LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH"

Transcription

1 Régie Autinome de Distribution d Eau et d Electricité de Marrakech LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH

2 PRESENTATION DE LA RADEEMA Historique Le 26 Décembre 1970 et suite aux délibérations du conseil communal de la vile de Marrakech, il a été décidé de créer à partir du premier janvier 1971, la Régie Autonome de Distribution d Eau et d Electricité de Marrakech, dénommée RA- DEEMA et ce en vertu du Décret n du 29 Septembre 1964 relatif aux Régies communales. Le premier janvier 1998, la RADEEMA a pris en charge la gestion du service de l assainissement liquide suite aux délibérations de la communauté urbaine de Marrakech Activités et périmètre d action La RADEEMA assure la distribution d eau et d électricité et la gestion du service d assainissement liquide au sein de la ville de Marrakech. Les trois métiers Couvrent une zone d action de ha et une population d environ habitants. Mission et actions entreprises La mission de la RADEEMA et sa préoccupation majeure est d accompagner le développement important que connaît la ville de Marrakech, assurer la sécurité de l approvisionnement et la gestion des services rendus à la clientèle. le volet environnemental et écologique est ou centre des actions engagés par la RADEEMA notamment le traitement et la réutilisation des eaux usées.

3

4 PRINCIPAUX INDICATEURS Effectif La RADEEMA compte un effectif total de 922 agents tous mobilisés pour satisfaire les besoins crois-.sants des citoyens de la ville ocre en eau, en électricité et du service d assainissement liquide Résultats financiers en MDH Principaux Indicateurs Prévisionnel Investissements réalisés Résultat Net Chiffre d affaires Capacité d autofinancement Valeur Ajoutée

5 Nombre de clients et longueurs des réseaux Les données relatées aux tableaux ci-dessous illustrent l évolution importante enregistrée par les principaux indicateurs Désignation Métier Prévisionnel Electricité Nombre de clients Eau Assainissement Electricité Longueur du réseau en KM Eau Assainissement

6 PROBLEMATIQUE, MOTIVATIONS & OBJECTIFS Préambule Pendant des décennies, la ville de Marrakech connaissait des déversements des eaux usées brutes dans son milieu naturel, particulièrement dans les champs d épandages, la palmeraie et les oueds. Cette situation présentait de véritables menaces de la ville et à ses habitants qui étaient de plus en plus exposés directement ou indirectement aux risques de maladies hydriques. En effet, en l absence d un processus d épuration des eaux usées de la ville de Marrakech, les effluents dont le débit moyen est d environ 100 milles mètre cube par jour, sont collectés et déversés en majorité à l état brut. Cette situation se traduit par la pollution du milieu naturel notamment la nappe souterraine avec toutes les retombées néfastes sur le plan sanitaire et environnemental. C est ainsi que la RADEEMA a focalisé ses efforts dès la prise en charge du secteur d assainissement liquide en 1998, sur la mise à niveau et la rentabilisation de ce secteur par le déploiement d efforts considérables ciblant principalement les trois axes prioritaires à savoir : -Restructuration du réseau d assainissement liquide de Marrakech. -Suppression des points de rejets des eaux usées brutes dans la nature. -Traitement des eaux usées avant leur rejet. Ces trois axes ont fait l objet de la 1ere tranche d assainissement liquide consistant en la réalisation d un vaste programme de travaux structurants dont le renforcement du réseau par des galeries et collecteurs structurants. Oued Tensift : égout à ciel ouvert Exutoire des eaux usées brutes La restructuration du réseau principale ainsi que le renouvellement du réseau vétuste et la réhabilitation des collecteurs visitables par les techniques de chemisage et de fonçage notamment à l ancienne Médina où certains collecteurs passent sous construction. Cette première tranche dont le coût est de l ordre de 750 MDH a permis d étendre le réseau de collecte qui a atteint un linéaire de 1700KM soit un accroissement de 70,5 % par rapport à 1998 année de prise en charge de ce service par la RADEEMA.

7 La station de traitement des eaux usées fait partie des composantes de la première tranche des travaux d assainissement liquide. Cette première phase dont la mise en exploitation a démarré fin 2008, consiste en un traitement primaire des eaux usées de la ville de Marrakech, soit 100 milles m3/jour, par une succession des étapes de traitement suivantes : Dégrillage Grossier à 100mm; Dégrillage fin à 10mm; Dessablage et déshuilage; Décantation primaire physique et gravitaire. Par ailleurs, et suite au développement continu que connaît la ville ocre, la demande en eau accuse un accroissement immense alors que paradoxalement les ressources en eau sont limitées et font l objet d un débat sans précédant aussi bien à l échelle nationale qu internationale. A partir de ce constat alertant et des enjeux majeurs qui en résultent eu égard aux spécifiés de la région de Marrakech connue par ses ressources hydriques limitées, la réutilisation des eaux traitées est devenue impérative et inélu- -ctable et c est de ce point qu est née l idée de pousser le traitement jusqu aux niveaux secondaire et tertiaire afin de pouvoir les réutilisées. Autrement, la valorisation d environ 33 millions de m3 de ces eaux usées par an, ce qui constitue l objectif du grand projet de traitement et de réutilisation des eaux usées adopté par la RADEEMA.

8 LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE RÉUTILIS ATION DES EAUX USÉES La réalisation du grand projet de traitement et de réutilisation des eaux usées de la ville de Marrakech s inscrit dans le cadre de la gestion intégrée des ressources en eau, la protection de l environnement, la rationalisation et l économie.des richesses naturelles en général En effet seule la prise en considération de ces critères du développement durable, peut assurer l accompagnement de l essor qualificatif et quantitatif de la ville ocre et ses régions connues par des ressources en eau limitées

9 DEUXIEME PHASE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES La deuxième phase de la station d épuration des eaux usées constitue la pièce maîtresse du projet de réutilisation des eaux usées. Elle consiste en l extension de la filière de traitement selon le procédé dit des Boues activées pour atteindre le niveau d épuration des eaux usées requis par les normes internationales d irrigation des espaces verts. La station contient aussi une unité de cogénération fonctionnant avec le biogaz qui potentiellement produit par la digestion des Boues, permet d assurer 45% des besoins en énergie électrique de la station à terme de sa réalisation, contribuant ainsi à la réduction des émissions des gaz à effet de sers évalué en première phase à t.eq. CO2. Elle est également équipée d un laboratoire d analyse des eaux usées et d une salle de contrôle et supervision dotée de moyens et logiciels de gestion informatique de la maintenance de l établissement des bilans et de suivi en temps réel du fonctionnement de la station. Partant du fait que la ville de Marrakech doit répondre à des exigences contradictoire en matière des ressources en eau et de son développement touristique et urbanistique, la mobilisation des eaux usées traitées devient un choix stratégique garantissant le développement de la ville face aux contraintes liées à ces ressources en eau limités vu que la région connaît un stresse hydrique de plus en plus aggravé au fil du temps. Aussi la deuxième phase vient pour compléter la première et partant assurer une nouvelle ressource renouvelable en eau évaluée à 33 millions m3 an pour l irrigation des espaces verts, la palmeraie patrimoine important de la ville ocre et certains projets touristiques ainsi que la recharge éventuelle de la nappe phréatique.

10 Etapes de traitement en deuxième phase La deuxième phase de traitement complète la première et se compose des étapes de traitement suivantes : Bassin d Aération Décantation secondaire Coagulation et Floculation Filtration sur lit de sable Désinfection à l Ultra-violet. Pollution à traiter Equivalents Habitants, avec au quotidien; m3 comme volume moyen, 53 tonnes de matière en suspension, 58 tonnes de la demande biologique en oxygène; 45 tonnes de la demande chimique en oxygène. Volume d eau à mobiliser 33 millions m3 par an Aspects généraux du projet: Cadre du projet Objectif Technique de Traitement Site de traitement Réalisation de la seconde phase de la station d épuration des eaux usées et réutilisation des eaux épurées pour l irrigation des espaces verts. Pousser le traitement aux niveaux secondaire et tertiaire afin de répondre aux exigences normatives en matière de rejet et de réutilisation des eaux usées. Procédé de la boue activée suivi d une filtration et désinfection à l Ultra-violet. Dans la continuité de la première phase et sur la même assiette foncière (superficie : 17Ha 18a 74ca) située au lit majeur de l oued Tensift à proximité du pont et longeant la RN7 à la direction de Safi. Niveau de traitement Milieu récepteur Complet en 2010 Oued Tensift, Les espaces vert et golfs situés au nord, à l est et au sud est de la ville ainsi que pour la palmeraie du Domaine OULJA au nord de la ville.

11 Intervenants aux travaux de mise en œuvre de la deuxième phase Maitre d ouvrage Entreprise Ingénierie Conseil Laboratoire Bureau d étude - GC RADEEMA Groupement : Golden State/Waterleau/Sotradema / Eusébois IGIP -Poyry LPEE Systra Maroc Performance attendue du traitement Paramétres de qualité Entrée STEP Traitement Primaire Traitement Secondaire Traitement Tertiaire MES (mg/i) DBO NTK (mg/i) TP (mg/i) Germes fécaux 107 U/I 107 U/I 106 U/I U/I

12 Délai d exécution de projet Démarrage des travaux de réalisation Mise en exploitation October 2008 Fin 2010 Coût et financement du projet Le coût global du projet s élève à 1 Milliard 76 Millions de dirhams financé dans le cadre d un partenariat générant un scénario exceptionnel à l échelle national détaillé comme suit : Montant (Millions DH) Etudes et suivi Traitement Primaire Traitement Primaire Traitement Primaire Traitement Primaire Total RADEEMA Subvention de l Etat Contribution des Promoteurs Total

13 Impact de la deuxième phase sur l environnement L extension du niveau de traitement aura comme impacts environnementaux : Traitement de l eau : Amélioration de la qualité d épuration des eaux usées par l abattement de plus de 95% de la pollution organique et des matières en suspension. Mobilisation d une ressource renouvelable Mobilisation de 33 Millions de m3 d eau traitée répondant aux Normes et aux exigences de la réutilisation des eaux épurées pour l irrigation. des espaces verts. Désodorisation : La neutralisation des odeurs nauséabondes au niveau de la station, ce qui améliorera localement la qualité de l air ambiant. Cogénération : Couvrir 45% des besoins en énergie électrique de la station par la production de 30 MWh/jour à partir du biogaz ( Nm3/jour). Ecologie et efficacité énergétique La valorisation énergétique du biogaz contribuant à la réduction des émissions des gaz à effet de serre et la couverture de 45% des besoins d énergie électrique ce qui constitue l un des aspects distinctif de la station d épuration de Marrakech lui permettant d être plus intégrée dans son environnement.

14 MESURES D ACCOMPAGEMENT DU PROJET Pollution industrielle Etant donné que la station d épuration des eaux usées fonctionne selon un procédé biologique, elle reste vulnérable vis-à-vis de la pollution industrielle qui constitue un risque d inhibition du procédé de traitement à la station. Consciente de ce risque, la RADEEMA a entamé depuis sa prise en charge du secteur d assainissement un certain nombre de mesures visant à limiter l impact de la pollution industrielle des eaux et qui se résument en ce qui suit : - Sensibiliser les industriels de la problématique de la pollution industrielle. - Inciter les industriels de mettre en place les dispositifs de prétraitement adéquat. - Etudier et concevoir les solutions de prétraitement industriel. - Enquêter en cas de pollution accidentelle. Boues d épuration En parallèle de la mise en œuvre du projet de réutilisation des eaux épurées en irrigation et à la valorisation énergétique du biogaz à la station d épuration, la RADEEMA envisage le lancement d un nouveau projet visant la valorisation agricole des boues d épuration potentiellement productible à la station. Cette valorisation des boues étant au stade de réflexion, elle permettra d améliorer l intégration de la station de son environnement en réduisant d avantage les impacts négatifs que peut avoir toute station d épuration de ce genre.

15 Agissons ensemble pour la protection de l environnement Sensibiliser est notre résponsabilité à tous

16 REUTILISATION DES EAUX USEES EPUREES A l horizon 2015, la ville de Marrakech comptera 24 golfs, le besoin annuel en eau d irrigation de l ensemble de ces golfs sera de 39 millions m3 environ. Vu que la région de Marrakech-Tensif est définie comme étant une région de stresse hydrique, l Eau est considérée alors comme un facteur limitant au développement urbanistique et touristique de la ville qui constitue l un des attraits majeurs de la ville de Marrakech. De ce fait, les eaux usées épurées constituent un gisement potentiel pouvant garantir un compromis entre les deux exigences contradictoires précitées, à savoir le Développement de la ville et la préservation des ressources en eau. Composantes du projet: Composantes Station de pompages Puissance totale installée Nature des Conduites Diamètres des Conduites Longueur total du réseau de réutilisation Télégestion Caractéristiques technique 4 stations de pompage équipées de protection Antibélier et de bâche de volume > 500m KW PVC / Béton précontraint Entre 300 mm et 1000 mm km 60 Stations de pompage et les points de livraison

17 Réseau de réutilisation des eaux traitées Dans le cadre de la continuité du projet, des études de faisabilité ont été élaborées pour la réalisation d un réseau de réutilisation des eaux traitées, sur un linéaire de 60 Km comprenant 4 stations de pompage et de refoulement.

18 CONSTRUCTION ET EQUIPEMENT La deuxième phase en chantier L achèvement des travaux est prévu fin Ce qui permettra la mise en service simultanée du traitement complet de la station d épuration et du réseau de réutilisation.

19

20

21 IMPACT DU PROJET SUR LAPOPULATION CONCERNÉE ENVIRONNEMENT & ECOLOGIE - Interception, collecte, transfert et traitement de l ensemble des effluents domestiques et industriels et dont le débit moyen est de 100 mille m3 par jour. - Protection de l environnement et amélioration des conditions sanitaires et d hygiène par la suppression de tous les points de rejet des eaux usées à l état brut en milieu naturel causant des nuisances olfactives. - Limitation des émissions des gaz à effet de serre et donc l amélioration de l air ambiant par la valorisation énergétique de 66 milles tonnes par jour de biogaz produits par l unité de cogénération de la station. ECONOMIE & AGRICULTURE La station de traitement permettra à terme de sa réalisation prévue fin 2010 de mobiliser une énergie hydraulique renouvelable de 33 millions de m3/an soit plus de la moitié de la consommation de la ville de Marrakech. Cette Eau dépolluée à plus de 95% servira à l irrigation des espaces verts, la palmeraie patrimoine important de la ville, les golfs et au ressourcement éventuel de la nappe phréatique. Ainsi, ces actions contribuent à la préservation des ressources en eau, denrée très vitale, qui fait l objet d un débat sans précédent à l échelle internationale et par conséquent l adhésion au plan Maroc Vert.

22 EFFICACITÉ ENERGÉTIQUE L autre particularité de ce projet à visées économiques et écologiques, réside dans l efficacité énergétique. En effet, la station dispose d unité de cogénération d énergie électrique à partir du Biogaz produit par les digesteurs méthaniques et qui est de l ordre d e KW/jour qui serviront à la couverture d environ 45% des besoins en énergie de la station dans sa phase finale et assure n t actuellement l autosuffisance en première phase. L eau économisée servira pour l irrigation à des fins agricoles. PROMOTION DE L EMPLOI Cette démarche à divers opportunités permet également dans le cadre d une vision globale d accompagner et de poursuivre le dynamisme que connaît le développement touristique à Marrakech et ses régions par la mise à disposition d une source alternative pour l irrigation des Golfs ce qui contribuera largement dans la promotion de l investissement notamment en projets touristiques comprenant des complexes golfiques. Ces projets constituent nt une source d emploi majeure aussi bien lors de leur réalisation que pendant leur exploitation en plus de leur impact positif sur l épanouissement du tourisme à Marrakech et environs. t

23 La Préservation de l Environnement et des Ressources en Eau constitue un héritage inestimable pour les générations actuelles et futures t

24 CONTACT ET INFORMATION Siège Social BP. 520 Avenue Mohamed VI Tél : Fax : Site Web Centre de Relations Clientèle

(ORMVAH) Potentiel hydraulique. crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de

(ORMVAH) Potentiel hydraulique. crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de (ORMVAH) crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de - - - - crédits, la distribution des prêts et le contrôle de leur utilisation, notamment

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Passage en régie de la distribution de l eau potable

Passage en régie de la distribution de l eau potable La régie est un mode d organisation permettant aux collectivités de prendre en charge une activité dans le cadre de leurs propres services. Passage en régie le choix historique de l agglomération Évry

Plus en détail

L Agence Française de Développement L EAU EN TUNISIE. Rendre l eau accessible à tous, durablement. Château d eau en Tunisie : nouveau modèle

L Agence Française de Développement L EAU EN TUNISIE. Rendre l eau accessible à tous, durablement. Château d eau en Tunisie : nouveau modèle L Agence Française de Développement ET L EAU EN TUNISIE Rendre l eau accessible à tous, durablement Château d eau en Tunisie : nouveau modèle L'eau est vitale pour tous : rendons-la accessible, durablement!

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Les déplacementsà Saint-Chamond : vers une mobilité apaisée, réduisant les impacts climatiques

Les déplacementsà Saint-Chamond : vers une mobilité apaisée, réduisant les impacts climatiques Les déplacementsà Saint-Chamond : vers une mobilité apaisée, réduisant les impacts climatiques Améliorer la fluidité du trafic et la sécurité Mieux s orienter dans la ville Favoriser les transports en

Plus en détail

Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc. Casablanca, le 25 juin 2013

Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc. Casablanca, le 25 juin 2013 Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc Casablanca, le 25 juin 2013 1 1 Définition du biogaz Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME I SITUATION ADMINISTRATIVE La station d épuration et les réseaux d assainissement de la Ville de MEAUX appartiennent à la ville et sont exploités en régie communale

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Wilaya de Tétouan Commune rurale de Zaouiat Sidi Kacem

Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Wilaya de Tétouan Commune rurale de Zaouiat Sidi Kacem Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Wilaya de Tétouan Commune rurale de Zaouiat Sidi Kacem PROJET POUR L INTEGRATION DU VILLAGE D AMSA DANS LE RESEAU ECO-VILLAGES SUR LE PARETOUR DE LA MEDITERRANEE

Plus en détail

Réseaux & Energies renouvelables LA GEOTHERMIE

Réseaux & Energies renouvelables LA GEOTHERMIE DIRECTION COMMERCIALE & MARKETING GROUPE Ateliers mairie 2000 Réseaux & Energies renouvelables LA GEOTHERMIE MAIRIE 2000 - La Géothermie Paris, 22 mai 2012 1 Penser la Ville Durable Meilleure qualité de

Plus en détail

SPANC. (Service Public d Assainissement Non Collectif) GRAND GUÉRET. www.agglo-grandgueret.fr

SPANC. (Service Public d Assainissement Non Collectif) GRAND GUÉRET. www.agglo-grandgueret.fr GRAND GUÉRET Communauté d'agglomération SPANC (Service Public d Assainissement Non Collectif) «Contribuer à protéger efficacement l eau, garantir la salubrité de l environnement et la santé des populations»

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

et l identification du potentiel l agglomération du Grand Lyon Colloque Franco-Danois Energies d avenir Avril 2008 ML Gagne

et l identification du potentiel l agglomération du Grand Lyon Colloque Franco-Danois Energies d avenir Avril 2008 ML Gagne Le Plan climat à Lyon et l identification du potentiel d énergies renouvelables dans l agglomération du Grand Lyon Les engagements du Grand Lyon Le Grand Lyon, entité géographique et politique de 2,6 M

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Concept énergétique communal. Exemple fictif d une commune de moins de 500 habitants

Concept énergétique communal. Exemple fictif d une commune de moins de 500 habitants Concept énergétique communal Exemple fictif d une commune de moins de 500 habitants Service de l environnement et de l énergie (SEVEN) Division énergie www.vd.ch/energie T 41 21 316 95 50 F 41 21 316 95

Plus en détail

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la!

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! Chauffage urbain, mode d emploi Un réseau de chauffage urbain est un chauffage central à l échelle d une ville. Un réseau

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

Saint-Etienne Châteaucreux.

Saint-Etienne Châteaucreux. Saint-Etienne Châteaucreux. Un nouveau quartier au cœur naturellement chaleureux! Châteaucreux : quand tout un quartier fait le choix de l avenir. Projet ambitieux, le nouveau Châteaucreux a pour objectif

Plus en détail

ENVIRONNEMENTALE BMCE BANK -SME-

ENVIRONNEMENTALE BMCE BANK -SME- LE GROUPE BMCE BANK REDUction de l EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE BMCE BANK -SME- Une Démarche Systémique pour une Performance Ecologique LA PREVENTION DE LA POLLUTION GESTION DES SITUATIONS D URGENCE A IMPACT

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE Mars 2016 PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE 2015-2020 vant-propos Mot du président-directeur général Institution publique à vocation commerciale, la Société du Palais

Plus en détail

Les énergies renouvelables, un secteur d avenir.

Les énergies renouvelables, un secteur d avenir. Les énergies renouvelables, un secteur d avenir. L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en Energie. Pour répondre à ses besoins

Plus en détail

ACTIVITES PARALLELES. LA PALMERAIE DE MARRAKECH : circuit éducatif

ACTIVITES PARALLELES. LA PALMERAIE DE MARRAKECH : circuit éducatif ACTIVITES PARALLELES LA PALMERAIE DE MARRAKECH : circuit éducatif Le circuit proposé va permettre de visualiser concrètement les projets et actions mise en œuvre par la Fondation Mohammed VI pour la Protection

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

Politique énergétique et

Politique énergétique et Politique énergétique et développement durable à Lausanne Structure administrative de Lausanne EEA Gold, label Cité de l énergie et Convention des Maires Principales actions lausannoises Objectifs de la

Plus en détail

DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DURABLE

DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DURABLE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DURABLE Plan de la présentation Mise en contexte de la Ville de Victoriaville ; Gestion des matières résiduelles ; Des projets des résultats ; Des

Plus en détail

Pose de la 1 ère pierre de la chaufferie biomasse à Mont-Saint-Aignan

Pose de la 1 ère pierre de la chaufferie biomasse à Mont-Saint-Aignan Vendredi 13 novembre 2015 Pose de la 1 ère pierre de la chaufferie biomasse à Mont-Saint-Aignan Le réseau de chaleur de Mont-Saint-Aignan a été construit en 1959 afin de desservir principalement les bâtiments

Plus en détail

Morbihan Energies 26 janvier 2015

Morbihan Energies 26 janvier 2015 Morbihan Energies 26 janvier 2015 Méthanisation à la ferme Projet de territoire Carine PESSIOT Chambre d Agriculture du Morbihan Les 3 composantes de la construction institutionnelle d une Chambre d Agriculture

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

Les chiffres clés du dragage en France.

Les chiffres clés du dragage en France. 08/06/2011 LILLE - Journées nationales sur la gestion terrestre des sédiments de dragage portuaires et fluviaux DRAGAGE, TRAITEMENT & VALORISATION DES SEDIMENTS ETAT DES LIEUX Nicolas PROULHAC / nicolas.proulhac@idra-environnement.com

Plus en détail

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat Agir ensemble pour une meilleure qualité de l eau des sols & de l habitat Conseil & services pour des solutions économiques et durables Terre & Via est une société de conseil et de services dédiés à l

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE I SITUATION ADMINISTRATIVE La commune de MEAUX est autonome pour l alimentation en eau potable. L exploitation de l usine de production et du réseau de distribution s

Plus en détail

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique En surveillant et étudiant les principaux indicateurs de pollution industrielle,

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

Les Énergies Renouvelables et lutte contre les défis des Changements Climatiques. *** Boubker CHATRE

Les Énergies Renouvelables et lutte contre les défis des Changements Climatiques. *** Boubker CHATRE Les Énergies Renouvelables et lutte contre les défis des Changements Climatiques *** Boubker CHATRE Chef de Service des Énergies Renouvelables Direction de l Électricité et des Énergies Renouvelables 14

Plus en détail

ANNEXES Partie Les métiers du Groupe

ANNEXES Partie Les métiers du Groupe ANNEXES Partie Les métiers du Groupe Mesures de réduction des nuisances sonores... 2 Services et prestations en vue de diminuer la consommation d'eau... 3 Démarche de certification environnementale...

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

Concilier activités portuaires et préservation de l environnement

Concilier activités portuaires et préservation de l environnement BV/CdC/2108260 Concilier activités portuaires et préservation de l environnement HAROPA - Port du Havre Service Environnement Terre-plein de la Barre - CS 81413-76067 LE HAVRE CEDEX - FRANCE Tél. : 02

Plus en détail

Projet BIOMASSE. Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie

Projet BIOMASSE. Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie Chauffage urbain Projet BIOMASSE Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie Diverses actions : réflexion sur un plan de déplacement d administration, diagnostic énergétique

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL. Vallée de Chamonix Mont Blanc

SYNDICAT INTERCOMMUNAL. Vallée de Chamonix Mont Blanc SYNDICAT INTERCOMMUNAL de la Haute Vallée de l Arve Vallée de Chamonix Mont Blanc Le territoire Frontalier avec la Suisse et l Italie 4 communes 217 km² 13 980 résidents + de 80.000 lits touristiques +

Plus en détail

Fiche eau potable. Synthèse :

Fiche eau potable. Synthèse : Synthèse : Fiche eau potable La forêt du Rousset dont une partie pourrait accueillir le projet de Center-Parcs n est actuellement pas desservie en eau potable. La commune du Rousset adhère au SIE de l

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation Inauguration le 22 mars 2016 Journée mondiale de l eau Contacts Ville de Besançon : Direction Eau et Assainissement

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

INAUGURATION DE LA CHAUFFERIE BIOMASSE DE LA (OISE) LE LIN AU SERVICE DE LA TRANSITION ENERGETIQUE : COOPERATIVE DE TEILLAGE LIN 2000 A GRANDVILLIERS

INAUGURATION DE LA CHAUFFERIE BIOMASSE DE LA (OISE) LE LIN AU SERVICE DE LA TRANSITION ENERGETIQUE : COOPERATIVE DE TEILLAGE LIN 2000 A GRANDVILLIERS DOSSIER DE PRESSE LE LIN AU SERVICE DE LA TRANSITION ENERGETIQUE : INAUGURATION DE LA CHAUFFERIE BIOMASSE DE LA COOPERATIVE DE TEILLAGE LIN 2000 A GRANDVILLIERS (OISE) Nicolas Defransure Coopérative LIN

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Lancée en 2000 par l Organisation des Nations Unies, le Pacte Mondial est une initiative destinée à rassembler les entreprises, les organismes

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté ATELIER DECRYPTAGEO 2015 Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté 10 juin 2015 Présentation de GrDF et de son scénario

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

Conférence de presse Mardi 25 novembre 2008 «EDELWAY» SUEZ ENVIRONNEMENT, une entreprise de services aux collectivités, s engage

Conférence de presse Mardi 25 novembre 2008 «EDELWAY» SUEZ ENVIRONNEMENT, une entreprise de services aux collectivités, s engage Conférence de presse Mardi 25 novembre 2008 «EDELWAY» SUEZ ENVIRONNEMENT, une entreprise de services aux collectivités, s engage SOMMAIRE EDELWAY : SUEZ ENVIRONNEMENT s engage aux côtés des collectivités

Plus en détail

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE»

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DERAMCHI Mohamed Directeur général de l AGIRE. International Integrated Basin Management Workshop

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

> UNE INSTALLATION DE MÉTHANISATION SUR VOTRE TERRITOIRE, c est la valorisation énergétique et agronomique de vos déchets.

> UNE INSTALLATION DE MÉTHANISATION SUR VOTRE TERRITOIRE, c est la valorisation énergétique et agronomique de vos déchets. > UNE INSTALLATION DE MÉTHANISATION SUR VOTRE TERRITOIRE, c est la valorisation énergétique et agronomique de vos déchets. > Faisabilité > Planification > Construction > Optimisation > Exploitation Bio

Plus en détail

Séminaire In-tech, INRIA, 19/05/04

Séminaire In-tech, INRIA, 19/05/04 Séminaire In-tech, INRIA, 19/05/04 Le traitement des déchets organiques par méthanisation : une opportunité énergétique? Olivier THEOBALD Agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie Direction

Plus en détail

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF LES TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF Les prétraitements Les stations compactes type boues activées Les filtres plantés de roseaux Les filtres à sable Les disques biologiques Les filtres à tourbe

Plus en détail

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé Transition énergétique des collectivités Comité de pilotage Conseil Energie Partagé PAYS RUTHENOIS / CEP Pays Ruthénois: 8 salariés 57 communes 93 000 habitants 5 M /an d énergie Programme Matin (09:00)

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif Les Obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 Un Outil fondamental Le ZONAGE d assainissement Eaux Usées

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES # 5 Quels choix en matière d énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l énergie? Quelle stratégie de développement Eléments de définition Les énergies renouvelables (EnR) Les EnR sont à distinguer

Plus en détail

Contexte énergétique Tunisien

Contexte énergétique Tunisien WORKSHOP L ENERGIE SOLAIRE EN ALGERIE, AU MAROC ET EN TUNISIE" Munich, le 6 juin 2011 L Energie Solaire en Tunisie i : lencadrement l Encadrement Juridique et Economique Abdessalem EL KHAZEN Project Manager,

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

60 actions pour lutter contre le changement climatique

60 actions pour lutter contre le changement climatique E N V I R O N N E M E N T 60 actions pour lutter contre le changement climatique Plan Climat 1 p. 3 Lutter contre le changement climatique et anticiper ses effets sur notre territoire p. 4 Agir pour limiter

Plus en détail

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Introduction Le SRCAE : document stratégique régional Il fixe les grandes orientations stratégiques de

Plus en détail

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6 Les fiches Synteau a EAUX USÉES n 6 LA MÉTHANISATION DES BOUES D INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX RÉSIDUAIRES URBAINES OU INDUSTRIELLES JUIN 2014 La méthanisation connaît un développement important

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT un enjeu à maîtriser pour l entreprise

L ENVIRONNEMENT un enjeu à maîtriser pour l entreprise Module QSE L ENVIRONNEMENT un enjeu à maîtriser pour l entreprise Septembre 2009 Extrait de la présentation de Gaële MORIN / Bureau Veritas, remis en forme par Maryse SAUVAGNAC SOMMAIRE Qu est ce que l

Plus en détail

Newsletter 3 Des projets pilotes dans chacune des cinq collectivités partenaires du projet Class 1

Newsletter 3 Des projets pilotes dans chacune des cinq collectivités partenaires du projet Class 1 Cost-effective Low-energy Advanced Sustainable Solutions www.class1.dk Newsletter 3 Des projets pilotes dans chacune des cinq collectivités partenaires du projet Class 1 Le rapport complet est disponible

Plus en détail

stockage souterrain de gaz naturel

stockage souterrain de gaz naturel Projet de stockage souterrain de gaz naturel Salins des Landes Synthèse du dossier du maître d ouvrage pour le débat public Octobre 2011 Le projet Salins des Landes Le projet Salins des Landes porte sur

Plus en détail

LE Réseau d Associations du Sud pour l Environnement et le Développement Durable

LE Réseau d Associations du Sud pour l Environnement et le Développement Durable ETUDE DE LA PROBLEMATIQUE ENVIRONNEMENTALE DANS LA REGION DE MARRAKECH ET SON IMPACT SUR LE SECTEUR DU TOURISME LE Réseau d Associations du Sud pour l Environnement et le Développement Durable est la première

Plus en détail

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 1 PLAN Qu est-ce qu un système de gestion environnementale (SGE)?

Plus en détail

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Secteur sud du quartier Sainte-Hélène-de-Breakeyville Direction des communications Ville de Lévis Ordre du jour Accueil et mot de bienvenue 1.

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES

L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES Royaume du Maroc Ministère du Tourisme Direction de la Réglementation du Développement et de la Qualité L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES au cœur de la stratégie de développement touristique «Vision

Plus en détail

Zonage d assainissement

Zonage d assainissement COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L EMBRUNAIS Commune de Crévoux (05) Zonage d assainissement Notice justificative Rapport final Mai 2008 Page : 1 Communauté de Communes de l Embrunais Commune de Crévoux (05)

Plus en détail

MEDZ partenaire des Tribunes Massolia, organisées sous la thématique des Energies Renouvelables

MEDZ partenaire des Tribunes Massolia, organisées sous la thématique des Energies Renouvelables Le 16 avril 2013 partenaire des Tribunes Massolia, organisées sous la thématique des Energies Renouvelables De gauche à droite : M. Mohamed Fikrat, Président de la Commission de la CGEM «Investissements,

Plus en détail

L État veut donner un nouvel élan aux énergies renouvelables et vient de lancer le Plan

L État veut donner un nouvel élan aux énergies renouvelables et vient de lancer le Plan PRÉFET DE L ORNE L ORNE La méthanisation à la ferme Editorial L État veut donner un nouvel élan aux énergies renouvelables et vient de lancer le Plan Énergie Méthanisation Autonomie Azote (EMAA) qui développe

Plus en détail

bilan Gaz à Effet faveur du climat Qualit air

bilan Gaz à Effet faveur du climat Qualit air bilan Gaz à Effet de Serre Votre outil pour calculer vos émissions de gaz à effet de serre Engagez votre territoire en faveur du climat bilan Gaz à Effet de Serre Une approche globale L outil Bilan GES

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE Promouvoir un développement durable et partagé L AFD ET LA MÉDITERRANÉE Le groupe Agence Française de Développement (AFD) est autorisé à intervenir

Plus en détail

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes 24 juin 2011- Rennes PREBAT2 Plate-forme de recherche et d expérimentation sur l énergie dans le bâtiment "Vers des réhabilitations à très basse consommation Analyse des facteurs socioéconomiques en jeu

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable *******************

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* STRATEGIE NATIONALE EN MATIERE D EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE **************************

Plus en détail

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL Caractéristiques techniques du service d'eau potable Le service

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES

POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES CADRE DE RÉFÉRENCE PAGE 3 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE PAGE 4 Objectif général Objectifs spécifiques NIVEAUX EXIGÉS PAR LA VILLE DE MAGOG

Plus en détail

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE 2013-2018 10 e PROGRAMME AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE Prime de résultat en assainissement collectif La prime de résultat est une aide dont le principe est prévu par la loi. Elle vise à favoriser la bonne

Plus en détail

Centre. Formation. Acteurs. Locaux. Ouagadougou. Ouagadougou du 21 au 25 Février 2010

Centre. Formation. Acteurs. Locaux. Ouagadougou. Ouagadougou du 21 au 25 Février 2010 Centre Formation Acteurs Locaux Modèles de coopération publique - privée pour la gestion des déchets urbains --- Martin Yelkouni Université Senghor d Alexandrie Louis-Edouard Pouget Grand Lyon Ouagadougou

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 Plan présentation Présentation publique le 25 juin 2013 du sommaire du rapport du groupe Hémisphère (été 2012) Critères de classification

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

La Bièvre : renaissance d une rivière

La Bièvre : renaissance d une rivière La Bièvre en activité en 1951 La Bièvre amont La Bièvre : renaissance d une rivière À partir de la fin du XVIIIe siècle, les rejets de pollution des petites industries installées sur les rives de la Bièvre

Plus en détail

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE EHPAD Debrou - Joué-lès-Tours (37) OPERATION PHASE Projet de construction et restructuration de l établissement Profil et incidences de la démarche

Plus en détail

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

Réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie

Réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Environnement et du Développement Durable Direction Générale de l Environnement et de la Qualité de la Vie Réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie Par Awatef

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

SAUVEGARDE DE LA PALMERAIE DE MARRAKECH

SAUVEGARDE DE LA PALMERAIE DE MARRAKECH SAUVEGARDE DE LA PALMERAIE DE MARRAKECH Une initiative royale, portée par la Fondation La palmeraie de Marrakech, fondée au XIe siècle, est indissociable de l image de la ville. Elle est née avec elle,

Plus en détail