Mémoires proposés au LCLD (Lab Cognition, Langage, Développement)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoires proposés au LCLD (Lab Cognition, Langage, Développement)"

Transcription

1 THÈMES DE MÉMOIRES EN LOGOPEDIE - ULB PROPOSITIONS PAR LE LABORATOIRE DE COGNITION, LANGAGE & DEVELOPPEMENT (LCLD), L'UNITE DE RECHERCHE EN NEUROSCIENCES COGNITIVES (UNESCOG), L ACTION, BIAS & CONTROL GROUP (AB&C), L'UNITE DE RECHERCHE CONSCIENCE, COGNITION ET COMPUTATION (CO3), ET L'UNITE DE RECHERCHE EN NEUROPSYCHOLOGIE ET NEUROIMAGERIE FONCTIONNELLE (UR2NF) ( ) THEMES GENERAUX Mémoires proposés au LCLD (Lab Cognition, Langage, Développement) FABIENNE CHETAIL - Contact : Réunion d information sur ces thèmes mardi 21 octobre de 13 à 14h Salle DC Effets de compétition lexicale en lecture et longueur des mots (1 thème) L étude vise à tester dans quelle mesure les compétiteurs les plus forts lors de la reconnaissance de mots sont ceux qui partagent la même longueur. Influence des régularités orthographiques lors du traitement des mots écrits (3 thèmes) o Thème 1 : Effet des régularités orthographiques lors de l accès au lexique avec lexique artificiel o Thème 2 : Etude de l influence des régularités en potentiels évoqués (EEG) o Thème 3 : Influence des régularités orthographiques : comparaison adulte / enfant Traitement des marques diacritiques (accents) dans les mots écrits (1 thème) Le but est de tester si les accents dans la langue française font l objet d un traitement particulier où sont intégrés à l identité des lettres. Mesure des habiletés orthographiques chez l adulte (1 thème) 1

2 Création d un outil pour évaluer la qualité des représentations orthographiques chez l adulte, avec utilisation de cet outil pour étudier les processus de reconnaissance visuelle de mots). JACQUELINE LEYBAERT - Contact : Surdité Elaboration d'un test de lecture labiale (en collaboration avec B. Charlier) L intégration des informations manuelles et labiales de la parole codée en Langue française Parlée Complétée (LPC) : test d un effet Stroop (en collaboration avec C. Bayard et C. Colin). Description : Le mémoire consisterait à rechercher, à l'aide de potentiels évoqués, de l'évidence pour l'intégration des informations auditives (délivrée par les implants ou les prothèses) et l'information visuelle. Selon les possibilités de recrutement de participants, un groupe de personnes sourdes munies d'un implant cochléaire et familières avec la Langue française Parlée Complétée (LPC) recevrait des stimuli consistué d'information auditive, d'information visuelle labiale et d'information visuelle manuelle (geste du LPC). Ce mémoire fait suite à deux mémoires réalisés avec des mesures comportementales. Pour le recrutement des participants, l'étudiant pourra faire appel au réseu mis en place par l'équipe de recherche, mais il devra également développer ses propres contacts. Référence : Bayard, Colin, Leybaert (2013) Impact of Cued Speech on audio-visual speech integration in deaf and hearing adults, International Conference on Auditory-Visual Speech Processing (August 31: Annecy, France), page Compétences narratives de récits à l écrit chez l enfant sourd muni d un implant cochléaire Additions et soustractions non verbales : les sourds signants ont-ils les mêmes stratégies que les sourds oralistes et les entendants? (en collaboration avec A. Lafay et M. Fayol). Caractéristiques du développement langagier, analyses auprès d enfants de 3ème maternelle (avec collaboration avec Nathalie Thomas). Nous proposons ici d étudier les caractéristiques langagières (phonologie, lexique, morphosyntaxe, conscience phonologique et connaissance des lettres) d enfants de 3 ème maternelle.outre l analyse des questionnaires parentaux (anamnèse et questionnaire des habitudes de lecture à la maison), l étudiant aura à évaluer le langage oral de plusieurs enfants au moyen d une batterie langagière reconnue, dès le 1 er trimestre de l année scolaire Il disposera ensuite de l ensemble des données récoltées pour ses analyses. Les différentes variables à étudier seront définies en accord avec l étudiant et le promoteur et co-promoteur du mémoire. 2

3 BRIGITTE CHARLIER - Contact : Elaboration d'un test d évaluation des compétences en langue des signes: perception, compréhension et production (en collaboration avec J. Leybaert) Peut-on obtenir un effet Mc Gurk en combinant mouvements plus lèvres ou mouvements plus audition? CATHERINE HAGE - Contact : (en collaboration avec Jesus ALEGRIA) Evaluation de la lecture et de la production écrite d'enfants sourds fin du cycle primaire et début du secondaire Evalutation des aspects pragmatiques du langage chez l'enfant sourd (attention au recrutement de la population...) Evaluation de "la langue en mouvements" auprès de diverses populations : enfants entendants et enfants atteints de DA... PHILIPPE MOUSTY Contact : Effets du bilinguisme sur les fonctions langagières et cognitives Effets du bilinguisme sur l apprentissage d une troisième langue Acquisition du système orthographique du français chez les dyslexiques (en collaboration avec J. Alegria) Le système orthographique du fraçais est complexe. Il fait intervenir des connaissances phonologiques et morphologiques qui sont souvent en conflit. Par ailleurs l apprenti scripteur doit aussi intégrer des connaissances lexicales et sous-lexicales. On a fait des progrès considérables ces dernières années dans la compréhension des mécanismes qui interviennent dans l écriture de mots, leur développement et les déficiences inhèrentes. La proposition concrète de mémoire porte surtout sur la question du rôle de l aprentissage implicite dans l acquisition du système orthographique et la manière dont la dyslexie intervient dans ce domaine. Langage, fonctions mnésiques et exécutives dans les pathologies neurodéveloppementales (thème général ouvert à des étudiants qui proposeront un projet réaliste; en collaboration avec H. Slama) 3

4 Mémoires proposés par l UNESCOG (Unité de Recherche en Neurosciences Cognitives) CATHERINE DEMOULIN & REGINE KOLINSKY Contact: Effets de l acquisition de la lecture sur le développement des représentations et des processus en mémoire à court-terme et/ou de travail (1 mémoire) Chez les enfants, les capacités de mémoire à court-terme et de travail (MCT/MT) sont fréquemment associées aux compétences en lecture, les premières étant généralement considérées comme prédictives des secondes (e.g., Martinez Perez, Majerus, & Poncelet, 2012; Gathercole, Lamont & Alloway, 2006). Peu d études ont investigué la relation inverse, mais le fait que les adultes restés illettrés pour des raisons socio-économiques présentent de plus faibles capacités en MCT et en MT que des adultes lettrés ou ex-illettrés (e.g., Kosmidis et al., 2011) suggère un processus interactif, avec des effets en retour de l acquisition de la lecture sur les processus mnésiques et/ou les représentations en mémoire. Par conséquent, l idée de ce mémoire est de développer une étude qui permettra d investiguer un des mécanismes possibles de l influence de la lecture sur la MCT, cela chez l enfant ou chez l adulte. H. LAFONTAINE ET R. KOLINSKY Contact : L origine du déficit de la reconnaissance des mots écrits dans la dyslexie : Lien entre phonologie et traitement visuel" Parmi les différentes hypothèses explicatives de la dyslexie développementale, l hypothèse phonologique est dominante. Cependant, il a récemment été suggéré que des déficits visuels et/ou d attention spatiale comme le «crowding» pouvait également être une cause des difficultés en lecture des enfants dyslexiques. Ce thème de recherche à notamment pour objectifs d étudier le lien entre déficit phonologique et crowding, et, à un niveau plus qualitatif, d explorer le développement du système de traitement de la lettre chez l enfant dyslexique et de tenter de spécifier ce qui le différencie d un système expert. Le mémoire consistera 4

5 à sélectionner un paradigme pertinent pour étudier le développement de ce système et de le prétester chez l enfant normo lecteur d environ 9 ans. CECILE COLIN Contact : Etude électrophysiologique des mécanismes de discrimination phonologique chez l adulte A écart acoustique constant le long d un continuum de parole synthétique, des stimuli appartenant à des catégories différentes sont mieux discriminés que ceux appartenant à la même catégorie. Ce phénomène est connu sous le terme de Perception Catégorielle. A l aide de la technique des Potentiels Evoqués cérébraux, il est possible de mettre en évidence une composante électrophysiologique qui témoigne de la discrimination de contrastes phonétiques (Mismatch Negativity ou MMN). Cette composante est d autant plus ample que la distance acoustique entre les deux stimuli d une paire est importante. Toutefois, à écart acoustique égal, il n est pas exclu qu un contraste phonologique (donc pertinent dans la langue des sujets) suscite une MMN plus ample qu un autre contraste le long du même continuum mais qui n a pas cette valeur. Ce projet s attachera à explorer cette question, en envisageant éventuellement différents types de continua de parole, qui s inscrit dans le cadre du débat relatif à l existence de mécanismes spécifiques au traitement de la parole. Sharma, A., Dorman, M.F. (2000). Neurophysiologic correlates of crosslanguage phonetic perception. Journal of the Acoustical Society of America, 107(5), CECILE COLIN ET PAUL DELTENRE Etude de la signification fonctionnelle de la Mismatch Negativity (MMN) La Mismatch Negativity est une composante des potentiels évoqués cérébraux auditifs très étudiée car elle permet d évaluer, de façon objective, et sans que l attention soit requise, les capacités de discrimination auditive, que ce soit pour des sons purs, des sons musicaux ou les sons de la parole. Toutefois, un 5

6 désaccord subsiste dans la littérature quant aux mécanismes neurophysiologiques sous-jacents à la génération de la MMN. Elle est tantôt décrite comme reflétant des processus mnésiques, tantôt comme étant simplement liée aux propriétés d habituation des neurones. Nous nous proposons de contribuer à ce débat à l aide d un paradigme récemment développé dans notre laboratoire et en associant mesures neurophysiologiques et comportementales (chez l adulte sain). Hoonhorst, I., Deltenre, P., Markessis, E., Collet, G., Pablos Martin, X., Colin, C. (2012). Evidence for a dual vs single origin of the MMNs evoked by featured vs featureless deviants. Clinical Neurophysiology, 123, Encodage sous-cortical des différents indices acoustiques associés à la perception de la parole Les potentiels évoqués auditifs du tronc cérébral (Auditory Brainstem Response ABR) reflètent très précisément l encodage de ces différentes caractéristiques du signal. En particulier, la FFR (Frequency Following Response) est une composante des ABR, dont les décharges sont dites phase-locked car elles représentent fidèlement les caractéristiques fréquentielles et temporelles de la F0 et des premières harmoniques du signal. Grâce à cette technique, Anderson et al. (J Neurosci, 2010, Hearing Res, 2010) ont montré que les enfants souffrant de difficultés de lecture et de perception de la parole dans le bruit présentent un moins bon encodage sous-cortical des stimuli de parole. Dans ce travail, nous évaluerons l encodage des différents indices acoustiques associés à la perception de la parole dans le calme (et éventuellement dans le bruit) au moyen des ABR. Dans un premier temps, l intérêt se portera sur l enfant sain ; une extension chez l enfant dyslexique est envisageable. Anderson, S., E. Skoe, et al. (2010). Neural timing is linked to speech perception in noise. The Journal of Neuroscience 30(14): CECILE COLIN ET SIMON BAIJOT Adapter l environnement, un moyen alternatif pour aider les enfants TDAH L objectif de ce mémoire est de pouvoir évaluer/observer les effets bénéfiques d aménagement dans l environnement (tels que des sons, de la musique, ) chez des enfants/adultes ayant un trouble de l attention avec/sans hyperactivité (TDAH) comparés à des enfants contrôles. L outil utilisé est un matériel très spécifique qui permet de plonger l enfant dans une «classe 6

7 virtuelle» (ou l adulte dans un appartement virtuel) pendant qu un test neuropsychologique se déroule au tableau, permettant alors d évaluer ces aménagements dans l environnement (son, musique) et leurs bénéfices dans les conditions les plus "écologiques" possibles. Bioulac, S., Lallemand, S., Rizzo, A., Philip, P., Fabrigoule, C., & Bouvard, M. P. (2012). Impact of time on task on ADHD patient's performances in a virtual classroom. Eur J Paediatr Neurol, 16(5), CECILE COLIN ET GREGORY COLLET Etude des modifications de la catégorisation des sons chez les enfants de maternelle et de primaire suite à un entraînement auditif : Impact de l acquisition de la lecture et de l écriture Entre l école maternelle et les premières années de l école primaire, l enfant apprend non seulement à lire et à écrire mais ses capacités auditives de catégorisation des sons s en trouvent également améliorées. Cependant, les liens entre cette amélioration et l acquisition de la lecture et de l écriture restent assez flous. Le thème de recherche proposé est donc double : dans un premier temps, il s agirait de déterminer dans quelle mesure les entraînements auditifs pourraient contribuer à l amélioration des capacités auditives de catégorisation des enfants de maternelle avant que ceux-ci entrent dans le processus d apprentissage de la lecture et de l écriture. Dans un deuxième temps, il s agirait de déterminer quelles sont les capacités de malléabilité de la perception des sons chez les enfants de primaire durant l apprentissage de la lecture et de l écriture. Selon l avancement des recherches en cours, un mémoire peut également être envisagé auprès d enfants au développement atypique (SLI, dyslexiques) Collet, G., Colin, C., Serniclaes, W., Hoonhorst, I., Markessis, E., Deltenre, P., Leybaert, J. (2012). Effect of phonological training in French children with SLI : perspectives on voicing identification, discrimination and categorical perception. Research in Developmental Disabilities, 33, CECILE COLIN ET JACQUELINE LEYBAERT Etude comportementale et électrophysiologique du traitement sémantique en langue des signes : effet de la précocité d acquisition de la langue 7

8 Si beaucoup d études ont été consacrées au bilinguisme entre deux langues orales, peu se sont intéressés au bilinguisme entre une langue orale et une langue signée. Via la technique des potentiels évoqués cérébraux, nous souhaitons étudier les processus de traitement sémantique en langue des signes et en langue orale, chez des personnes entendantes vs sourdes avec différents de niveau d expertise et d âge d acquisition de la langue des signes. Capek, C.M., Grossi, G., Newman, A.J., McBurney, S.L., Corina, D., Roeder, B., & Neville, H.J. (2009). Brain systems mediating semantic and syntactic processing in deaf native signers: Biological invariance and modality specificity. Proceedings of the National Academy of Sciences of the U.S.A., 106(21), Etude des processus de liage dans l'intégration multi modale de la parole Lorsqu une syllabe audiovisuelle incongruente (supposée produire un effet McGurk) est précédée de séquences de syllabes audiovisuelles congruentes, l effet McGurk se trouve augmenté (effet de liage). Par contre, si le contexte précédant est incohérent, l effet McGurk est diminué (effet de déliage). Ces effets de liage et de déliage ont pour le moment été étudiés chez l adulte sain (Nahorna et al., 2012). L effet McGurk étant modulé au cours du développement, nous nous proposons, à présent, d examiner les processus de liage et de déliage chez l enfant sain, Nahorna, O., F. Berthommier, et al. (2012). Binding and unbinding the auditory and visual streams in the McGurk effect. Journal of the Acoustical Society of America 132(2): PAUL DELTENRE Contact : Mesure de la sonie La sonie est le percept subjectif (unité :le sone) correspondant à l'intensité (en db) des stimuli auditifs. La relation intensité-sonie se trouve perturbée dans deux types de circonstances: les surdités cochléaires dans lesquelles la sonie croit plus rapidement que normalement à partir d'un seuil élevé et l'hyperacousie ou le seuil reste normal mais les niveaux intolérables sont atteints beaucoup trop rapidement. Nous souhaitons implémenter et normaliser un algorithme psycho-acoustique ("LGOB") (Allen et al., 1990) raisonnablement facile à faire passer aux patients. Le projet de mémoire consiste en la programmation de l'algorithme et la constitution de donnes normatives chez des sujets normaux. 8

9 Allen, J., Hall, J. & jenga, S. (1990). Loudness growth in 1/2-octave bands (LGOB)--A procedure for the assessment of loudness. Journal of the Acoustical Society of America, 88(2), Mémoires proposés par l AB&C Group (Action, Bias & Control Group) Sophie Antoine et Wim Gevers Contact : ou Liens entre l attention spatiale, nombres et ordre sériel Il semblerait que l attention spatiale soit recrutée lorsque nous traitons des nombres, ainsi que lorsque nous devons maintenir des informations dans un ordre précis en mémoire de travail. Dès lors, est-il possible d observer des biais similaires lorsqu il s agit d indiquer le milieu d une ligne, d un intervalle numérique, ou d une séquence en mémoire? Le but du mémoire est de répondre à cette question en évaluant une batterie de tâches après de patients présentant de l héminégligence spatiale suite à une lésion cérébrale de l hémisphère droit à l hôpital Erasme. Laurence Questienne et Wim Gevers Contact : Quels sont les liens entre le sens de l agentivité et les mecanismes de contrôle cognitif? Le sens de l agentivité est la perception subjective que nous avons de contrôler nos actions. D autre part, l être humain possède des mécanismes de contrôle lui permettant d'adapter son traitement de l'information et de moduler son comportement en fonction de ses buts. Dans la littérature, ces mécanismes de contrôle sont étudiés séparément de l'expérience subjective de l'agentivité. Peut-on lier les deux? Mémoires proposés par le CO3 (Unité de Recherche Conscience, Cognition et Computation) Filip Van Opstal 9

10 Contact : How does working memory relate to conscious processing? Different cognitive theories suggest a close link between two of the most important cognitive functions, namely consciousness and working memory (WM). In a first study we recently corroborated this suggestion by showing that the threshold for visual awareness depends on WM load. During this internship we will further investigate this relation. It remains, for example, unclear what the impact of the specific content or modality of WM load on consciousness is, how the quality of the memory representations would impact visual awareness, or what the exact mechanism is that relates the two functions. Serial versus parallel information processing The general aim of this project is to understand why - and if - consciousness is necessary to process information. It has recently been shown that people can apply rules without being aware of the use of the rule. It remains unclear, however, how complex these rules actually can be before conscious processing is required. One hypothesis is that a rule can be unconsciously deployed when parallel processing is possible. In contrast, if the rule is serial in nature, conscious awareness of the rule is necessary for good performance. This hypothesis will be tested in this project. The impact of dopamine on visual consciousness We recently demonstrated a relation between striatal dopamine and the threshold for visual consciousness. In this project we will elaborate further on this issue by designing experiments that momentarily boost the level of dopamine and investigate how this briefly changes the consciousness threshold. From animal research, for example, we now that a rewarding stimulus or the violation of an expected reward induces a phasic release of striatal dopamine. These factors will be exploited in designing new experiments to test the relation between dopamine and consciousness in human participants. Emilie Caspar Contact : Effet de récompense sur le sentiment d'agentivité - Une récompense positive peut-elle modifier notre sentiment de responsabilité vis-à-vis d'une mauvaise action? Lorsque nous effectuons une mauvaise action, nous avons tendance à minimiser notre responsabilité. Concrètement, une mesure implicite de 10

11 l'agentivité (i.e. l'intentionnel binding) permet de montrer que lorsque nos actions sont suivies d'une conséquence négative, notre sentiment d'agentivité est réduit, alors que si elles sont suivies d'une conséquence positive, notre sentiment d'agentivité augmente. Par ailleurs, certaines études ont montré que les récompenses positives que nous recevons suite à nos actions augmentent notre sentiment d'agentivité envers celles-ci. L'objectif de ce mémoire sera de voir ce qu'il se passe dans une condition où votre action mène à une mauvaise conséquence (par exemple, vous brisez un verre), mais que vous recevez une récompense pour cette action. Cette recherche permettra notamment de comprendre pourquoi certaines personnes acceptent de faire de mauvaises choses, si une récompense s'en suit. "Ne me parle pas, tu me déconcentres!" - L'effet de l'atténuation sensorielle étudiée à travers ses propres mots et ceux des autres Pourquoi ne peut-on pas se chatouiller nous-mêmes? Une théorie avancée serait que le cerveau anticipe les conséquences de nos actions, par un processus de prédiction. Lorsque la conséquence de cette action correspond à ce qui a été prédit, l'information n'a pas besoin d'être aussi forte, et le cerveau peut donc se concentrer sur d'autre tâche. Il s'agirait d'un processus évolutif nous permettant de distinguer nos propres actions de celles des autres. Dans ce mémoire, l'objectif sera de transférer ce processus aux informations auditives. Lorsque vous êtes concentrés sur une tâche, écouter d'autres personnes converser peut vous perturber. Mais en est-il de même si vous êtes vous-même en train de parler, ou si vous écoutez votre propre voix? Apprentissage d'associations synesthésiques: Un synesthète peut-être continuer à acquérir des associations sensorielles après la période critique? (Emilie Caspar & Maria Grazia Ranzini) La synesthésie est un phénomène particulier qui concernait un faible pourcentage de la population. Les synesthètes perçoivent des associations spécifiques et non modifiables, par exemple entre un graphème et une couleur. Il semble que la présence d'une ou plusieurs formes de synesthésie chez un individu soit génétique, mais l'environnement déterminerait les associations perçues. La littérature parle d'une période critique en bas âge durant laquelle s'acquerraient ces associations. Nous avons découvert que les synesthètes, même à l'âge adulte, apprennent plus rapidement que des sujets tout venants de nouvelles associations propres à leur modalité (par exemple, lier des symboles pour lesquelles aucune synesthésie existe à des couleurs). L'objectif de ce mémoire sera de comprendre si les synesthètes sont également de meilleurs associateurs dans d'autres modalités (par exemple, associer un son à une couleur). Estibaliz San Anton 11

12 Contact : L'apprentissage associatif peut-il être implicite? Une investigation de la dynamique des relations entre comportement et conscience. L'apprentissage associatif consiste en l'acquisition de connaissances sur les liens qui existent entre les événements. L'objectif principal de ce mémoire sera de voir quelles sont les conditions nécessaires d'apprentissage de relations entre des évènements, mais aussi de voir si cet apprentissage peut être implicite, non conscient. Ce mémoire vise à contribuer au débat actuellement en cours qui oppose théories associatives et théories inférentielles de l'apprentissage. Irene Cogliati Dezza Contact : Should I stay Should I go? Cognitive, clinical and computational investigation of exploration and exploitation dilemma When deciding what to do next, we face the dilemma of choosing between actions with well-known outcome or of choosing actions whose outcome is unsure, but potentially better. We face this trade-off in our daily decisions, from simple to complex. It is an evolutionary adaptive mechanism, shared with other animals and supported by specific neuronal networks. A cognitive, computational and clinical investigation will be adopted increasing our understating of this crucial decision-making process. Axel Cleeremans contact : L'étendue et les limites de la cognition non-consciente L'objectif principal de ce mémoire est d'étudier l'étendue et les limites de la cognition non-consciente. Depuis les années 1950, l'idée que les messages subliminaux peuvent influencer passivement l'esprit humain est largement répandue et véhiculée par les médias. Cette croyance provient de l'étude frauduleuse de James Vicary qui a montré que les messages flashés pendant un film pourraient amener les gens à acheter plus de nourriture et de boisson. Même si il a admis plus tard qu'il a falsifié ses résultats, le pouvoir des messages subliminaux reste très populaire à tel point qu'il est devenu une véritable légende urbaine. Inversement, les études utilisant l amorçage masqué ont montré que les stimuli inconscients peuvent effectivement être traitées et contribuer à la prise de décision, mais que cela nécessite des instructions très précises. Ainsi, les individus doivent être activement engagés dans une tâche bien particulière, qui les oriente vers des traitements spécifiques, autrement les 12

13 effets subliminaux semblent inexistants. Au cours de ces dernières années, des études de masquage ont indiqué que les traitements non conscients sont très divers : reconnaissance visuelle, traitement moteur, traitement sémantique, traitement des émotions, apprentissage d association binaires de type stimulusréponse. Dans ce projet, nous souhaitons étudier plus en détail l'étendue du traitement non-conscient. En particulier, nous souhaitons tester si l'apprentissage d associations complexes et les mécanismes de contrôle peuvent avoir lieu lorsque les stimuli ne sont pas perçus consciemment. Réplication de l expérience de Marcel (1983) : Dissociation entre modalités de réponses dans une tâche de détection Marcel a montré que des sujets à qui l on demande de détecter un stimulus visuel à peine visible détectent mieux ce stimulus s ils devaient répondre en clignant de la paupière plutôt qu en disant «oui». Par ailleurs des sujets qui devaient répondre simultanément dans différentes modalités donnaient parfois des réponses contradictoires). Ce mémoire consistera à tenter de répliquer ces résultats et à explorer leurs implications en ce qui concerne les rapports actionperception. Influence d une expression induite chez l observateur sur la reconnaissance/ discrimination des expressions faciales (en collaboration avec Luis Bulnes, VUB) Des études en psychologie sociale ont montré que forcer les gens à adopter une expression faciale particulière (en leur demandant de tenir un crayon dans la bouche soit dans la longueur -- sourire --, soit par la pointe -- désapprobation) influence l'attitude qu'ils expriment par rapport à une opinion qu'ils entendent. Ici, nous voulons explorer si ces mêmes effets se manifestent quand on demande aux gens de détecter des changements graduels survenant dans l'expression faciale d'acteurs dans un paradigme de cécité au changement. Arnaud Destrebecqz Contact : Le rôle de l'attention sélective dans l'apprentissage implicite Influence de l'apprentissage implicite sur l'orientation de l'attention Julie Bertels & Arnaud Destrebecqz Contact : Influence du contenu émotionnel de stimuli visuels sur l orientation spatiale de l attention chez des enfants en âge pré-scolaire (Julie Bertels) 13

14 L idée est de voir dans quelle mesure, lorsqu on présente un stimulus émotionnel dans le champ visuel (par exemple, un visage fâché), l orientation de l attention va être modulée en comparaison avec la situation dans laquelle on présente un stimulus neutre (par exemple, un visage avec une expression neutre). Ce phénomène existe chez les adultes, et de récentes études appuient l idée qu il existerait aussi chez des enfants, voire même chez des bébés. Or, ceci prend tout son sens dans une perspective «évolutionniste», c est-à-dire l idée que les êtres humains auraient une prédisposition à craindre et à détecter très rapidement des stimuli considérés comme menaçants. Ceci constituerait en effet un avantage évolutif important dans la mesure où cette prédisposition leur permettrait d échapper au danger et ainsi, de survivre. Donc, dès le plus jeune âge, on devrait être en mesure d observer ces «biais attentionnels» envers du matériel émotionnel. Le but de ce mémoire est d investiguer ces biais chez des jeunes enfants (3-5 ans) en utilisant une procédure adaptée. Mémoires proposés par l UR2NF (Unité de Recherche en Neuropsychologie et Neuroimagerie Fonctionnelle) PHILIPPE PEIGNEUX & COLLABORATEURS Impact du tabagisme au sein des asymétries attentionnelles (Rémy Schmitz) Contact : Toute une série de biais perceptifs/attentionnels peuvent être mis en évidence au sein de la population adulte non pathologique. Ces biais sont généralement interprétés comme le produit de la latéralisation du réseau cérébral dédié aux fonctions attentionnelles. S'il est bien établi que la nicotine et le tabagisme influent sur les processus attentionnels, il n'existe par contre que peu d'études ayant étudié l'impact du tabagisme sur le degré de latéralisation des processus attentionnels. Ce mémoire aura donc pour objectif de comparer un groupe de participants non fumeurs à un groupe de "petits" et de "gros" fumeurs au moyen d'une batterie de tests réputés pour être sensibles aux asymétries perceptivo-attentionnelles. Relation entre paramètres visuels (dilatation pupillaire, saccades, direction du regard) et processus d inhibition dans le Trouble d Attention- Hyperactivité (ADHD) (Isabelle Massat, Philippe Peigneux) Contacts : & 14

Perception de la Langue française Parlée Complétée(LPC) et effet d expertise chez les normo-entendants

Perception de la Langue française Parlée Complétée(LPC) et effet d expertise chez les normo-entendants Perception de la Langue française Parlée Complétée(LPC) et effet d expertise chez les normo-entendants Clémence Bayard 1,2 Jacqueline Leybaert 1 Anne-Sophie Tilmant 2 Cécile Colin 2 (1) LCLD, 50 avenue

Plus en détail

THÈMES DE PROJETS TUTORÉS

THÈMES DE PROJETS TUTORÉS THÈMES DE PROJETS TUTORÉS Le métier de codeur Codage et implant cochléaire Les tests TERMO en situation réelle Décodage : analyse des bénéfices attendus auprès des grands commençants Codage et décodage

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

Psychoacoustique. Daniel Pressnitzer (Ircam, UMR CNRS 9912 et DEC, Equipe Audition, Paris) Daniel.Pressnitzer@ircam.fr

Psychoacoustique. Daniel Pressnitzer (Ircam, UMR CNRS 9912 et DEC, Equipe Audition, Paris) Daniel.Pressnitzer@ircam.fr Psychoacoustique. Daniel Pressnitzer (Ircam, UMR CNRS 9912 et DEC, Equipe Audition, Paris) Daniel.Pressnitzer@ircam.fr I. Bref rappel d acoustique. Nature du signal sonore Représentations (temporelles,

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

La candidature à l'implant cochléaire : critères de sélection 2010. Catherine Garneau, audiologiste Suzie Gobeil, orthophoniste

La candidature à l'implant cochléaire : critères de sélection 2010. Catherine Garneau, audiologiste Suzie Gobeil, orthophoniste La candidature à l'implant cochléaire : critères de sélection 2010 Catherine Garneau, audiologiste Suzie Gobeil, orthophoniste Aperçu de la présentation Critères actuels d acceptation de candidature à

Plus en détail

Vieillissement et mémoire spatiale

Vieillissement et mémoire spatiale Vieillissement et mémoire spatiale Problématique dans la conduite automobile Després Olivier & Dufour André Séminaire Deufrako Mercredi 3 mai 212 Séminaire Deufrako, 3.5.212 1 Plateforme Physiologie &

Plus en détail

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite:

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite: CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure Ensuite: Majeures Développement : J11 (-1,-2, -3 pour options) et J12 pour profession Sociale : J21 (-1,-2, -3

Plus en détail

Université de Montréal. Baccalauréat en orthophonie. Nom de l établissement: Nom de l établissement: Nom du programme: Nom du programme:

Université de Montréal. Baccalauréat en orthophonie. Nom de l établissement: Nom de l établissement: Nom du programme: Nom du programme: !"#$%&''%"#)%#*+,%#-+../&00/.-%1#*%"&''%2#3,/4'&1#5+"#-6/-".#)%#.+0#-+"0#)%#5%$&%#-7-'%#%.#+,6+56+.&%1#'/#-+%05+.)/.-%#)%0#-+"0#8"%# *+"0#/*%2#9/&,0:#;+"#-%#9/&%1#&.0-&%#'%#,&,%#)"#-+"0#8"%#*+"0#/*%2#%99%-,"3#%.#*&0

Plus en détail

Perception de la parole chez les enfants munis d un d

Perception de la parole chez les enfants munis d un d Perception de la parole chez les enfants munis d un d Implant Cochléaire : intégration des informations multi-modales modales Jacqueline Leybaert Université libre de Bruxelles Laboratoire Cognition, Langage,

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Comment l enfant sourd parvient-il à développer de la phonologie à partir d observations presque uniquement visuelles?

Comment l enfant sourd parvient-il à développer de la phonologie à partir d observations presque uniquement visuelles? Audition-Vision Suite et fin de notre dossier sur les Journées d Etudes Acfos de janvier 2004*, ce numéro traite des conséquences des interactions audition-vision sur la rééducation de l enfant sourd,

Plus en détail

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ASH/Document Béatrice DDEC Gard 1 Quelques précisions 3 à 5 % des enfants en âge scolaire souffrent de troubles du langage de type expressif

Plus en détail

ORA 1531 Phonétique clinique. Phonétique et troubles de la communication

ORA 1531 Phonétique clinique. Phonétique et troubles de la communication ORA 1531 Phonétique clinique Phonétique et troubles de la communication Plan du cours Représentation des troubles Transcription phonétique Analyses acoustiques Méthodes d intervention basées sur la phonétique

Plus en détail

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français L illettrisme, une question scolaire Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français Quelques points de discussion Des chiffres pour poser le problème Manifestations et causes

Plus en détail

Centre d'études de physiologie appliquée CNRS - Strasbourg

Centre d'études de physiologie appliquée CNRS - Strasbourg Centre d'études de physiologie appliquée CNRS - Strasbourg CNRS/P.Disdier Directeur : Alain Muzet T 03 88 10 67 60 alain.muzet@c-strasbourg.fr Le Centre d études de physiologie appliquée (CEPA CNRS Strasbourg)

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

Décodage de l activité neuronale

Décodage de l activité neuronale Décodage de l activité neuronale Neurophysiologie et neuro-prosthétique Musallan et al, 2004 Utiliser les signaux physiologiques pour activer des prothèses distantes, plus ou moins intelligentes Neurophysiologie

Plus en détail

THÈMES DE PROJETS TUTORÉS

THÈMES DE PROJETS TUTORÉS THÈMES DE PROJETS TUTORÉS Le métier de codeur Codage et implant cochléaire Les tests TERMO en situation réelle Décodage : analyse des bénéfices attendus auprès des grands commençants Codage et décodage

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Circuit de l'émotion Fonctions Cognitives Définition : Ensemble des processus

Plus en détail

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!!! I.! Les surdités :! II.! Le handicap sensoriel chez l enfant.! III.! Le handicap sensoriel chez l adulte :! IV.! Le

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

Par José Morais (Université Libre de Bruxelles ULB)

Par José Morais (Université Libre de Bruxelles ULB) RAPPORT ADDITIONNEL SUR LES BONNES PRATIQUES DE REEDUCATION RENCONTREES DANS CERTAINS CENTRES EN FRANCE, SUITE A LA DIFFUSION DU QUESTIONNAIRE DE DI, PREPARATOIRE AU FORUM MONDIAL DE LA DYSLEXIE (UNESCO,

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

Langage oral, langage écrit...

Langage oral, langage écrit... Langage oral, langage écrit... De la difficulté... Aux troubles C Billard Kremlin Bicêtre Paris santé réussite www.arta.fr le concept de Troubles Spécifiques du Langage : les questions? Quand s inquiéter

Plus en détail

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Agnès FLORIN Université de Nantes, Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN EA2661) DDEC 56, 3 octobre 2012 Introduction Le langage ne commence

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

Neuropsychologie de l attention

Neuropsychologie de l attention L attention: définitions Neuropsychologie de l attention Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles Saint Quentin Et ER6, UPMC Définition difficile, phénomènes

Plus en détail

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 APPRENTISSAGE INTERACTIF definition Contours encore assez flous dans le champ de l apprentissage automatique. Néanmoins,

Plus en détail

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf)

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) Anne Revol-Meo Evoli (tel : +39.063332009 e-mail : anne@meoevoli.it) Institut Saint Dominique Rome 9 avril 2003 Anne Revol-Meo Evoli La dyslexie

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Ce document est une adaptation synthétique de l article publié en 1983 sous le titre «the negative side effects of reward» dans le journal

Plus en détail

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Université Paris-Descartes M2 RECHERCHE PSYCHOLOGIE COGNITIVE NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Ouvrage recommandé : Fiori N. (2006). Les Neurosciences Cognitives. Armand Colin,

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Master Sciences humaines et sociales mention Psychologie parcours Psychologie du Développement, Education, Handicap

Master Sciences humaines et sociales mention Psychologie parcours Psychologie du Développement, Education, Handicap Master Sciences humaines et sociales mention Psychologie parcours Psychologie du Développement, Education, Handicap Master 1 Présentation et objectifs de la formation Le Master première année (M1) de Psychologie

Plus en détail

APPRENDRE À PARLER ET

APPRENDRE À PARLER ET APPRENDRE À PARLER ET SAVOIR PARLER Corinne Gallet : enseignante ressource TSL L IMPORTANCE DU LANGAGE Le langage est un outil de pensée Le langage est un outil de communication Le langage est un indicateur

Plus en détail

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Pr LAMAS 12H PUPH Rappel Anatomique et Physiologique Exploration clinique et Paraclinique Pathologie oreille externe Oreille interne

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Audition : du neurone à la conscience

Audition : du neurone à la conscience Réunion de la Société de Psychophysiologie et Neurosciences Cognitives 27 et 28 septembre 2012, Lyon Salle de conférence du bâtiment INSERM 151 Cours Albert Thomas 69003 LYON Audition : du neurone à la

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

Pourquoi s intéresser aux enfants bilingues? Mythes sur le bilinguisme

Pourquoi s intéresser aux enfants bilingues? Mythes sur le bilinguisme Introduction Pourquoi s intéresser aux enfants bilingues? Mythes sur le bilinguisme I. Le bilinguisme en général Définitions du bilinguisme II. Les langues à l école Que faire pour une meilleure éducation

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

Psychologie 12 e année. Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage

Psychologie 12 e année. Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage Psychologie 12 e année Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage PSYCHOLOGIE 12 e ANNÉE Programme d études : cadre manitobain des résultats d'apprentissage 2011 Éducation Manitoba

Plus en détail

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Au quotidien: - enfants de différents âges. - Retard de langage. - Suspicion de

Plus en détail

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES. Psychologie. Clinique/Psychopathologie Cognitive de la santé Développement Sociale. 0h 200h 604 ou (selon

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES. Psychologie. Clinique/Psychopathologie Cognitive de la santé Développement Sociale. 0h 200h 604 ou (selon 2012-201 Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Psychologie Clinique/Psychopathologie Cognitive de la santé Développement Sociale M1 0 ES Volume horaire étudiant

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge»

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» PROGRAMME DE LA FORMATION : «Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» Vendredi matin : Rappels : sémiologie a)amputations du champ visuel

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1 Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012 «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» (Intervention de M. Jean- Marc LOUIS, IEN ASH) Une bibliographie "Mémoire et apprentissages" a été

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Cognition musicale / musique et mémoire

Cognition musicale / musique et mémoire Cours Magistral Licence 2 Cognition musicale / musique et mémoire 4 et 6 Novembre 2013 Laura Ferreri LEAD (2 étage AAFE), bureau 215 lf.ferreri@gmail.com cognition musicale musique Comment peut-on définir

Plus en détail

COMPLEMENTARITE IMPLANT COCHLEAIRE PROTHESE AUDITIVE?

COMPLEMENTARITE IMPLANT COCHLEAIRE PROTHESE AUDITIVE? COMPLEMENTARITE IMPLANT COCHLEAIRE PROTHESE AUDITIVE? Etude multicentrique sur un groupe d adultes. Centres de Bruxelles, Liège, Marseille, Montpellier, Tours, Toulouse. Remerciements:S. Boisseleau, B.

Plus en détail

QUELLE LANGUE POUR L ENFANT SOURD? APPROCHE THEORIQUE ET PRATIQUE A L IRJS. Dans la Section Enseignement SEES-FP

QUELLE LANGUE POUR L ENFANT SOURD? APPROCHE THEORIQUE ET PRATIQUE A L IRJS. Dans la Section Enseignement SEES-FP QUELLE LANGUE POUR L ENFANT SOURD? APPROCHE THEORIQUE ET PRATIQUE A L IRJS Dans la Section Enseignement SEES-FP APPROCHE THEORIQUE L être humain est un être social, pourvu de la faculté innée du langage

Plus en détail

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS IV. Reconnaissance de la parole Gaël RICHARD Février 2008 1 Contenu Introduction aux technologies vocales Production et Perception de la parole Modélisation articulatoire Synthèse

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire PRESCO 40 Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives Un programme issu de Scientific Brain Training PRO TM LANGAGE et VOCABULAIRE Langage et raisonnement Nouvelle Edition Augmentée 40 exercices

Plus en détail

Lucie Charles. Etude en neuroimagerie de l influence de la conscience sur les processus de traitement de l erreur.

Lucie Charles. Etude en neuroimagerie de l influence de la conscience sur les processus de traitement de l erreur. Rapport de Stage M2 Cogmaster 2009 Lucie Charles Etude en neuroimagerie de l influence de la conscience sur les processus de traitement de l erreur Stanislas Dehaene Neurospin, Unité de Neuroimagerie Cognitive

Plus en détail

Dyslexie et apprentissage musical

Dyslexie et apprentissage musical Dyslexie et apprentissage musical La dyslexie et les autres troubles spécifiques d apprentissage font l objet d un intense effort de la recherche scientifique depuis une dizaine d année, effort qui s est

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Lectures conseillées

Lectures conseillées L acquisition du langage Licence Sciences de la vie Parcours Neurosciences Intégratives et cognitives Pascale Colé Année universitaire 2009-2010 Lectures conseillées de Boysson-Bardies, B. (1999). Comment

Plus en détail

Document à destination. des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap.

Document à destination. des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LE HANDICAP AUDITIF 1 Fiche pratique «Handicap» Selon la loi

Plus en détail

Interfaces cerveau-machine

Interfaces cerveau-machine Interfaces cerveau-machine Introduction - plan I. Pourquoi des interfaces cerveau machine (BCI)? II. La chaîne mise en jeu Pourquoi des BCI? Moyen de communication Pourquoi des BCI? Moyen de communication

Plus en détail

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement Comment aider un enfant dysphasique? Un document proposé par Christelle CHARRIER, conseillère pédagogique et Françoise VINCENT, formatrice à l' IUFM A l école mettre en place un programme d enrichissement

Plus en détail

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans)

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) Le développement du langage Découvrez comment l apprentissage de la lecture et de l écriture a un impact sur le développement du langage Quand s inquiéter du langage

Plus en détail

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.»

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» «L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» (Marc Delahaie,, médecin m phoniatre, chercheur et formateur) Synthèse Donatien ROUX Chargé de mission «Maîtrise de la langue Prévention

Plus en détail

EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral

EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral Coquet Françoise, Ferrand Pierre et Roustit Jacques Batterie pour l évaluation du développement du langage oral chez l enfant de 2 ans 3 mois à 6 ans

Plus en détail

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture Mécanismes cérébraux de la lecture Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Second Cours Vers une physiologie de la lecture Résumé du premier cours et plan du second cours La lecture

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

A propos des travaux d'emilia Ferreiro (D'après Roland Goigoux)

A propos des travaux d'emilia Ferreiro (D'après Roland Goigoux) A propos des travaux d'emilia Ferreiro (D'après Roland Goigoux) Objet de la recherche d'emilia Ferreiro : Montrer que les enfants qui débutent leur scolarité primaire construisent leur savoir "lire-écrire"

Plus en détail

Diplômes. Expériences professionnelles. Ingrid Fourrier Logopédiste (orthophoniste) Assistante de recherche et Doctorante

Diplômes. Expériences professionnelles. Ingrid Fourrier Logopédiste (orthophoniste) Assistante de recherche et Doctorante Ingrid Fourrier Logopédiste (orthophoniste) Assistante de recherche et Doctorante Université de Genève Faculté des Sciences de l Education et de Psychologie Boulevard du Pont D Arve, 42 1205 Genève (suisse)

Plus en détail

Technologies, ennemies ou alliées des apprentissages, Que dit la psychologie cognitive?

Technologies, ennemies ou alliées des apprentissages, Que dit la psychologie cognitive? Sixième Colloque inter académique de l AFAE Levallois-Perret, 12 janvier 2013 «Sciences cognitives et outils numériques, de nouvelles façons d apprendre?» Technologies, ennemies ou alliées des apprentissages,

Plus en détail

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde Mémoire Y. Morel http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde 1 A propos de l intelligence... 2 Quizz : Connaissez-vous votre mémoire? 3 Objectifs Exercice 1 - Dessin d enfant Exercice 2 - Liste de symboles Exercice

Plus en détail

Développement physique du trottineur

Développement physique du trottineur 4.1 Formatif 1- Lecture et faire un résumé d UN sujet : o Ouïe et vision p.105 et 106 o o Réflexes p.110-111 p.111-113 2- SANS les notes de cours, échanger l information comprise avec un autre élève de

Plus en détail

Les différents types d apprenants

Les différents types d apprenants Les différents types d apprenants Nous sommes tous - des étudiants et des formateurs - qui perçoivent, analysent, réfléchissent, visualisent, internalisent l'information et la transforment de diverses

Plus en détail

Bilinguisme et exogamie Défis et stratégies pour la petite enfance

Bilinguisme et exogamie Défis et stratégies pour la petite enfance Bilinguisme et exogamie Défis et stratégies pour la petite enfance Christine VanderByl, EPEI Centre de la petite enfance de l Ontario Comté de Simcoe Qui suis-je? Durant l atelier Les études et les recherches

Plus en détail

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ!

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LA REVOLUTION Plus qu'une simple révision, la WPPSI -IV est une évolution majeure pour l'examen psychologique : l évaluation est à la fois plus écologique et rigoureuse

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Norme d accessibilité pour les services à la clientèle :

Norme d accessibilité pour les services à la clientèle : Norme d accessibilité pour les services à la clientèle : conseils en matière de formation pour les employés organisations comptant 20 employés et plus introduction La nouvelle norme de l Ontario en matière

Plus en détail

C. COLIN 1,2 P. DELTENRE 2 G. COLLET 1,3,4 E. MARKESSIS 2,5,6 I. HOONHORST 1,2. 1 Encodage des sons du langage au niveau du tronc cérébral (TC)

C. COLIN 1,2 P. DELTENRE 2 G. COLLET 1,3,4 E. MARKESSIS 2,5,6 I. HOONHORST 1,2. 1 Encodage des sons du langage au niveau du tronc cérébral (TC) Troubles auditifs centraux et troubles perspectives de remédiation basées sur les d C. COLIN 1,2 P. DELTENRE 2 G. COLLET 1,3,4 E. MARKESSIS 2,5,6 I. HOONHORST 1,2 1 Unité de Recherche en Neurosciences

Plus en détail

1 «[C]omment (c est-à-dire par quel procédé neurophysiologique ou mental) des organismes

1 «[C]omment (c est-à-dire par quel procédé neurophysiologique ou mental) des organismes McAdams, Stephen. «La reconnaissance de sources et d événements sonores», dans E. Bigand et S. McAdams (direction), Penser les sons. Paris : Presses universitaires de France (1994), p. 157-213. Les sciences

Plus en détail

LOGICIEL LIBRE EN LECTURE. Syllaphon au cycle 2

LOGICIEL LIBRE EN LECTURE. Syllaphon au cycle 2 Syllaphon LOGICIEL LIBRE EN LECTURE Syllaphon au cycle 2 A partir de syllabes ou de mots inventés, ce logiciel propose des activités permettant de développer les capacités suivantes. Ecrire en respectant

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE 01/10/2014 Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI LES SCHEMAS NEUROBIOLOGIQUES DE LA PRISE DE RISQUE Marion Noulhiane, PhD Neurosciences. Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA

Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA Le document suivant a été construit dans le but de faciliter le classement des mémoires

Plus en détail