Mémoires proposés au LCLD (Lab Cognition, Langage, Développement)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoires proposés au LCLD (Lab Cognition, Langage, Développement)"

Transcription

1 THÈMES DE MÉMOIRES EN LOGOPEDIE - ULB PROPOSITIONS PAR LE LABORATOIRE DE COGNITION, LANGAGE & DEVELOPPEMENT (LCLD), L'UNITE DE RECHERCHE EN NEUROSCIENCES COGNITIVES (UNESCOG), L ACTION, BIAS & CONTROL GROUP (AB&C), L'UNITE DE RECHERCHE CONSCIENCE, COGNITION ET COMPUTATION (CO3), ET L'UNITE DE RECHERCHE EN NEUROPSYCHOLOGIE ET NEUROIMAGERIE FONCTIONNELLE (UR2NF) ( ) THEMES GENERAUX Mémoires proposés au LCLD (Lab Cognition, Langage, Développement) FABIENNE CHETAIL - Contact : Réunion d information sur ces thèmes mardi 21 octobre de 13 à 14h Salle DC Effets de compétition lexicale en lecture et longueur des mots (1 thème) L étude vise à tester dans quelle mesure les compétiteurs les plus forts lors de la reconnaissance de mots sont ceux qui partagent la même longueur. Influence des régularités orthographiques lors du traitement des mots écrits (3 thèmes) o Thème 1 : Effet des régularités orthographiques lors de l accès au lexique avec lexique artificiel o Thème 2 : Etude de l influence des régularités en potentiels évoqués (EEG) o Thème 3 : Influence des régularités orthographiques : comparaison adulte / enfant Traitement des marques diacritiques (accents) dans les mots écrits (1 thème) Le but est de tester si les accents dans la langue française font l objet d un traitement particulier où sont intégrés à l identité des lettres. Mesure des habiletés orthographiques chez l adulte (1 thème) 1

2 Création d un outil pour évaluer la qualité des représentations orthographiques chez l adulte, avec utilisation de cet outil pour étudier les processus de reconnaissance visuelle de mots). JACQUELINE LEYBAERT - Contact : Surdité Elaboration d'un test de lecture labiale (en collaboration avec B. Charlier) L intégration des informations manuelles et labiales de la parole codée en Langue française Parlée Complétée (LPC) : test d un effet Stroop (en collaboration avec C. Bayard et C. Colin). Description : Le mémoire consisterait à rechercher, à l'aide de potentiels évoqués, de l'évidence pour l'intégration des informations auditives (délivrée par les implants ou les prothèses) et l'information visuelle. Selon les possibilités de recrutement de participants, un groupe de personnes sourdes munies d'un implant cochléaire et familières avec la Langue française Parlée Complétée (LPC) recevrait des stimuli consistué d'information auditive, d'information visuelle labiale et d'information visuelle manuelle (geste du LPC). Ce mémoire fait suite à deux mémoires réalisés avec des mesures comportementales. Pour le recrutement des participants, l'étudiant pourra faire appel au réseu mis en place par l'équipe de recherche, mais il devra également développer ses propres contacts. Référence : Bayard, Colin, Leybaert (2013) Impact of Cued Speech on audio-visual speech integration in deaf and hearing adults, International Conference on Auditory-Visual Speech Processing (August 31: Annecy, France), page Compétences narratives de récits à l écrit chez l enfant sourd muni d un implant cochléaire Additions et soustractions non verbales : les sourds signants ont-ils les mêmes stratégies que les sourds oralistes et les entendants? (en collaboration avec A. Lafay et M. Fayol). Caractéristiques du développement langagier, analyses auprès d enfants de 3ème maternelle (avec collaboration avec Nathalie Thomas). Nous proposons ici d étudier les caractéristiques langagières (phonologie, lexique, morphosyntaxe, conscience phonologique et connaissance des lettres) d enfants de 3 ème maternelle.outre l analyse des questionnaires parentaux (anamnèse et questionnaire des habitudes de lecture à la maison), l étudiant aura à évaluer le langage oral de plusieurs enfants au moyen d une batterie langagière reconnue, dès le 1 er trimestre de l année scolaire Il disposera ensuite de l ensemble des données récoltées pour ses analyses. Les différentes variables à étudier seront définies en accord avec l étudiant et le promoteur et co-promoteur du mémoire. 2

3 BRIGITTE CHARLIER - Contact : Elaboration d'un test d évaluation des compétences en langue des signes: perception, compréhension et production (en collaboration avec J. Leybaert) Peut-on obtenir un effet Mc Gurk en combinant mouvements plus lèvres ou mouvements plus audition? CATHERINE HAGE - Contact : (en collaboration avec Jesus ALEGRIA) Evaluation de la lecture et de la production écrite d'enfants sourds fin du cycle primaire et début du secondaire Evalutation des aspects pragmatiques du langage chez l'enfant sourd (attention au recrutement de la population...) Evaluation de "la langue en mouvements" auprès de diverses populations : enfants entendants et enfants atteints de DA... PHILIPPE MOUSTY Contact : Effets du bilinguisme sur les fonctions langagières et cognitives Effets du bilinguisme sur l apprentissage d une troisième langue Acquisition du système orthographique du français chez les dyslexiques (en collaboration avec J. Alegria) Le système orthographique du fraçais est complexe. Il fait intervenir des connaissances phonologiques et morphologiques qui sont souvent en conflit. Par ailleurs l apprenti scripteur doit aussi intégrer des connaissances lexicales et sous-lexicales. On a fait des progrès considérables ces dernières années dans la compréhension des mécanismes qui interviennent dans l écriture de mots, leur développement et les déficiences inhèrentes. La proposition concrète de mémoire porte surtout sur la question du rôle de l aprentissage implicite dans l acquisition du système orthographique et la manière dont la dyslexie intervient dans ce domaine. Langage, fonctions mnésiques et exécutives dans les pathologies neurodéveloppementales (thème général ouvert à des étudiants qui proposeront un projet réaliste; en collaboration avec H. Slama) 3

4 Mémoires proposés par l UNESCOG (Unité de Recherche en Neurosciences Cognitives) CATHERINE DEMOULIN & REGINE KOLINSKY Contact: Effets de l acquisition de la lecture sur le développement des représentations et des processus en mémoire à court-terme et/ou de travail (1 mémoire) Chez les enfants, les capacités de mémoire à court-terme et de travail (MCT/MT) sont fréquemment associées aux compétences en lecture, les premières étant généralement considérées comme prédictives des secondes (e.g., Martinez Perez, Majerus, & Poncelet, 2012; Gathercole, Lamont & Alloway, 2006). Peu d études ont investigué la relation inverse, mais le fait que les adultes restés illettrés pour des raisons socio-économiques présentent de plus faibles capacités en MCT et en MT que des adultes lettrés ou ex-illettrés (e.g., Kosmidis et al., 2011) suggère un processus interactif, avec des effets en retour de l acquisition de la lecture sur les processus mnésiques et/ou les représentations en mémoire. Par conséquent, l idée de ce mémoire est de développer une étude qui permettra d investiguer un des mécanismes possibles de l influence de la lecture sur la MCT, cela chez l enfant ou chez l adulte. H. LAFONTAINE ET R. KOLINSKY Contact : L origine du déficit de la reconnaissance des mots écrits dans la dyslexie : Lien entre phonologie et traitement visuel" Parmi les différentes hypothèses explicatives de la dyslexie développementale, l hypothèse phonologique est dominante. Cependant, il a récemment été suggéré que des déficits visuels et/ou d attention spatiale comme le «crowding» pouvait également être une cause des difficultés en lecture des enfants dyslexiques. Ce thème de recherche à notamment pour objectifs d étudier le lien entre déficit phonologique et crowding, et, à un niveau plus qualitatif, d explorer le développement du système de traitement de la lettre chez l enfant dyslexique et de tenter de spécifier ce qui le différencie d un système expert. Le mémoire consistera 4

5 à sélectionner un paradigme pertinent pour étudier le développement de ce système et de le prétester chez l enfant normo lecteur d environ 9 ans. CECILE COLIN Contact : Etude électrophysiologique des mécanismes de discrimination phonologique chez l adulte A écart acoustique constant le long d un continuum de parole synthétique, des stimuli appartenant à des catégories différentes sont mieux discriminés que ceux appartenant à la même catégorie. Ce phénomène est connu sous le terme de Perception Catégorielle. A l aide de la technique des Potentiels Evoqués cérébraux, il est possible de mettre en évidence une composante électrophysiologique qui témoigne de la discrimination de contrastes phonétiques (Mismatch Negativity ou MMN). Cette composante est d autant plus ample que la distance acoustique entre les deux stimuli d une paire est importante. Toutefois, à écart acoustique égal, il n est pas exclu qu un contraste phonologique (donc pertinent dans la langue des sujets) suscite une MMN plus ample qu un autre contraste le long du même continuum mais qui n a pas cette valeur. Ce projet s attachera à explorer cette question, en envisageant éventuellement différents types de continua de parole, qui s inscrit dans le cadre du débat relatif à l existence de mécanismes spécifiques au traitement de la parole. Sharma, A., Dorman, M.F. (2000). Neurophysiologic correlates of crosslanguage phonetic perception. Journal of the Acoustical Society of America, 107(5), CECILE COLIN ET PAUL DELTENRE Etude de la signification fonctionnelle de la Mismatch Negativity (MMN) La Mismatch Negativity est une composante des potentiels évoqués cérébraux auditifs très étudiée car elle permet d évaluer, de façon objective, et sans que l attention soit requise, les capacités de discrimination auditive, que ce soit pour des sons purs, des sons musicaux ou les sons de la parole. Toutefois, un 5

6 désaccord subsiste dans la littérature quant aux mécanismes neurophysiologiques sous-jacents à la génération de la MMN. Elle est tantôt décrite comme reflétant des processus mnésiques, tantôt comme étant simplement liée aux propriétés d habituation des neurones. Nous nous proposons de contribuer à ce débat à l aide d un paradigme récemment développé dans notre laboratoire et en associant mesures neurophysiologiques et comportementales (chez l adulte sain). Hoonhorst, I., Deltenre, P., Markessis, E., Collet, G., Pablos Martin, X., Colin, C. (2012). Evidence for a dual vs single origin of the MMNs evoked by featured vs featureless deviants. Clinical Neurophysiology, 123, Encodage sous-cortical des différents indices acoustiques associés à la perception de la parole Les potentiels évoqués auditifs du tronc cérébral (Auditory Brainstem Response ABR) reflètent très précisément l encodage de ces différentes caractéristiques du signal. En particulier, la FFR (Frequency Following Response) est une composante des ABR, dont les décharges sont dites phase-locked car elles représentent fidèlement les caractéristiques fréquentielles et temporelles de la F0 et des premières harmoniques du signal. Grâce à cette technique, Anderson et al. (J Neurosci, 2010, Hearing Res, 2010) ont montré que les enfants souffrant de difficultés de lecture et de perception de la parole dans le bruit présentent un moins bon encodage sous-cortical des stimuli de parole. Dans ce travail, nous évaluerons l encodage des différents indices acoustiques associés à la perception de la parole dans le calme (et éventuellement dans le bruit) au moyen des ABR. Dans un premier temps, l intérêt se portera sur l enfant sain ; une extension chez l enfant dyslexique est envisageable. Anderson, S., E. Skoe, et al. (2010). Neural timing is linked to speech perception in noise. The Journal of Neuroscience 30(14): CECILE COLIN ET SIMON BAIJOT Adapter l environnement, un moyen alternatif pour aider les enfants TDAH L objectif de ce mémoire est de pouvoir évaluer/observer les effets bénéfiques d aménagement dans l environnement (tels que des sons, de la musique, ) chez des enfants/adultes ayant un trouble de l attention avec/sans hyperactivité (TDAH) comparés à des enfants contrôles. L outil utilisé est un matériel très spécifique qui permet de plonger l enfant dans une «classe 6

7 virtuelle» (ou l adulte dans un appartement virtuel) pendant qu un test neuropsychologique se déroule au tableau, permettant alors d évaluer ces aménagements dans l environnement (son, musique) et leurs bénéfices dans les conditions les plus "écologiques" possibles. Bioulac, S., Lallemand, S., Rizzo, A., Philip, P., Fabrigoule, C., & Bouvard, M. P. (2012). Impact of time on task on ADHD patient's performances in a virtual classroom. Eur J Paediatr Neurol, 16(5), CECILE COLIN ET GREGORY COLLET Etude des modifications de la catégorisation des sons chez les enfants de maternelle et de primaire suite à un entraînement auditif : Impact de l acquisition de la lecture et de l écriture Entre l école maternelle et les premières années de l école primaire, l enfant apprend non seulement à lire et à écrire mais ses capacités auditives de catégorisation des sons s en trouvent également améliorées. Cependant, les liens entre cette amélioration et l acquisition de la lecture et de l écriture restent assez flous. Le thème de recherche proposé est donc double : dans un premier temps, il s agirait de déterminer dans quelle mesure les entraînements auditifs pourraient contribuer à l amélioration des capacités auditives de catégorisation des enfants de maternelle avant que ceux-ci entrent dans le processus d apprentissage de la lecture et de l écriture. Dans un deuxième temps, il s agirait de déterminer quelles sont les capacités de malléabilité de la perception des sons chez les enfants de primaire durant l apprentissage de la lecture et de l écriture. Selon l avancement des recherches en cours, un mémoire peut également être envisagé auprès d enfants au développement atypique (SLI, dyslexiques) Collet, G., Colin, C., Serniclaes, W., Hoonhorst, I., Markessis, E., Deltenre, P., Leybaert, J. (2012). Effect of phonological training in French children with SLI : perspectives on voicing identification, discrimination and categorical perception. Research in Developmental Disabilities, 33, CECILE COLIN ET JACQUELINE LEYBAERT Etude comportementale et électrophysiologique du traitement sémantique en langue des signes : effet de la précocité d acquisition de la langue 7

8 Si beaucoup d études ont été consacrées au bilinguisme entre deux langues orales, peu se sont intéressés au bilinguisme entre une langue orale et une langue signée. Via la technique des potentiels évoqués cérébraux, nous souhaitons étudier les processus de traitement sémantique en langue des signes et en langue orale, chez des personnes entendantes vs sourdes avec différents de niveau d expertise et d âge d acquisition de la langue des signes. Capek, C.M., Grossi, G., Newman, A.J., McBurney, S.L., Corina, D., Roeder, B., & Neville, H.J. (2009). Brain systems mediating semantic and syntactic processing in deaf native signers: Biological invariance and modality specificity. Proceedings of the National Academy of Sciences of the U.S.A., 106(21), Etude des processus de liage dans l'intégration multi modale de la parole Lorsqu une syllabe audiovisuelle incongruente (supposée produire un effet McGurk) est précédée de séquences de syllabes audiovisuelles congruentes, l effet McGurk se trouve augmenté (effet de liage). Par contre, si le contexte précédant est incohérent, l effet McGurk est diminué (effet de déliage). Ces effets de liage et de déliage ont pour le moment été étudiés chez l adulte sain (Nahorna et al., 2012). L effet McGurk étant modulé au cours du développement, nous nous proposons, à présent, d examiner les processus de liage et de déliage chez l enfant sain, Nahorna, O., F. Berthommier, et al. (2012). Binding and unbinding the auditory and visual streams in the McGurk effect. Journal of the Acoustical Society of America 132(2): PAUL DELTENRE Contact : Mesure de la sonie La sonie est le percept subjectif (unité :le sone) correspondant à l'intensité (en db) des stimuli auditifs. La relation intensité-sonie se trouve perturbée dans deux types de circonstances: les surdités cochléaires dans lesquelles la sonie croit plus rapidement que normalement à partir d'un seuil élevé et l'hyperacousie ou le seuil reste normal mais les niveaux intolérables sont atteints beaucoup trop rapidement. Nous souhaitons implémenter et normaliser un algorithme psycho-acoustique ("LGOB") (Allen et al., 1990) raisonnablement facile à faire passer aux patients. Le projet de mémoire consiste en la programmation de l'algorithme et la constitution de donnes normatives chez des sujets normaux. 8

9 Allen, J., Hall, J. & jenga, S. (1990). Loudness growth in 1/2-octave bands (LGOB)--A procedure for the assessment of loudness. Journal of the Acoustical Society of America, 88(2), Mémoires proposés par l AB&C Group (Action, Bias & Control Group) Sophie Antoine et Wim Gevers Contact : ou Liens entre l attention spatiale, nombres et ordre sériel Il semblerait que l attention spatiale soit recrutée lorsque nous traitons des nombres, ainsi que lorsque nous devons maintenir des informations dans un ordre précis en mémoire de travail. Dès lors, est-il possible d observer des biais similaires lorsqu il s agit d indiquer le milieu d une ligne, d un intervalle numérique, ou d une séquence en mémoire? Le but du mémoire est de répondre à cette question en évaluant une batterie de tâches après de patients présentant de l héminégligence spatiale suite à une lésion cérébrale de l hémisphère droit à l hôpital Erasme. Laurence Questienne et Wim Gevers Contact : Quels sont les liens entre le sens de l agentivité et les mecanismes de contrôle cognitif? Le sens de l agentivité est la perception subjective que nous avons de contrôler nos actions. D autre part, l être humain possède des mécanismes de contrôle lui permettant d'adapter son traitement de l'information et de moduler son comportement en fonction de ses buts. Dans la littérature, ces mécanismes de contrôle sont étudiés séparément de l'expérience subjective de l'agentivité. Peut-on lier les deux? Mémoires proposés par le CO3 (Unité de Recherche Conscience, Cognition et Computation) Filip Van Opstal 9

10 Contact : How does working memory relate to conscious processing? Different cognitive theories suggest a close link between two of the most important cognitive functions, namely consciousness and working memory (WM). In a first study we recently corroborated this suggestion by showing that the threshold for visual awareness depends on WM load. During this internship we will further investigate this relation. It remains, for example, unclear what the impact of the specific content or modality of WM load on consciousness is, how the quality of the memory representations would impact visual awareness, or what the exact mechanism is that relates the two functions. Serial versus parallel information processing The general aim of this project is to understand why - and if - consciousness is necessary to process information. It has recently been shown that people can apply rules without being aware of the use of the rule. It remains unclear, however, how complex these rules actually can be before conscious processing is required. One hypothesis is that a rule can be unconsciously deployed when parallel processing is possible. In contrast, if the rule is serial in nature, conscious awareness of the rule is necessary for good performance. This hypothesis will be tested in this project. The impact of dopamine on visual consciousness We recently demonstrated a relation between striatal dopamine and the threshold for visual consciousness. In this project we will elaborate further on this issue by designing experiments that momentarily boost the level of dopamine and investigate how this briefly changes the consciousness threshold. From animal research, for example, we now that a rewarding stimulus or the violation of an expected reward induces a phasic release of striatal dopamine. These factors will be exploited in designing new experiments to test the relation between dopamine and consciousness in human participants. Emilie Caspar Contact : Effet de récompense sur le sentiment d'agentivité - Une récompense positive peut-elle modifier notre sentiment de responsabilité vis-à-vis d'une mauvaise action? Lorsque nous effectuons une mauvaise action, nous avons tendance à minimiser notre responsabilité. Concrètement, une mesure implicite de 10

11 l'agentivité (i.e. l'intentionnel binding) permet de montrer que lorsque nos actions sont suivies d'une conséquence négative, notre sentiment d'agentivité est réduit, alors que si elles sont suivies d'une conséquence positive, notre sentiment d'agentivité augmente. Par ailleurs, certaines études ont montré que les récompenses positives que nous recevons suite à nos actions augmentent notre sentiment d'agentivité envers celles-ci. L'objectif de ce mémoire sera de voir ce qu'il se passe dans une condition où votre action mène à une mauvaise conséquence (par exemple, vous brisez un verre), mais que vous recevez une récompense pour cette action. Cette recherche permettra notamment de comprendre pourquoi certaines personnes acceptent de faire de mauvaises choses, si une récompense s'en suit. "Ne me parle pas, tu me déconcentres!" - L'effet de l'atténuation sensorielle étudiée à travers ses propres mots et ceux des autres Pourquoi ne peut-on pas se chatouiller nous-mêmes? Une théorie avancée serait que le cerveau anticipe les conséquences de nos actions, par un processus de prédiction. Lorsque la conséquence de cette action correspond à ce qui a été prédit, l'information n'a pas besoin d'être aussi forte, et le cerveau peut donc se concentrer sur d'autre tâche. Il s'agirait d'un processus évolutif nous permettant de distinguer nos propres actions de celles des autres. Dans ce mémoire, l'objectif sera de transférer ce processus aux informations auditives. Lorsque vous êtes concentrés sur une tâche, écouter d'autres personnes converser peut vous perturber. Mais en est-il de même si vous êtes vous-même en train de parler, ou si vous écoutez votre propre voix? Apprentissage d'associations synesthésiques: Un synesthète peut-être continuer à acquérir des associations sensorielles après la période critique? (Emilie Caspar & Maria Grazia Ranzini) La synesthésie est un phénomène particulier qui concernait un faible pourcentage de la population. Les synesthètes perçoivent des associations spécifiques et non modifiables, par exemple entre un graphème et une couleur. Il semble que la présence d'une ou plusieurs formes de synesthésie chez un individu soit génétique, mais l'environnement déterminerait les associations perçues. La littérature parle d'une période critique en bas âge durant laquelle s'acquerraient ces associations. Nous avons découvert que les synesthètes, même à l'âge adulte, apprennent plus rapidement que des sujets tout venants de nouvelles associations propres à leur modalité (par exemple, lier des symboles pour lesquelles aucune synesthésie existe à des couleurs). L'objectif de ce mémoire sera de comprendre si les synesthètes sont également de meilleurs associateurs dans d'autres modalités (par exemple, associer un son à une couleur). Estibaliz San Anton 11

12 Contact : L'apprentissage associatif peut-il être implicite? Une investigation de la dynamique des relations entre comportement et conscience. L'apprentissage associatif consiste en l'acquisition de connaissances sur les liens qui existent entre les événements. L'objectif principal de ce mémoire sera de voir quelles sont les conditions nécessaires d'apprentissage de relations entre des évènements, mais aussi de voir si cet apprentissage peut être implicite, non conscient. Ce mémoire vise à contribuer au débat actuellement en cours qui oppose théories associatives et théories inférentielles de l'apprentissage. Irene Cogliati Dezza Contact : Should I stay Should I go? Cognitive, clinical and computational investigation of exploration and exploitation dilemma When deciding what to do next, we face the dilemma of choosing between actions with well-known outcome or of choosing actions whose outcome is unsure, but potentially better. We face this trade-off in our daily decisions, from simple to complex. It is an evolutionary adaptive mechanism, shared with other animals and supported by specific neuronal networks. A cognitive, computational and clinical investigation will be adopted increasing our understating of this crucial decision-making process. Axel Cleeremans contact : L'étendue et les limites de la cognition non-consciente L'objectif principal de ce mémoire est d'étudier l'étendue et les limites de la cognition non-consciente. Depuis les années 1950, l'idée que les messages subliminaux peuvent influencer passivement l'esprit humain est largement répandue et véhiculée par les médias. Cette croyance provient de l'étude frauduleuse de James Vicary qui a montré que les messages flashés pendant un film pourraient amener les gens à acheter plus de nourriture et de boisson. Même si il a admis plus tard qu'il a falsifié ses résultats, le pouvoir des messages subliminaux reste très populaire à tel point qu'il est devenu une véritable légende urbaine. Inversement, les études utilisant l amorçage masqué ont montré que les stimuli inconscients peuvent effectivement être traitées et contribuer à la prise de décision, mais que cela nécessite des instructions très précises. Ainsi, les individus doivent être activement engagés dans une tâche bien particulière, qui les oriente vers des traitements spécifiques, autrement les 12

13 effets subliminaux semblent inexistants. Au cours de ces dernières années, des études de masquage ont indiqué que les traitements non conscients sont très divers : reconnaissance visuelle, traitement moteur, traitement sémantique, traitement des émotions, apprentissage d association binaires de type stimulusréponse. Dans ce projet, nous souhaitons étudier plus en détail l'étendue du traitement non-conscient. En particulier, nous souhaitons tester si l'apprentissage d associations complexes et les mécanismes de contrôle peuvent avoir lieu lorsque les stimuli ne sont pas perçus consciemment. Réplication de l expérience de Marcel (1983) : Dissociation entre modalités de réponses dans une tâche de détection Marcel a montré que des sujets à qui l on demande de détecter un stimulus visuel à peine visible détectent mieux ce stimulus s ils devaient répondre en clignant de la paupière plutôt qu en disant «oui». Par ailleurs des sujets qui devaient répondre simultanément dans différentes modalités donnaient parfois des réponses contradictoires). Ce mémoire consistera à tenter de répliquer ces résultats et à explorer leurs implications en ce qui concerne les rapports actionperception. Influence d une expression induite chez l observateur sur la reconnaissance/ discrimination des expressions faciales (en collaboration avec Luis Bulnes, VUB) Des études en psychologie sociale ont montré que forcer les gens à adopter une expression faciale particulière (en leur demandant de tenir un crayon dans la bouche soit dans la longueur -- sourire --, soit par la pointe -- désapprobation) influence l'attitude qu'ils expriment par rapport à une opinion qu'ils entendent. Ici, nous voulons explorer si ces mêmes effets se manifestent quand on demande aux gens de détecter des changements graduels survenant dans l'expression faciale d'acteurs dans un paradigme de cécité au changement. Arnaud Destrebecqz Contact : Le rôle de l'attention sélective dans l'apprentissage implicite Influence de l'apprentissage implicite sur l'orientation de l'attention Julie Bertels & Arnaud Destrebecqz Contact : Influence du contenu émotionnel de stimuli visuels sur l orientation spatiale de l attention chez des enfants en âge pré-scolaire (Julie Bertels) 13

14 L idée est de voir dans quelle mesure, lorsqu on présente un stimulus émotionnel dans le champ visuel (par exemple, un visage fâché), l orientation de l attention va être modulée en comparaison avec la situation dans laquelle on présente un stimulus neutre (par exemple, un visage avec une expression neutre). Ce phénomène existe chez les adultes, et de récentes études appuient l idée qu il existerait aussi chez des enfants, voire même chez des bébés. Or, ceci prend tout son sens dans une perspective «évolutionniste», c est-à-dire l idée que les êtres humains auraient une prédisposition à craindre et à détecter très rapidement des stimuli considérés comme menaçants. Ceci constituerait en effet un avantage évolutif important dans la mesure où cette prédisposition leur permettrait d échapper au danger et ainsi, de survivre. Donc, dès le plus jeune âge, on devrait être en mesure d observer ces «biais attentionnels» envers du matériel émotionnel. Le but de ce mémoire est d investiguer ces biais chez des jeunes enfants (3-5 ans) en utilisant une procédure adaptée. Mémoires proposés par l UR2NF (Unité de Recherche en Neuropsychologie et Neuroimagerie Fonctionnelle) PHILIPPE PEIGNEUX & COLLABORATEURS Impact du tabagisme au sein des asymétries attentionnelles (Rémy Schmitz) Contact : Toute une série de biais perceptifs/attentionnels peuvent être mis en évidence au sein de la population adulte non pathologique. Ces biais sont généralement interprétés comme le produit de la latéralisation du réseau cérébral dédié aux fonctions attentionnelles. S'il est bien établi que la nicotine et le tabagisme influent sur les processus attentionnels, il n'existe par contre que peu d'études ayant étudié l'impact du tabagisme sur le degré de latéralisation des processus attentionnels. Ce mémoire aura donc pour objectif de comparer un groupe de participants non fumeurs à un groupe de "petits" et de "gros" fumeurs au moyen d'une batterie de tests réputés pour être sensibles aux asymétries perceptivo-attentionnelles. Relation entre paramètres visuels (dilatation pupillaire, saccades, direction du regard) et processus d inhibition dans le Trouble d Attention- Hyperactivité (ADHD) (Isabelle Massat, Philippe Peigneux) Contacts : & 14

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

ORA 1531 Phonétique clinique. Phonétique et troubles de la communication

ORA 1531 Phonétique clinique. Phonétique et troubles de la communication ORA 1531 Phonétique clinique Phonétique et troubles de la communication Plan du cours Représentation des troubles Transcription phonétique Analyses acoustiques Méthodes d intervention basées sur la phonétique

Plus en détail

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Pr LAMAS 12H PUPH Rappel Anatomique et Physiologique Exploration clinique et Paraclinique Pathologie oreille externe Oreille interne

Plus en détail

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Université Paris-Descartes M2 RECHERCHE PSYCHOLOGIE COGNITIVE NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Ouvrage recommandé : Fiori N. (2006). Les Neurosciences Cognitives. Armand Colin,

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture Mécanismes cérébraux de la lecture Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Second Cours Vers une physiologie de la lecture Résumé du premier cours et plan du second cours La lecture

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents?

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Questions courantes sur la cognition sociale et les capacités des personnes atteintes du SVCF Par le Dr

Plus en détail

Le droit de l'enfant sourd à grandir bilingue

Le droit de l'enfant sourd à grandir bilingue French Le droit de l'enfant sourd à grandir bilingue The French version of The right of the deaf child to grow up bilingual by François Grosjean University of Neuchâtel, Switzerland This production of

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal BLOC A École d été «non-créditée»_mise à niveau en orthopédagogie _350$/5 jours S adresse aux diplômés de la Maîtrise en orthopédagogie DATE HEURE Descriptif Lundi 17 août 9 h à 12 h Mélanie Bédard Doctorante,

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

NOUVELLES REGLEMENTATIONS

NOUVELLES REGLEMENTATIONS Vision et Conduite Permis B Permis Professionnels NOUVELLES REGLEMENTATIONS X. ZANLONGHI T. BIZEAU - C. GRIMAUD Centre Basse Vision de la Clinique Sourdille Laboratoire d Explorations Fonctionnelles de

Plus en détail

ESPE DE L ACADEMIE DE GRENOBLE

ESPE DE L ACADEMIE DE GRENOBLE ESPE DE L ACADEMIE DE GRENOBLE Guide de rédaction Mémoire de master MEEF Année universitaire 2014-2015 Sommaire 1 Informations générales à suivre impérativement... 2 1.1 Volume, pagination... 2 1.2 Orthographe

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Génie Logiciel et Gestion de Projets

Génie Logiciel et Gestion de Projets Génie Logiciel et Gestion de Projets INFO-F-407 Ragnhild Van Der Straeten 2008-2009 ULB 1 Génie Logiciel et Gestion de Projets Organisation 2 Ragnhild Van Der Straeten VUB, 4K209 Campus Etterbeek rvdstrae@vub.ac.be

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

APF, IRME, ALARME, AFIGAP. Quel avenir pour les. homme-machine? interfaces. F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007

APF, IRME, ALARME, AFIGAP. Quel avenir pour les. homme-machine? interfaces. F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007 Quel avenir pour les interfaces homme-machine? F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007 APF, IRME, ALARME, AFIGAP Réparer ou substituer! La politique de L IRME a été depuis plus de vingt ans de soutenir

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com Control your dog with your Smartphone USER MANUAL www.pet-remote.com Pet-Remote Pet Training Pet-Remote offers a new and easy way to communicate with your dog! With the push of a single button on your

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL Intro... 1 I. Caractéristiques des différents types de groupe... 1 A. Définitions... 1 B. Définition selon Anzieu et Martin... 2 C. Définition de Fisher...

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale CONTENU DES U.E MASTER JMIN Contenu des U.E UE 101 Communication, culture et expression (anglais, expression écrite et orale) UE 102 Conception et développement informatique UE 103 Conception sonore Expression

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de courte durée, vigilance et travail de nuit A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Ateliers du Bureau des dossiers professionnels et sociaux ***

Ateliers du Bureau des dossiers professionnels et sociaux *** Ateliers du Bureau des dossiers professionnels et sociaux *** 2015 16 Fédération des enseignant(e)s de la C.-B. 1 Introduction La FECB a pour fière tradition de soutenir les membres et les syndicats locaux

Plus en détail

MASTER 1 MENTION PSYCHOLOGIE

MASTER 1 MENTION PSYCHOLOGIE PRESENTATION DES THEMES DE TER (Travail d Etude et de Recherche) MASTER 1 MENTION PSYCHOLOGIE TOUTES SPECIALITES ANNEE UNIVERSITAIRE 2012/2013 Liste des thèmes de TER proposés 1. Qualité de vie et processus

Plus en détail

COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR

COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR SABRINA CAMPANO DIRECTION: NICOLAS SABOURET ENCADREMENT : NICOLAS SABOURET, VINCENT CORRUBLE, ETIENNE DE SEVIN SOUTENANCE

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI Par ALO VAN DER BEEK Docteur Vétérinaire Clinique Vétérinaire Beaulieu 15 rue des Frères Lumière F-86000 POITIERS

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

Nouveaux enjeux de recherche en sécurité routière liés à l'automatisation des véhicules : conséquences sur l'activité de conduite

Nouveaux enjeux de recherche en sécurité routière liés à l'automatisation des véhicules : conséquences sur l'activité de conduite Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Nouveaux enjeux de recherche en sécurité routière liés à l'automatisation des véhicules : conséquences sur

Plus en détail

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants 1 DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants Département de la formation de la jeunesse et de la culture 2 3 Chères enseignantes, chers enseignants, Dans le

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Le développement de la temporalité chez les. enfants

Le développement de la temporalité chez les. enfants Conférence à la Société Romande d Audiologie, de Phoniatrie et de Logopédie Le développement de la temporalité chez les Vincent Quartier Plan de la présentation Le temps Temps et hyperactivités Questionnaire

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

L inconscient cognitif

L inconscient cognitif Vincent Berthet Laboratoire de Psychologie de l'interaction et des Relations Intersubjectives (InterPsy EA4432) Réunion psyphine 27/11/2012 Introduction La conscience : une notion difficile Notion familière

Plus en détail

SPECIAL STRATEGIC MEETING FOR A NEW INTEGRAL ALLIANCE

SPECIAL STRATEGIC MEETING FOR A NEW INTEGRAL ALLIANCE SPECIAL STRATEGIC MEETING FOR A NEW INTEGRAL ALLIANCE www.integralvision.fr 28/04/12 1 LES SERVICES INTEGRAL VISION Cradle to Cradle «Avoir un impact positif» Déchet = nourriture Energie renouvelable Diversité

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

P2: Perception auditive

P2: Perception auditive P2: Perception auditive Daniel Pressnitzer Laboratoire des Systèmes Perceptifs, CNRS & Département d études cognitives, Ecole normale supérieure 29 rue d Ulm, 75230 Paris cedex 05 daniel.pressnitzer@ens.fr

Plus en détail

Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle

Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle Maria Pia Bucci 1, Naziha Nassibi 1, Christophe-Loic Gerard 2, Emmanuel

Plus en détail

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE JUIN 2015 BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY 2015 SERIAL QUI SUIS-JE? ESTELLE USER EXPERIENCE DESIGNER BUSINESS ANALYST BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY SERIAL.CH 2

Plus en détail

INITIATION A L ANGLAIS INFORMATIQUE UF 1

INITIATION A L ANGLAIS INFORMATIQUE UF 1 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INITIATION

Plus en détail

Bienvenue à la formation

Bienvenue à la formation Bienvenue à la formation Environnement Alimentation Heure Ecriture Lecture Vie quotidienne Emotions Argent Informatique Poids et mesures Communication Orientation spatiale et temporelle Programme des cours

Plus en détail

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset Bases de données et Refworks Sylvain Fiset 1 Plan de l atelier Démontrer l utilisation des bases de données dans un contexte pédagogique. Démontrer l utilisation des bases de données et de RefWorks dans

Plus en détail

SOUTENIR LES ÉLÈVES AYANT DES PROBLÈMES DE MÉMOIRE DE TRAVAIL

SOUTENIR LES ÉLÈVES AYANT DES PROBLÈMES DE MÉMOIRE DE TRAVAIL SOUTENIR LES ÉLÈVES AYANT DES PROBLÈMES DE MÉMOIRE DE TRAVAIL On a beau être très motivé, il est très difficile d apprendre et de récupérer les connaissances et les compétences clés lorsque l on ne retient

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant Ellen Moss Nos projets d études Suivi de 20 ans auprès de 200 familles Mesures des caractéristiques familiales, du développement

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Logiciels ORTHOMOTUS (PC)

Logiciels ORTHOMOTUS (PC) ORTHOMOTUS (PC) Tapavu? Thibault Marie-Pierre, Lenfant Mickaël, Helloin Marie-Christel Ce logiciel a pour objectif de stimuler les fonctions attentionnelles et visuo-perceptives chez les enfants. Il se

Plus en détail

Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience. Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr

Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience. Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr Psychologie cognitive, Neurosciences et Conscience Gilles Lafargue http://eugrafal.free.fr 1. Introduction : l expérience consciente comme objet d étude scientifique 2. Quelle(s) méthode(s) pour étudier

Plus en détail

FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH UNIQUE AU MAROC

FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH UNIQUE AU MAROC FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH UNIQUE AU MAROC aux particuliers qui souhaitent effectuer un travail de développement personnel et apprendre les outils du coaching (nous contacter pour validation

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail