Module MA : Le marché Vos propositions de correction des applications D.U.C. + G.R.C.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Module MA : Le marché Vos propositions de correction des applications D.U.C. + G.R.C."

Transcription

1 Module MA : Le marché MA 2 : Vos propositions de correction des applications D.U.C. + G.R.C. Application n 5 : Application n 6 p de votre manuel de D.U.C. «Le marché du bricolage en France» Proposition de correction de Wendy, Antoine B., Anaïs C., Karima C., Stessie D. 1) Commentez le graphique (document 1).Correction réalisée en cours 2) Analyser l offre. Comment peut-on qualifier l état de ce marché sur le plan concurrentiel? Pourquoi? (Document 3) Remarque préalable : - Les documents ne fournissent aucune information sur les différents segments de produits, ainsi que sur les producteurs. - On ne dispose que d informations sur les distributeurs. Niveau de concurrence : Marché concentré oligopolistique : quelques offreurs réalisent l essentiel des ventes - GSB : - 70 % du marché en valeur => Leader => système oligopolistique Performance des distributeurs : - 1 : GSB : - 70 % du marché en valeur => Leader - 2 : Négociants : challenger - 3 : GSA : outsiders Stratégie des distributeurs : - GSB : - produit : - «multispécialiste» = assortiment étroit et très profond - qualité, conseil et services - distribution : marchandisage de mise en scène de l offre - prix : bas par rapport à GSA et négociant - positionnement : multispécialiste - Négociants : s adressent à des clients professionnels, cherchent à se développer sur «gros bricoleurs» - positionnement : spécialiste - GSA : se désengagent du bricolage au profit d autres rayons plus rentables et traditionnels. - positionnement : généraliste 3) Pourquoi ce marché est-il porteur (document 2)? Le marché du bricolage est porteur car, il renoué avec la croissance après un exercice en 2009 en repli et une hausse de croissance annoncé en 2015 de 3 à 4,5%. Cela s explique par : un élargissement de la cible (croissance du nombre de ménages, rajeunissement et féminisation de la clientèle) ; la volonté des Français à améliorer leur habitat ; un engouement pour la décoration (de nombreux sujets sur ce thème sont proposés dans les médias) ; une tendance au «do it yourself» c'est-à-dire le fait de créer sa propre décoration, par goût et étant donné des tensions actuelles sur le pouvoir d achat. 4) Par quels moyens les différents circuits de distribution peuvent-ils affirmer leur positionnement (document 4)? Les différents circuits de distribution peuvent affirmer leur positionnement en rentrant dans une démarche de développement durable, avec le développement de l offre de marques de distributeur (MDD). Ils peuvent également se positionner comme un hard-discounter, en s améliorant dans la qualité du service et du conseil et en instaurant des concepts spécialisés. Enfin, certains peuvent choisir d adopter une stratégie multicanale grâce au recours d internet.

2 Application n 6 : Application n 5 p de votre manuel de D.U.C. «Les enseignes de la grande distribution au 1 er semestre 2011» Proposition de correction de Léa, Sabrina, Romane, Alexandra, Amandine R. et Harmonie. 1) Comment expliquer les différences de performances entre les trois distributeurs évoqués dans les documents? Le groupe Casino : en progression au deuxième trimestre 2011 (+ 3,2% de ventes) grâce à : 3 ouvertures de magasins et filiales, des rénovations de points de vente (Franprix, Leaderprice), positionnement-prix amélioré, concept «casino shopping» (petit format), une bonne performance à l international (+ 38,2%), une accélération du e-commerce, la refonte de la marque «M» Monoprix. Carrefour : bilan mitigé au deuxième trimestre 2011 en raison de : De mauvaises performances des hypermarchés car les plus petits formats de points de vente sont plus appréciés par les consommateurs, des petits formats (Carrefour City) néanmoins très performants, un bilan négatif en Europe mais une bonne performance à l international (exemple : Brésil +10,2%), un retard dans le drive. Leclerc : en croissance (d environ 5,09% au 1 er semestre 2011). Cette performance est liée : - à sa politique de prix bas (Leclerc reste l'enseigne la moins chère) - au fort développement du secteur bio, bien-être et santé. - aux produits de grande consommation et le frais libre-service constituent leurs principaux leviers de croissance (89,1 %). - à la poursuite active de l ouverture des Drive. 2) Comment expliquer le succès des petits formats? Les raisons sont multiples : plus de rapidité pour les clients car la surface de vente est plus vite parcourue et l assortiment est moins large, proximité pour les clients car les petits formats sont implantés en centres villes et périphéries. De plus ils offrent certains services comme de larges amplitudes horaires et la livraison à domicile des courses Les clients peuvent également y acheter des produits à consommer instantanément pour leur pause déjeuner par exemple («snacking»). 3) Quels sont les points faibles de la stratégie de Carrefour par rapport à ses concurrents? Rappel : 3 formats d enseignes physiques chez Carrefour : - «proximité» : en bonne santé - «supermarché» : bonnes performances - «hypermarché» : performances moins bonnes Ces derniers mois les résultats des hypermarchés de Carrefour sont décevants. Le groupe présente des points faibles, notamment : la possession d hypermarchés en grand nombre or les consommateurs fréquentent moins les hypermarchés. La tendance des consommateurs français à vouloir fréquenter des magasins de proximité ne joue donc pas en faveur de Carrefour. une image pour les consommateurs de prix élevés : Les consommateurs sont à la recherche de prix les moins chers ; or les prix ont augmenté avec «empilage de promo» pour compenser - une trop forte centralisation : qui empêcherait les responsables de magasins de s adapter aux spécificités locales donc une offre locale réduite - un retard pris dans «le drive».

3 Application n 7 : Application n 6 p de votre manuel de D.U. C. «Carrefour contre Leclerc» Proposition de correction de Carla, Maeva, Amandine C. et Kathleen. 1) Quels sont les moyens employés par Carrefour pour lutter contre son principal concurrent, Leclerc, en matière de prix? Carrefour souffre d un problème imageprix notamment par rapport à Leclerc. Pour remédier à cette mauvaise imageprix, trois catégories d actions ont été mises en place : Des actions en matière de communication : une publicité comparant le prix de deux chariots composés des mêmes produits, destinée à prouver que Carrefour est moins cher ; une publicité sur les 400 produits low-cost Carrefour Discount la promotion des ventes les prospectus (ISA = imprimés sans adresse) le développement de la carte de fidélité Des actions au niveau du prix : - une baisse des prix et des environ 400 produits Low Cost - la mise au point d un modèle mathématique pour étudier la baisse des tarifs hyper par hyper et référence par référence - sur les produits sensibles comme la baguette, les prix sont imbattables ; Des actions en matière de mise en valeur de l offre : une signalétique en magasin pour avertir des prix bas 2) Comment Leclerc réagit-il face à l offensive de Carrefour sur les prospectus? Leclerc a lancé un «prospectus killer» qui permet aux clients possédant la carte de fidélité de se faire rembourser la différence s ils trouvent un produit moins cher chez les concurrents. De plus, Leclerc a créé le site comparateur de prix «quiestlemoinscher.com». 3) Le site de Leclerc représente-t-il un avantage concurrentiel pour l enseigne? Justifiez. Le site de Leclerc représente en effet un avantage concurrentiel pour l enseigne puisque le consommateur peut s informer sur les prix, réaliser ainsi des économies ce qui est appréciable en période de crise. Le client peut donc privilégier l enseigne pour ce service.

4 Application n 8 : Application «Carrefour on line» p de votre manuel de D.U.C. Proposition de correction d Emeline, Jérémy, Alexis et Mohamed. 1) Quelles sont les perspectives d évolution du marché des aspirateurs robots? Durant sa phase de lancement, les coûts de production de ce produit sont importants, générant un prix public élevé qui représente un frein pour le consommateur. Actuellement, le produit amorce sa phase de croissance, caractérisée par un prix plus abordable, lié à une augmentation de la concurrence et une baisse des coûts de fabrication (économies d échelle). Cela augure donc d un développement du marché. On peut aussi craindre que ce produit s adapte mal à la demande après son lancement, et donc imaginer un échec. 2) Quels sont les concurrents du leader Roomba? Les principaux concurrents directs de Roomba sont Samsung et Philips. Philips propose des robots aspirateurs avec des prix moins chers que la marque Samsung, alors que celleci se positionne sur des produits haut de gamme mais plus chers (prix toutefois plus compétitifs sur certains modèles parfois plus silencieux). 3) Quels sont les principaux sites de e-commerce et leur stratégie de prix? Les principaux sites marchands et leur politique de prix : Robot-Shop 35 pratique une stratégie de pénétration (prix le plus bas) ; Ubaldi.com, Darty.com, Laredoute.fr et Amazon.fr ont opté pour une stratégie d alignement (prix proches) ; Cdiscount.com a choisi une stratégie d écrémage (prix le plus élevé). 4) Qui sont les clients? Les clients sont : les ménages disposant d un pouvoir d achat suffisant ; les «early adopters», friands de nouvelles technologies ; les seniors et les actifs qui souhaitent se débarrasser de la corvée du ménage car ils n en ont pas le temps ou ne sont pas souvent chez eux. 5) Citez les principaux freins et motivations de la clientèle pour ce produit. Les principaux freins sont : - Limite de la surface de nettoyage (une à deux pièces par jour) - Autonomie faible (1h30), pour une recharge longue (12h) - Prix trop élevé - Produit trop bruyant lors de son utilisation Les motivations sont : - Travail en autonomie (programmable), ne nécessite aucune intervention extérieure - Propreté exemplaire (il insiste sur les surfaces les plus sales) - Nettoie tout type de sol - Dispose d une haute technologie (tactile, cartographie )

5 Application n 9 : Application n 2 p de votre manuel de D.U.C. «BRSA : bataille marketing pour le fun» Proposition de correction de Charlotte, Leslie, Clarisse, Marion, Antoine P. et Thomas 1) Comment expliquer la progression du marché des BRSA? Deux catégories de boissons à distinguer : les soft-drinks, et les eaux gazeuses Le marché des BRSA suit donc une très bonne dynamique grâce : - aux soft drinks. Cette tendance se confirme en 2011, puisque le segment des liquides progresse de 6 % sur les trois premiers mois. - une cible large puisqu elle inclue les enfants et les jeunes adultes, qui sont de forts consommateurs de boissons sans alcool. - d importants efforts de communication : pour se démarquer car la concurrence est rude sur le marché - la concurrence, qui incite les entreprises à accroître leurs efforts de compétitivité - des innovations qui relancent le marché : - au niveau produit (Pepsi qui a donné une nouvelle recette à son Cola) - au niveau packaging (Coca-Cola avec sa «bouteille collector») 2) Quelle est la différence entre une progression en volume et en valeur? Progression en volume signifie une évolution en quantités de produits Progression en valeur renvoie à une évolution en euros. 3) Décrivez les stratégies des offreurs sur ce marché. Les concurrents les plus sérieux du marché des BRSA sont Neptune, Danone et Nestlé Waters pour les eaux, Orangina Schweppes, PepsiCo et Coca-Cola pour les autres produits. Le positionnement et la stratégie des groupes en présence sont distincts sur le marché des BRSA : - Les Soft-Drinks. GROUPE MARQUES POSITIONNEMENT PLAN DE MARCHEAGE (Produit, communication) - Produit : élargissement de la gamme avec d autres parfums plus gourmands ; ORANGINA- Orangina, Schweppes, - Communication : Adaptation des SCHWEPPES Oasis (leader de la publicités aux enfants grâce aux marque), Pulco personnifications des fruits, et ces publicités rassurent les parents en plus des campagnes de publicités sur l eau, qui est une des principales composantes d Oasis. COCA-COLA Coca Cola, Fanta, Limonada, Capri Sun - Produit : Reformulation de la recette de Fanta, qui a fait progresser de 2% les ventes Travail sur le packaging : Pour Capri Sun, le packaging e été modifié et est devenu plus ludique, avec une paille, pour plus de plaisir et de facilité. Pour Coca-Cola, et les 125 ans de la marque, une nouvelle bouteille: la «Bouteille Collector».

6 PEPSI CO 7Up Lipton Ice Tea Pepsi - Produit : Changement visuel ; logo plus iconique, un changement de leur recette et le lancement du 7Up Tropical. -Communication :Communication média avec un spot publicitaire avec les «Kaïra Shopping» et communication Internet avec leur présence sur Facebook. - Les eaux gazeuses. GROUPE MARQUES POSITIONNEMENT PLAN DE MARCHEAGE (Produit, communication) DANONE Salvetat, Volvic La naturalité, et faible teneur en sucre des produits - Produit : La bouteille Volvic devient 100% recyclable ; - Communication : Média (Web et Télé) : Volvic et son film sur le Développement Durable. NESTLE Vittel, Perrier, San Pelligreno Santé, vitalité - Communication : Hors média : Partenariats avec - le Tour de France pour Vittel - Roland Garros pour Perrier - Le Festival de Cannes pour San Pelligreno NEPTUNE Cristaline, Couremayer, Saint Yorre Prix, Santé, Teneur en calcium 4) Quels sont les segments les plus dynamiques? Les produits porteurs sont les soft drinks. Tout d abord, l eau avec le segment des eaux gazeuses qui tire le marché en Exemple de Danone avec la Salvetat : +50% de part de marché depuis le début de l année 2011 et atteint les 27,6%.

7 Application n 10 : Application «Caisse d épargne» p de votre manuel de G.R.C. Proposition de correction de Justine, Hélène, Anaïs L. et Hélène 1) Quelles sont les conséquences de la banalisation du livret A pour la Caisse d épargne en général et pour la Caisse d épargne des Alpes en particulier? La banalisation du Livret A a engendré une modification au niveau environnemental (variable «légale» selon la méthode PESTEL) : la fin du monopole de la Caisse d Epargne sur le Livret A. Les conséquences de cette banalisation pour la Caisse d Epargne en général sont : - Une différenciation moindre vis-à-vis de la concurrence, car toutes les banques proposent aujourd hui le même produit. - Une perte importante de la clientèle (surtout les jeunes) qui peut aujourd hui se tourner vers d autres banques pour ouvrir ce livret.les conséquences pour la Caisse d Epargne Alpes sont : - pour les «18-25 ans», nous constatons une baisse de 70% des clients détenteurs du Livret A, entre 2008 et (Proportion similaire pour les autres segments). ( *100) 2) Qui sont les concurrents principaux de la Caisse d épargne en ce qui concerne la clientèle jeune? Le Crédit Agricole est le principal concurrent de la Caisse d épargne puisqu elle compte 22 % de clients âgés de 18 à 29 ans en portefeuille. Vient ensuite la Banque Postale qui en a capté 17 % et le Crédit Mutuel 12 %. Les banques qui détiennent le moins de clients jeunes sont HSBC et le Crédit du Nord. 3) Pourquoi est-il important pour une banque de détenir dans son portefeuille clients une proportion importante de jeunes? Pour une banque, il est important de détenir une proportion important des jeunes car : - Ils représentent 30% de la population française, donc de clients potentiels en France. - Ils assurent la pérennité de l activité de la banque, car sur la durée, après être devenus actifs, ils sont rentables pour l UC car ils restent généralement dans la même banque (moins de 5% des français changent de banque chaque année). - Une banque peut vendre différents services à ses clients, correspondant aux différentes étapes de sa vie tels qu à son mariage ou son entrée dans la vie active. - Attention toutefois : Les ¾ des enfants ouvrent un compte dans la même banque que leurs parents. Détenir une proportion importante de jeunes dans son portefeuille est nécessaire pour une banque car peu de clients changent d établissement bancaire au fil du temps. Par conséquent, si l on arrive à capter des jeunes, et même s ils sont peu intéressants financièrement au départ, on peut espérer ensuite les garder lorsqu ils deviendront rentables. 4) Comment la Caisse d épargne tente-t-elle de préserver ses parts de marché chez les jeunes? La Caisse d Epargne tente de préserver ses parts de marché : - En montrant sa capacité à conseiller les clients en leur proposant des services adaptés (proximité, prix, ) - En mettant en place des techniques de fidélisation plus importantes pour éviter que leurs clients ne quittent la banque avant même de devenir actifs et rentables (relation commerciale, partenariat avec Universal Music ).

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur Valérie Laplaine Groupe Casino *** La charte PNNS pour un distributeur La nutrition : un engagement fort du Groupe Casino Présentation du groupe La politique nutritionnelle du Groupe Une démarche ambitieuse

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE JEAN-NOËL KAPFERER LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE Créer et développer des marques fortes Quatrième édition, 2007 ISBN : 978-2-212-53908-0 Sommaire Introduction La marque ou le prix 3 PARTIE 1 COMPRENDRE

Plus en détail

LA TÉLÉVISION. Les chaînes thématiques ralentissent la progression

LA TÉLÉVISION. Les chaînes thématiques ralentissent la progression CONTRIBUE À L ÉQUILIBRE DU MARCHÉ EN VALEUR BRUTE Sur le premier semestre 2013, la télévision cumule 4,9 milliards d euros de recettes brutes. Le média génère donc un surplus de +120,3 millions d euros

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 GÉANT CASINO FAIT PEAU NEUVE Après une baisse des tarifs sans précédent qui a permis à Géant Casino de devenir leader des prix bas, l enseigne d hypermarchés

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

Sous classe 11.07B. Production de boissons rafraîchissantes

Sous classe 11.07B. Production de boissons rafraîchissantes Sous classe 11.07B Production de boissons rafraîchissantes Chiffres clés 2012...2 Faits marquants...4 Présentation générale du secteur...4 Tendances du marché en Europe et dans les autres pays...7 Qualité,

Plus en détail

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 A. Le marketing de l offre 19 B. Le marketing de la demande 20 C. Le marketing de l échange 21 2 Une histoire du marketing

Plus en détail

Le marché des smoothies. Analyse du macro-environnement : PESTEL

Le marché des smoothies. Analyse du macro-environnement : PESTEL S M O O T H I E S Le marché des smoothies Marché générique : marché des boissons rafraîchissantes aux fruits sans alcool Marchés substituables : marché des jus de fruits frais, des nectars, des sodas fruités,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION Le titulaire du CAP employé de commerce multi-spécialités réalise des opérations de réception et de stockage des marchandises.

Plus en détail

Marque Carrefour Discount

Marque Carrefour Discount Version 1.0 Marque Discount «La qualité à prix discount» Source : http://www.carrefourdiscount.fr/ Ce cas n a qu une vocation pédagogique Utilisation interdite sans autorisation écrite de l auteur Cas

Plus en détail

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-conseil.com Paris Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï Sia Conseil Avril 2012 Votre contact

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Panorama de la grande distribution alimentaire en France

Panorama de la grande distribution alimentaire en France N 25 Février 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Panorama de la grande distribution alimentaire

Plus en détail

01 Présentation de l unité

01 Présentation de l unité 4393_ Page 7 Mercredi, 29. août 2007 12:19 12 01 Présentation de l unité commerciale CONCORDANCE AVEC LE RÉFÉRENTIEL ET LE GAP Savoirs Limites de connaissances Commentaires S 52 - Le manageur de l unité

Plus en détail

Les différentes formes de la marque. 2. Les catégories de marque

Les différentes formes de la marque. 2. Les catégories de marque CHAPITRE 9 La marque et son image Objectif : Être capable de caractériser l offre: les composantes de l offre : les car actéristiques techniques et commerciales du produit ou du service. Mise en situation

Plus en détail

Quant à notre clientèle actuelle nous pouvons identifier les principales motivations et freins

Quant à notre clientèle actuelle nous pouvons identifier les principales motivations et freins 1 DESCRIPTION DU RESEAU ET DE L UC Acteur majeur de la distribution spécialisée du bricolage en France, le groupe Mr Bricolage a été crée en 1980, il compte 521 magasins dont 17 dans les DOM-TOM, 37 à

Plus en détail

Les promotions dans le Drive

Les promotions dans le Drive Les promotions dans le Drive Retail Explorer, l institut spécialiste de la communication commerciale Pige communication publicitaire 360 Data Drive Brandbank Etudes shoppers et benchmark Nous travaillons

Plus en détail

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne n 33 Mai 2013 Le commerce alimentaire en Val-de-Marne Ce Flash Eco est issu de l étude «le tissu commercial du Val-de-Marne : rétrospectives et perspectives «réalisée par la CCI Val-de-Marne. Crise économique,

Plus en détail

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau La mise en place d un réseau de distribution est une opération complexe. Le fabricant

Plus en détail

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR.

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. PLANNINGS 2015 UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. Nielsen connaît les consommateurs. Personne n offre une plus grande compréhension de ce qu ils achètent et regardent. Nous innovons sans cesse pour apporter

Plus en détail

Le prix comme le facteur d avantage. concurrentiel par rapport aux autres. formats de distribution

Le prix comme le facteur d avantage. concurrentiel par rapport aux autres. formats de distribution 2 Chapitre Le prix comme le facteur d avantage concurrentiel par rapport aux autres formats de distribution 2.1. Le consommateur en quête d un meilleur prix 72 2.2. La réduction des coûts afin d obtenir

Plus en détail

Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale

Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale PLAN 1. La crise et les conséquences

Plus en détail

ORGANISATION DE LA JOURNÉE

ORGANISATION DE LA JOURNÉE ORGANISATION DE LA JOURNÉE Apport de contenu (matin): La démarche mercatique La relation client Réflexion pédagogique (après-midi): Positionnement Mercatique-Gestion/Restaurant et Axes de transversalités

Plus en détail

Cahier des charges Boisson Boosthé

Cahier des charges Boisson Boosthé Cahier des charges Boisson Boosthé LE MARCHE DES BOISSONS ENERGISANTES Le secteur des boissons énergisantes est très dynamique. Il est dominé par des grands groupes internationaux, qui développent une

Plus en détail

Corrigé 9K32. NB : ce devoir permet notamment d évaluer les compétences suivantes :

Corrigé 9K32. NB : ce devoir permet notamment d évaluer les compétences suivantes : Corrigé 9K32 Eléments de corrigé : devoir 1 NB : ce devoir permet notamment d évaluer les compétences suivantes : C.11.1 : S approprier la demande de l annonceur C.21.2 : Analyser le portefeuille annonceur

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

«On ne peut pas défendre des valeurs si on ne les partage pas»

«On ne peut pas défendre des valeurs si on ne les partage pas» hhh «On ne peut pas défendre des valeurs si on ne les partage pas» Nom Nestle Waters Profil Secteur : Code NAF : Industrie des eaux de table 1107A Date de création 1992 Françoise Bresson Directrice Sponsoring

Plus en détail

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution par Didier Robert et Laurent Pianese Étude géomarketing des évolutions de la population au sein des grands réseaux de la distribution

Plus en détail

S423-4-1 LE MARCHANDISAGE : LA MISE EN VALEUR DE L OFFRE DANS LES UC DE SERVICES PURS

S423-4-1 LE MARCHANDISAGE : LA MISE EN VALEUR DE L OFFRE DANS LES UC DE SERVICES PURS S423-4-1 LE MARCHANDISAGE : LA MISE EN VALEUR DE L OFFRE DANS LES UC DE SERVICES PURS S423 La relation commerciale et la mercatique opérationnelle S42 La relation commerciale la mise en valeur de l offre

Plus en détail

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1 Cours de Marketing Gestion Logistique et Transport Semestre 1 CH I Qu est-ce que le Marketing 1.1/ Un peu d Histoire Fin 19 ème - Début 20 ème : Primauté de la fonction de production. Après la crise de

Plus en détail

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution GC - Observatoire de la consommation OA - Service Etudes UFC-Que Choisir - Juillet 2013 2 Résumé Alors qu à l approche de la rentrée,

Plus en détail

Analyse et Conduite de la Relation Commerciale

Analyse et Conduite de la Relation Commerciale Analyse et Conduite de la Relation Commerciale Présentation de l Unité Commerciale «L histoire commence en 1968» (1968) Naissance (1990 s) Segmentation E-Réservation (2009) Internationalisation (1970 s)

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE La rentabilité d un point de vente est très souvent lié à l implantation des rayons de ce magasin et de la gestion des produits dans

Plus en détail

Attentes de Casino en matière d emballage

Attentes de Casino en matière d emballage Attentes de Casino en matière d emballage Réduire les coûts par l emballage - 26 Novembre 2009 PINOTEAUX Thibault Responsable Optimisation Emballage tpinoteaux@groupe-casino.fr Sommaire Le Groupe Casino

Plus en détail

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Sommaire PRÉSENTATION DE STALAVEN p. 1. Sa production, ses marchés. Chiffre d affaires 2009. Les effectifs. Des investissements

Plus en détail

Guia David. BTS Management des Unités Commerciales. Projet de Développement des Unités Commerciales. Affichette connectée via flashcode.

Guia David. BTS Management des Unités Commerciales. Projet de Développement des Unités Commerciales. Affichette connectée via flashcode. Session 2013 Guia David BTS Management des Unités Commerciales Projet de Développement des Unités Commerciales Affichette connectée via flashcode TABLE DES MATIERES 1. Analyse de l unité commerciale dans

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur Numéro de dossier : 001 Caisse d Epargne Côte d Azur SOMMAIRE Introduction Analyse de la situation Plan d action Réalisation du dossier de recommandations dans le but de devenir la banque référence pour

Plus en détail

Comment évolue le Category

Comment évolue le Category Comment évolue le Category Management dans les enseignes multicanal? 5e rendez-vous du category management - paris 12-14 décembre 2012 Remerciements Florence Guittet et Serge Cogitore, enseignants du Master

Plus en détail

Chapitre 13 La promotion des ventes. I. Caractéristiques de la promotion des ventes

Chapitre 13 La promotion des ventes. I. Caractéristiques de la promotion des ventes www.extreme.fr I. Caractéristiques de la promotion des ventes 1. Une incitation temporaire La promotion des ventes est définie comme un ensemble de techniques d incitation ponctuelles, créé pour stimuler

Plus en détail

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet?

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet? 1 Sommaire Introduction... 3 Pourquoi communiquer?... 3 Communication et Internet... 3 Les objectifs de ce Livre Blanc... 3 Pourquoi être présent sur Internet?... 4 Contexte, marché... 4 Internet, 1 er

Plus en détail

PARTIE 3 LES PRINCIPALES STRATEGIES

PARTIE 3 LES PRINCIPALES STRATEGIES PARTIE 3 LES PRINCIPALES STRATEGIES Les choix à effectuer Quelle stratégie au niveau du DAS: Stratégie de coût, de différenciation ou de focalisation? Stratégie de leader, de challenger, de suiveur ou

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

CRÉER DE LA VALEUR AVEC LES MARQUES DE PME. ASSISES DE LA MARQUE 23 Juin 2015. Anne HAINE Loïc DANEL. Nielsen France

CRÉER DE LA VALEUR AVEC LES MARQUES DE PME. ASSISES DE LA MARQUE 23 Juin 2015. Anne HAINE Loïc DANEL. Nielsen France CRÉER DE LA VALEUR AVEC LES MARQUES DE PME Anne HAINE Loïc DANEL Nielsen France Directrice Commerciale Insight Leader ASSISES DE LA MARQUE 23 Juin 2015 en volume, les marchés tiennent bon PGC+FLS - % évolution

Plus en détail

CORRECTION ETUDE DE CAS SESSION ETRANGER 2010

CORRECTION ETUDE DE CAS SESSION ETRANGER 2010 CORRECTION ETUDE DE CAS SESSION ETRANGER 2010 PREMIERE PARTIE : L HUILERIE JACQUES BATARD 80 points 1.1 Analysez la tendance générale du marché des huiles alimentaires. Expliquez la différence d évolution

Plus en détail

Publié le 4 novembre 2013

Publié le 4 novembre 2013 Publié le 4 novembre 2013 Commerces d aujourd hui et de demain : vision des Français Sondage auprès des Français Votre contact : Irina Tshelnakova Directrice Conseil / Responsable du pôle Activation Marketing

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier SOMMAIRE INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3 PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier TROIS POLES DE COMPETENCES... 5 Innovation Lab Promotion Trade New

Plus en détail

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices.

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Exercice 1 : la différence entre missions et projet. 1. A partir des extraits du référentiel (doc 1) et des exemples de projet (doc 2), compléter le tableau

Plus en détail

Cinquantenaire du supermarché en France

Cinquantenaire du supermarché en France Cinquantenaire du supermarché en France les mutations du supermarché!: une jeunesse renouvelée 10 avril 2008 Judas Paysant tel : 06-08-58-69-49 mail : judas.paysant@orange.fr Une jeunesse renouvelée? Forcément

Plus en détail

Elevés aux spots de pub au moins autant qu au Banania,

Elevés aux spots de pub au moins autant qu au Banania, Êtes-vous fait pour la pub? Elevés aux spots de pub au moins autant qu au Banania, nous sommes tous des enfants de la pub pour qui un ami au petit déjeuner s appelle forcément Ricoré et le paradis a un

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Projet collaboratif du commerce et ses partenaires

DOSSIER DE CANDIDATURE Projet collaboratif du commerce et ses partenaires DOSSIER DE CANDIDATURE Projet collaboratif du commerce et ses partenaires Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com

Plus en détail

Tableaux de Bord Hypermarchés 2008 V/S 2009 (Janvier à Octobre ) Analyse réalisée en Novembre 2009 par :

Tableaux de Bord Hypermarchés 2008 V/S 2009 (Janvier à Octobre ) Analyse réalisée en Novembre 2009 par : Tableaux de Bord Hypermarchés V/S (Janvier à Octobre ) Analyse réalisée en Novembre par : A l attention des Directions Marketing: L année a vu de profonds bouleversement dans le paysage de la distribution

Plus en détail

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011 Teneur en glucides 15 décembre 2011 Objectif Avoir des éléments de comparaison de l offre sur : - les produits laitiers frais (PLF) - les boissons rafraichissantes sans alcool (BRSA) entre la Réunion et

Plus en détail

Le marketing 4P 5P 6P. Olivier Gareau 16 octobre 2012

Le marketing 4P 5P 6P. Olivier Gareau 16 octobre 2012 Le marketing 4P 5P 6P Olivier Gareau 16 octobre 2012 Au menu ce midi Test marketing Pourquoi un plan de marketing... stratégique? Composantes et phases Le Centre d entrepreneuriat ESG UQÀM Un petit test

Plus en détail

BILAN DIAGNOSTIC FORCES ET OPPORTUNITÉS FAIBLESSES ET MENACES LE GITEM : UN GIE EFFICACE LE GITEM DU PUY EN VELAY : LE GRAND SAUT

BILAN DIAGNOSTIC FORCES ET OPPORTUNITÉS FAIBLESSES ET MENACES LE GITEM : UN GIE EFFICACE LE GITEM DU PUY EN VELAY : LE GRAND SAUT BILAN DIAGNOSTIC FORCES ET OPPORTUNITÉS FAIBLESSES ET MENACES LE GITEM : UN GIE EFFICACE GITEM est un grand réseau de spécialistes de l électroménager, de l image, du son et du multimedia. Il cherche à

Plus en détail

Impact du placement produit

Impact du placement produit Semaine 21 du 24 au 30 mai 2010 Impact du placement produit L agence L ère du temps, avec le soutien du Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV), a recensé et analysé les preuves d effi - cacité

Plus en détail

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé JAMPI Dossier 1 L entreprise et son marché B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché Première partie : Analyse du marché à partir des annexes 1

Plus en détail

Une Meilleure exploitation de prix comme arme concurrentielle :

Une Meilleure exploitation de prix comme arme concurrentielle : Dossier de marketing des systèmes intégrés Une Meilleure exploitation de prix comme arme concurrentielle : Mohammed Bezzari Introduction Le prix fait partie des composantes majeures du mix-marketing et

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Auchan refond sa marque et prend un nouvel élan

Auchan refond sa marque et prend un nouvel élan Dossier de presse 28 mai 2015, Auchan refond sa marque et prend un nouvel élan Matérialisée par une campagne publicitaire télé et cinéma présente sur les écrans dès le 6 juin, elle interrogera les clients

Plus en détail

LES GRANDES TENDANCES DE LA CONSOMMATION DES MÉNAGES : - SNACKING - CONSOMMATION DE PAIN - PETIT-DÉJEUNER

LES GRANDES TENDANCES DE LA CONSOMMATION DES MÉNAGES : - SNACKING - CONSOMMATION DE PAIN - PETIT-DÉJEUNER LES GRANDES TENDANCES DE LA CONSOMMATION DES MÉNAGES : - SNACKING - CONSOMMATION DE PAIN - PETIT-DÉJEUNER QUELLES OPPORTUNITÉS POUR LES BOULANGERIES-PÂTISSERIES? UNIVERS oulangerie 3 ÉTUDES À LA LOUPE

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON:

I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON: I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON: Une banque est une entreprise qui gère les dépôts et collecte l épargne des clients, accorde des prêts et offre des services financiers. Elle effectue

Plus en détail

CORRIGE cas chaussure de sport Séance 4 SCP

CORRIGE cas chaussure de sport Séance 4 SCP CORRIG cas chaussure de sport Séance 4 SCP Une analyse externe : offre, demande, environnement, marché et segments 1/ Les marchés : Tous les marchés qui nous concernent ici sont des marchés français Principal

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-07 du 5 Février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Sodimodis Hypermarché par la société Carrefour Hypermarchés L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries Éléments de contexte L univers des jardineries et graineteries L univers étudié est constitué des établissements spécialisés dont l activité se caractérise par la distribution de végétaux, de fleurs, de

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail

Décision 09-DCC-16 du 22 juin 2009 relative à la fusion entre les groupes Caisse d Épargne et Banque Populaire Décision 09-A-45 du 8 septembre 2009

Décision 09-DCC-16 du 22 juin 2009 relative à la fusion entre les groupes Caisse d Épargne et Banque Populaire Décision 09-A-45 du 8 septembre 2009 Declic DOM:Mise en page 1 18/01/11 12:37 Page10 Décision 09-DCC-16 du 22 juin 2009 relative à la fusion entre les groupes Caisse d Épargne et Banque Populaire Décision 09-A-45 du 8 septembre 2009 relatif

Plus en détail

SECTEUR BOISSONS GEO LOCATION. Sas Brasserie Milles Toulouges, Francia Fardeleuse. INSTALLATION / Brasserie Milles

SECTEUR BOISSONS GEO LOCATION. Sas Brasserie Milles Toulouges, Francia Fardeleuse. INSTALLATION / Brasserie Milles Bras Mill SECTEUR BOISSONS Sas Brasserie Milles Toulouges, Francia Fardeleuse Smiflexi LSK 35 T GEO LOCATION 36 INSTALLATION / Brasserie Milles serie es D ans le secteur beverages le rayon où la compétition

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE :

ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE : DOSSIER ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE : FOCUS SUR LES CGPI Après avoir connu un âge d or ces dix dernières années, le marché du Haut de Gamme a été particulièrement secoué par la crise

Plus en détail

ACTIVITE. principal Animation Fournisseur C54 Participer à une animation fournisseur Mise en rayon et analyse de rayon

ACTIVITE. principal Animation Fournisseur C54 Participer à une animation fournisseur Mise en rayon et analyse de rayon Vademecum de toutes les missions 2006-2014 Règle des 70/30 Exemple d'activité «Vendre» ACTIVITES Exemple d'activité «Assurer la qualité de service à la clientèle» OM Exemple d'activité «Mettre en place

Plus en détail

ATELIER 3 Les nouvelles formes de consommation et de pratiques d achats et leur impact sur l aménagement du territoire 22 MAI 2012

ATELIER 3 Les nouvelles formes de consommation et de pratiques d achats et leur impact sur l aménagement du territoire 22 MAI 2012 ATELIER 3 Les nouvelles formes de consommation et de pratiques d achats et leur impact sur l aménagement du territoire 22 MAI 2012 Intervenants : Charlène MARLIAC, conseil commerce TIC - CCI de Lyon Yann

Plus en détail

Image Prix : La réalité des prix des enseignes et les comportements associés des consommateurs

Image Prix : La réalité des prix des enseignes et les comportements associés des consommateurs Image Prix : La réalité des prix des enseignes et les comportements associés des consommateurs 6 e édition 27 février 2013 L étude image prix 2012 : 6 e édition Méthodologie Etude internationale menée

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

PARTIE 1 : Diagnostic partiel de l unité commerciale

PARTIE 1 : Diagnostic partiel de l unité commerciale PLAN TYPE DU PDUC v2 Miniintroduction : nom de l UC, lieu, rayon (GMS/GSS) ou service (banque/assurance), tuteur et sa fonction. PARTIE 1 : Diagnostic partiel de l unité commerciale A. Présentation de

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la clientèle de l unité commerciale Définir la notion de zone

Plus en détail

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio Dans quels circuits de commercialisation vont évoluer vos produits?

Plus en détail

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement.

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement. THÈME 1 L environnement de l entreprise EXERCICE 1 Environnement et marché Vous êtes un des leaders mondiaux sur le marché du café, vous avez su développer depuis des années de nouveaux produits pour vous

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. by auchan

DOSSIER DE PRESSE. by auchan DOSSIER DE PRESSE by auchan EDITO 3 raisons de lancer une MDD aujourd hui sur les marchés technologiques 1. 2. 3. Nous sommes fiers de présenter aujourd hui Qilive. Cette marque de produits technologiques

Plus en détail

Analyse du marché français de l eau en bouteille 3

Analyse du marché français de l eau en bouteille 3 Analyse du marché français de l eau en bouteille 3 1. FACTEURS D ENVIRONNEMENT 3 DEFINITIONS 3 FACTEURS SOCIAUX DETERMINANTS 3 REGLEMENTATION 4 AUTRES FACTEURS 4 2. LES PRODUITS 4 LES DIFFERENTS TYPE DE

Plus en détail

Objectifs de formation

Objectifs de formation Dossier 7 C22 - Présenter les produits à la vente C24 - Maintenir l attractivité de la surface de vente Objectifs de formation Objectifs de formation C22 - Identifi er les objectifs de vente du point de

Plus en détail

Marketing. Brillac Benjamin Dubois Géraldine Gayrard Clément Biehler Lucile Lefebvre Gwendoline [STRATEGIES MARKETING DE LA GRANDE DISTRIBUTION]

Marketing. Brillac Benjamin Dubois Géraldine Gayrard Clément Biehler Lucile Lefebvre Gwendoline [STRATEGIES MARKETING DE LA GRANDE DISTRIBUTION] Marketing Brillac Benjamin Dubois Géraldine Gayrard Clément Biehler Lucile Lefebvre Gwendoline [STRATEGIES MARKETING DE LA GRANDE DISTRIBUTION] Introduction I/ l'argument prix 1) Les enseignes traditionelles

Plus en détail