Chapitre : METHODES D'ETUDE DE LA CELLULE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre : METHODES D'ETUDE DE LA CELLULE"

Transcription

1 Chapitre : METHODES D'ETUDE DE LA CELLULE 1ère PARTIE : METHODES D'ETUDE DE LA MORPHOLOGIE DES CELLULES La plupart des méthodes sont basées sur l'emploi des microscopes, la taille des cellules et de leurs constituants est en effet généralement trop petite pour qu'il soit possible de les observer à l'oeil nu. Il existe toute une gamme de microscopes. 1. Les microscopes 1.1. Les microscopes à lumière ou microscopes photoniques Il existe divers types de microscopes à lumière : - les uns permettent l'observation directe de structures dont les dimensions sont de l'ordre de 0,2 µm ce sont les microscopes par transmission ; - les autres microscopes donnent des informations indirectes sur l'ultrastructure des cellules = microscope à lumière polarisée, microscope à fond noir et microscope à contraste de phase. - le microscope confocal à balayage Microscopes par transmission Le microscope le plus courant utilise la lumière visible (lumière blanche constituée de plusieurs longueurs d'onde) qui est transmise directement sur la prépa biologique. Ces microscopes sont équipés de système de lentilles qui condensent la lumière sur la préparation à observer. Les échantillons biologiques observés sont traversés par la lumière. Tous les microscopes sont caractérisés par leur pouvoir séparateur = pouvoir de résolution c'est à dire la distance limite appréciable entre 2 points = aussi limite de résolution. Pour l'oeil humain, cette distance limite appréciable est de 100 à 200 µm. Un microscope photonique à transmission distingue des objets tout au plus distant de 0,2 µm. Le pouvoir séparateur d'un microscope est donné par la formule d'abbe : ε = (0,61.λ) / (n.sin u) avec ε = distance limite appréciable = limite de résolution λ = longueur d'onde de la lumière utilisée (400 nm = violet ---> 800 nm = rouge) n = indice de réfraction du milieu transparent u = moitié de l'angle d'ouverture du cône lumineux entrant dans l'objectif 0,61 = constante Pouvoir séparateur élevé <-----> distance limite appréciable petite D'après cette formule on voit que le pouvoir séparateur est d'autant plus grand c'est à dire la distance limite appréciable plus petite que la longueur d'onde des radiations utilisées est petite ou que u et n sont plus grands.

2 * à propos de la longueur d'onde utilisée : En général, une radiation possédant une longueur d'onde donnée ne peut être employée pour examiner des détails structuraux beaucoup plus petit que sa propre?? Ce principe impose donc une limite fondamentale au pouvoir séparateur du microscope photonique. La limite extrême de résolution d'un microscope photonique est donc fixée par la longueur d'onde de la lumière, qui varie d'environ 0,4 µm à 0,7 µm selon sa couleur. Concrètement, une bactérie ou une mitochondrie qui mesurent environ 0,5 µm de largeur sont les plus petits objets clairement observables au microscope photonique. Des détails plus fins sont masqués par des effets de diffraction optique. * On peut jouer sur n et sur sin u : Cependant, cette précision peut être ramenée à 0,2 µm (200 nm) lors de l'utilisation d'un objectif à immersion. - On intercale entre l'objectif et la préparation à observer une goutte d'huile dont l'indice de réfraction est voisin de celui du verre : n augmente donc ε diminue. - De plus, il n'y a pas de perte de rayons entre la préparation et l'objectif, on augmente aussi l'angle du cône lumineux : sin u augmente donc ε diminue Les autres microscopes photoniques L'observation d'échantillons biologiques en microscopie photonique par transmission nécessite des étapes de préparation (elles seront décrites en détail dans les prochains paragraphes). Elles ont pour but de rendre l'échantillon : - mince pour que la lumière puisse le traverser (confection de coupes) ; - et contrasté pour qu'il puisse absorber la lumière davantage que le milieu ambiant (coloration). Les traitements utilisés ne permettent pas de conserver vivantes les cellules. Ainsi, la possibilité d'une perte ou d'une altération de certains composants cellulaires durant ces étapes de préparation a toujours préoccupé les microscopistes. La façon la plus convaincante d'établir l'existence d'une structure dans les cellules vivantes est de les examiner au microscope quand elles sont vivantes. Cela est possible en utilisant d'autres microscopes. Toutefois l'observation des structures ne sera plus directe mais on obtiendra des informations indirectes sur l'existence de certaines structures. * Le microscope à contraste de phase = microscope à interférence différentielle Le microscope à contraste de phase est équipé d'un système optique, appelé plaques de phase qui permet d'exploiter les propriétés de diffraction des cellules. Ce système est situé dans la monture de l'objectif. Il permet de faire interférer dans la formation de l'image les rayons réfractés (=ont traversé la prépa en étant déviés cf. indice de réfraction de cellule différent de celui du milieu ambiant) et les rayons diffractés qui ont subit un retard de l'λ/2. Quand la lumière passe à travers une cellule vivante, si les structures sont peu épaisses l'onde n'est pas arrêtée (= absorbée) mais la phase de l'onde est modifiée, elle est retardée et changera donc de phase par rapport à la lumière ayant traversé une région voisine plus mince. Le système optique du microscope à contraste de phase recombine ces deux séries d'onde pour supprimer la lumière traversée en cette zone. Cela contraste la structure qui a créé le retard de phase. En effet, grâce à cette interférence, même si une structure a un indice de réfraction proche du milieu ambiant elle apparaîtra noire ou grise par rapport à ce milieu ambiant.

3 L'intérêt de ce microscope = Ce microscope amplifie de faibles différences d'indice de réfraction, il permet d'observer des cellules vivantes sans coloration donc sans qu'il y ait eu de formation d'artéfacts (= structure artificielle apparue suite aux traitements imposés aux cellules lors de leur préparation pour l'observation). * Le microscope à fond noir Un façon plus simple de voir les détails d'une cellule non colorée, que l'utilisation du microscope à contraste de phases, consiste à utiliser la lumière dispersée par les divers constituants cellulaires (= lumière diffractée). Un dispositif placé sous la platine du microscope permet d'éclairer la préparation biologique en lumière rasante. Les rayons incidents qui traversent la préparation ne pénètrent pas dans l'objectif, seuls pénètrent dans l'objectif les rayons diffractés. On peut ainsi observer les régions des cellules qui diffractent fortement la lumière. Elles apparaissent très brillantes sur un fond obscur donné par les régions très peu diffractantes. Il est donc possible de voir des structures de taille inférieure au pouvoir séparateur du microscope mais sans en discerner la forme ; on met juste en évidence leur existence ----> donne information indirecte sur les structures. * Le microscope à lumière polarisée La source lumineuse est constituée par un faisceau dont les vibrations sont situées toutes dans un même plan appelé plan de polarisation. En éclairant un échantillon avec de la lumière polarisée, il est possible de mettre en évidence les régions biréfringentes de la cellule. La biréfringence = propriété que possède une structure de dédoubler un rayon lumineux polarisé en deux nouveaux rayons, tous deux polarisés suivant des plans de vibration perpendiculaire et se propageant à la même vitesse. Ces deux rayons sont donc caractérisés par des indices de réfraction distincts ; la biréfringence représente exactement la différence entre les deux indices. La biréfringence est liée à la présence de structures ou de molécules asymétriques rangées régulièrement, mais que l'on ne peut pas distinguer avec un microscope à lumière par transmission puisque leur taille est bien inférieure à son pouvoir séparateur. * Le microscope à rayons UV (= à fluorescence) Le pouvoir séparateur de ce microscope est supérieur à celui du microscope photonique ordinaire (utilisant la lumière blanche) puisqu'il utilise, pour éclairer la préparation, les rayons UV caractérisés par une longueur d'onde plus faible. UV usuels = 390 à 200 nm UV courts = 200 à 100 nm La distance limite appréciable avec ce microscope peut descendre jusqu'à 0,06 µm (60 nm = 600A m). Dans un microscope à fluorescence les lentilles sont en quartz (cf. le verre s'oppose au passage des UV). L'observation se fait sur un écran fluorescent où l'image obtenue peut être photographiée. NB : Le microscope à fluorescence peut aussi exploiter la propriété de fluorescer de certaines préparations : Fluorescence = propriété d'émettre une lumière de fluorescence qui se caractérise par une longueur d'onde supérieure à la longueur d'onde de la lumière d'éclairement. - Fluorescence primaire : mise en évidence de constituants naturels ayant la propriété de

4 fluorescence. C'est surtout le cas pour des préparations botaniques et minéralogiques. - Fluorescence secondaire : c'est une fluorescence artificielle crée par imprégnation des éléments à observer par des fluorochromes qui ne se fixent que sélectivement sur certains constituants ou qui se fixent spécifiquement sur des constituants car ils ont été greffés sur des molécules d'anticorps dotées d'une spécificité de reconnaissance. Ces techniques sont illustrées par les tests immunologiques d'immunofluorescence que l'on étudiera plus tard. * Le microscope confocal à balayage - observation d'échantillons massifs - marquage = coloration par sondes fluorescentes - source lumineuse = rayon laser - éclairement en un point de la préparation = foyer d'excitation = point focal - déplacement du point focal d'éclairement à l'intérieur de l'échantillon - émission de fluorescence suite à l'éclairement au point observé - seule la fluorescence du point focal est recueillie = focalisation de la lumière d'émission dans le détecteur = foyer d'émission = point confocal (qui va avec le point focal) - balayage du faisceau lumineux dans le plan = analyse du plan - observation sur plusieurs plans focaux = analyse épaisseur - traitement informatique des images séquentielles - résultat = image en trois dimensions de l'échantillon Les microscopes électroniques Généralités * Principe : - L'échantillon à observer est bombardé par un flux d'électrons (ë). - Emploi d'ë en mouvement à la place de la lumière. Comme pour la lumière, (= flux de particules énergétiques = photons en mouvement), les ë se déplacent selon une onde = onde de matière (vue en physique). La longueur d'onde du flux d'ë dépend de la tension à laquelle sont soumis les ë. La longueur d'onde d'un ë diminue quand la vitesse de déplacement de l'ë augmente. - La source d'ë est un filament chauffé = cathode. - Le flux d'ë est dévié par des champs magnétiques qui le focalisent comme les lentilles de verre le font pour la lumière dans le microscope photonique. - L'image est perceptible grâce à un écran fluorescent. - Ces images peuvent être photographiées et sont souvent agrandies ensuite. * Performances : La limite de résolution imposée par la longueur d'onde de la lumière visible peut être abaissée car les ë en mouvement créent une onde de longueur d'onde plus courte que celle de la lumière. La limite de résolution d'un microscope électronique sera donc plus petite et le pouvoir séparateur plus élevé que celui d'un microscope photonique. Dans un microscope électronique possédant une tension d'accélération de volts, la longueur d'onde de l'ë est de 0,002 nm c'est à dire fois plus petite que la plus petite longueur d'onde de la lumière (400 nm = x 0,002). En théorie la résolution d'un tel microscope devrait être d'environ 0,002 nm. - Toutefois du fait que les aberrations des lentilles électroniques sont considérablement supérieures aux lentilles de verre, le pouvoir séparateur de la plupart des microscopes électroniques est bien moins élevé, la limite de résolution est donc nettement supérieure à la longueur d'onde de l'ë en déplacement (au mieux, elle serait de 0,1 nm).

5 - De plus, les altérations causées lors de la préparation de l'échantillon (coupes, obtention de contrastes) et les dégâts causés par l'irradiation limitent la résolution des objets biologiques à environ 2 nm. (20 Äm). C'est 100 fois mieux que la résolution du microscope photonique. (Rappel : avec l'objectif à immersion d'un microscope photonique par transmission on a ε = 0,2 µm = 200 nm). Lorsque les préparations sont observées sous des tensions très élevées, microscope haute tension, le pouvoir séparateur peut atteindre 5Äm. - Les grossissements obtenus sont très élevés fois le diamètre pour 1000 fois en microscopie photonique. * Inconvénients : - Les ë ne se propagent que dans le vide très poussé ce qui empêche toute observation sur le vivant ; - La pénétration des ë dans la matière est très faible, donc les coupes doivent être très minces (de l'ordre de 0,06 à 0,09 µm ~ 0,1 µm pour 2 à 5µm en microscopie photonique) ; * Il existe deux types de microscope électronique. - Le microscope électronique par transmission ; - Le microscope électronique à balayage Le microscope électronique par transmission L'objet à observer est placé sur le trajet du faisceau d'ë. Selon la densité locale du matériel, certains ë qui traversent l'échantillon sont déviés, ils ne figurent pas sur l'image. Les régions denses de l'échantillon se distinguent donc par des zones de flux électronique réduit c'est à dire zones + ou - sombres sur l'image. Les ë qui traversent l'échantillon sont, eux, focalisés pour former une image, soit sur un écran fluorescent, soit sur une plaque photo. Ce sont donc les ë qui traversent l'échantillon qui contribuent directement à la formation de l'image. On ne peut qu'observer des objets très minces, généralement on s'adresse à des coupes Le microscope électronique à balayage Les échantillons sont bombardés par un faisceau d'ë, mais seuls sont utilisés pour la formation de l'image, les ë qui sont réémis par la surface de l'échantillon. A la différence du microscope électronique par transmission, il est donc possible d'étudier des échantillons massifs dont seule la surface est observée. Pratiquement, la surface de l'objet est balayée par un faisceau très fin d'ë, d'où le nom donné à l'instrument. Un récepteur recueille les ë réémis par la surface de l'objet et donne un signal qui, après amplification, module l'intensité d'un faisceau qui balaie un écran de télévision en synchronisme avec le balayage du faisceau d'ë. L'image obtenue sur l'écran de télévision donne avec une très grande profondeur de champ une vue tridimensionnelle de la surface de l'échantillon avec une résolution de l'ordre de 250A m. 2. Les conditions d'observation aux microscopes 2.1. Méthodes d'études par microscopie à lumière Les contraintes et les différentes étapes du traitement des échantillons

6 * Contraintes : - Epaisseur : Dans l'observation par transmission, qui est la plus employée, les rayons lumineux qui contribuent à la formation de l'image traversent l'objet. Ainsi, l'observation exige que l'objet soit de faible épaisseur pour être traversé. De plus, il faut éviter les superpositions des structures pour que l'image ne soit pas trop confuse. Cette épaisseur ne doit pas dépasser 2 à 5 µm > Comme nous l'avons vu, les dimensions des cellules sont plus grandes, il faut donc recourir aux méthodes de la microtomie = confection de coupes. - Contrastes : L'observation par transmission au microscope photonique, ne fournit des renseignements que si certaines régions de l'objet absorbent la lumière plus que d'autres, c'est à dire si cet objet présente des contrastes. Généralement les constituants cellulaires ont très peu de contrastes les uns par rapport aux autres ; aussi est-on obligé d'employer certains artifices pour augmenter ceux-ci. ----> Il est possible d'amplifier les très faibles différences de contrastes qui existent entre les différentes régions de la cellule en recourant à des montages optiques qui utilisent la nature ondulatoire de la lumière = cas du microscope à contraste de phase. ----> On peut d'autre part, créer artificiellement des contrastes au niveau de certaines structures cellulaires en réalisant des colorations. On exploite alors des combinaisons entre certains constituants biochimiques cellulaires et des produits absorbant certaines longueur d'onde de la lumière = colorants. La coloration des préparations biologiques est très largement utilisée. * Les différentes étapes du traitement : Des coupes de quelques microns d'épaisseur ne peuvent être réalisées que si la dureté de l'échantillon à couper est convenable. Les cellules ont une consistance visqueuse et sont beaucoup trop molles pour être coupées en tranches minces. Il faut donc les durcir artificiellement pour pouvoir les sectionner. Ceci est réalisable si l'on agit sur le constituant le plus abondant des cellules = l'eau. : ----> Ou bien on remplace l'eau par un autre liquide pouvant être durci dans certaines conditions = méthode d'inclusion ; ----> Ou bien on fait passer l'eau de l'état liquide à l'état solide = technique de congélation. Mais ces méthodes, qui permettent de durcir les cellules altèrent considérablement l'organisation cellulaire. C'est pourquoi il est nécessaire de consolider au préalable les structures par un ensemble d'opérations appelées fixation. Lorsque la condition de "fine épaisseur" est remplie, il faut ensuite contraster artificiellement l'échantillon = c'est l'étape de coloration. Chronologiquement ces différentes étapes s'enchainent ainsi : 1) fixation = consolider 2) inclusion = durcir 3) microtomie = couper 4) coloration = contraster La fixation Une fixation est un traitement chimique ou physique effectué sur des cellules vivantes et permettant de pratiquer ultérieurement certaines manipulations avec un minimum de dommages pour les structures cellulaires. En général la fixation entraine la mort des cellules, ce qui indique que la cellule a subi des perturbations, dont il conviendra de connaitre la nature et l'importance pour juger de la valeur de la fixation.

7 * Fixation par traitement chimique : La fixation par traitement chimique est réalisée en plaçant les cellules dans liquides que l'on appelle fixateurs. On classe les fixateurs en deux groupes selon leur action sur les protéines : - fixateurs coagulants, comme l'éthanol (CH3CH2OH), l'acide acétique (CH3COOH) dilué, les solutions aqueuses d'acide picrique (trinitrophénol) ou de chlorure mercureux (HgCl2) ; - fixateurs non coagulants comme les solutions aqueuses de tétroxyde d'osmium OsO4, ou d'aldéhydes (formaldéhyde, glutaraldéhyde, etc.). Les protéines étant, après l'eau, le constituant le plus abondant des cellules, ce dernier type de fixation est évidemment celui qui altère le moins les structures cellulaires. Il n'est pas difficile de concevoir que le mécanisme de la coagulation consolide les structures cellulaires. Par contre, on connait peu de choses sur le mécanisme d'action des fixateurs non coagulants. On pense qu'ils créent des ponts entre les molécules voisines. Ainsi le tétroxyde d'osmium peut réagir avec les doubles liaisons éthyléniques de molécules voisines selon le schéma suivant : Schéma écrit au tableau pendant le cours Les aldéhydes, comme la formaldéhyde ou la glutaraldéhyde, après avoir formé des composés d'addition avec les groupements -NH2 de molécules voisines, réalisent des ponts liant les molécules entre elles. Avec la formaldéhyde, par ex, le schéma de la réaction est le suivant : Schéma écrit au tableau pendant le cours Des ponts méthylénique entres chaines voisines peuvent également se créer au niveau de liaisons peptidiques : Schéma écrit au tableau pendant le cours Dans la pratique : On utilise des solutions aqueuses du fixateur (tétroxyde d'osmium à 1 ou 2 %, formaldéhyde ou glutaraldéhyde à 2 ou 5 %) tamponnées à un ph voisin de la neutralité. La durée de la fixation dépend de la taille de l'échantillon à fixer, de la vitesse de pénétration du fixateur dans les cellules, de la nature des cellules elles-mêmes. Pour des pièces cubiques de quelques millimètres de côté, le temps de fixation varie, selon le fixateur, de 30 minutes à plusieurs jours. Pour des cellules isolées, ces temps sont plus courts (de quelques minutes à une demi-heure). * Fixation par traitement physique : Le traitement physique le plus couramment utilisé pour la fixation est la congélation. La pièce à fixer est refroidie rapidement, soit par immersion dans un liquide à basse température (azote liquide -196 C), soit par détente à son niveau de gaz carbonique comprimé (-60 C). La congélation doit être rapide pour que les cristaux de glace qui vont se former ne soient pas trop gros, sinon ils risqueraient de déchirer les structures cellulaires. * Comparaison des performances : Les fixateurs coagulants conservent très mal les organites cytoplasmiques. Ils sont utilisés cependant en histologie lorsqu'il s'agit d'étudier des groupements cellulaires = tissus, sans chercher à mettre en évidence des détails de structure propre à chaque cellule. En cytologie, les fixateurs chimiques non coagulants donnent des résultats satisfaisants.

8 La meilleure technique reste cependant la congélation. En effet après congélation, certaines cellules, remises dans des conditions normales de température, reprennent leur activité, donnant ainsi la preuve que leurs structures n'ont pas été perturbées au point d'entrainer leur mort Durcissement de l'échantillon et obtention de coupes * Durcissement par inclusion : Il est obtenu en remplaçant l'eau des cellules par de la paraffine chaude qui durcit en refroidissant. Le remplacement de l'eau par la paraffine n'est pas directement possible, ces deux liquides n'étant pas miscibles. On doit en premier lieu substituer à l'eau des cellules fixées de l'éthanol, puis du toluène qui peut se mélanger à la paraffine liquide (chaude). Cette paraffine remplit dans les cellules les espaces préalablement occupés par l'eau. En refroidissant, la paraffine se solidifie et donne aux cellules une consistance qui permet de les débiter en coupes minces. * Durcissement par congélation : Il peut être effectué en même temps que la fixation par la même technique, ou bien en congelant des cellules déjà fixées par un traitement chimique. * Comparaison des performances : Le durcissement par inclusion entraine des modifications des structures puisqu'on remplace l'eau par des liquides polaires (éthanol et toluène) qui provoquent des extractions et en particulier la dissolution des lipides. Ce n'est pas le cas quand le durcissement est obtenu par congélation. * Obtention de coupes : Les blocs de paraffine ou les blocs de glace contenant les cellules congelées, sont coupés en tranches à l'aide d'appareils appelés microtomes. Lorsqu'on travaille avec des échantillons congelés, le microtome est équipées d'une enceinte maintenue à -20 C. Dans les deux cas, inclusion à la paraffine ou congélation, la lame servant à trancher est un rasoir d'acier. Après inclusion à la paraffine, on peut réaliser des coupes de 2 à 5 µm, alors qu'après congélation, on peut obtenir au mieux des coupes de 5-10 µm Obtention de contrastes et observation Une fois les coupes réalisées, on peut procéder à l'obtention de contrastes. Les contrastes peuvent être augmentés en utilisant le microscope à contraste de phase ou en pratiquant des colorations. * Il existe de nombreux colorants et on peut les regrouper, dans un 1er temps, en deux catégories : - les colorants vitaux : ne tuent pas la cellule ou pas immédiatement ; ils sont cependant +/- toxiques, parfois ils entrainent malgré tout la formation d'artéfacts. Ces colorants sont peu nombreux (ex rouge neutre) ; - les colorants incompatibles avec la vie : leur emploi nécessite une fixation préalable de la cellule pour consolider les structures cellulaires. Ils permettent toutefois une observation assez fine grâce à de meilleurs contrastes. La gamme de ce type de colorants = utilisables pour des cellules fixées, est très étendue. * Colorant = molécule qui a la propriété d'absorber certaines longueurs d'onde de la lumière et de conférer une couleur au composant qui l'a lié. Toutes les molécules de colorant portent :

9 l un groupement chromophore qui absorbe certaines longueurs d'onde et qui confère la couleur ; l un groupement auxochrome qui permet la liaison à certains constituants cellulaires, les colorants peuvent donc avoir une affinité élective pour un type de constituants cellulaires. On distingue les colorants acides = possèdent un groupement auxochrome anionique (ex : COO - ) qui se fixe sur des constituants cellulaires dits alors acidophiles (= de nature basique); et les colorants basiques qui portent un groupement auxochrome cationique (ex : NH3 + ) qui se fixent sur des constituants cellulaires dits alors basophiles (= de nature acide). * La coloration peut être : - simple = utilisation d'un colorant unique pour contraster ; - combinée = utilise plusieurs colorants ; - progressive = on arrête la coloration au bout d'un temps précis, mis au point pour que la coloration soit optimale ; - régressive = on surcolore et on enlève ensuite l'excès de colorant au moyen d'un différenciateur = solvant du colorant utilisé. * Les étapes de la coloration : On procède en trempant successivement la lame de verre supportant la coupe dans des bains. 1) Les coupes sont collées sur des lames de verre à l'aide d'une solution protéique (albumine ou gélatine) : en chauffant la protéine coagule et fixe la coupe à la surface du verre. 2) On enlève ensuite la substance d'inclusion : on substitue d'abord la paraffine par le toluène, puis le toluène par l'éthanol (on s'arrête là si le colorant utilisé est en solution alcoolique)et finalement l'alcool par de l'eau (si le colorant utilisé est en solution aqueuse). 3) On procède à la coloration à l'aide du ou des colorants, avec une étape de rinçage entre chaque étape de coloration. 4) On monte la préparation en la plaçant sous une lamelle, dans un milieu possédant un indice de réfraction convenable et on observe au microscope photonique Valeurs des observations Pour juger de la valeur des observations, il convient de se demander si les aspects observés sur les coupes existent réellement dans les cellules vivantes. En effet des remaniements peuvent se produire au cours des traitements de fixation et d'inclusion et donner naissance à des structures différentes de ce qu'elles étaient dans la cellule vivante. On désigne sous le nom d'artefacts ces structures créées artificiellement. Comment faire pour juger? - Pour cellules se prêtant à l'observation sur le vivant (ex : cellules isolées ou monocouche de cellules) : on regarde si pas différences morphologiques entre ces cellules vivantes et ces mêmes cellules fixées. Si pas de différences = la technique de fixation est bonne. - Pour des cellules ne se prêtant pas à l'observation sur le vivant (cf. nécessité de faire coupe car appartiennent à des tissus), on est amené à faire des extrapolations en testant les fixateurs sur d'autres catégories cellulaires (cellules isolées ou en couche mince). - On peut aussi utiliser des techniques différentes pour préparer un échantillon, si elles produisent toutes la même image, il est vraisemblable que cette image représente une structure réelle et non un artéfact Méthodes d'études par microscopie électronique Les contraintes et les différentes étapes du traitement des échantillons * Contraintes :

10 - Dans un microscope électronique, les électrons se déplacent à l'intérieur d'une enceinte où règne un vide poussé, de l'ordre de 10-5 mm de mercure. Cette nécessité fait que seules peuvent être observées des substances non volatiles sous cette faible pression. - D'autre part, les spécimens sont soumis à un bombardement d'électrons, dont le premier effet est d'élever leur température. Il faut donc que les échantillons résistent à cet échauffement sous vide. - Le pouvoir de pénétration des électrons est très faible, or l'image est formée par les électrons qui traversent l'échantillon Donc, l'épaisseur des échantillons ne doit pas dépasser le dixième de micromètre pour profiter au mieux du pouvoir séparateur de l'appareil (il est de l'ordre de 5A ) > Les conditions d'observation imposées par le microscope rendent impossible l'observation de cellules vivantes. * Préparation de l'objet : - Les cellules sont riches en composés volatils, en particulier l'eau. Il est donc nécessaire d'effectuer au préalable une déshydratation pour éviter les bouillonnements tumultueux au moment où l'on fait le vide dans l'appareil. - Comme on l'a vu à propos de l'observation au microscope photonique, cette déshydratation ne peut être effectuée sans dommage que si les cellules ont été fixées auparavant. - Par ailleurs, l'épaisseur des spécimens observés devant être de l'ordre du 1/10 du micron, seuls peuvent être examinés des objets de petite dimension ou des coupes faites dans des échantillons plus massifs. - Enfin l'observation des spécimens par transmission ne donne des renseignements que si certaines régions diffusent plus les électrons que d'autres et présentent donc des contrastes. On doit augmenter le contraste des objets biologiques en intégrant aux structures des éléments de numéro atomique élevé qui diffusent fortement les électrons. Cette opération est appelée improprement "coloration" par analogie avec la technique employée en microscopie à lumière > 1) fixation ; 2) déshydratation ; 3) durcissement ; 4) coupes ; 5) obtention de contrastes Observation d'objets de petite taille * Observation en microscopie électronique par transmission : - Il existe des matériaux biologiques dont la taille est compatible avec une observation directe par transmission : virus, macromolécules, flagelles bactériens, organites... - Pour être introduits dans le microscope électronique, ces objets doivent être déposés sur une membrane support transparente aux électrons de 100 à 200 angströms (Äm) d'épaisseur environ (membrane de carbone ou d'un polyvinyle comme le formvar). Ce support est lui-même soutenu par une grille de cuivre de 3 mm de diamètre à maille fine (maille de 100 à 300 µm de côté). Le rôle de la grille recouverte de sa membrane support est comparable à celui des lames porte-objet en verre de la microscopie à lumière. - On dépose sur la membrane une gouttelette d'eau contenant en suspension les objets à étudier. - On déshydrate les objets à observer par dessiccation et ils se collent contre la membrane support. - En général, le contraste des objets étant faible, il est nécessaire d'utiliser certains artifices pour les rendre apparents. Deux techniques peuvent être utilisées : Technique de l'ombrage = vaporisation sous vide des métaux avec une direction faisant un angle faible avec le plan de la préparation (= sous incidence rasante). Les vapeurs métalliques viennent se déposer sur la membrane-support et à la surface des objets, mais chaque objet forme un obstacle au dépôt métallique. On obtient ainsi un effet d'ombre sur la membranesupport. D'où le nom d'ombrage donné à cette technique.

11 Technique de coloration négative : on place les objets dans une solution aqueuse d'acide phosphotungstique et on dépose une gouttelette de cette suspension sur une grille recouverte d'une membrane-support. L'eau s'évaporant, il se fait autour des objets un dépôt d'acide phosphotungstique opaque aux électrons (le tungstène est un atome de numéro atomique élevé). Ce dépôt épouse étroitement les contours des objets et souligne ainsi avec une grande finesse tous les détails de sa surface. A l'observation, les objets apparaissent clairs sur un fond sombre. Cette méthode, qui revient à augmenter le contraste de l'entourage des objets et non celui des objets eux-mêmes, est appelée coloration négative. Elle est particulièrement employée pour l'étude de la morphologie des virus. * Observation en microscopie électronique à balayage : Les échantillons devant être placés sous vide pour l'observation, il est nécessaire dans le cas de spécimens biologiques riches en eau de les déshydrater. Mais auparavant il faut que les structures aient été consolidées par une fixation préalable. La déshydratation doit introduire le minimum de changements dans la configuration superficielle de l'objet. - Quand il s'agit de spécimens peu hydratés tels que les grains de pollen ou des cytosquelettes minéraux de microorganismes variés, il suffit d'opérer par dessiccation. - par contre, dans le cas de cellules très hydratées, comme des protozoaires ou des tissus, les échantillons sont congelés, puis la glace est sublimée sous vide. - Les échantillons biologiques déshydratés sont isolants. Il convient donc de rendre leur surface conductrice pour éviter qu'elle ne se charge lors de l'irradiation par le faisceau d'électrons qui la balaye. Ceci est obtenu en vaporisant sous vide une mince couche d'or ou de platine sur toute la surface de l'échantillon Observation de coupes minces Les objets de petite taille qui peuvent être regardés directement au microscope électronique ne représentent qu'un domaine limité ; en effet les cellules sont trop épaisses pour que l'on puisse étudier leur ultrastructure au microscope électronique sans les sectionner au préalable. L'épaisseur des coupes ne doit pas dépasser 1/10 µm. Elles sont appelées coupes minces en comparaison des coupes réalisées pour l'observation en microscopie à lumière. La réalisation des coupes minces amène à effectuer un certain nombre d'opérations comparables, dans leur principe, à celles décrites en microscopie photonique : fixation, durcissement (inclusion ou congélation), microtomie et "coloration". * Fixation : La fixation est faite par traitement chimique, soit par traitement physique. Fixation par traitements chimiques : Seuls sont utilisés des fixateurs non coagulants (tétroxyde d'osmium et aldéhydes). Ces fixateurs sont employés en solution aqueuse à un ph voisin de la neutralité. De plus, leur concentration, ainsi que celle du tampon sont calculées pour que la molarité du fixateur soit voisine de celle du milieu dans lequel elles vivent. Le plus souvent deux fixations successives sont effectuées : une fixation aldéhydique suivie d'une fixation post-osmique. Fixation par traitement physique : Ce type de fixation est pratiqué par congélation. Pour éviter que la formation de cristaux de glace

12 à l'intérieur des cellules ne vienne bouleverser et déchirer les structures, on essaie de faire passer l'eau directement de l'état liquide à l'état solide amorphe, sans qu'il y ait formation de cristaux. Ceci peut être obtenu en congelant très rapidement les cellules, mais dans ce cas, seules les cellules isolées peuvent être convenablement congelées. Quand il s'agit d'échantillons plus massifs, la congélation est plus lente et la formation des cristaux peut alors être inhibée en traitant les cellules par une substance protectrice non toxique comme le glycérol (on utilise aussi, en cryoconservation des cellules, le diméthylsulfoxyde = DMSO). Avant d'être congelés les tissus sont placés dans une solution physiologique contenant du glycérol à 20 % qui pénètre dans les cellules, empêchant la cristallisation de l'eau. Pratiquement, après avoir incubé 30 min dans la solution de glycérol les petits fragments de tissus sont plongés dans du fréon liquide à C. * Durcissement : On peut pratiquer soit le durcissement par inclusion, soit par congélation. Inclusion : Comme pour la microscopie à lumière, le durcissement des échantillons est obtenu en remplaçant l'eau des cellules par un liquide que l'on fait solidifier ultérieurement. Les milieux d'inclusion sont des matières plastiques très dures lorsqu'elles sont polymérisées et qui permettent de faire des coupes plus minces qu'avec la paraffine. Les plus employées sont des résines époxy : araldite ou épon. Ces résines n'étant pas hydrosolubles, on substitue à l'eau des cellules fixées de l'alcool éthylique dans lequel les résines sont miscibles. En présence d'un catalyseur, la résine durcit à chaud et on obtient ainsi des blocs d'une dureté suffisante pour réaliser des coupes de 500 à 1000 Äm d'épaisseur. Congélation : Le durcissement par congélation peut être aussi pratiqué soit sur des cellules préalablement fixées par des agents chimiques, soit sur des cellules vivantes congelées rapidement, la fixation et le durcissement étant alors réalisés simultanément. * Confection de coupes : Les coupes sont faites à l'aide de microtomes perfectionnés = ultramicrotomes, sur lesquels sont adaptés des rasoirs de verre ou de diamant. Quand il s'agit de spécimens durcis par congélation, le bloc et le rasoir sont maintenus à base température. A mesure qu'elles sont débitées, les coupes viennent s'étaler à la surface d'un liquide (eau ou milieu liquide à basse température quand il s'agit de coupes faites à congélation). Les coupes sont ensuite recueillies sur des grilles de cuivre dont le rôle est comparable à celui de la lame porteobjet du microscope à lumière (voir planche). Les coupes minces ainsi réalisées ne doivent pas excéder 0,1 µm d'épaisseur * Obtention de contrastes : Les objets biologiques présentent un faible contraste aux électrons, aussi est-on amené à augmenter celui-ci. Il n'est pas nécessaire d'enlever la résine d'inclusion pour "colorer" les coupes et pour les observer. L'augmentation des contrastes s'obtient par combinaison d'éléments de numéro atomique élevé avec certains constituants biochimiques des ultrastructures. Cette coloration est réalisée avant l'observation en plongeant pendant quelques minutes les grilles supportant les coupes dans des solutions de sels de plomb, de tungstène ou d'uranium. Quand les cellules ont été fixées au tétroxyde d'osmium, le fixateur agit également comme colorant, mais le contraste est habituellement renforcé par une coloration ultérieure des coupes. Comme dans le cas de la microscopie à lumière, il existe des méthodes de coloration qui permettent de contraster spécifiquement certains constituants biochimiques des cellules.

13 Les grilles supportant les coupes contrastées sont introduites dans le microscope. Seules peuvent être étudiées les régions des coupes situées entre les barreaux de la grille-support.

14 Observation de coupes épaisses Les images obtenues en observant des coupes minces sont souvent difficiles à interpréter quand il s'agit de reconstituer l'architecture spatiale des organites ou les rapports des organites entre eux dans les cellules. * L'étude de coupes successives dites sériées permet de faire des reconstitutions tridimensionnelles, mais dans des conditions techniques longues et difficiles à réaliser. * L'observation de coupes épaisses est le moyen le plus naturel pour comprendre la disposition des structures dans l'espace. Aux tensions de 80 à 10 kv qui sont celles des microscopes électroniques commerciaux les plus courants, il est possible d'observer des coupes de 0,5 à 1 µm, qui peuvent être traversées par le faisceau d'électrons, mais la résolution est alors moins bonne pour des épaisseurs plus importantes en raison de la valeur élevée de l'aberration chromatique sous ces tensions. L'utilisation de microscopes électroniques à haute tension fonctionnant sous 1 à 3 millions de volts rend possible l'étude à l'échelle ultrastructurale des coupes épaisses de plusieurs micromètres compte tenu du grand pouvoir de pénétration des électrons à ces tensions et de la faible valeur de l'aberration chromatique. Comme dans le cas des microscopes fonctionnant sous 100 kv, les structures doivent être contrastées par des éléments de numéro atomique élevé, mais dans le cas des coupes épaisses, il convient d'utiliser des méthodes qui colorent sélectivement un nombre limité d'organites pour éviter les superpositions qui rendraient très difficile l'interprétation des images Valeur des observations Il convient de se demander si les détails structuraux révélés lors de l'observation au microscope électronique existent réellement dans les cellules ou s'ils ne sont pas des artéfacts. L'observation des cellules vivantes n'est pas possible au microscope électronique, on doit recourir à d'autre méthodes pour juger de la valeur des diverses techniques de préparation. Lorsqu'il s'agit de structures orientées ou périodiques qui peuvent être mises en évidence sur le vivant par microscopie en lumière polarisée ou par diffraction aux petits angles, on peut comparer les informations obtenues par ces méthodes à celle que donne l'observation de ces mêmes structures au microscope électronique. Diffraction des rayons X aux petits angles : Les rayons X, de même que la lumière, sont diffractés par la matière. Dans le cas des rayons X, les centres diffractants sont les atomes composant les molécules. Lorsque les centres diffractants sont équidistants les uns des autres, les rayons X diffractés font avec le faisceau incident un angle bien défini. La valeur de cet angle est inversement proportionnelle à la distance séparant les centres diffractants. Cette distance est appelée période et les structures renfermant des centres diffractants équidistants sont dites structures périodiques. - Lorsque la période est < 40 Äm : les angles que font les rayons diffractés avec le rayon incident sont grands (> 5 ), on parle de diffraction aux grands angles. La diffraction aux grands angles permet de mesurer les distances entre atomes d'une même molécule et d'en reconstituer la structure tridimensionnelle. - Lorsque la période est comprise entre 40 Äm et 1000 Äm : les angles que font les rayons diffractés avec le rayon incident sont petits (< 5 ), on parle de diffraction aux petits angles. La diffraction aux petits angles permet de mesurer la distance entre des molécules semblables rangées en structures périodiques. C'est la diffraction aux petits angles qui nous intéresse dans le cadre de l'étude des ultrastructures cellulaires (= arrangement de molécules).

15 Voir planche Pratiquement, on fait arriver un faisceau de rayons X sur un spécimen et les rayons diffractés viennent impressionner une plaque photo placée derrière celui-ci. Connaissant la distance entre le spécimen et la plaque photo ainsi que la direction du faisceau incident, il est possible de calculer les angles des rayons diffractés par rapport au faisceau incident. De ces mesures on déduit la période des centres diffractants. Grâce au grand pouvoir de pénétration des rayons X on peut étudier, par cette méthode des échantillons relativement épais et travailler sur des groupes de cellules importants (muscle alaire de mouche, muscle de la patte d'une grenouille). Un autre intérêt de cette méthode est de permettre d'effectuer ces mesures sur des échantillons vivants. Comme l'étude de la biréfringence avec la microscopie en lumière polarisée, l'étude de la diffraction des rayons X aux petits angles rend possible une comparaison entre ultrastructures à l'état vivant et les ultratructures après l'action des fixateurs. Lorsqu'il s'agit de structures non orientées et non périodiques, la méthode du cryodécapage permet de faire ces contrôles. Cryodécapage : cryo =froid et décapage : on doit retrouver ces deux éléments dans la description de la technique. 1) Le principe de cette méthode consiste à congeler rapidement une suspension de cellules ou un fragment de tissu, ce qui on le sait introduit très peu d'artéfacts puisque la congélation ne tue pas les cellules. 2) Le spécimen congelé est alors introduit dans ue enceinte où l'on fait le vide et où il est fracturé par une lame métallique elle-même refroidie. La surface de la fracture suit préférentiellement les reliefs membranaires qui existent dans les cellules. La fracture se propage dans les zones les moins résistantes de la cellule = entre les deux feuillets des bicouches lipidiques des membranes. 3) Les irrégularités superficielles de la fracture sont ensuite accentuées en sublimant la glace dans cette région, ce qui réalise un décapage à froid de la surface, d'où le nom donné à la méthode. 4) On effectue alors un dépôt métallique sur la surface décapée en vaporisant, sous incidence rasante, du platine, ce qui consiste à faire un ombrage. 5) Le dépôt métallique est ensuite consolidé par une vaporisation de carbone perpendiculairement à la surface décapée ombrée. On obtient ainsi une réplique ombrée de la surface de fracture. 6) L'échantillon, qui pendant toutes ces opérations, a été maintenu à basse température (d'où le préfixe cryo = froid) est ensuite réchauffé et sorti de l'enceinte où il était sous vide. On dissout alors par l'acide sulfurique et l'eau de Javel, les débris cellulaires qui adhèrent à la réplique. 7) La réplique ombrée est recueillie sur une grille de cuivre, et observée au microscope électronique. L'examen de la réplique démontre l'existence à l'intérieur des cellules d'ultrastructures présentes au moment de la congélation alors que n'ont pas été appliqués les différents traitements nécessaires à l'obtention de coupes.

16 2ème PARTIE : METHODES D'ETUDE DE LA COMPOSITION BIOCHIMIQUE DES CELLULES Ces méthodes permettent de connaitre la nature mais aussi la localisation des constituants biochimiques de la cellule. Selon les recherches envisagées, les matériels cellulaires sont différents. 1. Les matériels cellulaires 1.1. Cellules entières ou coupes de cellules Voir ce que sont les coupes cellulaires et les différentes étapes de leur confection dans la première partie du chapitre Broyats cellulaires = homogénats cellulaires * Pour obtenir un broyat cellulaire = homogénat cellulaire on peut partir, soit d'une suspension de cellules, soit de fragments de tissu. * Homogénat cellulaire = organites en suspension + débris cellulaires (fragments d'ultrastructures) + constituants biochimiques en solution. * Différentes techniques sont utilisables : Elles peuvent d'ailleurs se combiner pour une meilleure efficacité. - Mortier + abrasif : Cette méthode s'adresse à des fragments de tissus. Les morceaux de tissu sont très souvent congelés immédiatement par immersion dans de l'azote liquide (- 196 C) ou de la carboglace (CO2 liquide, - 80 C) afin de les durcir. L'abrasif utilisé est souvent le sable de Fontainebleau de granulométrie régulière et très fine. - Mixeur : ex : le disperseur ultra-turrax C'est un appareil muni de pales en rotation. - Le Potter-Elvehjem : Il est constitué d'un tube de verre et d'un piston en plastique tels que l'espace annulaire entre le piston et la paroi du tube ne soit que de quelques dixièmes de mm. Le piston tourne à 1000 ou 2000 tours/min et en même temps que le piston tourne, on fait aller et venir le tube verticalement. Les cellules qui passent entre le piston et la paroi du tube sont alors soumises à des forces de cisaillement qui amènent leur éclatement. - Le choc osmotique : On place les cellules dans un milieu hypotonique. Le milieu intracellulaire étant plus concentré qu'à l'extérieur, l'eau entre de façon massive à l'intérieur des cellules sous l'effet de l'osmose. Le volume cellulaire augmentant, la membrane plasmique n'y résiste pas et la cellule éclate. Lorsque les cellules sont délimitées par une paroi, celle-ci peut protéger les cellules de la lyse car la présence de la paroi (contre laquelle vient se plaquer la mb plasmique) crée une force de turgescence qui s'oppose à l'entrée de l'eau par osmose. Pour neutraliser l'intervention de la paroi, on la digère au préalable en plaçant les cellules dans une

17 solution isotonique tamponnée contenant des enzymes capables d'hydrolyser les constituants pariétaux : ex : cellulases et pectinases pour les cellules végétales : ex : lysozyme pour les cellules bactériennes ; ex : chitinase pour levures et moisissures. - Vibrateur ultrasonique : Cet appareil émet des ultrasons dont on peut régler la fréquence et l'intensité en fonction du matériel cellulaire étudié. La membrane plasmique se rompt sous l'effet des vibrations engendrées par la propagation des ondes. Comme pour le choc osmotique, des cellules débarrassées de leur paroi seront fragilisées et donc plus facilement lysées avec ce type de technique. * Conditions de manipulation : - On met l'échantillon biologique dans une solution tamponnée et isotonique ou légèrement hypertonique (sauf pour la technique du choc osmotique). De façon à ne pas altérer les structures cellulaires. - On travaille entre 0-4 C, afin d'empêcher tout fonctionnement enzymatique. En effet la compartimentation cellulaire n'est pas entièrement conservée cf. un certain nombre d'organites sont abîmés. Leur structure n'étant plus intacte, ils libèrent des enzymes capables de catalyser certaines dégradations indésirables (ex : activité hydrolases stockées dans les lysosomes). La préparation d'homogénats cellulaires est donc réalisée en chambre froide ou bien on place le récipient contenant l'échantillon biologique dans un bain de glace pilée Fractions cellulaires Si l'on veut connaitre la composition biochimique des organites cellulaires, il faut les isoler les uns des autres. La purification d'organite passe par l'obtention de fractions cellulaires. On parle de techniques de fractionnement cellulaire = isolement d'organites cellulaires. Le fractionnement cellulaire est réalisé à partir d'un homogénat cellulaire (voir ci-dessus) * Principe de la séparation des organites cellulaires : Le fractionnement cellulaire est basé sur la différence de densité des organites. On peut à partir d'un homogénat cellulaire laisser sédimenter les organites, et observer que leur vitesse de sédimentation est différente car leur densité diffère : - les + denses sédimentent les premiers ; - les moins denses sédimentent par la suite. La vitesse de sédimentation répond à l'équation suivante : V = Kr 2 (d p - d m )g c'est une vitesse V = dx/dt exprimée en m/s V = vitesse de sédimentation K = facteur qui dépend de la viscosité du milieu dans lequel sont en suspension les organites r = rayon de la particule considérée comme sphérique d p = densité de la particule d = (masse d'un vol. d'un corps x)/(masse du même vol. d'eau) d m = densité du milieu g = accélération de la pesanteur Kr 2.(dp - d m) = coefficient de sédimentation dont l'unité est la seconde. Comme les valeurs des coefficients de sédimentation sont très petites, on les exprime plutôt en unités SVEDBERG (S) pour lesquelles 1 unité S = seconde La différence de densité des organites de la cellule est très faible, ce qui impliquerait une séparation

18 longue dans le temps. On utilise donc la centrifugation pour remplacer la pesanteur par une force centrifuge. L'accélération des particules sous l'effet de l'attraction terrestre, g, est remplacée par une accélération plus élevée notée,?. L'équation donnant la vitesse de sédimentation devient : V = Kr 2.(d p - d m ).? Dans une centrifugeuse on a? =? 2 r avec? = vitesse angulaire exprimée en radian/seconde r = distance qui sépare la particule de l'axe de rotation La vitesse d'une centrifugeuse est souvent exprimée en rpm = rotation par minute. Ainsi,? = (rpm.2?/60) 2.r on a converti rpm en radian/seconde L'accélération? à laquelle on soumet les organites est généralement exprimée en multiples de g : (on dit, par exemple, centrifugation à x 1000 g) avec g = 9,81 m/s. D'où l'accélération? exprimée en multiples de g devient :? = (rpm.2?/60) 2.r/9,81? = (rpm) 2.(2?/60) 2.r/9,81? = (rpm) 2.r.(2?/60) 2 /9,81? = (rpm) 2.r.1, Le rayon qui sépare la particule de l'axe de rotation est généralement relevé en cm :? = (rpm) 2.r/100.1, on a converti r mesuré en cm en m? = (rpm) 2.r.11, ? = 11,17.r.(rpm) ? = 11,17.r.(rpm/1000) 2? = RCF = Relative Centrifuge Force = 11,17.r.(rpm/1000) 2 avec r en cm, rpm = rotation par min, L accélération ainsi calculée est exprimée en multiples de g * L'ultracentrifugation différentielle : C'est à Albert CLAUDE que l'on doit cette technique. On l'appelle ultracentrifugation différentielle car basée sur la différence de vitesse de sédimentation des organites, elle-même reposant sur différence de densité des organites ; et ultra pour désigner que exploitation de faibles différences (comme pour ultrastructure) et utilisation d'accélérations importantes. On procède en deux temps : 1) fabrication d'un homogénat cellulaire 2) ultracentrifugation différentielle. Les centrifugations sont réalisées en milieu refroidi et on doit donc disposer d'un équipement spécial = ultracentrifugeuse réfrigérée. Pratiquement la technique consiste à soumettre un homogénat de tissu à des centrifugations successives de plus en plus rapides. Les accélérations et les temps de centrifugation sont à adapter en fonction de la nature du matériel biologique étudié. * L'ultracentrifugation sur gradient de densité : Cette technique permet de séparer en une seule fois des organites qui ont des vitesses de sédimentation très voisines (cf. très faibles différences de densité). On travaille dans un milieu présentant un gradient de densité, d'où le nom donné à la technique.

19 Principe : On a vu précédemment que la vitesse de sédimentation est fonction de la différence (dp - dm), or quand dp = dm Vsed = 0, l'organite s'immobilise ainsi dans la zone ou couche de gradient de densité qui correspond à sa propre densité. Les différents organites vont donc s'étager sur toute la hauteur du tube de centrifugation. La technique de centrifugation différentielle intervient rarement à partir d'un homogénat cellulaire, mais elle est plutôt pratiquée après l'ultracentrifugation différentielle à partir d'une fraction cellulaire donnée afin de la purifier. On travaille généralement sur un gradient de saccharose pour la purification d'organites (il existe une centrifugation sur gradient de chlorure de césium pour séparer des molécules d'acides nucléiques : différences de densités exploitées sont très fines Confection du gradient : Il est réalisé dans le tube à centrifuger avant le dépôt de la fraction cellulaire à analyser et la centrifugation (en centrifugation sur gradient de chlorure de césium le gradient de densité s'établit pendant la centrifugation). Le dispositif utilisé est le suivant : Voir schéma donné pendant le cours * Vérification de la pureté des fractions : - Cette vérification peut se faire par une observation au microscope électronique, mais cette technique n'est pas réalisable par tous les types de laboratoire amenés à effectuer du fractionnement cellulaire ; - on peut alors rechercher les activités enzymatiques connues pour être compartimentées spécifiquement à l'intérieur d'un organite donné : ex une enzyme mitochondriale détectée dans une fraction "noyau" est le signe de la présence de mitochondries, c'est à dire d'une contamination, donc d'une pureté imparfaite. 2. Les méthodes 2.1. Les méthodes d'analyse et de dosage biochimiques Elles sont appliquées soit à des homogénats, soit à des fractions cellulaires à partir desquels on obtiendra des extraits bruts = constituants biochimiques en solution. Elles consistent à rechercher la nature et la concentration des constituants biochimiques : glucides, lipides, protéines et acides nucléiques. Elles sont très nombreuses (voir TP Techno. d'ana.) et concernent les techniques d'extraction, de purification, de caractérisation et de dosage Les méthodes cytochimiques Ces méthodes permettent de localiser les constituants biochimiques à l'intérieur des cellules. Ces méthodes s'adressent à des coupes. Différents exemples vont être donnés en illustration. * ex : localisation de polysaccharides : réaction à l'aps APS = Acide Périodique - réactif de Schiff C'est la méthode la plus employée pour localiser les polysaccharides dans la cellule. Elle se réalise sur des coupes tissulaires en deux temps : 1) oxydation des polysaccharides par l'acide périodique IO4H. Il y a alors formation de fonctions aldéhydes à partir de certaines fonctions alcool (= groupement hydroxyle) des oses qui constituent

20 les polyholosides. La coupe est trempée dans un bain d'ap. 2) mise en évidence des fonctions aldéhydes apparues par le réactif de Schiff. La coupe est immergée dans un bain de réactif de Schiff. On obtient une coloration rouge dans les régions cellulaires riches en polysaccharides. La coupe est ensuite observée au microscope photonique par transmission. 3) Pour connaitre la nature des polysaccharides détectés dans les différentes régions de la préparation, on effectue au préalable une digestion enzymatique. La coupe est trempée dans une solution tamponnée d'une enzyme donnée (ex. la glycogénase). Puis on réalise la réaction APS. On compare la première lame et de la seconde, et on recherche les zones dans lesquelles la coloration rouge a disparu. On en déduit alors la localisation du polysaccharide recherché (ex glycogène). * ex : localisation d'acides nucléiques : test de Brachet et réaction de Feulgen Cette technique est employée pour localiser les acides nucléiques dans la cellule. Elle est toujours réalisée à partir de coupes. Ce test combine : l une méthode de coloration au mélange [vert de méthyle + pyronine] : l vert de méthyle ----> ADN vert l pyronine ----> ARN rouge l l'emploi d'enzymes capables d'hydrolyser de façon spécifique soit l'adn soit l'arn, càd DNase et RNase. Le traitement par les nucléases est nécessaire pour vérifier la spécificité de la coloration, car la coloration au vert de méthyle-pyronine n'est pas très spécifique. coupe A sert de témoin et n'est pas traitée par les nucléases ; coupe B est traitée par la DNase ; coupe C est traitée par la RNase. Puis ces trois coupes sont colorées par le mélange vert de méthyle-pyronine et sont observées au microscope photonique par transmission. l noyau contient ADN (chromatine) et ARN (nucléole bien visible, mais transcription partout aussi) ; l cytoplasme contient ARN pas d'adn (l'adn mitochondrial et chloroplastique n'est pas visible à l'intérieur de ces organites car sont rarement observables en microscopie photonique). * Localisation d'antigènes (Ag) et d'anticorps (Ac) : utilisation des "outils anticorps" Ce sont des méthodes très générales car à partir du moment où on a l'ac on peut localiser n'importe quel Ag c'est à dire n'importe quelle molécule. Ces méthodes reposent donc sur la propriété de reconnaissance spécifique des anticorps. On travaille toujours à partir de coupes tissulaires. La méthode se déroule en deux temps : - 1) formation du complexe Ag-Ac = complexe immun : la coupe est trempée dans un bain contenant l'anticorps en solution ; - 2) révélation de la présence des complexes immuns : utilisation d'outils immunologiques marqués, par exemple anti-anticorps = anti-immunoglobuline = anti-ig = antiglobuline marquée. Il existe différentes façons de marquer les "anticorps révélateurs" : - par des enzymes capables d'utiliser un substrat chromogène c.à.d. capable de donner un produit coloré détectable ----> observation en microscopie photonique par transmission ; - par des fluorochromes ----> observation au microscope à fluorescence ; - par des radioisotopes ----> autoradiographie (voir plus tard) puis observation de la coupe et de la plaque photographique en parallèle au microscope photonique ou électronique.

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BIOLOGIE CELLULAIRE Présentés par Mr CHELLI A.

TRAVAUX PRATIQUES DE BIOLOGIE CELLULAIRE Présentés par Mr CHELLI A. TP N 1 DE BIOLOGIE CELLULAIRE : INITIATION A LA MICROSCOPIE Introduction : L œil humain ne peu distinguer des objets mesurant moins de 0,2 mm. Le microscope devient donc nécessaire pour l observation de

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Les plans d organisation cellulaire

Les plans d organisation cellulaire FICHE I 1 Les plans d organisation cellulaire La cellule, unité structurale et fonctionnelle du vivant Tous les êtres vivants sont constitués d unités invisibles à l œil nu : les cellules. Cette notion

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

09 LES LENTILLES ET L ŒIL

09 LES LENTILLES ET L ŒIL CH I- 09 LES LENTILLES ET L ŒIL PRESENTATION DES LENTILLES 11- Qu est ce qu une lentille?. Une lentille est formée d une matière transparente (verre ou plastique) délimitée par deux surfaces lisses dont

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes

LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes Marc Moreau, Directeur de recherche CNRS Catherine Leclerc, Chargé de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement, UMR 5547, Université Paul Sabatier, 118 route de

Plus en détail

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE MORPHOLOGIQUE (MO-MET) Utilisation du tétrachrome. Dans l adénohypophyse en relation avec la post

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie)

F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie) F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie) I - Montage : Il comporte 3 parties : le banc de mise en forme du faisceau (réalisation d un faisceau parallèle, large et homogène),

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission

Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission Valérie Messent Lobservation de tissus vivants en microscopie électronique à transmission impose des techniques de préparations

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente Première S Chapitre mages formées par les systèmes optiques.. mage donnée par un miroir.. Lois de la réflexion Soit un rayon lumineux issu dun point lumineux S et qui rencontre en le miroir plan M. l donne,

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

3B SCIENTIFIC PHYSICS

3B SCIENTIFIC PHYSICS 3B SCIENTIFIC PHYSICS Jeu d optique laser de démonstration U17300 et jeu complémentaire Manuel d utilisation 1/05 ALF Sommaire Page Exp. n o Expérience Jeu d appareils 1 Introduction 2 Eléments fournis

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière I. Réfraction de la lumière A. Mise en évidence expérimentale 1. Expérience 2. Observation - Dans l air et dans l eau, la lumière se propage en ligne droite. C est le phénomène de propagation rectiligne

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

Microscopie électronique en biologie

Microscopie électronique en biologie Microscopie électronique en biologie Objectif de la microscopie en biologie Imager des structures, Co-localiser les protéines ou certaines molécules Acquisition In vivo A haute résolution Microscopie électronique

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain OPTIQUE GEOMETRIQUE 1 Pour former l'image de la réalité, on utilise un système optique, généralement constitué d'un objectif (système réfractant). Le système optique complet est plus complexe pour certaines

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN)

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Année (une) : durée de la révolution de la Terre autour du Soleil. Une année est égalée 365,25 jours. Aqueux (adj.): se dit d'un mélange dont le constituant

Plus en détail

1. Méthodes d'études en histologie

1. Méthodes d'études en histologie 1. Méthodes d'études en histologie 9 1. Méthodes d'études en histologie 1. Quel(s) ordre(s) est(sont) possible(s) pour l analyse histologique A. Fixation, macroscopie, inclusion, coupe, coloration, B.

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre II-3 La dioptrique

Chapitre II-3 La dioptrique Chapitre II-3 La dioptrique A- Introduction Quelques phénomènes causés par la réfraction de la lumière : quelqu'un dans une piscine semble plus petit... un règle en partie immergée semble brisée... un

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!!

FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!! FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!! Copyright 2007 Refextra Tous droits réservés, La lentille de Fresnel LE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT L'objectif de Fresnel a été inventé par Augustin

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

CHAPITRE IV METHODES D ETUDE DE LA CELLULE

CHAPITRE IV METHODES D ETUDE DE LA CELLULE CHAPITRE IV METHODES D ETUDE DE LA CELLULE I : HISTOIRE SUR L INVENTION DU MICROSCOPE Il est difficile de dire qui a inventé le microscope composé. On dit souvent que l'opticien hollandais Hans Janssen

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 Optique 1 Pr. Mariano-Goulart Séance préparée par Lélio VANLAER et Alicia BAUDOUY (ATM 2 ) Données : Champ de pesanteur terrestre

Plus en détail

Collection pour l étude de la lumière polarisée

Collection pour l étude de la lumière polarisée Collection pour l étude de la lumière polarisée OP 1610 10005 Mode d emploi Version 02 Lumière polarisée Les expériences qui sont proposées décrivent les moyens de produire de la lumière polarisée. Elles

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Microscopie I : Bases de la Microscopie

Microscopie I : Bases de la Microscopie Microscopie I : Bases de la Microscopie 1. Nature de la lumière 1.1 Le photon : définition D une manière générale, la lumière est constituée par des trains d ondes électromagnétiques. Ces trains d ondes

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Télescopes et Lunettes astronomiques

Télescopes et Lunettes astronomiques Télescopes et Lunettes astronomiques Les télescopes et les lunettes astronomiques sont constitués: D une monture. D une optique. Avec des options. Motorisations. Des systèmes informatiques GOTO. Des systèmes

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille Cours 1. Vision d un objet : Un objet ne peut être vu que s il émet de la lumière et que celle-ci pénètre dans l

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES METHODES CHROMATOGRAPHIQUES. METHODES ELECTROPHORETIQUES. DOSAGES SPECIFIQUES. CHROMATOGRAPHIE SUR PAPIER. CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE. CHROMATOGRAPHIE

Plus en détail

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES I. ISOLEMENT D UNE PROTEINE RESPONSABLE D UNE FONCTION : On s intéresse au fait d isoler la chymotrypsine, enzyme pancréatique sécrétée dans le tube digestif et responsable

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale Automne 2011 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Une lentille convergente dont l indice de réfraction est de 1,5 initialement

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité 1 Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement Négatoscope Contrôle de qualité 2 3 1-définition: Les rayonnements X sont des rayonnements électromagnétique de très courte longueur

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa annuel - 1 exercice 1 : Un objet AB de hauteur 3 cm est placé devant une lentille convergente de vergence 10 d. L'objet, assimilable

Plus en détail

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours Sciences Physiques 1ES S. Zayyani Fiche de Cours Unité : Représentation visuelle Chapitre: Chapitre 1 L œil Voir un objet Pour que l on puisse «voir un objet», il faut certaines conditions. Il faut surtout

Plus en détail