ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN"

Transcription

1 ÉNONCÉ DE PRINCIPE ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN DATE D APPROBATION: octobre 2007 NOUVELLE MISE EN PAGE: mai 2014 Les tâches que l orthophoniste assigne au personnel de soutien, sous supervision clinique adéquate, doivent viser l atteinte des résultats souhaités de l intervention orthophonique. L orthophoniste est responsable de tous les services professionnels fournis par le personnel de soutien. CONTEXTE : 1. Cet énoncé de principes porte sur les responsabilités de l orthophoniste qui a recours au personnel de soutien pour l aider à offrir les services. Plusieurs types de personnel de soutien peuvent épauler l orthophoniste et lui venir en aide. Les responsabilités de l orthophoniste qui a recours au personnel de soutien pour favoriser la prestation des soins orthophoniques restent les mêmes peu importe le titre d emploi (aide, assistant) ou la formation (programme de formation postsecondaire, formation en cours d emploi) du membre du personnel de soutien. 2. Dans le respect du rôle de l Ordre en matière de réglementation, le présent document vise principalement à répondre aux besoins des orthophonistes membres de l Ordre et du public desservi. L Ordre encourage fortement les partenariats entre les orthophonistes, le personnel de soutien et les employeurs. Cette collaboration est essentielle si l on veut que le recours au personnel de soutien améliore plutôt que compromette l efficience et l efficacité de l ensemble des services orthophoniques. 3. Le présent énoncé de principes ne s applique pas à la prestation de services indirects dans les situations suivantes : a. Lorsque l orthophoniste donne des conseils à d autres professionnels ou à des fournisseurs de services non réglementés que l orthophoniste ne supervise pas pour le service qu ils dispensent normalement au patient/client (préposés aux soins dans les foyers de soins, enseignants, éducateurs de la petite enfance, aides- enseignants); b. Lorsque l orthophoniste offre de l information ou du soutien aux proches ou aux aidants relativement à l aide et au soutien que ces derniers offrent aux patients/clients au cours de leurs activités quotidiennes habituelles (alimentation, entretien de prothèses auditives, de dispositifs techniques pour malentendants, soutien de la communication, mise en œuvre d un programme à domicile).

2 EXIGENCES c. Dans ces situations, l orthophoniste est responsable des services de consultation fournis, mais non de leur mise en œuvre. Les services dispensés dans ces situations ne sont pas considérés comme étant des services orthophoniques. PRÉPARATION EN VUE DU RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN 1. Voici quelques points importants que l orthophoniste doit considérer pour bien préparer le recours fructueux au personnel de soutien dans le milieu de pratique : a. Obtenir l engagement de la part de l employeur que les services orthophoniques dispensés par le personnel de soutien ne le seront que sous la supervision d un orthophoniste inscrit auprès de l Ordre des audiologistes et des orthophonistes de l Ontario (OAOO); b. S assurer que l employeur comprend le rôle approprié du personnel de soutien dans la prestation des services orthophoniques, y compris les avantages et les restrictions; c. S assurer que l employeur comprend les conditions permettant le recours approprié au personnel de soutien (mise en place notamment de procédures pour la supervision, sur la conduite inappropriée et le niveau de compétence inacceptable); d. Veiller à la disponibilité de personnel de soutien qui possède au moins une compétence minimum; e. S assurer que les autres membres de l équipe (autres professionnels, autres membres du personnel de soutien) ainsi que les parents/aidants sont bien conscients du rôle du personnel de soutien lorsqu on y a recours; f. S assurer qu on a l autorité et les ressources nécessaires pour décider quand et comment utiliser le personnel de soutien; g. Veiller à prévoir suffisamment de temps pour former et superviser adéquatement le personnel de soutien. 2. L orthophoniste doit connaître les pratiques actuelles recommandées pour le recours au personnel de soutien et démontrer qu il s engage à faire une utilisation appropriée du personnel de soutien. L orthophoniste doit continuellement améliorer ses habiletés en supervision par la formation continue et le mentorat informel. Les services professionnels dispensés par le personnel de soutien doivent respecter le Code de déontologie : OBLIGATIONS PROFESSIONNELLES 2.4 Les audiologistes et les orthophonistes doivent s abstenir de laisser du personnel de soutien ou des étudiants fournir des services sans la supervision voulue. 3. L orthophoniste superviseur doit être membre en règle de l Ordre et n avoir à son certificat d inscription aucune condition ou restriction. Avant de superviser du personnel de soutien, l orthophoniste doit se sentir à l aise d évaluer ses propres compétences et habiletés, notamment dans l Instrument d auto-évaluation, et d évaluer les compétences et habiletés d autres personnes. L orthophoniste doit superviser du personnel de soutien seulement dans les domaines de pratique où il est compétent. 4. L orthophoniste doit veiller à ce que les services dispensés par le personnel de soutien ne compromettent pas la qualité de l intervention et ne nuisent pas au résultat escompté. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 2

3 5. L orthophoniste doit veiller à ce que le patient/client donne son consentement éclairé aux services dispensés par le personnel de soutien et à ce que le consentement soit documenté dans le dossier du patient/client L orthophoniste doit déterminer si l on a besoin d éléments supplémentaires pour appuyer le recours fructueux à du personnel de soutien dans un lieu d emploi donné. L orthophoniste doit informer l employeur de l absence de tout élément fondamental, le cas échéant, et des conséquences éventuelles sur les services orthophoniques si l on a recours au personnel de soutien sans apporter de mesures correctives. Face à tout problème de pratique non résolu, l orthophoniste doit déployer tous les efforts possibles afin de travailler avec son employeur pour trouver une solution qui convient à tous. RESPONSABILITÉS RELATIVES AUX SERVICES CONTINUS 1. Lorsqu il a recours à du personnel de soutien pour favoriser les services orthophoniques, l orthophoniste ne doit pas assigner les tâches suivantes : a. Effectuer une évaluation ou une activité diagnostique; b. Sélectionner les patients/clients qui recevront des services; c. Élaborer les plans d intervention des patients/clients; d. Surveiller le progrès des patients/clients et modifier le plan d intervention au besoin; e. Donner congé aux patients/clients; f. Rédiger des rapports cliniques à part les notes d évolution assignées convenablement au personnel de soutien dans le cadre de la documentation des plans d intervention assignés 2 g. Sélectionner quels patients/clients doivent être référés à d autres professionnels ou organismes. 2. L orthophoniste doit documenter le travail du personnel de soutien dans le dossier du patient/client. L orthophoniste doit également documenter la quantité et le type de supervision fournie dans le dossier du patient/client ou ailleurs. Si la quantité et le type de supervision sont documentés ailleurs que dans le dossier du patient/client, il faut conserver le document pendant la même durée que celle exigée pour le dossier du patient/client. 3. L orthophoniste doit donner aux membres du personnel de soutien un titre qui identifie clairement leur rôle de soutien. 1 L obtention du consentement aux services: Guide à l intention des audiologistes et des orthophonistes, octobre Lorsqu une note d évolution convenable du personnel de soutien apparaît dans un dossier formel (p. ex. dossier médical, Dossier scolaire de l Ontario) normalement consulté par d autres professionnels, la documentation doit indiquer que l orthophoniste a assigné les activités au personnel de soutien et qu il a assuré la supervision appropriée. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 3

4 4. L orthophoniste doit avoir suffisamment de contact direct avec les patients/clients assignés au personnel de soutien pour permettre la planification adéquate et la prestation efficace de services de qualité. DÉTERMINATION DES SITUATIONS OÙ IL EST APPROPRIÉ D AVOIR RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN L orthophoniste a, en tout temps, la responsabilité légale et éthique de l intervention auprès du patient/client, y compris de tous les services fournis ou omis. L Ordre n exige pas le recours au personnel de soutien dans la prestation de services professionnels. L orthophoniste doit déterminer les situations où le recours au personnel de soutien pour favoriser les services orthophoniques n est pas dans le meilleur intérêt des patients/clients. L orthophoniste doit déterminer quels services seront fournis, la compétence de chaque membre du personnel de soutien et si le rôle de supervision est clair. L orthophoniste doit ensuite informer son employeur lorsque le recours au personnel de soutien peut favoriser la prestation de services orthophoniques et indiquer de quelle façon (et possiblement informer également l employeur du membre du personnel de soutien en cas d une entente sur le partage du personnel). 1. Tâches pouvant être assignées au personnel de soutien : Les tâches peuvent être assignées au personnel de soutien seulement lorsque l orthophoniste a élaboré des protocoles sur les tâches assignées et sur la structure de supervision. L orthophoniste doit également s assurer que le personnel de soutien a la compétence voulue pour accomplir les tâches assignées. Voici des exemples de tâches pouvant être assignées : a. Effectuer un dépistage orthophonique en utilisant les méthodes précisées et approuvées par l orthophoniste superviseur sans interpréter les résultats au-delà du statut succès/échec. b. Réunir de l information selon la demande de l orthophoniste. c. Offrir directement des programmes de traitement, de remédiation ou d éducation aux patients/clients sélectionnés par l orthophoniste superviseur. d. Documenter les progrès du patient/client en vue d atteindre les objectifs établis dans le plan de traitement/remédiation et signaler cette information à l orthophoniste superviseur. Lorsque ces données consignées apparaissent dans un dossier formel (p. ex. dossier médical, Dossier scolaire de l Ontario) normalement consulté par d autres professionnels, la documentation doit indiquer que l orthophoniste a assigné les activités au personnel de soutien et qu il assure la supervision appropriée. e. Accomplir des tâches administratives qui n impliquent pas de contact avec les patients/clients (comme préparer du matériel) ou qui impliquent un contact non clinique avec les patients/clients (comme prévoir les rendez-vous). (La supervision consisterait alors à veiller à ce que les tâches soient accomplies comme demandé.) f. Participer à une activité où l orthophoniste membre de l Ordre et le membre du personnel de soutien travaillent en tandem (comme administrer ensemble une méthode d intervention). Ce type d activité en collaboration peut accroître l efficacité et favoriser les occasions de superviser naturellement le personnel de soutien tout en faisant une utilisation optimale des compétences de l orthophoniste et du personnel de soutien. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 4

5 g. Fournir une aide pour les activités d éducation du public. 2. Compétences souhaitables du personnel de soutien a. Avant d assigner ou de déléguer une tâche administrative ou de soutien au personnel de soutien, l orthophoniste doit vérifier si le personnel de soutien a la formation nécessaire et/ou: Connaît le rôle approprié du personnel de soutien; Connaît l éthique professionnelle applicable à ses activités; Est capable de s identifier aux patients/clients, aux familles/aidants et aux autres membres de l équipe et peut interagir de façon respectueuse et positive avec eux; Est capable d accomplir les tâches assignées dans le délai accordé. b. Avant d assigner ou de déléguer au personnel de soutien une activité auprès des patients/clients, l orthophoniste doit vérifier si le personnel de soutien a la formation nécessaire et peut démontrer qu il possède des connaissances et des compétences spécifiques dans certains ou l ensemble des domaines supplémentaires suivants, jugés nécessaires pour participer aux activités de services : Connaît les processus normaux du développement de la communication et les habiletés pertinentes associées de la population clinique desservie; Connaît les troubles de communication et les habiletés pertinentes associées de la population clinique desservie; Réagit de manière efficace aux attitudes et aux comportements des patients/clients; Détermine le besoin d obtenir des conseils supplémentaires de la part de l orthophoniste et obtient ces conseils, si besoin est, à l extérieur de l horaire de supervision prévu; Détermine le besoin de transmettre à l orthophoniste les questions des patients/clients, des aidants et des collègues et communique ces questions en temps opportun; Sait choisir, préparer et présenter du matériel aux patients/clients conforme au plan d intervention assigné par l orthophoniste; Sait présenter les stimuli et consigner les réactions de manière appropriée; Sait distinguer les réponses (est capable de distinguer les bonnes réponses et les mauvaises réponses); Sait repérer les facteurs qui peuvent nuire au traitement du patient/client et en discuter avec l orthophoniste superviseur; Sait utiliser le matériel, l équipement et/ou les programmes nécessaires; Sait tenir des dossiers cliniques et consigner les données. 3. Assignation d activités au personnel de soutien College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 5

6 Quand il détermine la meilleure utilisation à faire du personnel de soutien, l orthophoniste doit avoir une bonne raison de décider d assigner une activité de service orthophonique particulière. L orthophoniste conserve la responsabilité légale et éthique de toutes les interventions orthophoniques assignées au personnel de soutien. L ORTHOPHONISTE DOIT : a. S assurer qu il est approprié pour le personnel de soutien d accomplir l activité envisagée; b. Déterminer que la qualité et le résultat escompté de l intervention orthophonique ne seront pas compromis; c. Informer le patient/client, les aidants et les autres fournisseurs de soins qu ils peuvent demander de rencontrer l orthophoniste pour discuter de certains aspects des soins du patient/client; d. Informer le personnel de soutien des buts et objectifs orthophoniques du patient/client; e. S assurer que le personnel de soutien comprend clairement toutes les instructions fournies verbalement ou par écrit, et documenter toutes les directives données au personnel de soutien; f. S assurer que le personnel de soutien comprend les limites de son rôle dans chaque cas particulier; g. Informer le personnel de soutien de tout risque et de toute contre-indication et précaution ainsi que de tout renseignement pertinent afin de veiller à la sécurité du patient/client et du personnel de soutien; h. Établir le modèle de supervision qu il utilisera en fonction du type et de la complexité du plan d intervention et de sa connaissance de la compétence du membre du personnel de soutien. TÂCHES NE POUVANT PAS ÊTRE CONFIÉES AU PERSONNEL DE SOUTIEN : a. Effectuer une évaluation standardisée ou non standardisée de la parole, du langage, de la communication cognitive, de la déglutition et de la voix, et en interpréter les résultats; b. Rédiger, élaborer ou modifier le plan de traitement/remédiation individuel du patient/client; c. Fournir une aide à un patient/client sans suivre le plan de traitement/remédiation individuel préparé par l orthophoniste superviseur ou sans être supervisé; d. Admettre ou référer un patient/client ou lui donner son congé; e. Communiquer avec le patient/client, la famille ou d autres personnes verbalement ou par écrit au sujet d un aspect quelconque du statut ou de l intervention du patient/client sans l approbation explicite de l orthophoniste superviseur; f. Signer des documents officiels faisant partie du dossier du patient/client, notamment des notes, des rapports, etc. sans que l orthophoniste contresigne. Cela n empêche pas le personnel de soutien de documenter les progrès dans un document officiel (dossier médical, Dossier scolaire de l Ontario) aussi longtemps que le document contient aussi la documentation des activités assignées par l orthophoniste; g. Superviser du personnel de soutien autre que la supervision approuvée par l orthophoniste de membres du personnel de soutien en cours de formation; College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 6

7 h. Effectuer tout autre acte qui, selon l orthophoniste, pourrait poser un risque de préjudice pour le patient/client s il est confié à du personnel de soutien du personnel). DÉTERMINATION DE LA QUANTITÉ DE SUPERVISION REQUISE 1. L orthophoniste qui assigne ou délègue une activité est responsable de superviser le personnel de soutien qui accomplit l activité. L orthophoniste doit surveiller le rendement du personnel de soutien, de façon régulière et continue, pour toutes les activités assignées afin d assurer le contrôle de la qualité et de la quantité de travail effectué. La supervision doit se dérouler dans le milieu clinique dans lequel le personnel de soutien offre l interaction thérapeutique. Le travail doit appuyer les résultats souhaités de l intervention orthophonique. a. La quantité et le type de supervision nécessaire dépendront du risque de préjudice associé à la tâche assignée; de l expérience de l orthophoniste en supervision de personnel de soutien en général et auprès du membre du personnel de soutien concerné; de l ampleur des changements attendus de la part du patient/client ainsi que de la compétence et de l expérience du personnel de soutien. b. Il faut assurer une supervision directe pour tous les soins des patients/clients. Lorsque c est dans le meilleur intérêt du patient/client, on peut aussi assurer une supervision indirecte du personnel de soutien. Voici les aspects à surveiller pendant la supervision directe des activités d intervention assignées : le niveau d accord (fiabilité) entre le personnel de soutien et l orthophoniste concernant l exactitude du jugement porté sur un comportement cible; le niveau d exactitude des méthodes de l intervention et de la tenue des dossiers; la capacité du personnel de soutien d interagir efficacement avec les patients/clients et les aidants/proches. c. Pour des choses comme l orientation de nouveaux membres du personnel de soutien, l établissement d une nouvelle relation de supervision et la mise en œuvre d un nouveau programme, de nouvelles tâches et l utilisation de nouvel équipement, il importe pour l orthophoniste de superviser directement les activités orthophoniques jusqu à ce qu il détermine que le personnel de soutien est capable d effectuer la tâche sous supervision indirecte. Dans ces situations, l orthophoniste doit offrir une supervision directe d au moins 20 %. d. L orthophoniste doit fournir une rétroaction régulière sur le rendement à chaque membre du personnel de soutien. Lorsque le personnel de soutien et l orthophoniste n ont pas le même employeur, il faut fournir cette rétroaction par écrit. Lorsque de l avis professionnel de l orthophoniste, la compétence du membre du personnel de soutien face à une activité particulière est en dessous d un niveau acceptable, l orthophoniste doit tenter de lui donner une nouvelle formation dans le domaine concerné et accroître la supervision directe jusqu à ce que le membre du personnel de soutien montre un niveau de compétence acceptable. Dans certains cas, il est nécessaire de changer les activités assignées du membre du personnel de soutien s il ne peut atteindre un niveau de compétence acceptable. e. L orthophoniste doit normalement être disponible pour superviser le personnel de soutien. Si l orthophoniste ne peut pas être sur place, il doit être en mesure de College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 7

8 communiquer facilement avec le personnel de soutien pour lui fournir l aide nécessaire, au besoin, afin de veiller au maintien d un service de qualité et de s assurer que le résultat escompté ne sera pas compromis. f. Lorsque l orthophoniste superviseur quitte un lieu d emploi (congé de maternité, maladie, changement d emploi), l orthophoniste doit informer l employeur du besoin de faire superviser le personnel de soutien par un autre orthophoniste. L orthophoniste doit déployer des efforts raisonnables pour veiller à la continuité de la supervision. g. Le nombre de membres du personnel de soutien qu il est possible pour l orthophoniste de superviser dépend de la quantité de supervision requise. L orthophoniste doit s assurer qu il a le temps nécessaire pour fournir la supervision indiquée et cette supervision doit inclure tous les services orthophoniques fournis par du personnel de soutien. L orthophoniste ne doit pas superviser du personnel de soutien lorsque la quantité de supervision requise dépasse ce que l orthophoniste peut raisonnablement offrir, et l empêche de veiller à la prestation de soins appropriés qui ne compromettent pas le résultat escompté du patient/client. 2. L orthophoniste doit déployer tous les efforts possibles pour veiller à ce que le personnel de soutien obtienne toute la formation nécessaire, sur l organisme et le service, afin de bien comprendre le but des activités assignées et d avoir la compétence voulue pour accomplir ces activités. Cette formation variera en fonction de la complexité des activités assignées, de la compétence du personnel de soutien et des exigences du service orthophonique. Dans la plupart des cas, l orthophoniste devra offrir au moins une certaine formation en cours d emploi avant d assigner des activités au personnel de soutien nouvellement embauché. a. Lorsque de l avis professionnel de l orthophoniste, la compétence d un membre du personnel de soutien relative à une activité particulière tombe en dessous d un niveau acceptable, l orthophoniste doit tenter de lui donner une nouvelle formation sur l activité en question. Cette nouvelle formation comprendra l augmentation de la supervision directe offerte et la démonstration de l activité par l orthophoniste. L orthophoniste doit documenter la nouvelle formation fournie et son succès ou échec. Si la nouvelle formation requise est telle qu elle compromet la qualité ou la quantité du service orthophonique, l orthophoniste doit changer les activités assignées au membre du personnel de soutien. L orthophoniste doit également informer son employeur qu il a pris cette mesure (ainsi que l employeur du membre du personnel de soutien si une entente de partage du personnel est en vigueur) et documenter la réaction de l employeur. L orthophoniste doit être disposé à aider l employeur du membre du personnel de soutien à déterminer un nouveau plan d action. b. Dans le contexte de son rôle en tant que superviseur et gardien de la qualité du service orthophonique, l orthophoniste doit fournir au personnel de soutien de l information sur les occasions appropriées de formation continue. Il convient aussi pour l orthophoniste d informer l employeur du besoin d offrir au personnel de soutien des occasions de formation continue. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 8

9 DÉFINITIONS Évaluation: L utilisation de mesures formelles et/ou informelles par l audiologiste ou l orthophoniste, conformément à son champ de pratique, afin de déterminer le fonctionnement du patient/client face à divers aspects de la communication fonctionnelle, de la déglutition ou de l audition, et afin de formuler des recommandations de traitement précises. Services de consultation: Par services de consultation, on entend les services que l orthophoniste fournit lorsqu il n est pas le fournisseur principal des services d un patient/client et qu on le fait intervenir, pendant une courte durée, en raison de son expertise dans un domaine particulier afin de donner son opinion ou faire des recommandations. Service direct: Réfère aux interventions dispensées au patient/client par l orthophoniste. Supervision directe: Par supervision directe, on entend l observation et l orientation, de la part de l orthophoniste superviseur, des activités assignées au personnel de soutien et au cours desquelles le membre du personnel de soutien interagit avec le patient/client et/ou ses proches dans l environnement du patient/client. La supervision directe peut se faire à distance, par voie électronique, à l aide de la vidéo interactive, de techniques audio ainsi que de technologies informatiques et de télécommunications avancées. Le contact est visuel, interactif et en temps réel. Service indirect: Par service indirect, on entend les conseils et l orientation donnés à une personne qui interagira avec le patient/client dans le cadre de ses fonctions quotidiennes. L orthophoniste est responsable des conseils et de l orientation donnés, mais non de la mise en œuvre. Dans cette situation, le patient/client est celui qui reçoit l intervention, mais cette intervention n est pas fournie par l orthophoniste. Le modèle consultatif de prestation de services a pour base le service indirect. Supervision indirecte: Supervision indirecte désigne la supervision assurée par l orthophoniste superviseur des activités assignées au personnel de soutien dans les situations autres que celles de la supervision directe. Cela comprend la revue des dossiers, la consultation au téléphone, l examen et l évaluation des séances audio ou vidéo enregistrées ou les présentations de cas. Intervention: Comprend toute participation d un membre de l Ordre ou du personnel de soutien à la prestation de services aux patients/clients, y compris mais sans s y limiter, le dépistage, l évaluation, le traitement et la gestion/prise en charge Dépistage: Utilisation de mesures «satisfaisant/référer» (pass/refer) par l audiologiste ou l orthophoniste, conformément à son champ de pratique, pour identifier les personnes qui pourraient avoir un retard ou un trouble d audition, de communication et/ou de déglutition. Le dépistage ne sert qu à déterminer si une évaluation orthophonique et/ou audiologique s impose. Le dépistage peut être effectué par un membre de l Ordre ou par du personnel de soutien. L interprétation et la communication des résultats du dépistage se limitent à conseiller la personne quant au besoin éventuel d une évaluation orthophonique et/ou audiologique plus poussée. Les résultats du dépistage ne doivent pas être utilisés pour la planification du traitement. Personnel de soutien: Par personnel de soutien, on entend toute personne non membre d une profession réglementée qui a suivi une formation générale et/ou une formation en cours College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 9

10 d emploi et à qui l orthophoniste membre de l Ordre des audiologistes et des orthophonistes de l Ontario peut assigner des services cliniques qu il supervisera. Les assistants en troubles de communication ayant terminé un programme de formation postsecondaire sont considérés comme faisant partie du personnel de soutien. L orthophoniste peut embaucher le personnel de soutien et doit directement superviser ces derniers. Traitement: Intervention ayant pour but d améliorer les habiletés de communication et/ou de déglutition du patient/client. RÉFÉRENCES Alberta College of Speech-Language Pathologists and Audiologists. Preferred Practice Guideline: Speech Speech-Language Pathologists Use of Support Personnel to Augment Speech-Language Pathology Service Delivery, American Speech-Language-Hearing Association. Guidelines for the training, use, and supervision of speech-language pathology assistants [Guidelines], American Speech-Language-Hearing Association. Training, use and supervision of support personnel in speech-language pathology [Position statement], Association canadienne des orthophonistes et audiologistes. LIGNES DIRECTRICES VISANT LE PERSONNEL DE SOUTIEN travaillant auprès d un orthophoniste, 2004 (révisé en mars 2008). Association canadienne des orthophonistes et audiologistes. Position paper on support personnel in speech-language pathology and audiology, (En anglais seulement). REMERCIEMENTS L Ordre des audiologistes et des orthophonistes de l Ontario désire remercier l Alberta College of Speech-Language Pathologists and Audiologists (ACSLPA) pour avoir partagé son document Preferred Practice Guideline: Speech Speech-Language Pathologists Use of Support Personnel to Augment Speech-Language Pathology Service Delivery. L Ordre a utilisé une bonne partie du contenu et des concepts de l énoncé de principes de l ACSLPA pour créer un document pour ses membres. Nous saluons cet exemple de collaboration entre les organismes de réglementation, membres de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de l audiologie et de l orthophonie, au profit de l harmonisation des normes influençant les professions à la grandeur du pays. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 10

LES LIMITES DANS LA RELATION PROFESSIONNELLE. APPROVED: REFORMATTED: May 2014

LES LIMITES DANS LA RELATION PROFESSIONNELLE. APPROVED: REFORMATTED: May 2014 ÉNONCÉ DE PRINCIPE LES LIMITES DANS LA RELATION PROFESSIONNELLE APPROVED: REFORMATTED: May 2014 Les membres doivent traiter leurs patients/clients avec sensibilité et respecter les limites de la relation

Plus en détail

Principaux points soulevés par les professions de la santé réglementées concernant les dispositions législatives auxquelles elles sont soumises

Principaux points soulevés par les professions de la santé réglementées concernant les dispositions législatives auxquelles elles sont soumises Annexe C 1 Annexe C Principaux points soulevés par les professions de la santé réglementées concernant les dispositions législatives auxquelles elles sont soumises Ordre des audiologistes et des orthophonistes

Plus en détail

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK NORMES SUR L EMPLOI DE LA TECHNOLOGIE DANS LA PRATIQUE DU TRAVAIL SOCIAL 2010 Adopté le 5 juin 2010 Table des matières Remerciements p. 3 Préface

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive Âge : tous les âges MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer leur qualité de vie.

Plus en détail

INSTRUMENT D'AUTO- ÉVALUATION GUIDE 2015

INSTRUMENT D'AUTO- ÉVALUATION GUIDE 2015 INSTRUMENT D'AUTO- ÉVALUATION GUIDE 2015 JANVIER 2015 Dec 2014 CASLPO OAOO SAT Guide TABLE DES MATIÈRES QUEL INSTRUMENT D AUTO-ÉVALUATION DOIS-JE REMPLIR?... 4 Mon Rôle professionnel: Instrument que vous

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION Le profil de poste sert à décrire tous les aspects entourant chacun des postes de l entreprise, à savoir les compétences requises, les tâches et les responsabilités, la rémunération prévue

Plus en détail

Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic

Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic Apprenez-en davantage au sujet de la Directive applicable aux avantages accessoires du secteur parapublic. Au sujet de la Directive applicable

Plus en détail

GUIDE DE RENOUVELLEMENT ANNUEL AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Also available in English

GUIDE DE RENOUVELLEMENT ANNUEL AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Also available in English GUIDE DE RENOUVELLEMENT ANNUEL AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP Ce formulaire comprend quatre sections : coordonnées, éducation et formation, renseignements sur l emploi et sondage sur les ressources humaines

Plus en détail

Demande de Bourse d études de l Ontario pour les étudiants sourds fréquentant un établissement postsecondaire à l extérieur du Canada 2015-2016

Demande de Bourse d études de l Ontario pour les étudiants sourds fréquentant un établissement postsecondaire à l extérieur du Canada 2015-2016 Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Demande de Bourse d études de l Ontario pour les étudiants sourds fréquentant un établissement postsecondaire à l extérieur du Canada 2015-2016

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

GUIDE DE DEMANDE DU CERTIFICAT DE MEMBRE DÉBUTANT - DIPLÔMÉS CANADIENS

GUIDE DE DEMANDE DU CERTIFICAT DE MEMBRE DÉBUTANT - DIPLÔMÉS CANADIENS GUIDE DE DEMANDE DU CERTIFICAT DE MEMBRE DÉBUTANT - DIPLÔMÉS CANADIENS Ordre des audiologistes et des orthophonistes de l Ontario TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction...2 2. Certificat de membre débutant...2

Plus en détail

juin 2003 Programmes d accréditation des Systèmes de management de la qualité (PASMQ)

juin 2003 Programmes d accréditation des Systèmes de management de la qualité (PASMQ) Guide du SCECIM Politique et méthode relatives à la qualification sectorielle dans le cadre du système canadien d évaluation de la conformité des instruments médicaux (SCECIM) juin 2003 Programmes d accréditation

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

Marier l accessibilité, la continuité et la qualité des services offerts aux enfants dysphasiques: Un défi de taille!

Marier l accessibilité, la continuité et la qualité des services offerts aux enfants dysphasiques: Un défi de taille! Marier l accessibilité, la continuité et la qualité des services offerts aux enfants dysphasiques: Un défi de taille! Isabelle Meilleur, M.O.A, orthophoniste Agente de planification, programmation et recherche

Plus en détail

Le chaînon manquant :

Le chaînon manquant : Le chaînon manquant : le rôle du superviseur dans la gestion de la santé des employés Les constatations du Groupe recherche Shepell fgi Le chaînon manquant : le rôle du superviseur dans la gestion de la

Plus en détail

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte Obligation de rendre compte Éclaircir des questions pertinentes pour la profession des soins Rappeler aux IAA leur obligation de respecter le Code de déontologie et les Normes de Informer les autres membres

Plus en détail

Directives destinées aux dépositaires

Directives destinées aux dépositaires Directives destinées aux dépositaires pour évaluer leur conformité avec la Loi sur l accès et la protection en matière de renseignements personnels sur la santé (LAPRPS) Le présent document vise à aider

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

GUIDE DE DEMANDE D INSCRIPTION AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP

GUIDE DE DEMANDE D INSCRIPTION AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP GUIDE DE DEMANDE D INSCRIPTION AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP Ce formulaire comprend quatre sections : coordonnées, éducation et formation, renseignements sur l emploi et sondage sur les ressources humaines

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice Langues desservies: français et anglais MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

Page 1. 34-1327F Formulaire de demande de BEPH/BC-ESEIP - 2015-2016 (13 avril 2015)

Page 1. 34-1327F Formulaire de demande de BEPH/BC-ESEIP - 2015-2016 (13 avril 2015) Bourse d études de l Ontario pour personnes handicapées (BEPH) Bourse canadienne servant à l achat d équipement et de services pour étudiants ayant une incapacité permanente (BC-ESEIP) 2015-2016 De quoi

Plus en détail

Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires

Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires Curriculum en littératie des adultes de l Ontario Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires Ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l Ontario

Plus en détail

Approbation temporaire

Approbation temporaire Ontario College of Teachers Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Note de service Date : Le 31 janvier 2001 À l attention de : De la part de : Objet : Directrices et directeurs de l éducation,

Plus en détail

Plan d enseignement individualisé

Plan d enseignement individualisé Ministère de l Éducation Plan d enseignement individualisé Normes pour l élaboration, la planification des programmes et la mise en œuvre 2000 TABLE DES MATIÈRES Introduction.............................................

Plus en détail

Protocole institutionnel d assurance de la qualité. Université d Ottawa

Protocole institutionnel d assurance de la qualité. Université d Ottawa Protocole institutionnel d assurance de la qualité Université d Ottawa le 28 juin 2011 Table des matières 1. INTRODUCTION...1 1.1 Autorités...1 1.2 Personne-ressource...1 1.3 Définitions...1 1.4 Évaluation

Plus en détail

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Proposition de trousse informative À l intention des professionnels TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Télédiscussion de cas entre le CHUS et ses partenaires du RUIS de

Plus en détail

Guide des parents sur les mesures de soutien visant à favoriser la réussite scolaire

Guide des parents sur les mesures de soutien visant à favoriser la réussite scolaire Guide des parents sur les mesures de soutien visant à favoriser la réussite scolaire Mesures de soutien disponibles pour les élèves atteints de troubles de la parole et du langage Association ontarienne

Plus en détail

Demande d allocation pour des besoins particuliers 2014-2015 Volet Jeunes. Renseignements généraux

Demande d allocation pour des besoins particuliers 2014-2015 Volet Jeunes. Renseignements généraux Demande d allocation pour des besoins particuliers Volet Jeunes Le Programme d allocation pour des besoins particuliers - Volet Jeunes s adresse aux élèves qui fréquentent un établissement d enseignement

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

d u personnel ensei g n a n t éco l es d e

d u personnel ensei g n a n t éco l es d e A ffectat i o n d u personnel ensei g n a n t da ns l es éco l es d e l O n ta rio G u i d e d i n f o r m a t i o n M a i 2010 Table des matières 1 Introduction 4 1.1 À propos de ce guide 4 2 Règles

Plus en détail

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental.

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental. Faculté de médecine et des sciences de la santé Programme des études médicales prédoctorales PROCÉDURE L admission au doctorat en médecine des candidates ou candidats avec un «déficit fonctionnel» La formation

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services Partie à l intention des participants potentiels : Qu est-ce que la Puissance des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités. 1.1.102 Version F1.0

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités. 1.1.102 Version F1.0 Numéro de PNF: Remplace: Objet: Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités 1.1.102 Version F1.0 Description des tâches, rôles et responsabilités Date

Plus en détail

Le service de formation à distance pour adultes de l Ontario 2012-2013

Le service de formation à distance pour adultes de l Ontario 2012-2013 Le service de formation à distance pour adultes de l Ontario 2012-2013 Un programme de la Graphisme : Vincent Kember Impression : Merriam Print Tous droits réservés. COFA 2012 Table des matières Introduction

Plus en détail

BUREAU CANADIEN DES CONDITIONS D ADMISSION EN GENIE Guide modèle à l intention des ordres constituants L AUTHENTICATION DES DOCUMENTS D INGÉNIERIE

BUREAU CANADIEN DES CONDITIONS D ADMISSION EN GENIE Guide modèle à l intention des ordres constituants L AUTHENTICATION DES DOCUMENTS D INGÉNIERIE BUREAU CANADIEN DES CONDITIONS D ADMISSION EN GENIE Guide modèle à l intention des ordres constituants L AUTHENTICATION DES DOCUMENTS D INGÉNIERIE Février 2009 Table des matières REMERCIEMENTS... III AVANT-PROPOS...

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FORMATION ET DES COLLÈGES ET UNIVERSITÉS

MINISTÈRE DE LA FORMATION ET DES COLLÈGES ET UNIVERSITÉS MINISTÈRE DE LA FORMATION ET DES COLLÈGES ET UNIVERSITÉS Plan d accessibilité 2004-2005 Table des matières Page Introduction 2 Message de la ministre de la Formation et des Collèges et Universités 3 Rapport

Plus en détail

Audit de la mise en œuvre du Code de conduite

Audit de la mise en œuvre du Code de conduite NON CLASSIFIÉ Direction générale des services de vérification interne Audit de la mise en œuvre du Code de conduite Novembre 2013 SP-1055-11-13F Direction générale des services de vérification interne

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

Le réviseur ou la réviseure travaille avec des textes de nature extrêmement variée, ceux-ci allant

Le réviseur ou la réviseure travaille avec des textes de nature extrêmement variée, ceux-ci allant 1. IDENTIFICATION Poste n o Titre de poste Poste du superviseur 08-13415 Réviseur ou réviseure Inuinnaqtun Gestionnaire, Translation Bureau Ministère Division/Région Collectivité Lieu Culture et Patrimoine

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu 5.11 Éducation postsecondaire Résumé de la politique La partie d un prêt personnel dont la directrice

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Appui au développement des services en français dans les organismes communautaires et établissements hospitaliers. Mis à jour le 12 mars 2007

Appui au développement des services en français dans les organismes communautaires et établissements hospitaliers. Mis à jour le 12 mars 2007 Appui au développement des services en français dans les organismes communautaires et établissements hospitaliers Mis à jour le 12 mars 2007 R:\DESIGNATION\OUTILS\FLS IMPLEMENTATION WORKPLAN AND CHECKLIST_FRANCAIS_-REVISED

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé

Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé Présenté le

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Annexe 1 : Modèles de plans de transition

Annexe 1 : Modèles de plans de transition 35 Annexe 1 : Modèles de plans de transition Les quatre modèles de plans de transition ci-après sont fondés sur des cas fictifs, qui ont été conçus uniquement à titre d illustration. Les trois premiers

Plus en détail

Collèges privés d enseignement professionnel

Collèges privés d enseignement professionnel Chapitre 4 Section 4.12 Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Collèges privés d enseignement professionnel Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport

Plus en détail

Guide à l intention des bénévoles

Guide à l intention des bénévoles Guide à l intention des bénévoles SOMMAIRE Rôles et Responsabilités 2 3 Ce qu il faut savoir pendant le bénévolat Commentaires et évaluation 6 BIENVENUE AU SEIN DE NOTRE ÉQUIPE Merci de vous être joint

Plus en détail

Code de conduite pastorale

Code de conduite pastorale Code de conduite pastorale à l intention des prêtres, diacres, séminaristes, employés et bénévoles engagés dans le ministère et les autres services de l archidiocèse d Ottawa Contenu 1 Préambule Code de

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

CHAPITRE 2 DESCRIPTION DES POSTES

CHAPITRE 2 DESCRIPTION DES POSTES DESCRIPTION DES POSTES Une des premières choses à faire en gestion des ressources humaines est de déterminer les tâches, les qualifications et les habiletés requises pour exercer une fonction au sein de

Plus en détail

Programme de placements Rapport de vérification final Rapport N o 15/12 22 novembre 2012

Programme de placements Rapport de vérification final Rapport N o 15/12 22 novembre 2012 Programme de placements Rapport de vérification final Rapport N o 15/12 22 novembre 2012 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ET L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DE LA FRANCE ARRANGEMENT EN VUE

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

Taux global de nomination préférentielle

Taux global de nomination préférentielle 6.2 MESURES DE REDRESSEMENT 1 Taux global de nomination préférentielle Les mesures de redressement d un programme d accès à l égalité ont pour but d augmenter la représentation de chaque groupe visé afin

Plus en détail

Lignes directrices en orthophonie

Lignes directrices en orthophonie Références à des sites Web Les références à des sites Web figurant dans le présent document ne sont fournies que pour faciliter le travail et ne signifient pas que le ministère de l Éducation a approuvé

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN Loi médicale (chapitre M-9, a. 19, 1 er al., par. d) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Le présent règlement a pour objet de fixer

Plus en détail

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise 7 choses qu un parent néo-canadien devrait savoir sur l éducation canadienne avant de choisir une école pour son enfant PPE Choisir l éducation de langue française car il s agit de l identité, de la vie

Plus en détail

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES Bonjour! Bienvenue à l atelier : «La gestion et l encadrement de bénévoles» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés à la

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration Meilleures pratiques dans les stages pratiques des étudiants dans les Services de soutien à l intégration dans les organismes de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle INTRODUCTION

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Commission de la santé et de la sécurité du travail Madame, Monsieur, Nous vous remercions d accueillir un de nos stagiaires en stage dans votre entreprise. Le rôle des entreprises est primordial dans la formation des futurs travailleurs. Elles participent

Plus en détail

Instrument de mesure du développement de la petite enfance

Instrument de mesure du développement de la petite enfance Instrument de mesure du développement de la petite enfance Québec 2011-2012 Directives Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec la Direction des stratégies et opérations de collecte de

Plus en détail

INFIRMIÈRE ASSOCIÉE : Catégorie réservée aux infirmières certifiées. Vous devez fournir une copie de votre permis d exercer en soins infirmiers.

INFIRMIÈRE ASSOCIÉE : Catégorie réservée aux infirmières certifiées. Vous devez fournir une copie de votre permis d exercer en soins infirmiers. Demande d adhésion CATÉGORIES DE MEMBRES Cochez une seule catégorie : FELLOW : Pédiatre ou pédiatre avec surspécialité ayant obtenu son certificat en pédiatrie d un organisme de certification canadien

Plus en détail

Éducation à distance

Éducation à distance Secteur : INSTRUCTION Politique : INS-506 Entrée en vigueur : Date de révision : Référence(s) juridique(s) : 1596, Route 124, Abram-Village Île-du-Prince-Édouard, C0B 2E0 téléphone : (902) 854-2975 télécopieur

Plus en détail

Lignes directrices du PALCAN relatives à l utilisation des logos de l organisme d accréditation et aux déclarations concernant le statut d organisme

Lignes directrices du PALCAN relatives à l utilisation des logos de l organisme d accréditation et aux déclarations concernant le statut d organisme Lignes directrices du PALCAN relatives à l utilisation des logos de l organisme d accréditation et aux déclarations concernant le statut d organisme accrédité (ILAC-G14:2000) CAN-P-1631 LIGNES DIRECTRICES

Plus en détail

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE DOCUMENT SUPPLÉMENTAIRE 6C TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE Points clés pour les médecins à réviser avec les adolescents et adultes atteints de TDAH: Données concernant les risques: a) Des études cliniques

Plus en détail

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation?

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? : Le Guide du compagnon sur la formation d un apprenti Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? Soyez d abord fier. Vous êtes sur le point d accomplir un travail exceptionnel

Plus en détail

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS ANNONCE Le 15 janvier 2014 À l intention des chercheurs relevant d organismes de santé ou d universités

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Exigences en matière d expérience pratique

Exigences en matière d expérience pratique Exigences en matière d expérience pratique des CPA En vigueur le 1 er septembre 2014 Normes nationales 2014 Comptables professionels agréés du Canada Tous droits réservés. Cette publication est protégée

Plus en détail

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 Hunter Douglas Canada LP Politique des ressources Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 1 POLITIQUE 1.01 Hunter Douglas Canada LP («l entreprise») établira, mettra en œuvre et maintiendra un plan d accessibilité

Plus en détail

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire Il existe différentes façons pour votre école de participer au programme des Fêtes du patrimoine du Nouveau-Brunswick. Idéalement, votre

Plus en détail

Home Depot Canada Inc. Politiques sur l accessibilité Ontario. Table des matières

Home Depot Canada Inc. Politiques sur l accessibilité Ontario. Table des matières Home Depot Canada Inc. Politiques sur l accessibilité Ontario Table des matières Politique concernant les normes d accessibilité relatives au service à la clientèle 2 Politique relative aux normes d accessibilité

Plus en détail

Contrat de service de jumelage Volet Chèque Emploi Service

Contrat de service de jumelage Volet Chèque Emploi Service Contrat de service de jumelage Volet Chèque Emploi Service Action Services aux proches aidants de Longueuil (ASAPAL) 581, King-George Longueuil (Québec) J4J 2V8 Téléphone (450) 928-0776 poste 222 Télécopieur

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX

PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX DE RECHERCHE IMPLIQUANT DES ANIMAUX ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE DE DIRECTION LE 20 DÉCEMBRE 2005 MODIFIÉE PAR L ASSEMBLÉE DE DIRECTION LE 3 JUIN 2008 ET

Plus en détail

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE QUEL DISPOSITIF POUR QUEL ENFANT? OCTOBRE 2014 JEAN DEVRIES IEN ASH 1 PLAN DE L INTERVENTION Service ASH 1 > Qu importe le diagnostic. 2 > Prendre en compte la diversité

Plus en détail

VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER

VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER ASSURANCE DÉGAGEMENT DE RESPONSABILITÉ DE L ENTREPRISE L assurance est fournie par la Royal & Sun Alliance du Canada,

Plus en détail

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Laurie-Ann Staniforth, M.P.O, membre OOAO Orthophoniste Programme Premiers Mots (Ottawa) Plan de

Plus en détail

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 GUIDE DE STAGE AEC- Développeur-intégrateur SharePoint Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 Le présent guide a été conçu pour servir de référence aux entreprises acceptant de recevoir,

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Lignes directrices du OBJECTIF Inciter les infirmières et infirmiers des régions rurales et éloignées à pratiquer dans des collectivités admissibles de

Plus en détail

Bourse d études de l Ontario pour les étudiants sourds fréquentant un établissement postsecondaire à l extérieur du Canada

Bourse d études de l Ontario pour les étudiants sourds fréquentant un établissement postsecondaire à l extérieur du Canada Direction de l aide financière aux étudiantes et étudiants Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Régime d aide financière aux étudiantes et étudiants de l Ontario Bourse d études de

Plus en détail