Quantification de l énergie pour les systèmes simples

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quantification de l énergie pour les systèmes simples"

Transcription

1 Les buts de cet amphi Quantification de l énergie pour les systèmes simples Chapitre 4 Utiliser le formalisme de la physique ondulatoire pour aborder des problèmes de physique d une grande importance pratique Propagation de particules microscope à effet tunnel, radioactivité!" Particules confinées énergies quantifiées, liaison chimique. IBM surface d un cristal de cuivre, 48 atomes de fer forment une enceinte d un rayon de 7 nm Les deu types de mouvement classique On considère un potentiel qui tend vers 0 quand r tend vers l infini V (r) = Gmm r 1. États liés et états de diffusion E = E cinétique + V (r) E = 0 énergie O O E < 0 E > 0 états liés états de diffusion électrons dans un atome collisions entre particules

2 Les états stationnaires de l équation de Schrödinger La forme des états stationnaires (1D) Hamiltonien Ĥ = ˆp2 2m + V (ˆ) ˆp = i d d On considère un potentiel qui tend vers quand tend vers l infini V() On s intéresse au états propres de l hamiltonien Ĥψ α () =E α ψ α () E α : valeur propre réelle (dimension d une énergie) «équation de Schrödinger indépendante du temps» Solutions physiquement intéressantes : tend vers 0 quand tend vers l infini Rappel : une fois les ψ(, 0) = α C α ψ α () ψ α () connus, on déduit l évolution de tout état ψ(, t) ψ(, t) = α C α ψ α () e ie αt/ Remarque : on peut chercher des fonctions propres! " réelles. Si! " est solution, alors! " * est solution pour la même énergie. Si, état directement éligible comme fonction d onde état lié se comporte comme une combinaison d ondes planes à l infini : quand On peut l utiliser pour former des paquets d ondes état de diffusion Etats liés et états de diffusion Deu théorèmes importants concernant les états liés (1D) Le théorème de Sturm-Liouville (fonctions propres réelles) V() On peut classer les niveau par valeur croissante de l énergie en fonction du nombre de nœuds (points où le signe change) de la fonction d onde. V min V() 2 ème état ecité : 2 nœuds Aucun état physiquement intéressant avec E < V min 1er état ecité : 1 nœud Entre V min et, états liés en nombre fini ou dénombrable Au dessus de, continuum d énergies : états de diffusion

3 Deu théorèmes importants concernant les états liés (1D) Le cas de potentiels symétriques (ou «pairs») V() Potentiel V() symétrique par rapport à 0 : 2. L eemple du puit semi-infini 0 On peut chercher les états propres de sous forme de fonctions paires ou impaires. A montrer en eercice, en remarquant que si est état propre, alors l est également énergies:? Les fonctions impaires ont toujours au moins un nœud en = 0 État fondamental pair Premier état ecité impair Deuième état ecité pair, Conditions de continuité : résumé Recherche des états de diffusion Potentiel V() continu,borné (cas "réel")!() V() Fonction d'onde #() bornée, continue, 2 fois dérivable état d énergie E supérieure à E région 1 : 1 2 discontinu, borné ("marche") bornée, continue, 1 fois dérivable (#''() est discontinue) région 2 : discontinu, non borné ("mur") bornée, continue, non dérivable (#'() est discontinue) Il faut ensuite raccorder ces fonctions en

4 Recherche des états de diffusion E > (II) Recherche des états liés En = L, la fonction d onde! et sa dérivée! sont continues : état d énergie E inférieure à région 1 : A sin(kl) =B sin(k L)+C cos(k L) ka cos(kl) =k (B cos(k L) C sin(k L)) k = 2mE/ k = 2m(E ) / E 1 2 Système linéaire de 2 équations à 3 inconnues : pour toute E> on trouve une solution différente de la solution nulle A = B = C = 0 région 2 : Pour toute énergie supérieure à la valeur asymptotique du potentiel, on trouve un état propre!() de l hamiltonien. Il se comporte comme une onde plane à l infini, en B sin(k )+C cos(k ) ou de manière équivalente en βe ik + γe ik Il faut encore raccorder ces fonctions en... Recherche des états liés E < (II) Résultats pour le puit semi-infini En = L, la fonction d onde! et sa dérivée! sont continues : A sin(kl) =Be KL ka cos(kl) = KB e KL k = 2mE/ K = 2m( E) / Système linéaire de 2 équations à 2 inconnues : on ne trouve pas toujours une solution différente de la solution nulle A = B = 0 Il faut pour cela Continuum d états libres pour Pour m et donnés, ceci n est possible que pour des valeurs particulières de l énergie E. Nombre fini d états liés pour

5 Energie d interaction Modélisation de la force nucléaire entre un proton et un neutron On ne trouve qu un seul état lié, et cette liaison est faible: 3. L effet tunnel distance p-n V() E 1 deutéron (noyau de deutérium) particule d énergie moyenne E < 0 a? Le coefficient de transmission par effet tunnel Le microscope à effet tunnel Binnig et Rohrer (IBM) Pri Nobel 1986 Le coefficient de transmission est non nul, contrairement au cas classique! Le coefficient de transmission varie eponentiellement avec la hauteur et la largeur a de la barrière nombre ridiculement faible pour des objets macroscopiques retournement «spontané» d une pièce de monnaie : Surface de Nickel (D. Eigler, IBM) Electron : -E = 1 ev, a = 5 Angströms : a = 6 Angströms : Le courant varie etrêmement vite avec la distance!

6 Le microscope à effet tunnel Gerd Binnig et Heinrich Rohrer, Pri Nobel 1986 Le microscope à effet tunnel Gerd Binnig et Heinrich Rohrer, Pri Nobel 1986 Surface Métallique Courant électrique: Effet tunnel! Pointe Métallique Mécanisme de déplacement de la pointe Dessin «artistique» Appareil complet Image : un atome est absent! Manipulations d'atomes Un anneau d atomes Etape 1 : La pointe «pousse» les atomes : ils sont rangés un par un! Etape 2 : La pointe s éloigne de la surface : elle «voit» les atomes sans les déplacer Atomes de Fer déplacés sur une surface de Cuivre 48 atomes de Fer rangés sur une surface de Cuivre (IBM) Image «virtuelle» reconstruite par ordinateur

7 «Bonhomme atomique» «Carbone-homme» Réalisé en disposant des molécules C-O (oygène et carbone) sur une surface de platine (D.M. Eigler, IBM, 1990) Ces images ne sont pas des photographies : personne ne pourrait "voir" cela avec son oeil. Ce ne sont pas non plus des images de synthèse. Ce sont des visualisations de mesures epérimentales. La radioactivité alpha Röntgen 1895 : les rayons X (photons) émis dans des tubes à rayons cathodiques impressionnent des plaques photos Le verre du tube est fluorescent au niveau de l impact du faisceau d électrons Becquerel, février 1896 : qu en est-il de la fluorescence de sels d uranium eposés à la lumière du soleil? et quand il n y a pas de soleil??? Pierre et Marie Curie, 1898 : séparations chimiques successives sur les sels, puis sur des résidus de minerais d uranium. Ils isolent le polonium et le radium. Images etraites de: ``The STM image gallery (http://www.almaden.ibm.com/vis/stm/gallery.html ) Caractéristiques de l émission!" particule! = noyau d hélium (Rutherford et Soddy, 1909) énergie de la particule! : E entre 4 et 9 MeV T (s) 4. temps moyen d émission : T entre 10-6 s et s Gamow 1929 : uranium Le modèle du puits double 10 6 V(r) radium 228 puits de potentiel lié au forces nucléaires E " r répulsion coulombienne E (MeV) ou «comment combiner effet tunnel et puits de potentiel»

8 Modélisation (très simple) de la liaison chimique Changement de conformation des molécules Deu noyau et un électron (par eemple l ion H 2+ ) : électron L inversion de la molécule d ammoniac NH 3 : structure pyramidale qui peut se «retourner» comme un parapluie noyau 1 noyau 2 noyau 1 noyau 2 Le «saut tunnel» de l électron de l orbite 1 vers l orbite 2 crée un abaissement d énergie, d autant plus grand que les noyau sont proches. attraction entre atomes liaison chimique configuration «gauche» configuration «droite» L état quantique fondamental de la molécule est une «superposition» des deu configurations classiques «gauche» et «droite» Modélisation par un double puits carré V() G M D $ a position du plan des hydrogènes de NH 3 ou position de l électron assurant la liaison chimique E Les niveau d énergie les plus bas du double puits On fie la largeur a et on choisit comme unité d énergie. On choisit dans cette unité et on fait varier la largeur $" On s intéresse au niveau d énergie E < : quel est le rôle de l effet tunnel à travers la barrière? a Le puits de potentiel V() est pair : on peut chercher les états propres de l hamiltonien sous forme de fonctions paires ou de fonctions impaires $"

9 Les niveau d énergie les plus bas 2a puits infini de largeur 2a E Unité d énergie: antisymétrique symétrique antisymétrique symétrique a deu états de même énergie! On dit que le couplage tunnel "lève la dégénérescence" des deu états initiau $" a E 1, E 2, : niveau d un puits semi-infini de largeur a Les premiers niveau d énergie pour une grande barrière G G Clivage 2A entre les deu états les plus bas : si D D antisymétrique symétrique antisymétrique symétrique avec E 0 premier niveau ecité du puits semi-infini (2 états D ou G) niveau fondamental du puits semi-infini (2 états D ou G) L origine de la liaison chimique électron noyau 1 noyau 2 noyau 1 noyau 2 R Le clivage 2A dépend de la distance R entre les deu noyau Energies propres répulsion électrostatique entre noyau 2A état antisymétrique = orbitale antiliante état symétrique = orbitale liante R

Quantification de l énergie pour les systèmes simples

Quantification de l énergie pour les systèmes simples Les buts de cet amphi Quantification de l énergie pour les systèmes simples Chapitre 4 Utiliser le formalisme de la physique ondulatoire pour aborder des problèmes de physique d une grande importance pratique

Plus en détail

Résolution de l équation de Schrödinger dans un potentiel V(x) uniforme par morceaux.

Résolution de l équation de Schrödinger dans un potentiel V(x) uniforme par morceaux. Résolution de l équation de Schrödinger dans un potentiel V(x) uniforme par morceaux. Objectifs Comprendre la quantification de l énergie dans un puits de potentiel rectangulaire de profondeur infinie.

Plus en détail

Éléments de correction du TD

Éléments de correction du TD Septembre 011 Éléments de correction du TD Stéphane Blin Introduction Je donne ici les éléments de correction de la question - de la marche de potentiel, ainsi que les éléments de corrections pour les

Plus en détail

4. Equation de Schröninger

4. Equation de Schröninger 4. Equation de Schröninger Introduction Particule libre Paquets d ondes Particule libre localisée Puits de potentiel de profondeur infinie Puits de potentiel de profondeur finie Barrière de potentiel Microscope

Plus en détail

SP6 Introduction au monde quantique

SP6 Introduction au monde quantique SP6 Introduction au monde quantique I Concepts initiau de la physique quantique I.1 Apparition de la notion d objet physique I.2 Objet physique, limite relativiste et approimation newtonienne I.3 Objet

Plus en détail

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1 Références TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES SERWAY, Raymond A. (1992). Physique III : optique et physique moderne, 3 e édition, Laval, Éditions Études Vivantes, 760 p. Table des matières Partie I Vibrations

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha.

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha. L effet Tunnel L effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l énergie minimale requise pour franchir cette

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

Chap. III : Le modèle quantique de l atome

Chap. III : Le modèle quantique de l atome Monde atomique beaucoup trop petit pour la physique classique de Newton et Maxwell développement d une nouvelle physique, la physique dite quantique Le français Louis de Broglie (prix Nobel de physique

Plus en détail

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE Physique Quantique FSAB 123 APE 12 Auteur(s) : VB, XG, ON, BN, JPR FSAB 123 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE PÉRIODIQUE, ATOME D HYDROGÈNE, SEMICONDUCTEURS BARRIERE DE POTENTIEL

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Rappel sur la structure atomique des isolants

Plus en détail

Jean-François Morin! Nanosciences et nanotechnologies! CHM-4203! Chapitre 2. Les outils de caractérisation en nanoscience!

Jean-François Morin! Nanosciences et nanotechnologies! CHM-4203! Chapitre 2. Les outils de caractérisation en nanoscience! Chapitre 2 Les outils de caractérisation en nanoscience! Il existe plusieurs techniques de caractérisation pour l étude des nanostructures organiques, inorganiques et de surface. Les principales sont la

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

S 5 : Introduction au monde quantique

S 5 : Introduction au monde quantique : PCSI 2015 2016 I Confrontation entre la mécanique classique et l epérience 1. Mécanique classique Vers la fin du XIX e siècle et le début du XX e, les physiciens utilisent la mécanique (Newton) et l

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

Cours S8 Introduction au monde quantique

Cours S8 Introduction au monde quantique Cours S8 Introduction au monde quantique Image originally created by IBM Corporation David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Le monde

Plus en détail

Puits quantiques et super-réseaux semi-conducteurs 1

Puits quantiques et super-réseaux semi-conducteurs 1 1 Mines Deuxième année Physique de la matière condensée et des nano-objets TD8-2011 Puits quantiques et super-réseaux semi-conducteurs 1 Résumé Dans ce TD nous allons aborder la physique des puits quantiques

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL Dans ce qui suit on adopte les notations suivantes : désigne une constante universelle h = π = 6,60 34 Joules par seconde est la constante

Plus en détail

Le tableau périodique

Le tableau périodique Le tableau périodique Le développement du tableau périodique à l époque de Mendeleïev, on n avait même pas encore découvert l électron Mendeleïev était convaincu que les propriétés des éléments avaient

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Savoir son cours. Liaisons chimiques exercices COMP.1 QCM : Vrai ou faux? Polarité d un solvant :

Savoir son cours. Liaisons chimiques exercices COMP.1 QCM : Vrai ou faux? Polarité d un solvant : COMP.1 Liaisons chimiques exercices Savoir son cours QCM : Vrai ou faux? Plus l électronégativité un atome est élevée, plus celui-ci attire à lui les électrons. Une liaison entre eux atomes A et B est

Plus en détail

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 1. Utilisation des intégrales premières du mouvement en mécanique. Exemples et applications. 2. Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 3.

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Puits de potentiel en une dimension Davide Mancusi 19 octobre 2009 1 Noeuds et états excités Il est possible de prouver analytiquement que les états excités d'un potentiel unidimensionnel exhibent un nombre

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay

SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay Introduction -Phénomène spectaculaire qui a marqué profondément la Physique des Solides -Une propriété incontournable des très basses Températures -Une place

Plus en détail

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit»

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» «L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» Pr Smain BALASKA Laboratoire de Physique Théorique d Oran Département de Physique, Faculté des Sciences Exactes & Appliquées, Université

Plus en détail

Quantification de l énergie pour les systèmes simples

Quantification de l énergie pour les systèmes simples Les buts de cet mphi Quntifiction de l énergie pour les systèmes simples Chpitre 4 Utiliser le formlisme de l physique ondultoire pour border des problèmes de physique d une grnde importnce prtique Propgtion

Plus en détail

La Physique Nucléaire. La Φν

La Physique Nucléaire. La Φν La Physique Nucléaire La Φν Sophie Péru Qu est ce que le noyau de l atome? Découverte du noyau Les premiers modèles classiques? Le noyau : particule élémentaire ou système complexe? Les caractéristiques

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Généralités sur la lumière. Chapitre 2 Lois et principes de l optique géométrique. Chapitre 3 Formation des images

Sommaire. Chapitre 1 Généralités sur la lumière. Chapitre 2 Lois et principes de l optique géométrique. Chapitre 3 Formation des images Sommaire Chapitre 1 Généralités sur la lumière A. Qu est ce que l optique aujourd hui?..................................... 8 B. Généralités sur la lumière.............................................

Plus en détail

HOURIEZ Xavier HANAT François. Culture Générale 2003/2004. avec Michaël Karkut L.P.M.C

HOURIEZ Xavier HANAT François. Culture Générale 2003/2004. avec Michaël Karkut L.P.M.C HOURIEZ Xavier HANAT François Culture Générale 2003/2004 le MICROSCOPE à EFFET TUNNEL avec Michaël Karkut L.P.M.C IIntroductiion L exploration du nanomonde a été permise par la découverte en 1981 du microscope

Plus en détail

Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel

Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel Le but de ce TP, qui combine modélisation et spectroscopie UV-visible, est de montrer que : - la stabilité des molécules organiques

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Structure électronique de complexes de métaux de transition

Structure électronique de complexes de métaux de transition Structure électronique de complexes de métaux de transition Propriétés particulières des métaux de transition dues aux électrons d Magnétisme Réactivité (M1) Couleur Plan du cours Métaux et couleur Théorie

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

Le graphène : la relativité rencontre la mécanique quantique dans un trait de crayon. Mark O. Goerbig

Le graphène : la relativité rencontre la mécanique quantique dans un trait de crayon. Mark O. Goerbig Le graphène : la relativité rencontre la mécanique quantique dans un trait de crayon Mark O. Goerbig ENS, Cachan, 23/11/2010 Prix Nobel de Physique 2010 : Graphène Kostya Novoselov Andre Geim "for groundbreaking

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Exercice 1 : Le trébuchet (5,5 points) Étude du mouvement du projectile après libération. Caractéristiques de la poussée d'archimède P A

Exercice 1 : Le trébuchet (5,5 points) Étude du mouvement du projectile après libération. Caractéristiques de la poussée d'archimède P A Eercice 1 : Le trébuchet (5,5 points) Étude du mouvement du projectile après libération H v α P P g Figure 1. Tir a trébuchet O 1. Caractéristiques du poids P : - direction: verticale - sens: vers le bas

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

(Un) Corrigé du partiel Lundi 19 mars 2007. u u1 = Au = 1 2) 1 t forment une base des solutions de ce système,

(Un) Corrigé du partiel Lundi 19 mars 2007. u u1 = Au = 1 2) 1 t forment une base des solutions de ce système, Université Paris 7 Denis Diderot UFR de Mathématiques Licence L3 Equations différentielles 2006-2007 P. Perrin (Un) Corrigé du partiel Lundi 9 mars 2007 Eercice. On considère le système différentiel linéaire

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC 1 Sommaire La physique des particules Constituants élémentaires Forces et interactions Fondements théoriques Zoom sur le LHC Le LHC Le fonctionnement des

Plus en détail

Méthodes d approximation

Méthodes d approximation Méthodes d approximation «The underlying physical laws necessary for the mathematical theory of a large part of physics and the whole of chemistry are thus completely known, and the difficulty is only

Plus en détail

Les découvertes Roëntgen découverte des rayons X Becquerel découverte de la radioactivité dans un minerai d uranium

Les découvertes Roëntgen découverte des rayons X Becquerel découverte de la radioactivité dans un minerai d uranium Les découvertes 1895 Roëntgen découverte des rayons X Henri Becquerel 1896 Au cours de recherches destinées à approfondir le phénomène d émission de rayons X découvert en 1895 par Röntgen, Henri Becquerel,

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Histoire des sciences : La Mécanique Quantique

Histoire des sciences : La Mécanique Quantique Histoire des sciences : La Mécanique Quantique «Personne ne comprend vraiment la physique quantique.» Richard Feynman Plan Chapitre I : Introduction I. Définition de la mécanique quantique II. Applications

Plus en détail

1. Le modèle de Bohr On considère l atome d hydrogène comme un petit système planétaire : v e

1. Le modèle de Bohr On considère l atome d hydrogène comme un petit système planétaire : v e La structure électronique des atomes Ils sont constitués d un noyau autour duquel tournent des électrons. Le noyau est lui même formé par des protons et des neutrons. Leurs nombres sont liés par la relation

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Calcul de champ électrique : exemple simple

Calcul de champ électrique : exemple simple Calcul de champ électrique : exemple simple On cherche le champ électrique crée par un disque uniformément chargé en surface, sur l axe de ce disque Considéra+ons de symétries : Projec+on sur l axe z :

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

Une ouverture sur le monde quantique

Une ouverture sur le monde quantique 1 Introduction Une ouverture sur le monde quantique L exploration de l infiniment petit tout au long du siècle dernier est certainement une des aventures les plus fascinantes de la science. Elle a abouti,

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques : Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques Nicole Vilmer LESIA Observatoire de Paris 3 ème journée ESEP Orléans 26 Mai 214 Le Soleil accélérateur de particules:

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L usage des calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement,

Plus en détail

L'atome et les particules. Historique.

L'atome et les particules. Historique. 21 Physique moderne v 3.0 V 2005 1 L'atome et les particules. Historique. 1805 Gay Lussac et Dalton observent dans les réactions chimiques des combinaisons de corps simples: les atomes H 2 O = 2H + 1O.

Plus en détail

Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique Thème du programme : Observer Sous-thème : Sources de lumière colorée Spectres et niveaux d énergie Type d activité : Activité documentaire Conditions de mise en œuvre : (application, durée indicative

Plus en détail

SDM Module Ph13 Marie Girardot IPSA 2012/13

SDM Module Ph13 Marie Girardot IPSA 2012/13 SDM Module Ph13 Marie Girardot IPSA 2012/13 Plan du cours Cours 1 : La lumière, onde ou corpuscule? Cours 2 : Les limites de la mécanique classique Cours 3 : Les bases de la mécanique quantique Cours 4

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Estimations de la vitesse de propagation des photons et complétude asymptotique en QED non relativiste

Estimations de la vitesse de propagation des photons et complétude asymptotique en QED non relativiste Estimations la vitesse propagation et complétu asymptotique en Institut Mathématiques Boraux Université Boraux 1 J-F Bony, J F, J. Funct. Anal., 262, 850-888, (2012) J-F Bony, J F, IM Sigal, Adv. Math.,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 Optique 1 Pr Mariano-Goulart Séance préparée par Inès BOULGHALEGH, Hélène GUEBOURG DEMANEUF, Karim HACHEM, Jeff VAUTRIN

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1 Lycée Jean Bart MPSI & PCSI Année 213-214 Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 214 La clarté des raisonnements, la précision de la rédaction et la présentation entreront pour une part non négligeable

Plus en détail

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations 4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ 4.1 Échelles d observations et fluctuations On s intéresse à un volume V de gaz très grand : qq m 3 dans les conditions normales de température et de pression. Au sein de ce

Plus en détail

Les électrons dans les solides

Les électrons dans les solides Physique statistique (PHY433) Électrons dans les solides R = ρ L S Amphi 7 Résistivité Les électrons dans les solides - - + - - + - + Gilles Montambaux 13 mars 2017 1 au moins 25 ordres de grandeurs entre

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge

Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge Objectifs : Connaître et appliquer les règles de nomenclature des composés en chimie organique. Associer un groupe caractéristique à une fonction dans le

Plus en détail

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre. Anne Anthore

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre. Anne Anthore Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre Anne Anthore 03/12 : Concevoir et réaliser des nanomatériaux 10/12 : Observer les nanomatériaux 17/12 : Les nanomatériaux dans les objets quotidiens

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Excitation (hυ) Emission (hυ ) Substance fluorescente * hυ < hυ Définitions Les fluorochromes ou fluorophores sont des substances chimiques capables

Plus en détail

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3.

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3. Mathématiques Devoirs de Vacances MPSI/PCSI août 5 Partie I : Manipulation d inégalités Eercice Soit m un réel Déterminer l'ensemble E des réels tels que e + e l'ensemble E des réels tels que (m + + m

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en

1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en Le monde quantique 1. L idée de quanta 2. La dualité onde-corpuscule 3. L équation d onde des quanta 4. Le principe de superposition 5. L indéterminisme s invite en physique 6. Le spin Rayonnement dans

Plus en détail

Comprendre le noyau. Pourquoi étudier les noyaux atomiques?

Comprendre le noyau. Pourquoi étudier les noyaux atomiques? Comprendre le noyau Pourquoi étudier les noyaux atomiques? La raison qui tue parce que les atomes représentent 99% de la matière visible de l Univers et. on ne comprend pas tout (ou presque rien)! et les

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Réactions nucléaires PHYSIQUE

Réactions nucléaires PHYSIQUE PHYSIQUE Réactions nucléaires I) Introduction Détection à l aide d un compteur Les interactions au niveau de l atome ne sont plus suffisantes pour assurer la cohésion du noyau, il se désintègre. Un compteur

Plus en détail

Bousso Niang Ingénieure BioMédicale, RNL

Bousso Niang Ingénieure BioMédicale, RNL République du Sénégal Ministère de la Santé et de la Prévention Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * LE MICROSCOPE Bousso Niang Ingénieure BioMédicale, RNL RESAOLAB Convention de Financement

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail