LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC"

Transcription

1 LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier de l Etat et assume par conséquent la couverture de toutes les charges de l Etat. Ce rôle implique l unité de caisse. Ce dispositif permet une meilleure régulation des fonds à travers le pays. Quand, par exemple, les décaissements sont, dans un poste comptable, supérieurs aux encaissements, l ajustement est réalisé par mouvements de fonds (virement bancaire ou postal). De même, le Trésor est responsable de la coordination des mouvements de fonds dans le temps; une régulation des dépenses et des recettes disponibles est opérée en permanence en vue de compenser la trésorerie en fonction des rentrées fiscales qui se caractérisent par l alternance des périodes de hausse et de chute des recettes et/ou dépenses dans le temps Pour approvisionner la caisse, le Trésor dispose d informations régulières. Une situation quotidienne est fournie à partir du relevé du compte courant du Trésor à la BCEAO. En plus de ce rapport quotidien avec cette dernière, l autre fait révélateur du rôle de banquier du Trésor est la collecte de l épargne et des dépôts des correspondants du Trésor. Ce rôle lui confère la qualité d un véritable investisseur de l économie bien que ce rôle soit érodé par la crise économique et financière du moment. Ce chapitre détaille les opérations réalisées par le Trésor selon qu il s agisse de ressources internes ou de ressources extérieures. Les ressources internes sont celles qui proviennent des activités inhérentes au Trésor en tant qu agent financier de l Etat et les ressources extérieures sont celles qui proviennent des autre sources de financement telles que le compte des correspondants, l avance de la BCEAO, l emprunt intérieur et extérieur, et l aide budgétaire. 1

2 Section 1 : La mobilisation des ressources internes Dans cette section il est question de la loi de finances dont l exécution incombe au Trésor et qui a un effet certain sur les relations avec la BCEAO. La loi de finances peut se définir comme une loi autorisant l ensemble des ressources et des charges de l Etat avant le début d un exercice (loi de finances initiale) ou modifiant les autorisations (loi de finances rectificative) ou constatant les résultats financiers d une année (loi de règlement) et en donne les affectations budgétaires et comptables compte tenu d un équilibre économique et financier préalablement défini. L exécutions des opérations de cette loi de finances donne lieu à des flux d encaissement et de décaissement; ces flux sont constitutifs de circuit financier appelé le circuit financier public. Le budget de l année 1999 est exécuté sous l autorisation de la loi n du 16 décembre Le Trésor est chargé d assurer les relations financières entre l Etat et les autres organismes. Selon les dispositions du décret n 73-86, le Trésorier Général en tant que comptable public a pour attributions: - la prise en charge et le recouvrement des rôles, des ordres de recette, des créances résultant d un contrat ou d un titre de propriété dont il assure la conservation; - l encaissement des droits au comptant et des recettes de toute nature autorisée par la loi; - le paiement des dépenses soit sur ordre émanant des ordonnateurs, soit au vu des titres présentés par les créanciers, soit de sa propre initiative; - la suite à donner aux oppositions et autres significations; - le maniement des fonds et des titres qui lui sont confié. Les comptables publics sont personnellement et pécuniairement responsables des irrégularités commises dans l exercice de leurs fonctions. Cette responsabilité se traduit par le remboursement des manques à gagner, des sanctions disciplinaires et pénales. 2

3 Paragraphe 1: Les opérations à caractère définitif Le Trésor joue le rôle de régulateur des ressources de l Etat dans l espace et dans le temps. Les ressources constituant ce paragraphe sont celles du Budget Général, des Budgets annexes, des Budgets autonomes et des autres comptes spéciaux. La Trésorerie de l Etat n est pas différente à celle d un particulier ou d une entreprise. Elle suit au cours de l année des fluctuations (dans l exécution du budget) dues au décalage entre le rythme des dépenses et celui des recettes. La procédure comptable est l ensemble des techniques et des moyens utilisés pour enregistrer et contrôler les opérations de trésorerie. Elle se fait en application de la nomenclature de la comptabilité générale de 1 Etat. Ce paragraphe nous permettra de démontrer comment s effectue la gestion des disponibilités de caisse et celle des comptes courants postal et bancaire A/ La Gestion des Disponibilités de Caisse La gestion des disponibilités de caisse s effectue à travers la comptabilisation des opérations d encaissements et de décaissements au niveau du compte «numéraire chez le Trésorier Général». A la caisse sont reçues les recettes sur quittances et les recettes diverses quelle que soit la nature du versement. Ainsi sont retracées toutes les opérations de dépense sur titres de paiement (bon de caisse et ordre de paiement) les totaux des opérations des recettes et des dépenses sont quotidiennement retracés dans un même document appelé le brouillard. Pour tirer le solde comptable, l on additionne le solde antérieur (veille) et les recettes de la journée; l on soustrait le total des dépenses de la journée le résultat trouvé est rapproché de l encaisse. Quant aux valeurs de caisse, elles sont enregistrées dans un documents appelé calepin de caisse dont le total est comparé avec le solde débiteur accusé par les écritures. Le caissier rend compte quotidiennement de ses opérations au Trésorier Général. Pour l ensemble des fiches de dépenses montées, il est établi une fiche de recette d ensemble dont l enregistrement se fait: débit Crédit: un compte de détail (tels que: «recouvrement»; «Douane»; «Domaine» 3

4 En dehors de la gestion des disponibilités de caisse, le Trésor Public procède aussi à la gestion des disponibilités en comptes courants postal et bancaire. B/ La Gestion des Disponibilités en Comptes Courants Postal et Bancaire Si la loi fait obligation aux organismes publics de déposer tout ou partie de leurs fonds au Trésor National, elle fait aussi obligation au Trésor de ne déposer ses fonds que dans un établissement financiers public. Ainsi la gestion de la trésorerie de l Etat est assurée à travers ses comptes courants au CCP et la BCEAO. Pour ce qui concerne les dépenses au compte courant CCP, nous pouvons citer : - le règlement des fournisseurs - le paiement des salaires domiciliés au CCP. Tous les encaissements effectués sont portés au débit du compte par le crédit des comptes bénéficiaires. En matière des dépenses, on passe l écriture contraire. Le compte courant du T.G au CCP a pour numérotation: 465j. Alors que le compte courant du T.G à la BCEAO est numéroté 5001H00 et permet de réaliser diverses opérations. Pour son approvisionnement ce compte reçoit: - les virements des comptes spéciaux au T.G à la BCEAO; - les virements internes des banques et établissements financiers; - les versements en espèces des autres comptables publics; - les prélèvements en espèces de la caisse du Trésor; - les effet escomptés; - les déblocages de certains prêts extérieurs. par : Pour faire face à ses engagements, les opérations de retraits sont effectuées - les ordres de virement en faveur des banques en règlement des dépenses courantes; - les règlements du service de la dette; - - les transferts ordonnés par le T.G aussi bien à l extérieur qu à l intérieur; - les retraits des billeteurs pour les dépenses de souveraineté (salaires, frais de missions, bourses des étudiants, etc.); 4

5 - les débits d office pour les intérêts sur les avances consenties par la BCEAO; - les rejets des chèques en compensation. Le encaissements effectués au profit du compte courant bancaire sont portés au débit du compte par le crédit des comptes bénéficiaires. A ce titre, le compte est débité au profit des crédits des comptes correspondants surs opérations suivantes: - les comptes budgétaires pour l encaissement des recettes budgétaires notamment les recettes douanières (10502), les impôts directs (11231), les produits divers du budget (10504); - les comptes des correspondants et des tiers qui sont bénéficiaires des chèques en compensations et des virements ordonnés par les banques; - les comptes de disponibilité en cas de nivellement du compte CCP ou les comptes bancaires des autres comptables (payeurs) et du dégagement de caisse; les comptes de liaison en cas de compensation en faveur du Trésor avec les alliés (Paierie de France, OPT) qui sont et Toutes ces opérations sont réalisées sur l initiative du T.G. Mais il y a certaines opérations effectuées à l initiative de la BCEAO et qui sont par la suite notifiées au Trésor après exécution. Ce qui fait qu à la fiche de débit des chèques compensés sont ajoutés les virements d office effectués par la BCEAO sur le compte du Trésor. Ces virements concernent le plus souvent les comptes spéciaux du T.G, les avances statutaires de la BCEAO, le refinancement de cette dette, l encaissement des chèques hors place ou les versements des intérêts sur fonds du Trésor à la BCEAO, etc.. Les comptes bénéficiaires de ces recettes sont crédités au profit du débit du compte En matière de dépense, tous les paiements effectués à partir du compte courant bancaire du T.G sont portés au crédit du par le débit des comptes supportant les dépenses. Le compte est crédité au profit des débits des comptes de dépense correspondant aux opérations suivantes: - les comptes budgétaires pour le paiement des dépenses du budget national 5

6 notamment le , Budget Annexe d Exploitation des Matériels des Travaux Publics (114 26) et Budget d Investissement (114 27); - les comptes des correspondants et des tiers lors de paiement de leurs dépenses notamment l Office des postes et Télécommunication (119 01) et Caisse Nationale de Sécurité Nationale ( ), etc.; - les comptes de disponibilité en cas d approvisionnement: le (caisse) et le (CCP); - les comptes des autres comptables lors des approvisionnements des caisses des payeurs et percepteurs: et ainsi que le compte de liaison avec le payeur de France : A l instar des recettes, la BCEAO effectue des débits d office pour les dépenses qui ne sont notifiées qu après leur exécution au moyen d une note de débit. Ces débits d office concernent entre autres le remboursements des avances statutaires de la BCEAO, le nivellement en faveur de la BCEAO du compte découvert (soit 40% de l encaissement journalier de la compensation), les rejets des chèques en compensation, exécution des transferts en devises, les échéances FMI et les intérêts des avances. La comptabilisation s effectue par le crédit du compte «Compte courant du Trésor à la BCEAO» par le débit des comptes intéressés suivants «Remboursement», «Découvert du Trésor à la BCEAO», «Fonds mis à la disposition des régies d avance», «Autres avances de Trésorerie et dépenses d ordre», «Paiements à imputer P/C Services des Emprunts», «Avances sur Dépenses Budgétaires de Fonctionnement» etc.. Le service de la comptabilité centralise l ensemble des fiches de crédit accompagnées des bordereaux de règlement et ordre de virement correspondants. L approvisionnement de la caisse est comptabilisé séparément par rapport aux opérations postales et bancaires. A la fin de chaque journée, la BCEAO envoie un relevé de toutes les opérations passées dans le compte accompagné des avis de débit pour les dépenses à son initiative. Paragraphe 2: Les opérations à caractère temporaire L exécution de ces opérations est rigoureusement soumise aux règles de la comptabilité publique et aux dispositions permanentes de loi de finances. 6

7 Elles sont véritablement des opérations d intervention économique. Elles sont constituées des opérations en comptes spéciaux du Trésorier Général. L ouverture d un compte spécial s effectue à la demande du T.G afin de donner un caractère particulier à un certain nombre d opérations. Néanmoins cette procédure est une dérogation aux règles de l universalité budgétaire et de l unité caisse. L ouverture des comptes spéciaux à la BCEAO a commencé avec la crise de Fonds quant à la gestion rationnelle des fonds mis à sa disposition. Si certains comptes fonctionnent sous la signature du T.G, d autres par contre échappent à son contrôle. Il a été ouvert une multitude de comptes spéciaux dont les plus fonctionnels sont: H 00 «le Fonds de Sécurité»: il a été alimenté par la contribution des Nigériens et des partenaires bilatéraux dans le cadre de l accord de paix avec la rébellion armée. Les fonds sont utilisés à cet effet sous la signature du T.G et ordonnancés par le Premier Ministre H 00 «le compte de l OPT»: est alimenté par les chèques remis à l encaissement en règlement des prestations de service effectuées par l OPT à divers organismes publics et privés. Des opérations de dépenses sont effectuées sous la supervision du T.G H00 «le compte de la CNSS»: il fonctionne comme le compte de l OPT et est approvisionné par les chèques remis à l encaissement en règlement des cotisations dues par les organismes publics et privés H 00 «Contributions volontaires»: il a été institué pour soutenir la politique sociale du Niger et est alimenté comme son nom l indique des contributions volontaires des personnes physiques ou morales. Il est géré par un comité en place à cet effet H 33 «Projet d Appui au Programme d Ajustement Structurel»: il est alimenté par les aides financières octroyées par le Fonds Européen de Développement au Niger dans le cadre de ses efforts d apurement des arriérés de paiement. La gestion du compte est tripartite car elle nécessite l intervention du délégué du FED, du Trésor et de la BCAO H 00 «Recette de la privatisation» qui enregistre comme son nom l indique toutes les recettes provenant de la privatisation des sociétés étatiques. 7

8 Toutes les dépenses y afférentes sont payées sur ce comptes. Par lettre du ministre des finances, ordonnateur de ce compte, le reliquat des recettes est systématiquement viré dans le compte courant du T.G H QO «Projet de Réhabilitation de Modernisation de la Gestion des Finances Publiques»: il est alimenté par les appuis extérieurs des Bailleurs de Fonds multilatéraux. Toutes les dépenses afférentes à sa mission y sont payées. Les tirages FMI et les prêts IDA (BCEAO) des organismes internationaux tels que la BOAD, la BIB etc. transitent aussi par des comptes spéciaux du Trésor ouverts à la BCEAO et constituent des apports substantiels pour le Niger. Beaucoup de comptes spéciaux ont été clôturés à la demande du T.G soit par manque de liquidités, soit par épuisement des crédits. La durée d un compte spécial dépend de celle de l exécution de la mission pour laquelle il a été créé. Depuis longtemps, le Budget de l Etat est toujours voté en déficit. Ceci s explique d une part par l insuffisance des recettes internes et d autre part par l insuffisance des pratiques et des capacités gouvernementales à gérer de manière transparente rationnelle et efficace les ressources de l Etat. Ce problème conduit naturellement le Trésor à faire recours à des ressources complémentaires pour le financement des charges politiques de l Etat en nette progression. Lors de la préparation et du vote du budget; ce dernier doit nécessairement apparaître en équilibre selon les prévisions des ressources et des charges. Mais malheureusement cet équilibre n est pas toujours observé dans l exécution. Cette situation est due dans un premier temps à un secteur public non productif grâce aux aléas climatiques et dans un second temps grâce à un secteur privé dominé par des activités commerciales d importation, d exportation et de services non créateur de valeur ajoutée, ce qui lui permet de contribuer aux déséquilibres macro-économiques, où les balances des paiements et balances commerciales sont toujours déficitaires face aux charges énormes de l Etat pour ces dépenses courantes, dépenses en capital et autres dépenses de transfert. Ceci explique depuis longtemps par l apparition des soldes déficitaires des lois de finances. D où la recherche des ressources complémentaires à travers le solde positif des charges et des ressources de trésorerie. Pour assurer ces diverses fonctions et financer l impasse, le Trésor bénéficie diverses catégories de ressources: les dépôts des correspondants, l émission des 8

9 bons de Trésor, les avances de la banque centrale et les emprunts. Ces opérations dites de «banques» réalisées par le Trésor rentrent également dans le cadre de relations entre le Trésor Public et la BCEAO que nous allons voir dans la seconde section. 9

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE SYSTÈME COMPTABLE DE L ENTREPRISE SUIVI BUDGÉTAIRE FILIALE DIRECTION UNITÉ PROJET

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE SYSTÈME COMPTABLE DE L ENTREPRISE SUIVI BUDGÉTAIRE FILIALE DIRECTION UNITÉ PROJET SCRABBLE WEB COMPTA COMPTABILITÉ DES ENGAGEMENTS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE SYSTÈME COMPTABLE DE L ENTREPRISE COMPTABILITÉ ANALYTIQUE INTÉGRÉ SUIVI BUDGÉTAIRE SUIVI DE LA TRÉSORERIE FILIALE USINE DIRECTION

Plus en détail

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif BUDGETS ET CREDITS COMMENTAIRE DES ARTICLES 14 à 25 ARTICLE 14

Plus en détail

CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS

CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS 1 L'ENTREPRISE BACCALAURÉAT EN 3 ANS Éléments généraux de l entreprise Le commerçant,

Plus en détail

Les principes de base de la comptabilité

Les principes de base de la comptabilité C HAPITRE 1 Les principes de base de la comptabilité UNE entreprise est une unité économique qui combine différents facteurs (humains, techniques et financiers) dans le but de produire des biens ou des

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES pour l exercice financier se terminant le 31 DÉCEMBRE 2009

ÉTATS FINANCIERS de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES pour l exercice financier se terminant le 31 DÉCEMBRE 2009 ÉTATS FINANCIERS de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES pour l exercice financier se terminant le 31 DÉCEMBRE 2009 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics CAISSE

Plus en détail

Devenir collaborateur comptable

Devenir collaborateur comptable 15 Jours Devenir collaborateur comptable dans COMPTABILITE - COMPTABILITE GENERALE et ECRITURES DE COMPTE Objectifs de la formation Découvrir le bilan et le compte de résultat Maîtriser l enregistrement

Plus en détail

LE ROLE DU TRESOR DANS L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT

LE ROLE DU TRESOR DANS L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT LE ROLE DU TRESOR DANS L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT Le budget de l Etat est l acte par lequel sont prévues et autorisé toutes les recettes et dépenses au cours de l année. Il est équilibré en ressources

Plus en détail

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF Fiche méthodologique Les outils comptables et financiers Décembre 2012 Le bilan, le compte de Le bilan, le compte de sont trois documents comptables complémentaires utilisés dans le cadre d une comptabilité

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

Tome 6 CHARGES POUR LE COMPTE DE TIERS

Tome 6 CHARGES POUR LE COMPTE DE TIERS 565 Tome 6 CHARGES POUR LE COMPTE DE TIERS TOME 6 566 SOMMAIRE TITRE 1 INDEMNITÉ COMPENSATRICE FORFAITAIRE VERSÉE AUX EMPLOYEURS D APPRENTIS... 571 CHAPITRE 1 RAPPELS RÉGLEMENTAIRES... 572 CHAPITRE 2 DISPOSITIF

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE FOOTBALL DE TABLE

FEDERATION FRANCAISE DE FOOTBALL DE TABLE Préambule Article 1 Organisation comptable Page 1 1.1. L Assemblée générale Page 1 1.2. Le Comité Directeur Page 1 1.3. Le bureau Page 1 1.4. Le président Page 1 1.5. Le trésorier général Page 1 Article

Plus en détail

Placée sous l autorité d un Directeur Général, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique ou Trésor Public est chargée :

Placée sous l autorité d un Directeur Général, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique ou Trésor Public est chargée : LA DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE ATTRIBUTIONS ARTICLE 8 : Placée sous l autorité d un Directeur Général, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique ou

Plus en détail

TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION. Décrets et Arrêtés

TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION. Décrets et Arrêtés TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION Vendredi 19 rabiaa II 1434 1 er mars 2013 156 ème année N 18 Sommaire Décrets et Arrêtés Présidence du Gouvernement Nomination du directeur général de l école nationale

Plus en détail

FICHE 25 - OPERATIONS DES DECLARANTS DIRECTS : DILIGENCES INCOMBANT AUX INTERMEDIAIRES FINANCIERS

FICHE 25 - OPERATIONS DES DECLARANTS DIRECTS : DILIGENCES INCOMBANT AUX INTERMEDIAIRES FINANCIERS BALANCE DES PAIEMENTS - RECUEIL DES MODALITES DECLARATIVES DEUXIEME PARTIE : A L ATTENTION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS FICHE 25 - OPERATIONS DES DECLARANTS DIRECTS : DILIGENCES INCOMBANT AUX INTERMEDIAIRES

Plus en détail

Manuel de la présentation de l information financière municipale

Manuel de la présentation de l information financière municipale Manuel de la présentation de l information financière municipale Résumé de la mise à jour Décembre 2014 Direction générale des finances municipales Ministère des Affaires municipales et de l Occupation

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa AFRITAC de louest l Ouest Bamako - Mali Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat Lomé, du 07 au 11 février 2011 Tableau des opérations financières de l Etat actuel (TOFE) et Plan de Trésorerie

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française de Badminton

Règlement financier de la Fédération Française de Badminton GdB Règlement financier de la Fédération Française de Badminton Règlement adoption : AG 15/04/12 entrée en vigueur : 11/06/12 validité : permanente secteur : GES remplace : Chapitre 1.3-2014/1 nombre de

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur,

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur, Le Président TOULOUSE, le 02 août 2007 Réf. : JO7 212 01 Monsieur le Directeur, J ai l honneur de vous notifier, conformément aux dispositions de l'article L. 241-11 du code des juridictions financières,

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

PLANS DES COURS DISPENSES A L E.N.A

PLANS DES COURS DISPENSES A L E.N.A PLANS DES COURS DISPENSES A L E.N.A COMPTABILITE D ETAT CYCLE MOYEN SUPERIEUR CHARGE DE COURS : Monsieur DJOBO J. B. INTRODUCTION PARTIE I : SYSTÈME ET ORGANISATION COMPTABLES DE L ÉTAT TITRE I : LE SYSTÈME

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté par le conseil d'administration lors de sa 275 e assemblée du 29 juin 2009. (résolution n o 2321) Tout au long du document, le masculin a été utilisé dans

Plus en détail

Comores. Statut de la formation professionnelle

Comores. Statut de la formation professionnelle Statut de la formation professionnelle Loi n 83-010 du 4 novembre 1983 [NB - Loi n 83-010 du 4 novembre 1983 fixant le statut de la formation professionnelle et précisant ses modalités et son cadre d exécution]

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CONCOURS DE RECRUTEMENT D INSPECTEUR DE L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE EPREUVES DE COMPOSITION AU CHOIX

LE PROGRAMME DES CONCOURS DE RECRUTEMENT D INSPECTEUR DE L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE EPREUVES DE COMPOSITION AU CHOIX LE PROGRAMME DES CONCOURS DE RECRUTEMENT D INSPECTEUR DE L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE EPREUVES DE COMPOSITION AU CHOIX Sources : Arrêté du 12 février 2004 modifiant l'arrêté du 9 juillet 1996 fixant l'organisation

Plus en détail

DECRET N 66-510 DU 4 JUILLET 1966 portant régime financier des collectivités locales.

DECRET N 66-510 DU 4 JUILLET 1966 portant régime financier des collectivités locales. DECRET N 66-510 DU 4 JUILLET 1966 portant régime financier des collectivités locales. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Vu la Constitution, notamment en ses articles 37 et 65 ; (J.O. 3836, p. 891) Vu l ordonnance

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS Page 1 sur 10 ASSOCIATION METEO LOR STATUTS ARTICLE 1er - CONSTITUTION - DUREE. Conformément aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901, il est fondé le 20 avril 2013 une

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS n 7 2 octobre Pages 165 à 174 UNIVERSITÉ DE LA ROCHELLE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS 166 Université de La Rochelle Le recueil des actes administratifs est consultable aux services centraux de l université

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

LE ROLE DE LA DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE.

LE ROLE DE LA DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE. DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE. DIRECTION DE LA FORMATION DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION. LE ROLE DE LA DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE.

Plus en détail

DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE

Plus en détail

S T A T U T S ( TITRE I CONSTITUTION OBJET SIÈGE SOCIAL DURÉE

S T A T U T S ( TITRE I CONSTITUTION OBJET SIÈGE SOCIAL DURÉE S T A T U T S Le président de l association La Quincéenne, Vu l article 19 des statuts modifiés rédigés en date du 24 janvier 2014, Vu les délibérations de l Assemblée générale extraordinaire en date du

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

Calculer les échelles d'intérêts; Contrôler la facturation bancaire; Etablir la situation des comptes bancaires. C. Métiers

Calculer les échelles d'intérêts; Contrôler la facturation bancaire; Etablir la situation des comptes bancaires. C. Métiers A. s de la formation Cette formation fournira aux étudiants l ensemble des connaissances leur permettant de: D'être capables d assurer le bon fonctionnement des comptes clients Réaliser les opérations

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change LES EFFETS DE COMMERCE Définition L effet de commerce est un titre négociable qui constate l existence d une créance au profit du propriétaire (le porteur). Le chèque, le billet à ordre, le warrant et

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL FNC 2008

RAPPORT ANNUEL FNC 2008 FNC 2008 Fonds national de compensation du supplément familial de traitement Caisse des dépôts - Direction des Retraites rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex : 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail

INFORMATISATION DE LA GESTION BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE DE L UNION DES COMORES PROCESSUS (octobre 2015)

INFORMATISATION DE LA GESTION BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE DE L UNION DES COMORES PROCESSUS (octobre 2015) UNION DES COMORES Association Internationale des Maires Francophones PROJET D APPUI A LA BONNE GOUVERNANCE ECONOMIQUE ABGE INFORMATISATION DE LA GESTION BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE DE L UNION DES COMORES PROCESSUS

Plus en détail

Domaine 1 : le haut de bilan

Domaine 1 : le haut de bilan Domaine 1 : le haut de bilan S assurer de l exactitude du bilan La vision patrimoniale est un élément déterminant pour donner une image fidèle de la situation financière de la collectivité. Le bilan à

Plus en détail

Comptes de charges (Classe 6)

Comptes de charges (Classe 6) Comptes de charges (Classe 6) Les charges d exploitation normale et courante sont enregistrées sous les comptes 60 «Achats», 61/62 «Autres charges externes», 63 «Impôts, taxes et versements assimilés»,

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

Option spécifique Economie et droit

Option spécifique Economie et droit Direction générale de l enseignement obligatoire Examen de passage de l enseignement privé ou à domicile à l école publique Mai 2012 Nom : Prénom : Admission en 9 e VSB Option spécifique Economie et droit

Plus en détail

INSTRUCTION. N 01-003-P-R du 10 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00003 J. Texte publié au BOCP INSTRUCTION SUR LA FAUSSE MONNAIE ANALYSE

INSTRUCTION. N 01-003-P-R du 10 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00003 J. Texte publié au BOCP INSTRUCTION SUR LA FAUSSE MONNAIE ANALYSE INSTRUCTION N 01-003-P-R du 10 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00003 J Texte publié au BOCP INSTRUCTION SUR LA FAUSSE MONNAIE ANALYSE Procédures applicables en présence de fausse monnaie et de pièces ou billets

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Articles L. 1612-4 et L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie

Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie Recommandations sur la réforme de gestion des finances publiques 12 décembre 2012 (Version finale)

Plus en détail

RAPPORT SUR LES FACTEURS DE RISQUE

RAPPORT SUR LES FACTEURS DE RISQUE RAPPORT SUR LES FACTEURS DE RISQUE Risques relatifs aux marchés financiers Dans le cadre de sa gestion de trésorerie, le Groupe Snef a recours à des instruments financiers, de type swap de taux ou de devises

Plus en détail

I - Le CFA support d UFA. Encart : Mise en œuvre de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école

I - Le CFA support d UFA. Encart : Mise en œuvre de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école Encart : Mise en œuvre de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école UNITÉS DE FORMATION PAR APPRENTISSAGE (UFA) C. n 2006-042 du 14-3-2006 NOR : MENE0600465C RLR : 527-3b MEN - DESCO

Plus en détail

ORGANISATION ADMINISTRATIVE

ORGANISATION ADMINISTRATIVE ORGANISATION ADMINISTRATIVE A) LE CONTROLE INTERNE Se caractérise notamment par les éléments suivants : A - Un système d organisation B - Un système de documentation et d information C - Un système de

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat

10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat 1 FIPECO le 07.04.2016 Les fiches de l encyclopédie III) Programmation et pilotage des finances publiques 10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat Les outils de pilotage des dépenses de l Etat

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE 24 août 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS ORGANE SUBSIDIAIRE DE MISE EN ŒUVRE Vingt et unième session Buenos Aires, 6-14 décembre

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

GERER SON ENTREPRISE Formation en présentiel (21 heures)

GERER SON ENTREPRISE Formation en présentiel (21 heures) Programme détaillé GERER SON ENTREPRISE Formation en présentiel (21 heures) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion d une entreprise (et tout particulièrement d une jeune entreprise

Plus en détail

Fiche thématique. Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées. Document de travail

Fiche thématique. Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées. Document de travail Fiche thématique Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées 2

Plus en détail

PRÉSENTATION DU BUSINESS TEMPLATE ERP5 M9

PRÉSENTATION DU BUSINESS TEMPLATE ERP5 M9 PRÉSENTATION DU BUSINESS TEMPLATE ERP5 M9 Ce document propose une présentation succincte d'erp5 M9. Pour de plus amples précisions sur la solution contacter Nexedi par mél : info@nexedi.com ou par téléphone

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE l OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 11 décembre 2008 portant homologation du règlement n o 2008-12 du Comité de la réglementation

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Le vote et l exécution du budget

Le vote et l exécution du budget Le vote et l exécution du budget G E S T I O N Le budget primitif est un acte ayant valeur d autorisation prévisionnelle. Il devrait donc être voté avant le début de l exercice auquel il s applique, c

Plus en détail

Nomenclature comptable des professions libérales Arrêté du 30 Janvier 1978. I - Comptes financiers (1) :

Nomenclature comptable des professions libérales Arrêté du 30 Janvier 1978. I - Comptes financiers (1) : LA NOMENCLATURE COMPTABLE DES PROFESSIONS LIBÉRALES ET DES TITULAIRES DE CHARGES ET OFFICES - SES VARIANTES EN PLANS COMPTABLES GÉNÉRAUX 1957 ET 1999 Plan Comptable Général 1999 Règlement 99-03 du 29 Avril

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

LA COMPTABILITE PAR ACTIONS ET PAR ETABLISSEMENTS

LA COMPTABILITE PAR ACTIONS ET PAR ETABLISSEMENTS LA COMPTABILITE PAR ACTIOS ET PAR ETABLISSEMETS Les objectifs d une comptabilité par actions et d une comptabilité par établissements Distinction entre la comptabilité par actions et la comptabilité par

Plus en détail

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 Notes aux Etats Financiers Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 INTRODUCTION AU 31 décembre 2008, La Caisse Autonome Pour Le Renforcement

Plus en détail

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN Sommaire 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN 12 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES CONVENTIONS RÈGLEMENTÉES 13 COMPTE DE RÉSULTAT

Plus en détail

Classe 1-Comptes de capitaux

Classe 1-Comptes de capitaux Classe 1-Comptes de capitaux 10 Capital et réserves 101 Capital 1 1011 Capital souscrit non versé 1012 Capital souscrit - versé 1015 Patrimoine des régies 1016 Patrimoine public 104 Primes liées au capital

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES COMPTES ANNUELS EXERCICE SOMMAIRE Sommaire 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES 5 COMPTE DE RESULTATS PRODUITS 6 COMPTE DE RESULTATS CHARGES (LISTE)

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Initiation à la comptabilité simplifiée Les obligations comptables Obligations minimales Obligations de fait Obligations légales Les règles de la comptabilité de trésorerie Principes d enregistrement Utilisation

Plus en détail

Particuliers & Immobilier

Particuliers & Immobilier Particuliers & Immobilier Consignations Les particuliers et les consignations en matière immobilière L a Caisse des Dépôts est une institution financière publique, en charge de missions d intérêt général

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES ***

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** DEFINITION D UNE POLITIQUE DE RECOUVREMENT 1 Entre la Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE

CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE Objectif(s) : o Encaissements prévisionnels, o Décaissements prévisionnels, o Trésorerie prévisionnelle. Pré requis : o Connaissances

Plus en détail

IV. Rapport Financier

IV. Rapport Financier IV. Rapport Financier 1. Bilan au 31 décembre 2014 page 2 2. Compte de Résultat 2014 page 3 3. Commentaires annexes aux comptes 2014 page 5 4. Etat des Immobilisations page 13 5. Etat des Amortissements

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT ( TOFE)

GUIDE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT ( TOFE) REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES FINANCES PROJET D APPUI A LA GESTION ECONOMIQUE (PAGE) 1 GUIDE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT ( TOFE) VERSION DEFINITIVE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR. Comptes d opérations monétaires

ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR. Comptes d opérations monétaires R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Comptes d opérations monétaires NOTE EXPLICATIVE La présente annexe au projet de loi de finances est prévue par le 6

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Analyse Financière des collectivités locales Maison de l Elu, Marrakech 23 May 2012 Présenté par: M. Hassan Ameur

Plus en détail

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015 Yvon Boisselle, CPA, CA Alain Girard, CPA, CA Jacques Renaud, CPA, CA Robert Brunelle, CPA, CA Robert Arbour, CPA, CA André Létourneau, CPA, CA Linda Leduc, CPA, CGA Serge Jacques, CPA, CA Félicienne Picard,

Plus en détail

Sous-Section 3 LES PROCÉDURES D EXÉCUTION DU BUDGET. Cours de Raymond FERRETTI

Sous-Section 3 LES PROCÉDURES D EXÉCUTION DU BUDGET. Cours de Raymond FERRETTI Sous-Section 3 LES PROCÉDURES D EXÉCUTION DU BUDGET Cours de Raymond FERRETTI 1 1 - Les procédures normales Raymond FERRETTI 2 A - La phase administrative Raymond FERRETTI 3 a) En matière de dépenses Raymond

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES AVANTAGES AU PERSONNEL La présente note vient en appui à l instruction n 2 du 29 octobre 2009 portant première application

Plus en détail

Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE

Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE Objectifs : Réaliser un travail de synthèse à la fin du module 711-Introduction à la Gestion Comptable. Mettre en œuvre le principe de double détermination

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? La présente fiche récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES 3 Manuel de la présentation de l information financière municipale ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Gouvernement du Québec

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail