Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise"

Transcription

1 Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers Analyse de l évolution et résultat Analyse de la structure financière à partir du bilan Analyse de la constitution de la trésorerie Analyse de l endettement En conclusion : Analyse financière de l hôpital de Bourg Saint Maurice Analyse de l évolution et résultat Analyse de la structure financière à partir du bilan Analyse de la constitution de la trésorerie Analyse de l endettement En conclusion :... 11

2 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers 1.1 Analyse de l évolution et résultat Produits d'exploitation / / /2012 Ventes de marchandises , , ,30-2,26% 6,93% 4,51% Production vendue , , ,70-7,19% 14,18% 5,97% Produits de l'activité hospitalière , , ,07 1,90% -1,27% 0,61% Subventions d'exploitations et participations , , ,52 66,66% 310,60% 584,30% Reprises sur amortissements, dépréciations et provisions , , ,84-76,50% 123,90% -47,38% Autres produits de gestion courante , , ,68 0,60% -8,10% -7,55% Total , , ,11 0,94% 0,55% 1,49% Charges d'exploitation / / /2012 Achats stockés; autres approvisionnements , , ,63-1,47% 2,86% 1,35% de stock , , ,09 19,09% -179,43% -205,71% Achats non stockés de matières premières ou fournitures , , ,73 8,67% 6,85% 16,12% Services extérieurs et autres services extérieurs , , ,67-9,77% 1,02% -8,85% Impôts, taxes et versements assimilés sur rémunérations , , ,45 0,05% 3,00% 3,06% Autres , , ,14 10,86% 4,17% 15,48% Charges de personnel: rémunérations et autres charges de personnel , , ,69 0,77% 3,54% 4,34% Charges sociales , , ,37 1,67% 2,89% 4,61% Dotations aux amortissements , , ,84 0,71% -7,31% -6,65% Dotations aux dépréciations / actif circulant: 0, ,00-100,00% Dotations aux provisions risques et charges , , , ,30% -62,59% 401,43% Autres charges de gestion courante , , ,79 14,29% 6,82% 22,08% Total , , ,45 0,75% 1,13% 1,88% Marge brute d'exploitation , , ,89 81,31% -47,58% -4,96% Résultat d'exploitation , , ,34 5,55% -21,84% -15,08% Les produits d exploitation suivent un rythme d évolution régulier, limité à 1% par an. En 2012, la hausse des produits d exploitation s observe principalement au sein du poste Subvention et participations. La progression des subventions n est que faciale, elle est liée à un changement de comptabilisation de la dotation pour permanence des soins. En effet, le rapport financier détaillé précise que «jusqu en 2011, la dotation accordée pour la permanence des soins était inscrite en titre 1, elle était incluse dans les dotations MIGAC. En 2012, la majeure partie de cette dotation a été basculée dans le Fonds d Intervention Régionale, pour un montant de Ce transfert explique l évolution sur ce chapitre entre 2011 et 2012 ( )». Ainsi, après avoir retraité cet élément, on observe une stagnation des subventions sur 2012, de même que les produits de l activité hospitalière qui plafonnent à 60,9M contre 61,1M en Au final, la hausse des produits d exploitation s explique par la progression du poste Production vendue. Sur la période, les charges d exploitation suivent un rythme d évolution comparable. Cette hausse est notamment due, en 2011 comme en 2012, à la hausse des charges de personnel. Celle-ci s accélère en On notera que le poste services extérieurs, suit une évolution inverse que celle des charges de personnel, avec une réfaction nette sur la période. Dans ce contexte, la marge brute hospitalière reste stable sur la période malgré un pic en 2011 (la hausse des produits d entretien précédent la hausse de la charge de personnel sur 2012). La politique de provisionnement est par ailleurs débauchée sur une stabilisation du déficit d exploitation autour de 2M.

3 Le résultat financier s améliore sur la période sous le double effet : - De la progression des produits financiers (revenus du VMP) - De l érosion des charges financières (intérêts de la dette) En conséquence, le résultat courant connait les mêmes fluctuations, bien qu atténuées, que le résultat d exploitation. Il reste déficitaire au cours des trois dernières années, malgré une légère amélioration en Produits exceptionnels / / /2012 Sur opération de gestion: exercice courant , , ,46 16,70% -25,84% -13,46% Exercices antérieurs , , ,92 12,97% -79,88% -77,27% Sur opérations en capital 150, , , ,00% -83,72% 600,00% Reprises sur provisions et dépréciations: reprises sur les provisions ,00 0,00-100,00% -100,00% Total , , ,38 3,29% -75,67% -74,87% Charges exceptionnelles / / /2012 Sur opération de gestion: exercice courant , , ,85-65,57% -74,40% -91,19% Exercices antérieurs , , ,05 29,45% -31,71% -11,59% Sur opérations de capital 4 632,56 170,50 451,47-96,32% 164,79% -90,25% Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions: dotations aux provisions réglementées , , ,86 160,95% 12,86% 194,52% Total , , ,23 32,03% -19,22% 6,65% Résultat exceptionnel , , ,85-14,77% -130,64% -126,12% Résultat comptable , , ,66 1,38% 126,54% 129,68% De par l érosion du résultat exceptionnel, le résultat comptable se dégrade sur l exercice 2012.

4 Les produits exceptionnels connaissent une forte fluctuation sur la période avec une baisse marquée en Elle est occasionnée principalement par les produits exceptionnels sur les exercices antérieurs, du fait de refacturation en 2011 de prestations SMUR secondaires de 2009 et 2010 et de refacturation de défaut d exhaustivité sur l activité MCO via LAMDA (ces reformulations ne sont plus enregistrée en produits exceptionnels en 2012 mais en titre 1). De leur côté, les charges exceptionnelles fluctuent moins que les produits et se situent à un niveau moindre. Leur variation provient principalement des provisions à caractère exceptionnel et dans une moindre mesure des annulations de titres sur exercices antérieurs. En conséquence, le résultat exceptionnel s est contracté en 2011 et en En 2012, le résultat exceptionnel devient même déficitaire / / /2012 Marge brute d'exploitation , , ,89 81% -48% -5% Taux de marge brute d'exploitation 2,80% 5,02% 2,62% 80% -48% -6% CAF Brute hors éléments exceptionnels , , ,42 94% -49% -1% Taux de CAF Brute hors éléments exceptionnels 2,47% 4,73% 2,40% 92% -49% -3% CAF Brute , , ,90 65% -62% -37% Taux de CAF Brute 3,95% 6,45% 2,47% 63% -62% -38% Sur l ensemble de la période, la marge brute dégagée par l hôpital se situe à moins de 5% des produits d exploitation et plus précisément entre 2,5% et 3%, ce qui traduit des marges d exploitation restreinte. Le pic de marge brute en 2011 (taux à 5%) doit être analysé comme un phénomène ponctuel et non structurel lié à une progression de produits d activité préalable à une augmentation à venir des charges sur l exercice La CAF brute dégagée par l établissement est très proche de la marge brute si l on raisonne hors éléments exceptionnels, du fait d un résultat financier peu impactant et en amélioration sur la période. En intégrant les éléments exceptionnels, de par les régularisations de produits constatés en 2010 et 2011 (cf. commentaires produits exceptionnels), la CAF se trouve améliorée et dépasse ainsi la marge brute, tout en restant à des niveaux restreints.

5 1.2 Analyse de la structure financière à partir du bilan Analyse de la constitution de la trésorerie Le fond de roulement de l établissement est relativement conséquent, il dépasse 14M sur l ensemble de la période, malgré une légère baisse sur l exercice Malgré cette baisse, le fonds de roulement en jour d exploitation se situe au moins à 80 jours sur la période. Dans le détail, on observera la baisse du fonds de roulement d exploitation, qui conduit à une baisse du fonds de roulement net global d un peu plus de 3%. Cette baisse s explique par les déficits générés sur la période. En contre partie, le fond de roulement d investissement est en progression du fait notamment de la politique de provisionnement de l établissement. La progression du BFR sur la période conjuguée à la légère baisse du fond de roulement débouche sur une érosion de la trésorerie qui passe de 44 jours d exploitation à 34 jours d exploitation. Malgré cette évolution, la trésorerie reste à un niveau satisfaisant Analyse de l endettement / /2012 Le ratio d indépendance financière fait ressortir un endettement faible de l établissement au regard de ses fonds propres. Il ne dépasse pas 10% pour une limite admise de 50%. Les deux autres ratios d endettement (durée apparente de la dette et poids des charges financières) viennent confirmer le poids limité de la dette dans la structure financière, ce qui ne traduit pas cependant une capacité d endettement significative du fait du niveau restreint de l autofinancement dégagé par l établissement. En parallèle, on notera un taux de vétusté des immobilisations assez élevé qui s explique notamment par l absence de nouveaux investissements ces dernières années dans le projet de construction du nouvel hôpital. 2010/2012 Ratio d'indépendance financière 12% 11% 10% -9% -7% -16% Ratio de durée apparente de la dette 2,04 1,09 2,42-47% 123% 19% Ratio du poids des charges financières 0,35% 0,31% 0,27% -11% -12% -22% Taux de vétusté des immobilisations 63,38% 65,52% 68,84% 3% 5% 9%

6 1.3 En conclusion : Les marges d exploitations sont réduites si l on s en réfère au taux de marge brute (2,62% en 2012) et aux taux de CAF Brute (2,47% en 2012). Or ce niveau de marge doit être pris en compte dans un contexte de dynamisme limité des recettes de l activité hospitalière (+0,9% en deux ans) et contrecarré par la hausse des charges. La structure financière renvoie à une situation de trésorerie positive explicable par un effort d équipement limité ces dernières années, avec une faible mobilisation du fonds de roulement (- 0,3M ). En parallèle il convient de mettre en perspective l endettement limité (10% des capitaux permanents) du CHAM avec une vétusté avancée des immobilisations et notamment des constructions. Les perspectives d endettement et d investissement de l établissement resteront cependant limitées s il n est pas mesure d améliorer ses marges d exploitation Sur la base des marges actuelles: - Une marge brute médiane observée ces trois dernières années de 20M - Une CAF nette médiane observée ces trois dernières années de 1,5M - Le fonds de roulement de 14M mobilisé à hauteur de 7,5M par le besoin en fond de roulement, soit une trésorerie de 6,5M On peut estimer la capacité d investissement à: - CAF nette X 12 = 18M (1,5M X 12), soit une capacité d emprunt de 18M sur 20 ans, à 5% - Trésorerie disponible = 6,5M - Trésorerie de sécurité = 1M - Trésorerie mobilisable = 5,5M (6,5-1) - Soit une capacité d investissement de 23,5M (18M +5,5M ). Les perspectives d extinction de la dette actuelle (non prises en compte à ce stade) peut venir corriger plus ou moins fortement cette estimation.

7 2 Analyse financière de l hôpital de Bourg Saint Maurice 2.1 Analyse de l évolution et résultat Produits d'exploitation / / /2012 Ventes de marchandises , , ,47 148% 69% 320% Production vendue , , ,35 7% 5% 12% Production stockée 0,00 0,00 0,00 Production immobilisée 0,00 0,00 0,00 Produits de l'activité hospitalière , , ,10 6% 0% 6% Subventions d'exploitations et participations 6 715, , ,30 38% 4290% 5953% Reprises sur amortissements, dépréciations et provisions , , ,00 52% 155% 287% Transferts de charges d'exploitation 0,00 0,00 0,00 Autres produits de gestion courante , , ,23 4% 8% 13% Total , , ,45 6,48% 3,08% 9,76% Charges d'exploitation Achats de marchandises 0,00 0,00 0,00 de stock 0,00 0,00 0,00 Achats stockés de matières premières ou fournitures 0,00 0,00 0,00 de stock 0,00 0,00 0,00 Achats stockés; autres approvisionnements , , ,78 9% 7% 16% de stock , , ,64-4% -165% -163% Achats non stockés de matières premières ou fournitures , , ,58 16% -6% 9% Services extérieurs et autres services extérieurs , , ,01 9% 2% 11% Impôts, taxes et versements assimilés sur rémunérations , , ,09 5% 7% 13% Autres 4 688, , ,94 21% -65% -57% Charges de personnel: rémunérations et autres charges de personnel , , ,64 5% 6% 11% Charges sociales , , ,75 4% 6% 10% Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions: sur immobilisations: dotations aux amortissements et , , ,75 35% 3% 38% dépréciations Sur actif circulant: dotations aux dépréciations , , ,00-6% -18% -22% Pour risques et charges: dotations aux amortissements, , ,00 0,00-47% -100% -100% provisions Autres charges et dépréciations de gestion courante , , ,44 107% -35% 34% Total , , ,34 6,94% 4,61% 11,86% Marge brute hospitalière , , ,86 9,07% -26,85% -20,21% Résultat d'exploitation , , ,11-4,63% -38,80% -41,63% *Concernant l exercice 2012, l analyse s est faite sur la base du seul compte de gestion, en l absence du rapport du compte financier. Les produits d exploitation sont en hausse constante sur la période, avec une progression cumulée de 10%. La hausse des produits d exploitation se retrouve plus particulièrement sur les produits de l activité hospitalière (hausse de 6%) et sur une hausse ponctuelle du poste subventions et participations en 2012, dont il conviendra de vérifier l origine (reclassement de dotations MIGAC en FIR notamment). On notera de plus que les ventes de marchandises ont connu une progression significative ces deux dernières années, et la production vendue augmente également régulièrement. Les charges d exploitation connaissent également une croissance régulière. Le rythme de progression est légèrement supérieur à celui des produits, ce qui débouche sur une hausse cumulée de 12% sur la période. Que l on raisonne en rythme d évolution ou en montant, la hausse des charges est plus

8 particulièrement marquée sur le personnel (+11%) et sur les achats stockés (+16%). Par ailleurs, les dotations aux amortissements et provisions impactent de plus en plus le compte de résultat de l établissement avec un niveau de 900k en 2012 contre 650k en En résultante, la marge brute et le résultat d exploitation marquent une baisse sur la période et plus particulièrement sur l année Il demeure cependant à un niveau positif. Le résultat financier est principalement impacté par les charges financières (intérêt de la dette), les produits financiers étant quasi-nuls. Le résultat financier se situe à un déficit moyen de -550k, avec un pic de déficit en 2011 de 642k.

9 Le résultat exceptionnel est (sans grande surprise) fortement variable sur la période, du fait notamment des régularisations sur exercice antérieur en produits et en charges. Son impact sur le résultat comptable reste cependant limité / /2012 Sur l ensemble de la période, la marge brute de l établissement dépasse 1,5M, hormis en 2012, où elle n atteint que 1,2M. Ce niveau de marge peut être aussi considéré, bien que plus élevé qu au sein du CHAM, comme relativement limité si l on se réfère à la valeur cible du secteur hospitalier (entre 8 et 10%). La baisse de la marge brute en 2012 doit alerter l établissement et nécessite de prendre les mesures nécessaires pour stopper cette tendance. La CAF brute est assez comparable, qu elle soit analysée avec ou sans éléments exceptionnels (impact limité des éléments exceptionnels). Le taux de CAF brute se situe au-delà de 4% avant 2012 et passe en deçà de ce seuil en 2012, de part le recul de la marge brute. La CAF brute se situe ainsi à un niveau plutôt bas, mais permets toutefois de faire face au remboursement de la dette avec une marge de manœuvre restreinte. 2010/2012 Marge brute d'exploitation , , ,86 9,07% -26,85% -20,21% Taux de marge brute d'exploitation 7,55% 7,74% 5,49% 2,43% -29,03% -27,31% CAF Brute hors éléments exceptionnels , , ,43 5,28% -36,07% -32,69% Taux de CAF Brute hors éléments exceptionnels 4,76% 4,71% 2,92% -1,13% -37,98% -38,68% CAF Brute , , ,71 16,90% -18,18% -4,35% Taux de CAF Brute 4,37% 4,79% 3,81% 9,79% -20,63% -12,86%

10 2.2 Analyse de la structure financière à partir du bilan Analyse de la constitution de la trésorerie Le niveau du fond de roulement de l établissement n appelle d observations particulières. Il est en léger recul sur la période, mais se maintient toutefois à un niveau proche de 4M (3,8M en 2012). La baisse du fond de roulement est avant tout à rattacher au fond de roulement d investissement. Le besoin en fond de roulement marquant une baisse constante depuis 2010 (de 3,5M à 2,7M ), la trésorerie de l établissement peut se maintenir sur la période malgré la baisse du fond de roulement. Elle se situe légèrement au-delà de 1M et représente 20 jours d exploitation, ce qui traduit une marge réduite de trésorerie Analyse de l endettement / / /2012 Fonds de roulement en jours d'exploitation 88,48 78,19 68,08-12% -13% -23% BFR en jours d'exploitation 69,84 52,14 48,94-25% -6% -30% Trésorerie en jours exploitation 18,64 26,05 19,15 Ratio d'indépendance financière 64% 63% 62% -2% -2% -4% Ratio de durée apparente de la dette 17,18 14,17 16,69-18% 18% -3% Ratio du poids des charges financières 3% 3% 3% Taux de vétusté des immobilisations 29,23% 31,18% 33,00% 7% 6% 13%

11 Au vue des ratios d indépendance financière et de durée apparente de la dette le niveau d endettement de l établissement est assez conséquent et laisse entrevoir des perspectives d endettement restreinte. En effet, le ratio d indépendance financière est assez nettement au dessus de 50%, malgré le fléchissement en 2012 et la durée apparente de la dette dépasse 15 ans à fin Par ailleurs, si l on s en réfère au taux de vétusté des immobilisations qui oscillent autour de 30%, l établissement semble disposer d un patrimoine rénové récemment En conclusion : Les marges d exploitation ne s améliorent pas malgré le dynamisme des produits d activité (+5,72% en deux ans), du fait du caractère inflationniste des charges d exploitations (notamment les charges de personnel, en hausse de 11% en deux ans). La marge brute hospitalière se situe autour de 5% des produits, ce qui représente un meilleur niveau que celui observé pour le CHAM, mais qui demeure en deçà du niveau cible du secteur hospitalier, situé entre 8 et 10%. En complément de la marge brute l analyse de la CAF fait apparaitre un niveau de CAF nette restreint (inférieur à 500k sur la période), qui plafonne à 270k en 2012 du fait principalement de la baisse de la marge brute. Du point de vue de la situation de trésorerie, l établissement fait état d un niveau de fond de roulement comparable à celui du CHAM (autour de 80 jours d exploitations en moyenne ces trois dernières années) si on le rapporte aux charges d exploitation. Le fond de roulement est en légère baisse en 2012 (-8,67%). La politique du recours à l emprunt a été modérée (l établissement a emprunté 4M en 2010 dans le cadre de l investissement de l hôpital modulaire). Le besoin de fonds de roulement étant assez important (au regard du roulement notamment), la trésorerie se situe à un niveau relativement bas (soit 20 jours), avec une marge de manœuvre restreinte. L endettement fin 2012 est conséquent comme en témoigne un taux d indépendance financière à 62%. Il reste cependant supportable du fait que l établissement est en mesure de faire face au remboursement des annuités, et ce même si l autofinancement disponible est quasi-nul. Le fait que la capacité dynamique de remboursement de la dette s élève à 16 ans en 2012 (niveau a priori faible), s explique avant tout par la baisse de la CAF et doit être rapproché de l endettement récent. Au vu de ces éléments, l enjeu pour l hôpital est de ne plus laisser baisser sa marge brute et donc de retrouver des marges de manœuvre sur l exploitation afin de faire repartir sa capacité d endettement. Une attention particulière doit être portée à la maitrise de l évolution des charges d exploitation (l évolution 2012 tend à alerter). Dans ce contexte, et dans un scenario de maintien des marges de manœuvres actuelles, une approche globale de la capacité d investissement débouche en résultat sur 4M que l on peut justifier de la façon suivante : - CAF nette X 12 = 3,6M (300k X 12), soit une capacité d emprunt de 3,6M sur 20 ans, à 5%, - Trésorerie disponible = 1M - Trésorerie de sécurité = 0,3M - Trésorerie mobilisable = 0,7M (1-0,3), soit une capacité d investissement de 4,3M (3,6+0,7)

12 Les perspectives d extinction de la dette actuelle (non prises en compte à ce stade) peut venir corriger plus ou moins fortement cette estimation.

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 7 avril 2015 fixant le modèle de présentation du plan global de financement

Plus en détail

Présentation de vos principaux indicateurs financiers

Présentation de vos principaux indicateurs financiers ENTREPRISE INDIVIDUELLE DURAND Coiffure Madame Catherine DURAND 63400 CHAMALIERES Votre Bilan Année 2009 ENTREPRISE INDIVIDUELLE DURAND Présentation de vos principaux indicateurs financiers Cette présentation

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse.

Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse. Page 1/7 Les bilans et le compte de résultat de la société MARMANDE sont présentés ci-après. Les dirigeants vous demandent d apporter votre analyse. Bilan au 31/12/N Immobilisations incorporelles 380 108

Plus en détail

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé MARCHE DES PROFESSIONNELS ANALYSE FINANCIERE APPLIQUEE Cas d application ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé Nom du client : André BESSEY Activité: Couverture Charpente Duréee de

Plus en détail

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h)

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Vous souhaitez analyser la situation financière de l entreprise Arnault et disposez pour cela de la liasse fiscale de l année N (Bilan

Plus en détail

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE Valorisation du compte de gestion 2014 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Master 1 Droit et Management

Master 1 Droit et Management Master 1 Droit et Management Cours de Management Financier 24 h CM MCC : écrit terminal de 2 h Enseignant : Jean-Marc Bascourret Management Financier Objectif : appréhender et maîtriser les principales

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 212 à 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS Mars 215 SOMMAIRE I) LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT...4 A) Composantes des charges et des

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

Commune de Plan d Aups Sainte Baume

Commune de Plan d Aups Sainte Baume Commune de Plan d Aups Sainte Baume Audit de début de mandat Le 23 juillet 2014 Restitution publique Ce document ne peut se lire et s interpréter qu en liaison avec les commentaires apportés oralement

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif GESTION FINANCIÈRE DECF Session 2007 - Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TABLEAU DE FLUX ET DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Définir l objectif des tableaux de flux de trésorerie : Ils permettent : de déterminer la

Plus en détail

L ANALYSE DU RESULTAT

L ANALYSE DU RESULTAT La formation des Soldes Intermédiaires de gestion Le tableau du PCG 99 Intérêt des différents S. I. G. La Capacité d AutoFinancement Ratios, partage de la valeur ajoutée, bibliographie, application L ANALYSE

Plus en détail

P6C14 Structure financie re et rentabilite s

P6C14 Structure financie re et rentabilite s P6C14 Structure financie re et rentabilite s Remarque préalable : L article 23 de la loi de finances pour 2013 restreint la déductibilité des charges financières pour les entreprises assujetties à ls :

Plus en détail

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex M. TEST 11 place SaintMartin BP 80394 57007 METZ CEDEX 01 Dossier de Gestion Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010 Cabinet comptable : Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex Cemogest

Plus en détail

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat Le compte de résultat est un document comptable qui permet de savoir si les recettes de l entreprise (les produits) ont permis de faire face

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE

TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE TRES. MOREZ SM DEV.TOURISME STATION ROUSSE Valorisation du compte de gestion 2013 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière MASTER 1 DROIT Examen du 2 ème semestre 2014/2015 Première session Anaïs HAMELIN Gestion Financière Durée de l épreuve : 1 heure Matériel autorisé : Calculatrice (Téléphone portable interdit) Document(s)

Plus en détail

collectivités territoriales

collectivités territoriales Jean-Marc LE ROUX Enseignant comptabilité - finance et gestion budgétaire Ecole nationale de la Santé publique Département MATIS Jean-Pierre HARDY Chef du bureau de la réglementation comptable budgétaire

Plus en détail

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL L entreprise PODENSAC ( SARL au capital de 13 000 ), fabriquant de produits exotiques, est actuellement en pleine croissance. Elle vient de réaliser de nouveaux investissements qui lui permettront d augmenter

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Analyse économique de l impact de la certification HotelCert

Analyse économique de l impact de la certification HotelCert Analyse économique de l impact de la certification HotelCert Comparaison entre un groupe d hôteliers certifiés et un groupe d hôteliers non-certifiés de la région Aquitaine Réalisation : CCI Bayonne Pays

Plus en détail

PARTIE 1 L analyse de la performance et de l activité

PARTIE 1 L analyse de la performance et de l activité Sommaire Présentation 5 Chapitre 1 L'approche financière de l entreprise 15 1 Définition et objectif 15 2 Les sources d information de l analyse financière 15 A L information comptable 15 1) Les comptes

Plus en détail

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS EXERCICES PARTIE 2 : INTERPRETATION DES ETATS FINANCIERS SKEMA Business School 1/19 Exercice 1 : VRAC 2 En reprenant le bilan comptable de l exercice 1 Partie 1 (VRAC),

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE PONTON Fanny Blossier Analyste Financier 16 rue Victor Hugo BP 54000 Nancy Tél : 06 65 66 87 42 E-mail : fanny.blossier@pretup.fr 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE Fiche

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

Décrypter rapidement les comptes d une entreprise Fiche mémo

Décrypter rapidement les comptes d une entreprise Fiche mémo Décrypter rapidement les comptes d une entreprise Fiche mémo Comment décrypter rapidement les comptes d une entreprise? I Analyse économique Éléments juridiques : forme juridique, capital, associés. Éléments

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à 2009.

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

* Les ratios de liquidité générale, réduite et immédiate ont évolué en dents de scie au cours de la période 2005-2007 ;

* Les ratios de liquidité générale, réduite et immédiate ont évolué en dents de scie au cours de la période 2005-2007 ; DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL D ESSOUKNA. 20/06/2008 16:31 Introduction. 1. ANALYSE FONDAMENTALE. 2. ANALYSE DE MARCHE. 3. ANNEXES : TABLEAUX ET GRAPHIQUES. Introduction. ESSOUKNA, promoteur immobilier agréé,

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE SASU JFR BATIMENT Ouma MAMAN Analyste Financier 16 rue Victor Hugo BP 54000 Nancy Tél : 06 28 98 67 63 E-mail : ouma.maman@pretup.fr 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE Fiche d

Plus en détail

Projet site de Visite Activité

Projet site de Visite Activité Activité capacité accueil 1 1 1 1 1 Nombre de jours d'ouverture 3 3 3 3 3 taux moyen remplissage 4% 45% 5% 55% 55% soit entrées vendues 12 135 15 165 165 prix moyen entrée 1 1 1 1 1 ENTREES 1 2 1 35 1

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 I. Calendrier L article R.6145-44 du code de la santé publique précise que «le directeur arrête le compte financier

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014 Assemblée Générale 30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie Rapport financier année 2014 Compte de Une année excédentaire +18 460 450 000 400 000 350 000 387 667 352 380 CEMEA - Produits 2014 1 049 033 300

Plus en détail

Méthode de calcul des profits et indicateurs structurels

Méthode de calcul des profits et indicateurs structurels des profits et indicateurs structurels Soldes intermédiaires de gestion avant répartition Besoin en Trésorerie Autres produits et charges d'exploitation + Opérations en commun + Excédent brut d'exploitation

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Corrigé Cas «Les Applications Oléo Mécaniques de Paris»

Corrigé Cas «Les Applications Oléo Mécaniques de Paris» www.thauvron.com mise à jour : 12/09/2005 Corrigé Cas «Les Applications Oléo Mécaniques de Paris» Soldes intermédiaires de gestion retraités 2004 Ventes de marchandises - Coût d achat des marchandises

Plus en détail

RETREAUSPECTIVE 2014. Bilan financier 2014

RETREAUSPECTIVE 2014. Bilan financier 2014 Bilan financier 2014 Sommaire 1. Introduction 2. Analyse comparée des Comptes Administratifs 2013 et 2014 provisoire 3. Les financeurs du SIAAP 4. Présentation de l évolution (de la trésorerie) et de la

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers :

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers : Pour évaluer la performance financière, l analyste devrait poser trois questions : - Comment évolue la rentabilité de l entreprise. - L entreprise est-elle solvable. - La structure financière de l entreprise

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Introduction La compagnie des hôtels bleus est une société qui gère un grand nombre d hôtels répartis sur tout le territoire français. Vous venez

Plus en détail

De la comptabilité aux documents de synthèse

De la comptabilité aux documents de synthèse De la comptabilité aux documents de synthèse se La balance totaux mouvements soldes N libellé débits crédits débits crédits 10 capital 900 000,00 900 000,00 164 emprunts 200 000,00 200 000,00 2183 matériel

Plus en détail

Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes :

Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes : L analyse du bilan Chapitre 18 Introduction Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes : - Les cycles d exploitation,

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE 910006 DCG SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun document n est autorisé. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique

Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique Bruxelles, le 3 octobre 2013 Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique Le résultat courant des hôpitaux généraux recule de manière structurelle. Les hôpitaux demeurent toutefois

Plus en détail

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière Durée : 3H00 Deuxième année Questions de cours : (4pts) 1- Quelles

Plus en détail

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Edition 2014 Plan 1. Chiffres-clés 2. Nomenclature d activités 3. Données détaillées par secteur 4. Catégories socio-professionnelles

Plus en détail

Comptes de charges (Classe 6)

Comptes de charges (Classe 6) Comptes de charges (Classe 6) Les charges d exploitation normale et courante sont enregistrées sous les comptes 60 «Achats», 61/62 «Autres charges externes», 63 «Impôts, taxes et versements assimilés»,

Plus en détail

Comparatif. des finances cantonales et communales. Frequently Asked Questions Foire Aux Questions

Comparatif. des finances cantonales et communales. Frequently Asked Questions Foire Aux Questions Comparatif des finances cantonales et communales Frequently Asked Questions Foire Aux Questions Nils.Soguel@unil.ch Evelyn.Munier@unil.ch www.unil.ch/idheap > finances publiques Questions Page Le Comparatif

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Rapport de gestion ANNÉE 2014

Rapport de gestion ANNÉE 2014 1 Rapport de gestion ANNÉE 2014 Sommaire 2 Préambule Les Produits d Exploitation Les Charges d Exploitation Produits et Charges Exceptionnels et Financiers L Actif du Bilan Le Passif du Bilan Analyse Budgétaire

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel

CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel CHAPITRE 3 Le bilan fonctionnel 1 PRINCIPE Le bilan fonctionnel reprend tous les comptes des classes 1 à 5 mais avec une présentation différente de celle du bilan comptable. Il s agit d un bilan simplifié

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée.

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Le Président Nantes, le 11 mars 2013 Référence rappeler : KPL GD 130392 KJF Monsieur le Directeur, Je vous ai adressé par lettre du 30 janvier 2013 le rapport d observations définitives concernant la gestion

Plus en détail

La solvabilité et liquidité financière

La solvabilité et liquidité financière Ce qu il faut retenir sur La solvabilité et liquidité financière LA SOLVABILITE La solvabilité traduit la capacité d une entreprise à faire face à ses engagements financiers c est-à-dire la capacité à

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Analyse Financière des collectivités locales Maison de l Elu, Marrakech 23 May 2012 Présenté par: M. Hassan Ameur

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Fondamentaux de la création d entreprise

Fondamentaux de la création d entreprise Fondamentaux de la création d entreprise Mathieu Gatumel Année 2010 Institut Universitaire de Technologie 2 Département Informatique 2, Place du Doyen Grosse, 38000 Grenoble mathieu.gatumel@iut2.upmf-grenoble.fr

Plus en détail

Animée par Thierry GARBAYE. CONFERENCE du 14/11/2014

Animée par Thierry GARBAYE. CONFERENCE du 14/11/2014 SAVOIR LIRE ET INTERPRÉTER SES DOCUMENTS COMPTABLES Animée par Thierry GARBAYE CONFERENCE du 14/11/2014 Les 3 + du CECOGEB CENTRE CONSULAIRE DE GESTION AGRÉÉ DE BORDEAUX Le + fiscal : sécurisation Le +

Plus en détail

Intitulé de votre projet

Intitulé de votre projet Intitulé de votre projet «Nom» «Prénom» «Adresse» «Tél» «e-mail» «Date de réalisation du dossier» 2 SOMMAIRE 1. Présentation personnelle (ou de l équipe)... 4 2. Le projet... 5 3. Le produit et son marché...

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013

RÉSULTATS ANNUELS 2013 MATHIAS EMMERICH DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT FINANCES, ACHATS ET SI 1 RÉSULTATS ANNUELS 13 FÉVRIER 2013 2014 1 ÉLÉMENTS CLÉS Dans un contexte économique difficile, l activité du groupe SNCF est en croissance

Plus en détail

1 LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS

1 LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS 1 LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS Cas 1 BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT INDIVIDUELS ÉNONCÉ La balance, après retraitements d inventaire, au 31 décembre N, de la société Alpha vous est présentée en annexe

Plus en détail

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel Analyse de la formation du résultat : le tableau des soldes intermédiaires de gestion 1- Principe et hiérarchie des soldes Pour mieux comprendre la formation du résultat de l'exercice, des résultats partiels

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail