MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)"

Transcription

1 MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG 1

2 Objectifs de l UE S3 I. Repérer les familles thérapeutiques, leurs moyens d action et leurs indications II. Connaitre les risques et dangers des interactions médicamenteuses I. Connaitre les précautions de la médication pour des populations spécifiques 2

3 Plan I. Représentants II. Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques III. Indications IV. Voies et modalités d administration V. EI et surveillance VI. Interactions médicamenteuses et CI VII. Points essentiels 3

4 ANTICOAGULANTS I Représentants PO Inj 4

5 ANTICOAGULANTS 1/Héparines I Représentants HBPM ou héparines de bas poids moléculaires Enoxaparine LOVENOX 2000UI anti-xa/0,2ml sol inj LOVENOX 4000UIanti-Xa/0,4ml sol inj * LOVENOX 6000 UIanti-Xa/0,6ml sol inj * LOVENOX 8000 UIanti-Xa/0,8ml sol inj * LOVENOX 10000UI anti-xa/1ml sol inj Daltéparine * FRAGMINE 2500UI anti-xa/0,2ml sol inj * FRAGMINE 5000UI anti-xa/0,2ml sol inj Tinzaparine INNOHEP Nadroparine FRAXIPARINE, FRAXODI HNF ou héparine non fractionnée!!!! Les seringues 2000UI et 4000 UI ne sont pas graduées si adaptation posologique seringue à 6000UI UI 50mg Nb ceci est une erreur car l activité spécifique varie entre150 et 200 UI/mg * Héparine sodique 5000UI/1ml sol inj et 25000UI/5ml sol inj * Calciparine ou H calcique CALCIPARINE 12500UI/0,5ml sol inj * disponibles au CHU 5

6 ANTICOAGULANTS I Représentants 2/ Fondaparinux * ARIXTRA 2,5mg/0,5ml sol inj * ARIXTRA 5mg/0,4ml sol inj * ARIXTRA 7,5mg/0,6ml sol inj * ARIXTRA 10mg/0,8ml sol inj 3/ DANAPAROÏDE sodique * ORGARAN ARGATROBAN 4/ Lepirudine Refludan Désirudine Revasc Bivalirudine Angiox * disponibles au CHU ARGANOVA 100mg/ml sol inj Utilisés de façon spécialisée. Avec des indications spécifiques. Réservées à des niches thérapeutiques. Non référencées. Ne seront pas traités dans le cours. 6

7 ANTICOAGULANTS II Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques Rappel La coagulation est un mécanisme protecteur qui permet d arrêter les hémorragies par le biais de la formation d un caillot au point du saignement Activation endogène (contact avec collagène) Activation exogène (blessure) Buts (activateurs/inhibiteurs) prévention des saignements spontanés en situation normale arrêt des hémorragies en cas de lésions vasculaires 7

8 II Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques Héparines (-) (-) (-) Les héparines rendent le sang moins coagulable indirectement les facteurs - notamment Xa et IIa (thrombine) par activant de l'antithrombine III en bloquant Effets immédiat constitue le traitement initial (NAO également) 8

9 II Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques Héparines HNF : activité anti Xa/anti IIa = 1 Surveillance TCA Voir plus loin HBPM ++ activité anti Xa (activité Anti Xa/anti IIa > 1,8 infini pour Arixtra) Surveillance activité antixa. Voir plus loin 9

10 II Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques Héparines HBPM HNF Effet anticoagulant dosedépendant non linéaire ½ vie variable Courte durée d action SAP +++ Réponse inter-patient très variable Monitoring obligatoire Fractionnement HBPM plus petite et plus homogène Réponse reproductive Pas de monitoring Mais incidence des TIH en milieu médical non différente de celle sous HNF Risque de Thrombopénie Immuno-allergique à l Héparine (Liaison au PF4) ½ vie indépendante de la dose prolongée Meilleure BD que l HNF Injections moins frequentes SC +++ Prandoni P et al. Blood

11 II Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques Fondaparinux HNF Extraction animale - boyaux de porc HBPM Fractionnement HNF plus petite et plus homogène Produit de synthèse encore plus petit : Fondaparinux Arixtra Seule cible : facteur Xa ++++ Fondaparinux 2-3 fois de suite 11

12 II Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques «Héparinoïde» Orgaran Danaparoïde sodique Héparinoïde de synthèse, proche des HBPM Le ratio d'activité anti Xa/anti IIa élevée (de l'ordre de 20) Contrôle de l activité par mesure de l activité anti-xa (0.4 à 0.8) ++++ Danaparoïde HENG 12

13 II Mécanisme d action - Propriétés pharmacologiques «Héparinoïde» ARGANOVA Argatroban Mécanisme différent de la Danaparoïde Inhibe directement thrombine la Exerce son activité indépendamment de l antithrombine Comme Lepirudine Refludan Désirudine Revasc Bivalirudine Angiox 13

14 ANTICOAGULANTS III Indications MTEV maladie thromboembolique veineuse TVP thrombose veineuse profonde, = la formation d'un caillot de sang au sein d'une veine, entravant la circulation sanguine. NB Lorsque le caillot de sang se forme dans une veine proche de la surface de la peau, on parle de thrombose veineuse superficielle (traitement compressif par bandages plutôt que par chaussette ou bas + Héparines) EP l'embolie pulmonaire = complication grave qu'il faut soigner en urgence (mortalité non traitée : % environ) 14

15 III Indications Héparines Chaque héparine a des indications qui lui sont propres en relation à leur AMM En traitement initial Relayés par les AVK si besoin Les domaines sont : Comme AVK : Traitement préventif et curatif de la MTEV Syndromes coronariens aigüs et angioplastie Autres Circulations extra corporelles Thromboses artérielles Pendant la grossesse : AVK peuvent causer des embryopathies essentiellement entre les 6 eme et 12eme semaines. Les HBPM n'ont pas d'amm, bien qu'aucun effet tératogène n'ai été rapporté. Utilisation selon accord professionnel Allaitement : AVK CI sauf pour la Warfarine car ne passe pas dans le lait maternel. HENG 15

16 III Indications Arixtra AMM Indication retenue au CHUN Prévention TVP après chirurgie orthopédique sur fracture de hanche Chez des sujets ayant ATCD thromboemboliques D un poids >50kg - Et une clairance de créatinine > 50ml/mn En chirurgie orthopédique et chirurgie abdominale En médecine : patient alité pour une affection médicale aiguë 2.5mg Autres Angor instable ou IDM sans sus-décalage du segment ST chez les patients pour lesquels une prise en charge par une stratégie invasive (intervention coronaire percutanée : ICP) en urgence (< 120 min) n'est pas indiquée IDM avec sus-décalage du segment ST chez les patients soit pris en charge par un traitement thrombolytique, soit ne relevant initialement d'aucune autre technique de reperfusion TVS spontanée aigue symptomatique des MI TVP et EP pour les autres dosages HENG Hors AMM autorisée selon accords professionnels : TIH 16

17 III Indications Orgaran AMM plus restreint par rapport aux héparines. Indiqués en traitement préventif en chirurgie oncologique et orthopédique curatif et préventif en cas de TIH TIH : seule indication retenue par le COMEDIMS du CHU S il y a une prescription en chir onco ou orthopédique pas de délivrance prescription à revoir En établissement de santé, tous les médicaments commercialisés ne sont pas forcément disponibles Ceux référencés (=disponibles) peuvent avoir été référencés pour seulement une partie des indications de leur AMM ARGANOVA (argatroban) 17

18 Ordonnance spécifique Orgaran 1 amp ± 22 euros Lovenox : 0.02 euros Médecins référents pouvant être contactés Dr Rocher, Dr Spreux, Dr Baldin, Pharmacovigilance (34708 _ 25774) Pr Ferrari, Cardiologie (37854) Dr Vinti, Hématologie clinique (35441, 35432) : délivrance pour 3j maxi 18

19 IV Voies et modalités d administration Héparines HBPM SC+++ possibilité IV. Ne pas utiliser la voie IM. Ne pas purger la bulle d air dans les seringues préremplies. NE PAS MASSER après injection Repères posologiques des HBPM disponibles au CHUN en 2012 Traitement préventif - FRAGMINE Toujours 1 inj/j En CHIRURGIE : selon risque modéré/élevé : FRAGMINE 2500UI ou 5000UI 1inj/j En milieu médical/ FRAGMINE 5000UI 1inj/j HENG 19

20 La FRAGMINE 2500 UI remplace le LOVENOX 2000 UI La FRAGMINE 5000 UI remplace le LOVENOX 4000 UI Les dosages 6000 UI, 8000 UI et UI de LOVENOX restent référencés pour les traitements curatifs. NB pour patient en surpoids possibilité LOVENOX 6000UI 1inj/j Si commande/prescription 6000UI/j pour patient en surpoids signaler Anticoagulants le poids 20

21 IV Voies et modalités d administration Héparines HBPM Traitement curatif - LOVENOX!!!! Graduation des seringues : Toujours 2 inj/j les seringues à 2000UI et Posologie adapté en fonction du poids (100 UI/KG) 4000UI ne sont pas soit 6000UIX2 si 60kg 8000UIX2 si 80kg graduées trt préventif +++ Le volume excédentaire doit être éliminé avant injection en orientant la seringue vers le bas (afin de garder la bulle d air dans la seringue) L apparition d une goutte à l extrémité de l aiguille est possible. Dans ce cas, éliminer la goutte avant l injection en tapotant sur le corps de la seringue (aiguille vers le bas) Si commande/prescription 4000UI X2/j pour patient très menu signaler le poids HENG 21

22 IV Voies et modalités d administration Héparines HNF CALCIPARINE SC +++ IV. Ne pas utiliser la voie IM Indications Posologie CURATIF TVP et EP à la phase aiguë IDM avec ou sans onde Q et de l'angor instable, à la phase aigue Embolies artérielles extracérébrales Bolus 50 à 100UI/kg IVD + Dose initiale de 500 UI/kg par 24 h par voie sous-cutanée, répartie en 2 inj (toutes les 12 h) ou 3 inj (toutes les 8 h) / jour, en fonction du volume à injecter. Adaptation des doses ultérieures selon TCA PREVENTIF Chirurgie et chez les patients alités avec une affection médicale aiguë (notamment en post IDM en cas d'insuffisance cardiaque, après un AVC ischémique avec paralysie des membres inférieurs) en cas d Insuffisance rénale sévère 5000 UI en SC 2 h avant l'intervention, puis 5000 UI toutes les 12 h TCA non indispensable 22

23 IV Voies et modalités d administration Héparines HNF HEPARINE sodique IV uniquement Indications posologie CURATIF TVP et EP à la phase aiguë IDM avec ou sans onde Q et de l'angor instable, à la phase aigue Embolies artérielles extra cérébrales Bolus 50 UI/kg en IVD Dose initiale de 20 UI/kg/h Adaptation des doses ultérieures selon TCA Poso à adapter en PREVENTIF :Prévention des accidents thromboemboliques artériels en cas de cardiopathie fonction de la clinique emboligène, de thérapeutique endovasculaire et de chirurgie vasculaire artérielle. Prévention de la coagulation dans les circuits de CEC et d épuration rénale 23

24 IV Voies et modalités d administration Arixtra SC UNIQUEMENT PRÉVENTIF : 2,5 mg une fois par jour 6 HEURES : délai d administration après l intervention à respecter pour!!! Si SA >75 ans et/ou Poids < 50kg et si IR entre 20 et 50 ml/mn DIMINUER à 1,5 mg CONTRE INDICATION si clairance de la créatinine < 20 ml/min CURATIF: adaptation par rapport au poids 50 à 100 kg : 7,5 mg une fois par jour < 50 kg : 5 mg une fois par jour > 100 kg : 10 mg une fois par jour CONTRE-INDICATION si clairance de la créatinine < 30 ml/mn) HENG 24

25 IV Voies et modalités d administration Orgaran IV et SC Posologie sur ordonnance spécifique Idem : Ne pas utiliser la voie IM. Ne pas purger la bulle d air dans les seringues préremplies. NE PAS MASSER après injection Arganova IV perf 25

26 V Effets Indésirables Surveillance Héparines 1/ Risque hémorragique Elles surviennent essentiellement en présence de : - facteurs de risque associés : lésions organiques susceptibles de saigner, certaines associations médicamenteuses, âge, IR, poids <40kg - non-respect des modalités thérapeutiques, notamment durée de traitement et adaptation de la dose en fonction du poids Antidote Protamine IV lente 100UAH neutralise environ 100UI d HNF - quantité adaptée à l héparinémie mesurée Neutralisation instantanée de l'action anticoagulante de l'héparine!!!!!neutralisation partielle des HBPM Mesure du Temps de Thrombine qui doit être normalisé (20 sec) s'il n'existe plus d héparine en circulation!!! Si surdosage en protamine syndrome hémorragique car la protamine possède elle-même un effet anticoagulant!!! urveillance biologique : TCA et /ou activité anti Xa Anticoagulants 26

27 V Effets Indésirables Surveillance Héparines - HBPM SURVEILLANCE de l ACTIVITE ANTI Xa* Pour quel traitement? En traitement préventif si Clairance de la créatinine < 30 ml/mn En traitement curatif si clairance de la créatinine entre 30 et 60 ml/mn En préventif ET En curatif : Poids extrême: < 40 kg ou obésité Quand prélever? Mesurer au pic maximal d activité - À J2 d administration, puis tous les 2 à 3 jours à discuter au cas par cas - 3 à 4 heures après l injection si 2 injections/jour - 4 à 6 heures après l injection si 1 injection/jour Valeurs pour les traitements curatifs : LOVENOX Act anti Xa : 1,2 +/- 0,17 UI/ml (rapport Xa/IIa = 3,6) FRAGMINE Act anti Xa : 0,59 +/- 0,25 UI/ml (rapport Xa/IIa = 2,5) *Activité anti Xa variables selon les molécules (augmente avec le rapport anti Xa/ anti IIa) 27

28 V Effets Indésirables Surveillance Héparines - HNF SURVEILLANCE de la TCA* Pour quel traitement? En traitement préventif Pas de surveillance systématique sauf si haut risque thromboembolique et posologie élevée (risque élevée) TCA pour adaptation dose quotidienne (1,2 à 1,3 fois le temps du témoin). Schéma trop complexe donc plus utilisé En traitement curatif Surveillance nécessaire adaptation quotidienne des doses Posologie HEPARINE CALCIQUE HEPARINE SODIQUE 500 UI/kg/24h (curatif) 20 UI/kg/heure Activité anti Xa TCA (Rtce héparine, déficit en facteur Heure du prélèvement 0.3 à à 3 x le témoin Mi chemin entre 2 injections Si réactif moins sensible :1,5 à 2,5 fois le témoin 6h > le début puis 4 à 6h après chaque modification Quand? *Allongement TCA directement lié à l action anti IIa. Pb de discordance : TCA trop long / dose faible : déficit en facteur XII ou ACC TCA trop court / dose forte : élévation facteur VIII, syndrome inflammatoire Activité anti Xa = référence (test cher p/r TCA réalisation difficile pour petits labo) 28

29 V Effets Indésirables Surveillance Héparines Modalités de prélèvement Pour éviter une neutralisation partielle de l héparine - 2 possibilités : - séparer dans les meilleurs délais le plasma des plaquettes par centrifugation, ce qui implique le transport immédiat, en moins d une heure, des prélèvements au laboratoire - utiliser des tubes de prélèvement contenant un mélange d inhibiteurs des fonctions plaquettaires permettant une meilleure conservation de l activité de l héparine 29

30 V Effets Indésirables Surveillance Héparines 2/ THROMBOPENIE INDUITE PAR L HEPARINE ou TIH Les plaquettes contiennent dans leurs granules α du facteur 4 plaquettaire (PF4) Quand la PLT est activée, le PF4 est libéré et une partie se lie en surface Complexe héparine-pf4 Certains patients développent des Ac dirigé contre ce complexe Activation de la cascade de coagulation avec génération de thrombine et diffusion du phénomène thrombotique thrombopénie par consommation Importance de Numération plaquettaire et de sa surveillance Avant traitement et au plus tard dans 24h Puis 2 fois par semaine pendant 3 sem pour les HNF. Arrêter le traitement immédiatement si suspicion TIH (baisse valeur des plaquettes de 50% ou < /mm3 TIH mortelle : 20 à 30% HENG Levine

31 V Effets Indésirables Surveillance Héparines TIH : nécrose digitale Bush RL Arch Surg 2002;137: TIH : atteinte cutanée Ang KL International Journal of Cardiology 2003;91: HENG 31

32 V Effets Indésirables Surveillance TIH Conduite à tenir 32

33 V Effets Indésirables Surveillance Héparines Rappel : Même si on arrête l héparinothérapie, la génération de thrombine continue! La mise en place d une anticoagulation efficace est donc nécessaire : pour lutter contre cette génération de thrombine mais aussi parce que l état des patients nécessite primitivement une anticoagulation : Orgaran, Arganova, Arixtra (pas AMM) Selon probabilité TIH : délivrance jusqu à 72h (ordonnance spécifique) + avis auprès des référents pour la poursuite du traitement 33

34 V Effets Indésirables Surveillance Héparines Importance de la surveillance des plaquettes Dernière mise à jour : oct 2009 L Afssaps a élaboré ces Recommandations de Bonne Pratique à partir des évaluations d un groupe multidisciplinaire d experts présidé par le Professeur Patrick MISMETTI, pharmacologue (SaintEtienne) et composé de : Jean-Michel BAUD, médecine vasculaire (Le Chesnay), François BECKER, médecine vasculaire (Genève), Fadila BELMAHDI (Afssaps), Philippe BLANCHARD (HAS), Joël CONSTANS, médecine vasculaire (Bordeaux), Francis COUTURAUD, pneumologue (Brest), Philippe DEBOURDEAU, oncologue (Lyon), Ludovic DROUET, hématologue (Paris), Nathalie DUMARCET (Afssaps), Emile FERRARI, cardiologue (Nice), J-Philippe GALANAUD, médecine vasculaire (Montpellier), Philippe GIRARD, pneumologue (Paris), Bénédicte HAY (Afssaps), Silvy LAPORTE, pharmacologue (Saint-Etienne), Jean-Pierre LAROCHE, angiologue (Avignon), Alain LEIZOROVICZ, pharmacologue (Lyon), François LIARD, généraliste (Saint-Epain), Isabelle MAHE, interniste (Colombes), Guy MEYER, pneumologue (Paris), Emmanuel OGER, interniste (Brest), Florence PARENT, pneumologue (Clamart), Isabelle QUERE, médecine vasculaire (Montpellier), Vincent RENARD, généraliste (Saint-Maur-LesFosses), Michel SAMAMA, hématologue (Paris). 34

35 V Effets Indésirables Surveillance Héparines Dans la mesure où ces RBP s adressent à des situations médicales où le risque de TIH est relativement faible et que les durées de traitement préconisées sont relativement courtes, il est proposé un allègement de la surveillance plaquettaire pour les produits associés à un faible risque de TIH comme avec les HBPM (Accord professionnel) ou encore plus rare comme avec fondaparinux (Grade B). Il ne s agit pas ici de remettre en cause l existence des TIH mais de discuter la rentabilité d une surveillance biologique régulière face à un événement rare. Le diagnostic des TIH repose avant toute chose sur la mise en évidence d une thrombopénie définie par un compte plaquettaire inférieur à 150 Giga/L ou par une diminution des plaquettes de 50 % par rapport au compte plaquettaire avant tout traitement. Il est donc indispensable d obtenir une numération plaquettaire avant tout traitement héparinique ou par fondaparinux ou le plus tôt possible après l instauration du traitement (Grade A). HENG 35

36 V Effets Indésirables Surveillance Héparines!!!!!!possibilité dès les 1ères heures I avant J4 si traitement antérieur 36

37 V Effets Indésirables Surveillance Héparines En cas de traitement ambulatoire, le patient doit être informé de la possibilité de survenue d une TIH et des manifestations pouvant faire évoquer le diagnostic (Accord professionnel). Une surveillance de la num plaquettaire n est pas recommandée en cas : o de traitement par HBPM à dose prophylactique ou traitement en dehors d un contexte postopératoire (Accord professionnel) ; o de traitement par fondaparinux à dose prophylactique ou à dose traitement (Grade B). Une surveillance de la numération plaquettaire est recommandée : en cas de traitement par HNF SC ou IV : 2 fois /sem pendant 21 jours en cas de traitement par HBPM en cas d administration préalable de traitement par HNF ou en cas de traitement d une MTEV post-op avec une numération plaquettaire 2 fois par semaine pendant 1 mois (Grade C) Si une surveillance plaquettaire est préconisée pendant 1 mois et que le traitement héparinique est poursuivi, notamment chez les patients cancéreux avec un épisode de MTEV, une surveillance régulière systématique ne semble pas nécessaire au delà du 1er mois (Accord professionnel). HENG 37

38 V Effets Indésirables Surveillance Héparines 3/Autres EI : Des cas d'hyperkaliémie surveillance de la kaliémie Elévation des transaminases Hypo-aldostéronisme Ostéoporose, alopécie Intolérance locale / injections s/c Allergies vraies (?) arrêt immédiat du traitement Plaque érythémateuse, douloureuse bien délimitée HBPM : Médicaments d élimination rénale (augmente avec le rapport Xa/IIa) surveillance de la fonction Erythème induré rénale CONTRE INDICATION si clairance de la créatinine < 30 ml/min Pr P Hainaut 31/1/

39 V Effets Indésirables Surveillance Fondaparinux Ce qui diffère des héparines Origine synthétique limitation des risques biologiques et absence de problème de disponibilité et de variabilité interlots Grande spécificité de cible antithrombinique, absence d'activité sur le facteur plaquettaire 4, pas de réaction croisée immune avec les anticorps générés en cas d'hypersensibilité, donc pas de risque de thrombopénie induite Utilisation simple sans surveillance biologique, ni numération plaquettaire. A ce jour la TIH a été rapportée (à une seule reprise) par Warkentin en 2007 Mais si surdosage : AUCUN ANTIDOTE DISPONIBLE!!!!! 39

40 V Effets Indésirables Surveillance Fondaparinux Ce qui NE diffère PAS des héparines Eliminé par le rein Adaptation posologique à contre indication selon la clairance rénale Préventif :CONTRE INDICATION si clairance de la créatinine < 20 ml/min Curatif : CONTRE-INDICATION Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/mn) Risque hémorragique -même plus important selon le moment de la première injection En absence d antidote : un surdosage associé à des complications hémorragiques doit conduire à l'arrêt du traitement et à la recherche de l'origine du saignement. L'instauration d'un traitement approprié, tel que l'hémostase chirurgicale, la transfusion de sang ou de plasma frais, ou la plasmaphérèse, doit être envisagée HENG 40

41 V Effets Indésirables Surveillance Orgaran Risque hémorragique comme pour tous Thrombopénie chez des patients déjà sensibilisés aux HNF ou HBPM -Si surdosage : PAS ANTIDOTE DISPO!!!!! -Transfusion, plasma frais voir plasmaphérèse Arganova Risque hémorragique comme pour tous Issu des essais : coagulopathies, diarrhées, douleur, rash cutanés, hémorragies, dyspnée et fièvre -Si surdosage : PAS ANTIDOTE DISPO!!!!! HENG 41

42 VI Interactions médicamenteuses et CI 42

43 VI Interactions médicamenteuses et CI 43

44 VI Interactions médicamenteuses et CI 44

45 VI Interactions médicamenteuses et CI 45

46 ANTICOAGULANTS VII POINTS ESSENTIELS Héparines Fonction rénale : si insuffisance rénale sous HBPM passage HNF Surveillance des plaquettes pour le risque de TIH allègement de la surveillance pour les HBPM Selon indication et type d héparines : TCA ou activité antixa!!! Ne pas purger les seringues préremplies : risque hématome au point d administration Action immédiate constituent le traitement anticoagulant initial, pendant une durée généralement < 10 jours, et si nécessaire relais ensuite par les AVK - sauf certaines indications, par exemple après chirurgie de la hanche : traitement > un mois 46

47 ANTICOAGULANTS VI POINTS ESSENTIELS Arixtra Schéma d utilisation simple Pas de surveillance biologique En cas de surdosage : pas d antidote Importance de la surveillance de la fonction rénale : CI selon valeur/molécule!!! Patient âgé > 75 ans!!! Faible poids corporel TIH Importance de Numération plaquettaire et de sa surveillance Avant traitement et au plus tard dans 24h Puis 2 fois par semaine pendant 3 sem pour les HNF. Allègement HBPM Arrêter le traitement immédiatement si suspicion TIH (baisse valeur des plaquettes de 50% ou < /mm3 Même si on arrête l héparinothérapie, la génération de thrombine continue! La mise en place d une anticoagulation efficace est donc nécessaire : Orgaran, Arganova, Arixtra (pas AMM mais autorisé) 47

METHODOLOGIE INTRODUCTION

METHODOLOGIE INTRODUCTION RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PREVENTION ET TRAITEMENT DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE EN MEDECINE RECOMMANDATIONS METHODOLOGIE Des grades sont attribués aux recommandations selon le niveau

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 30 novembre

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille TIH Type II Thrombopénie induite par un médicament atypique - Survient dans la

Plus en détail

ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE

ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE Docteur Jean-Louis PALLOT Service de Réanimation Médico-chirurgicale, Montreuil L anticoagulation du circuit extra corporel est une nécessité au cours de l épuration

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 juin 2010 FRAGMINE 7 500 U.I anti-xa/0,3ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 10 seringues (CIP 397 430-0) FRAGMINE 12 500 U.I anti-xa/0,5ml,

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs :

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs : ANTICOAGULANTS & THROMBOLYTIQUES Objectifs : Prescrire et surveiller un traitement anticoagulant à titre préventif et curatif, à court et à long terme. Savoir classer les différents anticoagulants par

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE

ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE Origine du texte Journal Auteur : Progrès en Urologie (1997), vol 7,pages 326-332 Elisabeth VERDY, Service d Hématologie Biologique, Hôpital Tenon, Paris, France

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE PRESCRIPTION DES HBPM PREAMBULE

RECOMMANDATIONS DE PRESCRIPTION DES HBPM PREAMBULE !"#$ %&''( PREAMBULE Ce guide a été réalisé et validé par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier d'albi dans le but : - d'harmoniser les pratiques

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Thrombose et cancer. www.e-cancer.fr. Septembre 2008. traitements et soins. Destiné à l usage des professionnels de santé. veineuse.

Thrombose et cancer. www.e-cancer.fr. Septembre 2008. traitements et soins. Destiné à l usage des professionnels de santé. veineuse. traitements et soins Septembre 2008 Thrombose et cancer COLLECTION Recommandations Méthode TRaITEmEnT curatif de la maladie ThRomboEmbolIquE veineuse PRÉvEnTIon ET TRaITEmEnT des ThRombosEs veineuses sur

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

M.M. Samama, I. Elalamy Hôtel Dieu, Paris

M.M. Samama, I. Elalamy Hôtel Dieu, Paris La Thrombopén i e i n d u i t e par l hépari n e M.M. Samama, I. Elalamy Hôtel Dieu, Paris La thrombopénie induite par l héparine Un mot d Histoire Définition et classification Physiopathologie Fréquence

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011

Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011 Gestion péri-opératoire des anticoagulants Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011 Introduction Anticoagulants nécessaires en postopératoire ou déjà présents comment les gérer?? Gestion des patients sous AVK

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

E09 - Thrombolytiques

E09 - Thrombolytiques E09-1 E09 - Thrombolytiques 1. Objecti f s e t mécanisme d action Les traitements thrombolytiques sont administrés pour dissoudre rapidement un thrombus occlusif artériel ou veineux. Ils agissent en activant

Plus en détail

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE E. PAUTAS I. GOUIN-THIBAULT, V. SIGURET Unité Gériatrique Aiguë Laboratoire d hématologie Inserm U-765 Hôpital Charles Foix - AP-HP HEPARINE ET DERIVES HEPARINIQUES

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Atelier Anticoagulation en dialyse

Atelier Anticoagulation en dialyse Atelier Anticoagulation en dialyse Pr Philippe BRUNET Université Aix-Marseille Centre de Néphrologie et Transplantation rénale CHU de Marseille 9èmes rencontres MAHFOUD Mai 2012 Casablanca Cas n 1 Un homme

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux

Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux Cette fiche concerne la pandémie grippale en cours à virus A (H1N1)v. Elle nécessite des travaux permanents. Elle est actualisée au fur et

Plus en détail

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE I. GOUIN-THIBAULT, E. PAUTAS Laboratoire d hématologie Unité Gériatrique Aiguë Hôpital Charles Foix - AP-HP HEPARINE ET DERIVES HEPARINIQUES HEPARINE ET DÉRIVÉS

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR

NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR DAFALGAN Nourrisson 80 mg suppositoires DAFALGAN Jeune enfant 150 mg suppositoires DAFALGAN Grand enfant 300 mg suppositoires Paracétamol Veuillez lire attentivement

Plus en détail

La douleur qu est-ce que c est?

La douleur qu est-ce que c est? La douleur qu est-ce que c est? Le plus souvent la douleur signale une blessure, une fracture, une maladie Dans ce cas, la douleur est nécessaire, elle est là pour nous alerter. Un signal d alarme Il permet

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Anticoagulation dans l EER

Anticoagulation dans l EER Anticoagulation dans l EER Débutant Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 3 avril 2012 Objectifs - Connaitre les différentes méthodes d anticoagulation -

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III 1 2 Hémostase primaire : Réaction vasculaire: vasoconstriction Réaction plaquettaire: Adhésion plaquettaire Sécrétion plaquettaire Agrégation plaquettaire Hémostase secondaire = coagulation Voie intrinsèque

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Accidents des anticoagulants (182) M.C. Alessi et P. Ambrosi Avril 2005 (Mise à jour 2007-2008)

Accidents des anticoagulants (182) M.C. Alessi et P. Ambrosi Avril 2005 (Mise à jour 2007-2008) Accidents des anticoagulants (182) M.C. Alessi et P. Ambrosi Avril 2005 (Mise à jour 2007-2008) Objectifs pédagogiques : Savoir diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Traitement e. Surveillance biologique des patients âgés sous traitement anticoagulant TECHNOLOGIE APPLIQUÉE RÉSUMÉ MOTS-CLÉS

Traitement e. Surveillance biologique des patients âgés sous traitement anticoagulant TECHNOLOGIE APPLIQUÉE RÉSUMÉ MOTS-CLÉS V. SIGURET 1,2,* Surveillance biologique des patients âgés sous traitement anticoagulant RÉSUMÉ Les patients âgés, souvent polypathologiques et polymédiqués, sont des sujets fragiles à haut risque d hémorragies

Plus en détail

ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY

ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY 1 STADES DE LA MRC 1: DFG Nl, néphropathie, protéinurie 2: DFG 60 à 89 ml/mn/1,73 m² 3: DFG 30 à 59 ml/mn/1,73 m² 4: DFG 15 à 29 ml/mn/1,73 m² 5: DFG < 15 ml/mn/1,73

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

NOVEMBRE 2018 UE 2.11 UE 2.11 LES ANTICOAGULANTS 1- LES ANTICOAGULANTS INJECTABLES

NOVEMBRE 2018 UE 2.11 UE 2.11 LES ANTICOAGULANTS 1- LES ANTICOAGULANTS INJECTABLES Les anticoagulants (ATC) sont utilisés afin de prévenir la formation ou d éliminer les thrombus. Ils sont prescrits dans différentes situations en traitement préventif ou curatif. Ils se présentent sous

Plus en détail

EN CAS. d HÉMORRAGIE MASSIVE UTILISER LA PROTOCOLE HÉMORRAGIE MASSIVE DISPONIBLE SUR VOTRE UNITÉ!

EN CAS. d HÉMORRAGIE MASSIVE UTILISER LA PROTOCOLE HÉMORRAGIE MASSIVE DISPONIBLE SUR VOTRE UNITÉ! EN CAS d HÉMORRAGIE MASSIVE UTILISER LA BOÎTE DU PROTOCOLE HÉMORRAGIE MASSIVE DISPONIBLE SUR VOTRE UNITÉ! F-392 GRM : 30005543 (rév. 01-2014) Protocole d hémorragie massive (PHM) Page 1 sur 10 F-392 GRM

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PRESCRIPTEUR

INFORMATION POUR LE PRESCRIPTEUR Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Tracleer de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

NOTICE. Contenu de cette notice:

NOTICE. Contenu de cette notice: NOTICE Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de administrer ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. Si vous avez d autres questions, si

Plus en détail

Antagonisation des héparines et des nouveaux anticoagulants

Antagonisation des héparines et des nouveaux anticoagulants Antagonisation des héparines et des nouveaux anticoagulants A N N A L E S F R A N C A I S E S D A - R M A R S 2 0 1 3 Pencole Mathieu Biblio DAR A Avril 2013 PLAN Introduction Activité mixte anti-xa et

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

L aspirine ASPEGIC, KARDEGIC, SOLUPSAN.

L aspirine ASPEGIC, KARDEGIC, SOLUPSAN. ANTIAGREGANTS PLAQUETTAIRES Les médicaments antiagrégants plaquettaires sont une famille hétérogène de médicaments utilisés pour empêcher la formation pathologique de thrombus au niveau de défauts des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 décembre 2007 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 2 : 363 500-6 Boîte de 7 : 363 501-2 Boîte de 10 : 564 989-2 Fondaparinux

Plus en détail

ATCD : diabète, HTA, hypercholestérolémie, FA paroxystique (actuellement rythme sinusal), épilepsie.

ATCD : diabète, HTA, hypercholestérolémie, FA paroxystique (actuellement rythme sinusal), épilepsie. Traitement anticoagulant et complication (cardiologie) Cours au format texte : chaque titre gras surligné correspond au début d'une nouvelle diapo, en italique les diapos sur fond blanc et non bleu (je

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Définition de l éducation thérapeutique «L information laisse le patient passif,

Plus en détail

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Annexe III Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Note : Ce Résumé des Caractéristiques du Produit, cet étiquetage et cette notice sont le résultat

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse D. Boutarene Service de Médecine Interne Hopital Bachir Mentouri Kouba Introduction Depuis plus de 40 ans le trt anticoagulant est dominé par

Plus en détail

Mieux connaître les anticoagulants

Mieux connaître les anticoagulants Laboratoires de biologie médicale Novembre 2017 Virginie PEREZ Oriade Noviale GLBM Mieux connaître les anticoagulants SOMMAIRE 1. RAPPELS PHYSIOLOGIQUES DE L HÉMOSTASE 2. LES ANTIVITAMINES K 3. LES HÉPARINES

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie:

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: - L Épreuve d effort d - L Échographie d effortd - L Échographie sous dobutamine - La Scintigraphie myocardique d effortd Sandrine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Antithrombotiques et médicaments des troubles de l hémostase : Les anticoagulants. Matthieu ROUSTIT Pharmacologie Université Joseph Fourier

Antithrombotiques et médicaments des troubles de l hémostase : Les anticoagulants. Matthieu ROUSTIT Pharmacologie Université Joseph Fourier Antithrombotiques et médicaments : Les anticoagulants Matthieu ROUSTIT Pharmacologie Université Joseph Fourier Institut de Formation en Soins Infirmiers 1 ère Année Année universitaire 2014-2015 CLASSIFICATION

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

Point sur les HBPM et rappel des règles d utilisation des HBPM Message destiné aux professionnels de santé

Point sur les HBPM et rappel des règles d utilisation des HBPM Message destiné aux professionnels de santé 23 avril 2008 Point sur les HBPM et rappel des règles d utilisation des HBPM Message destiné aux professionnels de santé Rappel du contexte Des effets indésirables graves (notamment de nature allergique)

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE. Metacam 20 mg/ml solution injectable pour bovins, porcins et chevaux

1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE. Metacam 20 mg/ml solution injectable pour bovins, porcins et chevaux 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Metacam 20 mg/ml solution injectable pour bovins, porcins et chevaux 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient : Substance(s) active(s) : Méloxicam

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

I. Champ d application

I. Champ d application Directives techniques Directives concernant la lutte contre du 11 août 1998 L Office vétérinaire fédéral, vu l article 231, 3 e alinéa, de l ordonnance du 27 juin 1995 sur les épizooties (OFE; RS 916.401),

Plus en détail