DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT"

Transcription

1 DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Question ENC n 33 M Bachy R Vialle (Hôpital Armand Trousseau Paris) Objectifs de l enseignement : 1. Connaître la croissance normale des membres et du rachis. 2. Dépister les inégalités de longueur et les déformations de la colonne vertébrale. 3. Proposer une conduite à tenir devant une inégalité de longueur ou une déviation vertébrale. 4. Savoir rapporter une rachialgie ou des douleurs des membres à leur cause.

2 L essentiel en 7 points 1. La croissance -. - indissociable de l appareil locomoteur de l enfant et de l adolescent. - à la base de tout raisonnement en orthopédie pédiatrique. La vitesse de croissance est irrégulière et différente selon les régions du corps. La croissance des membres s effectue «près du genou et loin du coude» - Genou = 65% de la croissance en longueur du membre inférieur - Coude = 20 % à la croissance en longueur du membre supérieur. 2. Savoir rechercher une inégalité de longueur des membres inférieurs. - 5 causes principales : - traumatiques - infectieuses - neurologiques - congénitales - hémihypertrophies L inégalité finale dépend de l étiologie. Le traitement varie selon l importance de l inégalité. 3. Scoliose = déformation tridimensionnelle de la colonne vertébrale. - Son dépistage est essentiel. - Affirmer le diagnostic de scoliose = rechercher une gibbosité (! scoliose/attitude scoliotique) Examen clinique = essentiel - Evaluer le retentissement de la scoliose sur l équilibre du rachis déséquilibre?!- dans le plan frontal = gîte latérale - dans le plan sagittal = lordose thoracique - Recherche systématique d une étiologie Examens : - Neurologiques - Cutanés - Ostéo-articulaires! - 75% des scolioses sont «idiopathiques» - 25% sont «secondaires» - Neuromusculaire - Congénitales, liées à des malformations vertébrales, - Maladie de système, 4. Cyphose = courbure rachidienne à concavité antérieure. - se mesure debout, avec un fil à plomb tangent à la cyphose thoracique! - peut également être mesurée radiologiquement. - «pathologique» (hyper cyphose) = - cyphose thoracique > 50 - lordose lombaire < 20 - Rechercher une étiologie : - neurologique, - malformative - dystrophie rachidienne de croissance - peuvent être raides et peu réductibles. - traitement par corset long et difficile. Dystrophie rachidienne de croissance - liée à un trouble de croissance des corps vertébraux - conséquence d apparition d une cyphose du rachis, souvent raide et parfois douloureuse. - Sur la radiographie, on note une «cunéïformisation» antérieure de plus de 5 siégeant sur au moins 3 vertèbres adjacentes. - Le traitement par corset n a un intérêt que chez l enfant ou l adolescent jeune chez qui il reste un potentiel de croissance vertébrale. La correction de la cyphose est obtenue par plâtre ou par corset afin de permettre à la croissance des vertèbres de reprendre normalement. 5. Les douleurs du rachis, assez fréquentes chez l enfant doivent toujours être prises en considération et faire l objet d une recherche étiologique. Il faut connaître - les signes en faveur d une origine organique - les étiologies principales sont : - la spondylolyse isthmique et le spondylolisthésis - la spondylodiscite - les tumeurs du rachis intra ou extra-canalaires - les hernies discales - la dystrophie rachidienne de croissance 6. Les déformations thoraciques de l enfant et de l adolescent sont de deux types : - le thorax «en carène» - le thorax «en entonnoir»! un aspect disgracieux, mal vécu sur le plan esthétique, notamment à l adolescence! Les conséquences cardiaques ou respiratoires sont exceptionnelles à l exception des formes les plus sévères notamment dans le cadre de la maladie de Marfan. Les thorax en carène peuvent être traités par corset chez l enfant ou l adolescent jeune. En fin de croissance ou lorsque la déformation est sévère et mal tolérée sur le plan esthétique, le traitement peut être chirurgical. Bilan radiographique : - mesure radiologique de la scoliose - Sur la courbure de face : - les vertèbres limites (angle de Cobb) - la vertèbre sommet - apprécier la rotation vertébrale. radiographies de la totalité du rachis face et profil en position debout. - diagnostic d une éventuelle malformation (hémivertèbre, etc.). Evolution :!en fonction de leur étiologie : stables/évolutives - Sur le profil! - courbures dorsale et lombaire - rechercher un spondylolisthésis. Toute scoliose présente un risque d aggravation pendant la croissance.! Aggravation d autant plus importante que la vitesse de croissance est rapide (risque majeur pendant la puberté). Traitement : but = éviter l aggravation de la scoliose. - Idéal = arriver en fin de croissance avec une courbure modérée (40 à 45 ) qui permet d'éviter une correction chirurgicale. - essentiellement basé sur l utilisation des plâtres et des corsets - en cas d échec : correction chirurgicale + arthrodèse (greffe osseuse de la zone déformée) nécessaire. - Si scoliose pas évolutive : pas de traitement mais surveillance jusqu à la fin de la croissance - Si scoliose évolutive : - traitement orthopédique pour la majorité! - traitement chirurgical proposé pour - scolioses importantes avec risque évolutif à l âge adulte, - scolioses qui ne peuvent être contenues par un traitement orthopédique 7. Le kyste synovial du creux poplité - de découverte fortuite - ou par des douleurs chroniques de type mécanique! La voussure est visible genou en extension, siégeant le plus souvent à la partie médiale du creux poplité.! Le diagnostic peut être confirmé par une échographie.! Il faut le plus souvent ne rien faire car il disparaît spontanément dans 50 % des cas, mais la persistance d un kyste douloureux peut justifier de son exérèse.! IRM du genou : si il existe - synovite villonodulaire - des signes articulaires : - la chondromatose synoviale - hémangiome synovial - ou si la masse du creux poplité est dure - Synovialosarcome - tumeur desmoïde ou nerveuse

3 1. Introduction Les inégalités de longueur des membres inférieurs et les déviations de la colonne vertébrale représentent un des motifs les plus fréquents des consultations d orthopédie pédiatrique. A titre d exemple, l incidence de la scoliose est de 5% dans la population générale. Pour bien comprendre le risque évolutif de ces affections ainsi que leur traitement, il est essentiel de connaître la croissance des membres et du tronc durant l enfance et à l adolescence. 2. Quelle est la croissance normale des membres et de la colonne vertébrale? La croissance est à la base de tout raisonnement en orthopédie pédiatrique. Il faut toujours répondre à ces deux questions : - Quel est le rythme de croissance de l enfant? - Quelle est la «croissance restante» de l enfant? 2.1 La vitesse de croissance Elle est irrégulière et différente selon les segments : céphalique, rachidien, inférieur ou supérieur. De la naissance à 5 ans : la croissance est RAPIDE. - La croissance est équilibrée entre le tronc et les membres inférieurs. - La taille double entre la naissance et 5 ans (50cm - 107cm). Cette augmentation est de 27 cm sur la taille assise (liée essentiellement à la croissance du rachis) et de 26 cm sur les membres inférieurs. La taille moyenne d un enfant de 5 ans représente 62 % de la taille finale. De 5 ans à 10 ans la croissance est DOUCE. La vitesse de croissance de 5 à 6 cm par an. La croissance se fait pour 2/3 sur les membres inférieurs et 1/3 sur le tronc. Après 10 ans la PUBERTE accélère la croissance. La puberté commence en moyenne à 11 ans d âge osseux pour la fille et 13 ans d âge osseux pour le garçon. A l âge de 10 ans, les 2/3 de la croissance restante se font sur le tronc car il reste : - 30 cm de croissance chez le garçon dont 10 cm sur les membres inférieurs et 20 cm sur la taille assise cm de croissance chez la fille dont 9 cm sur les membres inférieurs et 15 cm sur la taille assise. Ne jamais oublier que l âge osseux est différent de l âge chronologique! L âge osseux est calculé sur une radiographie de face de la main gauche ou sur des radiographies du coude face et profil. La lecture de l âge osseux se fait par comparaison avec un atlas. Quelques repères : - Le sésamoïde du pouce (radiographie de la main gauche) apparaît à 11 ans chez la fille et 13 ans chez le garçon. C est le début de la puberté - L ossification secondaire de la crête iliaque (test de Risser) commence à 13 ans d âge osseux chez la fille et de 15 ans chez le garçon (Risser 1). C est le début de

4 l adolescence. Le test de Risser est le seul repère fiable pour apprécier le degré de maturation du bassin et du rachis. L âge osseux mesuré au poignet n est pas fiable pour apprécier la maturation du tronc! Test de Risser.! Il est basé sur la progression de l ossification de la crête iliaque. Cette ossification débute à l épine iliaque antérosupérieure puis elle progresse vers l arrière. La crête est schématiquement divisée en trois tiers pour définir les stades suivants :! Risser 0 : absence d ossification! Risser 1 : ossification du premier tiers! Risser 2 : ossification des 2 premiers tiers! Risser 3 : ossification sur toute la longueur de la crête iliaque! Risser 4 : début d ossification de la physe! Risser 5 : ossification complète de la physe! L ossification complète de ce cartilage de croissance qui commence à la partie postérieure de la crête iliaque signe la fin de la croissance! 2.2 Le potentiel de croissance des cartilages de croissance Les cartilages de croissance ont des potentiels de croissance différents. On peut dire que la croissance des membres s effectue «près du genou et loin du coude» puisque le genou détient 65% de la croissance en longueur du membre inférieur et que le coude participe pour 20 % à la croissance du membre supérieur. De nombreuses tables (Green et Anderson, diagrammes de Moseley, courbes de Hechard, Carlioz ou Dimeglio) permettent de rapporter la croissance des os longs et de prévoir une inégalité de longueur des membres inférieurs ou supérieurs. 3. Diagnostic et traitement des inégalités de longueur des membres inférieurs (ILMI). Les inégalités de longueur des membres inférieurs sont fréquentes. Leur recherche doit se faire lors de tout examen orthopédique. 3.1 Comment fait-on le diagnostic d une inégalité de longueur?

5 L enfant est examiné déshabillé, debout et de dos, membres inférieurs en extension (genoux tendus) et pieds à plat. En cas d ILMI, l inspection permet de noter : - une asymétrie des épaules (chute épaule côté le plus court), - une fermeture de l angle ilio-lombaire du côté le plus court, - une obliquité du pli fessier, - la saillie de la crête iliaque du côté le plus haut. - La palpation permet de noter la différence de hauteur des crêtes iliaques ou des fossettes sacrées. Mesure clinique : Elle s effectue en plaçant sous le côté le plus court des planchettes de hauteur variable jusqu à ce que l on obtienne la rééquilibration du bassin. Ceci est préférable a la mesure de la distance entre l épine iliaque antérosupérieure et la malléole interne. La mesure de l inégalité de longueur peut être radiographique (radiographie des membres inférieurs en entier de face et debout) : On mesure alors chaque segment en prenant des repères précis et toujours les mêmes : - pôle proximal de la tête fémorale, - pôle distal du condyle fémoral latéral, - sommet du massif des épines tibiales, - interligne articulaire tibio-talien 3.2 Quelles sont les causes des ILMI? Il existe cinq causes principales : Les causes traumatiques - Soit un allongement segmentaire après fracture diaphysaire (stimulation excessive de la croissance osseuse) - Soit un raccourcissement segmentaire par stérilisation du cartilage de croissance (épiphysiodèse).

6 3.2.2 Les causes infectieuses - Soit un allongement par stimulation excessive de la croissance après atteinte infectieuse diaphysaire ou métaphysaire (ostéomyélite) - Soit un raccourcissement par destruction complète du cartilage de croissance (épiphysiodèse) Les causes neurologiques Toute affection neurologique (poliomyélite, hémiplégie cérébrale infantile...) survenant chez l enfant et s accompagnant d une paralysie musculaire peut entraîner un raccourcissement de membre Les causes congénitales - Les agénésies plus ou moins sévères (de l agénésie à l hypoplasie partielle) des membres inférieurs (fémur, tibia, fibula, etc.) s accompagnent d ILMI souvent très importantes (> 4 cm). - Les hémihypertrophies ou les malformations vasculaires (fistules artérioveineuses) s accompagnent d un hyper-allongement Les inégalités de longueur dites «essentielles» Elles sont les plus fréquentes et sont le plus souvent modérées (inférieure ou égale à 2 cm). 3.3 Comment prévoir l inégalité finale? Elle est fonction de l étiologie : Dans les inégalités congénitales (malformations osseuses) : la prévision est possible car le pourcentage de l inégalité est constant avec l âge. Fémur court congénital. L inégalité prévisible est de 20% de la longueur totale du segment. Elle est prévisible dès le plus jeune âge.

7 Dans les inégalités par épiphysiodèse : la prévision est possible car l inégalité est fonction du potentiel de croissance du cartilage. Pour les autres inégalités (tumeurs, causes neurologiques, hyperstimulation de la croissance osseuse) la prévision est impossible et justifie de comparer les données radiographiques à plusieurs mois d intervalle. 3.4 Quel est le traitement des ILMI? Il dépend de l importance de l inégalité. Si l inégalité est inférieure à 2cm : bonne tolérance. Rien ou semelle de compensation du coté le plus court. Si l inégalité est supérieure à 2 cm : - Avant la puberté : semelle de compensation. - A la puberté : - Inégalité < à 4 cm : traitement chirurgical par blocage de la croissance du membre sain (épiphysiodèse du côté le plus long) si la croissance restante le permet. - Inégalité > à 4 cm : allongement de membre. 4. Diagnostic et traitement des Scolioses La scoliose est une déformation tridimensionnelle de la colonne vertébrale. Elle associe : - dans le plan frontal : une inflexion, - dans le plan sagittal : une diminution, voire une inversion des courbures physiologiques (cyphoses et lordoses) - dans le plan horizontal une rotation vertébrale. 75% des scolioses surviennent de manière isolée, chez des enfants ou des adolescents parfaitement sains. Elles sont qualifiées de scolioses «idiopathiques». Dans 25% des cas, les scolioses sont secondaires à d autres affections, notamment neurologiques. La scoliose idiopathique est une pathologie fréquente (Prévalence estimée à 5% dans la population générale). Son dépistage est essentiel et doit être réalisé une fois par an. 4.1 L examen clinique Il comporte des étapes stéréotypées Eliminer ce qui n est pas une scoliose

8 L attitude scoliotique est une déformation frontale (plan sagittal et horizontal normaux) de la colonne vertébrale. L enfant ou l adolescent se tient «comme si il avait une scoliose» mais cette «attitude» peut disparaître spontanément car elle n est pas la conséquence d une vraie «déformation» de la colonne vertébrale. L attitude scoliotique est le plus souvent due à une inégalité de longueur des membres inférieurs. Attitude scoliotique par! inégalité de longueur des membres inférieurs! Si on compense l inégalité (cale sous le coté le plus court), l attitude scoliotique disparaît. Il n'y a plus de gibbosité lors de l'antéflexion du tronc.!!! Dans des cas beaucoup plus rares, l attitude scoliotique peut être due à une tumeur. Le rachis est douloureux et raide (impossibilité de se pencher en avant en gardant genoux en extension). Raideur et douleur doivent faire suspecter une tumeur osseuse (le plus souvent un ostéome ostéoïde) ou médullaire. Le bilan complémentaire devra comporter une scintigraphie osseuse et une IRM. 4.2 Affirmer le diagnostic de scoliose C est rechercher une gibbosité! L enfant est examiné en antéflexion du tronc, après avoir éventuellement ré-équilibré le bassin en cas d ILMI. Toute gibbosité confirme le caractère tridimensionnel de la scoliose et permet d affirmer le diagnostic de scoliose.

9 4.3 Evaluer le retentissement de la scoliose sur l équilibre du rachis Cet examen est réalisé avec un fil à plomb positionné à partir de l épineuse de C7. - De face, le fil à plomb se projette au niveau du pli inter-fessier. Sinon, il existe un Examen du sujet scoliotique.! Debout de dos, bassin horizontal. La verticalité est matérialisée grâce au fil à plomb tendu depuis l épineuse C7. L examinateur peur ainsi apprécier l équilibre global du tronc (E) et la dénivellation des épaules (D).! La mesure des «flèches» à l aide du fil à plomb reste le moyen clinique le plus utile pour apprécier l équilibre sagittal du rachis. Ici, chez un patient présentant une cyphose thoracique, le fil à plomb n est plus en contact avec le sacrum.! déséquilibre frontal qui peut être mesuré. - De profil le rachis présente des flèches de cyphose et de lordose variables en fonction de chaque individu. La scoliose entraîne une diminution des valeurs (tendance au dos plat), voire une inversion avec lordose dorsale (dos creux) et cyphose lombaire. 4.4 Rechercher une étiologie La recherche d une étiologie à la scoliose doit être systématique. Les examens neurologiques, cutanés et ostéo-articulaires sont primordiaux Les scolioses «idiopathiques» - Ce sont les plus fréquentes (75%). - Aucune cause n est retrouvée. - Elles touchent beaucoup plus fréquemment les filles (80%) et présentent un caractère familial (risque accru dans la fratrie) Les scolioses secondaires «Neuromusculaires» - Dans certain cas le diagnostic est évident : Myopathies, Infirmité motrice d origine cérébrale, etc - Dans d autres cas la scoliose est le premier symptôme d une pathologie neurologique ayant une symptomatologie discrète, voire absente

10 C est notamment le cas des syringomyélies où le seul signe clinique présent peut-être une abolition d un réflexe cutané-abdominal. Un examen neurologique systématique et complet est donc fondamental devant la découverte d une scoliose. Aspect IRM d une syringomyélie Les scolioses secondaires congénitales (malformatives) - Il peut s agir d un défaut de formation (hémivertèbre) ou d un défaut de segmentation (barre). Ces deux anomalies peuvent être associées. - Ce diagnostic peut être évoqué si il existe une anomalie cutanée en regard du rachis (pertuis lombaire, touffe de poils). - Les malformations du rachis peuvent être associées à d autres malformations (rein, cœur, main, atrésie de l oesophage, imperforation anale, etc ) Exemple d une scoliose congénitale par hémi-vertèbre T10-T11 gauche Les scolioses secondaires «dystrophiques» - Elles peuvent survenir dans le cas de maladies dites «de système» comme la maladie de Marfan (hyperélasticité, arachnodactylies,...), la maladie d Ehler-Danlos ou la neurofibromatose de type 1 (Taches café au lait, neurofibromes, ).

11 4.5 Mesurer une scoliose L analyse est faite à partir de radiographies du rachis, en totalité, de face et profil en position debout. Sur la radiographie de face, il faut : - Définir les vertèbres limites : vertèbres les plus inclinées par rapport à l horizontale. L angle de la scoliose correspond à l angle formé par la tangente au plateau vertébral supérieur de la vertèbre limite supérieure et au plateau vertébral inférieur de la vertèbre limite inférieure (angle de Cobb). La convexité définit le côté de la scoliose droit ou gauche. - Définir la vertèbre sommet : vertèbre la plus excentrée par rapport à la ligne médiane. - Apprécier la rotation vertébrale au niveau de la vertèbre sommet par la position du processus épineux qui normalement se projette au centre du corps vertébral ou par l asymétrie de projection des pédicules. Analyse de la déformation de face d une scoliose lombaire. La vertèbre sommet est L2, les vertèbres limites inférieure et supérieure sont respectivement L5 et T10. L angle de Cobb est évalué à 42. Les tracés sont réalisés avec un crayon ou mieux avec un crayon à mine de graphite fine. Les angles sont mesurés avec un goniomètre. Sur la radiographie du rachis de profil, il faut mesurer des courbures rachidiennes dorsale et lombaire et rechercher d un spondylolisthésis (glissement d une vertèbre par rapport à la vertèbre sous jacente). 4.6 Quel est le pronostic de la scoliose? Toute scoliose présente un profil évolutif propre et différent en fonction de l étiologie. Certaines sont stables, d autres évolutives. D une façon générale il faut retenir que : Toute scoliose présente un risque d aggravation pendant la croissance. L aggravation est d autant plus importante que la vitesse de croissance est rapide (risque majeur pendant la puberté). Une scoliose est dite «évolutive» si à deux examens radiologiques successifs (à 4 ou 6 mois d intervalle) l angulation frontale a progressé d au moins 5 degrés. En l absence de traitement, une scoliose peut s aggraver de manière linéaire à partir de la puberté et jusqu à la fin de la maturation osseuse du rachis.

12 Linéarité évolutive des courbures scoliotiques (d après Duval-Beaupère et al.). Le point P marque le début de la puberté et le changement de la cinétique d évolution de la courbure scoliotique. Après le pic de croissance, la cinétique reste rapide jusqu à Risser 4. Il est donc primordial d évaluer le potentiel de croissance du rachis. Par exemple, une courbure thoracique de 20 en fin de croissance (Risser 4 ou 5) n'a plus de risque évolutif et ne nécessite donc aucun traitement. La même courbure chez un enfant en tout début de puberté va nécessiter une surveillance rapprochée et la mise en place éventuelle d'un corset si on a la preuve de son évolutivité. Il n existe pas de critère formel pour savoir si le potentiel de croissance du rachis reste important mais son évaluation est basée sur l analyse de plusieurs facteurs : - la taille (debout et assise) mesurée à intervalles réguliers, - les caractères sexuels secondaires (classification de Tanner), - l apparition des premières règles, - l ossification de la crête iliaque (test de Risser). On peut retenir qu à partir de Risser 4, le risque évolutif d une scoliose diminue fortement. 4.7 Principes de traitement des scolioses Le but du traitement Le but principal est d éviter l aggravation de la scoliose, notamment au cours de la période de croissance rapide du rachis. L'idéal est d'arriver en fin de croissance avec une courbure modérée (40 à 45 maximum) ce qui permettra d'éviter un traitement chirurgical. Le corset va diminuer l'angulation scoliotique pendant la durée du traitement orthopédique mais en fin de croissance, lorsqu'il sera abandonné, la scoliose retrouvera sa courbure initiale. Il est donc important de dépister les scolioses tôt et de les traiter si elles sont évolutives Les moyens La rééducation. Elle a pour but d entretenir la musculature du tronc. Utilisée isolément elle ne permet pas d éviter l évolutivité de la scoliose. La rééducation n est donc pas un traitement de la scoliose. C est, tout au plus, un complément utile au traitement

13 orthopédique par corset. Les traitements orthopédiques par corsets. Les corsets, plâtrés ou en matériaux plastiques agissent comme un tuteur et permettent au rachis de poursuivre une croissance harmonieuse sans aggravation de la déformation. Le traitement orthopédique est généralement prescrit à temps complet (22h sur 24) lorsque l évolutivité de la scoliose est forte. La principale difficulté réside dans l observance du traitement qui est parfois difficile à garantir, notamment à l adolescence. Lorsque la scoliose est peu évolutive (par exemple, à partir de Risser 4, le traitement par corset est poursuivi à mi-temps (la nuit) puis progressivement arrêté. Le traitement chirurgical. Le principe est de corriger au mieux la déformation grâce à un matériel métallique fixé sur les vertèbres. La correction est ensuite pérennisée par la réalisation d une greffe osseuse (une arthrodèse) des vertèbres de la zone déformée. Ce traitement est parfois lourd et comporte un risque de complications neurologiques (paraplégie) évalué à moins de 1%. 4.8 Les indications thérapeutiques - Si la scoliose n est pas évolutive : Pas de traitement mais surveillance jusqu à la fin de la croissance. - Si la scoliose est évolutive : Le traitement est d abord orthopédique pour la majorité des scolioses. Le traitement chirurgical est proposé si l angulation est trop importante et que le traitement orthopédique ne parvient pas à freiner l évolutivité. Les scolioses sévères peuvent en effet continuer d évoluer à l âge adulte et être alors responsables de troubles respiratoires (scolioses thoraciques) ou de douleurs (scolioses lombaires). Pour les scolioses secondaires, les indications sont spécifiques à chaque étiologie. Les indications chirurgicales sont beaucoup plus fréquentes dans ces situations.

14 5. Diagnostic et traitement d une cyphose Une cyphose est une courbure rachidienne à concavité antérieure. 5.1 Quelle est la posture sagittale normale? A partir de l âge de 7 ou 8 ans l équilibre sagittal du rachis est acquis et présente une alternance de lordose cervicale, cyphose dorsale et lordose lombaire. Cliniquement et radiologiquement, il existe de grandes variations d un individu à un autre concernant les valeurs de ces courbures physiologiques. Sur une radiographie du rachis debout de profil en totalité, mains reposant sur un support, on mesure ainsi : - une cyphose thoracique normale (T4-T12) : supérieure à 20 et inférieure à 50 - une lordose lombaire normale (L1L5) : supérieure à 25 et inférieure à Les cyphoses «pathologiques» ou hypercyphoses On parle de cyphose pathologique lorsque la cyphose thoracique est supérieure à 50 ou que la lordose lombaire est inférieure à 20. Ces cyphoses sont habituellement raides et incomplètement réductibles.

15 La dystrophie rachidienne de croissance (DRC) ou maladie de Scheuermann est la cause la plus fréquente d hypercyphose chez l enfant ou l adolescent. Elle est la conséquence d un trouble de croissance de la partie antérieure des vertèbres qui prennent alors un aspect cunéiforme. Il en résulte une hypercyphose, le plus souvent thoracique, raide et parfois douloureuse. Radiologiquement, on note une cunéïformisation des vertèbres, d au moins 5 degrés, sur plus de 3 niveaux adjacents. Un traitement orthopédique par plâtre et corset peut être efficace chez l enfant ou le jeune adolescent mais il doit rester un potentiel important de croissance du rachis. Si ce potentiel de croissance est trop faible, aucune correction par corset ne pourra permettre la correction du trouble de croissance antérieur des vertèbres. D autres pathologies peuvent entraîner une hyper-cyphose. Ce sont par exemple certaines affections neurologiques entraînant une hypotonie du tronc ou certaines malformations du rachis avec une fusion de la partie antérieure des vertèbres.

16 6. Les rachialgies Les douleurs du rachis sont assez fréquentes chez l enfant. Elles doivent toujours être prises en considération et faire l objet d une recherche étiologique. 6.1 Quels sont les signes en faveur d une origine organique? - Douleurs du rachis chez un enfant jeune (< 4 ans). - Douleurs persistantes (> 1 mois), qui augmentent en intensité avec le temps. - Douleurs nocturnes perturbant le sommeil. - Douleurs apparaissant lors des activités sportives ou secondaires à un traumatisme. - Existence de signes généraux : fièvre, sueurs, amaigrissement. - Raideur douloureuse du rachis (distance main-sol augmentée). - Une brièveté des ischio-jambiers : sur un enfant couché, la cuisse fléchie à 90, l impossibilité d amener le genou en extension complète traduit la rétraction des ischio-jambiers. 6.2 Quelles affections faut-il rechercher? La spondylolyse isthmique et le spondylolisthésis La spondylolyse est un défect osseux de la pars interarticularis de l arc vertébral postérieur. Le corps vertébral étant ainsi libéré de ses attaches postérieures, il peut glisser en avant par rapport à la vertèbre sous-jacente réalisant ainsi un spondylolisthésis. Le siège le plus fréquent de ces deux pathologies est la cinquième vertèbre lombaire (L5) Spondylolyse! Spondylolisthésis

17 Le tableau clinique est caractérisé par des lombalgies persistantes parfois accompagnées de sciatalgies tronquées. Le rachis est raide avec une distance main-sol augmentée et une brièveté des ischio-jambiers. On note fréquemment une hyperlordose. Il n y a pas de signes neurologiques. Le diagnostic est affirmé par une radiographie de la charnière lombosacrée de profil et de 3/4. Celle-ci montre le défect isthmique uni ou bilatéral pouvant être associé à un glissement de L5 par rapport à S1. Si les radiographies sont normales, une scintigraphie osseuse et un scanner centré sur L5 permettent d authentifier une spondylolyse grâce à l hyperfixation isthmique et au trait de fracture isthmique En l'absence de douleur, on peut proposer une simple surveillance et un repos sportif. Une immobilisation par plâtre ou corset de la région lombaire pendant 3 mois peut se discuter si les douleurs persistent. Au-delà de 18 mois d évolution douloureuse, une arthrodèse postérieure L5-S1 peut être proposée La spondylodiscite La spondylodiscite (infection du disque inter-vertébral) est une affection fréquente avant l âge de 5 ans. Les signes cliniques sont avant tout rachidiens (douleurs lombaires basses, raideur rachidienne). Chez le tout petit, le point d appel peut être le refus brutal de marcher ; le refus de s asseoir ou l impossibilité de garder la position assise. Les signes infectieux (fièvre, sueurs nocturnes) peuvent être absents. Le diagnostic est confirmé par les examens biologiques (augmentation de la VS, de la CRP, hyperleucocytose) et radiologiques. La radiographie du rachis de face et de profil montre une diminution de la hauteur discale associée à des lésions vertébrales lytiques. Si les radiographies sont normales, la scintigraphie osseuse et l IRM permettent d authentifier une spondylodiscite sur l hyperfixation vertébrale et les lésions ostéo-discales. Le traitement repose sur l antibiothérapie

18 6.2.3 Les tumeur du rachis intra ou extra- canalaire Toute rachialgie doit faire redouter une tumeur chez l enfant Le tableau est notamment évocateur en cas de rachialgies persistantes, parfois nocturnes pouvant s accompagner d une irradiation dans les membres inférieurs. Parfois l examen neurologique met en évidence des signes de compression médullaire (réflexes vifs, signes urinaires, etc.). Les examens complémentaires les plus contributifs sont la scintigraphie osseuse et l IRM. Les tumeurs les plus fréquentes sont le granulome éosinophile, l ostéome ostéoïde (ou Ostéoblastome) et les tumeurs de la moelle épinière. Le traitement repose le plus souvent sur l exérèse chirurgicale Les hernies discales Elles sont exceptionnelles chez l enfant. Le diagnostic repose sur l IRM qui montre une hernie postérieure et souvent médiane. Le traitement est presque toujours chirurgical La dystrophie rachidienne de croissance (Cf 5.2 Les cyphoses «pathologiques» ou hypercyphoses) 7. Les déformations thoraciques Il existe deux types de déformations thoraciques : Le thorax «en carène» lié à la projection antérieure du sternum. C est l aplatissement costal bilatéral qui entraîne la protrusion sternale. Cette carène n est habituellement pas symétrique. Le thorax «en entonnoir» est lié à un enfoncement du sternum car les arcs costaux antérieurs se déforment en accent circonflexe avec une arête antérieure. La déformation costale est bilatérale mais asymétrique. Le principal retentissement de ces déformations thoraciques est esthétique. Ces conséquences sont d autant plus marquées que la déformation est sévère à l adolescence. Les conséquences cardiaques et respiratoires sont exceptionnelles et ne surviennent que dans des déformations très sévères, notamment dans la maladie de Marfan.

19 Le traitement orthopédique par corset peut être efficace sur les déformations en carène. Le traitement chirurgical peut être proposé, notamment dans le cas de déformations sévères en entonnoir entraînant une gêne esthétique importante. 8. Les kystes synoviaux poplités Le kyste synovial est la première cause de tuméfaction du genou. Il s agit le plus souvent d une tuméfaction du creux poplité de découverte fortuite. Parfois des douleurs chroniques de type mécanique sont retrouvées. A l examen clinique, une voussure peut être visible, genou en extension, le plus souvent à la partie médiale du creux poplité. La palpation retrouve une tuméfaction rénitente non ou peu douloureuse. On note l absence de signe articulaire (épanchements, blocages, etc.). Le diagnostic peut être confirmé par une échographie. En première intention, les kystes poplités typiques ne nécessitent qu une simple surveillance car ils disparaissent spontanément dans 50 % des cas. La persistance d un kyste douloureux peut justifier une exérèse chirurgicale. Attention il faut pratiquer une IRM du genou si : - il existe des signes articulaires (penser à synovite villo-nodulaire, chondromatose synoviale ou hémangiome synovial) - la masse dure du creux poplité (penser à synovialosarcome, tumeur desmoïde/nerveuse).

Faq 1 - Quelle est la croissance normale des membres et de la colonne vertébrale?

Faq 1 - Quelle est la croissance normale des membres et de la colonne vertébrale? Suivi d'un nourrisson. Dépistage des anomalies orthopédiques de l enfant et de l adolescent. Auteurs : J.P. Cahuzac,J. Sales de Gauzy (Toulouse) Objectifs : Connaître la croissance normale des membres

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

L essentiel en 7 points

L essentiel en 7 points SUIVI D UN NOURRISSON, D UN ENFANT ET D UN ADOLESCENT NORMAL. DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES Question ECN n 44 Dr Manon BACHY Service de Chirurgie Orthopédique et Réparatrice de l Enfant Hôpital

Plus en détail

Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144. 1. Examen clinique. Société Française de Rhumatologie. Les Publications sélectionnées.

Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144. 1. Examen clinique. Société Française de Rhumatologie. Les Publications sélectionnées. Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144 Catherine Marty Service de neuro-orthopédie, hôpital Raymond-Poincaré, 104, boulevard Raymond-Poincaré,

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Cyphose posturale et pathologique

Cyphose posturale et pathologique Cyphose posturale et pathologique Brice Ilharreborde CHU Robert Debré Université Paris VII Introduction Verticalisation = antéversion du bassin Mise en place progressive des courbures 3 mois: port de tête

Plus en détail

Les rachialgies de l enfant. Joël LECHEVALLIER

Les rachialgies de l enfant. Joël LECHEVALLIER Les rachialgies de l enfant Joël LECHEVALLIER Plan Épidémiologie Anamnèse Examen Clinique Examens complémentaires Epidémiologie Anamnèse Prévalence des rachialgies chez les enfants et les adolescents (n=1171)

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE

FEDERATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE FEDERATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE Information médicale Medical Information Pratique de la gymnastique spondylolyse Gymnastic practise and spondylolysis Auteur / Author Dr. Michel LEGLISE PRATIQUE

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

Docteur, mon enfant marche mal. Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc

Docteur, mon enfant marche mal. Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc Docteur, mon enfant marche mal Mousny M, Docquier PL Orthopédie pédiatrique Cliniques Universitaires Saint-Luc Docteur, mon enfant marche mal Motif fréquent de consultation «il a les pieds qui tournent»,

Plus en détail

Scoliose idiopathique

Scoliose idiopathique Scoliose idiopathique désordre anatomique du rachis dans les 3 plans de l espace non complètement réductible sans cause connue et évoluant durant la croissance Scoliose idiopathique Déformation 3D déviation

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

Compensation par une talonnette (CT) Nos expériences avec une compensation par une talonnette dans le traitement de la scoliose Extrait du magazine Orthopädische Praxis, n 4, avril 91 p. 255-262, Medizinisch

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Attention : ce document est fictif et ne constitue qu un exemple de REM possible.

Attention : ce document est fictif et ne constitue qu un exemple de REM possible. Attention : ce document est fictif et ne constitue qu un exemple de REM possible. RAPPORT D ÉVALUATION MÉDICALE A. Renseignements sur le travailleur Nom à la naissance Prénom Adresse N o Rue App. N o de

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE A. DIMEGLIO, C. SUZZI 1 1277 Avenue de Toulouse 34070 Montpellier Prof. Alain DIMEGLIO Vous pouvez poser des questions au Pr. DIMEGLIO sur son email : alaindimeglio@wanadoo.fr

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Pierre Mary Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau Plan Définition Torticolis aigus Torticolis

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

Cause psycho-sociale? sociale?

Cause psycho-sociale? sociale? EXAMEN CLINIQUE DU RACHIS CERVICAL R. Dupuy Introduction Cervicalgie : motif fréquent de consultation Dissociation radio-clinique fréquente Organe difficile à examiner car mobile, avec vertèbres de petite

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord

Hernies discales. Session 7. Neuro Rachis. Hernies discales. Signes cliniques 19/02/2011. K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Session 7 Neuro Rachis Hernies discales K Chaumoitre F Craighero Sce Imagerie -CHU Nord Cours étudiants session 7 Exploration d une lombosciatique résistante au traitement médical + repos Radio: rachis

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

PROBLEME DE DOS. I- Pourquoi souffre-t-on?

PROBLEME DE DOS. I- Pourquoi souffre-t-on? PROBLEME DE DOS I- Pourquoi souffre-t-on? Le rachis ou colonne vertébrale se compose de 24 vertèbres (7 cervicales, 12 dorsales et 5 lombaires) séparées entre elles par des joints articulés, les disques

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE Aspects cliniques et radiologiques P. Guigui, Hôpital Beaujon Paris Introduction Affection fréquente 5% à 7% Homme 2% à 5% Femme Le plus souvent

Plus en détail

JB Pialat, Pavillon B Radiologie, Hôpital E Herriot Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr

JB Pialat, Pavillon B Radiologie, Hôpital E Herriot Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr JB Pialat, Pavillon B Radiologie, Hôpital E Herriot Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr DIU de pathologie locomotrice liée à la pratique du sport Mars 2013 LES TECHNIQUES Radiographies (conventionnelle, EOS)

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos KINĒ SITHĒ RAPIE DU SPORT Fiche Pratique publiée le 01.10.08 Quelques exercices pour prévenir le mal de dos Par le Docteur Frédéric Maton, médecin du sport. La première étape d une bonne prévention, passe

Plus en détail

LESIONS des MENISQUES

LESIONS des MENISQUES LESIONS des MENISQUES Chaque genou comporte * des formations osseuses fémur, tibia et rotule, revêtues de cartilage, * des formations ligamentaires, ligaments latéraux et ligaments croisés, * des ménisques,

Plus en détail

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI Institut Du Rachis Parisien SÉMANTIQUE canal lombaire étroit état / congénital canal rétréci / sténose canalaire évolution acquise / dégénératif NB : rétrécissement peu

Plus en détail

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM MDCT and MRI evaluation of cervical spine trauma Michael Utz & Shadab Khan & Daniel O Connor & Stephen Meyers Elsa Meyer 24/04/14 A. Introduction

Plus en détail

DOULEURS ARTICULAIRES

DOULEURS ARTICULAIRES DOULEURS ARTICULAIRES DEFINITIONS ARTHRALGIES ARTHRITES (Atteinte de la synoviale): INFECTIEUX, INFLAMMATOIRE, METABOLIQUE ARTHROSE (atteinte du cartilage) MODALITES DE L'EXAMEN CLINIQUE - Siège - Horaire

Plus en détail

Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte

Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte Dr Isabelle Courtois Frédéric Delamarre Saint Etienne Analyse sagittale

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Traumatismes du rachis Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Plan Epidémiologie - physiopathologie Rachis cervical supérieur Rachis cervical inférieur Rachis thoracolombaire

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités:

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités: I/ Généralités: 32 ou 34 vertèbres (7 VC+12VT+5VL+5VS+3 ou 5VCc) Fractures graves /AVP Stabilité de la fracture Pronostic neurologique II/ Fracture de l odontoïde: Axis (2ème VC après Atlas) + fréquente

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

Cas clinique. Les difficultés de la reprise ou du maintien dans l emploi des lombalgiques. Antécédents locomoteurs.

Cas clinique. Les difficultés de la reprise ou du maintien dans l emploi des lombalgiques. Antécédents locomoteurs. Cas clinique Les difficultés de la reprise ou du maintien dans l emploi des lombalgiques Monsieur C.., né dans le DOUBS en 1975 Célibataire, sans enfants BEP électrotechnique BAC Professionnel électrotechnique

Plus en détail

LE RACHIS LOMBAIRE Docteur GJ van Miltenburg Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Paris www.vanmiltenburg.fr LA LOMBALGIE GENERALITES Tout le monde souffrira au moins 1 fois dans sa vie du Rachis Lombaire

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

Troubles de la démarche et Boiteries de l enfant Question ENC n 299

Troubles de la démarche et Boiteries de l enfant Question ENC n 299 Troubles de la démarche et Boiteries de l enfant Question ENC n 299 R Vialle (Hôpital Armand Trousseau Paris) D après le Polycopié National rédigé par J Lechevallier (Rouen) et JP Cahuzac (Toulouse) Objectifs

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE?

QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE? QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE? Importance d une bonne posture : Le poids du corps doit être distribué de façon à créer une tension minimale sur les muscles, les ligaments et les surfaces articulaires

Plus en détail

CHAPITRE 8 LES IMMOBILISATIONS

CHAPITRE 8 LES IMMOBILISATIONS CHAPITRE 8 LES IMMOBILISATIONS Objectifs Indiquer les principes généraux d une immobilisation Equipement nécessaire à une immobilisation Réaliser les techniques suivantes : - Réaliser une immobilisation

Plus en détail

Port de charge et manutention / les bons conseils / données synthétiques

Port de charge et manutention / les bons conseils / données synthétiques 1 sur 6 26/10/2015 13:32 Port de charge et manutention / les bons conseils / données synthétiques 1) Les situations de contrainte : Plus le poids est éloigné du centre de gravité plus il est lourd. 2)

Plus en détail

L élastique de renforcement Thera-Band

L élastique de renforcement Thera-Band Attention Dänk a Glänk les Die articulations richtige Prävention. L élastique de renforcement Thera-Band Vos loisirs en sécurité Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Sécurité durant

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d une irritation au niveau de la racine

Plus en détail

Différentes pathologies

Différentes pathologies PRATIQUES SPORTIVES PATHOLOGIES ET TRAUMATOLOGIES CESA Différentes pathologies Pathologies du rachis Lésions osseuses Lésions musculaires Lésions tendineuses Lésions ligamentaires Les lésions des articulations

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE. Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge. Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre

TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE. Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge. Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre Rappels anatomiques Rachis dorsal Charnière cervico-dorsale C7-T1

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

Cas clinique N 2 M Laroche

Cas clinique N 2 M Laroche Cas clinique N 2 M Laroche Mme R., 66 ans, 1,58 m, 46 kg, consulte pour des lombalgies apparues brutalement, il y a 8 jours, alors qu elle soulevait son chat. Elle souffre de façon importante, assise,

Plus en détail

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Sémiologie du genou Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Eléments passifs - Ligaments o Croisés : antérieur et postérieur = Stabilité antéro-postérieure o Latéraux : interne et externe

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

CANAL CERVICAL ETROIT

CANAL CERVICAL ETROIT CANAL CERVICAL ETROIT IRM «classique» Clichés de profil : cyphose, lordose Clichés dynamiques : sténose dynamique IRM de diffusion HYPERMOBILITE HYPERSIGNAL VALEUR TOPOGRAPHIQUE SCAN (2D) I.R.M. IRM de

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Gymnastique-Dos Méthode Mézières

Gymnastique-Dos Méthode Mézières Gymnastique-Dos Méthode Mézières Présentation simplifiée Stéphane CARTRON - Professeur de gymnastique - Intervenant à la Faculté des Sciences du Sport et au CREPS de Poitiers - Master en Sciences et Techniques

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Sciences & Technologie LE SQUELETTE

Sciences & Technologie LE SQUELETTE LE SQUELETTE L appareil moteur de l homme est constitué par un squelette osseux articulé et par des muscles qui prennent appui sur les os et les mettent en mouvement. Le squelette joue un rôle important

Plus en détail

Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique

Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique I OBEID, N AUROUER, JM VITAL Traitement de la scoliose Surveillance Traitement orthopédique Chirurgie Chirurgie de la scoliose Pourquoi la chirurgie

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2 DOSSIER N 6 ENONCE Une femme de 64 ans, 1,62 m, 46 kg, a consulté pour des lombalgies apparues brutalement, il y a six jours, alors qu'elle portait un cageot. Elle avait depuis deux ans, une lombalgie

Plus en détail

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO.

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. DEFINITION. - Cervicalgie : douleur susceptible d intéresser la région s étendant

Plus en détail

Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval

Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Signes cliniques du syndrome de la queue de cheval... 1 1.

Plus en détail

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire»

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire» 26 - troubles associés La persistance, au-delà de l'âge de cinq à six ans, de cette forme de déglutition pourra être à l'origine de dysmorphoses dento maxillaires, de perturbation de la croissance crâniofaciale

Plus en détail

1) A l'âge adulte les problèmes posés par la scoliose idiopathique sont essentiellement lombaires et lombo-sacrés

1) A l'âge adulte les problèmes posés par la scoliose idiopathique sont essentiellement lombaires et lombo-sacrés 1) A l'âge adulte les problèmes posés par la scoliose idiopathique sont essentiellement lombaires et lombo-sacrés quels que soient le type et le siège de la courbure initiale ils sont liés à l'arthrose

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Laminectomie lombaire avec arthrodèse pour spondylolisthesis dégénératif

Laminectomie lombaire avec arthrodèse pour spondylolisthesis dégénératif Laminectomie lombaire avec arthrodèse pour spondylolisthesis dégénératif Fiche réalisée à partir de la fiche d'information de la SFCR QU EST CE QU UN CANAL LOMBAIRE ETROIT? La colonne vertébrale (ou rachis)

Plus en détail

L essentiel en 7 points

L essentiel en 7 points BOITERIE CHEZ L ENFANT Question Dr Manon BACHY, Dr Marion DELPONT Service de Chirurgie Orthopédique et Réparatrice de l Enfant Hôpital Armand Trousseau - Paris L essentiel en 7 points 1 - Une boiterie

Plus en détail

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P.

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. La boiterie de l enfant La boiterie Les pièges de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. Liège Liège Caractéristiques de la boiterie

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne?

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144 Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Catherine Marty Service de neuro-orthopédie,

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

NE VOUS JETEZ PAS SUR L ICONOGRAPHIE

NE VOUS JETEZ PAS SUR L ICONOGRAPHIE NCB OU TENDINITE? Causes les plus fréquentes de douleur récente de l épaule et du MS PRISE EN CHARGE D UNE NCB ET D UNE TENDINOPATHIE D ÉPAULE? Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie 17 janvier 2013 De

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

Informations Patients. Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE

Informations Patients. Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE Informations Patients Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE Chirurgie du Rachis Cervical RÉEDUCATION POSTOPÉRATOIRE Madame, Monsieur, ce livret est conçu pour vous guider après votre

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE

RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE INTRODUCTION Les tendinopathies englobent toutes les souffrances du tendon: atteinte de l enveloppe du tendon (ténosynovite), souffrance du tendon luimeme (tendinite),pathologie d insertion (enthésopathies)

Plus en détail

ACROSPORT. L acrosport permet à l élève d assumer différents rôles et / ou de choisir un rôle :

ACROSPORT. L acrosport permet à l élève d assumer différents rôles et / ou de choisir un rôle : ACROSPORT Définition : Activité collective de productions de formes en groupe dans la perspective de créer une composition basée sur les effets visuels afin d être vue, appréciée et de produire un étonnement.

Plus en détail

Dorso-lombalgies chroniques chez les adolescents

Dorso-lombalgies chroniques chez les adolescents Dorso-lombalgies chroniques chez les adolescents CEFOP 28/04/2011 Dr BRANDS Geoffrey Médecine de l appareil locomoteur CHC Liège Epidémiologie Surtout pendant l adolescence Prévalence cumulée :30à50% Corrélation

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte PERTINENCE DES SOINS PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte Février 2014 Cette note de problématique est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Déformations congénitales isolées du pied

Déformations congénitales isolées du pied Déformations congénitales isolées du pied J. Lechevallier, S. Abuamara, clinique chirurgicale infantile, CHU, Rouen «Masso-kinésithérapie et traitement orthopédique des déformations congénitales isolées

Plus en détail

Recommandation de bonnes pratiques Les lombalgies chroniques

Recommandation de bonnes pratiques Les lombalgies chroniques Recommandation de bonnes pratiques Les lombalgies chroniques SSMG Atelier dirigé par les Dr Yves GUEUNING et Dr Jacques MAGOTTEAUX Avertissement : le texte ci dessous reprend la synthèse des recommandations

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail