- L'autorité organisatrice du service public des parcs de stationnement.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- L'autorité organisatrice du service public des parcs de stationnement."

Transcription

1 Monsieur Jean-Michel DUBERNARD Président de la SEM LYON PARC AUTO BP LYON CEDEX 2 Monsieur le Président, Par lettre en date du 19 mai 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant les comptes et la gestion de la société d'économie mixte " LYON PARC AUTO " au cours des exercices 1991 à La chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse parvenue le 28 juillet 1998 ainsi que celles que vous avez présentées lors de votre audition du 9 juillet Elle a arrêté les observations, reprises dans le document ci-joint, qui tiennent compte de vos réponses et revêtent désormais un caractère définitif. Ces observations portent sur les points suivants : - L'autorité organisatrice du service public des parcs de stationnement. - La régularité des tarifs. - La gestion de la société. - La situation financière. - La conduite des principales opérations de construction des différents parcs. Il vous appartient d'en informer votre conseil d'administration. Ces observations sont également notifiées aux ordonnateurs des collectivités de rattachement pour être communiquées à leur assemblée

2 délibérante dès leur plus proche réunion. Elles deviendront alors communicables à toute personne qui en ferait la demande. Je précise, en outre, qu'en application des dispositions de l'article 127 du décret no du 23 août 1995, j'informe le Préfet et le Trésorier-payeur général du Rhône. de la teneur de ces observations. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma considération la plus distinguée. Jacques BELLE Conseiller maître à la Cour des comptes RELEVE D'OBSERVATIONS DEFINITIVES RELATIVES A LA GESTION DE LA SOCIETE LYON-PARC AUTO La "société pour la réalisation et la gestion d'équipements Lyon Parc Auto" a été constituée le 12 mai 1969 sous forme de société anonyme, conformément aux dispositions de la loi du 24 juillet Chargée, de par ses statuts, de l'étude, de la construction et de l'exploitation des parcs de stationnement et toutes installations commerciales, administratives ou autres, la société exerce son activité dans le cadre de l'agglomération lyonnaise. Son capital est détenu conjointement par la communauté urbaine de Lyon, la ville de Lyon et le département du Rhône à hauteur de 61,84 %, conformément aux dispositions de l'article L du code général des collectivités territoriales. LYON-PARC AUTO a été créée pour être " l'opérateur " privilégié de la communauté urbaine de Lyon, bénéficiant ainsi d'un quasi-monopole dès la phase de réalisation des études préalables à la construction des parcs publics. Cette position lui permet de fait " d'aider " l'autorité organisatrice à se déterminer sur la faisabilité des opérations projetées. La compétence attribuée par la loi à la communauté urbaine de Lyon en matière de création et de gestion des parcs publics de stationnement se

3 révèle, en fait, partagée depuis longtemps avec la ville de Lyon en marge des dispositions de la législation en vigueur. Il en résulte notamment que, dans le cadre de la gestion de la société Lyon Parc Auto, les recettes tirées de l'exploitation de parcs de stationnement relevant de l'autorité de la ville de Lyon, sont affectées aux charges de construction et au déficit d'exploitation de parcs communautaires. Au demeurant, et au vu de l'article L du code général des collectivités territoriales suivant lequel " les communes, les départements...et leurs groupements ne peuvent créer des sociétés d'économie mixte locales que dans le cadre des compétences qui leur sont reconnues par la loi ", on peut s'interroger sur la régularité de la participation du département du Rhône et de la ville de Lyon au capital de Lyon Parc Auto dans la mesure où ni l'un ni l'autre ne sont compétents en matière de création, d'installation et de gestion de parcs publics de stationnement, objet et activité principale de la société. Par ailleurs, en cas de multiplicité d'activités exercées par une société d'économie mixte locale, le même article L du code général des collectivités territoriales impose la complémentarité, à savoir que ces diverses activités doivent toutes concourir directement à l'accomplissement de l'objet social ; or, à cet égard, ni l'exercice d'une compétence de police, ni la qualité d'autorité organisatrice en matière de transports de voyageurs interurbains ne paraissent davantage de nature à justifier de manière certaine semblable participation. Enfin, la Chambre a relevé la décision d'augmentation du capital de juin 1993 et l'émission subséquente de 1407 actions privilégiées attribuant des dividendes prioritaires ; elle considère que le retour à l'équilibre de L.P.A., attendu à très court terme, et les perspectives à moyen et long termes de résultats particulièrement favorables laissent espérer une stabilisation voire même une diminution de la charge supportée par l'usager. Cette évolution prévisible en termes purement financiers ne saurait toutefois préjuger des choix éventuels en matière d'extension de l'offre de stationnement si celle-ci devait s'avérer moins rentable que la gestion des capacités existantes. 1 - L'AUTORITE ORGANISATRICE DU SERVICE PUBLIC DES PARCS DE STATIONNEMENT

4 1-1 - La Communauté urbaine bénéficie d'une compétence spécifique dans le domaine des parcs de stationnement. La compétence de la communauté urbaine de LYON en matière de stationnement résulte de l'article 4 de la loi du 31 décembre 1966, créant les communautés urbaines, qui prévoit que ces institutions seront titulaires d'un certain nombre de compétences dont la liste est fixée désormais par l'article L du code général des collectivités territoriales et qui comprend notamment les parcs publics de stationnement. Ce transfert de compétence s'est opéré de façon obligatoire au profit des quatre communautés légales, et a entraîné le dessaisissement d'office de toutes les communes intégrées (L du CGCT), notamment celle de LYON qui ne dispose donc plus, depuis la création de la Communauté urbaine, de compétence en matière de parc publics de stationnement. La ville devait donc, d'une part se dessaisir des parcs existants en les remettant à la communauté et d'autre part, s'abstenir de toute intervention nouvelle dans le domaine de compétence exclusif de l'établissement communautaire. La jurisprudence a confirmé la rigueur de ce principe : lorsqu'un établissement public de regroupement ou un établissement public local est compétent dans un domaine, la collectivité locale perd définitivement sa compétence et ne peut plus prétendre gérer elle-même le service qui a été ainsi transféré, voire même y participer financièrement. (Conseil d'etat - Assemblée - 16 octobre commune de Saint Vallier et plus récemment communauté urbaine de Cherbourg 14 janvier 1998) Des aménagements peuvent être apportés à certaines conditions à l'exercice de cette compétence spécifique. Cette répartition des compétences relevant de la loi peut, dans certains cas, faire l'objet de modifications : 1 - par délibérations conformes du conseil de communauté et des conseils municipaux concernés à la majorité qualifiée (article L CGCT). 2 - par décision expresse d'exclure certaines compétences lorsqu'elles portent sur des équipements ou opérations principalement destinés aux habitants d'une commune, par délibération prise à la majorité qualifiée

5 des conseils municipaux concernés (cf. article L du CGCT et dispositions de la loi article 60). Cette faculté ne peut être utilisée que dans les conditions de majorité prévues par la loi : deux tiers au moins des conseils municipaux des communes représentant plus de la moitié de la population totale ou la moitié des conseils municipaux des communes comptant les deux tiers de la population, cette majorité devant nécessairement comprendre les conseils municipaux des communes dont la population est égale au quart de la population totale. La rigueur de cette procédure traduit bien l'importance et les limites de l'atteinte qu'elle autorise de porter dans certains cas au pacte communautaire. Il y aurait quelque artifice à considérer sans autre analyse que des parcs de stationnement réalisés dans le centre de l'agglomération lyonnaise puissent être regardés " comme principalement destinés aux habitants d'une commune ". Cette position irait d'ailleurs à l'encontre de la réalité et des objectifs poursuivis tels qu'ils furent exposés devant le conseil de communauté le 27 septembre 1993 en ces termes : " emplois de l'agglomération sont tenus par des habitants extérieurs au périmètre du SDAU. Pour eux, l'usage de la voiture est une nécessité car il n'y a en général pas d'alternative de transport en commun" _. " La politique de stationnement est un moyen privilégié permettant d'équilibrer l'usage de la voiture et celui des transports en commun ". Ces objectifs demeurent réalistes dans la mesure où ils s'inscrivent pleinement dans la politique communautaire d'organisation des déplacements urbains. Au total il demeure toujours possible à la Communauté urbaine, - ou bien dans le cadre des dispositions de l'article L du CGCT, de confier, par convention, la création ou la gestion de certains équipements ou services relevant de ses attributions à une commune membre ou à toute autre collectivité territoriale ou établissement public. - ou encore de régulariser la situation actuelle par le jeu de la subrogation, en se substituant à la commune de Lyon : cette procédure pourrait intervenir après cession gratuite des terrains conformément aux dispositions du code général des collectivités territoriales Le régime domanial des parcs de stationnement est lié à la

6 compétence spécifique de la Communauté. La mise en service de parcs de stationnement se rattache à l'exécution d'un service public, dès lors qu'elle tend à répondre aux besoins et aux caractéristiques de la circulation dans l'agglomération considérée, elle relève de ce fait de la seule compétence communautaire. Un parc de stationnement est constitué par tout aménagement spécial permettant le stationnement des véhicules en surélévation ou en souterrain, ainsi que par tout emplacement à niveau qui se trouve séparé de la partie du domaine public affecté à la circulation et sur lequel il a été décidé de réaliser des aménagements ou des dispositifs spécialement adaptés au parcage des véhicules. Tous ces aménagements impliquent la domanialité publique des ouvrages en cause, et cette domanialité ne saurait donc être que celle de la Communauté. Le Conseil d'etat et la Cour de cassation considèrent que les parcs de stationnement détenus par une collectivité publique relèvent a priori de son domaine public. (Cass. Civ. 2ème, 12 juin 1968 ou C.E., 25 janvier 1985, Ville de Grasse). Plus particulièrement le Conseil d'etat dans son arrêt du 28 novembre 1979, Sté immob. Bellecour-Ouest, a estimé qu'un ouvrage affecté à l'usage du public et équipé d'aménagements spéciaux répondant à cette affectation appartient à la communauté urbaine. Au surplus, même acquis ou construits par un concessionnaire, les biens nécessaires à l'exécution d'un service public sont considérés, dès l'origine comme propriété de la personne publique concédante, qui, en fin de concession ne fera que recouvrer la possession du bien. (C.E. 23 mai Ministre des Finances et des Affaires économiques c/société financière d'exploitations industrielles - 28 novembre 1984, Ministre du budget c/société ASF). En revanche, si tout parc de stationnement nécessitant un aménagement entraînant une modification de l'assiette ou de l'emprise d'une voie publique relève du domaine public communautaire, une simple aire de stationnement, d'accès payant ou gratuit, clôturée ou non, ne relève de la Communauté urbaine que si elle est réalisée sur son domaine privé ou à la demande d'une commune propriétaire du terrain. Toutefois dans cette dernière hypothèse, le service rendu ne saurait relever de l'exécution d'un service public, et ne pourrait donc faire l'objet d'une délégation de service public mais seulement le cas échéant d'un mandat de gestion portant sur un élément constitutif du domaine privé de la commune.

7 1-4 - Les compétences respectives de l'autorité organisatrice et de l'autorité disposant des pouvoirs de police générale ne sauraient interférer. La création et l'exploitation d'un parc de stationnement, même en surface, n'est pas susceptible de se rattacher à l'exercice d'un pouvoir de police générale car en matière de voirie, ce partage des compétences a été clarifié par le Conseil d'etat qui estime que s'il appartient au maire en vertu de ses pouvoirs généraux de police de prendre toute mesure destinée à assurer la sécurité et la commodité du passage sur les voies publiques, il ne lui appartient pas de déterminer les modalités de réfection des voies communales, ces modalités relevant de la compétence de la Communauté urbaine (CE, 13 mai 1988, commune de Coudekerque-Branche). Sur ce point, le tribunal des conflits a fixé sans ambiguïté la jurisprudence en estimant que la construction et l'exploitation de parcs de stationnement ne constituent pas la mise en oeuvre de mesures de police mais d'une activité industrielle et commerciale. (T.C. 17 novembre 1975, Gamba). Dans le cas contraire, si la création et l'exploitation de parcs de stationnement devaient être regardées, en dehors de circonstances particulières, comme relevant des pouvoirs de police du maire, il y aurait quelque difficulté à admettre ensuite que cette opération puisse faire l'objet d'une gestion déléguée car on ne peut déléguer un pouvoir régalien que l'on détient de surcroît de l'etat dans le cadre d'une déconcentration et non au titre de la décentralisation de la loi du 2 mars Il résulte de tout ce qui précède que l'intervention de la commune de Lyon en matière de création et d'exploitation de parcs de stationnement ne relève pas de sa compétence. La Chambre estime donc que la ville ne saurait valablement continuer d'assurer, fût ce par délégation à LPA, l'exploitation des parcs Berthelot, Halle, Rozier et Cordeliers.

8 2 - LA REGULARITE DES TARIFS Le respect des prérogatives du délégant En matière tarifaire l'article 4 de la loi du 8 février 1995, repris à l'article L du code général des collectivités territoriales, rend obligatoire la publication des tarifs à la charge des usagers dans la convention passée entre le délégant et le délégataire, ainsi que la mention de l'incidence des paramètres ou indices qui déterminent leur évolution. Par ailleurs et d'une façon générale, les tarifs de tout service délégué et leurs modalités de calcul de révision font l'objet d'un vote formel par l'assemblée délibérante de la collectivité ou de l'établissement public compétent. Ces prérogatives du délégant répondent à la volonté de transparence du calcul des éléments tarifaires facturés à l'usager. Il convient, en conséquence, que les conventions de délégations de service public soient particulièrement explicites sur ce sujet. Or, il s'avère que les conventions de la ville de Lyon ne font pas apparaître suffisamment clairement les conditions de détermination des tarifs et ceux ci n'ont jamais fait, jusqu'en 1997, l'objet d'une approbation explicite par le conseil municipal. C'est, de son côté, seulement en fin d'année 1997 que la communauté urbaine de Lyon a délibéré pour la première fois sur la tarification à appliquer pour l'année 1998 aux différents parcs de stationnement relevant de sa compétence. La mise en conformité des conventions applicables aux parcs de stationnement de la ville devra donc accompagner la remise en ordre des compétences Les problèmes posés par le niveau de l'adéquation des tarifs Si les éléments constitutifs des tarifs sont à apprécier notamment au regard de la politique générale de stationnement fixée par le délégant, des charges du service public, y compris la rémunération du délégataire, et des risques financiers liés à l'exploitation, c'est seulement au travers de l'examen du rapport produit par le délégataire, en application de l'article L du code général des collectivités territoriales, que le délégant sera en mesure d'apprécier l'adéquation des tarifs aux conditions de réalisation de la mission confiée à Lyon

9 Parc Auto. Ce rapport comporte notamment les comptes retraçant la totalité des opérations afférentes à l'exécution du service public et une analyse de la qualité de service. Cette appréhension des modalités d'exécution du service doit se faire dans le respect du principe résultant de l'article L qui dispose " que les budgets des services publics à caractère industriel ou commercial...concédés..., doivent être équilibrés en recettes et en dépenses ". En conséquence, la tarification fixée doit éviter d'aboutir à un déficit comme de dégager un excédent d'exploitation ; celle-ci doit également satisfaire au principe de proportionnalité dégagé par la jurisprudence administrative selon lequel " les tarifs du service public délégué doivent être proportionnés par rapport au coût de ce service ". Dans le cas des parcs situés sur le territoire de la ville de Lyon, il n'est pas impossible de considérer que l'adéquation du niveau de la facturation à l'usager au regard des principes généraux susmentionnés, puisse, s'agissant des concessions existantes, se réaliser d'une manière globale dans le cadre de la politique fixée par le délégant. Toutefois, la coexistence infondée de deux autorités délégantes a pour effet de faire assurer le financement d'opérations déficitaires relevant de la compétence d'une autorité par des opérations excédentaires ressortissant au champ d'intervention de l'autre autorité. Ainsi, à titre d'exemple, le déficit du parc Berthelot n'est pas pris en charge par la ville de Lyon mais couvert par l'ensemble des produits de gestion de la société ; d'un autre côté, la gestion excédentaire du parking des Cordeliers assurée également par L.P.A. pour le compte de la ville de Lyon va permettre au délégataire de faire face aux charges engendrées par la construction de nouveaux parcs communautaires de stationnement. Une telle situation ne paraît pas juridiquement satisfaisante. Il importe donc, de ce point de vue également, qu'entre la ville et la communauté urbaine de Lyon, soient clarifiées leurs relations interactives liées à la dualité de fait de leurs compétences Les recettes tirées de l'exploitation du stationnement en voirie Dans le domaine du stationnement en voirie, la relation entre la ville

10 de Lyon, dont le maire exerce les pouvoirs de police de la circulation et du stationnement, et LPA relève désormais de la prestation de service. La société assure la pose et l'entretien des horodateurs et collecte les droits de stationnement qu'elle restitue à la trésorerie municipale à raison de deux versements hebdomadaires ; la ville reverse à l'exploitant une somme déterminée par le montant des recettes de stationnement sur voirie, déduction faite des charges de personnel, des frais techniques de fonctionnement induits par la gestion de la police municipale, ainsi que des frais de structure. Au total, c'est une recette annuelle de l'ordre de 17 à 18 MF qui entre dans les caisses de la société. La volonté de la ville est de compenser de la sorte les coûts déficitaires d'exploitation des différents parcs de stationnement gérés par LPA. Cette forme de contribution de la ville aux résultats de l'exploitation des parcs de stationnement prise dans son ensemble n'est pas en soi anormale sous réserve du respect des conditions posées par les articles L et L du code général des collectivités territoriales. A défaut, il importerait, en effet, que la rémunération versée par la ville à la société prestataire de service soit l'exacte contrepartie financière d'un service rendu par celle-ci, étant observé que l'allocation d'un fonds de concours à la Communauté urbaine pour la construction de parcs lui incombant, s'avérerait irrégulière (CE. 14 janvier communauté urbaine de Cherbourg) L'information des membres de l'assemblée délibérante Enfin, il convient de noter qu'avec la mise à disposition du public, conformément aux dispositions de l'article L du code général des collectivités territoriales, des comptes et annexes établis par les délégataires des services publics, les élus sont en mesure d'avoir désormais connaissance des éléments constitutifs du rapport annuel relatif aux conditions d'exploitation du service public délégué. Une telle disposition ne peut que satisfaire aux exigences du respect des engagements contractuels et du contrôle de la bonne exécution du service. 3 - LA GESTION DE LA SOCIETE

11 3-1 - Les relations avec la S.C.E.T. En raison de la complexité des missions confiées à la société LYON PARC AUTO et de la volonté de limiter ses charges de fonctionnement, il a été décidé de rechercher une synergie de moyens avec d'autres professionnels de même activité ; à cette fin, LYON PARC AUTO bénéficie de l'assistance d'un prestataire professionnel, de dimension nationale, la SCET, et en retour, fait profiter les autres sociétés du réseau SCET de son expérience et de son savoir faire. Un " contrat de réseau "", signé le 6 mai 1992, avec effet au 1er janvier 1992, pour une durée de trois ans, s'est substitué en totalité à la convention du 1er juillet Par un avenant du 14 juin 1995, sa durée a été portée de 3 à 4 ans. Ce contrat a donc pris fin le 31 décembre Or, aucun autre contrat ayant été signé au cours de l'année 1995, dès le 1er janvier suivant, la société LYON PARC AUTO s'est trouvée, en conséquence, dans l'obligation de passer toutes ses commandes via des bons et lettres de commande jusqu'à la signature d'un nouveau contrat le 31 juillet 1996 avec prise d'effet à compter du 1er janvier 1996, pour une durée de deux ans. Par ailleurs, la convention de mise à disposition du directeur général de LYON PARC AUTO, passée le 22 juin 1990, pour une durée de 7 ans, est arrivée à échéance. Ce dernier n'est donc plus salarié de la SCET, mais à nouveau de LYON PARC AUTO. Il peut être noté qu'au cours de la période 1991 à 1997, l'intéressé a bénéficié d'une progression de salaire de près de 40 %, soit une hausse moyenne annuelle de 5,48% Le départ du directeur financier Pour exercer les fonctions de directeur financier, un cadre a été recruté en juin 1995 et licencié en octobre Une transaction lui a été proposée, qui s'est soldée par le versement d'une indemnité de l'ordre de F décomposée comme suit : F d'indemnité normale de départ compte tenu de l'ancienneté, F de coût d'un " out-placement " et F d'indemnité forfaitaire. Cette indemnité apparaît relativement élevée eu égard à l'ancienneté acquise par cette personne dans le poste Les avantages du personnel LYON PARC AUTO

12 Le personnel a perçu jusqu'en 1997, via le comité d'entreprise, un intéressement calculé sur les résultats de la société et non sur ses bénéfices ou sa productivité. De ce fait, l'augmentation de 1 F des tarifs horaires a eu pour effet d'accroître notablement les résultats de l'exercice 1996 et le personnel a reçu au titre de l'année en question une somme de 2,5 MF soit 4 à 5 fois supérieure aux sommes versées les deux années précédentes. Cette très forte évolution a démontré les limites d'un système qui ne présentait pas de variable d'ajustement et revenait à lier l'intéressement aux tarifs plutôt qu'à des critères de productivité. Répondant aux interrogations exprimées par la Chambre, le calcul de cet avantage est désormais lié directement à la performance du personnel et non plus corrélé à la hausse des tarifs Le contrôle interne des dirigeants LYON PARC AUTO n'est pas doté, pour juger de l'efficacité du fonctionnement de l'entreprise, d'un système de contrôle de gestion et ne dispose plus de directeur financier. L'audit de la cellule de contrôle de gestion des organismes extérieurs de la ville de Lyon ne saurait remplacer la mise en place d'un service interne et permanent de contrôle Les résultats analytiques de la gestion des parcs de stationnement Les parcs dont la gestion a été déléguée tant par la ville de Lyon que par la Communauté urbaine présentent des situations contrastées. Si l'on rapporte le chiffre d'affaires à la place, le ratio obtenu varie de 2 à F, soit dans des proportions importantes de l'ordre de 1 à 8. Au regard du constat de la vacance de certains parcs de stationnement, il est loisible de se poser soit la question de la qualité des études préalables, censées révéler l'expression des besoins et s'attacher à la faisabilité de l'opération, soit celle de leur utilisation dans le processus décisionnel. En effet certaines études de faisabilité comme

13 celles réalisées pour le parc Berthelot ou celui de la Croix-Rousse laissaient clairement entrevoir, sur la base d'enquêtes de marchés, une demande nettement inférieure au nombre des places réalisées ; dans d'autres cas, comme pour le parc du palais de justice, aucune étude de faisabilité n'a été demandée. S'agissant des dépenses exposées, il convient de noter l'importance du coût des fouilles archéologiques qui avoisine pour les parcs de la presqu'île des montants variant entre F et F la place. Les frais de traitement artistique ne sont pas négligeables et sont de l'ordre de F la place, hors parc des Célestins. Quant aux opérations de détournement des réseaux leur coût très fluctuant est situé en moyenne aux alentours de F la place. Des tableaux comparatifs des coûts unitaires globaux, à la place, au m², en pourcentage et à la surface par place ont été établis (cf. annexes no 1 à 5). Enfin la Chambre a constaté que la société ne tenait pas à jour les bilans d'opérations correspondant aux différentes opérations de réalisation de parcs, puisqu'ils n'ont été établis qu'à la faveur de la vérification assurée par les représentants de la Chambre. 4 - LA SITUATION FINANCIERE Au 1er janvier 1991 la société LYON PARC AUTO disposait d'une trésorerie de 86 MF de capitaux propres à hauteur de 63 millions, alors que la dette bancaire s'élevait à 40 MF. Il en résultait une importante capacité d'autofinancement permettant de financer l'ambitieux programme de plus de places sur 6 ans prévu par les élus communautaires. Au total LYON PARC AUTO a investi durant la période quelque 700 MF au titre de la construction proprement dite et des frais d'équipement. Un peu moins de la moitié de l'investissement a été financé par emprunt, soit 315 MF, le reste a été autofinancé. Des découverts à court terme ont permis, par ailleurs, de couvrir les pointes basses de trésorerie, et ce à moindre coût. Le budget 1995 prévoyait une perte d'environ 8,8 MF alors que le

14 résultat réel a affiché une perte de 30,6 MF, essentiellement due à l'insuffisance de recettes sur la voirie ; en l'espèce, les causes principales de l'écart enregistré par rapport à la prévision établie ont été invoquées comme résidant dans la perspective de l'amnistie présidentielle, les effets du plan " vigipirate " et le malaise de la police municipale. La capacité d'autofinancement s'est élevée toutefois à plus de 41 MF en 1995, du fait de l'importance des dotations aux amortissements et aux provisions. L'augmentation de ces dotations en 1995 comparativement à 1994 s'explique pour l'essentiel par les nouveaux parcs ouverts en cours d'année 1994 et en Si le total du bilan a augmenté fortement de 415 MF en 1991 à 746 MF en 1995 pour atteindre 713 MF en 1996, le niveau des disponibilités, qui était particulièrement important en 1991 avec une somme de plus de 105 MF, n'était plus que de F en 1994 et s'est établi à F en L'examen du passif fait apparaître que le montant des fonds propres qui a augmenté de 87 MF en 1991 à 148 MF en 1994 s'est stabilisé aux alentours de 110 MF en 1996 ; le niveau des provisions n'a, pour sa part, cessé de croître dans le même temps que l'encours de la dette amorçait une diminution. Toutefois et depuis 1991, le résultat net a enregistré des évolutions négatives. En effet, alors qu'il s'élevait à 24 MF en 1991 il atteignait - 30 MF en 1995 et - 6 MF en Les simulations de résultats, faites par LYON PARC AUTO, pour la période , sans nouveau parc supplémentaire et avant rééchelonnement de la dette, montrent que le rythme de remboursement de la dette est relativement élevé, puisque à la fin de l'an 2000 et sur la base des échéanciers actuels, plus de 75 % du principal de la charge d'emprunt au 31 décembre 1995 auront été remboursés. Parallèlement, le montant des frais financiers en l'an 2000 serait pratiquement le quart de celui enregistré en 1995, et c'est à cette époque que la société devrait retrouver une trésorerie de fin d'année positive ainsi qu'une capacité nette d'autofinancement satisfaisante.

15 5 - LA CONDUITE DES PRINCIPALES OPERATIONS DE CONSTRUCTION DES DIFFERENTS PARCS La passation des contrats de concession de travaux publics. De par son savoir faire et ses capacités techniques, il est difficilement évitable que la société soit appelée à jouer un rôle dans les choix à opérer ; aussi n'est-il pas surprenant qu'il pèse sur elle une sollicitation permanente de la part des élus comme des commerçants. Toutefois toute intervention exclusive du futur concessionnaire dès la phase d'études préalables aboutirait à remettre en cause les prérogatives de l'établissement public organisateur. La Communauté urbaine ne peut, en effet, en application de l'article 2 de la loi no du 12 juillet 1985 modifiée, se démettre de l'obligation qui pèse sur elle de s'assurer de la faisabilité et de l'opportunité de l'opération projetée. Or LYON PARC AUTO apparaît, en fait, comme l'opérateur privilégié de l'établissement communautaire pour la construction de parcs de stationnement et ce dès le stade des études préparatoires. Ne serait ce que par prudence ce partage des rôles devrait être réexaminé. Un tel réexamen paraît d'autant plus nécessaire que les récents arrêts rendus par le Conseil d'etat en matière de concession de travaux publics, en application des dispositions communautaires, notamment des directives travaux de juillet 1989 et juin 1993, tendent à remettre en question l'attribution automatique au même concessionnaire de nouveaux ouvrages. La technique de l'avenant conjuguée à la pratique visant à dégager sur l'exploitation d'une concession existante en matière autoroutière les ressources nécessaires au financement de la réalisation d'un nouveau tronçon sont apparues répréhensibles, car assimilables à une limitation de l'appel à concurrence et à l'octroi de subventions déguisées. Mutatis mutandis, cette jurisprudence risque fort d'être appliquée aux parcs de stationnement. La transparence réclamée par les dispositions communautaires dans la passation des contrats de concession de travaux publics conduit désormais à mettre fin à un dispositif visant à confier systématiquement à la même entreprise, fût elle une SEM, la construction et l'exploitation des parcs communautaires de stationnement. La cohérence technique et financière recherchée dans la mise en oeuvre de l'action à

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

INSTITUT DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE. Examen de la gestion. Exercices 1991 à 2000 OBSERVATIONS DEFINITIVES

INSTITUT DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE. Examen de la gestion. Exercices 1991 à 2000 OBSERVATIONS DEFINITIVES INSTITUT DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE Examen de la gestion Exercices 1991 à 2000 OBSERVATIONS DEFINITIVES O. Introduction - Les étapes du contrôle L'examen de la gestion de l'institut de la Communication

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001.

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001. Monsieur le Maire, Dans le cadre d'une enquête nationale interjuridictions portant sur les relations entre les collectivités publiques et les casinos, la Chambre régionale des comptes de Picardie a examiné

Plus en détail

Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la société d'économie mixte de Mézières-en-Brenne

Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la société d'économie mixte de Mézières-en-Brenne Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la société d'économie mixte de Mézières-en-Brenne Monsieur le Président En application des articles L. 211-4 et L.

Plus en détail

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne.

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le 4 novembre 2005 par la Chambre territoriale des comptes sur la gestion de la commune

Plus en détail

Le SIEM est l'autorité organisatrice de la distribution publique d'électricité sur le territoire de ses communes et EPCI membres.

Le SIEM est l'autorité organisatrice de la distribution publique d'électricité sur le territoire de ses communes et EPCI membres. Si m Syndicat Inurutm ARTICLE 1 - Constitution du syndicat Le Syndicat Intercommunal d'electricité de la Marne a été créé par arrêté préfectoral du 24 décembre 1948. Ses statuts ont fait l'objet de modifications

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président,

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président, N/Réf. : BO818802 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de la SEMASCL (SEM pour la promotion et la gestion

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. Le Président N /G/150/06-0655 E NOISIEL, le 30 mai 2006 N 06-0210 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives

Plus en détail

En tout état de cause, il vous est loisible de communiquer ce rapport d'observations définitives au conseil d'administration de l'adefpat.

En tout état de cause, il vous est loisible de communiquer ce rapport d'observations définitives au conseil d'administration de l'adefpat. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES N/Réf. : GO510401 TOULOUSE, le 20 avril 2005 Monsieur le président, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières, je vous adresse,

Plus en détail

Monsieur le Directeur général,

Monsieur le Directeur général, Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l'office public d'aménagement et de construction de l'habitat drouais. Monsieur le Directeur général, En application

Plus en détail

observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant la gestion de la commune de PONT DE CHERUY au cours des exercices 1988

observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant la gestion de la commune de PONT DE CHERUY au cours des exercices 1988 Monsieur Alain TUDURI Maire de PONT DE CHERUY Hôtel de Ville 21, rue de la République 38230 PONT DE CHERUY Monsieur le Maire, Par lettre en date du 10 mars 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz.

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz. REPUBLIQUE FRANÇAISE DEPARTEMENT DU BAS-RHIN COMMUNE DE SOULTZ-LES- BAINS Délégation de service public de distribution de gaz sous la forme d'une concession de travaux et de service publics Le Conseil

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

Réf. : DO213401. Monsieur le président,

Réf. : DO213401. Monsieur le président, Réf. : DO213401 Monsieur le président, Conformément aux dispositions de l'article L. 241-11 du code des juridictions financières, je vous transmets le rapport d'observations définitives notifié au président

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

ENDETTEMENT DES COMMUNES

ENDETTEMENT DES COMMUNES ENDETTEMENT DES COMMUNES PROBLEME L'emprunt constitue une ressource indispensable pour le développement des communes. Cependant, décider du recours à l'emprunt sans tenir compte des limites assignées à

Plus en détail

Accusé de réception - Ministère de l'intérieur

Accusé de réception - Ministère de l'intérieur Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 029-242900694-20130221-2013-016ccpq-DE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE Accusé QUIMPERLE certifié exécutoire Réception par le préfet : 25/02/2013 Publication

Plus en détail

A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003. La Présidente. Monsieur le Président du Centre. départemental de gestion. de la fonction publique du Cantal

A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003. La Présidente. Monsieur le Président du Centre. départemental de gestion. de la fonction publique du Cantal A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003 La Présidente à Monsieur le Président du Centre départemental de gestion de la fonction publique du Cantal Monsieur le Président, Le rapport d'observations arrêté

Plus en détail

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a Monsieur PERRACHON Liquidateur de la Société d'aménagement du Morbihan 10, rue Saint-Tropez Boite postale 55 56002 VANNES CEDEX Par lettre du 17 septembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE Vu le code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L.1431-1 à L. 1431-9

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public Il n'existe pas de définition légale ou réglementaire explicite des modes de délégation de service public que représentent la concession, l'affermage, la régie intéressée ou la gérance (Circulaire du 7

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant les comptes et la gestion de l'agence d'urbanisme pour le développement

observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant les comptes et la gestion de l'agence d'urbanisme pour le développement Monsieur Henry CHABERT Président de l'agence d'urbanisme pour le développement de l'agglomération lyonnaise 18, rue du Lac BP 3129 69402 LYON CEDEX 03 Monsieur le Président, Par lettre en date du 30 mai

Plus en détail

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS TITRE 1 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS 2 CHAPITRE 1 NATURE JURIDIQUE Les services départementaux d incendie et de secours (SDIS) sont des établissements publics administratifs, dotés de la

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise NANTES METROPOLE Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION SUR LE PRINCIPE DE LA DELEGATION DU RESEAU DE TRANSPORTS

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant le Crédit Municipal de STRASBOURG Exercice 1989 et suivants 1. L'activité de l'établissement et sa situation financière L'activité

Plus en détail

L'objet de la présente lettre porte sur la mise en ouvre du contrôle interne et la gestion des services d'eau et d'assainissement.

L'objet de la présente lettre porte sur la mise en ouvre du contrôle interne et la gestion des services d'eau et d'assainissement. M. Jean-Claude WEISS Maire de Notre-Dame-de-Gravenchon Hôtel de ville Place d'isny BP 29 76330 Notre-Dame-de-Gravenchon Monsieur le Maire, En application de l'article L. 211-8 du code des juridictions

Plus en détail

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire.

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire. Fiche 41 otions clés sur les documents budgétaires Deux sortes de documents peuvent être distingués : d une part, ceux qui prévoient et autorisent, ce sont les budgets au sens strict et d autre part, les

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Monsieur le Président, Le rapport d'observations définitives sur la gestion du centre de gestion de la fonction publique territoriale des Deux-Sèvres, arrêté par la Chambre régionale des comptes le 12

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique La présente circulaire porte sur les contrats qui suivent : 1. Marchés publics Au sens de l article 1 er du code des marchés publics

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE

RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE RÈGLEMENT FINANCIER ET COMPTABLE DES ORGANES DE LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE

Plus en détail

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ Madame le Maire de DOUARNENEZ Mairie 29100 DOUARNENEZ Par lettre du 24 février 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission. Par lettre du 18 septembre 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre commune, conformément à la procédure contradictoire

Plus en détail

P R E M I E R A V I S

P R E M I E R A V I S Formation : Chambre Rapport n 2006-0056 Séance du 8 juin 2006 RECOMMANDE AVEC A.R. SYNDICAT MIXTE DU PAYS THOUARSAIS (N 079 041 977) CONTROLE BUDGETAIRE Article L.1612-15 du code général des collectivités

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général,

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général, Le Président Bordeaux, le 4 mai 2009 Références à rappeler : CM//RODII Grands garages et parkings de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 1 er avril 2008, vous avez été informé que la

Plus en détail

1. L'examen de la gestion de la commune de Bourbourg a porté sur la période 1998 à 2001.

1. L'examen de la gestion de la commune de Bourbourg a porté sur la période 1998 à 2001. RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES - Commune de Bourbourg - (Département du Nord) SUIVI DES REPONSES DES ORDONNATEURS I. PROCEDURE 1. L'examen de la gestion de la commune de Bourbourg a porté sur la période

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2014

Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2014 Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2014 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france ATTRIBUTION A LA SAERP PAR LA REGION D UNE AVANCE EN COMPTE COURANT D ASSOCIES

Plus en détail

Décision n 2010 616 DC

Décision n 2010 616 DC Décision n 2010 616 DC Loi organique relative à la gestion de la dette sociale Consolidation Source : services du Conseil constitutionnel 2010 Sommaire Ordonnance n 96-50 du 24 janvier 1996 relative au

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Réunion du 13 mai 2011, de l Observatoire Régional des Transports de Midi-Pyrénées Plan de l intervention 1) Rappel des principes

Plus en détail

Exemple de lettre de mission «Projet de contrat d externalisation de la fonction comptable»

Exemple de lettre de mission «Projet de contrat d externalisation de la fonction comptable» Exemple de lettre de mission «Projet de contrat d externalisation de la fonction comptable» Atelier «offrir une mission globale!» Pôle LES MISSIONS DE DEMAIN www.experts comptables.fr/65 La présente lettre

Plus en détail

1. Le régime comptable applicable aux GIP soumis à la comptabilité publique

1. Le régime comptable applicable aux GIP soumis à la comptabilité publique FICHE N 11 LE REGIME COMPTABLE DES GIP 1. Le régime comptable applicable aux GIP soumis à la comptabilité publique L'article 99 de la loi n 2011-525 du 17 mai 2011 de simplification et d'amélioration de

Plus en détail

L'entretien préalable prévu par l'article L.272-45 du code des juridictions financières a eu lieu le 17 mars 2003 avec l'ordonnateur.

L'entretien préalable prévu par l'article L.272-45 du code des juridictions financières a eu lieu le 17 mars 2003 avec l'ordonnateur. Dans le cadre de son programme, la chambre territoriale des comptes de Polynésie française a jugé les comptes et examiné la gestion du Lycée Professionnel d'uturoa à partir de l'exercice 1996 en application

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

MODELE DE STATUTS -------------- I BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION. Article 1er. L'association dite :, fondée en..

MODELE DE STATUTS -------------- I BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION. Article 1er. L'association dite :, fondée en.. MODELE DE STATUTS proposé aux ASSOCIATIONS QUI SOLLICITENT LA RECONNAISSANCE D'UTILITE PUBLIQUE par application de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901 modifiés -------------- I BUT

Plus en détail

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068)

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) Maj le 15/09/09 Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) I. But et composition de l'association Article 1 er L'association

Plus en détail

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine

iche 5 La décentralisation dans le domaine du patrimoine Page 12 La décentralisation dans le domaine du patrimoine 1 / Les objectifs poursuivis et les principes qui fondent les propositions de décentralisation 2 / Une nouvelle répartition des rôles entre les

Plus en détail

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire n 23/2012 Cl. C 451 / C 456 Colmar, le 05 juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

Vote et Transmission des Documents Budgétaires

Vote et Transmission des Documents Budgétaires Annexe 3 Vote et Transmission des Documents Budgétaires Articles L 2312-1, L 1612-2, L 2121-7, L 2121-20, L 2121-23 du Code Général des Collectivités Territoriales Le Vote (art. L 2312-1, L 2121-17, L

Plus en détail

Circulaire n 2446 du 13 janvier 2005 relative aux facilités en temps bénéficiant aux fonctionnaires titulaires de mandats municipaux

Circulaire n 2446 du 13 janvier 2005 relative aux facilités en temps bénéficiant aux fonctionnaires titulaires de mandats municipaux Circulaire n 2446 du 13 janvier 2005 relative aux facilités en temps bénéficiant aux fonctionnaires titulaires de mandats municipaux - Le Ministre de la fonction publique et de la réforme de l'état à Mesdames

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources Unité R3 Comptabilité et finances ANNEXE 3.A: METHODOLOGIE D'EVALUATION DE LA CAPACITE FINANCIERE DES CANDIDATS

Plus en détail

Petites Informations Juridiques n 1

Petites Informations Juridiques n 1 L OBLIGATION DE REPRISE DU PERSONNEL DANS LES CONTRATS DE TRANSPORT Cadre législatif et réglementaire Droit communautaire Règlementation interne Article 4.5 du règlement n 1370/2007/CE du 23 octobre 2007

Plus en détail

Au vu des réponses qui lui sont parvenues, la Chambre a adopté les observations définitives qui figurent dans le document ci-joint.

Au vu des réponses qui lui sont parvenues, la Chambre a adopté les observations définitives qui figurent dans le document ci-joint. Monsieur Thierry POUCHOT-CAMOZ-GANDORNE Président du Conseil d'administration de la Société D'économie mixte G.C.V.B. PRODUCTION 2, rue du Boys B.P. 4 38190 LANCEY Monsieur le Président, Par une lettre

Plus en détail

Monsieur Jean-René BARON. Directeur de. la caisse de crédit municipal de Lyon. rue Duguesclin 69003 LYON. Monsieur le Directeur,

Monsieur Jean-René BARON. Directeur de. la caisse de crédit municipal de Lyon. rue Duguesclin 69003 LYON. Monsieur le Directeur, Monsieur Jean-René BARON Directeur de la caisse de crédit municipal de Lyon rue Duguesclin 69003 LYON Monsieur le Directeur, Par lettre en date du 20 mai 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSISTANCE GENERALE A LA DIRECTION ET A LA GESTION DE LA SOCIETE CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE 1. ADHESION A UN RESEAU PROFESSIONNEL... 4 1.1. VEILLE ET TRANSFERT D'INFORMATIONS...

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ Recommandation n 8 relative aux appels de fonds que le syndic peut exiger des copropriétaires Le 7 janvier 2008 LA COMMISSION, Vu les articles

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau

Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau M 3 Circulaire DHOS/M 3 n 2001-610 du 12 décembre 2001

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur la gestion de la mutuelle de retraite

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Litec Formulaire des Maires Cote : 02,2012 Date de fraîcheur : 10 Juillet 2012 Fasc. 293-30 : ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Sommaire analytique FORM. 1. - Délibération du conseil municipal

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant le Comité d'action pour le Progrès Economique et Social Haut-Rhinois (C.A.H.R) Exercice 1994 à 1997 1. Les comptes et la situation

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

Après avoir pris acte des réponses, la chambre a arrêté ses observations sous leur forme définitive. Elles font l'objet du document ci-joint.

Après avoir pris acte des réponses, la chambre a arrêté ses observations sous leur forme définitive. Elles font l'objet du document ci-joint. Monsieur le Président, Par lettre citée en référence, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes concernant la gestion de l'association mutuelle de

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Règlement intérieur du. Conseil d administration

Règlement intérieur du. Conseil d administration COMPAGNIE LEBON Société Anonyme au capital de 13 359 500 Siège Social : 24, rue Murillo 75008 Paris 552 018 731 - RCS Paris Règlement intérieur du Conseil d administration Adopté par le Conseil d'administration

Plus en détail

Messieurs les Sous-Préfets de St-Amand-Montrond et de Vierzon pour information

Messieurs les Sous-Préfets de St-Amand-Montrond et de Vierzon pour information Préfecture du Cher Direction des Collectivités Locales et des Affaires Financières Bureau des Affaires Budgétaires et Financières PREFET DU CHER Affaire suivie par Mme VOLUT - 02 48 67 36 29 Bourges, le

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009 La comptabilité des associations. Outil de gestion, Outil de contrôle. Préambule. Rappel de l'article 1 de la loi de 1901 : Les textes fondateurs qui régissent la vie des associations : La loi du 1er juillet

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

1 CHAMP D APPLICATION

1 CHAMP D APPLICATION INVESTISSEMENTS D AVENIR REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES AIDES AU TITRE DES APPELS «Valorisation Instituts Carnot» 1 CHAMP D APPLICATION Le présent règlement concerne les aides accordées

Plus en détail

Les différentes formes juridiques de l office de tourisme

Les différentes formes juridiques de l office de tourisme s différentes formes juridiques de l office de tourisme A. Stratégie politique : office de tourisme de droit public ou office de tourisme de droit privé On remarque que depuis quelques années, le pourcentage

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Vu la loi constituante n 2011-6 du 16 décembre 2011, portant organisation provisoire des autorités publiques,

Vu la loi constituante n 2011-6 du 16 décembre 2011, portant organisation provisoire des autorités publiques, Décret n 2012-753 du 2 juillet 2012, fixant l'organisation administrative et financière et les modalités de fonctionnement du centre national du cinéma et de l'image. Le chef du gouvernement, Sur proposition

Plus en détail