Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille"

Transcription

1 PATHO URO NEPHRO 1 ère session M.VIRECOULON 20/06/2011 (Durée 1h) ISO 4 Indiquez pour chaque question, dans la grille correspondante, la lettre de la réponse exacte (une seule réponse exacte par question). QS 1. Lequel des signes suivants est-il habituellement absent en cas d infection urinaire non compliquée de la femme en période d activité génitale? : A. des douleurs du bas ventre. B. de la fièvre. C. des urines malodorantes. D. des urines troubles. E. pollakiurie. QS 2. Le canal de Wolff donne chez l homme l ensemble des structures suivantes sauf une : laquelle? : A. le canal déférentiel. B. le canal épididymaire. C. le canal urétral. D. les cônes efférents. E. aucune des structures précédentes. QS 3. Le rein dérive d un seul des tissus embryonnaires suivants : lequel? : A. l ectoblaste. B. le mésoblaste. C. l entoblaste. D. le neuroblaste. E. le trophoblaste.

2 QS 4. L urine fœtale : A. compose une partie importante du liquide amniotique. B. n existe pas, les reins n étant fonctionnels qu à la naissance. C. passe directement dans la circulation maternelle pour éliminer les toxines fœtales. D. assure l équilibre hydroélectrolytique du fœtus. E. assure l épuration du sang fœtal. QS 5. A propos des anomalies de développement du système urinaire, quelle est la proposition vraie? : A. elles sont exceptionnelles. B. elles touchent uniquement les hommes. C. elles ne sont jamais liées à des anomalies génitales. D. elles sont fréquemment asymptomatiques. E. elles engendrent le plus souvent une mort fœtale in utero ou peu après la naissance. QS 6. La cause du syndrome de Potter est : A. une polykystose rénale. B. un néphroblastome. C. un rein surnuméraire. D. une ectopie rénale bilatérale. E. une agénésie rénale bilatérale. QS 7. Un calcul coralliforme est un calcul : A. à base de calcium, comme le corail. B. de couleur rouge corail. C. donnant une hématurie macroscopique, avec des urines de couleur corail. D. qui moule les cavités pyéliques. E. aucune des propositions n est juste.

3 QS 8. L entité polykystose rénale peut comporter tous les items suivants sauf un : lequel? A. kystes rénaux. B. kystes ovariens. C. kystes hépatiques. D. kystes spléniques. E. anévrysmes cérébraux. QS 9. Lors d un adénome de prostate, lors du toucher rectal, la prostate a toutes les caractéristiques suivantes sauf une : laquelle? A. augmentation de volume. B. perte du sillon médian. C. absence de nodule pierreux. D. douloureuse. E. élastique. QS 10. Le traitement chirurgical le plus usuel de l adénome de prostate est : A. la résection endoscopique. B. l opération de Bricker. C. la prostatectomie radicale. D. la radiothérapie. E. la thermothérapie (Ablatherm ). QS 11. A propos du cancer de prostate, quelle est la proposition vraie? A. il s agit d un cancer rare. B. cliniquement, sa symptomatologie est bruyante. C. il complique souvent l adénome de prostate. D. il est généralement d évolution lente. E. son traitement de choix est la résection endoscopique.

4 QS 12. Que vous évoque en premier l'association hématurie totale + gros rein unilatéral chez un homme de plus de 60 ans, sans antécédents? A. une polykystose rénale. B. un cancer du rein. C. une tuberculose rénale. D. une anomalie de la jonction pyélo-urétérale. E. aucune de ces étiologies. QS 13. Vers quel âge devient habituellement symptomatique une polykystose rénale? A. 8 ans. B. 15 ans. C. 40 ans. D. 60 ans. E. 80 ans. QS 14. Une extrophie vésicale s accompagne le plus souvent (une seule proposition vraie) : A. d un hypospadias B. d un épispadias. C. d une polykystose rénale. D. d un méga-uretère. E. d un syndrome de Potter. QS 15. Globalement, les bactéries à l origine d infections urinaires sont : A. des streptocoques. B. des staphylocoques. C. des levures. D. des germes responsables d IST. E. des entérobactéries.

5 QS 16. A propos de la dysfonction érectile (DE), quelle est la proposition vraie? A. elle atteint l homme uniquement à partir de ans. B. elle est exceptionnellement associée à des facteurs de risque cardio-vasculaires. C. une DE organique a forcément un retentissement psychologique majeur. D. dans un couple, il ne faut surtout pas tenir compte de la compagne pour régler le problème. E. c est globalement une pathologie rare. QS 17. A l heure actuelle, le traitement privilégié de la dysfonction érectile est : A. la psychanalyse. B. la thérapie cognitivo-comportementale. C. les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5. D. les injections intracaverneuses. E. le vacuum. QS 18. Quelle activité physique est conseillée en cas de crise de colique néphrétique chez un homme de 40 ans? A. la nage. B. le vélo. C. la marche rapide. D. le saut à la corde. E. le taï-shi. QS 19. Quelle est la fréquence de la varicocèle dans la population masculine? A. presque tous les hommes. B. un homme sur 3. C. un homme sur 10. D. un homme sur 40. E. un homme sur 100.

6 QS 20. A quel âge les testicules prennent-ils leur place définitive dans le scrotum? A. à la fin de l embryogenèse, soit à 2 mois de grossesse. B. entre le 8 ème mois de grossesse et la fin de la 1 ère année de vie. C. entre 1 et 6 ans. D. entre 6 et 12 ans. E. au début de la puberté. QS 21. Quel est l effet secondaire quasi-obligatoire de la résection endo-urétrale de prostate? A. incontinence urinaire. B. dysfonction érectile. C. éjaculation précoce. D. éjaculation rétrograde. E. anorgasmie. QS 22. Face à une crise de colique néphrétique calcique, quelle est la maladie potentiellement associée physiopathologiquement? A. un cancer du rein. B. une infection urinaire. C. une hyperparathyroïdie. D. un phéochromocytome. E. une acromégalie. QS 23. Pourquoi une prostatectomie radicale a une forte probabilité de se compliquer d une dysfonction érectile? A. parce qu elle apparaît sur un terrain vasculaire. B. parce qu il y a lésion des nerfs érecteurs. C. parce que l épouse, à trop chouchouter le malade, le castre psychologiquement. D. parce qu on adjoint un traitement hypotestostéronémiant. E. parce que les sécrétions prostatiques jouent un rôle majeur dans la genèse de l érection.

7 QS 24. Dans une crise de colique néphrétique due à un calcul de taille conséquente, la façon la plus simple de trancher entre un calcul d acide urique et un calcul de calcium est : A. l existence d une hyperuricémie. B. la radiographie (ASP). C. l existence d une hypercalcémie. D. l échographie. E. le tamisage des urines. QS 25. Le signe d alarme classique du cancer de vessie est : A. la pollakiurie nocturne. B. la dysurie de début de miction. C. la dysurie de fin de miction. D. la fistulisation à la peau. E. l hématurie. QS 26. Quel nom porte l opération d urétéro-iléocutanéostomie classiquement utilisée en traitement du cancer de vessie? A. dérivation Bricker. B. dérivation Fiessinger. C. dérivation Reiter. D. dérivation Kuster. E. dérivation Hauser. QS 27. Un enfant de 7 ans, qui était propre depuis plusieurs années, s est remis brusquement à «pisser au lit» : parmi les causes suivantes, laquelle ne fait pas partie de ce qu il faut éliminer à titre systématique? A. un diabète sucré. B. une souffrance psychologique. C. une infection urinaire. D. une insuffisance rénale. E. un cancer du testicule.

8 QS 28. A propos de la bilharziose urinaire, toutes les propositions sont justes sauf une : laquelle? le détrusor. A. elle est due au ver Schistosoma haematobium. B. les adultes vivent dans les lymphatiques de la moitié intérieure du corps. C. la physiopathologie de la maladie repose sur la migration des œufs, notamment à travers D. le cycle complet nécessite la présence d eau douce et d un coquillage : le bullin. E. un des signes les plus caractéristiques de la maladie est l hématurie. QS 29. Parmi les facteurs de risque suivants, lequel ne concerne pas le prolapsus génital? A. un accouchement long et difficile. B. l utilisation de forceps. C. le multipartenariat sexuel. D. une castration chirurgicale. E. la ménopause. QS 30. L étranglement du gland par un anneau préputial rétréci correspond à : A. une maladie de La Peyronnie. B. un phimosis. C. un paraphimosis. D. une circoncision. E. une cryptorchidie. QS 31. Un jeune homme de 19 ans présente brutalement une douleur testiculaire importante avec un contenu scrotal difficilement examinable : lequel des signes suivants est-il en faveur d une orchi-épididymite? A. un testicule remonté au canal inguinal. B. une fièvre à 39 5C. C. l absence de rapports sexuels non protégés. D. un antécédent d oreillons à l âge de 6 ans. E. le caractère transilluminable du contenu scrotal.

9 QS 32. Parmi les éléments suivants, lequel retenez-vous comme facteur de risque du cancer du testicule? A. la masturbation. B. l ectopie testiculaire. C. le tabagisme. D. les infections sexuellement transmissibles. E. l âge supérieur à 60 ans. QS 33. La conduite à tenir face à une tumeur parenchymateuse testiculaire non kystique, d apparition récente et confirmée par échographie, chez un homme de 25 ans, doit être : A. l orchidectomie. B. la ponction-biopsie trans-scrotale C. la recherche de cellules cancéreuses sur un recueil de sperme. D. la curiethérapie. E. une chimiothérapie préventive. QS 34. L éjaculation rétrograde fait partie des complications classiques de toutes les maladies suivantes sauf une : laquelle? A. le diabète. B. la paraplégie. C. la résection endo-urétrale de prostate. D. la sclérose en plaques. E. l athérosclérose. QS 35. Quel est le tableau clinique classique de la maladie de La Peyronnie? actif. A. dysfonction érectile primaire chez un homme très renfermé. B. apparition d une dysfonction érectile inexpliquée chez un homme jeune sexuellement très C. apparition d un défaut de contrôle de l éjaculation avec éjaculation ante portas dans un couple souhaitant mettre en route une grossesse. D. apparition d une courbure de verge chez un homme d une soixantaine d années. E. nécrose extensive de la verge chez un diabétique âgé à l hygiène précaire.

10 QROC 1 : Donner le nom de la technique préconisée par Helen Kaplan pour la prise en charge du défaut de contrôle de l éjaculation (1 point), et expliquer succinctement en quoi cette technique consiste (2 points). QROC 2 : Expliquer succinctement quelle différence vous faites entre une cryptorchidie et une ectopie testiculaire (2 points).

11 Grille de réponse. N : QS Réponse QS Réponse

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille PATHO URO NEPHRO 1 ère session M.VIRECOULON 20/06/2011 (Durée 1h) ISO 4 Indiquez pour chaque question, dans la grille correspondante, la lettre de la réponse exacte (une seule réponse exacte par question).

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Matière Note /32 Note/20

Matière Note /32 Note/20 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Session de Janvier 2015 DCEM2 MODULE : uro-néphrologie SOUS MODULE : Urologie Nombre de questions : 32 Nombre de pages : 12 Durée 35 mn Recommandations : Vous avez entre les

Plus en détail

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception.

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. La question Je vote pour Mon conseil Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. LA VASECTOMIE Section chirurgicale des canaux déférents sous anesthésie locale ou générale Pas

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

Urologie. Flavie MONDOUT

Urologie. Flavie MONDOUT u ECN EN QUESTIONS ISOLEES Urologie Flavie MONDOUT Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS - Tél. : 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com Toute reproduction, même partielle, de cet ouvrage

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

UROLOGIE Art. 14j pag. 1 coordination officieuse. j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) :

UROLOGIE Art. 14j pag. 1 coordination officieuse. j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) : UROLOGIE Art. 14j pag. 1 j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) : 3035 260035 260046 Néphrostomie K 180 3003 260050 260061 Néphrotomie, avec ou sans extraction de calcul K 225 3045

Plus en détail

Rétention aiguë d'urine

Rétention aiguë d'urine Rétention aiguë d'urine OBJECTIFS Diagnostiquer une rétention aiguë d'urine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. LIENS TRANSVERSAUX ITEM 156 Tumeurs de la prostate. ITEM

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

L andrologie est la partie de la médecine qui étudie l appareil génital de l homme. Le

L andrologie est la partie de la médecine qui étudie l appareil génital de l homme. Le APPAREIL GENITAL MASCULIN L andrologie est la partie de la médecine qui étudie l appareil génital de l homme. Le médecin andrologue est le spécialiste de l andrologie. Les principaux organes de l appareil

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

couple : conduite de la première consultation

couple : conduite de la première consultation Item 29 - Stérilité du couple : conduite de la première consultation 4 I. DÉFINITION II. CAUSES DE STÉRILITÉ III. BUTS DE LA PREMIÈRE CONSULTATION IV. DÉROULEMENT DE LA PREMIÈRE CONSULTATION POUR STÉRILITÉ

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie de la sexualité : A - C est une combinaison de phénomènes

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE 1 Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire Dr Béatrice DAVENNE Médecin de Médecine Physique et de Réadaptation. Chef de service Rééducation Neurologique et Urodynamique

Plus en détail

Sémiologie endocrinienne masculine. Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis

Sémiologie endocrinienne masculine. Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis Sémiologie endocrinienne masculine Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis Anatomie génitale masculine a-scrotum btesticules cépididyme d-canal déférent eglandes de Cowper fvésicules

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE TABLE DES MATIÈRES APTITUDES... 2 COMPÉTENCES CLINIQUES... 2 DOULEUR AIGUË DE LA FOSSE ILIAQUE DROITE... 2 DOULEUR AIGÜE DE LA FOSSE ILIAQUE GAUCHE... 4 DOULEUR AIGÜE DE

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Série prévention Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Pour le médecin, la constipation se définit

Pour le médecin, la constipation se définit Cas clinique La constipation : Comment s y prendre pour mieux la traiter? Mickael Bouin, MD, Ph.D. Le cas de Josette Josette, âgée de 50 ans, sans antécédents, vous consulte pour une constipation qui dure

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

Insémination artificielle

Insémination artificielle Insémination artificielle En quoi consiste l insémination artificielle? L insémination artificielle est une technique de reproduction assistée qui consiste à introduire des spermatozoïdes, préalablement

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique B05-1 B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique 1. Données d u problème Le diabète est la première cause d amputation non accidentelle dont il multiplie le risque par

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du testicule

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du testicule G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du testicule Juillet 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Les Guides Visuels du Patient Le traitement hormonal du cancer de la prostate

Les Guides Visuels du Patient Le traitement hormonal du cancer de la prostate Les Guides Visuels du Patient Le traitement hormonal du cancer de la prostate Avec le soutien de Les Guides Visuels du Patient sont une publication ViVio ViVio sprl Rue Rodenbach, 70 1190 Bruxelles Tél.:

Plus en détail

PATHOLOGIES DE L'OREILLE

PATHOLOGIES DE L'OREILLE ORL PATHOLOGIES DE L'OREILLE I - LES OTITES A - OTITE EXTERNE AIGUË a) Étiologie Germe: staphylocoque Concerne l'oreille externe Inflammation du conduit auditif externe Souvent suite à:. Traumatisme. Furoncle.

Plus en détail

Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite.

Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite. Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite. Perte de substance en regard de l'ischion droit Pas de lyse ni de sclérose sur l'ischion Florence Chauveau IHN

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

INFORMATION POUR LES PATIENTS 05/09 INFORMATIONS SUR LES TRAITEMENTS DU CANCER DU RECTUM

INFORMATION POUR LES PATIENTS 05/09 INFORMATIONS SUR LES TRAITEMENTS DU CANCER DU RECTUM INFORMATIONS SUR LES TRAITEMENTS DU CANCER DU RECTUM Madame, Monsieur, Vous allez recevoir une chimioradiothérapie préopératoire pour cancer du rectum. Votre traitement a été adapté en fonction de votre

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez Révision des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires associées aux Soins (IUAS) de l adulte mai 2015

Plus en détail

Examen clinique des seins

Examen clinique des seins Examen clinique des seins Dr Amouri Habib, Dr Dhouib M, Pr Ag Guermazi. M, Service de gynécologie obstétrique de Sfax Public cible o Les étudiants 2ème année médecine o Les élèves sage femme Objectifs

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Thème 3: Féminin, masculin. Chapitre 1: devenir un homme ou une femme

Thème 3: Féminin, masculin. Chapitre 1: devenir un homme ou une femme Thème 3: Féminin, masculin Chapitre 1: devenir un homme ou une femme L identité sexuelle ou identité de genre L identité sexuelle est le fait de se sentir totalement homme ou femme. Cette identité de genre

Plus en détail

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes)

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) JJ Labat. Centre fédératif de pelvi périnéologie CHU Nantes T Riant, R Robert, M Guérineau, J Rigaud Et le

Plus en détail

Points-clés pour les prestataires et les clientes

Points-clés pour les prestataires et les clientes chapitre 12 Points-clés pour les prestataires et les clientes y Permanente. Confère une protection très efficace contre la grossesse, de nature permanente qui dure la vie entière. L opération n est pas

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles SOMMAIRE QU EST-CE QU UNE IST? p. 5 La Blennorragie gonococcique p. 7 La Chlamydiose p. Les Condylomes p. L Hépatite B p. L Herpès génital p. Les Mycoplasmes

Plus en détail

L ADENOME DE LA PROSTATE OU HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE. Professeur Christian SAUSSINE, Service de Chirurgie Urologique, Nouvel Hôpital Civil

L ADENOME DE LA PROSTATE OU HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE. Professeur Christian SAUSSINE, Service de Chirurgie Urologique, Nouvel Hôpital Civil L ADENOME DE LA PROSTATE OU HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE Professeur Christian SAUSSINE, Service de Chirurgie Urologique, Nouvel Hôpital Civil I. DÉFINITIONS L adénome de la prostate, terminologie

Plus en détail

Troubles psychosomatiques «hystériformes»

Troubles psychosomatiques «hystériformes» Troubles psychosomatiques «hystériformes» 15 èmes Ateliers de Pédiatrie 2014 Philippe Stephan SUPEA Place du concept de trouble somatoforme en médecine et psychiatrie 1. Introduction Définition actuelle

Plus en détail

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL
P.C.P.V PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V SIGNES-DIAGNOSTICS-TRAITEMENT Dr NGUEKEU N. Steve Yanick Dr NANGA David Hôpital General de Reference de Panzi PLAN I. GÉNÉRALITÉS A. Définition B. Intérêt

Plus en détail

Indications thérapeutiques et traitement du kyste de l ovaire

Indications thérapeutiques et traitement du kyste de l ovaire Indications thérapeutiques et traitement du kyste de l ovaire François RODAT - DESC-SCVO Poitiers Juin 2007 - La pathologie annexielle est le motif le plus fréquent de consultation gynécologique: 5-7 %

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1 Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 Diagnostic prénatal pour les risques maternels liés à l âge... 3 Tests diagnostics

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant Faculté de Médecine Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7 Date Cours Enseignant Lundi 19/10/2015 Mardi 20/10/2015 15h00-16h30 Mercredi 21/10/2015 Hématurie Physiologie de

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Coliques néphrétiques chez une femme de 34 ans

Coliques néphrétiques chez une femme de 34 ans Enoncé Mme V est une patiente de 34 ans qui consulte en urgence pour des douleurs lombaires gauches et de la fosse iliaque gauche d apparition brutale sans position antalgique accompagnées de nausées et

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

Les vessies neurologiques

Les vessies neurologiques Les vessies neurologiques Dr Mehdi Jaidane Anatomie et neurophysiologie du bas appareil urinaire Le bas appareil urinaire est une unité fonctionnelle intégr grée e = vessie + urèthre + sphincters + jonction

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation Projets Formation en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation DIU d oncosexologie Rationnel Le 3e Plan Cancer prévoit : objectif de formation Faire évoluer les formations et les métiers de

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

HyperTension Artérielle de la Femme

HyperTension Artérielle de la Femme HyperTension Artérielle de la Femme Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Particularités physiologiques Femme protégée par les oestrogènes naturels

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 1 Question 1 : qu est-ce que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1? Pour répondre à cette question, il faut d abord connaître

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants

Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants Angélique SWIERZEWSKI (Aide soignante) Stéphanie TAGLANG,

Plus en détail

MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER...

MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER... MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER... tu connais sans doute le sida, c'est la maladie transmissible sexuellement la plus connue à travers le monde. Mais sais-tu quelles sont les MTS les plus fréquentes

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

bras se présente à l urgence. Elle a noté la présence d une petite zone surélevée qui, en crevant, a libéré un liquide purulent.

bras se présente à l urgence. Elle a noté la présence d une petite zone surélevée qui, en crevant, a libéré un liquide purulent. Il s agit d un hématome avec ulcération infectée secondairement. De même, une zone cellulitique existe au pourtour de la plaie. Il faut s assurer de l intégrité des tissus sous l ulcère et de l absence

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail