ACCIDENTS DE L ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE EN OBSTÉTRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCIDENTS DE L ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE EN OBSTÉTRIQUE"

Transcription

1 ACCIDENTS DE L ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE EN OBSTÉTRIQUE C. Ecoffey, D. Milon Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale 2, Hôpital Pontchaillou, Rennes Cedex 9 E.mail : INTRODUCTION Des troubles neurologiques très variés, mais heureusement rares, peuvent compliquer les suites d un accouchement [1]. C est la complication la plus redoutée au décours d une anesthésie locorégionale. Leur identification après examen et avis neurologiques s avère le plus souvent aisé ; leur étiologie et la responsabilité du mode d accouchement et/ou de l analgésie locorégionale sont souvent difficiles à identifier. La surveillance clinique et paraclinique dans les semaines qui suivent l incident permet de préciser le pronostic souvent hypothétique dans le post-partum immédiat. 1. DÉFICITS NEUROLOGIQUES EN PER ET POST-PARTUM 1.1. INCIDENCE Suivant les séries obstétricales d effectif variable (de à accouchements) (tableau I), les déficits neurologiques transitoires imputables à l anesthésie locorégionale surviennent dans 1 cas pour accouchements (0 à 5,6/10 000), et l'incidence des déficits prolongés ou permanents toujours en rapport avec l anesthésie locorégionale varie de 0 à 0,77 cas pour accouchements. Tableau I Déficits neurologiques imputables à une anesthésie locorégionale. Déficit neurologique Auteur Paech [2] Auroy [3] Holdcroft [4] Scott [5] Scott [6] Ong [7] Crawford [8] Année Nombre de cas Série obstétricale Non transitoire/ ,9 3,3 5,6 0,97 18,9 1,1 prolongé permanent/ ,1 0,77 0,08 0,1 0 0,37

2 120 MAPAR 2004 En l absence d anesthésie locorégionale, la fréquence des déficits neurologiques transitoires (< 3 j) sur un collectif de accouchements entre 1975 et 1983 s élève à 2,4 pour accouchements [7]. Ainsi, l origine obstétricale du déficit neurologique notamment permanent (de 0 à 4,8 cas pour accouchements suivant les séries) se révèle plus fréquente que l origine anesthésique (tableau II). Tableau II Déficits neurologiques obstétricaux. Déficit neurologique Auteur Année Nombre de cas transitoire/ permanent/ Holdcroft [4] Ong [7] Hill [9] Cole [10] Tillman [11] Les traumatismes nerveux périphériques engendrés par l accouchement sont rapportés dans le tableau III [12]. La lésion nerveuse la plus fréquente en obstétrique est provoquée par la compression du plexus lombo-sacré entre la tête fœtale et l aileron du sacrum (Figure 1). La compression à ce niveau est fréquemment unilatérale (75 % des cas) et risque davantage de se produire en cas de bassin aplati transversalement où le plexus est relativement mal protégé [10]. Le nerf fémoral ou le nerf fémoro-cutané peut être tordu et comprimé au niveau du ligament inguinal si la position gynécologique est conservée trop longtemps [13]. Un conflit disco-radiculaire pré-existant ou aggravé par les efforts du travail peut provoquer une sciatique dans un contexte obstétrical. Tableau III Traumatismes nerveux périphériques en obstétrique (d après référence 12). Mécanisme du Nerf Racine Symptomatologie clinique traumatisme 2, ,8 1,6 4,8 Tronc lombo-sacré L 4 5 S 1 Forceps Tête fœtale Nerf fémoral L 2 L 3 L 4 Tête fœtale Chute du pied Quadriceps et adducteurs de hanche déficients Faiblesse quadriceps Flexion hanche déficiente Réflexe rotulien absent Hyperalgie des cuisses et mollets Nerf cutané latéral L 2 3 Étriers Hyperalgie face antérieure de la jambe Nerf péronier commun L 4 S 2 Étriers Chute du pied Hyperesthésie de la face externe du mollet Nerf obturateur L 2 L 4 Tête fœtale Faiblesse adduction des cuisses Hyperesthésie de la face interne de cuisse

3 Obstétrique S4 S1 10 S2 11 S S5 1 nerf glutéal supérieur, 2 nerf obturateur, 3 tronc lombo-sacral, 4 nerf ischiatique 5 nerf de l'élévateur de l'anus, 6 nerf de l'obturateur interne, 7 nerf honteux, 8 nerf anal, 9 nerf sphinctérien accessoire, 10 sympathique pelvien, 11 rameaux communicants. Figure 1 : Tronc nerveux du pelvis 1.2. DÉFICIT NEUROLOGIQUE ISOLÉ ET ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE Une technique rigoureuse minimise le risque de traumatisme nerveux. Si l introduction de l aiguille péridurale ou rachidienne provoque des paresthésies ou un mouvement involontaire du membre inférieur, l aiguille doit être retirée immédiatement. L introduction du cathéter péridural peut occasionner des paresthésies durant quelques secondes à quelques minutes sans léser un nerf [14]. Il faut aussi noter que le déficit neurologique peut être généré par l aiguille lors de l anesthésie locale pour l anesthésie péridurale chez des sujets maigres [15]. Il a été rapporté une douleur radiculaire séquellaire après un bris de cathéter péridural [16]. Le traumatisme médullaire est évité si l on ponctionne en dessous de la terminaison médullaire (L2 voire parfois L3). La crête iliaque correspond à L4 voire l espace L4-L5 chez 79 % de la population. Dans 4 % des cas, il s agit de l espace L3-L4 [17]. Deux tiers des séquelles neurologiques sont associées à des paresthésies par traumatisme direct ou à une douleur pendant l injection (intraneuronale) [18]. Dans une série prospective française non obstétricale [3], tous les déficits neurologiques surviennent dans les 48 heures postanesthésiques, 29 des 43 complications neurologiques sont transitoires (48 h à 3 mois). La rachianesthésie comparativement à l anesthésie péridurale est impliquée plus souvent dans les traumatismes neurologiques (5,9 versus 2 / 000 ) et dans les radiculopathies (4,7 versus 1,7 / 000 ). D autres déficits neurologiques plus rares peuvent se voir : SYNDROME DE CLAUDE BERNARD HORNER C est une complication relativement fréquente de l anesthésie péridurale lombaire ou sacrée au cours du travail, même si le bloc sensitif ne dépasse pas T7 (19). Cette anomalie bénigne reste sans explication satisfaisante actuellement, mais elle témoigne d une diffusion anesthésique particulièrement large qui caractérise le bloc péridural chez la femme enceinte à terme PARALYSIE D UN NERF CRÂNIEN Elle survient rarement (< 3,7 pour anesthésies locorégionales). Après une rachianesthésie avec une aiguille de gros calibre, la diplopie survient en moyenne dans un délai de 10 j [20]. Le nerf oculomoteur externe est relativement fixé à proximité du sommet de la portion pétreuse de l os temporal. La baisse de pression intracrânienne met

4 122 MAPAR 2004 en tension ce nerf. Le blood patch améliore habituellement la diplopie. Dans le contexte d une fuite de LCR, d autres nerfs crâniens peuvent être atteints : le nerf optique, le nerf trijumeau, le nerf facial, le nerf cochléo-vestibulaire [21] TROUBLES URINAIRES Enfin des troubles urinaires en dehors d un contexte neurologique peuvent être faussement attribués à l analgésie péridurale. Les facteurs fortement impliqués dans le développement d une incontinence urinaire sont l accouchement par voie basse spécialement de gros bébés, la parité, l obésité, la durée du second stade du travail et l âge maternel lors du premier accouchement [22]. L analgésie péridurale est faiblement impliquée dans l apparition d une incontinence. L incidence de la durée du second stade du travail augmentée avec la péridurale pourrait avoir un faible effet dans la survenue d une incontinence. Il est plus vraisemblable que l analgésie péridurale soit associée de façon fortuite avec une incontinence du post-partum en raison d une demande accrue de péridurale chez les femmes obèses accouchant de gros bébés. Une étude a montré que le volume vésical résiduel post-vidange 42 h après un accouchement par voie basse chez des femmes ayant eu une analgésie péridurale et des femmes n en ayant pas eu, n était pas différent [23]. Dans le cadre de l incontinence urinaire du post-partum, il est conseillé de pratiquer une électromyographie de référence en sachant que cet examen est difficile et nécessite un électromyographiste entraîné. Une rééducation périnéale précoce s avère nécessaire, réalisée par un kinésithérapeute ou une sage-femme. Ainsi, l anesthésie péridurale n est pas un facteur déterminant dans la survenue d une incontinence urinaire PARAPLÉGIE ET ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE Deux complications graves curables chirurgicalement peuvent engendrer un déficit neurologique qui dans les cas extrêmes aboutit à une paraplégie flasque : l hématome péridural et l abcès péridural (Tableau IV) Tableau IV Diagnostic différentiel de l abcès péridural et de l hématome péridural (d après la référence 38) Abcès péridural Hématome péridural Âge Tout âge Plus souvent âgé/jeune Diabète, infection Traitement anticoagulant Antécédents Trouble coagulation Survenue Progressive Brutale Fièvre, douleur dorsale, sensibilité à la palpation, déficit moteur progressif bilatéral Déficit moteur progressif (heures) Symptômes (en heures ou en jours) Sensitif Aucun trouble ou paresthésie Variable, tardif Paralysie flasque puis spastique secondairement Paralysie flasque Moteur Réflexes Abolis Abolis IRM/Scanner Compression extradurale Compression extradurale LCR lignée blanche Normal HÉMATOME PÉRIDURAL C est une complication rare de l anesthésie locorégionale (< 1/ ) [24]. Les femmes enceintes reçoivent parfois un traitement anticoagulant pour un accident thromboembolique récent ou ancien dans le cadre d une thrombophilie associée à des difficultés de grossesse. La majorité des hématomes périduraux provoqués par une anesthésie

5 Obstétrique 123 locorégionale survient chez des patientes traitées par anticoagulants ou présentant des anomalies de la coagulation intrinsèque [25]. La thrombopénie légère ou sévère est dépistée assez fréquemment lors d une grossesse et intervient dans la décision de réaliser une anesthésie locorégionale. Le nombre de plaquettes jugé suffisant est inconnu et l objet de discussion dans la littérature anesthésique. Le temps de saignement n est pas prédictif du risque hémorragique [26]. De façon empirique, la majorité des médecins anesthésistes considère qu une numération plaquettaire de 80 à 100 giga/l est nécessaire à la réalisation en toute sécurité d une anesthésie locorégionale [27]. L hématome péridural peut survenir aussi bien à l insertion qu au retrait du cathéter péridural si la patiente est anticoagulée. Le retrait du cathéter doit se faire avec une coagulation normalisée. Les héparines de bas poids moléculaire sont reconnues responsables de 40 cas d hématomes périduraux après anesthésie locorégionale d après une enquête de la Food and Drug Administration [28]. La raison invoquée est l usage de doses d enoxaparine plus élevées aux Etats-Unis comparativement à celles préconisées en Europe dans la prophylaxie thromboembolique de chirurgie orthopédique. Le nombre d hématomes périduraux imputable à une HBPM est estimé à 1/3100 anesthésies péridurales et à 1/41000 rachianesthésies [29]. Ces cas sont imputables à une utilisation précoce postopératoire d HBPM associée à un antiagrégant plaquettaire. Les bonnes pratiques cliniques suggèrent un délai de 24 h après injection d enoxaparine pour pratiquer une anesthésie régionale et d ôter le cathéter au 4 h avant une novelle injection d HBPM [30]. L hématome péridural provoque une incontinence urinaire et anale, une faiblesse musculaire bilatérale au niveau des membres inférieurs et des réflexes rotuliens et achilléens diminués [3]. Une douleur dorsale aiguë et également au niveau des membres inférieurs précède les signes cliniques avec une aggravation en quelques heures. Le niveau sensitif de l anesthésie se maintient si l hématome survient au cours de celle-ci. L intensité des blocs sensitif et moteur augmente avant les autres signes si l hématome survient lors du travail obstétrical sous analgésie péridurale. La paralysie prolongée des membres inférieurs sans aucun signe régressif doit alerter. Scanner et IRM doivent être réalisés en urgence, le pronostic fonctionnel dépendant de la rapidité de la décompression chirurgicale (< 6 h après le début des signes) [32]. L hématome péridural spontané en obstétrique existe et vient compliquer la compréhension du mécanisme de celui-ci. L origine de l hématome spontané reste inconnu. C est un accident rare (158 cas dont 4 cas chez des femmes enceintes [33], 3 cas en obstétrique rapportés dans la littérature anglaise entre 1966 et 1998 [21]. Il représente un «cauchemar» pour l anesthésiste car aucune mesure préventive ne peut être prise. Seule une vigilance de tous les instants permet de dépister ce type de complication ABCÈS PÉRIDURAL Sur une série de péridurales obstétricales, 1 seul cas d abcès péridural a été identifié [6]. Cliniquement, l abcès péridural provoque céphalées, fièvre, malaise et douleur dorsale, quelques jours ou semaines après l accouchement [34]. L examen clinique retrouve une sensibilité à la pression au niveau du site infecté, une douleur à la mobilisation notamment à la flexion. Une douleur radiculaire apparaît de 1 à 3 j après le début des signes. Une bactériémie et une hyperleucocytose polynucléaire sont recherchées. Après le développement de l abcès, apparaissent une douleur dorsale basse croissante, une douleur et une faiblesse des membres inférieurs, une dysfonction vésicale puis une paraplégie. L IRM est le meilleur examen pour dépister l infection intra-rachidienne [35]. Le scanner peut également se révéler utile. En cas de décompression rapide (6 à 12 h après le début des symptômes), le tableau neurologique est habituellement réversible [36]. L abcès péridural spontané existe dans un contexte obstétrical. Dans la revue de Loo et al [21],

6 124 MAPAR 2004 cinq cas sont répertoriés. Les germes identifiés sont le plus souvent un staphylocoque doré (4 cas), plus rarement un streptocoque du groupe B (1 cas). La diffusion de l infection se fait le plus souvent par voie hématogène à partir du vagin pour le streptocoque et d un foyer cutané pour le staphylocoque. L origine spontanée ou iatrogène d un abcès péridural est difficile à déterminer dans les suites d une anesthésie péridurale. Par contre, l anesthésie est considérée comme responsable sauf preuve contraire CAUSES EXCEPTIONNELLES Le syndrome de l artère spinale antérieure (artère d Adamkiewicz) peut apparaître quand une lésion, une compression ou une hypotension sévère survient au niveau de celle-ci. Cliniquement, coexistent un déficit moteur, une douleur et une hyperthermie en dessous du niveau lésionnel. Exceptionnellement, la vasoconstriction de l artère spinale antérieure provoquée par un corps étranger (par exemple un cathéter péridural) ou par un médicament (adrénaline) peut également provoquer des troubles neurologiques cliniques. La fréquence de ce syndrome est de 1/17700 anesthésies régionales en chirurgie générale [37], mais n a pas été décrit après analgésie péridurale en obstétrique. Une malformation artérioveineuse peut être traumatisée par une aiguille de Tuohy ou une aiguille de rachianesthésie ou même par un cathéter péridural. 20 % des patientes présentant une malformation artérioveineuse cutanée ont également une malformation médullaire du même type au niveau du même dermatome [38]. 2. TOXICITÉ GÉNÉRALE OU LOCALE 2.1. CONVULSIONS Les convulsions généralisées surviennent après injection intravasculaire accidentelle d anesthésique local [39]. La dose-test par voie péridurale permet de dépister les signes précurseurs d injection intravasculaire : propos incohérents, logorrhée, goût métallique dans la bouche. Le retrait immédiat du cathéter et la réalisation d une nouvelle péridurale préviennent l accident convulsif. Dans l hypothèse de convulsions, un dosage d anesthésique local peut être utile et le traitement consiste à intuber la patiente après crash induction à l aide d un barbiturique. Cet accident est devenu exceptionnel si l on respecte les bonnes pratiques cliniques SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Il résulte d un dysfonctionnement nerveux caudal (rachis L2-S5) et se résume à la symptomatologie suivante : dorsalgie basse, anesthésie en selle, paraplégie et dysfonction sphinctérienne [40]. Dans l enquête prospective d Auroy et [3] incluant rachianesthésies et anesthésies péridurales, cinq cas de syndrome de la queue de cheval ont été répertoriés dans le seul groupe rachianesthésie (1,2 / 000 ). Aucun cas n est rapporté en obstétrique. La Food and Drug Administration a retiré du marché en 1992 les cathéters de rachianesthésie continue (calibre 28 et 30). Ces cathéters de petit diamètre et de haute résistance nécessitent des injections lentes d anesthésique local qui inondent l aire sacrée. Quand les doses de lidocaïne dépassent les 100 mg, de fortes concentrations localisées provoquent un syndrome de la queue de cheval par neurotoxicité IRRITATION RADICULAIRE TRANSITOIRE C est un syndrome associant douleur et dysesthésie dans les fesses, cuisses et mollets après rachianesthésie, qui disparaît en 72 heures. L incidence de ce syndrome est dépendante de la concentration de lidocaïne (16 % avec lidocaïne à 5 %, 5 % avec lidocaïne à 2 % et aucun avec la bupivacaine) [41]. La progestérone augmente la sensibilité du nerf à l anesthésique local et ses effets toxiques.

7 Obstétrique 125 CONCLUSION En pratique, quelques recommandations sont à respecter : L interrogatoire ciblé permet de dépister les éventuels antécédents neurologiques, ainsi qu un l examen neurologique minimum avant une ALR se révèle indispensable. Pendant l ALR, un contrôle précis et régulier des blocs moteur et sensitif de chaque hémicorps doit être réalisé. Après l ALR, si une anomalie neurologique est rapportée par la patiente, un examen aussi précoce que possible réalisé par un neurologue est indispensable. Les explorations neuroradiologiques (IRM et/ou scanner) sont à réaliser en urgence puisqu un geste chirurgical de décompression peut en résulter. L exploration électrophysiologique doit leur être rapidement associée et réalisée d après le calendrier suivant : dans les trois premiers jours après la complication puis 3 à 4 semaines après et éventuellement à 3 mois en l absence de récupération complète. Elle comporte un électromyogramme auquel seront associés les potentiels évoqués (somesthésiques et moteurs) en cas d atteinte médullaire ou radiculaire. Dans les suites d une anesthésie locorégionale, la surveillance neurologique méticuleuse est nécessaire tant que la restitution ad integrum n est pas obtenue. Rester vigilant s avère une précaution indispensable. Statistiquement, les complications neurologiques du post-partum surviennent beaucoup plus fréquemment du fait de causes obstétricales ou naturelles (1/3000) que du fait de l anesthésie locorégionale associée (< 1/10 000). RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Zakowski M. Complications associated with regional anesthesia in the obstetric patient. Semin Perinatol 2002;26: [2] Paech MJ, Godkin R, Webster S. Complications of obstetric epidural analgesia and anesthesia : a prospective analysis of cases. Int J Obstet Anesth 1998;7:5-11 [3] Auroy Y, Narchi P, Messiah A et al. Serious complications related to regional anesthesia : results of a prospective survey in France. Anesthesiology 1997;87: [4] Holdcroft A, Gibberd F, Hargrove RL et al. Neurological complications associated with pregnancy. Br J Anesth 1995;75: [5] Scott DB, Tunstall ME. Serious complications associated with epidural/spinal blockade in obstetrics : a two years prospective study. Int J Obstet Anesth 1995;4: [6] Scott DB, Hibbard BM. Serious non-fatal complications associated with extradural block in obstetric practice. Br J Anesth 1990;64: [7] Ong BY, Cohen MM, Esmail A et al. Paresthesias and motor dysfunction after labor and delivery. Anesth Analg 1987;66:18-22 [8] Crawford JS. Some maternal complications of epidural analgesia for labour. Anaesthesia 1985;40: [9] Hill EC. Maternal obstetric paralysis. Am J Obstet Gynecol 1962;83: [10] Cole JT. Maternal obstetric paralysis. Am J Obstet Gynecol 1946;52: [11] Tillman AJB. Traumatic neuritis in the puerperium. Am J Obstet Gynecol 1935;29: [12] Ramanathan S. Edited by Norris M, Obstetric anesthesia Philadelphia, PA, Lea Ferbiger, 1998, pp 102 [13] Vargo MN, Robinson LR, Nicholas JJ et al. Post partum femoral neuropathy, relic of an earlier era? Arch Physic Med Rehabilitation 1990;71: [14] Yoshii WY, Rottman RL, Rosenblatt RM et al. Epidural catheter-induced traumatic radiculopathy in obstetrics. Reg Anesth 1994;19: [15] Absalom AR, Martinelli G, Scott NB. Spinal cord injury caused by direct damage by local anaesthetic infiltration needle. Br J Anaesth 2001;87: [16] Blanchard N, Clabeau JJ, Ossart M et al. Radicular pain due to a retained fragment of epidural catheter. Anesthesiology 1997;87: [17] Render CA. The reproducibility of the iliac crest as a marker of lumbar spinal level. Anaesthesia 1996;51:

8 126 MAPAR 2004 [18] Lazorthes G, Gouazé A, Bastide G et al. La vascularisation artérielle du renflement lombaire : étude des variations et des suppléances. Rev. Neurol 1966;114: [19] Carrie LES, Mohan J. Horner s syndrome following obstetric extradural block. Br J Anesth 1976;48:611 [20] Thorsen G. Neurological complications after spinal anesthesia and results from 2493 follow-up cases. Acta Chir Scand 1947;95:1-227 [21] Loo CC, Dahlgren G, Irestedt L. Neurological complications in obstetric regional anesthesia. Int J Obstet Anesth 2000;9: [22] Leighton BL, Halpern SH. Epidural analgesia : effects on labor progress and maternal and neonatal outcome. Seminars in perinatology 2002;26: [23] Weissman A, Grisaru D, Shenhar M et al. Post-partum surveillance of urinary retention by ultra sonography : the effect of epidural analgesia. Ultrasound Obstet Gynecol 1995:6: [24] Horlocker TT. Regional anesthesia and analgesia in the patient receiving thromboprophylaxy. Reg Anesth 1996;21: [25] Vandermeulen EP, Van Aken H, Vermylen J. Anticoagulants and spinal-epidural anesthesia. Anesth Analg 1994;79: [26] Rodgers RP, Levin JP. A critical reappraisal of the bleeding time. Seminars Thrombosis Hemostasis. 1990;16:1-20 [27] Beilin Y, Bodian CA, Haddad EM et al. Practice patterns of anesthesiologists regarding situations in obstetric anesthesia where clinical management is controversial. Anesth Analg 1996;83: [28] Lumpkin MM. Reports of epidural or spinal hematomas with the concurrent use of low molecular weight heparin and spinal/epidural anesthesia or spinal puncture. FDA public health advisory 12, 1997, 45 department of health and human resources [29] Schroeder DR. Statistics : detecting a rare adverse drug reaction using spontaneous reports. Reg Anesth Pain Med 1998;23: [30] Horlocker TT. Complications of spinal and epidural anesthesia. Anesthesiology Clinics North America 2000;18: [31] Lao TT, Halpern SH, Mac Donald D et al. Spinal subdural haematoma in a parturient after attempted epidural anesthesia. Can J Anaesth 1993;40: [32] Bromage PR. Neurologic complications of labor delivery and regional anesthesia obstetric anesthesia principles and practice. Edited by Chesnut DH, St Louis Mosby Year Book Inc, 1994, pp [33] Foo D, Rossier AB. Preoperative neuroligical status in predicting surgical outcome of spinal epidural hematomas. Surg Neurol 1981;15: [34] Hulme A, Dott NM. Spinal epidural abcess. Br Med J 1954;1:64-67 [35] Teman AJ. Spinal epidural abscess. Early detection with gadolinium magnetic resonance imaging. Arch Neurol 1992;49: [36] Wedel DJ, Horlocker TT. Risks of regional anesthesia, infectious, septic. Reg Anesth 1996;21:57-61 [37] Dahlgren N, Tornebrandt K. Neurological complications after anesthesia. A follow-up of spinal and epidural anesthetics performed over three years. Acta Anesth Scand 1995;39: [38] Hirsch NP, Child CS, Wijetilleka SA. Paraplegia caused by spinal angioma-possible association with epidural analgesia. Anesth Analg 1985;64: [39] Abouleish EI, Elias M, Nelson C. Ropivacaine-induced seizure after extradural anaesthesia. Br J Anaesth 1998;80: [40] Jaradeh S. Cauda equina syndrome : a neurologist s perspective. Reg Anesth 1993;18: [41] Pollock JE, Neal JM, Stephenson CA et al. Prospective study of the incidence of transient radicular irritation in patients undergoing spinal anesthesia. Anesthesiology 1996;84:

ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES COMPLICATIONS DE L ANESTHESIE LOCOREGIONALE

ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES COMPLICATIONS DE L ANESTHESIE LOCOREGIONALE Anesthésie locorégionale 153 ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES COMPLICATIONS DE L ANESTHESIE LOCOREGIONALE J-M. Desmonts, Département d Anesthésie-Réanimation, CHU Bichat-Claude Bernard, 46 rue Henri-Huchard,

Plus en détail

A-L. BOGLINO, J. PINOTEAU, internes d anesthésie réanimation CHI Poissy Saint-Germain-en-Laye. Avril 2009

A-L. BOGLINO, J. PINOTEAU, internes d anesthésie réanimation CHI Poissy Saint-Germain-en-Laye. Avril 2009 A-L. BOGLINO, J. PINOTEAU, internes d anesthésie réanimation CHI Poissy Saint-Germain-en-Laye Avril 2009 3 cas rapportés de neuropathie périphérique à Poissy après APD obstétricale Mme F. Nathalie 31 ans

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH)

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH) CEPHALEES POST-BRECHE DURALE Post Dural Puncture Headache (PDPH) G. Buzançais Dr E. Morau 6 Mars 2013 Plan Introduction Physiopathologie Traitements Conclusion Définitions Brèche durale Ponction de dure-mère

Plus en détail

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 ATCD : Cas clinique Mlle M. 29 ans Hernie discale lombaire ancienne (niveau indéterminé)

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

L anesthésie de votre enfant. Informations utiles

L anesthésie de votre enfant. Informations utiles L anesthésie de votre enfant Informations utiles La consultation d anesthésie Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles sur l anesthésie proposée à votre enfant afin que celle-ci

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Semaine : Date : 25 mars 2013 Professeur : Pr Gallois Groupe : 32 (Anouck Schneidermann Aurore d Hooghe) Responsables Matières : Nicolas

Plus en détail

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Remerciements Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Conflit d intérêt NORDIC- Pharma : prise en charge de la présentation et de l organisation de la réunion. Introduction 40 % des ALR

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3

Femmes; 101. Hommes; 14. Série 1 Série 2 Série 3 Tenter de nous apporter des informations pour essayer de trouver «un dénominateur commun» à ces douleurs «Kyste de Tarlov». L objet de cette recherche est à visée épidémiologique. Si nos informations sont

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME»

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» E. GOZLAN, Paris Congrès GIEDA, Bruxelles- déc. 2008 En cas de résultat

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Gestion des anticoagulants en péripartum

Gestion des anticoagulants en péripartum Gestion des anticoagulants en péripartum Pharmacologie D Chassard Lyon http://www.uptodate.com/contents/anticoagulation-during-pregnancy CFP Nov 2012 Fev 2012 Exemple de cohorte (n=120) HBPM en curatif

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

Les Agents de la rachianesthésie : efficacité et effets secondaires LES AGENTS DE LA RACHIANESTHESIE: EFFICACITE ET EFFETS SECONDAIRES

Les Agents de la rachianesthésie : efficacité et effets secondaires LES AGENTS DE LA RACHIANESTHESIE: EFFICACITE ET EFFETS SECONDAIRES I LES AGENTS DE LA RACHIANESTHESIE: EFFICACITE ET EFFETS SECONDAIRES PLAN INTRODUCTION A-LES MEDICAMENTS DE LA RACHIANESTHESIE I- LES ANESTHESIQUES LOCAUX 1- LA BUPIVACAINE 2- LA LIDOCAINE II- LES MORPHINIQUES

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain October 2011 Vol. 113 N 4 Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain Contexte : 1970 description Winnie : Bloc plexus brachial = au moins 40ml d AL Winnie AP. Interscalene brachial plexus block. Anesth

Plus en détail

Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un

Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un 1 Centre Hospitalier du Grand Hornu-Frameries La hernie discale Un peu d'anatomie pour comprendre. Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un anneau fibreux, contenant

Plus en détail

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR Cas clinique DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15 AF DUREAU Interne DESAR Consultation préanesthésique Enzo 4 mois, 5 kg Né à terme. APGAR 10-10-10 Allaitement maternel exclusif Hernie inguinale

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT Le traitement endoscopique du canal carpien Dr Jean Luc PELLAT Généralités 2 Intervention la plus pratiquée après la chirurgie de la cartaracte À l Instititut : 7 000 interventions endoscopiques en 10

Plus en détail

Qu est-ce que l anesthésie?

Qu est-ce que l anesthésie? Qu est-ce que l anesthésie? Le mot «Anesthésie» signifie «insensibilité à la douleur et autres sensations» provoquées par les actes diagnostiques ou thérapeutiques. L anesthésie, en réalité, n est pas

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE?

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE? Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées 31 èmes journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE V. BLONDEY IBODE S. CUENOT IBODE P. MATHIEU Chirurgien

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco Névralgie Pudendale Pr. G. Amarenco Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales Hôpital Rothschild AP HP. Unité INSERM U731 UPMC Bruxelles, le 4 octobre 2008, Société royale belge

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Syndrome de la queue de cheval SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Le syndrome de la queue de cheval est l ensemble des symptômes moteurs,sensitifs,

Plus en détail

CHIRURGIE de la COLONNE VERTÉBRALE LOMBAIRE

CHIRURGIE de la COLONNE VERTÉBRALE LOMBAIRE CHIRURGIE de la COLONNE VERTÉBRALE LOMBAIRE Livret d information péri opératoire destiné au patient Centre Orthopédique SANTY 24, avenue Paul SANTY 69008 LYON - FRANCE Hôpital Privé Jean MERMOZ 55, avenue

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

ASPIRINE ET GROSSESSE

ASPIRINE ET GROSSESSE Obstétrique 147 ASPIRINE ET GROSSESSE D. Benhamou. Département d Anesthésie-Réanimation Université Paris Sud, 78, rue Général Leclerc, 94275 Le Kremlin Bicêtre. 1. ASPECTS OBSTETRICAUX 1.1. PRE-ECLAMPSIE

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir French translation OAA leaflet Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir Nous avons écrit ce fascicule pour vous donner des informations sur les maux de tête qui peuvent

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

FAUT-IL PRESCRIRE SYSTÉMATIQUEMENT UN BILAN D HÉMOSTASE AVANT LA RÉALISATION D UNE PÉRIDURALE ANALGÉSIQUE POUR LE TRAVAIL EN OBSTÉTRIQUE?

FAUT-IL PRESCRIRE SYSTÉMATIQUEMENT UN BILAN D HÉMOSTASE AVANT LA RÉALISATION D UNE PÉRIDURALE ANALGÉSIQUE POUR LE TRAVAIL EN OBSTÉTRIQUE? FAUT-IL PRESCRIRE SYSTÉMATIQUEMENT UN BILAN D HÉMOSTASE AVANT LA RÉALISATION D UNE PÉRIDURALE ANALGÉSIQUE POUR LE TRAVAIL EN OBSTÉTRIQUE? A. PRÉGALDIEN (1), P.Y. DEWANDRE (2), J.F. BRICHANT (3) RÉSUMÉ

Plus en détail

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe Le patient neurologique et ses prolapsus M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe prolapsus pelvien = pathologie fréquente pourtant risque de méconnaissance / dysfonctions pelvi-périnéales

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche N. ROSENCHER, L. BELLAMY Toutes les recommandations sur l association de l anesthésie médullaire avec les anticoagulants reposent actuellement

Plus en détail

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs La pré-éclampsie Explications et conseils préventifs Introduction Quel objectif? Vous avez souffert d une pré-éclampsie lors de votre grossesse. Ce livret a pour but de vous aider à comprendre ce qu il

Plus en détail

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix?

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Pendant que vous vous préparez à la naissance de votre bébé, ce livret répondra à plusieurs questions que vous vous

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques AFU 2008 CUROPF Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques Jean Jacques LABAT et Jérôme RIGAUD Clinique Urologique CHU de Nantes 3 Analyser les différents types de

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES F TOULGOAT Neuroradiologie diagnostique et interventionnelle CHU NANTES DES NEUROLOGIE 29 MARS 2013 MENINGES Même agencement qu à l étage encéphalique

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Dr F. ROUHART Service de Neurologie (CHU de BREST) Lundis de la santé : 30 mai 2005 Définitions Epidémiologie Rappels anatomiques Sémiologie Diagnostic différentiel

Plus en détail

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement Recommandations de la société britannique d infectiologie (littérature revue jusqu en septembre 2008) Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement DES de Neurologie Lyon, 20/10/2010 X Moisset Introduction

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Physiopathologie et étiologie

Physiopathologie et étiologie SCLEROSE EN PLAQUES Maladie inflammatoire du système nerveux central: processus inflammatoire discontinu de démyélinisation aiguë dans la substance blanche de l encéphale et de la moelle, respectant les

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Concept Intervention Multimodale, multidisciplinaire Préopératoire Information Préparation Réduction Stress Analgésie Alimentation Mobilisation entérale équipement

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

ANESTHESIE POUR ARTHROSCOPIE DE L EPAULE

ANESTHESIE POUR ARTHROSCOPIE DE L EPAULE ANESTHESIE POUR ARTHROSCOPIE DE L EPAULE P. Narchi, Mc Antakly, Service d Anesthésie-Réanimation, Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban. INTRODUCTION La chirurgie arthroscopique a donné un deuxième souffle

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail