L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance?"

Transcription

1 L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? François Lévêque (energypolicyblog.com) 17 janvier 2008 Séminaire d Economie de l Energie

2 Les pouvoirs de la Commission selon le Règlement 1/2003 Décisions (Art. 7 à 10) Plainte et auto-saisine Remèdes comportementaux et structurels (mais avec garde-fou) Mesures conservatoires Pouvoirs d enquêtes (Art. 17 à 21) Enquête sectorielle Toute information nécessaire Inspection (y.c dans les parties privées, mais très encadré) Pouvoirs de sanction Jusqu à 1% du CA total si l information fournie est incorrecte ou trompeuse Jusqu à 10 % du CA total en cas d infraction Mais pas de sanction pénale (e.g., emprisonnement)

3 Procédures engagées et décisions Contrôle des concentrations de dimension européennes GdF/Suez, EdP/GdP, Eon/Endesa Art. 81 : comportements coordonnés Accords horizontaux Clause de destination : Gazprom/ENI (2005); Omv/Gazprom (2005). Procédure formelle contre EON et GdF soupçonnés de partage de marché via le gazoduc MEGAL (2007). Collusion. En Allemagne, procédure en cours du Bundeskartellamt contre EON, Vattenfall, RWE e EnBW (allégations de réunions secrètes et d échanges d informations) Accords verticaux, contrats de long terme de commercialisation (Distrigas) et d approvisionnement (EON) Article 82 : pratiques unilatérales (abus de position dominante) Décision du 10 décembre 2007 du Conseil de la concurrence relative à des pratiques mises en oeuvre par EdF (plainte de Direct Energie)

4 Les obstacles au développement de la concurrence dans le gaz et l électricité Les forces du marché qui érodent traditionnellement les monopoles sont ralenties Élargissement géographique du marché lent car dépendant des investissements en infrastructures Innovation technologique longue La volonté politique de libéralisation est modérée attachement des Etats-membres au caractère national de la politique énergétique patriotisme énergétique

5 Difficultés de l application du droit de la concurrence dans l électricité et le gaz Concentrations Règle des 2/3 inadaptée : trop de fusions sont contrôlées par les Etats-membres effets de la fusion plus incertains Art. 81 et 82 Mise en évidence de l abus très difficile tant pour la collusion tacite que pour les pratiques unilatérales Potentiel de pouvoir de marché élevé Exercice de pouvoir de marché difficile à déceler et à prouver Voir : F. Lévêque, La mise en oeuvre du droit de la concurrence dans les industries électriques et gazières : problèmes et solutions, Concurrences, n 2, 2006

6 Tentations d interventionnisme Les autorités de la concurrence nationales et la Commission pourraient vouloir donner un coup de pouce au processus de libéralisation et aux nouveaux entrants ainsi qu un coup de main aux autorités de régulation l opportunisme n est pas l apanage des entreprises réglementées En recourant à des moyens habituellement peu utilisés (enquête sectorielle, prix excessifs 82(a)) En étant plus sévères dans les décisions (e.g., concentrations) En obtenant des avancées dans le cadre de transactions (e.g., négociations pour la modification des contrats de long terme) Ont-elles résisté à la tentation?

7 Prix excessifs Les pratiques d exclusion (e.g., prédation) forment la majorité des infractions à l article 82 Mais le Traité ouvre également la porte à la condamnation pour prix excessifs (i.e., pratiques d exploitation) Usage rarissime (4 cas en 40 ans) mais menace plus fréquente (Motta et de Streel, 2003) Application en cours ou à venir dans le secteur énergétique? Proposition : limiter le recours à l article 82(a) dans le cadre de comités de surveillance des marchés de gros et des interconnections

8 Une plus grande sévérité dans le contrôle des concentrations? Rappel : elle serait économiquement justifiée car dans l énergie les conséquences négatives pour le consommateur sont plus fortes lorsque l autorité de concurrence se trompe en laissant filer une concentration anticoncurrentielle qu en bloquant une fusion proconcurrentielle (Barquin et alii, 2006) Cas exemplaires EdF/EnBW : élimination d un concurrent potentiel? EdP/GdP : interdiction trop sévère? GdF/Suez : remèdes disproportionnés?

9 Vue d ensemble (247 fusions, )

10 Nombre d opérations et valeurs Dimension européenne Dimension nationale ou européenne

11 En général, pas d effets anticoncurrentiels

12 Le contrôle des concentrations n empêche pas la consolidation du secteur

13 Les parties de bras de fer dans l application de l article 81 et 82 Article 81 Les documents n étant pas publics, il est difficile de se faire une idée de la partie jouée D autant que pour les contrats de long terme d approvisionnement gazier, il s agit moins d antitrust que d intégration de marché Il semble cependant que la Commission néglige les aspect proconcurrentiels des contrats de long terme et n examine pas s ils contrebalancent les effets anticoncurrentiels Article 82 Pas de décision européenne Seul cas documenté : la décision du Conseil de la concurrence du 10 janvier 2007

14 Direct Energie contre EdF 22 février 2007: saisine du Conseil de la Concurrence par Direct Energie qui reproche à EdF de refuser de lui fournir de l électricité d origine nucléaire sur le long terme (offre sur 15 ans) et de l associer aux investissements pour la construction de nouvelles centrales de pratiquer des prix discriminatoires dans l approvisionnement en électricité pour ses activités de commercialisation (Direct Energie obtiendra-t-il mieux à travers le Conseil? ) 28 juin 2007: Décision de mesures conservatoires (abandon du tarif EdFPro) 10 Décembre 2007: fin de la procédure suite à un engagement d EdF d offrir un accès à 1500 MW de sa capacité nucléaire installée

15 Le marché et l abus Le marché libre de détail des petits consommateurs EdF détient 65% de part de marché grâce au contrat EdF Pro qui, à peu de choses près, calque le tarif réglementé le marché retenu n est pas le marché réglementé où le prix est fixé par «l Etat selon une logique de couverture des coûts et non d alignement sur les prix de gros» Le Conseil rejette l idée d intervenir pour permettre aux opérateurs alternatifs de concurrencer EdF dans la fourniture d électricité au tarif réglementé Des opérateurs alternatifs pris en ciseau entre un prix de détail faible (contrat EdF Pro) et un prix de gros élevé

16 Test de squeeze (source : Décision 07-MC-04)

17 Le remède L engagement d EdF consiste à ouvrir l accès à une partie de sa capacité (1500 MW pour une durée de 15 ans) soit de l ordre de 10 TWh/an, soit un 1/4 de plus que la taille du marché d aujourd hui servi aux 2/3 par EdF, soit une possibilité de croissance de 10% par an de la clientèle des opérateurs alternatifs, soit 5% de la taille du marché réglementé au jour d aujourd hui En deux périodes : prix fixe de 36,8 /kwh à 47,2 /kwh : méthode de calcul fixe cherchant à refléter l évolution du coût complet d un nouveau réacteur (EPR Flamanville 3) Ce contrat est mis en enchère (P0) et peut être cédé à la fin de la première période

18 Les déterminants de l effet de l engagement Persistance et niveau des tarifs réglementés Taille du marché libre puis à leur disparition, degré d influence des prix de gros sur les prix de détail Si EdF établi son prix de détail à partir du prix sur le marché de gros, la hausse risque d être très forte pour les petits consommateurs; et si EdF ne le fait pas, l opérateur historique court le risque d être accusé de squeeze Caractère concurrentiel de l enchère A l équilibre P0 devrait être égal à l écart entre le prix de gros anticipé et l évolution anticipée du coût complet (i.e., pas de gain pour les opérateurs alternatifs) Le Conseil espère-t-il la collusion?

19 Fin des tarifs réglementés en 2012 Le Conseil affirme que P0 n a pas d incidence sur la première période car la revente de P0 est autorisée Mais rien n assure que le contrat pourra être revendu à un prix égal ou supérieur à son prix d achat Par ailleurs, même à P0 nul, il n est pas sûr qu il soit rentable pour les opérateurs alternatifs d y souscrire Vivement mai 2008, date de la première enchère pour 500 MW, pour savoir s il y aura des acheteurs et quel sera P0!

20 Fin des tarifs réglementés en 2022 Sous-investissements en production probable Gaspillage de l électricité puisque les consommateurs ne sont pas soumis à la contrainte de rareté À l encontre des politiques environnementales Développement de la concurrence freiné

21 Le Conseil de la concurrence, nouveau régulateur de l électricité Surveillance du comportement d EdF sur le marché libre qui revient à lui imposer un prix de détail Encadrement en volume de la croissance des opérateurs alternatifs (+ 10%/an) Risque de collusion Risque de promotion et de maintien d entrants moins efficaces

22 Conclusion La Commission européenne en tant qu autorité de la concurrence n est pas toute puissante Le droit de la concurrence est, de façon général, impuissant pour créer et développer la concurrence. Son rôle est de la protéger lorsqu elle existe, et non de servir de voiture balai ou de cache-misère lorsque qu une politique d ouverture à la concurrence dans une industrie de réseau ne se donne pas les moyens de réussir

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal

LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal GUY CHARRIER AVRIL 2010 CONSULTANT LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal Les abus de positions dominantes constituent l un des comportements répréhensibles

Plus en détail

Rapport de Stage Energie Service Deutschland

Rapport de Stage Energie Service Deutschland Rapport de Stage Energie Service Deutschland Année 2010-2012 Master Pro Economie et Gestion de l environnement Université Bordeaux 4 Thomas Mauss 1 Table des matières I. Energie Service Deutschland AG.

Plus en détail

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005 o o 2 5 Rapport d activité 2005 s o m m a i r e 2 5 oor apport d activité 2005 Introduction 1 Les dates clés 2005 4 Les chiffres clés 2005 6 La Directive Nationale d Orientation 2005 9 La régulation concurrentielle

Plus en détail

Les points abordés. 1 Du monopole à la concurrence. 2 Le nouveau paysage énergétique. 3 L achat d électricité et de gaz par la collectivité

Les points abordés. 1 Du monopole à la concurrence. 2 Le nouveau paysage énergétique. 3 L achat d électricité et de gaz par la collectivité Bienvenue Les points abordés 1 Du monopole à la concurrence 2 Le nouveau paysage énergétique 3 L achat d électricité et de gaz par la collectivité 2 Du monopole à la concurrence : acte I A l origine, l

Plus en détail

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands UNIDEN UNION DES INDUSTRIES UTILISATRICES D'ENERGIE 19.04.04 DIRECTIVE «QUOTAS D EMISSION» : COMMENT EVITER DE DESASTREUSES CONSEQUENCES? La mise en œuvre de la Directive «Quotas d émission», via son impact

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Le choix d une Régulation Asymétrique par le régulateur Présentation des expériences de Régulation Asymétrique en Europe Les différentes incitations à priori à négocier des contrats

Plus en détail

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Denis Gascon Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 15 novembre 2013 Centre d études en droit économique, Université Laval PLAN DE LA

Plus en détail

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne 1 er juillet 2010 Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne Olivier SAUTEL, économiste (Microeconomix, OFCE) Microeconomix SAS au capital

Plus en détail

La commercialisation de l électricité

La commercialisation de l électricité N 33 La commercialisation de l électricité Un marché de la fourniture qui bénéficie de la baisse des prix de marché de gros Depuis l ouverture totale des marchés de l électricité en 2007, les tarifs réglementés,

Plus en détail

Charte de bonne conduite du commercial V2 Gaz+Elec

Charte de bonne conduite du commercial V2 Gaz+Elec Charte de bonne conduite du commercial V2 Gaz+Elec Direct Energie SA. Capital : 9 719 850 e - 44857205700058 RCS PARIS Siège : PARIS 15 - LB_V2_PAP LIVRE_BLANC_PAP_aout09.indd 1-2 14/08/09 10:24:55 D une

Plus en détail

OUVERTURE des MARCHÉS EUROPÉENS de l ÉNERGIE

OUVERTURE des MARCHÉS EUROPÉENS de l ÉNERGIE Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie OUVERTURE des MARCHÉS EUROPÉENS de l ÉNERGIE (GAZ & ÉLECTRICITÉ) Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I jacques.percebois@univ-montp1.fr

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

Saisine devant l Autorité de la concurrence contre les pratiques anticoncurrentielles des centrales de réservation en ligne

Saisine devant l Autorité de la concurrence contre les pratiques anticoncurrentielles des centrales de réservation en ligne Saisine devant l Autorité de la concurrence contre les pratiques anticoncurrentielles des centrales de réservation en ligne Mardi 2 juillet 2013 I. Contexte Le secteur du tourisme est l un des rares secteurs

Plus en détail

DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue

DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue Fondation Concorde DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE Autre Point de vue Eléments de Réflexion sur une Eventuelle Fusion EDF/GDF Juillet 2003 Préambule L'avenir de nos grandes entreprises est un sujet de préoccupations

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

Sommaire. Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion

Sommaire. Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion Sommaire Présentation du groupe GDF-SUEZ Analyse SWOT Recommandations Conclusion GAZ DE FRANCE : Le Groupe Gaz de France est un acteur majeur de l'énergie en Europe. Numéro Un européen de la distribution

Plus en détail

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Le modèle calcul économique en question? Conventions, stabilisation

Plus en détail

LE DROIT DE LA CONCURRENCE : les conséquences pour les entreprises calédoniennes

LE DROIT DE LA CONCURRENCE : les conséquences pour les entreprises calédoniennes LE DROIT DE LA CONCURRENCE : les conséquences pour les entreprises calédoniennes Mercredi 17 juillet 2014 Agathe Baufumé Juan-Miguel Santiago 1 PLAN Introduction : Pourquoi ce rendez-vous de l économie?

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas

Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas «le manque à gagner n'est pas le fruit d'un simple calcul mathématique, mais le résultat d'une opération d'évaluation et d'appréciation de données économiques

Plus en détail

2 L ouverture du marché de l électricité à la concurrence : une construction inaboutie

2 L ouverture du marché de l électricité à la concurrence : une construction inaboutie 2 L ouverture du marché de l électricité à la concurrence : une construction inaboutie PRÉSENTATION Le marché de l électricité recouvre les activités de production, de transport et de distribution, ainsi

Plus en détail

Décision n 12-D-28 du 20 décembre 2012 relative à une saisine de la Fédération Française de Rugby

Décision n 12-D-28 du 20 décembre 2012 relative à une saisine de la Fédération Française de Rugby RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-D-28 du 20 décembre 2012 relative à une saisine de la Fédération Française de Rugby L Autorité de la concurrence (juge unique), Vu la lettre enregistrée le 21 décembre

Plus en détail

L introduction de la concurrence dans le système électrique français : Etat de lieux et perspectives

L introduction de la concurrence dans le système électrique français : Etat de lieux et perspectives CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER Mission placée auprès d EDF 22 30, avenue de Wagram 75382 PARIS CEDEX 08 Télécopie : 01 40 42 75 87 PARIS, LE 30 janvier 2013 NOTE L introduction de la concurrence

Plus en détail

LE PRIX DE L ÉLECTRICITÉ

LE PRIX DE L ÉLECTRICITÉ INC document ÉTUDE Novembre 2010 LE PRIX DE L ÉLECTRICITÉ Cette étude fait le point sur le prix de l électricité. Elle explique les différentes composantes du tarif réglementé et expose les évolutions

Plus en détail

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Evolution du processus d allocation Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Synthèse des propositions reçues 14 contributions ont été reçues, dont une sous couvert d anonymat Les propositions

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Régulation, prix et plaintes des consommateurs dans les secteurs de l électricité et du gaz naturel en France

Régulation, prix et plaintes des consommateurs dans les secteurs de l électricité et du gaz naturel en France N 20 Septembre 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Régulation, prix et plaintes des consommateurs

Plus en détail

Libéralisation du marché de l'électricité et du gaz en Belgique : mythes ou réalités? Le point de vue d'un outsider

Libéralisation du marché de l'électricité et du gaz en Belgique : mythes ou réalités? Le point de vue d'un outsider Libéralisation du marché de l'électricité et du gaz en Belgique : mythes ou réalités? Le point de vue d'un outsider Bruno Venanzi, Administrateur délégué Lampiris sa Table des matières 1. Présentation

Plus en détail

Gaz moins cher ensemble : MARNAIS Ensemble, obtenons de nouveau la meilleure offre sur le marché du gaz! REIMS, 20/11/2014

Gaz moins cher ensemble : MARNAIS Ensemble, obtenons de nouveau la meilleure offre sur le marché du gaz! REIMS, 20/11/2014 Gaz moins cher ensemble : MARNAIS Ensemble, obtenons de nouveau la meilleure offre sur le marché du gaz! REIMS, 20/11/2014 1 «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE», Une campagne au service des MARNAIS) «GAZ MOINS CHER

Plus en détail

MARCHÉ HORLOGER ET DROIT DE LA CONCURRENCE:

MARCHÉ HORLOGER ET DROIT DE LA CONCURRENCE: MARCHÉ HORLOGER ET DROIT DE LA CONCURRENCE: DIALOGUE SUR DE GRANDES COMPLICATIONS XVème atelier de la concurrence Neuchâtel, 18 avril 2013 Prof. Evelyne Clerc, UniNE, membre de la Comco Prof. Blaise Carron,

Plus en détail

Études thématiques 1

Études thématiques 1 Études thématiques 41 Études thématiques Les mesures conservatoires... 45 Introduction... 45 L urgence, fondement des mesures conservatoires... 47 L urgence, cadre des mesures conservatoires... 74 Conclusion...

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Définitions Pour l application du présent chapitre : désigner s entend du fait d établir ou d autoriser un monopole,

Plus en détail

LES ACTEURS EN PRÉSENCE

LES ACTEURS EN PRÉSENCE INC document ÉTUDE L OUVERTURE DU MARCHÉ DU GAZ À LA CONCURRENCE Gaz de France (GDF) était autrefois en situation de monopole français dans l activité d importation 1 et d exportation de gaz naturel. Pour

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

Assistance à la gestion des contrats de fourniture d électricité et de gaz Dans le contexte défini par la loi NOME Et la loi de la consommation 1 Suppression des TRV d électricité 2 Gestion tarifaire de

Plus en détail

L achat public de gaz naturel

L achat public de gaz naturel Bienvenue L achat public de gaz naturel 1 La mise en concurrence : obligation ou faculté? 2 La stratégie d achat du Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Electricité en Ile-de-France (SIGEIF) 3 Les points

Plus en détail

Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux

Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux Cours Économie d entreprise Licence 2 Droit Thierry Pénard http://perso.univ-rennes1.fr/thierry.penard/droit.htm Stratégies et concurrence sur le marché des

Plus en détail

Des fournisseurs d énergie publics, locaux, écolos et rentables... Mais interdits en France! par Rachel Knaebel 3 octobre 2014

Des fournisseurs d énergie publics, locaux, écolos et rentables... Mais interdits en France! par Rachel Knaebel 3 octobre 2014 Des fournisseurs d énergie publics, locaux, écolos et rentables... Mais interdits en France! par Rachel Knaebel 3 octobre 2014 1 8 Des dizaines de villes allemandes choisissent de reprendre la main sur

Plus en détail

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies Mardi 23 septembre 2014 ARC 1 Ville de Saint-Mandé: les actions en direction des copropriétés Constat : 80% du parc

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2009 DE LA BELGIQUE

RAPPORT ANNUEL 2009 DE LA BELGIQUE Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02/289.76.11 Fax : 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L'ELECTRICITE ET DU GAZ RAPPORT ANNUEL 2009

Plus en détail

Prestations de Maintenance. Exemple de cartographie et stratégies d achat

Prestations de Maintenance. Exemple de cartographie et stratégies d achat Prestations de Maintenance Exemple de cartographie et stratégies d achat Sommaire Dépenses prestations maintenance 2008 Top 20 fournisseurs - Évolution CA par groupe Recensement des contrats sites Objectifs

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

DEMARCHAGE ET VENTE A DOMICILE

DEMARCHAGE ET VENTE A DOMICILE DEMARCHAGE ET VENTE A DOMICILE 23/05/2014 Attention les dispositions contenues dans la présente note ne s'appliqueront plus pour les contrats signés à compter du 14 juin 2014 en application de la loi Hamon

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 05-A-03 du 31 janvier 2005 relatif à une demande d avis présentée par l Autorité de régulation des télécommunications en application de l article L. 37-1 du code des postes

Plus en détail

Politique de «Conformité Légale» (Corporate Compliance)

Politique de «Conformité Légale» (Corporate Compliance) Politique de «Conformité Légale» (Corporate Compliance) Préambule 3 Introduction Objectifs de notre politique de «Conformité légale» (Corporate Compliance) 4 Principes de notre conduite professionnelle

Plus en détail

TITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES. Chapitre premier. DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION Article premier :

TITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES. Chapitre premier. DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION Article premier : LOI N 99-010 DU 17.04.99 REGISSANT LE SECTEUR PETROLIER AVAL MODIFIEE PAR LA LOI N 2004-003 DU 23 JUIN 2004 PORTANT LIBERALISATION DU SECTEUR PETROLIER AVAL TITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES Chapitre

Plus en détail

Conférence RICS + ADI

Conférence RICS + ADI Conférence RICS + ADI Loi NOME et Immobilier 22/01/2015 Sommaire 1 Le marché de l Electricité 2 3 4 La loi NOME L achat sur le marché libre Les impacts sur l immobilier 5 Annexes Copyright Allianz SE 15-01-22

Plus en détail

AUTORITE BELGE DE LA CONCURRENCE

AUTORITE BELGE DE LA CONCURRENCE AUTORITE BELGE DE LA CONCURRENCE Auditorat Décision n ABC-2015-P/K-09-AUD du 26 mars 2015 Affaire CONC-P/K-09/0002 Plainte de Lampiris contre Electrabel 1. PROCÉDURE... 3 2. DESCRIPTION DES ENTREPRISES

Plus en détail

Le compromis de la loi NOME : Les limites d un dispositif de marché aux principes économiques faibles

Le compromis de la loi NOME : Les limites d un dispositif de marché aux principes économiques faibles 1 Le compromis de la loi NOME : Les limites d un dispositif de marché aux principes économiques faibles Dominique FINON Directeur de recherche au CNRS, CIRED Juin 2010 Publication dans Revue de l Energie,

Plus en détail

Thierry Pénard Licence 3 EME Année 2011-2012 Comprendre les performances des firmes Marge nette en 2009 (%) Microsoft 24,9 36,8 Intel 12,4 10,5 Apple 15,6 20,5 Nokia 2,2 6,5 Danone 9,1 11,4 Coca Cola 22,3

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur la fin des Tarifs Réglementés de Vente...

Tout ce qu il faut savoir sur la fin des Tarifs Réglementés de Vente... FIN DES TARIFS REGLEMENTES DE GAZ ET D ELECTRICITE Adhérez dès maintenant au groupement de commandes d énergies du SIEML. Les tarifs réglementés de gaz et d électricité vont prochainement disparaître.

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

Comprendre les engagements de Booking.com

Comprendre les engagements de Booking.com Service juridique, des affaires réglementaires et européennes Circulaire juridique n 15.15 du 23/04/2015 Comprendre les engagements de Booking.com Décision de l Autorité de la concurrence en date du 21

Plus en détail

TRELISSAC 9 Mars 2015

TRELISSAC 9 Mars 2015 RÉUNION DES ELUS La Fin des Tarifs Réglementés de Vente L'accès des élus au Système d'information Géographique du SDE 24 Les bornes de recharge pour véhicules électriques TRELISSAC 9 Mars 2015 Groupement

Plus en détail

1. Crédit Agricole: un modèle de financement par le réseau adapté au financement «EnR diffus» Mme Christine DELAMARRE, UNIFERGIE et Crédit Agricole

1. Crédit Agricole: un modèle de financement par le réseau adapté au financement «EnR diffus» Mme Christine DELAMARRE, UNIFERGIE et Crédit Agricole Conférence Mines-Energie - Jeudi 10 avril 2014 à 18h30 - Compte rendu «La voie étroite du financement des projets d'énergies renouvelables» Avertissement : ce compte rendu reflète les discussions intervenues

Plus en détail

Le choix du gaz naturel

Le choix du gaz naturel Le choix du gaz naturel 60 ans d expérience... La Centrale Émile Huchet est située à Saint-Avold, au coeur du bassin houiller de Lorraine. Depuis sa création en 1948, elle produit de l électricité à base

Plus en détail

LES RÉFORMES DES INDUSTRIES ÉLECTRIQUE ET GAZIÈRE EN EUROPE

LES RÉFORMES DES INDUSTRIES ÉLECTRIQUE ET GAZIÈRE EN EUROPE LES RÉFORMES DES INDUSTRIES ÉLECTRIQUE ET GAZIÈRE EN EUROPE Juillet 2004 Institut de l entreprise, 2004 Tous droits de reproduction, de traduction, d adaptation et d exécution réservés pour tous les pays

Plus en détail

Le bulletin de veille sur les aides d État à l usage des pôles de compétitivité

Le bulletin de veille sur les aides d État à l usage des pôles de compétitivité Mars 2011 Le bulletin de veille sur les aides d État à l usage des pôles de compétitivité Le bureau de la coordination des politiques européennes de la DGCIS établit chaque mois une veille des principales

Plus en détail

PRESENTATION DE MARCHE ALLIZÉ PLASTURGIE

PRESENTATION DE MARCHE ALLIZÉ PLASTURGIE PRESENTATION DE MARCHE ALLIZÉ PLASTURGIE GUILLAUME FREMONT 06 58 26 64 45 AVRIL 2015 Selectra 66, rue Sébastien Mercier 75015 Paris contact@selectra.info 01 71 70 96 16 06 98 81 75 16 : LEADER DE L INFO

Plus en détail

Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés 2013 des sociétés du Groupe Sonelgaz

Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés 2013 des sociétés du Groupe Sonelgaz Conférence de presse Synthèse des bilans d activités et Comptes sociaux consolidés 2013 des sociétés du Groupe Sonelgaz Allocution de Monsieur Nourredine Boutarfa Président-directeur général de Sonelgaz

Plus en détail

CONVENTION D UTILISATION INTERNET

CONVENTION D UTILISATION INTERNET CONVENTION D UTILISATION INTERNET Après avoir pris connaissance du contenu des services proposés par La Mondiale Europartner via Internet et plus généralement par voie électronique, Monsieur / Madame..................

Plus en détail

L'énergie en France - Nouvelles règles au 1er juillet 2007.

L'énergie en France - Nouvelles règles au 1er juillet 2007. L'énergie en France - Nouvelles règles au 1er juillet 2007. L objectif de cette note est de donner un état des lieux des nouvelles règles pour comprendre les évolutions du secteur de l énergie en France

Plus en détail

Avis n 06-A-23 du 21 décembre 2006 relatif à la séparation comptable des activités régulées de Total Infrastructures Gaz France

Avis n 06-A-23 du 21 décembre 2006 relatif à la séparation comptable des activités régulées de Total Infrastructures Gaz France RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-23 du 21 décembre 2006 relatif à la séparation comptable des activités régulées de Total Infrastructures Gaz France Le Conseil de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz Prenez part au changement Opérateur d électricité et de gaz Edito Après 60 ans de monopole, vous êtes désormais libre de choisir votre opérateur d énergie. Accrédité par le Ministère de l Economie, des

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Accompagner l évolution du marché a. Le marché du gaz en bref b. La fin des tarifs réglementés c. S engager en faveur de la transition énergétique

Accompagner l évolution du marché a. Le marché du gaz en bref b. La fin des tarifs réglementés c. S engager en faveur de la transition énergétique Dossier de presse 2014 Sommaire Edito de Yann Evin, Directeur Général Délégué Faits & chiffres clés I. Présentation de Gaz Européen a. Le Groupe Gaz Européen 1. Activités 2. Ancrage régional 3. Valeurs

Plus en détail

Préparer la fin des tarifs réglementés électricité

Préparer la fin des tarifs réglementés électricité Préparer la fin des tarifs réglementés électricité Les solutions de GDF SUEZ Réunion Allizé plasturgie PACA, 2 Avril 2015 Sommaire GDF SUEZ, producteur d électricité Contexte actuel : la fin des TRV d

Plus en détail

Gaz naturel, électricité et services

Gaz naturel, électricité et services Panorama édition 2013 Gaz naturel, électricité et services Enovos, plein d énergie Enovos est le plus important fournisseur d énergie d une région située au cœur de l Europe industrielle qui regroupe autour

Plus en détail

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Le coût du nucléaire EPR Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Des caractéristiques très particulières Densité de puissance considérable : 5000 MW th dans un faible volume (500 000 logements), La création

Plus en détail

Les moteurs de recherche : quelle régulation de la concurrence?

Les moteurs de recherche : quelle régulation de la concurrence? Les moteurs de recherche : quelle régulation de la concurrence? Denis Lescop Institut Telecom T&M SudParis / Cemantic / Pôle Innovation Contact: denis.lescop@it-sudparis.eu La régulation de la concurrence

Plus en détail

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES 1 Mise à jour : 26 11 2012 A - INTRODUCTION - Rappels - 2 LES 5 PRINCIPES DU DROIT DE LA CONCURRENCE 1. Liberté

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

Cas n COMP/M.3318- ECS/Sibelga. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 9 (3) date: 19.12.2003

Cas n COMP/M.3318- ECS/Sibelga. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 9 (3) date: 19.12.2003 FR Cas n COMP/M.3318- ECS/Sibelga Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 9 (3) date: 19.12.2003 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

Décision n 07-D-43 du 10 décembre 2007 relative à des pratiques mises en œuvre par Electricité de France

Décision n 07-D-43 du 10 décembre 2007 relative à des pratiques mises en œuvre par Electricité de France RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 07-D-43 du 10 décembre 2007 relative à des pratiques mises en œuvre par Electricité de France Le Conseil de la concurrence (section I), Vu la lettre enregistrée le 22 février

Plus en détail

investissement territorial dans les projets photovoltaïques

investissement territorial dans les projets photovoltaïques investissement territorial dans les projets photovoltaïques Les missions du groupe Caisse des Dépôts La Caisse des dépôts et consignations et ses filiales constituent un groupe public au service de l'intérêt

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Les chemins commerciaux de l Electricité

Les chemins commerciaux de l Electricité Les chemins commerciaux de l Electricité L Electricité est Un produit à la fois comme un autre Il fait l objet d une concurrence entre fournisseurs Il nécessite des moyens de productions et des réseaux

Plus en détail

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Ce tableau présente les indicateurs de la Global Reporting Initiative (GRI) ayant été utilisés dans la préparation de notre rapport. Symboles I Inclus P Partiellement

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Est d'avis de répondre à la demande présentée dans le sens des observations qui suivent :

Est d'avis de répondre à la demande présentée dans le sens des observations qui suivent : Avis du Conseil de la Concurrence n 00 A 26 du 15 février 2001 relatif à une demande d avis du Gouvernement sur deux décisions tarifaires de France Télécom visant à créer des forfaits de communications

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Vu l article 102 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne ;

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Vu l article 102 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-MC-02 du 9 septembre 2014 relative à une demande de mesures conservatoires présentée par la société Direct Energie dans les secteurs du gaz et de l électricité L Autorité

Plus en détail

BRANCHE ENERGIE EUROPE

BRANCHE ENERGIE EUROPE BRANCHE ENERGIE EUROPE Conférence de presse PARIS 01/02/2012 L Europe, 1 er marché énergétique mondial : un marché en mutation Evolution structurelle des marchés Marchés matures avec des perspectives de

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 1 er avril 2006 1 er Trimestre 2006

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 1 er avril 2006 1 er Trimestre 2006 Lettre d Information Juridique et Fiscale 1 er avril 2006 1 er Trimestre 2006 1. DROIT DES AFFAIRES / DROIT DES SOCIETES Procédures de redressement judiciaire ouvertes à l encontre de filiales étrangères

Plus en détail

DETERMINATION DES MARCHES PERTINENTS ET DES OPERATEURS PUISSANTS

DETERMINATION DES MARCHES PERTINENTS ET DES OPERATEURS PUISSANTS DETERMINATION DES MARCHES PERTINENTS ET DES OPERATEURS PUISSANTS ADOU Josephine, Chef Département Observatoire des Marchés Vice-présidente de Commission d Etudes 3 et du Groupe Régional pour l Afrique

Plus en détail

RELEVE DE CONCLUSIONS DES TRAVAUX DE LA COMMISSION «TARIFS DU GAZ»

RELEVE DE CONCLUSIONS DES TRAVAUX DE LA COMMISSION «TARIFS DU GAZ» RELEVE DE CONCLUSIONS DES TRAVAUX DE LA COMMISSION «TARIFS DU GAZ» Le Ministre de l Economie, des finances et de l Industrie et le Ministre délégué à l Industrie ont confié le 21 décembre 2005 une mission

Plus en détail

SYNTHESE DE L ANALYSE DU TARIF REGLEMENTE DU GAZ ET DES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

SYNTHESE DE L ANALYSE DU TARIF REGLEMENTE DU GAZ ET DES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR SYNTHESE DE L ANALYSE DU TARIF REGLEMENTE DU GAZ ET DES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR Conférence de presse du 24 novembre 2009 Les différentes composantes du prix du gaz Depuis l ouverture du marché

Plus en détail

Le contrôle des concentrations dans le secteur de l énergie : Un outil au service du processus de libéralisation?

Le contrôle des concentrations dans le secteur de l énergie : Un outil au service du processus de libéralisation? COLLÈGE D'EUROPE CAMPUS DE BRUGES DÉPARTEMENT DE DROIT Le contrôle des concentrations dans le secteur de l énergie : Un outil au service du processus de libéralisation? Directeur : Prof. D. GERADIN Année

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail