L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance?"

Transcription

1 L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? François Lévêque (energypolicyblog.com) 17 janvier 2008 Séminaire d Economie de l Energie

2 Les pouvoirs de la Commission selon le Règlement 1/2003 Décisions (Art. 7 à 10) Plainte et auto-saisine Remèdes comportementaux et structurels (mais avec garde-fou) Mesures conservatoires Pouvoirs d enquêtes (Art. 17 à 21) Enquête sectorielle Toute information nécessaire Inspection (y.c dans les parties privées, mais très encadré) Pouvoirs de sanction Jusqu à 1% du CA total si l information fournie est incorrecte ou trompeuse Jusqu à 10 % du CA total en cas d infraction Mais pas de sanction pénale (e.g., emprisonnement)

3 Procédures engagées et décisions Contrôle des concentrations de dimension européennes GdF/Suez, EdP/GdP, Eon/Endesa Art. 81 : comportements coordonnés Accords horizontaux Clause de destination : Gazprom/ENI (2005); Omv/Gazprom (2005). Procédure formelle contre EON et GdF soupçonnés de partage de marché via le gazoduc MEGAL (2007). Collusion. En Allemagne, procédure en cours du Bundeskartellamt contre EON, Vattenfall, RWE e EnBW (allégations de réunions secrètes et d échanges d informations) Accords verticaux, contrats de long terme de commercialisation (Distrigas) et d approvisionnement (EON) Article 82 : pratiques unilatérales (abus de position dominante) Décision du 10 décembre 2007 du Conseil de la concurrence relative à des pratiques mises en oeuvre par EdF (plainte de Direct Energie)

4 Les obstacles au développement de la concurrence dans le gaz et l électricité Les forces du marché qui érodent traditionnellement les monopoles sont ralenties Élargissement géographique du marché lent car dépendant des investissements en infrastructures Innovation technologique longue La volonté politique de libéralisation est modérée attachement des Etats-membres au caractère national de la politique énergétique patriotisme énergétique

5 Difficultés de l application du droit de la concurrence dans l électricité et le gaz Concentrations Règle des 2/3 inadaptée : trop de fusions sont contrôlées par les Etats-membres effets de la fusion plus incertains Art. 81 et 82 Mise en évidence de l abus très difficile tant pour la collusion tacite que pour les pratiques unilatérales Potentiel de pouvoir de marché élevé Exercice de pouvoir de marché difficile à déceler et à prouver Voir : F. Lévêque, La mise en oeuvre du droit de la concurrence dans les industries électriques et gazières : problèmes et solutions, Concurrences, n 2, 2006

6 Tentations d interventionnisme Les autorités de la concurrence nationales et la Commission pourraient vouloir donner un coup de pouce au processus de libéralisation et aux nouveaux entrants ainsi qu un coup de main aux autorités de régulation l opportunisme n est pas l apanage des entreprises réglementées En recourant à des moyens habituellement peu utilisés (enquête sectorielle, prix excessifs 82(a)) En étant plus sévères dans les décisions (e.g., concentrations) En obtenant des avancées dans le cadre de transactions (e.g., négociations pour la modification des contrats de long terme) Ont-elles résisté à la tentation?

7 Prix excessifs Les pratiques d exclusion (e.g., prédation) forment la majorité des infractions à l article 82 Mais le Traité ouvre également la porte à la condamnation pour prix excessifs (i.e., pratiques d exploitation) Usage rarissime (4 cas en 40 ans) mais menace plus fréquente (Motta et de Streel, 2003) Application en cours ou à venir dans le secteur énergétique? Proposition : limiter le recours à l article 82(a) dans le cadre de comités de surveillance des marchés de gros et des interconnections

8 Une plus grande sévérité dans le contrôle des concentrations? Rappel : elle serait économiquement justifiée car dans l énergie les conséquences négatives pour le consommateur sont plus fortes lorsque l autorité de concurrence se trompe en laissant filer une concentration anticoncurrentielle qu en bloquant une fusion proconcurrentielle (Barquin et alii, 2006) Cas exemplaires EdF/EnBW : élimination d un concurrent potentiel? EdP/GdP : interdiction trop sévère? GdF/Suez : remèdes disproportionnés?

9 Vue d ensemble (247 fusions, )

10 Nombre d opérations et valeurs Dimension européenne Dimension nationale ou européenne

11 En général, pas d effets anticoncurrentiels

12 Le contrôle des concentrations n empêche pas la consolidation du secteur

13 Les parties de bras de fer dans l application de l article 81 et 82 Article 81 Les documents n étant pas publics, il est difficile de se faire une idée de la partie jouée D autant que pour les contrats de long terme d approvisionnement gazier, il s agit moins d antitrust que d intégration de marché Il semble cependant que la Commission néglige les aspect proconcurrentiels des contrats de long terme et n examine pas s ils contrebalancent les effets anticoncurrentiels Article 82 Pas de décision européenne Seul cas documenté : la décision du Conseil de la concurrence du 10 janvier 2007

14 Direct Energie contre EdF 22 février 2007: saisine du Conseil de la Concurrence par Direct Energie qui reproche à EdF de refuser de lui fournir de l électricité d origine nucléaire sur le long terme (offre sur 15 ans) et de l associer aux investissements pour la construction de nouvelles centrales de pratiquer des prix discriminatoires dans l approvisionnement en électricité pour ses activités de commercialisation (Direct Energie obtiendra-t-il mieux à travers le Conseil? ) 28 juin 2007: Décision de mesures conservatoires (abandon du tarif EdFPro) 10 Décembre 2007: fin de la procédure suite à un engagement d EdF d offrir un accès à 1500 MW de sa capacité nucléaire installée

15 Le marché et l abus Le marché libre de détail des petits consommateurs EdF détient 65% de part de marché grâce au contrat EdF Pro qui, à peu de choses près, calque le tarif réglementé le marché retenu n est pas le marché réglementé où le prix est fixé par «l Etat selon une logique de couverture des coûts et non d alignement sur les prix de gros» Le Conseil rejette l idée d intervenir pour permettre aux opérateurs alternatifs de concurrencer EdF dans la fourniture d électricité au tarif réglementé Des opérateurs alternatifs pris en ciseau entre un prix de détail faible (contrat EdF Pro) et un prix de gros élevé

16 Test de squeeze (source : Décision 07-MC-04)

17 Le remède L engagement d EdF consiste à ouvrir l accès à une partie de sa capacité (1500 MW pour une durée de 15 ans) soit de l ordre de 10 TWh/an, soit un 1/4 de plus que la taille du marché d aujourd hui servi aux 2/3 par EdF, soit une possibilité de croissance de 10% par an de la clientèle des opérateurs alternatifs, soit 5% de la taille du marché réglementé au jour d aujourd hui En deux périodes : prix fixe de 36,8 /kwh à 47,2 /kwh : méthode de calcul fixe cherchant à refléter l évolution du coût complet d un nouveau réacteur (EPR Flamanville 3) Ce contrat est mis en enchère (P0) et peut être cédé à la fin de la première période

18 Les déterminants de l effet de l engagement Persistance et niveau des tarifs réglementés Taille du marché libre puis à leur disparition, degré d influence des prix de gros sur les prix de détail Si EdF établi son prix de détail à partir du prix sur le marché de gros, la hausse risque d être très forte pour les petits consommateurs; et si EdF ne le fait pas, l opérateur historique court le risque d être accusé de squeeze Caractère concurrentiel de l enchère A l équilibre P0 devrait être égal à l écart entre le prix de gros anticipé et l évolution anticipée du coût complet (i.e., pas de gain pour les opérateurs alternatifs) Le Conseil espère-t-il la collusion?

19 Fin des tarifs réglementés en 2012 Le Conseil affirme que P0 n a pas d incidence sur la première période car la revente de P0 est autorisée Mais rien n assure que le contrat pourra être revendu à un prix égal ou supérieur à son prix d achat Par ailleurs, même à P0 nul, il n est pas sûr qu il soit rentable pour les opérateurs alternatifs d y souscrire Vivement mai 2008, date de la première enchère pour 500 MW, pour savoir s il y aura des acheteurs et quel sera P0!

20 Fin des tarifs réglementés en 2022 Sous-investissements en production probable Gaspillage de l électricité puisque les consommateurs ne sont pas soumis à la contrainte de rareté À l encontre des politiques environnementales Développement de la concurrence freiné

21 Le Conseil de la concurrence, nouveau régulateur de l électricité Surveillance du comportement d EdF sur le marché libre qui revient à lui imposer un prix de détail Encadrement en volume de la croissance des opérateurs alternatifs (+ 10%/an) Risque de collusion Risque de promotion et de maintien d entrants moins efficaces

22 Conclusion La Commission européenne en tant qu autorité de la concurrence n est pas toute puissante Le droit de la concurrence est, de façon général, impuissant pour créer et développer la concurrence. Son rôle est de la protéger lorsqu elle existe, et non de servir de voiture balai ou de cache-misère lorsque qu une politique d ouverture à la concurrence dans une industrie de réseau ne se donne pas les moyens de réussir

Comment améliorer les marchés de l électricité et du gaz en Europe?

Comment améliorer les marchés de l électricité et du gaz en Europe? Comment améliorer les marchés de l électricité et du gaz en Europe? François Lévêque 2 décembre 2008 Colloque de l Association Française du Droit de l Energie Perspectives du droit de l énergie L amélioration

Plus en détail

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101 DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Avril 2007 L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Introduction La libéralisation en cours dans le secteur de l énergie en Europe soulève deux questions qui sont

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Le contentieux comparé de la régulation de l énergie en France et au Canada

Le contentieux comparé de la régulation de l énergie en France et au Canada Le contentieux comparé de la régulation de l énergie en France et au Canada Au Canada, la libéralisation de l énergie et le développement du contentieux qu elle implique devant les régulateurs ne sont

Plus en détail

LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ

LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ LES CONSEQUENCES DE L APPLICATION DES REGLES DE Claire PEREZ Mai 2011 Depuis la loi du 8 avril 1946, la société EDF, société nationalisée, détenait le monopole ou

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties

Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique?

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Le 8 février 2012, la consommation électrique de pointe de la France a atteint un niveau record de 102

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 461/2010 DE LA COMMISSION du 27 mai 2010 concernant l application de l article 101, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Patrice Reis, Maître de conférences en droit privé UNS, CREDECO-IGREDEG-CNRS email reis@gredeg.cnrs.fr La grande distribution

Plus en détail

Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels»

Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels» Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels» A la veille de l extension de l éligibilité à l ensemble des consommateurs au 1 er

Plus en détail

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION N 5 12 février 2013 Réseaux de distribution : confirmation de l interdiction d interdire la vente sur internet Cour d appel de Paris, 31 janvier 2013, n 2008/23812, Pierre Fabre Décision de l Autorité

Plus en détail

Le résumé : Réservée à la vente des produits de luxe ou de haute technicité, la distribution sélective est le contrat par lequel le fabricant s engage à approvisionner dans un secteur donné, un ou plusieurs

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 06-0161 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 6 avril 2006 portant sur les obligations imposées à TDF en tant qu opérateur exerçant une influence

Plus en détail

Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions

Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions Nouvel exemple de la concentration à l œuvre dans l aluminium : annoncée le 7 juillet 2003, l OPA du canadien Alcan sur Pechiney était

Plus en détail

Stratégies d implantation des terminaux méthaniers : vers une nouvelle relation au(x) territoire(s)» Yann Alix, Ph.D

Stratégies d implantation des terminaux méthaniers : vers une nouvelle relation au(x) territoire(s)» Yann Alix, Ph.D Stratégies d implantation des terminaux méthaniers : vers une nouvelle relation au(x) territoire(s)» Yann Alix, Ph.D y.alix@ecole-management-normandie.fr Plan - Introduction et problématique - L industrie

Plus en détail

Politique d achat responsable et solidaire

Politique d achat responsable et solidaire Politique d achat responsable et solidaire Adoptée par le Conseil d administration de la caisse d économie solidaire Desjardins le 26 septembre 2007 Préparé par Brenda Plant et Odette Dallaire Table des

Plus en détail

Par Emmanuel Guillaume, Avocat, et Simon Daboussy, Associé du cabinet Baker & McKenzie Publié dans Concurrences, n 3 2014

Par Emmanuel Guillaume, Avocat, et Simon Daboussy, Associé du cabinet Baker & McKenzie Publié dans Concurrences, n 3 2014 Gaz Audit Tarifs Réglementés de Vente : La Commission de régulation de l énergie a effectué un audit des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement servant de base au calcul de l évolution des

Plus en détail

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 92 au Conseil communal

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 92 au Conseil communal COMMUNE D AVENCHES Municipalité Législature 2011-2016 Préavis municipal n 92 au Conseil communal «Projet de rénovation du bâtiment de l Hôtel de Ville Choix des variantes» Approuvé en séance de Municipalité

Plus en détail

Audition de la CRE du 23 Septembre 2004. Tarifs à Souscription. Présentation UNIDEN

Audition de la CRE du 23 Septembre 2004. Tarifs à Souscription. Présentation UNIDEN Audition de la CRE du 23 Septembre 2004 Tarifs à Souscription Présentation UNIDEN Energy Septembre 2004 PCD Commentaire sur l évolution proposée du tarif STS (1/2) Selon la formule STS actuelle (3,1,3),

Plus en détail

Sup management CAS SOTRACE Bavila bramcy

Sup management CAS SOTRACE Bavila bramcy CAS DE SOTRACE RAPPORT DE SYNTHESE : Il nous a été demandé d établir une planification stratégique de l entreprise SOTRACE pour les 3 prochaines années. L apport stratégique de notre cabinet ne cherchera

Plus en détail

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne 1 er juillet 2010 Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne Olivier SAUTEL, économiste (Microeconomix, OFCE) Microeconomix SAS au capital

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux SOCOFE et FLUXYS ou la stratégie des réseaux Au centre de l Europe, la Belgique s affirme comme une véritable plaque tournante du gaz naturel. Le pays est dépourvu de cette précieuse ressource naturelle.

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 6 février 2013 portant décision relative à l approbation de contrats conclus entre GRTgaz et l entreprise verticalement intégrée

Plus en détail

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s )

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s ) Laurence Idot Professeur Agrégé à l Université Paris I-Panthéon/Sorbonne vice-présidente de l Association Francaise d Etude de la Concurrence (AFEC) 12, place du Panthéon 75 005 Paris Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Audit technique et vérification comptable

Audit technique et vérification comptable Page 1 de 11 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) RELATIVE À LA DEMANDE AMENDÉE PORTANT SUR LA MODIFICATION DES TARIFS ET CONDITIONS DE TRANSPORT D ÉLECTRICITÉ RELATIVE À

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie de Rennes 1 rue Général Guillaudot, - 35 000 Rennes

Chambre de Commerce et d Industrie de Rennes 1 rue Général Guillaudot, - 35 000 Rennes Réunion d information du jeudi 13 novembre 2014 «Fin des tarifs réglementés de vente du gaz naturel et de l électricité : agir aujourd hui pour réduire les factures» Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Contribution du GMPV-FFB

Contribution du GMPV-FFB Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

6 ème Journée franco-allemande de la concurrence Convergence et consolidation dans le secteur des télécommunications câble, téléphonie fixe et mobile

6 ème Journée franco-allemande de la concurrence Convergence et consolidation dans le secteur des télécommunications câble, téléphonie fixe et mobile 6 ème Journée franco-allemande de la concurrence Convergence et consolidation dans le secteur des télécommunications câble, téléphonie fixe et mobile 1 er octobre 2014 Simon Genevaz Chef du service des

Plus en détail

CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES L ARENH - REPONSE DE L UNIDEN REPONSE DE - L UNIDEN

CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES L ARENH - REPONSE DE L UNIDEN REPONSE DE - L UNIDEN Paris, le 14 mars 2014 CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES COUTS DES COUTS DU NUCLEAIRE DU NUCLEAIRE HISTORIQUE HISTORIQUE ET DE DETERMINATION DETERMINATION

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

SECTION 2 : LES NOTIONS VOISINES : LA CLAUSE S EXCLUSIVITE ET LA CONCURRENCE DELOYALE.

SECTION 2 : LES NOTIONS VOISINES : LA CLAUSE S EXCLUSIVITE ET LA CONCURRENCE DELOYALE. La pratique de la clause de non-concurrence Page 17 SECTION 2 : LES NOTIONS VOISINES : LA CLAUSE S EXCLUSIVITE ET LA CONCURRENCE DELOYALE. Les juristes utilisent souvent la méthode comparative pour compléter

Plus en détail

A LA CONSULTATION SUR LE PROJET DE DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT DU 20 DECEMBRE 2010 CONCERNANT L ANALYSE DES MARCHES LARGE BANDE

A LA CONSULTATION SUR LE PROJET DE DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT DU 20 DECEMBRE 2010 CONCERNANT L ANALYSE DES MARCHES LARGE BANDE REPONSE DE TEST-ACHATS A LA CONSULTATION SUR LE PROJET DE DÉCISION DU CONSEIL DE L IBPT DU 20 DECEMBRE 2010 CONCERNANT L ANALYSE DES MARCHES LARGE BANDE L analyse des marchés de la large bande par l Institut

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Date de dépôt: 10 octobre 2007 Messagerie Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Pierre Kunz : Les SIG veulent augmenter le prix de l'électricité

Plus en détail

LA QUESTION DE L EMPLOI

LA QUESTION DE L EMPLOI LA QUESTION DE L EMPLOI FACTEURS DETERMINANTS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE DE MAIN-D ŒUVRE Par : Jean-Marie BAZILE 1 SOMMAIRE 1. Définitions : Offre et demande de main-d oeuvre 2. Problématique de l emploi

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

L APPROVISIONNEMENT DU CORRIDOR GAZIER SUD : LES AMBITIONS

L APPROVISIONNEMENT DU CORRIDOR GAZIER SUD : LES AMBITIONS L APPROVISIONNEMENT DU CORRIDOR GAZIER SUD : LES AMBITIONS POLITIQUES A L EPREUVE DES REALITES DU TERRAIN Marc-Antoine Eyl-Mazzega (Docteur du CERI-Sciences Po) En s appuyant sur la Commission européenne,

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance LE REGIME JURIDIQUE DE LA SOUS-TRAITANCE EN ITALIE Textes de référence :! Loi n 192 du 18 juin 1998 sur la sous-traitance dans les activités de production (en annexe) Table des matières A. Notion juridique

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L ÉNERGIE

LE MARCHÉ DE L ÉNERGIE LE MARCHÉ DE L ÉNERGIE Électricité Les Rencontres du SIEDS du 6 au 16 Octobre 2014 Présentation et Contexte Tarifs réglementés Électricité Les offres de marché Se préparer à la fin des tarifs réglementés

Plus en détail

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur par Bruno LUNDI Le gouvernement est en passe de renoncer à ouvrir une quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération en France.

Plus en détail

Document-cadre du [ ] sur les programmes de conformité aux règles de concurrence

Document-cadre du [ ] sur les programmes de conformité aux règles de concurrence RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Document-cadre du [ ] sur les programmes de conformité aux règles de concurrence Les programmes de conformité sont des outils permettant aux acteurs économiques de mettre toutes les

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

Réponse de Poweo Direct Energie au Questionnaire n 3 de la concertation Mécanisme de Capacité

Réponse de Poweo Direct Energie au Questionnaire n 3 de la concertation Mécanisme de Capacité Paris, le 8 mars 2013 Réponse de Poweo Direct Energie au Questionnaire n 3 de la concertation Mécanisme de Capacité Compte-tenu des délais extrêmement courts imposés à cette concertation, nous nous réservons

Plus en détail

EMISSION DU 14 AVRIL 2007 EN TOUTE FRANCHISE : INTERVENTION SUR LE FORUM TRAVAIL : TRAVAILLER LE DIMANCHE : POUR OU CONTRE

EMISSION DU 14 AVRIL 2007 EN TOUTE FRANCHISE : INTERVENTION SUR LE FORUM TRAVAIL : TRAVAILLER LE DIMANCHE : POUR OU CONTRE EN TOUTE FRANCHISE : INTERVENTION SUR LE FORUM suite à l'émission ON PEUT TOUJOURS S'ENTENDRE concernant : travailler le dimanche POUR ou CONTRE, EN TOUTE FRANCHISE tient à préciser que le Conseil d'etat

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2014-669

Décision de télécom CRTC 2014-669 Décision de télécom CRTC 2014-669 Version PDF Ottawa, le 19 décembre 2014 Numéro de dossier : 8622-B2-201411256 Bell Canada Demande de redressement provisoire pour assurer rapidement des conditions d accès

Plus en détail

Note sur le traitement des cas particuliers dans la réglementation thermique 2012 des bâtiments neufs

Note sur le traitement des cas particuliers dans la réglementation thermique 2012 des bâtiments neufs MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Accord de principe (Memorandum of Understanding ou MOU ) visant à combiner CEGEDEL, SOTEG et Saar Ferngas ( SFG ) 23 Juillet 2008 Le ministère de l Economie et du Commerce extérieur

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL FINANCES 14-4403 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL concernant le cautionnement simple de la Fondation de l Ancienne Poste pour un montant de 2'800'000.- francs. (Du 13 août 2014) Monsieur

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Sommaire. Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion

Sommaire. Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion Sommaire Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion GAZ DE FRANCE : Le Groupe Gaz de France est un acteur majeur de l'énergie en Europe. Numéro Un européen de la distribution

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 23/05/2013

Séance du Conseil Municipal du 23/05/2013 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n DACP REF : DACP2013022 Séance du Conseil Municipal du 23/05/2013 RAPPORTEUR : Jean François MONINO OBJET :Adhésion

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 38 3 août 2012 La hausse du prix du gaz et de l'énergie Un nouveau coup dur pour le pouvoir d achat Alors que les tarifs réglementés de l'électricité viennent d augmenter

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque;

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque; Description des tâches à réaliser pour l'étude de l'impact, sur toutes les parties intéressées, des futurs scénarios législatifs possibles en matière de distribution de véhicules automobiles 1. PROBLEMES

Plus en détail

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un 2012-2013 GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un code vestimentaire ou d un uniforme scolaire.

Plus en détail

Avant-propos. Peter Mandelson Commissaire européen chargé du commerce

Avant-propos. Peter Mandelson Commissaire européen chargé du commerce 954682_34CN28_FR 22-09-2005 11:00 Pagina 1 Avant-propos La priorité absolue pour le commerce aujourd hui consiste à restaurer une croissance et un emploi dynamiques et durables en Europe, afin de remettre

Plus en détail

Analyse sectorielle. Les enjeux de la dérégulation du marché de l électricité. Mars 2010

Analyse sectorielle. Les enjeux de la dérégulation du marché de l électricité. Mars 2010 Analyse sectorielle Les enjeux de la dérégulation du marché de l électricité Mars 2010 Sommaire 1- Une dérégulation progressive 2- Pour une nouvelle organisation du marché de l électricité (projet de Loi

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Droit commercial et économique

Droit commercial et économique Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL 3 1.1. Délais

Plus en détail

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES 2 RECOMMANDATION DU CONSEIL RELATIVE À UN ACCÈS ÉLARGI ET UNE EXPLOITATION PLUS EFFICACE CONCERNANT LES INFORMATIONS DU ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE est un forum unique

Plus en détail

Choisir une politique de prix

Choisir une politique de prix Questions abordées Chapter 6 Choisir une politique de prix Comment les consommateurs analysent-ils et évaluent-ils les prix? Comment fixer un prix de vente pour un nouveau produit? Quand prendre l initiative

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION:

DOCUMENT D'INFORMATION: INTERNATIONAL TELECOMMUNICATION UNION TELECOMMUNICATION DEVELOPMENT BUREAU Document: 21 COLLOQUE MONDIAL DES REGULATEURS GENEVE, SUISSE, 8-9 DECEMBRE 2003 DOCUMENT D'INFORMATION: LIGNES DIRECTRICES POUR

Plus en détail

l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables

l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables COMMISSION WALLONNE POUR L ENERGIE AVIS CD-10g07-CWaPE-284 concernant l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables rendu en application

Plus en détail

Fin des tarifs réglementés de vente : consommateurs, anticipez! Guide pour les consommateurs non domestiques de gaz naturel

Fin des tarifs réglementés de vente : consommateurs, anticipez! Guide pour les consommateurs non domestiques de gaz naturel Fin des tarifs réglementés de vente : consommateurs, anticipez! Guide pour les consommateurs non domestiques de gaz naturel L'ouverture à la concurrence des marchés de l'énergie a été engagée dès 1996,

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t.

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t. DECISION ANRT/DG/N 08/11 DU 1 er DECEMBRE 2011 RELATIVE A LA REVISION DE L ENCADREMENT PLURIANNUEL DES TARIFS DE TERMINAISON DU TRAFIC D INTERCONNEXION DANS LES RESEAUX FIXES ET MOBILES DES OPERATEURS

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Ministère de l Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Ministère de l Économie, des Finances et de l Industrie Ministère de l Agriculture, de l Alimentation, de la Pêche, de la

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

FIGIEFA. Le nouveau Règlement Automobile d Exemption par Catégorie (REC) 1400/2002/CE

FIGIEFA. Le nouveau Règlement Automobile d Exemption par Catégorie (REC) 1400/2002/CE FIGIEFA FEDERATION INTERNATIONALE DES GROSSISTES, IMPORTATEURS & EXPORTATEURS EN FOURNITURES AUTOMOBILES INTERNATIONAL FEDERATION OF AUTOMOTIVE AFTERMARKET DISTRIBUTORS Le nouveau Règlement Automobile

Plus en détail

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances Novembre 1999 Document de travail n 46 C est un grand plaisir pour

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Corrigé Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Tarifs réglementés de vente d électricité Proposition d une approche tarifaire de la pointe

Tarifs réglementés de vente d électricité Proposition d une approche tarifaire de la pointe Proposition au GT Pointe du CLER et du RAC-F Tarifs réglementés de vente d électricité Proposition d une approche tarifaire de la pointe 1. Nécessité et urgence des évolutions tarifaires Le système électrique

Plus en détail

PV Financing Guidelines

PV Financing Guidelines PV Financing Guidelines Projet PV Financing Livrable 3.5 France This project has received funding from the European Union s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 646554

Plus en détail

Les Actions de régulation menées par l ANRT en faveur du consommateur

Les Actions de régulation menées par l ANRT en faveur du consommateur Les Actions de régulation menées par l ANRT en faveur du consommateur Fatima Azzahra BERRADY Chef de service suivi et enquêtes concurrentielles ANRT - Maroc Introduction «L ANRT se fixe comme objectif

Plus en détail

Matrices stratégiques

Matrices stratégiques Conservatoire National des Arts et Métiers Matrices stratégiques Dynamiques Industrielles et Stratégies Concurrentielles 2 François Moreau Séance n 9 CNAM - Dynamiques Industrielles et Stratégies Concurrentielles

Plus en détail

Les deux catégories de pratiques restrictives. Règles spéciales du droit antitrust américain et du droit européen de la concurrence

Les deux catégories de pratiques restrictives. Règles spéciales du droit antitrust américain et du droit européen de la concurrence Les deux catégories de pratiques restrictives Règles spéciales du droit antitrust américain et du droit européen de la concurrence 1. Prohibition des ententes restrictives Section 1 du Sherman Act: interdiction

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS Présenté au ministère des Finances Mars 2009 PRÉAMBULE L automne dernier, le ministère des Finances déposait un document de consultation sur l adoption

Plus en détail

Commune de Lucens Municipalité Service des finances

Commune de Lucens Municipalité Service des finances Commune de Lucens Municipalité Service des finances Préavis n 14 2014 au Conseil communal "Autorisation de vente " Actions Romande Energie Lucens, le 10 novembre 2014 Table des matières 1 Objet du préavis

Plus en détail

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr

Guide. Parlons-en... BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ. www.energie2007.fr Parlons-en... Guide BIEN ACHETER SON ÉLECTRICITÉ & SON GAZ www.energie2007.fr Édito 1 er juillet 2007 : les marchés de l électricité et du gaz naturel s ouvrent à la concurrence. Il est désormais possible

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail