9 décembre Commission Locale d Information

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "9 décembre 2011. Commission Locale d Information"

Transcription

1 9 décembre 2011 Commission Locale d Information

2 Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) au sein du parc nucléaire EDF 2

3 1. Contexte et enjeux des Evaluations complémentaires de sûreté (ECS)

4 Contexte un double cadre institutionnel Le Premier Ministre, François Fillon, a saisi l ASN le 23 mars 2011, suite à l accident de Fukushima, pour mener des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) sur chaque centrale nucléaire concernant 5 domaines: Inondations Séismes Perte d alimentation électrique Perte de la source d eau Gestion d un accident grave En complément, l ASN a décidé le 5 mai 2011, suite à une recommandation du HCTISN, d intégrer l évaluation des principes et règles du recours à la soustraitance Le HCTISN a émis un avis favorable au cahier des charges de ces évaluations le 3 mai 2011

5 Contexte un double cadre institutionnel Le Commissaire Günther Oettinger en charge de l énergie à la Commission européenne souhaite mener des «stress tests» sur les centrales européennes suite à l accident de Fukushima Le 24 et 25 mars 2011, le conseil européen demande à l ensemble des régulateurs des différents pays de définir les modalités de ces évaluations Le 24 mai, le calendrier européen et les modalités des évaluations sont définies au sein d un cahier des charges

6 Contexte une cohérence assurée entre la France et l Europe Le cahier des charges européen propose une série de spécifications (élaborées par la WENRA qui est l association des autorités de sûreté des pays de l UE). Ces spécifications doivent être déclinées dans les différents Etats. En France c est l ASN qui intègre le référentiel européen dans le cahier des charges des Evaluations complémentaires de sûreté

7 Enjeu Trois objectifs majeurs pour EDF Analyser la pertinence et l efficacité des dispositifs de sûreté existants au regard de l accident de Fukushima Tester la résistance de ces dispositifs face à des situations extrêmes prenant en compte la défaillance de toutes les lignes de défense Identifier et mettre en place des moyens de sûreté supplémentaires, matériels et humains, nécessaires à la gestion d un accident de type Fukushima Le plan d action issu des évaluations complémentaires de sûreté sera défini au niveau national pour s assurer de sa cohérence sur l ensemble du parc

8 2. Comment EDF s est organisé pour mener les évaluations complémentaires de sûreté?

9 Un projet global suite à Fukushima Les évaluations complémentaires de sûreté s inscrivent, pour EDF, au sein d un large plan d actions visant à prendre en compte le retour d expérience de Fukushima: La prise en compte du référentiel international de sûreté défini par la WANO, évalué sur chaque centrale Les Evaluations complémentaires de sûreté L analyse de la capacité d EDF à intervenir en situation accidentelle (revue des moyens de secours existants et de l organisation de crise pour en identifier les forces et faiblesses) La définition d éventuels moyens de secours supplémentaires, et la mise en place d analyse liées à la sûreté complémentaires sur le long terme Le renouvellement des relations entre EDF et ses interlocuteurs internationaux (opérateurs, WANO, institutions )

10 Des évaluations ou des tests au-delà du référentiel de sûreté existant 1 Test de résistance des moyens existants face aux 5 thèmes demandés par l ASN Une démarche nouvelle et complémentaire: l analyse de résistance au-delà du référentiel 3 2 Test de résistance des moyens de sûreté face à des situations extrêmes au-delà du dimensionnement Référentiel de sûreté issu des Visites décennales 2 3 Renforcement de la résistance des moyens de sûreté grâce à la mise en place de dispositifs supplémentaires 1

11 Les 3 lignes de défense face aux risques 3 lignes de défense assurent les fonctions de sûreté dans les centrales 1 ère ligne de défense : systèmes de protection face aux évènements naturels (séismes, inondations, vents ) 2 ème ligne de défense : parades et moyens face à la perte d eau ou d électricité (diesels de secours, circuits incendies de secours ) 3 ème ligne de défense : parades pour limiter les conséquences d une dégradation du combustible et du confinement (recombineurs d hydrogènes, filtres pour le césium )

12 Tests sur les 3 lignes de défense Postulat de pertes de toutes les lignes de défense!! Les ECS permettent de tester les installations au delà des seuils habituellement pris en compte en visite décennale. Séisme Pertes des sources froides Pertes de fonctions de sûreté Pertes des sources électriques Il s agit de tester des scénarios accidentels extrêmes sur chacune des centrales Inondations Vents, grêles, foudre

13 3. Le contenu des rapports des évaluations complémentaires de sûreté

14 Le contenu des rapports Pour chaque thème (séisme, inondation, perte d eau, perte d alimentation, gestion de l accident) les ECS portent sur: La démonstration de la capacité de résistance des installations basée sur les seuils de résistance aux aléas pris en compte à la conception Test des dispositifs de protection Analyse des points forts et des points faibles Evaluation de la nécessité d apporter des améliorations à l existant ou non La démonstration de la capacité de résistance des installations basée sur des niveaux largement supérieurs à ceux pris en compte à la conception Examen des conséquences d aléas au-delà des niveaux prévus pour les installations Proposition de moyens supplémentaires à mettre en œuvre pour améliorer encore plus la sûreté

15 Exemple: test des installations face au risque inondation au-delà du référentiel existant Parade à étudier dans le cadre du RECS en fonction de la probabilité d occurrence RECS= 1,3 CMM > au dimensionnement? Cote Majorée de Sûreté : cote dimensionnante Crue Millénale Majorée de 15% en débit Crue Millénale Berge Canal d amen é Hauteur moyenne du niveau d eau

16 Exemple: test de la robustesse des installations au-delà du dimensionnement Inondations : Pluies de fortes intensité * 2 Crue millénale majorée * 1,3 Séisme : SMS * 1.5 niveau du dimensionnement niveau du séisme majoré : SMS = SMHV majoré de 0.5 sur l échelle de Richter niveau du séisme maximal historiquement vraisemblable : SMHV Pertes des alimentations (eau et électricité) et accidents graves : 1 tranche Toutes les tranches du site

17 Le contenu des rapports volet prestataires Cet examen vise à vérifier que les conditions de recours aux entreprises prestataires permettent de garantir que la sous-traitance est compatible avec la responsabilité d EDF en matière de sûreté et de radioprotection. L examen du recours aux entreprises prestataires porte sur 4 volets: Périmètre des activités concernées Modalités de sélection des entreprises Dispositions prises pour permettre des conditions d intervention satisfaisantes pour les entreprises prestataires ; Description des modalités de surveillance des activités sous-traitées.

18 La structure des rapports pour chaque site 1. Les caractéristiques du site 2. La capacité de résistance au séisme 3. La capacité de résistance à l inondation 4. La capacité de résistance face aux autres phénomènes naturels extrêmes (conditions météo liées à l inondation, cumul séisme et inondation) 5. La capacité de résistance face à la perte d eau, et à la perte d alimentation électrique Au niveau du réacteur Au niveau de la piscine combustible 6. La gestion des accidents graves Au niveau du réacteur Au niveau de la piscine combustible 7. Les conditions de recours aux entreprises prestataires 8. Synthèse et plan d actions

19 4. Les conclusions et améliorations proposées

20 Les conclusions d EDF suite à la réalisation des évaluations complémentaires de sûreté A la suite de ces évaluations complémentaires de sûreté, EDF confirme le bon niveau de sûreté de ses installations. Les nouvelles analyses effectuées audelà de toutes les hypothèses antérieures qui tirent pleinement les enseignements de Fukushima amènent à proposer des mesures complémentaires. Elles concourront à élever encore le bon niveau de sûreté des installations.

21 Des atouts performants du parc nucléaire d ores et déjà existants Des atouts fondamentaux d ores et déjà existants soutiennent la robustesse du parc nucléaire EDF: La conception des réacteurs à eau pressurisée garantit une bonne capacité de résistance des installations La sûreté est en amélioration continue grâce à des réexamens périodiques et grâce au retour d expérience national et international Des moyens importants d EDF sont consacrés à l ingénierie et à la recherche qui permettent d améliorer les dispositifs d exploitation EDF s appuie sur des fournisseurs et prestataires spécialistes et mondialement reconnus La robustesse s appuie sur des marges qui dépassent le domaine réglementaire Marges de résistance au séisme et à l inondation au-delà du dimensionnement Les moyens de secours soutiennent bien les 3 lignes de défense En cas d accident grave, des délais permettent d agir avant découvrement du combustible et d éviter tout rejet significatif

22 Les améliorations retenues suite aux ECS pour le parc existant Face au séisme et à l inondation Renforcement des protections des matériels nécessaires aux situations extrêmes contre l inondation Protection supplémentaire de postes électriques contre l inondation Renforcements de supports et ancrages Face à la perte d eau et d alimentation électrique Ajout d un appoint en eau de secours supplémentaire (bassin, nappe) Renforcement des turbopompes et mise en place d un diesel de secours supplémentaire par réacteur Face à un risque de fusion de cœur Renforcement de la protection des filtres U5 vis-à-vis du séisme.

23 Les améliorations retenues suite aux ECS pour le parc existant Pour ce qui concerne le recours aux entreprises prestataires EDF envisage de limiter à 3 les niveaux de sous-traitance, et ce dès le stade de l appel d offres. Chaque titulaire d un marché signé avec EDF ne pourra ainsi s autoriser que 2 niveaux de sous-traitance. Cette évolution ne modifiera pas les dispositions déjà en vigueur pour le contrôle des sous-traitants. EDF envisage de rendre plus contraignantes les dispositions figurant dans la Charte de progrès et de développement durable signée en 2004 entre EDF et 13 organisations professionnelles représentant les entreprises prestataires ainsi que les avancées résultant du projet lancé en 2008 (conditions de travail des entreprises prestataires et de leurs salariés). Des dispositifs d amélioration avaient d ores et déjà été envisagées suite aux recommandations du rapport Roussely et à celles du rapport de juin 2011 de l OPECST.

24 Locaux de gestion de crise Assurer le caractère opérationnel en cas de séisme du Bâtiment de Sécurité (BDS) actuel Etudier un bâtiment de gestion de crise : Poste de commandement avancé suffisamment vaste et équipé pour gérer dans la durée la crise (sous tous ses aspects, et pour tout le site). Etudier une base arrière Organisation de la logistique d intervention FARN

25 Force d Action Rapide Nucléaire Objectifs : rétablir ou pérenniser le refroidissement des réacteurs en cherchant à éviter la fusion du cœur et tout rejet significatif Missions : Intervenir Intervenir dès 24 h en appui des équipes de quart Evaluer Situation du site Positionnement de la base arrière Agir Réinjecter de l eau dans l installation Branchements plug & play.. Déployer Préparer Des moyens lourds Protection Intervention Contrôle Durabilité des actions au-delà des premiers jours d autonomie Gérer dans la durée la situation (production d eau, traitement effluents )

26 5. Les améliorations à la centrale du Tricastin suite aux ECS

27 Améliorations spécifiques retenues pour faire face à des situations extrêmes Séisme, perte d eau de refroidissement et d alimentation électrique Les améliorations retenues sont identiques à celles de l ensemble du parc existant. Inondation Modifications de l aménagement hydraulique du canal de Donzère-Mondragon pour résister aux fortes crues du Rhône (jamais observées au-delà du niveau prise en compte à la conception) et mise en œuvre d un isolement automatique des tuyauteries d aspiration d eau en liaison avec ce canal Analyse des conséquences d une rupture hypothétique des digues du canal de Donzère- Mondragon et mise en œuvre, si nécessaire, de dispositifs de protection complémentaires Etudes complémentaires des conséquences d une rupture d un barrage proche de la centrale ou de plusieurs barrages (suite à un séisme) afin de confirmer la résistance des protections du site vis-à-vis de l inondation et le fait qu elles soient suffisantes

28 6. Calendrier

29 Calendrier des ECS Du 15 juin au 15 septembre: rédaction par EDF des 19 rapports de site + inspections de 3 jours de l ASN sur chaque installation 15 septembre: remise des rapports EDF à l ASN Avant fin 2011: instruction des rapports par l ASN avec appui de l IRSN Décembre 2011: remise de l avis de l ASN au Gouvernement Les améliorations et modifications issues des ECS seront mises en œuvre à partir de 2012, en fonction des délais nécessaire à leur installation.

30 La prise en compte du risque de perte de refroidissement En cas de perte de refroidissement, un réservoir d eau est utilisé pour fournir le système d alimentation de secours Ce système fonctionne grâce à la vapeur produite par les générateurs de vapeur et grâce à une turbopompe 3

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Fukushima: des interrogations légitimes Les causes de l accident Un tsunami

Plus en détail

La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques

La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques Séminaire IRSN / ANCCLI du 14 septembre 2011 Pascal QUENTIN IRSN - Direction de la sûreté des réacteurs 1 Trois fonctions

Plus en détail

Séminaire ANCCLI-IRSN 18 JUIN 2013

Séminaire ANCCLI-IRSN 18 JUIN 2013 Séminaire ANCCLI-IRSN 18 JUIN 2013 Contribution du HCTISN à la démarche relative aux évaluations complémentaires de sûreté des installations nucléaires françaises au regard des événements survenus à Fukushima

Plus en détail

Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF

Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF Xavier POUGET-ABADIE EDF DIN Réunion de la SFEN 21 juin 2011 Réponses de la France et de l Union Européenne Premiers enseignements de Fukushima Plan

Plus en détail

GROUPE PERMANENT D EXPERTS POUR LES REACTEURS NUCLEAIRES

GROUPE PERMANENT D EXPERTS POUR LES REACTEURS NUCLEAIRES GROUPE PERMANENT D EXPERTS POUR LES REACTEURS NUCLEAIRES Avis relatif aux accidents graves et aux études probabilistes de niveau 2 (EPS 2) dans le cadre du réexamen de sûreté associé aux troisièmes visites

Plus en détail

Réacteurs électronucléaires - EDF

Réacteurs électronucléaires - EDF Fontenay-aux-Roses, le 28 juin 2013 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN n 2013-00252 Objet : Réacteurs électronucléaires - EDF Instruction des études associées au réexamen

Plus en détail

Synthèse du rapport de l IRSN sur l examen de la démarche de classement de sûreté du réacteur EPR de Flamanville

Synthèse du rapport de l IRSN sur l examen de la démarche de classement de sûreté du réacteur EPR de Flamanville 29 Avril 2014 Synthèse du rapport de l IRSN sur l examen de la démarche de classement de sûreté du réacteur EPR de Flamanville Contexte Le classement de sûreté constitue la démarche formalisée et structurée

Plus en détail

Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire

Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00290 Objet : Institut Laue-Langevin - Réacteur à haut flux (INB n 67) Mise en service partielle

Plus en détail

EDF Programme Grand Carénage HCTISN le 10/12/15

EDF Programme Grand Carénage HCTISN le 10/12/15 EDF Programme Grand Carénage HCTISN le 10/12/15 LE PROGRAMME INDUSTRIEL 2 LE PROGRAMME INDUSTRIEL DU PARC EXISTANT EN FRANCE Le Grand Carénage est le programme industriel du parc nucléaire existant en

Plus en détail

L échéance des 40 ans du parc nucléaire français

L échéance des 40 ans du parc nucléaire français L échéance des 40 ans du parc nucléaire français Processus de décision, options de renforcement et coûts associés à une éventuelle prolongation d exploitation au delà de 40 ans des réacteurs d EDF Yves

Plus en détail

Signé par : Montrouge, le 6 décembre 2013. Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz B.P. 156 38042 GRENOBLE CEDEX 9

Signé par : Montrouge, le 6 décembre 2013. Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz B.P. 156 38042 GRENOBLE CEDEX 9 REPUBLIQUE FRANCAISE Direction des déchets, des installations de recherche et du cycle Montrouge, le 6 décembre 2013 Réf. : CODEP-DRC-2013-064951 Institut Laue Langevin Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz

Plus en détail

Décisions «noyau dur» LUDD. INB des lots 1 et 2

Décisions «noyau dur» LUDD. INB des lots 1 et 2 Décisions «noyau dur» LUDD INB des lots 1 et 2 1 La démarche ECS Où en est-on? les INB du lot 1 :59 REP, l EPR + 20 LUDD Décision du 21 novembre 2013 pour le noyau dur (ND) du RHF (ILL) ; Décisions du

Plus en détail

Chapitre 9 Conclusion

Chapitre 9 Conclusion Chapitre 9 Conclusion En raison des dispositions techniques et organisationnelles mises en place pour exploiter les réacteurs nucléaires de production d électricité, un «accident de fusion du cœur» ou

Plus en détail

L IRSN a expertisé la sûreté et la radioprotection de la Station de Traitement, d Assainissement et de Reconditionnement (STAR) du CEA/Cadarache

L IRSN a expertisé la sûreté et la radioprotection de la Station de Traitement, d Assainissement et de Reconditionnement (STAR) du CEA/Cadarache 24 juin 2009 L IRSN a expertisé la sûreté et la radioprotection de la Station de Traitement, d Assainissement et de Reconditionnement (STAR) du CEA/Cadarache Le commissariat à l énergie atomique (CEA)

Plus en détail

Monsieur le Directeur de CIS bio international RD 306 BP 32 91191 GIF SUR YVETTE Cedex

Monsieur le Directeur de CIS bio international RD 306 BP 32 91191 GIF SUR YVETTE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2012-029235 Orléans, le 1 er juin 2012 Monsieur le Directeur de CIS bio international RD 306 BP 32 91191 GIF SUR YVETTE Cedex OBJET : Contrôle des installations

Plus en détail

HCTISN, 26 janvier 2010. Contrôle-commande de l EPR. Système de management de la qualité IRSN certifié

HCTISN, 26 janvier 2010. Contrôle-commande de l EPR. Système de management de la qualité IRSN certifié HCTISN, 26 janvier 2010. Contrôle-commande de l EPR. Système de management de la qualité IRSN certifié Rôle et étendue du contrôle-commande. Contrôle-commande d un procédé industriel = ensemble d équipements

Plus en détail

Signé par : L Autorité de sûreté nucléaire, Vu le code de la défense, notamment son article R. 1333-2 ;

Signé par : L Autorité de sûreté nucléaire, Vu le code de la défense, notamment son article R. 1333-2 ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 2011-AV-0116 de l Autorité de sûreté nucléaire du 10 mai 2011 sur le projet d arrêté relatif aux modalités de la demande et à la forme de l autorisation L Autorité de sûreté

Plus en détail

EXPERTISE TECHNICO-ECONOMIQUE SUR LE MAINTIEN EN FONCTIONNEMENT DE FESSENHEIM

EXPERTISE TECHNICO-ECONOMIQUE SUR LE MAINTIEN EN FONCTIONNEMENT DE FESSENHEIM EXPERTISE TECHNICO-ECONOMIQUE SUR LE MAINTIEN EN FONCTIONNEMENT DE FESSENHEIM PROJET DE RAPPORT La présente étude-expertise a été réalisée par : FABRE Claude GOURIOU Alain LUCAS Jean-Claude MARTIN Alain

Plus en détail

Charte Sûreté Nucléaire

Charte Sûreté Nucléaire Charte Sûreté Nucléaire LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE UN IMPÉRATIF ABSOLU Le maintien du plus haut niveau de sûreté a toujours constitué pour AREVA un impératif absolu : il en est ainsi pour la sûreté de nos produits,

Plus en détail

Le contrôle des arrêts de réacteur. Autorité de sûreté nucléaire (ASN) Division de Lyon

Le contrôle des arrêts de réacteur. Autorité de sûreté nucléaire (ASN) Division de Lyon Le contrôle des arrêts de réacteur Autorité de sûreté nucléaire (ASN) Division de Lyon L ASN Les arrêts de réacteurs Le contrôle de l ASN 2 L ASN Les arrêts de réacteurs Le contrôle de l ASN 3 L ASN La

Plus en détail

Premier mandat du Haut comité pour la transparence et l information sur la sécurité nucléaire (HCTISN)

Premier mandat du Haut comité pour la transparence et l information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) Premier mandat du Haut comité pour la transparence et l information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) M. Henri Revol Président du HCTISN de 2008 à 2014 Haut Comité pour la transparence et l information

Plus en détail

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) des centrales de

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) des centrales de Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) des centrales de Paluel et Penly CLIN Paluel/Penly 28/09/2011 1. La prévention des risques dès la conception Dès la conception des centrales de Paluel &

Plus en détail

Fontenay-aux-Roses, le 19 décembre 2013. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire

Fontenay-aux-Roses, le 19 décembre 2013. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Fontenay-aux-Roses, le 19 décembre 2013 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN N 2013-00476 Objet : CEA/Cadarache ÉOLE et Minerve/INB n 42 et 95 Réévaluation du comportement

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

Evaluations complémentaires mentaires de sûrets. reté des laboratoires, réacteursr. expérimentaux et réacteurs. à l arrêt

Evaluations complémentaires mentaires de sûrets. reté des laboratoires, réacteursr. expérimentaux et réacteurs. à l arrêt Evaluations complémentaires mentaires de sûrets reté des laboratoires, réacteursr expérimentaux et réacteurs à l arrêt Réunion ANCCLI Paris, 10 décembre 2013 Marc PULTIER Image EDF Exploitants, Installations

Plus en détail

Rapport du président sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques

Rapport du président sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Le 1 er février 2016 Rapport du président sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Synthèse des réponses à la consultation publique sur le rapport du Groupe de travail sur le rapport

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

Conditions de recours aux entreprises prestataires pour la maintenance. CNPE de Gravelines. Commission Locale d Information 29 mai 2013

Conditions de recours aux entreprises prestataires pour la maintenance. CNPE de Gravelines. Commission Locale d Information 29 mai 2013 Conditions de recours aux entreprises prestataires pour la maintenance CNPE de Gravelines Commission Locale d Information 29 mai 2013 Sommaire 1. La politique industrielle du Groupe EDF 2. Le suivi médical,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

Répondre aux exigences réglementaires. Règlementation équipements sous pression Loi TSN. Faire des opérations de maintenance lourde

Répondre aux exigences réglementaires. Règlementation équipements sous pression Loi TSN. Faire des opérations de maintenance lourde Les troisièmes visites décennales des réacteurs de 900 MW Réunion ANCCLI-IRSN 9 novembre 2010 Le but des visites décennales Répondre aux exigences réglementaires Règlementation équipements sous pression

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-DRC-2016-012426 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50444 BEAUMONT HAGUE CEDEX

N/Réf. : CODEP-DRC-2016-012426 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50444 BEAUMONT HAGUE CEDEX REPUBLIQUE FRANCAISE Direction des déchets, des installations de recherche et du cycle Montrouge, le 12 mai 2016 N/Réf. : CODEP-DRC-2016-012426 Monsieur le directeur de l établissement AREVA NC de La Hague

Plus en détail

Démonstration de sûreté nucléaire

Démonstration de sûreté nucléaire Démonstration de sûreté nucléaire Titre 3 - Extraits commentés de l'arrêté du 7 février 2012 fixant les règles générales relatives aux INB et dispositions associées (titres 1, 8 et 9) 21 mars 2014 Séminaire

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur

Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur PREMIER MINISTRE Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur ERIC GOSSET, YOHANN DERRIEN, LAURENT DUCAMIN SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ NATIONALE DIRECTION

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Administrateur(trice) des Ventes Commission Paritaire Nationale de l Emploi et de la Formation Professionnelle des commerces

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008

CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008 ANNEXE 1 CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008 1. Modalités de mise en place des crédits du CNDS Au titre de l année scolaire 2007-2008, le

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE

MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE Rénovation énergétique et réhabilitation de la Piscine Intercommunale de Vic-en-Bigorre (65 500) CAHIER DES CHARGES ***** A.- DESCRIPTIF DU PROJET La Communauté

Plus en détail

TRICASTIN RAPPORT SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DU CNPE EDF DU

TRICASTIN RAPPORT SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DU CNPE EDF DU RAPPORT SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DU CNPE EDF DU TRICASTIN 2011 CE RAPPORT EST RÉDIGÉ AU TITRE DES ARTICLES L. 125-15 ET L. 125-16 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Forum Samuel de Champlain «Eau et Santé», La Rochelle 2008

Forum Samuel de Champlain «Eau et Santé», La Rochelle 2008 Forum Samuel de Champlain «Eau et Santé», La Rochelle 2008 COMMENT RÉUSSIR UNE COLLABORATION ENTRE ACTEURS ET FINANCEURS POUR MINIMISER LES RISQUES DE CRUE À LA POPULATION? L exemple du projet pilote du

Plus en détail

Orléans, le 10 avril 2007. Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d'electricité de Dampierre en Burly BP 18 45570 OUZOUER SUR LOIRE

Orléans, le 10 avril 2007. Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d'electricité de Dampierre en Burly BP 18 45570 OUZOUER SUR LOIRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS DEP-ORLEANS-0370-2007 L:\Classement sites\cnpe Dampierre\09 - Inspections\07-2007\INS-2007- EDFDAM-0009, lettre de suite.doc Orléans, le 10 avril 2007 Monsieur le

Plus en détail

Face à un accident nucléaire

Face à un accident nucléaire Face à un accident nucléaire Collection Livrets des professionnels Sommaire Qu est-ce qu un accident nucléaire?... 2 Comment est géré un accident nucléaire en France?... 3 Quelles sont les missions de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES Qualité du rapport exigé : - Clarté et lisibilité : présentation d une synthèse pour la prise de décision - Remise en mains propres

Plus en détail

COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO?

COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO? COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO? 4 INTRODUCTION Cigéo sera composé d installations de surface, où seront notamment réceptionnés, contrôlés et préparés les colis de déchets, d une installation souterraine dans

Plus en détail

Vu l'avis du comité technique permanent des barrages et des ouvrages hydrauliques en date du 8 octobre 2009 ;

Vu l'avis du comité technique permanent des barrages et des ouvrages hydrauliques en date du 8 octobre 2009 ; Arrêté du 18 février 2010 précisant les catégories et critères des agréments des organismes intervenant pour la sécurité des ouvrages hydrauliques ainsi que l'organisation administrative de leur délivrance

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

Commission Locale d Information du site de Creys-Malville. Mercredi 11 juin 2014

Commission Locale d Information du site de Creys-Malville. Mercredi 11 juin 2014 Commission Locale d Information du site de Creys-Malville Mercredi 11 juin 2014 Quelques rappels Historique 1977-1984 Construction de la centrale (NERSA) Septembre 1985 Janvier 1986 Premier démarrage du

Plus en détail

Montrouge, le 7 novembre 2013. Division Production Nucléaire EDF Site Cap Ampère 1 place Pleyel 93 282 SAINT-DENIS CEDEX

Montrouge, le 7 novembre 2013. Division Production Nucléaire EDF Site Cap Ampère 1 place Pleyel 93 282 SAINT-DENIS CEDEX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 7 novembre 2013 Réf. : CODEP-DCN-2013-042198 Monsieur le Directeur Division Production Nucléaire EDF Site Cap Ampère 1 place Pleyel

Plus en détail

LES CONNAISSANCES ASSOCIEES

LES CONNAISSANCES ASSOCIEES LES CONNAISSANCES ASSOCIEES F 1 : / / Clas 1.1 Conduite d'un de Compétence générale : C11 Préparer le de 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur -

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Fongecif Bretagne / Cahier des charges VAE page 1 /9 Mise à jour mai 2015 Préambule Le Fongecif Bretagne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AQUAP «EXPLOITATION DES CHAUDIERES SANS PRESENCE HUMAINE PERMANENTE» Journée du 15 mars 2007 1

CAHIER DES CHARGES AQUAP «EXPLOITATION DES CHAUDIERES SANS PRESENCE HUMAINE PERMANENTE» Journée du 15 mars 2007 1 CAHIER DES CHARGES AQUAP «EXPLOITATION DES CHAUDIERES SANS PRESENCE HUMAINE PERMANENTE» Journée du 15 mars 2007 1 SOMMAIRE Historique Contexte réglementaire Situation actuelle Enjeux du CDC Contenu du

Plus en détail

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 11 juin 2014 Réunion de la CLI du site de Creys-Malville 1 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Contrôles et actions exercés par l Autorité

Plus en détail

SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale de l Humanisation du travail Division normes sur le bien-être au travail

SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale de l Humanisation du travail Division normes sur le bien-être au travail SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale de l Humanisation du travail Division normes sur le bien-être au travail Explication thématique concernant l arrêté royal du 13 juin 2005

Plus en détail

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression 10 juin 2011 Réexamens de sûreté et visites décennales (VD) Sur le plan réglementaire, il n y a pas en France de limitation

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE - 2010 Commission Locale d'information auprès des Grands Équipements Énergétiques du Tricastin (CLIGEET)

BILAN D ACTIVITE - 2010 Commission Locale d'information auprès des Grands Équipements Énergétiques du Tricastin (CLIGEET) BILAN D ACTIVITE - 2010 Commission Locale d'information auprès des Grands Équipements Énergétiques du Tricastin (CLIGEET) 1 SOMMAIRE I. L information du public A. La diffusion d une plaquette de présentation

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 1.0 PRÉAMBULE La Commission scolaire de la Beauce-Etchemin reconnaît l importance du rôle des communications dans la poursuite de sa mission et dans

Plus en détail

PENIBILITÉ AU TRAVAIL

PENIBILITÉ AU TRAVAIL PENIBILITÉ AU TRAVAIL La Loi La négociation collective La retraite anticipée Mise à jour 10.2012 Service de santé au travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1 PENIBILITÉ AU TRAVAIL La loi Mise à jour 10.2012

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-046250 Monsieur le Directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT-HAGUE CEDEX

Plus en détail

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 593-10, L. 593-18 et L. 593-19 ;

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 593-10, L. 593-18 et L. 593-19 ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n o 2016-DC-0554 de l Autorité de sûreté nucléaire du 3 mai 2016 relative au réexamen de la sûreté de l installation nucléaire de base n o 116 dénommée «usine UP3-A», exploitée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-6 du 4 janvier 2006 relatif à l hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant

Plus en détail

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études ANNEXE 2010-CA544-17-R5717 Politique sur la santé et la sécurité 12 avril 2010 Avant-propos La politique sur la santé et la sécurité affirme la volonté de l UQTR de protéger la santé, la sécurité et l

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

Charte de l évaluation des formations et des enseignements de l UPJV

Charte de l évaluation des formations et des enseignements de l UPJV Charte de l évaluation des formations et des enseignements de l UPJV Votée par le Conseil d Administration le 19 mars 2010, après avis favorable du Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire le 11 mars

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

La Commission nationale pour la protection des données (ci-après dénommée «Commission nationale») :

La Commission nationale pour la protection des données (ci-après dénommée «Commission nationale») : Délibération n 63/2007 du 22 juin 2007 Autorisation unique relative aux traitements de données à caractère personnel portant sur le contrôle des horaires de travail dans le cadre d une organisation de

Plus en détail

Accident de la Centrale de Fukushima Daiichi. SFRP/Paris 9 février 2012 1

Accident de la Centrale de Fukushima Daiichi. SFRP/Paris 9 février 2012 1 Accident de la Centrale de Fukushima Daiichi «Faits et gestes!» SFRP/Paris 9 février 2012 1 JAPON : 54 réacteurs en exploitation avant l accident 49 GWe Schéma d un réacteur à eau bouillante (REB) Schéma

Plus en détail

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services Cette fiche a été réalisée dans le cadre du groupe de collectivités franciliennes pour une commande publique

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

CENTRALE NUCLÉAIRE DE TIHANGE RAPPORT DES TESTS DE RÉSISTANCE. Évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires 31 octobre 2011

CENTRALE NUCLÉAIRE DE TIHANGE RAPPORT DES TESTS DE RÉSISTANCE. Évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires 31 octobre 2011 CENTRALE NUCLÉAIRE DE TIHANGE RAPPORT DES TESTS DE RÉSISTANCE Évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires 31 octobre 2011 Sommaire 0 1 k CONTEXTE 0.1 0.2 0.3 k Sûreté des centrales

Plus en détail

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine Faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine Suivant 09 octobre 2014 : non tenue au séisme de certains robinets Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à

Plus en détail

Réunion métier. France Domaine. 5 juin 2009

Réunion métier. France Domaine. 5 juin 2009 Réunion métier France Domaine 5 juin 2009 Modernisation de la gestion des cités administratives 1. Le constat 2. L expérimentation en cours 3. Le 2ème volet expérimental 4. La généralisation 1. Le constat

Plus en détail

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine Bilan de l'année 2011 Strasbourg, le 3 juillet 2012 Marc HOELTZEL, délégué territorial de Strasbourg de l'asn Florien KRAFT, chef de la division

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE ETUDE DE CONCEPTION A LA PARCELLE MAÎTRISE D ŒUVRE D EXECUTION

CODE DE DEONTOLOGIE ETUDE DE CONCEPTION A LA PARCELLE MAÎTRISE D ŒUVRE D EXECUTION ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DES EAUX USEES CODE DE DEONTOLOGIE des membres du SYNABA ETUDE DE CONCEPTION A LA PARCELLE Cahier des Charges Type MAÎTRISE D ŒUVRE D EXECUTION de la consultation des entreprises

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique Industrielle

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique Industrielle COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/11/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique

Plus en détail

ECS post- Fukushima. Aléa sismique. Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011

ECS post- Fukushima. Aléa sismique. Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011 ECS post- Fukushima Aléa sismique Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011 1 Sommaire 1. Rappel du cahier des charges ASN 2. Quelques éléments des dossiers des exploitants 3. Analyse de l IRSN CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Contact presse : Franca Vissière franca.vissiere@anfr.fr 06 09 48 79 43 Le Gouvernement a décidé de transférer

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER

REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER REFERENTIEL RESPONSABLE D'ATELIER Référentiel métier RESPONSABLE ATELIER 1. Intitulé métier & autres appellations Responsable atelier Chef d atelier 2. Définition et description synthétique du métier Définition

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation MAISON DE L EMPLOI DE LA METROPOLE NANTAISE Cahier des charges d achat de formation Formation Outiller les professionnels de l accompagnement PLIE sur la thématique «migrant» Achat d une prestation en

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015

Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015 Mars 2015 Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015 Ce document est basé sur les informations rendues publiques sur la situation de la centrale de Fukushima Daiichi. I.

Plus en détail

EDF REP - Tous paliers Modification générique du chapitre III des règles générales d exploitation «DA REX 2010»

EDF REP - Tous paliers Modification générique du chapitre III des règles générales d exploitation «DA REX 2010» Fontenay-aux-Roses, le 21 mai 2012 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN N 2012-00217 Objet : EDF REP - Tous paliers Modification générique du chapitre III des règles générales

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

Fontenay-aux-Roses, le 14 mars 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire

Fontenay-aux-Roses, le 14 mars 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Fontenay-aux-Roses, le 14 mars 2014 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00105 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF Projet EPR Flamanville 3 Dilution hétérogène inhérente

Plus en détail

Procédures de contrôle en Assainissement Non Collectif. Contrôle des branchements en assainissement collectif

Procédures de contrôle en Assainissement Non Collectif. Contrôle des branchements en assainissement collectif Les communes ou leurs groupements porteurs du service et leur SPIC Procédures de contrôle en Assainissement Non Collectif Les communes ou leurs groupements et les services d assainissement s organiseront

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 15 du 2 avril 2015. PARTIE PERMANENTE Marine nationale. Texte 12

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 15 du 2 avril 2015. PARTIE PERMANENTE Marine nationale. Texte 12 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 15 du 2 avril 2015 PARTIE PERMANENTE Marine nationale Texte 12 CIRCULAIRE N 0-1774-2015/DEF/EMM/MCO relative à la rédaction des études de sécurité du

Plus en détail

PALUEL 2012 RAPPORT SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DE

PALUEL 2012 RAPPORT SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DE RAPPORT SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DE PALUEL 2012 Ce rapport est rédigé au titre des articles L. 125-15 et L. 125-16 du Code de l environnement (ex-article

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

Maîtrise d œuvre pour la rénovation de l installation de chauffage du groupe scolaire de Ménétrol

Maîtrise d œuvre pour la rénovation de l installation de chauffage du groupe scolaire de Ménétrol Commune de Ménétrol Marché Public de Fournitures et Services Maîtrise d œuvre pour la rénovation de l installation de chauffage du groupe scolaire de Ménétrol Cahier des Charges Tranche ferme : Mission

Plus en détail

Direction Risques Professionnels Département Prévention section formation Journées d études Infirmières du travail 2011 CR/CCR 07-11-2011

Direction Risques Professionnels Département Prévention section formation Journées d études Infirmières du travail 2011 CR/CCR 07-11-2011 Journées d études Infirmières du Travail 8 novembre 2011 => JOUE les TOURS 24 novembre 2011 => CHARTRES 6 décembre 2011 => St JEAN de BRAYE Des rendezrendez-vous annuels réguliers depuis 2006 co co--organisés

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE

Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-000709 Montrouge, le 14 janvier 2015 Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE OBJET : Contrôle

Plus en détail

PROJET DE SAGE ORNE AMONT

PROJET DE SAGE ORNE AMONT CONSULTATION DES ASSEMBLEES 1er janvier-1er mai 2014 PROJET DE SAGE ORNE AMONT Validé en CLE le 6 décembre 2013 Sommaire Caractéristiques du territoire Etat des masses d eau Calendrier d élaboration Condition

Plus en détail

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences CQP Animation d équipe option maintenance Référentiel de compétences Le CQP Animation équipe présente deux options : Production Maintenance Ce document présente le CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

Ordonnance sur la Centrale nationale d alarme

Ordonnance sur la Centrale nationale d alarme Ordonnance sur la Centrale nationale d alarme (OCENAL) 520.18 du 17 octobre 2007 (Etat le 1 er janvier 2011) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 75, al. 1, de la loi fédérale du 4 octobre 2002 sur la

Plus en détail

L IRSN a expertisé le management de la sûreté. et de la radioprotection au commissariat à l énergie atomique. et aux énergies alternatives (CEA)

L IRSN a expertisé le management de la sûreté. et de la radioprotection au commissariat à l énergie atomique. et aux énergies alternatives (CEA) 18 novembre 2010 L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la au commissariat à l énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) Le commissariat à l énergie atomique et aux énergies alternatives

Plus en détail