrélativement à ses experts et conseils en différentes disciplines de développer entre eux des partenariats, des pratiques de coopération, voire d intervention conjointe. VI. LE CHOIX DES SIGNATAIRES La confédération proposera aux responsables de cabinets d expertise la signature de cette charte qui engage l ensemble des intervenants dudit cabinet. Cette charte doit être déclinée par les fédérations et les régions qui le souhaitent avec des partenaires qui leur seraient spécifiques et choisis au sein du Réseau Avec pour les avocats. Concernant les avocats : La CFDT reconnaît la compétence spécifique des avocats à remplir la fonction de conseil juridique auprès des équipes et structures dans les domaines suivants. Assistance tactique dans les situations à risque contentieux élevé (en raison de la contribution de leur pratique contentieuse à leur compétence, et de leur obligation d assurer, le cas échéant, «le service après-vente» de leurs conseils). Ces situations sont, notamment, les restructurations, entendues aussi bien dans le sens de «licenciements collectifs» que dans celui de «modification des frontières de l entreprise». La CFDT attachera un prix particulier à ce que les avocats remplissent leurs missions de conseil dans ces circonstances en coopération étroite avec les experts-comptables. Aide à la conception et rédaction de projets d accords collectifs ou d amendements à des projets d accords ou de dispositifs d origine patronale (ex. plans sociaux, accords dits de méthode). De même, pour tout acte de portée juridique, susceptible de jalonner le fonctionnement d un CE (règlement intérieur, contrats avec ses prestataires, règlement général d accès à ses prestations, conception et mise au point de formule de coopération entre plusieurs CE, etc.). Dans certains domaines où la prise en compte du droit est particulièrement imbriquée avec d autres disciplines, les coopérations doivent, de même, être recherchées prioritairement. Le Réseau Avec établit chaque année une liste de cabinets «spécialisés» et clairement identifiés comme adhérents à cette charte. Cette liste est publiée en annexe à la charte. RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 14

15 VII. SUIVI DE LA CHARTE Le suivi de la charte est assuré par le Secrétaire national ayant en charge la politique économique et celui ayant en charge la politique juridique. Toute modification du périmètre des «partenaires privilégiés» fera l objet d une communication spécifique auprès des signataires. Cette mise en valeur des signataires a pour objet d éclairer nos responsables et militants sur les compétences et le respect des valeurs des partenaires. En cas de non-respect de cette charte par un signataire, après interpellation de ce dernier, la Commission exécutive pourra décider de l arrêt immédiat des engagements de la confédération, et de l information des militants de cette situation. Paris, juillet Véronique DESCACQ CFDT Marie-Andrée SEGUIN CFDT Jean-Paul Raillard Syndex Christian Pellet Sextant Serge GAUTHRONET Arete Béatrice BURSZTEIN Réseau Avec RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 15

16 ADRESSES DES EXPERTS ARETE 3/5, rue de Metz PARIS Tél. : Fax : SEXTANT EXPERTISE SA 27, boulevard des Italiens PARIS Tél. : Fax : SYNDEX 22, rue Pajol PARIS Cedex 18 Tél. : Syndex Aix-en-Provence 1, rue de la Masse Aix en Provence Tél. : Fax : Syndex Angers 122, rue du Château d Orgemont Angers Tél. : Fax : Syndex Besançon 4, rue de Franche Comté École-Valentin Tél. : Fax : Syndex Bordeaux 8, avenue de la Madeleine Gradignan cedex Tél. : Fax : Syndex Caen 4, avenue de Cambridge Hérouville-Saint-Clair Tél. : Fax : Syndex Clermont-Ferrand 80, bd François Mitterrand Clermont Ferrand Tél. : Fax : Syndex Dijon 23, place Bossuet Dijon Tél. : Fax : Syndex La Rochelle Le Sextant - rue de la Trinquette La Rochelle Tél. : Fax : RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 16

17 Syndex Lille 5, avenue de la Créativité Villeneuve d Ascq Tél. : Fax : Syndex Lyon 119, bd de Stalingrad Villeurbanne cedex Tél. : Fax : Syndex Montpellier 6, rue Paladihle Montpellier Tél. : Fax : Syndex Nancy 7, allée de la forêt de la Reine Vandœuvre-lès-Nancy Tél. : Fax : Syndex Nantes 33, bd Albert Einstein - CS Nantes cedex 3 Tél. : Fax : Syndex Paris 22, rue Pajol Paris cedex 18 Tél. : Fax : Syndex Quimper 1, avenue du Braden Quimper Tél. : Fax : Syndex Rennes 17, rue de la Donelière - CS Rennes cedex Tél. : Fax : Syndex Strasbourg 3, rue du Verdon Strasbourg Tél. : Fax : Syndex Toulouse 35, rue Georges Ohnet Toulouse Tél. : Fax : RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 17

18 LISTE DES AVOCATS ET CABINETS PROPOSÉE PAR LE RÉSEAU AVEC POUR L EXÉCUTION DE MISSIONS D EXPERTISE OU DE CONSEIL ALSACE Luc DORR 63, avenue des Vosges STRASBOURG Tél. : Fax : BRETAGNE Laurent BEZIZ 20, rue des Fossés RENNES Tél. : Fax : ILE DE FRANCE Rachid BRIHI 18, bd de Montmartre PARIS Tél. : Fax : Béatrice BURSZTEIN 5, rue d Argout PARIS Tél. : Fax : Jonathan CADOT 30, rue Pierre Sémard PARIS Tél. : Roger KOSKAS 18, boulevard Montmartre PARIS Tél. : Fax : Pascale LEGENDRE 11, rue de Châteaudun PARIS Tél. : Fax : Henri-José LEGRAND 5, rue d Argout PARIS Tél. : Fax : Franceline LEPANY 30, rue Pierre Sémard PARIS Tél. : Fax : RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 18

19 Daniel SAADAT 11, rue de Châteaudun PARIS Tél. : Fax : François THOMAS 8 ter, boulevard Henri Barbusse MONTREUIL Tél. : Fax : LORRAINE Laurent PATE 21, rue Belle Isle METZ Tél. : PAYS DE LA LOIRE Fabienne LECONTE 70, rue Jean Jaurès REZE Tél. : Fax : PACA Philippe MOURET 14, collège de la Croix AVIGNON Tél. : Fax : RHONE ALPES Eladia DELGADO 119, avenue de Saxe LYON Tél. : Fax : Georges MEYER 119 avenue de Saxe LYON Tél. : Fax : Myriam PLET 119, avenue de Saxe LYON Tél. : Fax : RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT 19 CFDT-Service Information Communication / Août 2012

RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT

RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT RÔLE DE L EXPERT ET DU CONSEIL AUPRÈS DES ÉQUIPES CFDT CFDT.FR SOMMAIRE Préface... 3 Présentation de fiches de bonnes pratiques... 5 Préparation des négociations annuelles obligatoires... 5 Accord de méthodologie

Plus en détail

Programme de formations. (année 2014)

Programme de formations. (année 2014) Programme de formations (année 2014) LBBa, prestataire de formation professionnelle Prestataire de formation professionnelle, enregistré comme tel auprès de l administration, le cabinet LBBa, composé d

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

guide des missions des experts des ce et des CHSCT Version 2014 Actualisée de la LSE

guide des missions des experts des ce et des CHSCT Version 2014 Actualisée de la LSE guide des missions des experts des ce et des CHSCT Version 2014 Actualisée de la LSE sommaire PLANS SOCIAUX RESTRUCTURATIONS Accords de maintien de l emploi PLAN DE FORMATION CONDITIONS DE TRAVAIL Reprise

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE A DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA charte QUALITÉ LABEL SOCIAL Label Sokial an Trañsportoù e Breizh SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE DISPOSITIFS PARTICULIERS TRANSPORTS

Plus en détail

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE Groupe SOFIFRANCE - Carole Reynaud Siège social : Impasse Honoré Daumier, 238 voie privée - 13880 Velaux Téléphone

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs,

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs, SQLI Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital social de 1.332.339,15Euros Siège social : Immeuble Le Pressenssé 268, avenue du Président Wilson 93200 La Plaine Saint-Denis RCS

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Exercice 2007. Mesdames, Messieurs,

Exercice 2007. Mesdames, Messieurs, SQLI Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital social de 1.534.525,45 uros Siège social : Immeuble Le Pressenssé 268, avenue du Président Wilson 93200 La Plaine Saint-Denis RCS

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES Le parcours proposé se découpe en 8 journées de qui permettent d aborder l ensemble des missions couvertes par la fonction RH. L ensemble du parcours permet

Plus en détail

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations progressons ensemble dans votre organisation et vos relations CONSEIL FORMATION MANAGEMENT - RH L entreprise est notre challenge Nous soutenons votre entreprise dans toutes les réalisations visant sa réussite.

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

Proche de vous en toutes circonstances

Proche de vous en toutes circonstances Ser vice Clients F rance Proche de vous en toutes circonstances DÉVELOPPEUR DE SERVICES DANS LE DOMAINE DE LA RADIOTHÉRAPIE Une expertise unique Avec en France une organisation dédiée à la planification,

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CAUE du 24 mai 2007, étendue le 6 mars 2008. ENTRE LE COLLEGE EMPLOYEURS, Fédération nationale des CAUE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CAUE du 24 mai 2007, étendue le 6 mars 2008. ENTRE LE COLLEGE EMPLOYEURS, Fédération nationale des CAUE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CAUE du 24 mai 2007, étendue le 6 mars 2008 AVENANT n 11 modifiant le Régime national de la garantie frais de santé instauré le 24 mai 2007 ENTRE LE COLLEGE EMPLOYEURS,

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT SYNDICAT SANTÉ SOCIAUX Pour améliorer la vie, défendons la vôtre VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE 2014 WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc formation syndicale

Plus en détail

mode d emploi Représentativité des syndicats

mode d emploi Représentativité des syndicats mode d emploi Représentativité des syndicats LA LOI DU 20 AOUT 2008 transpose dans le Code du travail les règles sur la représentativité et la négociation collective, telles que définies par les partenaires

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Convention. Entre. ci-après désignée «Bureau de Business France en Pologne» d une part,

Convention. Entre. ci-après désignée «Bureau de Business France en Pologne» d une part, Convention Entre Business France établissement public industriel et commercial, immatriculé au Registre du commerce et des sociétés de Paris sous le numéro 451 930 051, dont le siège social est sis 77

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR 2015

REGLEMENT INTERIEUR 2015 REGLEMENT INTERIEUR 2015 A compter du 1 er janvier 2015 REGLEMENT INTERIEUR 2015 Mutuelle et Sections Dénomination et siège social de la mutuelle Une Mutuelle dénommée ENTRAIN est située : 5, boulevard

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

La Base de Données Economiques et Sociales. Philippe VIVIEN 06 10 27 68 08 Philippe.vivien@alixio.fr

La Base de Données Economiques et Sociales. Philippe VIVIEN 06 10 27 68 08 Philippe.vivien@alixio.fr La Base de Données Economiques et Sociales Philippe VIVIEN 06 10 27 68 08 Philippe.vivien@alixio.fr Sommaire 1. Présentation de la démarche 2. Présentation des contenus de la BDES 3. Préparation de la

Plus en détail

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL Préambule : Page 2 Article 1 : Principes généraux Page 3 Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 Article 3 : Mise en œuvre du télétravail Page 4 - Article 3.1 : formulation

Plus en détail

Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale

Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale Paris, le 5 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE COMMUN Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale SOMMAIRE Communiqué

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Vade-mecum sur les regroupements

Vade-mecum sur les regroupements Vade-mecum sur les regroupements Le nouvel article L718-2 du code de l éducation fixe l objectif que «Sur un territoire donné, qui peut être académique ou inter académique, sur la base d'un projet partagé,

Plus en détail

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique Valorisation des patrimoines Conseil et accompagnement stratégique Dans un contexte d évolutions continues des règlementations et de recherche d optimisation, loin des grands programmes de constructions

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

> COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job.

> COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job. > COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job. Révolu. Le temps de l outplacement réservé à quelques privilégiés Archaïque. Le confort et les bureaux chics en guise de méthode

Plus en détail

Loi de sécurisation de l emploi

Loi de sécurisation de l emploi Novembre 2013 Loi de sécurisation de l emploi Le guide 4 Editorial Une nouvelle donne pour le dialogue social dans l entreprise et un défi pour ses acteurs L introduction de la loi de sécurisation de l

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

ACCORD GROUPE FRANCE. Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK)

ACCORD GROUPE FRANCE. Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) ACCORD GROUPE FRANCE Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) Entre: Monsieur Yves BAROU, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Formation préventive et accompagnement psychologique des agents 51 11 46 / 01 53 33 11 46 victimologie@sncf.fr BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Permanence Téléphonique Prise

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU PAT

LES OBJECTIFS DU PAT LES OBJECTIFS DU PAT Le PAT s inscrit dans le cadre des axes de développement approuvés par l assemblée générale fédérale pour l olympiade 2012/2016. Il est le moyen de mettre en synergie l ensemble des

Plus en détail

Thèmes : la mise en place de la réorganisation des Fonctions Support Logistique, le fleet management

Thèmes : la mise en place de la réorganisation des Fonctions Support Logistique, le fleet management 7 ème réunion de concertation sociale Direction EGD Méditerranée OS Régionales du 22 janvier 2007 Thèmes : la mise en place de la réorganisation des Fonctions Support Logistique, le fleet management Participants

Plus en détail

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée DOSSIER DE PRESSE Mercredi 12 décembre 2012 1- Communiqué de presse

Plus en détail

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile-de-France Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel

Plus en détail

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent.

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent. ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société «AD Missions», SAS au capital de 150.000 Euros, RCS Paris 412 383 234 dont le siège social est situé 20 rue Brunel 75017 PARIS, représentée par Monsieur Sylvestre BLAVET,

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Informations Economiques. Analyse des comptes 2014 du Groupe Dépêche

Informations Economiques. Analyse des comptes 2014 du Groupe Dépêche BULLETIN D INFORMATION DU COMITE D ENTREPRISE Août 2015 Informations Economiques Analyse des comptes 2014 du Groupe Dépêche Nous avons confié comme chaque année, l analyse des comptes du Groupe Dépêche

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET SELECTION D UN GESTIONNAIRE D UN FONDS PROFESSIONNEL DE CAPITAL INVESTISSEMENT CIBLANT LE DOMAINE DES MATERIAUX

APPEL A MANIFESTATION D INTERET SELECTION D UN GESTIONNAIRE D UN FONDS PROFESSIONNEL DE CAPITAL INVESTISSEMENT CIBLANT LE DOMAINE DES MATERIAUX Pôle Entreprises Service Accompagnement et Projets d entreprises APPEL A MANIFESTATION D INTERET SELECTION D UN GESTIONNAIRE D UN FONDS PROFESSIONNEL DE CAPITAL INVESTISSEMENT CIBLANT LE DOMAINE DES MATERIAUX

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA CAISSE D EPARGNE DE BOURGOGNE FRANCHE COMTE

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA CAISSE D EPARGNE DE BOURGOGNE FRANCHE COMTE ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA CAISSE D EPARGNE DE BOURGOGNE FRANCHE COMTE 1 Entre La Caisse d Epargne de Bourgogne, dont le siège social est situé 1, Rond-Point de la Nation

Plus en détail

La Base de Données Unique

La Base de Données Unique Formation, Expertise et Conseil pour les CE et CHSCT La Base de Données Unique Paris, le 23 septembre 2014 Jean-Pierre Yonnet Le 2 ème volet de la LSE Le deuxième volet de la loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Les impacts sociaux des fusions

Les impacts sociaux des fusions Les impacts sociaux des fusions Le cadre juridique La négociation Les impacts sur le comité d entreprise Conférence - 2012 Le transfert d entreprise Article L1224-1 du code du travail «Lorsque survient

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 21, rue de Sarre B.P 75857 57078 METZ CEDEX 03 En application des dispositions de l article 40 de la directive 2006/43/CE du Parlement Européen et du conseil du 17 mai 2006

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Protocole d accord relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique

Protocole d accord relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique Axe 2 Dispositifs d appui à la démarche d évaluation et de prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M.

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M. ACCORD NATIONAL DU 15 NOVEMBRE 2006 SUR LES ASPECTS SOCIAUX DES RESTRUCTURATIONS ET REGROUPEMENTS DE MOYENS DANS LES CAISSES REGIONALES DE CREDIT AGRICOLE ET LES ORGANISMES ADHERANT A LA CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail