ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN"

Transcription

1 ÉNONCÉ DE PRINCIPE ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN DATE D APPROBATION: octobre 2007 NOUVELLE MISE EN PAGE: mai 2014 Les tâches que l orthophoniste assigne au personnel de soutien, sous supervision clinique adéquate, doivent viser l atteinte des résultats souhaités de l intervention orthophonique. L orthophoniste est responsable de tous les services professionnels fournis par le personnel de soutien. CONTEXTE : 1. Cet énoncé de principes porte sur les responsabilités de l orthophoniste qui a recours au personnel de soutien pour l aider à offrir les services. Plusieurs types de personnel de soutien peuvent épauler l orthophoniste et lui venir en aide. Les responsabilités de l orthophoniste qui a recours au personnel de soutien pour favoriser la prestation des soins orthophoniques restent les mêmes peu importe le titre d emploi (aide, assistant) ou la formation (programme de formation postsecondaire, formation en cours d emploi) du membre du personnel de soutien. 2. Dans le respect du rôle de l Ordre en matière de réglementation, le présent document vise principalement à répondre aux besoins des orthophonistes membres de l Ordre et du public desservi. L Ordre encourage fortement les partenariats entre les orthophonistes, le personnel de soutien et les employeurs. Cette collaboration est essentielle si l on veut que le recours au personnel de soutien améliore plutôt que compromette l efficience et l efficacité de l ensemble des services orthophoniques. 3. Le présent énoncé de principes ne s applique pas à la prestation de services indirects dans les situations suivantes : a. Lorsque l orthophoniste donne des conseils à d autres professionnels ou à des fournisseurs de services non réglementés que l orthophoniste ne supervise pas pour le service qu ils dispensent normalement au patient/client (préposés aux soins dans les foyers de soins, enseignants, éducateurs de la petite enfance, aides- enseignants); b. Lorsque l orthophoniste offre de l information ou du soutien aux proches ou aux aidants relativement à l aide et au soutien que ces derniers offrent aux patients/clients au cours de leurs activités quotidiennes habituelles (alimentation, entretien de prothèses auditives, de dispositifs techniques pour malentendants, soutien de la communication, mise en œuvre d un programme à domicile).

2 EXIGENCES c. Dans ces situations, l orthophoniste est responsable des services de consultation fournis, mais non de leur mise en œuvre. Les services dispensés dans ces situations ne sont pas considérés comme étant des services orthophoniques. PRÉPARATION EN VUE DU RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN 1. Voici quelques points importants que l orthophoniste doit considérer pour bien préparer le recours fructueux au personnel de soutien dans le milieu de pratique : a. Obtenir l engagement de la part de l employeur que les services orthophoniques dispensés par le personnel de soutien ne le seront que sous la supervision d un orthophoniste inscrit auprès de l Ordre des audiologistes et des orthophonistes de l Ontario (OAOO); b. S assurer que l employeur comprend le rôle approprié du personnel de soutien dans la prestation des services orthophoniques, y compris les avantages et les restrictions; c. S assurer que l employeur comprend les conditions permettant le recours approprié au personnel de soutien (mise en place notamment de procédures pour la supervision, sur la conduite inappropriée et le niveau de compétence inacceptable); d. Veiller à la disponibilité de personnel de soutien qui possède au moins une compétence minimum; e. S assurer que les autres membres de l équipe (autres professionnels, autres membres du personnel de soutien) ainsi que les parents/aidants sont bien conscients du rôle du personnel de soutien lorsqu on y a recours; f. S assurer qu on a l autorité et les ressources nécessaires pour décider quand et comment utiliser le personnel de soutien; g. Veiller à prévoir suffisamment de temps pour former et superviser adéquatement le personnel de soutien. 2. L orthophoniste doit connaître les pratiques actuelles recommandées pour le recours au personnel de soutien et démontrer qu il s engage à faire une utilisation appropriée du personnel de soutien. L orthophoniste doit continuellement améliorer ses habiletés en supervision par la formation continue et le mentorat informel. Les services professionnels dispensés par le personnel de soutien doivent respecter le Code de déontologie : OBLIGATIONS PROFESSIONNELLES 2.4 Les audiologistes et les orthophonistes doivent s abstenir de laisser du personnel de soutien ou des étudiants fournir des services sans la supervision voulue. 3. L orthophoniste superviseur doit être membre en règle de l Ordre et n avoir à son certificat d inscription aucune condition ou restriction. Avant de superviser du personnel de soutien, l orthophoniste doit se sentir à l aise d évaluer ses propres compétences et habiletés, notamment dans l Instrument d auto-évaluation, et d évaluer les compétences et habiletés d autres personnes. L orthophoniste doit superviser du personnel de soutien seulement dans les domaines de pratique où il est compétent. 4. L orthophoniste doit veiller à ce que les services dispensés par le personnel de soutien ne compromettent pas la qualité de l intervention et ne nuisent pas au résultat escompté. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 2

3 5. L orthophoniste doit veiller à ce que le patient/client donne son consentement éclairé aux services dispensés par le personnel de soutien et à ce que le consentement soit documenté dans le dossier du patient/client L orthophoniste doit déterminer si l on a besoin d éléments supplémentaires pour appuyer le recours fructueux à du personnel de soutien dans un lieu d emploi donné. L orthophoniste doit informer l employeur de l absence de tout élément fondamental, le cas échéant, et des conséquences éventuelles sur les services orthophoniques si l on a recours au personnel de soutien sans apporter de mesures correctives. Face à tout problème de pratique non résolu, l orthophoniste doit déployer tous les efforts possibles afin de travailler avec son employeur pour trouver une solution qui convient à tous. RESPONSABILITÉS RELATIVES AUX SERVICES CONTINUS 1. Lorsqu il a recours à du personnel de soutien pour favoriser les services orthophoniques, l orthophoniste ne doit pas assigner les tâches suivantes : a. Effectuer une évaluation ou une activité diagnostique; b. Sélectionner les patients/clients qui recevront des services; c. Élaborer les plans d intervention des patients/clients; d. Surveiller le progrès des patients/clients et modifier le plan d intervention au besoin; e. Donner congé aux patients/clients; f. Rédiger des rapports cliniques à part les notes d évolution assignées convenablement au personnel de soutien dans le cadre de la documentation des plans d intervention assignés 2 g. Sélectionner quels patients/clients doivent être référés à d autres professionnels ou organismes. 2. L orthophoniste doit documenter le travail du personnel de soutien dans le dossier du patient/client. L orthophoniste doit également documenter la quantité et le type de supervision fournie dans le dossier du patient/client ou ailleurs. Si la quantité et le type de supervision sont documentés ailleurs que dans le dossier du patient/client, il faut conserver le document pendant la même durée que celle exigée pour le dossier du patient/client. 3. L orthophoniste doit donner aux membres du personnel de soutien un titre qui identifie clairement leur rôle de soutien. 1 L obtention du consentement aux services: Guide à l intention des audiologistes et des orthophonistes, octobre Lorsqu une note d évolution convenable du personnel de soutien apparaît dans un dossier formel (p. ex. dossier médical, Dossier scolaire de l Ontario) normalement consulté par d autres professionnels, la documentation doit indiquer que l orthophoniste a assigné les activités au personnel de soutien et qu il a assuré la supervision appropriée. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 3

4 4. L orthophoniste doit avoir suffisamment de contact direct avec les patients/clients assignés au personnel de soutien pour permettre la planification adéquate et la prestation efficace de services de qualité. DÉTERMINATION DES SITUATIONS OÙ IL EST APPROPRIÉ D AVOIR RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN L orthophoniste a, en tout temps, la responsabilité légale et éthique de l intervention auprès du patient/client, y compris de tous les services fournis ou omis. L Ordre n exige pas le recours au personnel de soutien dans la prestation de services professionnels. L orthophoniste doit déterminer les situations où le recours au personnel de soutien pour favoriser les services orthophoniques n est pas dans le meilleur intérêt des patients/clients. L orthophoniste doit déterminer quels services seront fournis, la compétence de chaque membre du personnel de soutien et si le rôle de supervision est clair. L orthophoniste doit ensuite informer son employeur lorsque le recours au personnel de soutien peut favoriser la prestation de services orthophoniques et indiquer de quelle façon (et possiblement informer également l employeur du membre du personnel de soutien en cas d une entente sur le partage du personnel). 1. Tâches pouvant être assignées au personnel de soutien : Les tâches peuvent être assignées au personnel de soutien seulement lorsque l orthophoniste a élaboré des protocoles sur les tâches assignées et sur la structure de supervision. L orthophoniste doit également s assurer que le personnel de soutien a la compétence voulue pour accomplir les tâches assignées. Voici des exemples de tâches pouvant être assignées : a. Effectuer un dépistage orthophonique en utilisant les méthodes précisées et approuvées par l orthophoniste superviseur sans interpréter les résultats au-delà du statut succès/échec. b. Réunir de l information selon la demande de l orthophoniste. c. Offrir directement des programmes de traitement, de remédiation ou d éducation aux patients/clients sélectionnés par l orthophoniste superviseur. d. Documenter les progrès du patient/client en vue d atteindre les objectifs établis dans le plan de traitement/remédiation et signaler cette information à l orthophoniste superviseur. Lorsque ces données consignées apparaissent dans un dossier formel (p. ex. dossier médical, Dossier scolaire de l Ontario) normalement consulté par d autres professionnels, la documentation doit indiquer que l orthophoniste a assigné les activités au personnel de soutien et qu il assure la supervision appropriée. e. Accomplir des tâches administratives qui n impliquent pas de contact avec les patients/clients (comme préparer du matériel) ou qui impliquent un contact non clinique avec les patients/clients (comme prévoir les rendez-vous). (La supervision consisterait alors à veiller à ce que les tâches soient accomplies comme demandé.) f. Participer à une activité où l orthophoniste membre de l Ordre et le membre du personnel de soutien travaillent en tandem (comme administrer ensemble une méthode d intervention). Ce type d activité en collaboration peut accroître l efficacité et favoriser les occasions de superviser naturellement le personnel de soutien tout en faisant une utilisation optimale des compétences de l orthophoniste et du personnel de soutien. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 4

5 g. Fournir une aide pour les activités d éducation du public. 2. Compétences souhaitables du personnel de soutien a. Avant d assigner ou de déléguer une tâche administrative ou de soutien au personnel de soutien, l orthophoniste doit vérifier si le personnel de soutien a la formation nécessaire et/ou: Connaît le rôle approprié du personnel de soutien; Connaît l éthique professionnelle applicable à ses activités; Est capable de s identifier aux patients/clients, aux familles/aidants et aux autres membres de l équipe et peut interagir de façon respectueuse et positive avec eux; Est capable d accomplir les tâches assignées dans le délai accordé. b. Avant d assigner ou de déléguer au personnel de soutien une activité auprès des patients/clients, l orthophoniste doit vérifier si le personnel de soutien a la formation nécessaire et peut démontrer qu il possède des connaissances et des compétences spécifiques dans certains ou l ensemble des domaines supplémentaires suivants, jugés nécessaires pour participer aux activités de services : Connaît les processus normaux du développement de la communication et les habiletés pertinentes associées de la population clinique desservie; Connaît les troubles de communication et les habiletés pertinentes associées de la population clinique desservie; Réagit de manière efficace aux attitudes et aux comportements des patients/clients; Détermine le besoin d obtenir des conseils supplémentaires de la part de l orthophoniste et obtient ces conseils, si besoin est, à l extérieur de l horaire de supervision prévu; Détermine le besoin de transmettre à l orthophoniste les questions des patients/clients, des aidants et des collègues et communique ces questions en temps opportun; Sait choisir, préparer et présenter du matériel aux patients/clients conforme au plan d intervention assigné par l orthophoniste; Sait présenter les stimuli et consigner les réactions de manière appropriée; Sait distinguer les réponses (est capable de distinguer les bonnes réponses et les mauvaises réponses); Sait repérer les facteurs qui peuvent nuire au traitement du patient/client et en discuter avec l orthophoniste superviseur; Sait utiliser le matériel, l équipement et/ou les programmes nécessaires; Sait tenir des dossiers cliniques et consigner les données. 3. Assignation d activités au personnel de soutien College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 5

6 Quand il détermine la meilleure utilisation à faire du personnel de soutien, l orthophoniste doit avoir une bonne raison de décider d assigner une activité de service orthophonique particulière. L orthophoniste conserve la responsabilité légale et éthique de toutes les interventions orthophoniques assignées au personnel de soutien. L ORTHOPHONISTE DOIT : a. S assurer qu il est approprié pour le personnel de soutien d accomplir l activité envisagée; b. Déterminer que la qualité et le résultat escompté de l intervention orthophonique ne seront pas compromis; c. Informer le patient/client, les aidants et les autres fournisseurs de soins qu ils peuvent demander de rencontrer l orthophoniste pour discuter de certains aspects des soins du patient/client; d. Informer le personnel de soutien des buts et objectifs orthophoniques du patient/client; e. S assurer que le personnel de soutien comprend clairement toutes les instructions fournies verbalement ou par écrit, et documenter toutes les directives données au personnel de soutien; f. S assurer que le personnel de soutien comprend les limites de son rôle dans chaque cas particulier; g. Informer le personnel de soutien de tout risque et de toute contre-indication et précaution ainsi que de tout renseignement pertinent afin de veiller à la sécurité du patient/client et du personnel de soutien; h. Établir le modèle de supervision qu il utilisera en fonction du type et de la complexité du plan d intervention et de sa connaissance de la compétence du membre du personnel de soutien. TÂCHES NE POUVANT PAS ÊTRE CONFIÉES AU PERSONNEL DE SOUTIEN : a. Effectuer une évaluation standardisée ou non standardisée de la parole, du langage, de la communication cognitive, de la déglutition et de la voix, et en interpréter les résultats; b. Rédiger, élaborer ou modifier le plan de traitement/remédiation individuel du patient/client; c. Fournir une aide à un patient/client sans suivre le plan de traitement/remédiation individuel préparé par l orthophoniste superviseur ou sans être supervisé; d. Admettre ou référer un patient/client ou lui donner son congé; e. Communiquer avec le patient/client, la famille ou d autres personnes verbalement ou par écrit au sujet d un aspect quelconque du statut ou de l intervention du patient/client sans l approbation explicite de l orthophoniste superviseur; f. Signer des documents officiels faisant partie du dossier du patient/client, notamment des notes, des rapports, etc. sans que l orthophoniste contresigne. Cela n empêche pas le personnel de soutien de documenter les progrès dans un document officiel (dossier médical, Dossier scolaire de l Ontario) aussi longtemps que le document contient aussi la documentation des activités assignées par l orthophoniste; g. Superviser du personnel de soutien autre que la supervision approuvée par l orthophoniste de membres du personnel de soutien en cours de formation; College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 6

7 h. Effectuer tout autre acte qui, selon l orthophoniste, pourrait poser un risque de préjudice pour le patient/client s il est confié à du personnel de soutien du personnel). DÉTERMINATION DE LA QUANTITÉ DE SUPERVISION REQUISE 1. L orthophoniste qui assigne ou délègue une activité est responsable de superviser le personnel de soutien qui accomplit l activité. L orthophoniste doit surveiller le rendement du personnel de soutien, de façon régulière et continue, pour toutes les activités assignées afin d assurer le contrôle de la qualité et de la quantité de travail effectué. La supervision doit se dérouler dans le milieu clinique dans lequel le personnel de soutien offre l interaction thérapeutique. Le travail doit appuyer les résultats souhaités de l intervention orthophonique. a. La quantité et le type de supervision nécessaire dépendront du risque de préjudice associé à la tâche assignée; de l expérience de l orthophoniste en supervision de personnel de soutien en général et auprès du membre du personnel de soutien concerné; de l ampleur des changements attendus de la part du patient/client ainsi que de la compétence et de l expérience du personnel de soutien. b. Il faut assurer une supervision directe pour tous les soins des patients/clients. Lorsque c est dans le meilleur intérêt du patient/client, on peut aussi assurer une supervision indirecte du personnel de soutien. Voici les aspects à surveiller pendant la supervision directe des activités d intervention assignées : le niveau d accord (fiabilité) entre le personnel de soutien et l orthophoniste concernant l exactitude du jugement porté sur un comportement cible; le niveau d exactitude des méthodes de l intervention et de la tenue des dossiers; la capacité du personnel de soutien d interagir efficacement avec les patients/clients et les aidants/proches. c. Pour des choses comme l orientation de nouveaux membres du personnel de soutien, l établissement d une nouvelle relation de supervision et la mise en œuvre d un nouveau programme, de nouvelles tâches et l utilisation de nouvel équipement, il importe pour l orthophoniste de superviser directement les activités orthophoniques jusqu à ce qu il détermine que le personnel de soutien est capable d effectuer la tâche sous supervision indirecte. Dans ces situations, l orthophoniste doit offrir une supervision directe d au moins 20 %. d. L orthophoniste doit fournir une rétroaction régulière sur le rendement à chaque membre du personnel de soutien. Lorsque le personnel de soutien et l orthophoniste n ont pas le même employeur, il faut fournir cette rétroaction par écrit. Lorsque de l avis professionnel de l orthophoniste, la compétence du membre du personnel de soutien face à une activité particulière est en dessous d un niveau acceptable, l orthophoniste doit tenter de lui donner une nouvelle formation dans le domaine concerné et accroître la supervision directe jusqu à ce que le membre du personnel de soutien montre un niveau de compétence acceptable. Dans certains cas, il est nécessaire de changer les activités assignées du membre du personnel de soutien s il ne peut atteindre un niveau de compétence acceptable. e. L orthophoniste doit normalement être disponible pour superviser le personnel de soutien. Si l orthophoniste ne peut pas être sur place, il doit être en mesure de College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 7

8 communiquer facilement avec le personnel de soutien pour lui fournir l aide nécessaire, au besoin, afin de veiller au maintien d un service de qualité et de s assurer que le résultat escompté ne sera pas compromis. f. Lorsque l orthophoniste superviseur quitte un lieu d emploi (congé de maternité, maladie, changement d emploi), l orthophoniste doit informer l employeur du besoin de faire superviser le personnel de soutien par un autre orthophoniste. L orthophoniste doit déployer des efforts raisonnables pour veiller à la continuité de la supervision. g. Le nombre de membres du personnel de soutien qu il est possible pour l orthophoniste de superviser dépend de la quantité de supervision requise. L orthophoniste doit s assurer qu il a le temps nécessaire pour fournir la supervision indiquée et cette supervision doit inclure tous les services orthophoniques fournis par du personnel de soutien. L orthophoniste ne doit pas superviser du personnel de soutien lorsque la quantité de supervision requise dépasse ce que l orthophoniste peut raisonnablement offrir, et l empêche de veiller à la prestation de soins appropriés qui ne compromettent pas le résultat escompté du patient/client. 2. L orthophoniste doit déployer tous les efforts possibles pour veiller à ce que le personnel de soutien obtienne toute la formation nécessaire, sur l organisme et le service, afin de bien comprendre le but des activités assignées et d avoir la compétence voulue pour accomplir ces activités. Cette formation variera en fonction de la complexité des activités assignées, de la compétence du personnel de soutien et des exigences du service orthophonique. Dans la plupart des cas, l orthophoniste devra offrir au moins une certaine formation en cours d emploi avant d assigner des activités au personnel de soutien nouvellement embauché. a. Lorsque de l avis professionnel de l orthophoniste, la compétence d un membre du personnel de soutien relative à une activité particulière tombe en dessous d un niveau acceptable, l orthophoniste doit tenter de lui donner une nouvelle formation sur l activité en question. Cette nouvelle formation comprendra l augmentation de la supervision directe offerte et la démonstration de l activité par l orthophoniste. L orthophoniste doit documenter la nouvelle formation fournie et son succès ou échec. Si la nouvelle formation requise est telle qu elle compromet la qualité ou la quantité du service orthophonique, l orthophoniste doit changer les activités assignées au membre du personnel de soutien. L orthophoniste doit également informer son employeur qu il a pris cette mesure (ainsi que l employeur du membre du personnel de soutien si une entente de partage du personnel est en vigueur) et documenter la réaction de l employeur. L orthophoniste doit être disposé à aider l employeur du membre du personnel de soutien à déterminer un nouveau plan d action. b. Dans le contexte de son rôle en tant que superviseur et gardien de la qualité du service orthophonique, l orthophoniste doit fournir au personnel de soutien de l information sur les occasions appropriées de formation continue. Il convient aussi pour l orthophoniste d informer l employeur du besoin d offrir au personnel de soutien des occasions de formation continue. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 8

9 DÉFINITIONS Évaluation: L utilisation de mesures formelles et/ou informelles par l audiologiste ou l orthophoniste, conformément à son champ de pratique, afin de déterminer le fonctionnement du patient/client face à divers aspects de la communication fonctionnelle, de la déglutition ou de l audition, et afin de formuler des recommandations de traitement précises. Services de consultation: Par services de consultation, on entend les services que l orthophoniste fournit lorsqu il n est pas le fournisseur principal des services d un patient/client et qu on le fait intervenir, pendant une courte durée, en raison de son expertise dans un domaine particulier afin de donner son opinion ou faire des recommandations. Service direct: Réfère aux interventions dispensées au patient/client par l orthophoniste. Supervision directe: Par supervision directe, on entend l observation et l orientation, de la part de l orthophoniste superviseur, des activités assignées au personnel de soutien et au cours desquelles le membre du personnel de soutien interagit avec le patient/client et/ou ses proches dans l environnement du patient/client. La supervision directe peut se faire à distance, par voie électronique, à l aide de la vidéo interactive, de techniques audio ainsi que de technologies informatiques et de télécommunications avancées. Le contact est visuel, interactif et en temps réel. Service indirect: Par service indirect, on entend les conseils et l orientation donnés à une personne qui interagira avec le patient/client dans le cadre de ses fonctions quotidiennes. L orthophoniste est responsable des conseils et de l orientation donnés, mais non de la mise en œuvre. Dans cette situation, le patient/client est celui qui reçoit l intervention, mais cette intervention n est pas fournie par l orthophoniste. Le modèle consultatif de prestation de services a pour base le service indirect. Supervision indirecte: Supervision indirecte désigne la supervision assurée par l orthophoniste superviseur des activités assignées au personnel de soutien dans les situations autres que celles de la supervision directe. Cela comprend la revue des dossiers, la consultation au téléphone, l examen et l évaluation des séances audio ou vidéo enregistrées ou les présentations de cas. Intervention: Comprend toute participation d un membre de l Ordre ou du personnel de soutien à la prestation de services aux patients/clients, y compris mais sans s y limiter, le dépistage, l évaluation, le traitement et la gestion/prise en charge Dépistage: Utilisation de mesures «satisfaisant/référer» (pass/refer) par l audiologiste ou l orthophoniste, conformément à son champ de pratique, pour identifier les personnes qui pourraient avoir un retard ou un trouble d audition, de communication et/ou de déglutition. Le dépistage ne sert qu à déterminer si une évaluation orthophonique et/ou audiologique s impose. Le dépistage peut être effectué par un membre de l Ordre ou par du personnel de soutien. L interprétation et la communication des résultats du dépistage se limitent à conseiller la personne quant au besoin éventuel d une évaluation orthophonique et/ou audiologique plus poussée. Les résultats du dépistage ne doivent pas être utilisés pour la planification du traitement. Personnel de soutien: Par personnel de soutien, on entend toute personne non membre d une profession réglementée qui a suivi une formation générale et/ou une formation en cours College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 9

10 d emploi et à qui l orthophoniste membre de l Ordre des audiologistes et des orthophonistes de l Ontario peut assigner des services cliniques qu il supervisera. Les assistants en troubles de communication ayant terminé un programme de formation postsecondaire sont considérés comme faisant partie du personnel de soutien. L orthophoniste peut embaucher le personnel de soutien et doit directement superviser ces derniers. Traitement: Intervention ayant pour but d améliorer les habiletés de communication et/ou de déglutition du patient/client. RÉFÉRENCES Alberta College of Speech-Language Pathologists and Audiologists. Preferred Practice Guideline: Speech Speech-Language Pathologists Use of Support Personnel to Augment Speech-Language Pathology Service Delivery, American Speech-Language-Hearing Association. Guidelines for the training, use, and supervision of speech-language pathology assistants [Guidelines], American Speech-Language-Hearing Association. Training, use and supervision of support personnel in speech-language pathology [Position statement], Association canadienne des orthophonistes et audiologistes. LIGNES DIRECTRICES VISANT LE PERSONNEL DE SOUTIEN travaillant auprès d un orthophoniste, 2004 (révisé en mars 2008). Association canadienne des orthophonistes et audiologistes. Position paper on support personnel in speech-language pathology and audiology, (En anglais seulement). REMERCIEMENTS L Ordre des audiologistes et des orthophonistes de l Ontario désire remercier l Alberta College of Speech-Language Pathologists and Audiologists (ACSLPA) pour avoir partagé son document Preferred Practice Guideline: Speech Speech-Language Pathologists Use of Support Personnel to Augment Speech-Language Pathology Service Delivery. L Ordre a utilisé une bonne partie du contenu et des concepts de l énoncé de principes de l ACSLPA pour créer un document pour ses membres. Nous saluons cet exemple de collaboration entre les organismes de réglementation, membres de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de l audiologie et de l orthophonie, au profit de l harmonisation des normes influençant les professions à la grandeur du pays. College of Audiologists and Speech-Language Pathologists of Ontario Page 10

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien O r d r e d e s e r g o t h é r a p e u t e s d e l O n t a r i o Sept 2004 Introduction La position de l Ordre sur le personnel de soutien L Ordre

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015)

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) École de réadaptation Programme de physiothérapie DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) Préparé par Direction

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

CONSEIL SUR LA PRATIQUE

CONSEIL SUR LA PRATIQUE CONSEIL SUR LA PRATIQUE TRAVAILLER EFFICACEMENT AVEC LES MANDATAIRES SPÉCIAUX: LOI ET CONSENTEMENT DATE: 2012 Par Alexandra Carling-Rowland, Ph.D., Inscr. OAOO Directrice de pratique professionnelle et

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE (FSG) EN MILIEU DE TRAVAIL ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE :

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE : College of Homeopaths of Ontario 163 Queen Street East, 4 th Floor, Toronto, Ontario, M5A 1S1 TEL 416-862-4780 OR 1-844-862-4780 FAX 416-874-4077 www.collegeofhomeopaths.on.ca TITRE : ÉTAPE : NORMES ET

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

Formulaire 1.9 Code de déontologie du programme CanadaGAP

Formulaire 1.9 Code de déontologie du programme CanadaGAP Formulaire 1.9 Code de déontologie du programme CanadaGAP MISE EN SITUATION Programme de salubrité des aliments CanadaGAP Politique relative au conflit d'intérêts et à l impartialité Dans le présent document,

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA entre Le College of Midwives of British Columbia et L Alberta Midwifery Health Disciplines Committee et Le College of Midwives of Manitoba et L Ordre

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Lignes directrices sur les services aux élèves ayant un handicap sensoriel

Lignes directrices sur les services aux élèves ayant un handicap sensoriel Lignes directrices sur les services aux élèves ayant un handicap sensoriel Lignes directrices sur les services aux élèves ayant un handicap sensoriel Table des matières i Introduction 3 Mission de l éducation

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DU BACCALAURÉAT EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION (FSA)

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES SERVICES À LA CLIENTÈLE

POLITIQUE SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES SERVICES À LA CLIENTÈLE POLITIQUE SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES SERVICES À LA CLIENTÈLE La présente politique a été adoptée en vue de se conformer aux exigences des Normes d accessibilité pour les services à la clientèle, édictées

Plus en détail

Planification pour une meilleure transition

Planification pour une meilleure transition Ministère des Services sociaux et communautaires Ministère des Services à l enfance et à la jeunesse Planification pour une meilleure transition Cadre de planification pour les jeunes ayant une déficience

Plus en détail

Code éthique et déontologique des logopèdes

Code éthique et déontologique des logopèdes Code éthique et déontologique des logopèdes Responsabilité personnelle 1.1. Les logopèdes doivent respecter les dispositions de l arrêté royal du 20 octobre 1994 relatif au titre professionnel et aux conditions

Plus en détail

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ DIRECTIVE ADMINISTRATIVE B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Date d émission : le 25 mars 2000 Dates de révision : le 24 mars 2007, le 2 juin 2010, le 25 août 2014 Page 1 de 6

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience RÉSOLUTION 183-03 Date d adoption : 23 septembre 2003 En vigueur : 23 septembre 2003 À réviser avant : DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS Éducation coopérative 1. Expérience d apprentissage pratique

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47 47. Nous sommes conscients de l importance de la communication, par les entreprises, d informations sur l impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s agissant des entreprises

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013 POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET Modifié le 3 septembre 2013 Objectifs de la politique Accompagner dans son cheminement pédagogique et social. Assurer

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014 Notre référence : Préavis aux banques/spb/ SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Le 14 mai 2014 Destinataires : Banques Sociétés de portefeuille bancaires Sociétés de fiducie et de prêt fédérales Associations coopératives

Plus en détail

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038 Procédure administrative : Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves Numéro : PA 7.038 Catégorie : Administration des écoles Pages : 6 Approuvée : le 3 mars 2008 Modifiée

Plus en détail

DEMANDE DE CANDIDATURES

DEMANDE DE CANDIDATURES DEMANDE DE CANDIDATURES lancé par la Société Parkinson Canada / Parkinson Society Canada PROGRAMME DE BOURSES CLINIQUES EN TROUBLES DU MOUVEMENT 17 novembre 2014 : Date de publication 2 février2015 (à

Plus en détail

Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués

Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués Procédure administrative : Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués Numéro : PA 6.020 Catégorie : Ressources humaines Pages : 10 Approuvée : le 18 octobre 2010 Modifiée :

Plus en détail

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Workplace Health, Safety and Compensation Commission of New Brunswick WHSCC CSSIAT Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation

Plus en détail

Supplément destiné aux bureaux de santé publique. en partenariat avec Santé publique Ontario

Supplément destiné aux bureaux de santé publique. en partenariat avec Santé publique Ontario Supplément destiné aux bureaux de santé publique en partenariat avec Santé publique Ontario Table des matières Remerciements...3 Introduction.......................................................... 4

Plus en détail

Directive sur le consentement

Directive sur le consentement Révisé juin 2015 (1/14 ) MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession

Plus en détail

Programme Ressources humaines

Programme Ressources humaines No. de la directive Nb. de pages 5 Auteur: Direction des ressources humaines Approuvée par: Comité de gestion Programme Ressources humaines Titre: Programme de gestion de l assiduité au travail Entrée

Plus en détail

Administration des médicaments pour les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés dans les foyers de soins. Lignes directrices

Administration des médicaments pour les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés dans les foyers de soins. Lignes directrices Administration des médicaments pour les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés dans les foyers de soins Lignes directrices Apprové par: Association des infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL SERVICE DES RESSOURCES HUMAINES Adoption : Amendement : C.C.-086-030127 \\cssamares.qc.ca\administration\savl001\lorraine\politique - Loi - Règlement\Politiques\Politique

Plus en détail

DOMAINES DE COMPÉTENCES RECOMMANDÉS

DOMAINES DE COMPÉTENCES RECOMMANDÉS DOMAINES DE COMPÉTENCES RECOMMANDÉS A. Compétences musicales 1.0 Histoire de la musique Démontrer la connaissance des fonctions artistiques, éducatives et sociales de la musique à travers diverses cultures

Plus en détail

Conseiller, Ressources humaines

Conseiller, Ressources humaines Conseiller, Ressources humaines Supérieur hiérarchique : Directeur, Ressources humaines Type d emploi : Permanent, temps plein Lieu de travail : Ottawa, Ontario Nombre heures par semaine : 37.5 Clôture

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de mentorat des essais contrôlés randomisés (ECR) des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de mentorat des essais contrôlés randomisés (ECR) des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de mentorat des essais contrôlés randomisés (ECR) des IRSC Octobre 2014 Table des matières INTRODUCTION... 3 L ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux

La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux TRAVAUX EN COURS Une présentation de : Angela Dunham Directrice adjointe de la Région du Sud-ouest par intérim Travail sécuritaire NB SUJETS

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience

Validation des acquis de l expérience 1 Guide pour la formation professionnelle initiale 2 Impressum Editeur: Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), Berne Version: 1 Langues: d / f / i Date de publication:

Plus en détail

Job Opening: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A

Job Opening: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A Job Opening: Job Title: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A Cadre organisationnel Les postes de professeurs

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Mandat Le directeur régional Services fiduciaires a pour mandat de diriger le secteur des Services fiduciaires

Plus en détail

La sélection d un expert-conseil

La sélection d un expert-conseil Annexe 4 La sélection d un expert-conseil Lignes directrices relatives à la sélection d un expert-conseil Bien choisir un expert-conseil n est pas une tâche facile, mais il peut être bénéfique de prendre

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

AIDE-SOIGNANT : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION

AIDE-SOIGNANT : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE-SOIGNANT

Plus en détail

Demande d Inscription Initiale

Demande d Inscription Initiale Demande d Inscription Initiale ATTENDEZ D AVOIR TOUTE LA DOCUMENTATION REQUISE AVANT DE REMPLIR CE FORMULAIRE. Documents requis : Il incombe aux candidats de s assurer que leur relevé de notes est envoyé

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Politique relative à la gestion des dossiers des élèves jeunes et adultes (5211-03-01).

Politique relative à la gestion des dossiers des élèves jeunes et adultes (5211-03-01). RECUEIL DE GESTION SECTEUR DIRECTION GÉNÉRALE IDENTIFICATION CODE : 5211-03-03 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE À LA GESTION DES DOSSIERS DES ÉLÈVES DU PRÉSCOLAIRE, DU PRIMAIRE ET DU SECONDAIRE Adoption : Le

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON. Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste

ROWING CANADA AVIRON. Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste ROWING CANADA AVIRON Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada

Plus en détail

EXPOSÉ-SONDAGE NORME DE PRATIQUE SECTION 1640 COMMISSION DE L APPLICATION DES RÈGLES ET DES NORMES. MARS 2003 2003 Institut Canadien des Actuaires

EXPOSÉ-SONDAGE NORME DE PRATIQUE SECTION 1640 COMMISSION DE L APPLICATION DES RÈGLES ET DES NORMES. MARS 2003 2003 Institut Canadien des Actuaires EXPOSÉ-SONDAGE NORME DE PRATIQUE SECTION 1640 COMMISSION DE L APPLICATION DES RÈGLES ET DES NORMES MARS 2003 2003 Institut Canadien des Actuaires Document 203025 This document is available in English Canadian

Plus en détail

Chapitre 2. Champ d activité

Chapitre 2. Champ d activité Chapitre 2 17 Un travail collectif 21 Travail collectif avec les élèves 21 Travail collectif avec les parents et les tuteurs 21 Travail collectif avec les collègues et les autres professionnels 22 Travail

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

Journal de bord : Questions fréquentes

Journal de bord : Questions fréquentes À quoi sert le journal de bord? Journal de bord : Questions fréquentes Le journal de bord est un outil utilisé par les étudiants et la direction de programme tout au long de la formation pratique au doctorat.

Plus en détail

André Caron Conseiller pédagogique

André Caron Conseiller pédagogique Par André Caron Conseiller pédagogique Le chemin de l école 3 La Commission scolaire de la Baie-James 3 Les services éducatifs 3 Mécanismes d accès 3 Inscription 3 Classement de l enfant : Adaptation scolaire

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique linguistique Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 25 octobre 2004 281-CA-4048 Modification(s)

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

GUIDE DE RÉFÉRENCE RELATIF AU PLAN DE SOUTIEN AU COMPORTEMENT

GUIDE DE RÉFÉRENCE RELATIF AU PLAN DE SOUTIEN AU COMPORTEMENT GUIDE DE RÉFÉRENCE RELATIF AU PLAN DE SOUTIEN AU COMPORTEMENT Pour la prestation des SERVICES AUX ADULTES AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE Aux fins d utilisation conformément aux exigences énoncées

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Ligne directrice sur le Plan de sûreté

Ligne directrice sur le Plan de sûreté Explosives Regulatory Division Division de la réglementation des explosifs G05-04 Ligne directrice sur le Plan de sûreté Mai 2014 1. EXIGENCES Un plan de sûreté doit être présenté dans le cadre de la demande

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1

DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1 DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1 Présenter une demande de reconnaissance pour une activité de formation continue destinée aux travailleurs sociaux et aux thérapeutes conjugaux

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote Projet de Note d orientation XXXX Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote I. INTRODUCTION L article 1 de la Règle XXXX des courtiers membres concernant la fixation d un juste prix pour

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : POLITIQUE DE VALORISATION DE COTE : DG 2012-02 LA LANGUE FRANÇAISE APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration En vigueur le 16 mai 2012 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail