Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires"

Transcription

1 Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 6 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 05 février 2013 Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires Jérôme Pavie

2 La problématique Comment se constituent les frais vétérinaires et les coûts sanitaires? Comment expliquer leurs variabilités? Quelles sont les pathologies dominantes repérées par les exploitants dans les structures suivies? Quelle est la variabilité des pratiques sanitaires chez les détenteurs d équidés? Peut-on définir des logiques de conduites extrêmes dans un sens économe ou au contraire plutôt préventif?

3 Une analyse générale des pratiques et des coûts Une analyse par système Trois approches des résultats Une analyse par classification automatique (Sphinx)

4 Mobilisation des Réseaux Equins 155 exploitations 38 enquêteurs 51 départements

5 Quelques difficultés Quels sont les éléments à prendre en compte dans le calcul des frais sanitaires? Quels sont les chevaux concernés? Un effectif d enquêtes un peu réduite (n 155) Quelques défauts de mémoire Des informations indisponibles Beaucoup d informations collectées Un premier pas sur un sujet complexe

6 Typologie des exploitations de l échantillon 31 équidés 34 équidés 34 équidés 30 équidés Elevages spécialisés (37) 39 équidés 38 équidés

7 Une variabilité inter et intra systèmes des frais sanitaires/équidé /équidé Q1 Linf médiane Lsup Q3 Elevage Trait Elevage mixte Elevage spécialisé CE FE Pension

8 Marges de progrès dans le suivi sanitaire Tenue d un registre sanitaire Conservation des ordonnances

9 Boxe de poulinage fréquent

10 Boxe d isolement

11 Les poulinages

12 Gestion du parasitisme 1/3 des élevages demandent conseil 94 % des exploitations traitent de manière systématique 89 % dose administrée est faite sur l estimation approximative poids Nb % obs. Analyse avec votre vétérinaire 36 58,1% Conseil d'un autre éleveur 3 4,8% Autre 16 25,8% 4,8% 25,8% 58,1%

13 Dentisterie et maréchalerie

14 Coûts et pratiques de l ostéopathie

15 Les variables les mieux corrélées aux frais sanitaires totaux par équidé Coût visites vétérinaires/équidé 26 % Coût médicaments et analyses/équidé 30 % Coût ostéopathie/équidé 35 % Coût vaccination/équidé 26 % + O,55 Coût dentisterie/équidé 42 % Coût annuel visites vétérinaires contractualisées 26 % + O,51 Frais sanitaires totaux/équidé ( /équidé) Coût antiparasitaire/équidé 51 % % de variance expliqué Coefficient de corrélation Coût maréchalerie/équidé 70 %

16 Analyse par classification automatique

17 Profils des 6 classes obtenues Effectif % Coût sanitaire total /équidé Classe n ,9 63,52 Classe n ,2 182,39 Classe n ,7 310,24 Classe n ,3 477,59 Classe n 5 5 3,2 782,54 Classe n 6 3 1,9 1176,69

18 Répartition des systèmes par classes 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Classe n 1 Classe n 2 Classe n 3 Classe n 4 Classe n 5 Classe n 6 CE (36) Elevage mixte (30) Elevage spécialisé (37) Elevage trait (20) FE (10) Pensions (22)

19 La décomposition des frais sanitaires Coût visites vétérinaires/équidé Coût antiparasitaires/équidé Coût maréchalerie/équidé Coût dentisterie/équidé Coût vaccinations/équidé Coût médicaments et analyses/équidé Coût ostéopathie/équidé /équidé Classe n 1 Classe n 2 Classe n 3 Classe n 4 Classe n 5 Classe n 6

20 Les interventions vétérinaires Nbr visites curatives/équidé Nbr visites vétérinaires/équidé Classe n 6 Classe n 5 Classe n 4 Classe n 3 Classe n 2 Classe n 1 0,4 0,17 0,31 0,12 0,24 1,1 0,57 1,24 0,78 0,97 0,71 2,51

21 Fréquences des pathologies Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 Effectifs d'élevages % d'animaux ayant présenté une pathologie 24% 21% 43% 50% Dont maladies liées à la reproduction 30% 57% 61% 46% Dont affections de l'appareil locomoteur (poulains) 30% 24% 67% 46% Dont affections de l'appareil locomoteur (adultes) 29% 51% 62% 54% Dont pathologies digestives 22% 41% 31% 50% Dont pathologies respiratoires 12% 38% 14% 38% Autres pathologies 24% 41% 28% 13%

22 Les pratiques de vaccination Grippe Tétanos Rhinopneumonie Age au 1er vaccin (mois) Toujours 1er rappel Toujours 2ème rappel Classe n 1 35% 37% 6 % 17 83% 21% Classe n 2 69% 69% 10 % 13 90% 24% Classe n 3 45% 41% 14 % 13 88% 36% Classe n 4 75% 75% 25 % 7 100% 27%

23 Les pratiques de vermifugation 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Pb parasite Traitement systématique sur chaque animal Protocole identique chaque année Part des exploitations demandant conseil Classe n 1 Classe n 2 Classe n 3 Classe n 4

24 La gestion des poulinages Serum contre la septicémie Serum antitétanique Contrôle qualité colostrum Désinfection cordon Autre technique Caméra Classe n 4 Classe n 3 Classe n 2 Classe n 1 Ceinture Surveillance poulain 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

25 Bilan de la classification automatique Classe n 1 Classe n 2 Classe n 3 Classe n 4 Dénomination Econome Raisonnée Préventive Très préventive Dépendance significative entre le système et la classe Elevages trait Fermes équestres Pensions Répartition des exploitations dans plusieurs classes Caractéristiques de la classe Econome Volonté d autonomie Animaux de rente Prise de risques plus importante Elevages mixtes Elevages spécialisés Centres équestres Raisonnement agricole Part d autonomie conservée Interventions et traitements limités en minimisant les risques Protocoles spécifiques aux catégories animales Gestion sanitaire préventive Interventions fréquentes du vétérinaire Autonomie très restreinte Autres interventions (Ostéopathe, Dentiste ou Maréchal) limitées Protocole systématique Gestion sanitaire très préventive Aucune prise de risque Pas d autonomie Interventions fréquentes Protocole systématique Coûts très élevés

26 Conclusion 6è journée du 26 réseau Septembre Juin Juillet REFErences février /09/12 Quelques éléments de conclusion Hypothèse Intitulé Validée 1 2 Les systèmes élevages de trait et mixte se distinguent des autres par leur logique agricole/animaux de rente Les stratégies de gestion sanitaire diffèrent selon les systèmes et expliquent la variabilitédes frais sanitaires 3 La composition des frais sanitaires par équidé varie en fonction des systèmes 4 Les éleveurs ont une approche trop systématique du traitement 5 Les éleveurs raisonnent leurs frais en fonction des moyens dont ils disposent

27 6è journée du réseau 05 février 2013 JuinREFErences 2012 Merci pour votre attention

Comment se constituent les frais vétérinaires et les coûts sanitaires? Comment expliquer leurs variabilités?

Comment se constituent les frais vétérinaires et les coûts sanitaires? Comment expliquer leurs variabilités? La problématique Comment se constituent les frais vétérinaires et les coûts sanitaires? Comment expliquer leurs variabilités? Quelles sont les maladies et affections dominantes repérées par les exploitants

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 3 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 2 avril 2013 Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires 2 ème Journée du Réseau Equin Provence-Alpes-Côte D'Azur Mardi 28 mai 2013 Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires Sophie Boyer La problématique Comment se constituent les frais

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires au sein des exploitations du réseau

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires au sein des exploitations du réseau 3 ème journée du réseau Equin Auvergne Jeudi 30 mai 2013 Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires au sein des exploitations du réseau Sophie Boyer La problématique Comment se constituent

Plus en détail

Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval

Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval 3 ème Journée du Réseau Equin Provence-Alpes-Côte D'Azur Mercredi 9 avril 2014 Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval Jérôme DAMIENS Quelle idée? Répondre à la question des éleveurs : «Mon

Plus en détail

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Benoît RÉMOND CA 40 TYPOLOGIE des exploitations suivies CARACTERISTIQUES générales : - main d œuvre - surfaces PRODUITS : - reproduction

Plus en détail

Rencontres des métiers de la santé

Rencontres des métiers de la santé Rencontres des métiers de la santé Strasbourg le 25 mai décembre 2010 La gestion des risques sanitaires d origine infectieuse Exemple pandémie grippale AH1N1 R.Noto Société francaise de médecine de catastrophe

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel «Conduite et gestion d'une entreprise du secteur canin et félin» Module

Plus en détail

Les diarrhées du jeune veau

Les diarrhées du jeune veau Les diarrhées du jeune veau Chaque année naissent en France environ 10 millions de veaux. 20% d entre eux seront atteints de diarrhées. Environ 500 000 vont en mourir. Il s agit donc d une pathologie importante

Plus en détail

Étude des coûts et des pratiques sanitaires en structures équines

Étude des coûts et des pratiques sanitaires en structures équines Étude des coûts et des pratiques sanitaires en structures équines Enquête nationale 0 Photo : IFCE RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Janvier 03 Enquête nationale 0 - Etude des coûts et

Plus en détail

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc ROYAUME DU MAROC Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaire Direction des services vétérinaires Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc La Peste des Petits Ruminants

Plus en détail

Renouvellement Croix Bleue 2015 2016. Introduction État actuel Discussions à venir Assurance vie

Renouvellement Croix Bleue 2015 2016. Introduction État actuel Discussions à venir Assurance vie Renouvellement Croix Bleue 2015 2016 Introduction État actuel Discussions à venir Assurance vie Définition de l assurance collective Mise en commun des sommes prélevées (sans discrimination de clientèle)

Plus en détail

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Journée UMT Santé des Bovins Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Contexte (1) 3% des troupeaux regroupés par an (Beguin et al, 2008)

Plus en détail

Le conseil autour de l économie

Le conseil autour de l économie Le conseil autour de l économie Démarches, outils et référentiels Christine GUINAMARD et Nicole BOSSIS www.idele.fr 1 Les objectifs de l atelier Objectifs de l atelier : partager ce qui existe, l améliorer

Plus en détail

SOINS AU QUOTIDIEN PREVENTION CONTRE LE DOPAGE

SOINS AU QUOTIDIEN PREVENTION CONTRE LE DOPAGE SOINS AU QUOTIDIEN PREVENTION CONTRE LE DOPAGE REUNION DES COACHS DRESSAGE 13 MARS 2012 LAMOTTE BEUVRON Suzanne BOUGARD BRACHET Vétérinaire ALLONNES 49 suzanne.bougard@hotmail.fr 02 41 38 29 29 06 21 04

Plus en détail

Principales étapes La planification

Principales étapes La planification Principales étapes 1. Le lancement 2. Le démarrage 3. La planification 4. L équipe de projet 5. L organisation 6. L analyse des risques 7. Le budget 8. La qualité 9. La clôture Processus Projet "Exemple"

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

«Humaniser : rendre quelque chose plus humain, plus supportable à l homme»

«Humaniser : rendre quelque chose plus humain, plus supportable à l homme» programme d humanisation des centres d hébergement Approche quantitative «Humaniser : rendre quelque chose plus humain, plus supportable à l homme» Cinq ans après le lancement du programme d humanisation

Plus en détail

Coût de production d un cheval de sport. Principes méthodologiques

Coût de production d un cheval de sport. Principes méthodologiques Coût de production d un cheval de sport Principes méthodologiques RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Septembre 2010 Introduction Afin d apporter des éléments de réponse aux nombreuses

Plus en détail

Mise aux normes bien-être 2012 : 3 ans après, quel constat? Jean-Charles DONVAL Celtivet groupe vétérinaire Chêne Vert Conseil France

Mise aux normes bien-être 2012 : 3 ans après, quel constat? Jean-Charles DONVAL Celtivet groupe vétérinaire Chêne Vert Conseil France Mise aux normes bien-être 2012 : 3 ans après, quel constat? Jean-Charles DONVAL Celtivet groupe vétérinaire Chêne Vert Conseil France 1 Les principales modifications liées aux normes bien-être 2012 Application

Plus en détail

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Dr Luc BESANÇON Sommaire 1. Le contexte 2. Les nouveaux champs d activités des pharmaciens 3. Vers de nouveaux métiers

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE CONTROLE

PRÉSENTATION DU PLAN DE CONTROLE PRÉSENTATION DU PLAN DE CONTROLE HUILE D OLIVE TYOUT - CHIADMA Présenté à : Essaouira le 25 Décembre 2009 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. OBJET DU PLAN DE CONTRÔLE 2. CHAMP D APPLICATION DU PLAN DE CONTRÔLE

Plus en détail

8è journée du réseau REFErences 23 avril 2015. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine

8è journée du réseau REFErences 23 avril 2015. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Vivre d une activité équine: c est possible! Synthèse

Plus en détail

& Ordonnances. Médicaments vétérinaires. Les nouvelles règles de Délivrance. Le libre choix de l éleveur

& Ordonnances. Médicaments vétérinaires. Les nouvelles règles de Délivrance. Le libre choix de l éleveur Médicaments vétérinaires & Ordonnances Les nouvelles règles de Délivrance Le libre choix de l éleveur Conformément à la loi, à l issue de chaque prescription, le vétérinaire remet obligatoirement l ordonnance

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES F. Ruban-Agniel, N. Larroumes, S. Amsellem-Dubourget, C.Chapuis Equipe

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

La gestion des bio-déchets en restauration collective

La gestion des bio-déchets en restauration collective La gestion des bio-déchets en restauration collective Intervention FEHAP Vendredi 27 mars 2015 Charlène Garrigues Direction QHSE Sodexo France SOMMAIRE 1. La réglementation bio-déchets 1. Une réglementation

Plus en détail

Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital. Dominique Wouters AFISO 23.04.2010

Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital. Dominique Wouters AFISO 23.04.2010 Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital Dominique Wouters AFISO 23.04.2010 1 Législation pharmaceutique Définition du Médicament à l hôpital AR du 4 mars 1991 fixant

Plus en détail

L informatique outil de la pluridisciplinarité. Notre expérience au Centre des Baumes

L informatique outil de la pluridisciplinarité. Notre expérience au Centre des Baumes L informatique outil de la pluridisciplinarité Notre expérience au Centre des Baumes Historique et démarche 1991 installation d ordinateurs et mise en réseaux, création d une base de données permettant

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Nous sommes le 11/05/2011. Vous êtes secrétaire administratif(ive) de classe

Plus en détail

L analyse financière. Assemblée Générale de l ESPAC EPLE 5 juin 2015 Guillaume Mordant

L analyse financière. Assemblée Générale de l ESPAC EPLE 5 juin 2015 Guillaume Mordant L analyse financière Assemblée Générale de l ESPAC EPLE 5 juin 2015 Guillaume Mordant L analyse financière Les enjeux de l analyse financière Les caractéristiques de l analyse financière Comment la mettre

Plus en détail

Les plans départementaux et l'information du grand public

Les plans départementaux et l'information du grand public Risques émergents : le point sur la présence et les risques vectoriels associés au moustique tigre Aedes albopictus en Paca Les plans départementaux et l'information du grand public Philippe ALESANDRINI

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

Plus en détail

De la théorie à la pratique

De la théorie à la pratique Avant-Propos De la théorie à la pratique et de la pratique à la théorie CLAUDE LÉVY-LEBOYER, CLAUDE LOUCHE, JEAN-PIERRE ROLLAND La mondialisation de l économie ainsi que la rapidité des progrès techniques

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation 1 INTITULE Unité : EDF SA ERDF Sous-unité d affectation : Famille professionnelle : Médico-social Métier : Infirmier

Plus en détail

THEMATIQUE A : ENTRETIEN DU TERRAIN

THEMATIQUE A : ENTRETIEN DU TERRAIN ANNEXES 1. LA COMMANDE DE LA BRANCHE 2. LE DOSSIER DE CANDIDATURE OFFRE DE FORMATIONS 2015 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU GOLF ADHÉRENTES A UNIFORMATION THEMATIQUE A : ENTRETIEN DU TERRAIN

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014

SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014 QUESTIONS-REPONSES SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014 CE QU IL FAUT SAVOIR En 2014, 50 nouvelles Maisons pour l

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

retraite PERP Pair Plan Agipi Innovant pour la Retraite Profitez des avantages d une retraite bien préparée

retraite PERP Pair Plan Agipi Innovant pour la Retraite Profitez des avantages d une retraite bien préparée retraite PERP Pair Plan Agipi Innovant pour la Retraite Profitez des avantages d une retraite bien préparée Bien vivre sa retraite pour en profiter pleinement est le souhait de chacun. Pour cela, il est

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Séminaire de préparation à la retraite ONU Genève 09/04/2014 ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Sommaire Le système de Sécurité Sociale en France Les différents régimes de sécurité

Plus en détail

Décret travailleurs: Mise en perspectives avec les recommandations de l AIEA France, Cherbourg Novembre 2006

Décret travailleurs: Mise en perspectives avec les recommandations de l AIEA France, Cherbourg Novembre 2006 Décret travailleurs: Mise en perspectives avec les recommandations de l AIEA France, Cherbourg Novembre 2006 H. Mansoux Division of Radiation, Transport and Waste Safety Department of Nuclear Safety &

Plus en détail

GESTION DES IAS EN EHPAD MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE

GESTION DES IAS EN EHPAD MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE GESTION DES IAS EN EHPAD ROLE D UN D MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE Docteur Pierre BERT Direction Médicale M AREPA (MALAKOFF) Hôpital BROCA (Paris) AREPA Association à but non lucratif

Plus en détail

Coût de production d un cheval de sport en Normandie

Coût de production d un cheval de sport en Normandie Coût de production d un cheval de sport en Normandie RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Novembre 2013 Dans le cadre d une mise à jour, en 2010, du calcul des coûts de production portée

Plus en détail

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale Solutions de consultance en radioprotection médicale 1021, Avenue de Toulouse - Espace ARC-EN-CIEL (Hall 3) 34070 MONTPELLIER - www.nova-radioprotection.com courriel : contact@nova-radioprotection.com

Plus en détail

Faut il externaliser la maintenance des équipements sportifs? Fabrice PERRIER, Responsable commercial grands comptes, ID Verde

Faut il externaliser la maintenance des équipements sportifs? Fabrice PERRIER, Responsable commercial grands comptes, ID Verde salondesmaires.com Faut il externaliser la maintenance des équipements sportifs? Fabrice PERRIER, Responsable commercial grands comptes, ID Verde L externalisation de la maintenance des équipements sportifs

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3364 Convention collective nationale IDCC : 2796. RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des perceptions par les participants

Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des perceptions par les participants Avancer en âge : articulations des interventions de promotion de la santé en lien avec les territoires Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des

Plus en détail

Consultation et publication des méthodes d analyse. Séminaire de la Référence

Consultation et publication des méthodes d analyse. Séminaire de la Référence Consultation et publication des méthodes d analyse Séminaire de la Référence 9 novembre 2015 1/14 Contexte Démarche de consultation sur les projets de méthodes destinées à être officielles engagée depuis

Plus en détail

Cheval, techniques d'élevage

Cheval, techniques d'élevage Cheval, techniques d'élevage 5 e édition, février 2014 Institut français du cheval et de l équitation, 2014 Toute reproduction, même partielle, est interdite sans l accord de l éditeur. Crédit photographique

Plus en détail

Qualité de l air dans les écoles

Qualité de l air dans les écoles 20 mars 2012 L exemple d une école à Saint Fons CLUB DU DÉVELOPPEMENT DURABLE - GRAND LYON www.air-rhonealpes.fr La campagne pilote de surveillance de la qualité de l air intérieur dans les écoles et crèches

Plus en détail

Management humain du changement

Management humain du changement Training inter entreprises Suisse Romande Management humain du changement «Les crises, un formidable tremplin pour rebondir» Bertrand Piccard Résultats du training > Amélioration par les managers de la

Plus en détail

Webinar évolutions ISO en 2015

Webinar évolutions ISO en 2015 30 novembre 2015 Webinar évolutions ISO en 2015 ISO 9001:2015 & ISO 14001:2015 1 SAFER, SMARTER, GREENER Introduction 2 Introduction L ISO 14001 version 2015 est publiée depuis le 15 septembre 2015 L ISO

Plus en détail

Délégation Rhône-Alpes Lyon du CNFPT 26 janvier 2012. Lieutenant Colonel Jean-Marc LEAL -SDIS 69. Philippe DELORME Adjoint au Directeur GrDF

Délégation Rhône-Alpes Lyon du CNFPT 26 janvier 2012. Lieutenant Colonel Jean-Marc LEAL -SDIS 69. Philippe DELORME Adjoint au Directeur GrDF Délégation Rhône-Alpes Lyon du CNFPT 26 janvier 2012 Lieutenant Colonel Jean-Marc LEAL -SDIS 69 Philippe DELORME Adjoint au Directeur GrDF Ordre du jour GrDF dans le Rhône, chiffres 2011 Le SDIS du Rhône

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

Plan. L entreprise, stratège et négociateur en matière d environnement. Le cas d EDF-H 2 0. 1. Problématique de recherche. 2. Carnet de route.

Plan. L entreprise, stratège et négociateur en matière d environnement. Le cas d EDF-H 2 0. 1. Problématique de recherche. 2. Carnet de route. L entreprise, stratège et négociateur en matière d environnement Le cas d EDF-H 2 0 T. Leménager Séminaire IDDRI 05/01/2008 Plan 1. Problématique de recherche. 2. Carnet de route. 3. Pour quels résultats?

Plus en détail

Retour sur le diagnostic immobilier. Sandrine POTIER Chargée de mission en ANC FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies)

Retour sur le diagnostic immobilier. Sandrine POTIER Chargée de mission en ANC FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies) Retour sur le diagnostic immobilier Sandrine POTIER Chargée de mission en ANC FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies) Rappels législatifs 4 1- CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Article

Plus en détail

LES MARCHANDISES DANGEREUSES TRANSPORT ET REGLEMENTATION

LES MARCHANDISES DANGEREUSES TRANSPORT ET REGLEMENTATION Les intervenants dans le transport de marchandises dangereuses doivent prendre les mesures appropriées selon la nature et l'ampleur des dangers afin d'éviter des dommages et, le cas échéant, d'en minimiser

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Dossier de demande de subvention Fonds social européen PO national FSE pour l emploi et l inclusion - 2014-2020 Intitulé de l opération Organisme porteur de projet Date du dossier Personne à contacter

Plus en détail

Guide de stage en milieu professionnel Licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale

Guide de stage en milieu professionnel Licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale DEVE Licences Pro Guide de stage en milieu professionnel Licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale Décembre 2012 TABLE DES MATIERES 1. OBJECTIFS DU STAGE... 2 2. CALENDRIER...

Plus en détail

DROIT DES SOCIETES FISCALITE GESTION JURIDIQUE ET FISCALE COMPTABILITE FINANCE ANALYSE FINANCIERE. Fiscalité des particuliers (FIS_01)

DROIT DES SOCIETES FISCALITE GESTION JURIDIQUE ET FISCALE COMPTABILITE FINANCE ANALYSE FINANCIERE. Fiscalité des particuliers (FIS_01) CATALOGUE DE FORMATIONS POUR LES ADHERENTS A LA CNCGP (2015-2016) DROIT DES SOCIETES (2 formations) FISCALITE (2 formations) L entreprise et l'association (DDS_01) Fiscalité des particuliers (FIS_01) L

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Appel à candidature pour la reprise du centre technique de Tarbes ( 65)

Appel à candidature pour la reprise du centre technique de Tarbes ( 65) Appel à candidature pour la reprise du centre technique de Tarbes ( 65) Contexte et objet Le site du Haras national de Tarbes exerce des missions confiées aux Haras nationaux depuis le début du XIXème

Plus en détail

PAUVRETÉ ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ EN TUNISIE

PAUVRETÉ ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ EN TUNISIE République Tunisienne Ministère de l Enseignement Supérieur Institut National du Travail et des Etudes Sociales Séminaire International Justice sociale et lutte contre l exclusion dans un contexte de transition

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE. Critères de jugement et indicateurs. L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT LES CRITERES DE JUGEMENT

ECONOMIE DE LA SANTE. Critères de jugement et indicateurs. L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT LES CRITERES DE JUGEMENT UNIVERSITE RENE DESCARTES Faculté de Pharmacie MASTERE 2007-2008 ECONOMIE DE LA SANTE L Evaluation des Technologies Médicales: LES CRITERES DE JUGEMENT Professeur Robert LAUNOIS REES Réseau d Evaluation

Plus en détail

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Quelles évolutions, quelles attentes? CONFERENCE 30 NOVEMBRE 2010 0 Sommaire 1 Actualité réglementaire et impact sur les relations CAC

Plus en détail

Evaluation de l activité des centres de FIV en France : transparence et appui. Dominique Royère DPEGh

Evaluation de l activité des centres de FIV en France : transparence et appui. Dominique Royère DPEGh Evaluation de l activité des centres de FIV en France : transparence et appui Dominique Royère DPEGh 1 Contexte Une des missions confiées à l Agence de la biomédecine est de contribuer à l amélioration

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES SUR LE TEMPS PARTIEL

QUESTIONS/REPONSES SUR LE TEMPS PARTIEL QUESTIONS/REPONSES SUR LE TEMPS PARTIEL 1- Comment faire une demande d exercice à temps partiel, ou une demande de reprise à temps complet? Les demandes de temps partiel doivent obligatoirement être formulées

Plus en détail

Direction des Pensions et des Rentes Viagères Page 1

Direction des Pensions et des Rentes Viagères Page 1 Direction des Pensions et des Rentes Viagères Page 1 Direction des Pensions et des Rentes Viagères Page 2 Direction des Pensions et des Rentes Viagères Page 3 Direction des Pensions et des Rentes Viagères

Plus en détail

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGS/2006/271

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGS/2006/271 Ministère de l intérieur et de l aménagement du territoire Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche

Plus en détail

Gestion de Projets partie 3

Gestion de Projets partie 3 Gestion de Projets partie 3 Jean-Louis Lefèvre jean-louis.lefevre@univ-lyon1.fr Polytech Lyon GESPRO 3-2014 JL LEFEVRE Page 1 La gestion de Projets La planification consiste à définir l enchaînement des

Plus en détail

Congrès de la SMSTO. Changé (53) 15 & 16 octobre 2015 ACCUEIL D APPRENTIS EN SITUATION DE HANDICAP

Congrès de la SMSTO. Changé (53) 15 & 16 octobre 2015 ACCUEIL D APPRENTIS EN SITUATION DE HANDICAP Congrès de la SMSTO Changé (53) 15 & 16 octobre 2015 ACCUEIL D APPRENTIS EN SITUATION DE HANDICAP 1 Qu est-ce que l Agefiph Instituée par la Loi du 10 juillet 1987, l Agefiph désigne l association qui

Plus en détail

Être jeune parent à la MSA

Être jeune parent à la MSA vous guider Être jeune parent à la MSA n Prestations, accueil et prévention santé du jeune enfant www.msa.fr Avec l arrivée d un enfant, vient le moment de revoir l organisation de son quotidien afin de

Plus en détail

Journée d études Nationales 2011

Journée d études Nationales 2011 Journée d études Nationales 2011 Appliquer la nouvelle règlementation ERP pour les équipements sportifs : quelle méthode pour le service des sports? Alexandre CHEVAILLER, Ville de Montbéliard (25) Capitaine

Plus en détail

Note de service DGER/SDEDC/2016-411

Note de service DGER/SDEDC/2016-411 Direction générale de l'enseignement et de la recherche Service de l'enseignement technique Sous-direction des établissements, des dotations et des compétences Bureau des projets et de l'organisation des

Plus en détail

ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS

ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS PRESENTATION DES CANEVAS DES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES

Plus en détail

Programme Rhône-Alpes d aide aux PME

Programme Rhône-Alpes d aide aux PME Programme Rhône-Alpes d aide aux PME Amélioration du Processus Participatif d Innovation de Conception 13 mois d accompagnement conseil personnalisé à chaque entreprise des formations inter-entreprises

Plus en détail

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations

Plus en détail

Retour d expérience Exploitation des chaufferies automatiques à bois. Colloque bois énergie 14 décembre 2012 Centre des Congrès des Vieilles Forges

Retour d expérience Exploitation des chaufferies automatiques à bois. Colloque bois énergie 14 décembre 2012 Centre des Congrès des Vieilles Forges Retour d expérience Exploitation des chaufferies automatiques à bois Colloque bois énergie 14 décembre 2012 Centre des Congrès des Vieilles Forges Enquête «!Exploitation des chaufferies automatiques!»

Plus en détail

Intervention du Comité Consultatif de l Environnement du CG 35

Intervention du Comité Consultatif de l Environnement du CG 35 Direction Territoriale Ouest du CEREMA Journée Technique du CoTITA Ouest - 25 Novembre 2014 «Les mesures compensatoires sur les projets d aménagements et d infrastructures» Intervention du Comité Consultatif

Plus en détail

Série STMG L usage du numérique dans la série STMG

Série STMG L usage du numérique dans la série STMG éduscol Série STMG L usage du numérique dans la série STMG Cartel 3000 Dossier enseignant Ressources pour le lycée général et technologique 1. Fonctionnement du jeu Cartel 3000 est un jeu de simulation

Plus en détail

Dispositif régional «CMEI» en Nord Pas de Calais

Dispositif régional «CMEI» en Nord Pas de Calais Dispositif régional «CMEI» en Nord Pas de Calais Rappel du cadre d intervention des CMEI Réception d un certificat médical ou d une demande médicale d intervention Prise de contact avec patient/occupant

Plus en détail

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS 1 Cahier des charges Le 24 février 2014 Préambule Le Fonds d'assurance Formation du Travail Temporaire

Plus en détail

SECRETARIATS MEDICAUX MONTPELLIER - NANTES -PARIS

SECRETARIATS MEDICAUX MONTPELLIER - NANTES -PARIS SECRETARIATS MEDICAUX MONTPELLIER - NANTES -PARIS MEDICAL INTERFACE propose un ensemble de programmes développés spécifiquement pour le personnel des Secrétariats Médicaux. Cette offre de formation constitue

Plus en détail

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Séminaire de préparation à la retraite UNOG 26/03/2015 1 ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Sommaire Le système de Sécurité Sociale (SS) en France Les valeurs et principes de base

Plus en détail

Résultats technico-économiques des élevages suivis en 2011

Résultats technico-économiques des élevages suivis en 2011 4 ème Journée du Réseau Équin Languedoc-Roussillon Mardi 26 mars 2013 Résultats technico-économiques des élevages suivis en 2011 Jean Louis BALME OIER - SUAMME Résultats des élevages Camargue Les systèmes

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 18 septembre 2015

DIVISION DE LILLE Lille, le 18 septembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE CODEP-LIL-2015-038319 FG/EL Lille, le 18 septembre 2015 Monsieur le Dr X Centre Médical du Littoral 173, Route de Desvres 62280 SAINT MARTIN BOULOGNE Objet : Inspection

Plus en détail

Mathématiques pour les Sciences de la Vie CC3 Jeudi 4 juin 2015 Durée 60 minutes. Instructions. Identité. 3 4... Numéro d étudiant :

Mathématiques pour les Sciences de la Vie CC3 Jeudi 4 juin 2015 Durée 60 minutes. Instructions. Identité. 3 4... Numéro d étudiant : +//+ Mathématiques pour les Sciences de la Vie CC Jeudi juin Durée minutes Instructions Ce formulaire sera analysé par lecture optique, toute intervention manuelle rendue nécessaire par le non-respect

Plus en détail

Charte constitutive de la plateforme d observation sociale et médico-sociale des Pays de la Loire

Charte constitutive de la plateforme d observation sociale et médico-sociale des Pays de la Loire Charte constitutive de la plateforme d observation sociale et médico-sociale des Pays de la Loire Préambule La Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques (Drees) et la Direction

Plus en détail

Planification et organisation

Planification et organisation Planification et organisation La constance des clients et des missions est une chance pour les cabinets car elle leur permet d anticiper l organisation des temps forts de l année. Pour autant, ce travail

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons?

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Anne Joosten Coordination de dons-chu Charleroi SIZ 30 mai 2012 Les coordinations en Belgique Les donneurs de tissus Procédures

Plus en détail

C.I.O. Médico-Économiques

C.I.O. Médico-Économiques Les sept clefs pour réussir le changement e associé à la mise en place d'un dossier électronique patient (DEP) Pr. Ph. Kolh C.I.O. Chef du Service des Informations Médico-Économiques 2011-10-20 Table des

Plus en détail

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER L association ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail