Intérêt et pratique de l'échographie en ALR. O. Choquet

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intérêt et pratique de l'échographie en ALR. O. Choquet"

Transcription

1 Intérêt et pratique de l'échographie en ALR O. Choquet

2 Menu La frénésie Règlementation Données factuelles Valeurs sûres & montantes valeurs à risque Valeurs trainantes L avenir Complications Coût

3 Une frénésie sans précédent Publications mensuelles pubmed : mots clé «ultrasound regional anesthesia» Kessler 2007 «I abandoned using nerve stimulators» «nerve stimulators are Outmoded» «US = Gold standard NS = Old standard» La stim c est has been!

4 Demandez à un aveugle L Écho, c est in! Permet de voir Nerfs, vaisseaux, fascias Muscles, viscères (plèvre) Trajectoire aiguille Permet de prédire Diffusion de l AL Permet de comprendre L anatomie, les échecs, la NS Permet d éviter labourage & décharges confort +++ Expert enthousiaste utilisateur routinier

5 C est plus facile à dire qu à faire? Résolution en profondeur Échogénéicité variable Imprécision des contours Interprétation des images Suivi ardu aiguille cathéters Identification adéquate Limites nerveuses Là C est pas de la tarte!

6 Mettez vous dans la peau de l expert Raisonnement juridique : Echo Indiquée si Adaptée à la situation Rapport bénéfice risque favorable / alternatives Anesthésiques : périphérique centrale AG Analgésique : ANM - AM - PCA Respecte contre-indics règles de sécurité recommandations Expérience suffisante du praticien Recul suffisant si technique innovante... Information éclairée : risques choix L expert doit comparer au standard représenté par le niveau moyen

7 Niveau moyen pour l échoguidage en ALR? pratique récente & pas un mot dans les RPC L écho c est in, mais la référence: c est La Stim

8 L ouverture Comité douleur anesthésie loco-régionale Comité des Référentiels Recommandation Formalisée d Expert (RFE) Actualisation de la conférence de consensus de 1997 sur la prise en charge de la douleur postopératoire chez l adulte et l enfant. 5. Place de l ALR dans l analgésie postopératoire 5.1. Règles générales d utilisation d une ALR Le repérage échographique est une alternative pour la localisation des nerfs périphériques qui peut être recommandée. Il est recommandé de respecter les règles d asepsie chirurgicale

9 Pour quelques approches par des équipes d experts En injection unique

10

11 Le syndrome de la belle image, tu évites Pubmed Le 21/09/2009 block + All RCT RCT US Nerve block Ultrasound femoral sciatic axillary supraclav lumbar parasacral

12 Petits tourments des études cliniques Expérience en stimulation insuffisante Mono-stimulation versus multi guidage Objectif de stimulation inadéquat Délai court Volume faible Significatif mais insignifiant Envie de prouver Syndrome de la belle image

13

14

15 Neurostimulation > blocs profonds!

16 les valeurs de l échoguidage Validée Efficace Taux de succès élevé Sûre Complications rares Confortable pour le patient Simple et Rapide à réaliser Facile à apprendre Volume d AL Blocs superficiels En cours similaire Surement plus sûre Supérieur Supérieur Supérieur Supérieur praticien entraîné

17 les situations echo propices Selon la voie d abord Cible superficielle Cible limitée par un fascia Cible para vasculaire Selon le terrain Traumatisé Pédiatrie Malformé, amputé + facile + facile + facile - douloureux - profond - difficile

18 les situations echo ardues Patient difficile Terrain : œdème obésité Particularités anatomiques Blocs compliqués Par la profondeur - l air - l os Blocs dangereux Proximité de viscères (poumon) - rachis Praticien débutant Échographe peu performant

19 La principale limite de l échoguidage La résolution Précision de l ordre du millimètre Différentie intra- extra-neural Mais pas intra- extra- fasciculaire

20 Neurostim abandonnée ou sentinelle 1. Echoguidage Positionner l aiguille (cathéter) près du nerf 2. Neurostimulation sentinelle 0,2mA/0,1ms Mais pas trop près = absence de réponse 3. Injection dans le tissu conjonctif lâche!!!!!

21 Les valeurs sûres : Blocs périphériques Superficiels - Distants rachis & plèvre Bloc axillaire Blocs médian, radial, ulnaire, tibial, fibulaire commun, saphène Bloc fémoral Bloc sciatique poplité subglutéal

22 Les valeurs sûres : Blocs d espace Bloc des droits Bloc pénien Bloc II HI TAP bloc

23 Blocs d espace TAP block Dans triangle lombaire Entre transverse & OI Derniers nn.intercostaux II,IH

24 Les valeurs sûres: ALR centrales Localisation des espaces interépineux (obèses) Choix du «meilleur espace» Mesure de profondeurs

25 Les valeurs à risque : Bloc interscalénique Potentiellement dangereux Proximal Paravertébral Mais Superficiel Cible caractéristique Optimisation du rapport bénéfice risque Sans équivalent pour l épaule SSI praticien aguerri - réalisation parfaite

26 Les valeurs à risque : Bloc supraclaviculaire Potentiellement dangereux Proximal Près du poumon Mais Superficiel Cible caractéristique Optimisation du rapport bénéfice risque Tout le MS d un coup SSI praticien aguerri - réalisation parfaite

27 Les valeurs montantes Blocs chez l enfant plexiques tronculaires péridurale caudale Terrains particuliers Traumatisé Amputé Douleur chronique Spasticité c est superficiel et on voit à travers

28 Douleurs chroniques Cas cliniques ou petites séries Nerf grand occipital 2 e 3 e (Eichenberger A2006) Ganglion stellaire (Shibata AA2007) n. Suprascapulaire (Harmon 2007) Hoquet n. phrénique (Okuda CJA 2008) Méralgie paresthésique CLC (Tumber AA 2007) Infiltration du m. piriforme (Smith APMR 2006) Nerf pudendal (Rofaeel RAPM 2008) Névrome (Fischler CJA 2007)

29 Les valeurs à la traîne Blocs profonds sciatiques proximaux Blocs profonds près du rachis lombaire paravertébral cervical profond Blocs profonds près du poumon infraclaviculaire

30 Les valeurs à la traîne Cathéters Des Obstacles 3 e main Asepsie Suivi du KT Des progrès et des astuces Doppler AL ou G5 agités Cathéters échogènes Bras - guides

31 Complications après BNP échoguidés Elles arrivent n = publiées non publiées Systémiques 3 0 Infectieuses 0 1 Neurologiques 0 3 Viscères PNO 1 2 présumé Plus sûr mais pas complètement sûr

32 Coût Sandhu 2004 Kessler 2007 Appareil : maintenance / 5ans Usage unique : gel US + 1.2$ asepsie Matériel ponction -10$ cathéter -1.20$ injection unique Temps : - 8$ / minute gagnée / perdue! Cotation : repérage nerveux code CCAM YYYY

33 Coût

34 L avenir : sonde 3D - GPS

35 L injection paraneurale

36 Conclusions La neurostimulation la technique reste de référence L échoguidage en ALR Gagne rapidement des parts de marché en ALR L ultrason Devient le partenaire inévitable au BO Cardio pulmo vascu uro abdo Cf PJ Zetlaoui Conf d actu Sfar 2009

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d une irritation au niveau de la racine

Plus en détail

Blocs périphériques indispensable à connaître en ALR échoguidés. Dr P. MAHIOU Clinique des cèdres Echirolles

Blocs périphériques indispensable à connaître en ALR échoguidés. Dr P. MAHIOU Clinique des cèdres Echirolles Blocs périphériques indispensable à connaître en ALR échoguidés Dr P. MAHIOU Clinique des cèdres Echirolles Introduction! 1ière utilisation en 1978 par La Grange (doppler pour BSC) - utilisation croissante

Plus en détail

Lésion traumatique des nerfs périphériques

Lésion traumatique des nerfs périphériques Lésion traumatique des nerfs périphériques Classification, Principes et indications des techniques réparation nerveuse Emmanuel MASMEJEAN Unité de Chirurgie de la Main & des nerfs périphériques Hôpital

Plus en détail

Cause psycho-sociale? sociale?

Cause psycho-sociale? sociale? EXAMEN CLINIQUE DU RACHIS CERVICAL R. Dupuy Introduction Cervicalgie : motif fréquent de consultation Dissociation radio-clinique fréquente Organe difficile à examiner car mobile, avec vertèbres de petite

Plus en détail

Table des matières. Éléments généraux. Blocs des plexus brachial et cervical. Chapitre 1 Introduction 3. Chapitre 2 Rappel anatomique 5

Table des matières. Éléments généraux. Blocs des plexus brachial et cervical. Chapitre 1 Introduction 3. Chapitre 2 Rappel anatomique 5 Table des matières Remerciements Préface Avant-propos 1 Éléments généraux VII IX XI Chapitre 1 Introduction 3 Chapitre 2 Rappel anatomique 5 Introduction... 5 Anatomie d'un nerf... 5 Plexus brachial...

Plus en détail

SOUS-ATELIER 2 BLOCS PERINERVEUX

SOUS-ATELIER 2 BLOCS PERINERVEUX SOUS-ATELIER 2 BLOCS PERINERVEUX Blocs périnerveux (plexiques et tronculaires) L injection de l AL est réalisée à proximité du plexus ou du tronc nerveux à bloquer une fois sa localisation faite grâce

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Bases physiques de l échographie

Bases physiques de l échographie Bases physiques de l échographie Principes généraux Propriétés des ultra-sons Interactions des ultra-sons avec les tissus : 1) Réflexion 2) Diffusion 3) Réfraction 4) Atténuation Construction de l image

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire Aucun lien d intérêt Dr Georges DACCACHE - 19 Octobre 2103 Lésion tissulaire ou nerveuse Individu Lésion faible Palier 1 Lésion modérée Palier

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger Pour en savoir plus sur la douleur chronique Nicole Brunet Aline Boulanger Jeu-questionnaire Vrai ou faux La cause de la douleur chronique est toujours connue Jeu-questionnaire Vrai ou faux Le stress et

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Pratique de l ALR échoguidée en France Résultats de l enquête i-alr

Pratique de l ALR échoguidée en France Résultats de l enquête i-alr Unité d Anesthésie www.i-alr.com Pratique de l ALR échoguidée en France Résultats de l enquête i-alr Régis Fuzier MD, PhD fuzier.r@gmail.com Déclarations de liens d intérêts www.i-alr.com Baxter BBraun

Plus en détail

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES Soirée du 10/05/2010 AFMC Lagny sur Marne Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur Francis ABRAMOVICI LOMBO SCIATALGIES Soirée du 10/05/2010

Plus en détail

Analgésie postopératoire. Place des cathéters périnerveux

Analgésie postopératoire. Place des cathéters périnerveux Analgésie postopératoire Place des cathéters périnerveux Traitement de la douleur postopératoire En comparaison avec la PCA morphine La majorité des études sur le sujet montrent une diminution des scores

Plus en détail

Les blocs périphériques des membres chez l adulte

Les blocs périphériques des membres chez l adulte Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 22 (2003) 567 581 RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Les blocs périphériques des membres chez l adulte Société française d anesthésie et de réanimation

Plus en détail

RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU SEIN

RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU SEIN RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU SEIN Dr Elisabeth LE PRISE Radiothérapeute - CEM La radiothérapie est un traitement loco-régional dont l objectif principal est de réduire le risque de récidive mammaire,

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus...

Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus... Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus... Dr Patrice FORGET Service d Anesthésiologie Unité de douleur chronique Cliniques universitaires Saint-Luc. Université catholique de Louvain, Bruxelles,

Plus en détail

Présentation de nos pédagogies et de nos formations autour du PMSI

Présentation de nos pédagogies et de nos formations autour du PMSI Présentation de nos pédagogies et de nos formations autour du PMSI E-learning Table ronde Tutorat CorpusLearning SASU - 41, boulevard Montebello 59000 Lille - Tel: 03 20 06 50 44 / Fax: 03 20 06 49 49

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 30 novembre 2005 100 microgrammes/ml, solution injectable pour voie intraoculaire Boîte de 12 flacons de 1,5 ml (CIP: 566 8122) Laboratoires ALCON carbachol

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste?

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste? RADIOLOGIE au quotidien Que retenir pour le praticien généraliste? Exemple à critiquer! Cher confrère, Veuillez réaliser chez M. X un scanner abdominal total. Bien confraternellement, Docteur Y La bonne

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Exercice : répondre aux objections du client

Exercice : répondre aux objections du client Exercice : répondre aux objections du client Difficile d envisager un entretien de négociation sans objections de la part du client : chacun voudra défendre ses intérêts, au meilleur prix, et chacun sera

Plus en détail

La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire

La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire CALASS 2007 Congrès de l Association Latine d Analyse des Systèmes de Santé Bastien MOLLO Stéphane DAVID Dominique MAILLARD

Plus en détail

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite?

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite? Alain Villette*, Thierry Collier**, Thierry Delannoy*** *DSO **docteur en chirurgie dentaire ***docteur en chirurgie dentaire Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier

Plus en détail

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Vous allez (Votre enfant va) être opéré(e) prochainement d'une appendicectomie par laparoscopie. Ce document est destiné à vous expliquer : ce que représente cette maladie;

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015

Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015 Prise en charge de la douleur dans l exercice soignant en soins palliatifs Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015 Spécificités toilettes et pansements Quelles

Plus en détail

La cystocentèse chez le Chat. Guide pour les équipes vétérinaires

La cystocentèse chez le Chat. Guide pour les équipes vétérinaires La cystocentèse chez le Chat Guide pour les équipes vétérinaires 1ère étape: Préparation Matériel nécessaire: Seringue de 5 ou 10 ml Aiguille 23G Flacon stérile 2e étape: Palper la vessie 3e étape: Vous

Plus en détail

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes :

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes : Le diabète Titre:Le diabète de type 2 Public : endocrinologues de niveau A2 Durée : 2h Objectif général : s informer sur les antécédents familiaux d un patient afin de bien diagnostiquer la maladie Mots-clés

Plus en détail

Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval

Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Signes cliniques du syndrome de la queue de cheval... 1 1.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES EPICONDYLITES. R. Legré -Sébastien Parratte Service de Chirurgie de la Main Hopital de la Conception

PRISE EN CHARGE DES EPICONDYLITES. R. Legré -Sébastien Parratte Service de Chirurgie de la Main Hopital de la Conception PRISE EN CHARGE DES EPICONDYLITES R. Legré -Sébastien Parratte Service de Chirurgie de la Main Hopital de la Conception DEFINITIONS «TENNIS ELBOW» / «EPICONDYLITE latérale» Enthésopathie = tendinopathie

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Clément Bousson Soutenance de thèse 4 Juin 2013 Introduction Paiement à l acte Mode de rémunération majoritaire, pilier de la médecine libérale en

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012

SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012 SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012 Question 1 A. Pour chaque membre on peut décrire cinq parties, depuis la racine jusqu à l extrémité distale. B. La ceinture scapulaire est formée de deux

Plus en détail

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces utilisant des générateurs de courant pilotés par thyristors)

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION

SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte hospitalier du CUSM. 2. Pourquoi fait-on du maintien d actifs? 3. Pourquoi fait-on du développement durable? 4. Quel est le lien entre maintien d actifs et développement

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Rôle de l anesthésiste réanimateur dans l organisation en ambulatoire. Dr Hubert Le Hétêt hublehetet@aol.com Polyclinique Sévigné (Rennes)

Rôle de l anesthésiste réanimateur dans l organisation en ambulatoire. Dr Hubert Le Hétêt hublehetet@aol.com Polyclinique Sévigné (Rennes) Rôle de l anesthésiste réanimateur dans l organisation en ambulatoire Dr Hubert Le Hétêt hublehetet@aol.com Polyclinique Sévigné (Rennes) Le triptyque : Patient-Acte- Structure Le patient EBM Souhait Environnement

Plus en détail

Animation «Des jeux collectifs aux sports collectifs avec ballon»

Animation «Des jeux collectifs aux sports collectifs avec ballon» Animation «Des jeux collectifs aux sports collectifs avec ballon» Construire une unité d apprentissage : Comment faire? Que faire? Introduction De nombreux sports collectifs ont une image culturelle, audio-visuelle,

Plus en détail

Thérapie par Ondes de Choc

Thérapie par Ondes de Choc V 0 0 6 A S 2 0 1 3 / 0 9 / 1 3 Thérapie par Ondes de Choc BTL ENCYCLOPEDIE THERAPEUTIQUE V 1 1 1 A S 2 0 1 3 / 0 9 / 1 3 1 achillodynie... 3 2 arthrose du genou... 4 3 blessure musculaire... 6 4 calcification

Plus en détail

Réunion d Information

Réunion d Information Réunion d Information Le Cloud Computing en France Tendances générales Atouts pour les PME Evolution du marché Extraits de résultats intermédiaires de l étude de MARKESS International Le cloud computing

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES)

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) Dr AJ BARAZA Priam 07/06/07 Rappels Les infiltrations de glucocorticoïdes

Plus en détail

Les infiltrations. Collège lyonnais des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage.

Les infiltrations. Collège lyonnais des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage. Les infiltrations Collège lyonnais des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage. Objectifs de l atelier Connaître les principales indications et contreindications des infiltrations. Connaître les principaux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juin 2012 CINRYZE 500 unités, 2100 UI, poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 2 flacons (code CIP : 218 563-0) Laboratoires VIROPHARMA SAS Inhibiteur

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

Interventions networks in retirement homes: real reasons and lame excuses

Interventions networks in retirement homes: real reasons and lame excuses INTERVENTIONS DES RESEAUX EN EHPAD : MAUVAISES EXCUSES ET VRAIES RAISONS Interventions networks in retirement homes: real reasons and lame excuses Objectif : Il s agit de mieux comprendre les raisons pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

RÉSUMÉ. Introduction. Résultats. 1. Accident de décompression. 2. Embolie gazeuse

RÉSUMÉ. Introduction. Résultats. 1. Accident de décompression. 2. Embolie gazeuse R RÉSUMÉ Introduction Résultats Dans la première moitié du XX e siècle, l oxygénothérapie hyperbare (OHB) fut utilisée pour le traitement des accidents de décompression. D autres indications se sont ajoutées

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte PERTINENCE DES SOINS PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte Février 2014 Cette note de problématique est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX. Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA

BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX. Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA INTRODUCTION chirurgie otorhinolaryngologique ;domaine très variable -terrain - type de chirurgie

Plus en détail

FICHE MP N 5 PARTICULARITES DES TABLEAUX N 97 ET N 98

FICHE MP N 5 PARTICULARITES DES TABLEAUX N 97 ET N 98 FICHE MP N 5 PARTICULARITES DES TABLEAUX N 97 ET N 98 Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par des vibrations de basses et moyennes fréquences transmises au corps entier (n 97) ou provoquées

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Résultats des arthrodèses lombaires ou lombosacrées par voie antérieure pour spondylolisthésis par lyse isthmique

Résultats des arthrodèses lombaires ou lombosacrées par voie antérieure pour spondylolisthésis par lyse isthmique Résultats des arthrodèses lombaires ou lombosacrées par voie antérieure pour spondylolisthésis par lyse isthmique J. ALLAIN Institut Du Rachis CHU Henri Mondor Créteil - UPEC Série de l Institut Du Rachis

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Echographie de l épaule

Echographie de l épaule Echographie de l épaule GH JL Brasseur Pitié-Salpêtrière Journées de Bichat; l épaule du sportif Paris 12 Mars 2015 But d une imagerie de l épaule Prévalence +++ des images anormales asymptomatiques rupture

Plus en détail

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Alberto Bondolfi Université de Lausanne Théologien et éthicien Comité national d éthique

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Dosage de l HbA 1c Comme vous le savez, il est essentiel de bien maintenir votre glycémie près des valeurs normales pour

Plus en détail

UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE

UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE LES SOLUTIONS GERONTECHNOLOGIES: LES SOLUTIONS GERONTECHNOLOGIES: UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE Présntation de Sensatys (1/2) Présentation de Sensatys (1/2) Sensatys est une société de service active

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs du refus

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs du refus Annexe II Conclusions scientifiques et motifs du refus 4 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique de Levothyroxine Alapis et noms associés (voir annexe I) Les indications proposées

Plus en détail

Sources : Définition de la radiologie conventionnelle. Remarques :

Sources : Définition de la radiologie conventionnelle. Remarques : Tarification : Exemples faisant intervenir les nouvelles règles concernant la radiologie conventionnelle Décision UNCAM du 5 mars 2009 (article III-3 B) Définition de la radiologie conventionnelle Par

Plus en détail

De la formation initiale des sagesfemmes. à l interprofessionnalité. Picchiottino Patricia Sage-femme, CE Responsable adjointe CIS

De la formation initiale des sagesfemmes. à l interprofessionnalité. Picchiottino Patricia Sage-femme, CE Responsable adjointe CIS De la formation initiale des sagesfemmes à l interprofessionnalité Picchiottino Patricia Sage-femme, CE Responsable adjointe CIS Le CiS, un centre conjoint Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale

Plus en détail

Qualité de l information

Qualité de l information UN RÉFÉRENTIEL D AGIR COMPÉTENT à l intégration de connaissances favorables à la réussite éducative des jeunes du Québec Qualité de l information Pour porter un regard critique sur la qualité de l information

Plus en détail

1ère ETUDE NATIONALE DE COÛTS du dispositif Accueil, Hébergement, Insertion

1ère ETUDE NATIONALE DE COÛTS du dispositif Accueil, Hébergement, Insertion 1ère ETUDE NATIONALE DE COÛTS du dispositif Accueil, Hébergement, Insertion étude réalisée sur 120 établissements par le cabinet ACCENTURE juin 2011 Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des

Plus en détail

OBJECTIF : Réaliser 3 courses de 500 m avec 10 maxi de récupération entre chaque course. Faire un projet de temps avant les courses n 1 et n 2.

OBJECTIF : Réaliser 3 courses de 500 m avec 10 maxi de récupération entre chaque course. Faire un projet de temps avant les courses n 1 et n 2. Niveau 1 non acquis Niveau 1 Niveau 2 OBJECTIF : Réaliser 3 courses de 500 m avec 10 maxi de récupération entre chaque course. Faire un projet de avant les courses n 1 et n 2. Il est interdit de : Courir

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

E11 - Contention. 1. Modes d action

E11 - Contention. 1. Modes d action E11-1 E11 - Contention Le terme de contention est utilisé pour contention compression. Il désigne l utilisation pour la prévention ou le traitement des désordres veineux et lymphatiques de bandes, bas

Plus en détail

Examen clinique des seins

Examen clinique des seins Examen clinique des seins Dr Amouri Habib, Dr Dhouib M, Pr Ag Guermazi. M, Service de gynécologie obstétrique de Sfax Public cible o Les étudiants 2ème année médecine o Les élèves sage femme Objectifs

Plus en détail

Thérapie Manuelle Neuro-Orthopédique 2011-2012 TOURS

Thérapie Manuelle Neuro-Orthopédique 2011-2012 TOURS Thérapie Manuelle Neuro-Orthopédique 2011-2012 TOURS La Thérapie Manuelle Neuro-Orthopédique ou TMNO est un concept d évaluation et de traitement des signes et des symptômes du système neuro-musculo-squelettique,

Plus en détail

Bases Sécuritaires pour la réalisation pratique de l ALR échoguidée

Bases Sécuritaires pour la réalisation pratique de l ALR échoguidée ARRES/ASSPRO Genève le 10/11/2012 Bases Sécuritaires pour la réalisation pratique de l ALR échoguidée MAHIOU Philippe Clinique des Cèdres 38130 Echirolles ! RECOMMANDATIONS du COMITÉ! Douleur/ALR! RFE

Plus en détail

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles CONGRÈS DE L ACSQ 2014 Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles Manon Deschênes, M.Ps., CRHA Directrice principale Gestion de carrière et psychologie du travail MAI 2014 PLAN

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

Enjeux Opérationnels du Parcours de soins L évaluation médico-économique L Exemple de l AVC

Enjeux Opérationnels du Parcours de soins L évaluation médico-économique L Exemple de l AVC Association des Pharmaciens de l Industrie : Rencontre avec les Directeurs d ARS Paris, 13 Avril 2013 Enjeux Opérationnels du Parcours de soins L évaluation médico-économique L Exemple de l AVC Prof. Robert

Plus en détail

Lambeau de fibula Pr. Philippe PELISSIER

Lambeau de fibula Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Dissection - Lambeau ostéo-cutané - Lambeau musculo-ostéo-cutané Anatomie Dissection

Plus en détail

Destination du DM : concept technique et/ou indications cliniques? Point de vue d un fabricant

Destination du DM : concept technique et/ou indications cliniques? Point de vue d un fabricant Destination du DM : concept technique et/ou indications cliniques? Point de vue d un fabricant Antoine AUDRY Medtronic France SAS j1 Définitions Destination : «L utilisation à laquelle un dispositif médical

Plus en détail