Les déchets alimentaires de la grande distribution :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les déchets alimentaires de la grande distribution :"

Transcription

1 Programme Bachelor RECherche APpliquée en Sciences Sociales RECAPSS BRL n 1: Economie circulaire Les déchets alimentaires de la grande distribution : pourquoi jeter quand on peut donner? GROUPE 6 Martin Bourillet Louise Claustre Raphaël De Legge De Kerlean Germain Eclancher Maud Génard Sous la direction d Éric Vogler

2 Introduction générale Remerciements Nous souhaitons adresser nos remerciements aux personnes qui nous ont apporté leur aide et qui ont contribué à l élaboration de cette recherche ainsi qu à sa réussite. Nous tenons à remercier sincèrement Monsieur Éric Vogler, professeur de la BRL «économie circulaire», qui s est toujours montré à l écoute et très disponible tout au long de la réalisation de cette recherche, ainsi que pour l inspiration, l aide et le temps qu il a bien voulu nous consacrer. Nous remercions également Geneviève Slosse, directrice de l agence de conseil G2S et membre de la chair Eco-Emballages, pour son investissement dans notre projet et les multiples conseils qu elle nous a apportés. Merci également à tous ceux qui ont pris le temps de répondre à nos questions, dont notamment : - Bruno Ariztoy, directeur Carrefour, Toulon ; - Pierre Victoria, directeur adjoint développement durable chez Veolia ; - Delphine Stroh, manager dans le développement durable chez Carrefour ; - Anabelle Gonzales, comptable chez Netto ; - Alain Cadoret, gérant d un super U ; - Gilbert Loridant, vice-président de la banque alimentaire du Rhône. Enfin nous souhaitons exprimer notre gratitude envers tous les consommateurs et internautes qui ont pris le temps de répondre à nos questionnaires avec gentillesse et sincérité. 1

3 Introduction générale Table des matières Remerciements...1 Table des matières...2 Introduction générale...3 Partie 1 : Revue de littérature Comment nous en sommes venus à notre problématique Nos premières pistes Définition du cadre de la grande distribution Résultats de nos recherches exploratoires Notre problématique Comment s articule le don alimentaire Le cadre législatif du don Les supermarchés dans l organisation du don Les associations dans l organisation du don La Banque Alimentaire, intermédiaire majeur dans l organisation du don Siège social, gérant, employé, consommateur : qui est à l origine du don alimentaire?. 13 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Hypothèses et variables Méthode utilisée pour la collecte d informations Questionnaire sièges sociaux Questionnaire banque alimentaire Questionnaire supermarchés Questionnaire consommateur Analyse de la collecte d information effectuée Partie 3 : Présentation des résultats Traitement des résultats Traitement des résultats consommateurs Traitement des résultats supermarchés Retour sur les hypothèses Conclusion générale Bibliographie Table des annexes Annexe 1 : Entretiens exploratoires Annexe 2 : Questionnaires enquête terrain Annexe 3 : Entretiens qualitatifs enquête terrain

4 Introduction générale Introduction générale L économie mondiale actuelle est tiraillée entre croissance et pollution ou respect de l environnement et stagnation. L économie circulaire propose, elle, une alternative au choix «croissance à tout prix ou décroissance», et se pose en troisième voie : faire plus avec moins. Consciente que les ressources naturelles sont limitées, l économie circulaire s attache à faire des déchets une nouvelle ressource afin de créer une boucle parfaite où toute matière première provient non plus de l exploitation de la Terre mais du recyclage d un déchet existant. Bien sûr une telle boucle productive fermée relève plus de l utopie que de la réalité mais à l image de tous les modèle théorique, elle fournit un objectif, une direction qui permet d avancer. En moins de 100 ans la production industrielle mondiale a doublé. Indéniablement le monde n a jamais été aussi riche et pourtant ce même monde n a jamais compté autant de pauvres. Deux milliards d individus vivent aujourd hui avec moins de deux dollars par jour lorsque 15% de la population jouie de 70% des ressources planétaires. A l heure où les ressources pétrolières s amenuisent, où l atmosphère, la faune et la flore sont les premières victimes de ce mode de vie vorace, il semble évident qu un tel mode de consommation ne peut s étendre à l ensemble des habitants de cette planète. L'augmentation exponentielle de la production va évidemment de pair avec un rejet croissant non recyclé. Parallèlement le nombre d individus ne pouvant satisfaire ses besoins premiers va en grandissant. Plus d un milliard d hommes souffrent de la faim à travers le monde alors que 50% de la production agricole mondiale est non utilisée. L enjeu est donc de faire de ce gaspillage alimentaire une ressource pour satisfaire les besoins nutritionnels de tous. Aussi l objet de notre recherche appliqué en science sociale est d étudier la mise en place d une économie circulaire dans l industrie alimentaire ou du moins d observer comment les déchets peuvent être valorisés. On peut distinguer trois acteurs de ce grand gaspillage: Le consommateur est indéniablement un responsable majeur de cette masse de déchets. Par le tri ou l achat responsable, il devient acteur du recyclage ou de la limitation des déchets. Ces pratiques, certes grandissantes, relèvent de trois facteurs, de trois changements sociétaux inscrits dans le temps car liés à une histoire, une culture et un mode de vie: - une modification de la finalité d achat (le consommateur n achète plus des biens pour obtenir un statut social mais pour répondre à un besoin); 3

5 Introduction générale - un respect des hommes et de la nature (le consommateur comprend que le produit qu il achète est l œuvre d un homme et d une ressource); - enfin une revalorisation de l immatériel dans des sociétés ultra-matérialistes. Etudier ces pratiques et ces changements est loin d être inintéressant, une partie de notre groupe avait d ailleurs pensé à s intéresser au recyclage par le consommateur et l intérêt que celui-ci peut dégager d un tel acte. Ainsi des sujets de recherche sur la disparition de la consigne en France ou, plus globalement, sur les systèmes de récompenses du geste de recyclage, avaient été envisagés. Mais les chiffres démontrent clairement que la majeure partie des déchets est l œuvre des entreprises (producteurs et distributeurs) et non celles des consommateurs. Par exemple, les entreprises sont responsables de 70% des 345 millions de tonnes de déchets produits en France chaque année. Ne revendiquant en rien l exhaustivité de notre étude, nous sortons ainsi le consommateur de l équation. Aussi nous nous intéresserons uniquement aux entreprises puisqu elles sont au fondement des problèmes liés au recyclage des déchets. Les producteurs et les fournisseurs sont à priori des acteurs majeurs de ce gaspillage. Or ceux-ci produisent en fonction des commandes des distributeurs et ce sont les distributeurs qui jettent généralement en masse les produits. La grande distribution semble donc être l acteur majeur du gaspillage. C'est pour cela que nous nous concentrerons sur les distributeurs. Au sein de la grande distribution maintenant les moyens de lutter contre ce gaspillage sont multiples: démarque (promotion des produits approchant la date limite de consommation), compostage, dons A l image de Carrefour, de plus en plus d enseignes communiquent sur leur politique de don et font du don alimentaire une pratique actuelle et appréciée. Aussi avons-nous décidé de centre notre étude sur cet usage en vogue: le don alimentaire des supermarchés. 4

6 Partie 1 : Revue de littérature Partie 1 : Revue de littérature 1. Comment nous en sommes venus à notre problématique Le choix de notre problématique finale n a pas été facile : nous avons mis un certain temps à l élaborer, car notre sujet de départ était très éloigné de cette dernière. 1.1 Nos premières pistes Nous souhaitions, dans un premier temps, nous intéresser à la gestion des déchets dans la grande distribution. En effet, les quantités de déchets y étant plus importantes, il nous paraissait plus pertinent d étudier la grande distribution que les consommateurs. Nous voulions savoir si le tri et le recyclage (ou du moins la valorisation) des déchets étaient existants dans les structures comme les hypermarchés et les supermarchés ; s ils étaient de l initiative des gérants, des enseignes ou encore inscrits dans la loi ; pour quelle raison étaient-ils pratiqués ou non ; ou encore s il y avait des différences de gestion selon le type de déchets. Afin de donner un cadre à notre sujet, nous avons d abord essayé de donner une définition de la grande distribution. 1.2 Définition du cadre de la grande distribution La grande distribution est l ensemble des commerces et des établissements offrant des biens de consommation (en grande partie alimentaire) et des services à destination des consommateurs finaux. Ce secteur représente en France emplois. Les grandes enseignes de ce secteur sont Carrefour, Leclerc, Intermarché, Casino et Auchan. Carrefour est le deuxième distributeur mondial, mais comme ce groupe réalise 50% de son chiffre d affaire à l étranger, il cède la première place sur le territoire français à un groupe de moins grande envergure : Leclerc. Le marché français se répartit de la manière suivante : 5

7 Partie 1 : Revue de littérature Marché français de la grande distribution Autre 35% Leclerc 19% Carrefour 15% Auchan 9% Casino 10% Intermarché 12% On notera immédiatement que les cinq enseignes Auchan, Casino, Carrefour, Intermarché et Leclerc représentent à elles-seules 65% du marché français. On se retrouve donc face à un marché hautement concentré. En fonction de leur taille, on peut aussi distinguer trois catégories de magasins : - Les hypermarchés, d une surface de m2 ou plus. Il en existe en France ; - Les supermarchés, d une surface comprise entre 600 et 6 000m2. Il en existe en France ; - Les supérettes, d une surface allant jusqu à 600 m2. Il en existe en France. On compte donc environ magasins en France. Notons que 60% du chiffre d'affaires des entreprises de la grande distribution ne concernent que la vente des denrées alimentaires. La vente des denrées alimentaires se répartit en six rayons : La boucherie, la charcuterie, la volaille, les produits frais, les condiments et les fruits et légumes. Le reste des ventes concernent les produits non-alimentaires. 80% de ces produits se répartissent sur trois rayons : loisir, textile, équipement de maison. Notre entretien exploratoire avec Pierre Victoria, directeur adjoint développement durable chez Veolia, nous a permis d avoir une vue d ensemble sur les déchets de la grande distribution. Un magasin produit ainsi en moyenne 12,5 tonnes de déchets pour un million d euro de chiffre d affaires. Bien sûr 6

8 Partie 1 : Revue de littérature une typologie s impose et nous verrons par la suite que cette quantité de déchets dépend proportionnellement de la taille du magasin. La répartition des déchets de la grande distribution est la suivante : Part des produits jetés en volume ferraille 1% bois 1% carton 43% DIB 55% Les DIB sont les Déchets Industriels Banals, à savoir majoritairement les emballages de produits alimentaires (verre, cartons, plastiques ) et les produits consommables. Les emballages eux sont constitués en moyenne à 33% de plastique, 30% de carton, 15% de verre, 15% de métal et 7% de bois. Une fois que nous avions une définition précise de la grande distribution et que nous avions pu cerner la production de déchets de ce secteur, nous avons donc pu commencer nos recherches exploratoires sur ce sujet. Nos lectures, tout comme nos recherches terrain, nous ont menés à la même conclusion. 1.3 Résultats de nos recherches exploratoires La littérature sur le sujet n étant pas très développée, nous nous sommes majoritairement appuyés sur des articles de presse et sur des écrits législatifs. Pour ce qui est du terrain, nous avons été à la rencontre d agents de la grande distribution (employés aussi bien que gérants) mais aussi 7

9 Partie 1 : Revue de littérature d acteurs extérieurs tels que Veolia, qui se charge de la collecte et du tri des déchets. Ces recherches nous ont révélé deux informations importantes pour la construction de notre problématique. D une part, beaucoup d articles de presse faisaient mention de nouvelles initiatives concernant le tri et le recyclage des déchets dans la grande distribution, plus ou moins importantes selon les enseignes. Un élément commun à la plupart d entre elles était le recyclage du carton. En effet, le carton est généralement mis de côté dans les magasins, déchiqueté et compacté en balles par des presses sur place, puis récupéré par des camions de livraison pour être vendu aux sociétés de recyclage. L investissement est très vite rentable, même pour les petites surfaces. Le système U Ouest, par exemple, possède une plate-forme commune pour tous les magasins U de l Ouest, où sont centralisées les balles pour ensuite être revendues. En ce qui concerne les matières type plastique ou polystyrène, le recyclage n est pas encore optimal. Cependant, il suit une évolution encourageante : de plus en plus de magasins investissent dans de nouvelles presses à balles pour ces matériaux, qui peuvent se revendre aussi bien que le carton. Ce qui semble manquer à l optimisation de leur recyclage n est autre que le temps. En revanche, les déchets alimentaires, ou biodéchets, restent un problème majeur. Bien que la loi de 2012 sur la valorisation des biodéchets oblige les magasins à les trier pour la méthanisation ou le compost, les magasins rencontrent de nombreux problèmes pour sa mise en œuvre : aucun outil ou matériel n y étant dédié, le déconditionnement des produits doit se faire à la main, ce qui représente des pertes de temps considérables pour les employés. D autre part, nous avons appris, toujours grâce à différents articles et sites internet, mais surtout lors de nos entretiens exploratoires, qu il existe différentes manières d aborder la gestion des déchets selon les enseignes. En voici quelques exemples : Carrefour : joue la carte développement durable auprès de sa clientèle. L enseigne fait beaucoup de communication sur les actions durables, il existe même un site web spécialisé (http://www.c-laterre.fr/). Mais la communication dépasse-t-elle les actions réelles? Système U Ouest : cherche à allier réduction des coûts de la gestion des déchets et recyclage de ceux-ci. Le projet Ecovalor a été créé pour une gestion responsable des déchets: le tri et le recyclage sont alors intégrés dans sa supply chain, et la revente des déchets permet de rentabiliser l opération. Netto : aucune priorité au recyclage, seule la politique de prix bas est importante. L enseigne accepte cependant de trier ses cartons, car leur revente rapporte au magasin. Ces recherches exploratoires nous ont permis de restreindre notre sujet, et nous avons ainsi choisi de nous concentrer sur les déchets alimentaires. Nous avons donc continué nos lectures et entretiens 8

10 Partie 1 : Revue de littérature exploratoires en s orientant sur ce sujet, et avons pu comprendre ce qu il advenait des produits alimentaires invendus dans les supermarchés. Tout d abord, il convient de différencier clairement DLC et DLUO. La Date Limite de Consommation est une date à partir de laquelle le produit est non-consommable. La vente ou le don de ces produits est strictement interdit par la loi, car représentant un trop grand danger sanitaire. La Date Limite d Utilisation Optimale indique, elle le moment à partir duquel le produit perd de sa qualité, mais il reste consommable. Les produits ayant dépassé leur DLUO peuvent donc tout à fait être vendus ou donnés. Lors de l entretien avec Mme Geneviève Slosse, nous avons pu comprendre ce qu il advenait des produits alimentaires en fin de vie. Dans la grande majorité des cas, les enseignes retirent des rayons les produits approchant la DLC et la DLUO, afin de ne prendre aucun risque et de ne pas vendre des produits ayant perdu de leur qualité, ce qui fait que beaucoup de produits encore consommables prennent le statut de déchet. Ils peuvent être simplement jetés à la benne, parfois même javellisés afin d éviter le glanage. Cependant, différentes politiques sont souvent mises en place dans les magasins, pour augmenter les ventes de ces produits ou diminuer les déchets alimentaires : - les politiques de promotion ont pour but d écouler les produits approchant leur DLC ou leur DLUO en les vendant à moindre prix. Ces politiques sont certes des palliatifs à une trop grande quantité de déchets alimentaires, mais connaissent des limites importantes : d une part, les produits sont souvent vendus en grosses quantités (pack de yaourt de 12 par exemple) et il est difficile de tous les consommer avant leur date limite dans les ménages restreints ; d autre part, cela ne suffit pas à écouler tous les produits approchant leur DLC ou DLUO, et beaucoup de produits encore propres à la consommation finissent quand même par être jetés. - le tri et la valorisation des déchets alimentaires est aussi une option pour éviter la perte pure des produits. Une fois triés, ils sont compostés et peuvent produire de l énergie ou servir de compost. La difficulté de cette procédure se trouve au niveau du tri: déconditionner les aliments est fastidieux et prend beaucoup de temps. - le don aux associations permet de ne pas jeter tous les produits encore propres à la consommation (c est-à-dire proche de la DLC ou ayant dépassé la DLUO), mais aussi d intégrer une dimension éthique à l enseigne. Le don aux associations apparaît donc comme une solution optimale. Pourtant, parmi les produits qui ne sont pas vendus en magasin, seuls 1% d'entre eux sont destinés à être donnés à des associations, 9

11 Partie 1 : Revue de littérature ce qui est négligeable comparé aux quantités de produits jetés. C est pourquoi nous avons décidé d étudier uniquement cet aspect des déchets alimentaires, et avons pu formuler notre problématique. 1.4 Notre problématique Voici donc la problématique que nous avons choisie de traiter à l issue de nos recherches exploratoires: Pourquoi les produits alimentaires approchant la DLC dans la grande distribution ne sont-ils pas donnés aux associations plutôt que jetés, lorsque les politiques de promotion des magasins ne permettent pas de les écouler? 10

12 Partie 1 : Revue de littérature 2. Comment s articule le don alimentaire Avant de commencer nos recherches pour répondre à notre problématique, nous avons dû nous pencher sur les questions suivantes : dans quel cadre s effectue le don alimentaire? Quels sont les différents acteurs du don? 2.1 Le cadre législatif du don Il existe un cadre législatif pour le don alimentaire, qui est piloté par trois acteurs institutionnels : - la Commission Européenne; - le Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt; - le Ministère en charge de la lutte contre l exclusion. Un certain nombre de règles conditionne donc le don. Ainsi, les associations doivent être habilitées à l aide alimentaire pour pouvoir recevoir des contributions. Actuellement, 12 associations caritatives nationales y sont habilitées, et les associations locales, approvisionnées par ces premières, seront également habilitées en De plus, tous les produits ne peuvent pas être donnés : - les produits à risque, type pâtisserie réfrigérée, fruit de mer, poisson, viande, abat, farce et produit farci, ainsi que les produits réfrigérés détériorés, abîmés, présentant un aspect anormal; - les produits réfrigérés et surgelés si l on ne peut pas respecter la chaîne du froid; - les produits ayant dépassé la DLC. 2.2 Les supermarchés dans l organisation du don Les supermarchés ont évidemment un rôle clé dans le don alimentaire, puisque le choix de donner ou non dépend uniquement d'eux. «Le guide du don alimentaire» indique en effet que 36,3% des dons aux associations proviennent de la grande distribution. Le don peut s'inscrire dans une démarche solidaire, dans laquelle s'est engagé le supermarché, mais il peut aussi être motivé par d autres raisons que nous verrons par la suite. Dans la plupart des cas, le transport n'est pas pris en charge par le supermarché mais par l'association qui récupère les dons alimentaires. En revanche, l'enseigne à la charge de trier les produits qui seront donnés, car tous n y sont pas autorisés. 11

13 Partie 1 : Revue de littérature Le supermarché, s'il souhaite donner ses produits invendus (mais toujours consommables), doit aller à la rencontre d'associations habilitées et formaliser un partenariat en signant une convention avec l'association. Il doit désigner un interlocuteur responsable, et s'engager à respecter les conditions d'hygiène et de sécurité pour le stockage et le transport (s'il est à sa charge). Un bon de sortie doit systématiquement être signé lors des dons, pour des raisons de fiscalité, de traçabilité ainsi que de transfert de propriété. 2.3 Les associations dans l organisation du don On peut distinguer deux types d associations: - les soupes populaires, où des repas sont distribués gratuitement ; - les épiceries solidaires, où les aliments sont vendus à un prix symbolique. Dans la plus grande majorité des cas, par soucis logistique et administratif, les associations passent par l intermédiaire d une banque alimentaire pour recevoir leurs produits. Certaines grandes associations (la Croix rouge, la fondation de l armée du salut, les restos du cœur, le secours populaires ) peuvent recevoir des contributions publiques (subventions ou déductions fiscales si elles sont reconnues d intérêt public) et privées et se fournir directement auprès de la grande distribution. Les associations restent dépendantes des donateurs (ici la grande distribution) et ne choisissent ni la quantité, ni le type de produits offerts. Aussi les associations sont très demandeuses et prendraient plus si la grande distribution offrait plus ou si les associations avaient les moyens de stocker plus d aliments. La législation pour ces associations caritatives est très stricte et répond à plusieurs règles d or. Les associations, au même titre que les supermarchés, doivent: - formaliser les partenariats en signant une convention avec les supermarchés donateurs ; - désigner un interlocuteur responsable au sein de l association; - respecter les conditions d hygiène et de sécurité pour le stockage, le transport et la mise à disposition des bénéficiaires; - signer le bon de sortie pour le supermarché; - souscrire à une assurance; 12

14 Partie 1 : Revue de littérature - faire des rencontres tous les ans entre associations et enseignes pour effectuer un bilan et trouver des pistes d amélioration. 2.4 La Banque Alimentaire, intermédiaire majeur dans l organisation du don La Fédération française des banques alimentaires enfin est également un acteur majeur du don, puisque qu elle regroupe 98 banques alimentaires et leurs antennes en France. Il s agit d un très large réseau national où bénévoles travaillent tout au long de l'année, et ses capacités organisationnelles et logistiques en ont fait l interlocuteur principal pour les supermarchés qui souhaitent donner leurs produits. Nous avons pu comprendre son fonctionnement interne grâce à Gilbert Loridant, bénévole depuis trois ans à la banque alimentaire du Rhône à Décines, et Vice-président de cette Banque Alimentaire. Chaque département comporte une banque alimentaire et celle de Décines, regroupant 90 bénévoles, est la plus grande de la région. Tous les matins, 5 camions frigorifiques parcourent le grand Lyon et récupèrent des aliments non vendus par les supermarchés. La collecte annuelle est de tonnes. Les aliments sont stockés dans les locaux, les produits frais sont triés et stockés dans des chambres froides et redistribués ou vendus (à environ 20% du prix de marché) le jour même aux associations. Les supermarchés sont à l origine de 40% des dons faits à la banque alimentaire. Les particuliers, les producteurs et les aides européennes fournissent le reste des dons. 2.5 Siège social, gérant, employé, consommateur : qui est à l origine du don alimentaire? Lors de nos recherches exploratoires sur les déchets de la grande distribution, nous pensions que les différentes politiques appliquées pour la gestion des déchets dépendaient du choix de chaque enseigne, et nous avions donc le même à priori pour le don alimentaire. Un entretien exploratoire très important avec Mme Geneviève Slosse nous a cependant montré que la réalité était plus complexe que cela. En effet, cette dernière nous a expliqué que les sièges sociaux n avaient pas forcément de pouvoir sur la politique de chaque magasin, ce qui s applique notamment pour les magasins franchisés qui bénéficient d une plus grande autonomie par rapport aux autres. De plus, chaque magasin évolue dans un environnement spécifique, il est donc difficile d appliquer la même politique concernant les déchets 13

15 Partie 1 : Revue de littérature alimentaires dans tous les magasins de France par exemple. La possibilité de pratiquer le don alimentaire dépendrait alors de plusieurs critères, différents selon chaque magasin. Pourrait ainsi entrer en compte la motivation des acteurs internes, tels que les gérants, qui guident principalement la politique du magasin ; les employés qui peuvent être à l origine de différentes initiatives ; les consommateurs, qui peuvent également exprimer un avis et éventuellement faire changer la politique de l établissement dans lequel ils achètent; mais aussi les sièges sociaux qui, sans imposer de règle, peuvent tout de même avoir une certaine influence. De nombreux autres critères, plus pratiques cette fois, peuvent également jouer : - espace de stockage dont disposent les magasins différences entre les supérettes de centreville, et les hypermarchés plus excentrés ; - proximité avec les associations un trop grand éloignement complique la tâche et pourrait décourager les supermarchés à donner ; - capacité des associations à s organiser pour collecter les dons et les distribuer si les associations s avèrent incompétentes pour ce travail, les supermarchés ne souhaiteront sûrement plus donner. Nous avons donc décidé d axer notre recherche sur l étude de tous ces différents critères, afin de comprendre les motivations et les freins au don alimentaire de la part des supermarchés, mais aussi afin de répondre à notre problématique. 14

16 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain 1. Hypothèses et variables Afin d étudier le mieux possible notre problématique et d organiser notre réflexion, nous avons dégagé six hypothèses ou réponses possibles à notre problématique au début de notre étude. Notre but étant de vérifier tout au long de nos recherches la justesse de ces hypothèses, ou au contraire leur fausseté. Pour chaque hypothèse, nous avons isolé au moins une variable expliquée, une variable explicative ainsi que les différentes méthodes de mesure que l on pouvait mettre en place. Rappel de notre problématique : Pourquoi les produits alimentaires approchant la DLC dans la grande distribution ne sont-ils pas donnés aux associations plutôt que jetés, lorsque les politiques de promotion des supermarchés ne permettent pas de les écouler? Hypothèse 1 : Donner coûte plus cher que jeter pour un supermarché. Variable expliquée : le don Variable explicative : le coût économique lié à l aspect logistique ou fiscale Méthode de mesure : Ici, il s agit de mesurer le coût du don, et la différence de coût entre donner et jeter (jeter aussi a un prix). Il faut donc nous intéresser à l aspect logistique du don et de la gestion des déchets. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons dégagé deux axes d étude : - Etude quantitative des dons : combien les supermarchés donnent-ils en quantité aux associations? Cette étude se fonde sur des recherches de données officielles sur les sites internet des enseignes, mais aussi sur les données transmises lors d entretiens avec les sièges sociaux des enseignes. - Etude du coût logistique du don et de la gestion des déchets : Quelle logistique est mise en place par les supermarchés et les associations pour transférer les dons? Combien y a t-i l d intermédiaires? Quel est le coût de cette logistique? Qui prend en charge le coût logistique du don? Et parallèlement, quel est le coût de la gestion des déchets? Les acteurs interrogés pour répondre à ces questions sont les sièges sociaux des enseignes de la grande distribution, les gérants des magasins et les responsables des associations caritatives. Hypothèse 2 : Les managers sont plus ou moins incités à donner en fonction de la politique globale de l enseigne sur le don et la communication interne à l enseigne sur ce sujet. Variable expliquée : le don 15

17 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Variables explicatives : la politique de l enseigne par rapport au don, la communication externe faite sur cette position et la communication interne de l enseigne sur le don. Méthode de mesure : Ici, il s agit d étudier s il y a une politique de don promue par les enseignes, et si c est le cas, à quel point celle-ci est appliquée et les moyens mis en œuvre par l enseigne pour faire respecter cette politique. Pour cela, nous avons interrogés sur ce sujet les sièges sociaux de certaines enseignes ainsi que des gérants de supermarché. Hypothèse 3 : Les consommateurs sont sensibles au don des supermarchés, et la politique de don les pousse à consommer. Variable expliquée : le don Variables explicatives : sensibilité des consommateurs au don, connaissance des politiques de don par les consommateurs et conséquence sur leur consommation. Méthode de mesure : Pour vérifier cette étude, plusieurs axes d études se distinguent : - Du point de vue du consommateur : établir le profil du consommateur sensible au don, évaluer l importance du don pour les consommateurs et évaluer les effets des politiques de don sur les consommateurs. Grâce à un questionnaire administré aux consommateurs, nous pouvons mettre en avant les caractéristiques (âge, enseigne fréquentée, ) du consommateur sensible au don, mais également se rendre compte de l importance du don auprès de tous les consommateurs, de la connaissance des politiques de don par les consommateurs et enfin, constater si le consommateur est prêt, ou non, à changer ses habitudes en fonction des politiques de don. - Du point de vue des enseignes : comprendre comment les enseignes perçoivent l importance du don pour les consommateurs et savoir si les enseignes en usent ou peuvent en user pour pousser les consommateurs à consommer. Pour étudier cela, nous avons interrogés les sièges sociaux et les gérants de supermarché sur ces aspects. Hypothèse 4 : La proximité entre les associations et les supermarchés influe sur le don. Variable expliquée : le don Variables explicatives : la distance géographique, les partenariats historiques, popularité de l association. Méthode de mesure : Ici, il s agit d évaluer la relation entre quantité de dons offerts et les liens entre les associations et les supermarchés. Nous avons donc interrogé les gérants des supermarchés sur leur choix des associations avec lesquelles ils travaillent (quels critères?), la nature et l importance des liens avec ces associations (distance entre supermarchés et associations, durée du partenariat), ainsi que l influence de ces liens sur le don. 16

18 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Hypothèse 5 : La motivation des managers influe sur les politiques de dons de leur supermarché Variable expliquée : le don Variable explicative : la motivation des managers Méthode de mesure : Cette hypothèse donne lieu à plusieurs axes d étude : - Du point de vue du manager : mesurer l intérêt du don des gérants des supermarchés et si, outre la politique globale de l entreprise, cet intérêt influe sur les quantités de dons offerts par leur supermarché. Ainsi, il s agit d évaluer si le manager est le responsable majeur du don dans son supermarché et s il a les moyens de mettre en place les politiques de don qu il souhaite. Pour répondre à cela, nous avons interrogé des gérants de supermarchés. - Du point de vue des sièges sociaux : évaluer si les sièges sociaux donnent les moyens aux supermarchés de choisir et de mettre en place eux-mêmes leurs propres politiques. Hypothèse 6 : Les capacités de stockage d un supermarché jouent sur la quantité de dons qu il offre. Variable expliquée : le don Variable explicative : les capacités de stockage Méthode de mesure : Ici, il s agit de mesurer la relation entre capacités de stockage et don. Pour mesurer cela, nous avons interrogé dans un premier temps les gérants de supermarché sur les capacités de stockage de leur supermarché, les quantités de dons offerts, afin de nous même établir une corrélation. Puis nous leur avons demandé leur point de vue sur la question. Nous avons également sondé les associatifs et les sièges sociaux pour connaître leur point de vue sur cette relation. 17

19 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain 2. Méthode utilisée pour la collecte d informations Pour collecter les informations nécessaires à notre étude, nous avons décidé d interroger tous les acteurs liés aux dons des supermarchés : les sièges sociaux (3), les gérants de supermarchés(15), les associations caritatives (et plus particulièrement la banque alimentaire) et les consommateurs (144). Pour chaque acteur, nous avons mis en place un questionnaire, afin de toujours poser les mêmes questions, et de pouvoir comparer les réponses à ces questions. Chaque question répondant en partie aux hypothèses détaillées précédemment. Les questionnaires pour les consommateurs et pour les gérants de supermarchés sont majoritairement composés de questions fermées pour faciliter le traitement des réponses, puisque ceux-ci ont été administrés à de nombreuses personnes. La quantité a donc été préférée à la qualité. En revanche, les questionnaires pour les sièges sociaux et la Banque alimentaire sont composés de questions ouvertes, afin d obtenir des réponses qualitatives, plus précises de ces acteurs. 2.1 Questionnaire sièges sociaux Conditions d administration du questionnaire Nous avons administré ce questionnaire soit par téléphone, soit par mail, selon la volonté des sondés. Nous avons ciblé principalement les responsables développement durable des enseignes, ou dans le cas de Monoprix, la responsable de la Fondation Monoprix qui s occupe du don alimentaire de cette enseigne Explication du questionnaire Question 1 : Tout d'abord et pour contextualiser, pourriez-vous nous donner quelques chiffres sur le don alimentaire dans votre enseigne? (nombre de magasins qui pratiquent le don, pourcentage de dons sur le nombre d'invendus, selon les chiffres disponibles). Etant posée aux sièges sociaux des enseignes de la grande distribution, cette question nous permet d avoir un point de vue global sur la politique de dons de chaque enseigne. Dès lors, on peut comparer les différentes enseignes. En posant une telle question, nous espérons aussi obtenir des chiffres sur le don, dur à quantifier. Cette question s inscrit donc dans l étude quantitative du don et donc dans l hypothèse 1, puisqu elle nous permettra de comparer le don et la gestion des déchets. Question 2 : Pour Monoprix : Quel est le rôle de la Fondation quant au don alimentaire? S'agit-il d'une 18

20 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain politique de communication et d'incitation auprès des supermarchés de votre enseigne, ou d une mise en place concrète d'un système pour donner aux associations? Pour les autres enseignes: Y-a-t-il d'une politique de communication et d'incitation auprès des supermarchés pour les inciter à donner ou y-a-t-il un système mis en place par les sièges sociaux pour donner aux associations? Ces questions nous permettent d évaluer le rôle et l influence des sièges sociaux dans le don alimentaire. Elles interrogent également le sondé sur la communication interne de l enseigne autour du don. Ces questions vérifient donc l hypothèse 2. Question 3 : Cette politique est-elle valable pour tous les supermarchés de votre enseigne ou ne s'applique-t-elle qu'à certains? Question 4 : Si elle ne s'applique pas à tous, quelles sont les conditions pour qu'un magasin pratique le don alimentaire? (lieu, logistique, taille,...) Ces deux questions complémentaires mettent en avant les différences de don entre les supermarchés d une même enseigne. La deuxième permet au sondé de préciser les raisons de telles différences. Peuvent alors être mises en avant des raisons telles que de faibles capacités de stockages, des associations trop éloignées et inefficaces, le coût logistique du don, consommateurs plus sensibles au don etc Ces questions vérifient quasiment toutes les hypothèses (1, 3, 4, 5, et 6). Question 5 : Chaque magasin est-il libre de refuser de pratiquer le don alimentaire? Si oui, quelles sont leurs raisons? Cette question fait échos à la question précédente, et permet, si le responsable sondé n en a pas encore parlé, d évoquer les motivations des managers dans les différents supermarchés. Elle s inscrit donc dans l hypothèse 5. Question 6 : Enfin, quelles sont les raisons qui poussent l'enseigne à pratiquer le don alimentaire? (rentabilité économique, image de l'enseigne, éthique...) Cette question permet de mettre en avant les motivations poussant les supermarchés à donner. Les motivations peuvent être d ordre économique ou éthique, insufflées par le siège social ou le gérant. Cette question vérifie donc les hypothèses 1,2, 3, 5 ou 6. 19

21 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain 2.2 Questionnaire banque alimentaire Conditions d administration du questionnaire L administration de ce questionnaire à la banque alimentaire s est faite en face à face, dans les locaux de la banque alimentaire du Rhône, à Décines. La personne interrogée, Gilbert Loridant, y est bénévole depuis 3 ans. Les questions qui suivent ont servi de base pour l entretien, mais des questions supplémentaires ont été posées afin d apporter des précisions et de rendre cet entretien plus naturel Explication du questionnaire Question 1: Tout d abord, avec quelles enseignes de supermarchés travaillez-vous? Y-a-t-il des critères pour le choix de ceux-ci (distance, taille du magasin, quantité des dons)? Cette question cherche à mettre en avant des partenaires privilégiés de la Banque Alimentaire, c est-à-dire des enseignes qui offrent plus de dons, ou qui ont un partenariat spécifique avec la Banque Alimentaire. Cette question permet également de comprendre ce qui facilite un partenariat avec la Banque Alimentaire, et ce notamment pour des raisons logistiques. Elle s inscrit donc dans le cadre des hypothèses 1, 2, 4, 5 ou 6. Question 2 : Récupérez-vous vous-même les produits dans les supermarchés ou ceux-ci vous sont-ils livrés par les supermarchés? (coût de récupération, coût de vente) Cette question permet de comprendre la logistique mise en place entre les supermarchés et la Banque Alimentaire, ainsi que le coût de cette logistique. Elle s inscrit donc dans le cadre de l hypothèse 1. Question 3: Quel type de produit récupérez-vous principalement? Avez-vous le droit de récupérer des produits périmés? Cette question permet de comprendre les obstacles du don, telles que des éventuelles capacités de stockage trop faibles des produits frais avant ramassage pour les associations. Ainsi, elle s inscrit à la fois dans l hypothèse 1 et l hypothèse 6. Question 4 : Quelle est selon vous la principale motivation qui mène les managers des supermarchés à vous donner? Est-ce pour les raisons économiques? Déduction fiscale? Cela simplifie-t-il leur traitement des déchets? Cette question cherche à comprendre les arguments des associatifs face aux supermarchés, et les arguments qu ils mettent en avant pour pousser les supermarchés à leur donner. Mais elle met 20

22 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain également en avant les avantages du don pour les supermarchés, car la Banque Alimentaire connaît bien les supermarchés avec lesquels elle travaille et peut faire une synthèse objective de ces avantages. Cette question s inscrit donc dans le cadre des hypothèses 1, 2 ou encore 5. Question 4bis: Pensez-vous que la quantité de stockage peut influer sur la propension à donner des dons de la part des enseignes? (ex : si le supermarché a une faible quantité de stockage, elle ne sera pas en mesure de donner beaucoup) Cette question fait échos à la précédente et cherche à mettre en évidence les critères poussant les managers à donner. Avec cette question, on s intéresse principalement à la problématique des capacités de stockage et donc on vérifie l hypothèse 6. Question 5 : Existe-t-il un label ou une marque de reconnaissance attribuée aux supermarchés qui vous fournissent des dons (afin qu ils puissent se revendiquer en tant que donneur et ainsi améliorer leur image auprès des consommateurs)? Question 6 : Si non, pensez-vous que la mise en place d un tel système pourrait augmenter la quantité de dons de la part de ces enseignes? Ces questions font également échos à la question 4, et cherchent à comprendre l avantage en terme d images pour les enseignes, et si les enseignes donatrices peuvent se revendiquer comme telles. Ainsi, elle s inscrit dans le cadre de l hypothèse 2 sur la communication externe de l enseigne sur le don. Question 7 : Avez-vous besoin de relancer souvent les supermarchés pour les dons? Cela dépend-t-il des enseignes? Menez-vous sinon des campagnes de pub pour motiver des supermarchés à donner? Cette question permet de comprendre dans quels cas les supermarchés donnent et s il y a un don permanent ou seulement ponctuel quand les supermarchés ont besoin de se débarrasser de stocks supplémentaires. Ainsi, cette question permet de comprendre les politiques globales des enseignes sur le don. Elle permet également de mesurer la motivation des supermarchés : en effet si la Banque Alimentaire relance souvent les supermarchés, cela montre que les supermarchés ne donnent pas «naturellement» et tout le temps. Cette question s inscrit donc dans le cadre des hypothèses 1, 2 et 5. Question 8 : Comment répartissez-vous les dons entre les différentes associations? Est-ce en fonction des besoins ponctuels de ces associations? 21

23 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Cette question permet de comprendre la logistique mise en place par la Banque Alimentaire, et permet d évaluer la distance entre les supermarchés donateurs et les associations recevant leurs dons. Ainsi, cette question permettra de compléter les études vérifiant l hypothèse Questionnaire supermarchés Conditions d administration du questionnaire Ce questionnaire a été administré en face à face aux gérants des supermarchés et sur leur lieu de travail. Nous avons ciblé en premier lieu des supermarchés de tailles différentes, puis nous nous sommes concentrés sur les supermarchés de moyenne taille pour qui l aspect logistique et les capacités de stockage sont plus complexes Explication du questionnaire Question 1 : Tout d abord, à votre connaissance, les sièges sociaux de votre enseigne (Carrefour, Monoprix ou ) vous incitent-ils à mettre en place et appliquer des politiques de dons alimentaires? (Réponses : oui, non) Cette question vérifie l hypothèse 2, sur la communication interne des enseignes, et permet également de comparer les politiques internes d incitation au don des différentes enseignes. Question 2 : Mettez-vous en place ou avez-vous de telles politiques dons dans votre magasin? (Réponses : oui, non) Cette question permet de quantifier le nombre de supermarchés offrant des dons. Elle permet également de constater s il y a des comportements différents dans les magasins d une même enseigne. Ainsi, cette question s inscrit dans le cadre des hypothèses 1 (étude quantitative du don et de ses coûts) et 5 (motivation des managers). Suite à cette question, deux questionnaires différents ont été posés aux gérants des supermarchés. Suite de l entretien si réponse positive : Question 3 : Comment s organisent ces dons au niveau logistique? (Réponses : le magasin trie les produits, le magasin stocke les produits jusqu à ce qu on vienne les chercher, le magasin achemine luimême les produits aux associations, autre : ) 22

24 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Cette question permet de comprendre la logistique nécessaire pour transférer les dons. Elle permet également de comparer les différences logistiques entre différents magasins, ce qui influe potentiellement sur la quantité de dons offerts. Cette question permet donc principalement de vérifier l hypothèse 1, et les difficultés de mise en place du don. Question 4 : Passez-vous par des intermédiaires du type Banque Alimentaire? (Réponses : oui, non) Question 5 : Avec quelles associations, autre que les intermédiaires, travaillez-vous? (réponse ouverte) Comme la question précédente, ces deux questions permettent de comprendre la logistique du don et s inscrit dans l hypothèse 1. Question 6 : Pourquoi travaillez-vous avec ces associations (celles citées question 2)? (Réponses : partenariat de longue date, proximité géographique, association réputée/connue, autre : ) Cette question permet de mesurer les liens des supermarchés avec les associations, et de voir par la suite si ces liens influent sur le don et sur leur coût. Cette question s inscrit donc dans le cadre des hypothèses 1 (sur la logistique et le coût du don) et 4 (sur la proximité entre associations et supermarchés). Question 7 : A combien de kilomètres, ces associations agissent-elles? (Réponses : 0 à 5 km, 5 à 10 km, 10 à 20km, plus de 20km) Comme la question précédente, cette question s inscrit dans le cadre des hypothèses 1 et 4, en mettant un accent sur la proximité géographique des supermarchés et des associations. Question 8 : Donner représente-t-il un coût financier? (Réponses : oui, non, ne sais pas) Cette question permet de comprendre si le don est perçu comme un coût par les managers, et donc comme un frein potentiel. Elle répond donc à l hypothèse 1 sur le coût, mais permet de comprendre la vision du don par les managers et donc répond également à l hypothèse 5. Question 9 : Si oui, donner coûte-il plus que jeter selon vous? (Réponses : oui, non) Grâce à une tournure un peu provocatrice, cette question précise la question précédente à la fois sur le coût objectif du don, et sur la perception du don par les managers. Comme la question précédente, elle s inscrit dans le cadre des hypothèses 1 et 5. 23

25 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Question 10 : Si donner coûte plus cher que jeter, qu est-ce qui vous pousse à jeter? (Réponses : les dates de péremption, tout ne peut pas être donné pour des raisons logistiques, certains produits n ont pas le droit d être donnés, capacités de stockage insuffisantes, autre : ) Cette question permet de mettre en avant les motivations poussant les supermarchés à donner. Les motivations peuvent être d ordre économique ou éthique, insufflées par le siège social ou le gérant. Cette question vérifie donc les hypothèses 1,2, 3, 5 ou 6. Question 11 : Quelles sont vos capacités de stockage des produits ayant dépassés la DLUO, ou proches de la DLC? (exprimer en kg) (réponse ouverte) Question 12 : Selon vous, ces capacités influent-ils sur les dons aux associations? (Réponses : oui, non) Ces questions nous permettent d établir potentiellement un lien entre quantités de dons offerts et capacités de stockage. Elles vérifient donc l hypothèse 6. Question 13 : Faites-vous de la communication sur vos politiques de dons? (Réponses : oui, non) Question 14 : Si oui, par quel moyen? (Réponses : tracts dans les boites aux lettres, affiches dans le supermarché, publicité à la radio, publicité à la télé, publicité sur internet, autre : ) Ces deux questions permettent de comprendre comment les managers perçoivent le don, et ce que le don apporte à leur supermarché. Ainsi, si un manager fait beaucoup de communication sur le don, cela peut être lié au fait qu il perçoit le don comme un argument de vente majeur auprès des consommateurs. Ces questions s inscrivent donc dans le cadre des hypothèses 3 et 5. Question 15 : Pensez-vous que c est important pour les consommateurs? (Réponses : très important, important, peu important, pas important) Question 16 : Est-ce un argument de vente ou pourrait-il le devenir? (Réponses : oui, cela en est déjà un, oui, cela pourrait en devenir un, non) Ces questions permettent de confirmer les deux questions précédentes et l idée que se fait le manager sur l importance du don pour les consommateurs. hypothèses 3 et 5. Ainsi, elles répondent aussi aux Question 17 : Qui est à l origine de ces politiques dans votre magasin? (Réponses : le siège social, le directeur du magasin, les employés, autre : ) 24

26 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Question 18 : Si c est vous, avez-vous les moyens de mettre en place les politiques que vous désirez ou est-ce que vous êtes restreint pour des raisons quelconques? (Réponses : oui, non) Ces questions permettent de comprendre si les politiques de dons dépendent essentiellement des volontés du manager ou de celles des sièges sociaux, transmises par le biais d une communication interne sur le don. Ainsi, cette question vérifie les hypothèses 2 et 5. Suite de l entretien si réponse négative : Question 3 : Pourquoi, selon vous, de telles politiques ne sont pas mises en place? (Réponses : pour des raisons logistiques (stockage, tri, transport ), pour des raisons économiques (logistique pas compliquée mais chère), autre : ) Cette question permet de comprendre pourquoi le supermarché ne fait pas de don, et donc si le don représente un coût financier, logistique ou autre, voire même si le don n a aucune utilité pour le gérant. Elle répond donc aux hypothèses 1, 4, 5 et 6. Question 4 : Envisagez-vous de mettre en place de telles politiques ou aimeriez-vous les mettre en place? (Réponses : oui, non) Cette question mesure la motivation du manager quant au don et permet de comparer les différences de dons entre différents supermarchés d une même enseigne. Elle s inscrit donc dans l hypothèse 5. Question 5 : Votre enseigne vous donnerait-t-elle les moyens nécessaires pour mettre en place de telles politiques? (Réponses : oui, non, ne sais pas) Cette question essaye de comprendre s il y a un frein financier et logistique au don dans ce supermarché, et répond donc à l hypothèse 1. Question 6 : Pensez-vous qu une telle politique aurait une influence sur l image de votre entreprise auprès des consommateurs? (Réponses : oui, non, ne sais pas) Cette question interroge la conception du manager sur l importance du don pour les consommateurs. Elle s inscrit donc dans le cadre des hypothèses 3 et Questionnaire consommateur Conditions d administration du questionnaire 25

27 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Nous avons décidé d administrer ce questionnaire de deux façons : sur internet (sur le site et en face à face. Administrer notre questionnaire sur internet nous a permis d obtenir un nombre de réponses plus important. Cependant, par souci de représentativité de l échantillon sondé sur internet, nous avons administré 94 questionnaires en face à face, afin de vérifier les tendances ressortant du sondage en ligne Explication du questionnaire Question 1 : Quel âge avez-vous? (Réponses : - de 18 ans, ans, ans, ans, + de 60 ans) Cette question permet d étudier l échantillon interrogé et nous permettra de distinguer l intérêt pour le don alimentaire des consommateurs en fonction de leur âge. Question 2 : Dans quelle enseigne faîtes-vous régulièrement vos courses? (Réponses : Carrefour, Auchan, Monoprix, Lidl, Autre : ) Cette question permet à la fois d étudier l échantillon interrogé, et d établir des comparaisons entre les consommateurs des différentes enseignes pour les aspects traités dans les questions suivantes. Question 3 : A votre connaissance, cette enseigne fait-elle des dons à des associations humanitaires? (Réponses : oui, non) Question 4 : Si oui, avez-vous plus d informations? (Réponse ouverte) Ces questions permettent de distinguer les différentes politiques des enseignes ou des supermarchés d une même enseigne, mais surtout la communication effectuée auprès des consommateurs sur ces politiques et la visibilité de cette communication auprès des consommateurs. Elles permettent également de mesurer l attention du consommateur pour ces politiques : par exemple, si un consommateur répond oui à la question 3 et non à la 4, cela peut laisser supposer que les politiques de dons ne l intéressent pas plus que cela, ou que la communication sur ces politiques n est pas claire et précise. Cette question s inscrit donc dans le cadre des hypothèses 2,3 et 4. Question 5 : Aimeriez-vous avoir plus d informations au sujet des dons alimentaires effectués par les supermarchés que vous fréquentez? (Réponses : oui, non) Cette question permet de mesurer l intérêt du consommateur pour les politiques de don, et l utilité potentielle d une communication plus important sur les politiques de dons. Elle permet donc d étudier les hypothèses 2 et 3. 26

28 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain Question 6 : Que pensez-vous des dons alimentaires faits par les supermarchés? (aucun avis, ça ne sert à rien, c est bien, c est nécessaire) Comme la question précédente, cette question permet de mesurer l intérêt du consommateur pour les politiques de don et s inscrit dans le cadre de l hypothèse 2. Grâce à la question 2, nous pourrons de plus établir une relation entre enseigne fréquentée par le consommateur, et sensibilité au don de celui-ci. Question 7 : Si l on vous donnait un classement des enseignes en fonction des dons alimentaires effectués, cela influerait-il votre choix du supermarché dans lequel vous faites vos courses? (Réponses : oui, non) Cette question est complémentaire aux précédentes et permet d évaluer si le consommateur est prêt à changer ses habitudes en fonction des politiques de dons effectués par les supermarchés. Elle permet donc de mesurer l importance réelle du don pour le consommateur et si les politiques de don pourraient être un critère de choix de supermarché plus important que la proximité ou les politiques de prix. Cette question vérifie donc l hypothèse 2. 27

29 Partie 2 : Méthodologie et enquête terrain 3. Analyse de la collecte d information effectuée Lors de l administration de nos questionnaires, nous n avons pas rencontré de difficultés majeures. Les sondés ont toujours bien accueilli nos questions et semblaient intéressés par notre étude. Nous avons été satisfaits par le nombre et la qualité des résultats obtenus. De nettes tendances se dégagent des résultats et nous permettent de vérifier nos hypothèses, comme détaillé dans la suite de ce rapport. Notons cependant, que nous avons eu du mal à obtenir des réponses des sièges sociaux. En effet, certains sondés n ont pas répondu à nos mails. Nous avons donc pu obtenir des réponses que d un seul siège social. Bien entendu, nous aurions pu administrer plus de questionnaires et poser plus de questions, mais il nous aurait fallu plus de temps. De plus, les questionnaires ne devaient pas être trop longs afin que les sondés répondent attentivement jusqu à la dernière question. Cependant, nous avons quelque peu le regret de n être pas allé à la rencontre de plus d associations caritatives, mais la synthèse réalisée par le responsable de la Banque Alimentaire est très intéressante et suffisante pour notre étude. 28

30 Partie 3 : Présentation des résultats Afin de mener à bien notre recherche, nous nous sommes rendus dans différents supermarchés, afin d obtenir une vision globale sur notre problématique et pour que les résultats soient plus parlant. Grâce à l administration de questionnaires destinés aux consommateurs ainsi qu aux gérants d supermarchés, nous pensons être en mesure d exposer des résultats qui puissent répondre à notre question de départ. Voici donc nos résultats. 1. Traitement des résultats 1.1 Traitement des résultats consommateurs Suite à l administration de 144 questionnaires destinés aux consommateurs (voir questionnaire), l utilisation du tableur Excel nous a permis d analyser l intérêt ou le désintérêt des consommateurs pour les dons alimentaires faits par les supermarchés. Nous avons cherché à connaitre les habitudes de fréquentation des consommateurs. Nous voulions chercher à savoir s il était plus juste de s interroger sur différents magasins ou simplement sur un seul d entre eux. De plus, plus le panel de fréquentation est large, plus les résultats nous permettent de balayer l ensemble des supermarchés. Voici donc les habitudes de l échantillon interrogé. Enseignes fréquentées par les consommateurs Casino 20 14% Autre 10 7% Carrefour 42 29% Intermarché 8 6% Franprix 11 8% Leclerc 5 3% Lidl 8 5% Auchan 16 11% Monoprix 24 17% Ensuite, 105 personnes interrogées sur 144 n ont pas entendu parler de dons au sein des établissements qu ils fréquentent, même lorsque les enseignes en question mettent en place des politiques de don. De plus, les résultats sont très explicites : si le consommateur souhaiterait être plus informé sur les politiques de don mises en place par les supermarchés quand elles existent, il n en demeure pas moins 29

31 que les politiques de dons ne pousseraient pas la grande majorité des consommateurs à changer d enseigne pour réaliser leurs achats. Ce constat est important, car il témoigne bien d un manque de volonté du consommateur pour le changement. En effet, bien que la grande majorité des consommateurs, tout âge confondu, voit la mise en place de politiques de dons par les supermarchés comme une bonne chose, voire comme une action nécessaire, ils ne sont pourtant pas prêts à encourager ces actions en changeant leur fréquentation de supermarchés en fonction de ces politiques. Il est sûrement trop exagéré de parler ici d un désintérêt du consommateur vis-à-vis des politiques de dons, car aa grande majorité souhaiterait tout de même être plus informé. Mais le fait que 105 personnes sur 144 ne connaissent pas les politiques de dons peut Âge des consommateurs interrogés Aucun Avis Ca ne sert à rien Total C'est bien C'est nécessaire être dû à trois choses : soit le supermarché n en fait pas, soit le supermarché ne communique pas, soit le consommateur se désintéresse de la question. D ailleurs, certains répondaient même qu ils recevaient des informations sur ce sujet, mais qu ils ne prenaient pas le temps de les lire. Nous verrons du côté des supermarchés quelle peut être une réponse à cela. 0 - de 18 ans ans ans ans + 60 ans Mais nous avons essayé d approfondir le traitement des résultats obtenus en analysant les réponses suivant les tranches d âge des consommateurs interrogés. Voici d abord la proportion des personnes interrogées suivant leur âge. 30 Total

32 Malgré peut-être des idées reçues, toutes les tranches d âge présentent relativement le même intérêt pour les campagnes de don menées par les supermarchés, ou tout du moins souhaitent être informés de tels politiques. Ce constat est illustré dans les graphiques suivants. Aimeriez-vous avoir plus d'informations au sujet des dons alimentaires effectués par les supermarchés que vous fréquentez? ans 35% 65% Aimeriez-vous avoir plus d'informations au sujet des dons alimentaires effectués par les supermarchés que vous fréquentez? ans 37% 63% oui non oui non Aimeriez-vous avoir plus d'informations au sujet des dons alimentaires effectués par les supermarchés que vous fréquentez? ans Aimeriez-vous avoir plus d'informations au sujet des dons alimentaires effectués par les supermarchés que vous fréquentez? + de 60 ans 36% 64% 33% 67% oui non oui non Pour finir, les questionnaires destinés aux consommateurs nous ont permis de répondre en partie à notre hypothèse 3 : les consommateurs sont sensibles au don des supermarchés, et la politique de don les pousse à consommer. Du point de vue des consommateurs, il est donc clair que, bien que la grande majorité soit intéressée, le don mis en place par les supermarchés n est pas un atout en soi pour le magasin. Enseignes interrogées 13% 7% 14% 13% 20% 13% 20% Carrefour Monoprix Casino Franprix Leclerc Lidl 1.2 Traitement des résultats supermarchés Nous avons mené une étude quantitative auprès de 15 supermarchés pour étudier leur politique de don alimentaire. Voici la répartition des enseignes interrogées. Sur les 15 supermarchés interviewés, 11 font des dons alimentaires, 4 n en font pas. Le questionnaire nous a permis de mettre en évidence les facteurs et les aspects du don ou au contraire ce qui limitait le don. 31

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Tous concernés! La lutte contre le gaspillage alimentaire nous concerne tous. On estime qu un quart de la nourriture produite dans le monde est jetée

Plus en détail

Groupe de travail «Dynamiser la prévention»

Groupe de travail «Dynamiser la prévention» Plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux Groupe de travail «Dynamiser la prévention» 15 octobre 2014 Réunion du 15 octobre Déroulement de la réunion : - Don alimentaire

Plus en détail

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans!

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2009 L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! Contacts presse Dons Solidaires 13 rue de Temara 78100 St Germain en laye Responsable Communication Danièle

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE ENTRE LA MINISTRE DE L ÉCOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Gaspillage alimentaire. Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils

Gaspillage alimentaire. Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils Gaspillage alimentaire Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils Définition du gaspillage alimentaire Gaspillage alimentaire = toute nourriture destinée

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Baromètre SOFINCO N 17 Les Français et leur budget dédié à l alimentation

Baromètre SOFINCO N 17 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Baromètre SOFINCO N 17 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Mars 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Le Sofinscope - Baromètre

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les dons alimentaires. Réduction Tri Valorisation des déchets alimentaires. 26 juin 2012

Les bonnes pratiques pour les dons alimentaires. Réduction Tri Valorisation des déchets alimentaires. 26 juin 2012 pour les dons DRAAF Certains déchets n en sont pas L importance des dons pour les structures distribuant de l aide alimentaire Donner sans risques, pour que cela soit consommable Et consommé Pour augmenter

Plus en détail

FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille.

FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille. FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille. Avec un objectif : mettre la culture à la portée de

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Résultats de l enquête 2014

Résultats de l enquête 2014 Gestion des déchets de verre plat/châssis usagés Menuisiers, poseurs de châssis et couvreurs belges Résultats de l enquête 2014 En partenariat avec Table des matières 1. Contexte... 3 2. Synthèse des résultats...

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

L image du marché international de Rungis

L image du marché international de Rungis L image du marché international de Rungis SEMMARIS David BOURGANEL TNS Sofres Stratégies d opinion / Société Guénaëlle GAULT 01 40 92 45 27 guenaelle.gault@tns-sofres.com Stratégies d opinion Rappel méthodologique

Plus en détail

ENQUÊTE «BOIS ÉNERGIE sur l ouest Cornouaille»

ENQUÊTE «BOIS ÉNERGIE sur l ouest Cornouaille» ENQUÊTE «BOIS ÉNERGIE sur l ouest Cornouaille» Auprès des Entreprises de paysage, de travaux agricoles ou forestiers À renseigner pour le 25 Avril 2014 Les 4 Communautés de communes de l ouest Cornouaille,

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Spécial confrères. Terrain d étude multicanal. Qualité avant tout, les règles. Michel SOUFIR. michel.soufir@datascopie.com

Spécial confrères. Terrain d étude multicanal. Qualité avant tout, les règles. Michel SOUFIR. michel.soufir@datascopie.com Terrain d étude multicanal Spécial confrères Michel SOUFIR Directeur général datascopie France et Tunisie Une grande partie de notre activité passe par des confrères qui vont nous proposer d être leur

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique 28/4/2015 Level IT Introduction Level IT est un Centre de Recherche

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE Ø Panorama du secteur de la grande distribution en France o Les grands chiffres o Typologie de la grande distribution o Les mutations

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution I. Les finalités de la distribution 1. La maîtrise des flux La mise à disposition des produits au consommateur final est réalisée par un enchaînement d opérations qui se matérialisent par des flux. Schématiquement,

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur Fiches de poste Ces fiches présentent pour chacun des postes : la mission, la disponibilité nécessaire et les aptitudes ou s. - Elles sont divisées en deux catégories, les postes «opérationnels» et les

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Les Français et le courrier publicitaire. Rapport

Les Français et le courrier publicitaire. Rapport Les Français et le courrier publicitaire Rapport Sommaire 1. Présentation de l'étude 2. Principaux enseignements 3. Résultats détaillés 4. Les habitudes en termes de courrier 5. Appréciation des différents

Plus en détail

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006 Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale 08 juin 2006 Méthodologie Deux axes méthodologiques complémentaires ont été mis en œuvre dans l étude : 1 Une investigation qualitative exploratoire

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Communiqué de presse Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Promocash ouvre son nouveau magasin à SAINT LÔ jeudi 12 juin Ce site a pour objectif d offrir à sa clientèle de professionnels

Plus en détail

PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE. Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012

PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE. Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012 D. Briaumont PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012 Carine Burricand, Cédric Houdré, Eric Seguin, division Revenus et patrimoine

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

Canaux de distribution des produits alimentaires

Canaux de distribution des produits alimentaires Canaux de distribution des produits alimentaires Canaux de distribution des produits alimentaires Avril 2007 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Critères de choix d un magasin alimentaire 4. Evolution

Plus en détail

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Communiqué de presse Février 2012 Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Promocash inaugure lundi 5 mars un nouveau drive à PONTIVY dans le Morbihan. Ce service répond à l attente des professionnels

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux Aperçu du programme mars 2014 Comment fonctionne FundScrip? Aucun don Pas besoin de demander à la famille, aux amis,

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

2 ans après. Grenelle de l environnement. De: Philippe Le Magueresse, Laurent Gassie / OpinionWay BJ : 5931

2 ans après. Grenelle de l environnement. De: Philippe Le Magueresse, Laurent Gassie / OpinionWay BJ : 5931 Grenelle de l environnement 2 ans après De: Philippe Le Magueresse, Laurent Gassie / OpinionWay BJ : 5931 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Tél. : 01 78 94 90 00 Contexte et Objectifs Méthodologie

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

www.commercesolidaire.com

www.commercesolidaire.com www.commercesolidaire.com et Commerce solidaire est un organisme à but non lucratif regroupant des entreprises d économie sociale de tout secteur d activités, partout au Québec. Il a pour mission de soutenir

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Cycleco, bureau d études indépendant spécialisé en analyse du cycle de vie et en éco-conception,

Plus en détail

Définitions du commerce et de la distribution

Définitions du commerce et de la distribution Photo : Marc Benoun Définitions du commerce et de la distribution 1 Le champ de ce cours est globalement celui du commerce et de la distribution, c est-à-dire des transactions et des opérations nécessaires

Plus en détail

54% DES FRANÇAIS ENVISAGENT DE DEPENSER PLUS DE 100 PENDANT LES SOLDES D ETE 2014 [1]

54% DES FRANÇAIS ENVISAGENT DE DEPENSER PLUS DE 100 PENDANT LES SOLDES D ETE 2014 [1] 54% DES FRANÇAIS ENVISAGENT DE DEPENSER PLUS DE 100 PENDANT LES SOLDES D ETE 2014 [1] Bien que 7 Français sur 10 fassent globalement plus attention que l année dernière à leur budget, 41% vont conserver

Plus en détail

Liste des sujets COO 2012-2013

Liste des sujets COO 2012-2013 Liste des sujets COO 2012-2013 Entreprise de gestion de benne et acheminement des déchets : Wall-E La société Wall-E est spécialisée dans la production, la gestion et l exploitation des bennes à ordure

Plus en détail

MEMOIRE DE RECHERCHE

MEMOIRE DE RECHERCHE MEMOIRE DE RECHERCHE «Les réseaux sociaux et l évolution des usages» Mémoire rédigé, présenté et soutenu par Yann AVOGNIKO et Sébastien DRI, Etudiants Master 2 Sous la direction du Dr. Hélène Rodriguez

Plus en détail

pour La formation professionnelle vue par les salariés

pour La formation professionnelle vue par les salariés pour La formation professionnelle vue par les salariés Introduction Quelle est la vision des salariés sur la formation continue : quel est leur bilan sur 2009? Quelles sont leurs priorités pour 2010? Comment

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Intérêt de l outil. La plateforme dédiée aux Etudes. Etudes Marketing par téléphone, Qualité avant tout, les règles. Michel SOUFIR

Intérêt de l outil. La plateforme dédiée aux Etudes. Etudes Marketing par téléphone, Qualité avant tout, les règles. Michel SOUFIR La plateforme dédiée aux Etudes Marketing par téléphone Intérêt de l outil Michel SOUFIR Directeur général datascopie France et Tunisie Il n'est point besoin de légitimer l'utilisation du téléphone en

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

CONCOURS EPE ENVIRONNEMENT «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune?

CONCOURS EPE ENVIRONNEMENT «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune? «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune? Préparé pour : EPE ENVIRONNEMENT 2014 Préparé par : Alexis Abdelmoula, Abel Barry, Ahmet Ozen, Ahmed Kailan et Hissein Mahmoud 31 mars 2014

Plus en détail

Le comportement d achat des internautes européens: Evolutions et tendances

Le comportement d achat des internautes européens: Evolutions et tendances Le comportement d achat des internautes européens: Evolutions et tendances 1 Présentation du groupe Maximiles «Le leader européen de la fidélisation en ligne» Naissance 1999 Nationalité France, Angleterre,

Plus en détail

FCD Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution. Mathieu PECQUEUR Directeur Agriculture et Qualité

FCD Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution. Mathieu PECQUEUR Directeur Agriculture et Qualité FCD Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution. Mathieu PECQUEUR Directeur Agriculture et Qualité PRESENTATION DE LA FCD Membres : Entreprises spécialisées dans la distribution de produits

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO COMMENT LA DÉVELOPPER, COMMENT LA CONTRÔLER

STRATÉGIE MARKETING VO COMMENT LA DÉVELOPPER, COMMENT LA CONTRÔLER CHAPITRE 2 STRATÉGIE MARKETING VO COMMENT LA DÉVELOPPER, COMMENT LA CONTRÔLER Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre Les premiers pas de la stratégie VO Le fonctionnement de la matrice de stockage

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Compostage au bureau. Targeted communication toolkit. Internal action

Compostage au bureau. Targeted communication toolkit. Internal action Compostage au bureau Principe : composter et réduire les déchets organiques au bureau Cette action encourage le compostage et la réduction des déchets organiques. Le compostage est le principal outil de

Plus en détail

La stratégie d action

La stratégie d action La Télé-Prospection Michel SOUFIR Directeur Général 0970 407 007 +216 21243787 La stratégie d action La réussite d une opération de téléprospection, réside dans l analyse du contexte de la mission pour

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail