PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE"

Transcription

1 PRÉFET DES ALPES-MARITIMES Cabinet du Préfet Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE Période du 1 er juin 2014 au 31 août 2014 ADRESSE POSTALE : NICE CEDEX 3 - STANDARD

2 SOMMAIRE CHAPITRE 1 - GÉNÉRALITÉS Textes de référence Le Plan National Canicule (PNC) La vigilance météorologique Les acteurs du dispositif «canicule»... 4 CHAPITRE 2 - MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF DÉPARTEMENTAL Niveau 1 «veille saisonnière» Le rôle du Préfet Le rôle de la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA Le rôle de la DDCS Niveau 2 «avertissement chaleur» Niveau 3 «alerte canicule» Le rôle du Préfet Le rôle de la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA Le rôle de la DDCS Le rôle des collectivités Le maintien ou la levée du niveau Niveau 4 «mobilisation maximale» Passage en niveau de mobilisation maximale : Le maintien ou la levée du niveau CHAPITRE 3 - LA REMONTÉE D INFORMATIONS...12 CHAPITRE 4 - LA COMMUNICATION La communication préventive La communication d urgence Niveau 2 «avertissement chaleur» Niveau 3 «alerte canicule» Niveau 4 «mobilisation maximale» Les recommandations «canicule» version CHAPITRE 5 - GLOSSAIRE DESTINATAIRES

3 1.1 - TEXTES DE RÉFÉRENCE Plan National Canicule 2014 CHAPITRE 1 - GÉNÉRALITÉS Circulaire interministérielle DGS/DUS/DGCS/DGOS/DGSCGC/DGT/2014/145 du 6 mai 2014 relative au Plan National Canicule (PNC) 2014 Message de Commandement N 1965 du 19 mai 2014 Plan départemental ORSEC approuvé le 7 mai LE PLAN NATIONAL CANICULE (PNC) 2014 La canicule exceptionnelle de l été 2003 a entraîné en France une surmortalité estimée à près de décès. La France n avait jamais été confrontée à de telles conséquences sanitaires engendrées par une canicule. Cet événement a révélé la nécessité d adapter le dispositif national de prévention et de soins à la survenue de ce type de phénomène climatique en élaborant en 2004 un Plan National Canicule (PNC) qui a ensuite été actualisé chaque année et révisé en Le mois de juillet 2013, globalement chaud a été marqué par une alternance de pics de chaleurs et de perturbations orageuses. Il a fait l'objet de plusieurs épisodes de vigilance jaune canicule, et d un épisode orange canicule pour l'isère et le Rhône. L impact sanitaire de la vague de chaleur a été faible, tant sur la morbidité (où il n a concerné que les pathologies directement en lien avec la chaleur : hyperthermies, déshydratations et hyponatrémies) que sur la mortalité qui est restée dans les fluctuations habituelles. Le PNC 2014 a pour objectifs d anticiper l arrivée d une canicule, définir les actions à mettre en œuvre aux niveaux local et national pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celle-ci et d adapter au mieux les mesures de prévention et de gestion au niveau territorial en portant une attention particulière aux populations spécifiques. L adéquation entre les niveaux de vigilance météorologique et les niveaux du PNC est renforcée dans une logique opérationnelle. Le Plan National Canicule 2014 est organisé autour de 4 grands axes : prévenir les effets d une canicule ; protéger les populations par la mise en place de mesures de gestion adaptées ; informer et communiquer ; capitaliser les expériences. Il définit 4 niveaux, coordonnés avec les niveaux de vigilance météorologique : niveau 1 : Veille Saisonnière (carte de vigilance verte), activé du 1 er juin au 31 août de chaque année. niveau 2 : Avertissement chaleur (carte de vigilance jaune). niveau 3 : Alerte canicule (carte de vigilance orange) déclenchement au niveau départemental par le Préfet. niveau 4 : Mobilisation maximale (carte de vigilance rouge) déclenchement au niveau national par le Premier Ministre. 3

4 Les seuils bio-météorologiques sur lesquels se fondent, pour les Alpes- Maritimes, les différents niveaux d alerte sont 31 le jour et 24 la nuit. Ainsi, chaque année, du 1 er juin au 31 août, une communication nationale sur le risque «canicule» est délivrée au grand public mais aussi à des publics ciblés, plus vulnérables, sous la forme de dépliants, d affiches, de communiqués de presse, de spots télévisés et radiophoniques. Un numéro vert national (appel gratuit depuis un poste fixe en France) «canicule info service», mis en place par le ministère de la santé, est accessible au minimum du lundi au samedi de 8h00 à 20h00 : La version 2014 du PNC est accessible sur le site Internet du ministère de la santé (accès par dossiers «canicule et chaleurs extrêmes») ainsi que sur le portail Internet de l Agence Régionale de Santé (ARS) à l adresse suivante : LA VIGILANCE MÉTÉOROLOGIQUE Chaque jour a 11h30, Météo-France publie sur le site : la carte de vigilance météorologique nationale, qui indique, pour les 24 heures à venir, le niveau de vigilance requis face au risque «canicule» ; les régions concernées apparaissent sur la carte en vigilance verte, jaune, orange ou rouge «canicule» selon l intensité du phénomène prévu et l évaluation du risque sanitaire associé ; un tableau France entière des indices bio-météorologiques ; des courbes par station des températures observées, sans matérialisation du seuil ; des courbes de températures observées et prévues pour chaque région. Ces informations, non accessibles au public, sont réservées aux services de l Etat : Identifiant : ars-pref mot de passe : meteo! Des informations complémentaires sont mises à disposition des préfectures et des ARS par Météo-France, ainsi que par l Institut de Veille Sanitaire (InVS). Les extranets de crise de Météo-France peuvent être activés, sur demande de l autorité préfectorale auprès de Météo-France, dès le passage du département en vigilance jaune LES ACTEURS DU DISPOSITIF «CANICULE» Le Préfet de département élabore le Plan Départemental de Gestion d une Canicule et active, en tant que de besoin, les mesures adaptées aux niveaux «alerte canicule» et «mobilisation maximale» en s appuyant sur le dispositif départemental ORSEC. La Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA apporte son appui au Préfet dans la mise en œuvre du dispositif «canicule». Elle s assure, d une part, de l organisation de la permanence des soins en médecine ambulatoire et, d autre part, des capacités d hospitalisation et de leur adaptation en fonction des fluctuations saisonnières (programmation anticipée et coordonnée au niveau régional). Les autres acteurs : maires, associations, Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS), Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP), Conseil Général... 4

5 CHAPITRE 2 - MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF DÉPARTEMENTAL Conformément aux préconisations de la circulaire interministérielle DGS/DUS/DGCS/DGOS/DGSCGC/DGT/2014/145 du 6 mai 2014 relative au Plan National Canicule (PNC) 2014, un dispositif spécifique est installé pendant la période du 1 er JUIN au 31 AOUT dans le département des Alpes-Maritimes. NB : Si les conditions météorologiques le justifient, le présent dispositif peut être activé en-dehors de cette période. Le Préfet décide chaque jour, dès réception des informations précitées, de modifier ou non le niveau du plan canicule dans le département (à l exception du niveau 4). Il peut s appuyer sur des informations complémentaires qui lui sont fournies par le délégué départemental de Météo-France et sur l expertise de la Cellule Inter-Régionale d Épidémiologie (CIRE), transmise par la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA NIVEAU 1 «VEILLE SAISONNIÈRE» Ce niveau est activé du 1 er juin au 31 août de chaque année. Les informations relatives à la pollution atmosphérique et aux données populationnelles (grand rassemblement de population ) sont prises en compte dans la gestion au niveau départemental LE RÔLE DU PRÉFET réunir, si besoin, un Comité Départemental Canicule (CDC) qui comprend les services de la préfecture (Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles SIDPC), la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA, la DDCS, le Rectorat, Météo-France, le Président du Conseil Général et les maires des principales communes du département. Ce CDC peut s associer les représentants des établissements médico-sociaux, les services d aide et soins à domicile, les centres locaux d information et de coordination (CLIC), les organismes de sécurité sociale, les associations comme la Croix-Rouge ou le Samu social. Pour ce qui concerne l organisation et la permanence des soins, le CDC fait appel au COmité Départemental de l Aide Médicale Urgente et de la Permanence des Soins (CODAMUPS). informer l ensemble de la population du département sur les risques d un épisode «canicule». assurer la protection des populations vulnérables, en liaison avec les associations et les maires : les populations isolées et à risque, les personnes en situation de précarité et sans abri (ouverture de places d hébergement et d accueil de jour supplémentaires, mobilisation pour les maraudes), les jeunes enfants (fonctionnement et aménagements spécifiques des crèches), les travailleurs (limiter les effets de la canicule sur les conditions d exécution des tâches), 5

6 les personnes à risque dans les établissements médico-sociaux (mise en place de plans bleus, de pièces rafraîchies et mise à disposition de dossiers de liaisons d urgence), le grand public LE RÔLE DE LA DÉLÉGATION TERRITORIALE DES ALPES-MARITIMES DE L ARS PACA suivre l impact sanitaire d une vague de chaleur au niveau local ; la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA peut aider à la décision du préfet ; remonter les informations sanitaires au Département des Urgences Sanitaires (DUS) et à la DGS ; veiller au bon fonctionnement des établissements médico-sociaux : établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes et structures d accueil de personnes handicapées ; suivre l organisation des soins ambulatoires et hospitaliers, ainsi que la permanence des soins en médecine ambulatoire ; suivre, par anticipation, la préparation et l organisation de l offre de soins dans les établissements de santé publics et privés (garantir la qualité des soins et anticiper les phénomènes de fonctionnement «en tension») ; suivre le dispositif «hôpital en tension» avec une remontée hebdomadaire des informations au CORRUSS. La Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA et le Préfet doivent s assurer conjointement de l organisation de la permanence des soins durant la période estivale dans le département LE RÔLE DE LA DDCS s assurer de la protection des populations vulnérables : Personnes âgées et/ou handicapées isolées à domicile : mise en place et actualisation du registre nominatif des personnes qui en font la demande dans chaque commune de plus de 5000 habitants. Jeunes enfants : information des gestionnaires de structures d accueil collectifs sur les recommandations d actions en direction de ce public (fiches de recommandations N 4.6 et 4.6 bis du PNC). Personnes sans abri : mobilisation des dispositifs de veille sociale (SAMU social, accueil de jour ), diffusion de la liste de lieux climatisés et/ou rafraîchis informer et coordonner les actions de l ensemble des acteurs sociaux et médicosociaux et notamment : les collectivités : le Conseil Général, les communes et leurs Centres Communaux d Action Sociale (CCAS) ; le secteur associatif gestionnaire des dispositifs de veille sociale (115, SAMU social ) et d intervention au domicile des personnes âgées ; les services de protection civile. 6

7 2.2 - NIVEAU 2 «AVERTISSEMENT CHALEUR» Le niveau 2 est une phase de veille renforcée qui correspond à 3 situations de vigilance jaune : 1 - un pic de chaleur important mais ponctuel (1 ou 2 jours). 2 - des Indicateurs Bio-Météorologiques (IBM) prévus proches du seuil critique et sans intensification de la chaleur pour les jours suivants. 3 - des IBM proches du seuil critique avec probable intensification de la chaleur. Mesures de gestion à mettre en place par le Préfet sur proposition de la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA : renforcer les mesures de communication ; renforcer les mesures déclinées au niveau 1 «veille saisonnière» ; organiser, le cas échéant, la montée en charge du dispositif opérationnel en vue d un éventuel passage en niveau 3 «alerte canicule». NB : pas de déclenchement du présent plan au niveau 2 «avertissement chaleur» NIVEAU 3 «ALERTE CANICULE» Le niveau 3 correspond au passage en vigilance orange sur la carte de Météo- France. Il correspond à la mobilisation des acteurs concernés et à la mise en œuvre de mesures de gestion adaptées à la prise en charge notamment des personnes à risque. Durant cette phase d alerte canicule, un suivi quotidien des indicateurs sanitaires est réalisé par l InVS et la DGS LE RÔLE DU PRÉFET Le Préfet de département : analyse la situation, avec l appui de la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA ; décide de l alerte ; transmet l alerte aux différents services ; active les mesures départementales du plan «canicule» ; peut activer le Centre Opérationnel Départemental (COD) pour coordonner les opérations à engager. Au-delà de la procédure d alerte, le Préfet engage les actions suivantes : mobiliser et informer les acteurs locaux ; informer quotidiennement, avant 17h00, les échelons (zonal et national) de la décision prise et des mesures mises en œuvre, via le portail ORSEC ; prendre connaissance des informations des divers services de l Etat (établissements sanitaires et médico-sociaux, organismes sociaux ) ; communiquer (plate-forme téléphonique, presse, spots radiophoniques, télévision ) ; 7

8 assurer la réponse sanitaire et sociale au risque canicule en mettant en œuvre les dispositions du plan départemental canicule. Le Préfet peut notamment faire activer tout ou partie des mesures destinées à : assister les personnes âgées et/ou handicapées isolées, en mobilisant les services de soins infirmiers à domicile, les associations et services d aide à domicile et les associations de bénévoles, en liaison avec le Conseil Général et les communes, dans le cadre du «plan vermeil» ; protéger, rafraîchir et hydrater les nourrissons et les jeunes enfants ; accueillir les personnes à risque dans les locaux rafraîchis (supermarchés, bâtiments publics ) en liaison avec les communes ; faire face à un afflux de victimes dans les établissements de santé («plan blanc élargi»). Éventuellement, un numéro local d information (numéro d appel dédié «canicule») peut être activé, en complément de la plate-forme nationale. Le Préfet de Région, s il le juge utile, peut mettre en alerte une cellule régionale d appui (CRA) pilotée par l ARS. Cette cellule est destinée à apporter son expertise et son soutien. Si elle est activée, cette cellule doit communiquer au préfet de département les synthèses régionales et les bilans de situation, sur la base des informations recueillies par les services et autorités sanitaires régionales. 8

9 Schéma d alerte METEO FRANCE InVS Ministère de la Santé DGS CIRE CORRUSS COGIC ARS EMIZ - COZ CRA DELEGATION TERRITORIALE DE L ARS PREFECTURE Cadre d astreinte SIDPC établissements de santé publics et privés (dont hôpital «en tension») - établissements médico-sociaux - secteur ambulatoire - EHPAD - Conseil de l Ordre des Médecins - SOS Médecins - SAMU 06 SYNERGI portail ORSEC EMIZ COZ Plateforme téléphonique départementale MEDIAS - Conseil Général - Métropole NCA - Communautés urbaines - Association des Maires du 06 - Maires du 06 - Services (DDCS, DDSP, DDSIS, GENDARMERIE NATIONALE, DDTM, etc.)* *Cf. dispositif général ORSEC départemental 9

10 LE RÔLE DE LA DÉLÉGATION TERRITORIALE DES ALPES-MARITIMES DE L ARS PACA organiser, au niveau départemental, la réponse sanitaire et médico-sociale, en fonction des données sanitaires et épidémiologiques recueillies auprès de l échelon régional ; veiller à l adéquation des mesures mises en œuvre ; mobiliser les Établissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) (éventuellement déclencher les plans bleus), en lien avec le Conseil Général ; proposer le déclenchement du «plan blanc élargi» si la situation de tension dans les établissements de santé se conjugue à une activité soutenue et à une capacité d accueil restreinte ; participer au COD ; faire quotidiennement un point de synthèse sanitaire, transmis à l ARS ; mobiliser en tant que de besoin l expertise médicale et scientifique LE RÔLE DE LA DDCS En cas d épisode caniculaire de niveau 3, la vulnérabilité des publics sans abri et en habitat précaire est aggravée et nécessite une attention particulière. Dans ce contexte, la DDCS s assure, en lien avec les partenaires institutionnels concernés et les associations : de la mobilisation des équipes mobiles (maraudes) ou de tout autre dispositif de veille sociale (article L345-2 du code de l action sociale et des familles) ; de la possibilité d ouverture des places d hébergement et d accueil de jour supplémentaires ; de la mise en place, par les centres d hébergement et les accueils de jour, de protocoles de prévention et de surveillance pour ces publics fragiles ; de l orientation par le service intégré d accueil et d orientation (SIAO), pour les personnes qui l acceptent, vers un lieu d accueil adapté (accueil de jour, centre d hébergement) ; de la mise en œuvre par les gestionnaires des structures d accueil de jeunes enfants des recommandations d actions contenues dans les fiches de recommandations N 4.6 et 4.6 bis du PNC 2013 ; LE RÔLE DES COLLECTIVITÉS L échelon communal déclenche son Plan Communal de Sauvegarde (PCS) et peut solliciter des associations et des organismes (Croix-Rouge par exemple) pour prendre contact avec les personnes âgées ou handicapées à leur domicile. En cas de fortes chaleurs annoncées, un message de vigilance préventif est transmis immédiatement à l ensemble des acteurs sociaux et médico-sociaux du département. 10

11 LE MAINTIEN OU LA LEVÉE DU NIVEAU 3 Le maintien : si un impact sanitaire persiste dans le département, malgré une carte de vigilance météorologique redevenue jaune ou verte, le Préfet peut décider, en lien avec la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA, le maintien des mesures adaptées au niveau 3 «alerte canicule». La levée : lorsque les situations météorologique et sanitaire n appellent plus de mesure particulière, le Préfet décide, en lien avec la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA, du retour soit au niveau 2 soit au niveau1. Il communique ce changement, avant 17h00, aux acteurs concernés et renseigne le portail ORSEC NIVEAU 4 «MOBILISATION MAXIMALE» Le niveau 4, en cohérence avec la vigilance rouge, correspond à une canicule avérée exceptionnelle, très intense et durable, avec apparition d effets collatéraux de grande ampleur (sécheresse, pénurie d eau potable, saturation des établissements de santé et/ou des pompes funèbres, rupture de l alimentation électrique, nécessité d aménagement de temps de travail ou d arrêt de certaines activités) PASSAGE EN NIVEAU DE MOBILISATION MAXIMALE : Lorsque le Premier Ministre décide de déclencher ce niveau, il confie la responsabilité de la gestion de la canicule, au niveau national, à un ministre désigné en fonction de la nature des événements ou du type de crise. La désignation de ce ministre entraîne l activation de la Cellule Interministérielle de Crise (CIC) qui regroupe l ensemble des ministères concernés. Le niveau de mobilisation maximale est donc activé, dans le département, soit à la demande du Premier Ministre, soit sur proposition du Préfet en fonction de la situation départementale exceptionnelle. Le Préfet arme le COD pour que celui-ci dirige les opérations et coordonne les mesures, conformément au dispositif ORSEC. L ARS met en place une Cellule Régionale d Appui (CRA), comme au niveau LE MAINTIEN OU LA LEVÉE DU NIVEAU 4 Le maintien : lors du retour des températures à un niveau inférieur aux seuils critiques, le niveau de mobilisation maximale pourra être maintenu pour des raisons autres que météorologiques, alors que la carte de vigilance sera d une couleur autre que rouge. La levée : elle est décidée par le Premier Ministre, sur la base des informations fournies par la CIC. 11

12 CHAPITRE 3 - LA REMONTÉE D INFORMATIONS Dès le passage en vigilance orange (activation du niveau 3 «alerte canicule»), le vecteur de remontée de l information vers le Ministère de l Intérieur est le portail ORSEC Espace de travail «gestion aléas spécifiques» : La Préfecture met alors en place, quotidiennement et avant 17h00, la remontée d informations des mesures prises (décision concernant l activation du plan canicule et toute information propre aux événements relatifs à la canicule), en renseignant le formulaire ciaprès : Espace de travail «gestion aléas spécifiques» / Canicule 2014 / Saisie des formulaires / Formulaire canicule (Cliquer sur «AJOUTER UN ENREGISTREMENT») Ses différentes rubriques concernent : l activation du plan canicule départemental ; la gestion des médias ; les consignes et l information du public ; les mesures prises ou difficultés constatées. L indicateur «secours à personnes sur 24h» est fourni par le SDIS avec un commentaire sur la pression opérationnelle (faible, normale, forte). Tous les services concernés doivent établir un circuit d échange permanent d informations avec la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA sur la situation sanitaire et médico-sociale liée à la canicule. 12

13 CHAPITRE 4 - LA COMMUNICATION La communication sur le risque sanitaire «canicule» se décompose en deux phases distinctes : la communication préventive et la communication d urgence LA COMMUNICATION PRÉVENTIVE La communication préventive permet d informer et de sensibiliser en amont les populations dès le 1 er juin. Dispositif national : Outre un communiqué de presse national et un espace dédié sur le site informatique du ministère de la santé, un numéro vert national le est mis à disposition des populations au minimum du lundi au samedi de 8h00 à 20h00. Des dépliants et des affiches sur la prévention des risques liés à la canicule, établis par l Institut National de Prévention et d Education pour la Santé (INPES), sont mis à la disposition de l ARS, des services préfectoraux et de nombreux partenaires et réseaux institutionnels, associatifs et professionnels. Au plan local, la Délégation Territoriale des Alpes-Maritimes de l ARS PACA et les services préfectoraux peuvent relayer le dispositif national : en diffusant les supports, en mettant en fonction un numéro local d information, dès le niveau 3, en élaborant une stratégie informative et pédagogique locale s appuyant sur les partenaires (médecins généralistes, assistantes maternelles, pharmaciens...) et la presse LA COMMUNICATION D URGENCE Selon la gravité de la situation, la communication d urgence peut être nationale ou locale. Elle repose sur un renforcement de la communication préventive et sur la mise en œuvre d actions complémentaires graduées selon les niveaux du PNC activés. Il peut s agir, au plan national, de spots télévisés et radiophoniques, de sites Internet ou encore d un renforcement de la plate-forme «canicule info service» ou d autres actions diverses. Au plan local, les services déconcentrés informent le grand public (via les médias) du passage en niveau 3, ouvrent un numéro local d information et diffusent plus largement les supports et les spots radiophoniques. Ces informations sont consultables sur le site internet de la préfecture. Le préfet veille à la coordination et mutualisation des actions de communication menées au niveau local (ARS, préfecture et collectivités locales). 13

14 Les outils disponibles sont à consulter sur : NIVEAU 2 «AVERTISSEMENT CHALEUR» La communication, essentiellement locale, peut inclure la mise en œuvre d actions de relations presse ciblées. En fonction de la situation (chassé-croisé de vacanciers sur les routes, événements sportifs de grande ampleur...), un relais de cette communication pourra être réalisé au niveau national, notamment sur le site internet du ministère de la santé NIVEAU 3 «ALERTE CANICULE» Au niveau local, la communication vise essentiellement à : informer le grand public du déclenchement de ce niveau, des dispositions prises par le Préfet et de toutes les informations utiles concernant l'offre de soins et la nécessaire mobilisation communautaire (solidarité avec les personnes isolées), renforcer la diffusion des dépliants et affiches réalisés par l INPES, ouvrir le numéro local d information, diffuser les spots radiophoniques via le réseau local de Radio France (France Bleu), conformément à la convention départementale, le cas échéant, les diffuser par les radios privées locales, à titre gracieux (à charge pour la préfecture de signaler ces radios au ministère de la Santé), diffuser les spots TV via la station régionale de France 3 et les télévisions locales, après validation par le ministère de la Santé NIVEAU 4 «MOBILISATION MAXIMALE» La communication alors pilotée à l échelon national, par le ministère de la Santé, est relayée au niveau local, en tenant compte des spécificités locales et de la situation sanitaire dans le département LES RECOMMANDATIONS «CANICULE» VERSION 2014 Ces recommandations accompagnent le Plan National Canicule Elles sont constituées de messages sanitaires simples et opérationnels à destination : du grand public, des personnes fragiles (personnes âgées, enfants, nourrissons, personnes souffrant de diverses pathologies), des publics spécifiques (sportifs, travailleurs, personnes précaires ou sans abri), des professionnels sanitaires et sociaux en charge de ces populations. Elles sont établies sous la forme de fiches en fonction des niveaux et des publics concernés. Elles figurent sur le site Internet (dédié «canicule») du ministère de la santé. 14

15 Ces recommandations couvrent deux périodes distinctes : la préparation à d éventuelles fortes chaleurs, avant l été et durant le niveau de veille saisonnière (prévoir et anticiper), le temps d annonce d une vague de chaleur (comment se protéger et adapter ses actions). 15

16 CHAPITRE 5 - GLOSSAIRE ARS CCAS CDC CIC CIRE CLIC COD CODAMUPS COGIC CORRUSS COZ CRA DDCS DDPP DDSIS DDSP DDTM DGCS DGOS DGS DGSCGC DGT DUS Agence Régionale de Santé Centre Communal d Action Sociale Comité Départemental Canicule Cellule Interministérielle de Crise Cellule InterRégionale d Epidémiologie Centre Local d Information et de Coordination Centre Opérationnel Départemental COmité Départemental de l Aide Médicale Urgente et de la Permanence des Soins Centre Opérationnel de Gestion Interministérielle des Crises Centre Opérationnel de Réception et de Régulation des Urgences Sanitaires et Sociales Centre Opérationnel Zonal Cellule Régionale d Appui Direction Départementale de la Cohésion Sociale Direction Départementale de la Protection des Populations Direction Départementale des Services d Incendie et de Secours Direction Départementale de la Sécurité Publique Direction Départementale des Territoires et de la Mer Direction Générale de la Cohésion Sociale Direction Générale de l Offre de Soins Direction Générale de la Santé Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises Direction Générale du Travail Département des Urgences Sanitaires EHPAD Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes 16

17 EMIZ IBM INPES InVS NCA ORSEC PCS PNC SAMU SIAO SIDPC Etat-Major Interministériel de Zone Indicateur Bio-Météorologique Institut National de Prévention et d Education pour la Santé Institut de Veille Sanitaire Nice Côte d Azur Organisation de la Réponse de SEcurité Civile Plan Communal de Sauvegarde Plan National Canicule Service d Aide Médicale d Urgence Service Intégré d Accueil et d Orientation Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles 17

18 DESTINATAIRES Ministre d État, Ministre de l Intérieur Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises Sous-Direction de la Planification et de la Gestion des Crises COGIC Monsieur le Préfet de la Zone de Défense et de Sécurité Sud Etat-Major Interministériel de Zone Monsieur le Préfet des Alpes-Maritimes Monsieur le Président du Conseil Général des Alpes-Maritimes Cabinet Direction Générale des Services Départementaux Monsieur le Sous-Préfet de l Arrondissement de Grasse Monsieur le Sous-Préfet, Directeur de Cabinet Monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture des Alpes-Maritimes Monsieur le Sous-Préfet, Secrétaire Général Adjoint Madame la Sous-Préfète de Nice-Montagne Madame le Chef du Bureau du Cabinet Madame le Chef du Service Départemental de la Communication Interministérielle Monsieur le Délégué Militaire Départemental Monsieur le Procureur de la République près le TGI de Nice Monsieur le Procureur de la République près le TGI de Grasse Monsieur le Commandant du Groupement de Gendarmerie des Alpes-Maritimes Monsieur le Directeur Départemental de la Sécurité Publique Monsieur le Commandant de la CRS n 6 Monsieur le Directeur Départemental des Services d Incendie et de Secours (+CODIS) Monsieur le Directeur Départemental des Territoires et de la Mer Madame la Directrice Départementale de la Cohésion Sociale Monsieur le Délégué Territorial des Alpes-Maritimes de l Agence Régionale de Santé Monsieur le Directeur Médical du SAMU 06 Madame la Présidente de la Délégation Départementale de la Croix Rouge Française des Alpes Maritimes 18

19 Madame la Présidente de l'association Départementale de Protection Civile des Alpes-Maritimes Monsieur le Directeur Départemental de la Protection des Populations Monsieur le Directeur Régional de l Agence Régionale de Santé PACA Monsieur le Directeur Régional des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi Unité Territoriale Monsieur le Directeur Départemental de la Police aux Frontières Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie Métropolitaine et Territoriale Côte d Azur Monsieur le Chef de la Base Hélicoptère de la Sécurité Civile de Cannes Monsieur le Président de l Association des Maires du département Monsieur le Recteur de l Académie de Nice Monsieur l Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Éducation Nationale Monsieur le Délégué Départemental de Météo-France Monsieur le Directeur Régional des Services Pénitentiaires Monsieur le Président de l Université de Nice Sophia-Antipolis Monsieur le Président de l ADRASEC 06 Messieurs les Présidents des Établissements Publics de Coopération Intercommunale Monsieur le Président de La Métropole de Nice Côte d Azur 19

Comité Départemental 2015

Comité Départemental 2015 Comité Départemental 2015 Mardi 2 juin 2015 Cécilia HOUMAIRE 2 BILAN sur l année 2014 (1) PNC 2014 similaire à celui de 2013 : Son contenu ne modifie pas le champ d intervention de l ARS. Il a été précisé

Plus en détail

PLAN ORSEC PREFECTURE DE LA SOMME

PLAN ORSEC PREFECTURE DE LA SOMME PLAN ORSEC PREFECTURE DE LA SOMME Plan Canicule Juin 2014 Sommaire Sommaire...2 Introduction...3 Abréviation...4 Arrêté...5 Chapitre 1. Le dispositif de vigilance météorologique :...6 Chapitre 2. Les quatre

Plus en détail

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLEN

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLEN Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Le directeur

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN ISERE

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN ISERE PREFET DE L ISERE PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN ISERE Juin 2015 1 1 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE... 2 GLOSSAIRE... 3 2 INTRODUCTION... 4 2.1 CONTEXTE ET OBJECTIFS DU PLAN... 4 2.2 DECLENCHEMENT

Plus en détail

Plan Départemental de Gestion d une Canicule

Plan Départemental de Gestion d une Canicule PRÉFET DE LA DORDOGNE Plan Départemental de Gestion d une Canicule Juin 2015 PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE SOMMAIRE I Présentation générale du Plan :... 4 I 1 Objectifs généraux du plan

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

PLAN NATIONAL CANICULE 2015 PLAN NATIONAL CANICULE

PLAN NATIONAL CANICULE 2015 PLAN NATIONAL CANICULE PLAN NATIONAL CANICULE 2015 PLAN NATIONAL CANICULE 2015 SOMMAIRE PLAN NATIONAL CANICULE 2015 I. LE PLAN NATIONAL CANICULE : UNE GESTION EN EVOLUTION -1-1. His torique des épis odes de canicule depuis 2003-1-

Plus en détail

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne Bayonne, le 1 er juillet 2014 Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne 1. Descriptif du dispositif Le Plan canicule comprend quatre niveaux de vigilance et d alerte intégrés à la carte

Plus en détail

PREFET DE LA CORSE-DU-SUD. Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civiles

PREFET DE LA CORSE-DU-SUD. Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civiles PREFET DE LA CORSE-DU-SUD Service Interministériel Régional de Défense et de Protection Civiles PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE EN CORSE-DU-SUD - 2015 - Préfecture de la Corse-du-Sud Palais

Plus en détail

PLAN ORSEC DÉPARTEMENTAL

PLAN ORSEC DÉPARTEMENTAL PRÉFET DE LA DRÔME PLAN ORSEC DÉPARTEMENTAL Disposition spécifique ORSEC «Plan Départemental de Prévention, d Alerte et de Lutte contre la Canicule» 1 2 3 4 Avertissement La disposition spécifique ORSEC

Plus en détail

PREFET DE LA MANCHE PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DEPARTEMENTAL 2014

PREFET DE LA MANCHE PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DEPARTEMENTAL 2014 PREFET DE LA MANCHE PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DEPARTEMENTAL 2014 JUIN 2014 8SOMMAIRE PREAMBULE LISTE DES SIGLES LES OBJECTIFS DU PLAN 1 I LES AXES STRATEGIQUES DU PLAN 1 Axe 1 : Prévenir les effets

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS)

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal

Plus en détail

ORSEC dispositions spécifiques

ORSEC dispositions spécifiques ORSEC dispositions spécifiques 74 - Risque naturel 741 - Canicule 4 juin 2013 2 PREAMBULE 3 SOMMAIRE PREAMBULE Sommaire Page 04 Arrêté d approbation Page 06 Introduction Page 08 GENERALITES Présentation

Plus en détail

2.8.1 ORSEC Canicule

2.8.1 ORSEC Canicule PREFECTURE DE LA MEUSE MAGDA 2 Les dispositions spécifiques 2.8 Les Risques Sanitaires 2.8.1 ORSEC Canicule SERVICE INTERMINISTERIEL DE DEFENSE ET DE PROTECTION CIVILE 2 Préfecture de la Meuse Dispositions

Plus en détail

PLAN ORSEC DEPARTEMENTAL DISPOSITIONS SPECIFIQUES ANNEXE

PLAN ORSEC DEPARTEMENTAL DISPOSITIONS SPECIFIQUES ANNEXE PREFET DE TARN-ET-GARONNE PLAN ORSEC DEPARTEMENTAL DISPOSITIONS SPECIFIQUES ANNEXE PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE 2015 2, allée de l Empereur BP 779 82013 MONTAUBAN Cedex Téléphone : 05.63.22.82.00

Plus en détail

Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur

Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur 1H1 Activation de l'organisation de conduite de crise Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur 1. OBJECTIFS DE LA MESURE En lien avec : ministères associés,

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE 1 / - Le rôle du maire La communication est un paramètre déterminant dans la gestion des crises, y compris au niveau de sa préparation (l efficacité

Plus en détail

PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DEPARTEMENTAL ANNEE 2014

PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DEPARTEMENTAL ANNEE 2014 1 PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DEPARTEMENTAL ANNEE 2014 Vu pour être annexé à l'arrêté préfectoral n 2014-1252 du 10 juin 2014 La Préfète Béatrice ABOLLIVIER 2 SOMMAIRE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DOSSIER

DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DOSSIER DE PRESSE Visite de la plate-forme de veille sociale de l association «La Rose des Vents» à Mareuil-lès-Meaux dans le cadre des mesures relatives à la prévention et à la gestion des impacts sanitaires

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AUDE

DEPARTEMENT DE L AUDE PRÉFECTURE DE L'AUDE CONSEIL GENERAL de l AUDE PROTOCOLE INTEMPERIES APPLIQUE AUX TRANSPORTS SCOLAIRES DEPARTEMENT DE L AUDE Le Préfet de l Aude, Le Président du Conseil Général, Bernard LEMAIRE Marcel

Plus en détail

Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal. à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures

Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal. à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures PREFET DU CANTAL Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures DOSSIER DE PRESSE - Mardi 30 juin 2015 - Bureau de la communication interministérielle Préfecture

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

FICHE PRESSE. Présentation du dispositif hivernal 2014-2015. Vendredi 05 décembre. Préfecture de l Aude

FICHE PRESSE. Présentation du dispositif hivernal 2014-2015. Vendredi 05 décembre. Préfecture de l Aude FICHE PRESSE Présentation du dispositif hivernal 2014-2015 Vendredi 05 décembre Préfecture de l Aude Le contexte Chaque année, en France, du 1 er novembre au 31 mars, le dispositif hivernal pour les personnes

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Ministère des affaires sociales et de la santé Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l autonomie, des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur Intervention du Colonel Pascal COLIN, directeur départemental des services d incendie et de secours de la Marne L alerte des maires lors d intervention sur leur commune Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers

Plus en détail

Lancement de la campagne de communication visant à limiter les appels abusifs du NUMÉRO 18 des sapeurs-pompiers

Lancement de la campagne de communication visant à limiter les appels abusifs du NUMÉRO 18 des sapeurs-pompiers Dossier de presse Lancement de la campagne de communication visant à limiter les appels abusifs du NUMÉRO 18 des sapeurs-pompiers Jeudi 12 décembre 2013 à 17 heures 30 Centre Opérationnel Départemental

Plus en détail

Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles. Document de travail DUS

Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles. Document de travail DUS Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles Document de travail DUS Objectifs Se préparer à la gestion d une SSE susceptible «d engendrer une augmentation

Plus en détail

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile O.R.SE.C. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES pour la protection générale > des populations Direction de la Sécurité Civile Le risque zéro n existe pas Tempête de

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CANICULE 2014

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CANICULE 2014 DISPOSITIF ORSEC MESURE SPECIFIQUE PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CANICULE 2014 1 CABINET PRÉFET DE L'YONNE SERVICE SECURITE INTERIEURE POLE SECURITE CIVILE ARRETE N PREF CAB SSI 2014- N 341 portant

Plus en détail

Plan Communal de Sauvegarde

Plan Communal de Sauvegarde 34 35 36 LE DISPOSITIF COMMUNAL DE CRISE LA CELLULE DE CRISE Elle est constituée selon le schéma ci-dessous. Le maire ou son représentant s assurant que chaque rôle est assumé par une ou plusieurs personnes.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale

Plus en détail

LE MAIRE, LA SECURITE CIVILE ET LA GESTION DE CRISE

LE MAIRE, LA SECURITE CIVILE ET LA GESTION DE CRISE CONGRES DES MAIRES DU NORD 2014 LE MAIRE, LA SECURITE CIVILE ET LA GESTION DE CRISE La Sécurité Civile La loi de modernisation de la sécurité civile du 13 Août 2004 a refondé la doctrine et l organisation

Plus en détail

ARS Champagne-Ardenne Novembre 2013 C.DAUTUN Dr B.LACROIX

ARS Champagne-Ardenne Novembre 2013 C.DAUTUN Dr B.LACROIX ARS Champagne-Ardenne Novembre 2013 INHESJ C.DAUTUN Dr B.LACROIX 1 Sortie de crise 800 km 2 La crise a un côté «égoïste» : d abord s en sortir dans sa structure Mais chacun a les mêmes souhaits!! Comprendre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles 1 Le maire face à la crise Sessions d information décentralisées des élus en Haute-Savoie Septembre / Octobre

Plus en détail

Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003. Rapport d étape. 29 août 2003

Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003. Rapport d étape. 29 août 2003 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003 Rapport d étape 29 août 2003 Département des maladies chroniques et traumatismes Département santé environnement

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR Le Ministre de l Intérieur La Ministre des Affaires Sociales et de la Santé à Messieurs les Préfets de zone de défense et de sécurité

Plus en détail

Session zonale Gestion de crise territoriale

Session zonale Gestion de crise territoriale Session zonale Gestion de crise territoriale ZONE NORD Du lundi 5 au vendredi 9 décembre 2011 Lieu : Archives nationales du monde du travail 78 boulevard du Général Leclerc 59 100 Roubaix La session zonale

Plus en détail

Direction Départementale des Territoires du Loiret

Direction Départementale des Territoires du Loiret Direction Départementale des Territoires de l Yonne Direction Départementale des Territoires du Loiret Direction Départementale des Territoires de Seine-et-Marne ARRETE INTER-PREFECTORAL N DDT/USR/2016/0014

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Secrétariat général du ministère de l Intérieur, de l Outre-mer et des Collectivités Territoriales Direction de la sécurité civile

Secrétariat général du ministère de l Intérieur, de l Outre-mer et des Collectivités Territoriales Direction de la sécurité civile Ministère de l Intérieur, de l Outre-mer et des Collectivités Territoriales Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique Ministère de la Santé et des Sports Secrétariat général du

Plus en détail

Instruction interministérielle DGS/DUS/DGOS/DGCS/DGSCGC/DGT n o 2013-152 du 10 avril 2013 relative au plan national Canicule 2013

Instruction interministérielle DGS/DUS/DGOS/DGCS/DGSCGC/DGT n o 2013-152 du 10 avril 2013 relative au plan national Canicule 2013 Santé Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR _ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE

Plus en détail

Quel message voulez-vous diffuser?

Quel message voulez-vous diffuser? Présentation Comité consultatif et stratégique Expérimentation PAERPA LORRAINE Mise en place de la coordination Territoriale d appui (CTA) Quel message voulez-vous diffuser? Lundi 24 novembre 2014 La Coordination

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur

Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur PREMIER MINISTRE Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur ERIC GOSSET, YOHANN DERRIEN, LAURENT DUCAMIN SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ NATIONALE DIRECTION

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 PREFECTURE DES BOUCHES DU RHÔNE Cabinet Service Interministériel Régional des Affaires Civiles et Economiques de Défense de De la Protection Civile Rèf : 850 Affaire

Plus en détail

Le Plan ORSEC National

Le Plan ORSEC National Décret n 93-1288 du 17 novembre 1993, adoptant le Plan national d organisation des secours (ORSEC) Le Président de la République, Vu la Constitution, notamment en ses articles 37 et 65 ; Vu la loi n 64-53

Plus en détail

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA Ordre du jour Rappels du contexte et de la phase diagnostic Présentation

Plus en détail

Retour d Expérience Intempéries mortelles sur la Côte d Azur Rôle du SAMU 06?

Retour d Expérience Intempéries mortelles sur la Côte d Azur Rôle du SAMU 06? Retour d Expérience Intempéries mortelles sur la Côte d Azur Rôle du SAMU 06? Dr François VALLI Directeur Médical SAMU 06 CHU Nice 1 SAMU 06 Déclaration d intérêt Je déclare n avoir aucune relation financière

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le Conseil de l'ordre des médecins de la Creuse DOSSIER DE PRESSE Permanence des soins ambulatoire A partir du 1 er octobre 2012, partout en Creuse NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN Composez

Plus en détail

PLAN ORSEC DEPARTEMENTAL DU CHER (18) PARTIE I DISPOSITIONS GENERALES

PLAN ORSEC DEPARTEMENTAL DU CHER (18) PARTIE I DISPOSITIONS GENERALES PREFET DU CHER Service interministériel de défense et de protection civiles PLAN ORSEC DEPARTEMENTAL DU CHER (18) PARTIE I DISPOSITIONS GENERALES 1 0-3 TEXTES ESSENTIELS La loi n 2004-811 du 13 août 2004

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

Les plans départementaux et l'information du grand public

Les plans départementaux et l'information du grand public Risques émergents : le point sur la présence et les risques vectoriels associés au moustique tigre Aedes albopictus en Paca Les plans départementaux et l'information du grand public Philippe ALESANDRINI

Plus en détail

3. LE PLAN VIGIPIRATE

3. LE PLAN VIGIPIRATE 3. LE PLAN Le plan Vigipirate est un plan gouvernemental qui relève du Premier ministre et associe tous les ministères. Il est un outil central du dispositif français de lutte contre le terrorisme, qui

Plus en détail

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L LE DI S PO S I TI F O RS E C DE P ARTE ME NTA L Planification des secours et préparation de crise : le Dispositif ORSEC La loi n 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile définit

Plus en détail

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction Planification opérationnelle Introduction Objectifs A la fin de la séquence, le stagiaire sera capable de se positionner dans l ensemble de la planification opérationnelle. 1. Introduction : Feyzin FEYZIN

Plus en détail

Les outils SI au service du parcours de santé

Les outils SI au service du parcours de santé Les outils SI au service du parcours de santé (atelier 3) Emilie DELAGE, Sage-Femme coordinatrice de réseau de périnatalité 92 Sud Isabelle LEROUX, Directrice de projet au GCS-DSISIF Aurélie MISME, Médecin

Plus en détail

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Cahier des charges de la permanence des soins ambulatoires de la région Franche-Comté

Cahier des charges de la permanence des soins ambulatoires de la région Franche-Comté Cahier des charges de la permanence des soins ambulatoires de la région Franche-Comté 1 DEFINITION DE LA PERMANENCE DES SOINS La mission de permanence des soins (PDS) ambulatoire est une mission de service

Plus en détail

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N DGS/DUS/DGOS/DGCS/ DGT/DGSCGC/2015/166

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N DGS/DUS/DGOS/DGCS/ DGT/DGSCGC/2015/166 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de l intérieur Direction Générale

Plus en détail

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE Intitulé de l action : Fiche action 52 Accompagnement à la parentalité Formation Petite Enfance "Maladies hivernales et Prévention" (Réseau bronchiolite du Nord) 1) Quel est votre secteur d intervention?

Plus en détail

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire GESTION DE CRISE : Le rôle du maire Introduction : Le risque zéro n existe pas L actualité montre que de nombreux événements soudains et dramatiques peuvent survenir en France (d origine naturelle, technologique,

Plus en détail

ALERTE METEOROLOGIQUE

ALERTE METEOROLOGIQUE SERVICE INTERMINISTERIEL DES AFFAIRES CIVILES ET ECONOMIQUES DE DEFENSE ET DE PROTECTION CIVILES Dispositions spécialisées ORSEC ALERTE METEOROLOGIQUE JUILLET 2009 SOMMAIRE PREAMBULE... 3 Les objectifs

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE

INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l égalité des territoires et du logement Ministère de l intérieur Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS DE DEPARTEMENT (METROPOLE ET DOM)

MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS DE DEPARTEMENT (METROPOLE ET DOM) DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SÉCURITÉ CIVILES SOUS-DIRECTION DE L ORGANISATION DES SECOURS ET DE LA COOPERATION CIVILO-MILITAIRE BUREAU DE COORDINATION INTERMINISTERIELLE DE DEFENSE ET DE SECURITE

Plus en détail

Les prévisions météorologiques au service de la gestion des risques sanitaires

Les prévisions météorologiques au service de la gestion des risques sanitaires Les prévisions météorologiques au service de la gestion des risques sanitaires Les prévisions météorologiques au service de la Santé Plan Canicule Plan hiver et actions de prévention du grand froid Action

Plus en détail

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015 Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage Mercredi 24 juin 2015 Contact presse : Tél : 02.43.39.71.74/02.43.39.70.22/06.07.40.52.54 www.sarthe.gouv.fr Suivez l actualité de l'état

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

ACCUEIL ET HEBERGEMENT D URGENCE ORGANISATION DEPARTEMENTALE DE LA CAMPAGNE HIVERNALE 2014-2015

ACCUEIL ET HEBERGEMENT D URGENCE ORGANISATION DEPARTEMENTALE DE LA CAMPAGNE HIVERNALE 2014-2015 ACCUEIL ET HEBERGEMENT D URGENCE ORGANISATION DEPARTEMENTALE DE LA CAMPAGNE HIVERNALE 2014-2015 SOMMAIRE 1. Le Service Intégré d Accueil et d Orientation d Ille-et-Vilaine... 3 2. L hébergement et les

Plus en détail

CONDUITE DE CRISE RÔLES ESSENTIELS

CONDUITE DE CRISE RÔLES ESSENTIELS CONDUITE DE CRISE RÔLES ESSENTIELS fiches de référence Mai 2000 1 I Mise en place de la cellule 2 1. Cellule : mise en place n par qui? le PC, le dirigeant saisi ou le premier averti : souplesse n fiche

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Vendredi 30 mai 2008 Contact presse Marion Contassot Farouka Bayon

DOSSIER DE PRESSE Vendredi 30 mai 2008 Contact presse Marion Contassot Farouka Bayon DOSSIER DE PRESSE Vendredi 30 mai 2008 Contact presse Marion Contassot Communication APRR Rhône 04 37 26 49 53 / 06 32 60 02 45 m.contassot@aprr.fr Farouka Bayon Porteur d Image pour APRR 04 50 33 98 50

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction générale de la sécurité

Plus en détail

PLAN BLANC D ÉTABLISSEMENT L AP-HP. Version 1.1

PLAN BLANC D ÉTABLISSEMENT L AP-HP. Version 1.1 PLAN BLANC D ÉTABLISSEMENT DE L AP-HP Février 2009 Version 1.1 Sommaire Pages Introduction 3 Chapitre 1 : Les plans blancs de l AP-HP avant 2004 4 Chapitre 2 : Le cadre législatif et réglementaire de 2004

Plus en détail

CIRCULAIRE SG/DICOM/C2006-9501 Date: 18 mai 2006

CIRCULAIRE SG/DICOM/C2006-9501 Date: 18 mai 2006 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE SECRETARIAT GENERAL DELEGATION A L INFORMATION ET A LA COMMUNICATION Adresse : 78, rue de varenne 75349 PARIS 07 SP Dossier suivi par : Tél. : 01.49.55.48.78 Fax

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

TELEPROTECTION GRAVE DANGER SIGNATURE DE LA CONVENTION DEPARTEMENTALE. A LAON, LE 1 er JUILLET 2015

TELEPROTECTION GRAVE DANGER SIGNATURE DE LA CONVENTION DEPARTEMENTALE. A LAON, LE 1 er JUILLET 2015 TELEPROTECTION GRAVE DANGER SIGNATURE DE LA CONVENTION DEPARTEMENTALE A LAON, LE 1 er JUILLET 2015 Monsieur Raymond LE DEUN, préfet de l Aisne et Monsieur Baptiste PORCHER, procureur de la République près

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE DANS LE GERS

PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE DANS LE GERS PREFECTURE DU GERS Service Interministériel des Affaires Civiles et Economiques de Défense et de Protection Civile PLAN DEPARTEMENTAL DE GESTION D UNE CANICULE DANS LE GERS Juillet 2009 1 SOMMAIRE PREAMBULE...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Face à un accident nucléaire

Face à un accident nucléaire Face à un accident nucléaire Collection Livrets des professionnels Sommaire Qu est-ce qu un accident nucléaire?... 2 Comment est géré un accident nucléaire en France?... 3 Quelles sont les missions de

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE DEPARTEMENT DE L HERAULT [Logo communal] COMMUNE DE PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE Modèle de PCS pour les communes de moins de 3 000 habitants Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

Plus en détail

INSTRUCTION N DGS/DUS/CORRUSS2013/274 du 27 juin 2013 relative à l organisation territoriale de la gestion des situations sanitaires exceptionnelles

INSTRUCTION N DGS/DUS/CORRUSS2013/274 du 27 juin 2013 relative à l organisation territoriale de la gestion des situations sanitaires exceptionnelles Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires CORRUSS Personnes en charge du dossier : Olivier BRAHIC olivier.brahic@sante.gouv.fr Christophe PUGET christophe.puget@sante.gouv.fr Le

Plus en détail

Les Plans Particuliers d'intervention des centrales nucléaires. Préfet de Seine-Maritime

Les Plans Particuliers d'intervention des centrales nucléaires. Préfet de Seine-Maritime Les Plans Particuliers d'intervention des centrales nucléaires r Préfet de Seine-Maritime Le plan particulier d'intervention (PPI) plan d urgence, obligatoire, pour la réponse en cas d accident technologique

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par :

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par : PROTOCOLE RELATIF A LA PROTECTION ET A L'ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET A LA PREVENTION DE LA RECIDIVE PAR LE TRAITEMENT PENAL ET SOCIAL DES MIS EN CAUSE Entre : L'État représenté

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2013-40 DU 15 AVRIL 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Emploi en Limousin : Conférence de presse de Michel JAU, prefet de la région Limousin

Emploi en Limousin : Conférence de presse de Michel JAU, prefet de la région Limousin Emploi en Limousin : Conférence de presse de Michel JAU, prefet de la région Limousin Limoges le 13 mai 2013 Bilan d une année d activité du Commissaire au redressement productif du Limousin Point sur

Plus en détail